Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le duc de Mercœur

 | 
Emmanuel Buron
, 
Bruno Méniel

Deuxième partie. Les relations du duc de Mercœur avec les artistes et les écrivains

La manière « apologétique » de Pierre Biré (1593)

Alain Cullière

Texte intégral

  • 1 Pierre Biré, sieur de La Doucinière, était avocat du roi au présidial de Nantes. Dans les pages li (...)
  • 2 C’est le cas de Biré, qui considère que le témoignage des « vieux pères, qui ont écrit que les Fra (...)
  • 3 Les Antiquités de la Gaule Belgique de Wassebourg (Paris, 1549) et les Stemmatum Lotharingiæ ac Ba (...)

1L’ouvrage de Pierre Biré sur les Alliances généalogiques de la maison de Lorraine est le dernier d’une longue série publiée au cours du XVIe siècle, dans laquelle la dimension apologétique de plus en plus marquée empêche de mesurer les progrès effectués au cours de cette période par la science historique1. Même si les auteurs condamnent la naïveté de leurs prédécesseurs ou regrettent leur errance, la plupart échafaudent leur discours sur le principe d’une origine fabuleuse des monarchies occidentales2. Biré organise sa matière en trois livres très inégaux. Dans le premier il présente, sur trois cent cinquante pages, les différentes branches souveraines, toutes issues d’Anténor, lui-même issu de Francion, fils d’Hector, la dernière citée étant celle des princes de Joinville dont descendent les ducs de Guise. Le deuxième livre, qui ne comporte que soixante-dix pages, évoque en vingt-huit petits chapitres la lignée des ducs de Mosellane, depuis Pharamond jusqu’à Godefroy de Bouillon. Le troisième, tout aussi sommaire, passe en revue les diverses générations des ducs de Lorraine régnants en insistant sur le fait qu’ils descendraient des comtes de Louvain et non de la maison de Boulogne comme l’avaient affirmé Richard de Wassebourg et François de Rosières3. Même si Biré souligne avec fierté cette divergence, son ouvrage est dans l’ensemble aussi fallacieux que les précédents sur le plan archéologique. Il ne présente sous cet angle aucun intérêt.

  • 4 Il se rétracte ainsi : « Mais de ma part, encore que ci-devant j’aie écrit choses approchant à ce (...)
  • 5 « J’aurais volontiers mis cette autorité dès le commencement dudit chapitre, si j’eusse pu recouvr (...)
  • 6 On a localisé trois exemplaires seulement. Celui de la BM de Nantes (54854), qui provient des orat (...)

2En le feuilletant on a une impression de désordre, qui tient à la nervosité du style et au caractère chaotique de l’exposition. Les digressions y sont nombreuses et les redites semblent relever de l’obsession plus que de la maladresse. La matière historique s’y plie à toutes sortes d’exigences démonstratives. Comme le dit l’épître dédicatoire, l’histoire est un « miroir » qui, reflétant les « beauté et difformité » humaines, nous montre les vices et les vertus. Il faut s’y plonger, que l’on soit prince ou non, pour comprendre ce qui fait dans le monde l’honneur et l’infamie. La démarche de Biré consiste donc à chevaucher du passé au présent à grandes enjambées, le passé étant apparemment le terrain le plus ferme, celui qui communique l’impulsion. Le présent est ici d’autant plus incertain que le temps de l’écriture semble avoir été assez long. L’épître dédicatoire est datée du 3 octobre 1593, mais la préface, qui s’achève sur le vœu d’une belle victoire des princes catholiques au siège de Craon, est manifestement antérieure à mai 1592. Ce qui a été écrit à un moment n’a pas été forcément relu ou corrigé. Par exemple, il est fait allusion dans un chapitre à « François Monsieur duc de Penthièvre, aujourd’hui fils aîné de Monsieur le duc de Mercœur » (66), né en novembre 1592, et dans un autre on signale son décès, survenu en mars 1593 (186). La victoire de Craon, espérée dans la Préface (XXXI), est présentée plus loin comme une grande bénédiction au même titre que celles de Rouen et d’Ambrières (93). Si l’on se réfère à la narration des faits contemporains, on peut dire que l’essentiel a été écrit dans les premiers mois de 1593, mais on trouve aussi, dans la longue notice consacrée aux Guise, à la fin du livre Ier, un récit détaillé des événements relatifs aux États généraux réunis au Louvre pour l’élection d’un roi, qui se poursuit jusqu’aux mois d’août-septembre 1593 avec l’enregistrement des décrets du concile de Trente par le Parlement et l’envoi des ambassadeurs à Rome en vue d’obtenir la levée de l’excommunication d’Henri de Navarre. Ce passage est imprimé en tout petits caractères, comme s’il s’agissait d’un texte de substitution, inséré à la dernière minute et dans un espace limité au moment même où l’imprimeur avait déjà réalisé sa mise en page. Apparemment, il devait être prévu aussi de parler tout de suite après du duc de Mayenne, mais, faute de place ou de temps, le lecteur est invité à se reporter à ceux qui ont « doctement écrit » sur lui (346). Il est clair que l’auteur, dans l’urgence, a senti que les événements pouvaient devancer ou contredire ses propos. Il reconnaît parfois être obligé de changer d’opinion4. Il lui arrive aussi de porter des ajouts à des développements achevés parce que certaines informations lui sont venues trop tard5. À la fin d’un chapitre on annonce une « table en forme d’arbre » pour résumer toutes les filiations issues de Clodion le Chevelu, mais elle ne figure pas (120). On remarquera aussi qu’aucun des exemplaires encore accessibles ne comporte de page de titre imprimée, que le plus souvent l’épître dédicatoire est également absente, ce qui laisse penser que l’ouvrage n’a peut-être pas été commercialisé ou qu’il a été abandonné en l’état aux libraires à la fin de l’année 1593, c’est-à-dire à une époque où il avait pratiquement perdu tout intérêt6. On comprend bien qu’il s’agit là d’un livre engagé, que Biré y parle pour la Ligue, plus particulièrement pour ceux qu’il appelle « nos princes lorrains » (14). Dans la perspective de l’élection d’un roi, annoncée depuis 1590, il y soutient la candidature des Guise sans jamais le dire expressément mais en avançant soigneusement les arguments qui permettent d’écarter tous les autres. En s’attardant sur la matière généalogique, encore qu’il se défende d’être historien, il s’est laissé surprendre par les événements et surtout par l’orientation inattendue de la réunion des États. Il a conçu un ouvrage hybride, précipité, inutilement pesant, mais où, par dérivations, soubresauts et digressions, la thèse est quand même implacablement développée.

  • 7 Biré évoque Télémaque qui, dans l’Odyssée (I, 215-216), désigne sa mère à ceux qui l’interrogent s (...)

3L’argumentation, en deux temps, vise à rappeler les trois grands principes de la monarchie française et, consécutivement, les critères de choix pour l’élection d’un roi. Le premier principe réside dans la filiation par le sang. Biré n’a d’autre projet que de montrer que les princes lorrains sont d’« extraction et du sang de Charlemagne en ligne masculine indirecte et collatérale » (VII). Dès l’épître dédicatoire, il affirme que l’origine de la maison de Lorraine est « d’un sang purement royal » (VII) ; il veut réagir contre ceux qui considèrent comme criminel « de parler avantageusement des aïeux, parents et alliés de nos rois et des princes de leur sang pour justifier que de tous côtés ils sont d’un sang purement royal » (VIII). Plus loin, il ajoute : « Si on s’attaque aux Lorrains, on s’attaque aussi au sang royal de Philippe Auguste. » (224) Dans les livres II et III, plus polémiques et plus serrés, il revient à plusieurs reprises sur la « qualité royale du sang des princes lorrains », soulignant, par un argument souvent invoqué, que tout préjudice à leur endroit se reporte sur la grandeur et qualité des princes du « sang de Capet » en général (II 84, 88). Les alliances sont telles que « médire des uns pour le regard de leurs qualités personnelles » revient à faire « pareille injure aux autres » (62). Ce leitmotiv parcourt toute la quête généalogique et suffit à la justifier. Mais comme la parenté est parfois du côté des femmes, Biré prend soin de rappeler aussi la légitimité du sang maternel qui est le plus sûr, selon les jurisconsultes, car « la mère est toujours certaine », alors que « le père est seulement celui que les noces démontrent7 » (62). Cette qualité du sang maternel n’est pas contestée en soi par la loi salique qui, si forte soit-elle, ne saurait « éteindre le parentage qui est entre les hommes de droit de nature plus ancien et plus fort que le droit civil » (63).

  • 8 Cependant, que la femme soit exclue du pouvoir ne signifie pas qu’elle soit privée de tout « droit (...)

4La loi salique est justement le deuxième grand principe de la monarchie. Biré, qui s’en fait un ardent défenseur, lui consacre, après avoir évoqué au début de son livre II l’avènement de Pharamond, une digression de dix pages (II 4-15). Il n’est pas impossible qu’il ait repris ou amplifié ce long passage après le vote par le parlement de Paris de l’arrêt Le Maistre, du 28 juin 1593, qui en réaffirmait solennellement le principe et qui écartait un peu plus l’infante Isabelle du trône de France. Biré y voit « une louable coutume, étroitement et inviolablement gardée et observée » par les Français, qui a « maintenu et conservé à la dignité royale les princes du sang de leurs anciens rois », sans que ces princes soient toujours les plus proches ou les aînés. Cette loi peut à juste titre, « par une excellente antonomasie », être appelée loi « vraiment gallique et non salique », tant elle est « propre et particulière de la maison de France, fondée sur la magnanimité des Français qui jamais n’ont pu souffrir être dominés par femmes de par elles, ni par aucuns étrangers, auxquels la couronne pourrait facilement être transférée par mariage si d’icelle les femmes n’étaient entièrement exclues ». Le propos est ici suffisamment clair pour balayer les prétentions du roi d’Espagne qui avait laissé entendre, dans les derniers temps, que sa fille accédant au trône pourrait épouser l’archiduc Ernest d’Autriche. « Ce n’est pas sans grande et juste cause qu’en notre monarchie française nous n’admettons pas les filles ni les mâles d’elles descendus (quoi qu’en veuillent dire quelques-uns au contraire) », car, « la femelle étant exclue de quelque succession, le fils qui vient d’elle en est pareillement exclu ». On voit donc aussi ce qu’il faut penser des candidatures du duc de Savoie et du marquis de Pont-à-Mousson, petits-fils par les femmes des rois François Ier et Henri II respectivement8. La souveraineté qui est déniée aux femmes est celle qu’elles exerceraient « de par elles », ce qui n’englobe pas les cas de régence ou de prise de pouvoir par les épouses ou les mères sous certains règnes trop faibles et dont les dernières décennies ont laissé, selon Biré, de déplorables exemples. En définitive, si la coutume, comme il se plaît à le dire, appelle au trône de France des « princes du sang mâles et issus de mâles seulement, ores qu’ils soient au cent millième degré de parentèle des précédents rois légitimes et sacrés, non par droit de succession » (II 12), le choix entre les prétendants en lice est, en 1593, considérablement réduit.

  • 9 Il cite également l’exemple du roi sicambrien Basanus, qui fut élu après que l’on eut chassé son f (...)
  • 10 « Chacun sait assez que du vivant des défunts rois François Ier et Henri second, toute l’Allemagne (...)
  • 11 On est manifestement invité ici à établir un rapprochement avec le vainqueur de Metz et de Thionvi (...)

5Le dernier principe de la monarchie est celui de l’élection au trône, non seulement quand la succession est interrompue, ce qui est alors le cas en France, mais aussi après déposition de souverains incapables, comme cela semble s’être fait dans un lointain passé et comme cela aurait pu se faire en France dans un passé tout proche. En invoquant audacieusement la Franco-Gallia d’Hotman aussi bien que « l’hérétique Anti-Machiavel », Biré se convainc que les rois, « tant puissants et grands qu’ils puissent être », sont indignes de la royauté et même de vivre entre gens d’honneur dès lors qu’ils se révèlent tyrans, hérétiques ou incompétents (II 48-49). Il donne sur ce point beaucoup d’exemples, notamment celui des fils du roi Clogio qui furent écartés du trône parce qu’ils n’avaient pas encore vingt-quatre ans9 (114). Louable pratique, assure Biré, qui, si elle avait encore été en usage de notre temps, aurait évité aux « pauvres catholiques de France » d’être « affligés des hérétiques comme ils sont ». Il ajoute : « Car c’est une chose très certaine que l’hérésie n’a jamais été soutenue et prêchée en France, sinon depuis la minorité de nos derniers rois10. » Pour lui, le modèle d’élection d’un roi est celle de Pharamond, premier duc de Mosellane et roi des Francs, en 419, dont l’avènement permit de mettre fin aux désordres et jalousies et d’unir toutes les forces vives du royaume. Bien évidemment, ce Pharamond était du sang des anciens rois et fils d’un duc qui avait donné au pays « une très belle armée pour opposer aux incursions des Romains et Gaulois » (II 5). Comprenne qui pourra11. D’une façon générale, lorsqu’il y a élection d’un roi, « le peuple prend ordinairement celui-là seulement qu’il juge plus capable et qui lui vient mieux à cœur » (107). C’est donc une orientation stratégique en même temps qu’un élan affectif. Là encore, chacun est invité à porter son regard vers les princes les plus providentiels ou les plus charismatiques.

6Une fois rappelés les principes, les critères du choix sont aisés à déduire. Le premier réside dans la nationalité. Outre qu’il est d’un sang « purement » royal, le futur roi de France est nécessairement français. La question de la « naturalité » est ici une des plus récurrentes. Biré lui consacre en particulier un de ses premiers chapitres, dans lequel il réfute sur une trentaine de pages l’idée selon laquelle les princes lorrains seraient étrangers (8-35). En premier lieu, il convient de considérer que les princes possédant des terres qui ne sont pas sous l’obéissance des rois de France mais qui relèvent de l’« ancien domaine de la couronne » ne sont pas pour autant considérés comme étrangers. Or les princes lorrains sont précisément seigneurs de terres que les empereurs ont jadis usurpées au royaume de France. En second lieu, la double nationalité est légalement admise. Un homme peut avoir deux pays, « l’un est d’origine première et l’autre d’adoption, qui est celui qu’on choisit par migration » (16). Biré s’appuie notamment sur le cas des princes d’origine française qui ont tenu des royaumes étrangers comme celui de Naples ou de la Sicile, pour montrer que le « pays d’option » n’efface pas « la mémoire et qualité de la primitive extraction » (17). Il aborde encore d’autres aspects de la question qu’il règle parfois avec désinvolture. Mais on sent bien que ce point est essentiel : il s’agit de faire en sorte, en devançant les réticences des députés des États ou du Parlement, que les princes lorrains ne puissent être assimilés aux Espagnols.

7Il faut également que le nouveau roi soit catholique. Sur ce point, on ne saurait critiquer les princes lorrains, car ils ont toujours secouru l’Église et jamais aucun, dit Biré, n’a été entaché « de la lèpre d’hérésie » (94). Ses différentes notices sur les Guises, sur Mercœur et sur les ducs de Lorraine sont autant d’occasions de témoigner de leur constance et de célébrer leurs actions. La répression sanglante des Rustauds dans la plaine de Saverne en 1525 est relatée à deux reprises (294, II 128). Le massacre de Wassy, au cours duquel le duc de Guise fut « contraint de mettre la main aux couteaux », est vigoureusement justifié (308). Il en va de même de la « fête de saint Barthélemy, le saint jour des noces de Paris » (315). L’évocation du roi Helenus, bénin à ses sujets mais cruel à ses ennemis, est l’occasion de rappeler qu’on ne saurait être trop dur vis-à-vis de l’hérésie (106). L’exemple des perfidies du roi Clodomir, qui feignit de négocier avec les Gaulois mais qui envoya finalement contre eux cent mille hommes mis sur pied avec la complicité de princes saxons, doit nous inciter à rester vigilants face aux hérétiques, « lesquels, sous prétexte d’une vaine espérance qu’ils donnent d’abjurer leur hérésie, se fortifient de jour à autre » (110). Ils ne regrettent nullement leurs exactions. Combien de « saints et sacrés temples » brûlés et que de « massacres de gens d’Église, laboureurs et autres » leur sont imputables (II 59) ! Mais fort heureusement les catholiques ont réagi, sans esprit de subversion. Biré prend soin de préciser que leur « sainte Ligue », jurée en 1585, n’est qu’une « rénovation et exécution de celle qui, sous l’aveu du roi, avait été jurée dès l’an 1576 » (317). À la fin du livre Ier, il signale que le roi de Navarre a déclaré vouloir se convertir, « mais las ! bien tard », précise-t-il (336). Un peu plus loin, en commentant l’actualité des États généraux, il ajoute que les « catholiques unis » ne reconnaîtront une telle conversion que lorsque l’excommunication aura été levée (346). On sait que beaucoup de ligueurs pensaient que cette condition ne serait pas remplie de sitôt.

  • 12 Biré rappelle l’exécution à Paris, en 1586, de l’avocat François Le Breton, qui n’aurait fait que (...)
  • 13 Plutarque, Apophtegmes de rois et de généraux, 207 c. C’est plutôt le philosophe Athenodoros qui r (...)

8Enfin, on ne saurait élire un prince qui ne soit valeureux. Tout en rapportant par le menu les nombreux services rendus par les Lorrains, et singulièrement depuis le temps du duc Antoine dont deux frères sont morts en combattant pour le roi, Biré s’applique à dévaloriser Henri III qui, à l’instar de Jupiter, s’est évertué « incessamment à supprimer les choses hautes et superbes, élevant en haut et en grandeur les choses petites et infimes de leur nature » (48-49), ainsi qu’en témoigne le duc d’Épernon qui était « petit » et qui peut à présent « faire tête aux plus grands » (46). Ombrageux comme tous les monarques, Henri III n’a écouté que ses proches et condamné parfois sans grande apparence de jugement12. Biré ne l’accuse pas ouvertement de l’assassinat du duc de Guise, qui a plutôt été l’affaire de « mutins » (330). D’ailleurs le roi, « imbu » de toutes sortes de rapports qui ne faisaient qu’accroître sa jalousie et son soupçon, a été pris de remords et n’a pas en fin de compte obtenu le résultat escompté puisque le royaume s’est embrasé de plus belle (336). À l’inverse, il est faux de penser que le duc de Guise ait conspiré la mort du roi au lendemain du siège de Paris. Les princes lorrains n’ont pas trempé dans l’assassinat d’Henri III et si l’on n’avait pas fait si prompte justice de Jacques Clément l’instruction de son procès leur aurait permis de se disculper (341). Quant à ceux qui se plaisent à rappeler que les Guise n’ont pas toujours bénéficié de la faveur de François Ier (45), il suffit de savoir que les rois sont par nature de diverses « humeurs et affections », déraisonnables aussi parfois, mais on les apaise, au dire d’Aristote, dans le peu de temps « qu’on peut employer à répéter deux fois tout l’alphabet13 (45-46) ».

  • 14 On retrouvera le texte, notamment, dans les Mémoires de la Ligue, Nouvelle édition, Amsterdam, che (...)

9Toute cette argumentation politico-juridique qui s’appuie sur la matière généalogique ou la prolonge, transgresse dans une certaine mesure le genre historiographique tel qu’il était alors pratiqué, même si chez la plupart des historiographes le passé n’est jamais coupé du présent. L’un et l’autre, s’éclairant mutuellement, donnent en général du temps une vision uniforme et rassurante. Biré, comme on l’a dit, est bien conscient de ne pas écrire en historien, mais selon lui l’originalité de sa manière réside moins dans sa démarche argumentative que dans le ton de riposte qu’il se voit contraint d’adopter. Il se trouve que l’ensemble de sa thèse, qui soutient la cause des Lorrains au moment de la succession des Valois, entend répliquer directement à celle qui est exposée dans l’Anti-guisard, un pamphlet anonyme publié en 1586, repris les années suivantes dans le premier volume des Mémoires de la Ligue et dont le contenu, à la lumière des événements de 1593, prend une singulière acuité14. L’avocat Biré, qui s’écartait quelque peu de l’historiographie, s’en écarte encore davantage à partir du moment où il doit se faire pamphlétaire à son tour. Ainsi son ouvrage est à la fois marqué par l’urgence des événements et l’âpreté que requiert une contre-offensive. L’apologie se situe davantage dans la conscience de l’offense que dans la rigueur de la défense. Dans son Avertissement aux lecteurs, Biré souligne avec insistance le caractère « apologétique » de son projet :

  • 15 Cet Avertissement, qui achève l’épître dédicatoire (VIII), n’est consultable que dans l’exemplaire (...)

« J’appelle ce livre apologétique, d’autant que sans m’astreindre aux lois et style de l’histoire mon intention a été seulement de vérifier par auteurs anciens et approuvés, contre quelques médisants, que la grandeur des princes de Lorraine à présent vivants tire son commencement d’un temps du tout immémorial et que par conséquent mal à propos l’anti-guisard ne répète leur premier être que de récente mémoire et, les appelant étrangers […], s’est tellement efforcé d’obscurcir la mémoire des bons offices qu’ils ont rendus à nos rois et à cet État […] qu’il n’est pas possible que tous les princes chrétiens ne s’en tiennent offensés et n’approuvent le bon devoir de ceux qui, par la représentation des choses véritables, entreprendront (avec moi) de contredire ses pernicieux et détestables placards15. »

10Cette ambition requiert du pamphlétaire d’une part qu’il réponde à l’anti-guisard en ferraillant des mêmes armes et de l’écrivain d’autre part qu’il adopte une certaine posture que le simple travail de l’historiographe ou de l’avocat n’exigeait pas.

  • 16 Il s’agit d’Érostrate (356 av. J.-C.).

11L’Anti-guisard est un écrit protestant très habile. Le guisard y est pris à partie sur un ton vif et caustique. Les Guise y sont accusés d’être des « étrangers », de « petits compagnons », des hommes « affamés d’honneurs, altérés de biens et échauffés d’ambition ». Le peuple pris à témoin doit reconnaître combien il est regrettable que le gentilhomme français ne puisse espérer aucun avancement, puisqu’il « faut que vingt-quatre Lorrains soient assouvis premier qu’il se puisse mettre à table ». Le premier duc de Guise y est qualifié de « cadet », de « vagabond » ; il n’aurait jamais obtenu que le titre de « fauconnier » du roi, ce qui lui aurait permis de nourrir « en ses enfants des oiseaux de proie qui par leur ambition comme d’un bec crochu déchirent la pauvre France ». De temps à autre, c’est le « roi très chrétien » qui est invoqué, ou bien alors le « Dieu éternel », dans un style élevé et pathétique. Entre l’ironie et l’indignation se glisse beaucoup d’érudition. Les Pères de l’Église sont sollicités, mais le pape est accablé. On y passe très vite de la dérision à l’apitoiement, du regret à une apparente commisération, conformément aux lois du genre. Puisqu’il répond, Biré a l’avantage de pouvoir cibler ses attaques. Il y a peu de chapitres où son propos ne lui permette de revenir à la charge et d’interpeller l’adversaire trivialement : « Entends ici, anti-guisard, et reconnais la rage et folie qui troublaient ton cerveau […] Entends ici, anti-guisard, grince et frémis des dents le plus que tu pourras dans la rage […] Entends ici, verveur anti-guisard, et vois […] Vois donc […] Garde-toi d’être changé en geai car aussi bien enrageras-tu sept fois le jour […] Mais quoi, elle t’appartient bien la teigne puisque tu as si bonne opinion de toi […] Toutefois je crains que tu te pendes si j’en dis davantage […] Je t’attends à la réplique […] » Les écrits de l’anti-guisard sont « répertoire d’inepties », ses placards « périssent chez les beurrières », sa folie rappelle « celui qui brûla Éphèse pour faire parler de lui16 », ses « crieries » prouvent qu’il est « coutumier de prendre l’écorce au lieu du vrai sens des auteurs qu’il lit », il est semblable « au frelon qui provoque l’autour » ou au « blaireau qui attaque l’éléphant ». Biré le qualifie tantôt de « sophiste argoteur », de « brave logicien », de « grand menteur et imposteur », de « beau diseur », tantôt de « perroquet », de « galant », de « babillard », de « scribe et trompette de tous les hérétiques de ce temps ».

12Comme son adversaire, Biré pratique l’art du contrepoint. La rhétorique de l’agacement est en permanence compensée par des périodes incantatoires, qui sont ressenties comme des retours essentiels à la gravité du sujet. Le catholique, révolté un moment par tant de mensonges et vilenies, revient en lui-même en toutes circonstances. Beaucoup de chapitres s’achèvent alors par d’amples oraisons : qu’il plaise à Dieu, dit Biré à la fin de sa Préface, de « disposer et échauffer le cœur de tous les princes catholiques et iceux faire tous vivre en bonne paix, concorde et union » (XXXI) ; qu’il lui plaise nous faire participer « à la béatitude éternelle » et nous accueille comme il a accueilli Sébastien de Luxembourg (183) ; qu’il fasse prospérer son Église à la confusion de ses ennemis (188), qu’il bénisse le cours des vies des princes de Vaudémont (246), qu’il assiste le duc de Mercœur en ses missions (273), qu’il fasse fleurir, plus que jamais après l’annonce de l’abjuration du roi de Navarre, « la sainte foi catholique » (336). Au terme de l’ouvrage, Biré invite son lecteur à la dévotion collective : « Maintenant je prie la sainte et individue Trinité d’assister de ses divines grâces et faveurs tellement le cours des actions de tous les princes, tant de cette tant illustre et chrétienne maison de Lorraine que généralement de tous les autres princes catholiques du sang de France, que par le moyen de leurs généreuses résistances les catholiques puissent à jamais vivre en repos […] en la vraie Église catholique, apostolique et romaine, tant en ce pauvre royaume désolé qu’en tous autres endroits où autrefois leur puissance et domination […] s’est virilement étendue, depuis la misérable destruction de Troie dont ils sont issus. Ainsi soit-il. » (II 135) Ferveur du catholique peut-être, mais habileté aussi du ligueur qui, dans cet ultime élan, d’une part englobe une fois de plus dans le domaine royal les terres souveraines des princes lorrains de manière à rappeler leur « naturalité » française et l’évidence de la cause commune, qui d’autre part s’efforce de montrer que les derniers événements, et en particulier l’abjuration du roi de Navarre, permettent de conserver l’espérance sans pour autant lever les alarmes.

  • 17 Ce pamphlet anonyme a été publié en latin et en français, à partir de 1573, sous le nom fantaisist (...)
  • 18 Plutarque, Les moyens de distinguer le flatteur d’avec l’ami, 53 c.

13À la façon de l’anti-guisard et selon un code éprouvé, Biré ne cesse également de protester de sa fidélité et de son honnêteté. Il jure de « vivre et mourir » dans la religion catholique (120). Son libre discours pourrait lui procurer le blâme des huguenots, mais il assure ne vouloir travailler que « sous l’honneur et respect » justement dû à tous les rois et princes serviteurs de Dieu (XXXI). Sa « droite intention » n’a rien à voir avec les fins subversives qui ont conduit les hérétiques, vingt ans auparavant, à publier le Réveille-matin des Français17 (120). Il ne veut rien produire contre la vérité et moins encore « révoquer en doute les puissances qui sont ordonnées du ciel » (VIII). Il entend laisser « les droits de la couronne à ceux auxquels elle appartient » (63) et ne cherche nullement à « abaisser l’autorité des rois ni d’aucuns autres [ses] supérieurs » (II 46). Il ajoute : « De ma part, je suis autant serviteur des rois qu’aucun autre, sans comparaison, mais je n’en saurais être idolâtre comme ceux qui contrefaisaient la bosse d’Alexandre pour mieux lui plaire18. » (II 49) De même que les princes lorrains aimeraient mieux être vaincus que de voir critiquer les princes de Bourbon, auxquels on ne saurait rien reprocher hors le fait de la religion (28), il se refuse à pratiquer la diffamation et à en « empulanter » son livre comme l’a fait l’anti-guisard. « Qu’on laisse donc, dit-il, les injures aux lavandières et tripières du Petit Pont de Paris, vu que par icelles la cause n’en est plus faible ni plus forte. » (29) Ce type de démonstration est commun à toute la polémique littéraire du temps.

  • 19 À propos de l’origine des princes de Luxembourg, auxquels il consacre de longues pages (146-164), (...)

14De façon peut-être plus inventive, Biré cherche à se positionner vis-à-vis de son lecteur, comme si leurs regards devaient se croiser et que la sincérité affichée de l’un puisse se nourrir de l’assentiment de l’autre. Si ce n’est là une autre arme du pamphlet, peut-être y verra-t-on une modalité particulière de la captation. Ce positionnement conduit d’abord l’écrivain à s’engager plus nettement dans son projet, à faire sentir une implication personnelle, qui n’est pas seulement celle du savant ou du partisan. Il prend soin, là même où les témoignages avérés suffiraient, à se présenter comme témoin oculaire d’un certain nombre d’événements. Il se donne à voir au cœur des conflits et des passions. Par exemple, lorsqu’il évoque la vie de Sébastien de Luxembourg, le père de la duchesse de Mercœur, il ne s’en remet pas au livre de Raoul Le Maistre paru l’année précédente, qu’il juge d’ailleurs défectueux19 ; il préfère s’attacher aux confidences qu’il tient de la bouche même du chevalier de Gassion, ancien compagnon d’armes de Sébastien de Luxembourg (175-176), ou encore de celle de son oncle maternel, le sieur de Champeaux, qui « avait l’honneur d’être, dit-il, du conseil de mondit sieur de Martigues » (181). L’éloge qu’il fait plus loin du duc de Mercœur se veut tout aussi proche et particulier. S’il le reconnaît grand militaire, c’est parce qu’il l’a personnellement entendu « faire grand récit » de « plusieurs beaux stratagèmes et ruses de guerre » ; s’il vante ses qualités d’esprit, c’est parce qu’il a eu « l’honneur de voir plusieurs belles odes, sonnets et stances de sa composition » (247). Plus loin, Biré s’attarde sur un rapprochement qu’Henri III aurait tenté avec le roi de Navarre en septembre 1587. Certains auraient prétendu que la démarche ne visait qu’à informer les belligérants des desseins des uns et des autres. En fait, l’intention d’Henri III aurait été en la circonstance de demander au roi de Navarre de se faire catholique. Biré en veut pour preuve un témoignage du duc de Nevers, qu’il aurait lui-même recueilli au cours d’une entrevue diplomatique à Poitiers à laquelle il eut l’occasion d’assister (254). Au fil des pages, l’auteur nous laisse ainsi entrevoir sa silhouette d’observateur avisé.

15Les digressions offrent aussi à Biré la possibilité de donner son avis sur toutes choses, bien au-delà des considérations politico-religieuses. C’est une autre forme de rencontre avec le lecteur. On devine dans ces « allongeails » un certain goût pour la conversation plaisante, des préoccupations morales, un souci d’analyse sociale. Après avoir évoqué les mœurs raffinées du roi Marcomir II qui encourageait les écrivains, Biré constate avec satisfaction que l’époque présente est plutôt propice aux lettres, qu’elle compte « par la grâce de Dieu un bon nombre de doctes poètes desquels on voit quelques œuvres dignes de recommandation » (111). Il raconte aussi avec complaisance la mésaventure survenue à un comte de Vaudémont qui fut grugé par son frère à qui il avait donné charge de lui trouver une épouse et qui négocia en fait le mariage pour son propre compte. Tout en citant Ovide, il conseille de ne jamais utiliser d’intermédiaire et moins encore d’ami dans les affaires amoureuses (240). À un autre endroit, alors qu’il vient d’évoquer le cas d’une princesse morte « de déplaisir » à la suite du décès de son époux, il constate que les veuves de ce temps sont bien différentes, « lesquelles trois ou quatre mois après la mort de leurs maris courent les champs par ci et par là pour en avoir d’autres quoi qu’il leur en coûte » (285). Ailleurs, le récit du règne de Clodion le Chevelu donne lieu de critiquer les excentricités actuelles de « soldats et autres petits mistodets de toute sorte, lesquels pour contrefaire les princes portent de grandes crinières comme s’ils voulaient aller en mascarade à carême-prenant, pensant que par ce moyen on les estime plus mauvais garçons », mais ils ne font que se rendre « plus hideux et difformes » sans y gagner en courage (II 16). Biré se laisse également aller à déplorer la simonie de plus en plus courante des évêques (II 78), à comparer les lois de la guerre et les lois civiles (140), à disserter sur le bon usage des reliques (212-213). Comme l’anti-guisard, il renvoie volontiers aux Pères de l’Église. Il cite saint Augustin à propos de la modestie du langage et de l’efficacité de la prière (28, 232), saint Jean Chrysostome pour mesurer le mérite par rapport aux qualités du sang (II 6), saint Jérôme au sujet de l’humilité (186), saint Ambroise sur les effets de la pénitence (II 59).

  • 20 De la brièveté de la vie, II, 1 ; XIII, 1, 4, 5.

16Enfin il pratique à merveille l’art de la persuasion paradoxale. Comme s’il voulait ménager le lecteur, il feint parfois de suspendre son jugement, par incertitude ou modestie, ce qui vise à rendre tout le reste plus crédible : « Aux lecteurs de croire ce que meilleur leur semblera » (133, 140, 141) ; « Le lecteur jugera ce différend et non moi qui dois écouter les plus savants » (141). Il affiche une certaine prudence dans ses déductions qui devrait disposer l’auditoire en sa faveur, disant par exemple : « Cela supposé, je conclurais, sauf meilleur jugement des plus doctes, que […] » (201). Bien évidemment, ces minauderies portent le plus souvent sur des billevesées. Après en avoir dit beaucoup, il fait mine de se taire pour en suggérer bien plus : « En soit ce qui pourra, mais je n’en dirai pas davantage de peur d’être blâmé de Sénèque20 » (201) ; « Mais de cela je m’en tairai » (II 14) ; « Mais c’est assez, passons outre » (II 78) ; « Mais passons outre, nous en verrons bien d’autres » (106, 297). La prétérition n’est pas toujours dénuée de perfidie. Ainsi, quand il rapporte les menées contre les reîtres au cours de l’année 1587, il souligne clairement l’hostilité du roi Henri III vis-à-vis des princes lorrains mais en des termes faussement précautionneux : « Aucuns dès lors disaient que le roi voulait jouer un jeu piteux au désavantage desdits princes », et, comme pour prouver son intégrité, il ajoute : « Mais de cela je m’en veux taire pour n’en savoir rien au vrai. » (322) Ces élégances de prétoire servent pareillement l’historiographe et le ligueur.

  • 21 Le Dialogue d’entre le Maheustre et le Manant, contenant les raisons de leurs débats et questions (...)

17L’ouvrage de Biré, produit du cercle des lettrés nantais, est naturellement dédié au duc de Mercœur. L’épître initiale, qui comporte l’éloge convenu, insiste surtout sur son action civilisatrice locale. Le duc est cité sommairement à plusieurs reprises et fait en particulier l’objet d’une notice de trente pages dans un chapitre consacré aux comtes de Vaudémont, bien qu’il n’ait pas hérité de ce titre (246-273). Son portrait physique est tracé en demi-teintes : « Il est haut et puissant, grêle de corps, médiocrement large des épaules ; il a la barbe jaune et les cheveux gris cendrés. » (243). Le personnage est toujours présenté d’une façon globalisante et emblématique. À l’exemple de Garin le Lorrain et de Jeanne d’Arc, il possède toutes les vertus propres à la « nation lorraine », avec en outre, selon l’hyperbole habituelle, la vaillance de Miltiade, les « faits » de Pyrrhus, la réputation de Thésée, la science de César, la prudence de Fabius Maximus, la largesse de Cyrus et l’« oraison » de David (90). La bataille de Craon, un moment fort pour sa légende, fut vraiment « œuvre divine » (102). En tenant tête aux hérétiques et à leurs « fauteurs », il a montré qu’il était élu de Dieu (273). Ses combats ne l’ont jamais empêché de rendre hommage aux princes de Bourbon, la religion mise en part, comme il l’a encore fait à la mort du duc de Montpensier en juin 1592 (28). Il s’impose essentiellement par sa dimension symbolique et irénique. Curieusement, mais sans doute à juste titre, Biré ne le fait jamais apparaître comme un protagoniste dans le champ des rivalités et des passions. Les négociations qu’il aurait amorcées avec Henri de Navarre dès l’automne 1592 ne sont pas évoquées. On s’abstient aussi de parler des troupes espagnoles qui soutenaient ses offensives. Les victoires sur le terrain, comme Craon, ne sont pas vues comme des enjeux locaux, mais comme les signes encourageants du triomphe de la cause catholique en général. Sans être en marge, la Bretagne, sous la plume de Biré, ne semble pas jouer de rôle primordial ou spécifique et l’on ne sent pas dans quelle mesure le duc de Mercœur pourrait lui imprimer une marque originale, sinon en dotant les couvents et en nourrissant les muses au sein de son université nantaise. De façon très incidente, il est fait allusion à un vicomte de Martigues qui se serait uni par mariage au « sang royal des vrais et légitimes ducs de Bretagne » (174), mais le titre de gouverneur de Bretagne n’est jamais envisagé ici que comme le signe des solides alliances de la Lorraine et de la France. Les Nantais sont loués pour leur refus de l’hérésie dès 1562 (181), tandis que les « nobles habitants de Rennes » essuient, à l’opposé, quelques reproches pour leur « indignité » à l’égard de Mercœur (96). Il n’en sera pas dit davantage sur les difficultés du prince lorrain à exercer une pleine tutelle sur sa province. Au fond, ces simples notes discrètes ou allusives rendent compte exactement de la situation : Mercœur ne se posait pas en compétiteur national et la Bretagne n’affirmait pas de vocation sécessionniste, pas plus d’ailleurs que les autres provinces où l’on voyait aussi quelques grandes villes afficher leurs anciennes rivalités par telle ou telle prise de position. Ferme dans ses assertions, habile dans l’insinuation, prudent dans ses silences, Biré témoigne d’une remarquable perception des situations et des événements. Il observe les faits latéralement, avec un léger décalage qui tient à sa position nantaise et à l’accélération politique. Son cheminement n’a rien d’ambigu. C’est un ligueur fervent. Il peut apparaître modéré dans la mesure où, ses intransigeances portant plus sur des principes que sur des stratégies, il sait que l’histoire se défait et se refait au moment même où il écrit. En tout cas, en octobre 1593, quand il achève son livre, il ne semble vouloir prêter l’oreille ni au Maheustre ni au Manant21.

Notes

1 Pierre Biré, sieur de La Doucinière, était avocat du roi au présidial de Nantes. Dans les pages liminaires de son ouvrage figurent notamment des vers encomiastiques composés par deux de ses frères, Michel Biré, sieur de La Grenotière, et Jean Biré, sieur des Brosses. Comme historien, il fait l’objet de quelques pages dans l’étude de L. Grégoire sur La ligue en Bretagne, Paris / Nantes, 1856, p. 207-211. Un mémoire de maîtrise lui a été consacré, sous le titre Pierre Biré, ligueur nantais. Un officier de justice à la cour de Mercœur, soutenu à l’Université de Nantes en 1997 par Violaine Mabille de Poncheville.

2 C’est le cas de Biré, qui considère que le témoignage des « vieux pères, qui ont écrit que les Français sont issus des Troyens », n’est pas entamé par les « quelques nouveaux et récents historiographes, trop peu respectueux de l’antiquité », qui, « sous prétexte de raisons mal prises », jugent mensongères les choses « qui excèdent la mémoire de quatre ou cinq cents ans derniers » (XXI). Toutes les citations que l’on produit ici, dans le texte ou en note, sont transcrites dans une orthographe moderne et suivies, entre parenthèses, de l’indication de la page. Les nombres en chiffres romains renvoient aux pages liminaires non chiffrées. Les nombres en chiffres arabes renvoient à la pagination du livre Ier ; ceux qui sont précédés de la mention II renvoient aux livres II ou III, qui ont une pagination commune.

3 Les Antiquités de la Gaule Belgique de Wassebourg (Paris, 1549) et les Stemmatum Lotharingiæ ac Barri ducum tomi septem de Rosières (Paris, 1580) ont été les références les plus fréquemment avancées par les généalogistes au cours de ces décennies.

4 Il se rétracte ainsi : « Mais de ma part, encore que ci-devant j’aie écrit choses approchant à ce dire, si est-ce que tout bien considéré je trouve l’autre opinion meilleure. » (II, 57)

5 « J’aurais volontiers mis cette autorité dès le commencement dudit chapitre, si j’eusse pu recouvrer l’auteur, mais pour ce qu’il m’a été envoyé par un mien ami lorsque je finissais ce discours, je l’ai trouvé encore assez à temps pour en honorer cette conclusion. » (33)

6 On a localisé trois exemplaires seulement. Celui de la BM de Nantes (54854), qui provient des oratoriens de la ville, est le seul à comporter une page de titre, mais elle est manuscrite ; les trois feuillets de l’épître dédicatoire manquent. Ils manquent également à l’exemplaire de la BnF (Rés. Fol-Lm3-590), aux armes de De Thou. L’exemplaire de la BM de Nancy (50878) est en revanche, titre mis à part, tout à fait complet ; un possesseur ancien a indiqué à la fin qu’il l’avait acheté lui-même à Nantes le 18 août 1598.

7 Biré évoque Télémaque qui, dans l’Odyssée (I, 215-216), désigne sa mère à ceux qui l’interrogent sur ses parents mais se contente d’indiquer que son père doit être Ulysse, « au rapport de sa mère », bien qu’il n’en sache rien.

8 Cependant, que la femme soit exclue du pouvoir ne signifie pas qu’elle soit privée de tout « droit successif » et « contingente portion », sinon il y aurait lieu d’accuser la nature de les avoir faites d’un sexe « pour raison duquel elles seraient dénuées de commodités » (II, 15).

9 Il cite également l’exemple du roi sicambrien Basanus, qui fut élu après que l’on eut chassé son frère qui était « homme inutile, paresseux et lubrique » (107). Il fait l’éloge d’un certain Pépin Héristel, comte de Namur, qui aurait été « suscité par la noblesse du royaume » parce qu’elle ne pouvait supporter la « tyrannie et vie impudique » du souverain en place (122). De façon plus insinuante, il rappelle que les Français se révoltèrent contre le roi Charles le Simple, « pour ce qu’il ne voulut chasser son mignon Haganon, flatteur de cour et homme de basse et vile extraction » (II 48).

10 « Chacun sait assez que du vivant des défunts rois François Ier et Henri second, toute l’Allemagne était infectée d’hérésie et que la France seule était exempte du prêche calviniste. » (114)

11 On est manifestement invité ici à établir un rapprochement avec le vainqueur de Metz et de Thionville, face aux « incursions » étrangères.

12 Biré rappelle l’exécution à Paris, en 1586, de l’avocat François Le Breton, qui n’aurait fait que se plaindre « de l’injustice qu’aucuns principaux officiers et chefs de la justice avaient faite à l’une de ses parties » (108).

13 Plutarque, Apophtegmes de rois et de généraux, 207 c. C’est plutôt le philosophe Athenodoros qui recommandait à Auguste de réciter l’alphabet avant de laisser exploser sa colère.

14 On retrouvera le texte, notamment, dans les Mémoires de la Ligue, Nouvelle édition, Amsterdam, chez Arkstée et Merkus, 1758, t. Ier, p. 355-411.

15 Cet Avertissement, qui achève l’épître dédicatoire (VIII), n’est consultable que dans l’exemplaire complet de la BM de Nancy.

16 Il s’agit d’Érostrate (356 av. J.-C.).

17 Ce pamphlet anonyme a été publié en latin et en français, à partir de 1573, sous le nom fantaisiste d’Eusèbe Philadelphe.

18 Plutarque, Les moyens de distinguer le flatteur d’avec l’ami, 53 c.

19 À propos de l’origine des princes de Luxembourg, auxquels il consacre de longues pages (146-164), Biré écrit : « Je l’ai ainsi fait voir à quelqu’un, lequel (n’a pas longtemps) en a écrit une généalogie. Et pour ce que je la trouve manque et défectueuse, je transcrirai au présent tout ce que j’ai pu remarquer en l’honneur et recommandation de cette illustre maison. » (148) Même sans autre précision, il est probable que Biré fait allusion ici à l’Original des troubles de ce temps, discourant brièvement des princes plus illustres de la très ancienne et très illustre famille de Luxembourg et de leurs alliances généalogiques, de Raoul Le Maistre, dominicain rouennais. Cet ouvrage, qui s’achève par une douzaine de pages consacrées à la généalogie de la maison de Luxembourg, a été publié à Nantes à l’automne 1592. L’épître dédicatoire à Marie de Beaucaire, veuve de Sébastien de Luxembourg, et à sa fille la duchesse de Mercœur est datée de Nantes, « le jour de l’exaltation sainte Croix [14 septembre] ». (Troyes BM, hh. 9. 3822 bis)

20 De la brièveté de la vie, II, 1 ; XIII, 1, 4, 5.

21 Le Dialogue d’entre le Maheustre et le Manant, contenant les raisons de leurs débats et questions en ces présents troubles au royaume de France, a paru anonymement en décembre 1593. Il oppose les voix du pragmatisme et du pessimisme.

Auteur

Professeur de langue et littérature françaises à l’université Paul Verlaine – Metz. Il a publié divers ouvrages et articles sur la Lorraine à la Renaissance, et prépare une édition de La Mercuriade (1605), tragédie de Dominique Gaspard, qui porte sur l’épopée hongroise et la mort du duc de Mercœur.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540