Version classiqueVersion mobile

Mobilité et transmission dans les sociétés de l’Europe moderne

 | 
Anna Bellavitis
, 
Laurence Croq

Première partie. Mobilités géographiques et sociales

À propos de micro-macro

Luciano Allegra

Texte intégral

1Dans cette contribution, je voudrais développer des considérations méthodologiques générales, à partir d’une recherche sur le sujet de la mobilité sociale dans la ville de Turin à la fin de l’Ancien Régime.

2Je commence avec le récit de deux petites histoires. La première est celle d’Antonio Radicati. Antonio Radicati était fils d’un comte, le comte Antonio Bartolomeo de Passerano, une bonne famille de la moyenne noblesse piémontaise. En 1761, Antonio adresse au roi une supplique, dans laquelle il déclare que son père est mort sans lui laisser d’héritage. Antonio a une famille très nombreuse à charge. Il est marié avec Margherita, une veuve avec trois enfants du mariage précédent, un fils et deux petites filles. De leur mariage, sont nés deux autres enfants, et Margherita est enceinte. Pour pouvoir nourrir tout le monde, Antoine a décidé de s’improviser perruquier, exploitant le fait que sa femme était la veuve d’un maître perruquier. Antonio n’avait aucune licence et n’avait jamais soutenu de maîtrise, mais il implorait le roi de le laisser néanmoins exercer, pour éviter la mendicité.

3Comme dans un film, on fait maintenant un saut en avant dans le temps. Nous sommes en l’an 1802. Nous retrouvons à Turin Pietro Radicati : c’est l’un des fils d’Antonio et il est marié avec une femme de 23 ans plus jeune que lui. Lui aussi a une famille nombreuse : quatre fils et une petite fille. Il exerce le métier de buraliste (c’est-à-dire détaillant de tabac et de cigares). Nous ne connaissons pas la profession de sa femme, si elle en avait une, ses cinq enfants – l’aîné a sept ans, le plus petit six mois – devaient occuper tout son temps.

4La deuxième histoire est celle de Gio’ Maria Croce, originaire de Savone, mais habitant de Turin. Lui aussi envoie une supplique au roi en 1759, lui demandant d’être dispensé de la maîtrise. Fils de soldat, il avait travaillé comme employé au Mont-de-Piété. Ensuite, puisque ce travail ne lui suffisait pas pour vivre, il s’était mis à la tête d’un magasin de cuir ouvré (c’est-à-dire de cuirs et peaux) et, du coup, il était également cordonnier. Son salaire était bas : heureusement qu’à la maison il y avait son fils qui jouait de l’orgue à la cathédrale ; de cette façon, il pouvait arrondir les fins de mois. Mais, quand les troupes royales s’en allèrent de Savone, Gio’ Maria, qui était un de leurs fournisseurs, perdit tout et décida de partir à Turin, avec sa femme et ses trois enfants. C’est là qu’il se trouve en 1759, quand il demande de pouvoir exercer l’art de la cordonnerie sans maîtrise. Faisons ici aussi un saut en avant dans le temps, jusqu’en 1802. Nous retrouvons un des enfants de Gio’ Maria, Giovanni, qui vit à Turin, qui est marié avec Anna et a deux fils, un plus jeune et un adolescent. Il a un peu plus de cinquante ans et il est sculpteur.

  • 1 Simon Schama, Dead Certainties, New York, First Vintage Books Edition, 1992.
  • 2 Carlo Ginzburg, « Traces. Racines d’un paradigme indiciaire », Le débat, 1980 (éd. or. 1979).

5Dans les vingt dernières années, de nombreux récits comme ceux-ci ont été utilisés par les chercheurs qui trouvent leur inspiration dans la micro-histoire. En général, il ne s’agit pas de parcours de vie exceptionnels, mais d’histoires extrêmement ennuyeuses, que ce soit pour celui qui les reconstruit – c’est un travail très laborieux – que pour celui qui les lit. Il n’existe en effet aucun artifice rhétorique qui puisse les rendre plus attrayantes, à moins que l’historien ne s’abandonne à la tentation littéraire et commence, comme l’a fait par exemple Simon Schama1, à inventer, à broder et à embellir… Mais ces histoires posent un problème méthodologique plus intéressant, sur lequel un célèbre essai de Carlo Ginzburg2 avait attiré l’attention il y a quelques années : le problème de l’échelle d’importance.

6Les deux histoires que je vous ai racontées parlent de gens communs et de parcours de mobilité ascendante et descendante : le fils d’un aristocrate qui est perruquier, et un sculpteur fils d’un minable qui a fait mille métiers dans sa vie. Aucun d’entre eux n’a suivi les traces de son père : aucun n’a exercé la même profession que son père ; certains sont montés, d’autres sont descendus. Est-ce que ce sont des cas isolés ? Rares ? Est-ce qu’ils témoignent seulement d’eux-mêmes ou est-ce qu’ils renvoient à des phénomènes sociaux de nature plus générale ? C’est justement le dilemme dans lequel se sont enlisées, selon Ginzburg, les sciences humaines depuis Galilée : assumer un statut scientifique faible pour arriver à des résultats intéressants, ou assumer un statut scientifique fort pour arriver à des résultats d’importance relative ?

7De ce point de vue, le thème de la mobilité sociale fournit une occasion idéale pour affronter ce dilemme. Il s’agit d’un objet d’étude que les historiens, surtout les spécialistes de l’Ancien Régime, ont longtemps ignoré, et ce, pour deux raisons. Nous avons hérité du XIXe siècle une image fondamentalement statique des sociétés européennes du passé. La notion d’Ancien Régime a transmis le sens commun d’un monde préindustriel figé en rangs, ordres, corporations et privilèges ; un monde dont les marges de choix individuel seraient très réduites : une histoire longue et immobile, ou presque. Puis, voilà la Révolution française : les Européens se seraient soudainement découverts, et ils n’auraient pas seulement découvert leurs potentiels politiques, mais également les potentiels sociaux, culturels, économiques et affectifs. L’industrie naît avec la révolution, mais ce serait aussi l’explosion de l’amour romantique, et la Gemeinschaft, la petite communauté traditionnelle dont parlait Georg Simmel, serait remplacée par la Gesellschaft, le système social moderne : bref, la société se serait ouverte et deviendrait tout à coup mobile. Il s’agit d’un paradigme trivialement évolutionniste – avant, nous étions un peu stupides et puis, d’un coup, nous sommes devenus intelligents – qui, d’ailleurs, élude la réponse à des questions évidentes, dont les suivantes : comment garantir la transmission du métier lorsqu’on a plusieurs enfants, quel rapport existe-t-il entre transmission du métier et stratégies matrimoniales, quels sont les métiers exercés par les filles, etc. ?

8La nature de la documentation dont disposent les historiens modernistes a contribué à la pérennisation de ce lieu commun historiographique. Pour mesurer la mobilité sociale d’une population, opération qui a été conduite par les sociologues à partir des années 1930, il faut des sources statistiques, comme les recensements, l’état civil : c’est-à-dire exactement le type de source qui manque à l’historien des sociétés préindustrielles. En effet, la mobilité sociale est en général calculée au moyen de la comparaison entre les professions et les niveaux de vie des pères et ceux des enfants. Il s’agit donc d’une analyse intergénérationnelle qui se pose les questions suivantes : les enfants continuent-ils la carrière de leur père ou s’en éloignent-ils ? Et leurs enfants, quels choix feront-ils à leur tour ? Et avec quels résultats ?

  • 3 Stephan Thernstrom, The Other Bostonians. Poverty and Progress in the American Metropolis, 1880-19 (...)

9Ces questions ne constituent pas une fin en soi : mesurer le degré de mobilité d’une population signifie automatiquement mesurer le degré d’ouverture de la société qui en est l’expression ; la mobilité sociale est donc un indicateur important de la hiérarchisation d’une civilisation ou, à l’envers, de la liberté de choix de ses membres, exactement comme la représentation politique ou la reconnaissance des droits de la personne. Ce n’est pas par hasard que c’est surtout la sociologie anglo-saxonne qui se concentre sur l’étude de la mobilité, vu que la mobilité est depuis toujours un des principes fondamentaux de cette société. Ce n’est pas un hasard si les quelques historiens qui ont abordé ce sujet, comme Thernstrom qui a étudié Boston, ou Sewell qui a étudié Marseille3, sont également des chercheurs de formation anglo-saxonne. Le thème de la mobilité, au contraire, n’est pas dans l’ADN des historiens modernistes de l’Europe occidentale, qui ont toujours soutenu le paradigme de l’immobilité des états et qui se sont cachés derrière l’excuse de l’indisponibilité des sources statistiques.

  • 4 Luciano Allegra, « Un modèle de mobilité sociale préindustrielle. Turin à l’époque napoléonienne » (...)

10Mais, si on cherche bien, les sources existent. Par exemple, l’état civil napoléonien fournit une extraordinaire masse de données qu’on peut traiter de manière quantitative : exactement les mêmes données que celles sur lesquelles des historiens comme Thernstrom et Sewell ont mené leur recherche sur le XIXe siècle. On pourrait objecter que la période napoléonienne n’est plus l’Ancien Régime. Évidemment : sauf que ce n’est pas vrai. Le marché du travail de la fin du XVIIIe siècle et du début du XIXe est profondément empreint de la force d’inertie du marché du travail de l’Ancien Régime. Les pratiques sociales de transmission ou non du métier, qui sont des pratiques séculaires, n’ont pas été balayées d’un coup par un changement de régime politique. Les registres de mariage de l’époque napoléonienne, à partir desquels il est possible de comparer l’emploi des parents et celui des enfants, nous parlent également de l’Ancien Régime, surtout de l’Ancien Régime ; ils témoignent des structures profondes de ses mécanismes de mobilité. Ceux-ci étaient, on le découvre, assez répandus et ils garantissaient un va-et-vient social incessant, inattendu et surprenant. L’enquête que j’ai menée à Turin sur environ 7 000 mariages – la totalité de ceux qui ont été célébrés dans la ville pendant la décennie française – révèle une société extrêmement mobile ; et elle est mobile, non pas suite à la conjoncture politique et administrative et aux nouvelles ressources mises à disposition, mais parce qu’il s’agit d’une caractéristique structurelle de ce marché du travail, mais aussi, je crois, du marché du travail urbain préindustriel en général4.

11Je n’ai pas l’intention de reprendre cette recherche ici, mais je voudrais m’arrêter sur certaines de ses conclusions. La première est que, dans moins de 40 % des cas, on trouve le même métier entre père et fils. 20 % d’autres cas renvoient à des phénomènes de mobilité professionnelle ascendante ou descendante, distribués de façon égale. Enfin, les derniers 40 % montrent une mutation de l’emploi, mais à l’intérieur de niveaux professionnels homologues : le fils d’un cordonnier qui est vitrier, ou celui d’un boutiquier qui fait le courtier – ce que je me permets de définir avec un oxymore : celui de la mobilité horizontale. Ces pourcentages ne sont pas seulement le résultat d’une confrontation entre les métiers des pères et ceux de leurs enfants, mais ils tiennent également compte d’une autre variable : le revenu des personnes. Or, nous savons qu’il est possible de faire une estimation maximale des revenus en calculant le montant du revenu imposable : cette analyse doit alors être accompagnée d’une analyse nominative, afin de situer les individus, un par un, père et fils, sur leur échelon spécifique de richesse. L’indication de la profession en effet ne suffit pas. Sous l’Ancien Régime, comme d’ailleurs aujourd’hui, de nombreux métiers présentaient un éventail de revenus très large. Comme aujourd’hui nous avons un chef cuisinier qui a trois étoiles sur le guide Michelin et un restaurateur plus modeste, le boulanger qui a une clientèle sélectionnée et celui des pauvres, l’avocat de l’élite et celui des causes perdues, de la même façon, à cette époque, à chaque type de travail correspondait une grande disparité de revenus. Il faut donc tenir en haute considération ces variations et les faire rentrer dans le calcul de la mobilité – une précaution que les sociologues contemporains tendent d’habitude à ne pas adopter.

  • 5 Alexander Tchayanov, L’organisation de l’économie paysanne, Paris, Librairie du Regard, 1990 (éd. (...)

12Les études sur la mobilité sociale sont en général le résultat d’un préjudice criant : la présomption que l’homme soit le seul bread-winner de la famille. Il suffirait donc d’utiliser, comme paramètres de calcul de la mobilité, le statut de travail de l’homme et le revenu qui en dérive. En réalité, dans ce domaine, on peut utiliser une contamination heureuse, dans ce cas : la piste des études de genre qui, dans la tradition moderniste européenne, reste encore enfermée dans une sorte de réserve indienne, malgré les tentatives – en particulier celles de Natalie Davis – de la faire accéder aux secteurs traditionnellement considérés comme les plus nobles. Quand on imagine le monde du travail de l’âge préindustriel, on imagine surtout le travail comme étant masculin : les femmes sont reléguées aux rôles traditionnels, essentiellement dans le secteur des services ou, au mieux, en tant qu’assistantes des hommes, comme main-d’œuvre auxiliaire. Les sources institutionnelles et les mêmes formes d’autoreprésentation féminine ne nous aident pas. Les corporations, officiellement, n’acceptent pas les femmes, et donc ne les recensent pas ; les femmes se retrouvent dans les sources grâce à des indications différentes de celle de la profession : l’état civil, le montant des dots, l’origine géographique – le « je suis » et pas le « je fais » qui marque l’identité masculine. Même dans les actes de mariage, l’indication de la profession des femmes représente une proportion minuscule des données. Pour avoir une idée plus claire de l’emploi féminin, il faut s’adresser à d’autres ressources documentaires : c’est un travail laborieux, souvent frustrant, mais indispensable, parce que, petit à petit, finit par émerger un quota du travail féminin, non seulement important en termes absolus, mais également décisif dans les processus de mobilité. À travers le dépouillement des sources criminelles, des sources de l’assistance publique et des sources notariales, on arrive effectivement à décrire quantitativement l’univers féminin du point de vue professionnel. Certes, nous n’obtiendrons qu’un cadre partiel par rapport à celui concernant le travail des hommes, mais il sera néanmoins suffisamment significatif statistiquement. On peut alors croiser ces données avec celles des registres des métiers des pères et des fils. Dorénavant, il est clair qu’il faudra transformer l’unité de mesure ; il ne s’agit plus seulement de couples masculins, père-fils, mais d’un autre protagoniste : la famille. Il faut donc introduire un jeu plus complexe, jeu auquel participent trois types d’acteurs : les pères, les mères et les enfants. Cette réduction d’échelle nous fait mieux comprendre les choses qu’une vision reposant uniquement sur des données générales. Par exemple, elle nous permet de comprendre les résultats de différentes logiques familiales : il peut y avoir deux enfants qui descendent dans la hiérarchie sociale et un qui monte beaucoup ; nous pouvons trouver des parcours de mobilité ascendante des filles qui compensent la descente de leurs frères ; etc. Mais surtout, à la fin de cet exercice, on découvre que les possibilités d’ascension sociale des enfants sont sensiblement plus élevées si les deux parents possèdent un emploi stable (dans le cas de Turin, c’est le double). Mais il y a plus. Si on procède à la reconstruction nominative des familles, on découvrira que, lorsque les deux parents ont un travail fixe, les dimensions moyennes du groupe domestique sont beaucoup plus contenues : elles permettront donc une meilleure utilisation des ressources domestiques, un meilleur rapport entre consommateurs et travailleurs, selon le modèle bien connu de Tchayanov5 : en dernière analyse, elles offriront plus de possibilités d’investissement dans la carrière des enfants.

  • 6 Jacques Revel, « L’histoire au ras du sol », préface à Giovanni Levi, Le pouvoir au village. Histo (...)

13Cette dernière opération, la reconstitution des familles, un vieux truc toujours très utile emprunté à la démographie historique, nous amène à un changement de plan dans l’analyse : elle nous amène directement à la réduction d’échelle dont je parlais précédemment. Quand nous nous limitons à étudier la mobilité sociale de façon générale, utilisant une approche de type quantitative, comme le font les sociologues, nous pouvons en tirer seulement quelques indications sur la présence, les dimensions et l’évolution du phénomène. Mais les mécanismes qui poussent les personnes ou les familles à monter ou à descendre les échelons de la pyramide sociale demeurent inconnus. Pour passer de l’identification d’un phénomène à la compréhension du comment et du pourquoi, il faut descendre au niveau des comportements, des choix, des stratégies, des relations sociales et des dynamiques d’interaction des personnes. Autrement dit, il faut récupérer la dimension micro dont nous étions partis avec le récit des deux études de cas, pour en nier la validité heuristique. Nous avions dit que dans les études de cas, les tranches de vie ne sont pas convaincantes. Elles risquent de ne pas l’être lorsque l’histoire reste, comme l’écrivait Jacques Revel dans une célèbre préface, « au ras du sol6 ». Mais quand nous essayons d’intégrer les deux niveaux d’analyse, comme ce n’est presque jamais le cas, je crois que nous pouvons avancer, non seulement sur le plan de la compréhension des phénomènes historiques, mais également sur celui du renouvellement des paradigmes.

14Dans le cas spécifique de la mobilité sociale, l’intégration micro-macro confère une épaisseur démonstrative, une validité générale à une arme qui, une fois sa charge polémique vidée, risque d’apparaître peu aiguisée : la reconstruction biographique, si possible des individus appartenant au bas de la hiérarchie sociale. Dans les trente dernières années, l’historiographie a fait une large utilisation d’un expédient argumentatif typique de l’anthropologie : les tranches de vie en tant qu’études de cas. Et elle l’a fait de trois façons différentes :

  • les études de cas ayant une valeur autoréférentielle, exactement comme les biographies-limites dont parlait Giovanni Levi dans son article sur les utilisations de la biographie7. Ici, le cas parle tout seul, témoigne de lui-même et ne prétend pas généraliser. Au mieux, s’il est exceptionnel, il peut contribuer à montrer l’ampleur des marges de choix d’une société ;
  • les études de cas en tant qu’illustrations de mécanismes généraux – dans ce cas, en revanche, ceux-ci ont seulement une force rhétorique : ils servent en d’autres termes à confirmer la justesse d’une hypothèse de portée générale ;
  • les études de cas comme modèles, c’est-à-dire comme personnifications de comportements modaux, utilisation qui, néanmoins, cache non seulement l’incohérence et le hasard des choix, mais également et surtout, la gamme très ample des solutions adoptées et des écarts à la norme.

15Je crois qu’il peut exister au moins une autre façon de concevoir et d’utiliser les études de cas et, plus généralement, le matériel biographique dans l’étude du monde du travail préindustriel. En reconstruisant d’abord, avec l’approche prosopographique, les possibilités de choix professionnel des individus et l’éventail des solutions adoptées par ces derniers – bref, le contexte qui rend possibles les chances. Dès lors, les études de cas pourront nous rendre toute la variété des mécanismes familiaux et sociaux mis en acte pour améliorer ou du moins entretenir leur statut de départ : si vous me permettez de raisonner par analogie avec la linguistique, les études de cas devront représenter les variantes des modèles de mobilité présents dans une société. Pour illustrer ce processus, je voudrais revenir sur le parcours de ma recherche. L’analyse agrégée des données, comme je disais, avait restitué un cadre très mouvementé et diversifié. La transmission du métier, un des grands lieux communs de la tradition historiographique, semblait disparue, ou du moins fortement réduite. En termes généraux, la réduction était d’au moins 40 % du total ; la mobilité en haut et en bas, mais également au même niveau de la hiérarchie sociale, apparaissait comme la caractéristique dominante ; la considération du rôle des femmes dans le processus de production et d’autoreproduction compliquait et en même temps simplifiait le cadre général, permettant de mieux expliquer de plus nombreux phénomènes de mobilité. Il restait à comprendre comment tout cela avait été possible. La reconstruction prosopographique a été pour cela fondamentale. Non pas dans le sens qu’elle m’a permis de retrouver des parcours modaux d’une série de médaillons biographiques, mais parce qu’elle m’a permis de définir le champ de possibilités dans lequel les personnes concrètes opéraient et faisaient leurs choix. Ce champ n’est jamais cité.

  • 8 Cf. l’ensemble de l’œuvre de Edward P. Thompson, et surtout son essai « L’économie morale de la fo (...)

16Il n’est pas non plus déterminé d’en haut, comme le prétend l’historiographie politico-institutionnelle. C’est plutôt la nature de l’échange social qui le définit, exactement comme nous l’apprenait il y a quelques années Edward P. Thompson8. De ce point de vue, l’analyse micro, la reconstruction précise des parcours de vie des individus, m’ont servi à identifier l’ample gamme des mécanismes de mobilité adoptés : les études de cas ont donc été la forme narrative pour restituer une représentation la plus vivante possible (l’histoire vivante dont parlait Lucien Febvre) de toute cette gamme. Autrement dit, c’est à travers l’échange continu entre le contexte et les histoires individuelles que j’ai essayé de répondre aux questions du comment et du pourquoi de cette mobilité.

  • 9 Carlo Ginzburg, Le fromage et les vers. L’univers d’un meunier du XVIe siècle, Paris, Flammarion, (...)
  • 10 Jacques-Louis Ménétra, Journal de ma vie. Jacques-Louis Ménétra, compagnon vitrier au 18e siècle, (...)
  • 11 Edouardo Grendi, « Microanalisi e storia sociale », Quaderni Storici, no 33, 1972, p. 506-520.

17De ce point de vue, l’histoire de Turin au XVIIIe siècle, et notamment celle de la deuxième moitié, est une histoire très particulière. Presque partout dans le monde urbain européen, l’ordre corporatif entre dans une crise qui sera définitivement réglée par la Révolution de 1789. Ici, en revanche, les corporations semblent s’affirmer de façon diffuse, en imposant un cadre normatif rigide : le monde du travail urbain, la transmission et l’accès au métier, du moins en apparence, semblent rentrer dans l’orbite du contrôle monopolistique des corporations. Cela ressemblerait à une société rigide et figée, exactement comme les formalisations du droit tendent à représenter la société d’Ancien Régime. Mais ce n’est pas vrai du tout. Dans les quinze dernières années, nous sommes tombés dans une ivresse juridique. Nous avons lu – mal – les historiens du droit comme Antonio Manuel Hespanha et nous pensions avoir trouvé le raccourci idéal pour représenter les sociétés du passé : la formalisation du droit. Autrement dit, nous sommes restés bloqués dans le piège du linguistic turn et nous avons pensé que la réalité est constituée de ses représentations : en particulier, celle du droit. Les parcours de vie des personnes nous montrent une autre réalité : les structures normatives, le contrôle opéré par les institutions, l’emprise des corporations doivent toujours être mesurés sur l’échelle micro de l’expérience quotidienne et des échanges sociaux. Cette comparaison nous permet, entre autres, de comprendre que la fréquente mobilité des Turinois au XVIIIe siècle – et pas seulement des Turinois – n’était pas simplement le témoin d’un contexte normatif et institutionnel extraordinairement perméable, modelable, que les individus pouvaient contourner grâce à la liberté d’initiative. Au contraire, c’étaient justement ces initiatives qui créaient le contexte : autrement dit, qui faisaient l’histoire, de façon anonyme. Cela me semble être le point central. Quand elle n’est pas tombée dans des célébrations populistes, l’attention que l’historiographie post-1968 a prêtée aux ordinary people a visé à la réévaluation de l’importance du « bas », ou a essayé d’attribuer un sens à l’existence de trajectoires particulières : exceptionnelles, comme dans le cas du Menocchio de Ginzburg9, ou des nombreux personnages étudiés par Natalie Davis, ou normaux, de Ménétra à Pinagot10. On cherchait néanmoins dans tous ces cas ce qu’Edoardo Grendi définissait comme « l’exceptionnel normal11 ».

18Les trajectoires de vie d’artisans, de travailleurs, de servantes turinois dont j’ai tenté de reconstruire les carrières apparaissent souvent fragmentées en tranches de vie, mais témoignent de l’ampleur des marges de choix normales qu’il était possible de s’octroyer pendant l’Ancien Régime. Ils nous font voir comment le marché institutionnel du travail, avec ses règles d’accès et de fonctionnement, était constamment éludé, contourné, ignoré, quand il n’était pas associé à des marchés du travail parallèles, totalement informels – ce qu’aujourd’hui nous appelons le marché souterrain. L’initiative individuelle imposait la « règle de la dérogation », un oxymore qui, je pense, peut en résumer le fonctionnement. La corporation ne t’accepte-t-elle pas ? Pratiques-tu le métier en dehors de la corporation ou « au noir » ? N’as-tu pas l’intention ou l’argent pour obtenir la maîtrise ? Tu fais parvenir une supplique au roi ou à la corporation pour qu’ils te fassent devenir maître quand même, en produisant des excuses ou en faisant levier sur tes connaissances. Es-tu une femme ? Tu fais tenir ta boutique par un prête-nom, peut-être ton amant. Dois-tu rester avec ton patron pendant sept ans ? Tu t’en vas après un an et tu découvres que tu peux trouver du travail sans trop de difficultés. Bref, tu exerces, bien au-delà des limites normatives, d’amples libertés de choix ; tu peux négocier ; jouer dans l’ombre. Giovanni Levi parlait, il y a quelques années, de la possibilité de pénétrer les interstices laissés par les systèmes normatifs conflictuels entre eux : les personnes de l’époque préindustrielle, disait-il, exploitaient ces contradictions et les transformaient en ressources, augmentant leurs propres libertés décisionnelles. Personnellement, je crois qu’il y a quelque chose de plus et de différent. Le haut degré de mobilité sociale des Turinois témoigne que c’était leur stratégie professionnelle, plus en général leurs choix de vie, qui créaient un contexte qui les rendait possibles. Les personnes ne sont pas des acteurs seulement parce qu’ils se saisissent des interstices, mais ils le sont en permanence et produisent, toujours, une mutation sociale : leurs choix, leurs stratégies, leurs comportements ne constituent pas une adaptation au contexte ; ils sont le contexte même.

  • 12 Clifford Geertz, The Interpretation of Culture, New York, Basic Books, 1973, p. 22.

19Je voudrais justement conclure sur cette notion de contexte. L’histoire est la discipline du contexte, écrivait il y a quelques années Edward Thompson dans un essai célèbre. Après lui, la micro-histoire et l’individualisme méthodologique ont amené le contexte au niveau de l’individu, de la famille, du parent le plus proche, du voisinage, de la communauté. Mais même si elle essayait d’obéir au précepte de Clifford Geertz – « nous n’étudions pas les villages ; nous étudions dans les villages12 » – la micro-histoire a souvent restitué seulement les coordonnées d’un contexte local : plus profond, il est vrai, et avec plus de variables, mais d’une importance douteuse. Cela ne suffit pas. Micro et macro ne peuvent pas être disjoints. Pour trouver une voie qui renouvelle des paradigmes historiques apparaissant de plus en plus obsolètes, il faut rétablir le jeu des miroirs. Dans ma recherche sur la mobilité sociale, la réduction d’échelle m’a amené à recueillir un vaste matériel biographique et à l’organiser à travers des études de cas. Mais cette opération n’a pas été le résultat d’un exercice de style ou, pire, d’une immersion dans le pittoresque des classes populaires. Ce zoom m’a fourni une clé d’explication privilégiée des mécanismes sociaux observés seulement parce qu’au niveau général on avait vu ces mêmes mécanismes résumés, mis en évidence par des indicateurs macro ou quantitatifs. Sans ces indicateurs, sans l’analyse macro, la micro-histoire des récits de vie risque d’être autoréférentielle, ennuyeuse, inintéressante. Et on reste toujours avec un doute de fond : les mécanismes et les comportements sociaux qui émergent des récits de vie sont-ils vraiment des mécanismes qui définissent les coordonnées d’une société ou est-ce que ce sont seulement des aptitudes singulières, des trajectoires personnelles ? Ce n’est pas exactement pareil. Pour sortir de cette impasse, je crois qu’il faut élaborer une notion de contexte qui privilégie l’interaction entre les différents acteurs sociaux ; une notion dans laquelle le contexte n’est pas seulement un lieu de médiation, mais le résultat final et changeant des choix quotidiens des individus ; un contexte où haut et bas sont finalement sur le même plan. C’est donc une notion qui diverge du regard étonné de l’ethnographe décrivant les comportements mais aussi du regard du vieux marxiste qui s’illumine seulement quand il y voit la lutte des classes. Je crois, en revanche, que nous devons affronter également, et de façon urgente, un vieux problème que nous avons négligé : celui de la généralisation, à partir de la conscience du fait que la généralisation ne peut plus ignorer le niveau de complexité auquel l’expérience micro-analytique nous a habitué. C’est en partant de là que nous devrons repenser nos modèles de description du contexte et du changement social.

Notes

1 Simon Schama, Dead Certainties, New York, First Vintage Books Edition, 1992.

2 Carlo Ginzburg, « Traces. Racines d’un paradigme indiciaire », Le débat, 1980 (éd. or. 1979).

3 Stephan Thernstrom, The Other Bostonians. Poverty and Progress in the American Metropolis, 1880-1970, Cambridge, Harvard University Press, 1974 et William Sewell, Structure and Mobility. The Men and Women of Marseille, 1820-1870, Cambridge, Cambridge University Press, 1985.

4 Luciano Allegra, « Un modèle de mobilité sociale préindustrielle. Turin à l’époque napoléonienne », Annales HSS, 2005-2, p. 443-474.

5 Alexander Tchayanov, L’organisation de l’économie paysanne, Paris, Librairie du Regard, 1990 (éd. or. russe, 1924).

6 Jacques Revel, « L’histoire au ras du sol », préface à Giovanni Levi, Le pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du XVIIe siècle, Paris, Gallimard, 1989, p. I-XXXIII.

7 Giovanni Levi, « Les usages de la biographie », Annales ESC, 1989-6, p. 1325-1336.

8 Cf. l’ensemble de l’œuvre de Edward P. Thompson, et surtout son essai « L’économie morale de la foule dans l’Angleterre du XVIIIe siècle », Florence Gauthier et alii, La guerre du blé au XVIIIe siècle, Montreuil, Éditions de la Passion, 1988, p. 31-92 (1re éd. angl. 1971).

9 Carlo Ginzburg, Le fromage et les vers. L’univers d’un meunier du XVIe siècle, Paris, Flammarion, 1988.

10 Jacques-Louis Ménétra, Journal de ma vie. Jacques-Louis Ménétra, compagnon vitrier au 18e siècle, présenté par Daniel Roche, Paris, Montalba, 1982 ; Alain Corbin, Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot. Sur les traces d’un inconnu, 1798-1876, Paris, Flammarion, 1998.

11 Edouardo Grendi, « Microanalisi e storia sociale », Quaderni Storici, no 33, 1972, p. 506-520.

12 Clifford Geertz, The Interpretation of Culture, New York, Basic Books, 1973, p. 22.

Auteur

Professeur d’histoire moderne (université de Turin)

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search