Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le duc de Mercœur

 | 
Emmanuel Buron
, 
Bruno Méniel

Troisième partie. La construction d’un imaginaire de la Ligue

L’illustration d’un guerrier. Le duc de Mercœur et la publication de ses victoires, 1589-1593

Yann Lignereux

Texte intégral

« Une histoire sans l’imaginaire, c’est une histoire mutilée, désincarnée. »
Jacques LeGoff, L’Imaginaire médiéval,
Paris, Gallimard, 1985, p. VIII.

1Dans un curieux et fantaisiste mélodrame de la Restauration, développant une intrigue amoureuse et héroïque somme toute médiocre, et rempli d’erreurs historiques grossières, un vieux ligueur breton s’écrie solennellement :

  • 1 Charles de Commequiers, La Ligue en Bretagne, Nantes, Imprimerie et Lithographie de Mellinet-Malas (...)

« Nous, enfants de l’Armorique, nous allons proclamer notre indépendance et choisir pour duc M. de Mercœur. Il est issu d’une race de héros, celle de Charlemagne, et du vaillant duc de Guise […]. Nous voulons que notre souverain ne prête au roi de France aucun hommage, ni lige, ni autrement ; l’indépendance de la Bretagne, entière, absolue, voilà ce que veulent tous ses enfants, du moins tous les hommes dignes de porter le nom Breton1. »

  • 2 Christian Amalvi, De l’art et la manière d’accommoder les héros de l’histoire de France : essais d (...)
  • 3 Parmi les premiers citons : Barthélemy Pocquet (Histoire de Bretagne. La Bretagne province (1515-1 (...)

2Si ces viriles paroles sont à verser bien évidemment au copieux dossier des transformations mythiques des personnages historiques, illustration de cet « accommodement » de l’Histoire mis en évidence par Christian Amalvi2, elles n’en demeurent pas moins cependant proprement historiques, reflétant la difficulté de penser la singularité d’une geste militante du XVIe siècle hors d’un modèle d’interprétation positiviste strictement séculier. Pour preuve ici le débat poursuivi du XVIIIe siècle jusqu’au début du XXe à propos des buts, ambitions et desseins du duc de Mercœur en Bretagne, où se partagent détracteurs farouches et défenseurs outragés du prince lorrain3. Il n’est évidemment pas dans notre propos de militer pour l’un ou l’autre camp dont la confrontation constitue un authentique sujet de réflexion, mais bien plutôt de revenir sur la publication des actions du duc de Mercœur durant les années 1589-1593 et tâcher d’y dégager le modèle qu’elles constituèrent : l’illustration d’un champion chrétien à travers les facettes multiples d’un mystique en guerre.

  • 4 Christian Jouhaud et Alain Viala éd., De la publication. Entre Renaissance et Lumières, Paris, Fay (...)
  • 5 Évoquons néanmoins la fameuse « plaque de La Cornuaille », dédicace d’une fortification nantaise i (...)

3S’il s’agira dans un premier temps de nous restreindre volontairement à l’image du duc victorieux renvoyée par les pièces imprimées à l’occasion de ses succès, il faudra élargir notre approche de cette publication pour pouvoir pleinement prendre en charge l’unité d’un processus et sa cohérence démonstrative derrière son hétérogénéité apparente, juxtaposant genre épistolaire simulé, discours, relation, entreprise généalogique et épopée4. Néanmoins, pour rester fidèle à notre objet, nous ne mobiliserons que de manière exceptionnelle les références à ce duc fortuné dans le péritexte des dithyrambes et des controverses de la cour de Briord ou dans les dédicaces de son évergétisme civil, martial ou religieux5. Il y a là, en effet, une matière qui dépasse notre sujet car c’est aux enjeux de la publication des victoires ducales à travers des textes ou des œuvres spécifiques que nous voulons nous consacrer ici.

  • 6 Anne-Marie Cocula, « Des héros sans gloire. Les grands capitaines des guerres de religion vus par (...)

4Entre l’art du faire et celui du faire savoir se définit l’action de Mercœur : celle d’une occupation de l’espace public, urbain et provincial, pour dresser une figure qui est peut-être moins celle d’une action véritable que celle d’une attitude idéale à l’égard de la divinité et, par là même, étrangère et irréductible aux modalités de l’appréciation traditionnelle de la gloire héroïque6. Lors d’une harangue du duc, précédant un terrible combat contre les Turcs en septembre 1600, c’est bien ce zèle religieux dépassant l’appréciation raisonnable de la situation qui s’exprime pleinement :

  • 7 Discours au vray de la victoire obtenuë par Monsieur le Duc de Mercœur contre le grand Arcenat Aba (...)

« Messieurs (dist-il) il n’est point icy question d’un fait de peu d’importance, il y va principalement de l’honneur de Dieu, et de la tuition [= protection] et deffence de toute la chrestienté : Il se faut indubitablement asseurer de son assistance : Car soit que nous mourrions, ou que nous vainquions, nous ne pouvons que rapporter une gloire immortelle, soit au Ciel ou en terre7. »

5Davantage qu’une simple occupation polémique de l’espace contemporain où peine à s’affirmer une renommée ambiguë et problématique, il nous semble que c’est bien à une manipulation du temps que s’attache le récit de ses victoires : le livre comme espace de manutention du temps et instance de la révélation d’un destin, comme l’affirmation de la Providence sur le sort.

6Aussi la publication, de 1589 à 1593, des victoires du duc en Bretagne ou aux marges de sa province façonne-t-elle l’image d’un guerrier zélé envers son Dieu. Toutefois, il faut prendre garde à ce que les attendus d’une telle littérature et le caractère topique supposé de ces œuvres de circonstance ne nous fassent pas passer trop négligemment sur les singularités et les diversités d’une écriture monochrome, voire monotone. Publiant le combat d’un homme, ces récits victorieux révèlent tout autant une eschatologie et une culture illustrant la perception ligueuse d’un monde dans l’attente d’un surgissement de la divinité et de la manifestation de sa grâce. Dans la répétition d’un schème identique, deux dynamiques d’écriture sont alors à l’œuvre. La première, aménageant le réel et son information, construit l’espace légitime de la vérité du faux ; la seconde, par l’appropriation poétique et la transfiguration visuelle, dépasse la figuration anecdotique et événementielle de ces exploits singuliers, réels et fictifs, pour révéler le plus haut sens d’un combat commun.

  • 8 Philippe Desan, L’imaginaire économique de la Renaissance, Mont-de-Marsan, Éditions InterUniversit (...)
  • 9 A.-M. Lecoq, François Ier imaginaire. Symbolique et politique à l’aube de la Renaissance française (...)

7Philippe Desan, dans son étude sur l’imaginaire économique de la Renaissance, a rappelé combien l’imaginaire participe de la réalité, combien il « existe en filigrane dans le réel8 ». C’est à la recherche de l’imaginaire du duc de Mercœur que cette étude est consacrée où, à partir d’une figuration du prince Lorrain en héros ordinaire, nous nous efforcerons d’explorer les spéculations d’un imaginable d’absolu et d’avènement triomphal9.

Les « cinq glorieuses » ? Récits d’un héros sans gloire

  • 10 Pour le détail de ces péripéties belliqueuses, voir les historiens cités n. 4 et la récente synthè (...)
  • 11 G. Saupin, Nantes au temps de l’Édit, La Crèche, Geste éditions, 1998, p. 193.

8L’histoire est connue10. Beaucoup ont raillé une agitation largement vaine et rapporté l’hyperbole des louanges à la médiocrité du réel afin de tourner en dérision cinq années « de petites opérations assez mal coordonnées » pour reprendre l’expression de Guy Saupin11. Aussi, malgré la bonne volonté de ses thuriféraires, force est de constater que la lecture des victoires de Mercœur n’excite guère le sentiment épique ; tout au plus provoque-telle une certaine curiosité intellectuelle devant cette litanie de victoires sans dramaturgie grandiose ni scénographie spectaculaire.

  • 12 La réduction de la duché de Bretagne à l’union des villes catholiques par Monseigneur le duc de Me (...)
  • 13 Ibid., p. 2 et 4.
  • 14 La Delivrance admirable de la ville de Rennes en Bretaigne d’entre les mains des Politiques et her (...)
  • 15 Discours veritable de la prise du Comte de Soissons, auec la deffaicte de ses trouppes et celles d (...)

9Dans cet inventaire, l’année 1589 concentre le plus important nombre de textes. Liés à la nécessité de justifier la prise d’armes contre un roi considéré comme criminel et parjure depuis les événements de Blois de décembre 1588, ces récits de victoire contre les représentants du souverain honni constituent autant de manifestes légitimant la justice du soulèvement favorisé alors par Dieu. L’année s’ouvre ainsi avec une « lettre », datée du 9 mars, d’un habitant d’Hennebont à un bourgeois parisien12. Outre la joie manifestée par l’auteur à l’occasion du ralliement – accompli ou imminent – de nombreuses villes de la province à la Sainte-Union, ce texte expose dès les premières pages les qualités de Mercœur en mettant d’abord en évidence son zèle religieux et sa parenté avec les martyrs de Blois, pour après seulement signaler ses vertus martiales, instruisant de la sorte le procès de sa légitimité par le rappel de ses qualités familiales. Il est ainsi présenté comme l’un « des protecteurs et deffenseurs de l’Eglise Catholique Apostolique et Romaine, et du Royaume de France, parent de ces Machabees de la France, Messigneurs les Cardinal et Duc de Guyse » et lorsque est évoquée sa générosité, son évidence est déduite de sa qualité de « valeureux Prince du sang lorrain13 ». Si le rôle du gouverneur est secondaire dans La delivrance admirable de la ville de Rennes…, qui passe temporairement à la Ligue le 13 mars suivant, son entrée dans la cité est saluée par l’auteur de ce texte comme satisfaisant « tous les gens de bien qui sont maistres de toute la ville », parachevant de la sorte le triomphe provincial annoncé par le texte précédent14. La capture étonnante du comte de Soissons, envoyé par Henri III pour rallier ses partisans bretons, par le duc de Mercœur qui, outre le gouverneur royaliste de la province, se saisit le 1er juin, à Châteaugiron, de toute sa noblesse, rend compte pour les ligueurs des faveurs du Ciel pour leur cause. Survenue le jour de la fête du Saint-Sacrement, elle signale d’évidence la condamnation par Dieu du parti royaliste rendu indigne par son alliance avec les protestants iconoclastes. Le Discours veritable de la prise du Comte de Soissons… met en scène un duc de Mercœur, proche alors d’une figure féodale archétypale, dans la figure d’un guerrier soucieux de préserver son « pays » et sa religion, de venger « le meurtre de ceux qui luy touchoient de si pres », recourant aux serments et aux engagements personnels, et reconnu comme le chef d’une cause sacrée par les communes armées15. Ce texte se clôt sur la dimension religieuse d’un combat renvoyé à l’idéal et aux exigences d’une croisade :

  • 16 Ibid., p. 15-16.

« De ce brave exploit nous en devons l’honneur a Dieu chef de la S. Union, et conducteur des armees Catholiques, sans frustrer mondit sieur de Mercueur de la louange que merite sa generosité et vertu, mais principalement la sincerité de ses intentions : lesquelles ayans pour but la seule gloire de Dieu, luy ont faict voüer sa vie et tout ce qui depend de son pouvoir a ceste saincte cause dés le commencement d’icelle, et fermé les yeux à tous les dangers qui se sont presentez lors, que nostre mal estoict plus couvert et violent, le peril eminent, et les remedes beaucoup plus esloignez, ainsi que peuvent tesmoigner plusieurs bons Catholiques de ceste ville de Paris, qui se sont les premiers jettez à corps perdu en la barque de la S. Union, pour sauver nostre religion du naufrage, dont elle estoit menacee de fort près16. »

  • 17 « Provision du gouvernement de Bretagne pour le prince de Dombes », datée de Tours, le 7 juin 1589 (...)
  • 18 Discours de ce qui s’est passe au pays de Bretaigne, le Maine et Anjou, à Paris, chez Pierre Ramie (...)
  • 19 La Trompette du Catholique, faicte par le Seigneur de la Vallée du Maine, Gentil-homme de la suitt (...)

10L’année 1589 s’achève avec l’annonce d’un autre succès de Mercœur qui a réussi à empêcher les desseins du nouveau gouverneur royaliste de la province, le prince de Dombes, désigné par Henri III le 7 juin17. Une lettre, écrite de Dol le 15 septembre, rend compte de la retraite du prince Bourbon dans la capitale bretonne, « fort mal suivy, son armee s’est dissipee et s’en retirent les plus grands18 » pour faire oublier la perte de Rennes retournée dans le camp royaliste. Outre ces quatre récits, d’autres textes soutiennent la publication des victoires du duc parmi lesquels se signale la poésie virile, sanglante et héroïque de Michel de La Vallée du Maine qui offre un cadre épique à une chronique martiale somme toute médiocre19.

  • 20 Discours de la deffaicte de l’armee du Prince de Dombes. Avec le nom des Villes, et Chasteaux prin (...)
  • 21 Le Zele bruslant des catholiques, faict par le Seigneur de la Valee du Maine. Dedié à Monseigneur (...)
  • 22 Deffaicte de l’armee du Prince de Dombes […], op. cit., p. 13.

11L’année suivante poursuit cette chronique des triomphes de Mercœur qui prend cependant davantage la forme d’un récit des échecs et des fuites de ses adversaires à Fougères, Châteaubriant, Saint-Nazaire, Saint-Malo, Pontigny, etc.20. Il faut là encore recourir à la poésie du seigneur de La Vallée pour accompagner ces récits d’un enthousiasme authentique21. Aux récits ordinaires est réservée l’évocation de Mercœur en un soldat du Christ, humble et dévoué ; à la poésie du ligueur celle d’un « guerrier de Dieu » traversé d’une violence théophanique. Les premiers figurent ainsi en Mercœur un ministre de Dieu référant ses succès et ses efforts à la sainte cause de ce dernier, auquel est laissé l’honneur de ces victoires et duquel les auteurs attendent que soit ramené « quelque journee pareille à celle d’Auneau, ou de la sainct Pierre aux Liens22 ».

  • 23 Advis de la deffaicte des Anglois et autres hérétiques venuz en Bretaigne, pour le Roy de Navarre, (...)

12L’année 1591 ne voit pas se réaliser cette journée décisive dont l’attente révèle combien les combats précédents demeurent insatisfaisants. Et ce n’est pas l’annonce d’une victoire du duc sur les Anglais et leurs alliés royalistes qui peut répondre aux espérances dont témoignent Les plaintes du peuple de Bretagne… dénonçant l’inaction complice des catholiques « appesantis du triste sommeil de la froide et palissante crainte23 ».

  • 24 Pour cette bataille, outre les historiens cités précédemment, Michel Lemesle, En Anjou, la bataill (...)
  • 25 « Nous esperons que Dieu par sa bonté aura pitié de son peuple, et ne soufrira que les Catholiques (...)
  • 26 Lettre d’un gentilhomme de l’armée de Monseigneur le duc de Mercœur et de Penthievre, pair de Fran (...)
  • 27 L’heureuse et entiere victoire, obtenuë sur les ennemis de Dieu à Cran, par le grand, victorieux, (...)
  • 28 Original des troubles de ce temps. Discourant briefvement des Princes plus Illustres de la tres-an (...)

13La victoire de Craon, l’année suivante, est alors le moment d’une grande mobilisation bénéficiant d’une importante publicité24. La bataille remportée par Mercœur, soutenu par le contingent espagnol de Don Juan d’Aguila, le 23 mai 1592, contre les forces des princes de Conti et de Dombes assistées des troupes anglaises de John Norris, est célébrée par un discours, une lettre et un chant de victoire en vers composé par l’un des familiers de la cour de Briord, le poète et dramaturge Olénix du Mont-Sacré [Nicolas de Montreux]. Cette véritable bataille rangée, livrée dans les marches de Bretagne et du Maine, est l’occasion pour les partisans du duc de louer son courage et sa résolution, affrontant des adversaires plus nombreux et avantagés par le terrain. Mais là encore, au lieu de constituer un authentique péan, l’un de ces textes s’achève par une exigence de réforme des catholiques eux-mêmes, terminant le récit de cette brillante victoire sur une note inquiète et doloriste, délaissant le héros de cette journée pour une prière adressée à la divinité25. La Lettre d’un gentilhomme… complète cette image d’un chef certes talentueux, mais instrument avant toute chose de la volonté divine26. Le chant de victoire de Nicolas de Montreux cultive également cette image d’un chef pieux dont la victoire à Craon se nourrit du zèle religieux témoigné lors des précédents États de Bretagne, à Vannes, où Mercœur fit recevoir et publier le Concile de Trente, le 1er avril de cette année27. À ces pièces de circonstance s’ajoute le récit de cette bataille dans une autre composition du cénacle nantais dévoué à la cause de Mercœur, l’Original des troubles de ce temps…, écrite par le dominicain Raoul Le Maistre pour soutenir les prétentions politiques du couple ducal, en faisant valoir la brillante ascendance de la duchesse, rapportée aux lignages les plus prestigieux, remontant même à Pharamond, premier roi des Francs28.

  • 29 Alliances Genealogiques de la Maison de Lorraine, illustrees Des faits et gestes des Princes d’ice (...)
  • 30 Les Conquestes de Monseigneur le Duc de Mercueur et de l’heureux succez du siege de Rochefort en A (...)

14Si un autre traité généalogique, soucieux des intérêts cette fois-ci de la parenté du duc, publie en 1593 les vertus de Mercœur à travers la geste des princes de la Maison de Lorraine, les lendemains de Craon voient retomber une partie des espoirs des ligueurs bretons29. La publication des nouveaux succès de Mercœur peut résonner alors douloureusement dans la conscience des catholiques zélés comme la sanction de leurs péchés car, une nouvelle fois, ils ne constituent pas l’ordalie absolue espérée par les forces de la Sainte-Union30.

15Après 1592, les tensions internes divisent les forces de la Ligue bretonne et la Sainte-Union s’étiole dans la méfiance et la sauvegarde des intérêts particuliers. L’action prudente et efficace du maréchal d’Aumont, de Montmartin et de Saint-Luc, la lassitude des populations comme l’ambition de Philippe II contraignent Mercœur à des replis défensifs et à des palinodies successives jusqu’à sa soumission au début de l’année 1598.

16À parcourir les textes qui, durant ces années 1589-1593, ponctuent les succès de Mercœur, faisant de ses demi-victoires ou des moitiés d’échecs de ses ennemis, des triomphes improbables mobilisant des figures prodigieuses, comme celles de Scipion, Alexandre, César ou Judas Macchabée, on ne peut être que frappé par la médiocrité du tableau final censé peindre la gloire, la vertu et la puissance de l’héritier de Charles de Lorraine à Metz et de Godefroy de Bouillon à Jérusalem. C’est bien l’image d’un « héros sans gloire » qui s’impose dans l’épuisement rapide des principales facettes du personnage définies par Ariane Boltanski et Philippe Hamon : une noble figure, un gouverneur soucieux du bien de sa province, un dévot et zélé soldat de dieu.

17Néanmoins, devant le caractère répétitif de ces textes d’évidence, qui élaborent cette gloire inachevée et médiocre, il convient peut-être de déplacer notre regard et de s’interroger moins sur le reflet du réel qu’ils sont censés constituer que sur leur vocation à façonner un imaginable du duc, et sur leur ambition à ménager dans le présent l’accomplissement certain d’une geste militante. Ce désaxement est d’autant plus nécessaire que la théorie littéraire classique du reflet et de la transparence achoppe à prendre en charge quelques singularités dissimulées dans cette trame narrative sans véritable relief.

Un travail de l’imaginaire : chronique de la victoire à venir

18Dans cet inventaire des livrets à la gloire d’un duc irrésistiblement vainqueur de ses ennemis, la présence, en effet, de récits ne renvoyant à aucun fait certain doit nous inciter moins à reprendre la lecture de chaque texte en particulier, à la recherche de sa possible duplicité, qu’à considérer autrement le sens et la nature de la chronique qu’ils constituent, indépendamment de leur subordination supposée au réel et au-delà de la médiocrité apparente du modèle qu’elle institue.

  • 31 Advis de la deffaicte des Anglois et autres hérétiques […], op. cit.
  • 32 Ibid., p. 12-13.
  • 33 Ibid., p. 8.
  • 34 Ibid., p. 10-11.
  • 35 Ibid., p. 12-13.
  • 36 Sur cet antagonisme, voir notamment Dominique Philippe, « Guerre et images de guerre dans la chron (...)

19Parmi les triomphes de Mercœur, un récit retient l’attention par la réduction de l’affrontement à une figure archétypale pleine de sens pour les contemporains. Sous la forme d’une lettre, un texte, signé par le capitaine Sainct Maixant « du Camp, de Chasteaubourg, le sixiesme Octobre, 1591 », relate la terrible défaite infligée aux Anglais par les troupes de Mercœur, alors bien moins nombreuses31. Envoyés en force à Vitré pour soutenir le prince de Dombes réfugié à Rennes et pour profiter de la dispersion de l’armée du chef ligueur, les Anglais se firent néanmoins tailler en pièces, aveuglés par la présomption de leur force et par l’illusion d’un premier succès apparent qui n’était que l’amorce de la nasse dans laquelle ils se perdirent avec leurs alliés français dont « le jeune Avaugour Gentil-Homme bien né, mais qui malheureusement se rangea du party des Heretiques32 ». Lors du conseil tenu par le duc avec ses capitaines pour décider ou non de la bataille en raison du défavorable rapport de forces, le frère de Mercœur, déclarant « qu’il falloit s’asseurer que Dieu leur assisteroit, et qu’il ne permettroit point que les ennemys eussent le dessus », l’emporta sur les calculs et les raisons du prudent Aradon33. À l’enthousiasme et au zèle de son cadet répondent la piété et la dévotion de Mercœur qui, « apres s’estre recommandé à Dieu et à nostre-Dame », prépara ses troupes pour livrer bataille34. La dimension religieuse du combat – de sa décision à sa préparation – est la clef de ce récit comme le signale son auteur qui veut y voir « un effect signalé de la bonté de nostre Dieu et de sa providence paternelle sur son Eglise, ayant permis que mondit Seigneur avec un si petit nombre de gens, ait deffaict les forces des ennemis, contre l’opinion mesme de ses plus fideles serviteurs, qui le dissuaderent combattre35 ». Outre cette dimension d’un combat sacré, il est fort probable que la nationalité étrangère des ennemis de Mercœur ait ravivé dans les mémoires d’un chacun un imaginaire belliqueux, susceptible d’être qualifié, en Bretagne, de « patriotique36 ».

  • 37 L. Grégoire, op. cit., p. 50.
  • 38 B. Pocquet, op. cit., p. 208.

20Évoquant l’exagération donnée de manière générale aux victoires de Mercœur au mépris de toute crédibilité voire de toute authenticité, Louis Grégoire prend ce récit de la défaite anglaise comme l’exemple même de cette littérature fabuleuse et abusive, n’ayant d’autre sens que de « donner du courage et de l’espoir aux défenseurs de l’union37 ». Un demi-siècle d’érudition plus tard, Barthélemy Pocquet formula la même conclusion en montrant qu’il s’agissait là d’un récit monté de toutes pièces, le combat ne pouvant pas avoir eu lieu et ne pouvant pas n’avoir laissé que cette seule trace suspecte et partisane38. Tout entier attaché à disqualifier les prétentions comme l’action du duc de Mercœur en Bretagne, il mit également en doute les affirmations d’un autre texte, paru l’année précédente, pour publier la gloire du chef ligueur.

  • 39 Discours de la deffaicte de l’armee du Prince de Dombes […], op. cit.
  • 40 Ibid., p. 5-6.
  • 41 Ibid., p. 11.

21Après la première victoire de Mercœur contre le représentant du pouvoir royal en Bretagne, le comte de Soissons, le 1er juin 1589, il fallait probablement montrer sa force irrésistible, quel que soit celui qui voulait s’opposer à son autorité. Reconnu gouverneur de la Bretagne par Henri IV le 14 août suivant, le prince de Dombes, Henri de Bourbon, résolut de rallier les royalistes de la province, assistés des troupes anglaises et de celles du gouvernement de Normandie, et de reprendre au parti de l’Union les villes du duché. Un discours ligueur anonyme entreprit de montrer la vanité d’une telle entreprise pour mettre en relief au contraire la soumission de nouvelles cités à l’autorité du prince lorrain39. Après avoir fait état de sa douleur de voir des catholiques ralliés la cause d’un prince hérétique pour satisfaire leurs passions, et dénoncé les trahisons et parjures du comte de Soissons, du cardinal de Vendôme et du prince de Dombes, coupables notamment d’avoir abandonné « le party de nostre Roy Charles leur oncle », l’auteur de ce discours voit la condamnation divine de tels agissements dans les défaites des armées royalistes, vaincues à trois reprises par « la valeur, et magnanimité de Monseigneur le Duc de Mercure40 ». Une insistance particulière est donnée à l’affrontement du 8 mai 1590 qui opposa directement Mercœur au prince de Dombes et qui vit le triomphe du premier et la mort, dans le camp du second, de « trois des quarante-cinq Bourreaux du feu tyran » qui souillèrent leurs lames du sang du duc de Guise41.

  • 42 Ibid., p. 13.
  • 43 B. Pocquet, op. cit., p. 172.

22Après avoir compté six nouvelles villes rangées sous l’autorité de Mercœur, l’auteur conclut : « Voila comment Dieu defend sa cause, ayant rompu par trois fois tous les desseins des Heretiques, qui pensoyent se rendre paisibles possesseurs dudict Païs, et Duché de Bretaigne pour y planter l’héresie, et rendre à jamais ladicte Province miserable42 ». Si le discours est sans équivoque et la démonstration sans aporie, la réalité des faits sur lesquels ils prennent appui n’est pas sans ambiguïté ni exempte de soupçons ; ce qui conduit Barthélemy Pocquet à conclure qu’il s’agit là d’un texte insincère, forçant par la langue la vérité des faits et, au mépris de la vraisemblance, affirmant des choses fausses43. À l’ambition d’un texte de commande répond donc le travail d’érudition et de discernement de l’historien. À une volonté propagandiste répond la mise en évidence d’une subjectivité falsificatrice.

23Louis Grégoire et Barthélémy Pocquet ont ainsi montré comment ces batailles, en 1590 et en 1591 ne pouvaient pas s’être déroulées comme leur récit complaisant s’en faisait l’écho. Voire qu’elles ne relevaient que d’une manipulation grossière pour épouvanter les adversaires de la Ligue et rasséréner ses partisans en sortant directement de l’imagination d’écrivains stipendiés, choisissant avec soin l’adversaire battu et humilié : d’une part, les Anglais, réunissant sur eux une double condamnation, religieuse et « patriotique », d’autre part, le prince de Dombes, chef des royalistes et prince du sang, assisté d’âmes scélérates et criminelles. Ce n’est pas seulement l’adversaire historique et l’ennemi étranger qui est vaincu, mais c’est également le dévoiement contemporain de la tête politique du royaume qui est châtié.

  • 44 Daniel J. Boorstin, L’image, Paris, Union Générale d’Éditions, 1971 (1962), p. 30.

24L’historien et essayiste Daniel J. Boorstin a développé la notion de « pseudo-événements » pour identifier la nature d’une partie des illusions qui, dissimulant selon lui la réalité et s’y substituant, constituent la source du malaise de l’Amérique du XXe siècle frappée d’espoirs exagérés et d’un surenchérissement de l’attente journalistique44. Utilisant le préfixe grec « pseudo », il range ces événements, fabriqués pour satisfaire l’appétence de ses contemporains, dans les catégories du faux et de la tromperie. Dans l’analyse de la publication de certaines victoires fantaisistes du duc de Mercœur, il me semble nécessaire de se démarquer de cette étude fondatrice pour forger l’expression de « ficto-événements » car le rapport entretenu par ces faits publiés, fictionnels, avec la réalité ne peut se comprendre de manière univoque de part et d’autre d’une barrière postulée imperméable entre la vérité et son contraire.

  • 45 Ibid., p. 31-32.
  • 46 John Austin, Quand dire c’est faire, Paris, Seuil, 1970 (1962). Aux diverses fonctions traditionne (...)

25Publiés, rendus publics, ces triomphes d’imagination s’inscrivent alors comme des « faits » dans la bigarrure d’une réalité polémique, traçant les figures mouvantes d’un imaginable du héros ligueur ainsi illustré. S’il faut reconnaître la réalité des conditions matérielles de la production imprimée de ces libelles – préparer le récit de la bataille à venir pour vendre vite et beaucoup… quitte à changer dans les matrices quelques jeux de caractère selon l’issue de l’affrontement – ceux-ci participent d’une figure publique du duc donnée pour vraie, sinon pour réelle. Quand Daniel J. Boorstin conçoit l’événement médiatique comme délibérément « faux » et « fait pour tromper », les thuriféraires de Mercœur ne partagent qu’en partie les intentions des publicistes contemporains : il s’agit moins de supercherie et de mensonge que de la construction d’un univers du possible, d’un univers imaginable autour du duc, producteur d’un régime de vérité à défaut d’être le reflet mimétique du réel. Toutefois l’alchimie poétique les rassemble car à l’issue du processus de publicisation ce dernier fournit par lui-même la preuve de sa vérité45. À ce titre, ces publications abusives participent d’un discours performatif qui, déplaçant les frontières de l’advenu, du certain et de l’advenir, habite à sa mesure la réalité dont il prétend témoigner46. Pour reprendre l’expression d’un précurseur, Edward L. Bernays en 1923, cité par Daniel J. Boorstin, il est donc ici question d’être en mesure de « faire que l’actualité se réalise ». Du moins, de faire en sorte qu’elle puisse être imaginée car, déjà, virtuellement réalisée.

26Dans notre perspective, le processus de publication du duc de Mercœur répond à la logique des actes d’énonciation performatifs évoqués plus haut, en ce sens qu’il ne peut être efficace qu’en fonction d’un contexte particulier. Ce contexte, lui-même en création constante, c’est de pouvoir penser ces victoires possibles, de les envisager prochaines, de les imaginer et donc déjà de les éprouver et de les vivre. En d’autres termes, il ne s’agit pas simplement de dire quelque chose par la publication de ces victoires – par leur énonciation donc –, mais de faire quelque chose ou plutôt même de faire plusieurs choses à la fois : les réaliser d’une part ; rendre possibles car imaginables les suivantes d’autre part.

27On sort donc de l’analyse qui avait pu être faite de ces écrits aux XIXe et au début du XXe siècles par l’érudition positiviste, qui les condamnait à caractériser et à illustrer les mensonges d’une cause rebelle et hypocrite. Pour Louis Grégoire et Barthélemy Pocquet, ces faux révélaient la duplicité de Mercœur et le fourvoiement d’une cause au mieux perdue dans l’illusion religieuse, au pire s’abandonnant délibérément aux rets étrangers de Philippe II. Cette lecture, rationaliste et soucieuse de l’intérêt national, ne peut en effet considérer ces récits que comme des fictions manipulatrices, mobilisant à leur encontre un appareil critique discriminant irrévocablement le vrai du faux et supposant une transparence parfaite entre le fait advenu et sa médiatisation. C’est sur cette nature postulée de l’acte énonciatif que repose le malentendu qui fait s’opposer discours contre discours.

  • 47 C. Jouhaud, Mazarinades : la Fronde des mots, Paris, Aubier, 1985, p. 32 et p. 237-238. En raison (...)
  • 48 Ibid., p. 81.

28Ces publications, en effet, ne relèvent pas de la description d’un état de fait, ce qui les rendrait susceptibles d’être vraies ou fausses. Ces récits victorieux participent à leur manière de ce que Christian Jouhaud a appelé une « littérature d’action » à propos des mazarinades avec lesquelles ils partagent un rapport ambigu au réel, qu’il s’agit de façonner et de mettre en scène pour y agir et pour y faire agir47. Il apparaît toutefois que nos textes se distinguent de la volonté de propagande identifiée par Christian Jouhaud dans le corpus frondeur, où le travail d’appropriation est préparé par des effets littéraires divers, offrant la possibilité de lectures plurielles. Pour notre sujet, c’est au contraire l’unité de ton qui constitue sa marque distinctive, mimant l’objectivité d’un récit fidèle au fait. Cette monotonie en fait alors moins un « texte pour tout le monde et donc pour personne48 », qu’elle témoigne d’une volonté d’universalité dans l’annonce de la bonne nouvelle : la défaite des ennemis de Dieu. Aussi, même si elle partage avec les textes de la Fronde certaines ambitions, l’écriture de nos « ficto-événements » s’en distingue-t-elle encore en déplaçant l’horizon d’attente du texte d’une action à venir à la possibilité d’en imaginer d’autres certaines, à un au-delà de la lecture moins constitué d’actions singulières que tramant le tissu du virtuel permettant l’actualisation de celles-ci. Il ne s’agit pas tant de faire croire ou de persuader que de rendre imaginable un avenir postulé et poursuivi : celui de l’accomplissement victorieux d’un zèle religieux par l’irruption divine en sa faveur, réalisé, forcément réalisable car annoncé et imaginé de longue date.

  • 49 Michel de Montaigne, Essais, éd. André Tournon, t. I, Paris, Imprimerie Nationale, 1998, I, 21, p. (...)
  • 50 Ibid., p. 193.
  • 51 P. Desan, op. cit., p. 7.
  • 52 D. Crouzet, « La représentation du temps à l’époque de la Ligue », Revue historique, no 548 (oct.- (...)

29L’érudition mobilisée par les historiens des siècles précédents pour condamner ces textes faux et les ambitions de ceux qui s’en servaient n’est donc pas pertinente quand il s’agit de vouloir rendre compte moins de « la » réalité historique que des facettes multiples d’un régime de vérité où, pour les contemporains de ces luttes politiques et sacrées, ce qui est vrai est aussi ce qui est imaginable, dans le flux inconstant et dans la branloire pérenne des actions humaines. Fortis imaginatio generat casum : « Un effort énergique de l’imagination produit l’événement ». C’est avec cette citation empruntée au monde des clercs que Montaigne débute son essai intitulé « De la force de l’imagination », déclarant qu’il est « de ceux qui sentent très grand effort de l’imagination49 ». Après avoir convoqué toute une série d’exemples, fruits de ses lectures profanes et religieuses et de ses expériences les plus intimes, Montaigne rend alors compte de sa méthode d’étude de « nos mœurs et mouvements » : « Les témoignages fabuleux, pourvu qu’ils soient possibles, y servent comme les vrais50 ». C’est cette incapacité à considérer l’ambivalence du réel qui conduit au mieux le positivisme historique à une impasse, au pire au contresens et à l’anachronisme réducteur51. Dans une chronosophie et une eschatologie ligueuses caractérisées par l’appréhension d’une fin prochaine, le réel et le présent sont traversés de signes en figurant l’imminence comme ils sont l’instance d’une révélation possible, l’espace d’une rédemption virtuelle car proprement imaginable52.

30Aussi dans cette chronique victorieuse, la répétition des exploits du chef ligueur contribue-t-elle à définir l’évidence de son succès final derrière l’apparence du médiocre et de l’inachevé. Si ces textes œuvrent également à la remémoration d’une guerre favorisée de Dieu, davantage préparent-ils et annoncent-ils l’apocalypse triomphale : la victoire de Craon qui ne peut être, dans cette perspective, qu’évidente et fatale car inscrite dans l’avenir imaginé de cette tension d’accomplissement absolu.

La victoire : du sort des armes à la geste providentielle

  • 53 Sur ce travail poétique, voir la contribution de Jean Vignes, « Le Poète et la guerre (autour de l (...)

31Dépassant la relation ambiguë de l’événement, le processus de représentation impose à la lecture et à la réception de la geste ducale une dimension nouvelle dans l’évidence d’un sens proprement apocalyptique et univoque53.

  • 54 « De sorte que cette journée se doit nommer plutôt une déroute qu’une bataille » (Histoire particu (...)
  • 55 Sur les erreurs du commandement en chef, voir notamment l’Histoire universelle de Jacques-Auguste (...)

32Après plusieurs occasions en 1591, en juin, à la croix du Marhalla, et en septembre près de Saint-Méen, une bataille a lieu, le 23 mai 1592, devant la cité de Craon assiégée par les troupes royales. Même si quelques historiens soucieux de ménager les intérêts de la cause royaliste minimisent l’importance de cet affrontement, il est généralement considéré comme une bataille rangée, moment dramatique où sont révélées les qualités respectives de chacun dans la prononciation d’un jugement divin54. Rapportée du côté royaliste à la négligence et à la mésintelligence des princes Bourbon, la victoire de Mercœur est pour les ligueurs l’accomplissement d’un processus de révélation qu’une culture prophétique des « signes célestes » avait préparé, et que les violences religieuses des troupes royales provoquèrent55.

  • 56 Triplimachie ou triple combat de l’Union […], op. cit. (voir annexe).
  • 57 Chant de triumphe, faict par un certain Nantois, sur l’heureuse victoire de Monseigneur le Duc de (...)

33Dès le premier affrontement significatif, celui contre le comte de Soissons, Mercœur était présenté en orant recevant les faveurs du Ciel, car c’est à l’occasion de ses prières qu’il est prévenu, par un paysan surpris par ses troupes, que le gouverneur royaliste aveuglément s’était mis à sa merci. Les vers du seigneur de La Vallée mettent alors en scène la requête et le vœu prononcés, ce jour de la Fête-Dieu, par le duc, pour qu’il puisse accomplir ce que Dieu lui a destiné56. Le duel à cheval – invention de l’auteur – qui suit le récit de cette journée providentielle entre les deux champions alimente dans les imaginaires cet univers chevaleresque et sacré. Enfin, le « miracle » de cette journée est parachevé par l’annonce de la victoire du duc le jour même à Nantes où le peuple, assemblé, suivait le prêche de Le Bossu. Un autre texte, probablement du même auteur, évoquant cette capture complète la dimension prophétique de l’événement en la faisant précéder de la vision d’une tête d’oiseau apparue aux troupes de Mercœur se préparant pour le combat57.

  • 58 Archives départementales de Loire-Atlantique [ADLA], H 303, fondation datée du 28 avril 1590, pass (...)
  • 59 Les Conquestes de Monseigneur le Duc de Mercueur […], op. cit., p. 31-32.

34Aussi, « en perpetuelle memoire et recognoissance des grandes faveurs et graces par luy receues de la bonte divine le long de sa vie et nomemant par la belle victoire par luy obtenue sur les ennemys de la foy catholicque et religion crestienne en son gouvernement de Bretaigne le jour et feste du Sainct Sacremant de l’autel », le duc fonda-t-il pour 2 000 livres tournois, en avril 1590, dans l’église du couvent des frères prêcheurs de Nantes, une procession du Saint-Sacrement, une grande messe chantée et une prédication, devant être célébrées tous les premiers jeudis du mois58. C’est participant à ces cérémonies qu’il reçoit une lettre lui annonçant l’échec des troupes royalistes devant la ville angevine de Rochefort en décembre 1593 : « Ces nouvelles la luy furent fort plausibles et cheries d’un chacun, et pour ce que cela venoyt du braz du tout-puissant, sur le soir, l’on magnifia sa bonté de psalmes ordinaires en telles occurances59. »

  • 60 Traité sur la deffence d’adherer aux heretiques et excommunication des politiques. Par I. Le Bossu (...)
  • 61 Lettre d’un gentilhomme de l’armée de Monseigneur le duc de Mercœur […], op. cit., p. 15-16.

35C’est avec la bataille de Craon cependant que cet univers de signes devient évidence d’une figure providentielle, achevant un processus d’imaginaire qui en avait nourri l’attente et l’espérance. Si Le Bossu rend compte de cette bataille comme une nouvelle victoire contre les « faux Dieux » des Anglais, il signale, s’adressant à Mercœur dans son épître du 20 octobre 1592, combien « le vray et seul Dieu des Catholiques » avait « roidy vostre bras et donné courage aux vostres, et mis la pasle peur et effroy parmy vos adversaires60 ». Plus loin, il évoque « le glaive d’Hazael » et « Jehu » qui achevèrent les survivants à Ambrières, le 1er octobre. À plusieurs reprises, le duc est présenté durant la bataille se mettant en état de grâces, purifiant son âme pour recevoir le jugement de Dieu, qu’il se refuse à fuir, bien que le succès d’avoir déjà forcé l’armée redoutable des princes à lever le siège de la citadelle ligueuse puisse l’exempter de hasarder davantage sa bonne fortune61. C’est à la providence qu’il se soumet en faisant charger les siens contrairement, une nouvelle fois, aux bons conseils et prudents avis de quelques-uns de ses capitaines.

  • 62 Ibid., p. 9, 13 et 21-22. Un récit de cette bataille signale une autre forme d’impiété des assaill (...)
  • 63 L’heureuse et entiere victoire […], dédicace et f. Dii et Fii.

36L’écho avec le conseil de guerre fictif qui précéda la charge impétueuse, en octobre 1591, des forces de la Ligue contre les troupes anglaises et protestantes est ici patent : est alors jouée dans le réel une scène interprétée déjà dans les imaginaires. À Châteaubriant, Mercœur, en route pour la citadelle angevine, « se reconcilie à Dieu, et avec une grande partie des siens communia son precieux corps ». Préparant ses troupes au combat et faisant manœuvrer les Espagnols, il « fit dire la Messe sous un chesne ». Le prêtre ayant « sommairement representé la justice de la cause, et comment Dieu avoit armé leurs mains pour venger son Eglise de tant d’impietez et sacrileges, et apporter au peuple Catholique quelque soulagement de tant de calamitez » donna ensuite sa bénédiction. Le lendemain de la victoire, « imitant les Capitaines et Chefs du peuple de Dieu qui rapportoient tous les faicts de la guerre à son honneur et gloire », Mercœur fit chanter dans l’église de Laigné un Te Deum pour lui rendre grâces. L’ennemi ayant abandonné dans sa fuite éperdue ses bagages, les soldats de Mercœur y trouvèrent les « Calices, Croix, Chappes et autres ornemens et vaisseaux » que les troupes infidèles avaient pillés et volés dans les églises de la région ; sacrilèges que Dieu vengea par la main de Mercœur. Enfin, son entrée dans les cités libérées de Château-Gontier et de Laval constituèrent en des apothéoses successives où « teste descouverte [Mercœur] fut conduit par ledit Clerge, chantans Hymnes et loüanges, et avec eux les acclamations d’une infinie multitude de peuple aux eglises principales62 ». Ces particularités religieuses ne sont pas originales : précisément, elles cultivent un mimétisme délibéré qui fait participer la victoire ligueuse de Craon des grandes batailles catholiques et, plus largement, de l’épopée vétérotestamentaire du peuple de Dieu. Si Nicolas de Montreux dans son chant de victoire ajoute aux prières du duc celles, à Nantes, des dames de Joyeuse, de Martigues, de Mercœur et de Boisdauphin et qu’il salue dans la bataille les talents réunis de Camille, Cicéron, Hannibal, Alexandre, Scipion et Godefroy, il rapporte le combat livré à la geste d’Israël en évoquant la figure de Judas Macchabée, en désignant la troupe de Mercœur comme les « gendarmes de Dieu » humiliant « deux Princes superbes […], des Pans fiers comme des lions », en trouvant dans les prières des Dames l’écho de celles d’Esther et en percevant dans le peuple nantais la grande âme du dévot peuple hébreu63.

37Cet univers de la réminiscence permet alors d’imaginer la réalité d’une troupe ennemie qui, incrédule et terrifiée, doit reconnaître dans sa défaite la marque de la volonté divine comme le rapporte le récit de la bataille dans l’œuvre généalogique de Pierre Biré dont la rédaction est contemporaine de l’événement :

  • 64 P. Biré, Alliances Genealogiques de la Maison de Lorraine […], p. 269. Rédigée avant mai 1592 et a (...)

« On rapporte une chose miraculeuse en ceste victoire, d’autant que les prisonniers interrogez de la cause de leur desroute, ont hautement dict, que Dieu les avoit tellement voulu punir, qu’ils pensoient autant veoir de Ducs de Mercœur et de soldats à sa suite qu’ils rencontroient d’arbres et de buissons64. »

  • 65 « Journal de Jehan Louvet […] », art. cit., p. 259 (voir annexe).
  • 66 Journal de l’Estoile pour le règne de Henri IV, t. I, 1589-1600, Louis-Raymond Lefèvre éd., Paris, (...)

38Cet écho d’un surgissement divin et d’une métamorphose enthousiaste se prolonge dans les « stances en vers liriques » composés probablement au lendemain de la victoire par le seigneur de La Vallée, présentés comme des « Picques-mouches » demeurés manuscrits et rapportés dans le journal du ligueur angevin Jean Louvet65. Enfin la cathédrale de Nantes, pavoisée des enseignes et cornettes – dont celle du prince de Dombes – prises à l’ennemi lors de cette journée, témoignait publiquement de la gloire d’un grand serviteur de Dieu, dont l’écho fut entendu à Paris, prolongé par la célébration d’un Te Deum comme le rapporte Pierre de l’Estoile66.

39Le duc était également soucieux personnellement de publier ses victoires à travers des actions de grâces publiques, et par des fondations pieuses qui perpétuaient le souvenir de celles-ci, et inscrivaient dans le réel cet imaginaire d’un ministre de Dieu. À la fondation touchant au culte du Saint-Sacrement établie aux Jacobins de Nantes évoquée plus haut, s’ajoute l’érection d’une chapelle commémorative de la victoire de Craon dans l’église paroissiale Saint-Vincent. La destruction de cette chapelle ne permet pas de rendre compte précisément de son aspect, mais plusieurs documents nous renseignent sur sa vocation et sur son aménagement. Le texte de Pierre Biré, contemporain de cette fondation, est le plus précis, quand l’origine de cette chapelle, et les raisons du vœu ducal se perdent et se troublent dans les références postérieures. Soucieux de manifester l’évergétisme religieux de Mercœur, l’avocat du présidial de Nantes précise successivement les donations et autres fondations réalisées dans les églises paroissiales ou conventuelles nantaises. Pour l’église Saint-Vincent dont dépendait l’Hôtel de Briord où il résidait ordinairement, Mercœur fonda la chapelle de Notre-Dame de la Victoire :

  • 67 P. Biré, Alliances Genealogiques de la Maison de Lorraine […], p. 247-248.

« en laquelle tous les jours doivent estre dictes Matines de nostre Dame, Prime, Tierce, Sixte et Nonne, le tout selon le Concile de Trente, et ledit service à haute voix, prins selons les Penitens : A l’issuë de Nonne, Messe de nostre Dame à basse voix. Aux Feste de nostre Dame la Messe se doit dire à haute voix avec Diacre et Soubs diacre. Tous les Samedis procession avec grande Messe à Diacre et Soubs-diacre. Sur les trois à quatre heures du soir Vespres, Complies, et Salut à la fin à haute voix, le tout de nostre Dame, et selon le Concile, par quatre Prestres qu’il dote et entretient, avec un Doyen en forme de College Canonial67. »

  • 68 ADLA, G 56, pièce no 20.
  • 69 ADLA, G 523, délibérations du chapitre paroissial de Saint-Vincent pour les années 1697-1701, à la (...)

40La fondation existait encore en 1780 comme en témoigne le brevet de cette paroisse présenté par son recteur Louis Dubois à l’évêque de Nantes, Jean-Augustin de Fretat de Sarra lors de la visite de l’église le 23 mai de cette année. La pérennité de cette fondation est due au zèle du recteur de la paroisse, Mathurin Bizeul, qui l’a rétablie en 1693 en obtenant d’Innocent XII des bulles et indulgences pour toutes les fêtes chômées de la Vierge68. Il apparaît toutefois que, dès 1697, les difficultés du fonds de cette fondation réapparurent, nécessitant la levée sur la paroisse de plus de 5 000 livres pour perpétuer la chapellenie de Notre-Dame de Victoire69.

  • 70 ADLA, G 47, f. 61.

41Lors de la visite pastorale de 1638, la description de la chapelle est sommaire, précisant seulement qu’au « coste de l’evangile du grand autel [se trouve] un aultre autel de Nostre Dame qui est en bon estat, sur lequel est en boys eslevée une image de la vierge surnommée de victoire ». Le témoignage, en revanche, du vice-gérant de la paroisse et recteur de l’Université, Vincent Dupas, un siècle plus tard, permet d’avoir une idée plus importante de l’édifice70. En 1758, il précise ainsi les liens de Mercœur avec sa paroisse dont l’un des anciens recteurs, Yves Boulanger, fut le confesseur et le premier aumônier à partir de 1591. Dans son mémoire, il indique l’achat par Mercœur d’une partie de la cour de l’hôtel de Portrie pour faire bâtir en 1593 :

  • 71 « Mémoire relatif au séjour du duc de Mercœur […] », op. cit., p. 378-379 ; sur la qualité de cett (...)

« une chapelle sous l’invocation de Notre-Dame de Victoire, parallèle à celle qu’avait autrefois érigée Landais sous l’invocation de saint Adrien et sainte Marthe. Dans cette chapelle, il plaça le chœur qu’il fit construire à dix stalles, semées de croix de Lorraine. On voit son écusson et celui de la duchesse douairière de Martigues sur le vitrail, son nom gravé sur la cloche, les statues en tuf de saint Philippe, son patron, et de saint François d’Assise, auquel il avait une dévotion particulière, et son portrait en peinture, d’environ deux pieds de hauteur et d’un pied et demi de largeur. Il y est représenté à mi-corps cuirassé, ayant la belle écharpe rouge que lui envoya Philippe II, roi d’Espagne, en 1595, transpassée sur les épaules de droite à gauche71. »

  • 72 Nicole Lemaître, Saint Pie V, Paris, Fayard, 1994, p. 317-318 ; Poumarède Géraud, Pour en finir av (...)

42L’image du duc, réfléchie par cette fondation pieuse, se mêle à d’autres reflets, et ce miroir dévot nantais devient l’écho spectaculaire d’un prince croisé, héros d’une geste sacrée le faisant compagnon d’armes de ses ancêtres lorrains et de quelques illustres contemporains. Le vocable de la chapelle renvoie en effet immédiatement à la victoire, le 7 octobre 1571, de la Sainte-Ligue à Lépante contre la flotte du Grand Turc commandée par Ali Pacha. Placée sous la protection de Notre-Dame du Rosaire, la coalition commandée par Don Juan d’Autriche – frère de Philippe II d’Espagne – triompha des galères ottomanes. Pour célébrer ce succès catholique, Pie V institua la fête de Notre-Dame-des-Victoires que Grégoire XIII fera célébrer sous le nom de la fête du Rosaire le premier dimanche du mois d’octobre72. C’est sous ce vocable que se rangeront au siècle suivant ceux qui se voudront les champions du catholicisme comme Ferdinand II fondant une chapelle Sainte-Marie-de-la-Victoire en avril 1628 pour commémorer la victoire sur les protestants lors de la bataille de la Montagne Blanche, ou encore Louis XIII choisissant, après la soumission de La Rochelle, ce vocable en décembre 1629 pour l’église du monastère parisien des augustins déchaussés.

43Dans l’intimité des saints, auprès de la Vierge, ce portrait du duc en général d’armée scellait ainsi la figure d’un soldat de Dieu transfiguré dans cette apothéose imaginaire. La médiocrité des campagnes, comme le dérisoire des conquêtes et son impossible héroïsme, qu’une litanie littéraire s’efforçait pourtant d’occulter dans l’évidence d’un triomphe à venir s’évanouissait ici dans le silence d’une chapelle, rompu seulement par les prières et les chants. Notre recherche de l’imaginaire du duc de Mercœur s’arrête donc là, dans ce tête-à-tête qu’il avait voulu éternel avec la divinité. Au terme de cinq années de batailles imparfaites, laissant un sentiment d’inachevé, la construction de la chapelle de Notre-Dame-des-Victoires en 1593 constitua l’acmé d’un imaginaire guerrier, sublimant les contingences d’un combat incertain dans l’évidence d’un prince bienheureux favorisé de la Providence.

44À un tel manifeste répond, en avril 1602, l’oraison funèbre prononcée par François de Sales qui tisse alors non plus la trame d’un imaginable du duc, mais achève l’épopée imaginaire de son combat et de ses vies.

Annexes

Annexes

Extrait de la Triplimachie ou triple combat de l’Union, faicte par le Seigneur de la Valee, Gentil-homme de la suitte de deffunct Monseigneur le Duc de Guyse. Dediee à Monsieur de Gassion, Lieutenant de Monseigneur de Mercœur, au gouvernement des villes, Chasteau et Conté de Nantes. Multa fecisti tu Domine Deux meus mirabilia tua : et cogitationibus tuis non est qui similis sit tibi, à Paris, Par Jean Durant Imprimeur, demeurant pres les Jacobins, M.D.LXXXIX, in-16o, n.p. [20 ff.] [BnF, Arsenal, 8 BL 10846 (2)], f. Dro, v. 5-vo, v. 14 :

« A peine il avoit dict, que ce Noble Lorrain
Jette les yeux en haut, et joignant main à main
S’encline de rechef, puis feist une requeste,
O Seigneur tout-puissant, qui dardes ta tempeste,
Tantost sur les Geans, tantost sur Salmoné,
Tantost sur Lycaon, de ton dard estonné ;
Je sçay bien que tu as, tousjours mesme puissance,
Tousjours un mesme Dieu, tousjours mesme substance,
Je sçay comment aussi, tous les Madianites,
Ont esté surmontez, de tes Israëlites.
Et je n’ignore point, comment mon Godefroy,
Aux ennemis toujours a donné maint effroy :
Je sçay comment il a, par toute la Judee
Conduict heureusement, sa grand bande croisee,
Je ne suis Godefroy : mais je suis son nepveu,
Je ne suis comme luy, de vices despourveu,
Toutefois, ô Seigneur, s’il te plaist sur ma face
Faicts apparoir ce jour, les effects de ta grace.
Tu sçais que c’est le jour, que ton tres-cher Enfant
Par tes pauvres subjects, est porté triumphant :
Tu sçais que c’est le jour, que la trouppe devote
Cherist en despitant, la race huguenote :
Souvienne toy Seigneur, que mes ayeux Lorrains
Ce Jeudy Feste Dieu, par l’aide de tes mains,
Ont tué, renversé, sur la terre poudreuse,
O miracle de Dieu, la trouppe injurieuse,
Tu as mesme pouvoir, tu es le mesme Dieu,
Tu es icy present : car tu es en tout lieu :
Tu es ferme et constant, immobile, immuable,
Toujours un mesme Dieu, qui n’est point variable :
Quant à moy je fais veu, de ne manger ce jour,
Tant que mon ennemy, soit privé de sejour.
A peine il avoict dict, qu’une grande lumiere
Tesmoigna qu’on avoit, exaulcé sa priere. »

Extrait des « stances en vers liriques, appelez Picques-mouches, pour ce qu’ilz picquent ceux qui ont faict ledit siege, lesquelz s’ensuivent » (« Journal de Jehan Louvet, clerc au greffe civil du siège présidial d’Angers », Revue de l’Anjou, 1854, t. II, p. 259-269).

« […]

Chantez l’ange exterminateur
Qui, d’une puissance celleste,
Par le bras du duc de Mercœur
A mis à néant ceste peste.
Prions Dieu que bientost du reste,
Il puisse demeurer vaincqueur.
Il n’est que d’aller.

Vray Dieu ! qui eust jamais pensé
Que la cruaulté enraigée
D’un sourt et muet insensé
Eus testé si tost engaigée ?
Dieu seul sa fortune a changé
Pour sa tyrannie du passé
Il n’est que d’aller.

[…]

Lasches soldatz et vrays poltrons,
Et vous, noblesse plus poltronne,
Où sont les motz qu’en vos maisons
Vostre salle bouche bourdonne,
Contre ce grand duc qui ordonne
Qu’on ait recours aulx oraisons ?
Il n’est que d’aller.

Vrayment il faict son oraison
Pendant que tu fais du bravache
Et que tu pilles la maison
Du paisant et volle sa vache,
Ou que tu le tiens à l’attache
Pour mieulx en avoir la raison.
Il n’est que d’aller.

Son soldart se met en debvoir
De recognoistre son offence,
Et le tien de tout son pouvoir
Contre Dieu se met en deffence ;
Le fort où est ton assurance N’est qu’un moyen pour en avoir.
Il n’est que d’aller […]. »

Notes

1 Charles de Commequiers, La Ligue en Bretagne, Nantes, Imprimerie et Lithographie de Mellinet-Malassis, 1830, p. 14. Le drame familial et politique est heureusement dénoué, avant de sombrer dans l’irréversible affrontement tragique, par l’annonce de l’abjuration d’Henri IV.

2 Christian Amalvi, De l’art et la manière d’accommoder les héros de l’histoire de France : essais de mythologie nationale, de Vercingétorix à la Révolution, Paris, Albin Michel, 1988.

3 Parmi les premiers citons : Barthélemy Pocquet (Histoire de Bretagne. La Bretagne province (1515-1715), Mayenne, Joseph Floch, 1913), dans la filiation de Louis Grégoire (La Ligue en Bretagne, Paris-Nantes, J.-B. Dumoulin-And Géraud et Cie, 1856) et de Charles Dugast-Matifeux (« Mémoire relatif au séjour du duc de Mercœur à Nantes rédigé par Vincent Dupas en 1758, et publié par M. Dugast-Matifeux », Annales de la Société académique de Nantes, 1853, p. 366-381). Dans les seconds, relevons l’abbé Favé (Le dernier des ligueurs. Essai critique sur Philippe-Emmanuel de Lorraine, duc de Mercœur, Brest, Typ. Lith. F. Halégouet, 1882). Signalons enfin le propos plus mesuré de F. Joüon Des Longrais (Le duc de Mercœur d’après des documents inédits, Saint-Brieuc, Imprimerie-Lithographie René Prud’Homme, 1895).

4 Christian Jouhaud et Alain Viala éd., De la publication. Entre Renaissance et Lumières, Paris, Fayard, 2002, p. 11-12.

5 Évoquons néanmoins la fameuse « plaque de La Cornuaille », dédicace d’une fortification nantaise inaugurée en 1593 (Thierry Buron, « La plaque de La Cornuaille. Un témoignage partisan du duc de Mercœur sur les guerres de religion », Archives d’Anjou. Mélanges d’histoire et d’archéologie angevines, 1997, no 1, p. 25-29), les épithètes flatteuses dont sa cour l’honorait (voir en particulier l’œuvre du seigneur de La Vallée du Maine) ou encore, entre diverses autres pièces reconnaissant la libéralité ducale, la dédicace de deux ouvrages du redouté prédicateur Le Bossu en juillet 1589 (Deux devis d’un catholique et d’un politique, sur l’exhortation faicte au peuple de Nantes, en la grande Eglise de sainct Pierre, pour jurer l’Union des Catholiques, le huictiesme jour de Juin, mil cinq cens quatre vingts et neuf…, À Nantes, Par Nicolas des Marestz et François Faverye Imprimeurs, demeurans pres le carrefour sainct Nicolas, 1589, in-4o, 3 parties en un volume [Bibliothèque municipale de Nantes [BMN] Patrimoine 100381R]) et octobre 1592 (Traité sur la deffence d’adherer aux heretiques et excommunication des politiques. Par I. Le Bossu, Religieux à sainct Denys en France, et Docteur en Theologie en la Faculté de Paris. La Table des Chapitres est à la fin, A Nantes, Par Nicolas des Marestz et François Faverye Imprimeurs, 1592, in-8o, 117 p. [Nantes, musée Dobrée, no 677]).

6 Anne-Marie Cocula, « Des héros sans gloire. Les grands capitaines des guerres de religion vus par Brantôme », Nouvelle Revue du Seizième Siècle, 1994, no 12/1, p. 79-90.

7 Discours au vray de la victoire obtenuë par Monsieur le Duc de Mercœur contre le grand Arcenat Abariste, chef de l’armee Turquesque, le XX. Septembre 1600. Avec les faicts admirables de la fille dudict chef, pour vanger la mort de son pere tué en la battaille, laquelle estant prisonniere s’est renduë Chrestienne, À Angers, Par Jean Hernault, Imprimeur ordinaire du Roy, 1600. Jouxte la coppie imprimee à Grenoble par Jacques Michel, in-8o, 14 p., p. 4 (Nantes, musée Dobrée, no 720).

8 Philippe Desan, L’imaginaire économique de la Renaissance, Mont-de-Marsan, Éditions InterUniversitaires, 1993, p. 8.

9 A.-M. Lecoq, François Ier imaginaire. Symbolique et politique à l’aube de la Renaissance française, Paris, Macula, 1987, p. 15-16.

10 Pour le détail de ces péripéties belliqueuses, voir les historiens cités n. 4 et la récente synthèse de J. Cornette, Histoire de la Bretagne et des Bretons, t. I, Paris, Éditions du Seuil, 2005, p. 469-520.

11 G. Saupin, Nantes au temps de l’Édit, La Crèche, Geste éditions, 1998, p. 193.

12 La réduction de la duché de Bretagne à l’union des villes catholiques par Monseigneur le duc de Mercœur : Avec une lettre d’un bourgeois de la ville de Hannebon en Bretagne, touchant la réduction dudit pays, Paris, chez Michel Joüin, ruë Sainct Jacques, à la Souche, avec privilege, 1589, in-8o, 122 p. [BnF, Rés. Lb34 690].

13 Ibid., p. 2 et 4.

14 La Delivrance admirable de la ville de Rennes en Bretaigne d’entre les mains des Politiques et heretiques, selon les lettres missives de ce dernier voyage, du 14 Mars, à Lyon, par Jean Pillehotte, 1589, in-8o, 8 p. [Bibliothèque municipale de Lyon [BML], Rés. 314652], p. 8. Il existe une autre édition avec le même titre, à Paris, chez Guillaume Chaudiere, ruë S. Jaques, avec permission, 1589, in-8o, 8 p. [BnF, Lb34 695].

15 Discours veritable de la prise du Comte de Soissons, auec la deffaicte de ses trouppes et celles de Lavardin. Par Monseigneur le Duc de Mercueur, à Paris, chez Nicolas Nivelle, ruë S. Jaques, aux deux Colonnes, et Rolin Thierry, ruë des Anglois, près la place Maubert, Libraire et Imprimeur de la saincte Union, avec privilege, 1589, in-8o, 16 p. [BMN, Patrimoine, 211105/C 64R], p. 4 et p. 13. Il existe une autre édition, à Troyes, par Nicolas Girardon, en la Ruë nostre Dame. Jouxte la Coppie Imprimée à Paris, avec permission, 1589, in-8o, 16 p. [BnF, Rés. Lb34 774A].

16 Ibid., p. 15-16.

17 « Provision du gouvernement de Bretagne pour le prince de Dombes », datée de Tours, le 7 juin 1589, publiée par Dom Morice, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, t. III, Paris, Éditions du Palais Royal, 1974 (1746), p. 1499.

18 Discours de ce qui s’est passe au pays de Bretaigne, le Maine et Anjou, à Paris, chez Pierre Ramier, ruë S. Jean de Latran, à l’enseigne du Serpent, 1589, in-8o, 6 p. [BnF, Microfiche Lb35 117], p. 4. Il existe une autre version de ce texte avec un titre différent, Briefz discours de ce qui s’est passé au pays de Bretaigne, le Maine et Anjou, à Lyon, par Jean Patrasson, 1589, in-8o, 13 p. [BML, Rés. 314660].

19 La Trompette du Catholique, faicte par le Seigneur de la Vallée du Maine, Gentil-homme de la suitte de deffunct Monseigneur le Duc de Guyse, Pair, et Grand Maistre de France, à Paris, par Loys Tierry imprimeur, demeurant près la porte Sainct Victor, 1589, in-8o, n.p. [21 p.] [BnF, Ye 54969] et la Triplimachie ou triple combat de l’Union, faicte par le Seigneur de la Valee, Gentil-homme de la suitte de deffunct Monseigneur le Duc de Guyse. Dediee à Monsieur de Gassion, Lieutenant de Monseigneur de Mercœur, au gouvernement des villes, Chasteau et Conté de Nantes. Multa fecisti tu Domine Deux meus mirabilia tua : et cogitationibus tuis non est qui similis sit tibi, à Paris, Par Jean Durant Imprimeur, demeurant pres les Jacobins, M.D.LXXXIX, in-16o, n.p. [20 ff.] [BnF, Arsenal, 8 BL 10846 (2)].

20 Discours de la deffaicte de l’armee du Prince de Dombes. Avec le nom des Villes, et Chasteaux prins sur les Heretiques en Bretagne par Monseigneur le Duc de Mercure, à Lyon, par Loys Tantillon, 1590, in-8o, 13 p. [BML, Rés. 314778] ; Deffaicte de l’armee du Prince de Dombes au pays et Duché de Bretaigne : Par Monseigneur le Duc de Mercueur, à Lyon, par Jean Pillehotte Libraire de la saincte Union, Avec privilege de Monseigneur le Duc de Mayenne, 1590, in-8o, 14 p. [BMN, Patrimoine 211111/C5 64R]. Il existe une autre édition, à Paris, chez Nicolas Nivelle, ruë S. Jaques, aux deux Colonnes, et Rolin Thierry, ruë des Anglois, près la place Maubert, Libraire et Imprimeur de la Saincte Union, avec privilege, 1589, in-8o, 15 p. [BnF, Rés. Lb34 786].

21 Le Zele bruslant des catholiques, faict par le Seigneur de la Valee du Maine. Dedié à Monseigneur le Duc de Mercœur et de Peinthievre, Pair de France, Prince du Sainct Empire et de Martigues, Gouverneur de Bretagne, in-16o, 1590, n.p. [30 feuillets] [BnF, Arsenal 8 BL 10846 (3)].

22 Deffaicte de l’armee du Prince de Dombes […], op. cit., p. 13.

23 Advis de la deffaicte des Anglois et autres hérétiques venuz en Bretaigne, pour le Roy de Navarre, près Chasteau-bourg, par Monseigneur le Duc de Mercure, à Lyon, par Louys Tantillon, 1591, avec permission, in-8o, 15 p. [BMN, Patrimoine 211108/C564R] ; Les plaintes du peuple de Bretagne addressées à Monseigneur le Duc de Mercœur, s.l., 1591, in-8o, 47 p. [BnF, Rés. Lb35 1350], p. 47.

24 Pour cette bataille, outre les historiens cités précédemment, Michel Lemesle, En Anjou, la bataille de Craon, 23 mai 1592, Mayenne, Éditions Régionales de l’Ouest, 2004, 128 p.

25 « Nous esperons que Dieu par sa bonté aura pitié de son peuple, et ne soufrira que les Catholiques soient en derision à l’endroit des heretiques, ausquels il fera ressentir la peine de leur temerité, dont l’exécution n’est retardée, sinon par noz pechez. En cest endroit, Monsieur, je prie Dieu que bien tost il luy plaise donner fin à noz malheurs par une continuation de victoires, vous baisant les mains », Discours Veritable de la Defaite de l’armee des Princes de Conty, et de Dombes, le 23. May, 1592. Par Monseigneur le Duc de Mercueur deuant la ville de Craon, en Anjou, à Paris, chez Guillaume Bichon, ruë S. Jaques, au Bichot, et chez Rolin Thierry, ruë S. Jaques, au Lis Blanc, Imprimeurs de la Saincte Union, avec privilege, 1592, in-8o, 19 p. [BnF, Rés. Lb35 416], p. 19.

26 Lettre d’un gentilhomme de l’armée de Monseigneur le duc de Mercœur et de Penthievre, pair de France, Prince du sainct Empire et de Martigues, Gouverneur de Bretagne, envoyée à un sien ami. Jouxte la copie imprimée à Nantes. Elle a esté apportée le 15e d’Aoust par le sieur du Vivier, gentil-homme de Monseigneur le Duc de Mercœur, et Capitaine commandant à une compagnie de cheveaux legers lequel a assisté à la bataille, à Paris, chez Guillaume Chaudière, ruë S. Jaques, à l’enseigne du Temps et de l’Homme Sauvage, et chez Rolin Thierry, ruë S. Jaques, au Lis Blanc, Imprimeur de la saincte Union, avec privilege, 1592, in-8o, 23 p. [BnF, Lb35 418], p. 15-16 et p. 20-21. Ce texte peut avoir été écrit par l’avocat du roi au présidial ligueur de Nantes, Pierre Biré.

27 L’heureuse et entiere victoire, obtenuë sur les ennemis de Dieu à Cran, par le grand, victorieux, et Catholique Prince, Philippes Emanuel de Lorraine, duc de Mercœur et de Peinthievre, Pair de France, Prince du sainct Empire et de Martigues, Gouverneur et Lieutenant General au Duché de Bretagne, à Nantes, par Nicolas des Marestz et François Faverye Imprimeurs, 1592, in-8o, 74 p. [BnF Rés. p Ye 272], p. Cii-Ciii.

28 Original des troubles de ce temps. Discourant briefvement des Princes plus Illustres de la tres-ancienne et tres-illustre famille de Luxembourg, et de leurs alliances genealogiques, et principalement de Charles et Sebastien, freres germains, et Princes de Martigues, et des guerres où ils se sont trouvez, tant dedans que dehors le Royaume de France. Recueilly de plusieurs et divers livres, et particulierement des memoires de Escuyer M. Hugues de Gassion Chevalier, qui a servy les Roys Charles 9. et Henry troisiesme, tant en estat de Maistre d’Hostel, que de Gentil-homme servant, et estant à present l’un des plus vieux Capitaines de France, à Nantes, par Nicolas de Maretz et François Faverye Imprimeurs, 1592, in-4o, 336 p. [BnF, Arsenal, 4 H 2892].

29 Alliances Genealogiques de la Maison de Lorraine, illustrees Des faits et gestes des Princes d’icelle. Ensemble De ceux de Bar Vaudemont, Luxembourg, Louvain, Haynault, Mosellane, Boulongne, et autres. Et le sommaire des Guerres qui ont esté en France, depuis l’an 1560 jusques en l’an 1593 Par Pierre Biré, Advocat du Roy au siege Presidial de Nantes, à Nantes, par Nicolas des Marestz et François Faverye Imprimeurs, 1593, 347 p. et 134 p. [BMN, 54854R].

30 Les Conquestes de Monseigneur le Duc de Mercueur et de l’heureux succez du siege de Rochefort en Anjou. Auec annotations sur la prinse de Scelles en Berry, s.l., imprimé nouvellement, 1593, n.p. [62 p.], in-8o [BnF, Rés. Lb35 425].

31 Advis de la deffaicte des Anglois et autres hérétiques […], op. cit.

32 Ibid., p. 12-13.

33 Ibid., p. 8.

34 Ibid., p. 10-11.

35 Ibid., p. 12-13.

36 Sur cet antagonisme, voir notamment Dominique Philippe, « Guerre et images de guerre dans la chronique bretonne au XIVe siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 1998, t. CV, no 1, p. 35-51. Dans ses mémoires, le chanoine ligueur Moreau témoigne de cette haine farouche éprouvée généralement par les Bretons pour les Anglais « pour être les anciens ennemis du pays » (Mémoires du chanoine Jean Moreau sur les guerres de la Ligue en Bretagne, Henri Waquet (éd.), Quimper, Archives du Finistère, 1960, p. 106). Enfin, dans une chanson contemporaine, composée par les paysans de Cornouaille rejoignant les troupes de Mercœur en marche pour Craon, ceux-ci se présentent comme les « soldats du pays, les soldats unis pour défendre la vraie foi contre les huguenots, pour défendre la basse Bretagne contre les Anglais et les Français » (Théodore Hersat de La Villemarqué, Le Barzaz Breiz. Chants populaires de la Bretagne recueillis, traduits et annotés, Paris, François Maspéro, 1981 (1867), p. 283).

37 L. Grégoire, op. cit., p. 50.

38 B. Pocquet, op. cit., p. 208.

39 Discours de la deffaicte de l’armee du Prince de Dombes […], op. cit.

40 Ibid., p. 5-6.

41 Ibid., p. 11.

42 Ibid., p. 13.

43 B. Pocquet, op. cit., p. 172.

44 Daniel J. Boorstin, L’image, Paris, Union Générale d’Éditions, 1971 (1962), p. 30.

45 Ibid., p. 31-32.

46 John Austin, Quand dire c’est faire, Paris, Seuil, 1970 (1962). Aux diverses fonctions traditionnellement reconnues du langage – informative, expressive, conative, phatique, poétique, discursive et métalinguistique – il propose d’en ajouter une supplémentaire pour désigner des énoncés qui sont en eux-mêmes les actes en question, et non l’affirmation de ces derniers, ou leur description.

47 C. Jouhaud, Mazarinades : la Fronde des mots, Paris, Aubier, 1985, p. 32 et p. 237-238. En raison de la spécificité de ce corpus, « le but n’est plus d’exposer et de commenter ce qu’a transmis un auteur à travers une écriture, mais ce que fait cette écriture, quelle fonction et quels effets elle a » (p. 39).

48 Ibid., p. 81.

49 Michel de Montaigne, Essais, éd. André Tournon, t. I, Paris, Imprimerie Nationale, 1998, I, 21, p. 180.

50 Ibid., p. 193.

51 P. Desan, op. cit., p. 7.

52 D. Crouzet, « La représentation du temps à l’époque de la Ligue », Revue historique, no 548 (oct.- déc. 1983), p. 297-388 ; David El Kenz, « Du temps de Dieu au temps du Roi. L’avenir dans les placards ligueurs et anti-ligueurs (1589-1595) », Matériaux pour l’histoire de notre temps, nos 21-22 (1990), p. 3-11.

53 Sur ce travail poétique, voir la contribution de Jean Vignes, « Le Poète et la guerre (autour de la prise de Calais, 1558) », dans Jean Céard, Marie-Christine Gomez-Géraud, Michel Magnien et François Rouget, éd., Cité des hommes, cité de Dieu. Travaux sur la littérature de la Renaissance en l’honneur de Daniel Ménager, Genève, Droz, 2003, p. 207-218. « La poésie est l’instrument par excellence de cette métamorphose exaltante, de cette sacralisation qui convertit la guerre en épopée, le courage en héroïsme, le hasard d’un succès en révélation d’un destin national. Le rôle du poète consiste donc à inscrire l’événement et ses acteurs dans un système de références qui révélera leur dimension héroïque, voire sacrée. C’est là qu’intervient l’indispensable savoir-faire rhétorique qui innerve cette poésie de célébration : allégorie et personnification, métaphore et comparaison sont autant de moyens de transposer l’événement dans un espace et une temporalité mythiques, l’exactitude historique dût-elle en pâtir, et l’irréductible singularité des circonstances s’en trouver parfois brouillée » (p. 210). Pour sa part, Alain Cullière évoque la « mythification du duc de Mercœur » à travers différentes pièces poétiques publiées avant puis après son activité ligueuse (Les écrivains et le pouvoir en Lorraine au XVIe siècle, Paris, Honoré Champion, 1999, p. 328).

54 « De sorte que cette journée se doit nommer plutôt une déroute qu’une bataille » (Histoire particulière de la Ligue en Bretagne. Tome premier, [par Rosnyvinen de Piré et révisée par l’abbé Desfontaines] A Paris, Chez Rollin fils, Libraire, Quai des Augustins, à S. Athanase et au Palmier, M.DCC.XXXIX., Avec approbation et privilège du Roy, in-12o, 438 p. [BMN, 48323A], p. 333). Sur la bataille comme ordalie et théophanie, voir Georges Duby, Le dimanche de Bouvines. 27 juillet 1214, Paris, Gallimard, 2005 [1973] et Olivier Chaline, La bataille de la Montagne Blanche (8 novembre 1620). Un mystique chez les guerriers, Paris, Éditions Noesis, 1999.

55 Sur les erreurs du commandement en chef, voir notamment l’Histoire universelle de Jacques-Auguste De Thou, depuis 1543 jusqu’en 1607, traduite sur l’édition latine de Londres, s.n., Londres, 1734, t. XI, p. 517-521, p. 519. Sur les violences provoquées par les troupes des princes de Dombes et Conti, voir le témoignage du « Journal de Jehan Louvet, clerc au greffe civil du siège présidial d’Angers », Revue de l’Anjou, 1854, t. II, p. 191-192.

56 Triplimachie ou triple combat de l’Union […], op. cit. (voir annexe).

57 Chant de triumphe, faict par un certain Nantois, sur l’heureuse victoire de Monseigneur le Duc de Mercœur, Gouverneur de Bretagne, et Pair de France, Au Mans, Pour Jean de la Roze Libraire, M.D.LXXXIX, in-16o, n.p. [8 feuillets] [BnF, Arsenal, 8 BL 10846 (4)].

58 Archives départementales de Loire-Atlantique [ADLA], H 303, fondation datée du 28 avril 1590, passée devant les notaires nantais Cocquet et Mesnard, entre le duc de Mercœur, le sous-prieur et le procureur du couvent des Jacobins. Sur cette fondation, voir également P. Biré, Alliances Genealogiques de la Maison de Lorraine […], op. cit., p. 247. La publicité donnée à l’événement dépasse le cadre nantais comme en témoigne le « Bref du Pape par lequel la Requeste du Duc de Mercœur, et en consideration de la Victoire par le dit Duc, gagnée sur les heretiques le jour de la feste du St-Sacrement il accorde indulgence pleniere a tous ceux qui confesser et communier visiteront le dit jour tous les premiers jeudis des mois la Chapelle bastie par le dit Duc aux Dominiquins de Nantes en consideration de la dite Victoire, […], in memoriam insignis victoria in die festinatis Corporis Christi contre hæreticos fidi catholicæ hostes per eum obtenta » [BnF, ms. fds. frçs. 18704, f. 14].

59 Les Conquestes de Monseigneur le Duc de Mercueur […], op. cit., p. 31-32.

60 Traité sur la deffence d’adherer aux heretiques et excommunication des politiques. Par I. Le Bossu, Religieux à sainct Denys en France, et Docteur en Theologie en la Faculté de Paris. La Table des Chapitres est à la fin, À Nantes, Par Nicolas des Marestz et François Faverye Imprimeurs, 1592, in-8o, 117 p. [Nantes, musée Dobrée, no 677].

61 Lettre d’un gentilhomme de l’armée de Monseigneur le duc de Mercœur […], op. cit., p. 15-16.

62 Ibid., p. 9, 13 et 21-22. Un récit de cette bataille signale une autre forme d’impiété des assaillants royalistes qui bombardèrent la cité assiégée « les veille, jour, et lendemain de la feste de la Pentecoste » (Discours Veritable de la Defaite de l’armee des Princes […], op. cit., p. 11).

63 L’heureuse et entiere victoire […], dédicace et f. Dii et Fii.

64 P. Biré, Alliances Genealogiques de la Maison de Lorraine […], p. 269. Rédigée avant mai 1592 et achevée à la fin de 1593, son œuvre évoque à deux reprises cette bataille. Si à la fin de la préface, il prie « Dieu d’assister tellement Monseigneur le Duc de Mercœur, qu’il puisse avec une belle victoire, faire lever le siege de devant la ville de Craon, à la ruine et confusion entiere de tous les heretiques et leurs fauteurs. Ainsi soit-il », le développement de son texte fait état de la victoire et donc de la réalisation de la prière initiale, entraînant alors l’auteur comme le lecteur dans l’efficace de la prière et de la dévotion.

65 « Journal de Jehan Louvet […] », art. cit., p. 259 (voir annexe).

66 Journal de l’Estoile pour le règne de Henri IV, t. I, 1589-1600, Louis-Raymond Lefèvre éd., Paris, 1948, p. 172.

67 P. Biré, Alliances Genealogiques de la Maison de Lorraine […], p. 247-248.

68 ADLA, G 56, pièce no 20.

69 ADLA, G 523, délibérations du chapitre paroissial de Saint-Vincent pour les années 1697-1701, à la date du 6 janvier 1697. Une situation similaire avait été signalée à l’évêque Gabriel de Beauveau, lors sa visite des églises de la ville les 27-30 avril 1638 (ADLA, G 47, f. 59vo). Sur l’histoire de cette fondation, voir également ADLA G 521, « chapellenie de Notre-Dame de Victoire fondée par le duc de Mercœur, 1686-1697 ». De la fondation initiale, ne demeurait plus au XVIIIe siècle qu’un service hebdomadaire réduit aux vêpres et complies de la Vierge.

70 ADLA, G 47, f. 61.

71 « Mémoire relatif au séjour du duc de Mercœur […] », op. cit., p. 378-379 ; sur la qualité de cette écharpe, Denise Turrel, Le Blanc de France. La construction des signes identitaires pendant les guerres de religion (1562-1629), Genève, Droz, 2005.

72 Nicole Lemaître, Saint Pie V, Paris, Fayard, 1994, p. 317-318 ; Poumarède Géraud, Pour en finir avec la Croisade : mythes et réalités de la lutte contre les Turcs aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, PUF, 2004.

Auteur

Maître de conférences en histoire moderne à l’université de Nantes. Ses travaux portent principalement sur les pouvoirs urbains de la France des XVIe et XVIIe siècles ainsi que sur les imaginaires politiques, nobiliaires et royaux, de la France moderne. La nature et les usages de l’autorité, de la représentation et de la publicité de la puissance politique, explorés notamment au niveau des images royales et examinés ponctuellement dans les pratiques de l’ambassadeur français à Rome au début du XVIIe siècle, sont au cœur de ses recherches récentes.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540