Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le duc de Mercœur

 | 
Emmanuel Buron
, 
Bruno Méniel

Deuxième partie. Les relations du duc de Mercœur avec les artistes et les écrivains

L’art et les lettres au service de la politique : l’exemple des entrées du duc de Mercœur comme gouverneur dans les villes de Bretagne

Fanny Laschon

Texte intégral

  • 1 Roy Strong, Les fêtes de la Renaissance, Arles, Solin, 1991, p. 15.
  • 2 L’abbé Travers émet par exemple une opinion partagée sur le cérémonial d’entrée du duc de Mercœur (...)
  • 3 Françoise Hildesheimer, Du Siècle d’or au Grand Siècle, L’État en France et en Espagne, XVIe-XVIIe(...)

1Les entrées du duc de Mercœur dans les cités bretonnes évoquent d’emblée l’idée d’une représentation théâtrale. La mise en scène qui les entoure, comparable à bien des égards à celle des entrées royales, peut ainsi être décrite comme un « gigantesque spectacle, amalgamant différents éléments, à la fois juridiques, économiques, esthétiques, politiques et religieux1 ». Ces réceptions frappent l’imagination moderne par les débordements de somptuosité qui les caractérisent. Certains historiens ne manquent d’ailleurs pas de souligner le caractère dispendieux de l’entreprise et dénoncent implicitement son inutilité2. Pourtant, les entrées du prince comme celles de ses représentants suscitent un intérêt bien réel, tant du côté de leurs spectateurs que de leurs acteurs. Leur apparat sert à imprimer une solennité particulière à l’événement. Il est accompagné d’un rituel exigeant dont les éléments « mettent en œuvre un langage et des représentations3 » précises. Le tout forme une allégorie achevée des rapports entre le pouvoir royal et les habitants des villes.

  • 4 Louis Grégoire qualifie le duc de Mercœur d’« ami des lettres et des sciences » (La Ligue en Breta (...)

2Cet amateur des arts et des lettres qu’est Philippe-Emmanuel de Lorraine4 ne se lasse pas de ces entrées tonitruantes, dont il goûte la richesse créative. Il provoque même fréquemment ces déploiements de fastes dans les plus grandes villes de Bretagne. Aussi bien informe-t-il régulièrement Rennes et Nantes de sa prochaine venue, leur signifiant par là sa volonté d’être reçu avec les honneurs qu’il pense lui être dû.

  • 5 Le mariage de Philippe-Emmanuel de Lorraine avec Marie de Luxembourg, le 2 juillet 1575, est le po (...)
  • 6 Voir F. Joüon des Longrais, « Le duc de Mercœur d’après des documents inédits », Mémoires de la Se (...)
  • 7 Lettres de provision d’Henri III nommant le duc de Mercœur gouverneur et lieutenant général de Bre (...)
  • 8 L’abbé Travers évoque un séjour du duc de Mercœur à Nantes en novembre 1577, mai et septembre 1583 (...)

3Dès 1575, le duc de Mercœur a partie liée avec la Bretagne. Il épouse à cette époque Marie de Luxembourg5 et prend de cette façon possession du Penthièvre6. Quelques années plus tard, en 1582, il est nommé par Henri III gouverneur et lieutenant général de Bretagne7. Son intégration dans le pays est dès lors pleinement accomplie. Durant toute sa charge, le duc de Mercœur jouit de réceptions régulières de la part des communautés. Sa première entrée dans une ville de Bretagne a lieu à Nantes, en 1577. C’est au titre de duc de Penthièvre qu’il franchit alors les portes de la cité. Ses visites aux places bretonnes se succèdent ensuite à un rythme annuel voire bi-annuel8 et se distinguent toutes par la marque d’un éclat singulier.

4À travers la description de ces réceptions, on découvre la présence d’une symbolique très forte autour du thème de la puissance de M. de Mercœur, de son ascendant sur les populations mais aussi de la soumission délibérée des habitants, de leur désir manifeste de se placer sous la protection du gouverneur. De quelle manière cependant l’art parvient-il à se placer au service de ces divers desseins politiques ? Lors de l’entrée du duc, la ville est transfigurée afin de présenter un cadre esthétique idéal. Les étapes du rite sont élaborées pour signifier l’harmonie régnant entre le gouverneur et les bourgeois. Le contenu des discours proférés par les autorités locales est riche de métaphores évoquant à la fois la gloire du seigneur et les attentes des habitants à son endroit. Ce cérémonial est le reflet des relations entre le duc de Mercœur et le peuple breton. À l’aide de procédés artistiques et littéraires, il illustre la nature singulière de ce rapport, très proche de celui entretenu par le prince avec ses sujets. Les effets de cette mise en scène sont contenus dans l’identification bientôt opérée par les habitants entre le gouverneur de leur province et le roi lui-même.

5Il s’agit donc de considérer de quelle façon et dans quelle mesure le décor, le geste et la parole participent à l’érection d’un rapport inédit entre un gouverneur de Bretagne et le peuple de ce pays. D’abord sont remarquables les symboles visuels et gestuels qui scandent l’entrée du gouverneur. Un autre élément d’étude porte sur le sens des mots prononcés à cette occasion. En dernier lieu apparaissent les indices que donne un tel événement des rapports tourmentés qui lieront par la suite le gouverneur à sa province adoptive.

Symbolique du décor et du geste

6L’entrée du duc de Mercœur dans les villes de sa province est toujours placée sous le signe de la métaphore. En témoigne le décor qui accueille le gouverneur ainsi que la succession des étapes qui rythment son parcours dans la ville.

Splendeur des ornements

  • 9 Délibération de la communauté de Rennes du 20 janvier 1583 : « Le procureur remonstre lentree espe (...)
  • 10 Bernard Guénée et Françoise Lehoux, Les Entrées royales françaises de 1328 à 1515, Paris, CNRS, 19 (...)
  • 11 Il en est ainsi, en 1583, à Nantes : « D’après la nouvelle que l’on eut le 28 avril, ou quelques j (...)
  • 12 Pascal Lardellier écrit : « Un décorum monumental se superposait aux villes durant ces triomphes r (...)
  • 13 Comptes des miseurs et receveurs de la ville de Rennes rendus pour l’année 1583, contenant les fra (...)
  • 14 Des écussons sont encore réalisés en 1585, pour une nouvelle entrée du duc de Mercœur à Rennes (dé (...)
  • 15 Délibération de la communauté de Rennes du 27 mai 1584 (AM de Rennes, BB 474, fo 76 ro).
  • 16 Délibération de la communauté de Nantes du 15 juin 1583 (abbé Travers, op. cit., t. III, p. 553).
  • 17 « Entrée solennelle du duc de Mercœur à Nantes », Mélanges d’histoire et d’archéologie bretonnes, (...)
  • 18 Le registre capitulaire de l’Église de Nantes contient ces mots à propos de l’entrée du duc de Mer (...)
  • 19 Voir délibération de la communauté de Nantes du 15 juin 1583 (abbé Travers, op. cit., t. III, p. 5 (...)
  • 20 Voir « Entrée solennelle du duc de Mercœur à Nantes », op. cit., p. 38.
  • 21 Voir délibération de la communauté de Nantes du 15 juin 1583 (abbé Travers, op. cit., t. III, p. 5 (...)
  • 22 Délibération de la communauté de Rennes du 20 janvier 1583 commandant l’achat de poudres, salpêtre (...)
  • 23 Délibération de la communauté de Rennes du dernier jour d’août 1584 ordonnant de « faire venir et (...)
  • 24 Voir Bernard Guenée et Françoise Lehoux, op. cit., p. 12 (trompes et autres instruments) et 23 (cl (...)

7La cité est traditionnellement informée de la venue du gouverneur9 comme elle peut l’être de celle du roi10. Ainsi a-t-elle les moyens d’œuvrer aux préparatifs de sa réception11, en se parant notamment de décorations diverses. Ces ornements ressemblent à s’y méprendre à ceux qui caractérisent les places lors des entrées royales12. Pour la venue du duc de Mercœur en 1583, Rennes fait fabriquer des figures de plâtre, des « piez destal corniches et arcz » et une « platte forme et eschaffaultz qui devoient porter la colonne qui seroit mise et plantée au grant bout de cohue de la ville13 ». En 1584, la même ville charge un artisan « de lœuvre du portal et […] par dedans la ville des escussons14 et chapeaulx et arcades de triomphe15 ». Pour l’entrée du duc en 1583, Nantes confectionne des trophées aux dessins raffinés16 et « six arcs de triomphe, sous lesquels pendaient les armoiries de Nantes, de la province de Bretagne, du duc de Mercœur, de Sa Majesté, et les figures de la lune et du soleil17 ». Des tapisseries colorées18 et des broderies agrémentent encore les murs des édifices urbains19 tandis que le pavé des rues est recouvert de sable20. Les acteurs du cérémonial eux-mêmes soignent leur mise. Les trompettes revêtent par exemple des « banderolles de taffetas blancq et noir des armes de la ville avecq cordons et touffes de soie21 ». Les embellissements de la cité sont rehaussés par un crépitement de sons variés : décharges d’artillerie22, roulements de tambours23 et sonnerie de cloches, également utilisés lors des entrées royales24.

  • 25 A.-M. Lecoq écrit à ce propos : « “échafauds” remplacés par des structures architecturales éphémèr (...)

8Malgré tout, ce décor ne s’anime pas. Comme pour les réceptions royales de l’époque, une mise en scène statique est préférée à une scène en mouvement25. Il reste en tout cas la volonté urbaine d’offrir au gouverneur une vue enchanteresse. Les autorités locales veulent étaler devant les yeux du duc de Mercœur les merveilles d’un monde imaginaire. Le déploiement de sons et de parures sert ce but.

Présence d’un dais

  • 26 Le dais peut être défini de la manière suivante : « meuble précieux qui sert de parade et de titre (...)
  • 27 « Il n’y a des dais que chez les Rois, chez les Princes et les Ducs » (idem).
  • 28 Pascal Lardellier, op. cit., p. 100. D’ailleurs, selon Littré, le dais est d’abord un « ouvrage da (...)
  • 29 Bernard Guenée et Françoise Lehoux, op. cit., p. 14.
  • 30 Ibid, p. 17.

9Le décor qui enjolive la ville lors de la venue du gouverneur est enrichi par la présence d’un dais26, sous lequel est reçu le duc de Mercœur. Le gouverneur se tient sous son couvert tout au long de la procession menée à travers la ville. Réservé aux rois, aux princes et aux ducs, cet artifice est considéré comme l’attribut royal par excellence, et ce dès la fin du XIVe siècle27. À cette époque, « un dais se plaça au-dessus [du roi], influence du baldaquin qui surplombait le trône, ainsi que du “ciel” surmontant l’ostensoir liturgique28 ». Le dais constitue donc un véritable « signe de souveraineté29 ». De surcroît, il peut offrir du personnage qu’il couvre une représentation divine, une « image de Dieu30 ».

  • 31 « Entrée solennelle du duc de Mercœur à Nantes », op. cit., p. 39.
  • 32 Délibération de Rennes du 12 septembre 1584 (AM de Rennes, BB 474, fo 89 ro).
  • 33 Le châssis et les tissus sont souvent en soie et doublés de taffetas (cf. Bernard Guénée et Franço (...)
  • 34 « “Aiant mis en délibération de trouver homme qui voulust prendre la charge de fournir plusieurs d (...)

10Malgré tout, les autorités municipales jugent bon de l’utiliser lors de la réception solennelle du duc. En 1583, M. de Mercœur parcourt les rues de Nantes « sous un dais de soie, à ses couleurs, porté par quatre des anciens bourgeois de la ville, qui marchaient à pied31 ». En 1584, une délibération de la communauté rennaise évoque l’absence d’un des porteurs du dais, qu’il faut remplacer : « Even lun des deputez pour porter le poisle est alle a Paris et en son lieu en fault en nommer32 » un autre. La confection du dais fait l’objet d’une attention particulière, tant pour les entrées royales que pour celles des gouverneurs. De riches étoffes sont employées, comme la soie ou le taffetas33. Le duc de Mercœur bénéficie de cette faveur à Nantes, en 1584. Les autorités de la ville opèrent alors un choix minutieux de tissus afin de satisfaire aux exigences de ce prestigieux symbole34.

11Ce privilège du dais, pour ne pas être complètement nouveau en Bretagne, n’en demeure pas moins assez rare au XVIe siècle parmi les gouverneurs de province. Pourtant, les villes semblent en user spontanément lorsqu’elles reçoivent le duc de Mercœur. C’est dire que ce personnage est considéré comme un hôte d’un rang particulièrement élevé.

Déroulement rituel de l’entrée

  • 35 Camille Mellinet, La commune et la milice de Nantes, Nantes, impr. Camille Mellinet, 1841, t. III, (...)
  • 36 Pascal Lardellier écrit à ce propos : « clefs […] offertes sur un coussin tenu à bout de bras par (...)
  • 37 Une délibération de la communauté de Rennes du 6 mai 1584 évoque les joyaux qui seront présentés a (...)
  • 38 Délibération de la communauté de Rennes du 3 mai 1588 : « comme […] la coutume est de luy […] fair (...)

12Le gouverneur de Bretagne est reçu sous ce dais et dans ce décor mirifique par les représentants de la cité. À Nantes, en 1583, « le clergé, en costume d’apparat, avec tous les corps de ville, la milice ayant sa musique bourgeoise en tête, [vont] au-devant du nouveau gouverneur35 ». Les clefs de la cité sont alors remises au duc, comme elles le seraient en pareille occasion à la personne du roi36. À l’époque médiévale et encore moderne, le propre d’une ville est d’être close. Les clefs sont l’emblème de l’indépendance citadine. Leur don illustre l’assujettissement de la cité au prince et à son représentant. Ce geste est immédiatement suivi de la présentation d’offrandes au seigneur de Lorraine. Ces cadeaux sont classiquement de deux ordres : joyaux37 et vins38. Ils sont soigneusement choisis par les habitants, qui n’hésitent pas à parcourir de longues distances afin de rapporter les objets les plus somptueux et les vins les plus fins. Ces présents reflètent les bonnes dispositions des bourgeois autant qu’ils représentent leurs espoirs. En effet, ils visent pour une bonne part à conquérir la bienveillance du duc et son appui auprès du roi.

  • 39 R. R. Harding remarque : « it was a symbolic but visible affirmation of the communal status hierar (...)
  • 40 Pour une description minutieuse du défilé des notables de Nantes, cf. « Entrée solennelle du duc d (...)
  • 41 Pascal Lardellier, op. cit., p. 121.

13Une procession a ensuite lieu, qui mène le gouverneur au cœur de la cité. Là, M. de Mercœur assiste au défilé des corps constitués. Cette étape du cérémonial a pour but d’exposer la cohésion citadine39. Le cortège est ainsi composé du clergé, des officiers de la ville, de ceux de la justice etc., suivant un ordre bien établi40. Il illustre parfaitement l’esprit hiérarchique qui caractérise l’organisation urbaine à cette époque. Ce défilé symbolise dans le même temps l’incorporation entre les bourgeois et leur chef provincial. Il ressemble à celui effectué devant le souverain et qui consiste « à incorporer [le corps social] au corps du roi, pour les faire fusionner tous les deux41 ».

14Finalement, les divers éléments attachés à l’esthétique et à la gestuelle du rite sont tous dotés d’un sens métaphorique. Ils composent une savante allégorie des rapports entre le duc de Mercœur et les habitants des villes. Ces remarques peuvent de la même façon être appliquées aux discours clôturant le cérémonial d’entrée du gouverneur.

Symbolique du langage

  • 42 « Le roi recevait ensuite publiquement les harangues, les corps constitués se trouvant réunis par (...)

15Après avoir assisté au défilé des habitants, le duc de Mercœur est invité à entendre une série de discours. On retrouve là un trait distinctif des entrées royales42. Ces déclarations expriment les attentes des habitants à l’égard du duc de Mercœur tout en donnant du personnage une description singulière.

Éloges des habitants

  • 43 Harangue du maire d’une ville innommée (Bibl. Nat. fonds fr. 18704, fo 9 vo).
  • 44 La harangue se poursuit sur le même thème : « gage asseure de la bonne volonte et singuliere afect (...)

16Plusieurs orateurs prononcent des harangues qui sont essentiellement destinées à flatter le gouverneur. Les discours de deux maires témoignent du sentiment des habitants pour M. de Mercœur. Le premier chante les louanges d’un personnage fidèle, dans ses actes, à sa glorieuse ascendance. Il vante le comportement du duc qu’il estime conforme à son rang : « Vous avez la grandeur de courage et la dexterite de gouverner egale a votre dignité43. » Le second discours insiste davantage sur le dévouement des habitants au duc. Le maire offre solennellement au gouverneur le service des bourgeois, pouvant aller jusqu’au sacrifice de leurs vies : « Tous les bons citoyens vos très fidèles serviteurs […] vous offrent avec la très humble révérence qu’ils vous font leurs biens leurs moyens et leurs vies44. »

  • 45 Cf. harangue du recteur de l’université de Nantes, s.l.n.d. (ibid, fo 6 ro-vo).
  • 46 « [L’Université] ne pouvoyt faire plus seament, ni abborder votre grandeur avec meilleure grace qu (...)
  • 47 Idem.
  • 48 « La nouvelle conception héliocentrique de l’univers faisait du soleil la parfaite image aussi bie (...)
  • 49 Ainsi, François Ier, à son entrée dans la ville d’Angers en 1518, est désigné sous la métaphore de (...)

17Le recteur de l’université nantaise dédie à Philippe-Emmanuel de Lorraine un discours plus fortement marqué par l’éloge45. Il s’emploie à traduire, dans un style emphatique, la profonde dévotion du clergé breton au gouverneur de la province. Il fonde sa louange sur une comparaison entre le Soleil et le duc de Mercœur46. Il déclare que le gouverneur doit être, ainsi que le roi, contemplé comme le visage de Dieu sur terre : « Qui doubte que les Roys et Princes de ce monde inférieur ne soient l’image du suprême et tant que les sages gouverneurs commis par eux ne doivent être obéis et honorés comme les images de l’image de cet ineffable archétype, comme ordonnés par lui-même47 ? » La signification du dais est renforcée par ces propos qui lui font directement écho. Les thèmes solaire et religieux s’entremêlent pour offrir du duc de Mercœur une représentation similaire à celle du prince. Ils sont issus d’une conception héliocentrique du monde48, qui place le monarque, à l’image du soleil ou du Dieu tout-puissant, au centre de l’univers49.

Requêtes des habitants

  • 50 BnF, ms Fr 18704, fo 9 vo.

18La louange du discours prononcé par les autorités municipales peut apparaître intéressée. Elle est en effet toujours suivie d’une demande de protection explicitement adressée au duc de Mercœur. Cela illustre une conception utilitariste de la rhétorique. C’est aussi le signe d’une politique d’échange, de réciprocité des services. Les bourgeois acceptent de se constituer les serviteurs du gouverneur dans la mesure où ce dernier leur apporte son assistance. Un maire se fait la voix de sa communauté pour exposer au duc cette requête : « Ces bons citoyens […] vous supplient que […] vous les aymiez les aimans vous les conserviez les conservant dieu perpetue ceste semance de vertu en vous comme héréditaire50. » Le compliment est ici étroitement lié à la doléance. Le maire déclare que le gouverneur gagnera la vertu en prenant soin du peuple. Cette formule veut flatter l’orgueil du personnage et éveiller du même coup son désir de protection. L’évocation d’une vertu héréditaire parachève le discours en offrant au seigneur une perspective d’éternité.

  • 51 A.-M. Lecoq, op. cit., p. 1244.
  • 52 BnF ms. Fr 18704, fo 6 vo.
  • 53 Idem.

19Le recteur de l’université nantaise use d’un procédé analogue mais dirigé vers des fins plus précises. Il vise pour sa part, au-delà de la protection générale du peuple, celle des arts et des lettres et celle des libertés et privilèges de la province. La première requête touche à un devoir royal traditionnel, celui de « protection et de soutien matériel51 » des arts. Le recteur de l’université reconnaît le duc de Mercœur « point seulement pour amateur des hommes doctes, mais pour un prince doué et orné de la plus scientifique et digne partie des arts liberaux52 ». Pour cette raison, il l’estime capable de favoriser les arts : « car font ainsi que le soleil, l’ame du monde, tient et faict son cours au milieu des sept planetes pour les conduire, gouverner et remplir de sa clarte : ainsi le Prince et sage Gouverneur se montre le pere et le nourricier des sept artz liberaux en ses pays et provinces53. » Le recteur associe l’épanouissement des arts à la pérennité du gouverneur.

Serment du gouverneur

  • 54 Ibid, fo 7 ro.
  • 55 Idem.

20Aux thèmes artistiques s’ajoute, dans le discours du recteur, celui des libertés chères à la province. L’orateur attend cependant là une réponse de la part du gouverneur. Il s’adresse à lui pour le prier de protéger l’université nantaise : « esperant que la conserverez et maintiendrez soubz votre tutelle et sauvegarde es droitz et honneurs et libertez à elle concedez et octroyez par ses fondateurs depuis authorisez et confirmez par noz bons Princes et Roys54. » Il appelle de ses vœux le bonheur perpétuel du seigneur, à condition que ce dernier s’acquitte scrupuleusement de la mission qui lui est ordonnée : « aussi que vous qui aurez conservé, aydé, soulagé et augmenté votre province, vous ayez un lieu asseuré et retenu au ciel, auquel vous puissiez jouir un jour de la félicité éternelle55. »

  • 56 Abbé Travers, op. cit., t. II, p. 317.
  • 57 R. Strong indique à ce sujet : « Le prince […] garantissait les droits et privilèges des citoyens  (...)

21Cette dernière requête est suivie par un serment prêté solennellement par le duc. C’est de cette manière que se déroule traditionnellement, au XVIe siècle, le rituel d’entrée à Nantes du gouverneur de la province. Une formule est employée par le représentant royal pour répondre à la demande de protection des privilèges bretons. Elle contient les termes : « je ne suis venu pour y contrevenir, ni les tollir, mais pour les garder à mon pouvoir56. » Ce serment est de même essence que celui proféré par le prince lors de ses entrées dans les villes de son royaume57. Au-delà de la protection que le gouverneur se doit d’assurer aux populations citadines, il indique la considération du seigneur pour les libertés ancestrales accordées aux communautés bretonnes.

  • 58 À propos de l’entrée du duc de Mercœur à Nantes le 1er septembre 1583, cf. « Entrée solennelle du (...)
  • 59 « Enfin, le roi se rendait en règle générale à l’église, afin de confirmer les privilèges du clerg (...)

22Une messe célébrée à la cathédrale de la ville en l’honneur du gouverneur clôt ce cérémonial58, à l’image de ce qui est observé lors des entrées royales59. Elle traduit, après les démonstrations de bonne volonté réciproques, l’union accomplie entre les bourgeois bretons et le seigneur de Lorraine.

23Les diverses étapes qui jalonnent la réception de M. de Mercœur dans les villes de Bretagne sont toutes revêtues d’une signification marquée. Le paysage qui s’offre à ses yeux, les discours qu’il écoute et auxquels il répond tendent tous à édifier du rapport entre la ville et le gouverneur une parabole riche d’enseignements.

Allégorie d’un rapport inédit entre un gouverneur et sa province

24La parabole de la réception urbaine esquisse une représentation du duc de Mercœur proche de celle d’un souverain. Le personnage est doté d’une autorité considérable sur les Bretons, qui le perçoivent comme leur chef, la tête de leur province. De cette incorporation symbolique découle une union effective du pays autour du gouverneur.

Un cérémonial utile au duc de Mercœur

  • 60 Cette remarque est faite à propos des entrées royales par R. Strong (op. cit., p. 16).
  • 61 Selon Michel Foucault, « les mécanismes du pouvoir sont bien plus larges que le simple appareil ju (...)
  • 62 Pascal Lardellier, op. cit., p. 23.
  • 63 Françoise Hildesheimer, op. cit., p. 189.
  • 64 R. R. Harding déclare à ce propos : « elsewhere throughout the country, the question of whether th (...)
  • 65 Pascal Lardellier, op. cit., p. 154.
  • 66 Jean Boutier, Alain Dewerpe et Daniel Nordman, Un tour de France royal, le voyage de Charles IX (1 (...)

25Le cérémonial qui préside à l’entrée du duc de Mercœur a plusieurs vertus. Il permet au personnage de paraître devant le peuple auréolé d’un lustre particulier. Il est encore l’occasion d’un dialogue entre le seigneur et les habitants, soulignant l’esprit de magnanimité de l’envoyé royal. La mise en scène de la ville est destinée à asseoir l’autorité du duc et « à souligner la légitimité60 » de son pouvoir61. Ce procédé de théâtralisation marque les foules. Une « politique du signe62 » est avantageusement substituée au déploiement des armes. Philippe-Emmanuel de Lorraine impressionne les habitants en leur donnant à contempler sa position prestigieuse. Comme « il est de l’essence du roi d’être magnifique63 », le duc de Mercœur se présente aux bourgeois paré de ses plus beaux atours. De surcroît, il jouit du prestige du dais, qui le rend, en la circonstance, presque semblable au roi64. De cette façon, il suscite parmi les habitants un sentiment révérencieux. Sa seule vision doit suffire à placer les âmes sous son empire. Cette splendeur ne caractérise pas seulement le duc mais aussi le paysage qui l’entoure. Ainsi, l’« idéalisation architecturale65 » façonnée par la cité fournit un décor propice à l’épanouissement de l’autorité du personnage : « la ville et ses rues deviennent alors le théâtre du seul pouvoir, orné des emblèmes de son maître66. »

26En se pliant au cérémonial de réception urbaine, M. de Mercœur montre pour sa part sa bienveillance envers la ville, son respect pour son statut. Cela se traduit d’abord par le nombre de ses visites dans les cités bretonnes. Son omniprésence dans le pays, avant même d’obtenir son titre de gouverneur, conduit les habitants à lui vouer un attachement naturel. Cela se traduit ensuite par l’intérêt qu’il porte aux affaires municipales. À chacune de ses visites, le gouverneur assiste à des séances de la communauté et donne des conseils aux autorités.

Une entrée bienfaisante pour la cité

  • 67 Pascal Lardellier, op. cit., p. 117.
  • 68 « Accepter que le roi entrât, c’était pour la ville « s’offrir », s’ouvrir à tous les sens du term (...)
  • 69 Ibid., p. 298.
  • 70 Dans cette acception, l’entrée solennelle se réduit à un « rite de soumission, qui permettait au p (...)

27Du côté de la cité, l’événement a pareillement plusieurs conséquences. Il illustre la docilité de la ville à l’égard du gouverneur. Il est également l’occasion pour la municipalité de montrer ses richesses et d’exprimer, par le biais de ses harangues, ses inquiétudes et ses attentes. L’accueil du duc de Mercœur constitue une preuve de soumission formelle de la cité. Il renvoie à l’entrée du prince, considérée comme « un acte d’obéissance et d’offrande67 ». En ouvrant ses portes d’abord, la ville s’incline68. Elle se plie ensuite à un cérémonial exigeant. Les étapes du rite suivent un ordre rigoureux, auquel doivent sacrifier les volontés communales propres69. L’entrée apparaît alors comme un instrument entre les mains de son bénéficiaire, qui l’utilise avant tout à sa propre gloire70.

  • 71 Les réunions répétées des habitants de Nantes et de Rennes montrent l’importance attachée à de men (...)
  • 72 Pour la venue du roi, les villes s’emploient à bannir de leur territoire les vagabonds et tous aut (...)
  • 73 Cette remarque s’applique de la même façon à l’entrée royale, « occasion d’un dialogue entre un ro (...)

28Au-delà de cet aspect contraignant et inféodant, la réception du duc constitue néanmoins une chance pour la cité. Les communautés en tirent de nombreux avantages. Elles ne semblent d’ailleurs nullement redouter la visite du seigneur mais au contraire la convoiter avec ardeur. L’événement offre à la ville l’occasion d’afficher sa prospérité. La municipalité veut paraître aux yeux du gouverneur sous son meilleur jour. Pour cette raison, elle réserve à sa réception une part considérable de son budget et de ses délibérations71. Des artifices sont destinés à embellir les rues et à dissimuler les misères de la ville72. Dans cette perspective, le dais peut s’interpréter comme un moyen adroit de cacher la réalité urbaine au seigneur de Lorraine en lui offrant en ses lieux et place un ciel tout de luxe et de magnificence. De surcroît, la venue du duc permet aux habitants d’exprimer de vive voix leurs doléances. Les communautés ne se trouvent plus dans une situation passive face au pouvoir souverain. Elles éprouvent naturellement une grande satisfaction à jouer, devant l’autorité royale, ce rôle qui sort de leurs prérogatives habituelles73.

Un rituel d’union entre le gouverneur et les Bretons

  • 74 Voir Jacques Krynen, « La représentation politique dans l’ancienne France : l’expérience des États (...)
  • 75 La notion de corpus reipublicæ mysticum, présentée dans cette maxime de droit anglais, emprunte au (...)

29Le cérémonial d’entrée établit un rapport inédit entre le gouverneur de Bretagne et les habitants de cette province et annonce l’histoire prochaine de leur sédition commune. En premier lieu, il incarne l’exemple le plus abouti d’une symbiose entre un gouverneur et les habitants du pays. L’entrée de Philippe-Emmanuel de Lorraine dans une ville évoque l’intégration de la Bretagne à la couronne de France. Elle traduit symboliquement un anthropomorphisme politique74. La métaphore corporelle des rapports entre le prince et ses sujets se définit ainsi : « Le roi dans son corps politique forme un seul corps avec ses sujets, et eux avec lui75. » Elle peut de la même façon servir à décrire les relations du gouverneur avec la population bretonne.

  • 76 Cette similitude atteint tous les gouverneurs de province de l’époque, quoique dans une plus ou mo (...)
  • 77 C. Mellinet, op. cit., t. III, p. 310.
  • 78 Abbé Travers, op. cit., t. II, p. 554.
  • 79 B. Guénée et F. Lehoux, op. cit., p. 24.

30En second lieu, les réceptions urbaines du duc de Mercœur se caractérisent par une ressemblance poussée avec les entrées royales76. Aux yeux de certains auteurs, elles surpassent même en prestige toutes les réceptions du prince observées jusqu’alors dans ce pays. C’est ce qu’affirment deux historiens bretons qui décrivent l’arrivée du duc à Nantes le 1er septembre 1583. Le premier déclare : « Ni duc de Bretagne, ni roi de France, voire même la duchesse Anne, n’avaient eu réception semblable77. » Le second renchérit : « La pompe et les cérémonies de cette deuxième entrée […] surpassent tout ce qui s’était fait jusqu’alors à l’entrée des ducs, et tout ce qui se fit depuis, même à l’entrée du roi dans notre ville78. » Cela a nécessairement un impact sur les populations présentes à cet événement. La cérémonie de l’entrée a pour principal but « l’éclatante manifestation et l’éclatante reconnaissance de la souveraineté79 ». Dès lors que le peuple reçoit et regarde le gouverneur comme le prince lui-même, c’en est fait de l’autorité royale. Les bourgeois reconnaissent dans le duc la véritable incarnation du pouvoir. Il représente dans leur esprit l’image du prince. La substitution entre les deux personnages est dès lors accomplie, l’usurpation du pouvoir royal par le duc, permise.

  • 80 Idem.
  • 81 Des lettres de révocation d’Henri III, données à Tours le 18 avril 1589, sont envoyées au parlemen (...)

31Le couronnement de cette évolution se situe dans les propos de la collégiale de Nantes quelques années plus tard, qui, terminant « un de ses offices publics par une prière à Dieu, pour le duc de Mercœur, […] le nomme souverain de la province : pro principe nostro80 ». Les traductions en actes ne tarderont pas à suivre avec la rupture officielle entre le prince et le chef de la Bretagne durant l’année 158981.

Notes

1 Roy Strong, Les fêtes de la Renaissance, Arles, Solin, 1991, p. 15.

2 L’abbé Travers émet par exemple une opinion partagée sur le cérémonial d’entrée du duc de Mercœur à Nantes (Histoire civile, politique et religieuse de la ville et du comté de Nantes, Nantes, Forest, 1836, t. II).

3 Françoise Hildesheimer, Du Siècle d’or au Grand Siècle, L’État en France et en Espagne, XVIe-XVIIe siècle, Paris, Flammarion, 2000, p. 189.

4 Louis Grégoire qualifie le duc de Mercœur d’« ami des lettres et des sciences » (La Ligue en Bretagne, Paris, J.-B. du Moulin, Nantes, A. Guéraud et Cie, 1856, p. 11). Reprenant les propos de Pierre Biré, il écrit : « Outre la langue française, il parle des mieux l’Italien, l’Espagnol et l’Allemand, et entend très-bien le Latin et l’Anglais : et est si bien versé en toute sorte de sciences que de tout ce qu’on luy sçauroit proposer, il en discourt si pertinemment, qu’il s’en rend admirable à ceux qui l’escoutent parler. Il se plaist ordinairement à la Poësie, et y recrée quelquefois ses esprits, lorsqu’il peut prendre le loisir et la commodité d’y vacquer » (op. cit., p. 9).

5 Le mariage de Philippe-Emmanuel de Lorraine avec Marie de Luxembourg, le 2 juillet 1575, est le point de départ de l’engouement du duc de Mercœur pour la Bretagne (voir Christophe Levantal, Ducs et pairs et duchés-pairies laïques à l’époque moderne 1579-1790, Paris, Maisonneuve et Larose, 1996, p. 759).

6 Voir F. Joüon des Longrais, « Le duc de Mercœur d’après des documents inédits », Mémoires de la Section Archéologique de l’Association Bretonne, Saint-Brieuc, René Prud’homme, 1895, p. 10-11.

7 Lettres de provision d’Henri III nommant le duc de Mercœur gouverneur et lieutenant général de Bretagne, données à Bourbon-Lancy le 5 septembre 1582 (BnF, Clairambault, 953, fo 79 ro -93 ro ; AD Ille-et-Vilaine, 1 Ba 9, fo 76 ro).

8 L’abbé Travers évoque un séjour du duc de Mercœur à Nantes en novembre 1577, mai et septembre 1583, novembre 1584, mars 1585, juin 1586, juin 1588 (op. cit., t. II). Les archives municipales de Rennes renferment des indications touchant la venue du gouverneur en janvier 1583, mai et septembre 1584, mars et octobre 1586 (BB 474).

9 Délibération de la communauté de Rennes du 20 janvier 1583 : « Le procureur remonstre lentree esperee de monseigneur le duc de Mercœur en ceste ville dautant que on est adverty que bientost il le fera a Dinan » ; du 6 mai 1584 : « Lesdits sieur du Bueil et procureur de ceste dite communaulte remonstrent ladvertissement quilz ont eu par lettres du sieur de Montbarot capitaine de ceste dite ville que le sieur duc de Mercœur gouverneur et lieutenant general pour le roy en ces pais est prest a venir » ; du 19 octobre 1584 : « Ledit sieur du Bueil remonstre audit sieur cappitaine avoir ce jour receu lettres du sieur de Mercœur pour lasseurance de sa venue et entree dudit sieur qui partira de Nantes le XXVe pour estre en ceste ville de Rennes ce XXVIIIe de ce moys » (AM Rennes, BB 474, fo 46 vo, 74 vo et 91 ro).

10 Bernard Guénée et Françoise Lehoux, Les Entrées royales françaises de 1328 à 1515, Paris, CNRS, 1968, p. 18.

11 Il en est ainsi, en 1583, à Nantes : « D’après la nouvelle que l’on eut le 28 avril, ou quelques jours avant, que M. de Mercœur devait venir incessamment à Nantes, on délibéra sur les préparatifs à faire pour son entrée » (abbé Travers, op. cit., p. 551).

12 Pascal Lardellier écrit : « Un décorum monumental se superposait aux villes durant ces triomphes renaissants » (Les Miroirs du paon, rites et rhétoriques politiques dans la France de l’Ancien Régime, Paris, Champion, 2003, p. 104).

13 Comptes des miseurs et receveurs de la ville de Rennes rendus pour l’année 1583, contenant les frais occasionnés par le paiement des artisans engagés pour les préparatifs de la venue du gouverneur (AM de Rennes, CC 932).

14 Des écussons sont encore réalisés en 1585, pour une nouvelle entrée du duc de Mercœur à Rennes (délibération de la communauté de Rennes du 6 mars 1585, AM de Rennes, BB 474, fo 101 ro).

15 Délibération de la communauté de Rennes du 27 mai 1584 (AM de Rennes, BB 474, fo 76 ro).

16 Délibération de la communauté de Nantes du 15 juin 1583 (abbé Travers, op. cit., t. III, p. 553).

17 « Entrée solennelle du duc de Mercœur à Nantes », Mélanges d’histoire et d’archéologie bretonnes, 1855, p. 39.

18 Le registre capitulaire de l’Église de Nantes contient ces mots à propos de l’entrée du duc de Mercœur le 1er septembre 1583 : « toutes les rues, de la Fosse à la cathédrale, furent tendues de tapisseries des deux côtés » (ibid, p. 38).

19 Voir délibération de la communauté de Nantes du 15 juin 1583 (abbé Travers, op. cit., t. III, p. 553).

20 Voir « Entrée solennelle du duc de Mercœur à Nantes », op. cit., p. 38.

21 Voir délibération de la communauté de Nantes du 15 juin 1583 (abbé Travers, op. cit., t. III, p. 553).

22 Délibération de la communauté de Rennes du 20 janvier 1583 commandant l’achat de poudres, salpêtre et souffre (AM Rennes, BB 474, fo 46 vo-47 ro). Délibération de la communauté de Nantes du 7 août 1584 : « pouldres, pour faire jouer l’artillerye du Boulevard de Sainct-Pierre et des murailles Sainct-Laurans » (AM Nantes, EE 181).

23 Délibération de la communauté de Rennes du dernier jour d’août 1584 ordonnant de « faire venir et fournir deux hommes et tambours de Fougeres en ceste dite ville » ; du 12 septembre 1584 évoquant le paiement de « tambours venus de Saint Malo et phiffres » ; du 19 octobre 1584 décidant d’envoyer « devant au matin aux tambours trompettes et frez artificez seront les tambours et trompettes au XXVIII en ladite sainct medard » (AM de Rennes, BB 474, fo 88 vo ; 89 ro ; 106 vo).

24 Voir Bernard Guenée et Françoise Lehoux, op. cit., p. 12 (trompes et autres instruments) et 23 (cloches des églises).

25 A.-M. Lecoq écrit à ce propos : « “échafauds” remplacés par des structures architecturales éphémères (arcs de triomphe, pyramides, etc.) et les tableaux vivants, par des statues, des bas-reliefs et des peintures » (« La symbolique de l’État », Les lieux de mémoire, dir. Pierre Nora, Paris, Gallimard, 3 vol., t. I, p. 1221).

26 Le dais peut être défini de la manière suivante : « meuble précieux qui sert de parade et de titre d’honneur chez les Princes et les Ducs. Il est fait en forme du haut d’un lit, composé de trois pentes, d’un fonds et d’un dossier » (Antoine Furetière, Dictionnaire universel, Paris, Le Robert, 1978, t. I, non paginé).

27 « Il n’y a des dais que chez les Rois, chez les Princes et les Ducs » (idem).

28 Pascal Lardellier, op. cit., p. 100. D’ailleurs, selon Littré, le dais est d’abord un « ouvrage dans la forme des anciens ciels de lit et qui sert de couronnement à un autel, à un trône, etc. » (Dictionnaire de la langue française, Paris, Hachette, 1863, t. I, seconde partie, p. 947

29 Bernard Guenée et Françoise Lehoux, op. cit., p. 14.

30 Ibid, p. 17.

31 « Entrée solennelle du duc de Mercœur à Nantes », op. cit., p. 39.

32 Délibération de Rennes du 12 septembre 1584 (AM de Rennes, BB 474, fo 89 ro).

33 Le châssis et les tissus sont souvent en soie et doublés de taffetas (cf. Bernard Guénée et Françoise Lehoux, op. cit., p. 19).

34 « “Aiant mis en délibération de trouver homme qui voulust prendre la charge de fournir plusieurs draps de soie, laine, fil, que bougrains, pour l’entrée que doibt faire en ceste ville Monseigneur le duc de Mercœur, a esté mandé le syre Imbert d’Orléans, marchand, lequel sur ce présent en print la charge […] Et oultre prendra, ledit d’Orléans garde et aura l’œil sur l’emplette desdites étofes, ce qu’il a promis faire etc.” » (délibération de la ville de Nantes reproduite par l’abbé Travers, op. cit., t. III, p. 551).

35 Camille Mellinet, La commune et la milice de Nantes, Nantes, impr. Camille Mellinet, 1841, t. III, p. 310.

36 Pascal Lardellier écrit à ce propos : « clefs […] offertes sur un coussin tenu à bout de bras par un notable » (op. cit., p. 137). Semblable remarque est faite par R. Strong : « La cérémonie débutait invariablement par un témoignage de fidélité : la remise des clés au souverain à son arrivée aux portes de la ville » (op. cit., p. 15).

37 Une délibération de la communauté de Rennes du 6 mai 1584 évoque les joyaux qui seront présentés au duc de Mercœur et requiert leur vérification afin d’en déceler les éventuels défauts et d’y remédier le cas échéant (AM Rennes, BB 474, fo 75 vo). Des comptes des miseurs de la même ville contiennent le paiement d’un orfèvre ayant fabriqué de la vaisselle d’argent destinée au duc : « A Claude Pillet orfebvre a Rennes la somme de 33 livres tournois a luy paiee par ledit Bernard suyvant lordonnance de la maison de ville du 23 janvier 1583 pour estre par luy employée en vaisselle dargent pour en faire present audit duc de Mercœur lors de l’entrée quon esperoit lors qu’il feroit audit Rennes » (AD Ille-et-Vilaine, 1F 138).

38 Délibération de la communauté de Rennes du 3 mai 1588 : « comme […] la coutume est de luy […] faire present de vin et ypocras le fait mis en deliberation a este advise et arreste que les miseurs feront […] presanter vin et ypocras » (AM Rennes, BB 12).

39 R. R. Harding remarque : « it was a symbolic but visible affirmation of the communal status hierarchy. Politically, the event was a manifestation both of civic pride and of provincial solidarity » (Anatomy of a power elite. The provincial governors of early modern France, London, Newhaven, 1978, p. 11).

40 Pour une description minutieuse du défilé des notables de Nantes, cf. « Entrée solennelle du duc de Mercœur à Nantes », op. cit., p. 38-39.

41 Pascal Lardellier, op. cit., p. 121.

42 « Le roi recevait ensuite publiquement les harangues, les corps constitués se trouvant réunis par sa présence exceptionnelle » (ibid, p. 146).

43 Harangue du maire d’une ville innommée (Bibl. Nat. fonds fr. 18704, fo 9 vo).

44 La harangue se poursuit sur le même thème : « gage asseure de la bonne volonte et singuliere afection quilz ont tous de vivre et mourir pour le tres humble service quilz vous doybvent » (Harangue du maire d’une ville innommée, s.l.n.d., ibid, fo 8 ro).

45 Cf. harangue du recteur de l’université de Nantes, s.l.n.d. (ibid, fo 6 ro-vo).

46 « [L’Université] ne pouvoyt faire plus seament, ni abborder votre grandeur avec meilleure grace qu’avec une perpetuelle comparaison que j’ose faire dicelle avec le soleil » (ibid, fo 6 ro).

47 Idem.

48 « La nouvelle conception héliocentrique de l’univers faisait du soleil la parfaite image aussi bien du Dieu tout-puissant que du souverain absolu, individus uniques autour desquels tout s’organise, moteurs immobiles du mouvement général » (A.-M. Lecoq, op. cit., p. 1242).

49 Ainsi, François Ier, à son entrée dans la ville d’Angers en 1518, est désigné sous la métaphore de « vray soleil de Justice ». En 1571, Ronsard compose à l’adresse du prince une Comparaison du Soleil et du Roy (ibid, p. 1240).

50 BnF, ms Fr 18704, fo 9 vo.

51 A.-M. Lecoq, op. cit., p. 1244.

52 BnF ms. Fr 18704, fo 6 vo.

53 Idem.

54 Ibid, fo 7 ro.

55 Idem.

56 Abbé Travers, op. cit., t. II, p. 317.

57 R. Strong indique à ce sujet : « Le prince […] garantissait les droits et privilèges des citoyens » (op. cit., p. 15).

58 À propos de l’entrée du duc de Mercœur à Nantes le 1er septembre 1583, cf. « Entrée solennelle du duc de Mercœur à Nantes », op. cit., p. 39 et abbé Travers, op. cit., t. II, p. 554.

59 « Enfin, le roi se rendait en règle générale à l’église, afin de confirmer les privilèges du clergé, et d’assister, pour terminer, à la messe célébrée en son honneur, en présence de tous les représentants des institutions municipales » (Pascal Lardellier, op. cit., p. 148).

60 Cette remarque est faite à propos des entrées royales par R. Strong (op. cit., p. 16).

61 Selon Michel Foucault, « les mécanismes du pouvoir sont bien plus larges que le simple appareil juridique et légal ; le pouvoir s’exerce par des procédures de domination qui sont très nombreuses » (« Le pouvoir, une bête magnifique », Dits et écrits 1954-1988, Paris, Gallimard, 1994, p. 368).

62 Pascal Lardellier, op. cit., p. 23.

63 Françoise Hildesheimer, op. cit., p. 189.

64 R. R. Harding déclare à ce propos : « elsewhere throughout the country, the question of whether the governor would march under a thicly woven canopy fastened to four or more poles, each carried by a townsman, was much debated in the Renaissance, and the issue was pregnant with significance for the governor’s role in local society. For canopies were associated with royalty; it was widely believed that only the monarch or perhaps members of his immediate family should march under them. Canopy disputes provide a glimpse into the tensions people felt when the possibility arose of assiciating their governor with sovereignty and the royal mystique » (op. cit., p. 11).

65 Pascal Lardellier, op. cit., p. 154.

66 Jean Boutier, Alain Dewerpe et Daniel Nordman, Un tour de France royal, le voyage de Charles IX (1564-1566), Paris, Aubier-Montaigne, 1984, p. 295-296.

67 Pascal Lardellier, op. cit., p. 117.

68 « Accepter que le roi entrât, c’était pour la ville « s’offrir », s’ouvrir à tous les sens du terme, et s’incliner », ibid.

69 Ibid., p. 298.

70 Dans cette acception, l’entrée solennelle se réduit à un « rite de soumission, qui permettait au pouvoir royal d’assujettir ses « bonnes villes », par la pratique policée, et néanmoins contraignante, du rite » (ibid. p. 25).

71 Les réunions répétées des habitants de Nantes et de Rennes montrent l’importance attachée à de menus détails, qui forment pourtant, tous assemblés, l’essence de la réception (voir les registres des délibérations des communautés, conservés aux Archives municipales de Nantes et de Rennes).

72 Pour la venue du roi, les villes s’emploient à bannir de leur territoire les vagabonds et tous autres gens de mauvaise vie, propres à ternir l’image de la cité.

73 Cette remarque s’applique de la même façon à l’entrée royale, « occasion d’un dialogue entre un roi plus proche et des sujets moins passifs » (B. Guénée et F. Lehoux, op. cit., p. 24).

74 Voir Jacques Krynen, « La représentation politique dans l’ancienne France : l’expérience des États généraux », Droits, no 6, 1987, p. 41.

75 La notion de corpus reipublicæ mysticum, présentée dans cette maxime de droit anglais, emprunte au vocabulaire théologique (corpus ecclesiæ mysticum). Elle dérive de la doctrine canoniste pour pénétrer le domaine de l’État (voir Ernst Kantorowicz, Les deux Corps du roi. Essai sur la théologie politique au Moyen Âge [1957], Paris, Gallimard, 1989, p. 160).

76 Cette similitude atteint tous les gouverneurs de province de l’époque, quoique dans une plus ou moins grande mesure. R. R. Harding déclare ainsi : « The lavish, triumphant royal entry was a phenomenon of the Renaissance, and about the same time governors’ entries began to replicate the conspicuousness of royal processions » (op. cit., p. 11).

77 C. Mellinet, op. cit., t. III, p. 310.

78 Abbé Travers, op. cit., t. II, p. 554.

79 B. Guénée et F. Lehoux, op. cit., p. 24.

80 Idem.

81 Des lettres de révocation d’Henri III, données à Tours le 18 avril 1589, sont envoyées au parlement de Bretagne, accompagnées d’une missive adressée aux magistrats (AD Ille-et-Vilaine, 1 BA 9, fo 166 ro -168 ro). Un document manuscrit daté du 8 juillet 1589 rejoint implicitement cette révocation (BnF, ms fr 3344, fo 49 ro). Des lettres royales, en date du 14 août 1589, confirment cette décision royale en octroyant la lieutenance générale du pays de Bretagne au prince de Dombes. Elles sont reproduites par dom Hyacinthe Morice (Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. III, col. 1499-1502).

Auteur

Fanny Laschon a soutenu en 2006 un doctorat intitulé Gouverneurs et Gouvernement en Bretagne au XVIe siècle (1492-1589) sous la direction de Christiane Plessix-Buisset, à l’université de Rennes 1. Elle a obtenu sa qualification aux fonctions de maître de conférences en histoire moderne et histoire du droit.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540