Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le duc de Mercœur

 | 
Emmanuel Buron
, 
Bruno Méniel

Deuxième partie. Les relations du duc de Mercœur avec les artistes et les écrivains

« Jeune Achille François ô grand Duc de Mercœur. Mecœne d’Helicon et martial vainqueur » : Jean de Boyssières en quête de protecteurs

Denis Bjaï

Texte intégral

  • 1 « De l’épopée nationale à l’Histoire Auvergnate : Ronsard et Jean de Boyssières », in Nouvelle Rev (...)

1Jean de Boyssières encore ! Je suis un peu gêné de revenir une nouvelle fois sur ce poète mineur du XVIe siècle, auquel j’ai déjà consacré trois études1. Mais la faute en incombe à Bruno Méniel, le co-organisateur de nos journées d’études rennaises, qui m’a lui-même soufflé le sujet de cette communication.

  • 2 Il faut corriger pour le titre E. Picot (suivi par Cioranescu), qui donne Sonnets sur les nom et p (...)
  • 3 Vente Veinant, 2e partie, 1863, no 311 (M. Simonin donne par erreur no 231, dans l’éd. crit. de Du (...)
  • 4 Éd. Rigoley de Juvigny, IV, 355. Les Sonnets, mince plaquette parue chez un « libraire famélique » (...)
  • 5 Paris, Jérôme de Marnef et veuve de Guillaume Cavellat, 1585 [ach. d’imprimer du 20-XI-1584], p. 7 (...)

2Petit rappel d’histoire littéraire : Boyssières est ce poète auvergnat, né à Montferrand en 1555, qui fait paraître coup sur coup en 1578-1579 ses Premieres œuvres amoureuses, ses Secondes œuvres poetiques et ses Troisiesmes œuvres avant de publier encore une traduction en vers des premiers chants du Roland furieux (1580) et le début d’une Croisade épique (1584). On perd sa trace après 1585, année où paraissent chez le libraire parisien Laurent du Coudret ses Sonnets sur la mort et la passion de Jesus-Christ2, dont un exemplaire est passé en vente publique au XIXe siècle3 sans réapparaître depuis. Disparition fâcheuse pour qui cherche à cerner de près le réseau des relations littéraires nouées par le Montferrandin, comme l’est plus encore celle d’un recueil de « quelques Œuvres spirituelles, partie en prose, partie en vers, imprimées à Lyon in-16 par Th. Ancelin », signalé par Du Verdier dans sa Bibliothèque4 et daté par Brunet de 1582 (Manuel du libraire, Supplément, I, 167). C’est l’ouvrage que Pantaléon Thévenin, à la fin de son commentaire sur La Sepmaine de Du Bartas, désigne deux ans plus tard comme les Œuvres saintes de Jean de Boyssières et dont il reproduit la « Paraphrase du Benedicite des trois enfans jettez en la fournaise », d’après le troisième chapitre de Daniel5.

  • 6 Genève, Droz, 2004, p. 189-193.
  • 7 Trajectoire bien mise en lumière par A. Cullière (Les écrivains et le pouvoir en Lorraine au XVIe (...)
  • 8 « Sur tous il estimoit nostre grand Ronsard pour les Poëtes, Guichardin pour les Historiens, Seneq (...)
  • 9 « Le poète Olénix du Mont-Sacré bibliothécaire du duc de Mercœur (1561-1610) », in Bulletin du bib (...)
  • 10 Voir la communication d’E. Buron.

3Boyssières a-t-il entre-temps gravité dans l’entourage du duc de Mercœur ? C’est ce que laissent à penser, sur la foi de Picot, la notice de Roman d’Amat dans le Dictionnaire de biographie française (t. VII, p. 119) et celle de Marie-Madeleine Fontaine dans le Dictionnaire des littératures de langue française (t. I, p. 318) : « Après des études de droit en Italie, il revient en France, puis abandonne la jurisprudence pour se consacrer entièrement à la poésie dans la maison du duc de Mercœur, qui lui servira d’asile jusqu’à la fin de sa vie. » Bruno Méniel, dans sa Renaissance de l’épopée, leur emboîte le pas en rattachant Boyssières, avec Montreux, aux auteurs catholiques évoluant dans l’entourage de Mercœur6. Mais celui-ci n’est encore, à la fin des années 1570, qu’un tout jeune homme, bien qu’il se soit illustré au combat et que le mariage inespéré d’Henri III avec sa demi-sœur Louise de Lorraine lui promette une ascension brillante, amorcée par sa propre union avec Marie de Luxembourg7 ; peu de chose à voir cependant avec le puissant gouverneur de Bretagne des décennies suivantes, solidement implanté dans sa capitale nantaise, amateur de belles-lettres8 et étendant sa protection à tout un cercle d’écrivains et de savants. Jules Mathorez, l’un des rares historiens à s’être intéressé à cette petite cour, mentionne bien Boyssières pour sa dédicace à Mercœur des Troisiesmes œuvres9, mais il ne retient, parmi les poètes du duc dont les œuvres nous soient parvenues, que Julien Guesdon et Nicolas de Montreux10.

  • 11 Papire Masson conclut son éloge latin de Mercœur sur l’indication : « a Mercorio Aruernorum in Gal (...)

4Il importe donc de revenir aux textes et de juger sur pièces quels ont été exactement les rapports de Boyssières avec Mercœur, au-delà de l’affinité naturelle d’un poète montferrandin pour un prince lorrain héritier de terres auvergnates que Charles IX avait érigées en duché-pairie11. Les premieres œuvres amoureuses de 1578 sont dédiées, non à Mercœur, mais « A Monsieur, Duc d’Anjou, fils de France, et frere unique du Roy », en un temps où, encore auréolé de la paix portant son nom et de ses récentes victoires en Berry et en Auvergne, ce prince voit graviter autour de lui toute une cohorte de poètes, comme Le Fèvre de La Boderie, La Gessée, Hesteau de Nuysement. Aussi le canzoniere chantant les beautés de Silvie s’ouvret-il sur un portrait avec quatrain de François d’Anjou, Hercules Gallicus, et sur une série de pièces patriotiques : une élégie « Sur la paix en France », de retour grâce aux bons soins du duc, plusieurs sonnets « Sur ses faits », « Sur ses vertus », sur « Son advenement en Auvergne », deux autres sonnets et des stances sur la prise d’Issoire, avant une ode et un dernier sonnet, opportunément troussés, à la louange de la libéralité. Appels du pied restés sans effet ? Le recueil suivant, des Secondes œuvres, choisit de ratisser plus large puisqu’il est offert « Aux Princes de l’illustre sang de France ». Il s’agit à nouveau de Monsieur, qui reçoit l’hommage des mêmes vers augmentés de pièces nouvelles, entre autres une longue imitation d’Ovide (« La complainte de la Terre, brulée par Phaeton, fils de Phœbus »), le tout précédé d’un liminaire flatteur de Ronsard :

  • 12 Reproduit dans les Œuvres complètes de Ronsard, éd. Laumonier, Paris, STFM, 1914-1975, t. XVIII-2, (...)

« Virgile, pour essay chanta sa Bucolique,
Puis le Troyen Ænée : Ainsi premierement,
Boyssieres, a chanté son Amoureux tourment,
Et ores son Hercull’ d’un lon vers Heroïque12. »

  • 13 Discours à ajouter au corpus des pièces que nous avons étudiées dans « La déploration des mignons (...)
  • 14 Sur la question de la filiation par la maison d’Alsace ou celle de Boulogne, voir A. Cullière, op. (...)
  • 15 Christophe de Bassompierre, colonel de reîtres (le père du maréchal, auteur des Mémoires), auprès (...)

5Puis le Montferrandin se tourne vers le roi et la reine, d’une part pour adresser à Henri III un « Discours et remonstrance en forme de reconfort », consécutif au duel des Mignons13, et un échantillon de ses Sept ages de l’homme, d’autre part pour proposer à Louise de Lorraine de chanter la geste de son ancêtre Godefroy de Bouillon14. Vient le tour d’Henri de Guise, destinataire d’un ample discours pour nous riche d’informations (f. 33ro-34vo). Boyssières, sous les ordres de Tristan de Rostaing, aurait été présent trois ans plus tôt sur le champ de bataille de Dormans (où le duc reçut sa célèbre balafre), avant de servir parmi les mercenaires allemands commandés par Bassompierre15 ; et il aurait également suivi les opérations de la sixième guerre :

« Celuy qui audevant de ta guerriere tente
Des vers te presenta, cest œuvre te presente,
Lors du siege d’ Yssoire, […]
Celuy, qui s’essaya (hardy d’un jeune stile)
De peindre le combat de Cignus et d’Achille […] (f. 33ro). »

6Il s’agit sans doute d’une nouvelle imitation d’Ovide (Mét., XII, 64-145) que Boyssières juge opportun de remettre en mémoire au prince, « Grand Achille gaulois, bel honneur de la France », comme échantillon de talents épiques qu’il s’offre à mettre au service du vainqueur de Dormans et d’Issoire.

  • 16 Souligné par A. Cioranescu : « avant de reproduire l’exposition de l’original, il commence par une (...)

7Le « Second livre » des Secondes œuvres s’ouvre sur une réécriture du premier chant du Roland furieux, dont le dédicataire va retenir notre attention puisqu’il s’agit, enfin, du duc de Mercœur. Comme Boyssières choisit d’adapter à sa façon le préambule de l’Arioste16, on s’attendrait qu’il substituât à la figure tutélaire d’Hippolyte d’Este celle de son nouveau mécène ; mais en ses lieu et place l’invocation célèbre et divinise Silvie, la maîtresse chantée dans le recueil précédent. Une place somme toute bien modeste est consentie à Mercœur, destinataire du mince quatrain d’envoi qui clôt les trente-huit pages de l’imitation [Appendice, no 1] :

« Prince, s’il vous est agreable,
Que je chemine plus avant,
Rendés mon cerveau plus sçavant,
De vostre Pastolide [sic] sable (f. 63vo). »

8Sable aurifère du Pactole, que le duc est invité à prodiguer à son poète au vu de cet échantillon de l’œuvre projetée. L’entreprise de séduction se déploie surtout dans la pièce suivante, un ample « Discours à Mgr le Duc de Mercœur, sur le siege et prinse d’Issoire » [Appendice, no 2], en cent vingt-six alexandrins. Boyssières y clame bruyamment sa volonté de changer d’inspiration, de troquer le hautbois de la veine amoureuse pour la trompette martiale de la poésie guerrière. Dans un développement plein d’énergie (v. 24-46) il cherche à recréer l’ardeur des combats, en mobilisant le lexique technique de l’escrime (v. 36) et du génie (v. 39-40) et en convoquant à nouveau les figures ariostesques de Roland et de Rodomont (v. 38). Le poète-soldat éprouve lui-même la contagion de l’ivresse guerrière (v. 46-56), mais il est bien davantage aiguillonné par le désir de chanter les hauts faits du prince,

« Jeune Achille François ô grand Duc de Mercœur
Mecœne d’Helicon et martial vainqueur
Esperance d’Auvergne et le reconfort d’Ardes,
Qui aux plus grands perilz des batailles t’hasardes (f. 65ro). »

  • 17 Oraison funèbre du duc de Mercœur, in Œuvres, Éd. des religieuses d’Annecy, 1892-1911, t. VII, p.  (...)

9Il est vrai que suivant S. François de Sales, dans son oraison funèbre de 1602, Mercœur s’illustra non seulement à Dormans, Brouage, La Fère, mais « mesme au siege d’Issoire, où commandant à l’une des batteries, il donna un signe tres-certain de sa grandeur future en la profession des armes »17. Ce que confirme un texte d’époque, les Cinquante quatrains faicts sur la deploration de la prinse et ruyne de la ville d’Yssoire, dont l’auteur anonyme fait parler directement la cité martyre :

  • 18 Lyon, Benoist Rigaud, 1577 [fac-sim. Picot, Paris, Société des bibliophiles, 1913], sig. A3 vo. Ma (...)

« Tost apres vint camper ce grand Duc de Mercure,
Ayant six gros canons à son commandement,
Qui firent si grand bresche, et si grande ouverture
Que l’on entra chez moi beaucoup plus aisement18. »

  • 19 Le Dictionnaire des lettres françaises. XVIe siècle (rééd. 2001), s.v. « La Bourdaisière », ne sig (...)
  • 20 OC, éd. Balmas, Paris, Gallimard, 1965-1968, t. I, p. 157-158.
  • 21 Registre-journal du règne de Henri III, éd. M. Lazard et G. Schrenck, Genève, Droz, 1992-2003, t.  (...)
  • 22 Conflit entre un protégé d’Anjou et un mignon d’Henri III, réglé pacifiquement par l’entremise de (...)
  • 23 Bibliothèque françoise, t. XIII, p. 411-412. Sur ce recueil de méditations en vers, voir M. Jeanne (...)

10D’où sans doute l’accent mis par Boyssières sur les effets dévastateurs de l’artillerie (v. 27-28 et 50-51), jusqu’au martèlement sonore des vers 89-90 : « Escoute en cest ærain l’ærain sonner l’ærain / De l’ærain foudroyant ». Le poète ne perd pas pour autant le sens des hiérarchies, en soulignant que les exploits des princes, Mercœur, Nevers et Guise, ont été accomplis sous l’autorité de Monsieur. Le discours se termine sur une nouvelle offre de services, pour chanter dans le registre qui agréera au duc, mais contre espèces sonnantes et trébuchantes. L’allusion à l’or du Pactole est relayée ici par une injonction plus directe (« Tu les me payeras »), à peine atténuée par la distinction spécieuse entre les frais professionnels de l’auteur (« que je rompe une corde : / Ou deux, ou troys, ou quatre, ou toutes par le temps »), à la charge de l’employeur, et sa rémunération proprement dite, de l’ordre du symbolique. Signalons au passage les trois pièces suivantes, adressées à « Mgr de la Bordaisière » : un sonnet, un « quatranal » (38 alexandrins à rimes suivies) et un quatrain en vers rapportés19, qui saluent en lui un guerrier et un poète, à la fois « Achille, Homere, Enée, et Virgile » (f. 66vo), comme le faisait déjà Jodelle20, tandis que L’Estoile recueille au même moment un Sonnet courtizan du jeune de La Bourdaisiere et de sa sœur21. À quel fils de Jean Babou est-il fait au juste référence ? À Georges, autre officier de Monsieur qu’un duel venait de mettre aux prises avec Entraguet22, ou bien à son frère cadet, Jean II, plus jeune de dix ans et lui aussi au service du duc d’Anjou ? Il s’agit probablement du premier, à qui Goujet est fondé à attribuer des Meditations sur le cinquantiesme psalme de David, parues chez Breyer en 159623.

  • 24 Voir A. Cullière, Les écrivains et le pouvoir, op. cit., p. 684-685.
  • 25 Voir Fr. Lachèvre, « Jean de Boyssières de Montferrand et Jean Morel de Reims », in Bulletin du bi (...)
  • 26 Éd. G. Demerson, Paris, STFM, p. 266. Un autre sonnet (I, [108], p. 92-93) tire un heureux présage (...)
  • 27 « Couple qui devoit jamais ne [se] separer puis que la foy, l’amour et la sympatie, n’en avoit fai (...)
  • 28 Ce nouveau volume, paru chez Ancelin, confirme l’ancrage lyonnais de Boyssières, avec des chants o (...)
  • 29 Déjà dédicataire du 3e discours dans la « Continuation des secondes œuvres », p. 46. Il sera démis (...)
  • 30 Surtout aux vers 4-6, réécrits : « Qui sonneront ces vers, comme leurs secretaires : / Je veux gro (...)

11Quelques mois plus tard sortent des presses lyonnaises de Thibaud Ancelin, pour le libraire Loys Cloquemin, Les troisiesmes œuvres, offertes « A Monsieur le Duc de Mercœur son Mecœne » (comme la même année la traduction Tigeou de La conjonction des lettres et des armes de Nicolas Boucher24). Une dédicace aussi flatteuse, dès la page de titre, laisse augurer pour le prince ainsi honoré une place de choix dans le recueil. Or celui-ci forme un assemblage assez hétéroclite, de pièces diverses raboutées les unes aux autres et regroupées en six sections : « Continuation de ses premieres œuvres », « Prieres spirituelles et sonets chrestiens », « Continuation de ses secondes œuvres », « L’estrille ou drogue au Pedant farceur », « La premiere cource de la Boyssiere », « Imitation de Loys Arioste ». Les trois dernières parties ont même leurs propres page de titre et dédicataire : L’Estrille, recueil satirique dirigé contre un régent du collège de Clermont, originaire de Reims, qui aurait commis une tragédie (latine ?) sur la prise d’Issoire et surtout médit des vers de Boyssières25, fut « leu devant le Roy par maniere de passetemps » ; La Boyssiere, début d’épopée auvergnate à la gloire de Vercingétorix, est offerte au même Henri III ; tandis que l’Imitation de Loys Arioste, cette fois du chant II, est dédiée à Claude Pigeon. Et notre Philippe-Emmanuel de Lorraine ? Hormis la dédicace générale au titre, il n’est question de lui que dans la « Continuation des secondes œuvres », inaugurée par un sonnet à François de Mandelot, le gouverneur de Lyon, et incluant une série de trois autres sonnets qui honorent tour à tour Henri III, le duc du Maine (Mayenne) et notre Mercœur – plus exactement son mariage avec Marie de Luxembourg [Appendice, no 3]. Cette union ayant été célébrée quatre ans plus tôt, en juillet 1575, on pense d’abord à un poème de circonstance tardivement imprimé, comme le sonnet de La Gessée « Sur le mariage de M. de Mercur, et Mlle de Martigues » paru en 1583 seulement dans les Premieres œuvres Françoyses (Les Jeunesses, VI, [15]26). Mais le titre différent retenu par Boyssières, « Sur le mariage de Mgr le Duc, et madame la Duchesse de Mercueur », et l’effet de sens produit par les vers rapportés, invitent plutôt à y voir une pièce récente, célébrant la perfection d’une union conjugale sur laquelle s’accordent les témoignages du temps27. Malgré la dédicace générale, il semble bien que les liens se soient distendus avec la puissante famille lorraine et que Boyssières ait déplacé de Paris à Lyon, comme l’atteste le lieu d’édition, le centre de gravité de ses activités et de ses relations. Non seulement l’imitation du Roland furieux est mise sous un autre patronage (avant que le chant premier, lui-même remanié, ne soit offert l’année suivante, dans L’Arioste Françoes28, à Saluce de La Mante, capitaine de la citadelle de Lyon29), mais on a encore la surprise de lire, dans le texte liminaire de La Boyssiere offerte à Henri III, un développement aux sonorités familières (« Muse c’est donq assez retenti le haut boys/Je m’en vais remparer, dans l’espesseur d’un bois… »), soit la reprise littérale, à quelques menues variantes près30, des cinquante-six premiers vers du discours à Mercœur. Si Philippe-Emmanuel ne répondait pas aux sollicitations, il y avait là un développement martial propre à resservir en tête de l’épopée auvergnate, au prix d’un simple « copié-collé ».

  • 31 Ce « Tresorier de l’extraordinaire des Guerres » avait reçu cinq ans plus tôt, dans la « Continuat (...)
  • 32 Louise de Lorraine n’en est pas moins saluée dans le proème de La Croisade : « Toy, Royne de nos a (...)
  • 33 Boyssières, à cette date tardive, n’apparaît toutefois pas aussi isolé qu’on pourrait s’y attendre (...)

12Un mot encore sur La Croisade de 1584, la dernière œuvre qui nous soit parvenue de Boyssières. Elle ne nous apprend rien de plus sur les relations du poète avec le duc de Mercœur, puisque celui-ci n’y est même pas mentionné. Mais derrière les obscurs dédicataires désignés au titre (Berterand dans l’édition Pierre Sevestre et Gobellin31 dans celle de Robert Le Fizelier), se profile l’ombre tutélaire d’Anne d’Este, veuve de François de Guise et duchesse de Nemours, tante par alliance de Mercœur, saluée par le poète comme « [s] a Mecœne » (sig. A3 ro). C’est elle finalement, six ans après l’offre faite à la reine Louise, qui reçoit l’hommage de l’épopée lorraine à la gloire de Godefroy de Bouillon32. Encore celui-ci n’y fait-il qu’une brève apparition, au début de la première course, vite éclipsé par les nombreux chevaliers que Boyssières jette sur tous les chemins d’Europe, en direction de Jérusalem. La Croisade s’interrompt en effet prématurément, à Constantinople, laissant inachevée l’histoire de Damon et de Licidas que raconte à Franc Gautier un certain « Philippe du Tiron », alias Desportes. Étonnante transposition orientale, six ans après les faits, du fameux duel des Mignons d’avril 1578, qui pourrait s’expliquer, là encore, par le « recyclage » expéditif de vers composés antérieurement, par exemple au moment du « Discours et remonstrance en forme de reconfort » des Secondes œuvres, et opportunément revenus à la mémoire d’un poète épique trop vite hors d’haleine33.

13Au terme de cet inventaire, dont on voudra bien excuser le caractère un peu fastidieux, il est sans doute possible de réévaluer la nature exacte des relations de Boyssières avec le duc de Mercœur. Celui-ci est un des « Princes de l’illustre sang de France » à qui le jeune poète offre ses services, un mécène possible parmi d’autres, sous réserve bien sûr de respecter les termes du marché, inlassablement répétés. Métaphore musicale pour Philippe-Emmanuel (il te faudra pourvoir au remplacement des cordes), métaphore maritime pour Henri de Guise :

« Car on ne peut voguer si la mer n’est bonasse.
Si je ne sens aussi combien vaut ton bien faict
Ce qu’icy je promets ne peut sortir effect (Secondes œuvres, f. 34vo). »

14Mais on a bien le sentiment que Boyssières, en ces années-là, vise plus haut et plus loin, qu’il recherche les faveurs de Monsieur, voire de la reine Louise et d’Henri III. Et il n’y réussit pas trop mal, lui qui obtient de Ronsard un liminaire flatteur et qui recueille pour son Estrille les contributions des meilleurs poètes du temps (Ronsard encore, Baïf, Desportes, Du Bartas, Garnier…) en vue d’une lecture devant le roi.

  • 34 Portrait et quatrain reproduits dans R.-M. Daele, Nicolas de Montreulx Arbiter of European Literar (...)

15Bien sûr on rencontre parmi les relations de Boyssières des noms qui retiennent l’attention, comme ceux de Montreux et de Vivant. Les liens du premier avec le Montferrandin sont attestés par un quatrain de 1587, paru dans le Second livre des bergeries de Juliette. La date infirme-t-elle ce que nous disions tout à l’heure de la période d’activité supposée de Boyssières ? Pas vraiment, dans la mesure où ces vers se rencontrent sous le portrait de Montreux, Ætatis XXIIII.34, donc vers 1585, date de publication du Premier livre où ce portrait n’avait sans doute pas trouvé place. Au verso de la page de titre, avant l’épître dédicatoire au duc d’Épernon, se lit ce quatrain signé I.D.B.M. [Jean de Boyssières Montferrandin] :

« Gentil du Mont-Sacré, pour te faire paroistre,
Il ne failloit ny peintre, ou crayon, ou vermeil,
Car mille beaux escrits t’avoient ja faict cognoistre
Docte, sage, eloquent, sans pair, et sans pareil. »

  • 35 « Notes bio-bibliographiques sur Louis Vivant », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, LI-3, 19 (...)
  • 36 Les deux quatrains de Boyssières sont également reproduits dans les Secondes œuvres, f. 73vo.

16Les liens se sont-ils noués dans l’entourage de Mercœur ? Il convient de rappeler qu’avant de devenir le bibliothécaire et l’historiographe du duc, Montreux a pu être lui-même en relation avec Monsieur, qui eut pour « conseiller et premier maître des requêtes » son père, Étienne de La Mesnerie, au témoignage de « R. » Leroy, le précepteur de Nicolas, dans un sonnet liminaire du Seiziesme livre d’Amadis de Gaule (Paris, Jean Poupy, 1577, sig. ê6 vo). S’agissant de Louis Vivant, Claude Longeon formulait (prudemment) l’hypothèse suivante : « À Paris, notre traducteur s’était lié d’amitié avec le poète montferrandin Jean de Boyssières, qui, après avoir été au service de François d’Alençon, s’était attaché à Philippe Emmanuel de Lorraine, duc de Mercœur, gouverneur royal de Bretagne. Par l’entremise de Boyssières, Vivant a très bien pu connaître Mercœur, et comme le duc, désireux de redonner un peu de sa splendeur de naguère à la cour nantaise, s’était fait une âme de mécène, il aurait remarqué l’intérêt que le jeune médecin portait aux lettres et l’aurait attiré en sa capitale35 ». L’hypothèse est séduisante pour rendre compte d’un blanc de huit ans dans la biobibliographie de l’Angevin, entre 1580 où il est encore salué par son compatriote Jean Le Masle dans un sonnet des Nouvelles recreations poetiques et 1588 où il réapparaît à Nantes comme professeur de médecine. Mais elle prête sans doute à Boyssières plus d’entregent qu’il n’en eut en réalité auprès du duc. Ses rapports avec Vivant sont du moins attestés par un quatrain, seule pièce liminaire du Traité de l’excellence de la femme, traduit du latin de Corneille Agrippa (Paris, Jean Poupy, 1578, f. 8vo), que Boyssières reprend au feuillet antépénultième (f. 74ro) de ses Secondes œuvres, chez le même libraire. Leurs signatures conjointes, à la suite l’une de l’autre, se retrouvent encore dans deux publications contemporaines de Poupy : en 1578 dans le Philogame, dédié à Monsieur, du Tourangeau François Tillier (f. 128ro-vo) et en 1579 (avec achevé d’imprimer de septembre 1578) dans Les œuvres et meslanges poetiques de Pierre Le Loyer (sig. †8 ro)36.

  • 37 Ce titre ne figure pas en revanche dans celui des Secondes œuvres (corriger Longeon, art. cité, p. (...)
  • 38 Éd. Laumonier, t. XVII-2, p. 341-346 ; éd. Céard, Ménager, Simonin, t. I, p. 472-475.
  • 39 Paris, Claude Gautier, 1578, sig. A4 vo, sonnet de Nuysement, puis quatrain de Boyssières (repris (...)
  • 40 Les Œuvres Poétiques Livres I et II, éd. R. Guillot, Genève, Droz, 1994, p. 101 (seul le second de (...)

17Toutes les pistes, on le voit, nous ramènent à François d’Alençon et à son entourage où l’on est davantage tenté de rechercher les relations de Boyssières, désigné précisément comme « secrétaire de la Chambre du Roy, et de Monsieur » dans le Privilège des Troisiesmes œuvres (dernier feuillet, ro)37. Ainsi pourrait s’expliquer, en tête du recueil précédent, la présence du quatrain dithyrambique de Ronsard, écrit autant à la gloire du prince que du poète qui le célèbre, quelques mois après l’entrée à Tours du nouveau duc d’Anjou et de Touraine, pour laquelle le prieur de Saint-Cosme venait de composer cinq sonnets, insérés dans les Œuvres la même année 157838. Parmi les contributeurs de L’Estrille, on relève de plus les noms de Le Fèvre de La Boderie, d’Hesteau de Nuysement et de La Gessée. Les deux derniers ont été en relation étroite avec Boyssières. Non seulement le Montferrandin adresse un sonnet à Hesteau dans ses Premieres œuvres amoureuses (inc. « Ah cher de nuiseman si la santé te guide », f. 50ro) et signe avec lui les deux seules pièces d’escorte des Poemes de Guillaume Belliard39, offerts à la reine de Navarre, sœur de Monsieur, mais il le gratifie encore de deux pièces liminaires pour le recueil d’Œuvres poétiques40 que le poète blésois, lui aussi « Secretaire de la chambre du Roy, et de Monsieur », offre en 1578 au duc d’Anjou – à lui seul, non « à Monsieur et à Jean de Boyssières », comme l’indique le Dictionnaire des lettres françaises, avant d’ajouter curieusement : « lequel mit Hesteau en bonne compagnie, parmi Ronsard et les grands maîtres, dans sa Légende ou liste des Écrivains d’amour » (réédition 2001, p. 603a). L’emploi de l’italique laisse penser qu’il s’agit d’un autre ouvrage de Boyssières, inconnu des bibliographes, mais il faut en fait revenir à la source mise ici à contribution, la Bibliothèque françoise de l’abbé Goujet. Celui-ci commençait par dire de Nuysement que « Boyssières [le] distingue dans sa liste des poètes amoureux » (t. XIII, p. 201), par référence à sa notice précédente, consacrée précisément au Montferrandin. Le passage mérite d’être cité in extenso, pour l’éclairage qu’il offre moins sans doute sur la production de Boyssières que sur la réception à l’âge classique de la poésie amoureuse de la Renaissance :

« Boyssières avait lû les œuvres de Ronsard, et celles de tous les Poëtes qui jusqu’à lui avoient chanté leurs amours, et il s’étoit tellement gâté l’esprit par cette lecture plus dangereuse encore qu’inutile, qu’il n’aimoit, qu’il n’estimoit que les Poëtes qui avoient traité des sujets si frivoles. Il les rappelle tous les uns apres les autres, il leur offre son encens, il est le panegiriste de chacun ; et l’on peut regarder ses poësies comme la Legende des Ecrivains d’amour. Ronsard, Baïf, Jodelle, Pontus de Thyard, Nuysement, Des-Portes, et vingt autres s’y trouvent frequemment nommés et loüangés, non comme Poëtes seulement, mais comme Poëtes amoureux » (p. 197-198). »

18Cette « légende des écrivains d’amour » se met en place dès le poème liminaire des Premieres œuvres qui interpelle Ronsard, Desportes et Belleau et compare les souffrances de Boyssières, amant malheureux de Silvie, avec celles des serviteurs de Cassandre, Francine, Diane, Hippolyte, Amalthée, Catin et Galatée (f. 13ro-vo) ; et elle se déploie jusque dans la section finale des Secondes œuvres, intitulée « Questions et demandes », à la faveur d’un échange entre Boyssières et La Gessée, autre fidèle serviteur de Monsieur. Au Montferrandin qui cherche à comprendre pourquoi des maîtresses aussi différentes, y compris la Pollie de La Gessée, font tout uniment le malheur des poètes épris d’elles, le confrère sollicité adresse cette plaisante « responce » :

Si Cassandre, Francine, Ysabelle, et Silvie,
Catin, Polie, Olive, et Ypolite n’ont
Du Ciel qu’un mesme aspect, pendant dessus leur front,
De diverses humeurs ne peut estre leur vie.
Et pour ce que chacune est d’un Prince regie
Soubz une mesme loy, et qu’encor’ elles sont,
Serves d’un mesme joug, Boyssieres, elles ont
Un vouloir tout pareil et une mesme envie.
Ronsard, Bellay, Baïf, Belleau, Laval, Des-portes,
Toy Boyssieres aussi, gemissés en cent sortes :
Mais voz gemissements n’abatent leur rigueur.
Ne te complains donq plus ainsi qu’eux : mais en joye
Fraye sur ta Silvie une nouvelle voye,
Et tu la trouveras d’une nouvelle humeur (f. 73ro). »

19La contribution est d’autant plus significative que, des huit poètes interpellés (dont Desportes et Antoine de Laval), seuls trois d’entre eux entrent dans le jeu de l’échange et que La Gessée, à qui revient le dernier mot, y est sollicité par deux sonnets suivis.

  • 41 Le nom du poète se rencontre sous les formes Boissiere (au seuil des Œuvres de Le Loyer), Boissier (...)

20Concluons sur une confidence personnelle : au terme de cette nouvelle étude que nous lui avons consacrée, Boyssières conserve pour nous une part de mystère. Comment ce jeune poète provincial d’une vingtaine d’années a-t-il pu se pousser aussi rapidement à la cour, recevoir la caution du grand Ronsard, graviter dans l’entourage de Monsieur et même du roi – avant de disparaître sans guère laisser de traces ? Certes il a été en relation avec Mercœur mais on a, nous semble-t-il, accordé jusqu’ici trop d’importance à la dédicace générale des Troisiesmes œuvres, ouvrage composite finalement moins significatif, pour la question qui nous intéresse, que le recueil précédent, où le poète s’adresse vraiment au duc pour lui proposer ses services. Mais il les propose dans le même temps à tant d’autres ! On en viendrait presque à se demander si Boyssières ne s’offre pas à tous pour ne se donner à personne, ne s’engage auprès de tant de princes que pour ne se lier finalement à aucun d’eux. Avait-il après tout besoin de protecteurs, le poète qui avait choisi pour fière devise, en cartouche de son portrait, « Par mon seul nom je puis m’environner de buis41 » ?

Annexes

Annexes. Pièces adressées par Boyssières au duc de Mercœur

1. Dans les Secondes œuvres poétiques (Paris, Jean Poupy, 1578 – BnF Rés. Ye. 512, numérisé)

Imitation du premier chant d’Arioste À Mgr le Duc de Mercueur et de Penthievre […].

[f. 63vo]

Envoi final

Prince, s’il vous est agreable,
Que je chemine plus avant,
Rendés mon cerveau plus sçavant,
De vostre Pastolide42 sable.

Discours À Mgr le Duc de Mercœur, sur le siege et prinse d’Issoire.

[f. 64ro]

C’est assés pour un coup retenty le hault-bois,
Je me veux remparer dans l’espesseur d’ un bois,
De rivages herbeux, et d’ Antres solitaires,
Qui seront de ces vers à jamais secretaires.
Je veux grossir ma jouë et emplire mon sein
De vent : pour emboucher, le long tuyau d’airain,
Instrument martial, qui met le cœur au ventre,
Encourage, enhardit le soldat quant il entre
Au combat : ou assault le rebelle enmuré,

10

Qui contre son seig[n]eur43 (sans cause) a murmuré.
Je veux donq entonner hautement la trompette,
Faisant tonner le ciel de la voix qu’ elle jette
Retentir les forestz, murmurer les vallons,
Et les eaux grommeller. Sus donq, ma Mu[s]e44, allons
Allons nous en cacher, affin qu’on ne l’entende,
Et que sur le couard son reson ne s’estende
Pour ne l’espouvanter. Allons nous en cacher
Dans un Antre mousseux, estomac d’un rocher,
Ou dans l’obscur d’un bois, affin qu’on ne redise,

20

Que les vers doucereux remplis de mignardise,
Et non ceux qui sanglants, et d’un sujet nerveux,

Au plus brave et hardy, herissent les cheveux :
Esgarent la memoire, et la force luy emblent,
Voyant comme les tours, et les murailles tramblent
Comment l’on s’entretue, et comment au parquer
Et à l’aproche il fault (hardis) s’entrechoquer

[f. 64vo]

Et comment pour brescher le Canon lance-foudre
Reduit ce qu’il rencontre en pieces et en poudre :
Comment pour se deffendre on est sur le rampart,

30

Comme en un rien l’on void fauçer de part en part
D’un mousquet le guer[r]ier45 avecque son armure
Comme on entend les coups le bruit et le murmure
Comme on void au combat le fer rouge de blanc
Outrepercer un ventre, entrer de flanc en flanc,
Et comme sans mercy l’un l’autre se detaille
De revers de fendant, et d’estoc, et de taille,
Coupant ore une jambe, abatant ore un bras,
Voir conbatre Roland, Rodomont, Fier-abras,
Creuser une tranchée, arranger barricades,

40

Platteformer, miner, donner escoupetades46,
Veoir tomber l’un sur l’autre avecques leurs hoyaux
Les pionniers meurtris, et trainer leurs boyaux
Sur le bord du fossé du sang des meurtres rouge :
Voir l’un tourner le dos l’autre qui ne se bouge,
Et bref tout ce que font en guerre les soldats,
Quant ilz voyent au vent branler les estendarts.
Je sens ores dans moy un desir, qui me pique
De branler dextrement le coustelas, la pique,
Tirer l’espée nue, et suant et poudreux

50

Assaillir le costé où le canon fumeux
Bruyant aura battu, et en forçant la breche
Pousser dans le fouyer de l’arquebuz’ la méche,
Pour enflammer le soufre, et faire desgorger
Du ventre de mon fer un plomb volant-leger
Dans le lieu plus vital de l’ ennemye entraille,
Qui viendra soustenir l’assaut et la bataille.

[f. 65ro]

J’ay encore desir, de faire d’un plain vol
Adorer et toucher, et l’un et l’autre pol’
La gloire d’un guerrier, d’un prince magnanime,

60

Qui estonne les Cieux, et les bronses anime,

Et d’un pinceau d’ærain, l’escrire au dur metail,
Dont le temple eternel, clost à double portail,
D’alleger de ses faictz mon Cerveau, sur les Marbres
De dire ses vertus, non seullement aux Arbres,
Aux vallées, aux monts, aux rivieres, à l’air,
Mais aux bouches qui ont la langue pour parler,
Qui les raconteront, de naissance en naissance,
Comme dignes de l’estre, en prenant accroissance
Au lieu de terminer : et Deesses ça bas

70

Feront vivre, en vivant les faictz, et les combats,
De ce Prince heroë, et deffians la parque,
Et brisant, et rompant, la Charontide barque,
Sa louange, son los, son honneur, son renom,
Servans de seur rampart à sa vie, et son nom,
Seront tousjours espars, murmurans par le monde
Leur murmur compagnon au murmure de l’onde.
Escoute moy donq prince, et donne moy la main
C’est pour toy que je veux faire sonner l’ærain
Prince dont la vaillance, et le los, et la gloire,

80

Auront sur le Rongeur, et sur la Mort victoire
Jeune Achille François ô grand Duc de Mercœur
Mecœne d’Helicon et martial vainqueur
Esperance d’Auvergne et le reconfort d’Ardes47,
Qui aux plus grands perilz des batailles t’hasardes
Rampart de l’impuissant, esblouissant escu
Qui abatz l’obstiné devant tes pieds vaincu

[f. 65vo]

Modelle de prouësse, et miroir, où se mire
La vertu, qui divin dedans le Ciel t’atire.
Escoute en cest ærain l’ærain sonner l’ærain

90

De l’ærain foudroyant qui d’un tumulte hautain
Assault mesmes le Ciel et esbranle la terre
Effroyables tesmoings de l’orreur de la guerre
Quand Yssoire orgueilleux de ses foibles rampartz
Se fit par les François batre de toutes partz.
Et que ton excellence avecques ses gens-darmes
Ayant le corps vestu de fer, de force, et d’armes
L’assallit d’un costé, et hardy luy fit voir
Et sentir de combien est puissant ton pouvoir.
Donq si tu me promets de donner audiance

100

A ma voix (le heraut des faictz de ta vaillance)

Que tu le me permette et me commande aussi
Qu’aux autres nations je le raconte ainsi :
Et comme il a esté (tant par ta vaillantise
Que celle de Nevers et du grand Duc de Guyse
Soubz la seure conduite, et l’ heroïque voix,
Qui commande par tout de François de Valois)
Comme il a esté pris sans la verité feindre
Je fairay les blessez pitoyablement pleindre
Les vaincœurs tous joyeus, les ve[i]ncus48 estonnés,

110

Les canons tempester, et les murs canonnés
Je feray voir les feux, le fer, le sang, le foudre,
Je diray comme il faut aux combatz se resoudre,
Et en fin comme Yssoire est maintenant rasé,
Et comme il fut vaincu, et de feux embrasé,
Ou bien si ton plaisir veult que doux je choisis[s]e49
Un plus mignard subjet, et que je n’esclarcisse

[f. 66ro]

Ta louange en celuy humble j’obeiray
Et à ta volonté mon luth j’accorderay :
Mais si je suis contrainct, que hautement j’acorde

120

Mon luth et l’accordant que je rompe une corde :
Ou deux, ou troys, ou quatre, ou toutes par le temps,
Pour te donner plaisir, soulas, et passetemps
Tu les me payeras : et quant à mon salaire
Je suis assez contant : mais que je puisse plaire
A ta haute grandeur, ne desirant sinon
Que mourir en loüant les hommes de renom.

2. Dans Les troisiesmes œuvres (Lyon, Loys Cloquemin, 1579 – BnF Rés. Ye. 513-517), section « Continuation des secondes œuvres »

Sur le mariage de Mgr le Duc, et madame la Duchesse de Mercueur.

[p. 6]

Qu’Amour, Himen, le Ciel : d’ardeur, de lien, d’heur :
Brusle, enlasse, et bienheure : et corps, et cœurs et vies :
Tant qu’à l’yver, au temps, malheur, non asservies,
Dure vostre brasier, alliance, splandeur.
L’Amour des dieux venant, le lien, la grandeur :
La hayne va moquant, le sort, et les envies,

[p. 7]

Bien qu’estainte souvant, violee et ravies
D’Amour, d’Himen, du Ciel soit l’ardeur, la foy, l’heur.
Or si un Royal sang, s’ard, se lie, et bien heure,
De tel feu, tel lien, telle faveur, pour l’heure
La Vertu vous enflame, enlasse, et paist de miel.
Donques vostre brasier, vostre accord, vostre altesse :
Extreme, ferme, hautaine (ô grand Duc, et Duchesse)
Veinque tout feu, nœu, don, d’Amour, d’Himen, du Ciel.

Addendum

Depuis la rédaction de ce texte, nous avons pu localiser, grâce aux French Vernacular Books d’Andrew Pettegree et son équipe (Leyde, Brill, 2007, t. 1, p. 183), un exemplaire des Sonnets sur la mort et passion de Jesus Christ, conservé à la Bibliothèque communautaire et interuniversitaire de Clermont-Ferrand, sous la cote Rés. R 5391. Voir votre (nouvelle !) étude sur « un “oublié” de la seconde bande : Jean de Boyssieres Montferrandin », présentée au colloque Une volée de poètes : d’Aubigné et la génération poétique des années 1570-1610 (Poitiers, 16-18 octobre 2008) et à paraître dans Albineana, 22.

Notes

1 « De l’épopée nationale à l’Histoire Auvergnate : Ronsard et Jean de Boyssières », in Nouvelle Revue du Seizième siècle, XV-1, 1997, p. 51-71 ; « “Philippe du Tiron” personnage d’épopée : Desportes et Jean de Boyssières », in Philippe Desportes (1546-1606). Un poète presque parfait entre Renaissance et Classicisme, Actes du Colloque de Reims, 4-6 juin 1998, éd. J. Balsamo, Paris, Klincksieck, 2000, p. 415-434 ; et « De l’Arioste au Tasse : les muses italiennes de Jean de Boyssières », in L’Arioste et le Tasse en France au XVIe siècle [Cahiers V.L. Saulnier, XX, 2003], p. 171-185.

2 Il faut corriger pour le titre E. Picot (suivi par Cioranescu), qui donne Sonnets sur les nom et passion de Jesus-Christ (Français italianisants au XVIe siècle, Paris, Champion, 1907, t. II, p. 189, no 14) ; et pour la date R. Arbour, dont le Répertoire chronologique (no 1839) l’enregistre à la date de 1595, ainsi que J.-P. Barbier, Ma bibliothèque poétique, IV-1, p. 301, qui donne 1583.

3 Vente Veinant, 2e partie, 1863, no 311 (M. Simonin donne par erreur no 231, dans l’éd. crit. de Du Perron, Oraison funèbre sur la mort de M. de Ronsard, Genève, Droz, 1985, Appendice I, p. 207) ; puis vente Potier, 2e partie, 1872, no 1138 (signalé comme un « opuscule fort rare »).

4 Éd. Rigoley de Juvigny, IV, 355. Les Sonnets, mince plaquette parue chez un « libraire famélique » (M. Simonin), pourraient avoir été extraits de ce recueil.

5 Paris, Jérôme de Marnef et veuve de Guillaume Cavellat, 1585 [ach. d’imprimer du 20-XI-1584], p. 726-730 (entre la traduction du psaume 103 par Le Fèvre de La Boderie, cercle IV de La Galliade, et la paraphrase du Te Deum par Ronsard).

6 Genève, Droz, 2004, p. 189-193.

7 Trajectoire bien mise en lumière par A. Cullière (Les écrivains et le pouvoir en Lorraine au XVIe siècle, Paris, Champion, 1999, p. 329 et 332), avec l’exemple de Pantaléon Thévenin, qui ne dit mot de Mercœur dans ses Sonnets de 1578 mais encense trois ans plus tard le vainqueur de La Charité et d’Issoire ; il lui offre ensuite, en même temps qu’à ses frères, son commentaire de La Sepmaine (épître dédicatoire du 5e Jour, datée de « Gironcourt ce Vendredy sainct, huictiesme d’Apvril 1583 », p. 435-439). Sur le « chetif Duc de Mercure », dans un pasquin de 1581 recueilli par L’Estoile, voir ici même la communication de N. Le Roux.

8 « Sur tous il estimoit nostre grand Ronsard pour les Poëtes, Guichardin pour les Historiens, Seneque pour les Philosophes, Plutarque pour les Politiques » (Montreux, t. II de l’Histoire generalle des troubles de Hongrie, Paris, Robert Fouet, 1608, p. 804 [pour 812]).

9 « Le poète Olénix du Mont-Sacré bibliothécaire du duc de Mercœur (1561-1610) », in Bulletin du bibliophile, 1912, p. 357. Voir aussi J. Boucher, Société et mentalités autour de Henri III, ANRT Lille-III, 1981, p. 894 ; elle n’en fait pas moins de Boyssières un protégé du duc de Mercœur (p. 683, 912 et 1008).

10 Voir la communication d’E. Buron.

11 Papire Masson conclut son éloge latin de Mercœur sur l’indication : « a Mercorio Aruernorum in Gallia paterni atque auiti iuris oppido dux Mercoriensis appellabatur » (à la suite des Vitæ Claudii et Francisci primorum Guisiæ ducum, Paris, Pierre Delon, 1614, p. 66). Bruslé de Montpleinchamp précise : « Mercœur est une petite ville d’Auvergne avec titre d’Evesché, située sur une colline, qui a au pié un ruisseau, qui passe à Artes et à S. Germain Lambrun, et qui se jette dans l’Allier, entre Brioude et Issoire » (L’histoire de Filipe Emanuel de Loraine Duc de Mercœur, Cologne, Pierre Marteau, 1689, p. 9).

12 Reproduit dans les Œuvres complètes de Ronsard, éd. Laumonier, Paris, STFM, 1914-1975, t. XVIII-2, p. 330-331 ; éd. Céard, Ménager et Simonin, Paris, Gallimard, « Pléiade », 1993-1994, t. II, p. 1140. Sur la signification de ce quatrain liminaire, voir M. Simonin, « Ronsard encomiaste […] », in Les Hymnes de Ronsard [Cahiers Textuel, I, 1985], p. 76.

13 Discours à ajouter au corpus des pièces que nous avons étudiées dans « La déploration des mignons par les poètes d’Henri III », in I. De Conihout, J.-F. Maillard et G. Poirier éd., Henri III mécène des arts, des sciences et des lettres, Paris, PUPS, 2006, p. 179-196.

14 Sur la question de la filiation par la maison d’Alsace ou celle de Boulogne, voir A. Cullière, op. cit., section « La vérité sur la maison de Lorraine », p. 246-257. La reine se voit encore offrir, f. 36vo-44vo, les Regrets de […] Ysabel d’Austriche sur le trespas de Mme Marie, fille de France (également paru en plaquette séparée, la même année, chez Claude de Montreuil et François Tabert).

15 Christophe de Bassompierre, colonel de reîtres (le père du maréchal, auteur des Mémoires), auprès de qui « j’apris le mot / Comme haire dous, chelme in estat, das tis cot / Yo varli stitarteyre, eyrstou quod sacremanche, / Desgoisant l’allemand nouvel oyseau en branche » (f. 34ro-vo). Avant d’appartenir au régiment de Piémont (« J’ayme plus cher aller servir mon jeune Duc, / […] Souz le gouvernement du seigneur de Sainct Luc », Premieres œuvres, f. 61vo) ?

16 Souligné par A. Cioranescu : « avant de reproduire l’exposition de l’original, il commence par une octave qui lui appartient, et qui le montre plus disposé à chanter les amours que les armes » (L’Arioste en France, des origines à la fin du XVIIIe siècle, Paris, Les Presses modernes, 1938, 1e partie, p. 100, n. 75).

17 Oraison funèbre du duc de Mercœur, in Œuvres, Éd. des religieuses d’Annecy, 1892-1911, t. VII, p. 420 (répété par Palma Cayet, Chronologie septenaire, éd. Buchon, Paris, 1836, p. 359). Cf. Montreux : « Les premiers traicts de la vertu de ce Prince, furent tirez sur le tableau des guerres de nostre France, ayant eu charge au siege d’Yssoire, et s’en acquittant, bien que jeune, en vieux Capitaine » (Histoire generalle des troubles […], t. II, p. 809). Brantôme en revanche ne prend en considération que le combattant des guerres de la Ligue (M. de Reculle pour ses adversaires huguenots), « car auparavant il n’en avoit guieres tasté d’un’autre » (Vies des grands capitaines françois, in OC, éd. Lalanne, Paris, 1864-1882, t. V, p. 190).

18 Lyon, Benoist Rigaud, 1577 [fac-sim. Picot, Paris, Société des bibliophiles, 1913], sig. A3 vo. Mais la brèche décisive, suivant De Thou, fut faite par la batterie de Nevers porte du Barbigeau, non par celle de Mercœur dirigée contre le pont (Histoire universelle, trad., Londres [Paris], 1734, t. VII, livre lxiii, p. 501-502).

19 Le Dictionnaire des lettres françaises. XVIe siècle (rééd. 2001), s.v. « La Bourdaisière », ne signale que le sonnet (référencé f. 66vo, pour ro).

20 OC, éd. Balmas, Paris, Gallimard, 1965-1968, t. I, p. 157-158.

21 Registre-journal du règne de Henri III, éd. M. Lazard et G. Schrenck, Genève, Droz, 1992-2003, t. I (1574-1575), p. 166.

22 Conflit entre un protégé d’Anjou et un mignon d’Henri III, réglé pacifiquement par l’entremise de Caylus. Voir N. Le Roux, La faveur du roi. Mignons et courtisans au temps des derniers Valois, Seyssel, Champ Vallon, 2000, p. 375.

23 Bibliothèque françoise, t. XIII, p. 411-412. Sur ce recueil de méditations en vers, voir M. Jeanneret, Poésie et tradition biblique au XVIe siècle, Paris, Corti, 1969, p. 389-396.

24 Voir A. Cullière, Les écrivains et le pouvoir, op. cit., p. 684-685.

25 Voir Fr. Lachèvre, « Jean de Boyssières de Montferrand et Jean Morel de Reims », in Bulletin du bibliophile, 1926, p. 298-310 et 345-350 [repris dans Glanes bibliographiques et littéraires, Paris, Giraud-Badin, 1929, t. I, p. 8-23].

26 Éd. G. Demerson, Paris, STFM, p. 266. Un autre sonnet (I, [108], p. 92-93) tire un heureux présage du nom princier : « Vy donques, voire acroy ce bruit qu’on te procure : / Estant double en renom, il faira renommer / Mercure par Mercur, et Mercur par Mercure ».

27 « Couple qui devoit jamais ne [se] separer puis que la foy, l’amour et la sympatie, n’en avoit fait qu’un corps et une action », s’émerveille Montreux (Histoire generalle des troubles, t. II, p. 804 [pour 812], manchette « Son amitié saincte vers Mme son espouse »). Cf. la Lettre consolatoire que lui adresse Nervèze : « Il ne peut estre que comme sa moitié vivante (qui faisiez avec luy le tout d’un mariage heureux) vous ne soyez tousjours esprise de ses merites » (Paris, Antoine du Breuil, 1602, p. 11).

28 Ce nouveau volume, paru chez Ancelin, confirme l’ancrage lyonnais de Boyssières, avec des chants offerts aussi au conseiller Vandel (IV), à Guillaume du Peyrat (VII), au conseiller Grolier (X), à Antoine du Verdier (XI), à Mandelot (XII).

29 Déjà dédicataire du 3e discours dans la « Continuation des secondes œuvres », p. 46. Il sera démis de sa charge, en même temps que Mandelot, lors de la venue d’Henri III à Lyon en juillet 1584 (L’Estoile, Registre-journal […], éd. Lazard-Schrenck, t. IV, p. 149).

30 Surtout aux vers 4-6, réécrits : « Qui sonneront ces vers, comme leurs secretaires : / Je veux grossir ma jouë, enfler de vent mon sein / Et roidir tous mes nerfs, pour retentir l’airain » (La Boyssiere, p. 5).

31 Ce « Tresorier de l’extraordinaire des Guerres » avait reçu cinq ans plus tôt, dans la « Continuation des secondes œuvres », l’hommage d’un sonnet (placé immédiatement après celui sur le mariage de M. et de Mme de Mercœur, p. 7).

32 Louise de Lorraine n’en est pas moins saluée dans le proème de La Croisade : « Toy, Royne de nos ans, le miroir de beauté, / […] Ô ma grande Princesse, honneur de l’Univers, / Vers toy volle ma plume, et te donne ces vers, / Qui chantent les vertus, les gestes heroiques, / Et les faits glorieux de tes Ayeus antiques » (« Course premiere », v. 41-48, f. 2ro).

33 Boyssières, à cette date tardive, n’apparaît toutefois pas aussi isolé qu’on pourrait s’y attendre. La même année 1584 paraissent les contributions d’Amadis Jamyn (Le second volume des œuvres, Paris, Félix Le Mangnier, f. 25vo-35ro et 110vo-111ro) et de Ronsard (éd. Laumonier, t. XVIII-1, p. 157-161 ; éd. Pléiade, t. II, p. 958-962), un an après celles de Flaminio de Birague (Premieres œuvres poëtiques, Paris, Nicolas Chesneau, f. 121vo-122ro), de Joachim Blanchon (Premieres œuvres poëtiques, Paris, Thomas Périer, p. 291-292) et de Desportes (Premieres œuvres, Paris, Mamert Patisson ou Robert Le Mangnier, f. 203ro-208vo, 312vo-313ro et 316ro-vo).

34 Portrait et quatrain reproduits dans R.-M. Daele, Nicolas de Montreulx Arbiter of European Literary Vogues of the Late Renaissance, New York, The Moretus Press, 1946, p. 46.

35 « Notes bio-bibliographiques sur Louis Vivant », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, LI-3, 1989, p. 590-591. Dans notre article de 1997 (p. 56, n. 5), nous avions déjà complété la bibliographie de Longeon par le sonnet post-liminaire du Philogame, auquel on peut ajouter un autre sonnet, paru dans les In Græcas Budæi epistolas annotationes de Claude de Craon (Paris, Jean Février, 1579, sig. **2 vo).

36 Les deux quatrains de Boyssières sont également reproduits dans les Secondes œuvres, f. 73vo.

37 Ce titre ne figure pas en revanche dans celui des Secondes œuvres (corriger Longeon, art. cité, p. 591, n. 13).

38 Éd. Laumonier, t. XVII-2, p. 341-346 ; éd. Céard, Ménager, Simonin, t. I, p. 472-475.

39 Paris, Claude Gautier, 1578, sig. A4 vo, sonnet de Nuysement, puis quatrain de Boyssières (repris dans Les secondes œuvres, f. 73vo).

40 Les Œuvres Poétiques Livres I et II, éd. R. Guillot, Genève, Droz, 1994, p. 101 (seul le second des deux sonnets est repris par Boyssières dans Les secondes œuvres, f. 73ro-vo).

41 Le nom du poète se rencontre sous les formes Boissiere (au seuil des Œuvres de Le Loyer), Boissieres (au titre de La Croisade et, semble-t-il, des Sonnets sur la mort et la passion de Jesus Christ, en tête des Œuvres poetiques d’Hesteau De Nuysement et des Poemes de Belliard, dans certains privilèges ou transports), Boessieres (dans l’orthographe réformée de L’Arioste Françoes, où figure son portrait, « ÆT. 23. ») et plus fréquemment Boyssieres (au titre des trois recueils d’Œuvres), graphie que nous retenons, en l’accentuant.

42 Il faut sans doute lire Pactolide.

43 Le texte porte seigueur. Nous corrigeons.

44 Le texte porte Musse. Nous corrigeons.

45 Le texte porte guerier. Nous corrigeons.

46 Italianisme relevé par Th. E. Hope, Lexical Borrowing in the Romance Languages, Oxford, B. Blackwell, t. I, p. 189, s.v. escopette.

47 Près d’Issoire.

48 Le texte porte vencus. Nous corrigeons.

49 Le texte porte choisise. Nous corrigeons.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540