Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le duc de Mercœur

 | 
Emmanuel Buron
, 
Bruno Méniel

Première partie. La figure historique du duc de Mercœur

« De corselets gravés et de morions célestes1 » : les maréchaux de camp et les capitaines de Mercœur

Solen Peron

Texte intégral

  • 1 Pierre de L’Estoile, Journal de L’Estoile pour le règne de Henri III (1574-1589), éd. Michaud et P (...)
  • 2 James B. Wood, The king’s Army. Warfare, soldiers and society during the Wars of Religion, 1562-15 (...)
  • 3 Jean-Marie Constant, « Un groupe socio-politique stratégique dans la France de la première moitié (...)
  • 4 Outre l’ouvrage de J.-M. Constant cité note précédente, voir Nicolas Le Roux, La faveur du roi. Mi (...)

1James B. Wood remarquait, il y a quelques années, que l’aspect militaire des guerres civiles avait longtemps été ignoré2. De son côté, Jean-Marie Constant a écrit que « la connaissance des structures de comportement, des influences culturelles, des choix religieux ou philosophiques, des engagements militaires, s’[avérait] nécessaire si on [voulait] tenter une approche nouvelle de l’histoire politique3 ». De fait, à travers une démarche sociopolitique et anthropologique, les historiens s’attachent aujourd’hui à montrer le lien entre politique, culture et imaginaire. L’intérêt croissant pour les capitaines des guerres de Religion et les élites militaires s’inscrit dans cette actualité historiographique de l’image, de l’identité et des représentations4. L’étude des maréchaux de camp et des principaux capitaines de Mercœur pendant la Ligue, en Bretagne et en Anjou, offre la possibilité de contribuer à ce champ de la recherche.

2Qui sont les maréchaux de camp et les capitaines qui ont entouré Mercœur ? Quelles furent les motivations de leur adhésion à la Ligue et, notamment, en quoi le jeu des parentés influença-t-il leurs engagements ? Quelles furent leurs attentes réciproques, comment peut-on qualifier la nature de leurs relations ? Enfin, Mercœur a-t-il réellement bénéficié d’une clientèle militaire, et lui-même a-t-il joué son rôle de patronage ? Il s’agit d’évaluer les fondements, l’étendue mais aussi les limites de son cercle militaire. À partir des sources narratives, des actes de la pratique, des sources militaires, des pièces généalogiques et des archives de l’État, les relations de Mercœur avec son réseau de maréchaux de camp et ses principaux capitaines sont abordées en trois points, destinés à mieux cerner l’importance du cercle militaire, sa nature, et l’évolution de ces relations.

Évaluation du réseau : importance, puissance et rôle des maréchaux de camp et des capitaines de Mercœur

Les maréchaux de camp

  • 5 Pour l’identification des protagonistes, Gaston De Carné, Chevaliers bretons de Saint-Michel, Renn (...)
  • 6 Arlette Jouanna, Le devoir de révolte, Paris, Fayard, 1989, p. 79.

3C’est avant tout un jeu d’alliances qui incita les gentilshommes à s’engager vers 1585, après la mort du duc d’Anjou qui avait fait de Navarre l’héritier de la Couronne. Les maisons de Goulaine, de Carné, d’Espinay, d’Aradon, se rapprochèrent insensiblement de Mercœur qui, gouverneur de Bretagne, était entré à Nantes en 1583. Ces maisons formaient un réseau serré de parentés et détenaient des places fortes dont Mercœur ne pouvait se passer pour assurer la cohésion de son parti. Leurs membres, appartenant au sommet de la Maison du roi et à l’ordre de Saint-Michel5, développaient des valeurs communes permettant à Mercœur de s’assurer une clientèle militaire. C’est pourquoi « la politisation des réseaux d’amitié et des clientèles était normale et inévitable6 » et les structures relationnelles des nobles « suivis et aimés » conféraient à Mercœur un pouvoir politique considérable. Les maréchaux de camp faisaient partie du cercle le plus proche du duc.

  • 7 Qu’il soit permis de renvoyer à Solen Joubert-Peron, « Le château de Goulaine (XVe-début XIXe sièc (...)

4Au premier rang apparaissait Gabriel Ier de Goulaine, fils de Claude et de Jeanne de Bouteville, allié à Marguerite de Bretagne, elle-même fille d’Odet de Vertus-Avaugour et de Renée de Coësmes. En 1579, Gabriel s’engagea pour la première fois manu militari au siège de Montaigu où il commanda une compagnie de gendarmes avec son parent Charles de Vaudray. Sous la Ligue, il fut capitaine d’arquebusiers à cheval et de chevau-légers et, surtout, de 60 gendarmes, commandant pour la Sainte-Union des catholiques en Anjou et Poitou, et maréchal de camp. Issu d’une maison bretonne d’extraction chevaleresque au réseau nobiliaire très diversifié et étendu, il était richement possessionné en Bretagne et en Anjou. Son château principal et éponyme, stratégiquement situé au sud de Nantes, dominait l’horizon lumineux du val de Loire et le vignoble nantais, à peu de distance du château de son beau-frère Charles d’Avaugour, à Clisson7. Il importe, d’entrée de jeu, de souligner sa double implantation régionale et, par voie de conséquence, l’ouverture géographique stratégique qu’il apportait à Mercœur. Sa parenté avec presque tous les protagonistes des guerres de religion dans l’ouest lui conférait une position centrale dans le réseau militaire du duc.

5Les Carné, apparentés aux Goulaine depuis le XVe siècle, se rallièrent à travers François de Rosampoul : lieutenant du roi à Brest (1575), il succéda à son père – qui avait lutté contre la course rocheloise – au gouvernement de cette place forte. Il était aussi capitaine d’une compagnie de gendarmes, maître de camp d’un régiment de 1 000 fantassins et gouverneur de Morlaix, maréchal de camp de la Ligue.

  • 8 Pour le développement qui suit, voir Solen Joubert-Peron, « Guerre et diplomatie, culture et socié (...)
  • 9 Dom Morice, op. cit., t. III, col. 1458-1459 (14 mai 1580).
  • 10 Ibid., t. III, col. 1497-1498 (23 avril 1589).
  • 11 Jouon des Longrais, « Information du sénéchal de Rennes contre les Ligueurs (1589) », Bulletin et (...)

6Implantés en Bretagne et en Anjou, les frères d’Espinay, issus de l’union de Guy d’Espinay avec Louise de Goulaine, mirent dans la Ligue tout le poids de leur crédit. Jean, marquis d’Espinay, seigneur de Segré, allié à Marguerite de Scépeaux, succèda à son beau-père le maréchal de Vieilleville au comté de Durtal8. Les « lettres de pratique » qu’Henri III adressa à ce courtisan doublé d’un homme de guerre expérimenté montrent qu’il resta fidèle au roi longtemps, servant de relais au pouvoir royal. Sa parenté permet à Jean d’Espinay d’en appeler au roi pour un différend survenu avec La Hunaudaye9. Essayant de reprendre le contrôle de la province et de sa clientèle, le roi lui confia l’assistance, l’aide et le conseil auprès du comte de Soissons, adversaire du parti des Guise, envoyé en Bretagne pour contrer Mercœur10. Mais l’alliance entre Henri III et Navarre (30 avril 1589) dut détacher Jean d’Espinay du service d’Henri III, et Soissons fut pris dans une embuscade. Dès lors, d’Espinay abrita les ligueurs de la région de Vitré en ses châteaux de Sauldécourt et de Louvigné-de-Bais, à partir de l’été 158911.

  • 12 Pierre-Victor Palma Cayet : Chronologie novenaire, contenant l’Histoire de la guerre sous le règne (...)
  • 13 BnF ms. Fr 22311, fo 79 (lettre à Jean d’Espinay, 23 avril 1589, collation). Un témoignage, tiré d (...)

7Charles d’Espinay, évêque-comte de Dol, apporta à la Ligue l’entregent et l’influence d’un clan habitué à la haute prélature. Mercœur ne s’y trompa pas : en mars 1589, il commença « avec le sieur de Sainct-Laurent et l’evesque de Dol, à faire soulever toutes les villes de la Bretaigne […] avec quelques uns du parlement et du présidial12 ». La réaction d’Henri III fut immédiate qui, « bien adverti des mauvais services que [lui] fait l’Evesque de Dol, [désire] que fust plus avisé et se gouvernast mieux selon [sa] vocation » ; le roi menaça d’y remédier « s’il ne chang[eait] bien-tost ses déportements13 » !

8Antoine d’Espinay était un ancien page d’Henri II, gentilhomme ordinaire de la Chambre du roi en 1570 ; capitaine de 50 hommes d’armes des ordonnances, enseigne de la compagnie de gendarmerie de Martigues. Il combattit à Saint-Denis (1567), à Jarnac et Moncontour (1569), aux sièges de Rouen et de La Rochelle (1573) et à Saint-Jean-d’Angély. Son mariage l’inscrivit à la cour : Jeanne de Scépeaux était une ancienne demoiselle d’honneur de Claude de France puis de Catherine de Médicis, veuve du sénéchal de Lorraine, fille du maréchal de Vieilleville. Sous la Ligue, il fut lieutenant d’une compagnie de 100 hommes d’armes et maréchal de l’Union en Bretagne, capitaine de Broon, gouverneur de Dol.

  • 14 BnF ms. Fr 22310 fo 224-225 : lettres de Charles IX à M. d’Espinay pour donner le collier de son O (...)

9Louis d’Espinay, seigneur de La Marche, allié à Anne de Guitté, dame de Vaucouleurs, est moins connu que ses frères. Il reçut cependant le collier de Saint-Michel14.

10La génération suivante compta Claude d’Espinay, que le remaniement de la Maison du roi, vers 1570-1572, ne sembla pas affecter : enfant d’honneur de Charles IX, chambellan et gentilhomme ordinaire de la Chambre de Monsieur, avec des noms connus du réseau de son père et de son grand-père (Apchon, du Guast, Sainte-Marie, Fervacques, Montalais, Sainte-Colombe), guidon de son grand-père à Montcontour, capitaine de 50 hommes d’armes et maréchal de camp sous la Ligue. Claude d’Espinay entra dans de grandes maisons d’envergure nationale, implantées à l’ouest, et relayant le pouvoir royal. Il s’allia à la fille de Françoise Chabot et de Charles de La Rochefoucauld-Barbezieux (lieutenant-général en Champagne, grand sénéchal de Guyenne et général des Galères sous Henri II). Cela lui valut d’être aussi beau-frère d’un favori du futur Henri III (Beauvais-Nangis). Veuf, il s’allia en 1584 à Jeanne de Bourdeille, fille du sénéchal et gouverneur du Périgord, et nièce de Brantôme. Enfin, François d’Espinay (fils d’Antoine et de Jeanne de Scépeaux) s’allia en 1594 à Sylvie de Rohan-Guémené.

  • 15 Élie Barnavi, Le Parti de Dieu. Etude sociale et politique des chefs de la Ligue parisienne, 1585- (...)

11Les d’Espinay étaient alliés à des maisons de Bretagne, d’Anjou et de Normandie, parmi lesquelles les Roncherolles, par l’alliance de leur sœur Renée avec Philippe, baron de Lucqueville. S’agirait-il du père de François de Roncherolles ? Celui-ci comptait parmi les chefs de la Ligue parisienne15. Il faut aussi mentionner leur parenté avec les Rieux, par l’alliance de Madeleine d’Espinay (fille de Jean et de Marguerite de Scépeaux) avec Guy de Rieux, sire de Chateauneuf, vicomte de Donges. Celui-ci était gentilhomme ordinaire de la Chambre, capitaine de 100 hommes d’armes des ordonnances, lieutenant-général en Bretagne.

  • 16 BM Nantes, ms. 2150, fo 4 (2 janvier 1590) (sceau arraché).
  • 17 AD Loire-Atlantique, B 2965, pièce XVI. Jean Fourché était sieur de la Couronnerie et de Quéhillac (...)

12Les frères d’Aradon s’impliquèrent beaucoup. Jérôme d’Aradon, seigneur de Quinipily et de Quelen, était gouverneur de Quimperlé et d’Hennebont, maréchal des camps et armées du roi, capitaine de 50 hommes d’armes de ses ordonnances, chevalier de l’Ordre de Saint-Michel sous Henri III. S’il ne fut pas maréchal de camp, René d’Aradon fut néanmoins gouverneur de Vannes et d’Auray, chevalier de Saint-Michel (1578), capitaine de 50 hommes d’armes des ordonnances. Sans doute est-ce à lui que s’adresse une commission originale paraphée de Mercœur, lui confiant la défense des villes et châteaux d’Auray, Vannes, Pleneuf et Quiberon, ainsi que des ports, havres et côtes du Morbihan16. Georges d’Aradon, conseiller au Parlement de Bretagne (1587), abbé de Saint-Sauveur de Redon et de la Meilleraie, obtint l’évêché de Vannes à la sollicitation de Mercœur (1590), puis participa comme député aux États Généraux de 1593. Mercœur le députa avec Jean Fourché pour « s’enquérir de l’état des finances du duché, vérifier les recettes des deniers publics, affermer les domaines royaux et les biens confisqués sur les ennemis de la Ligue, et faire solder les arréages dus aux gens de guerre17 ». D’octobre 1591 à janvier 1592, ils parcoururent à cheval, en coche ou en patache les évêchés de Vannes, de Quimper, de Tréguier et de Léon. Ce voyage permit à Georges d’Aradon de faire le tour de son réseau : d’Aradon, Quinipily, Lezonnet et Montigny tenaient les garnisons.

  • 18 AM Nantes, II 49 (1591-1598); BnF ms. Fr 18704, fo 11-13 : articles accordés au marquis de Belle-I (...)

13Enfin, Mercœur s’adjoignit Charles de Gondi, marquis de Belle-Isle (1569-1596), général des Galères de France, tué au côté des ligueurs au Mont Saint-Michel, s’assurant ainsi l’entregent des Gondi à la cour. Il fut convenu, notamment, que Belle-Isle commanderait aux galères et aux vaisseaux ronds qui seraient armés pour l’Union, ainsi qu’aux garnisons de Machecoul, de Pornic et de Belle-Isle ; le payement des contributions devait être pris sur les paroisses du pays de Retz18.

Les capitaines

  • 19 Sylvie Desachy Delclos, « Les élites militaires en Rouergue au XVIe siècle », Annales du Midi, « É (...)

14À ces personnages de premier plan qui gravitaient autour de Mercœur, il convient d’ajouter les capitaines, ceux qui étaient en relation à la fois avec le duc et les maréchaux de camp. La notion de « capitaine » recouvre des réalités diverses au XVIe siècle19. Un capitaine, nommé par commission, peut être un gouverneur de ville ou de château, gouverner tout un « pays », ou exercer un simple commandement.

15Jean du Faouët, frère cadet de Goulaine, fut capitaine d’une compagnie des arrière-bans du Léon, et allié à Anne de Ploeuc. Vincent de Ploeuc, seigneur du Tymeur et du Brignou, chevalier de Saint-Michel (1580), capitaine du ban et arrière-ban du Léon, allié à Moricette de Goulaine, contribua à l’implantation de la Ligue en Léon, notamment auprès des bourgeois de Morlaix, dès 1589.

16Les Kersauzon, cousins des Goulaine en Léon, s’engagèrent aussi dans la Ligue avec François de Kersauson, seigneur de Rosarnou, vicomte de Maugrenieu, abbé de Landévennec, allié à Barbe Le Sénéschal de Carcado, gentilhomme ordinaire de la Chambre du roi, capitaine de 100 hommes d’armes, commandant du ban et de l’arrière-ban du Léon.

17Outre Rosampoul, le clan des Carné comptait Christophe de Crémeur et Jean de Carné. Jean de Carné, futur gouverneur de Brest et de Guérande, s’allia avec Françoise de Goulaine (1590).

18L’un des meilleurs soutiens de Mercœur fut René du Pé, seigneur d’Orvault, capitaine de 50 hommes d’armes des ordonnances du roi, gouverneur de Guérande et du Croisic, commandant le ban et l’arrièreban de Nantes (1573). Il assista aux États ligueurs de 1591 et fut député aux États d’Orléans avec d’Olivet et Rosampoul.

  • 20 Selon G. de Carné, il appartient à la branche de Kergrois, et non à celle des Bretagne-Avaugour. I (...)

19Jean d’Avaugour (Saint-Laurent), gentilhomme ordinaire de la Chambre du roi, capitaine de 50 hommes d’armes de ses ordonnances, fut gouverneur de Dinan, Josselin, Moncontour, Lamballe, Chateauneuf, guidon de la compagnie de gendarmes du duc de Mercœur, puis lieutenant général de l’armée en Bretagne (1587) ; il était allié à Françoise de Coëtquen, fille de Jean d’Acigné20.

  • 21 Il semblerait être le fils de Guillaume de Montigny, qui fut page du futur Henri II puis de Diane (...)

20Louis de Montigny, mentionné dans la compagnie de Baudoin de Goulaine (1562), fut investi du gouvernement du château de Suscinio et de Josselin par Mercœur (1585)21. Ce fut un ligueur zélé, gentilhomme ordinaire de la Chambre, capitaine de 50 hommes d’armes des ordonnances du roi et par ailleurs beau-frère de René d’Aradon.

21François de Quengo, allié à Jacqueline de Bourgneuf de Cucé, fille du Premier Président au Parlement de Bretagne, chevalier de Saint-Michel (1583), assista aux États ligueurs de Vannes (1592). Mercœur le chargea d’abattre Rochefort et Quintin.

22Vincent de Coëtlogon, fils de François, et de Gilette de Coëtquen, gentilhomme ordinaire de la Chambre du roi sous Henri III, commanda la ville et le château de Josselin avant que Mercœur ne lui donne Moncontour ; il assista aux États ligueurs à Vannes.

23Louis du Cambout figurait en 1598 sur le rôle de la compagnie dont Goulaine était le lieutenant. Allié à Gilberte du Puy du Fou, il était le fils de François du Cambout, baron de Pontchâteau, fidèle serviteur de Charles IX et d’Henri III, chambellan du duc d’Anjou, gouverneur de Nantes, qui avait reçu le collier de Saint-Michel des mains de Chavigny (1568).

  • 22 AD Loire-Atlantique, 215 J 13 et 215 J 35 (commissions du 27 avril 1585, 5 juin 1589, 31 octobre 1 (...)

24Le capitaine du Bois de La Ferronnière était implanté à Beauchesne, à proximité de Goulaine. Il obtint plusieurs commissions paraphées de Mercœur entre 1585-1594 afin de lutter contre les déprédations des huguenots en pays de Clisson et en « paroisses de la ripvière de Loyre », veiller à l’approvisionnement de Nantes, défendre la maison forte de la Berrière, sillonner le Haut et le Bas-Poitou. À cet effet, le duc lui donna le commandement d’une compagnie de 100 chevau-légers, puis il lui donna une commission pour 40 hommes d’armes et 60 arquebusiers à cheval22. Lors du siège de Montaigu, alors qu’il était enseigne de la compagnie d’hommes d’armes de Monsieur du Landreau, il obtint de Louis de Gonzague, prince de Mantoue, lieutenant-général en Poitou, une exemption de logement de guerre (1588). Enfin, il bénéficia d’un laissez-passer signé du huguenot Charles d’Avaugour (Cargrois), gouverneur de Beauvoir-sur-Mer, pour aller en équipage en Haut et Bas-Poitou (1594).

  • 23 AM Nantes, II 125 (1591-1597).
  • 24 BnF Fr 22311, fo 77 (19 avril 1589).

25Des montres militaires et des rôles des compagnies mettent au jour d’autres capitaines dont l’identité est moins connue, tels Marc-Antoine de Montfanes, Pierre de Quatrebarbes23. L’entrée de Nantes était gardée par Olivier Martel, capitaine de 25 arquebusiers à cheval (1586), puis d’une compagnie de 50 chevau-légers (1591), et capitaine du « château » de Pirmil (1596). Enfin, le capitaine La Chaize reçut commission du duc pour « faire la guerre aux huguenots, prendre vivres, victuailles, munitions, rompre les passages, empescher et arester les vivres, bledz, vins […] allant audit Renes [Rennes], faire defense aux marchands, voicturiers, laboureurs […] d’y mener aucunes denrées24 ».

26La Maison du duc était composée d’agents juridiques et financiers, ainsi que de serviteurs, tels gardes et secrétaires. On peut supposer que les maréchaux de camp connaissaient, à tout le moins, certains d’entre eux : le capitaine des gardes (Jacques Dorléans), l’argentier du duc (Jean de Rambouillet) et bien sûr, le bibliothécaire Nicolas de Montreux, par ailleurs recteur de Sainte-Radegonde, tout près du château de Nantes.

Ouverture géographique

  • 25 Laurent Bourquin, Les nobles, la ville et le roi. L’autorité nobiliaire en Anjou pendant les guerr (...)
  • 26 Ibid, p. 179.

27Au-delà de la Bretagne, Mercœur chercha à diversifier la couverture géographique de son réseau, « conscient que l’Anjou représentait un intérêt vital pour ses intérêts25 », notamment pour l’accès au val de Loire. De fait, il exista une étroite corrélation entre les sièges et les chevauchées menées en Anjou et en Bretagne. La noblesse d’Anjou fut liée à Mercœur à partir de 1589 mais, en dépit d’une forte implantation ligueuse, il manqua un Grand pour fédérer les gentilshommes26.

  • 27 AM Nantes, CC 138.

28Le duc étendit son réseau à l’Anjou avec les d’Espinay et les Goulaine, dont la double implantation régionale lui apportait une ouverture géographique stratégique. Les possessions foncières des Goulaine, les ramifications de leurs alliances avec la noblesse de l’Anjou, les contacts sociaux, culturels, politiques et économiques qu’ils entretenaient avec cette province depuis au moins la fin du XVe siècle permettaient à Mercœur d’établir un pont entre les deux provinces. Cela explique la titulature de Goulaine : « commandant pour la Sainte-Union des catholiques en Poitou et Anjou27. »

  • 28 Baudoin de Goulaine (oncle de Gabriel de Goulaine et de Jean du Faouët) lui avait été apparenté pa (...)

29Mercœur s’appuya sur les Saint-Offange, voisins des Goulaine par leur fief de Rochefort-sur-Loire, et sur Urbain de Laval, dit aussi le maréchal de Boisdauphin. Avant de livrer les places ligueuses du Maine et de l’Anjou, et d’être élevé à la dignité de maréchal de France par Henri IV, il assista Mercœur comme lieutenant-général28.

  • 29 Son père, Jean Savennière de La Bretesche, a été lieutenant de la compagnie de gendarmerie d’Odet (...)

30Les Savennière, seigneurs de La Bretesche, appartenaient à une maison ancienne implantée en Anjou. Charles de Savennière, dans l’entourage des Goulaine, était le beau-frère de Villequier, favori d’Henri III, dont les sympathies envers la Ligue avaient atténué son influence auprès du Prince29. Lui-même avait été guidon de la compagnie du prince de Conti.

  • 30 BnF PO, Fr 18704 (1595).

31La Ligue en Anjou, ce fut aussi les Coësmes, riches parents des Goulaine à Montejean et à la Bourgonnière, près de Liré. En l’absence du sieur du Plessis de Coësmes, Mercœur donna commission à deux capitaines pour fortifier et entretenir la garnison du château de Montejean, « contraindre par toutes voyes mesmes par celles de la guerre les paroissiens du Pays du Mayne [aux fortifications] et à fournir vivres et provisions par blé, froment, seigle, chairs, sel, avoynes, foing, paille, bois, chandelle […] attendu que la garnison dudit lieu de la Guerche fait pareilles contrainctes sur les paroisses dudit Montjan et Pays du Mayne30 ».

  • 31 Pierre Chevallier, Henri III, Paris, Fayard, 1985, p. 295-296. Le roi se prononça pour Saint-Phal, (...)

32Enfin, les La Bourgonnière et les Vaudray, proches du couple de Gabriel Ier de Goulaine et de Marguerite de Bretagne, se rallièrent aussi à Mercœur. Georges II et Charles de Vaudray appartenaient à la maison de Saint-Phal, parente des Goulaine et des Cossé-Brissac, introduite à la cour, cliente des Guise. La « querelle des X et des Y » qui éclata à la Comédie entre Bussy d’Amboise et Saint-Phal (Georges Ier de Vaudray) au sujet du manchon de Madame d’Acigné, en 1575, illustre la division de la cour entre le parti du roi et celui de Monsieur, ce dernier représentant le parti des Politiques31.

  • 32 BnF PO, Fr 18704, fo 41 (1596).
  • 33 Ibid., fo 48 (1597).

33À la suite du ralliement de Boisdauphin à la cause du Béarnais, Mercœur tenta une ouverture géographique au-delà de l’Anjou. De fait, afin de « battre l’estrade » en d’autres provinces, il donna commission à six capitaines de sa compagnie de chevau-légers « d’aller à la guerre au pays de Limosin et autres lieux où la tresve n’auroit estée par nous accordée, pour y faire la guerre aux ennemys de la Saincte Unyon des Catholicques et y exploicter tous actes d’hostilités, tant par prinse de chevaulx, maisons fortes que prisonniers […]32 ». Dans le même esprit, il accorda aux capitaines de La Rivière et Pierre de Quatrebarbes d’aller faire la guerre là où il n’y avait pas de trêve33.

Un réseau uni par des rituels relationnels

  • 34 Joël Cornette, « Les nobles et la foi, du siècle des Réformes au siècle de l’État absolu » Associa (...)
  • 35 Jérôme D’Aradon, Journal, in Dom Morice, Supplément pour servir de Preuves à l’histoire de Bretagn (...)
  • 36 AM Nantes, CC 138 : dans sa commission pour la démantèlement de la Corbejollière, en Saint-Lumine (...)

34Une rhétorique est développée entre parents et amis à travers l’utilisation de termes illustrant la réciprocité et les services de l’amitié. L’amitié constituait en effet un « rituel relationnel », en sorte que « les frontières étaient floues entre fides, fidélité, foi et fief : une même racine sémantique [faisait] de l’amitié, entendue comme une relation sociale, politique et affective, une foi à part entière, aussi forte, peut-être que la foi en Dieu34. » Ainsi Jérôme d’Aradon reçut-il de Jean du Faouët une lettre « très honneste » lui donnant des nouvelles de Monsieur de Châteauneuf. Ayant reconnu sa dette envers Carné qui l’avait aidé lors du siège d’Hennebont, il l’assura de sa disposition à lui rendre service en retour, achevant ainsi son propos : « de quoy je fus bien aise et luy en ait bien de l’obligation, de laquelle je me revancheray et de bon cœur35. » Toutefois, si Mercœur adressa des lettres à ses maréchaux de camp, il semble que la tournure en ait été très formelle36.

  • 37 BnF ms. Fr 22311 fo 109-110 (1590).
  • 38 Gaston de Carné, op. cit.
  • 39 AM Nantes, CC 138 (1592).

35Les gratifications contribuaient au rituel relationnel. Après lui avoir fait don de la vicomté du Fou, Mercœur accorda à Rosampoul le bail à ferme des revenus de la vicomté pour 300 écus37. Mercœur fit don à François de Kersauson du revenu d’une année de la terre de Kermelec, et lui accorda le commandement d’une compagnie de 100 hommes d’armes montés à la légère38. La ville de Nantes gratifia le maréchal de camp La Saulzaye d’une chaîne en or de la valeur de 300 écus à la suite de la victoire de Craon39.

Avant la Ligue, un réseau déjà constitué et mobilisé face à l’expansion du protestantisme

  • 40 L’on recense notamment des gentilshommes de la région, exerçant des fonctions d’échevinage, de con (...)

36Plusieurs décennies de sensibilisation ont été nécessaires pour soutenir l’investissement en faveur de la Ligue. Le réseau évoqué ici est tissé de liens en partie constitués dans les décennies 1550-1560, comme le montre la compagnie de Baudoin de Goulaine (1562), dont plusieurs noms se retrouvent sous la Ligue40. Il en est de même, également, pour certains membres du réseau des d’Espinay remontant aux années 1550 (d’Olivet, d’Orvault, Montigny). En d’autres termes, le recrutement local et régional de 1589 prit ses racines dans un réseau nobiliaire sensibilisé aux premières crises religieuses du début des années 1560.

  • 41 Lalande de Calan, Documents inédits relatifs aux États de Bretagne de 1491 à 1589, 2 vol., Rennes, (...)
  • 42 AM Nantes, EE 197 fo 2, 3, 6, 8, 11. Montre devant Claude de Saint-Amatour (17 août 1562).

37Baudouin de Goulaine assista aux États de 1569 à Nantes avec son frère Claude de Goulaine, Bouillé, du Pord’ho, du Pé d’Orvault et Charles d’Espinay, auquel la participation au concile de Trente dans la délégation du cardinal de Lorraine conférait un grand crédit41. Baudoin et Claude de Goulaine servirent aux armées entre 1569-1572, s’inscrivant dans la clientèle militaire du gouverneur de Nantes et du lieutenant-général en Bretagne. Le duc d’Étampes confia à Baudoin le commandement d’une compagnie de 50 chevau-légers et arquebusiers à cheval en 1562 ; la même année, les habitants de Nantes lui confient la sécurité du Pays Nantais jusqu’aux confins du Poitou42. Baudouin participa en tant que capitaine de gendarmerie au siège de Mont de Marsan (1569). En 1569-1571, Claude servit comme porte-enseigne d’une compagnie de 30 lances des ordonnances du roi, sous la charge et autorité de Monsieur de Bouillé, puis comme enseigne d’une compagnie de 50 hommes d’armes des ordonnances. Enfin, Goulaine ne pouvait ignorer que son beau-père Odet d’Avaugour avait accompagné Martigues sur la levée de Saumur contre les troupes d’Andelot (1568).

  • 43 Chanoine Travers, Histoire civile, politique et religieuse de la ville et du comté de Nantes, t. I (...)

38Les maréchaux de camp et certains capitaines appartenaient à des maisons clientes des lieutenants-généraux et des gouverneurs provinciaux, eux-mêmes relais du pouvoir royal. Les Goulaine appartenaient à la clientèle d’Étampes et de Martigues. À ce titre, s’inscrivant dans la clientèle du duc d’Étampes, Baudouin de Goulaine avait paru avec les seigneurs de la région (Asserac, Sévigné, Chateauneuf, etc.) au baptême de Marie de Luxembourg, fille unique de Martigues. Rappelant les « grandes entrées » en la ville de Nantes, ce fastueux événement afficha la volonté du gouverneur et du lieutenant-général de Bretagne de s’inscrire en défenseurs de la foi catholique face à la montée du protestantisme. Clientélisme et ostentation d’une grande entrée à la Renaissance se manifestèrent à travers la procession des principaux seigneurs de la province, les échevins, l’université et le clergé. Dans un souci de représentation, chars et décors magnifièrent l’événement43. Devenue duchesse de Mercœur, Marie de Luxembourg allait tenir sur les fonds baptismaux la fille de Gabriel de Goulaine et de Marguerite de Bretagne…

  • 44 Dom Morice, op. cit., t. III, col. 1444 (24 août 1578).

39Les d’Espinay furent longtemps attachés aux Laval, les Carné aux Rohan. Cependant, le passage des Laval et des Rohan au protestantisme et, semble-t-il, la déception ressentie par les Carné envers Henri III, peu enclin à accéder à leurs requêtes pour la défense de Brest, pourraient avoir défait les clientèles et réorienté les fidélités… Pour preuve, la démission du gouverneur de Brest Jérôme de Carné en 1577. Peu après, il contacta Mercœur et, dès 1578, le duc lui envoya de Paris une longue lettre de pratique, « ayant esté bien aise d’entendre par [son] porteur de [ses] nouvelles et portement, [le] remerciant de [sa] bonne volonté [à son égard] et l’en tenant tout assuré, pour quelque bonne occasion, [le] priant bien fort d’y vouloir continuer44 ». Le duc achevait sa missive en l’assurant qu’il se trouverait toujours prêt à lui « faire tout plaisir », ajoutant au sujet d’un de ses fils qu’il l’aimerait toujours et le tiendrait du nombre des siens.

Un réseau vecteur d’échanges culturels et artistiques

40Les ambitions communes et personnelles sont forgées par un environnement familial, social et culturel. Quel épisode peut-il mieux révéler la sensibilité, l’éducation, le caractère des membres d’un lignage que celui des guerres de Religion ?

  • 45 Solen Joubert-Peron, « Audace et renommée. Un réseau de la noblesse bretonne, vecteur d’échanges c (...)

41Bien que l’éducation ne soit pas l’érudition, et que la formation sportive et militaire garde une place prépondérante auprès de la noblesse, les d’Espinay, les Goulaine et leurs proches (Saint-Phal, La Bourgonnière, etc.) furent des ligueurs sensibles à la poésie pétrarquiste et néo-platonicienne, au théâtre, aux courants artistiques, décoratifs et architecturaux45. Jean d’Espinay illustre la culture de l’homme de guerre sensible à l’art et préoccupé de questions religieuses. Charles d’Espinay témoigne des liens entre la cour, les cercles littéraires et les clans politiques. C’est vraisemblablement à l’occasion des États de 1585 que l’évêque Charles d’Espinay, auteur de Sonnets publiés à Paris chez Estienne entre 1559-1560, ami proche des poètes de la Pléiade, courtisan devenu théologien, séjourna à Goulaine et qu’il encouragea Marguerite de Bretagne à versifier, comme en témoigne le Livre de Marguerite de Bretagne écrit entre 1585-1599. Or, Marguerite appartenait au cénacle des femmes lettrées qui entourait la duchesse de Mercœur, illustrant les liens politiques et littéraires avec la société curiale. Dans ces conditions, on peut conjecturer qu’ils assistèrent à la représentation nocturne de L’Arimène, pastorale de Nicolas de Montreux donnée à la lueur des flambeaux au château de Nantes en 1596, s’émerveillant du décor pastoral et du spectacle du chevalier Floridor, de Clorice et d’Alphise…

  • 46 Jucquel Rougeart, Œuvres complètes (1578). éd. Catherine Magnien-Simonin, Genève, Droz, 1988. Titr (...)

42Soucieux d’imiter le mécénat des grandes maisons et d’inscrire la sienne dans le cycle troyen, le jeune Gabriel de Goulaine s’attacha le modeste poète Jucquel Rougeart (1558-1588). Originaire d’une famille de petite noblesse des environs de Pontcroix, Rougeart avait étudié au collège de Lisieux, à Paris, où il s’était introduit auprès des Rohan et des Rosmadec. Après avoir rencontré Goulaine au collège de Lisieux à Paris, en 1577, il lui voua ses écrits et sa vie jusqu’à sa mort en 1588 : « Je me rends vostre serf, je m’esclave dessous/Votre grandeur et nom de race magnanime », louant aussi le « cœur benin, courtois et doux » de Jean de Goulaine46.

  • 47 Roger Chartier et Henri-Jean Martin (dir.), Histoire de l’édition française, t. I : Le Livre conqu (...)

43Rougeart puisa dans le mythe des origines troyennes des Français, qui remporta un vif succès sous la Renaissance des Valois. Ses anthologies se réfèrent à l’identité régionale et revendiquent l’indépendance d’une noblesse encore chevaleresque et terrienne, face à un pouvoir hégémonique : aux Troyens civilisateurs s’opposent les Saxons barbares. Ainsi la noblesse restait-elle, selon lui, attachée au sol natal et elle souhaitait « non point entreprendre des luttes forcenées mais chasser l’hérétique de sa patrie et accroître toujours sa renommée par ses exploits ». Mais l’expression même de cette représentation ne traduit-elle pas les inquiétudes suscitées par l’évolution de la société, du pouvoir royal et de la figure du Prince vers 1570-1580 ? Le débat se réveille en effet sur la conception de la noblesse avec la montée des tensions politico-religieuses et avec l’évolution sociale. Fait significatif, Rougeart publia ses Œuvres complètes chez Cavellat en 1578. Or, à travers les livres qu’il imprimait, cet important libraire parisien participait aux deux mouvements qui se développaient dans l’édition des années 1570 : celui des mystiques du Nord et celui de « l’invasion mystique espagnole47 ».

Les raisons de l’adhésion : le caractère du réseau, les motivations

Motivations économiques, sociales, politiques

44En observant la durée, l’intensité et l’opiniâtreté de dix années de guérilla, l’on suppose de profondes motivations économiques, sociales, politiques, religieuses et culturelles. Le désir d’enrichissement et de promotion sociale semble peu probable à envisager comme motivation initiale. Ainsi l’important capital foncier des Goulaine leur assurait-il de bons revenus : un engagement dans la Ligue témoigne plus d’une capacité de mise de fond que d’un appauvrissement. La noblesse ancienne du XVIe siècle s’est plutôt enrichie par l’inflation des rentes seigneuriales et une politique matrimoniale avisée. Cependant, des revenus de 12 000 et 8 000 ducats de rente annuelle n’empêchèrent pas Gabriel de Goulaine et Jean du Faouët de chercher à pallier les dépenses de la Ligue pour laquelle ils s’endettèrent et vendirent des terres… Les Espagnols les soupçonnaient même de chercher à s’emparer des biens du comte de Chemillé et de ceux de Sourdéac !

45Il semble évident qu’ils durent tenir compte de l’avis de l’ensemble de leurs vassaux et que leur choix politique se fit en partie en fonction de la situation géographique de leurs possessions, qu’ils ne pouvaient économiquement mettre en péril. La localisation de leurs terres fut déterminante. Issus du Faouët, les Goulaine possédaient des manoirs dans cette région ligueuse. Les revenus de leur seigneurie éponyme et les échanges commerciaux du bassin de Goulaine dépendaient des bourgeois de la ville de Nantes, qui fixaient le prix des marchandises, et de l’état du trafic sur la Loire, entravé par les guerres civiles. Leurs terres de l’Anjou, assurant de gros revenus, ne pouvaient risquer d’être menacées par les royaux… Un tel raisonnement est applicable, également, aux d’Espinay.

  • 48 A. Jouan, Recueil et discours du voyage du roy Charles IX, Paris, J. Bonfons, 1566 (éd. moderne da (...)

46La Maison du roi s’appuyait sur des lignages anciens, bien implantés, afin de relayer l’autorité royale. En tant que gentilshommes ordinaires de la Chambre du roi, voire chambellans, ils appartenaient au sommet de la Maison du roi. Baudouin de Goulaine reçut Charles IX en Anjou lors de son tour de France en 1565, périple visant à ressouder les fidélités nobiliaires au pouvoir royal puis, le souverain passa au Loroux-Bottereau, juste en face du château de Goulaine48… Leurs cousins d’Espinay restèrent bien en cour. En revanche, s’ils se maintinrent aussi, les Carné semblèrent exaspérés par les rebuffades d’Henri III pour lequel le pot royal sonnait toujours creux. La démission de ses fonctions par Jérôme de Carné en 1577 et son contact avec Mercœur en 1578 illustrent ce « malcontentement » nobiliaire. La lenteur du pouvoir royal à fournir des subsides dans la lutte contre les protestants les convainquit de l’incapacité royale à contrer leur ascension.

  • 49 N. Le Roux, op. cit.
  • 50 G. de Carné, op. cit., p. 367 (18 février 1568).

47Les troubles politico-religieux retentirent sur la Maison du roi et les ligueurs critiquèrent la réformation de la cour voulue par Henri III, vers 1578-1585 : le Prince entravait l’accès à sa personne et se choisissait une « troupe49 ». Or, les chevaliers de Saint-Michel n’étaient plus intronisés par le roi depuis 1568, ce qui affaiblissait encore les liens de fidélité. Relayant l’autorité royale, des seigneurs intermédiaires assumaient des fonctions de représentation du pouvoir et de patronage. En 1568, Charles IX adressa une commission à Martigues afin que celui-ci donnât le collier de l’Ordre « aux sieurs de La Guerche (Tournemine), du Breil, de Bretagne (Avaugour), de Tyvarlan, de Kersimon (du Chastel), de Coëtquen, de Goulaines (Baudouin), de Carné, de Guémadeuc, d’Acigné et de La Moussaye50 ».

  • 51 AM Nantes, II 6, fo 2.
  • 52 Pierre-Victor Palma Cayet, op. cit., p. 110.

48Le transfert du Parlement de Nantes à Rennes suscita de vives tensions entre les Nantais et le pouvoir. Parmi les protestataires d’une requête adressée à Etampes en 1547, bien avant la Ligue, figurent déjà Baudouin de Goulaine et Odet de Vertus-Avaugour51. L’affaire traîna et reparut en 1585 ; elle fut l’une des causes de l’engagement des Nantais dans la Ligue. De fait, après que Mercœur eut fait envoyer les principaux officiers du parlement de Rennes prisonniers au château de Nantes, la Bretagne se divisa en deux partis : « le duc de Mercœur, les sieurs de Québrian [sic], de Goulenes et autres seigneurs se retirèrent à Nantes, où fus estably une cour des officiers du parlement qui estoit de leur party ; et Rennes servit de retraicte aux catholiques royaux et aux officiers de la Chambre des comptes de Nantes52. »

49Mercœur pouvait représenter la possibilité d’obtenir des charges permettant d’exercer un pouvoir public. Mais les Goulaine n’avaient pas eu besoin, jusqu’ici, d’en exercer pour exister : la noblesse aisée et ancienne ne cherchait pas des emplois mais des positions de force. Mercœur a cherché à puiser ses maréchaux de camp dans le vivier de ces maisons pour leur crédit local et régional, leur capacité à réunir une clientèle, mais aussi pour la détention de places stratégiques qu’il leur a redistribuées, le cas échéant, lorsqu’elles ne les possédaient plus. Les Carné avaient été gouverneurs ou capitaines héréditaires de Brest, Guérande, Auray, Morlaix, Quimper depuis 1512 ; ils avaient occupé la charge de vice-amiral et celle de lieutenant du roi en Basse-Bretagne, puis celle de la lieutenance-générale. Ils recrutaient autour de Brest, Morlaix, Guérande. Les d’Espinay avaient été gouverneurs de forteresses au XVe siècle (Dinan, Hédé, Rennes, Broon) ; ils étaient implantés entre Rennes et Vitré, à Dol et en Anjou. Les châteaux de Sauldécourt, de Louvigné-de-Bais et de la Rivière servaient de refuges aux ligueurs lors du siège de Vitré (1589). S’ils n’avaient pas occupé de charges héréditaires, à l’instar des Carné, les Goulaine représentaient un appui certain dans la région nantaise et en Cornouaille. Enfin, les d’Aradon recrutaient plus localement, en Vannetais.

Sensibilités théologiques, philosophiques et choix confessionnels

  • 53 Denis Crouzet, Les Guerriers de Dieu : la violence au temps des troubles de religion, v. 1525-v. 1 (...)
  • 54 AD Ille-et-Vilaine, C 3787.

50La Ligue ne fut-elle pas aussi, voire avant tout, une entreprise religieuse ? Le baptême de Marie de Luxembourg et les serments prêtés aux États de la Ligue témoignent d’un conformisme dévotionnel et rituel. Ainsi aucune rationalité ne paraît-elle ressortir de la division confessionnelle entre les familles. La frontière confessionnelle qui sépare les branches de certaines maisons (tels les Goulaine et la branche des Laudonnière, ou les d’Avaugour), relève de la sensibilité religieuse. Cela explique la difficulté à faire coïncider l’amitié politique et la foi religieuse. La division naît d’une crise culturelle, d’un effondrement d’un système de représentations voire d’une « angoisse eschatologique53 ». Les contemporains furent confrontés à une révolution d’idées et de sentiments. Les députés des États de Nantes consignèrent dans leur registre « l’horreur sacrée » qu’ils éprouvaient et affirmèrent leur désir de « mettre en chantier une réformation globale du royaume, l’éradication des abus et de l’idolâtrie, l’arrêt des persécutions contre les fidèles de Dieu et l’élimination de l’impiété54 ». Dans une élégie, Goulaine se présenta en soldat du « Party d’Espérance », résolu à vaincre du ciel la destinée et à surmonter « soucy, deuil, fascherie et tristesse » :

  • 55 Arthur de La Borderie, Le Livre de Marguerite de Bretagne, Société des bibliophiles bretons, 1878.

« Espérance et Fortune se sont livrez la guerre
La plus forte et cruelle qu’on aye ouy parler
Tous les deux se combattent et renversent par terre
Se tuent et massacrent de cris remplissans l’air […]
Je me mectz au milieu je passe et je repasse
Fendant tous leurs soldatz si qu’en bien peu d’espace
J’amoncelle les morts les uns sur l’autre de tous ces champions55. »

  • 56 AD Loire-Atlantique, G 488.
  • 57 AM Nantes, GG 474.

51Depuis Christophe II, les Goulaine fréquentaient des paroisses nantaises réputées pour leurs confréries de dévotion : Saint-Nicolas et la confrérie Notre-Dame de la Chandeleur56, la cathédrale et Sainte-Radegonde57. Gabriel Ier fit baptiser ses enfants à Saint-Vincent et à Sainte-Croix. Saint-Vincent, qui était très prisée par la noblesse ligueuse (en particulier par Marie de Beaucaire), abritait une chapellenie fondée par Mercœur. De Sainte-Croix dépendait la confrérie du Très Saint Sacrement. La confrérie Notre-Dame de la Passion y fut fondée par Mercœur en 1586 : à cette occasion, Charles d’Espinay vint saluer Mercœur à Nantes.

  • 58 Sur « l’eschatologie de la guerre sainte », Denis Crouzet, op. cit., t. 2, p. 394-407.

52Nul doute que les Goulaine entendirent les évêques, frères mineurs et autres prédicateurs de la Ligue. Outre l’influence évidente de Charles d’Espinay, théologien écouté et envoyé plusieurs fois en ambassade auprès du roi par les États de Bretagne, les registres de baptême de leurs enfants montrent qu’il rencontrèrent Charles de Bourgneuf, évêque de Saint-Malo, Yves Boullanger, recteur de Saint-Vincent, Jean de La Croix, recteur de Sainte-Croix. Ils entendirent aussi Jacques Le Bossu et Jean Christi, prédicateurs influents de la Ligue dont les admonestations efficaces lors des États emportaient le serment des députés. Ce « rite de passage » représenterait, selon Denis Crouzet, une croisade permettant aux ligueurs d’affirmer leur appartenance à une société spirituelle, un « Ordre de la Croix », une militia dei58. Pour reprendre Arlette Jouanna, le serment prêté lors des États de la Ligue était destiné à faire de l’Union autant un traité de fidélité vis-à-vis de Mercœur, qu’un traité d’amitié entre « jurés » et une ligue religieuse.

Un phénomène de génération militaire ?

  • 59 James B. Wood, op. cit., p. 151-152.
  • 60 Ibid., p. 122-123.
  • 61 Ibid., p. 144-145.

53La notion de « génération militaire » permet de replacer les officiers dans leurs expériences pratiques, leur formation intellectuelle, leurs horizons géographiques. Il a été calculé qu’en 1564, 44 % des capitaines de gendarmerie avaient commandé une compagnie en 1559 ou auparavant ; en 1578, 7 % seulement ; en 1578, 93 % des capitaines de la cavalerie lourde n’ont jamais conduit leurs compagnies de gendarmerie en pays ennemi et étranger59 ! James B. Wood a souligné l’évolution de la gendarmerie dans sa composition, les conditions de son service et le changement d’horizon mental d’une nouvelle génération de capitaines. La cavalerie lourde manifestait publiquement la faveur royale, la richesse, le statut social élevé, le pouvoir politique ; elle formait le vivier du recrutement des gouverneurs de provinces et de la plupart des lieutenants60. Entre 1567-1569, notamment, s’exprima le « triomphe de la gendarmerie » étendue aux chevau-légers61.

54Or, des proches de Mercœur, très peu sont de vieux capitaines ayant vécu les campagnes d’Henri II ou, à tout le moins la première guerre de religion, sauf Jean et Antoine d’Espinay. Quelques-unes firent leurs armes dans les années 1570 sous Charles IX, mais la plupart, nés dans les années 1550-1560, appartenaient à la génération arrivée à maturité sous Henri III : Claude d’Espinay (né vers 1552), les frères d’Aradon (nés au début des années 1560), Gabriel de Goulaine (né en 1563), Jean du Faouët (né en 1565). Jean de Carné, né en 1570, comptait parmi les plus jeunes : il n’avait que dix-sept ans à Auneau. D’aucuns moururent dans les années 1590 (Guy de Rieux, Antoine et Jean d’Espinay, François de Quengo, Georges d’Aradon) ; d’autres s’éteignirent à la fin du règne d’Henri IV (Vincent de Coëtlogon, Saint-Laurent, Goulaine, Jérôme d’Aradon, François de Kersauson). Rares furent ceux qui vécurent assez longtemps pour entendre les échos des chevauchées de Louis XIII contre les protestants en sud ouest, à l’instar de Louis de Montigny, Louis du Cambout, Jean du Faouët (vivant en 1628), Jean de Carné (mort en 1632). De tous, celui qui eut la plus grande longévité fut Carné-Rosampoul, mort en 1628 à un âge canonique.

55Il est important de souligner combien les compagnies d’ordonnance permettaient la constitution de clientèles militaires et combien les capitaines de gendarmerie constituaient un vivier pour le recrutement des gouverneurs et lieutenants provinciaux. Il paraît logique que Mercœur ait voulu bénéficier de ce vivier de professionnels de la guerre, espérant en tirer aide, informations, assistance militaire ainsi que crédit, dans l’acception sociale et financière du terme. La plupart de ces gentilshommes étaient capitaines d’hommes d’armes de compagnies d’ordonnances, capitaines de ban et d’arrière-ban ; plus rares étaient les capitaines de gendarmes à cheval. Tous étaient fils, frères, neveux et gendres de professionnels de la guerre, qu’il s’agisse de Rosampoul, des d’Espinay, ou des Goulaine. Ainsi se tissaient des relations de père-patron-compagnon, que venaient renforcer les clientèles militaires et l’expérience commune des champs de bataille à Saint-Denis, Jarnac, Moncontour, Coutras, Auneau, etc.

  • 62 Manfred Orlea, La noblesse aux États-Généraux de 1576 et de 1588, Paris, PUF, 1980 et J.-M. Consta (...)
  • 63 A. Jouanna, « La noblesse française et les valeurs guerrières au XVIe siècle », L’Homme de guerre (...)

56Peut-on parler de crise culturelle ? Rares furent les nobles à être des professionnels de la guerre : seuls 25 %, voire 15 %, des gentilshommes ont eu un emploi militaire sous Henri III62. Arlette Jouanna a montré que les nobles défendaient un monopole de la vaillance qui sous-tendait « un art de vivre et de mourir » dans un monde de « gratuité » ; mais que cette vision de la guerre codifiée, bien que cruelle, changea à la suite du Cateau-Cambrésis, et que les guerres de Religion amenèrent une « démythification de la vaillance guerrière63 », comme en témoignent les Mémoires de Saulx-Tavannes et les Commentaires de Monluc. Les valeurs militaires évoluèrent alors sous l’effet conjugué du développement de l’artillerie et de l’infanterie (induisant un recrutement de « gens mécaniques »), des sièges de places et de la pratique des coups de main qui, appelés « picorée » sous la Ligue, mettaient en cause de petits effectifs… Tous ces éléments pourraient avoir inquiété la génération qui, arrivée à maturité sous Henri III, était soucieuse de se maintenir tant à la cour qu’aux armées… Il n’est pas sûr, cependant, que les contemporains eurent conscience des transformations techniques au sein de l’armée : les capitaines ligueurs, attachés à la cavalerie, commandaient des compagnies d’arquebusiers à cheval et de chevau-légers ; la fastueuse gendarmerie restait l’apanage de la noblesse la plus aisée et la plus ancienne, à l’instar de Goulaine et de Rosampoul…

  • 64 G. de Carné, op. cit.

57D’aucuns refusèrent les offres de Mercœur. Tous appartenaient à la vieille génération des serviteurs de la Couronne, militairement expérimentée, et introduite à la cour. Tel est le cas de René de Rieux, entré au service de Charles IX à 14 ans, lieutenant de la compagnie de gendarmes de Bellegarde, puis capitaine d’une compagnie de chevau-légers, maître de camp du régiment de Champagne et maréchal de camp d’Henri IV. Ce fut aussi celui de René de Tournemine, baron de La Hunaudaye, qui avait commençé sa carrière en Piémont et qui finit lieutenant-général en Bretagne. Furent également franchement hostiles : Yves du Liscoët, gentilhomme ordinaire de la Chambre du roi (1586), maréchal des camps et armées du roi (1593) ; Claude de Kerguezay (beau-frère de Gabriel de Goulaine), seigneur de Kergoumar, gentilhomme ordinaire de la Chambre du roi, maréchal de camp d’Henri IV, gouverneur de Guingamp, commandant de l’arrière-ban de Tréguier. Charles d’Avaugour, seigneur de Clisson, conseiller du roi en son Conseil privé, chambellan, reste fidèle au roi. Fait prisonnier par Mercœur en 1589, il fut échangé en 1591 avec Boisdauphin, dont les royaux s’étaient saisi à Ivry (1590)64. À ceux-ci s’ajoutent François de Talhouët, Pierre de Lannion, François de Kersauson et, surtout, Boisdauphin et Brissac qui rallient le parti d’Henri IV après avoir suivi celui de Mercœur.

Périodisation et modifications de la nature des relations : l’exemple de Goulaine

Ralliement, engagement et relation avec le duc : des hommes de confiance (1582/1585-1591)

  • 65 Voir Solen Joubert, « Le Glaive et la Parole : entre catholicisme et protestantisme, la maison de (...)

58En suivant le parcours d’un des maréchaux de camp de Mercœur, en relation avec son réseau, il est permis d’appréhender l’évolution des représentations de la Ligue et des rapports entretenus avec le duc65.

  • 66 AM Nantes, AA 81.
  • 67 Dom Morice, Supplément pour servir de Preuves de l’histoire de Bretagne, t. II, cclxxvij.

59Les premiers rapprochements semblent remonter à 1582, peut-être lors des États de Bretagne tenus à Vannes, auxquels participèrent Goulaine, du Faouët, Sourdéac, Belle-Isle, Ploeuc, d’Olivet66. En effet, d’après les Mémoires de Jean du Mats, Mercœur « n’attendit pas l’Édit de juillet [18 juillet 1585] pour préparer les esprits à la révolution qu’il méditoit. Depuis qu’il etoit gouverneur de Bretagne [5 septembre 1582], il avoit eu soin de se faire un grand nombre d’amis et de créatures [et] avoit pratiqué nombre de gentilshommes mais pas des plus grands et premiers de la province [sic], entre autres le sieur de Goulaines67 ».

  • 68 Lalande de Calan, Documents inédits relatifs aux États de Bretagne (1491-1589), Société des biblio (...)
  • 69 AM Nantes, AA 81.

60Goulaine participa ensuite aux États tenus à Nantes (1585) qui, présidés par Charles d’Espinay, laissèrent transparaître la méfiance de la noblesse envers les velléités de réforme d’Henri III68. Enfin, Jean du Faouët, Ploeuc et Sourdéac assistèrent aux États de Quimper-Corentin (1586)69.

  • 70 Marc Fardet, « La Lutte contre les protestants au sud de la Loire pendant la Ligue », Revue du Bas (...)
  • 71 AM Nantes, BB 21 fo 28-29 : en octobre 1588, délibérations du Conseil des Bourgeois exposant les p (...)

61Néanmoins, le signe tangible du rapprochement de Goulaine fut son engagement militaire à la demande de la municipalité nantaise (été 1588) pour défendre le secteur sud-est de la ville, à l’époque de la « grande cavalcade » de Navarre en Bas-Poitou. De son côté, Charles de Vaudray, émissaire de Nantes, implora la protection de Mercœur pour sécuriser la frontière de la Loire. À la demande de Charles d’Avaugour et du marquis de Belle-Isle, la municipalité nantaise envoya des munitions pour défendre Clisson et Machecoul70. Enfin, le sous-maire de Nantes déclara qu’il fallait dépêcher une trentaine d’hommes pour protéger Saint-Nazaire, possession de Goulaine et de Marguerite de Bretagne71. Saint-Nazaire, vitale à l’embouchure de la Loire et au commerce nantais, représentait aussi un point de débarquement idéal pour les Espagnols, qui allaient y accoster en 1590.

  • 72 AM Nantes, BB 21, fo 281-282.

62La reconnaissance de Navarre pour successeur (accord de Plessis-lès-Tours, 30 avril 1589) coupa Henri III de la ville de Nantes. Le clergé nantais et la municipalité prodiguèrent tous leurs efforts pour faire entrer dans la Ligue les seigneurs de l’évêché. Goulaine rassura la municipalité nantaise le 12 juin 1589 sur son adhésion, « sur le bruit et soubczon qu’on avoit de lui72 »…

  • 73 AM Nantes, CC 138 (3 octobre 1591).
  • 74 Dom Morice, op. cit., t. III, coll. 1513 ; Jacques-Auguste de Thou, Histoire universelle depuis 15 (...)
  • 75 BnF ms. Fr 22311, fo 94-95 (collation) (7 décembre 1589) et Dom Morice, op. cit., col. 1503-1504.
  • 76 Anatole de Barthélémy, Choix de documents inédits pour l’histoire de la Ligue en Bretagne, Rennes, (...)

63Après la mort d’Henri III, entre l’été 1589 et le printemps 1591, Goulaine et ses compagnons assiégèrent notamment Brissac, la Corbejollière, Morlaix, Guémené, Pont-l’Abbé et Kérouzéré… Les redditions de garnisons royalistes se succédèrent, « mesche allumée, tambour battant et enseignes déployées » (Jean Louvet). Goulaine reçut de Mercœur la commission de raser la Corbejollière73 et Kérouzéré74. Il négocia aussi la reddition de Guémené, propriété de Rohan75. Avec leurs compagnies de gendarmes et d’arquebusiers, Goulaine, Jean du Faouët et Rosampoul, imposaient leur pouvoir aux habitants de Morlaix et tenaient le Trégor, le Léon et la Cornouaille en Basse-Bretagne. Les émissaires du parlement de Bretagne, envoyés pour disposer les habitants de Morlaix en faveur d’Henri IV, consignèrent dans leur rapport que « lesdictz habitans avoint reçu en leur ville les sieurs de Goullenes, du Faouët, de Rosampoul et plusieurs aultres chefs rebelles accompagnés de grand nombre de gens de guerre […] qui commandoint et avoint la force en main76 ».

  • 77 Gaston De Carné, op. cit., p. 147.

64Le 15 février 1590, Goulaine reçut de Mercœur le titre de capitaine commandant pour la Sainte-Union des catholiques en Poitou et Anjou, maréchal de camp de la Ligue. Jean du Faouët fut nommé capitaine d’une compagnie des arrière-bans du Léon le 27 février 1590. En juillet 1591, le bruit courut que Goulaine était mort : Henri IV écrivit à Montmorency : « J’ay eu advis que le duc de Mercœur a esté mal mené en Bretaigne, en un combat qu’il a eu avec les nostres, où il y a perdu quantités des meilleurs hommes qu’il eust, entre aultres le sieur de Goullaines qui estoit son maréchal de camp77. »

Fléchissement, résistances et crispations (1591-1598)

  • 78 AD Ille-et-Vilaine, C 3187-3192, notamment C 3191 1e et 2e liasse.
  • 79 Arlette Jouanna, op. cit., p. 72.
  • 80 Gaston de Carné, Correspondance du duc de Mercœur et des Ligueurs bretons avec l’Espagne, Rennes, (...)
  • 81 Ibid, p. 54-55, p. 166.

65Après les États ligueurs de Nantes (1591)78, les ligueurs embrassèrent la cause de l’Infante d’Espagne, prétendante au trône de France après la mort du candidat de la Ligue, le sénescent cardinal de Bourbon. Les lettres rituelles qu’ils adressèrent à Philippe II montrent que « dans une société où la parole et les contacts directs étaient essentiels, il était important d’être connu des puissants, y compris des souverains étrangers79 ». L’évêque Georges d’Aradon écrivit à la fin de 1590 et en janvier 1591, ainsi qu’au début 159580. René d’Aradon et Gilette de Montigny offrirent leurs services à Philippe II en novembre 1594 ; ils écrivirent encore au roi d’Espagne en octobre 159781. Jérôme d’Aradon aurait été très circonspect vis-à-vis de Philippe II mais il fit bon accueil à don Júan de Aguila. Mendo de Ledesma rapporta que Mesdames de Quimerc’h et de Goulaine voulaient écrire à l’Infante (1591). Rosampoul entretint une correspondance active dans laquelle transparaissent tous ses efforts mais, aussi, toute sa désillusion en 1596-1597. Quant à Goulaine et du Faouët, ils proposèrent leurs services à Philippe II en septembre 1591 mais ils restèrent dans l’expectative jusqu’en 1594.

66L’intriguant Yves de Gormille envoya un mémoire à Philippe II le mettant en garde contre les gentilshommes du parti de Mercœur qui, « pour sonder leurs affaires » offraient leurs services, « car ce n’étaient toutz que simples gentilzhommes, créatures de Mercœur, et par luy miz en quelqu’auctorité durant ces guerres ». Révélant les convoitises de Goulaine et de du Faouët, il ajouta : « de toutz ceulx-ci, il n’y a moyen du munde de se fier ».

  • 82 Ibid. La lettre de Goulaine (1591) est publiée dans le tome XI, p. 90 ; celle de Jean du Faouët, t (...)

67A contrario, Júan de Peñaroyas recommanda Goulaine à Philippe II, soulignant « le zèle que M. de Goulaine a toujours montré et qu’il montrera encore au service de S.M. et l’importance qu’il y a se l’attacher, parce que c’est un gentilhomme qui a 12 000 ducats de rente et qu’il a un frère qui en a 8 000. Il est de plus très bien allié et a grand crédit en Basse-Bretagne82 ».

  • 83 AD Ille-et-Vilaine, C 3193. Parmi les signataires du serment rituel prêté lors des États, l’on tro (...)

68Galvanisés par de talentueux prédicateurs lors des États de Vannes (1592)83, les ligueurs remportèrent une succession de victoires entre l’automne 1591 et le printemps 1592. La plus retentissante fut celle de Craon, à laquelle participèrent Carné-Rosampoul, Goulaine, du Faouët, Quinipily, d’Aradon, etc. Goulaine contribuait toujours à maintenir la Ligue en Bretagne mais aussi en Anjou (où l’un de ses châteaux est assiégé par La Trémoïlle et Donadieu de Phuicharic), et en Bas-Poitou.

69Cependant, sièges et escarmouches n’avançaient guère les affaires de la Bretagne. À partir de 1593-1594 commença une période d’incertitudes, de pourparlers et de trêves : la victoire échappait aux ligueurs tandis qu’Henri IV, accumulant les victoires militaires et politiques, faisait basculer le cours de l’Histoire par sa conversion.

  • 84 Gaston De Carné, op. cit., p. 140-144.

70Inquiet de son isolement, mécontent de Mercœur, désireux d’obtenir le gouvernement de Quimper-Corentin, Goulaine renouvela ses propositions à Philippe II en septembre 1594. Goulaine se plaignit que, doté du gouvernement de Quimper-Corentin, il n’eût pu encore en prendre possession. Il demanda à Aguila de l’assister pour « tenir la ville pour S.M. » et se plaignit de l’avarice de Mercœur à lui fournir des subsides pour monter ses troupes. Son ami Carné-Rosampoul devait aussi exprimer sa déception envers le duc « qui veult, ce samble, que tout dépende de lui », et qui « désire laisser son estat, sy peult, à son filz César […] et à ceste fin establit des hommes au gouvernement et charges pour les laisser assurés à son dit filz84 ». Les maréchaux de camp regimbaient…

71Encouragé par les avis favorables des émissaires espagnols, Goulaine confia à Mendo de Ledesma un mémoire dans lequel il proposait au roi de mettre à sa disposition plusieurs compagnies et un régiment en échange d’un titre, d’une place et de subsides. Il proposa de réunir un régiment de 1 200 hommes de pied français pour servir les Espagnols débarqués en Bretagne, et de mettre trois compagnies à leur service, rassemblant 200 cuirasses, si Philippe II consentait à les entretenir ! Il prenait le même engagement pour deux autres compagnies de chevau-légers et assurait amener à Philippe II beaucoup d’autres gentilshommes.

72Lorsque Aguila présenta ce mémoire au roi d’Espagne, il lui fit remarquer que Goulaine et son frère s’exposaient à perdre leurs biens en se mettant au service du roi de la Chrétienté. Il requit une pension pour eux. Goulaine lui avait laissé entendre qu’il souhaitait « un titre quelconque en son armée » mais qui, bien entendu, ne lui donnerait autorité que sur les troupes françaises, avançant « son industrie et son adresse » pour le recrutement de gentilshommes.

  • 85 Ibid, p. 42-43.

73Aguila écrivit au roi : « Goulaine étant homme de qualité et des premiers de la province, comme il y a trois ans que Don Mendo le tient en suspens avec des paroles, M. de Goulaine désire savoir tout de suite si S. M. conclut à lui donner les moyens d’agir ou à le libérer de son engagement, afin qu’il puisse poursuivre son avantage au mieux de ses intérêts, car il voit bien que le dit Don Mendo laisse de plus en plus traîner les choses en longueur85. »

74La « franchise » de l’homme de guerre contrastait avec les détours de la diplomatie. Les Espagnols hésitaient, relevant chez les ligueurs un goût de l’intrigue et une agitation fébrile. Cependant, ne pouvant s’assurer les ports bretons « si ce n’était avec l’aide des gens du pays », ils tenaient en suspens Rosampoul et Goulaine qui assuraient Morlaix, Nantes et Saint-Nazaire.

75Ledesma recommanda encore que Goulaine, Rosampoul et du Faouët reçussent un « entretenement comme les officiers de l’armée » (1595) et, alors que la partie était perdue, il les proposa comme futurs gouverneurs (janvier 1598).

76Goulaine ressentit comme un affront le refus populaire de le voir gouverneur de Quimper-Corentin. L’accumulation des défaites entre 1594 et 1598 lui signala que la Ligue perdait le contrôle de la situation. Parmi les derniers, il se rendit à Henri IV le 13 mars 1598, à Angers. C’était un ralliement négocié.

« La feste des roys est passée » (Henri IV)

  • 86 Gaston de Carné, op. cit., p. 104-105 (29 avril et 2 mai 1596).
  • 87 Ibid, p. 167.
  • 88 Ibid., p. 43 (3 septembre 1594).
  • 89 Ibid., p. 140-144 (21 septembre 1597).

77Le duc a fait l’objet de critiques par ses maréchaux de camp les plus proches. Juan de Aguila rapporte qu’au moment des conférences d’Ancenis, « Aradon et Quinipily ont envoyé dire au duc que, s’il traitait avec le prince de Béarn, ils ne le suivraient plus » et que « M. de Sourdéac a envoyé dire au duc de Mercœur, par M. de Rosampoul, que s’il embrassait le parti de Vendôme, il ne le suivrait pas86. » En dépit de sa fidélité, l’évêque Georges d’Aradon émit lui aussi des réserves : « il ne comprenait rien à la conduite tortueuse de Mercœur [et] refusa de faire partie des conférences d’Ancenis […], bien différent en cela de Charles de Bourgneuf, qui accepta [d’y] représenter le duc87. » On sent bien, également, le temps de réflexion – sinon l’hésitation – de Goulaine à adhérer à la Ligue puis, après un engagement très fort, sa réticence envers un engagement exclusif, qu’il s’agisse de Mercœur ou de Philippe II ; il cherche alors à se dégager de cette relation polaire, souhaitant qu’on lui donne les moyens d’agir ou qu’on le libère de son engagement, « afin qu’il puisse poursuivre son avantage au mieux de ses intérêts88. » Même le « loyal et grand chrétien » Rosampoul finit par exprimer sa désillusion tout en restant fidèle à ses principes. Ainsi, une dizaine de jours avant le sacre d’Henri IV, alors que Sourdéac le sondait pour le gagner au parti royaliste, Rosampoul révéla-t-il qu’il était « fort elloingné des bonnes graces de monsieur de Mercure ». Ne pas avoir été « honoré d’un mot de réponse89 » de Philippe II le mortifia.

  • 90 Gaston de Carné, op. cit., p. 181-182. Il était le fils de Louis de Saint-Gelais de Lansac, remari (...)

78Les maréchaux de camp exprimèrent une déception par rapport à leur attente de places fortes et de gouvernements. Il faut toutefois distinguer les déçus « jusqu’au boutistes » – comme Rosampoul et Goulaine – des déçus « opportunistes » comme l’intrigant et versatile Guy de Lansac. Ce dernier, ambassadeur en Pologne, sénéchal d’Agenois, gouverneur de Blaye et chef de la Ligue en Bordelais, intrigua en Anjou et dans le Maine puis, après avoir été éconduit par Mercœur, se tourna vers Philippe II90. L’évocation de ce personnage permet de suggérer que Mercœur a manqué d’appui auprès des diplomates, à l’exception de Charles d’Espinay qui avait participé au Concile de Trente dans la délégation menée par le cardinal de Lorraine, et de Jean d’Espinay, l’un des rares à avoir connu les cours étrangères mais qui, déjà, appartenait à l’ancien temps…

  • 91 Dom Morice, op. cit., col. 1667 et sq. (28 mars 1598).
  • 92 Voir note 7.

79Les capitaines sont aussi « des courtiers et des entrepreneurs » (Jonathan Dewald) que leurs actions placent au centre des enjeux économiques et des échanges relationnels. D’aucuns sont inquiets des prêts financiers qu’ils ont accordés au duc et à la duchesse, à l’instar de Charles du Plessis de Coësmes. Celui-ci, qui a bénéficié des revenus de la châtellenie de Montejean, déclare avoir payé 45 000 écus pour ses gens de guerre de 1589 à 1595, plus 13 000 écus en 1596-159791. Or, en dépit d’une quittance de 8 000 écus, il semblerait que Mercœur et Mayenne soient encore ses débiteurs en 1598. Quant à Gabriel de Goulaine et Marguerite de Bretagne, ils cherchent à recouvrer le prix d’une adjudication de 10 000 écus soleil (partant sur la terre de Saint-Nazaire) par un accord financier avec le duc et la duchesse de Mercœur, en 1598, craignant que la reddition du duc ne le rende insolvable… Enfin, les capitaines ligueurs et royalistes étaient vraisemblablement amenés à développer entre eux des contacts par le biais des transactions financières. Goulaine acheta une châtellenie à Odet de La Noue (fils de La Noue-Bras de Fer) en 1594 ; il vendit une de ses seigneuries à Jean de Sorhoette, capitaine d’Henri IV et gouverneur de Montfort, en décembre 1596, dans une conjoncture moins avantageuse, quand la plupart des princes ligueurs s’étaient ralliés92. Ce dernier fait suggère que les tractations politiques de la fin de la Ligue ont pu être doublées ou précédées par des contacts antérieurs de nature plus confidentielle, sous-jacente, propres à amorcer la négociation ou le prix d’une reddition…

Vers la reddition et l’absolution : négocier la défaite et gérer la « trahison » (1598-1602)

  • 93 AN, X1 a 8643, fo 342 vo et fo 344 vo ; BnF Fr 23311, fo 245-246 (collation) ; Dom Morice, Preuves (...)

80Henri IV accorda à Goulaine des lettres patentes signées de sa main par lesquelles il le quittait et déchargeait « comme aussy tous ceulx qui l’ont suivy, assisté et se sont employez et entremis par son commandement et consentement […] des portz d’armes, prinses de personnes, payemens de rançons, assiègements, prinse et forcement de villes et châteaux, places, maisons fortes […] levées de deniers […] depuis l’an 1585, tant soubz l’auctorité de nostre cousin le duc de Mercœur, qu’aultrement de son propre mouvement […] en noz provinces d’Anjou, Poictou, Bretaigne et ailleurs93 », dont il éteint et abolit la mémoire, cassant et annulant tous les arrêts, jugements, sentences et ordonnances de toutes les cours et juridictions.

  • 94 Dom Morice, op. cit., t. III, coll. 1665 ; il devait aussi regretter « à présent [de] leur accorde (...)

81Mercœur intercéda auprès d’Henri IV qui l’assura recevoir « volontiers les sieurs de Goulaine, Quinipily, d’Aradon, Montigny, Saint-Laurent, du Faouët, de Carné, de Rosampoul et d’Olivet en ses bonnes grâces94. » Il accorda 50 000 écus pour les gouverneurs et capitaines des anciennes places ligueuses… Par un traité particulier, les Goulaine se soumirent au roi avec tout ce qu’ils représentaient de solvable et de crédit. Mais la rémission des catholiques ne se fit ni sans soumission ni sans confession, ainsi que le montre le long procès intenté de 1599 à 1602 par le seigneur de Kérouzéré, neveu du maréchal de Brissac !

82Coëtnisan se plaignit en 1599 de la destruction de Kérouzéré, de sa détention à Nantes et de sa rançon. À la suite de plusieurs enquêtes, Jean du Faouët et François de Kersozon furent condamnés à lui restituer deniers, meubles, canons, titres, armes et chevaux extorqués, à remettre le château en état, à lui payer la dégradation de ses bois, soufferts à cause de l’infraction de la capitulation.

  • 95 AN E2 a, fo 196 ro (13 novembre 1599) : « Attendu […] que Mercœur est son garend formel pour ce qu (...)
  • 96 AN E3 a fo 265 ro (7 août 1601); BnF ms. Fr18165 fo 156 vo (8 novembre 1601) ; AN E4 a ro et B.n.F (...)

83Pour se défendre, du Faouët excipa de la commission qu’il avait reçue et requit la comparution de Mercœur : l’infraction de la capitulation incombait au duc, qui se dérobait95. Au bout de trois années de procès pendant au Conseil d’État, Henri IV ne pouvait laisser l’affaire s’envenimer plus longtemps ni laisser se multiplier les arrêts de surséance et de prorogation96. Il couvrit d’honneurs Coëtnisan et absout du Faouët des condamnations antérieures en mai 1602, au moment des cérémonies funèbres de Mercœur.

  • 97 Dom Morice, op. cit., t. III, coll. 1759. Goulaine tint les montres de la compagnie à Redon (5 aoû (...)
  • 98 AM Nantes, GG 396 B et GG 418 B.

84Quelques semaines après l’Édit de Nantes, Goulaine obtint la charge de capitaine de 50 hommes d’armes dans la compagnie de Vendôme et prêta serment (5 mai 1598) au maréchal de Retz. La personnalité d’Albert de Gondi (1522-1602) suggère que le roi voulut offrir à Goulaine une compensation – sinon une récompense – pour sa reddition. En effet, le maréchal de Retz, qui avait été favori de Charles IX, était un agent du pouvoir royal jouant le rôle d’intégrateur ; il venait de prendre possession du château de Nantes au nom d’Henri IV97. Alors que Marie de Goulaine avait été baptisée en présence de Marie de Luxembourg, Marie de Beaucaire, Charles de Bourgneuf et Belle-Isle, Gabriel II de Goulaine fut parrainé par Gabrielle d’Estrées et le jeune duc de Vendôme98.

  • 99 AD Loire-Atlantique, B 182. 1590 écus ont été au moins dépensés pour ses compagnies de gendarmes e (...)
  • 100 Voir n. 7.

85Henri IV décora Jean du Faouët de l’ordre de Saint-Michel. Cependant, du Faouët et Goulaine n’obtinrent pas de gouvernement ni aucune charge importante. Jean du Faouët garda le commandement des arrière-bans du Léon et de Cornouaille mais il dut justifier des sommes engagées dans la Ligue (1613)99. Quant à Gabriel Ier de Goulaine, s’il profita de la spéculation foncière et agrandit sa seigneurie principale, il dut procéder à d’importantes ventes foncières, s’endetter assez considérablement, et passer des transactions financières qui, lourdes de conséquences, devaient retentir sur le début du XVIIe siècle100. Veuf inconsolable après la mort de Marguerite de Bretagne (1599), ami affligé de la disparition de ses intimes, Gabriel de Goulaine s’éteignit le 26 janvier 1607, âgé de 44 ans.

86La tutelle sur Gabriel II fut confiée à Jean du Faouët, en 1608, avec le consentement de ceux qui s’étaient affrontés pendant la Ligue. À côté d’anciens ligueurs (Georges de Vaudray, Charles de Savennière, Jean de Carné), d’anciens royalistes catholiques (Charles de Bretagne, Claude de Kerguezay, Charles de Cossé) ou protestants (Élie de Goulaine, de la branche Laudonnière ; Charles d’Avaugour) fournissaient leur caution. Outre une signification familiale, l’arrêt du Parlement de Bretagne, intimant à Jean de Goulaine de prêter serment devant les Conseillers, revêtait une dimension politique. La composition du conseil de tutelle éclaire en effet une tentative de coexistence confessionnelle, en associant catholiques et protestants à la gestion financière d’un patrimoine impliquant de nombreux intérêts. Deux personnages proches du roi assuraient la garantie de cette coexistence, ou de cette parité : Charles d’Avaugour (seigneur de Cargrois et de Saffré), qui avait été commissaire du roi pour l’exécution de l’Édit de Nantes en Bretagne (1600-1602) ; Charles de Cossé, qui était encore maréchal-comte de Brissac, représentait le roi en tant que lieutenant-général en Bretagne. Comme un signe d’apaisement nécessaire, les liens se reformaient autour d’un héritier de 10 ans. Henri IV, quelques mois avant sa propre mort, signait de sa main la réunion du marquisat de Goulaine en faveur de Gabriel II, le 31 mars 1610.

  • 101 Dom Morice, op. cit., t. III, col. 1677-1680 (21 avril 1598).
  • 102 Ibid., col. 1667 et sq. (28 mars 1598).
  • 103 Ibid., t. III, col. 1665.
  • 104 Ibid., t. III, col. 1650-1655.

87Et les autres chefs militaires ? Jérôme d’Aradon bénéficia d’une déclaration d’abolition101. Henri IV accorda à Coësmes le gouvernement de Craon, mais il lui refusa la capitainerie de Montejean102. Jean de Carné reçut 3 000 livres de pension. Henri IV pourvut Louis de Montigny d’une compagnie de 50 hommes d’armes et le fit chevalier de son Ordre, dont il reçut le collier des mains du maréchal de Brissac (1598). Louis XIII devait lui accorder une pension de 2 400 livres et l’assurer de sa faveur. Montigny récoltait le bénéfice de sa nomination par les États généraux et de sa participation à la conférence de Suresnes (1592)103. Le roi accorda également un article aux Saint-Offange, ligueurs redoutables au service de Mercœur104. Enfin, Jean d’Avaugour fut rétabli dans son gouvernement de Moncontour et de Dinan.

  • 105 N. Le Roux, op. cit., p. 712.
  • 106 Jean Bérenger, « Les États de Bretagne au début du XVIIe siècle », État et société en France aux X (...)

88Si d’anciens ligueurs ont pu rencontrer des difficultés à réintégrer la cour105, il semble que pour la Bretagne on puisse parler de la continuité dans le personnel des États qui, après les guerres de la Ligue, représentaient toujours une « puissance tutélaire106 ». Ainsi Carné-Rosampoul fut-il le représentant de la noblesse bretonne aux États généraux en 1602. Qu’il fut « député en Cour » auprès d’Henri IV montre la pérennité de son crédit après la Ligue. En outre, Rosampoul apparut au sein de commissions spécifiques influentes, notamment celle des Finances.

89Pour achever cette transition entre le XVIe siècle ligueur et le XVIIe siècle dévôt, il paraît peu probable que Gabriel de Goulaine ait participé à l’expédition de Mercœur en Hongrie. En revanche, après la mort de Mercœur face aux Turcs en 1602, les Goulaine et leur réseau allaient, dans la continuité de la Ligue, recentrer leur action sur une dévotion active et intériorisée.

90Cette étude révèle le rôle des clientèles et des parentés dans les choix confessionnels et politiques, ainsi que dans les engagements militaires. Le groupe des maréchaux de camp de Mercœur appartient aux professionnels de la guerre ; il est issu de maisons anciennement implantées, soudées par une endogamie provinciale, jouissant d’un crédit local et régional étendu à l’Ouest. Tout au long du XVIe siècle, sa cohésion a été cimentée par une sociabilité curiale tissée au sommet de la Maison du roi, des amitiés de voisinage, un patronage militaire, une diffusion de modèles comportementaux et culturels. Ainsi se dégage un cercle d’affinités dont les engagements revêtent une signification rituelle, symbolique et discursive.

  • 107 Jean-Marie Constant : op. cit., p. 112.

91De prime abord, la Ligue apparaît comme l’occasion idéale de resserrer les liens avec un patron, tout en profitant de son « charisme ». Mercœur a espéré profiter de ce transfert de fidélité et devenir le « redistributeur » de la faveur du Prince. Pour reprendre un aphorisme de Jean-Marie Constant, « on dit quelques fois d’un gentilhomme non pas qu’il a été ligueur, mais qu’il a suivi le duc de Mercœur107 ». Pourtant, en se rendant après Mercœur et en lui ayant signifié qu’ils n’accepteraient de la part du duc aucune négociation lors des conférences d’Ancenis, les ligueurs ont prouvé qu’ils avaient davantage embrassé la cause de la Ligue que celle du duc, avec lequel ils n’entretenaient pas de relation antérieure directe, excepté par le biais des Luxembourg. Mercœur a tenté d’utiliser les réseaux familiaux sur le plan militaire et financier mais il semble ne pas avoir su réellement se les attacher à titre personnel, pas plus qu’il ne paraît avoir eu de stratégie globale. Le ralliement à la Ligue fut conjoncturel, même si l’adhésion au Parti de l’Union fut réelle.

92L’absence de récompense à la hauteur de leur investissement et la désillusion ressentie envers le duc ont fini par aliéner les fidélités, d’autant plus que l’isolement de Mercœur a révélé son absence de réelle démarche diplomatique. En dépit d’un endettement avéré, les ligueurs tirèrent profit de la Ligue jusque dans leurs traités particuliers avec Henri IV à la condition, toutefois, de se soumettre avec ce qu’ils représentaient de solvable.

93En conclusion, quelques prolongements peuvent être suggérés. Il serait intéressant de comparer la clientèle de Mercœur avec celles des ducs de Nemours, d’Aumale, de Mayenne, chefs de la Ligue en Lyonnais, Picardie, Bourgogne. Des recherches pourraient mesurer le degré de communication, la capacité de mobilisation et de déplacement, le niveau réel d’organisation et de répartition des tâches au sein de ce réseau. Enfin, la diversité des contacts entretenus par l’entourage militaire de Mercœur ouvre une perspective qui incite à considérer les hommes de guerre dans leurs rapports avec la République des Lettres.

Registre de baptême de Marie de Goulaine avec les paraphes de Marie de Beaucaire, Marie de Luxembourg, Charles de Bourneuf et Belle-Isle (17 février 1594, Arch. mun. Nantes).

Commission de Mercœur au capitaine du Bois de la Ferronnière (5 juin 1589, Arch. dép. Loire-Atlantique).

Commission de Mercœur au capitaine du Bois de la Ferronnière (31 octobre 1594, Arch. dép. Loire-Atlantique).

Notes

1 Pierre de L’Estoile, Journal de L’Estoile pour le règne de Henri III (1574-1589), éd. Michaud et Poujoulat, 1837, t. I, 1e partie, p. 125.

2 James B. Wood, The king’s Army. Warfare, soldiers and society during the Wars of Religion, 1562-1576, Cambridge UP, 1996.

3 Jean-Marie Constant, « Un groupe socio-politique stratégique dans la France de la première moitié du XVIIe siècle : la noblesse seconde », La Noblesse en liberté XVIe-XVIIe siècles, Rennes, PUR, 2004, p. 83-103.

4 Outre l’ouvrage de J.-M. Constant cité note précédente, voir Nicolas Le Roux, La faveur du roi. Mignons et courtisans au temps des derniers Valois (v. 1547-v. 1589), Paris, Champ Vallon, 2000 ; Robert Descimon et José Javier Rúiz Ibáñez, Les ligueurs de l’exil. Le refuge catholique français après 1594, Paris, Champ Vallon, 2005.

5 Pour l’identification des protagonistes, Gaston De Carné, Chevaliers bretons de Saint-Michel, Rennes, 1884 et Dom Morice, Mémoires pour servir de preuves à l’Histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, t. III, Paris, 1746, réed. 1974.

6 Arlette Jouanna, Le devoir de révolte, Paris, Fayard, 1989, p. 79.

7 Qu’il soit permis de renvoyer à Solen Joubert-Peron, « Le château de Goulaine (XVe-début XIXe siècle) : nouvelles approches, nouvelle image », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 2004, p. 193-224. Sauf indication, le présent article s’appuie sur un DEA, Entre Bretagne et Loire : Goulaine. Une maison, un château, un territoire d’après les sources publiques (XIIe-début XIXe siècle), Université de Nantes, 2003.

8 Pour le développement qui suit, voir Solen Joubert-Peron, « Guerre et diplomatie, culture et société au temps des Valois : le maréchal de Vieilleville (1509-1571) », Bulletin de la Société Archéologique et Historique de Nantes et de Loire-Atlantique, 2005, t. CXL, p. 243-274.

9 Dom Morice, op. cit., t. III, col. 1458-1459 (14 mai 1580).

10 Ibid., t. III, col. 1497-1498 (23 avril 1589).

11 Jouon des Longrais, « Information du sénéchal de Rennes contre les Ligueurs (1589) », Bulletin et mémoires de la Société archéologique d’Ille-et-Vilaine, 1911-1912. Les ligueurs hantaient souvent les lieux : « Tous ceulx de la maison d’Espinay disent haultement que la Ligue sera la plus forte […] et y a une chambre toute preste à recevoir led. Sr. duc de Mercœur quand il arrivera ». La marquise d’Espinay manda d’envoyer du gibier à Mercœur. Bouteiller, Vignancourt, Sévigné, d’Olivet, Saint-Denis, le puîné du Puy-du-Fou, La Ville-Hallaye sont leurs affidés.

12 Pierre-Victor Palma Cayet : Chronologie novenaire, contenant l’Histoire de la guerre sous le règne du très-chrestien roy de France et de Navarre Henri IV, éd. Michaud et Poujoulat, Paris, t. XII, 1re partie, 1838, p. 108-109.

13 BnF ms. Fr 22311, fo 79 (lettre à Jean d’Espinay, 23 avril 1589, collation). Un témoignage, tiré de Jouon des Longrais, précise que « led. Sr. Evesque faict infinitté de vexations et maulx aud. païs de Dol, cottise les paroisses à poyer certaines sommes de deniers de faczon que tout le pays est par le moyen dud. Sr. Evesque entièrement ruyné ».

14 BnF ms. Fr 22310 fo 224-225 : lettres de Charles IX à M. d’Espinay pour donner le collier de son Ordre à M. de La Marche, et lettre accompagnant l’envoi du collier (1570).

15 Élie Barnavi, Le Parti de Dieu. Etude sociale et politique des chefs de la Ligue parisienne, 1585-1594, Paris, Publications de la Sorbonne, p. 22 et 90-91.

16 BM Nantes, ms. 2150, fo 4 (2 janvier 1590) (sceau arraché).

17 AD Loire-Atlantique, B 2965, pièce XVI. Jean Fourché était sieur de la Couronnerie et de Quéhillac, auditeur puis maître à la Chambre des comptes. L’enquête révéla la difficulté de liaison entre les garnisons. Sur le plan financier, les garnisons n’étaient pas payées ; celles de Quimpercorentin et de Morlaix étaient en déshérence. Il fut ordonné de procéder d’urgence au renforcement des fortifications de Morlaix. Quant aux soldats des garnisons, Quinipily craignait leur défection.

18 AM Nantes, II 49 (1591-1598); BnF ms. Fr 18704, fo 11-13 : articles accordés au marquis de Belle-Isle (22 novembre 1591).

19 Sylvie Desachy Delclos, « Les élites militaires en Rouergue au XVIe siècle », Annales du Midi, « Élites militaires et élites judiciaires aux XVIe et XVIIe siècles », t. CVIII, no 213 (1996), p. 9-27 ; Véronique Larcade : « La clientèle du duc d’Éperon dans le sud-ouest du royaume », ibid, p. 29-37.

20 Selon G. de Carné, il appartient à la branche de Kergrois, et non à celle des Bretagne-Avaugour. Il serait par conséquent le frère du protestant Charles d’Avaugour, seigneur de Saffré, dont le château est pris par Mercœur.

21 Il semblerait être le fils de Guillaume de Montigny, qui fut page du futur Henri II puis de Diane de Poitiers dont il géra les affaires, capitaine de Suscinio, etc.

22 AD Loire-Atlantique, 215 J 13 et 215 J 35 (commissions du 27 avril 1585, 5 juin 1589, 31 octobre 1594).

23 AM Nantes, II 125 (1591-1597).

24 BnF Fr 22311, fo 77 (19 avril 1589).

25 Laurent Bourquin, Les nobles, la ville et le roi. L’autorité nobiliaire en Anjou pendant les guerres de Religion, Paris, Belin, 2001, p. 175.

26 Ibid, p. 179.

27 AM Nantes, CC 138.

28 Baudoin de Goulaine (oncle de Gabriel de Goulaine et de Jean du Faouët) lui avait été apparenté par son alliance avec Claude des Hayes. La fille de celle-ci, Madeleine, avait en effet épousé Urbain de Laval, par ailleurs marquis de Sablé et gouverneur d’Anjou.

29 Son père, Jean Savennière de La Bretesche, a été lieutenant de la compagnie de gendarmerie d’Odet d’Avaugour, sous Charles IX (N. Le Roux, op. cit., p. 110 et 349).

30 BnF PO, Fr 18704 (1595).

31 Pierre Chevallier, Henri III, Paris, Fayard, 1985, p. 295-296. Le roi se prononça pour Saint-Phal, guidon de la compagnie du duc de Guise.

32 BnF PO, Fr 18704, fo 41 (1596).

33 Ibid., fo 48 (1597).

34 Joël Cornette, « Les nobles et la foi, du siècle des Réformes au siècle de l’État absolu » Association des historiens modernistes, bulletin no 20, actes du colloque « Société, culture et vie religieuse aux XVIe-XVIIe siècles », Paris-Sorbonne, 1995, p. 139-196.

35 Jérôme D’Aradon, Journal, in Dom Morice, Supplément pour servir de Preuves à l’histoire de Bretagne, p. cclxiv.

36 AM Nantes, CC 138 : dans sa commission pour la démantèlement de la Corbejollière, en Saint-Lumine de Clisson, Mercœur s’adresse à Goulaine en signant « vostre bien bon et affectionné amy. »

37 BnF ms. Fr 22311 fo 109-110 (1590).

38 Gaston de Carné, op. cit.

39 AM Nantes, CC 138 (1592).

40 L’on recense notamment des gentilshommes de la région, exerçant des fonctions d’échevinage, de conseillers à la Chambre des comptes, de capitaines : La Tullaye (Janzé, Nantes), Saint-Père, La Boutardière (en Saint-Herblain), du Plessis-Vue, Montigny (Vannes), Chamballan (en Rougé), du Verger (en Guérande).

41 Lalande de Calan, Documents inédits relatifs aux États de Bretagne de 1491 à 1589, 2 vol., Rennes, Société des bibliophiles bretons et de l’histoire de Bretagne, 1908, p. 198 sq.

42 AM Nantes, EE 197 fo 2, 3, 6, 8, 11. Montre devant Claude de Saint-Amatour (17 août 1562).

43 Chanoine Travers, Histoire civile, politique et religieuse de la ville et du comté de Nantes, t. III, 1841, p. 370.

44 Dom Morice, op. cit., t. III, col. 1444 (24 août 1578).

45 Solen Joubert-Peron, « Audace et renommée. Un réseau de la noblesse bretonne, vecteur d’échanges culturels et artistiques pendant la Renaissance », Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, 2003, p. 205-241.

46 Jucquel Rougeart, Œuvres complètes (1578). éd. Catherine Magnien-Simonin, Genève, Droz, 1988. Titre original : Divers poèmes latins et françois, composez par J. Rougeart, gentilhomme de Cornouaïlle en Basse-Bretaigne, et dediez à très illustre seigneur et mécène G. de Goullaine, seigneur du Faouët. À Paris, de l’imprimerie de Léon Cavellat libraire rüe S. Jean de Latran, au Griffon d’argent 1578.

47 Roger Chartier et Henri-Jean Martin (dir.), Histoire de l’édition française, t. I : Le Livre conquérant, Paris, Fayard-Cercle de la Libraire, 1989, p. 415-416.

48 A. Jouan, Recueil et discours du voyage du roy Charles IX, Paris, J. Bonfons, 1566 (éd. moderne dans V. Graham et W. McAllister Johnson, The Royal Tour of France by Charles IX and Catherine de’ Medici. Festivals and Entries, 1564-1566, University of Toronto Press, 1979).

49 N. Le Roux, op. cit.

50 G. de Carné, op. cit., p. 367 (18 février 1568).

51 AM Nantes, II 6, fo 2.

52 Pierre-Victor Palma Cayet, op. cit., p. 110.

53 Denis Crouzet, Les Guerriers de Dieu : la violence au temps des troubles de religion, v. 1525-v. 1610, Paris, Champ Vallon, 2 vol. 1990.

54 AD Ille-et-Vilaine, C 3787.

55 Arthur de La Borderie, Le Livre de Marguerite de Bretagne, Société des bibliophiles bretons, 1878.

56 AD Loire-Atlantique, G 488.

57 AM Nantes, GG 474.

58 Sur « l’eschatologie de la guerre sainte », Denis Crouzet, op. cit., t. 2, p. 394-407.

59 James B. Wood, op. cit., p. 151-152.

60 Ibid., p. 122-123.

61 Ibid., p. 144-145.

62 Manfred Orlea, La noblesse aux États-Généraux de 1576 et de 1588, Paris, PUF, 1980 et J.-M. Constant, « Les barons français pendant les guerres de religion », La noblesse en liberté, op. cit., p. 103-113.

63 A. Jouanna, « La noblesse française et les valeurs guerrières au XVIe siècle », L’Homme de guerre au XVIe siècle, PU Saint-Etienne, 1992, p. 205-217.

64 G. de Carné, op. cit.

65 Voir Solen Joubert, « Le Glaive et la Parole : entre catholicisme et protestantisme, la maison de Goulaine pendant les guerres de religion (1562-1602) », Actes de la 8e Journée historique de Legé (29 juin 2002), Association des Amis de Legé, 2003, p. 36-58.

66 AM Nantes, AA 81.

67 Dom Morice, Supplément pour servir de Preuves de l’histoire de Bretagne, t. II, cclxxvij.

68 Lalande de Calan, Documents inédits relatifs aux États de Bretagne (1491-1589), Société des bibliophiles bretons, Rennes, 1908, p. 226 sq.

69 AM Nantes, AA 81.

70 Marc Fardet, « La Lutte contre les protestants au sud de la Loire pendant la Ligue », Revue du Bas Poitou, 1969.

71 AM Nantes, BB 21 fo 28-29 : en octobre 1588, délibérations du Conseil des Bourgeois exposant les précautions à prendre par Messieurs du Cambout, de Belle-Isle et de Goulaine pour la défense des côtes.

72 AM Nantes, BB 21, fo 281-282.

73 AM Nantes, CC 138 (3 octobre 1591).

74 Dom Morice, op. cit., t. III, coll. 1513 ; Jacques-Auguste de Thou, Histoire universelle depuis 1543 jusqu’en 1607, t. XI et XIII, Londres, 1734.

75 BnF ms. Fr 22311, fo 94-95 (collation) (7 décembre 1589) et Dom Morice, op. cit., col. 1503-1504.

76 Anatole de Barthélémy, Choix de documents inédits pour l’histoire de la Ligue en Bretagne, Rennes, Société des Bibliophiles bretons, 1880 p. 36-44.

77 Gaston De Carné, op. cit., p. 147.

78 AD Ille-et-Vilaine, C 3187-3192, notamment C 3191 1e et 2e liasse.

79 Arlette Jouanna, op. cit., p. 72.

80 Gaston de Carné, Correspondance du duc de Mercœur et des Ligueurs bretons avec l’Espagne, Rennes, 1899, t. XII, p. 27, 29, 73.

81 Ibid, p. 54-55, p. 166.

82 Ibid. La lettre de Goulaine (1591) est publiée dans le tome XI, p. 90 ; celle de Jean du Faouët, t. XI, p. 92 ; le mémoire de Goulaine (1594), t. XII, p. 42-43. Les rapports des espions de Philippe II qui ont servi figurent dans les t. XI (p. 59, 147) et XII (p. 41, 71, 85, 99, 101, 110, 140, 157-158).

83 AD Ille-et-Vilaine, C 3193. Parmi les signataires du serment rituel prêté lors des États, l’on trouve Rosampoul, Goulaine, Jérôme d’Aradon, Jean d’Avaugour, René de Talhouët ; les prédicateurs sont Jean Christi, Jacques Le Bossu, et Charles de Bourgneuf.

84 Gaston De Carné, op. cit., p. 140-144.

85 Ibid, p. 42-43.

86 Gaston de Carné, op. cit., p. 104-105 (29 avril et 2 mai 1596).

87 Ibid, p. 167.

88 Ibid., p. 43 (3 septembre 1594).

89 Ibid., p. 140-144 (21 septembre 1597).

90 Gaston de Carné, op. cit., p. 181-182. Il était le fils de Louis de Saint-Gelais de Lansac, remarié à la veuve de François de Goulaine. Les Goulaine recherchaient les alliances avec les familles de diplomates. Le frère de Lansac, Urbain de Saint-Gelais de Lusignan, évêque de Comminges, fut un prélat ligueur empressé auprès de Philippe II.

91 Dom Morice, op. cit., col. 1667 et sq. (28 mars 1598).

92 Voir note 7.

93 AN, X1 a 8643, fo 342 vo et fo 344 vo ; BnF Fr 23311, fo 245-246 (collation) ; Dom Morice, Preuves, op. cit., t. III, coll. 1675 (28 mars 1598).

94 Dom Morice, op. cit., t. III, coll. 1665 ; il devait aussi regretter « à présent [de] leur accorder ce que Mercœur [requerrait] de S. M. en leur faveur ».

95 AN E2 a, fo 196 ro (13 novembre 1599) : « Attendu […] que Mercœur est son garend formel pour ce qu’il a touché les deniers de ladite rançon et que la maison a esté desmolie de son commandement. Il plaise à S.M. ordonner que ledit sr. de Mercœur sera appelé pardevans S.M. pour se voir condamner à le garentir et indemniser de toutes lesdites condamnations et de tous ses despens, dommages et interestz. » (Arrêt du Conseil d’État renvoyant au Connétable l’action en garantie intentée au duc de Mercœur par Jean du Faouët).

96 AN E3 a fo 265 ro (7 août 1601); BnF ms. Fr18165 fo 156 vo (8 novembre 1601) ; AN E4 a ro et B.n.F ms. Fr. 18166 fo 9 ro (10 janvier 1602) ; AN E4 a fo 158 ro et BnF ms. Fr 18166 fo 109 ro (14 mars 1602).

97 Dom Morice, op. cit., t. III, coll. 1759. Goulaine tint les montres de la compagnie à Redon (5 août 1599), mêlant anciens ligueurs et royaux, tels Ploeuc, du Chastel, d’Olivet, du Cambout. Le protestant Élie de Goulaine y figure aussi.

98 AM Nantes, GG 396 B et GG 418 B.

99 AD Loire-Atlantique, B 182. 1590 écus ont été au moins dépensés pour ses compagnies de gendarmes et d’arquebusiers ainsi que pour acheter poudres et munitions de Flandres, de Saint-Malo et de Morlaix, acheminées par les côtes normandes et bretonnes…

100 Voir n. 7.

101 Dom Morice, op. cit., t. III, col. 1677-1680 (21 avril 1598).

102 Ibid., col. 1667 et sq. (28 mars 1598).

103 Ibid., t. III, col. 1665.

104 Ibid., t. III, col. 1650-1655.

105 N. Le Roux, op. cit., p. 712.

106 Jean Bérenger, « Les États de Bretagne au début du XVIIe siècle », État et société en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, (Mélanges Y. Durand), Paris, Presse de l’Université Paris-Sorbonne, 2000, p. 75-88.

107 Jean-Marie Constant : op. cit., p. 112.

Table des illustrations

Légende Registre de baptême de Marie de Goulaine avec les paraphes de Marie de Beaucaire, Marie de Luxembourg, Charles de Bourneuf et Belle-Isle (17 février 1594, Arch. mun. Nantes).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/98573/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende Commission de Mercœur au capitaine du Bois de la Ferronnière (5 juin 1589, Arch. dép. Loire-Atlantique).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/98573/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende Commission de Mercœur au capitaine du Bois de la Ferronnière (31 octobre 1594, Arch. dép. Loire-Atlantique).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/98573/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 61k

Auteur

Solen Peron est chargée d’études documentaires, recenseur des monuments historiques à la C.R.M.H de la DRAC de Lorraine, doctorante à l’université du Maine. Ses recherches portent sur la noblesse d’ancien régime du XIIe au XVIIIe siècles (Bretagne, Anjou, Lorraine), l’histoire des arts décoratifs (XVIe-XVIIIe siècles), les châteaux et leur environnement paysager, la conservation et la mise en valeur du patrimoine architectural.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540