Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le duc de Mercœur

 | 
Emmanuel Buron
, 
Bruno Méniel

Troisième partie. La construction d’un imaginaire de la Ligue

La violence guerrière chez deux poètes ligueurs, Michel de La Vallée et Nicolas de Montreux

Bruno Méniel

Texte intégral

  • 1 Michel de La Vallée du Maine, La Trompette du catholique, Paris, Nicolas Cousin, 1589, 12 f. [Ars (...)
  • 2 Nicolas de Montreux, La Miraculeuse Délivrance de Monseigneur le Duc de Guise, Nantes, Nicolas des (...)

1Deux écrivains gravitant autour du duc de Mercœur ont composé de longs poèmes qui placent en leur centre la violence guerrière : d’une part, Michel de La Vallée du Maine, qui publie une exhortation au combat, La Trompette du Catholique (1589), et un récit des exploits militaires du duc de Mayenne et du duc de Mercœur, Triplimachie ou triple combat de l’union (1589)1 ; d’autre part, Nicolas de Montreux, qui raconte en vers des événements récents, La Miraculeuse Délivrance de Monseigneur le Duc de Guise (1591) et L’heureuse et entiere victoire, obtenuë […] à Cran (1592), et compose une vaste épopée romanesque, L’Espagne conquise (1597-1598)2. Ces textes ont en commun d’être d’amples poèmes à rimes plates, à dimension épique. Qu’ils évoquent l’histoire récente, un passé mythique ou un avenir proche, qu’ils décrivent des actes violents ou qu’ils les appellent de leurs vœux, ils permettent d’élucider l’imaginaire de la Ligue.

2Nous tenterons d’abord de dégager l’esprit que ces textes partagent ; nous montrerons ensuite que l’Espagne conquise mêle au discours commun des propos dissonants ; enfin, nous rattacherons ces écarts à la distinction générique entre poème de combat et poème romanesque.

Le discours de la Ligue

3Nicolas de Montreux est un proche de Mercœur, puisqu’il est son secrétaire depuis 1591. C’est à lui qu’il dédie les trois poèmes que nous examinons. La Vallée adresse la Triplimachie « A Monsieur de Gassion, Lieutenant de Monseigneur de Mercœur, au gouvernement des villes, Chasteau et Conté de Nantes ». Il fait suivre son poème de sonnets qu’il dédie à Mercœur et à ses proches, notamment au petit duc de Penthièvre né en 1589. En 1590, il fait de Mercœur le dédicataire d’un poème où il exprime ses convictions religieuses, Le Zele bruslant des Catholiques. Nous pouvons donc en déduire qu’il partageait certaines de ses idées et qu’il souhaitait évoluer dans son sillage.

  • 3 La Trompette du Catholique : 486 vers ; la Triplimachie : 829 ; L’heureuse et entière victoire : 1 (...)

4Il existe entre les œuvres que nous considérons des disparités importantes. Alors que La Trompette du Catholique est une longue exhortation à la lutte adressée aux ligueurs, les autres textes sont des récits, même si le « discours » y tient une certaine place. L’Espagne conquise, imprimé en format in-12 dans une élégante fonte italique, est un poème romanesque à la façon du Roland furieux, tandis que les autres œuvres, publiées sous la forme de petits in-quarto, parfois sur mauvais papier, relèvent de la poésie de circonstance. Ces différences expliquent que les œuvres soient de tailles très diverses. Un texte tel que La Miraculeuse Délivrance ne comprend que 380 vers, alors que l’Espagne Conquise en compte plus de 26 0003. Malgré leur relative diversité, ces textes partagent une idéologie commune.

5Ils précisent les valeurs au nom desquelles le combat est mené. Dans les récits de bataille, une séquence traditionnelle est dévolue à cette fonction : celle où, avant l’affrontement, le chef harangue ses troupes. Dans L’heureuse et entière victoire, le duc de Mercœur s’adresse ainsi à ses hommes :

  • 4 Montreux, 1592, f. Hiiij ro, v. 8-11.

« Nous ne combattons pas seulement pour la vie,
Pour nos biens, nos maisons, et pour nostre patrie,
Mais pour l’honneur de Dieu, pour nos ames aussi,
Qu’un tiran orgueilleux veut forcer sans mercy4. »

6La tournure adversative mentionne pour mémoire les raisons habituelles de faire la guerre et exalte la dignité d’un combat désintéressé, essentiellement dicté par le souci de l’honneur de Dieu, c’est-à-dire par la volonté de reconnaître à la divinité la première place. Le même mouvement syntaxique binaire est perceptible dans la Triplimachie, où à la guerre traditionnelle, motivée par la conquête de territoires, l’avidité du butin ou l’appétit de gloire, le Duc de Mayenne oppose la guerre religieuse, qui se fait au nom de la foi :

  • 5 La Vallée, 1589b, f. Aiiij vo, v. 24 – B, v. 9.

« Car nous ne combattons, pour eslargir nos bors,
Nous ne combattons pas, pour ravir les thresors,
Nous ne combattons pas, pour graver nos trophees,
Au froid marbre enlevé, és colonnes dressees,
François nous combattons pour nostre liberté,
Pour le peuple François, de la France escarté,
François nous combattons, pour la foy catholique,
Nous combattons François, encontre l’heretique,
François nous combattons, pour garder nostre honneur,
Nostre vie, nos loix, chassant tout des-honneur […]5. »

7L’asyndète souligne l’antithèse entre les bonnes raisons que l’on a de combattre, et les mauvaises. L’anaphore « François nous combattons » met en évidence que le combat de la Ligue est orienté par une certaine idée de l’identité nationale. La foi qui unit l’homme à Dieu constitue le fondement du lien social, dans la mesure où elle détermine la relation de charité qui se noue avec les compatriotes. À l’inverse, lorsque la foi fléchit, la charité n’est plus garantie :

  • 6 Montreux, 1598, XI, p. 246, v. 18-19.

« […] qui n’a de sa foy vers l’eternel soucy,
Vers les pauvres mortels n’en aura point aussi […]6. »

8Or l’avènement d’un roi protestant a perturbé cette relation à la collectivité. Il a séparé le peuple français de la France et il est vécu comme une aliénation et un déshonneur.

9Mercœur est l’incarnation de cette foi, qui est d’un même mouvement confiance en Dieu et tenue des engagements pris :

  • 7 Id., 1592, f. Eiiij ro, v. 22-29.

« Pendant pour assembler l’effect à ton serment,
Pour faire trouver vif ton sacré jurement,
Tu marche devers Cran, du chef dont immortelle
Est la gloire icy bas, la promesse est fidelle,
Car venerable à tous se monstre par la foy,
Le prince qui divin, veut regner comme toy,
Tant divine est la foy, si saincte, et venerable
Qu’aux ennemis du ciel mesmes elle est tenable7. »

10À la clémence stoïcienne que mettent en valeur les poèmes émanant des milieux « politiques » s’oppose le pardon catholique. Dans la Triplimachie, lorsque Soissons finit par se rendre, Mercœur l’épargne et lui pardonne :

  • 8 . La Vallée, 1589b, f. E ro, v. 8-17.

« Mercœur plain de grace,
Luy dist, ne pense pas, trouver en ceste place,
Des Princes carnaciers ! ha Soissons tu n’as pas
Rencontré les bourreaux, et tygres de Coutras,
Ou vous feistes mourir, le bon Duc de Joyeuse,
Mesprisans, desdaignans, son ame genereuse.
Non je ne suis cruel, je ne suis inhumain,
Ou bien si je l’estois, je ne serois Lorrain :
Ayant dict ces propos, un ondoyant panache
Trophee de Soissons, sur son armet attache […]8. »

  • 9 . Montreux, 1592, f. Dij ro, v. 23-24.
  • 10 La Vallée, 1589a, f. Biij vo, v. 10-12.

11Montreux juge la guerre religieuse plus noble que la guerre étrangère, car ceux qui meurent pour leur pays méritent des éloges, « Mais plus de ceux encor la loüange est exquise / Qui meurent pour leur Dieu, pour leur antique Eglise9 ». La Vallée, lui aussi, célèbre la grandeur de ce « combat, qui n’est pour une ville, / Pour le prix d’un tournoy, ou pour une famille / Mais un combat qui est, pour practiquer les cieux10 ». S’engager dans la lutte est une façon d’aller au-devant de Dieu, en espérant son aide. Montreux exprime sa confiance dans l’appui divin en rappelant que le prénom de Mercœur, Emmanuel, signifie « Dieu avec nous ». Les ligueurs voient dans la victoire qui leur est accordée un signe de l’approbation divine, surtout si leur nombre était bien inférieur à celui de l’ennemi. Le chef ligueur ne se laisse donc pas décourager par la masse de l’armée ennemie :

  • 11 Montreux, 1592, f. D ro, v. 28 – vo, v. 1.

« Ce nombre de pervers, est jugé peu de chose
De celuy qui pour Chef le grand Dieu se propose,
Nous l’avons esprouvé : car celuy vainc tousjours
Qui n’attent d’autre part que de Dieu son secours,
C’est le Dieu des combats, sa main et non les armes
Rend deffaicts ou vaincueurs les orguilleux gendarmes11. »

  • 12 La Vallée, 1589b, f. Cii ro, v. 15 – vo, v. 8.

12C’est orgueil que de se fonder sur ses seules forces. La victoire n’est due qu’au Ciel. Dans la Triplimachie, le duc de Mayenne remercie Dieu de lui avoir accordé le succès militaire, en déclarant : « c’est par ta vertu, et non par mon moyen / Que je suis le vainqueur12 ». Le duc de Mercœur déclare à ses troupes qu’elles devraient avoir confiance, car Dieu les mène au combat, alors qu’Il emplit de terreur les soldats ennemis :

  • 13 Montreux, 1592, f. Hiij vo, v. 32 – I ro, v. 1.

« Courage mes amis, je sçay que nous ne sommes
Comme les ennemis, si forts de nombre d’hommes,
Mais un bon chef nous guide, un chef puissant et fort
C’est le grand Roy du Ciel, d’où vient nostre support,
Eux se sentent pressez d’un remors miserable,
La crainte les assaut, la frayeur les accable,
Dieu leur glace le cœur, leur froidit tous les sens,
Les rend demy vaincuz, de frayeur languissans13. »

13En effet, celui qui combat contre Dieu manque de confiance en lui-même et sent le courage lui manquer :

  • 14 Ibid., f. Giiij ro, v. 24-29.

« O que peu d’asseurance a celuy que bourrelle
La main de l’Eternel, vengeresse eternelle
De nostre impieté, et celuy perd le cœur,
Qui se sent outrager par un remors vengeur
De la meschanceté, c’est un malheur funeste,
C’est estre Prometee, et le sanglant Oreste […]14. »

14En associant Oreste, qui, parricide, est persécuté par les Euménides, et Prométhée, supplicié pour avoir désobéi à Zeus, Montreux fait du remords la sanction divine de toute contestation de l’ordre céleste. Qui s’oppose à la cause divine est inéluctablement taraudé par la mauvaise conscience.

  • 15 La Vallée, 1589a, f. Biij vo, v. 22.
  • 16 Id., 1589b, f. B iiij ro, v. 25.

15Dans le combat au service de Dieu trouve à s’investir un imaginaire de la guerre contre l’infidèle. La Vallée appelle les troubles religieux « ceste saincte guerre15 » et l’armée de Charles de Lorraine « sa trouppe croisée16 ». Cette mystique de la lutte sacrée s’exprime d’autant plus facilement dans les poèmes de circonstance que les princes lorrains descendraient de Godefroy de Bouillon :

  • 17 Montreux, 1592, f. Cij ro, v. 28 – vo, v. 1.

« Ainsi ton pere vieu, Godefroy de Lorraine
Qui d’infidelles morts jonchea toute la plaine
D’Egypte, de Sirie, et du fertille pais,
Qui porta du seigneur la bien-heureuse Croix,
Fut beny du grand Dieu, en l’heur de sa victoire,
Pour l’avoir veu soigneux à conserver sa gloire […]17. »

16Dans la Triplimachie, le duc de Mayenne invoque l’ascendance de Godefroy pour obtenir la faveur divine :

  • 18 La Vallée, 1589b, f. D ro, v. 15-22.

« Et je n’ignore point, comment mon Godefroy,
Aux ennemis toujours a donné maint effroy :
Je sçay comment il a, par toute la Judee
Conduict heureusement, sa grand bande croisee,
Je ne suis Godefroy : mais je suis son nepveu,
Je ne suis comme luy, de vices despourveu,
Toutefois, ô Seigneur, s’il te plaist sur ma face
Faicts apparoir ce jour, les effects de ta grace18. »

17Ces vers font partie d’une prière, et le guerrier doit conjuguer la fierté de la « race » avec l’humilité chrétienne. Pour encourager les Lorrains au combat, La Vallée fait apparaître Godefroy, qui leur demande s’ils sauront se montrer dignes de lui :

  • 19 Id., 1589a, f. B ro, v. 13 – vo, v. 3.

« Voulez vous ce dit il, dementir vos ayeux,
Voulez vous, voulez vous, demeurant ocieux,
Laisser perir la foy ? n’ avez-vous souvenance,
Comme j’ay combatu de toute ma puissance,
Contre les Sarrasins, contre Tyr, et Sydon,
Contre les Niceans, temoing de mon renom :
Ne vous souvient-il pas, comme j’ay faict la guerre,
Aux ennemis, taschant, le Sainct Royaume acquerre,
Ne vous souvient il point, comme par un torrent,
De mon bras j’ay tué, le Payen Corborant,
Ne vous souvient-il point, que ma bande croisee
A faict planter la foy, par toute la Judee :
Ce-la ne suffit il à enflammer le cœur
De l’enfant genereux, qui veut estre vainqueur […]19 ? »

18Une telle prosopopée assimile totalement le combat ligueur à une guerre sainte. Cette représentation imaginaire explique que Montreux ait choisi de raconter, dans l’Espagne conquise, l’expédition de Charlemagne contre les Sarrasins pour reconquérir les reliques de saint Jacques à Compostelle, selon la trame fournie par la Chronique du pseudo-Turpin, bien connue au XVIe siècle grâce au roman de Fierabras.

  • 20 Montreux, 1597, II, p. 33, v. 7 – p. 34, v. 9.

19L’engagement suppose une totale abnégation, qui va jusqu’au sacrifice. Dans l’exhortation que Charlemagne adresse à ses soldats, il développe l’idée qu’en prenant part au combat religieux, ils se mettent sous les ordres de Dieu comme sous ceux du seul vrai souverain. De même que le Christ a versé son sang pour leur salut, ils doivent se disposer à verser le leur pour son honneur20. Avant de s’engager dans la mêlée, le duc de Mercœur offre donc sa vie à Dieu. Il se présente comme la victime propitiatoire destinée à assurer le succès des troupes qu’il harangue :

  • 21 Id., 1592, f. Hiiij vo, v. 12-14.

« Au grand Dieu j’offriray mon ame en sacrifice,
Mon sang à sa bonté, pour la rendre propice
A vos jours, à vostre heur21. »

20Les deux vers finals de la Trompette du Catholique résument l’état d’esprit dans lequel le soldat ligueur devrait partir pour le combat :

  • 22 La Vallée, 1589a, f. Ciiij ro, v. 16-18.

« […] tu es heureux de mourir en ce lieu
Combattant pour ton pays, ta foy, ta loy, ton Dieu22. »

21Cette mort sacrificielle est une façon de garantir son salut, d’accéder à la vie éternelle :

  • 23 Ibid., f. Cii vo, v. 21-22.

« Mourez mourez, amis, mourez pour la patrie,
En mourant vous vivez, car ceste mort est vie […]23. »

22Qui meurt pour le Christ sera compté au nombre des élus :

  • 24 Montreux, 1597, II, p. 34, v. 6-13.

« Mais quoy ? mourir pour luy, n’est-ce pas vivre en gloire ?
Et sur la fiere mort, emporter la victoire ?
N’est-ce par son trespas, un sainct vivre acquerir,
Que la cruelle mort ne peut faire mourir ?
N’est-ce pour un souspir leger comme une flamme
Un eternel repos acquerir a nostre ame ?
N’est-ce echanger le cours de nostre infirmité,
Avec un vif sejour de toute eternité24 ? »

23Le poème de combat développe toute une argumentation pour attiser l’ardeur guerrière des ligueurs. Il expose notamment une économie du salut qui place le guerrier de Dieu, quoi qu’il arrive, en position de gagnant :

  • 25 Id., 1592, f. G vo, v. 26 – Gij ro, v. 1.

« Tousjours marche, asseuré, veuf de crainte et d’effroy
Celuy-là qui combat pour son Dieu, pour sa foy,
Un si divin combat que juste il se propose,
Ne peut qu’une victoire heureuse ne luy cause,
S’il meurt, il est vaincueur, et s’en va glorieux
Vivre en un vif honneur dans le sejour des cieux,
S’il vit, et qu’il surmonte, il est plain de victoire
Double il rend son merite, et plus double sa gloire25. »

24L’affrontement religieux s’accompagne du souhait d’une manifestation divine. La totale liberté de Dieu et son omnipotence autorisent à espérer des miracles, notamment le soutien des puissances naturelles :

  • 26 LaVallée, 1589a, f. C ro, v. 10-19.

« Pensez-vous pas que Dieu, envoiera des pierres
Des tempestes du ciel, des foudres des tonnerres
Comme il a fait jadis, si vostre ferme espoir
S’arme de Jesus-Christ, exempt de desespoir ?
Jonathas se vantoit, par la faveur divine
Qu’il pourroit surmonter la race Philistine,
Fust le nombre petit, fust le nombre infiny
Car le pouvoir de Dieu, n’est jamais difiny.
Il faict tout ce qu’il veult, et n’y a resistance
Qui puisse retenir la divine puissance26 ! »

25Gédéon fournit l’exemple biblique d’un chef qui a vaincu grâce à Dieu et malgré de maigres effectifs. Dans la Trompette du Catholique, La Vallée exhorte au combat les troupes de la Ligue :

  • 27 Ibid., f. Biiij ro, v. 12-17.

« Ne laissez en oubly, ce noble cavalier
Ce vaillant Gedeon, entre tous le premier,
Qui choisissant trois cens bons soldats et fidelles
Combattit vaillamment, contre les infidelles,
Soustenu de trois cens, cent mille renversa,
D’Arabes mutinez, et nul ne l’offensa27. »

26La Triplimachie fait de la victoire un miracle. À Nantes, les Dames jugent miraculeux le succès militaire de Mercœur :

  • 28 Id., 1589b, f. Eij ro, v. 22 – vo, v. 4.

« Les Dames contemplant, ce tres-divin spectacle,
Confessent librement, que c’est un grand miracle,
Qui provient de la haut : car l’ humain jugement,
Comprendre ne peut pas, que sans nul detriment
On eust peu surmonter, ceste trouppe orguilleuse,
Qui nous voulloit ruiner, contre nous furieuse :
Mais Dieu le tout-puissant, monstre par son effect,
Qu’il est le Roy des Roys, seul entier et parfaict28. »

27La thaumaturgie s’appuie sur le calendrier liturgique. La capture du comte de Soissons s’effectue le jour de la Fête-Dieu, le 1er juin 1589, comme le rappelle, dans la Triplimachie, la prière de Charles de Lorraine :

  • 29 Ibid., f. D ro, v. 3-6.

« Souvienne toy Seigneur, que mes ayeux Lorrains
Ce Jeudy Feste Dieu, par l’aide de tes mains,
Ont tué, renversé, sur la terre poudreuse,
O miracle de Dieu, la trouppe injurieuse […]29. »

28Au mystère de la présence réelle de Jésus-Christ dans l’Eucharistie répond le miracle d’une victoire militaire inespérée.

29Parce qu’il développe des lieux communs, le discours que tiennent les œuvres que nous examinons se caractérise donc par une remarquable cohérence interne et, d’un poème à l’autre, par une indéniable homogénéité, qui se signale même par la récurrence, de La Vallée à Montreux, de certains mouvements syntaxiques. Rien de plus pur, en apparence, que l’axiologie qui se profère à travers un discours d’une telle fermeté. Néanmoins, sous le chant dominant de l’idéologie, le poème romanesque fait entendre un contre-chant plus discret, qui le mine insidieusement.

Dissonances

30Le poème de combat sublime l’action des guerriers de Dieu. Il affirme que les troubles religieux sont d’abord un affrontement spirituel, et que les canons sont impuissants devant les armes de l’esprit. Montreux assure à Mercœur qu’à Craon l’artillerie royale aura moins d’effet que sa renommée et sa foi :

  • 30 Montreux, 1592, f. Eiiij vo, v. 14-21.

« Contre une foible tour qui flancque la cité,
A rangs assez espois, le canon est poincté,
Et le mesme canon, comme un grondant tonnerre
Enfonce la muraille, et la jette par terre :
Mais il n’esbransle pas, pour esbransler les flancs
D’un mur foible de rains, ceux qui logent dedans,
Ton nom plus les asseure, et la foy de ton ame,
Que ne les estourdit le canon jecte flamme30. »

  • 31 Id., 1598, XI, p. 245, v. 4-6.
  • 32 Id., 1597, II, p. 31, v. 21-24.

31Le poème romanesque tel que le conçoit Montreux poursuit la même fin : il magnifie son objet. L’Espagne conquise a pour thème la croisade carolingienne, mais elle fait référence à l’actualité des troubles civils, pour opposer à l’impureté de la guerre moderne la noblesse des combats de jadis. Comme certains écrivains humanistes, Montreux exprime sa nostalgie à l’égard de la guerre à l’ancienne, qui permettait à la vertu, dans le combat rapproché, de donner sa pleine mesure. Il esquisse le procès d’une guerre déshumanisée : l’artillerie ôte toute loyauté au combat, car, décimant indifféremment les couards et les courageux, elle réduit le rôle de la vaillance héroïque. La technique relègue l’éthique au second plan. Montreux dénonce la confusion entre le combat et la déprédation, entre le militaire et l’économique. Jadis, les soldats de Charles « bien payés de leur solde ordinaire » avançaient en ordre impeccable « Sans courir picorer, comme sont conviez / Les nostres au butin, faulte d’estre payez31 ». Ils étaient honnêtes, ils « n’estoient point larrons, detrousseurs n’y meurdriers, / Comme sont aujourd’huy ces inhumains gens d’armes, / Qui estouffent le droict de leurs pesantes armes32 ». Ainsi, Montreux brosse de l’époque carolingienne une fresque idéalisatrice. Cette construction mythique devient l’instance d’où il juge les troubles religieux de son époque. Il confesse alors ce que taisaient les poèmes de combat : le dénuement, la cupidité et l’anarchie des soldats.

32Lorsque, dans sa harangue initiale, Charlemagne précise les raisons de son expédition, il commence bien par mentionner la défense de l’honneur de Dieu et la conversion des païens ; mais il n’oublie ni la recherche de la gloire, ni celle de l’honneur, ni même celle de la richesse :

  • 33 Ibid., VIII, p. 116, v. 3-12.

« Et pour qui nos combatz ! he, n’est-ce pour deffendre
L’honneur de ce grand Dieu qui vaincqueurs nous peut rendre ?
N’est-ce pour engraver nostre divine foy,
Dans le superbe cœur de maint barbare Roy ?
N’est-ce pour acquerir ceste gloire immortelle
Qui se rit de la faux de la Parque cruelle ?
Et pour lier le joug d’un bras audacieux
Autour du col mutin de maint Prince outrageux.
Pour butiner l’honneur, les biens et la richesse
De ceux que forcera nostre vive prouësse33 ? »

33L’Espagne conquise révèle que, souvent, la loi de l’honneur entre en contradiction avec les commandements du Prince, et que c’est alors à elle que l’on obéit :

  • 34 Id., 1598, VI, p. 126, v. 21 – p. 127, v. 8.

« Il n’est si forte loy, ny respect de seigneur,
» Qui puissent refroidir le desir de l’honneur,
» Il ne s’estanche point, il court parmy les ames,
» Comme és bois allumez les devorantes flammes,
» Il n’est point de tourment assez cruel et fort
» Qui vaincque ceste ardeur, qui mesprise la mort,
» Car ceux sont estimez sans valeur et courage,
» Que la peur de la mort de ce combat degage,
» Et celuy preux Heros ne peult se faire voir
» Dont l’outrageux honneur ne foulle tout devoir
» Encor que cest honneur soit allié du vice,
» Il est plus estimé que la saincte justice […]34. »

34Cependant, l’honneur lui-même est un mobile moins puissant que l’amour. La passion qu’Eliane éprouve pour Ferry fait taire la raison, oublier le respect de l’honneur :

  • 35 Ibid., VIII, p. 168, v. 7-12

« Ainsi la passion diverse en ses effects,
» Esteint de la vertu les actes plus parfaicts,
» Regarde seulement à se rendre contente,
» Non la juste equité, qu’elle consomme ardente,
» Et la loy bien souvent concedant au desir,
» Ne nous rend amoureux que de nostre plaisir […]35. »

  • 36 Ibid., X, p. 231, v. 21-22.

35Le désir s’impose au sujet avec la force d’une loi : « Car justes seulement pour faire nos plaisirs / Nous estimons la loy de nos ardents desirs36 ». Parfois, la violence guerrière se met au service du désir, par exemple lorsqu’elle est le moyen de séduire une dame.

36Le poème de combat défend l’idée que Dieu intervient directement dans l’Histoire. Par exemple, l’assassinat d’Henri III par Jacques Clément est un effet de la vengeance divine :

  • 37 Id., 1591, f. C ro, v. 29 – vo, v. 4.

« Ce grand Dieu le tua au millieu de ses gloires,
Il moissonna ses ans au fort de ses victoires,
Environné des siens roidement assisté
De Princes deffenseurs de son impieté.
Ainsi juste de Dieu est la saincte vengeance,
Ainsi nos faicts, nos ans justement il ballance.
Ainsi son bras accable au millieu de leur fort,
Les superbes Tirans qui rient de la mort37. »

37Le poème romanesque indique bien que, dans sa conquête, Charles est assisté par Dieu, qui lui envoie l’archange Michel. Après la victoire, les prêtres rappellent les faits qui, depuis les temps bibliques, attestent l’intervention divine dans l’histoire humaine, et ils terminent par cette prière d’action de grâce :

  • 38 Id., 1598, V, p. 96, v. 24 – p. 97, v. 5.

« C’est toy grand Dieu c’est toy, dont le celeste bras
Nostre divine Eglise a sauvé du trespas,
Et qui fais que le nom honoré de la France
Des superbes payens estonne l’arrogance,
Nous le sçavons grand Dieu, et d’un vers radoucy,
En nostre humilité, nous t’en disons mercy […]38. »

38Néanmoins, la croyance en la providence divine n’empêche pas Montreux d’accorder une place au sort, puissance irrationnelle, capricieuse et amorale :

  • 39 Ibid., X, p. 224, v. 2-7.

« Ainsi le sort souvent, pour changer de visage,
» Ceux qu’il a conservez faict tomber en naufrage
» Et plus qu’en autre endroict il paroist icy-bas
» Incertain és estours, et vollage és combats,
» Puis que le plus souvent il combat la justice,
» Et rend victorieux le detestable vice […]39. »

39Cette puissance s’évertue même à bouleverser les hiérarchies :

  • 40 Ibid., II, p. 28, v. 4-7.

« Et le sort qui se plaist à traverser la vie,
» La change, la corompt, au gré de son envie,
» Les villes, les Citez sont serves de ce sort,
» Et son los s’agrandist à vaincre le plus fort […]40. »

40Surtout, la croyance au pouvoir souverain du sort est le fait d’un personnage central de l’Espagne conquise, la vierge guerrière Favente. Montreux expose les convictions de celle-ci au style indirect :

  • 41 Ibid., V, p. 86, v. 18 – p. 87, v. 1.

« Elle sçait que le sort par le sort combattu,
» Regist tout icy bas, et non pas la vertu […]41. »

41L’inconstance du sort donne au poème romanesque son rythme particulier. Les événements semblent obéir au mouvement d’une « branloire pérenne », d’un balancier imprévisible et inexorable :

  • 42 Id., 1597, XIV, p. 219, v. 11-16.

« Tousjours quelque grand bien suit un triste malheur,
Ainsi que la santé talonne la douleur.
Et tous les corps estants composez d’inconstance
Font que rien ne demeure en une mesme essence
Ains change incontinent comme change souvent
Deça delà logé le peu fidelle vent42. »

42Ainsi, dans l’Espagne conquise, Montreux se dégage de l’orthodoxie politique et religieuse qui s’exprime dans les œuvres de circonstance : sur la noblesse de la guerre moderne, sur la capacité de la raison à juguler le désir, sur la continuité de l’action providentielle, des doutes surgissent. Il convient de s’interroger sur les causes de ces dissonances.

Le poème romanesque, un genre critique

43Un premier facteur peut expliquer que l’Espagne conquise tienne un discours moins vif que les autres poèmes, c’est sa date tardive. Les autres poèmes ont été publiés au moment de l’apogée de la Ligue, entre la double exécution de Blois et la conversion d’Henri IV. Les deux parties de l’Espagne conquise sont publiées en 1597 et 1598. Or depuis 1594 des négociations intermittentes ont tendu au ralliement de Mercœur. En 1596, la plupart des princes ligueurs ont baissé les armes. En 1597, quelques places de Bretagne se sont rendues au roi. L’Espagne conquise peut donc être lue comme un hommage déjà nostalgique rendu à l’esprit ligueur.

44Là n’est pas, néanmoins, l’essentiel. C’est le genre même du poème romanesque qui est en cause. Le poème de combat vise à mobiliser ; il recourt à une parole âpre, sévère, véhémente, et tient un discours volontaire, qui tend à magnifier la guerre, à lui attribuer les motifs les plus élevés. Il pose des valeurs ; il rapporte à l’idéal des fins le réel des actes. Le poète se veut inspiré par la « saincte fureur » qui se confond avec l’ardeur guerrière et le furor poeticus :

  • 43 Id., 1591, f. B vo, v. 27-30.

« Coulle dans nos esprits ceste saincte fureur,
Qui combat, qui destruit, l’atheisme et l’erreur,
Eschauffe nostre Muse ! ô Seigneur rend-la digne
De souspirer ton los, et ta grace divine43. »

45À cette rhétorique du mouere, le poème romanesque oppose une rhétorique du delectare. Il charme le lecteur par la variété, qui s’obtient par plusieurs moyens : une histoire fictive qui fait une place à l’amour, une structure entrelacée et une narration polyphonique.

46L’histoire fictive développe, à côté des thèmes guerriers, des thèmes amoureux. Le narrateur explique le comportement des personnages par la puissance des passions, notamment lorsque Rolland s’éprend de la belle Éliane :

  • 44 Id., 1597, XIII, p. 201, v. 4-10.

« Mais quoy ? qui peult forcer nos passions cruelles
Puisque nous sommes nez pour vivre dessoubz elles ?
Et que nos corps humains sont recogneuz pour telz
Differents icy bas des sacrez immortelz.
Pour ne pouvoir forcer leurs passions ardentes
Et pour recevoir loy de leurs mains inconstantes,
Rolland est donc changé […]44. »

47Le sens du devoir n’est pas la seule motivation des guerriers. Si le poète ne le regrettait explicitement, une scène récurrente le manifesterait : le duel, que proscrivent aussi bien l’empereur chrétien que le roi sarrasin. Les héros se livrent en cachette à cette violence qui risque de priver chaque camp de ses meilleurs éléments.

48L’entrelacement revient à développer simultanément plusieurs récits et à susciter des suspens en abandonnant un personnage pour en suivre un autre. Cette technique favorise la prolifération des intrigues secondaires : un à un, les preux abandonnent Charlemagne et suivent leur voie propre, qui est souvent celle du désir. L’Espagne conquise en vient ainsi, par sa structure vagabonde, a exprimer la libido secrète de la Ligue : le refus de l’autorité, l’aspiration à l’indépendance, le goût pour l’aventure.

49La narration polyphonique consiste à adopter le point de vue de nombreux personnages, ce qui rend relatives toute conviction et toute certitude. Montreux ne parvient pas à établir entre chrétiens et Sarrasins une opposition manichéenne ; les uns et les autres obéissent aux mêmes valeurs, au même code de l’honneur. La violence qu’ils pratiquent n’est pas d’essence différente.

  • 45 Roland Barthes, Le Degré zéro de l’écriture (1953), Paris, Seuil, coll. « Points », 1972, p. 13.

50Ainsi, le poète doit s’accommoder de l’éthique que porte en lui le genre littéraire qu’il choisit. Cette éthique émane de la structure du genre. Comme l’écrit Roland Barthes, « la structure est le dépôt d’une durée45 ». Celle du poème romanesque résulte d’une tradition remontant à l’Arioste, qui a fait du genre une instance critique. Dans les détours labyrinthiques du poème romanesque gisent, irréductibles, la légèreté et la causticité que le poète de Ferrare y a déposées. Quoique Montreux se veuille d’une fidélité sans faille à l’égard du duc de Mercœur, auquel il doit tout, un peu de la puissance subversive du Roland furieux passe dans l’Espagne conquise. Alors se dit, d’une voix ténue mais insistante, une vérité qui ne trouverait pas à s’exprimer autrement : l’ivresse du massacre, qui se dissimule derrière le souci affiché du salut collectif ; la confusion coupable entre le zèle et l’ambition ; une guerre sainte conçue comme un jeu avec le désir et la mort ; les intermittences du soutien divin ; une histoire déboussolée où l’on a peine à trouver trace de l’action providentielle. Si l’habileté d’un écrivain consiste à donner forme à ses hantises, reconnaissons à Montreux l’habileté d’avoir choisi le genre qui lui permettrait d’exprimer les contradictions historiques dans lesquelles il se trouvait pris.

51Ainsi, le poème de combat cherche dans l’événement la confirmation d’une certitude, alors que le poème romanesque dénonce l’inadéquation entre les représentations admises et le réel. Mieux que les pièces de circonstance composés par Michel de La Vallée et Nicolas de Montreux, l’Espagne conquise fait entendre le non-dit du discours ligueur : le désir d’une vie libre, aventureuse, faite de duels et de batailles, qui sont autant de confrontations avec Dieu. Elle demande aussi comment concilier l’indépendance, la satisfaction du désir et le sens du devoir, elle sonde le mystère de vies qui cherchent un sens dans un engagement total et qui s’évertuent à exister en inscrivant leur gloire dans la mémoire des hommes, davantage qu’en traçant une nouvelle frontière sur la carte. Elle dit enfin la crainte de la servitude et de l’ennui que la monarchie imposerait à sa noblesse. Au moment où la violence est en passe d’être confisquée par le pouvoir royal, elle trouve refuge dans la fiction épique.

Notes

1 Michel de La Vallée du Maine, La Trompette du catholique, Paris, Nicolas Cousin, 1589, 12 f. [Ars 8o B 10846 (1)] ; Paris, Loys Tierry, 1589 [BnF Ye 54969 ; Ars 8o B 10845] ; Triplimachie, ou triple combat de l’union, Paris, J. Durant, 1589, 20 f. [Ars 8o B 10846 (2)]. Nous désignerons ces textes par : « La Vallée, 1589a » et « La Vallée, 1589b ».

2 Nicolas de Montreux, La Miraculeuse Délivrance de Monseigneur le Duc de Guise, Nantes, Nicolas des Marestz et François Faverye, 1591, in-4o [BM Versailles Fds Goujet 8o 133] ; L’heureuse et entiere victoire, obtenuë sur les ennemis de Dieu à Cran, par le grand, victorieux, et Catholique Prince, Philippes Emanuel de Lorraine […], Nantes, Nicolas des Marestz et François Faverye, 1592 [BnF Res p Ye 272] ; L’Espagne conquise par Charles le Grand, roy de France. Première partie […] par Ollenix du Mont-Sacré […], Nantes, P. Doriou, 1597, in-12o, 18 p. n. ch.-463 p. [BnF Rés. Ye 2012. 1598 ; Ars 8o BL 15687 (1)] ; L’Espagne conquise […] seconde partie, Paris, Abraham Saugrain, 1598, in-12o, 18 p. n. ch.-575 p. [Ars 8o BL 15687 (2)]. Nous désignerons ces textes par leur année de publication.

3 La Trompette du Catholique : 486 vers ; la Triplimachie : 829 ; L’heureuse et entière victoire : 1 976.

4 Montreux, 1592, f. Hiiij ro, v. 8-11.

5 La Vallée, 1589b, f. Aiiij vo, v. 24 – B, v. 9.

6 Montreux, 1598, XI, p. 246, v. 18-19.

7 Id., 1592, f. Eiiij ro, v. 22-29.

8 . La Vallée, 1589b, f. E ro, v. 8-17.

9 . Montreux, 1592, f. Dij ro, v. 23-24.

10 La Vallée, 1589a, f. Biij vo, v. 10-12.

11 Montreux, 1592, f. D ro, v. 28 – vo, v. 1.

12 La Vallée, 1589b, f. Cii ro, v. 15 – vo, v. 8.

13 Montreux, 1592, f. Hiij vo, v. 32 – I ro, v. 1.

14 Ibid., f. Giiij ro, v. 24-29.

15 La Vallée, 1589a, f. Biij vo, v. 22.

16 Id., 1589b, f. B iiij ro, v. 25.

17 Montreux, 1592, f. Cij ro, v. 28 – vo, v. 1.

18 La Vallée, 1589b, f. D ro, v. 15-22.

19 Id., 1589a, f. B ro, v. 13 – vo, v. 3.

20 Montreux, 1597, II, p. 33, v. 7 – p. 34, v. 9.

21 Id., 1592, f. Hiiij vo, v. 12-14.

22 La Vallée, 1589a, f. Ciiij ro, v. 16-18.

23 Ibid., f. Cii vo, v. 21-22.

24 Montreux, 1597, II, p. 34, v. 6-13.

25 Id., 1592, f. G vo, v. 26 – Gij ro, v. 1.

26 LaVallée, 1589a, f. C ro, v. 10-19.

27 Ibid., f. Biiij ro, v. 12-17.

28 Id., 1589b, f. Eij ro, v. 22 – vo, v. 4.

29 Ibid., f. D ro, v. 3-6.

30 Montreux, 1592, f. Eiiij vo, v. 14-21.

31 Id., 1598, XI, p. 245, v. 4-6.

32 Id., 1597, II, p. 31, v. 21-24.

33 Ibid., VIII, p. 116, v. 3-12.

34 Id., 1598, VI, p. 126, v. 21 – p. 127, v. 8.

35 Ibid., VIII, p. 168, v. 7-12

36 Ibid., X, p. 231, v. 21-22.

37 Id., 1591, f. C ro, v. 29 – vo, v. 4.

38 Id., 1598, V, p. 96, v. 24 – p. 97, v. 5.

39 Ibid., X, p. 224, v. 2-7.

40 Ibid., II, p. 28, v. 4-7.

41 Ibid., V, p. 86, v. 18 – p. 87, v. 1.

42 Id., 1597, XIV, p. 219, v. 11-16.

43 Id., 1591, f. B vo, v. 27-30.

44 Id., 1597, XIII, p. 201, v. 4-10.

45 Roland Barthes, Le Degré zéro de l’écriture (1953), Paris, Seuil, coll. « Points », 1972, p. 13.

Auteur

Maître de conférences en littérature française du XVIe siècle à l’université de Rennes 2. Il a publié de nombreux articles sur la poésie épique, sur l’éthique et l’esthétique des genres littéraires, sur droit et littérature, de la Renaissance à l’âge baroque. Il a notamment publié Renaissance de l’épopée (Droz, 2004).

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540