Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le duc de Mercœur

 | 
Emmanuel Buron
, 
Bruno Méniel

Quatrième partie. Bibliothèque du duc de Mercœur

Les lectures d’un chef de guerre catholique. Les livres de Philippe-Emmanuel de Lorraine duc de Mercœur (1558-1602), d’après l’inventaire du château de Nomény (1602)1

Olivier Poncet

À Henri-Jean Martin, in memoriam.

Texte intégral

  • 1 Je remercie Emmanuel Buron et Bruno Méniel qui, sur une suggestion amicalement faite par Philippe (...)
  • 2 Voir ainsi la vingtaine d’études recensées il y a près de deux décennies par Annie Charon-Parent ( (...)
  • 3 Françoise Lehoux, Gaston Olivier, aumônier du roi Henri II (1552) : bibliothèque parisienne et mob (...)
  • 4 Alexander Herman Schutz, Vernacular books in Parisian private libraries of the sixteenth century a (...)
  • 5 Antoine Le Roux de Lincy, « Catalogue de la bibliothèque des ducs de Bourbon en 1524 », Mélanges d (...)
  • 6 P. Aquilon, op. cit., p. 182-183.
  • 7 H.-J. Martin, Livre, pouvoir…, t. I, p. 529-533, « V. les bibliothèques des gentilshommes ».
  • 8 Ibid., p. 541-542.
  • 9 Château de Chantilly, Cabinet des titres, A 38, non numéroté, expédition papier, 40 feuillets (les (...)

1Les monographies dédiées à des bibliothèques privées pour l’époque moderne jusqu’au début du XVIIe siècle sont peu fréquentes : édition de l’inventaire qui en est fait, à l’occasion d’une vente et plus généralement d’un décès2, et plus encore analyse des enseignements dans le cadre d’une monographie3. Les synthèses demeurent souvent le mode d’approche privilégié par les chercheurs qui doivent, de ce point de vue, offrir des cadres de référence plus larges qui manquaient jusqu’à ce que l’histoire du livre obtienne droit de cité dans les recherches universitaires classiques4. La consommation du livre par les divers groupes sociaux est inégalement connue et la grande noblesse offre, de ce point de vue, un tableau contrasté. Pour un duc de Bourbon ou un duc de Lorraine relativement bien connus5, combien de bibliothèques nous échappent encore ? Les inventaires de bibliothèques de gentilshommes sont relativement rares : à peine 5 % des inventaires dressés à Amiens au XVIe siècle, entre 3 et 7 % entre 1600 et 1670 à Paris6. La vision dominante, affirmée avec force pour le premier XVIIe siècle, demeure encore celle d’aristocrates peu portés sur la fréquentation des livres7, voire franchement ignares, quand ce n’est pas illettrés8. La question présente une acuité encore plus grande lorsque l’on a affaire à un personnage précédé d’une réputation de fin lettré. L’inventaire dressé en 1602 au décès du duc de Mercœur offre ainsi l’occasion de pénétrer le monde livresque d’un chef de guerre du plus haut niveau social au sortir des guerres de religion9.

2Le 19 février 1602 Philippe-Emmanuel de Lorraine (1558-1602), duc de Mercœur et prince du Saint Empire, mourait de maladie à Nuremberg, alors qu’il était sur le chemin du retour vers la France après une campagne victorieuse contre les Turcs en Hongrie. La présence d’une enfant mineure héritière de son père le duc imposait la rédaction d’inventaires après décès des biens du défunt. Françoise de Lorraine (1592-1669), fille née de son union avec Marie de Luxembourg, était alors placée sous la tutelle du demi-frère de Mercœur, Éric de Lorraine (1576-1623), à cette époque évêque de Verdun (1593-1610). Quelques mois plus tard, le 31 juillet 1602, débutait l’inventaire des biens de Mercœur présents dans son château de Nomény dont il était marquis et où il était né et avait grandi. En l’absence de son épouse, Marie de Luxembourg, duchesse de Penthièvre et douairière de Mercœur, demeurée probablement à Paris, les opérations étaient conduites sur sa procuration sous l’autorité d’Henri Hellot, sieur de Phlin et Thezey-Saint-Martin en partie, lieutenant général au bailliage du marquisat de Nomény, Bastien Juillet, châtelain et gruyer, Claude Godefroy, mayeur, Jean Fourier, conseiller audit bailliage, Charles de Beurges, écuyer, seigneur de Sivry, gouverneur et bailli du marquisat, et Antoine Perrel, sieur de La Porte. Pierre Lançon, procureur général audit marquisat, et Lychard Godefroy, marchand à Nomény, fondé de procuration de l’évêque de Verdun subrogé tuteur de l’héritière de Mercœur, les assistaient. Antoine Barthélemy, greffier commis et tabellion juré audit marquisat, tenait la plume au cours de l’inventaire. Ils requirent l’aide d’experts pour certaines catégories de biens, comme l’orfèvrerie (Antoine Vallière, orfèvre du duc de Bar, Jean d’Affignicourt, également marchand orfèvre, tous deux demeurant à Nancy, Didier Grandmengeot, sieur de Touricque et Jean Grandmengeot, son frère, marchands de Nancy, experts dans ce genre de prisée) ou les armes et harnachements (un dénommé Brodenoit et Étienne Mauvaige, fourbisseurs de Mercœur à Nancy). Les meubles inventoriés étaient présentés aux priseurs par Abraham Lallement, premier valet de chambre de Mercœur, et par un autre valet de chambre nommé Regnard.

  • 10 Au f. 1v, il est précisé : « Et premier a la grande salle ou sont [sic] estez rapportez les coffre (...)
  • 11 Arch. nat., Min. centr., VIII, 597, inventaire après décès de la maison de la Roquette, 27 juin 16 (...)
  • 12 Château de Chantilly, Cabinet des titres, A 38, Nancy, 5 octobre 1570, achat par Nicolas de Lorrai (...)

3L’impression qui domine à la lecture de cet inventaire est celle d’un château sommairement meublé et réinvesti par des biens de valeur à la faveur du retour des malles du propriétaire décédé en Allemagne. Le contenu de ces « coffres venus de Hongrie », confiés à la garde d’Abraham Lallement et disposés dans la grande salle du château représentait la majeure partie des biens inventoriés à Nomény10. Il est fort probable qu’ils renfermaient l’essentiel des objets de valeur déposés alors au château dont l’ameublement donne à penser que le duc ne l’habitait qu’épisodiquement. Depuis 1575, il avait passé l’essentiel de son temps à Paris où il possédait entre autres une maison à la Roquette11, puis en Bretagne durant les guerres de la Ligue jusqu’en 1598 et il n’avait presque pas logé à Nomény depuis son premier départ pour la Hongrie en 1599. Ajoutons qu’il possédait encore à Nancy l’hôtel dit de Mercœur qu’avait acheté son père Nicolas de Lorraine, comte de Vaudémont (1524-1577), en 157012. D’ailleurs, de son passé de gouverneur de Bretagne, il ne conservait avec lui que la conclusion : les articles généraux et les articles secrets conclus avec Henri IV en mars 1598, accompagnés des lettres de jussion d’enregistrement données au parlement de Rennes, ainsi que quelques reconnaissances de dettes au profit de ses soutiens et officiers de finances de l’époque de la Ligue (voir pièce justificative no 2).

  • 13 La (re-)prise de cette capitale de la Hongrie médiévale, où les souverains se faisaient couronner (...)
  • 14 F. 1v et 3v. Une masse de bijoux aussi imposante (39 pages, soit la moitié de l’inventaire, leur s (...)

4La nature, la valeur et la quantité des objets inventoriés sont révélatrices d’un chef de guerre aimant le luxe et ayant récemment vécu et guerroyé en Europe centrale. Certaines pièces avaient valeur historique, comme ces « clefz de la ville d’Albelgrade », sans doute Albe Regale (actuellement Székesfehérvár), dont le siège victorieux le 20 septembre 1601 constituait le haut fait de guerre de Mercœur en Hongrie13. Les bijoux et divers objets incrustés de pierreries se montaient, pour s’en tenir au principal lot prisé en tête de l’inventaire, à plus de 17 000 livres tournois tandis que la vaisselle d’argent atteignait l’important chiffre de 133 marcs et 1 once et demi et 165 livres tournois. Certaines pièces étaient manifestement des chefs-d’œuvre à en juger par l’estimation qui en était faite, comme cet « agneau d’or a tumbeau esmaillé de noir ou y a une table de dyament, donné par l’empereur a feu mondict seigneur » prisé 1 200 écus ou ce « grand carquant ou il y a quinzes pieces, sçavoir trois chattons de dyamentz et quatres de rubis avec huict pieces a perles » prisé 900 écus14.

  • 15 Histoire generalle des troubles de Hongrie et Transilvanie contenant la pitoyable perte et ruyne d (...)
  • 16 Je me permets de renvoyer à Olivier Poncet, Pomponne de Bellièvre (1529-1607). Un homme d’État au (...)

5L’une des passions de Mercœur apparaissait dans l’impressionnante collection d’armes à laquelle une pièce du château était dédiée (« le cabinet des armes »)15. Occupant au moins dix des quatre-vingts pages de l’inventaire, la description des armes et harnachements rappelle avec force que leur propriétaire avait combattu et vaincu des armées turques, emportant au passage un armement aussi divers que somptueux. L’équipement habituel – que l’on rencontre chez les plus pacifiques magistrats au sortir des guerres de religion16 – était naturellement présent sous forme d’un véritable petit arsenal : 31 épieux, 53 arquebuses, 87 épées, sans compter pistolets, arcs, cimeterres, pertuisanes, sabres et lames diverses. Nomény pouvait équiper une véritable petite troupe puisque le château renfermait aussi 57 « casacques de drap jaune en broderie de velour noir cordonné de soye cramoisy », d’une valeur de 450 francs et 7 « caques en façon de tonneaux tant grosses que petites, lesquelles sont plaines de pouldre d’arquebuze ». Certaines pièces tenaient toutefois plus de l’arme de prestige comme ce « pongnard a la turcquesque avec la pongnee de lapis toute semee de rubis, la garniture d’or semee de rubis, esmeraudes et turquoise » estimé 180 écus ou ce « sable de Turquie avec la lame d’acier de Damas, garnie d’argent vermeil doré avec ung cousteaut d’acier de Damas, la gaine couverte d’argent », prisés 50 écus.

  • 17 F. 12v et 13r.

6L’habillement rapporté de Hongrie alternait les vêtements propres au duc français, comme le « manteau royal du Sainct Esprit de velour noir en broderie d’or et d’argent doublé de satin orengé », prisé 450 écus et un autre « grand manteau royal toille d’argent de l’ordre Sainct-Michiel avec son capuchon de velour cramoisy, le tout en broderie d’or et doublé de taffetas figuré », valant 500 écus, avec des témoignages de prises de guerre comme un « turban avec son crespe blanc a l’entour17 ».

  • 18 F. 21v : « Ung ciel de lict de velour vert a double pente, docier, soubastement et fondz avec les (...)

7Le mobilier le plus onéreux, véritable œuvre d’art, était sans conteste la literie. Les ciels de lit conservés au château se montaient au total à environ 34 000 livres tournois, avec une pièce d’apparat exceptionnelle héritée de ses parents et évaluée à 25 000 francs de Lorraine, soit environ 18 750 livres tournois, c’est-à-dire l’équivalent d’une petite maison de ville18.

  • 19 F. 23v. Il y en avait, semble-t-il, davantage à la maison de la Roquette qui comptait entre autres (...)
  • 20 À la différence de la maison de la Roquette, où les sujets étaient presque exclusivement d’ordre r (...)
  • 21 F. 17r.

8Les objets pouvant témoigner d’un goût artistique étaient relativement peu nombreux. Le château possédait onze suites de tapisseries, dont la majorité figuraient des scènes de chasse, d’animaux ou des paysages, sans autre précision. Seules deux d’entre elles faisaient l’objet d’une description plus nette, l’une était « figuree de la poesie de Mercueur », et une autre représentait l’histoire d’Abraham, cette dernière ayant d’ailleurs été cédée en 1609 par la duchesse à deux tapissiers parisiens19. Il en allait de même des tableaux, en nombre très restreint (34 au total). Les sujets religieux n’étaient pas les plus représentés20, avec deux Nativités, un Saint Denis, un Saint François, un Crucifix et un Sacrifice d’Abraham. Les sujets profanes – trois bouffons, la bataille de Craon, la jalousie, « une painture la ou la macquerelle donne ung billet a la dame » – constituaient le deuxième petit tiers des tableaux inventoriés à Nomény. Le lot le plus important était en réalité classiquement constitué de portraits qui, en dehors d’un portrait du duc Charles de Bourbon (non autrement précisé), étaient inventoriés en deux lots : un premier ensemble « français » tout d’abord avec « neufz tableaux et pourtraictz, l’ung de mademoiselle de Guise, de madame la duchesse de Bar, madame la duchesse de Condey dowairière, madame de Marmoutier, du roy Henry troisiesme, de la royne dowairiere de France, de monsieur du Maine, du roy Henry quatriesme et de madame de Querneur » et ensuite un résumé de la maison régnante dans l’Empire avec « cinq tableaux et pourtraictz qui sont entre les fenestres du devant, sçavoir de l’empereur Rodolphe, de l’archeduc Ferdinant, de l’archeduc Maximilian, de l’archeduc Mathias et de l’archeduc Cratz21 ».

9L’« équipement culturel » majeur était toutefois constitué par la bibliothèque, inventoriée séparément. S’agit-il d’une bibliothèque au sens où l’on entend un ensemble cohérent et stable ou bien d’une collection d’ouvrages rassemblés pour l’occasion ? La question n’est pas anodine dans le cas d’un personnage qui venait de passer près de deux ans éloigné de son château familial où il n’avait du reste résidé que peu de temps depuis la fin de sa jeunesse. D’ailleurs le tabellion chargé de la prisée ne précisait pas les pièces où les livres étaient conservés (« Estat et prisees de tous les livres trouvez audict chasteau »), ce qui tend à accréditer l’idée d’un rassemblement de fonds différents, l’un stable, conservé au château, l’autre revenu de Hongrie avec le reste du mobilier dont il a été question plus haut.

  • 22 Histoire generalle… op. cit. supra, n. 14. Une première édition (1 vol. in-4o) avait paru à Paris (...)
  • 23 Histoire generalle…, t. II, p. « 804 » (pour 812).
  • 24 L’inventaire de la maison de la Roquette ne relève pratiquement que des ouvrages de dévotion impri (...)
  • 25 Simone Balayé, « La naissance de la bibliothèque du roi, 1490-1664 », dans Histoire des bibliothèq (...)
  • 26 J. Delatour, op. cit., p. 34 : exactement 1 882 imprimés et 136 manuscrits. La bibliothèque de ses (...)
  • 27 A. Collignon, op. cit.
  • 28 L’inventaire relevait 281 entrées, dont une seule incluant 24 volumes en paquet : Marie-Noëlle Mat (...)
  • 29 Henri-Jean Martin, Livre, pouvoir… t. I, p. 472.

10Le thuriféraire et « bibliothécaire » de Mercœur, Nicolas de Montreulx, a commenté son goût des livres et de la lecture dans son volume de supplément à l’Histoire generalle des troubles de Hongrie de Martin Fumée22. Autant le témoignage de Montreulx est, comme on le verra, largement corroboré en ce qui concerne les auteurs favoris du duc, autant ses affirmations quantitatives suscitent perplexité et pour tout dire incrédulité. Il affirme ainsi, pour la connaître personnellement, que Mercœur possédait une « bibliothèque de quinze mille volumes, tous les œuvres d’un autheur pris pour un seul volume et 18 mille livres en toutes facultez »23. L’état de 1602 ne fournit que 337 titres. À supposer qu’il subsistait des ouvrages dans ses propriétés bretonnes – il s’en trouvait une cinquantaine à Paris24 –, l’affirmation de Montreulx est manifestement dans l’hyperbole. De telles bibliothèques n’existent pas à cette époque. La bibliothèque du roi ne dépasse guère les 4 500 volumes au début du règne d’Henri IV25, celle de l’avocat Claude Dupuy, pourtant réputé pour être un possesseur remarquable n’excède pas les 1 900 volumes imprimés26. Le duc Antoine de Lorraine, en 1543, ne laissait pour sa part que 182 titres27 et l’inventaire de la bibliothèque de Marguerite de Valois comptait à peine plus de 300 volumes en 161528. Enfin retenons que lorsque le carme Louis Jacob recensa les bibliothèques les plus remarquables de son temps en 1644, il estimait qu’une très grande collection commençait à partir de 4 000 volumes29. Le chiffre de Montreulx n’est donc pas à prendre au pied de la lettre mais davantage comme la manifestation d’une collection de livres hors normes pour un noble du rang princier de Mercœur. En effet, cela a été dit plus haut, les chiffres moyens connus pour les bibliothèques aristocratiques sont largement inférieurs : une dizaine d’unités sont la règle et même chez des gentilshommes très lettrés, la centaine d’ouvrages est rarement atteinte.

11L’état de 1602 est dû à la plume d’Antoine Barthélemy, tabellion de Nomény consciencieux, lettré mais dont la visée principale n’est pas bibliophilique. Il n’est assisté, semble-t-il, d’aucun libraire et rédige sans doute son état seul, sans la dictée d’un autre personnage qui vaut fréquemment dans ce genre de notations des déformations phonétiques qui rendent certains titres illisibles. Il s’agit d’abord d’une prisée de meubles qui a en outre vocation à servir d’aide-mémoire pour les distractions ou retraits éventuels de biens. Les mentions de format, de lieu et de date d’édition et d’éditeurs ne paraissent pas utiles pour établir des hiérarchies de valeur. À l’exception de l’indication des Commentaires de César ou de La nef de santé imprimés « en vielle lettre » (nos 273 et 305) ou de ces exemplaires « imparfaict[s] » des Préceptes […] de Salomon de La Broue (no 24) et des Opera de Marcus Welser (no 46), les seules mentions matérielles sont essentiellement relatives aux manuscrits et aux in-folios pour lesquels on fait état surtout état des reliures. Celles-ci sont principalement « en veau rouge » (nos 27, 38, 31, 37), « en veau rouge avec des cornes » (no 47), de « velin doré sur tranche » (nos 15, 48), en maroquin (no 235), « en veau noir » (no 277). Certaines méritent un commentaire plus approfondi, comme ce « psaultier en velin escript a la main avec quelques figures enluminées et deux fermoirs d’argent doré, relié en veau rouge » (no 288) ou ces « heures en velin enluminees avec deux fermetez d’argent doré couverte de velour » (no 304).

  • 30 Ibid., t. I, p. 535.

12Cette approche pragmatique des livres trouvés à Nomény est cependant, d’une certaine manière, une bénédiction pour l’historien. En effet les défauts reprochés ordinairement à cette source particulière qu’est l’inventaire après décès sont ici largement absents. Les petits volumes, qui témoignent de la production d’actualité et d’usage quotidien – ce qu’Henri-Jean Martin appelait « “l’aile marchante” de la littérature et de la pensée30 » –, ne sont pas traités différemment des onéreux et prestigieux in-folios ; tous ont droit à une notation individualisée qui fournit des indications sur leur titre, sans qu’ils fassent l’objet d’un regroupement en paquets comme cela est souvent le cas.

13La plupart des livres (326) font l’objet d’une prisée évaluée en monnaie locale, franc et gros de Lorraine, comme le reste des biens, à l’exception des pièces d’orfèvrerie et des pièces d’habillement les plus remarquables, évalués dans la monnaie royale (écus d’or soleil). L’éventail des estimations, de 1 gros à 40 francs (soit 480 gros, à raison de 12 gros par franc) montre que l’estimation a été faite avec soin. Les critères retenus sont difficiles à restituer mais le format, le nombre de pages et les illustrations ont certainement joué à plein ; la prisée est également sensible à la reliure des livres, tandis que l’ancienneté des imprimés n’a probablement pas été bien prise en compte et a plutôt joué à la baisse. La plupart des pièces volantes ou polémiques ne dépassent pas 1 ou 2 gros, tandis que les estimations les plus importantes concernent des recueils de cartes (trois volumes des Civitates orbis terrarum de Georg Braun pour 40 francs, no 7 ; le Theatrum orbis terrarrum d’Ortelius, 15 francs, no 15 ; un autre recueil de cartes en allemand, 18 francs, no 47) et des manuscrits (un psautier enluminé, 20 francs, no 288, un autre manuscrit enluminé, 18 francs, no 18).

  • 31 H.-J. Martin note, à propos de l’inventaire après décès du duc de Luynes, la même énorme disparité (...)

14Il est permis de dégager des groupes d’ouvrages selon la prisée ainsi effectuée qui fournit une première indication sur la composition relative de cette bibliothèque : la moitié environ des titres (145) est comprise dans une fourchette de 1 à 5 gros ; un petit tiers (90) est évalué entre 6 et 11 gros ; 15 % environ (52) sont compris entre 12 et 24 gros (1 et 2 francs) ; enfin seuls 10 % environ (39) dépassent les 2 francs de Lorraine. La bibliothèque ainsi rassemblée, qui ne représente qu’une faible valeur marchande (l’équivalent de 466 francs 109 gros de Lorraine, soit 311 livres tournois 4 sous 5 deniers 1/3)31, sans être dépourvue de pièces remarquables, est relativement bien équilibrée et la répartition de sa prisée suggère une bibliothèque d’étude et de loisir autant que de prestige. L’examen des prisées fournit enfin un autre élément, de taille, à verser au dossier de l’origine des livres. Le tabellion cède à la tendance, naturelle en pareil cas, d’ordonner son travail. Il commence par les in-folios et les livres de valeur (les 20 premiers titres représentent le tiers de la valeur, soit 147 francs et 1 gros de Lorraine), inventorie spécifiquement les ouvrages en italien et en espagnol (nos 241 à 268) puis reprend l’inventaire des livres où figurent des manuscrits et des ouvrages de prix et où se retrouve l’essentiel des titres déjà présents dans la bibliothèque paternelle (32 sur 34).

  • 32 Histoire generalle…, t. II, p. 810 : « Il faisoit toujours porter l’Illiade d’Homère parmy ses arm (...)

15Il est fort possible que ces derniers volumes (nos 269 à 335) constituent la collection de livres laissés au château tandis que la partie précédente représenterait les ouvrages que Mercœur emportait avec lui sur les champs de bataille et qui seraient ainsi revenus de Hongrie avec les autres malles. Ajoutons que la fin de cet état mentionne de nombreux titres détenus en double, ce qui renforce encore l’idée d’un stock non utilisé par son propriétaire : on trouve ainsi pêle-mêle un deuxième exemplaire des statuts de l’ordre du Saint-Esprit (no 303), des Épîtres d’Antonio de Guevara (no 312), des Vies de Plutarque traduites par Amyot (no 316), des Odes d’Anacréon traduites par Belleau (no 329), de l’Œuvre de la chasteté de Nicolas de Montreulx (no 330), des Œuvres d’Étienne Jodelle (no 333) et des Facétieuses nuits de Giovanni Battista Straparola (no 334). Une telle interprétation, partiellement confirmée par une affirmation de Montreulx32, n’est pas matériellement impossible, deux ou trois grandes malles pouvant contenir lesdits ouvrages, dont une grande partie sont, répétons-le, des pièces courtes ou des in-octavos aisément maniables. L’examen de la répartition thématique et chronologique des livres inventoriés constitue un second élément d’appréciation.

  • 33 François de Chanteau, « Les bibliothèques de Nicolas de Lorraine, duc de Mercœur, comte de Vaudémo (...)

16Les chiffres (voir tableau ci-après) ont leur valeur propre et ne sauraient dégager que des tendances générales d’autant que le classement rétrospectif des livres par catégories n’est pas exempt de critique, un ouvrage d’histoire ayant par exemple valeur d’ouvrage politique ou philosophique selon les cas. Ils disent d’abord que si Mercœur est aussi un héritier en matière de livres, la bibliothèque ici inventoriée est très largement son œuvre. 142 titres sont assurément postérieurs à 1577, contre 94 certainement antérieurs à la mort de son père. Nous possédons en effet un état de la bibliothèque de son père, Nicolas de Lorraine, dressé à son décès en 157733. Celle-ci, conservée dans son pavillon de Pont-Saint-Vincent et au château de Nomény, contenait 120 titres : une faible proportion (36) est présente dans l’état de 1602 ; il est impossible de savoir qui est l’auteur de l’acquisition des autres titres (48) imprimés avant 1577. Enfin, la question de la destination des ouvrages de Nicolas de Lorraine absents de l’inventaire de son fils demeure posée.

Répartition des titres de la bibliothèque de Mercœur inventoriée à Nomény en 1602.

Répartition des titres de la bibliothèque de Mercœur inventoriée à Nomény en 1602.

Nota : trois ouvrages bilingues latin-français ont été comptabilisés trois fois dans la partie linguis

  • 34 Claude Michaud, « D’une croisade à l’autre, ou de François de La Noue au duc de Mercœur », in Jean (...)

17L’absence d’indications sûres relatives aux années d’impression empêche de conclure fermement sur la politique d’achat suivie par Mercœur au fil de son existence. Tout au plus peut-on noter des convergences avec son activité principale du moment qui n’ont sans doute rien de coïncidences. Mercœur ne cesse d’acquérir tout au long de sa vie, avec une belle constance, des ouvrages de littérature et de la poésie mais il concentra sans doute ses achats durant sa période de présence à la cour (1575-1584/1588). Les ouvrages de poliorcétique ou traitant de stratégie militaire ainsi que les « œuvres d’actualité » (pièces de circonstance, ouvrages généalogiques, etc.) datent, eux, essentiellement de sa période « bretonne » (1589-1598). Enfin, s’il est logique que sa période hongroise l’amène à se documenter sur cette région et les conflits qu’elle abrite (par exemple les ouvrages d’Achille Tarducci, nos 251 et 255), il n’est pas anodin que Mercœur ait maintenu à un haut niveau la proportion d’ouvrages de piété ou traitant de religion à un moment où il faisait figure de véritable croisé moderne34 : le tiers des ouvrages précisément datés des années 1599-1602 entre dans cette dernière catégorie.

  • 35 P. Aquilon, op. cit.

18Cette lecture, certainement simplificatrice, qui verrait se succéder le mondain, puis le prince-général d’armées et enfin le chef de guerre chrétien, possède tout de même sa part de vérité. Elle mérite d’être affinée par l’examen des titres possédés par Mercœur à la fin de sa vie. À s’en tenir à une appréciation quantitative et à la ventilation des titres par catégories, Mercœur est à bien des égards l’héritier de son père. L’un et l’autre privilégient l’histoire, la littérature, la religion et la poésie. Nicolas de Lorraine, qui fut d’abord évêque de Metz (1543-1548) et de Verdun (1544-1547) avant de contracter en 1549 le premier de ses trois mariages, possédait une bibliothèque-type de la Renaissance35. Son fils confirme ses centres d’intérêt mais élargit le spectre de ses lectures.

  • 36 Histoire generalle…, t. II, p. 810.
  • 37 P. Aquilon, op. cit., p. 203.
  • 38 H.-J. Martin, « Ce qu’on lisait… », p. 225.

19Philippe-Emmanuel de Mercœur, aux dires de Nicolas de Montreulx, « parloit allemand, italien et espagnol, entendoit latin36 ». De la sorte, il ne s’interdisait aucune langue, même si l’on est en droit de penser que la lecture d’œuvres en latin, peu présentes dans les titres postérieurs à 1577, n’était pas son exercice préféré. Malgré tout, son souci de perfectionner sa maîtrise du latin transparaît dans son choix de retenir plutôt des éditions bilingues de Virgile, Horace ou Cicéron (nos 310, 321 et 335), voire de Juan Luis Vives (no 223), que des versions françaises pures. De manière générale, il importe de souligner combien l’intense activité de traductions françaises d’œuvres latines, italiennes ou espagnoles a ouvert le public français, et singulièrement ceux qui, comme les grands aristocrates, avaient peu de temps à consacrer à l’étude des langues étrangères, à une large part du patrimoine classique. La génération du premier XVIe siècle lisait en effet avant tout Tite Live ou César dans les traductions de Pierre Bersuire ou Robert Gaguin (no 273)37. Comme son père, Mercœur privilégiait les traductions françaises d’œuvres étrangères, y compris dans des langues qu’il maîtrisait lorsqu’elles existaient (traduction du Tasse par Blaise de Vigenère, no 51 par exemple, alors qu’il lisait Aminta du même en italien, no 261). Il lui arrive même de posséder une même œuvre dans sa langue originale et dans sa version française (Francesco Guicciardini, nos 37, 81, 161, 245 ; Girolamo Cataneo, nos 61 et 246). Quant à sa pratique de l’espagnol, elle paraît moins nette que celle de l’italien comme tendrait à l’indiquer la présence de cette Parfaicte methode pour entendre, escrire et parler la langue espagnole, divisee en deux parties […] publiée à Paris en 1596 seulement. En cela, Mercœur n’est guère différent de ses contemporains peu familiers de cette langue38.

  • 39 Antoine du Val, Les Contrarietez et contredits qui se trouvent en la doctrine de Jean Calvin, de L (...)
  • 40 Histoire generalle…, t. II, p. 807.

20Les ouvrages de piété et de controverse religieuse sont relativement bien représentés dans la bibliothèque de Mercœur. Celle de son père, ancien évêque, était strictement orthodoxe et laissait apparaître quelques traces de la lutte ouverte contre la réforme calvinienne39. Mercœur manifestait une piété à l’évidence d’inspiration tridentine. Il possédait comme tout un chacun des livres de piété, en partie hérités de son père, mais marquait son souci de prendre la mesure des orientations du catholicisme réformé, dont il avait la traduction des textes officiels (no 189). Louis de Grenade (Mémorial de la vie chrestienne, paru en 1587, no 158), Francesco Panigarola (nos 53, 252 et 262) comme Bellarmin (De indulgentiis et Disputationes […] de controversiis parus à partir de 1599 et 1597, nos 214 et 236) ne sont pas ignorés. Les nouveaux lieux de dévotion, comme le pèlerinage de Lorette où il avait fait le vœu de se rendre40, suscitaient son intérêt (no 260). Les écrits de ses compatriotes ne lui étaient pas davantage indifférents, comme par exemple Guillaume Du Vair et sa Sainte Philosophie (no 221). Il suivait avec soin le sort des catholiques anglais, sans que l’on puisse savoir à ce stade si cet intérêt dépassait le strict cadre d’une sollicitude pour ses coreligionnaires pour toucher à des préoccupations plus géo-stratégiques (nos 88, 154 et 206). Dans le domaine religieux, les choix politiques n’avaient qu’une incidence relative sur les acquisitions d’un Mercœur : s’il lisait volontiers les ouvrages des ligueurs radicaux Jean Porthaise (nos 122 et 131), Jean Boucher (no 96) ou Gilbert Génébrard (no 113), il semblait apprécier les œuvres du futur cardinal Du Perron (no 230) et surtout des Du Bec (nos 104, 132 et 155), oncle et neveu, Philippe (évêque de Nantes, 1566-1598, archevêque de Reims 1598-1605) et Jean (évêque de Saint-Malo, 1598-1610) avant comme après l’épisode ligueur au cours duquel l’évêque de Nantes avait soutenu Henri IV. Les ouvrages des réformés les plus célèbres ne l’effrayaient pas davantage, comme les Et cætera de Philippe Duplessis-Mornay parus en 1600 (no 91bis).

  • 41 P. Aquilon, op. cit., p. 192.

21Sa qualité de militaire orientait tout naturellement Mercœur vers des lectures théoriques à même de compléter sa formation pratique. Telle est tout au moins la vision, anachronique, que l’on est tenté de défendre. En réalité, les études de bibliothèques le montrent, les responsables militaires ne lisent pas, avant le milieu du XVIIe siècle, les ouvrages des grands classiques de l’art militaire41. Mais dans ce domaine, Mercœur met au contraire une application remarquable à ne rien ignorer de ce que le passé antique mais surtout son siècle ont pu produire.

  • 42 A. H. Schutz, op. cit., p. 29 et 36.

22D’abord, ce capitaine se hissait à des pensées politiques. Lecteur d’ouvrages d’histoire, il l’était comme son père avant lui, dans des proportions du reste moindres. Mercœur s’ouvrit davantage à ses contemporains auteurs de traités théoriques sur l’art de gouverner. Si Machiavel n’entrait que marginalement (Histoire de Florence, no 186) dans la bibliothèque de ce catholique orthodoxe, Guichardin avait toute son admiration (nos 37, 81, 87, 143, 161, 245). Ses auteurs politiques préférés évoluaient dans une sphère politico-religieuse relativement cohérente, de Juste Lipse (no 175) en passant par René de Lucinge (nos 120 et 146) et surtout par Jean Bodin et Giovanni Botero dont il possédait les œuvres maîtresses : la République pour le premier, le Relationi universali et la Ragion di Stato pour le second. Il joint ainsi un réflexe répandu chez les Français lettrés de l’époque (la lecture de la République42) à un intérêt pour l’un des auteurs les plus novateurs dans ce domaine dans le monde catholique romain.

23Il complétait ces traités de synthèse par des ouvrages plus directement consacrés à l’art militaire. Lui servent de transition les Offices d’estat de Jacques Hurault (no 68), le Guidon de la guerre (no 110) ou encore la Theorica e practica de guerra de Bernardino de Mendoza (no 253). Il ne négligeait pas les témoignages de ses pairs, comme Guillaume Du Bellay (no 90), Blaise de Monluc (no 133) ou François de La Noue (no 87). Il avait partiellement hérité de son père un intérêt pour les questions d’artillerie et plus largement de balistique (nos 59, 63, 82 et 216). Mais surtout sa pratique de l’italien et de l’espagnol lui permettait en particulier de cueillir au plus vite ce qui s’écrivait de mieux dans ce domaine à l’époque des guerres de religion : il complétait ainsi les livres de Girolamo Cataneo, qu’il lisait en français (no 61) et en italien (no 246) par ceux de Buonajuto Lorini sur les fortifications (no 241), par les traités d’hippologie de Pasquel Caracciolo (no 248) et Federico Grisone (no 250) – qui complétait celui de Salomon de La Broue (no 24) –, ou encore le traité Delle machine, ordinanze et quartieri antichi et moderni que publia Achille Tarducci en 1597 et qui lui servit d’introduction aux réalités de la guerre en Hongrie (no 251). Certains des titres contenus dans l’état pourraient résulter d’envois directs au duc, peutêtre moins à l’aise en espagnol, comme les deux ouvrages de Bernardino de Mendoza sur les troubles des Pays-Bas espagnols et sur l’art de la guerre parus respectivement en 1592 et 1596 (nos 247 et 253).

24Ces choix, saillants par leur cohérence et leur actualité plus que par leur importance quantitative, révèlent un capitaine moderne, du goût de ceux que précisément Giovanni Botero appelait de ses vœux dans sa Raison d’Etat parue en 1589 et que Gabriel Chappuys traduisit dès 1599 :

  • 43 Giovanni Botero, trad. Gabriel Chappuys, Raison et gouvernement d’Estat en dix livres, Paris, Guil (...)

« D’autre costé les lettres produisent deux autres effects de grande importance pour la valeur militaire, l’un est qu’elles affinent et eguisent la prudence et le jugement et l’autre qu’elles excitent le desir d’honneur et de gloire […]. Pour decider cette question, je dirois que l’estude des lettres est quasi necessaire en un capitaine et la raison est pour ce qu’elles luy ouvrent quasi les yeux et luy rendent le jugement parfaict le font sage et accord. Après elles l’excitent et le reveillent par les eguillons de la gloire, de maniere que d’une part elles le rendent prudent et de l’autre hardy et la prudence conjoincte a la hardiesse conduit un capitaine a l’excellence des armes […]. Mais quant aux soldats, je confesse que les lettres ne leur sont utiles pour ce que la principalle vertu du soldat est l’obeissance prompte aux commandemens de son capitaine. Or les lettres accroissent la prudence et le jugement, ce qui convient seulement au capitaine qui doit avoir le sens et les yeux pour tous les soldats, et les soldats souz son escorte et commandement doivent estre aveugles. […] ainsi nous voyons les Suisses pour estre une nation lourde et eslongnee de toute estude estre bons soldats et les Tudesques, ceux d’Hongrie et les janissaires43. »

  • 44 Histoire generalle […], t. II, p. 810.

25De la théorie à la pratique, il n’y a qu’un pas que Mercœur avait franchi si l’on en croit Nicolas de Montreulx qui ajoute même que le duc, nouvel Alexandre, se faisait le formateur de ses lieutenants, leur faisant profiter de son apprentissage livresque : « Il sçavoit tout sçavoir en l’art militaire, se plaisant quelquefois d’en instruire ses capitaines ausquels il enseignoit l’ordre, la pieté, les loix de leur charge et le devoir de leurs exercices44 ».

  • 45 Ibid.
  • 46 Ibid, p. 812.
  • 47 H.-J. Martin, « Ce qu’on lisait… » cit., p. 223.

26Chef de guerre, Mercœur ne dédaignait pas les diverses techniques dont il était amené à se servir dans ses diverses charges. Il possédait les classiques de la cartographie de son temps, Münster (no 4), Braun (no 7), Ortelius (no 15), Ptolémée relu par Mercator (no 44), sans compter une ample collection de cartes géographiques (pièce justificative no 1). Sans disposer de Vitruve dans sa bibliothèque et à l’exception de Serlio, il y joignait les meilleurs auteurs du temps en matière d’architecture, Vignola (no 29), Philibert Delorme (no 39), Alberti (no 40) et Androuet du Cerceau (no 41). Montreulx signale à ce sujet qu’il se piquait de dresser des plans de bâtiments, en particulier ceux de ses chers capucins de Nantes : « Luy mesme continuellement prenoit le soing de la structure de l’edifice et comme grand matematicien qu’il estoit en designoit la simetrie par son bel esprit et en fournissoit la despence par sa liberalité »45. Et de fait sa bibliothèque de Nomény, si elle ne comprenait pas les œuvres du jésuite Clavius dont Montreulx soulignait qu’il était pourtant son auteur favori dans ce domaine46, admettait les titres des meilleurs mathématiciens français du siècle, François Viète (no 8), Maurice Bressieu (no 10), Oronce Fine (no 57) ou encore Charles de Bouelles (no 60), dont les dates d’édition donnent à penser qu’il pourrait s’agir des livres d’étude du jeune Philippe-Emmanuel de Lorraine. Il s’agit sans doute de la seule partie de la bibliothèque de Mercœur qui vient confirmer le phénomène de « retardement » usuellement observé dans les bibliothèques des officiers de justice avant 1560 où les ouvrages d’actualité (Rabelais par exemple) sont en général absents par suite d’une fidélité aux lectures de jeunesse de leurs détenteurs47. Si l’on ajoute encore le traité de cryptographie de Blaise de Vigenère (no 67), on pourra sans conteste conclure que l’arsenal intellectuel du responsable militaire qu’était Mercœur était aussi cohérent que de qualité.

27Cette partie de la bibliothèque révèle un Mercœur consciencieux, rigoureux, professionnel pourrait-on dire si le mot ne drainait avec lui un anachronisme de bon aloi. Ira-t-on jusqu’à affirmer qu’il n’a que des lectures utilitaires ou utilitaristes ? La place réservée au droit inciterait à répondre par l’affirmative, tant les commentaires de juristes éminents sont absents de cet état. Certes, Mercœur possède l’essentiel de la législation royale réunie dans trois ouvrages judicieusement choisis, législation d’Henri II héritée de son père (no 287) et recueils de Rebuffe (no 3) et de Brisson (no 64). Mais de Du Moulin, de Tiraqueau – lequel écrit, il est vrai, exclusivement en latin –, de Papon, il n’y a nulle trace. Le seul traité clairement identifié est le De feudis de François Hotman (no 35), dont l’objet et la date de publication (1573) pourraient du reste aussi bien faire songer à une acquisition paternelle. La visée pratique et résolument utilitaire semble avoir été retenue ainsi qu’en témoignent les textes intéressant à la fois l’ordre du Saint-Esprit (nos 74 et 303) et les coutumiers de Bretagne (nos 69, 118 et 233). La question reste enfin entière de savoir si l’acquisition de la généalogie du prince de Condé (no 152), imprimée en 1596, était liée aux perspectives, en théorie illusoires, d’une succession au trône du gendre qui lui avait été promis en 1598 en la personne de César de Vendôme, fils illégitime d’Henri IV.

  • 48 Ibid., p. 227 : « Pour nous, qui avons étudié les inventaires parisiens du XVIIe siècle, qui n’y a (...)
  • 49 Cité par H.-J. Martin, Livre, pouvoirs…, t. I, p. 539 : « Qu’il [= le courtisan] soit versé ès poè (...)
  • 50 H.-J. Martin, « Ce qu’on lisait… », p. 226-227.

28Il est cependant un domaine où Mercœur fait mentir cette explication par trop mécanique de l’usage du livre. Il s’intéressait en effet de très près à des « billevisées » d’ordinaire dédaignées par les gens de loi48 mais recommandées par Baldassare Castiglione49, la littérature et singulièrement la poésie. Ce faisant il mettait ses pas dans ceux de son père qui déjà lisait Marot (no 331). Avec Philippe-Emmanuel de Lorraine, l’amateur se muait cependant en passionné et en véritable expert. La littérature proprement dite n’était pas réellement dominante. L’époque des romans de chevalerie était révolue50 et c’est à peine si l’on peut compter, dans cette veine, la célèbre Célestine de Rojas (no 332) maintes fois réimprimée aucours du siècle ou les œuvres du Tasse (nos 51 et 261). Mercœur était un lecteur de son temps qui n’ignorait ni les inclassables Serees de Guillaume Bouchet (nos 141 et 205) ni Montaigne revisité par Marie de Gournay (no 195) et qui appréciait de temps en temps quelques tragédies (nos 127 et 169).

  • 51 Pierre Biré (cité par Guy Saupin, « Le duc de Mercœur : un mystique égaré en politique », Joël Fou (...)
  • 52 A. H. Schutz, op. cit., p. 16-25, « C. The “Pleiade” movement ».

29Mais tous l’ont dit : il était aussi poète à ses heures51. Il puisait très probablement une partie de son inspiration dans la lecture de ses célèbres homologues. Il possédait plusieurs « anthologies » poétiques (Fleurs des poètes no 179, Imagination poétique no 327, Académie des poètes no 177, etc.) mais suivait avec fidélité l’actualité dans ce domaine. En effet, il y avait peu de poètes de son temps dont il n’avait une ou plusieurs œuvres et il semblait mettre un point d’honneur à retenir avant tout les meilleurs d’entre eux. De la Pléiade, sa bibliothèque comptait cinq des sept auteurs, quelle que soit la configuration retenue pour la composition du groupe : Ronsard (nos 6 et 12), Du Bellay (nos 103 et 171), Belleau (nos 101 et 183), Baïf (no 219), Jodelle (nos 75 et 333), Pontus de Tyard (no 79). Ajoutons-y Olivier de Magny (no 95), Mellin de Saint-Gelais (no 134), Amadis Jamyn (no 176) ou Philippe Desportes (no 188) et l’on aura l’une des anthologies des poètes les plus célèbres de la période, mais pas forcément les plus présents dans les bibliothèques du moment52. La poésie d’inspiration chrétienne constituait un des points forts et originaux de cet ensemble : autour du noyau presque exhaustif de l’importante production de Nicolas de Montreulx (nos 30, 89, 128, 139, 150, 201, 212, 229, 330), figuraient des ouvrages d’Antoine Favre (no 77) ou des néo-convertis Henri (no 181) et Jean (no 187) de Sponde.

  • 53 Le catalogue de la Bibliothèque nationale de France indique Nicolas Biré alors que son prénom semb (...)

30La question du mécénat littéraire de Mercœur reste en définitive posée. En dehors de ses liens directs et évidents avec Nicolas de Montreulx, l’état de sa bibliothèque ne suffit pas à retracer des liens nets. L’examen systématique des dédicaces des divers ouvrages conservés à Nomény en 1602 fournirait peut-être un début d’explication. Notons toutefois la présence de la presque intégralité des témoins typographiques encore en notre possession de la production de l’imprimeur nantais Nicolas Desmarets (nos 100, 108, 112, 233). Manque, et cette absence étonne et doit faire songer à un autre dépôt qui ne nous est pas connu pour l’instant, l’œuvre de Pierre Biré, Alliances genealogiques de la maison de Lorraine, publiée en 159353.

  • 54 Arch. nat., Min. centr., VIII, 582, f. 384sq, ratification de la vente effectuée en leurs noms par (...)
  • 55 Voir supra n. 8.

31La destinée de cette bibliothèque ne nous est que partiellement connue. On sait que sa veuve, Marie de Luxembourg, prit un certain nombre de dispositions en 1606-1607. Le 3 juillet 1606, elle en fit retirer un certain nombre de volumes, en partie pour elle et en partie pour son beau-frère l’évêque de Verdun Éric de Lorraine. Ce dernier, d’une manière générale, obtint d’emporter l’essentiel des manuscrits décrits dans l’état dressé à Nomény. L’essentiel des distractions eut lieu sur ordonnance d’Antoine Perrel sieur de La Porte, en date du 15 décembre 1606 : elles concernaient avant tout les ouvrages de poésie, presque intégralement retirés de Lorraine pour être remis à Marie de Luxembourg. Enfin, un certain nombre de livres « techniques » (architecture, géométrie) furent attribués, par ordonnance de Marie de Luxembourg du 17 novembre 1607, à « Messeigneurs de Challigny », c’est-à-dire Charles, Henri et François de Lorraine, les trois enfants mâles du demi-frère de Mercœur, Henri de Lorraine (1570-1600) qui l’avait accompagné en Hongrie et était décédé à Vienne. Au-delà de 1607, le sort des ouvrages nous est pour l’heure inconnu. On sait que le marquisat de Nomény, avec le château, fut vendu le 13 juillet 1612 par Françoise de Lorraine et César de Vendôme au duc Henri de Lorraine (1553-1624, duc de 1608 à 1624) pour l’énorme somme de 1 425 000 francs de Lorraine, soit 950 000 livres tournois54. Mais à cette date, il y a fort à parier qu’une partie des livres avait déjà gagné Paris. Ils auraient alors pu suivre la succession des Vendôme et aboutir par héritage au début du XVIIIe siècle dans les collections des Condé55, qui malheureusement ne leur furent pas restituées à la Restauration, à la différence des archives, de sorte que le cabinet des livres de Chantilly ne semble pas contenir d’ouvrages ayant appartenu à Mercœur.

32Posséder un livre n’est évidemment pas synonyme de lecture, encore moins d’adhésion ou de plaisir partagés. Seul l’examen, lorsque cela sera possible, des exemplaires de Mercœur sera à même de conclure plus nettement dans tel ou tel sens. Malgré tout, l’ensemble rassemblé par Mercœur possède suffisamment de cohérence pour émettre sérieusement l’hypothèse que le duc était un grand lecteur et qu’il aimait ce qu’il possédait : dans son cas, il n’y a sans doute pas loin de la possession à la lecture. À ce propos citons une dernière fois Nicolas de Montreulx :

  • 56 Histoire generalle…, t. II, p. 810 et « 182 » (pour 821).

« Sa memoire estoit incomparable et seule digne d’estre appelee memoire car elle estoit sans oubly. Je l’ay quelquefois ouy racompter des histoires entieres qu’il avoit leues sans en changer que trois ou quatre mots. Il l’exerçoit tous les jours a la lecture, sans s’exempter un seul jour de cette action, a laquelle en son privé dans son cabinet il donnoit deux heures. Tous livres de pieté, d’histoire et d’honneste plaisir estoient propres a son ame qui de ces diverses fleurs composoit la douceur de ses mœurs et la cire de sa prudence. Il faisoit toujours porter l’Illiade d’Homere parmy ses armes nombre de livres avec son bagage allant a la guerre qui recevoient toutes les heures que cest exercice luy rendoient libres. […] Tellement que le temps luy restoit pour son plaisir, il l’employoit partie a l’oraison et partie a la lecture des bons livres […]56. »

  • 57 G. Saupin, op. cit.

33Avec peut-être une génération d’avance, Mercœur anticipe sur le modèle de ces grands aristocrates du milieu du XVIIe siècle dont les lectures tranchent nettement, par leur ouverture, leur diversité et leur raffinement avec ceux de leurs homologues des guerres de religion. En tout cas, la personnalité que dessine cet état de livres est sans doute moins celle d’un « mystique égaré en politique57 » que celle d’un des capitaines les plus lettrés de son temps à qui il manqua peut-être, pour devenir un parfait condottiere des temps modernes, de passer plus de temps dans la compagnie des hommes que dans celle des livres.

Annexes

ANNEXES

Structure de l’inventaire après décès du duc de Mercœur dressé au château de Nomény (1602)

Source : B. Château de Chantilly, Cabinet des titres, A 38, non numéroté, expédition papier, 40 feuillets.

Nota : en gras, les journées d’inventaire mentionnées expressément dans le document ; en romain, les pièces expressément mentionnées ; en italique, les principaux groupes d’objets inventoriés de manière cohérente.

Légende : g. : gros (soit 13 deniers tournois 1/3) ; f. : franc monnaie de Lorraine (valant 12 gros, soit 13 sous tournois 1/3, soit environ 0,75 livre tournois).

31 juillet 1602 (f. 1v)

« A la grande salle ou sont [sic] estez rapportez les coffres venus de Hongrie, qu’auroient ja estez inventoriez en la chambre de dessus le petit four, joindans la chambre de mondict sieur gouverneur et bailly » (f. 1v).

Bijoux, orfèvrerie (f. 1v-4r).

« Au grand cabinet des armes » (f. 4r).

Vaisselle d’argent (f. 4r-4v).

1er août 1602 (f. 5r)

Ouverture d’une grande casse qu’estoit en l’une des chambres basses dudict chasteau » (f. 5r).

Armes (f. 5r).

« Chambre de la grosse tour ou logeoit feu monseigneur » (f. 5r).

Habits (f. 5r-12v).

Panaches et plumeaux (f. 9v).

« Grand cabinet » (f. 10v).

Armes et harnachements (f. 13r-17r).

« Sur la cheminée du cabinet » (f. 14v).

« Du costé de la ville entre la demy croisee en la grande croisee »(f. 16r).

« De l’autre costé entre la porte et la demy croisee que regarde vers la porte hault » (f. 16v).

« Les armes, tableaux et aultres meubles que sont après les sommiers dudict cabinet » (f. 17r).

Tableaux, cartes et livres (f. 17r-17v).

« Dans une demy garde-robe fermant a deux clefz aud. cabinet » (f. 18r).

Ciels de lit (f. 18r-18v).

Armes (f. 19r-19v).

2 août 1602 (f. 20r)

« Estans retournez audict cabinet » (f. 20r).

Armes, harnachements (f. 20r-21r).

« En la chambre haulte de la grosse tour dudict chasteau » (f. 21v).

Ciel de lit, tapis, tapisseries (f. 21v-24r).

5 août 1602 (f. 24r)

« Ouverture de deux coffres bahus admenez en ce lieu sabmedy dernier par le sieur de Seronville, secretaire de feu monseigneur » (f. 24r).

Divers (f. 24v-25v).

6 août 1602 (f. 25v)

« Ouverture d’ung coffre bahus qu’est en panneterie dud. chasteau et les linges y estantz » (f. 25v).

Linges, vaisselle, meubles (f. 25v)

« En la chansonnerie » (f. 26r).

« En la saulciere » (f. 26r).

« Au garde-manger » (f. 26r).

« En la salle du commung » (f. 26r).

« Au-dessoubz de la faulce porte » (f. 26r).

« En la cave dessoubz la chappelle » (f. 26r).

« Au grenier de dessus la porte dudict chasteau » (f. 27r).

« En la chambre hault de dessus lad. porte appelle la chambre la royne » (f. 27r).

« En la garde-robe de lad. chambre » (f. 27r).

« Au petit cabinet sur la poterne » (f. 27r).

« Du costé du grand jardin aux champs » (f. 27r).

« En une chambre au-dessus de la poterne » (f. 27v).

7 août 1602 (f. 28v)

« En une chambre qu’est en la tour auprés de la porte dud. chasteau » (f. 28v).

« En une chambre au-dessoubz de la platte-forme de la grosse tour » (f. 29r).

« En ung petit cabinet qu’est au-dessoubz de lad. platte-forme joindant les chambres de lad. grosse tour » (f. 29r).

« En la chambre auprés dud. cabinet appellee la chambre de feu monseigneur de Vaudemont » (f. 29r).

« En la chambre au-dessus de la sallette » (f. 29r).

« En la grande salle » (f. 30r).

« En la chambre au-dessus des offices » (f. 30r).

« En la garde-robe d’auprès lad. chambre » (f. 30v).

« En la chambre hault de la tour qui regarde vers la porte hault » (f. 30v).

« En la chambre bas de lad. tour » (f. 30v).

« En la chambre bas au-dessoubz de la grande salle » (f. 30v).

« En la petite garde-robbe d’auprés » (f. 30v).

« En la chambre au-dessus du four et au cabinet d’auprés » (f. 31r).

« En la chambre auprés de la sallette » (f. 31r).

« En la chambre au-dessus du garde-mangé » (f. 31r).

« En la chambre du sieur chastellain » (f. 31r).

« Au grand grenier au-dessus de la chambre de dessus la sallette » (f. 31r).

« En ung autre petit grenier joindant » (f. 31r).

« Au faulx grenier de dessus led. grand grenier » (f. 31r).

« En la sallette en bas » (f. 31v).

« En la chappelle dud. chasteau » (f. 31v).

« Chapelle » (f. 31v-32r).

« En la chambre hault de la porterie » (f. 32r).

« En l’escuyerie » (f. 32r).

« En ung petit cabinet façon d’Allemaigne, ou y a plusieurs layettes, tiré du petit cabinet qu’est joindant la chambre au-dessus de la sallette » (f. 32v).

Titres et papiers (f.32v-33r).

« Au lieu et cabinet ou souloient estre les tiltres du tresor » (f. 33r).

Vente des chevaux (f. 33v-34r).

Vente de la vaisselle d’argent à Nancy (f. 34r-34v).

Fourrures (f. 34v).

Livres (f. 34v-40r).

PIÈCES JUSTIFICATIVES

Pièce justificative no 1

Curiosités, cartes et instruments scientifiques et d’écriture inventoriés au château de Nomény après le décès du duc de Mercœur.

1602, 31 juillet-7 août. – Nomény.

Source : B. Château de Chantilly, Cabinet des titres, A 38, non numéroté, expédition papier, 40 feuillets, fol.

[Chambre de la grosse tour où logeait Mercœur.]

[F. 7r.] Item plusieurs pieces de geometries.

M. Scicart en a une descharge particulliere ; tout ce qui est contenu en cet article qui fut envoyé a M. le comte de Chaligni suyvant le commandement de Madame du xvii novembre 1607.

[…] [F. 9r.] Ung petit coffret servant d’escriptoire ou sont les armes de madame de Martigues

Receu par Madame a Paris 1613.

Une layette de bois ou y a ung jeu d’eschetz.

Receu par Madame a Paris 1613.

[F. 9v.] […] Ung petit cabinet en façon d’escriptoire couvert de rouge.

Receu par Madame, 1613.

[…] Ung cachet d’or des armes de feu monseigneur avec le manche de christal de roche, prisé quatre escuz………. IIII #

[…] Treize lettres de turcqs dans plusieurs petitz sacqs de diverses couleurs, avec leurs cachetz dans des petites escuellettes de bois.

Porté a Madame.

[F. 10r.] Deux catholongues de toille picquee, prisees……….. III #.

Ung livre ou il y plusieurs patrons d’ouvraiges de lingeries, prisé………. XII g.

[Grand cabinet.]

[F. 14r.] Une piramide de bois en façon de base contenans plusieurs layettes ou le sieur chastellain a dict y avoir veu plusieurs medalles anticques d’argent.

Receu par Madame a Paris le 23 novembre 1613.

[…] [F. 14v.] […] Vingt-six masques tant d’hommes que de femmes, prisez a raison de neufz gros piece……….. XIX f. VI g.

A Son Altesse.

[Après les sommiers du grand cabinet.]

[F. 17v.] Une grande carte la ou est despeint le mapemonde.

[…] Une carte ou est reprsenté le siege de Bonnelle.

Encore une aultre mapemonde.

Une aultre mapemonde en parchemin.

Ung tablyer d’ebeine et d’yvoire avec les dames et pions.

Receu par Madame le 23 novembre.

Ung arbre de ligne des roys de France et des princes de l’Empire.

Une vielle carte de France.

Une autre vielle carte de tout le monde.

Encore une autre vielle carte de la France.

Une carte du royaume de Hongrie.

Une carte de Calle58.

[…] Une genealogie de la royalle maison de Lorraine.

Une petite carte très vielle de la Toscane.

Une petite carte de la Lorraine.

Une très vielle carte.

Cinq aultres cartes en parchemin de plusieurs contrees.

[…] Ung livre couvert de peau rouge aux armes d’espinette dont la clefest perdue.

Avec les livres.

[Grand cabinet.]

[…] [F. 20r.] Cinq livres escript en lettre turquesque.

Receu quatre.

[…] Les clefz de la ville d’Albelgrade.

Receu [par Madame 1613.]

[F. 20v.] […] Un œuf d’Inde painturé d’ung costé, prisé ung escu…. I #.

Receu [par Madame 1613.]

[Petit cabinet sur la poterne.]

[F. 27r.] […] Une petite chiepvre de bois servant a boire……. VI g.

[…] [F. 27v.] […] Deux esmouchoirs, l’ung de parchemin et l’aultre de plumes, prisez…….. XII g.

[…] Deux esventois de bois en estelles, prisé……………. II f.

[…] Ung jeux de bois appelé le troux-madame………... VI g.

[Petit cabinet au-dessous de la plateforme joignant les chambres de la grosse tour.]

[F. 29r.] Une grande armoire bois de chesne, le dessus garny de drap vert, dans laquelle y a plusieurs boucquetz qu’estois estuifs garnis, plusieurs agnus Dei, evangiles, bourses, mirouer, coffretz, chariotz, ponpes, jeux d’eschetz, gans de soye en nombre de quatre paires, cadran a pouldres, ung jardinetz en boucquetz de soye et une couppe, le tout façonné par des dames religieuses, avec ung chappellet et ung dizain d’yvoire.

Receu a Madame le 29 novembre 1602.

[Chambre du châtelain.]

[F. 31r.] […] Deux petitz orloges a sonner avec leurs contrepoix, prisez six vingtz frans………………. VIXX f.

L’un receu, l’autre est coché en l’estat des meubles qui sont restez a Nomeny.

[Cabinet joignant la chambre au-dessus de la sallette.]

[F. 33r.] […] Une petite escriptoire a la turquesque garnie d’argent avec petites chaines d’argent, prisee…………….. I #.

Distraict 1602.

[…] Une petite bouette de bois dans laquelle y a le pourtraict de l’empereur, avec cire soubz vitres.

Receu.

Une autre petite bouette de bois dans laquelle est représenté le pourtraict de Batoly59 de Transilvanie de mesme a celle cy-dessus.

Receu.

Pièce justificative no 2

Titres et papiers inventoriés au château de Nomény après le décès du duc de Mercœur. 1602, 31 juillet-7 août. – Nomény.

Source : B. Château de Chantilly, Cabinet des titres, A 38, non numéroté, expédition papier, 40 feuillets.

[F. 32v.] En ung petit cabinet façon d’Allemaigne ou y a plusieurs layettes tiré du petit cabinet qu’est joindant la chambre au-dessus de la sallette, sont estez trouvez plusieurs papiers, memoires et lettres faisans mention des affaires de la guerre de Bretaigne et de Hongrie, que lesdicts sieurs de Sivry et de La Porte ont veuz, lesquelz ilz n’ont estez d’advis debvoir estre inventoriez, esceptez ceulx qui s’ensuivent. Premierement

Renduz a Madame avec le cabinet.

Les articles generaulx et edict faict par le roy de France en faveur de la reconciliation et paix faicte entre Sa Majesté et feu mondict seigneur estant escript en six fueilletz de parchemin, signé « Henry » et plus bas « Par le roy, Pottier » avec les actz de publicquation et enregistrement dudict edict es courtz de parlement, des aydes et chambre des comptes de Paris.

Receu idem.

Item les articles secretz accordez par le roy a feu mondict seigneur, signez comme dessus, estantz escriptz en trois fueilletz de papiers, avec une jussion en parchemin de Sadite Majesté y attachee.

Receu.

Item une autre jussion en parchemin de Sadite Majesté addressant a la court de parlement de Bretaigne.

Receu.

Item une promesse faicte par monsieur l’evesque de Castres60 au proffict de mondict seigneur, pour la somme de trois milz cinq centz escus, faicte au Pont-Sainct-Vincent61, en datte du quatriesme janvier mil cinq centz quatre-vingtz dix-neuf, sur laquelle somme led. sieur de La Porte a declairé avoir esté receu par Madame mil escus et avoir esté baillé assignation par Sa Grandeur de pareille somme de mil escus a aulcuns creanciers de feu mondict seigneur.

Rendue a Madame par feu M. de La Porte.

Item une autre promesse de Jean Loriet, tresorier de Bretaigne par laquelle il congnois [sic] avoir receu de feu mond. seigneur quatres blanc signetz de luy en parchemin, chacun d’iceulx costez pour servir de quittance audict Jean Loriet de la somme de deux milz sept centz soixante dix-sept escus quanrante soublz huict deniers tournois dheuz pour le plat de mond. seigneur et ce pour les mois de decembre, janvier, fevrier et mars quatre-vingt dix-huict et porte ladite promesse qu’en cas que les sommes contenues esd. blancz montant a dix milz trois centz soixante et dix-sept escuz, quarante-six soubz et huict soient passez et allouez en la despence des comptes dudict tresorier, il payera ladite somme a mond. seigneur et non aultrement et sans que lad. promesse puisse estre tiree en consequence ; icelle promesse en datte du vingtiesme mars quatre-vingtz dix-huict.

Rendue a Madame par feu M. de La Porte.

[…] [F. 33r.] De la nous nous sommes transportez au lieu et cabinet ou souloient estres les tiltres du tresor que le sieur Juillet, chastellain, a dict estres transportez a Nancy en l’hostel de Vaudemont et estres en une garde-robe enfermee au cabinet dudict hostel, duquel cabinet messieurs du Conseil ont les clefz et n’avons trouvez que plusieurs comptes des receptes de Nomeny, Thelotz62 et aultres terres et seigneuries de feu d’heureuse memoire monseigneur de Vaudemont et de feu mondict seigneur, comme aussi plusieurs caternes, papiers, memoires et enseignementz de deniers desbourcez du maniement des affaires de Leurs Excellences qui n’ont esté inventoriez de l’advis dudict sieur de La Porte et dud. sieur procureur general.

Pièce justificative no 3.

Inventaire des livres du duc de Mercœur trouvés à son décès au château de Nomény. 1602, 31 juillet-7 août. – Nomény.

Source : B. Château de Chantilly, Cabinet des titres, A 38, non numéroté, expédition papier, 40 feuillets, f. 34v-40.

Légende : en corps plus petit, notes de retraits ou de remises d’ouvrages portées en marge de certains titres et systématiquement accompagnées de la biffure du montant de la prisée ; tous les autres titres, sont accompagnés de la mention « Bon » portée en marge (mention non reportée dans la présente édition) ; pour la valeur du gros (g.) et du franc de Lorraine (f.), voir la légende de la pièce justificative no 1.

Les ouvrages ont été prioritairement identifiés à l’aide du catalogue électronique OPALE-PLUS de la Bibliothèque nationale de France. Lorsqu’une seule édition était mentionnée avant 1602, elle a seule été indiquée ; dans le cas d’une pluralité d’éditions, la première version du titre et la mention des différentes dates d’édition ont été notées, à l’exception de rééditions trop nombreuses. Tous les commentaires bibliographiques se rapportent à la période antérieure à 1602.

Lorsqu’il a été possible de lever le doute à l’aide de l’inventaire d’Antoine de Lorraine (François de Chanteau, Les bibliothèques de Nicolas de Lorraine, duc de Mercœur, comte de Vaudémont, dans Mémoires de la Société d’archéologie lorraine, t. VIII, 1880, p. 340-358), seule l’édition indiquée a été retenue ; suivis du numéro d’ordre dans l’inventaire, « Chanteau-I » désigne les ouvrages présents au Pont-Saint-Vincent en 1577, « Chanteau-II » ceux qui étaient présents à Nomény.

De manière générale, l’expression « autres éditions » signifie « autres éditions possibles dans le contexte », soit avant la mort d’Antoine de Lorraine en 1576, soit avant celle de Mercœur en 1602, et ne préjuge nullement des éditions postérieures qui ne sont pas indiquées dans ce cas.

Estat et prisées de tous les livres trouvez audict chasteau premier

[1.] Les Œuvres de Cornelius Tacitus en françois, lavé et reiglé, prisées63………… IX f.

[2.] Les Vies de Plutarque reliez en veau rouge, prisées64……………... XIII f.

[3.] Ordonnances royaulx de Rebuf, les deux volumes ensembles reliez, prisez65……….. V f.

Les Ordonnances sont appartiennent à Emerot, encores qu’elles soient cy inventoriées parce qu’elles y furent compris à cause qu’elles estoient dans une caisse où estoient les aultres livres du present inventaire.

[4.] Deux Cosmographie de Moustier, prisées66……………. X f.

Une desdites Cosmographie appartient à Emerot, laquelle neanmoings fut inventoriée avecques les aultres livres presens parce quelle estoit dans la caisse où lesd. livres estoient.

[5.] Tite Live en françois reliez en deux volumes, prisez67…………… XIIII f.

[6.] Les Œuvres de Ronsard68……………………. V f.

[7.] Civitates orbis terrarum aucthore Georgio Braunio en trois volumes reliez de veau rouge, prisez69………………. XL f.

[8.] Mathematica Franciscy Vietæi prisé70………….. XXX g.

À messeigneurs de Challigny par ordonnance de Madame du XVIIe novembre 1607.

[9.] Compendiosa totius anatomiæ Thomæ Gemini, prisé71………….. II f.

[10.] Mathematica Bressii72…………… IX g.

À Messeigneurs de Challigny.

[11.] Hystoires de Bretaigne73……………. XXX g.

[12.] Encor une Œuvre de Ronsard, prisée74……………. IIII f.

Distraict pour Monseigneur de Verdun par ordonnance de Madame du IIIe juillet 1606.

[13.] Deux tableaux de toutes les artz liberaulx, prisez75……………. XX g.

Manquent.

[14.] Abrégé de la creation du monde figuré en petits volumes…………… XII g.

[15.] Theatrum orbis terrarum Ortelii, relié de velin doré sur tranche, prisé76…………. XV f.

[16.] Mémoires Du Bellay, prisez77………………….. II f.

[17.] Encor Cornelius Tacitus en françois petit papier, prisé78……………... III f.

A Monseigneur de Verdun.

[18.] Ung livre en velin escript a la main, avec beaucoup de figures enluminées petit, prisé…………….. XVIII f.

[19.] Deux Religions des anciens Romains en parchemin reliez79…………… XX g.

[20.] Deux Mémoires de Commines80…………. XII g.

[21.] Ung petit livre en parchemin escript à la main………….. V g.

[22.] Bodin De la Républicque, prisé81…………. XXX g.

[23.] Histoire de Paul Emile reiglé et relié en velin doré, prisé82………….. V f.

[24.] Escuyrie du sieur de La Broue, imparfaict83……….. XII g.

Distraict par ladicte ordonnance de Madame du IIIe juillet 1606.

[25.] Descriptio publicæ gratulationis in adventu principis Ernesti in Flandria cum figure, prisé84………… III f.

[26.] Devis de Paul Jove, prisé85…………… XII g.

[27.] Cartes de divers pays en ung petit livre, prisé……………. XII g.

[28.] Septem novæ legie sacramenta, figures, prisé86……………. VI g.

[29.] Architectura Jacobi Barozii, prisé87……………….. IX g.

À Messeigneurs de Challigny.

[30.] Poesie de Olenix du Mont Sacré escript a la main, pourtraictz et figures des termes, prisé88…………………. V g.

À Monsieur Doublart.

[31.] Inlustrium virorum ut extant in Urbe expressi Vultue relié en veau rouge, prisé89…………. X g.

[32.] Recueilz de plusieurs villes en latin en ung petit livre longuet, prisé………………. XVIII g.

[33.] Vigilles du feu roy Charles septiesme, prisées90……………….. III g.

[34.] Les dictz des philosophes en velin, escript a la main, reliez, prisez91……………….. XV g.

[35.] Hotomanne De feudis, prisée92……………….. XII g.

[36.] Histoire d’Appian alexandrin relié en parchemin, prisé93…………… XIIII g.

[37.] Histoire d’Italie de Guichardin, relié en veau rouge94…………….. XXX g.

[38.] Les généalogies des contes de Flandres reliezen veau rouge, prisez95…………….. XII g.

[39.] Archetecture de Philbert de Forme [sic] relié en parchemin96………………. XX g.

À Messeigneurs de Challigny.

[40.] Archetecture de Leon Baptiste Albert, prisée97……………….. XX g.

[41.] Architecture de Jacques de Cerceau en deux volumes, l’ung en parchemin et l’autre en cuir, prisez98……………………… V f.

[42.] Memoires du Tillet99……………………. XVIII g.

[43.] Liber secundus totius universi urbium Georgii Braunii, relié en velin, prisé100…………… IIII f.

[44.] Tabulæ geographicæ Ptolomei paintes, prisé101…………………. III f.

[45.] Cartes du monde painctes, prisées……………….. IIII f. VI g.

[46.] Opera Marci Velseri blanc imparfaict, prisé102……………… IX g.

Distraict par l’ordonnance de Madame du IIIe juillet 1606.

[47.] Ung livre en allemand de plusieurs cartes reliez en veau rouge avec des cornes, prisé……………….. XVIII f.

[48.] Heures à l’usaige de Rome, reliée de velin doré sur tranche, prisée103……………. III f. VI g.

[49.] La mitologie des fables, prisé104………………. V g.

[50.] Institutions morales de Picolomini, prisé105………………. XVIII g.

[51.] La Hierusalem de Tarquato Tasso106……………. XVIII g.

[52.] Religion des anciens Romains107………………. XII g.

[53.] Sermons de Panigarolle108…………… XX g.

[54.] Deux Promptuaires des médalles109………………. XII g.

[55.] L’entrée du roy Charles neufvieme à Bayonne110…………….

[56.] Cinquante jeux diverses [sic]111……………………. V g.

Monsr Doublart l’a distraict avecq beaucoup d’aultres de l’ordonnance de feu Monsr de La Porte du XVe decembre 1606.

[57.] La geometrie d’Oronce, prisée112……………. III g.

A messeigneurs les comte de Challigny par ladicte ordonnance de Madame.

[58.] Annalles de Corneille Tacite, prisée113……………….. XVI g.

[59.] Deux Artifices de feu et de diverses instrumentz de guerre, prisé114... VI g.

[60.] La geometrie de Bouelles, prisée115………….. V g.

A mesd. seigneurs de Challigny.

[61.] Le capitaine Cataneo, prisé116……………….. V g.

[62.] Compendium miraculorum s. Leopoldi, prisée117……………... III g.

[63.] Declaration de l’usaige du graphemote118…………… III g.

[64.] Code du roy, prisé119………………. III f. VI g.

[65.] Commentaires de Cæsar, prisé120…………... XXX g.

[66.] La venerie de Fouillu121…………. III g.

[67.] Traicté des chiffres, prisé122…………… XX g.

[68.] Offices d’Estat123…………. XV g.

[69.] Coustumes de Bretaigne124………………………..

[70.] La geomance de La Taille, prisée125……………. IIII g.

Aud. sr Doublart.

[71.] Tragedie de Saphocles126…………….. I g.

[72.] Apologie du prince d’Orenge127………………. I g.

[73.] Navigation de Nicolai, prisée128……………. III g.

[74.] Les statuts et ordonnances du Sainct-Esprit, prisées129…………….. XII g.

[75.] Les Œuvres de Jodel, prisées130……………... X g.

[76.] La conjonction des lettres et des armes, prisées131……………… VI g.

[77.] Poesie d’Anthoine Favre, prisé132………………. II g.

[78.] Theatrum crudelitatum, prisé133…………... IX g.

[79.] Discours de la nature du monde, prisez134……………... V g.

[80.] La fauconnerie de Franchier, prisée135……………….. IIII g.

[81.] Advis de Guichardin136………………………………..

[82.] La prothethnie ou l’art du feu, prisée137……………. VI g.

[83.] L’amiral de France, prisé138……………… III g.

[84.] Ephemerides perpetuelle, prisée139……………. VI g.

[85.] Ung prothocolle en allemant, prisé………………….

[86.] La methode de lire les histoires, prisée140…………….. V g.

[87.] Observations militaires, prisées141……………... XVI g.

[88.] Deux Scismes d’Angleterre, prisez142…………….. XII g.

[89.] La ryme d’Olenix du Mont Sacré, prisée143………………... III g.

Aud. sr Doublart.

[90.] Discipline militaire du Bellay, prisée144………………….. VI g.

[91.] Antiquitez gauloises, prisée145………………... IX g.

[91bis.] Les et cetera Du Plessis prisez146………………... IIII g.

[92.] Deux Histoires du grand empereur Tamerlandt147………………... VI g.

[93.] Theologie naturelle, prisée148………………… XII d.

A monsr Doublart.

[94.] Une bible en françois, prisée149………………. II g.

Aud. sr Doublart.

[95.] Les amours de Olivier de Magny150………………... III g.

Aud. sr Doublart.

[96.] Sermons de Bouchers, prisez151……………….. XII g.

[97.] Histoires de Zenophon152………………... II g.

[98.] Chrestienne confutation du point d’honneur, prisée153…………….. IX g.

[99.] Arthmetique [sic] de Forcadel, prisée154…………... III g.

A messeigneurs de Challigny.

[100.] Arrest de la cour de parlement de Bretaigne155……………...

[101.] La bergerie de Belleaue, prisée156………………… VI g.

A monsr Doublart.

[102.] Les plaintes des estatz de France faictes au roy Charles sixiesme, prisée157…………….. III g.

[103.] Œuvres poetiques du Bellay, prisées158…………….. VI g.

[104.] Deux Sermons du Bec, prisez159………………. XXI g.

[105.] Premier descouvertes Du Plessis, prisez160………………. VIII g.

[106.] L’inocence de la royne d’Escosse, prisée161……………… VII g.

[107.] Discours du voyage de Hierusalem162……………….

[108.] Devis d’ung catholicque et d’un politicque163……………….

[109.] Plaidoié de Marion, prisé164……………… VIII g.

[110.] Le guidon de la guerre, prisé165………………. III g.

[111.] La sphere de Piccolomini166…………………….

[112.] Original des troubles de ce temps, prisé167……………. III g.

[113.] Liturgie de Genebrald [sic], prisée168……………… VII g.

[114.] De la vicissitude des choses en l’univers, prisées169…………... IIII g.

[115.] Deux Histoires des troubles, prisées170………………... XII g.

[116.] Secretz d’Alexiæ [sic], prisez171………………. II g.

[117.] La parfaicte methode pour parler espagnol, prisée172……………... III g.

[118.] Coustumes de Bretaigne173……………….

[119.] Le favory de court, prisé174…………………... II g.

Led. sr Doublart.

[120.] Le premier loysir de Rene de Lusinge, prisé175……………… III g.

Led. sr Doublart.

[121.] Le guidon general des financiers, prisé176…………………. X g.

[122.] Sermons des Porthaise, prisez177……………….. III g.

[123.] Les vengeances divines de Drolvin [sic], prisée178……………. VI g.

[124.] Consolation de philosophie, prisée179………….. IIII g.

[125.] Declaration faicte par Monsr le prince de Condé180……………...

[126.] L’Iliade d’Homere, prisez181……………….. III g.

[127.] Œuvres poetiques de La Taille, prisée182…………… VIII g.

[128.] L’Espagne conquise, prisée183…………………... XII g.

[129.] Emblemata Attiati [sic], prisée184……………… VI g.

[130.] Discours veritable du duc du Maine sur les estats tenus a Paris, prisez185…………. IIII g.

[131.] Discours de la doctrine ecclesiasticque, prisé186……………... VI g.

[132.] Deux meditations de la flamme amoureuse, prisez187…………. VI g.

[133.] Premier tome de Blaise de Montluc, prisée188……………. IIII g.

[134.] Œuvres poetiques de Melin, prisez189……………….. II g.

Led. sr Doublart.

[135.] P. Aemilius Derebus gestis Gallorum, prisez190……………… III g.

[136.] La vie de Jesu Christ en rhimes, prisée191………………….. V g.

[137.] Opuscules de Plutarcque reliez en velin, prisez192……………… IIII f.

[138.] Dictionarius latinus, prisé193………………... III g.

[139.] Second livre des Bergeries de Juliet, prisé194…………………… VI d.

Led. sr Doublart.

[140.] Tome second de l’Histoire de Joseph, prisé195………………... VI g.

[141.] Serées de Bouchers, prisez196……………….. III g.

Aud. sr Doublart.

[142.] Histoire de Tite Live, prisée197………………. XV g.

[143.] Tome second de Guichardin, prisé198………………… VIII g.

[144.] Tome second du Jardin de plaisir, prisé199……………….. XII g.

[145.] Premier livre des Œuvres moralles de Descaures200……………… VII g.

[146.] La naissance et cheute des estatz prisez201……………… III g.

[147.] Deffences du college de Clermont, prisée202………………...

[148.] Sermons sur la salutation angelicque, prisées203,……………… V g.[149.].

Etimologie des motz françois, prisez204………………….. III g.

[150.] La riviere pastorelle, prisée205……………… III g.

Aud. sr Doublart.

[151.] Histoires des guerres de Troye206…………………

[152.] Genealogie du prince de Condé207………………. III g.

[153.] Traicté de l’amityé en forme de paradoxe208……………….

[154.] Les persecutions faicte [sic] aux chrestiens qui se trouvent en Angleterre, prisée209…………………. I g.

[155.] Sermons sur la paix de France, prisez210………………... I g.

[156.] Du droict que pretend le filz de la royne d’Escosse a la couronne d’Angleterre211……………….

[157.] Satire menipée, prisée212………………. I g.

Led. sr Doublart.

[158.] Memorial de la vie chrestienne, prisée213……………. IX g.

[159.] Offices de sainct Ambroise, prisées214……………. IX g.

[160.] Discours de Capelloni, prisez215……………… VI g.

[161.] Heures de recreations, prisées216……………….. III g.

Led. sr Doublart.

[162.] Discours de l’estat de France217……………... II g.

[163.] La necessité commedie218……………….. II g.

Led. sr Doublart.

[164.] Meditations de sainct Augustin, prisée219……………….. VII g.

[165.] Deux des chastes amours d’Helene de Marthe, prisez220…………….. X g.

Led. sr Doublart.

[166.] Tombeau des hereticques, prisé221………………. X g.

[167.] La pucelle d’Orléans, prisée222………………. VI g.

Aud. sr Doublart.

[168.] Amours de Lozie, prisée223……………….. V g.

Aud. sr Doublart.

[169.] Tragedie de Pierre Mathieu, prisée224…………….. III g.

Aud. sr Doublart.

[170.] Histoire des Macabées, prisées225…………………. V g.

[171.] Œuvres du Bellay, prisées226, VI g.

[172.] Nuict facessieuses de Straparolles, prisées227………………. IIII g.

Aud. sr Doublart.

[173.] Histoire de Herodote, prisée228………………….. VIII g.

[174.] Fiammette de Bocase italien et françois, prisé229……………….. VIII g.

Aud. sr Doublart.

[175.] Les politicques de Lipse, prisée230………………… IX g.

[176.] Œuvres poeticques d’Amadic Jamin, prisé231………………… X g.

Aud. sr Doublart.

[177.] L’accademie des poetes, prisé232………………… VI g.

[178.] Les honnestes loisir de monsieur de La Motte, prisez233………………. III g.

Aud. sr Doublart.

[179.] Deux fleurs des poetes, prisées234………………. IIII g.

[180.] Methamorphose d’Ovide, prisé235……………... VI g.

[181.] Les cimeti[e] res sacrées de Sponde, prisée236……………. IIII g.

[182.] Commedie de Dante, prisée237……………. II f.

Aud. sr Doublart.

[183.] Œuvres de Belleau, prisée238………………….. VIII g.

Aud. sr Doublart.

[184.] Collocques de Cordier, prisée239……………... III g.

[185.] Memoires de Commines, prisez240……………. V g.

[186.] Histoire de Florence, prisez241……………. IIII g.

[187.] Declaration de Sponde, prisez242……………. VI g.

[188.] Œuvres de Desportes, prisé243…………… III g.

[189.] Concile de Trente, prisé244…………….. V g.

[190.] Remonstrance des jesuistes au roy, prisée245…………… III g.

[191.] Responce a la sentence de P. Panne, prisé246……………….. III g.

[192.] Sermons funebres de Monseigneur de Guise247……………….

[193.] Colloque chrestien248……………….

[194.] Amours d’Eurial et de Lucresse, prisé249……………….. III g.

Aud. sr Doublart.

[195.] Promenoir des Montaignes, prisé250……………….. III g.

Aud. sr.

[196.] Amours de la belle du Luc, prisé251……………………. II g.

Aud. sr Doublart

[197.] Les travaulx sans travail, prisé252………………. VIII g.

Aud. sr Doublart.

[198.] Reparties sur la deffence de l’inconstance, prisée253………………… I g.

Aud. sr Doublart.

[199.] La courtisane bourdeloise254………………….. II g.

Aud. sr Doublart.

[200.] Œuvres poeticques de Jacques Curtin [sic]255…………………… III g.

[201.] Œuvres de la chasteté, prisé256……………….. XII g.

Aud. sr Doublart.

[202.] Œuvres de Guillaume du Buis, prisé257………………. II g.

[203.] Œuvres de Galien des choses nutrituces, prisées258……………… III g.

[204.] Dialogue de Democrite, prisé259……………... II g.

[205.] Troisiesme livre des Serées de Bouchers, prisez260………………… VIII g.

Aud. sr Doublart.

[206.] Martir de la royne d’Escosse, prisé261………….. VII g.

[207.] Discours fantasticque de Justin, prisé262……………. V g.

[208.] Meditations du Père Drogon [sic], prisé263……………… III g.

Aud. sr Doublart.

[209.] Epistres de Ciceron en françois, prisé264……………… III g.

[210.] Summula Caietani, prisé265………………. V g.

[211.] Margueritte des Marguerittes, prisé266………………. V g.

Aud. sr Doublart.

[212.] Second et quatriesme livre des Bergeries de Juliette267…………….. XVIII g.

Aud. sr Doublart.

[213.] Histoire de Heliodorne [sic], prisée268………………. III g.

[214.] Indulgences de Bellarmin, prisé269………………. IIII g.

[215.] Chemin de vertu, prisé270………….. II g.

[216.] La praticque du compas Barrois pour la geometrie271…………...

[217.] Second tome des Histoires tragicques, prisé272…………………. IIII g.

Aud. sr Doublart.

[218.] Discours de la vie et de la mort273………………. II g.

Aud. sr Doublart.

[219.] Les enseignementz d’Anthoine de Baif, prisé274……………… I g.

[220.] Histoires prodigieuses, prisées275………………….. III g.

[221.] La sainte philosophie, prisée276……………… IIII g.

[222.] La praticque chrestienne, prisée277……………... I g.

[223.] Dyalogue de Vives, prisé278……………….. I g.

[224.] Conversion de la Magdelaine, prisée279……………... II g.

[225.] Combat spirituel, prisé280……………. II g.

[226.] Confession de Grenade, prisé281……………… III g.

[227.] Discours de la misere de ce temps, prisé282……………….. VIII g.

[228.] Deux Ode d’Anacreon, prisé283…………………... II g.

[229.] Œuvres chrestiennes d’Olenix du Mont Sacré, prisé284…………….. II g.

[230.] Discours spirituel de Du Perron285……………………. I g.

[231.] L’adresse des esgarrez286…………... II g.

[232.] Consentement de la Vierge287…………….. II g.

[233.] Les previleges de Bretaigne288………………..

[234.] Psaultier en françois de Vigener, prisé289…………………. XX g.

[235.] Heures MS en velin enluminé et relié en maroquin prisée…………. IIII f.

A monseigneur de Verdun.

[236.] Controverses de Bellarmin doré en tranche, prisée290……………... XII g.

[237.] Deux Heures de conciles, prisées………………. IIII f.

A monseigneur de Verdun.

[238.] Heures du roy taille douce a peint fer, prisé………………. VI g.

A monseigneur de Verdun par ladicte ordonnance du IIIe juillet 1606.

[239.] Officium hebdomadæ sanctæ dorée sur tranche de veau rouge…………….. XV g.

[240.] Office du Sainct-Esprit dorée, prisée………………... VII g.

A mond. seigneur de Verdun.

Livres en italien, en espagnols

[241.] Fortificationi di Lorini, prisé291………………. IIII f.

[242.] Spechio di gerra di Francesco Panigarolla, prisé292……………. XVIII g.

[243.] Relationi di Giovanni Botero, prisé293……………… II f.[244.].

Historia de universale de Turchi, prisé294……………….. XXX g.

[245.] Historia d’Italia Guichardini, prisé295………….. XXX g.

[246.] De l’art militari di Girolamo Cateneo, prisé296………………. XII g.

[247.] Commentarios de Dom Bernardino de Mandoça, prisé297…………... XXX g.

[248.] La gloria del cavallo, prisé298…………………. II f.

[249.] Cosmopeia in duo prima capita fratrie Jacobi, prisé299……………… VI g.

[250.] Cavalcare del s. Grisone, prisé300………………. IX g.

[251.] Delle machine Georgio Basta, prisé301……………... VII g.

[252.] Tratado del Bartolome Phelippe prisé302……………... III g.

[253.] Theorica y practica de guerra, prisé303……………... VI g.

[254.] Arte della gerra, prisé304……………... VII g.

[255.] Il Turco vincibile in Ungaria, prisé305…………….. IIII g.

[256.] Della ragione dy Stato, prisé306…………….. VII g.

[257.] Libro del santo crucifixo, prisé307…………… III g.

[258.] Historia milagros hechoc, prisé308……………. III g.

[259.] Epistolas de Guevarra, prisé309…………….. IIII g.

[260.] Historia di santa Loreta, prisé310………………. III g.

[261.] Aminta di Torquato Tasso, prisé311…………….. III g.

[262.] Panigarolla sopra salmi, prisé312……………. IX g.

[263.] Las comedias de Joan de la Cueva, prisé313…………………. X g.

[264.] Historia imperial di Cesaria [sic], prisé314…………... XVIII g.

[265.] Parte prima della Cronica del Perù, prisé315…………... IIII g.

[266.] Los emblemas de Alciato, prisé316……………… IIII g.

[267.] Il cortegiano del conte Baldesar, prisé317…………... III g.

[268.] Bible en françois reliez en veaux, prisée318……………... VII f.

Aud. sr Doublart.

[269.] Œuvres de sainct Cyprian, prisez319……………. IIII f.

[270.] Bible en françois de Turnon, prisée320…………… VI f.

Aud. sr Doublart.

[271.] Histoire de Pline, prisées321………………… IX f.

[272.] Ung livre escript à la main relié en bois, prisé………….. II f.

[273.] Commentaire de Jules Cesar en vielle lettre, prisé322……………. V g.

[274.] Description de l’Affricque, prisée323………………... XX g.

[275.] Les chronicques de Froissart, prisées324……………... VII f.

[276.] Tite Live en allemant, prisée325…………….. II f.

Distraict pour monseigneur de Challigny par ordonnance de Madame du XVIIe novembre 1607.

[277.] Histoire de Joseph en velin escript a la main relié en veau noir, prisé326……………. X f.

A mond. seigneur de Verdun.

[278.] Annales de France de Belforest, prisé327……………… XXX g.

[279.] Annales de Zonare, prisée328………………. II f.

[280.] Histoire de Justin329……………... VIII g.

[281.] Augusta Taurinorum Pingonii, prisé330…………... VI g.

[282.] Histoire paladine, prisée331…………….. VI g.

[283.] Histoire de nostre temps, prisé332……………… IIII g.

[284.] Histoire d’Erodian, prisée333…………….. IIII g.

[285.] Abregé de la creation du monde en velin, relié de cuir334……………. XX g.

[286.] Triomphe du roy François premier, prisé335………….. IIII g.

[287.] Edictz du roy Henry deusiesme, prisez336…………….. XII g.

[288.] Psaultier en velin escript a la main avec quelques figures enluminées et deux fermoir d’argent doré, relié en veau rouge, prisé………………. XX f.

[289.] Histoire de Castriotte, prisée337……………... XVIII g.

Distraict par ladicte ordonnance de Madame du IIIe juillet 1606.

[290.] La ciropedie de Xenophon, prisée338……………... VI g.

[291.] Discours de l’immortalité de l’ame, prisé339……………. II g.

[292.] Ethiques d’Aristote, prisé340…………….. III g.

[293.] Combat de Mutio, prisé341……………….. VIII g.

[294.] Epistres dorees de Guevar, prisee342…………….. II f.

[295.] Histoire du monde de Belforest, prisé343…………… IX g.

[296.] Histoire de l’Inde, prisé344…………….. VI g.

[297.] Enseignement d’Isocrate, prisé345…………….. III g.

[298.] Description des provinces, prisé346……………... IIII g.

[299.] Missives des dames de la Roche, prisees347………….. III g.

Aud. sr Doublart.

[300.] Cronicques de Savoye, prisées348……………. VI g.

[301.] Dyalogue de Baptiste Mantuan, prisee349………………. VII g.

[302.] Oratio funebris cardinalis Gu[i]sii, prisé………………. X g.

A mesd. seigneurs de Challigny.

[303.] Encor ung statut et ordonnance du Sainct-Esprit350……………... XII g.

[304.] Heures en velin enluminées avec deux fermetez d’argent doré couverte de velour, prisee351……………………. XV f.

[305.] La nef de santé en vielle lettre, prisee352…………………. III g.

[306.] Traicté de Stanislave, prisé353…………………….. VIII g.

[307.] Neuvilleus de pulchritudine animi, prisé354……………... VI g.

[308.] Valerius Maximus latin, prisé355…………………. II g.

[309.] Juvenalis, prisé356……………….. III g.

[310.] Virgile latin et françois, prisé357………………. VII g.

[311.] Mirouer de consolation, prisé358…………….. IX g.

[312.] Epistres doree de Guevar, prisées359…………….. X g.

[313.] Histoires des Indes occidentales, prisées360……………… X g.

[314.] Trium poetarum, prisé361…………….. IIII g.

[315.] Quatre opusculles de Seneque, prisées362………………. II g.

[316.] Tome second des Vies de Plutarcque, prisé363……………. IX g.

[317.] Bocase des dames de renom, prisé364………………. III g.

Aud. sr Doublart.

[318.] Cronica Carionis, prisé365……………….. III g.

Aud. sr Doublart.

[319.] Premier livre de la troisieme decade de Tite Live366…………….. IIII g.

[320.] Les figures du Nouveau Testament, prisées367………….. III g.

[321.] Horace latin françois, prisé368…………… IIII g.

[322.] Methamorphoseon Ovidii latin allemand, prisé369……………….. VIII g.

[323.] Refutation de Mathieu de Launois, prisé370……………… V g.

[324.] Distiques moraulx, prisez371………………. I g.

[325.] Quadrains historiques de la Bible, prisé372………….. V g.

[326.] Discours des justes causes et raisons, prisé373…………….. I g.

[327.] Imagination poeticque, prisé374………………. I g.

[328.] Nicolai Puquantii orationes duæ, prisé375……………... I g.

[329.] Encor une Ode d’Anacreon, prisée376……………… I g.

[330.] Encor une Œuvre de la chasteté, prisée377……………… IX g.

Aud. sr Doublart.

[331.] Œuvres de Marot, prisées378………………. VII g.

Aud. sr Doublart.

[332.] La Coelestine, prisée379……………. IIII g.

Aud. sr Doublart.

[333.] Œuvres de Jodel, prisez380……………….. VII g.

Aud. sr Doublart.

[334.] Facetieuses nuit de Straparolle, prisée381……………... IIII g.

Aud. sr Doublart.

[335.] Et sentence de Ciceron latin françois, prisé382………………... V g.

Index des auteurs et traducteurs

Aeneas Silvius : 194

Alberti (Leone Battista) : 40

Alciat (André) : 129, 266

Ambroise (saint) : 159

Amelin (Jean de), trad. : 319

Amyot (Jacques), trad. : 2, 213, 316

Anacréon : 228, 329

Androuet du Cerceau (Jacques) : 41

Aneau (Barthélemy) : 327

Angeliti (Girolamo) : 260

Appien : 36

Argentré (Bertrand d’) : 11, 69, 118

Augustin (saint) : 164

Auvergne (Martial d’) : 33

Baïf (Jean-Antoine de) : 219

Bandello (Matteo) : 217

Barny (Pierre) : 147

Baron (Jacques) : 227

Barrois (François) : 216

Bartelon (Pantaléon) : 324

Basanier (Martin) : 84

Bellarmini (Roberto) : 214, 236

Belleau (Remi) : 101, 183 ; trad. : 228, 329

Belleforest (François de) : 106, 295 ; trad. : 4, 140, 161, 217, 278, 311

Benoît de Norcia : 305

Béroalde de Verville (François) : 167

Biringuccio (Vannocchio): 82

Blackwood (Adam): 206

Boaistuau (Pierre): 220

Bocaccio (Giovanni) : 174, 317

Boch (Johannes) : 25

Bodin (Jean) : 19, 86

Boèce : 124

Boillot (Joseph) : 59

Botero (Giovanni) : 243, 256

Boucher (Jean) : 96

Boucher (Nicolas) : 76

Bouchet (Guillaume) : 141, 205

Bouchet (Jean) : 286 ; trad. : 194

Bouelles (Charles de) : 60

Bourgoing (François), trad. : 140

Bourgueville (Charles de) : 291

Braun (Georg) : 7, 43

Brèche (Jean), trad. : 136

Bressieu (Maurice) : 10

Brinon (Yves de), trad. : 186

Brisson (Barnabé) : 64

Caietani (Tommaso) : 210

Capelloni (Laurent) : 160

Cappel (Ange) : 315

Caracciolo (Pasqual) : 248

Carion (Johann) : 318

Carle (Lancelot de), trad. : 306

Castiglione (Baldassare) : 267

Cataneo (Girolamo) : 61, 246

Caumont (Jean de) : 166

Caurres (Jean des) : 145

Caze (Jean) : 218

César : 65, 273

Chappuys (Antoine), trad. : 293

Chappuys (Gabriel), trad. : 53, 174, 208, 256, 278

Charondas Le Caron (Louis) : 64

Charpentier : 117

Cheffontaines (Christophe de), dit Penfeunteniou : 98

Chomedey (Jérôme), trad. : 37, 87, 143

Cicéron : 209, 335

Cieza de Léon (Pedro) : 265

Colin (Nicolas), trad. : 226

Collin (Jean), trad. : 284

Commines (Philippe de) : 20, 185

Coras (Jean de) : 225

Cordier (Mathurin) : 184

Corneille (Martin) : 38

Coster (François de) : 191

Courtin de Cissé (Jacques) : 200

Cravaliz (Antonio de), trad. : 265

Crespet (Pierre) : 144

Cyprien (saint) : 269

Danfrie (Philippe) : 63

Dante : 182

Davity (Pierre) : 197

Davy Du Perron (Jacques) : 230

Daza Pinciano (Bernardino) : 266

Démocrite : 204

Des Roches (Catherine) : 299

Des Roches (Madeleine) : 299

Desportes (Philippe) : 188

Dolet (Étienne), trad. : 209

Dominici (Bernard) : 192

Drouin (Daniel) : 123

Du Bec (Jean) : 92, 132

Du Bec (Philippe) : 104, 155

Du Bellay (Guillaume) : 90

Du Bellay (Joachim) : 103, 171

Du Bellay (Martin) : 16

Du Buys (Guillaume) : 202

Du Choul (Guillaume) : 19, 52

Du Fouilloux (Jacques) : 66

Du Moulin (Antoine), trad. : 65

Du Périer (Antoine) : 168

Du Perron : voir Davy Du Perron

Du Pinet (Antoine), trad. : 271

Du Tillet (Jean) : 42

Du Vair (Guillaume) : 221

Dueñas (Juan de) : 311

Duplessis-Mornay (Philippe) : 91bis, 105, 218

Estaço (Aquiles) : 31

Fauchet (Claude) : 91

Favre (Antoine) : 77

Felippe (Bartolome) : 252

Ferron (Arnoul), trad.: 135

Fine (Oronce): 57

Fioravanti (Ottavio), dit Mirandula : 179

Flavius Josèphe : 140

Fontaine (Charles) : 320

Forcadel (Pierre) : 99 ; trad. : 57

Foucqué (Michel) : 136

Fourquevaux (Raymond de) : 90

Franchières (Jean de) : 80

Froissart (Jean) : 275

Fumée (Martin), trad. : 313

Gaguin (Robert), trad. : 65, 273

Galeotti (Giulio Cesare), trad. : 260

Galien (Claude) : 203

Galle (Philippe) : 28

Gelli (Giambattista) : 207

Geminus (Thomas) : 9

Génébrard (Gilbert) : 113 ; trad. : 140

Gilles (Nicole) : 278

Giraudet (Gabriel) : 107

Goupeyl (Jacques), trad. : 111

Gournay (Marie de) : 195

Grangier (Balthazar), trad. : 182

Grenade (Louis de) : 158, 226

Grisone (Federico) : 250

Grouchy (Nicolas de), trad. : 296

Gruget (Claude), trad. : 301

Guevara (Antonio de) : 119, 259, 294, 312

Guicciardini (Francesco) : 37, 81, 87, 143, 161, 245

Guirand (Pierre) : 231

Guterry (Jean de), trad. : 294, 312

Habert (François), trad. : 180

Habert (Pierre) : 215

Héliodore d’Émèse : 214

Hennequin (Jean) : 121

Hérodian : 284

Hérodote: 173

Hervet (Gentian), trad.: 189, 282

Homère: 126

Hosius (Stanislaw): 306

Hotman (François) : 35

Hurault (Jacques) : 68

Hurault du Fay (Michel) : 162

Isocrate : 297

Jamyn (Amadis) : 176

Jamyn (Benjamin), trad. : 223

Jodelle (Étienne) : 75, 333

Justin : 280

Juvénal : 309

Kerquifinen (Claude de), trad. : 207

L’Orme (Philibert de) : 39

La Broue (Salomon) : 24

La Chesnaye (Nicolas de), trad. : 305

La Coste (Pierre de) : 148

La Cueva (Juan de) : 263

La Faye (Antoine de) : 5 ; trad. : 140

La Noue (François) : 87

La Planche (Étienne de), trad. : 1

La Popelinière : voir Lancelot Voisin de La Popelinière

La Roche (J. de) : 199

La Taille (Jean de) : 70, 127

Lagnier (Pierre), trad. : 335

Laigue (Étienne de), trad. : 65

Lancelot Voisin de La Popelinière (Henri) : 83, 115

Larivey (Pierre de), trad. : 50, 160

Launoy (Mathieu de) : 323

Laval (Antoine de), trad. : 81

Lavardin (Georges de) : 289

Le Baillif de La Rivière (Roch) : 150

Le Bossu (Jacques) : 108

Le Chevalier d’Agneaux (Antoine), trad. : 310, 321

Le Chevalier d’Agneaux (Robert), trad. : 310, 321

Le Hongre (Jacques) : 192

Le Plessis (Philippe), trad. : 292

Le Poulchre de La Motte-Messemé (François) : 178

Le Roy (Louis) : 114 ; trad. : 297

Le Tasse (Torquato Tasso dit) : 51, 261

Léon l’Africain : 274

Leslie (John) : 156

Lipse (Juste) : 175

Lopez de Castanñeda (Fernando) : 296

López de Gómara (Francisco) : 313

Lorini (Buonajuto) : 241

Louveau (Jean), trad. : 172, 334

Lucinge (René de) : 120, 146

Machiavel (Nicolas) : 186, 254

Magny (Olivier de) : 95

Marco Polo : 298

Marguerite d’Angoulême : 211

Marion (Simon) : 109

Marot (Clément) : 331

Martin (Jean), trad. : 40

Massé (Jean), trad. : 203

Matthieu (Pierre) : 169

Mendoza (Bernardino de) : 247, 253

Mercator (Gerhard): 44

Mexia (Pero): 264

Millet (Jean), trad.: 279

Mizauld (Antoine) : 84

Montaigne (Michel de), trad. : 93

Montluc (Blaise de) : 133

Montlyard (Jean de), trad. : 53, 152

Montreulx (Nicolas de) : 30, 89, 128, 139, 150, 201, 212, 229, 330

Münster (Sebastian) : 4

Muzio (Giovanni) : 293

Neufville (Jean de) : 307

Nicolay (Nicolas de) : 73

Norcia : voir Benoît de Norcia

Oresme (Nicole) : 292

Ortelius (Abraham) : 15

Ovide : 180, 322

Pallade d’Hélénopolis : 282

Panigarola (Francesco) : 53, 242, 262

Paradin (Claude) : 325

Paradin (Guillaume) : 283, 300

Parsons (Robert) : 154

Pasquier (Étienne), trad. : 136

Paul Émile : 23, 135

Paul Jove : 26

Penfeunteniou : voir Cheffontaines

Pennetier (Henri) : 323

Philleul de Carpentras (Vasquin) : 26

Piccolomini (Alessandro) : 50, 111

Pingon (Philibert de) : 281

Pline l’Ancien : 271

Plutarque : 2, 136, 316

Polo : voir Marco Polo

Polzmann (Balthasar) : 62

Poncet (Simon) : 193

Porthaise (Jean) : 122, 131

Possevino (Giovanni Battista) : 301

Prévost (Jean) : 196

Prudhomme (Christophe), trad. : 314

Ptolémée : 44

Rebuffe (Pierre) : 3

Rebuffi : voir Rebuffe

Regnault (Antoine) : 107

Ringhieri (Innocenzo) : 56

Rochemore (Jacques de), trad. : 119

Rojas (Fernando de) : 332

Ronsard (Pierre de) : 6, 12

Rowlands (Richard): voir Verstegan (Richard)

Ruscelli (Girolamo): 116

Sailly (Thomas): 222

Saint-Gelais (Charles de) : 170

Saint-Gelais (Mellin de) : 134

Sanders (Nicholas) : 88

Sansovino (Francesco) : 244

Savigny (Christophe de) : 13

Schöfferlin (Bernhard), trad. : 276

Sebond (Raymond de) : 93

Sénèque : 315

Seyssel (Claude de), trad. : 36, 280

Sojo (Gonzalez de) : 258

Sophocle : 71

Sponde (Henri de) : 181

Sponde (Jean de) : 187

Stella (Diego de) : 208

Straparola (Gianfrancesco) : 172, 334

Suarez de Sainte-Marie (Jacques) : 249

Tacite : 1, 17, 58

Tamisier (Pierre), trad. : 164

Tarducci da Corinaldo (Achille) : 251, 255

Teixeira (José) : 152

Tigeou (Jacques), trad. : 76, 269

Tignonville (Guillaume de), trad. : 34

Tite Live : 5, 276, 319

Trippault (Léon) : 149

Tyard (Pontus de) : 79 ; trad. : 284

Valère Maxime : 307

Végèce : 254

Verstegan (Richard) (pseud. de RichardRowlands) : 78

Viète (François) : 8

Vigenère (Blaise de) : 5, 67 ; trad. : 51, 65, 234

Vignola (Giacomo Barozzi da) : 29

Villiers (Hubert-Philippe de), trad. : 56

Vincent (Jacques), trad. : 82

Vintimille (Jacques de), trad. : 284, 290

Virgile : 310

Vives (Juan Luis de) : 223

Welser (Marcus) : 46

Xénophon : 97, 290, 297

Zonaras (Jean) : 279

Notes

1 Je remercie Emmanuel Buron et Bruno Méniel qui, sur une suggestion amicalement faite par Philippe Hamon, ont accepté de publier la présente contribution, fruit d’une découverte intervenue après la journée d’étude dont ce volume recueille les actes. Je leur sais gré, ainsi qu’à ma collègue Annie Charon-Parent, de leur relecture attentive de l’édition qui a permis de procurer quelques identifications supplémentaires.

2 Voir ainsi la vingtaine d’études recensées il y a près de deux décennies par Annie Charon-Parent (« Les grandes collections du XVIe siècle », Claude Jolly dir., Histoire des bibliothèques françaises. Les bibliothèques sous l’Ancien Régime 1530-1789, Paris, Promodis Éditions du Cercle de la Librairie, 1988, p. 85-99) et Pierre Aquilon (« Petites et moyennes bibliothèques, 1530-1660 », ibid., p. 181-205).

3 Françoise Lehoux, Gaston Olivier, aumônier du roi Henri II (1552) : bibliothèque parisienne et mobilier au XVIe siècle, thèse complémentaire, Paris, [l’auteur], 1957. Jérôme Delatour, Une bibliothèque humaniste au temps des guerres de religion. Les livres de Claude Dupuy d’après l’inventaire dressé par le libraire Denis Duval (1595), Paris-Villeurbanne, École nationale des chartes-ENSSIB, 1998, coll. « Mémoires et documents de l’École des chartes, 53.

4 Alexander Herman Schutz, Vernacular books in Parisian private libraries of the sixteenth century according to the notarial inventories, Chapel Hill, The University of North Carolina Press (coll. « Studies in the romance languages and literatures », 25), 1955 ; Roger Doucet, Les bibliothèques parisiennes au XVIe siècle, Paris, A. et J. Picard, 1956. Pour une discussion de ces deux ouvrages, voir Henri-Jean Martin, « Ce qu’on lisait à Paris au XVIe siècle », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, t. XXI, 1959, p. 222-230 ; H.-J. Martin, Livre, pouvoir et société à Paris au XVIIe siècle, (1er éd. 1969), Genève, Droz (coll. « Titre courant »), 1999, 2 vol. ; Albert Labarre, Le livre dans la vie amiénoise au XVIe siècle : l’enseignement des inventaires après décès, 1503-1576, Paris, Louvain, Nauwelaerts (Publications de la Faculté des lettres et des sciences humaines de Paris-Sorbonne, série « Recherches » t. 66 ; coll. « Travaux du centre de recherches sur la civilisation de l’Europe moderne », 10), 1971 ; A. Charon-Parent, op. cit. On pourrait également citer les études qui consacrent une place importante aux bibliothèques comme Claude Longeon, Une province française à la Renaissance : la vie intellectuelle en Forez au XVIe siècle, Saint-Étienne, Centre d’études foréziennes (coll. « Thèses et mémoires », 7), 1975.

5 Antoine Le Roux de Lincy, « Catalogue de la bibliothèque des ducs de Bourbon en 1524 », Mélanges de littératureet d’histoire recueillis et publiés par la Société desbibliophiles françois, 1850, p. 43-144. Albert Collignon, La bibliothèque du duc Antoine. Recherches bibliographiques suivies de l’inventaire raisonné, Nancy, 1907 (extrait des Mémoires de l’Académie de Stanislas, 1906-1907, p. 1-136).

6 P. Aquilon, op. cit., p. 182-183.

7 H.-J. Martin, Livre, pouvoir…, t. I, p. 529-533, « V. les bibliothèques des gentilshommes ».

8 Ibid., p. 541-542.

9 Château de Chantilly, Cabinet des titres, A 38, non numéroté, expédition papier, 40 feuillets (les mentions de feuillets dans les notes, sauf indications contraires, se rapportent à ce document). Cet inventaire figure avec d’autres pièces se rapportant à la succession de Mercœur, comme quelques comptes relatifs à la période de la Ligue en Bretagne (comptes des garnisons de Fougères, du Mont-Saint-Michel, etc. pour les années 1595-1598) et des mémoires et correspondances relatifs à son expédition de Hongrie en 1600-1602. La présence de ces documents est liée à la succession sans enfants du mariage de l’arrière-petit-fils de Mercœur, Louis-Joseph duc de Vendôme (1654-1712), le vainqueur de Villaviciosa en 1710, avec la petite-fille du Grand Condé, Marie-Anne de Bourbon (1698-1718). Sur cette succession, voir Château de Chantilly, Cabinet des titres, A 33.

10 Au f. 1v, il est précisé : « Et premier a la grande salle ou sont [sic] estez rapportez les coffres venus de Hongrie, qu’auroient ja estez inventoriez en la chambre de dessus le petit four, joindant la chambre de mondict sieur gouverneur et bailly, a esté faicte la description et prisee des meubles qui seront cy aprés specifiez, lesquelz estoient a la charge d’Abraham Lallement premier de la chambre de feu mondict seigneur ». Il faut attendre le f. 19r pour que s’interrompe : « En suitte des armes, meubles et aultres hardes venues de Hongrie suivant l’inventaire qu’a representé le sieur Lallement qui les avoit en charge s’a (sic) trouvé […] ». Mercœur ne rapporta pas que des objets de son séjour hongrois, il ramena également une mère et sa fille qu’il fit élever dans la religion catholique : voir ainsi la donation d’une maison et divers héritages par sa veuve Marie de Luxembourg à une jeune fille prénommée Anne de Bellegarde (pour Belgrade ?), revenue de Hongrie en 1601 et baptisée en France (Arch. nat., Min. centr., VIII, 584, f. 407-408, 15 novembre 1613) et une autre donation de l’usufruit de ces biens à la fille de celle-ci prénommée Philippe Cheherain, mariée à Gilbert Martin, écuyer, sieur de Gérondas (ibid., 593, f. 365sq, 29 mars 1617).

11 Arch. nat., Min. centr., VIII, 597, inventaire après décès de la maison de la Roquette, 27 juin 1602 ; l’inventaire des papiers y fut effectué le 27 août 1603.

12 Château de Chantilly, Cabinet des titres, A 38, Nancy, 5 octobre 1570, achat par Nicolas de Lorraine d’un corps de logis appelé Crapelle, présentement la Tourette, à Pierre Le Clerc, naguère trésorier général de Lorraine et Barrois ; ibid. : Nancy, 7 décembre 1606, vente par Marie de Luxembourg de l’hôtel de Mercœur à Nicolas de Gleysenone, sr de Marconville, secrétaire d’État du duc de Lorraine et intendant de la maison du cardinal de Lorraine, pour la somme de 31 100 livres.

13 La (re-)prise de cette capitale de la Hongrie médiévale, où les souverains se faisaient couronner et enterrer, possédait un capital symbolique dont rend compte La deffaicte des Turcs par Monseigneur le duc de Mercœur, lieutenant general de l’empereur, avec la prise d’Albe regale, ville capitale de la basse Hongrie occupee par le Turc depuis 58 ans, Paris, Rolin Thierry et Eustache Foucault, 1601, in-8o, 14 p. Des publications de l’époque dressent le parallèle avec les actions méditerranéennes contre les Turcs : Discours tres veritables de la prise d’Albe-royale, ville principale de la basse Hongrie, occupee par les Turcs depuis 58 ans et reprinse le 20 septembre 1601 par Mgr le duc de Mercœur, lieutenant general de l’empereur […], ensemble du voyage qu’ont fait en Levant ceste annee 1601 les galeres de la religion de Jerusalem a Malte et la prinse de Chasteauneuf sur le Turc, Paris, E. Colin, 1601, in-8.

14 F. 1v et 3v. Une masse de bijoux aussi imposante (39 pages, soit la moitié de l’inventaire, leur sont dédiées) est présente dans l’inventaire qui est fait des biens de la maison de la Roquette (Arch. nat., Min. centr., VIII, 597) : la thésaurisation d’objets facilement monnayables en cas de besoin n’est pas à exclure, en dehors de leur valeur première de prestige.

15 Histoire generalle des troubles de Hongrie et Transilvanie contenant la pitoyable perte et ruyne de ces royaumes et des guerres advenues de ce temps en iceux entre les chrestiens et les Turcs, Paris, Robert Fouet, 1608, 2 vol. in-4o, t. II, p. « 804 » (pour 812) : « […] les cabinets de ses armes […], fort abondants, riches et precieux, son arsenac bien fourny, [Mercœur] se plaisant aux mecaniques honorables pour l’exercice des armes et luy-mesme ouvrant le fourneau pour fondre ses canons […] ».

16 Je me permets de renvoyer à Olivier Poncet, Pomponne de Bellièvre (1529-1607). Un homme d’État au temps des guerres de religion, Paris, École nationale des chartes, 1998, coll. « Mémoires et documents de l’École des chartes », 50, p. 312 : le paisible chancelier d’Henri IV laissait à son décès dans son hôtel parisien en 1607 pas moins de 17 arquebuses et 25 livres de poudre à canon, sans compter des cuirasses, mousquets, épées, arcs, etc.

17 F. 12v et 13r.

18 F. 21v : « Ung ciel de lict de velour vert a double pente, docier, soubastement et fondz avec les chausses des colonnes en broderie d’or a compartiment de drap d’or frisé, lizerés de torsade avec chiffres et doubles croix de Jherusalem et de Savoye garny de franges de soye verte et crespines d’or avec les rydeaux de damas vert enrichy d’ung passement d’or et frangez d’une frangette d’or et de soye verte, ensembles ung grand dez a doubles pentes de velour vert, enrichy de mesmes broderies et franges comme le ciel cy-dessus ». Les armes se rapportent à Nicolas de Lorraine et à Jeanne-Philippe de Savoie, parents de Mercœur.

19 F. 23v. Il y en avait, semble-t-il, davantage à la maison de la Roquette qui comptait entre autres l’histoire de Darius et Eneas ainsi qu’un autre cycle de l’histoire d’Abraham (Arch. nat., Min. centr., VIII, 597).

20 À la différence de la maison de la Roquette, où les sujets étaient presque exclusivement d’ordre religieux.

21 F. 17r.

22 Histoire generalle… op. cit. supra, n. 14. Une première édition (1 vol. in-4o) avait paru à Paris chez Michel Sonnius en 1594. Sur son activité de « bibliothécaire », Histoire generalle…, t. II, p. « 804 » (pour 812) : « Le sieur de Saint Remy, un des capitaines du chasteau de Nantes et moy avions esté honorez de la garde de ceste precieuse richesse ([= les livres de Mercœur] ».

23 Histoire generalle…, t. II, p. « 804 » (pour 812).

24 L’inventaire de la maison de la Roquette ne relève pratiquement que des ouvrages de dévotion imprimés ou manuscrits : « Un missel servant a la chapelle », « un livre couvert de veau rouge ou est la vie des sainctz », « trois livres couvertz de vellin dont deux paires d’heure à l’usage de Nostre Dame et l’autre les Cronicques de sainct François », « une autre paire d’heures de la Vierge Marie couvertes de marocquin bleu doré avec des fermoirs d’argent », « sept livres couvertz de cuir de plusieurs coulleurs tant heures de Nostre Dame que autres », « deux livres escriptz a la main couvertz de vellin dediez a la louange de Monseigneur de Mercœur », « neuf livres tant paire d’heures que oraisons couvertz de maroquin de plusieurs coulleurs dont paires a fermoirs d’argent », « une autre paire d’heures couverte d’argent et soye faictes au petit mestier », « trois paires d’heures en vellin dont l’une grande couverte de cuir dorré et l’autre couverte de vellours tanné cramoisy », « dix huict livres tant grand que petitz ou sont plusieurs oraisons tant en françois qu’en latin », « quatre grandes paires d’heures de vellin couvertes de cuir rouge », « une autre paire d’heures aussy de vellin couvertes de vellours noir ».

25 Simone Balayé, « La naissance de la bibliothèque du roi, 1490-1664 », dans Histoire des bibliothèques…, op. cit., t. II, p. 77-83, à la p. 80. L’auteur ajoute que ce chiffre, comme tous ceux que l’on peut donner pour le XVIe siècle sont à prendre « avec prudence ».

26 J. Delatour, op. cit., p. 34 : exactement 1 882 imprimés et 136 manuscrits. La bibliothèque de ses enfants, les célèbres Pierre et Jacques Dupuy, comptait 8 436 imprimés en 1652 (ibid., p. 40).

27 A. Collignon, op. cit.

28 L’inventaire relevait 281 entrées, dont une seule incluant 24 volumes en paquet : Marie-Noëlle Matuszek, « La bibliothèque de Marguerite de Valois » dans Isabelle de Conihout, Jean-François Maillard et Guy Poirier dir., Henri III, mécène des arts, des sciences et des lettres, Paris, PUPS, 2006, p. 273-292, à la p. 275.

29 Henri-Jean Martin, Livre, pouvoir… t. I, p. 472.

30 Ibid., t. I, p. 535.

31 H.-J. Martin note, à propos de l’inventaire après décès du duc de Luynes, la même énorme disparité entre la valeur des livres et celles des bijoux que le favori de Louis XIII emportait avec lui lors du siège de Montauban au cours duquel il fut tué (Livre, pouvoir…, p. 529).

32 Histoire generalle…, t. II, p. 810 : « Il faisoit toujours porter l’Illiade d’Homère parmy ses armes nombre de livres avec son bagage allant a la guerre qui recevoient toutes les heures que cest exercice luy rendoient libres ».

33 François de Chanteau, « Les bibliothèques de Nicolas de Lorraine, duc de Mercœur, comte de Vaudémont », Mémoires de la Société d’archéologie lorraine, t. 8, 1880, p. 340-358.

34 Claude Michaud, « D’une croisade à l’autre, ou de François de La Noue au duc de Mercœur », in Jean-François Labourdette, Jean-Pierre Poussou, Marie-Catherine Vignal dir., Le traité de Vervins, Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 2000, coll. « Collection du Centre Roland Mousnier », p. 457-472 ; voir aussi Péter Sahin-Tóth, Croisade ou politique. La France et les Français face à la « longue guerre » de Hongrie (1591-1606), thèse de doctorat de l’université François-Rabelais de Tours, 1997, 2 vol. dact., t. II, p. 287-436 pour ce qui concerne l’expédition de Mercœur (cité par C. Michaud, op. cit., p. 464, n. 34).

35 P. Aquilon, op. cit.

36 Histoire generalle…, t. II, p. 810.

37 P. Aquilon, op. cit., p. 203.

38 H.-J. Martin, « Ce qu’on lisait… », p. 225.

39 Antoine du Val, Les Contrarietez et contredits qui se trouvent en la doctrine de Jean Calvin, de Luter et autres nouveaux evangélistes de nostre temps, avec les demandes et repliques a Jean Calvin sur son livre de la Predestination […], Paris, Nicolas Chesneau, 1561 (Chanteau, I-18) et la relation par Nicolas Wolquier dit Volcyr de Sérouville de L’Histoire et recueil de la triumphante et glorieuse victoire obtenue contre les seduyctz et abusez Lutheriens [par le duc Antoine de Lorraine], Paris, Galliot du Pré, 1526 (Chanteau II-35).

40 Histoire generalle…, t. II, p. 807.

41 P. Aquilon, op. cit., p. 192.

42 A. H. Schutz, op. cit., p. 29 et 36.

43 Giovanni Botero, trad. Gabriel Chappuys, Raison et gouvernement d’Estat en dix livres, Paris, Guillaume Chaudière, 1599, f. 164r-168r.

44 Histoire generalle […], t. II, p. 810.

45 Ibid.

46 Ibid, p. 812.

47 H.-J. Martin, « Ce qu’on lisait… » cit., p. 223.

48 Ibid., p. 227 : « Pour nous, qui avons étudié les inventaires parisiens du XVIIe siècle, qui n’y avons trouvé mention ni de l’Astrée, ni du Grand Cyre, ni de Corneille, ni de Racine, ni de Molière, nous tendons à penser que les possesseurs de ces grandes bibliothèques, gens de loi pour la plupart, mi-humanistes, mi-érudits, se tinrent gens trop sérieux à partir de 1560 environ pour s’intéresser à pareilles billevisées ».

49 Cité par H.-J. Martin, Livre, pouvoirs…, t. I, p. 539 : « Qu’il [= le courtisan] soit versé ès poètes, ès orateurs, ès historiens, qu’il en soit duit à écrire et composer vers et proses, principalement en notre langue vulgaire. Car outre le contentement que lui-même en recevra, n’aura jamais faute de propos pour entretenir les dames, lesquelles ordinairement aiment telles choses. »

50 H.-J. Martin, « Ce qu’on lisait… », p. 226-227.

51 Pierre Biré (cité par Guy Saupin, « Le duc de Mercœur : un mystique égaré en politique », Joël Fouilleron et Henri Michel dir., Mélanges à la mémoire de Michel Péronnet. 1. Clergé, identité et fidélité catholique, Montpellier, Université de Montpellier III, 2006, p. 277-291, à la p. 280) déclarait à son propos en 1593 : « Il se plaist ordinairement a la poesie et y recree quelquefois ses esprits […]. Je le sçais pour avoir eu l’honneur de veoir plusieurs belles odes, sonnets et stances de sa composition dont, j’espère qu’un jour le public aura la communication ». Montreux (Histoire generalle, t. II, p. 810), qui semble-t-il avait gardé ces autographes, ajoutait : « Il faisoit fort bien en vers françois, en ayant encore nombre de sa composition et de son escriture ».

52 A. H. Schutz, op. cit., p. 16-25, « C. The “Pleiade” movement ».

53 Le catalogue de la Bibliothèque nationale de France indique Nicolas Biré alors que son prénom semble être Pierre (G. Saupin, « Le duc de Mercœur… » cit., p. 278).

54 Arch. nat., Min. centr., VIII, 582, f. 384sq, ratification de la vente effectuée en leurs noms par leur intendant général Pierre Chapellier, 21 juillet 1612.

55 Voir supra n. 8.

56 Histoire generalle…, t. II, p. 810 et « 182 » (pour 821).

57 G. Saupin, op. cit.

58 Calle : sans doute Calais, Pas de Calais, ch.-l. arr.

59 Probablement Sigismond Ier Bathóry (1575-1613), prince de Transylvanie entre 1581 et 1602.

60 Jean I de Fossé, évêque de Castres de 1584 à 1632.

61 Pont-Saint-Vincent, Meurthe-et-Moselle, arr. Nancy, cant. Neuves-Maisons.

62 Thélod, Meurthe-et-Moselle, arr. Nancy, cant. Vézelise.

63 Sans doute l’édition originale in-folio de la traduction par Étienne de La Planche des Œuvres de Tacite parue en 1582 à Paris chez Abel L’Angelier. Autres éditions dans d’autres formats et par divers traducteurs Paris, Abel L’Angelier, 1584, in-4o ; Genève, héritiers de C. Vignon, 1594, in-4o ; Paris, Marc Orry, 1599, in-4o.

64 Chanteau I-1. Version in-folio de la traduction par Jacques Amyot de l’œuvre de Plutarque, Les Vies des hommes illustres, grecs et romains, comparées l’une avec l’autre ; la première édition a paru en 1559 à Paris chez Michel de Vascosan ; autre édition dans ce format chez le même en 1565.

65 Plusieurs éditions de cette œuvre de Pierre Rebuffi (ou Rebuffe) parue initialement en 1547 en un volume (Lyon, à la Salamandre). La première édition en deux volumes et un tome date de 1566 (Lyon, à la Salamandre) et a été publiée sous le titre Ordonnances et edictz royaux de France, depuis le roy s. Loys IX en l’an 1226 jusques au roy Charles neuvieme a present regnant 1565 […] ; deux autres éditions chez le même éditeur sont parues en 1573 et 1575 sous le titre Les edicts et ordonnances des roys de France depuis l’an 1226 jusques a présent, ensemble les arrests des cours souveraines sur la verification, declaration et modification d’icelles.

66 Chanteau I-8 et Chanteau II-16. Sébastian Münster, La cosmographie universelle contenant la situation de toutes les parties du monde avec leurs proprietez et appartenances […] a paru à Bâle chez Henri Pierre en 1552 (réimpressions en 1556 et 1560). François de Belleforest en a donné une traduction augmentée en 1575 publiée à Paris chez Michel Sonnius et chez Nicolas Chesneau.

67 Le seul titre qui paraisse correspondre à cette indication et à cette valeur de prisée est la traduction des Décades de Tite Live par Blaise de Vigenère et Antoine de La Faye, parue à Paris en 1583 chez Nicolas Chesneau et Jacques Du Puys en deux volumes in-folio.

68 Une seule édition in-folio des Œuvres de Pierre de Ronsard, parues initialement en 1560 à Paris chez Gabriel Buon (trois volumes in-16) et rééditées à plusieurs reprises et en différents formats (1567, 1571, 1572-1573, 1578, etc.), a paru en 1584 chez le même.

69 Les six volumes des Civitates orbis terrarum de Georg Braun ont été publiées à Cologne entre 1572 et 1618, les trois premiers volumes étant publiés entre 1572 et 1583.

70 François Viète, Canon mathematicus ad triangula, cum appendicibus, Paris, Jamet Mettayer, 1579, in-folio.

71 Deux éditions de la Compendiosa totius anatomiæ delineatio de Thomas Geminus ont paru in-4o à Londres, l’une en 1545 chez John Herford, l’autre en 1552 chez Nicholas Hill.

72 Maurice Bressieu, De mathematica professione a P. Ramo instituta et ab amplissimo senatu confirmata, M. Bressii oratio, Paris, Gilles Gorbin, 1576, in-8, 60 p.

73 Bertrand dArgentré, L’Histoire de Bretaigne, des roys, ducs, comtes et princes d’icelle, l’establissement du royaume, mutation de ce titre en duché, continué jusques au temps de Madame Anne, dernière duchesse […], avec la carte géographique dudict pays et table de la genealogie des ducs et princes d’iceluy, Rennes, 1582, in-folio. Autre édition, plus diffusée : Paris, Jacques Du Puys, 1588, in-folio.

74 Voir n. 6.

75 Christophe de Savigny, Tableaux accomplis de tous les arts liberaux contenans […] par singulière methode de doctrine une generale et sommaire partition desdicts arts amassez et reduicts en ordre pour le soulagement et profit de la jeunesse […], Paris, J. et F. de Gourmont frères, 1587, in-folio.

76 Abraham Ortelius, Theatrum orbis terrarum, Anvers, Gilles Coppenius Diesth, 1571, in-folio. Autres éditions : Anvers, Antoine Coppenius Diesth, 1573 et 1574 ; Anvers, Gilles Radæus, 1575 ; Anvers, Plantin, 1579 et 1595.

77 Mémoires de Mess. Martin Du Bellay […] contenans le discours de plusieurs choses advenues au royaume de France depuis l’an 1513 jusques au trespas du roy François Ier, ausquels l’autheur a inseré trois livres et quelques fragmens des Ogdoades de Mess. Guillaume Du Bellay […], Paris, Pierre L’Huillier, 1569, in-folio. Autres éditions : id., 1570 (8o), 1571 (8o et in-folio), 1572 (in-folio), 1573 (8o) ; Paris, Abel L’Angelier, 1582 (in-folio), 1586 (8o) et 1588 (in-folio) ; Paris, Jean Houzé (in-folio) ; Heidelberg, Jean Mareschal, 1571 (8o) ; Genève, Jacques Chouet, 1594 (8o).

78 Voir no 1.

79 Chanteau I-5, Chanteau II-15, Chanteau II-25. La première édition de l’œuvre de Guillaume Du Choul parut in-folio en 1555 à Lyon chez Guillaume Rouille ; elle parut en volume séparé chez le même l’année suivante (in-folio, édition présente dans l’inventaire du duc Antoine, Chanteau I-25). Les autres éditions chez le même (1567, 1579, 1580, 1581) paraissent in-4o sous le titre Discours de la religion des anciens Romains, de la castrametatio et discipline militaire d’iceux, des bains et antiques exercitations grecques et romaines.

80 Chanteau I-12 ? Chanteau II-21 (in-folio). La première édition (intitulée comme telle) des Memoires de messire Ph. de Commines, sur les principaux faicts et gestes de Louis onzieme et de Charles huictieme son fils, roys de France parut à Paris in-folio en 1552 chez Galliot Du Pré et Jean de Roigny. Autres éditions : 1559 (Lyon, in-folio), 1561 (Paris, Galliot Du Pré, in-folio), 1579 (Paris, Nicolas Bonfons, in-16), 1580 (Paris, Thomas Perier, in-folio, Abel L’Angelier, in-folio), 1596 ([Genève], Jacques Chouet, in-12), 1597 (Anvers, Martin Nuyts, in-12).

81 Les Six livres de la République de Jean Bodin parurent initialement in folio chez Jacques Du Puys à Paris en 1576 ; chez le même, on connaît d’autres éditions in-folio en 1577, 1578 et 1579. Autres éditions : 1577 (Genève, Claude Juge, in-8o), 1579 (Lyon, Jean de Tournes, in-folio), 1580 (Lyon, Jacques, Du Puys, in-8o), 1583 (Lyon, Jacques Du Puys, in-8o), 1593 (Lyon, Barthélemy Vincent, in-8o).

82 Les cinq premiers livres de l’histoire de France de Paul Émile parurent in-folio chez Michel Fezandat à Paris en 1556 (réédition Claude Micard, Paris, 1573) ; L’histoire des faicts, gestes et conquestes des roys, princes, seigneurs et peuple de France […] du même parut in-folio en 1581 à Paris chez Frédéric Morel.

83 Salomon de La Broue fit paraître ses Préceptes principaux que les bons cavalerisses doivent exactement observer en leurs escoles, tant pour bien dresser les chevaux aux exercices de la guerre et de la carrière, que pour les bien emboucher […] in-folio chez Jérôme Haultin à La Rochelle en 1593-1594. Une deuxième édition parut in-folio chez Abel L’Angelier à Paris en 1602 sous le titre Le cavalerice françois.

84 Johannes Boch, Descriptio publicæ gratulationis, spectaculorum et ludorum in adventu serenissimi principis Ernesti, archiducis Austriæ […] anno 1594, XVIII kal. julias aliisque diebus Antverpiæ editorum, cui est præfixa de Belgii principatu a romano in ea provincia imperio ad nostra usq. tempora brevis narratio […] cum carmine panegyrico […] accessit denique oratio funebris in archiducis Ernesti obitum, Anvers, Plantin, 1595, in-folio, 175 p.

85 Probablement la traduction par Vasquin Philleul de Carpentras de Paul Jove, Le dialogue des devises d’armes et d’amours, Lyon, Guillaume Rouille, 1561, in-4o, 255-[10] p.

86 Philippe Galle, Septem novæ legis sacramenta, baptismus, confirmatio, poenitentia, eucharistia, extrema unctio, ordo et matrimonium […], Anvers, s. n., 1576, in-4o.

87 Multiples éditions des Regole degli cinque ordini di architettura de Giacomo Barozzi da Vignola.

88 Aucun ouvrage d’Ollenix du Mont Sacré (anagramme de Nicolas De Montreulx) ne comporte le terme de Poésie. S’agit-il de l’une ou l’autre des Bergeries de l’auteur (voir no 139 et 212) ?

89 Aquiles Estaço, Inlustrium virorum ut exstant in Urbe expressi vultus, Rome, A. Lafreri, 1569, in-folio, 4 f., 52 pl.

90 Martial dAuvergne, Les Vigilles de la mort du feu roy Charles septiesme, a neuf pseaulmes et neuf leçons, contenans la cronique et les faitz advenuz durant la vie dudit feu roy : ce livre a été imprimé par Jean Du Pré à Paris en 1493 (in-folio), puis par Michel Le Noir à Paris en 1505 (in-4o) ; on connaît encore une édition non datée à Paris par Pierre Le Caron.

91 Traduction par Guillaume de Tignonville des Dictz moraulx des philosophes de Abu l-Wafa al Mobair ibn Fatik al-Qaid, Paris, Galliot Du Pré, 1531, in-8o.

92 François Hotman, De feudis commentatio tripertita, hoc est : disputatio de jure feudali ; commentarius in usus feudorum ; dictionarium verborum feudalium, Lyon, Jean Lertout, 1573, in-folio, 380-74 p.

93 La traduction, par Claude de Seyssel, de l’ouvrage d’Appien, Des guerres des Romains, Livres XI […], parut in-folio à Lyon chez Antoine Constantin en 1544. Plus d’une douzaine d’éditions parurent à Paris ou à Lyon jusqu’en 1580.

94 La traduction, par Jérôme Chomedey de l’Histoire des guerres d’Italie de Francesco Guicciardini parut en un volume in-folio et également en deux volumes in-8o chez Bernard Turrisan à Paris en 1568. Autres éditions : 1577 (Lyon, P. de Saint-André, 2 vol. in-8o ; Paris, Michel Sonnius, in-folio) et 1593 ([Genève], héritiers Eustache Vignon, 2 vol. 8o).

95 L’ouvrage de Martin Corneille, Les Généalogies et anciennes descentes des forestiers et comtes de Flandre, fut publié à Anvers, une première fois en 1578 (in-folio), puis à nouveau en 1580 ([Pierre Balthasar], in-4o) et 1598 (J. Vrints, in-folio).

96 Le premier tome de l’Architecture de Philibert de L’Orme parut in-folio en 1567 chez Frédéric Morel ; il fut réimprimé au même format par le même l’année suivante. Une autre édition in-folio, avec le seul titre L’Architecture parut in-folio en 1576 à Paris chez Jérôme de Marnef et Guillaume Cavellat.

97 Traduction par Jean Martin de Leone Battista Alberti, L’architecture et art de bien bastir, Paris, Jacques Kerver, 1553, in-folio, [16]-228 f.

98 Jacques Androuet du Cerceau, Le Livre d’architecture […] contenant les plans et dessaings de cinquante bastimens tous différens, pour instruire ceux qui désirent bastir, soient de petit, moyen ou grand estat […], Paris, s. n., 1559, in-folio. Autre édition : Paris, s. n., 1582, in-folio.

99 Jean Du Tillet, Les mémoires et recherches […] contenans plusieurs choses memorables pour l’intelligence de l’estat des affaires de France, Rouen, Philippe de Tours, 1578, in-folio, 272 p. Une édition in-12 parut la même année à Troyes chez Philippe Deschamps. La prisée indique à l’évidence un in-folio.

100 Voir n. 7.

101 Ptolémée, Tabulæ geographicæ Cl. Ptolemæi ad mentem autoris restitutæ et emendatæ per Gerardum Mercatorem, Cologne, Godefried Kempen, 1578, in-folio.

102 Marcus Welser a publié plusieurs ouvrages à partir de 1590 : aucun, jusqu’à 1602, ne semble porter explicitement le terme Opera dans son titre. Toutefois, « blanc imparfait » indique qu’il s’agit d’un exemplaire non relié et incomplet.

103 Très nombreuses éditions, pour l’essentiel concentrées dans les deux dernières décennies du XVe siècle et le premier tiers du XVIe siècle.

104 Aucun titre en français ne paraît correspondre. Il s’agit sans doute de l’œuvre de Natale Conti, Mythologia, sive explicationum fabularum libri X : in quibus omnia prope naturalis et moralis philosophiæ dogmata contenta fuisse demonstratur […], imprimé à Venise in-4o en 1581. Autres éditions : 1584 (Francfort, héritiers André Wechel, in-8o), 1596 ([Lyon], Gabriel Cartier, in-8o), 1602 (Lyon, Pierre Landry, in-8o).

105 Traduction par Pierre de Larivey de Alessandro Piccolomini, L’institution morale, Paris, Abel L’Angelier, 1581, in-folio, 483 p. D’après la prisée, il s’agit certainement de cette édition, plutôt que de sa réimpression in-16 chez le même en 1585.

106 Traduction de Blaise de Vigenère du Tasse, Delivrance de Hierusalem, Paris, Abel L’Angelier, 1595, in-4o. Autres éditions : 1595 (trad. de Jean Du Vignau, Paris, Nicolas Gilles, in-12), 1596 (trad. de Pierre de Brach, Paris, Abel L’Angelier, in-8o), 1599 (Paris, Abel L’Angelier, in-8o).

107 Voir n. 19.

108 Plusieurs ouvrages de Francesco Panigarola pourraient correspondre : Les Sermons sur la Passion de Nostre-Seigneur, prononcez à Milan (trad. Gabriel Chappuys, Paris, Guillaume de La Noue, 1597, in-8o et Paris, Pierre Bertault, 1601, in-8o) ; Les Sermons de R. P. M. François Panigarole […] faits et prononcez par luy hors le temps de caresme, en divers lieux et occasions plus illustres […], Paris, R. Micard, 1597, in-8o et Paris, E. Valet, 1599, in-8o) ; Sermons de caresme, par très révérend père, messire François Panigarole […] par luy preschez à S. Pierre de Rome l’an 1577 (trad. Jean de Montlyard, Lyon, Paul Frellon, 1599, in-8).

109 La premiere partie du promptuaire des medalles des plus renommees personnes qui ont esté depuis le commencement du monde, avec brieve description de leurs vies et faicts, recueillie des bons auteurs, Lyon, Guillaume, Rouille, 1553, in-4o. Autres éditions : id., 1577 et 1582.

110 Il n’existe pas de plaquette portant explicitement ce titre dans les collections de la Bibliothèque nationale de France comme il y en a pour les entrées à Lyon, Troyes, Tours, etc. On trouve en revanche Recueil des Choses notables, qui ont esté faites a Bayonne, a l’entreueue du Roy Treschrestien Charles neufieme de ce nom, et la Royne sa treshonoree mere, auec la Royne Catholique sa sœur, Paris, Michel de Vascosan, 1566, in-8o.

111 Chanteau II-34. Traduction par Hubert-Philippe de Villiers de Innocenzo Ringhieri, Cinquante jeus divers d’honnête entretien […] industrieusement inventés, Paris, Charles Pesnot, 1555, in-4o, VI-308 p. Ce Doublart (sans doute Doublard, patronyme présent en Bretagne), probablement serviteur de Marie de Luxembourg, n’a pas été identifié.

112 Traduction par Pierre Forcadel d’Oronce Fine, La practique de la geometrie, Paris, Gilles Gourbin, 1570, in-4o. Autre édition : id., 1586.

113 S’il ne peut s’agir, pour des questions de prisée, du même ouvrage que le no 1, il n’existe cependant pas, semble-t-il, d’édition séparée de ce texte de Tacite en français. Notons que Sébastien Gryphe puis ses héritiers ont publié à Lyon des Tacite en latin qui s’ouvrent par la mention dans le titre des Annales, et dans des formats qui correspondent à l’estimation : 1542 (2 vol. in 8o), 1551 (in-16), 1552 (in-16).

114 Joseph Boillot, Modelles, artifices de feu et divers instrumens de guerre, avec les moyens de s’en prévaloir pour assieger, battre, surprendre et deffendre toutes places […], Chaumont-en-Bassigny, Q. Mareschal, 1598, in-4o, VIII-203 p.

115 Paru tout d’abord sous le titre de Livre singulier et utile, touchant l’art et practique de geometrie (Paris, Simon de Colines, 1542, in-4o), le livre de Charles de Bouelles fut republié sous le titre de Geometrie practique en 1547 (Paris, Regnaud et Claude Chaudière, in-4o), 1551 (id.), 1555 (Paris, Guillaume Cavellat, in-4o) et 1566 (Paris, Jérôme de Marnef et Guillaume Cavellat, in-4o).

116 Traduction de Girolamo Cataneo, Le Capitaine […] contenant la maniere de fortifier places, assaillir et defendre […], Lyon, Jean de Tournes, 1574, in4o. Autre édition : 1593 (Lyon, Jacques Roussin, in-4o).

117 Balthasar Polzmann, Compendium vitæ, miraculorum S. Leopoldi, sexti marchionis Austriæ cognomento Pii, qui a […] Innocentio VIII […] anno 1484 […] est canonizatus, Klosterneuburg, Leonhard Nassinger, 1591, in-4o, [10]-70 f.

118 Philippe Danfrie, Declaration de l’usage du graphometre, par la pratique duquel l’on peut mesurer toutes distances des choses de remarque qui se pourront voir et discerner du lieu ou il sera posé, et pour arpenter terres, bois, prez et faire plans de villes et forteresses, cartes geographiques […], Paris, Danfrie, 1597, 91-34 p., in-8o.

119 Barnabé Brisson, Code du roy Henry III, roy de France et de Pologne, Paris, Frédéric Morel, 1587, in-folio. Autres éditions : 1593 (Lyon, Frères Gabiano, in-4o) et 1593 (idem). Une autre édition parut en 1601 in-folio à Paris chez Jamet Mettayer et Pierrre L’Huillier avec l’ajout, par Louis Le Caron (Charondas), des textes promulgués par Henri IV.

120 Traduction de Robert Gaguin, Paris, Pierre Levet, 1485, in-folio. La traduction de Robert Gaguin et d’Étienne de Laigue est publiée à plusieurs reprises (1531, Paris, Poncet Le Preux, Galliot Du Pré, in-folio ; 1539, Paris, Arnould et Charles Angelier, in-16 ; 1539, Paris, J. Petit, in-8o ; 1545, Paris, Pierre Gaultier, in-16 ; 1555, Paris, Guillaume Thiboult, 1555, in-16), augmentée à l’occasion d’une révision de Antoine DuMoulin (1545, Lyon, Jean de Tournes, in-16). Blaise de Vigenère publie une nouvelle traduction in-4o en 1576 à Paris chez Nicolas Chesneau et Jean Poupy ; autres éditions : 1584 (Paris, Abel L’Angelier, in-4o), 1589 (id., in-folio) et 1589-1590 (id., in-folio).

121 La Vénerie de Jacques Du Fouilloux fut initialement publiée à Poitiers chez Jean et Enguilbert de Marnef et Jean Bouchet en 1561 (in-folio) qui la republièrent in-4o en 1568 ; Galliot Du Pré en publia une édition in-folio à Paris en 1573.

122 Blaise de Vigenère, Traicté des chiffres ou Secretes manieres d’escrire, Paris, Abel L’Angelier, 1586, in-4o, 343 f.

123 Jacques Hurault, Des offices d’estat, avec un sommaire des stratagènes […], Paris, Michel Sonnius, 1588, in-4o, 302 p.

124 Probablement Bertrand dArgentré, Coustumes generalles du pays et duché de Bretagne, reformees en l’an mil cinq cens quatre vingts par ordonnance du roy […], Paris, Jacques Du Puys, 1584, in-4o, 172 f. (réimpression en 1585 et autre édition à Nantes, Pierre Dorion, 1602, in-4o).

125 Jean de La Taille, La geomance abregee[…] pour sçavoir les choses passees, presentes et futures, encemble le blason des pierres précieuses, contenant leurs vertus et propriété, Paris, Lucas Breyer, 1574, in-4o, 50-18 f.

126 Aucun ouvrage des œuvres de Sophocle ne semble contenir le terme « Tragédies », qui en revanche existe en latin (nombreuses éditions).

127 Apologie ou Defense de trés illustre prince Guillaume par la grace de Dieu prince d’Orange […] contre le ban et edict publié par le roi d’Espaigne, par lequel il proscript ledict seigneur prince […], Leyde, Karel Sylvius, 1581, in-4o. Autre édition : Anvers, Karel Sylvius, 1582, in-4o.

128 Nicolas de Nicolay, La navigation du roy d’Escosse Jaques cinquiesme du nom, autour de son royaume et Isles Hébrides et Orchades, soubz la conduicte d’Alexandre Lyndsay, excellent pilote escossois, recueillie et rédigée en forme de description hydrographique et représentée en carte marine, Paris, Gilles Beys, 1583, in-4o.

129 Le livre des statuts et ordonnances de l’ordre et milice du benoist Sainct Esprit, estably par le tres chrestien roy de France et de Pologne Henry, troisiesme de ce nom (décembre 1578), s. l. n. d., in-4o. Autres éditions s. l., 1583 et 1586, in-4.

130 Étienne Jodelle, Les oeuvres et meslanges poétiques d’Estienne Jodelle, sieur du Lymodin. Premier tome, Paris, Nicolas Chesneau et Mamert Patisson, 1574, in-4o. Autres éditions : revue et augmentée, id., 1583, in-12 ; id., Paris, Robert Le Fizelier, 1583, in-12 ; id., Lyon, Benoît Rigaud, 1597, in-12.

131 Traduction par Jacques Tigeou de Nicolas Boucher, évêque de Verdun, La conjonction des lettres et des armes des deux […] princes lorrains Charles, cardinal de Lorraine […], et François, duc de Guyse, freres […], Reims, Jean de Foigny, 1579, in-4o, VII-164 f.

132 Sans doute Antoine Favre, les Gordians et Maximins, ou l’ambition. Oeuvre tragique. Premiers, et derniers essays de Poesie, Chambéry, Claude Pomar, 1589, in-4o, 120 p. (plus probablement que Centurie première de sonets spirituels de l’amour divin et de la pénitence, Chambéry, C. Pomar, 1595, in-8o, 126 p.

133 Richard Verstegan (pseud. de Richard Rowlands), Theatrum crudelitatum hæreticorum nostri temporis, Anvers, Adrian Hubert, 1587, in-4o, 95 p. Autres éditions chez le même, au même format, en 1588 et 1592.

134 Pontus de Tyard, L’univers, ou discours des parties et de la nature du monde, Lyon, Jean de Tournes et Guillaume Gazeau, 1557, in-4o, 156 p., ou id., Deux discours de la nature du monde et de ses parties, a scavoir le premier curieux traittant des choses matérielles et le second curieux des intellectuelles, Paris, Mamert Patisson, 1578, in-4o, 120 f.

135 Jean de Franchières, La Fauconnerie […] avec tous les autres autheurs qui se sont peu trouver traictans de ce subject, Paris, Félix Le Mangnier, 1585, in-4o, III-127 f.

136 Traduction par Antoine de Laval de Francesco Guicciardini, Plusieurs advis et conseils […] tant pour les affaires d’Estat que privees, Paris, Robert Le Mangnier, 1576, in-4o, 45 f.

137 Henri Lancelot Voisin de La Popelinière, L’amiral de France et, par occasion de celuy des autres nations, tant vieiles [sic] que nouvelles, Paris, Thomas Perier, 1585, 92 fol, in-4o.

138 Chanteau II-62. Traduction par Jacques Vincent de Vannocchio Biringuccio, La Pyrotechnie, ou Art du feu, contenant dix livres, ausquels est amplement traicté de toutes sortes et diversité de minieres, fusions et separations des metaux […], Paris, Claude Frémy, 1556, in-4o. Autre édition : Paris, Guillaume Jullian, 1572, in-4o.

139 Deux titres correspondent à cet intitulé : Antoine Mizauld, Les Ephemerides perpetuelles de l’air, autrement l’Astrologie des rustiques […], Paris, Jacques Kerver, 1554, in-12o (autres éditions avec le titre Les Ephemerides perpetuelles de l’air, par lesquelles on peut avoir vraie et asseuree cognoissance de toutz changementz de temps en quelque pais et contree qu’on soit, Anvers, Christophe Plantin, 1555, in-12, et id. 1556, in-12) ; Martin Basanier, Ephemerides perpetuelles du jour et de la nuit, reformées depuis l’an de correction 1582 selon les regles perpetuelles du kalendrier gregorien et supputees pour la region de France et plusieurs villes notables de l’Europe, Paris, B. Ravot des Sphères, 1583, in-4o.

140 Il n’existe pas, semble-t-il, de version française de Jean Bodin, Methodus ad facilem historiarum cognitionem, Paris, Martin Le Jeune, 1566, in-4o. Autres éditions : chez le même au même format, 1572 ; Lyon, Jean Maréchal, 1583, in-8o. Avec le titre (avec commentaires) Methodus historica, duodecim ejusdem argumenti scriptorum tam veterum quam recentiorum commentariis adaucta, Bâle, Peter Perna, 1576, in-8o.

141 Les Observations politiques, militaires et morales de François de La Noue ont été publiées en complément de la traduction par Jérôme Chomedey de Francesco Guicciardini, Histoire des guerres d’Italie, [Genève], héritiers de Eustache Vignon, 1593, 2 vol. in-8o.

142 Sans doute la traduction française de Nicholas Sanders, Les Trois livres […] touchant l’origine et progres du schisme d’Angleterre, esquelz est contenue l’histoire, principalement ecclesiastique, de 60 ans ou environ […], Augsbourg, Hans Mark, 1587, in-8o, 280 f.

143 Aucun titre d’ouvrage de Nicolas de Montreulx ne paraît porter le terme « Rime ».

144 Édition par Raymond de Fourquevaux de Guillaume Du Bellay, Discipline militaire […] premierement faite et compilee par l’auteur, tant de ce qu’il a leu des anciens et modernes que de ce qu’il a veu et pratiqué es armees et guerres de son temps […], Lyon, Benoît Rigaud, 1592, in-8o, 255 f.

145 Claude Fauchet, Recueil des antiquitez gauloises et françoises, Paris, Jacques Du Puys, 1579, in-4o. Autre édition : Paris, Jérémie Perier, 1599, in-8o.

146 Philippe Duplessis-Mornay, Les et cætera […], parsemez de leurs qui pro quo, avec autres de l’orthodoxe mal-nommé Rotan, Logue, Vignier et quelques pretendus ministres, le tout sur les points de la Sainte Messe, eucharistie et autres principaux controversés de present en la religion chretienne, Toulouse, veuve Jacques Colomiez, 1600, in-12.

147 Jean Du Bec, Histoire du grand empereur Tamerlanes […] tirees des monuments antiques des Arabes, Rouen, R. L’Allemant, 1595, in-8o. Autre édition : Bruxelles, Rutger Velpius, 1602, in-8o.

148 Traduction française de Raymond de Sebond, La theologie naturelle, Paris, Michel de Vascosan, 1565, in-16. Autres éditions : id., 1566, in-8o ; traduction de Montaigne, Paris, Gilles Gourbin et Michel Sonnius, 1569, in-8o ; id., Paris, Gilles Gourbin et Michel Sonnius, 1581, in-8o ; Paris, Frédéric Morel, 1597, in-8o.

149 Chanteau I-6 ? Chanteau II-1 ?

150 Olivier de Magny, Les Amours d’Olivier de Magny […] et quelques odes de luy, Paris, Étienne Groulleau, 1553, in-8o. Autre édition : Lyon, Benoît Rigaud, 1572, in-12.

151 Jean Boucher, Sermons de la simulée conversion et nullité de la pretendue absolution de Henry de Bourbon, prince de Bearn, a S. Denys en France, le dimenche, 25 juillet 1593 […] prononcez en l’eglise S. Merry a Paris, depuis le premier jour d’aoust prochainement suyvant jusques au neufiesme dudict mois, Paris, Guillaume Chaudière, Robert Nivelle et Rolin Thierry, 1594, in-8o, XII-625 p.

152 Aucun ouvrage de Xénophon ne porte clairement le terme « Histoires ». Il est impossible de savoir à quelle partie de son œuvre cette appellation s’applique dans l’esprit du priseur.

153 Christophe de Cheffontaines dit Penfeunteniou, Chrestienne confutation du poinct d’honneur sur lequel la noblesse fonde aujourd’huy ses querelles et monomachies, Paris, Claude Fremy, 1568, in-8o. Autres éditions : Paris, Pierre L’Huillier, 1571, in-4o ; id., 1579, in-8o.

154 Pierre Forcadel, L’Arithmeticque […] en laquelle sont traictees quatre reigles briefves qui contiennent les deux cents quarante anciennes et plusieurs autres reigles pour l’exercice des nombres entiers, par lesquels on peut facilement parvenir a la cognoissance de l’algebre, Paris, Guillaume Cavellat, 1557-1558, in-4o. Autres éditions : id., 1558, in-8o ; Paris, Charles Perier, 1565, in-4o ; Paris, Jérôme de Marnef et Guillaume Cavellat, 1573, in-4o ; Paris, Jérôme de Marnef et veuve Guillaume Cavellat, 1585, in-8o.

155 Deux opuscules pourraient correspondre : Arrest de la court de parlement de Bretagne, seant a Nantes, donné contre les heretiques, fauteurs d’heretiques, parjures, perfides, proditeurs de la patrie et perturbateurs du repos public [26 mars 1590], Nantes, Nicolas des Marestz et François Faverye, 1590, in-8o, 15 p. ; Arrest de la court de parlement de Bretagne seant a Nantes [qui ordonne la démolition des forteresses et maisons fortifiées construites depuis trente ans, 27 février 1590], id., in-8o, 12 p.

156 Remi Belleau, La Bergerie, Paris, Gilles Gilles, 1565, in-4o. Autre édition : id., 1572, in-4o.

157 Les plaintes et doleances des etats de France faites au roy Charles VI par l’université de Paris, extraites du 99e chapitre d’Enguerrand Monstrelet, avec les ordonnances faites non encore imprimees […], Paris, Guillaume Bichon, 1588, in-8o, 164 p.

158 La plupart des recueils de poèmes de Joachim Du Bellay (L’Olive, Les Regrets, La monomachie de David et Goliath, Divers jeux rustiques) portent en sous titre « et autres œuvres poétiques ». Aucun recueil ne semble porter ce seul titre.

159 Philippe Du Bec, Sermons […], Paris, Guillaume Chaudière, 1586, in-8o. Autre édition : Paris, Jean Février, 1596, in-8o.

160 Aucun titre de Philippe Duplessis-Mornay (seul personnage plausible) ne porte ces mots.

161 François de Belleforest, L’innocence de la tres illustre, tres chaste et debonnaire princesse Madame Marie, royne d’Escosse, s. l., 1572, in-8o. Autres éditions : Lyon, 1572, in-16 ; s. l., s. n., 1587, in-8o.

162 Deux titres semblent correspondre : Antoine Regnault, Discours du voyage d’outremer au Saint Sepulcre de Jerusalem et autres lieux de la Terre saincte […], Lyon aux dépens de l’auteur, 1573, in-4o, 266 p., et Gabriel Giraudet, Discours du voyage d’outremer au Saint-Sepulchre de Jerusalem et autres lieux de la Terre Sainte et du Mont de Sinay […], Toulouse, 1583, in-4o (autre édition, Paris, Thomas Brumen, 1585, in-8o).

163 Plusieurs textes du même auteur, reliés parfois en un volume unique : Jacques Le Bossu, O. S. B., Deux devis d’un catholique et d’un politique sur l’exhortation faicte au peuple de Nantes, en la grande eglise de Saint-Pierre, pour jurer l’union des catholiques, le 8e jour de juin 1589 […]. Troisiesme devis du catholique et du politique, qui a este reuny, sur la mort de Henry de Valois, selon ce qu’en a esté presché a diverses fois en la grande eglise de Nantes […]., Nantes, Nicolas des Marestz et François Faverye, 1589, in-4o.

164 Deux plaidoyers, au moins, de Simon Marion furent imprimés : 1587 (pour l’université de Paris contre le fermier général des cinq grandes fermes) et 1597 (contre les jésuites). Un recueil de ses Plaidoyez parut en 1594 (Paris, Michel Sonnius, in-8o), réimprimé en 1598 (chez le même au même format).

165 L’art et guidon de la guerre pour apprendre a mener […] gens de cheval et de pied, assieger villes, faire batailles […], Lyon, Benoît Rigaud, 1574, in-16.

166 Traduction par Jacques Goupeyl de Alessandro Piccolomini, La Sphere du monde, Paris, Guillaume Cavellat, 1550, in-8o, 136 f.

167 Original des troubles de ce temps, discourant brievement des princes plus illustres de la tres ancienne et tres illustre famille de Luxembourg et de leurs alliances genealogiques, et principalement de Charles et Sebastien, freres germains et princes de Martigues et de guerres ou ils se sont trouvez […] recueilly de plusieurs […] livres et particulièrement des Mémoires de […] Hugues de Gassion […], Nantes, Nicolas des Marestz et François Faverye, 1592, in-4o, 336 p.

168 Gilbert Génébrard, Traicté de la liturgie ou Sainte Messe selon l’usage et forme des apostres et de leur disciple sainct Denys, apostre des François, Paris, Jean Béguet, 1592, in-8o. Autres éditions : Paris, Jean Le Blanc, 1592, in-8o ; Lyon, Jean Pillehotte, 1594, in-8o, Lyon, Paris, Robert Nivelle, 1594, in-8o ; Lyon, Jean Pillehotte, 1597, in-8o ; Paris, L. Sonnius, 1602, in-8o.

169 Louis Le Roy, De la vicissitude ou varieté des choses en l’univers et concurrence des armes et des lettres par les premieres et plus illustres nations du monde, Paris, Pierre L’Huillier, 1575, in-fol. Autres éditions : id., 1576, 1579, in-fol. ; id., 1583, 1584, in-8o.

170 De nombreux ouvrages pourraient correspondre, dont celui de Henri Lancelot Voisin deLa Popelinière, La vraye et entiere histoire des troubles et choses memorables avenues, tant en France qu’en Flandres et pays circonvoisins, paru pour la première fois in-8o en 1571 à Cologne chez Arnold Berckmann.

171 Girolamo Ruscelli, Les secrets du seigneur Alexis Piémontois […], Lyon Guillaume Rouille, 1561. Autres éditions : Paris, 1561 ; Lyon, Guillaume Rouille, 1564, 1565 et 1572, in-16 ; Paris, Henri de Marnef et Guillaume Cavellat, 1564 et 1573, in-16.

172 Charpentier, La parfaicte methode pour entendre, escrire et parler la langue espagnole, divisee en deux parties […] : deux éditions en 1596, Paris, Mathieu Guillemot, in-8o, 97 f., et Paris, Lucas Breyer, in-8o, 89 f.

173 Voir n. 69.

174 Traduction par Jacques de Rochemore, Antonio de Guevara, Le favori de court, contenant plusieurs advertissemens et bonnes doctrines pour les favoris des princes et autres seigneurs […], Anvers, Christophe Plantin, 1557, in-8o, 189 f.

175 René de Lucinge, Le premier loysir […] contenant la traduction françoise du Mespris du monde de l’Italien du docteur I. Botere […], Paris, Thomas Perier, 1585, in-8o, 174 f. (réimpression en 1586).

176 Jean Hennequin, Le guidon general des financiers, contenant la conservation et interpretation des droicts sacrez et inalienables du domaine du roy et coronne de France, avec l’instruction du maniement de toutes ses finances […], Paris, Abel L’Angelier, 1585, in-8o. Autre édition : Lyon, Benoît Rigaud, 1595.

177 Deux titres de Jean Porthaise pourraient correspondre : Six sermons faicts en l’eglise cathedralle de Saint-Pierre de Poictiers, aux processions generales contre la peste, Poitiers, Jean Main, 1584, in-8o, 72 f. ; il s’agit probablement toutefois de Cinq Sermons du R. P. F. I. Porthaise […], theologal de l’eglise de Poictiers, par luy prononcez en icelle, esquels est traicté tant de la simulee conversion du roy de Navarre que du droict de l’absolution ecclesiastique, Paris, Guillaume Bichon, 1594, in-8o, 120 p.

178 Daniel Drouin, Les vengeances divines, de la transgression des sainctes ordonnances de Dieu, selon l’ordre des dix commandemens […] avec plusieurs histoires sur ce subject […], Paris, Jamet Mettayer, 1595, in-8o, 341 f.

179 Boèce, Le livre de la consolation de philosophie, Bruges, Colard Mansion, 1477, in-fol. Autres éditions : 1520 (Paris, Michel Le Noir, in-4o, trad. Jean de Meung), 1578 (Paris, Jean Borel, in-8o, trad. Charles Le Ber) et 1597 (Paris, Jean Houzé, 1597, in-12, trad. id.).

180 Declaration faicte par Monsieur le prince de Condé, pour monstrer les raisons qui l’ont contrainct d’entreprendre la defense de l’authorité du roy, du gouvernement de la royne et du repos de ce royaume, auec la protestation sur ce requise, s. l., 1562, in-4o. On connaît aussi Declaration faite par M. le prince de Condé pour montrer les raisons qui l’ont contraint d’entreprendre la defense de l’authorité du roy, du gouvernement de la reyne et du repos de ce royaume, s. l., 1568, in-8o.

181 La prisée fait pencher pour une édition in-8o, voire plus volontiers pour un in-12. Les XXIIII livres de l’Iliade d’Homere, version française due à plusieurs traducteurs, sont publiés en 1580 (Paris, Lucas Breyer, in-8o), 1584 (Paris, veuve Lucas Breyer, in-12), 1599 (Paris, Abel L’Angelier, in-12).

182 Plusieurs titres de Jean de la Taille pourraient correspondre : Saül le furieux, tragedie prise de la Bible, faicte selon l’art et à la mode des vieux autheurs tragique […], avec hymnes, cartels, epitaphes, anagrammatismes et autres œuvres d’un mesme autheur. Recueil des inscriptions, anagrammatismes et autres oeuvres poetiques, Paris, Frédéric Morel, 1572, in-8o, 80 fol ; La famine, ou les Gabéonites, tragedie prise de la Bible et suivant celle de Saül, ensemble plusieurs autres œuvres poetiques, Paris, Frédéric Morel, 1573, in-8o (réimpression 1574).

183 Nicolas de Montreulx, L’Espagne conquise par Charles le Grand roy de France. Premiere partie […], Nantes, Pierre Doriou, 1597, in-8o, 463 p.

184 André Alciat, Les Emblemata, Lyon, Guillaume Rouille, 1551, in-8o. Nombreuses autres éditions.

185 Discours et rapport veritable, de la conference tenue entre les deputez de la part de Monsieur le duc de Mayenne, lieutenant general de l’estat et coronne de France, princes, prelats, et estats generaux assemblez a Paris […], Paris, Jean Parant, 1593, in-8o. Autres éditions : Paris, Frédéric Morel, 1593, in-8o ; Toulouse, veuve Jacques Colomiez, 1593, in-8o ; Lyon, Jean Pillehotte, 1593, in-12.

186 Jean Porthaise, Les catholicques demonstrations sur certains discours de la doctrine ecclesiasticque, en suivant simplement la divine parolle et Saincte Escripture canonicque, avec l’universel consentement de l’Eglise chrestienne, Paris, Guillaume Jullian, 1565, in-8o, 156 f.

187 Jean Du Bec, Méditations sur la flamme amoureuse de la divinité, Paris, Michel de Roigny, 1585, in-8o, [VI]-53 p.

188 Blaise de Monluc, Commentaires, Bordeaux, Simon Millanges, 1593, in-8o. Autres éditions : 1593 (id. et Lyon, L. Clesinet, in-8o) et 1594 (Paris, Ambroise Drouart, in-8o).

189 Mellin De Saint-Gelais, Œuvres poetiques, Lyon, Antoine de Harsy, 1574, in-8o. Autre édition : Lyon, Benoît Rigaud, 1582, in-16.

190 Seule l’édition amplifiée par Arnoud Ferron de l’œuvre de Paul Émile (Paris, Michel de Vascosan, 1549, in-8o) porte le titre De rebus gestis Gallorum. Dans les autres éditions, le terme Francorum est seul retenu (multiples éditions en latin pour l’essentiel dans le deuxième tiers du XVIe siècle).

191 Peut-être Michel Foucqué, La vie, faictz, passion, mort, resurrection et ascension de Nostre Seigneur Jesus-Christ selon les quattre sainctz Evangélistes […] mys en vers françoys héroïques […], Paris, Jean Bienné, 1574, in-8o, 514 p.

192 Plusieurs titres peuvent correspondre. Traduction par Jean Brèche de Plutarque, Manuel royal ou opuscules de la doctrine et condition du prince[…], Tours, Mathieu Chercelé, 1541, in-4o (autre édition, Tours, 1546, in-4o) ; traduction par Étienne Pasquier de Plutarque, Opuscules […] Dialogue demonstrant que les bestes brutes ont usage de raison ; Du moyen de prendre utilité de ses ennemis, Lyon, Jean de Tournes, 1546, in-8o ; traduction par Étienne Pasquier de Plutarque, Cinq opuscules[…] Dialogue d’Ulisses et Grillus, demonstrant que les brutes ont usage de raison ; Du moyen de prendre utilité de ses ennemis ; Dialogue du moyen de garder santé ; Dialogue ou est demonstré les bestes avoir puissance de raison ; Commentaire de vice et vertu, Paris, Jérôme de Marnef, 1546, in-16.

193 Peut-être Robert Estienne, Dictionnarium seu latinæ linguæ thesaurus, Paris, Robert Estienne, 1531, in-folio (autres éditions chez le même, 1536 et 1543). S’agit-il d’une version du Dictionnarium latinum d’Ambrogio Calepino (par exemple Lyon, s. n., 1565, in-folio) ?

194 Nicolas de Montreulx publie in-8o en 1588 (privilège de 1587) chez Gilles Beys à Paris Le second livre des bergeries de Julliette, auquel comme au premier, sont traictez les divers effectz d’amour, avec plusieurs discours moraux, non moins profitables que plaisans […]. Autres éditions : 1592 (Lyon, Jean Veyrat, in-8o ; Tours, Jamet Mettayer, in-12).

195 Il existe plusieurs traductions de L’Histoire de Flavius Josèphe : François Bourgoing (Lyon, héritiers de Jacques Giunta, 1562, in-folio), François de Belleforest (Paris, Claude Frémy, 1569, in-folio), Gilbert Génébrard (Paris, Michel Sonnius, 1578, in-folio), Antoine de La Faye (Paris, J. Le Preux, 1598, in-8o).

196 Guillaume Bouchet, Serees, Poitiers, les Bouchet, 1584, in-4o. Autre édition : s. l., 1585, in-16.

197 La prisée conduit à privilégier Histoire romaine de Tite Live (…) assavoir les 35 livres restans de tout l’œuvre (…), imprimée en 2 volumes in-8o chez Jacob Stoer (Genève, 1582) et Nicole Gilles (Paris, 1597).

198 Voir n. 37.

199 Pierre Crespet, célestin de Paris, Le jardin de plaisir et recreation spirituelle […], reveu […] pour la derniere edition par le mesme autheur, Lyon, héritiers de Benoît Rigaud, 1598, 2 vol. in-12.

200 Jean des Caurres, Œuvres morales et diversifiees en histoires pleines de beaux exemples, Paris, Guillaume de La Noue, 1584, in-8o. Autre édition : Paris, Guillaume Chaudière, 1584, in-8o.

201 René de Lucinge, De la naissance, duree et cheute des Estats, ou sont traittees plusieurs notables questions sur l’establissement des empires et monarchies […], Paris, Marc Orry, 1588, in-8o, 198 f.

202 Le P. Pierre Barny, Defenses de ceux du college de Clermont contre les requestes et playdoyés contre eux cy devant imprimés et publiés, s. l., 1594, n-8o, 85 p.

203 Pierre de La Coste, Quatre sermons sur la salutation angélique, Paris, Michel Sonnius, 1583, in-8o, 69 f.

204 Léon Trippault, Celt-hellenisme, ou etymologie des mots françois tirez du græc, plus preuves en general de la descente de nostre langue, Orléans, Éloi Gibier, 1580, in-8o. Autres éditions : id., 1581 (même format) et id., 1583 (in-12).

205 Sans doute Nicolas de Montreulx, Athlette, pastourelle ou fable bocagere, Paris, Gilles Beys, 1585, in-8o. Autre édition : Lyon, Jean Veyrat, 1591, in-12. Peut-être s’agit-il d’une œuvre de Roch Le Baillif de la Rivière, médecin qui exerça à Rennes, fut médecin auprès du parlement de Bretagne et était proche de Mercœur : on ne lui connaît cependant aucune Pastorelle (aimable suggestion d’Emmanuel Buron).

206 Aucun titre ne correspond exactement. Plusieurs volumes comportant tel ou tel de ces termes sont parus dans la première moitié du XVIe siècle.

207 Traduction par Jean de Montlyard de José Teixeira (pseud. Petrus Olim), Explication de la genealogie […] de Henri, prince de Condé, […] descendant en ligne legitime masculine de sainct Louys, par les premiers comte et duc de Bourbon et d’Imbauld, seigneur de La Trimouille, jusques aux pere et mere dudict prince Henri […], Paris, Plantin, 1596, in-8o, 96 p.

208 Traité de l’amitié par forme de paradoxe, Paris, Abel L’Angelier, 1583, in-8o.

209 Sans doute Robert Parsons, Epistre de la persecution meue en Angleterre contre l’Eglise chrestienne catholique et apostolique et fideles membres d’icelle […], Paris, Thomas Brumen, 1582, in-8o, 151 p. (réimpression en 1586).

210 Philippe Du Bec, Sermon de la paix, sur la paix de France, suyvie de l’annee de paix du sainct jubilé, Paris, Léger Delas, 1600, in-8o, 38 p.

211 John Leslie, Du droict et tiltre de la serenissime princesse Marie, royne d’Escosse, et de tres illustre prince Jacques VI, roy d’Escosse, son fils, a la succession du royaume d’Angleterre, avec la genealogie des roys d’Angleterre, Rouen, Georges L’Oyselet, [1587], in-8o.

212 Satyre menippee de la vertu du Catholicon d’Espagne et de la tenue des estats de Paris durant la Ligue en l’an 1593 […], s. l., 1593, in-8o. Autres éditions : 1594 (in-8o), 1595 (in-12), 1598 (in-12), 1599 (in-12), 1600 (in-12).

213 Louis de Grenade, Le memorial de la vie chrestienne contenant la maniere de parfaitement former un chrestien […], Paris, Guillaume de La Noue, 1587, in-8o, 539 p.

214 Il ne semble pas y avoir de traduction française du De officiis ou Officiorum libri tres de saint Ambroise. Le texte latin a été publié au moins dès 1471, puis à de nombreuses reprises par la suite et encore jusqu’en 1542.

215 Traduction par Pierre de Larivey des Divers discours de Laurent Capelloni sur plusieurs exemples et accidens meslez, suivis et advenuz […], Troyes, Jean Le Noble et Paris, Michel Sonnius, 1595, in-12, 276 f.

216 Traduction par François de Belleforest de Francesco Guicciardini, Les heures de recreation et apres-disnees, Paris, Jean Ruelle, 1571, in-12. Autres éditions : Lyon, Benoît Rigaud, 1578, in-16 ; Rouen, 1594, in-12.

217 Michel Hurault Du Fay, Discours sur l’estat de France, s. l., 1588, in-8o. Autre édition (en réalité deux discours distincts du même avec le même titre) : Chartres, 1591, in-8o.

218 Non identifié.

219 Traduction par Pierre Tamisier des Méditations de sainct Augustin […], Lyon, Jean Pillehotte, 1587, in-12, 125 f.

220 C. A. D. B., Les chastes amours d’Helene de Marthe, recherchee de plusieurs amans entre lesquels Valentin du Soleil tient le principal et plus illustre rang […], Paris, Mathieu Guillemot, 1597, in-12, 198 f.

221 Jean de Caumont, Le tombeau des heretiques par George L’Apostre, ou le faux masque des huguenots est descouvert et les 150 heresies du ministre La Bansserie sont refutees par les textes de la Bible, des conciles et des Peres, Caen, C. Macé, 1599, in-12. Autres éditions : Paris, Pierre Bertault, 1602, in-12 ; Paris, veuve Guillaume de La Noue, 1602, in-12.

222 François Béroalde de Verville, La Pucelle d’Orleans […], Paris, Mathieu Guillemot et Tours, S. Molin, 1599, in-12, 318 f.

223 Antoine Du Périer, Les Amours de Lozie, Paris, Jean Gesselin, 1599, in-12, 189 f.

224 Pierre Matthieu a publié plusieurs tragédies en peu de temps : Esther (1585), Aman (1589), Clytemnestre (1589), Guisiade (1589) et Vasthi (1589).

225 S’agit-il de Charles de Saint-Gelais, Les cronicques et vertueux faitz du preux et vaillant prince Judas Machabeus (un des neuf preux très vaillant juif), et de ses quatre frères, Jan, Symon, Éléazar et Jonathas, tous nobles et hardis Machabées […], Paris, Vincent Sertenas et Jean Caveiller, 1556, in-8o, 174 f. ?

226 Voir n. 103.

227 Traduction par Jean Louveau de Gianfrancesco Straparola, Les facecieuses nuicts du seigneur Jean-François Straparole, avec les fables et enigmes racontees par deux jeunes gentilshommes et dix damoiselles […], Lyon, Guillaume Rouille, 1560, in-8o. Autres éditions : Paris, Mathurin Martin, 1573, in-16 ; Paris, Abel L’Angelier, 1585, in-16 (traduction de Pierre de Larivey) ; Lyon, Benoît Rigaud, 1596, in-16 ; Rouen Jean Osmont, 1601, in-16.

228 Très nombreuses éditions des Histoires d’Hérodote en latin dès la fin du XVe siècle et tout au long du XVIe siècle.

229 Traduction par Gabriel Chappuys de La fiammette amoureuse de M. Jean Boccace, gentilhomme florentin, contenant d’une invention gentile toutes les plainctes et passions d’amour, faicte françoise et italienne pour l’utilité de ceux qui désirent apprendre les deux langues, Paris, Abel L’Angelier, 1585, in-12, 458 p.

230 Juste Lipse, Politicorum sive civilis doctrinæ libri sex, qui ad principatum maxime spectant, Anvers, Plantin, 1589, in-4o. Autres éditions : id., in-8o ; Paris, Léger Delas, 1594, in-12 ; Anvers, Plantin-Moretus, 1599, in-4o ; Vérone, Societas aspirantium, 1601, in-8o.

231 Amadis Jamyn, Les œuvres poetiques, Paris, Mamert Patisson, 1579, in-12, 309 f.

232 Peut-être L’Academie des modernes poetes francois a M. de Nerveze, Paris, Dubreuil, 1599, in-12.

233 François Le Poulchre de la Motte-Messemé, Les sept livres des honnestes loisirs […] intitulez chacun du nom d’un des planettes qui est un discours en forme de chronoriologie […] plus un meslange de divers poemes, d’élégies, stances et sonnets, Paris, Marc Orry, 1587, in-12, 287 f.

234 Ottavio Fioravanti dit Mirandula, Illustrium poetarum flores per Octavianum Mirandulam collecti et a studioso quodam in locos communes […] digesti ac castigati : multiples éditions au XVIe siècle, au moins jusqu’en 1586.

235 D’après Chanteau II-47, il s’agit de la traduction par François Habert, Six livres de la Metamorphose d’Ovide traduictz selon la phrase latine en rime françoise, sçavoir le III, III, V, VI, XIII et XIIII, Paris, Michel Fezandat, 1549, in-8o, 361 p.

236 Henri de Sponde, Les cimitieres sacrez, Bordeaux, Simon Millanges, 1598, in-8o. Autres éditions : Paris, Jean Febvrier, 1600, in-12.

237 Traduction par Balthazar Grangier de La comedie de Dante, de l’Enfer, du Purgatoire et Paradis, mise en ryme françoise et commentée, Paris, Georges Drobet, 1596, 3 vol. in-12. Autre édition : Paris, Jean Gesselin, 1597, 3 vol. in-12.

238 Remi Belleau, Les œuvres poetiques […] redigees en deux tomes, Paris, Mamert Patisson, 1578, in-12. Autres éditions : id. et Gilles Gilles, 1585, in-12 ; Lyon, Thomas Soubron, 1592, in-12.

239 Mathurin Cordier, Les colloques […] divisez en quatre livres, traduits de latin en françois, l’un respondant à l’autre pour l’exercice des deux langues, Paris, Jérôme de Marnef, 1586, in-16. Autre édition, revue et corrigée Paris, Claude Micard, 1588, in-16. Une première édition en latin (Colloquiorum scholasticorum libri IIII, ad pueros in sermone latino paulatim exercendos) était parue chez Thomas Straton à Lyon en 1564 (in-8o).

240 Chanteau I-12 ? Voir n. 20.

241 Une seule traduction française de l’œuvre de Machiavel, semble-t-il, portant le titre explicite d’Histoire de Florence par Yves de Brinon, Paris, Jean Borel, 1577, in-8o.

242 Jean de Sponde, Declaration des principaux motifs qui induisent le sieur de Sponde, conseiller et maistre des requestes du roy, a s’unir a l’Eglise catholique apostolique et romaine, adressee a ceux qui en sont séparez […], Bordeaux, Simon Millanges, 1595, in-8o. Autre édition : Paris, Abel L’Angelier, 1595, in-12.

243 Philippe Desportes, Les premieres œuvres, Paris, Robert Le Mangnier, 1573, in-4o. Nombreuses autres éditions.

244 Sans doute la traduction par Gentian Hervet, Le sainct, sacré, universel et general concile de Trente […], Paris, Nicolas Chesneau, 1564, in-8o. Multiples éditions.

245 Peut-être La Sibille françoise ou dernière remonstrance au roy ou sont briefvement discourues les plus importantes raisons qui peuvent mouvoir Sa Majesté a se resoudre sur le restablissement des jesuites, Villefranche, s. n., 1602, in-8o, 14 p.

246 François de Coster, Response a la sentence donnee en Hollande contre Pierre Panne, Douai, Baltazar Bellère, 1599, in-8o, 159 p.

247 Deux titres pourraient correspondre : Bernard Dominici, Sermon funebre fait a Nancy aux obseques et funerailles de feu Monseigneur Monsieur François de Lorraine, duc de Guyse, en l’eglise des Cordeliers […], Reims, Jean de Foigny, et Paris, Nicolas Chesneau, 1563, in-8o ; Jacques Le Hongre, Sermon funebre proclamé par frere Jaques Le Hongre, docteur en theologie, de l’ordre des freres prescheurs, en l’eglise cathedrale de Nostre Dame de Paris, le XX mars, 1562 aux obseques et enterrement du cueur de feu tres hault et tres puissant prince, François de Lorraine, duc de Guyse […], Paris, Gilles Corrozet et Jean Dallier, 1563, in-8o.

248 S’agit-il de Simon Poncet, Regrets sur la France […], ensemble un colloque chrestien composé par luy-mesme […], Paris, Mamert Patisson, 1589, in-8o, 39 f. ?

249 Peut-être la traduction par Jean Bouchet de l’œuvre d’Aeneas Silvius, Les angoisses et remedes d’amours du traverseur a son adolescence, auquel est adjousté une plaisante histoire de Eurial et Lucresse, Paris, enseigne de l’Éléphant, [1552-1563], in-16.

250 Marie de Gournay, Le proumenoir de Monsieur de Montaigne, Paris, Abel L’Angelier, 1594, in-12. Autres éditions : (1595 (id.), 1598 (Chambéry, Maurice Malicieu, in-12), 1598 (Paris, Abel L’Angelier, in-12).

251 Jean Prévost, Les amours de la belle du Luc, ou est démonstree la vengeance d’Amour envers ceux qui mesdisent de l’honneur des dames, Paris, Nicolas Bonfons, 1598, in-16, 84 f.

252 Pierre Davity, Les travaux sans travail, Paris, Gilles Robinot et Lyon, 1599, in-12, 372 p.

253 Harangue faite en la defense de l’inconstance, Paris, Abel L’Angelier, 1598, in-12.

254 J. de La Roche, La courtisane bordelaise, ou la vie, mœurs et deportemens de damoiselle Catherine des Bas-Souhaits, Paris, 1599, in-12.

255 Jacques de Courtin de Cissé, Les Œuvres poetiques, Paris, Gilles Beys, 1581, in-12, 8-95 f.

256 Nicolas de Montreulx, Œuvre de la chasteté qui se remarque par les diverses fortunes, adventures et fidelles amours de Criniton et Lydie. Livre premier […], Paris, Guillaume des Rues et Abraham Saugrain, 1595, in-12. Autres éditions : Paris, veuve Gabriel Buon, 1597, in-12 ; id., 1598, in-12.

257 Guillaume Du Buys, Les œuvres […] contenant plusieurs et divers traictez […], Paris, Guillaume Bichon, 1585, in-12, 206 f.

258 Traduction par Jean Massé de L’œuvre de Claude Galien des choses nutritives, contenant trois livres, Paris, Vivant Gaultherot, 1552, in-12, 260 f.

259 Aucune œuvre de Démocrite portant ce titre n’a été identifiée.

260 Guillaume Bouchet, Troisiesme livre des Serees, Paris, Adrien Perier, 1598, in-12.

261 Adam Blackwood, Martyre de la royne d’Escosse, douariere de France, contenant le vray discours des traisons a elle faictes a la suscitation d’Elizabet, Angloise […], Édimbourg, John Nafeild, 1587, in-8o. Autres éditions (avec divers ajouts) : id., 1588, in-12 ; Anvers, G. Fleysben, 1588, in-8o ; Paris, Guillaume Bichon, 1589, in-16.

262 Traduction par Claude de Kerquefinen de Giambattista Gelli, Les discours fantastiques de Justin, tonnelier […], Lyon, à la Salamandre, 1566, in-18. Autres éditions : Paris, Jean Borel, 1566, in-18 ; Paris, Guillaume Le Noir, 1566, in-12 ; Paris, Claude Micard, 1575, in16 ; Lyon, Clément Baudin, 1575, in-16 ; Paris, Claude Micard, 1597, in-12.

263 Sans doute la traduction par Gabriel Chappuys de Diego de Stella, Méditations très dévotes de l’amour de Dieu […], Paris, Guillaume Chaudière, 1586, in-8o, 300 f.

264 Traduction par Étienne Dolet des Epistres familiaires de Marc Tulle Cicero, Lyon, Étienne Dolet, 1542, in-8o. Autres éditions : Paris, Guillaume Le Bret, 1543, in-16 ; Paris, Nicolas Du chemin, 1545, in-16 ; Paris, Jean Ruelle, 1549, in-16 ; Lyon Jean de Tournes et Guillaume Gazeau, 1549, in-16.

265 Tommaso Caietani, Reverendissimi domini Thomæ de Vio Caietan […] perquam docta, resoluta ac compendiosa de peccatis Summula, Paris, Claude Chevallon, 1526, in-8o. Autres éditions (qui à l’exception de celles de 1530 et de 1539, commencent par Summula etc.) : id., 1530, in-8o ; Lyon, à l’Ecu de Cologne, 1538, in-8o ; Paris, Charlotte Guillard, 1539, in-8o ; Lyon, héritiers de Jacques Giunta, 1561, in-32 ; Lyon, Gaspar de Portonariis, 1565, in-16 ; Venise, Domenico Nicolini, 1584, in-16.

266 Marguerite dAngoulême, Marguerites de la Marguerite des princesses, tres illustre royne de Navarre, Lyon, Jean de Tournes, 1547, in-8o. Autres éditions : Lyon, Pierre de Tournes, 1549, in-16 ; Paris, Jean Ruelle, 1558, in-16.

267 Voir no 139 ; Le Quatrieme livre des Bergeries de Julliette […] ensemble la tragedie d’Isabelle paraît in-12 en 1595 chez Guillaume des Rues à Paris.

268 Traduction par Jacques Amyot d’Héliodore d’Émèse, L’histoire ethiopique de Heliodore, contenant dix livres, traictant des loyalles et pudiques amours de Theagenes Thessalien et Chariclea Ethiopienne[…], Paris, V. Norment, 1570, in-16. Autres éditions : Paris, Robert Le Mangnier, 1570, in-16 ; Lyon, H. Gazeau, 1584, in-16.

269 Roberto Bellarmini, De indulgentiis et jubileo libri duo […], Lyon, Jean Pillehotte, 1599, in-8o. Autres éditions : Paris, Pierre Chevalier, 1599, in-8o ; Cologne, Anton Hierat, 1599, in-8o.

270 Pierre Habert, Le chemin de bien vivre et miroir de vertu, contenant plusieurs belles histoires et sentences moralles par quatrains et distiques, le tout par alphabet […], Paris, Claude Micard, 1572, in-16. À noter une autre édition, augmentée sous le titre Le miroir de vertu et chemin de bien vivre, contenant plusieurs belles histoires par quatrains et distiques moraux, le tout par alphabet […], Paris, Claude Micard, 1587, in-16.

271 François Barrois, La fabricque et quelques traits plus sommaires de la practique du compas Barrois, le plus facile, le plus prompt et le moindre en frais de tous les instrumens qui ont presentement bruit a l’usage de geometrie […], Paris, Jacques Le Roy, 1598, in-4o, [6]-24 p.

272 Traduction par François de Belleforest de Matteo Bandello, Le second tome des Histoires tragiques […], contenant encore dix-huit histoires […], Paris, Robert Le Mangnier, 1566, in-16. Autre édition : Paris, Jean de Bordeaux, 1572, in-16.

273 Plusieurs titres peuvent correspondre : Philippe Duplessis-Mornay, Excellent discours de la vie et de la mort, s. l., 1576, in-8o (autre édition Paris, 1580, in-16) ; Discours de la vie, mort et derniers propos de feu Monseigneur de Mandelot, Lyon, Jean Pillehotte, 1588, in-8o (autres éditions Paris, Guillaume Bichon, 1589, in-8o. Toutefois la mention du retrait par Doublart (avec d’autres ouvrages de poésie) pourrait aussi faire songer à Jean Caze, Discours de la vie et de la mort […] en vers, Nîmes, Guido Malignan, 1593, in-4o.

274 Jean-Antoine de Baïf, Mimes, enseignemens et proverbes, Paris, Lucas Breyer, 1576, in-16. Autre édition : Paris, Mamert Patisson, 1581, in-16.

275 Pierre Boaistuau, Histoires prodigieuses extraictes de plusieurs fameux autheurs, grecz et latins, sacrez et prophanes […], Paris, Vincent Sertenas, 1561, in-8o. Multiples éditions, certaines augmentées d’ajouts de François De Belleforest.

276 Guillaume Du Vair, La saincte philosophie, avec plusieurs autres traictez de pieté, Paris, Abel L’Angelier, 1596, in-8o. Autre édition : Lyon, Bonaventure Nugo, 1600, in-16.

277 Peut-être Thomas Sailly, Guidon et practicque spirituelle du soldat chrestien, reveu et augmenté pour l’armée de Sa Majesté catholicque au Pays-Bas […] avec un calendrier historial, Anvers, Veuve et J. Mourentorf, 1590, in-16, 391 p.

278 Traduction par Benjamin Jamyn de Juan Luis de Vives, Les dialogues de Jan Loys Vives, traduits de latin en françoys pour l’exercice des deux langues, auxquels est adjoustee l’explication françoise des mots latins plus rares et moins usagez, Anvers, G. Guzman, 1571, in-16. Autres éditions : Paris, Gabriel Buon, 1573, in-16 ; Nancy, J. Janson, 1573, in-8o.

279 Peut-être La Magdelene repentie, Paris, Rolin Thierry, 1597, in-8o, 38 p.

280 Peut-être Jean de Coras, Arrest memorable du parlement de Tolose contenant une histoire prodigieuse de nostre temps […] Item les douze reigles du seigneur Jean Pic, de la Mirandole, lesquelles adressent l’homme au combat spirituel […], Lyon, Antoine Vincent, 1565, in-8o, XVI-192 p.

281 Aucun titre ne semble correspondre. S’agit-il de la traduction par Nicolas Colin de Louis de Grenade, Catechisme, ou introduction du symbole de la foy […], Paris, Guillaume Chaudière, 1587, in-folio, VI-365 f. ?

282 Pierre de Ronsard, Discours des miseres de ce temps, Paris, Gabriel Buon, 1562, in-4o. Autres éditions : Paris, Gabriel Buon, 1563, in-8o ; [Lyon, Benoît Rigaud], 1568, in-8o ; Paris, Gabriel Buon, 1571, in-16 ; s. l., s. n., 1586, in-12.

283 Traduction par Remi Belleau des Odes d’Anacréon, paru seul (Paris, André Wechel, 1556, in-8o, puis Gilles Gilles, 1578, in-12, puis) ou en deuxième tome des Œuvres poetiques du même Belleau (Paris, Mamert Patisson, 1578, in-12, puis Paris, Mamert Patisson, 1585, in-24 ; Paris, Gilles Gilles, 1585 ; Lyon, Thomas Soubron, 1592).

284 Nicolas de Montreulx, Les premieres œuvres poetiques chrestiennes et spirituelles de Olenix du Mont-Sacré […] divisees en sonnets en forme d’oraison en plaintes chrestiennes et sonnets moraulx, Paris, Gilles Beys, 1587, 92 f., in-12.

285 Jacques Davy du Perron, Discours spirituel sur le premier verset du pseaume cent vingt deuxieme ‘Ad te levavi oculos meos’, prononcé en la congrégation de l’Oratoire de Nostre-Dame de Vie sainte l’an 1585, Évreux, Antoine Le Marié, 1600, in-12, 8-174 p.

286 S’agit-il de Pierre Guirand, Advis catholique aux egarés de l’Eglise romaine, Lyon, F. Gaudet, 1600, in-8o, 24 p. ?

287 Non identifié.

288 Les privileges, franchises et libertez des pays et duché de Bretagne, Nantes, Nicolas des Marestz, 1588, 8o.

289 Il s’agit probablement de la traduction par Blaise de Vigenère, Le psaultier de David torné en prose mesuree, ou vers libres, Paris, Abel Langelier, 1588 (in-8°, [63] - 308 - [43] p) ; une édition partielle avait paru l’année précédente chez le même libraire.

290 Roberto Bellarmini, Disputationes […] de controversiis christianæ fidei adversus hujus temporis hæreticos […], Ingolstadt, David Sartorius, 1587-1593, 3 tomes en 8 vol., in-8o. Autre édition: id., 1588-1593, 3 vol. in-folio; id., 1593-1596, 3 vol. in-folio; Paris, Robert Fouët, 1602, 1 vol. in-8o.

291 Buonajuto Lorini, Delle fortificationi […] libri cinque ne’quali si mostra con le più facili regole la scienza con la pratica, di fortificare le città ed altri luoghi sopra diversi siti […], Venise, Giovanni Antonio Rampazetto, 1597, in-folio, 220 p.

292 Francesco Panigarola, Specchio di guerra, Bergame, Pietro Martire Locarni, 1595, in-4o, 227 f.

293 Giovanni Botero, Le Relationi universali, Vicence, héritiers Perin, 1595, in-4o. Autres éditions: Vicence, Giorgio Greco, 1595, in-4o; Rome, Giorgio Ferrari, 1595, in-4o; Brescia, Compagnia Bresciana, 1599, in-4o; Venise, Giorgio Angelieri, 1599, in-4o; Venise, Nicolò Polo, 1602, in-4o.

294 Francesco Sansovino, Dell’historia universale dell’origine et imperio de Turchi, Venise, Francesco Sansovino, 1560-1561, 3 vol. in-4o. Autres éditions : Venise, Francesco Rampazetto, 1564, in-4o ; Venise, Altobello Salicato, 1582, in-4o ; Venise, Alessandro di Vecchi, 1600, in-4o

295 Multiples éditions de La Historia d’Italia de Francesco Guicciardini depuis l’édition de 1563.

296 Girolamo Cataneo, Dell’arte militare libri tre, ne’quali si tratta il modo di fortificare, offendere, diffendere e fare gli allogiamenti campali […], Brescia, Tommaso Bozzola, 1571, in-4o. Autre édition : Brescia, Pietro Maria Marchetti, 1584, in-4o.

297 Bernardino deMendoza, Comentarios de Don Bernardino de Mendoça de lo sucedido en las guerras de los Payses Baxos, desde el año de 1567 hasta el de 1577, Madrid, Pedro Madrigal, 1592, in-4o, VIII-336 f. in-4o. Une traduction de Pierre Crespet a paru en 1591 (Paris, Guillaume Chaudière, in-8o).

298 Pasqual Caracciolo, La gloria del cavallo, opera […] divisa in dieci libri, ne’quali oltra gli ordini pertinenti alla cavalleria si descrivono tutti i particolari che son necessari nell’allevare, custodire, maneggiare e curar cavalli […], Venise, Gabriel Giolito de’Ferrari, 1567, in-4o. Autres éditions : Venise, appresso i Gioliti et Nicolò Moretti, 1589, in-4o.

299 Jacques Suarez de Sainte-Marie, Cosmopeia in duo prima capita Genesis, Nantes, V. Hucet et B. Petrail, 1585, in-4o, 142 f.

300 Federico Grisone, Ordini di cavalcare et modi di conoscere le nature de’cavalli, emendare i vitii loro e ammæstrargli per l’uso della guerra […], Vienne, G. G. Kymerl, 1550, in-folio. Autres éditions: Naples, G. P. Suganappo, 1550, in-4o; Pesaro, Bartolomeo Cesano, 1555, in-4o; Venise, Gratioso Perchacino, 1569, in-8o; Venise, Giovanni Andrea Valvassori, 1571, in-4o; Venise, Altobello Salicato, 1582, in-8o; Venise, héritiers L. Valvassori, 1584, in-4o.

301 Achille Tarducci da Corinaldo, Delle machine, ordinanze et quartieri antichi et moderni […] Successo delle fattioni occorse nell’Ongaria […] nel 1597 et la battaglia fatta in Transilvania contra il Valacco nel 1600 dal signor Giorgio Basta […], Venise, Giovanni Battista Ciotti, 1601, in-4o.

302 Bartolome Felippe, Tractado del conseio y de los consejeros de los principe, Coimbra, Antonio de Mariz, 1584, in-4o. Autre édition : Turin, G. V. del Pernetto, 1589, in-4o.

303 Bernardino de Mendoza, Theórica y prática de guerra […], Madrid, veuve Pedro Madrigal, 1595, in-4o. Autre édition : Anvers, Plantin, 1596, in-8o.

304 S’agit-il de l’ouvrage de Machiavel, Libro dell’arte della guerra (Venise, Alde, 1540, in-8o, multiples autres éditions) ou de Végèce, Dell’arte della guerra (traduction de Francesco Ferrosi, Venise, Gabriel Giolito de’Ferrari, 1551, in-8o) ? L’absence de mention de l’auteur incline à penser qu’il s’agit du classique romain.

305 Achille Tarducci da Corinaldo, Il Turco vincibile in Ungaria con mediocri aiuti di Germania, discorso appresentato a i supremi capitani dell’essercito confederato contra il Turco, e doppo mandato alli suoi amici d’Italia, Ferrare, Vittorio Baldini, 1600, in-8o, 174 p.

306 Giovanni Botero, Della Ragione di stato libri dieci, Rome, V. Pellagallo, 1590, in-8o. Autres éditions: Milan, Pacifico Pontio, 1596, in-8o; Turin, Giovanni Domenico Tarino, 1596, in-8o; Venise, i Gioliti, 1601, in-8o. À noter qu’une traduction française par Gabriel Chappuys paraît en 1599 (Paris, Guillaume Chaudière, 1599).

307 Peut-être, Libro de los milagros del santo crucifixo que està en el monasterio de sant Augustìn en Burgòs, Burgos, 1574.

308 Gonzalez de Sojo, Libro de la historia y milagros hechos a invocación de Nuestra Señora de Montserrat, Barcelone, Claudi Bornat, 1556, in-8o. Autres édition : Barcelone, Sebastian de Cormellas, 1594, in-8o.

309 Antonio de Guevara, Epistolas familiares, Anvers, P. Bellero, 1578, in-8o. Autre édition : Anvers, Martin Nuyts, 1594, in-8o.

310 Traduction par Giulio Cesare Galeotti de Girolamo Angeliti, Historia dell’origine della casa di Santa Maria di Loreto e come gl’ angeli la portorono di Nazareth in Italia, Ancône, A. de Grandi, 1575, in-8o. Autres éditions : Macerata, Sebastiano Martellini, 1580, 1590, 1596 et 1600, in-12.

311 Torquato Tasso, Aminta, favola boschereccia, Venise, Aldo Manucci, 1580, in-8o. Autres éditions : Venise, 1581, in-8o ; Plaisance, G. Bazachi, 1588, in-12 ; Venise, Alde, 1590, in-4o.

312 Francesco Panigarola, Dichiaratione de i salmi di David, Venise, Fabio et Agostin Zoppini, 1586, in-8o. Multiples autres éditions.

313 Sans doute Juan de La Cueva, Primera parte de las tragedias y comedias, Séville, Andrea Pescioni, 1583.

314 Pero Mexia, Historia imperial y cesarea, en la qual en summa se contienen las vidas y hechos de todos los Cesares emperadores de Roma, desde Julio Cesar hasta el emperador Maximiliano […], Séville, Domenico de Robertis, 1547, in-folio. Autres éditions : Anvers, veuve Martin Nuyts, 1561, in-folio ; Anvers, Jean Bellère, 1578, in-folio.

315 Chanteau II-70. Traduction par Agostino de Cravaliz de Pedro Cieza de León, Cronica del gran regno del Perù. Parte prima, Venise, Francesco Lorenzini da Turino, 1560, in-8o. Autres éditions : Venise, P. Bosello, 1560, in-12 ; autres éditions avec d’autres parties en 1564 et 1576.

316 Chanteau II-87. Traduction par Bernardino Daza Pinciano de André Alciat, Los emblemas, Lyon, Macé Bonhomme, 1540, in-8o. Autre édition : Lyon, Guillaume Rouille, 1549, in-8o.

317 Multiples éditions au XVIe siècle du Cortegiano de Baldassare Castiglione d’abord paru à Venise en 1528.

318 Chanteau I-6 ? Chanteau II-1 ?

319 Chanteau I-2. Une seule traduction en français, semble-t-il, par Jacques Tigeou des Œuvres de sainct Cyprian, avec quelques annotations sur aucuns lieux obscurs et difficiles, Paris, Nicolas Chesneau, 1574, in-folio, LIX-468 p.

320 Chanteau I-6 ? Chanteau II-1 ?

321 Une seule œuvre de Pline lAncien portant le titre d’Histoire a semble-t-il paru au XVIe siècle : la traduction par Antoine du Pinet de L’Histoire du monde de C. Pline Second […], a quoy a esté adjousté un traité des pois et mesures antiques, reduites à la françoise […], Lyon, Claude Senneton, 1562, 2 vol., in-folio. Autres éditions (toutes au même format) : id., 1566, Lyon, Charles Pesnot, 1581 ; Lyon, Antoine Tardif, 1584.

322 Chanteau II-19. Une édition des Commentaires de César traduits par Robert Gaguin a paru en 1485 à Paris (s. n., in-folio). Mais il s’agit peut-être plutôt de l’édition de Paris, Poncet le Preux et Galliot du Pré, 1531, in-folio, 95 f.

323 Chanteau II-14. Léon lAfricain, Historiale description de l’Afrique, tierce partie du monde […], Lyon, Jean Temporal, 1556, in-folio. Autre édition : id., 1556, in-12 ; Anvers, Plantin et Jean Bellère, 1556, in-8o.

324 Chanteau I-3. Multiples éditions au XVIe siècle des Chroniques de Jean Froissart au moins depuis 1505, généralement in-folio.

325 Par exemple : traduction de Bernhard Schöfferlin, Römische Historie uss Tito Livio gezogen, Mayence, Johann Schöffer, 1505 (multiples éditions au XVIe siècle).

326 Chanteau II-4.

327 Version augmentée par François de Belleforest de Nicole Gilles, Les croniques et annales de France des l’origine des Francoys et leur venue es Gaules [avec ajouts de Denis Sauvage], Paris, Gabriel Buon, 1573, in-folio. Autres éditions : id., 1579, in-folio ; Paris, Jean Cavellat, 1585, in-folio (avec révision de Gabriel Chappuys) ; Paris, Gabriel Buon, 1600, in-folio (même révision).

328 Chanteau I-4. Traduction par Jean Millet de Jean Zonaras, Chroniques ou Annales […] esquelles sont discourues toutes histoires memorables advenues en ce monde en la revolution de 6 600 ans et plus, Lyon, Macé Bonhomme, 1560-1561, in-folio, 122-247-115 f.

329 Traduction par Claude de Seyssel de Justin, Les histoires universelles de Trogue Pompee, abbregees par Justin, historien […], Paris, Michel de Vascosan, 1559, in-folio, 105 f.

330 Philibert de Pingon, Augusta Taurinorum, Turin, héritiers de Nicolò Bevilacqua, 1577, in-folio, 134 p.

331 Chanteau II-20. Édition avec commentaire de Gentian Hervet de Pallade dHélénopolis, Palladii, divi Evagrii discipuli, Lausiaca quæ dicitur historia et Theodoreti, episcopi Cyri, […] id est, religiosa historia […], Paris, Martin Le Jeune, 1555, in-4o, 477 p.

332 Guillaume Paradin, Histoire de nostre temps […], Lyon, Jean de Tournes, 1550, in-folio.

333 Chanteau II-13. Traduction par Jean Collin de Hérodian, L’histoire de Herodian, autheur grecq, des empereurs romains depuis Marcus, tournee de grecq en latin par Ange Politian et de latin en françoys, Paris, Vivant Gaultherot, 1541, in-8o. Autres éditions : Lyon, Jean de Tournes, 1546, in-16 ; Paris, Claude Micard, 1572, in-16. Dans la traduction de Jacques de Vintimille et l’édition de Pontus De Tyard : Lyon, Guillaume Rouille, 1554, in-folio ; Paris, Frédéric Morel, 1580, in-4o.

334 Peut-être Cronica cronicarum abbrege et mis par figures descentes et rondeaulx, contenans deux parties principalles, dont la premiere commencant a la creation du monde […], la seconde partie commençant a l’Incarnation […] jusques a l’an mil cinq cens vingt et ung […], Paris, pour Jean Petit et François Regnault par Jacques Ferrebouc, 1521, in-folio

335 Chanteau II-12. Jean Bouchet, Triomphes du tres chrestien, tres puissant et invictissime roy de France François premier de ce nom, contenant la difference des nobles, Poitiers, Jean et Enguilbert de Marnef, 1550, in-folio, VI-144 f.

336 Chanteau II-22. Les ordonnances et edictz du roi trés chrestien Henri II, Paris, Poncet le Preux, 1557, in-folio.

337 Jacques de Lavardin, Histoire de Georges Castriot, surnommé Scanderberg, roy d’Albanie […], Paris, Guillaume Chaudière, 1576, in-4o. Autre édition : id., 1597, in-8o.

338 Chanteau II-59. Traduction par Jacques de Vintimille de Xénophon, La cyropédie […] divisee en huit livres, esquelz est amplement traité de la vie, institution et faitz de Cyrus, roi des Perses […], Paris, Jean Longis, 1547, in-4o. Autres éditions : Lyon, Jean de Tournes, 1555, in-4o ; Paris, Claude Gautier, Vincent Norment, Jean Ruelle, 1572, in-8o.

339 Charles de Bourgueville, L’atheomachie et discours de l’immortalité de l’ame et resurrection des corps, Paris, Martin Le Jeune, 1564, in-4o, XXII-156 p.

340 Traduction par Nicole Oresme des Ethiques d’Aristote, Paris, Antoine Vérard, 1488, in-folio. Il s’agit (la prisée l’indique) plutôt de la traduction par Philippe Le Plessis, Paris, Michel de Vascosan, 1553, in-4o, XII-92 f.

341 Traduction par Antoine Chappuys de Giovanni Muzio, Le Combat de Mutio, Justinopolitain, avec les responses chevaleresses […], Lyon, Guillaume Rouille, 1561, in-4o. Autre édition : Lyon, Antoine Tardif, 1563, in-8o.

342 Chanteau II-26 ? Traduction par Jean de Guterry de Antonio de Guevara, Les Epistres dorees, moralles et familieres, Lyon, Macé Bonhomme, 1558, in-8o. Autres éditions (complètes) : Paris, Jacques Kerver, 1565, in-8o ; Lyon, Louis Cloquemin et Étienne Michel, 1575, in-16 ; Paris, Jean de Bordeaux et Galliot Du Pré, 1577, in-8o ; Lyon, Étienne Michel, 1578, in-8o ; Paris, Gabriel Buon, Charles Roger, 1588, in-8o ; Lyon, Benoît Rigaud, 1588, in-8o.

343 François de Belleforest, Histoire universelle du monde divisee en quatre livres, Paris, Gervais Mallot, 1570, 318 p., in-4o.

344 Traduction par Nicolas de Grouchy de Fernando Lopez de Castañeda, Le premier livre de l’histoire de l’Inde, contenant comment l’Inde a esté decouverte par le commandement du roy Emanuel et la guerre que les capitaines portugalois ont menee contre Samorin, roy de Calecut […], Paris, Michel de Vascosan, 1553, in-4o. Autres éditions : Anvers, Jan Steels, 1554, in-8o ; Paris, Jean Parant, 1576, in-8o.

345 Chanteau II-29 ? Traduction par Louis LeRoy des Enseignements d’Isocrates et de Xenophon, autheurs anciens très excellens pour bien regner en paix comme en guerre, Paris, Michel de Vascosan, 1568, in-4o, 95 p.

346 Sans doute Marco Polo, La description geographique des provinces et villes plus fameuses de l’Inde orientale, meurs, loix, et coustumes des habitans d’icelles, Paris, Étienne Groulleau et Jean Longis, 1556, in-4o, IX-124 p.

347 Catherine et Madeleine des Roches, Les missives de Mesdames Desroches, de Poitiers, mere et fille, avec le Ravissement de Proserpine, prins du latin de Clodian, et autres imitations et meslanges poetiques, Paris, Abel L’Angelier, 1586, in-4o, II-78 f.

348 Chanteau II-30. Guillaume Paradin, Chronique de Savoye, Lyon, Jean de Tournes et Guillaume Gazeau, 1552, in-4o.

349 Chanteau II-7 (qui précise qu’il s’agit de l’édition de Paris, 1557). Traduction par Claude Gruget de Giovanni Battista Possevino, Les dialogues d’honneur […] esquelz est amplement discouru et resolu de tous les points de l’honneur entre toutes personnes, Paris, Jean Longis, 1557, in-4o.

350 Voir n. 74.

351 Chanteau II-2.

352 Chanteau, II-84. Traduction par Nicole de La Chesnaye de Benoît de Norcia, La nef de santé [par Nicole de La Chesnaye], avec le Gouvernail du corps humain [traduit de Benoît deNorcia] et la Condannacion des bancquetz a la louenge de diepte et sobrieté et le Traictié des passions de l’ame [traduit de Benoît de Norcia], Paris, Antoine Vérard, 1507, in-4o. Autre édition : Paris, Michel Le Noir, 1511, in-4o.

353 Traduction par Lancelot de Carle de Stanislaw Hosius, Traicté […] de l’expresse parole de Dieu, Paris, Michel de Vascosan, 1560, in-8o. Autres éditions id., 1561 et 1562.

354 Chanteau II-74. Jean de Neufville, De pulchritudine animi libri quinque, in epicureos et atheos homines huius seculi […], Paris, Galliot Du Pré, 1556, in-8o, 285 p.

355 Chanteau II-77. Multiples éditions, dès la fin du XVe siècle d’ouvrages de l’historien romain Valère Maxime (l’inventaire Chanteau est tout aussi laconique).

356 Chanteau II-5 ?

357 Peut-être l’édition par Robert et Antoine Le Chevalier dAgneaux, Les Œuvres de Virgile Maron, latin et françois, Paris, Guillaume Auvray, 1583, in-8o, 327-20 f.

358 Peut-être traduction par François deBelleforest de Juan deDueñas, Le miroir de consolation pour les tristes et affligez […], Paris, Georges Lombard, 1601, 339 p., in-8o.

359 Voir n. 294.

360 Chanteau II-28. Sans doute traduction par Martin Fumée de Francisco López De Gómara, Histoire generalle des Indes occidentales et terres neuves qui jusqu’a present ont esté descouvertes, Paris, Michel Sonnius, 1569, in-8o. Autres éditions : id., 1580, in-8o ; id., 1584, in-8o.

361 Chanteau II-71. Édition par Christophe Prudhomme des Trium poetarum elegantissimorum, Porcelii, Basinii et Trebani opuscula, nunc primum […] in lucem ædita, Paris, Simon de Colines, 1539, in-8o, 108 f.

362 Quatre opuscules de Senecque, traduction de Ange Cappel, Paris, R. Le Mangnier, 1582, in-8o, 112 p. (parfois désigné comme Le formulaire de vie humaine : aimable indication d’Emmanuel Buron).

363 Voir n. 2.

364 Traduction de Bocace, Des dames de renom, Lyon, Guillaume Rouille, 1551, in-8o, 384 p.

365 Chanteau II-83. Très probablement l’édition suivante de Johann Carion, Chronicorum libellus, maximas quasque res gestas, ab initio mundi, apto ordine complectens […], Lyon, Jean et François Frellon, 1543, 368 p., in-8o.

366 Traduction par Jean de Amelin du Premier livre de la IIIe Décade de Tite Live, en laquelle il traicte de la seconde guerre punique, Paris, Michel de Vascosan, 1556, in-8o.

367 Chanteau II-61. Charles Fontaine, Les figures du Nouveau Testament, Lyon, Jean de Tournes, 1554, in-8o. Autres éditions : id., 1556, 1558, 1559, in-8o ; (avec des huitains de Claude de Pontoux) Lyon, Guillaume Rouille, 1570, in-8o.

368 Édition par Robert et Antoine Le Chevalierd’Agneaux, Les Œuvres de L. Horace Flacce, latin et françois, Paris, Guillaume Auvray, 1588, in-8o.

369 Non identifié.

370 Mathieu de Launoy et Henri Pennetier, La declaration et refutation des fausses suppositions et perverses applications d’aucunes sentences des Saintes Ecritures, desquelles les ministres se sont servis en ce dernier temps a diviser la Chretienté, Paris, Jean du Carroy, in-8o et Cambrai, V. Robat, 1579, in-8o.

371 Chanteau II-64. Pantaléon Bartelon, Distiques moraux rendus en françois par beaux, graves et sententieux quatrains, ausquels sont remarquees et taxees les mœurs corrompues et les miseres du temps present, œuvre qui peut servir de mirouer et d’exemple a toute personne, Lyon, Benoît Rigaud, 1569, 80 p., in-8o (autre édition id., 1570, in-12 et id., 1581, in-8o).

372 Chanteaut II-63. Claude Paradin, Quadrins historicques de la Bible, Lyon, Jean de Tournes, 1553, in-8o ; autres éditions, id., 1558, in-8o ; id., 1560, in-8o.

373 Sommier discours des justes causes et raisons, qu’ont constrainct les estats generaulx des Pais Bas, de pourveoir a leur deffence contre le seigneur Don Jehan d’Austrice, Anvers, Guillaume Sylvius, 1577, in-4o. Autre édition : id., 1577, in-8o.

374 Barthélemy Aneau, Imagination poétique, traduicte en vers françois, des latins et grecz, par l’auteur mesme d’iceux, Lyon, Macé Bonhomme, 1552, in-8o. Autre édition : id., 1556, in-16.

375 Chanteau II-69 : il a lu Pugnantii et identifié l’auteur avec Nicolas Poignant, chanoine de Saint-Dié, sans toutefois donner de titre ; les catalogues informatisés n’en ont nulle trace. S’agit-il d’un manuscrit ? S’agit-il de Nicolai Asclepii Barbati orationes duæ, altera funebris in obitum […] Philippi, landgraviæ Hassiæ […] habita 1 maii anno 1567, altera habita in promulgatione privilegiorum ab imperatore Carolo Quinto impetratorum, vicesima augusti anno 1541, Marburg, héritiers, A. Kolb, 1567, in-4o.

376 Voir n. 228.

377 Voir n. 201.

378 Chanteau I-20. Nombreuses éditions des Œuvres de Clément Marot depuis l’édition de 1538 (Lyon, Étienne Dolet, in-8o).

379 Traduction de Fernando de Rojas, Celestine […], en laquelle est traicté des deceptions des serviteurs envers leurs maistres et des macquerelles envers les amoureux, translaté d’ytalien en françois, Paris, Galliot du Pré, 1527, in-8o. Autres éditions : Paris, enseigne de Saint-Nicolas, 1529, in-8o ; Lyon, Claude Nourry, 1529, in-8o ; Paris, 1542, in-8o ; Paris, Gilles Robinot, 1578, in-16 ; Rouen, C. Levillain et Théodore Reinsart, 1598, in-12.

380 Voir n. 75.

381 Voir n. 172.

382 Traduction par Pierre Lagnier des Sentences illustres de M. T. Ciceron, Toulouse, Jean Lertout, 1582, VIII-751 p., in-16.

Table des illustrations

Titre Répartition des titres de la bibliothèque de Mercœur inventoriée à Nomény en 1602.
Légende Nota : trois ouvrages bilingues latin-français ont été comptabilisés trois fois dans la partie linguis
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/98618/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 97k

Auteur

Archiviste paléographe, docteur en histoire, ancien membre de l’École française de Rome, est professeur à l’École nationale des chartes (Paris) où il enseigne l’histoire des institutions, de l’archivistique et de la diplomatique de l’époque moderne. Ses travaux portent sur la sociologie des institutions de la France et de la papauté et sur les rapports entre l’État et la culture écrite à l’époque moderne.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540