Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le duc de Mercœur

 | 
Emmanuel Buron
, 
Bruno Méniel

Troisième partie. La construction d’un imaginaire de la Ligue

Écrire la vertu du chef ligueur. Les Bergeries de Julliette, Nicolas de Montreux et le duc de Mercœur (1585-1598)

Laurence Giavarini

Texte intégral

  • 1 Voir la notice biographique du Dictionnaire des Lettres Françaises, éd. revue sous la direction de (...)
  • 2 Robert Descimon, José Javier Ruiz Ibáñez, Les Ligueurs de l’exil. Le refuge catholique français ap (...)

1Entre 1585 et 1598, Nicolas de Montreux, poète et chanoine, auteur prolixe, a fait paraître cinq livres intitulés Bergeries de Juliette, sous le pseudonyme anagrammatique d’Ollenix du Mont-Sacré1. Les dates en témoignent : cette publication coïncide assez exactement avec la durée d’existence de la Ligue, elle se situe tout au moins entre la proclamation du manifeste ligueur à Péronne et l’Édit de Nantes, cette même année 1598 pendant laquelle Mercœur se soumet à Henri IV et renonce au gouvernement de Bretagne. On serait donc tentée de postuler une unité de sens de ces cinq volumes parus dans le moment où les guerres de Religion prennent une tournure particulièrement violente et complexe, entre les premiers succès de la Ligue et sa débâcle. Mais dans cet ensemble très vaste – plus de deux mille folios in octavo –, non seulement les derniers livres parus en 1595 et 1598 marquent un changement de ton considérable, mais ils sont les seuls dédiés par Montreux au duc de Mercœur dont il est devenu le bibliothécaire en 1591, après avoir trouvé refuge à la cour de Nantes pendant la tourmente qui a suivi l’assassinat des Guise. Les deux premières dédicaces offraient les bergeries respectivement à François de Conti en 1585 et au duc d’Épernon en 1587 ; la troisième, signée de l’éditeur Jamet Mettayer, et adressée à Henri de Bourbon, duc de Montpensier, en 1594. Comment comprendre que le même auteur ait pu offrir à des hommes que séparaient à ce point leur idéologie et leur position dans la guerre les différents volumes de son ensemble pastoral ? Comment lui-même s’en explique-t-il ? Comment, plus largement, les Bergeries de Julliette se sont-elles fait le cadre d’enregistrement des événements politiques du temps, en l’espèce d’une radicalisation religieuse du type de celle qui a vu certains seigneurs et gentilshommes passer d’un catholicisme modéré à ce catholicisme zélé qui interdit de rapporter les troubles civils, à partir de 1584 tout au moins, à une opposition binaire entre partisans de la religion du roi et réformés2 ? Peut-on ainsi mesurer des déplacements d’ordre politique et éthique dans des formes que les historiens prennent rarement comme source, jamais en ce qui concerne les Bergeries de Julliette, des textes qui n’ont résisté ni aux effets de distinction qu’a produits la doxa classicisante, ni aux partitions disciplinaires qui laissent le discours amoureux aux seuls « littéraires » ?

  • 3 Nathalie Dauvois, De la Satura à la Bergerie. Le prosimètre pastoral en France à la Renaissance et (...)
  • 4 Pour exemples, les deux premiers titres : Le premier livre des Bergeries de Julliette. Auquel par (...)
  • 5 Nathalie Dauvois, op. cit., p. 26.

2Ce qu’on appelle « bergerie », dans la seconde moitié du XVIe siècle, est une forme poétique susceptible de porter des contenus éthiques et politiques assez divers. Il n’y a ainsi, semble-t-il, guère de rapport entre La Bergerie toute politique de Ronsard en 1565, la promenade poétique et esthétique de Rémi Belleau à Joinville, qui donne une Bergerie parue en deux journées successives (1565 et 1572), voire La Bergerie de Montchrestien qui tient plus du théâtre (1601), et celles que Nicolas de Montreux met sous la protection de la chaste Juliette. Le seul point commun entre ces différentes « bergeries » est le mélange de prose et de vers qui permet de les rattacher à la tradition du prosimètre médiéval, à la manière de la Consolation de Boèce, une forme qui n’est pas sans rapport avec la satura latine3, comme en témoigne le caractère de « cornucopie » que les titres de Montreux mettent bien en évidence4. Cette hybridité formelle est sans doute aussi ce qui « permet [au prosimètre] de problématiser le rapport de la littérature à la philosophie et à la morale, et plus largement la dimension réflexive et critique de cette écriture5 ». Ainsi la disposition de la seconde journée de La Bergerie de Rémi Belleau, parue en 1572, à un moment où les guerres de Religion prennent un tour particulièrement sanglant, vient-elle infléchir le sens heureux, plus utopique de la première Journée, datée de 1565, à laquelle elle s’ajoute.

  • 6 Pierre Laudun DAigaliers, Art poëtique françois, 1597, éd. Jean-Charles Monferran, Paris, STFM, 2 (...)
  • 7 Sur le lien fait dans les romans d’amour de la « période baroque » entre amour néo-platonicien et (...)

3Selon l’Art poétique de Laudun d’Aigaliers, le mot « bergerie » signifie une forme spécifiquement française de la « pastorale » dont le nom est pour lui « latin escorché », une forme qu’il ne définit par ailleurs que par son « primitif Berger » (son origine lexicale) et son sujet, la discussion allégorique sur les « affaires d’estat, [les] conditions, et fortunes des Rois, et Princes ». Et il note, sans bien établir le lien entre les deux propositions, que « le plus souvent tout se refere à l’amour6 ». Le point d’articulation manquant entre la pastorale amoureuse et le sens politico-religieux de la dévotion catholique zélée est bien pourtant la question du sens donné à l’amour. Si l’on peut trouver chez les bergers de cette Arcadie exigeante, difficile, une forme de représentation de la martyrologie ligueuse, son ancrage dans ce qui est proprement un discours amoureux informé par le néo-platonisme apparaît d’abord plus déconcertant7.

  • 8 Denis Crouzet, La Nuit de la Saint-Barthélemy. Un rêve perdu de la Renaissance, Paris, Fayard, « C (...)

4Le discours de l’amour occupe de fait peu de place dans les travaux sur la Ligue, entre l’analyse des questions religieuses et la réflexion politique. Seul Denis Crouzet a tenté une explication de la violence corporelle et de l’exaltation catholiques en les rattachant au « rêve d’amour » néo-platonicien qui avait ordonné la politique des Valois, sans montrer néanmoins comment on était passé du monde des textes au monde des armes et de la guerre8. Or, ce passage qui interroge précisément le statut des textes et de la pensée dans la production historique d’une question d’histoire – la violence passionnelle pendant les guerres de Religion –, il me semble qu’on peut essayer de l’envisager à partir de ce que les textes disent de leurs effets dans la réalité, à partir des actions dont ils sont le moyen. En l’occurrence, les Bergeries de Julliette ne sont nullement des incitations à la violence, mais elles interrogent les « effets d’amour » de deux manières : représentation par des histoires en prose et des poèmes d’une part, questionnement éthique et moral dans le devis des bergers d’autre part. Elles tentent en outre d’intervenir dans les conflits politiques par des manipulations dont les dédicaces apparaîtront ici comme un instrument privilégié. Cela signifie que le mode de participation au monde de tels livres ne se prolonge pas directement dans une politique, mais qu’il est en quelque sorte instrumentalisé par des actions d’écriture. Ou encore, qu’il n’y a pas d’éthique des bergeries en dehors des manipulations politiques qui tentent de leur donner sens et efficacité dans la réalité.

5Dans l’épître dédicatoire du IVe livre, adressée le 25 août 1594 à Mercœur, Montreux revient sur la dédicace du IIIe livre :

  • 9 Le quatriesme livre des Bergeries de Julliette, Paris, Des Rues et Saugrain, 1595, je souligne.

« Prenez donc ce qui vous appartient, et secourez de vostre vertu, ce qui tasche en la celebrant de se rendre illustre par elle. […] Ç’a esté tousjours mon dessein, quelques traverses qu’on ait données à mon intention, qu’on a falsifiee, offrant à d’autres mon troisiesme livre, que pour les raisons que je descripts, je vous avois dedié, il est à vous, avec tous mes labeurs, puisqu’ils sont animez de vostre vertu, qui leur donne la vie, et parfaicts par vostre liberalité9. »

  • 10 Le troisiesme livre des Bergeries de Julliette, Tours, Jamet Mettayer, 1594. L’épître dédicatoire (...)

6L’affaire est intéressante : l’éditeur vantait bien dans sa dédicace à Montpensier les talents d’Ollenix du Mont-Sacré, « gentilhomme de nostre aage fort docte et savant, et qui a beaucoup merité des bonnes lettres », soulignant ainsi qu’il attendait « plus ample loyer de ses veilles et travaux que la gloire et honneur, qui est le vray guerdon et recompense de la vertu ». Et il invitait son dédicataire à laisser les armes pour les lettres, certain qu’il recevrait avec honneur cet ouvrage « tant pour l’affection que portez aux lettres humaines et aux bons esprits, que aussi pour l’honneste recreation que vous y pourrez prendre10 ».

  • 11 Rose-Marie Daele, op. cit., p. 69-70.
  • 12 Le premier livre des Bergeries de Julliette, Tours, Claude de Montr’œil, Jamet Mettayer, Sébastien (...)
  • 13 Le second livre des Bergeries de Julliette, Tours, Jamet Mettayer, 1592 (première éd., Paris, Gill (...)

7Que, par ce que Montreux appelle une « falsification », un de ses livres ait pu ainsi être offert à l’ennemi juré de son protecteur, ce duc de Montpensier à qui, en 1582, Henri III avait retiré le gouvernement de Bretagne pour le donner à Mercœur précisément mais qui est présenté par la page de titre du IIIe livre des Bergeries de Julliette comme « Lieutenant pour sa Majesté au païs de Normandie » semble confirmer l’idée souvent avancée qu’il n’y a guère de rapport entre les ouvrages et leurs dédicataires, que la pratique de la dédicace relève d’une manipulation éditoriale, concurrente en l’espèce d’une intentionnalité affichée a posteriori par l’auteur. Rose-Marie Daele, auteur du principal travail biographique sur Montreux, a fait l’hypothèse que Jamet Mettayer avait voulu se protéger à une époque où les principaux princes quittaient la Ligue et se ralliaient au parti du roi11. Cette hypothèse est plausible puisque Mettayer avait publié à Tours en 1592 la cinquième édition revue du Ier livre des Bergeries12, la troisième du IIe livre des Bergeries13, qu’il était semble-t-il ainsi en possession du manuscrit du IIIe livre dès cette même année, et que, par sa famille, il était du côté protestant. Or la Ligue était devenue d’emblée l’ennemi conjoint des catholiques modérés et des protestants. On peut aussi penser que Mettayer tentait par ce détournement de dédicace de maintenir la « bergerie » dans le parti des royaux – ce qui prouverait que le message dont elle était porteuse pouvait encore n’être pas identifié au radicalisme des ligueurs. Il serait alors probable que l’éditeur tentait par là d’empêcher une spécialisation ligueuse de cette qualité romaine placée par Montreux au fondement de l’éthique dont la pastorale était le véhicule – la « vertu ».

  • 14 Le quatriesme livre des Bergeries de Julliette, éd. cit., « A tres illustre et victorieux prince, (...)

8Mais on peut aussi prendre les choses à rebours, et considérer la rectification de Montreux comme une tentative pour revenir après coup sur la réception des trois premiers livres des Bergeries. Son insistance dans la dédicace du IVe livre sur le fait que le IIIe livre déjà était tout entier voué à son protecteur, mais aussi sa défense d’une matière amoureuse14 qui concerne plutôt, on le verra, les deux premiers livres, constituent probablement une tentative pour construire rétroactivement la réception de ceux-ci, construire même la cohérence d’un travail éditorial dont les dédicaces manifestent à l’inverse le caractère aléatoire. Comment justifier en effet que les deux premiers livres aient été offerts, en pleine montée de la Ligue, à des princes haïs des Ligueurs ?

  • 15 Rose-Marie Daele parle d’une première dédicace à Jeanne de Coesme, cousine de Catherine de Médicis (...)

9La première dédicace, datée du 16 juin 1585 – année du manifeste de Péronne et de l’édit de Nemours qui proclamait la déchéance d’Henri de Navarre – offrait le livre à François de Conti, troisième fils de Louis de Bourbon, prince de Condé, gouverneur d’Auvergne et du Dauphiné, le neveu du cardinal de Bourbon dont les Ligueurs feraient leur roi en 158915. L’éloge déclarait explicitement que le livre « de luy mesme estoit peu de chose sans estre soustenu et avoué d’un grand », et qu’il l’avait « entre autres cherché et choisi […] pour lui tenir la main, et le supporter contre l’envie et le jargon de maints envieux qui l’abboyent de tous costez ». La dédicace du IIe livre, datée du 6 juin 1587, était adressée au duc d’Épernon, un des deux archi-mignons d’Henri III. Montreux vantait cette fois l’homme aux « yeux fichez sur luy », savoir le roi de France, l’épigone d’Alexandre qui mariait « les armes avec les lettres » et assemblait « l’histoire avec l’espée ». Choisir pour dédicataire le duc d’Épernon en 1587, c’était à tout le moins s’adresser à une des figures les plus contestées de l’entourage du roi, même si d’Éperon avait su se protéger de ses adversaires en obtenant les gouvernements de plusieurs provinces françaises. Mais c’était peut-être aussi choisir une figure encore forte du pouvoir à un moment où Henri III avait déjà perdu sa popularité et son crédit.

10À en croire l’avis « Au lecteur » du premier livre des Bergeries, il ne faut pas s’étonner de voir publier le livre en temps de guerre et de calamités, « veu que les lettres restent muettes et sans vigueur parmy la force et les armes ». C’est que « les lettres et les loix, ne sont tant necessaires en aucune saison qu’en celle de la guerre, d’autant que la discipline militaire, de son naturel licentieuse, et prompte à toute meschanceté, si elle n’estoit contrainte et reprimee, par la juste rigueur de la loy, [il] seroit impossible de vivre durant la guerre, ny mesmes aux chefs et capitaines de conduire et commander à leurs soldats ». Et de rappeler les mœurs guerrières des anciens, plus justes, plus mesurées à « la loy », précisément, comme le prouve « une mer d’exemples », parmi lesquels celui de Tamerlan qui fit ouvrir le ventre d’un soldat qui avait bu le lait d’une vieille dame. Les Bergeries de Julliette ne veulent pas être seulement le contrepoint lettré des armes, mais vraisemblablement aussi le cadre où seront repris ces exemples anciens fameux, aptes à rappeler cette loi de la guerre que le présent a oubliée. La perspective éthique est donc inséparable de la tradition de l’exemplum qui la véhicule, qui encadre l’offre même du livre et définit l’efficacité du projet de Montreux.

11Car pour accéder au sens des exempla que rapporte la bergerie, il faut d’abord suivre le modèle d’Alexandre, sans cesse rapporté dans les dédicaces du temps, lequel « estant attaché à la guerre contre les Perses, et au plus fort des combats, avoit tousjours derriere le chevet de son lict, avec son espee, l’Iliade d’Homere, qu’il enfermoit dans un coffre d’or, comme le plus cher et precieux joyau qu’il eust ». Cette construction morale de l’exemplarité explique l’éloge dressé dans la dédicace à François de Conti : « qui est des premiers Princes de France, et descendu de sainct Louys Roy si sainct, juste et debonaire ? Qui merite mieux les escripts des hommes doctes, et qui doibt estre davantage célébré et recommandé à la posterité, que les justes et légitimes Princes du Royaume ? » Montreux sait bien, écrit-il, que son destinataire aurait préféré un ouvrage à la gloire de ses prédécesseurs plutôt que « cestuy qui ne discourt que de la vie Rusticque », mais Les Bergeries doivent précisément lui servir de porte d’entrée dans cet avenir. En d’autres termes, c’est dans la mesure où l’éthique de l’homme de guerre lettré rappelle son appartenance à un prestigieux lignage qu’elle pourra motiver l’écriture d’une généalogie. On ne saurait mieux justifier demande de protection, ni mieux expliciter une proposition de service.

  • 16 Le troisième livre des Bergeries de Julliette, Tours, Jamet Mettayer, 1594 : « A tres-haut et tres (...)
  • 17 Ibid, « Monseigneur, ce fameux et renommé Empereur des Grecs, Alexandre de Macedoine n’a pas seule (...)

12La dédicace de Mettayer à Montpensier, à l’ouverture du IIIe livre de 1594, n’est pas en contradiction avec cette politique d’éloge de l’homme de guerre lettré en ce qu’elle vante en Montpensier le chef de guerre et l’amoureux des lettres16, reprenant d’ailleurs l’exemplum d’Alexandre déjà utilisé par Montreux17. Comment celui-ci peut-il désormais se justifier de ces premières dédicaces, sinon en faisant de Mercœur l’incarnation du prince vertueux que sollicitaient les deux premiers livres des Bergeries, en présentant le duc comme la source même du texte, remodelant pour ce faire la cohérence de son projet grâce à une superposition de la chronologie de parution des Bergeries (1592, 1594 et 1598) et des accidents de sa propre existence.

13De fait, les dédicaces à Mercœur sont beaucoup plus construites, beaucoup plus personnalisées que les précédentes. Alors que Montreux s’adressait à Conti ou d’Épernon comme à des destinataires susceptibles de donner de la valeur à son œuvre, il désigne en Mercœur bien plus qu’un protecteur, bien plus que le destinataire de sa production poétique, sa source d’inspiration même :

  • 18 Le quatriesme livre des Bergeries de Julliettes, éd. cit., épître dédicatoire, non paginée.

« Sans vostre vertu je ne serois empesché de vous offrir ce livre, ny vous en peine de le recevoir : car je serois sans vie, et d’une mesme mort ma Muse esteinte. Je reçois donc de vostre vertu divine, au lieu de luy donner. Aussi ne pretens-je me servir de ce mot : car l’acquict de la debte ne merite le nom du present, et celuy qui s’acquitte ne s’oblige à personne, puisque la justice l’obligeoit à ce devoir. Je vous dois tous mes labeurs : car pour la gloire de la vertu la Muse desploye ses riches vers, et justement ceste riche Rome se les attribue, puisque d’elle ils empruntent leur excellence et leur gloire. Car en quelle reputation seroyent les escripts qui blasmeroyent la vertu ? en telle que ceux de ce sot Poete, qu’Alexandre fist mourir à coup de soufflets ? Vostre vertu se trouve donc cause seconde de mes vers (car la premiere vient de Dieu) et jamais l’effect ne s’esloigne de sa cause18. »

  • 19 Ibid. : « Or vostre seule vertu m’a faict prendre cest œuvre en la main, pour vous le porter, et n (...)

14Célébrer la vertu de Mercœur, c’est célébrer cela même qui « donne vie à la fortune » du poète19, la source à laquelle s’alimente la « bergerie ». Le fait que la dédicace du IVe livre des Bergeries de Julliettes (éd. cit., épître dédicatoire) voie apparaître la topique de l’inspiration montre que la dédicace construit un tout autre rapport que celui de la demande et de l’offre du texte : un rapport de motivation entre le livre et son destinataire donné comme la source même du prosimètre. Cette construction d’un échange par la dédicace peut rappeler en effet la mystique de l’inspiration qui nourrit, dans les Regrets de Du Bellay, les sonnets adressés à Marguerite de France. La vertu de celle-ci « rénovait » véritablement, disait celui-ci, la muse du poète. Non seulement ainsi Mercœur est juge des œuvres de Montreux, mais c’est sa vertu même qui motive l’écriture, plus que le désir d’une récompense ou d’une protection. L’idée de la vertu trouve une sorte d’incarnation spécifique avec le duc, à travers le jeu de miroir entre le dédicataire et son texte. Dans la dernière dédicace, le poète célèbre ainsi en Mercœur celui qui l’a défendu et protégé de ses adversaires, le livre venant remplir lui-même une obligation « vertueuse » : récompenser celui qui l’a méritée.

  • 20 La Conjonction des armes et des lettres des deux tres illustres princes Lorrains Charles Cardinal (...)

15S’il est mentionné pour d’autres destinataires que Mercœur, le motif de la vertu lui est ainsi particulièrement attaché. Les dédicaces de Montreux s’inscrivent par là dans la continuité de l’épître dédicatoire de La Conjonction des armes et des lettres de Nicolas Boucher, que son traducteur en français, Jacques Tigeou, chanoine de la cathédrale de Reims, avait adressée au duc de Mercœur, parce qu’il était « vray heritier des Armes de Françoys vostre oncle20 ». Tigeou célébrait en Mercœur le neveu du cardinal de Guise, celui qui avait recueilli avec son propre frère, Charles de Vaudemont, devenu cardinal l’année d’avant, en 1578, le double héritage du cardinal et de son frère, François. Sa dédicace s’ouvrait sur un long développement portant sur la nécessité de récompenser la vertu, quoiqu’elle « soit louable de soymesme, et qu’elle porte son honneur quant et soy, et qu’elle mesme soit le loier et remuneration de soy-mesme ». C’est la même vertu que célèbre Montreux, celle qui fait de Mercœur non seulement celui qui hérite des armes, mais aussi désormais le lettré qui entretient à la cour de Nantes nombre de plumes disposées à dire sa geste héroïque. Il est ainsi assez probable que la dédicace de Tigeou a servi de modèle à celles de Montreux, qu’elle lui a permis d’accomplir le portrait de Mercœur comme celui qui incarne seul désormais les deux volets de la vertu. Il est probable même que Montreux a voulu la cohésion de cet ensemble de dédicaces adressées à son mécène construisant sa stature de grand catholique.

16Comment maintenant les bifurcations politiques de Montreuxse marquentelles dans le texte des Bergeries ? L’ensemble des cinq volumes marque une dramatisation sensible à partir du livre III, paru l’année même du sacre d’Henri IV à Chartres, alors que la défaite de la Ligue est désormais assurée. Mais il faut, pour mesurer ce changement, s’arrêter rapidement d’abord sur les deux premières bergeries.

  • 21 Le premier livre des Bergeries de Julliette […], Tours, Georges Drobet, 1592, f. 1-1vo : « […] il (...)
  • 22 Ibid., f. 1vo : « Ce Berger se nommoit Phillis, qui avoit une sœur un peu de moindre taille que lu (...)
  • 23 La Croix du Maine, Bibliothèque […] éd. Paris, Saillant et Nyon, t. II, p. 171-172 et voir Rose-Ma (...)

17Les deux premiers livres mettent en place le modèle académique qui informe la représentation de la production poétique. Dans une Arcadie qui n’a rien d’un cadre idyllique, mais se présente dès le premier livre des Bergeries de Julliette comme un désert, le portrait de deux bergers, frère21 et sœur22, modèle héroïque sollicitant l’identification, réalise une sorte d’interprétation idéale de la conjonction des armes et des lettres, conçue comme moyen de produire une utopie héroïque non passionnelle. On a pu chercher des clefs pour ces personnages, comme le fait Rose-Marie Daele en s’appuyant sur quelques lignes de La Croix du Maine qui écrit que les bergeries de Julliette « sont une imitation de la Diane de Georges de Montemaior, faites en faveur de M. le Baron de la Vernye au Maine, et de Mademoiselle de Tessé, sa sœur23. » Peut-être, mais même en admettant que les portraits de Phillis et Julliette aient une référence implicite, leur perfection « académique », au sens où elle est savante sans doute, mais aussi topique, est précisément ce qui définit leur exemplarité.

  • 24 Le premier livre des Bergeries de Julliette, éd. cit. f. 3vo-4 : « En ceste pree, il fut ordonné p (...)
  • 25 Je renvoie à ce qu’écrit Frances A. Yates sur le Ballet comique de la Reine donné pour le mariage (...)
  • 26 Le second livre des Bergeries de Julliette, éd. cit., f. 2vo : « Vous ne pouvez ignorer, que l’ois (...)

18Autour de Phillis et Juliette, huit autres bergers soumis à leur empire forment une sorte de petite académie poétique organisée par une convention narrative imitée du Décameron24. Quatre hommes et quatre femmes donc – Arcas, Fortunio, Belair, Rustic, Magdelis, Cliomène, Isabelle, Dellye. Mais dans la bergerie plus que dans le Decameron, les relations entre deviseurs sont organisées par une « chaîne d’amour » – A aime B qui aime C –, en vertu d’une formule qui consiste à calquer l’organisation narrative de la communauté des bergers sur une sorte de physique de l’amour, motivant en quelque sorte l’échange de parole et la distribution des matières par l’articulation de l’ordre des lettres au désordre amoureux. Le modèle de l’organisation des personnages et du discours est bien en ce sens académique plus que curial. Néanmoins cette représentation du désordre du monde par un désordre fécond de l’amour est à rapprocher, du point de vue des modèles qu’il mobilise, des ballets de cour figurant ou tentant de créer par la « conjonction » des arts – danse, musique, peinture, poésie – une harmonie politique difficile, sinon impossible, à réaliser dans la réalité25. En l’espèce, la structure de la « bergerie » fonde la production poétique sur l’insatisfaction amoureuse, l’ordre académique se construisant sur l’impossibilité de la réciprocité. Poèmes, énigmes sexuelles, plaintes, histoires tragiques, jeux – la circulation de la parole s’organise en cinq journées symétriques, qui font de chacun des volumes des Bergeries de véritables « théâtres de mémoire de l’amour ». L’ensemble interroge l’amour érotique et la violence passionnelle, comparant par exemple la chasse à l’amour, dans la perspective de cette guérison des passions qui organise tout le texte de la « bergerie » : la chasse ne permet-elle pas, selon Julliette, de canaliser ces passions auxquelles l’amour lâche la bride26 ?

  • 27 Voir sur ce point une page de mon article « Mélancolie du prince, héroïsme et représentation dans (...)

19Mais avec le livre III, la violence passionnelle envahit littéralement la bergerie. Les histoires tragiques plus nombreuses sont ponctuées de plaintes amoureuses, s’achèvent dans des précipitations qui peuvent se lire comme autant d’images agissantes – les imagines agentes des arts de mémoire – comme s’il s’agissait désormais de garder mémoire des « effets de l’amour », notamment des morts violentes auxquelles il conduit. Ce que propose le texte, c’est moins alors un propos moral sur les effets néfastes de la passion qu’une forme d’éradication des passions à travers un dispositif sénéquien de critique de l’imagination, lisible dans ces autopsies de la mort d’amour. La pulsion érotique s’identifie nettement dans ces « bergeries » à la mélancolie, elle s’articule à la culture néo-platonicienne de l’amour vulgaire, ou plus exactement à la rencontre de l’amour vulgaire du néo-platonisme et du modèle de l’eros mélancolique – rencontre textuelle qui fixe une forme de pulsion érotique mortifère, porteuse de nombre d’histoires tragiques, en particulier dans la culture catholique27.

  • 28 Cf. Tertullien : « Renonçons aux choses de la chair, pour faire fructifier un jour celles de l’esp (...)

20Ce travail formel de l’imagination a pour corollaire une défense de la chasteté qui me paraît représenter dans le texte le contrepoint chrétien de la vertu romaine. La chasteté est en effet à travers Julliette la condition de la floraison des « lettres » poétiques qui font la matière abondante de la « bergerie »28. Le chanoine Nicolas de Montreux articule ainsi la possibilité d’un ethos curial non guerrier à un contrôle de l’eros, c’est-à-dire en l’occurrence un contrôle de la mélancolie auquel est identifié l’amour vulgaire du néo-platonisme, envers de l’amour honnête que connaissent bien les lecteurs du Commentaire sur le Banquet de Platon, traduit dès le début du siècle en français, et récemment en 1578 par Guy Lefèvre de la Boderie.

  • 29 Rémi Belleau, La Bergerie, dans Œuvres poétiques, éd. dirigée par Guy Demerson, Paris, Honoré Cham (...)
  • 30 Ibid., p. 33 : « Or pour interpreter ce que c’estoit il y avoit en la compagnie de ces bergeres un (...)

21Cette exaltation de la chasteté suggère un rapprochement des Bergeries de Julliette avec La Bergerie de Rémi Belleau. Dans la première journée, un tableau allégorique représentant Chasteté poursuivie par la fureur érotique offrait une représentation de la petite cour de Joinville surgie au détour de la déambulation dans le texte-château29. En 1565, alors que le voyage de Charles IX en France venait d’éviter Joinville, propriété des Lorraine, le tableau de la Chasteté présenté par un vieillard participait ainsi de la construction d’une sorte d’image éthique de la cour du marquis d’Elbeuf, une présentation positive et compensatoire – un ethos dépassionné et consolant30. Mais la valeur déictique du tableau pouvait d’autant mieux fonctionner que la description de La Bergerie était ordonnée par un principe de ressemblance avec l’original dans lequel Belleau était éducateur du fils de son protecteur.

  • 31 Rose-Marie Daele soutient d’ailleurs (op. cit., p. 52) que compte tenu de la dédicace à d’Épernon, (...)

22Certes, il est difficile de rapporter le discours de la chasteté à un lieu spécifique dans les Bergeries de Montreux qui n’ont rien de mimétique, du moins dans les premiers livres caractérisés par cette virtualité héroïque mentionnée plus haut. Tout au moins peut-on rapporter ce discours à Juliette même dont les « Œuvres poeticques » sont éditées à l’intérieur du IIIe volume, celui-là précisément que Montreux dira avoir voulu offrir à Mercœur. Dans ce volume, le discours de la chasteté prend la forme d’une devise exaltant l’éthique inviolable de la bergère. Et de manière significative, dans la carrière de Montreux, l’insistance sur la chasteté amoureuse est contemporaine du service du duc31. C’est la tragédie de Cléopâtre vers 1592, c’est l’Œuvre de la Chasteté, imité d’Héliodore parue en trois parties entre 1595 et 1599, c’est la comédie de Joseph le Chaste en 1601. La chasteté, c’est bien en effet l’équivalent de la vertu – énergie morale et résistance stoïcienne – dans le registre chrétien du contrôle des mœurs corporelles. Le rapprochement des Bergeries de Julliette avec La Bergerie de Belleau (1565) sur le point de la chasteté, comme celui des dédicaces de Montreux à Mercœur avec celle de Tigeou dans La Conjonction des armes et des lettres, sur celui de la vertu, construit ainsi les linéaments d’une éthique ultra-catholique, sinon déjà ligueuse dans la « bergerie ».

23Le sens moral et religieux de la notion de vertu ne se réalise vraiment en effet que dans les trois derniers livres des Bergeries de Julliette, où la rhétorique de l’exemplarité qui soutient le projet moral de la « bergerie » se spécifie en deux sens : d’une part, une écriture plus nettement référencée à des événements et des figures réelles, même si elle garde une certaine distance idéalisante ; d’autre part l’envahissement du texte par les larmes, motivant un discours à dominante stoïcienne. S’il faut distinguer dans le texte de la « bergerie » entre la construction d’une destination idéale et la présence d’une dévotion ligueuse, marquée par un discours doloriste sur l’amour et par les larmes, c’est qu’il est probable que Montreux tente plusieurs effets simultanés : produire un texte à destination de la cour de Nantes qui est représentée dans l’articulation descriptive entre le prosimètre et Diane pastourelle, pastorale dramatique qui vient clore le volume, comme une représentation à laquelle assistent les bergers ; mais aussi, naturellement, représenter la vertu de cette cour lettrée au public des Bergeries. Publier en un mot la vertu de l’homme de guerre lettré qu’est Mercœur, au moment où celui-ci voit s’effondrer tout ce pour quoi il combat – entrée d’Henri de Navarre à Paris en 1594 après son abjuration à Saint-Denis fin 93, ralliements de villes et de grands nobles, parmi lesquels le duc de Mayenne à la fin du mois d’octobre 1595, ainsi que le duc de Joyeuse, absolution pontificale pour Henri, mais encore ralliement de certaines places de Bretagne en 1597, tous événements qui l’amèneront à renoncer au gouvernement de Bretagne en 1598 et à l’« abandonner » à César de Vendôme, devenu l’époux de sa fille Françoise de Lorraine. La pragmatique de l’exemple ne fonctionne plus du tout dans le sens d’une modélisation du destinataire – comme on pouvait le lire dans les premiers livres des Bergeries –, elle vise l’édification des lecteurs, témoins d’une débâcle dont il faut préserver au premier chef celui qui la subit, celui dont la « bergerie » construit la statue pieuse et vertueuse.

  • 32 Le quatriesme livre des Bergeries de Julliette, éd. cit., p. 74.
  • 33 Ibid., p. 83.

24C’est ainsi que, dans la IVe partie des Bergeries de Julliette, l’origine du livre est représentée par la mise en scène de sa réception : on y voit un héros arriver de la mer, laisser son navire chargé d’armes et assister au « devis » des bergers – c’est un Prince dont le narrateur fait le portrait, qui vient de gagner une bataille contre les Maures et retourne en sa province. Il met pied à terre dans la pauvre Arcadie, pays de la poésie pastorale « où Jupiter sejourna parfois, où pour l’heure l’honneur hostelloit, la pudique honte, la vertu, l’Amour chaste, et la gloire32 ». Julliette et les autres bergers vont le saluer, font l’éloge de la vertu, lui récitent des vers. « Le genereux Prince recevant courtoisement ces vers, d’un visage doux, et qui ne sentoit plus son guerrier, ains un vray nourrisson des arts, en remerciant la bergere, luy dit.33 » Suit un éloge de la poésie qui rappelle la dédicace de la Conjonction des armes et des lettres, un peu comme si le prince réalisait cette conjonction postulée dans le volume de 1579, ainsi d’ailleurs que dans les deux dédicaces des premières Bergeries de Julliette. Le berger Arcas présente des vers au prince, puis Philistel – le prince devine que celui-ci est en Arcadie par amour, et mentionne d’autres cas d’exil amoureux –, puis le Pasteur incogneu, Magdelis enfin. On chante, danse, Julliette rapporte une Histoire, une énigme vient clore la journée, et ainsi de suite conformément à la composition en « journées » de l’ouvrage. La fin du livre ramène le prince victorieux à son navire, les bergers proposent alors de lui réciter une tragédie pour désennuyer son esprit, ils empruntent des vêtements de ses serviteurs, mettent des tapisseries du prince sur le théâtre : « Voicy donc la triste Tragedie qu’ils reciterent, fort aggreable au grand Prince, et pareillement à tous ceux qui l’entendirent ». Et c’est la tragédie Isabelle.

25Ce qui est ici mis en scène, c’est le spectacle de la réception du texte, de la fonction mémorielle de la poésie, mais c’est aussi bien sûr un exemplum accompli de l’homme d’armes lettré. Si le texte de la bergerie est l’expression d’une éthique vertueuse du prince lettré, celle-ci ne peut s’exposer et se réaliser que par le jeu d’une représentation offerte « en abyme » dans l’ouvrage. C’est à cette condition mimétique en quelque sorte que le texte peut dire la conduite éthique d’un prince amoureux des lettres, capable de passer des armes à la poésie, et justifié dans sa cause par la vertu de ses mœurs. Et c’est aussi ce qui confère à la « bergerie » un caractère proprement utopique et politique : elle entend se faire représentation, accomplissement textuel du projet éthique qu’elle postule tout aussi bien. Comme La Bergerie de Rémi Belleau, celle de Montreux inclut progressivement un principe de ressemblance à son message politique.

  • 34 Le cinquiesme livre des Bergeries de Julliette, Paris, Abraham Saugrain et Guillaume des Rues, 159 (...)
  • 35 Ibid., p. 374 : « Car si le bon et fidele espoux ne peut aimer, ni mesme souffrir vivre les mortel (...)

26Le livre V propose une autre formule. La structure décaméronesque de la « bergerie » laisse place à un long dialogue entre le berger Arcas et un vieillard à qui il raconte son passé amoureux, rejetant l’académie des bergers dans une mémoire nostalgique, un passé révolu. L’Arcadie est plus que jamais un désert, dévastée par les troubles, quittée par ses pasteurs partis en exil34. Le débat entre le vieillard et Arcas aborde la plupart des points en question au moment de la débâcle de la Ligue – la question de la « foy », celle de l’exil notamment. Il se fait mémoire des idées catholiques sur l’Eglise comme arche des croyants, et sur le ministère inattaquable de ses représentants, quels qu’ils soient35. Il prépare le temps de la défaite.

27À propos de l’exil, la dimension stoïcienne qui ordonne le propos de Montreux dans la « bergerie » ne laisse aucun doute sur le choix à faire. Il faut rentrer en Arcadie, participer au malheur national :

  • 36 Ibid., p. 109.

« […] Le temps ne permet donc pas que tu reposes à ceste heure, Pasteur, il faut revenir en ton Pays affligé, courir sa fortune, prendre part en sa misere, et voguer en son bateau. Car ceux sont recognus vrays amis qui servent en la necessité, d’autant qu’ils sont sans esperance de salaire. Change donc d’advis, et comme un Camille reviens de ton exil, pour rendre à ton pays tes derniers devoirs, et ne prives point ta patrie de tes os, estant plus pieux que le grand Affriquain, afin ou qu’ensevely dans les ruines d’icelle tu laisses une belle gloire de toy, quand tu seras mort, ou que luy servant tu l’obliges, bien que tous les services que nous pouvons rendre à nostre pays ne puissent nous l’obliger, pour luy estre trop redevables36. »

28Le service du pays commande donc l’interprétation vertueuse de la piété. Ailleurs, et plus longuement, une discussion sur la « foy » rappelle la centralité de la notion dans cette éthique du conflit dont l’avis au « Lecteur » du premier livre déplorait la disparition :

  • 37 Ibid., p. 75.

« ceux que le discord et defaut d’Amour arment les uns contre les autres, ne doivent toutefois manquer de foy, d’autant que la foy mesme est requise en l’ennemy, et que sans elle aucune guerre juste se peut faire, car il est permis de hayr son ennemy, de le poursuyvre le glaive dans la main mais non de le tromper sur sa foy, d’autant que rien ne peut alterer la foy que la seule meschanceté de l’homme, où les torts receus luy peuvent engendrer la hayne contre son ennemy37. »

  • 38 Ibid., p. 75-76.

29Et le vieillard donne alors des exemples d’une foi conductrice : « Avec quelle foy les anciens fils de Rome feirent-ils la guerre à Phines, lequel ils advertirent du poison que son medecin luy vouloit donner à boire ? Combien fidele fust Marc Regule, qui par le prix de son sang conserve sa foy saine entiere et juste38 ? » On le voit, il s’agit d’interpréter cette fois, à l’aide d’exemples romains, une des questions clés de l’idéologie des ligueurs, le terme central d’un mot d’ordre.

30L’éthique qui se dégage de cette longue consolatio qu’est le livre V développe les implications de la vertu comme éthique nobiliaire de la fidélité et de ce que le vieillard appelle aussi « l’amitié », éthique que le lecteur contemporain peut et doit rapporter au parcours de Mercœur à partir de 1594, à sa figure de vaincu dont il s’agit de souligner la fidélité à la patrie et à la foi. Le livre V pose ainsi la question de savoir ce que l’on fait de l’amour après la violence des guerres. L’ensemble du propos du vieillard, s’il maintient les bases catholiques d’une fidélité à l’Eglise, promeut une fidélité au principe d’amitié qui exclut que l’on renonce à l’amour – ce serait renoncer à la nature même –, et semble peu compatible avec les désespoirs d’un catholicisme zélé. Sans doute est-ce là le point le plus aigu d’une proposition offerte à ceux qui sont déjà les vaincus de l’histoire, une interprétation nouvelle de cette même vertu qui traverse l’ensemble des Bergeries de Julliette.

31On pourra dire, sans doute, qu’il y avait dans la forme même de la « bergerie » académique, se donnant comme production d’un cercle poétique vertueux, une virtualité éthique qui aurait trouvé à s’incarner dans le duc de Mercœur. Le contenu même de la « bergerie » se transforme dès lors que Nicolas de Montreux est entré au service du duc et qu’il tente de donner, à l’intérieur du texte une représentation de la cour de Nantes, de la vertu et de la générosité même de son « mécène ». Mais il faut prendre en compte, dans cette évolution, l’intégration de la mémoire textuelle de la figure de Mercœur, telle qu’elle s’élaborait déjà dans la dédicace de La Conjonction des armes et des lettres. C’est en intégrant cette tradition, aussi bien qu’en abordant les questions cruciales du discours de la dévotion catholique, que les derniers livres des Bergeries de Julliette peuvent être de véritables textes de la mémoire ligueuse. Ce point semble d’ailleurs confirmé par le fait que, alors que le premier livre avait été réédité en 1587, 1588, 1592, le second en 1592, 1593 (à Lyon), il n’y a pas de réédition des livres III, IV et V, et pas de réédition des premiers livres ou d’édition globale après 1598. En revanche, une Arcadie française tirée des Bergeries de Julliette, de l’invention d’Ollenix du mont Sacré paraît en 1625, dédiée à la duchesse de Chevreuse. C’est une réécriture du premier livre principalement, qui déplace nettement la notion d’héroïsme vers celle de « générosité », et qui montre que l’éthique vertueuse construite par les Bergeries de Julliette reste identifiée à une identité nobiliaire « protestataire », sinon, comme dans les pastorales de Jean Mairet conçues à la cour des Montmorency, libertine.

  • 39 Robert Descimon, José Javier Ruiz Ibáñez, op. cit., p. 8.

32Ce qui est frappant dans le parcours des Bergeries de Julliette, c’est que le Cinquiesme livre marque une transformation formelle de la « bergerie ». La consolation s’y dit sur le mode d’une vanité textuelle, véritable centon d’exemples, de sentences, de lieux communs. S’il constitue sans doute un témoignage significatif de la façon dont un message éthique pouvait se constituer dans une sorte de congruence textuelle entre une topique chrétienne de la chasteté et une éthique héroïque et romaine de la vertu, le livre V est aussi à ce titre un témoignage intéressant de la mémoire des douleurs ligueuses, cette mémoire qui manque semble-t-il à l’historiographie de la Ligue, au XVIIe siècle déjà et jusqu’à aujourd’hui. Parce qu’il devient un véritable empilement de lieux communs et d’exempla ramenés bien souvent au seul nom d’un héros célèbre, le livre V perd l’efficacité supposée de leur sollicitation au profit d’un processus simultané de déploration et de méditation. L’hypothèse d’un ordre du monde fondé sur l’ordre des lettres s’y fait pur enregistrement d’une mémoire catholique, romaine, stoïcienne, monument de ce « non lieu de mémoire » que sont les douleurs des catholiques zélés pour l’historiographie des troubles39.

33Néanmoins, dans la dédicace à Mercœur de ce dernier livre, Montreux met en avant l’ancienneté du projet de ce livre V, « plus pieux que les précédents » :

  • 40 Le cinquiesme livre des Bergeries de Julliette, éd. citée, épître non paginée.

« A vous donc sacré defenseur de l’Honneur du pauvre Mont-Sacré, Mont-Sacré presente cest œuvre, plus pieux que les precedens, mais non si riche d’inventions et de Poësie. Aussi fut-il enfanté de ma plus tendre jeunesse, et devant le trois et quart du mesme œuvre, mis en ordre neanmoins apres eux, pour estre plus propre à la conclusion de l’ouvrage40. »

  • 41 Ces remarques s’inscrivent dans le prolongement des travaux sur les dédidaces de Jean Mairet menés (...)

34N’est-ce pas là, au moment où la Ligue est défaite et Mercœur prêt de reconnaître Henri IV, une façon de faire sortir l’ouvrage de son inscription dans l’histoire immédiate, et de rassembler le parcours des Bergeries dans une mémoire ? N’y a-t-il pas construction d’une cohérence de pensée rapportée à des temps plus anciens que le ralliement à la Ligue et à Mercœur, affirmation d’une piété antérieure à ce ralliement et comme décontextualisée des événements politiques immédiats ? La spécialisation d’une destination éthique de la bergerie pendant le service de Montreux auprès du duc de Mercœur ne peut s’envisager, on le voit, en dehors d’une auctorialité construite dans le texte, dans la forme académique qu’il propose pour les Bergeries de Julliette, mais aussi à l’intérieur des épîtres dédicatoires. En d’autres termes, l’éthique du destinataire de la bergerie n’est pas dissociée de la construction par Montreux de sa figure d’auteur. Celui-ci ne sépare pas, on le voit dans ce dernier coup d’écriture de la dernière dédicace, son parcours personnel de celui de son destinataire, mais relie implicitement toute sa trajectoire à l’accomplissement d’une relation de service41.

Notes

1 Voir la notice biographique du Dictionnaire des Lettres Françaises, éd. revue sous la direction de Michel Simonin, Paris, La Pochothèque, 2001, ainsi que l’ouvrage de Rose-Marie Daele, Nicolas de Montreux. Arbiter of European Literary Vogues of the Late Renaissance, New York, The Moretus Press, 1946, le plus complet qui lui soit consacré.

2 Robert Descimon, José Javier Ruiz Ibáñez, Les Ligueurs de l’exil. Le refuge catholique français après 1594, Seyssel, Champ Vallon, « Époques », 2005, Introduction.

3 Nathalie Dauvois, De la Satura à la Bergerie. Le prosimètre pastoral en France à la Renaissance et ses modèles, Paris, Champion, 1998.

4 Pour exemples, les deux premiers titres : Le premier livre des Bergeries de Julliette. Auquel par les amours des Bergers et Bergeres, l’on void les effects differents de l’amour, avec cinq histoires Comiques, racontées en cinq Journées, par cinq Bergères, et plusieurs Echoz, Enigmes, Chansons, Sonnets, Elegies et Stances. Ensemble une Pastorale en vers François, à l’imitation des Italiens, Paris, Gilles Beys, 1585 ; Le second Livre des Bergeries de Julliette Auquel comme au premier, sont traictez les divers effects d’Amour, Avec plusieurs Discours moraux, non moins profitables que plaisans, diverses Poësies, tant Sonnets, Echoz, Enigmes, Chansons, Elegies et Stances. Avec cinq Histoires Comiques, discourruës en cinq journees, par cinq Pasteurs. Ensemble les œuvres Poëtiques de la docte Bergere Julliette, de l’invention d’Ollenix du Mont-Sacré Gentil-homme du Maine, A tres-illustre et vertueux Seigneur, Monseigneur le Duc d’Espernon, Paris, Gilles Beys, 1587.

5 Nathalie Dauvois, op. cit., p. 26.

6 Pierre Laudun DAigaliers, Art poëtique françois, 1597, éd. Jean-Charles Monferran, Paris, STFM, 2000, livre troisiesme, chap. XIII, « De la Bergerie », p. 136-138.

7 Sur le lien fait dans les romans d’amour de la « période baroque » entre amour néo-platonicien et amour dévot, voir Franck Greiner, Les Amours romanesques, de la fin des guerres de Religion au temps de l’Astrée (1585-1628). Fictions narratives et représentations culturelles, Paris, Champion, 2008.

8 Denis Crouzet, La Nuit de la Saint-Barthélemy. Un rêve perdu de la Renaissance, Paris, Fayard, « Chroniques », 1994.

9 Le quatriesme livre des Bergeries de Julliette, Paris, Des Rues et Saugrain, 1595, je souligne.

10 Le troisiesme livre des Bergeries de Julliette, Tours, Jamet Mettayer, 1594. L’épître dédicatoire ne présente pas de date, le privilège au libraire pour dix ans est daté du 30 octobre 1593.

11 Rose-Marie Daele, op. cit., p. 69-70.

12 Le premier livre des Bergeries de Julliette, Tours, Claude de Montr’œil, Jamet Mettayer, Sébastien Molin, Jean Richer et Georges Drobet, 1592. Première éd. Paris, Gilles Beys, 1585, 1587, 1588 ; Lyon, Jean Veyrat, 1591, 1592.

13 Le second livre des Bergeries de Julliette, Tours, Jamet Mettayer, 1592 (première éd., Paris, Gilles Beys, 1587, 1588. Lyon, Jean Veyrat, 1591).

14 Le quatriesme livre des Bergeries de Julliette, éd. cit., « A tres illustre et victorieux prince, Monseigneur Philippes Emmanuel de Lorraine, Duc de Mercœur, et de Penthievre, Pair de France, Prince du sainct Empire et de Martigues, Gouverneur de Bretaigne », s.p. : « Quoy donc ? il faut deshonorer cet ornement des Itales Petrarque, qui n’a laissé pour avoir voué ses ans à la vie contemplative, d’escrire ses doctes vers amoureux, dont on admire la parfaite excellence. He ! qu’on condamne aussi ce docte Eneas Sylvius, qui fut Pape, qui nous a felicitez de tant de doctes esprits. Qu’on blasme cest illustre Hyppolite Cardinal de Medicis, qui fist les œuvres de Virgile en mettres italiens. Qu’on dechire l’honneur du grand Cardinal Bembe, qui se vit presque au souverain Pontificat, qui doctement escrivit ses Azolaines d’amour. Le docte seigneur Cosme de Roger, qui doctement a escript plusieurs belles œuvres d’amour, et principalement son livre intitulé Le Chevalier, qui discourt de l’honneur et de l’amour. Nostre divin Ronsard, illustre par toute la terre. Et le doux-coulant Desportes. Bref qu’on condamne la science : car ces illustres, et ceux qui les imitent aujourd’huy, ne sont privez de sa perfection. »

15 Rose-Marie Daele parle d’une première dédicace à Jeanne de Coesme, cousine de Catherine de Médicis et épouse de François de Conti, dans la première édition du Premier livre des Bergeries de Julliette, dédicace qui est remplacée dès la seconde édition (même année, même éditeur, même page de titre, le nom du dédicataire excepté) par l’adresse à son époux (Rose-Marie Daele, op. cit., p. 49).

16 Le troisième livre des Bergeries de Julliette, Tours, Jamet Mettayer, 1594 : « A tres-haut et tresillustre prince, Monseigneur Henry de Bourbon, Pair et Prince du sang, Duc de Montpensier et de Chastelleraut, Prince de Dombes, Dauphin d’Auvergne », s.p. : « […] Vous estes (MONSEIGNEUR) celuy, en nostre France, qui approchez le plus pres des admirables vertus de ce grand Alexandre. Car outre ce que vous avez cet heur d’estre Prince du noble et sacré sang de noz Roys, estant descendu de l’auguste famille de S. Louïs : vous avez encores, par je ne sçay quelle heureuse constellation et influence du Ciel, esté doüé par la benigne nature, de toutes les plus belles et rares parties, qui se peuvent souhaitter en personnes de vostre rang et qualité, estant ensemblement nourry és beaux exercices des lettres et de la belle discippline militaire. […] C’a esté (MONSEIGNEUR) l’occasion qui m’a fait imprimer ce troisiesme livre des Bergeries de Julliette, et iceluy vous dedier, m’asseurant qu’il sera humainement receu de vostre grandeur : tant pour l’affection que portez aux lettres humaines et aux bons esprits, que aussi pour l’honneste recreation que vous y pourrez prendre. »

17 Ibid, « Monseigneur, ce fameux et renommé Empereur des Grecs, Alexandre de Macedoine n’a pas seulement acquis le nom de grand pour avoir par ses heureuses victoires subjugué les Perses, Egyptiens, et Indois : Mais il l’a principalement acquis pour avoir eu cet heur de conjoindre avec sa proüesse et vaillantise l’amour des lettres et des gens lettrez. Et à la verité c’est ce qui luy a plus aydé à faire tant de belles conquestes : car d’iceux il recevoit le bon conseil, et avec eux il prenoit les meures deliberations […] »

18 Le quatriesme livre des Bergeries de Julliettes, éd. cit., épître dédicatoire, non paginée.

19 Ibid. : « Or vostre seule vertu m’a faict prendre cest œuvre en la main, pour vous le porter, et non l’attente des recompenses mortelles. La fortune m’a hay jusques à cest heure, et si je luy suis redevable en quelque chose, c’est pour vous avoir cogneu, MONSEIGNEUR, dont la main liberale a brisé la rage de ceste cruelle, accoustumé de m’offenser. Je n’attends plus de grace d’elle à l’advenir : car moins que jamais je desire la servir, pour estre destiné de toute mon ame au service de vostre vertu, qui donne vie à mon heureuse fortune. »

20 La Conjonction des armes et des lettres des deux tres illustres princes Lorrains Charles Cardinal de Lorraine, Archevesque et Duc de Rheims, et Françoys Duc de Guise, Freres, […] Reims, Jean de Foigny, 1579.

21 Le premier livre des Bergeries de Julliette […], Tours, Georges Drobet, 1592, f. 1-1vo : « […] il avoit la taille haute, tous les membres fort esgallement proportionnez, un peu gros et larges, non de charneure, ains de nerfs : aussi qu’il estoit des plus forts et roides de son aage. Je crois que le ciel l’avoit fait naistre pour commander à un peuple, ou pour commander à un Empire si sa Fortune (jalouse d’un tel heur) ne l’eust fait vivre entre les bergers, et reduire à une telle basse condition, et toutes-fois on ne laissoit pas parmy ceste bassesse de contempler en luy plusieurs actes d’un Prince, et remarquer une infinité de dicts heroïques et admirables, sa face mesme portoit une gravité magnifique, une douceur amiable à ceux qui l’aimoient, et une severe rigueur à ceux qui declinoient du chemin de vertu. Il n’y avoit lyon, ours, tygre, ny autre beste farouche, qui ne reculast devant son espieu, et qui ne craignist d’esprouver ses forces : il sembloit un autre Orphee, pour sçavoir toucher et enfler tous instrumens, et bref tant de perfections qui luy estoient communes, le feirent aimer et desire de mainte belle nymphe et bergere, comme s’il eust esté quelque autre Narcisse, ou un second Adonis. »

22 Ibid., f. 1vo : « Ce Berger se nommoit Phillis, qui avoit une sœur un peu de moindre taille que luy, mais en recompense, la premiere en beauté et en gentillesse de toutes les nymphes de son temps : Diane ne fut jamais plus courageuse à la chasse des bestes, Venus plus belle, ny Minerve plus chaste, et d’autant qu’il y avoit long temps que dans ces deserts, il ne s’estoit trouvé berger ny bergeres qui meritassent d’estre recommandez par les escrits des Poëtes, je croy qu’en recompense, le ciel voulut y faire regner ceste belle et heureuse couple, et qu’il avoyt reserré à part toutes les vertus qui estoient deuës aux precedens bergers, pour les en orner et enrichir. La nymphe s’appelloit Julliette, et à cause de la cognoissance des arts et sciences où elle estoit parfaicte, souvent nommee Charitte. Car il n’y avoit nature, ny du ciel, ny de la terre, ny de la mer, dont elle ne discourust profondement, vertu d’herbes qu’elle ne sceut, ny secrets de nature qu’elle n’entendist, et si elle estoit parfaicte en ces disciplines là, elle n’estoit moins accomplie de generosité et de hardiesse, ny moins d’une entiere intelligence de la musique et de tous instruments. Plusieurs bergers assez dignes d’estre aimez, luy feirent l’amour et la supplierent de les aimer, mais en vain, car elle demeura tousjours chaste et inviolable, en la garde de sa liberté comme la premiere Cassandre, bien qu’elle cogneust leur affection vraye, et leur amitié certaine. »

23 La Croix du Maine, Bibliothèque […] éd. Paris, Saillant et Nyon, t. II, p. 171-172 et voir Rose-Marie Daele, op. cit., p. 120 sq. Montreux serait lui-même Arcas, le berger désespéré du livre V (voir infra), amoureux vain de la « belle dame sans merci », soit mademoiselle de Tessé. Pour une autre « clef » de Phillis et de Julliette (identifiés au duc de Guise et à sa sœur), voir Contant dOrville (Mélanges tirés d’une grande bibliothèque, XXIV, 349), p. 123.

24 Le premier livre des Bergeries de Julliette, éd. cit. f. 3vo-4 : « En ceste pree, il fut ordonné par un commun accord de tous les bergers et bergeres, que tous les jours chacun d’eux seroit tenu de s’y trouver afin de passer le temps en gardant leurs troupeaux, tant à chanter et dancer qu’à raconter chacun à son tour et en son rang une belle histoire. »

25 Je renvoie à ce qu’écrit Frances A. Yates sur le Ballet comique de la Reine donné pour le mariage du duc de Joyeuse en 1583 : Astrée. Le symbolisme impérial au xvie siècle [1975], trad. par J.-Y. Pouilloux et A. Huraut, Paris, Belin, 1989, p. 260 sq.

26 Le second livre des Bergeries de Julliette, éd. cit., f. 2vo : « Vous ne pouvez ignorer, que l’oisiveté souffle mille meschantes inventions dans l’ame de l’homme, et luy qui de son naturel est enclin à mal faire, se voyant sans occupation, s’addonne plustost au vice qu’au bien. Mais pour eviter à ce malheur, la chasse est tousjours estimée un souverain remede : car en chassant les yeux de l’ame et du corps, sont non seulement employez, de sorte qu’ilz ne peuvent veoir, ou penser à autre chose : mais aussi toutes les parties du corps en general : Ainsi les hommes sont assez empeschez à poursuyvre leur chasse, sans songer à autre chose, de plus maling et pervers, car tel exercice les occupe du tout. Et tout ainsi que pour l’excellence et gloire du Soleil, le Ciel permet quelque fois, qu’il soit brouillé et tout enveloppé de mille nuees et brouillats : afin que les ayant rompuz et dissipez, la grandeur de sa lumiere soit davantage honoree des creatures : aussi pour cognoistre davantage la desterité, la force, et la partience des hommes, il a voulu leur inventer la chasse, que les bons espritz, et les cœurs hardis et genereux peuvent sagement conduire, et dont par apres ils acquierent une gloire eternelle : comme Hippolite, et mille autres. »

27 Voir sur ce point une page de mon article « Mélancolie du prince, héroïsme et représentation dans la tragédie racinienne », dans Jean Racine 1699-1999, actes du colloque du tricentenaire (25-30 mai 1999), sous la direction de Gilles Declercq et Michèle Rosellini, Paris, PUF, 2003, p. 552.

28 Cf. Tertullien : « Renonçons aux choses de la chair, pour faire fructifier un jour celles de l’esprit » (X, 1 de l’Exhortation à la chasteté).

29 Rémi Belleau, La Bergerie, dans Œuvres poétiques, éd. dirigée par Guy Demerson, Paris, Honoré Champion, « Textes de la Renaissance », 2001, t. II, voir la post-face de Marie-Madeleine Fontaine, p. 199-282.

30 Ibid., p. 33 : « Or pour interpreter ce que c’estoit il y avoit en la compagnie de ces bergeres un bon vieillart, qui leur servait de maistre d’hostel, et disoit à ses filles que c’estoit la Chasteté, et que ce chasseur qui la poursuivoit estoit le Desir : mais que pour se mettre en sauvegarde et en lieu de surté elle s’estoit rendue en ce chasteau de Joinville, et de fait il monstroit avec une petite verge blanche les terrasses, les galleries, les salles, les chambres, antichambres, les cours, les offices, le jeu de paume, l’Eglise, les vignes, les bois, les routes, les montagnes, les vallons, les rivieres, les prez, la ville basse, bref il disoit que la chasteté avoit fait sa retraite en ceste noble maison, et à la verité si jamais elle fut honoree et reveree en lieu de nostre France, je croy que ç’a esté en ce chasteau, où cette venerable dame l’a traittee uniquement donnant exemple de fait et de parolle à toutes les dames vertueuses qui furent et qui seront jamais de se façonner à son mirouer et de vivre chastement et heureusement, et avec telle constance qu’elle en ses plusque cruelles et plusque miserables fortunes sur la mort de ces grands chevaliers ses enfans. »

31 Rose-Marie Daele soutient d’ailleurs (op. cit., p. 52) que compte tenu de la dédicace à d’Épernon, Montreux ne peut avoir été ligueur au moment de la parution du second livre des Bergeries : un sonnet sur le cancer de d’Épernon avait en effet circulé en 1587…

32 Le quatriesme livre des Bergeries de Julliette, éd. cit., p. 74.

33 Ibid., p. 83.

34 Le cinquiesme livre des Bergeries de Julliette, Paris, Abraham Saugrain et Guillaume des Rues, 1598, p. 2 : « Là sejournoyent ces solitaires, tristes et fascheux vieillards, qui par leurs nocturnes charmes forçoyent les esprits terrestres de servir à leur volonté ; là se trouvoyent les hyboux, corbeaux et tous autres nocturnes oiseaux dont le plumage, la nature, et le cry servent de gauches presages aux miserables au prix des joyeux deserts d’Arcadie, premiers tesmoins des chastes Amours du Berger, ô miserable et triste demeure ! mais heureuse pour le Pasteur, puisque privé de tout espoir, il cherchoit par mille divers lugubres accidens, la fin de sa vie. Ceste belle trouppe de Bergers et de Bergeres, qui l’assistoyent jadis estoit ravie piteusement à ses yeux. Là ne se trouvoit sa docte Julliette, là son cher Phillis ni les autres, qui le trouverent chantre de leurs tristes amours. »

35 Ibid., p. 374 : « Car si le bon et fidele espoux ne peut aimer, ni mesme souffrir vivre les mortels ennemis de sa femme legitime, qui cherchent les moyens de l’opprimer et perdre : de mesme, Dieu ne portera jamais faveur à ceux qui voudront ruiner et perdre l’Eglise sa saincte et legitime espouse. […] C’est un maigre argument de s’estre retirez de l’Eglise, que le despit de voir ses ministres mal faire, estre abondans de crimes, et degenerans à leurs peres. Car Dieu seul s’est reservé la separation et division des bons et des mauvais, qu’il divisera lors de son eternel Jugement : d’autant que de mesme que sa robbe ne fust point divisée, ains conservée entiere, aussi l’Eglise par elle figurée ne peut estre my-partie ? »

36 Ibid., p. 109.

37 Ibid., p. 75.

38 Ibid., p. 75-76.

39 Robert Descimon, José Javier Ruiz Ibáñez, op. cit., p. 8.

40 Le cinquiesme livre des Bergeries de Julliette, éd. citée, épître non paginée.

41 Ces remarques s’inscrivent dans le prolongement des travaux sur les dédidaces de Jean Mairet menés avec Déborah Blocker et Élie Haddad, dans le cadre du Grihl. Je remercie Élie Haddad pour sa relecture attentive de cet article.

Auteur

Maître de conférences à l’université de Bourgogne. Ses recherches portent sur les relation entre la littérature pastorale et la politique ; sur la question de l’auctorialité (pseudonymie, anonymat, identités sociales et noms d’auteur) ; sur les notions de cas, d’exemple, et d’exemplarité ; sur les questions d’historiographie et d’éthique ; sur les rapports entre les questions d’histoire et les expériences de l’histoire ; sur les problèmes d’historiographie du littéraire. Elle a notamment traduit et édité Il Compendio della poesia tragicomica [De la poésie tragi-comique] de Giambattista Guarini (Paris, Champion, 2008) et elle a publié les actes du colloque Construire l’exemplarité Pratiques littéraires et discours historiens XVIe-XVIIIe siècles (Éditions Universitaires de Dijon, 2008).

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540