Version classiqueVersion mobile

Mobilité et transmission dans les sociétés de l’Europe moderne

 | 
Anna Bellavitis
, 
Laurence Croq

Avant-propos

Texte intégral

1Ce volume rassemble les actes de deux colloques consacrés aux sociétés de l’Europe moderne qui se sont tenus à l’université Paris Ouest-Nanterre en septembre 2005 et décembre 2006. Le premier était consacré aux mobilités géographique et sociale, le second aux contraintes de la transmission avec ses enjeux patrimoniaux et symboliques. Ils ont été organisés grâce au soutien financier du Centre d’histoire sociale et culturelle de l’Occident (XIIe-XVIIIe siècle) (CHISCO) et de l’École doctorale « Milieux, Cultures, Sociétés du Passé et du Présent » de l’université Paris Ouest-Nanterre, et avec la collaboration du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA). Leur publication est réalisée grâce à un financement du CHISCO et nous tenons tout particulièrement à en remercier Henri Bresc, ancien directeur du centre. Le projet a été soutenu par Monique Cottret, professeur à l’université Paris Ouest-Nanterre et actuelle directrice du CHISCO, et Jean Duma, professeur à l’université Paris Ouest-Nanterre.

2Les échanges vifs et passionnants qui ont eu lieu au moment de la préparation des colloques et pendant leur déroulement ont porté sur les différentes approches qui peuvent être mobilisées pour étudier les sociétés d’Ancien Régime. Le choix d’ouvrir le volume par des introductions des trois organisatrices a pour but de rendre explicites des débats qui parcourent silencieusement l’histoire sociale. Chacune présente les grilles d’analyse qu’elle considère, en l’état actuel de ses propres travaux et réflexions, comme les plus fécondes. L’intervention d’Anna Bellavitis propose une lecture des utilisations de la catégorie du genre, en insistant surtout sur ses relations avec l’anthropologie et l’histoire du droit. Celle de Laurence Croq est axée sur une vision dynamique des groupes sociaux comme catégories construites par les acteurs de l’Ancien Régime et par les historiens. Monica Martinat propose enfin quelques réflexions sur les ambiguïtés de l’articulation entre choix collectifs et choix individuels, tant dans les situations historiques que dans les schémas d’analyse que nous adoptons pour étudier les sociétés d’Ancien Régime.

3Le plan de l’ouvrage reprend la succession des deux colloques.

4La première partie, consacrée au thème de la mobilité, commence par un texte, qui, partant d’une recherche sur la ville de Turin à la fin de l’Ancien Régime, a une visée méthodologique (Allegra). Trois autres (Bennini, Croq, Marraud) interrogent la mobilité sociale dans la noblesse de robe et la notabilité marchande parisiennes. Les deux derniers (Martinat et Cottret) questionnent l’association entre la mobilité et la conversion religieuse entre Genève et la France.

5La deuxième partie porte sur la transmission. Celle-ci est encore trop souvent considérée comme une perspective « naturelle » des familles, mais les présentes contributions montrent qu’elle s’effectue toujours dans un cadre contraignant. En utilisant les testaments, les auteurs des deux premiers articles (Ago, Bellavitis) réfléchissent sur la circulation des objets symboliques et de la richesse en Italie. Les cinq autres (Haddad, Descimon et Geoffroy-Poisson, Chassagne, Lyon-Caen, Maitte) interrogent les moyens mobilisés par les familles comme les contraintes qu’elles doivent surmonter quand elles ont un projet de reproduction socioprofessionnelle, en France comme en Italie.

6L’ensemble de ce livre espère contribuer à dénaturaliser la lecture des parcours des acteurs sociaux, qu’il s’agisse de reproduction ou de mobilité sociale, en restituant les choix assumés comme les difficultés rencontrées.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search