Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le duc de Mercœur

 | 
Emmanuel Buron
, 
Bruno Méniel

Première partie. La figure historique du duc de Mercœur

Le duc de Mercœur gouverneur de province : entre statut, Ligue et Bretagne (1589-1598)

Ariane Boltanski et Philippe Hamon

Texte intégral

  • 1 Parmi les plus pertinentes, on retiendra F. Joüon des Longrais, « Le duc de Mercœur », Bulletin ar (...)
  • 2 Pour un récit circonstancié de la période en Bretagne, voir Barthélemy Pocquet, Histoire de Bretag (...)

1Philippe-Emmanuel de Lorraine, duc de Mercœur (1558-1602), doit l’essentiel de sa – relative – notoriété historique au fait d’avoir été le dernier des Grands ligueurs à s’opposer à Henri IV. Sa longue résistance en Bretagne explique pourquoi c’est à Nantes qu’a été signé par le roi, sans doute le 30 avril 1598, l’édit « en faveur de ceux de la religion prétendue réformée ». L’action de Mercœur en Bretagne au cours de la Ligue se situe donc dans un contexte très spécifique, celui d’un gouverneur en révolte ouverte. On va ici tenter de cerner les logiques d’ensemble de sa position à travers son action politique, indissociable de ses engagements religieux, en fonction de sa dignité de Grand du royaume et de sa situation de gouverneur de province. Le devenir de Mercœur a déjà donné lieu à des analyses historiques nombreuses, depuis le XVIIIe siècle1. Elles sont souvent marquées par le poids d’un véritable paradigme breton, qui se nourrit d’une vision spécifique du sort de la province, et l’alimente à son tour. Dans ce contexte, le personnage et ses engagements ont suscité le débat et l’historiographie est marquée de forts contrastes. Nous allons tenter à notre tour de dresser un bilan d’ensemble du rôle de Mercœur en Bretagne pendant la Ligue, bilan qui n’a rien de définitif, car il est frappant de noter combien des aspects importants n’ont pas encore été traités de façon satisfaisante2. En conséquence, on en est souvent réduit aux hypothèses.

  • 3 Sur sa carrière sous Henri III, voir supra la communication de N. Le Roux.

2L’implantation bretonne du lorrain Mercœur, prince d’Empire et cousin des Guise, est une conséquence du mariage de sa demi-sœur Louise de Vaudémont avec Henri III, en février 1575. Cette alliance est en effet à l’origine de l’ascension exceptionnelle de Mercœur qui n’est pas lui-même un « favori » direct3. Dès juillet 1575, il épouse, grâce au roi, une riche héritière « bretonne », Marie de Luxembourg-Martigues, détentrice du duché de Penthièvre. En 1582, à la mort du duc de Montpensier, Mercœur obtient le gouvernement de Bretagne, le roi ayant refusé de prendre en compte une survivance élaborée au sein de la famille de Bourbon-Montpensier. Dans son gouvernement, Mercœur affiche un catholicisme actif qui se marque, en particulier à Nantes, par son soutien aux ordres religieux (Minimes, Capucins) et par son entrée dans des confréries dévotes. On retrouve ici les effets combinés d’un tropisme lorrain (sans parler des Guise, champions catholiques, la petite cour de Vaudémont était, semble-t-il, fort pieuse), d’une tradition propre aux Luxembourg-Martigues et d’une pratique liée à celle d’Henri III (Mercœur appartient à l’Oratoire de Vincennes et suit les retraites de 1584). Cet engagement se produit dans une province restée massivement catholique, même si la présence et le rôle des protestants au sein de la noblesse ne sont pas insignifiants.

  • 4 Marc Fardet, La vie municipale à Nantes sous le gouvernement du duc de Mercœur : le rôle militaire (...)
  • 5 Nicolas Travers, Histoire civile, politique et religieuse de la ville et du comté de Nantes, Nante (...)

3Cependant, la Bretagne fait figure de province frontière sur le plan religieux, dans la mesure où, au sud, le Bas-Poitou est en bonne part protestant ou tenu par les huguenots. Quand on observe la situation depuis Nantes, ce qui est le plus souvent le cas de Mercœur, la menace militaire est alors loin d’être illusoire4. D’ailleurs, en octobre 1588, Henri de Navarre et ses troupes se trouvent aux portes de la ville, d’abord à Monnières, puis à Vertou. De façon significative, la municipalité nantaise, à la fin de l’année, refuse de financer seule sa défense, estimant qu’en tant que ville-frontière elle protège la Bretagne, sur son flanc sud, des attaques huguenotes, et qu’à ce titre elle doit recevoir une aide financière de l’ensemble de la province5. On va voir que chez Mercœur la combinaison de l’engagement religieux et des préoccupations stratégiques joue sans doute un rôle important.

4Nous avons choisi de privilégier trois thèmes qui permettent selon nous de faire le point sur les principaux enjeux du rôle de Mercœur dans la Bretagne du temps. Il s’agit tout d’abord d’observer son attitude au cours de la fin du règne d’Henri III, après la mort des Guise. Ensuite, une fois la rupture consommée, il conviendra de jauger l’étendue du pouvoir du duc dans une province dont on écrit, sans doute un peu rapidement, qu’elle lui est, dès le début, presque entièrement acquise. Il sera temps alors de revenir sur un thème qui a été au cœur des débats historiographiques, celui des prétentions supposées du couple Mercœur à la dignité ducale de Bretagne. Quant aux conditions du règlement de 1598, encore assez mal connues pour certains de leurs aspects, elles seront évoquées en conclusion.

Le duc de Mercœur et l’éclatement de la révolte ligueuse (janvier-août 1589)

  • 6 Joüon Des Longrais, op. cit., p. 235.
  • 7 Témoignage d’un Espagnol dans Henri Lapeyre, Une Famille de Marchands : les Ruiz, Paris, Colin, 19 (...)
  • 8 Edmond Huguet, Dictionnaire du français du XVIe siècle, Paris, 1925, t. I, p. 29-30. Il est employ (...)
  • 9 BnF ms. Fr 3714 (pour la correspondance fin 1588, voir Fr 3411 et Fr 4710).
  • 10 Elizabeth Tingle, « Nantes and the Origins of the Catholic League of 1589 », Sixteenth Century Jou (...)
  • 11 Évoqués dans Théodore-Agrippa d’Aubigné, Histoire universelle, t. VII, 1585-1588, Genève, Droz, 19 (...)

5La mort des Guise a un grand écho, en Bretagne comme ailleurs : Mercœur lui-même, dans une lettre au duc de Nevers souligne combien elle a « desdegné et refroidy la noblesse6 ». Dans le même temps, l’exaltation ligueuse est grande, ainsi à Nantes, au début de 15897. Pour autant, Mercœur ne manifeste pas immédiatement son opposition : dans la même lettre à Nevers, il s’en tient à une formulation ambiguë où l’événement est désigné comme « l’accident arrivé dernierement à Blois » : le terme en effet peut signifier soit événement, soit malheur8. En janvier 1589, il suit et soutient en fait les opérations militaires que Nevers, précisément, mène avec des troupes royales, au sud de Nantes, contre Henri de Navarre, et il entretient avec lui une abondante correspondance9. Comme au cours de l’année précédente, c’est toujours le contexte de la lutte anti-protestante qui domine ; dans la mesure où le roi poursuit cette politique, Mercœur semble n’avoir pas d’objection majeure à formuler. En février 1589, alors que la menace militaire s’éloigne de Nantes et du sud du duché, il conserve d’ailleurs cette position en retrait. C’est semble-t-il à son instigation qu’une assemblée générale nantaise (qui compte 32 présents) jure obéissance au roi le 11 février10. Alors même que l’un de ses frères jure fidélité à l’Union, on note, toujours en février, que Mercœur, fort logiquement, ne figure pas parmi les accusés de lèse-majesté de la première grande déclaration royale contre les Ligueurs. Pour autant, il est tout aussi logique qu’une certaine méfiance s’installe. À partir d’un écheveau de sources partielles et partiales, la montée de ce sentiment paraît probable ; inquiétude et peur sont à l’ordre du jour. Chaque élément devient alors sujet à interprétation. Ainsi quand Mercœur, dès janvier 1589, réclame le retour de l’artillerie nantaise confiée à l’armée royale, ou qu’il veut éviter que les troupes de Nevers, qui remontent du Poitou, ne passent trop près de Nantes. D’un côté, on peut y lire le légitime souci d’un bon gouverneur d’éloigner un fardeau toujours coûteux – le passage des troupes – et de conserver des moyens de défense face aux huguenots qui agitent alors de vastes projets concernant la Basse-Loire11. Mais bien sûr on peut également, à l’heure où tensions et révoltes se multiplient, interpréter l’attitude de Mercœur comme une réticence à collaborer avec l’armée royale.

  • 12 Sigismond Ropartz, « La journée des barricades et la Ligue à Rennes, mars et avril 1589 », Bulleti (...)

6Dans ce contexte incertain, le premier événement significatif se produit le 2 mars 1589. À l’initiative de Mercœur, le premier président au parlement de Bretagne, Claude Faucon de Ris, est enlevé et bientôt séquestré à Nantes. Faucon de Ris, membre du conseil privé et ami personnel d’Henri III, revenait en Bretagne après avoir accompli, à Blois, sa tâche d’exécuteur testamentaire de Catherine de Médicis. Aucune information fiable ne permet de savoir de quelles instructions précises il avait été chargé par le souverain. Suivant l’interprétation traditionnelle, Mercœur, qui se sait découvert par le roi dans ses mauvaises intentions, empêche le président Faucon de venir agir contre lui dans le duché, à la tête du parlement et mandaté par le roi. Mais jusqu’alors Mercœur n’a donné aucun signe net de révolte. Dans le même temps, il est clair qu’en raison du contexte d’incertitude et de labilité politique de l’heure, le roi peut le soupçonner : n’a-t-il pas déjà fini, en 1585, par se rallier, même si c’était avec prudence et réserve, aux princes ligueurs ? En outre, les victimes de Blois et les chefs de la Ligue sont ses parents. Et d’ailleurs, rares sont ceux dont le roi peut alors être pleinement sûr… Avec le retour du président Faucon, Mercœur de son côté croit réagir à une menace, qu’elle soit réelle ou non, sur son autorité. Il prend les devants, alors que la menace protestante au sud de la Bretagne s’est éloignée, et il s’assure des gages dans une attitude avant tout défensive. Il se trouve dans la situation classique du « malcontent » – terme que lui appliquait déjà l’évêque de Nantes Philippe du Bec en 1585 – qui croit sa position prééminente fragilisée et cherche à la garantir. Maladresse ou précaution habile, l’enlèvement du président Faucon s’inscrit dans ce contexte. Mercœur va assurer n’en rien savoir pendant un long moment… Cette duplicité manifeste n’empêche pas l’information de circuler : les autorités rennaises savent dès le 7 mars la part qu’il a prise à l’opération12. Mais c’est peut-être dans son esprit un moyen de limiter le scandale et de faciliter une éventuelle négociation ; à coup sûr, pour beaucoup, cette attitude ne fait qu’aggraver son cas…

  • 13 Madame de Mercœur fait cependant procéder le 7 avril à l’emprisonnement de quelque 80 notables de (...)
  • 14 Déclaration du 4 mars : Ropartz, op. cit., p. 159.
  • 15 Ibid., p. 167-168.
  • 16 On peut même se demander si l’entourage de Faucon de Ris n’est pas inclus localement dans cette me (...)
  • 17 Pierre Lacroix, « Lettres inédites du duc de Mercœur », Bulletin mensuel de la Société polymathiqu (...)

7Cette volonté défensive se retrouve évidemment avec la question du contrôle des villes, en particulier Nantes et Rennes. Y introduire des troupes, et s’assurer d’elles, c’est pour Mercœur un bon moyen de renforcer une autorité qui peut paraître menacée. Il arrive sans grandes difficultés à prendre en main durablement la ville de Nantes, qui est largement acquise à la cause de la Ligue et paraît favorable au couple ducal13. Alors qu’une institution comme le parlement souhaite « oster toutes garnisons et empescher toutes levées de gens de guerre en ceste province14 », Mercœur peut faire fond à la fois sur les incertitudes politiques de l’heure et sur le danger protestant pour exiger un renforcement des mesures de défense. L’ambiguïté de la situation est bien rendue par une remarque des Rennais du 7 mars, alors même que le duc s’annonce. Il faut le laisser entrer dans la ville « veu sa quallité en ce dit pays et qu’il n’a esté par le Roy aulcunement révoqué ni disgracié15 ». En s’assurant de Rennes le 13 mars, puis de Fougères le 21, Mercœur veut sans doute aussi se donner les moyens d’agir face à une menace huguenote, peut-être exagérée, mais bien représentée par la place de Vitré et, plus largement, par l’armée du roi de Navarre16. D’ailleurs, quand Rennes se « libère » dès le 5 avril de son autorité, il continue de mener les opérations contre Vitré et ne vient pas mettre le siège devant Rennes. Au cours de sa « domination », il avait d’ailleurs largement procédé par demi-mesures et autorisé la municipalité à conserver ses liens épistolaires avec le roi. Il est vrai que son action ne se place toujours pas, officiellement, en rupture avec Henri III. Dans une lettre du 1er avril, Mercœur souligne qu’il s’oppose à « plusieurs que nous avons toujours recognuz peu zellés au service du Roy et au bien de leur propre patrie [et qui] s’élèvent en armes17 ». On est loin des appels au meurtre du tyran…

  • 18 Ropartz, op. cit., p. 213 et 218.

8S’il est légitime de considérer que ce qui prévaut chez Mercœur est une attitude essentiellement défensive, certains éléments le poussent dans la voie d’un choix ligueur plus clairement affirmé. En premier lieu, il doit faire face après son intervention à Rennes et à Fougères à une réaction marquée du roi. Le 18 avril, Henri III le démet de son gouvernement. Le parlement de Rennes enregistre la lettre royale le 24 avril mais son attitude est plus ferme encore, comme en témoigne un indice qui est plus qu’une nuance. Alors qu’Henri III se garde toujours d’évoquer pour Mercœur la lèse-majesté, la cour rennaise n’hésite pas à menacer directement, dès ses déclarations du 7 et du 14 avril, ceux qui ne se rangeraient pas derrière le lieutenant général La Hunaudaye, fidèle à Henri III, d’être déclarés criminels de lèse-majesté18. Ainsi donc, alors que le duc est ménagé (en tant que beau-frère du roi, sur les instances de sa demi-sœur ?), le parlement brandit à l’encontre de ceux qui pourraient le suivre les foudres les plus menaçantes. Il est probable que beaucoup des membres de la cour ont été profondément choqués par l’enlèvement de leur premier président, malgré le peu de sympathie qu’ils avaient dans l’ensemble pour lui. Autour du parlement et du lieutenant général, qui a déjà eu maille à partir avec Mercœur, c’est tout un camp fidèle à Henri III qui se structure. Or, à la fin d’avril, le roi se rapproche étroitement d’Henri de Navarre et des huguenots pour faire la guerre aux Ligueurs. Cette fois-ci, aux yeux de Mercœur, il n’est plus possible de considérer qu’on peut continuer à servir le roi, malgré toutes les ambiguïtés de la situation, en combattant les protestants. C’est très vraisemblablement un tournant à ses yeux. Or bientôt le ciel multiplie les signes qui montrent que l’engagement de Mercœur dans le camp ligueur est décidément le bon. Le 21 mai 1589, après 14 ans de mariage, la duchesse de Mercœur accouche enfin d’un fils, Louis : l’événement, en outre, se produit le jour de la Pentecôte ; il est magnifié par les prédicateurs ligueurs, de Nantes à Morlaix. Dix jours plus tard, le premier juin – jour du Sacre (de la Fête-Dieu) –, Mercœur et ses troupes surprennent et font prisonnier à Châteaugiron, près de Rennes, le comte de Soissons qu’Henri III avait nommé gouverneur de Bretagne à la place du Lorrain et qui venait d’entrer dans la province.

  • 19 Discours véritable de la prise du comte de Soissons…, Paris, Nicolas Nivelle, 1589, p. 3.
  • 20 Jacqueline Boucher, Arlette Jouanna et al., Histoire et dictionnaire des guerres de Religion, Pari (...)

9La rupture sera ensuite dramatisée dans le camp Mercœur et la phase de latence de janvier-mars 1589 elle-même justifiée par la nécessité, avant de se déclarer, d’attendre l’éloignement des armées de Nevers et Navarre (présentées comme faussement hostiles l’une à l’autre)19. Pour autant, cette rupture n’est pas complète. Le duc tout d’abord ne se livre à aucune proclamation solennelle marquant son adhésion à la Ligue. Il existe toujours, semble-t-il, une marge de négociation avec le roi : la reine Louise peut sans doute ici jouer un certain rôle. En juillet encore, Mercœur écrit à Henri III pour le supplier de rétablir son alliance avec la Sainte-Union et de se séparer des huguenots20. À l’évidence le duc n’avait pas saisi la première occasion pour se révolter. Il a en partie subi les événements et s’il a pris des initiatives, dans un contexte très lourd et complexe, elles peuvent être perçues dans une large part comme une volonté de garantir sa position et son pouvoir en prenant des gages ; d’autant qu’elles se situent dans la continuation de la politique précédente de lutte contre les protestants. Selon toute apparence, c’est d’ailleurs l’avènement dramatique d’Henri IV qui marque la véritable rupture de Mercœur avec le pouvoir royal. D’une certaine façon, cela permet (aux yeux du duc lui-même ?) de donner a posteriori un sens légitime à son éloignement progressif et à ses initiatives antérieures. La lutte contre la huguenoterie était à la fois à l’œuvre et en germe dans la période précédente, en attendant que Dieu envoie l’épreuve suprême du « roi » hérétique. Mercœur aborde-t-il cette nouvelle phase en position de force ?

Mercœur maître de la Bretagne ?

  • 21 Jean-Marie Constant, La Ligue, Paris, Fayard, 1996, p. 313-316.

10Une historiographie complaisante ou mal informée a exagéré la faiblesse de la position d’Henri IV lors de son avènement. Abandonné de la plus grande partie de ses sujets, il n’aurait contrôlé que quelques provinces, et encore bien incomplètement. Jean-Marie Constant, entre autres, a fait justice de cette vision – qui sert bien sûr la gloire du Béarnais en le montrant apte à surmonter tous les obstacles – et il a dressé une liste des nombreux points d’appui sur lesquels il peut compter dans tout le royaume21. Or il en va ici de la Bretagne comme du royaume : de nombreux auteurs ont jugé que la situation des royaux était des plus précaires, hors de leurs bastions de Rennes et Vitré. Bien plus, ils ont considéré qu’à l’heure de la rupture, le gouverneur révoqué mais toujours en place tenait solidement la province. À y regarder de plus près, les choses sont moins évidentes.

  • 22 Il est l’un des vingt gentilshommes qui sont cités comme « servants » dans le compte de 1586 de la (...)
  • 23 Hervé Le Goff, Les riches heures de Guingamp, Guingamp, Éditions de la Plomée, 2004, p. 221.
  • 24 Saupin, op. cit., p. 173.
  • 25 Anatole de Barthélemy, Documents inédits sur l’histoire de la Ligue en Bretagne, Nantes, Société d (...)

11Il faudrait pouvoir, dans un premier temps, faire le point sur les réseaux sur lesquels Mercœur peut s’appuyer en Bretagne. Ici, à l’évidence, une étude sérieuse manque et le sujet demeure assez mal connu. Cependant, un certain nombre de pistes se dégagent. Le duc dispose tout d’abord d’une maison importante. C’est ainsi l’un de ses gentilshommes servants, le sieur de Vignancourt, un lorrain, qui a dirigé l’enlèvement du président Faucon de Ris et de sa suite22. De même, en tant que capitaine d’une compagnie d’ordonnance, Mercœur commande une unité de gendarmes recrutée par ses soins. La détention du duché de Penthièvre, du chef de sa femme, fait qu’il dispose en Bretagne de nombreux vassaux. Mais la fidélité vassalique n’est nullement garantie, comme en témoigne de façon emblématique le cas du lieutenant général La Hunaudaye, vassal et cependant farouche adversaire du duc de Penthièvre. Mais cette position de puissance n’est pas sans effet. Ainsi à Guingamp, il semble bien que l’armature du comité ligueur de la ville soit en partie constituée des membres de l’administration du duché de Penthièvre23. À Nantes où il réside souvent, il dispose aussi de fidèles, comme les Poullain24. Mercœur bénéficie probablement par ailleurs des services d’un réseau clérical plus ou moins informel qui porte le message ligueur, au premier rang duquel se trouvent un certain nombre de réguliers. De Nantes à Morlaix en passant par Vannes, leurs prédications serviraient la cause du duc ; un témoignage dénonce Mercœur comme « ayant faict pratiquer sous main les paysants par les mennées de quelques prescheurs » en Trégor, dès le printemps 158925. Ils sont au cœur de ce qui s’apparente peut-être à un véritable réseau de propagande et leur parole, en tant qu’appel à l’action, est un précieux appui. Par ailleurs, les membres d’ordres religieux peuvent assurer un rôle d’informateurs et d’agents pour transmettre (et commenter) les nouvelles.

  • 26 Dominique Le Page, « Le personnel de la Chambre des comptes de Bretagne en conflit (1589-1591) », (...)

12Qu’en est-il des opportunités offertes par la fonction même de gouverneur ? Le problème est ici, pour Mercœur, l’absence de services de type administratif dépendant directement de lui. Le gouverneur n’est entouré que par une poignée d’auxiliaires (secrétaires en particulier) et il ne peut s’appuyer sur une équipe étoffée. De plus, Philippe-Emmanuel de Lorraine est un gouverneur assez récent. Il n’a guère eu le temps de se constituer une véritable clientèle dans les compagnies du duché – au premier rang desquelles figurent le Parlement et la Chambre des comptes –, qui ne sont pas par rapport à lui dans une situation de dépendance fonctionnelle. Certes, elles peuvent compter en leurs rangs des fidèles des Luxembourg-Martigues, mais le gouvernement du duc de Montpensier (1569-1582) a interrompu leur domination. De façon significative, à la Chambre des comptes, pourtant institution nantaise située dans une ville où beaucoup nourrissent des sympathies envers les Mercœur, il paraît plus aisé en 1589 de repérer d’anciens serviteurs des Montpensier que des fidèles de Philippe-Emmanuel de Lorraine26. De même, on ne note presque pas de recommandations de Mercœur pour l’octroi de places et de gouvernements dans la province jusqu’en 1589. Ici encore les relais ne sont donc pas forcément évidents. Certes, les adhésions à la Ligue (par exemple à la Chambre des comptes) vont procurer de fait à Mercœur de précieux agents pour faire face aux contraintes de la gestion. Mais ces choix se produisent indépendamment de ceux du duc dans la grande majorité des cas. En outre, le fait que chaque instance soit dédoublée à partir de 1589 (deux Parlements, deux Chambres des comptes et bientôt, sur un autre plan, deux États de la province) souligne bien l’incapacité du gouverneur à entraîner derrière lui des institutions entières.

  • 27 Sur les places reprises en 1591, voir Barthélemy, op. cit., p. 92-94.
  • 28 Travers, op. cit., p. 31-32, 34 et 48 ; BnF ms. Fr 3861, fo 278.

13Ces dernières remarques permettent de commencer à nourrir des réserves sur le contrôle de la Bretagne par Mercœur, y compris dans la période 1589-1593, où la situation des royaux paraît peu florissante dans la province, et où le roi est encore protestant. En fait, le poids des royaux ne paraît pas si négligeable. Dans le comté nantais, considéré comme un bastion de Mercœur, si l’on examine la situation à la fin de 1589, le rapport de force est bien moins unilatéral qu’on ne le suppose. Certes, en contrôlant Nantes, Mercœur détient un atout essentiel et une place qui compte à l’échelle du royaume. Mais en dehors de cette ville, ses points d’appui sont limités. En aval, sur la Loire, il contrôle Saint-Nazaire (que les royaux ont attaqué et ruiné en septembre) ; en amont Ancenis, qui appartient au duc d’Elbeuf, tient en gros pour la Ligue, malgré une certaine forme de neutralité. Au nord, Châteaubriant change régulièrement de main : prise par la Ligue en mai 1589, la ville revient aux royaux en décembre, avant de retomber aux mains de Mercœur en mars 1590. Pour le reste, les royaux tiennent pour l’heure Le Croisic et Guérande, Blain, Derval, Machecoul et le pays de Retz, Clisson enfin, à quoi s’ajoutent de plus modestes points d’appui comme La Bretesche ou Saint-Mars-la-Jaille. Le comté est donc loin d’être entièrement contrôlé à cette date et il faudra deux bonnes années pour y parvenir à peu près (à l’exception notable de Clisson, qui reste aux royaux), à coup d’expéditions militaires et grâce au changement de camp du marquis de Belle-Île, fils du duc de Retz, passé en 1591 à la Ligue27. D’ailleurs, la menace obsidionale des Nantais ne disparaît pas après l’éloignement de l’armée huguenote au début de 1589. Un ingénieur au service d’Henri III fait, en juin 1589, une reconnaissance dans Nantes en vue d’une attaque et, en décembre 1590, un coup de main se produit presque aux portes de la ville, du côté de Sainte-Luce et Doulon28. Ainsi, contrairement à ce qu’affirme l’historien du XVIIIe siècle Nicolas Travers, l’insistance sur le danger que court la ville ne relève pas d’une simple manipulation de Mercœur pour mieux affermir localement son pouvoir et justifier l’existence d’une garnison.

  • 29 Constant, op. cit., p. 327-330 : en Bretagne, 32 % de Ligueurs, 29 % de royaux et 39 % de neutres (...)
  • 30 Voir une très intéressante liste des nobles du Trégor dans Hervé Le Goff, La Ligue en Basse-Bretag (...)
  • 31 Antoine Pacault, « Grands seigneurs de cour et gentilshommes provinciaux en Bretagne entre 1550 et (...)
  • 32 Joüon des Longrais, op. cit., p. 249-250.

14En ce qui concerne la noblesse, son engagement demande à être étudié de plus près. En effet, à suivre Jean-Marie Constant, la Bretagne serait la seule province à compter plus de nobles qui s’engagent pour la Ligue que de royaux. Il tire cette conclusion d’une étude statistique portant sur le comportement de 622 chevaliers titrés de l’ordre de Saint-Michel à travers le royaume29. Bien sûr il s’agit d’un groupe spécifique, mais qui offre l’avantage d’être bien délimité, d’autant que les tentatives globales pour cerner le comportement de la noblesse d’une région se heurtent aux limites souvent sévères de la documentation30. Pour autant, les résultats de Jean-Marie Constant sont remis en cause par Antoine Pacault : en faisant un comptage portant sur l’ensemble des chevaliers de l’ordre bretons, titrés ou non, celui-ci trouve en effet une situation bien différente, avec seulement un ligueur pour deux royaux31… Cela n’ôte pas tout intérêt aux données réunies par Jean-Marie Constant car elles fournissent un point de vue comparatif à l’échelle du royaume ; mais l’emprise ligueuse sur la noblesse bretonne n’en est pas moins nettement relativisée. Il y a plus d’un siècle, Joüon des Longrais attirait déjà l’attention sur la relative faiblesse des soutiens nobiliaires bretons à Mercœur, avec pour conséquence que beaucoup de chefs d’unités militaires provenaient de l’extérieur du duché32.

  • 33 Sur cette famille, voir infra la communication de Solen Joubert-Peron.
  • 34 Barthélemy, op. cit., p. 47-48.
  • 35 Ibid., p. 75.

15En outre, l’adhésion à la Ligue, ou du moins le refus de reconnaître Henri IV, n’entraînent pas systématiquement un ralliement à Mercœur, comme le montre, en 1589, le comportement de la noblesse du Léon. Certes, certains individus possessionnés dans la région, comme Vincent de Ploeuc, marié à une Goulaine, se mettront au service du duc33. Mais les représentants du ban et de l’arrière-ban des nobles du Léon se contentent d’affirmer, en novembre 1589, devant des représentants d’Henri IV, qu’ils « ont recongneu la qualité du duc de Mercure comme grand prince, plus grand du pays [de Bretagne], à cause de sa femme, et lequel a tousjours esté catholique ». Mais, de façon significative, il n’est même pas désigné comme gouverneur et ils ne déclarent nullement vouloir s’engager à ses côtés hors du Léon. Ils se contenteront d’attendre, dans la fidélité à « l’estat et couronne de France », le retour à un roi catholique que Dieu leur donnera car « ce n’est à eux, mais à Dieu de bailler les roys34 », ce qui n’empêchera pas certains d’entre eux de mener localement des opérations, parfois avec Vincent de Ploeuc comme capitaine, « pour la deffense et conservation dudict evesché [de Léon] qui estoit beaucoup comandé par ceulx dudit party contraire à la Saincte Union, qui occupoient les chasteaux de Brest et de Kérouzéré et plusieurs aultres places en icelluy35 ». Ceci souligne encore, au passage, une présence non négligeable des royaux…

  • 36 Chanoine Jean Moreau, Mémoires sur les guerres de la Ligue en Bretagne, éd. par H. Waquet, Quimper (...)

16Par ailleurs, les Ligueurs bretons ne sont pas forcément des partisans ou des fidèles de Mercœur. Celui-ci connaîtra ainsi de sérieux déboires chez ceux qui se mettront bientôt, en soutenant les droits de l’infante sur le royaume et/ou le duché, à le dénigrer avec force auprès de Philippe II. L’articulation avec les « communes » rurales soulevées au nom de la Ligue n’est pas non plus toujours évidente. Mais c’est avec les villes que les enjeux sont les plus importants. Le plus souvent, quand une cité passe à la Ligue, elle ne manque pas d’assurer Mercœur de sa chaleureuse fidélité. À ceci, il existe une exception sans cesse rappelée, celle de Saint-Malo qui prétend pour sa part à une autonomie politique élargie, au point que Mercœur doit défendre son autorité en faisant référence… aux souverains qui la lui ont déléguée. Mais il n’est pas sûr qu’il soit maître du jeu dans les autres villes ligueuses. Il faut en effet tenir compte des réticences quasi structurelles des municipalités devant l’introduction de garnisons ou le paiement des frais de guerre et des troupes, réticences qu’on trouve exprimées même à Nantes. Mercœur d’autre part n’est pas toujours en mesure d’imposer ses propres fidèles dans ces villes. Significatif est ici l’échec de Gabriel de Goulaine à Quimper au printemps 1594 : pourvu du gouvernement de la cité par Mercœur dont il est très proche, il rencontre une forte hostilité locale, à la fois parce qu’il risque d’introduire une garnison et parce qu’il est un « étranger » et non un homme « du diocèse et du langage du pays ». Certains semblent craindre qu’il ôte « la liberté aux habitants et les rend[e] de libres, esclaves36 ». Aussi Goulaine préfère-t-il renoncer. Il faudrait voir de plus près, de Vannes à Morlaix ou Dol, si les convictions ligueuses vont toujours dans le sens d’une adhésion active à l’action du duc de Mercœur…

  • 37 Travers, op. cit., p. 71 ; Jacqueline Boucher, Société et mentalités autour de Henri III, Lille-Pa (...)

17Il ne faut pas se méprendre, en outre, sur la nature des relations entre les Mercœur et les populations urbaines. En 1592, parrains et marraines des jumeaux du couple, François (qui ne vivra pas) et Françoise (future épouse du duc de Vendôme) sont choisis parmi les « pauvres » de Nantes. Le fait est souvent présenté comme un geste de séduction à destination des Nantais. Il faut sans doute y voir plutôt la suite d’un vœu, chez ces parents sans postérité qui ont déjà perdu leur premier enfant en 1590. Quelques années plus tôt, un couple sans enfant bien connu des Mercœur, le comte de Fiesque, chevalier d’honneur de la reine Louise, et sa femme, avait obtenu un fils après avoir fait vœu de lui donner pour parrains de pauvres gens. Quant aux prénoms, plutôt qu’à la famille ducale bretonne, ils renvoient à saint François d’Assise, invoqué pour les mêmes raisons37

  • 38 Saint-Malo au temps de la Ligue. Mémoires inédits de N. Frotet de la Landelle, édités par F. Joüon (...)
  • 39 Voir dans Travers, op. cit., t. III ses démêlés sur ce plan avec Nantes.

18Quant aux fidélités envers le duc, elles apparaissent parfois fragiles ou instrumentales. En témoignent sur les deux plans, en 1590, des propos de Georges de la Charonnière à destination d’un de ses proches, bourgeois de Saint-Malo : « Nous sommes nombre de gentilshommes qui suivons M. de Mercœur, les uns en espérance de récompense, les autres parce que nos biens sont situez aux portes et voisinage des places qu’il tient en la Province et autres pour diverses considérations, qui tous ne sommes pas hors d’espérance de le voir un jour, par force ou autrement, réduit au service d’un Roy catholique38 ». Mais au-delà de ces éléments subjectifs, un problème très concret se pose au duc : celui de la faiblesse de ses moyens financiers. Même si le dossier demande à être repris et approfondi, sa situation fiscale paraît souvent délicate et Philippe-Emmanuel de Lorraine doit fréquemment emprunter à ses proches, Gabriel de Goulaine en tête, à ses gens de finance et aux villes du « parti39 ». Et même avec ce soutien, il n’est guère en mesure de faire face à toutes les dépenses. Or, c’est en assurant le financement de leurs opérations, de leur ravitaillement et de leurs soldats, qu’une autorité peut espérer contrôler des chefs militaires, faute de quoi ceux-ci vivent directement de leurs ressources et sur le pays et se sentent beaucoup moins tenus envers elle. Incontestablement, les insuffisances de Mercœur en ce domaine limitent de fait son pouvoir, mais ce n’est pas un cas exceptionnel dans la France du temps de la Ligue.

  • 40 À titre de comparaison, voir les analyses d’Anne-Marie Lecoq, François Ier imaginaire. Symbolique (...)

19Au bout du compte, la position de Mercœur en Bretagne n’apparaît pas aussi solide qu’on le lit parfois. Dans ce contexte, l’engagement du couple ducal en tant que mécène et la présence autour de lui d’une cour littéraire, pratiques socialement valorisantes, peuvent jouer un rôle non négligeable. L’exemple venait ici de haut, qu’il s’agisse d’Henri III ou des Guise. La production qui en sort contribue directement, vis-à-vis de l’extérieur, à l’exaltation du pouvoir de Mercœur, qu’on l’envisage en terme de compensation (face aux faiblesses évoquées plus haut) ou de complément (en sus des autres armes à sa disposition). Mais il y a plus : cette production, par son existence même, génère autour du duc un climat de louange qui le soutient et l’encourage sans doute lui-même dans ses choix politiques40.

Un « projet Mercœur » pour la Bretagne ?

  • 41 Travers, op. cit., t. III, p. 39. Voir aussi Dom Pierre-Hyacinthe Morice, puis Dom Charles Taillan (...)
  • 42 Louis Grégoire, La Ligue en Bretagne, Paris, J.-B. Dumoulin, 1856 ; Roger Joxe, Les Protestants du (...)
  • 43 J.-A. Favé, Le dernier des Ligueurs. Essai critique sur Philippe-Emmanuel de Lorraine, Duc de Merc (...)
  • 44 Cf. supra ; Audren de Kerdrel, « Origines et caractères de la Ligue en Bretagne », Revue de Bretag (...)
  • 45 Philippe-Emmanuel de Lorraine-Mercœur, Correspondance du duc de Mercœur et des ligueurs bretons av (...)
  • 46 Voir l’article « Mercœur » par J. Boucher dans J. Boucher, A. Jouanna et al., op. cit., p. 1095-10 (...)

20Une longue tradition historiographique crédite en effet Mercœur d’un projet ambitieux en Bretagne. Arguant des droits de Marie de Luxembourg, héritière de la maison de Penthièvre, Mercœur aurait voulu restaurer, à son profit et à celui de son épouse, un duché de Bretagne indépendant. Cette lecture fut, aux XVIIIe et XIXe siècles, celle des historiens et érudits qui affirmaient hautement leur hostilité à la Ligue, quelle qu’en fût la raison. Les historiens bénédictins furent suivis par d’autres en cette voie, tel le chanoine nantais et janséniste Nicolas Travers, qui expose, dans son Histoire de la ville et du comté de Nantes, à propos du duc de Mercœur en Bretagne : « on l’accuse avec fondement d’avoir désiré s’y rendre souverain et d’avoir travaillé à y réussir41 ». On mentionnera encore, dans le camp républicain et libéral, Louis Grégoire ou l’historien protestant Roger Joxe42. À l’inverse, Mercœur aurait trouvé ses défenseurs dans d’autres historiens du XIXe siècle, adhérents d’un parti réactionnaire et clérical, soutiens fervents du catholicisme ou d’une Bretagne séparatiste. Certaines prises de position relèvent peut-être de cette tendance, ainsi pour Antoine Favé43. Mais la défense explicite de Mercœur est plus difficile à déceler dans les travaux d’Anatole de Barthélemy, de Frédéric Joüon des Longrais, ou de Vincent Audren de Kerdrel44. À la toute fin du XIXe siècle, Gaston de Carné renouvelle les accusations portées contre Mercœur, à la lumière de documents trouvés aux Archives nationales et issus des archives de Simancas, qui prouvent, selon lui, que le gouverneur a essayé de gagner une couronne en Bretagne45. Enfin, on trouve des échos de cette même incrimination chez plusieurs auteurs actuels, tels que Jacqueline Boucher, Jean-Marie Constant, Alain Croix ou encore Hervé Le Goff46.

  • 47 H. Le Goff, p. 232-233.
  • 48 Remontrances aux habitants de la ville de Nantes par un habitant d’icelle, par où se voit les prat (...)
  • 49 Ibid., p. 480 : l’auteur appelle les « bons Bretons » à agir contre Mercœur. Cf. également J. Corn (...)

21Cette lecture rétroactive s’appuie sur le réquisitoire produit par des contemporains et adversaires de Mercœur, issus en priorité du camp royaliste, politiques parfois, mais aussi pour certains pro-Espagnols. Les accusations des principaux chroniqueurs royalistes, Jacques-Auguste de Thou, Agrippa d’Aubigné, Philippe Duplessis-Mornay ou Rosnyvinen de Piré (ce dernier descendant, pourtant, d’un ligueur breton)47 sont parfois reprises dans les écrits des propagandistes locaux. Ainsi, l’auteur anonyme des Remontrances aux habitants de la ville de Nantes, opuscule paru en 1590, expose « que la prétention du Duc de Mercœur, nostre Gouverneur, au duché de Bretaigne » est « la seule cause et origine de noz maux » et incrimine une usurpation qui ne peut se faire que par la violence, « car le droict pretendu est trop foible et ridicule pour désunir ce Duché de la maison et couronne de France, à laquelle de long temps il est inseparablement joinct et annexé par détermination et commune résolution des Estats du pays48 ». Dans le contexte des années 1580-1590, l’attaque portée contre Mercœur est, cependant, d’une grande banalité, le gouverneur n’étant que la figure locale d’une accusation ordinaire, que l’on retrouve contre Montmorency en Languedoc ou Lesdiguières en Dauphiné. Celle-ci se croise d’ailleurs avec d’autres griefs, comme l’accusation d’être « un estranger de Lorraine », par là anti-français, ou même anti-breton, si l’on suit les dires des Remontrances aux habitants de la ville de Nantes49.

  • 50 Pierre Biré, Alliances généalogiques de la maison de Lorraine, s.l., 1593, in-fol ; La Reduction d (...)
  • 51 Correspondance du duc de Mercœur et des ligueurs bretons avec l’Espagne, op. cit., G. de Carné (éd (...)
  • 52 La Reduction de la Duché de Bretagne à l’union des villes catholiques par Monseigneur le Duc de Me (...)
  • 53 Biré, op. cit., p. 176-177 et 180-183 sur les liens avec S. de Luxembourg, p. 247-249 à propos des (...)

22En revanche, du côté des défenseurs et panégyristes contemporains de Mercœur, un silence complet entoure la revendication ducale. On ne trouve pas la moindre référence à une prétention de Mercœur ou de son épouse sur le duché de Bretagne dans la généalogie pourtant si élogieuse de Biré, pas davantage dans le libelle de 1589, la Reduction du Duché de Bretagne à l’union des villes catholiques par Monseigneur le Duc de Mercœur […], écrit par un bourgeois de Hennebont50. Il semble bien, en outre, que Philippe-Emmanuel de Lorraine n’a fait publier aucun manifeste pour certifier ou justifier ses droits – ou plutôt ceux de son épouse – sur le duché de Bretagne, contrairement aux affirmations d’Yves Gourmil, greffier à Morlaix, passé au service de l’Espagne, qui expose qu’il « fait imprimer à Nantes et publier par tout le païs » ses droits prétendus51. Les louanges des partisans ligueurs de Mercœur se portent sur d’autres terrains, plus conformes à la rhétorique habituelle de la Ligue. Mercœur est exalté pour sa filiation lorraine, par exemple dans la Reduction du Duché de Bretagne à l’union des villes catholiques […], où il est présenté comme un « parent de ces Machabees de la France, Messeigneurs les Cardinal et Duc de Guyse » ou encore comme un « tres valeureux Prince du sang Lorrain, duquel le seul nom vaut autant comme une armee de cinquante mille hommes52 ». Le panégyrique du gouverneur de Bretagne écrit par Biré prend place également au sein de celui, plus large, de la maison de Lorraine. Mais il insiste encore sur les liens qui l’associent, par son épouse, avec Sébastien de Luxembourg, lequel est présenté comme un preux défenseur de la foi et pourfendeur de l’hérésie, à travers le récit de multiples faits d’armes jusqu’à sa mort au siège de Saint-Jean-d’Angély. Précisément, c’est avant tout sur le plan religieux que Biré bâtit son éloge de Mercœur, notamment par l’évocation de ses fondations pieuses et de son activité de capitaine, au point de le dépeindre comme élu de Dieu pour la ruine des hérétiques53.

  • 54 Voir ainsi la lettre du duc de Mercœur à messieurs de la chambre des comptes de Bretagne à propos (...)
  • 55 Ibid., Barthélemy, p. 80-81.
  • 56 Cf. ainsi un cahier de soixante-sept articles arrêtés par les États de Bretagne (1591), publié par(...)
  • 57 Le journal de Jehan Pichart est publié par Morice, op. cit., t. III, col. 1695-1758 : voir ici col (...)
  • 58 Travers, op. cit., t. II, p. 559 ; Favé, Antoine, « Le duc de Mercœur (mémoire à consulter) », Bul (...)
  • 59 Cf. la mention de cette plaquette dans Anatole De Montaiglon, Recueil de poésies françoises des XV(...)
  • 60 Joüon des Longrais, op. cit., p. 270 ; Travers, op. cit., t. III, p. 37 ; Biré, op. cit., p. 185.
  • 61 Correspondance du duc de Mercœur et des ligueurs bretons avec l’Espagne, op. cit., G. De Carné (éd (...)
  • 62 Ibid., Correspondance du duc de Mercœur […], t. XI, p. X et t. XII, p. 80-81.

23Pendant les années 1590, lorsque Philippe-Emmanuel de Lorraine évoque le pouvoir qu’il détient ou auquel il aspire dans la province, il ne se réfère qu’à l’autorité qui lui vient de sa charge de gouverneur. Les titulatures, mentionnées au commencement des divers actes rédigés sous son nom, le présentent généralement comme « duc de Mercueur et de Penthievre, pair de France, prince du Saint Empire et de Martigues, gouverneur de Bretaigne54 ». Refusant les articles que lui proposent les habitants de Saint-Malo pour modifier le mode de gouvernement de leur ville, Mercœur met seulement en avant, dans un discours du 13 octobre 1590, son autorité de gouverneur et indique que ces demandes sont préjudiciables au devoir de sa charge, si bien que les « roys defunctz, sortans de leurs tombeaux » lui en feraient reproche s’il y accédait55. Les États ligueurs convoqués par le duc quatre fois entre mars 1591 et mai 1594, ne font jamais mention de ses aspirations à une quelconque souveraineté et ne s’adressent à lui qu’en tant que gouverneur de Bretagne56. Certes, le témoignage de Jehan Pichart, notaire et procureur au parlement de Rennes, à propos du titre de « Prince et Duc de Bretaigne » que les Mercœur auraient attribué à leur premier fils né le 21 mai 1589, plaiderait en faveur de la thèse des prétentions ducales défendues par le couple et, en premier lieu, par l’épouse qui fait désigner de la sorte non seulement Louis (1589-1590) mais encore François (1592), sur les registres de baptême et sur des inscriptions funéraires57. Mais il n’est pas certain que la formule se réfère à une telle ambition. Le nom et les armes de Bretagne ont continué à être portés par les principaux feudataires de la province, ainsi par les Brosse-Penthièvre, en dépit d’un édit d’interdiction de François Ier, adopté après l’union du duché au royaume de France. Des descendants de la famille ducale prennent le nom de « Bretagne », sans le titre qui y est associé : ce nom est ainsi encore décerné, lors de son baptême le 1er juillet 1584, à Claude de Bretagne, fille de Charles de Bretagne-Avaugour, laquelle appartient à la lignée des comtes de Vertus, vicomtes de Guingamp, descendants d’un bâtard du duc François II58. Le titre de « prince de Bretagne » est également concédé à d’autres seigneurs, sans lien avec la famille ducale ou avec une quelconque aspiration à la qualité de duc, par exemple à René de Rohan, vicomte de Frontenay, dans une plaquette de 1575 qui narre un assaut mené par le duc de Montpensier contre la place poitevine de Lusignan défendue par le vicomte59. En outre, l’inscription de la tombe de l’aîné des Mercœur (mort précocement le 2 décembre 1590) qui porte la mention de « prince et duc de Bretagne » présente également l’enfant comme le « fils du gouverneur général de la Bretagne » ; il est d’ailleurs enterré, de façon significative, dans l’église des sœurs clarisses de Nantes et non au couvent des Carmes, sanctuaire des ducs60. On pourrait alors créditer Mercœur de prudence tactique. Il conviendrait de taire ses ambitions, tout en cherchant à les réaliser en sous-main, pour ne pas heurter Philippe II d’Espagne qui défend les droits de sa fille, l’infante Isabelle-Claire-Eugénie, à la succession du duché de Bretagne. Mais les « projets » de Mercœur sont également dénoncés aux Espagnols, par exemple par Yves Gourmil61. En outre, dès janvier 1591, Marie de Luxembourg incline à reconnaître les droits de l’infante sur la Bretagne. Mercœur lui-même admet, certes tardivement, dans le second serment à Philippe II du 30 juin 1595, les droits de l’infante et s’engage à les maintenir de tout son pouvoir62.

  • 63 Ibid., t. XI, p. X, XXX, XXXV, XLI et t. XII, notamment p. 54 et 77.
  • 64 Cf. également Joüon Des Longrais, op. cit., p. 269 ; et voir plus loin à propos de la baronnie d’A (...)
  • 65 Michel Antoine, « Les gouverneurs de province en France (XVIe-XVIIIe siècles) », dans Françoise Au (...)
  • 66 R. Harding, Anatomy of a power Elite : The Provincial Governors of Early Modern France, Londres, N (...)

24Si, à aucun moment, Mercœur ne se signale comme aspirant à la place de duc de Bretagne, quels sont en revanche ses objectifs affichés ? Il les exprime clairement et régulièrement, dans ses négociations avec Philippe II, plus tard dans celles qu’il conduit avec les envoyés d’Henri IV : il réclame son maintien dans la fonction de gouverneur, et la continuation de la charge à son fils, s’il en avait un ; un large subside (ce qui rappelle sa dépendance vis-à-vis du trésor royal) ; une pension ; le duché de Penthièvre ou le comté de Nantes, plus, dans les négociations avec les Espagnols, la ville de Dinan, remplacée par celle de Clisson à partir de 159563. Ces demandes font apparaître le caractère essentiel pour Mercœur de disposer en Bretagne d’un grand fief de dignité, indispensable au maintien de son rang. On peut s’étonner d’ailleurs qu’il se montre prêt à renoncer à la dignité de pair associée au duché de Penthièvre en cas de troc avec le comté de Nantes. L’enracinement nantais du couple Mercœur explique peut-être cette alternative64. La demande concernant le gouvernement est sans doute plus révélatrice, mais elle n’est en rien exceptionnelle. Dans les dernières décennies du XVIe siècle, de fortes tensions se manifestent, à propos du contrôle des gouvernements, entre la monarchie et les Grands, qui souhaitent conforter une forme d’assise familiale et héréditaire sur ces charges. Les états de gouverneurs de province ne relèvent pas, en effet, de la concession d’un office ; mais, tout en étant révocables à la convenance du roi, ils ne constituent pas non plus des commissions65. La monarchie s’en tient à la distinction de nature avec l’office, même si des dérives « héréditaires » se manifestent ; en particulier, à partir des années 1560, le roi a accepté des résignations et des survivances, très rares jusque-là66.

  • 67 R. Harding, op. cit., p. 121 et 221 ; A. Croix, op. cit., p. 29 ; Joüon des Longrais, op. cit., p. (...)
  • 68 On trouvera les lettres d’érection du duché-pairie de Penthièvre (données à Plessis-les-Tours, pui (...)
  • 69 R. Harding, op. cit., p. 288, n. 2 ; Travers, op. cit., t. II, p. 544-545, qui mentionne, pour sa (...)
  • 70 R. Harding, op. cit., p. 120-122 et 288, n. 2. Il est vrai que Philippe-Emmanuel de Lorraine est l (...)
  • 71 Un parallèle est possible, sur ce plan, avec Louis de Gonzague, notamment en tant que gouverneur e (...)

25Dans le cas de la Bretagne, le contrôle de la monarchie sur la charge de gouverneur est clairement établi dès la première moitié du XVIe siècle. Une première continuité d’ensemble se manifeste dans le choix des détenteurs de ce gouvernement à travers l’existence d’un rapport de fidélité personnelle avec le roi, noué parfois par la parenté, via des alliances matrimoniales, ou par un lien d’un autre ordre, comme dans le cas de Jean de Laval et Jean de Brosse dont les épouses, Françoise de Foix et Anne de Pisseleu respectivement, furent maîtresses de François Ier. Le choix d’un personnage proche et fidèle n’exclut cependant pas celui d’un grand seigneur local : c’est le cas, à partir de 1526, pour Guy XVI, comte de Laval, pour son successeur Jean de Laval, baron de Châteaubriant, tous deux grands seigneurs en Bretagne, puis pour Jean de Brosse, gouverneur en 1543, qui recouvre opportunément avec l’appui monarchique ses droits sur le Penthièvre. L’accès de Sébastien de Luxembourg au poste de gouverneur, en janvier 1565, se situe encore dans une continuité familiale et héréditaire, sous les bons auspices de la monarchie, puisque le roi a accepté la résignation, en 1564, de Jean de Brosse en faveur de Luxembourg, son neveu67. Charles IX conforte alors la situation antérieure, dans la mesure où le titulaire est aussi l’héritier du Penthièvre et où il accroît considérablement son poids local par la concession du duché-pairie en 156968. Avec Louis de Bourbon, duc de Montpensier, gouverneur le 10 décembre 1569, c’est une autre « grande famille » qui est choisie par la monarchie pour diriger la Bretagne. Mais, à nouveau, la continuité familiale sera maintenue d’abord en faveur de cette nouvelle maison : le 27 mai 1575, le duc de Montpensier reçoit une survivance pour son petit-fils, Henri, prince de Dombes69. La nomination de Philippe-Emmanuel de Lorraine par Henri III marque une rupture, relative, dans ce domaine. L’ordonnance de Blois, en 1579, indique que le roi n’acceptera plus de résignation pour les états de gouverneur. Henri III reste attaché un temps à cette ligne et choisit de préférence des fidèles, parfois des favoris, pour les gouvernements et les postes de lieutenants généraux qui viennent à vaquer. La nomination de Mercœur, beau-frère déjà tant favorisé, se place dans ce contexte et entraîne l’annulation de la survivance accordée précédemment à Montpensier70. Ce choix apparaît comme un gage d’efficacité supplémentaire pour la monarchie : sur le plan local, l’association entre l’autorité d’un des feudataires de la province, certes par alliance (grâce au mariage avec Marie de Luxembourg), et celle du représentant direct du roi est renouvelée, mais au profit d’un proche, pressenti comme particulièrement fidèle71.

  • 72 R. Harding, op. cit., p. 122. Ainsi, le duc de Mayenne, négociant son ralliement au souverain, réc (...)
  • 73 Ibid., p. 125 : la charge de gouverneur et de bailli de la ville d’Orléans est octroyée, à titre d (...)
  • 74 BnF ms. Fr 4019, fo 408 vo à fo 413 vo, 14 juillet 1599, lettre de Philippe-Emmanuel de Lorraine a (...)

26En s’efforçant de conserver son gouvernement et d’obtenir la garantie de sa transmission héréditaire, le duc de Mercœur n’agit donc pas différemment de ses prédécesseurs. Il se comporte également, en ces années 1590, comme les autres Grands, ligueurs et parfois royalistes. En 1595, l’ancien prince de Dombes devenu à son tour duc de Montpensier présente une pétition à Henri IV, réclamant au nom de plusieurs gouverneurs la transformation des gouvernements en des offices accessibles à des successions héréditaires. Le roi refuse, mais dans les accords qu’il conclut avec divers chefs ligueurs, le problème resurgit régulièrement72. Or parfois le souverain accède à certaines requêtes et concède des survivances73. En cela, les négociations menées par Mercœur sont conformes à l’esprit du temps de la part d’un Grand qui tente de défendre son rang et son statut. C’est sans doute ainsi qu’il convient d’interpréter l’affirmation de Philippe-Emmanuel de Lorraine dans une lettre au duc d’Aumale, son cousin, du 14 juillet 1599, affirmation souvent convoquée par l’historiographie comme une preuve des visées de Mercœur sur le duché de Bretagne : « […] Vous savez la resolution qu’à mon tres grand regrect, je prins l’année derniere de me departir pour quelque temps de l’apparence de mes pretentions sur la Bretagne, plus tost forcé par le bonheur des envieux de nostre maison que par la justice de leurs armes74. » Le duc de Mercœur a perdu ce qui, selon lui, devait lui demeurer en Bretagne : le gouvernement, si possible héréditaire, et il désire le récupérer.

  • 75 Cf., notamment, Michel Nassiet, Parenté, noblesse et États dynastiques, XVe-XVIe siècles, Paris, É (...)
  • 76 Cf. H. Le Goff, op. cit., p. 233 ; Joüon des Longrais, op. cit., p. 268-269 ; J. Cornette, op. cit (...)

27On peut se demander quel rôle a joué la duchesse de Mercœur dans ce contexte. Le fait que Marie de Luxembourg dispose alors d’un rôle politique actif n’est pas nécessairement le signe d’une ambition spécifique, mais constitue un trait fréquent pour les femmes de cette haute aristocratie. Ce trait est sans doute accru ici par sa position d’héritière, position, qui, comme Michel Nassiet a pu le constater dans d’autres cas, donne à l’épouse, première détentrice des droits patrimoniaux et du fief, une initiative particulière75. Néanmoins, l’historiographie a pu exagérer le rôle tenu par Marie de Luxembourg, lequel devient le support d’une accusation nouvelle contre Mercœur, personnage présenté comme faible et mené par deux femmes, l’épouse et sa mère76.

  • 77 Cette interprétation a pu être confortée par certaines prises de position radicales, au XIXe, ains (...)
  • 78 Correspondance du duc de Mercœur, op. cit., G. De Carné (éd.), t. XII, p. 30.

28L’idée d’une Bretagne ligueuse animée de sentiments séparatistes, avancée parfois par l’historiographie, relève certainement d’une incompréhension. Elle ressort d’une lecture, retravaillée autour d’un enjeu déplacé, celui de la construction d’une identité linguistique, culturelle, morale, voire raciale de la Bretagne, à partir du XVIIIe et au XIXe siècle plus encore77. Il n’y a visiblement pas de volonté « indépendantiste » chez les ligueurs bretons, dans la mesure même où elle serait contradictoire avec le combat pour obtenir un bon roi catholique à la tête du royaume. La défense des privilèges, « garantis » par l’Édit d’union de 1532, n’est pas contradictoire dans cette optique avec le souci de rester français, comme le montre une déclaration des États à Mercœur, en mai 1594, dans laquelle les rédacteurs associent nettement les deux requêtes : ne jamais vouloir se départir « de la couronne de France », et, « que les libertez et franchises du Pays [ne] soient aucunement diminuez ny alterez78 ».

  • 79 Cf. J. Boucher, A. Jouanna et al., op. cit., en particulier p. 377 ; Arlette Jouanna, Le devoir de (...)

29Dans l’adhésion à la Ligue, la motivation religieuse joue un rôle essentiel. Le danger des huguenots existe bien en Bretagne et ne doit pas être sous-estimé, dans sa réalité et dans la perception qui en provient ; mais il est aussi un élément d’un conflit religieux plus large, qui dépasse le royaume et se développe à l’échelle de la chrétienté. Dans ce cadre, les négociations doubles menées par Mercœur, avec les Espagnols à partir de 1589 et avec les royaux au moins à partir de 1592, constituent, certes, une « oscillation » centrale dans le comportement du duc, mais que l’on peut identifier de façon récurrente chez les Grands animés du « devoir de révolte79 ». Ces doubles négociations doivent être mesurées au sein d’un contexte local (par exemple, en tenant compte de l’incapacité à parvenir, jusqu’en 1598, à une décision militaire définitive) et national, sinon européen, pour les Espagnols, pour Henri IV et ses alliés anglais, pour Mercœur lui-même qui joue la durée, espérant, y compris dans la dernière période, après que le pape a accordé au roi son absolution, des opportunités qui le placeraient dans une situation plus favorable (comme un attentat réussi contre la vie d’Henri IV ou une victoire militaire de l’Espagne à l’échelle du royaume).

  • 80 Le contrat, passé le 5 avril 1598, pour le futur mariage de Françoise de Lorraine et César de Vend (...)
  • 81 Mercœur conserve, cependant, le commandement de la compagnie d’ordonnance de 100 hommes d’armes, a (...)
  • 82 Maximilien Sully, de Béthune, Les Œconomies royales, David Buisseret et Bernard Barbiche (éd.), 2  (...)
  • 83 Anselme, op. cit., t. IV, ici p. 97.

30Les choix de Mercœur en la matière débouchent, cependant, sur un échec final ; il ne s’agit pas là d’un jugement de valeur, mais d’un constat, puisque certains des principaux objectifs que le duc poursuivait ne sont pas atteints. En particulier, Philippe-Emmanuel de Lorraine perd le gouvernement de Bretagne. À l’occasion de la conclusion du contrat, le 5 avril 1598, en vue du futur mariage de sa fille Françoise (6 ans) et du fils légitimé d’Henri IV et de Gabrielle d’Estrées, César (4 ans), il remet le gouvernement « ès mains de sa majesté », laquelle est « suppliée » d’en pourvoir son « gendre futur », quand il viendra en âge de se marier. Mercœur reçoit certes une forte compensation financière en échange de sa « démission », prétendument volontaire, mais aucun autre gouvernement ou autre charge en substitution, ce qui, en soi, constitue déjà un lourd châtiment en comparaison du traitement infligé à la plupart des autres chefs ligueurs, hormis sans doute le duc d’Aumale80. Mercœur n’a pas d’autre charge royale importante, ce qui a pu d’ailleurs contribuer à son départ pour la Hongrie81. Certes, techniquement, il résigne en faveur de son futur gendre, lui qui n’a plus de fils. En outre, ce sont les Mercœur qui, sollicitant la duchesse de Beaufort dès la fin 1597, auraient proposé leur fille pour ce mariage82. L’abandon du gouvernement par Philippe-Emmanuel de Lorraine demeure pourtant visiblement contraint et le règlement de l’affaire permet une mainmise de la part d’Henri IV ; la surveillance du roi sur l’éducation de l’héritière des Mercœur, prévue par le contrat, manifeste notamment cette volonté de contrôle monarchique83.

  • 84 J. Boucher, A. Jouanna et al., op. cit., p. 1097.
  • 85 Sur cette question, cf. Jean-Pierre Babelon, Henri IV, Paris, Fayard, 1982, en particulier p. 643- (...)
  • 86 Cf. le contrat de mariage, Anselme, op. cit., t. IV, p. 95-98.

31Mais faut-il considérer l’union prévue de Françoise de Lorraine avec un bâtard comme une humiliation pour Mercœur, ainsi qu’elle a pu être envisagée, par exemple par Jacqueline Boucher84 ? Cette réticence face à un bâtard peut sembler discutable, compte tenu du statut de ce dernier, de la situation des Mercœur, plus encore de celle d’Henri IV à cette date. César a été légitimé en 1595 et le roi n’a pas encore d’autre descendant ; avec la dissolution de son alliance avec Margot, son avenir et celui de Gabrielle pourraient bien être totalement modifiés ; la question en tout cas n’est pas tranchée au printemps 159885. Henri IV améliore le statut de son fils, en vue du mariage, par l’octroi du duché-pairie de Vendôme, pris sur ses biens propres ; il peut en outre espérer d’intéressantes retombées patrimoniales de l’union avec cette héritière86.

  • 87 A. Croix, op. cit., p. 70 ; J.-P. Babelon, op. cit., p. 623.
  • 88 BnF ms. Fr 3579, fo 114-116, « articles secrets […] », ici fo 114 ; Anselme, op. cit., t. IV, p. 9 (...)
  • 89 James B. Collins, Classes, Estates and Order in Early Modern Brittany, Cambridge, Cambridge Univer (...)
  • 90 BnF ms. Fr 3579, fo 114-116, « articles secrets […] ; Anselme, op. cit., t. IV, p. 96-97.
  • 91 Maximilien Sully, de Béthune, Les Œconomies royales (ou Mémoire des sages et royales oeconomies d’ (...)

32Sur le plan financier, la plupart des auteurs indiquent que les Mercœur auraient largement bénéficié de l’accord avec Henri IV. Ils auraient touché plus de 4 millions de livres selon Alain Croix, 4 millions 295 000 livres pour Jean-Pierre Babelon87. Une addition minutieuse, à partir des sources disponibles, donne pourtant un total largement en retrait. En récompense de sa démission de gouverneur, Mercœur se voit promettre 235 000 écus, selon les articles secrets du 21 mars 1598. Mais, le contrat de mariage ne parle plus que d’une récompense de 200 000 écus lesquels, en outre, devront être intégralement réutilisés en achat de terres et seigneuries pour ajouter aux propres de la future88. C’est sans doute la raison de l’achat par les Mercœur pour 600 000 livres au duc d’Elbeuf, de la baronnie d’Ancenis, laquelle passera ensuite en propriété aux Vendôme89. Si les Mercœur rompent la promesse des épousailles, ils devront rendre l’argent ou les terres, et payer 100 000 écus en sus. En plus des 200 000 ou 235 000 écus, Mercœur reçoit personnellement 50 000 écus, plus 15 000 écus en récompense pour d’autres, ainsi qu’une pension annuelle de 16 666 écus et un don de 5 000 écus à lever sur le Penthièvre90. L’ensemble, en calculant la pension au denier trente, donne, au plus, un capital de 1 million 415 000 livres. Certes, il faut ajouter à cela des abolitions de dettes, partiellement prévues par les articles secrets, confirmées par Henri IV en 1600. La somme avancée de 4 millions 295 000 livres résulte probablement d’un mauvais calcul à partir d’une liste des dettes liées à la « pacification », liste donnée par Sully dans les Œconomies royales. Sully évoque bien la somme ci-dessus, mais « pour M. de Mercœur, Blavet, M. de Vendosme et autres particuliers91 » ; une petite partie seulement revient effectivement à Philippe-Emmanuel. L’accord avec Henri IV semble bien, en tout cas, avoir été ressenti par Mercœur comme une atteinte à son rang et à sa dignité, laquelle il pressent, sur certains plans, menacée, comme il l’expose au duc d’Aumale dans sa lettre de juillet 1599. Quelles sont alors les marges de manœuvre, les possibilités ouvertes, pour Mercœur, dans la France du début du XVIIe siècle ? En particulier, faut-il voir dans le projet hongrois une tentative de compensation par la quête de l’honneur face aux pertes de 1598 ou, plutôt, une continuation de l’esprit de croisade ? Un prolongement ou une rupture ?

Notes

1 Parmi les plus pertinentes, on retiendra F. Joüon des Longrais, « Le duc de Mercœur », Bulletin archéologique de l’Association Bretonne, t. XIII, 1895, p. 212-293.

2 Pour un récit circonstancié de la période en Bretagne, voir Barthélemy Pocquet, Histoire de Bretagne, tome V : la Bretagne province, Rennes, Plihon et Hommay, 1913. Les deux meilleures synthèses récentes sont celles d’Alain Croix, L’âge d’or de la Bretagne 1532-1675, Rennes, Éditions Ouest-France, 1993, p. 52-72, et Joël Cornette, Histoire de la Bretagne et des Bretons, Paris, Le Seuil, 2005, t. I, p. 469-520.

3 Sur sa carrière sous Henri III, voir supra la communication de N. Le Roux.

4 Marc Fardet, La vie municipale à Nantes sous le gouvernement du duc de Mercœur : le rôle militaire joué par cette ville (1582-1598), thèse École des chartes, Paris, 1965. Le 6 septembre 1588, le procureur syndic de Nantes constate que « journellement les ennemys font courses et pilleryes et gastent tout autour de cette ville, ranczonnent le peuple, lèvent des tailles et deniers ordinaires » : cité par Guy Saupin, Nantes au temps de l’Édit, La Crèche, Geste Édition, 1997, p. 132.

5 Nicolas Travers, Histoire civile, politique et religieuse de la ville et du comté de Nantes, Nantes, Forest, 1836-1841, t. III, p. 5 et 9.

6 Joüon Des Longrais, op. cit., p. 235.

7 Témoignage d’un Espagnol dans Henri Lapeyre, Une Famille de Marchands : les Ruiz, Paris, Colin, 1953, p. 431. Sur Nantes ville ligueuse, voir Saupin, op. cit.

8 Edmond Huguet, Dictionnaire du français du XVIe siècle, Paris, 1925, t. I, p. 29-30. Il est employé dans le second sens par Mercœur dans une lettre à Carné de Rosampoul qui a été blessé : « Je suis bien marri de l’accident qui vous arriva à Kérouzéré… » : Gaston de Carné, Les chevaliers bretons de l’ordre de Saint-Michel, Nantes, 1884, p. 82 note.

9 BnF ms. Fr 3714 (pour la correspondance fin 1588, voir Fr 3411 et Fr 4710).

10 Elizabeth Tingle, « Nantes and the Origins of the Catholic League of 1589 », Sixteenth Century Journal, t. XXXIII, no 1, 2002, p. 123-124, et plus largement, du même auteur, Authority and Society in Nantes during the French wars of religion 1558-1598, Manchester University Press, 2006.

11 Évoqués dans Théodore-Agrippa d’Aubigné, Histoire universelle, t. VII, 1585-1588, Genève, Droz, 1993, p. 287 et suiv.

12 Sigismond Ropartz, « La journée des barricades et la Ligue à Rennes, mars et avril 1589 », Bulletin et mémoires de la société archéologique d’Ille-et-Vilaine, t. XI (1877), p. 164-166.

13 Madame de Mercœur fait cependant procéder le 7 avril à l’emprisonnement de quelque 80 notables de la ville, jugés suspects, dont le maire et colonel de la milice, Charles de Harouys. Mais le reste de l’appareil municipal et les quatorze capitaines de la milice demeurent en place.

14 Déclaration du 4 mars : Ropartz, op. cit., p. 159.

15 Ibid., p. 167-168.

16 On peut même se demander si l’entourage de Faucon de Ris n’est pas inclus localement dans cette menace : en même temps que le président est en effet enlevé son gendre Isaac Loisel, qui est alors un des protestants les plus actifs du pays rennais (il reviendra ensuite au catholicisme).

17 Pierre Lacroix, « Lettres inédites du duc de Mercœur », Bulletin mensuel de la Société polymathique du Morbihan, t. CVIII, 1981, p. 47.

18 Ropartz, op. cit., p. 213 et 218.

19 Discours véritable de la prise du comte de Soissons…, Paris, Nicolas Nivelle, 1589, p. 3.

20 Jacqueline Boucher, Arlette Jouanna et al., Histoire et dictionnaire des guerres de Religion, Paris, Laffont, 1998, p. 1096.

21 Jean-Marie Constant, La Ligue, Paris, Fayard, 1996, p. 313-316.

22 Il est l’un des vingt gentilshommes qui sont cités comme « servants » dans le compte de 1586 de la trésorerie du duc : BnF NAF 21 878, fo 51.

23 Hervé Le Goff, Les riches heures de Guingamp, Guingamp, Éditions de la Plomée, 2004, p. 221.

24 Saupin, op. cit., p. 173.

25 Anatole de Barthélemy, Documents inédits sur l’histoire de la Ligue en Bretagne, Nantes, Société des Bibliophiles bretons, 1880, p. 170.

26 Dominique Le Page, « Le personnel de la Chambre des comptes de Bretagne en conflit (1589-1591) », Cahiers d’Histoire, 2000, no 4, p. 609 et note.

27 Sur les places reprises en 1591, voir Barthélemy, op. cit., p. 92-94.

28 Travers, op. cit., p. 31-32, 34 et 48 ; BnF ms. Fr 3861, fo 278.

29 Constant, op. cit., p. 327-330 : en Bretagne, 32 % de Ligueurs, 29 % de royaux et 39 % de neutres ou « rieurs ».

30 Voir une très intéressante liste des nobles du Trégor dans Hervé Le Goff, La Ligue en Basse-Bretagne (1588-1598). Le Trégor au temps de La Fontenelle, Ploufragan, Trégor Mémoire Vivante, p. 353-402.

31 Antoine Pacault, « Grands seigneurs de cour et gentilshommes provinciaux en Bretagne entre 1550 et 1650 », dans Jean Kerhervé (dir.), Noblesses de Bretagne du Moyen Âge à nos jours, Rennes, PUR-ICB, 1999, p. 179-180. Le comptage est effectué à partir de Carné, op. cit.

32 Joüon des Longrais, op. cit., p. 249-250.

33 Sur cette famille, voir infra la communication de Solen Joubert-Peron.

34 Barthélemy, op. cit., p. 47-48.

35 Ibid., p. 75.

36 Chanoine Jean Moreau, Mémoires sur les guerres de la Ligue en Bretagne, éd. par H. Waquet, Quimper, Archives du Finistère, 1960, p. 131-132. La présentation de Moreau est partiale, mais les arguments qu’il mentionne ont très probablement été mis en avant.

37 Travers, op. cit., p. 71 ; Jacqueline Boucher, Société et mentalités autour de Henri III, Lille-Paris, A.R.T.-Champion, 1981, p. 28-29.

38 Saint-Malo au temps de la Ligue. Mémoires inédits de N. Frotet de la Landelle, édités par F. Joüon des Longrais, Paris-Rennes, Picard-Plihon, 1886, p. 274-275.

39 Voir dans Travers, op. cit., t. III ses démêlés sur ce plan avec Nantes.

40 À titre de comparaison, voir les analyses d’Anne-Marie Lecoq, François Ier imaginaire. Symbolique et politique à l’aube de la Renaissance française, Paris, Macula, 1987. Elle suggère par exemple, p. 494, que l’exaltation qui entoure François Ier a pu influer sur sa décision de charger, à Pavie, à la tête de ses troupes.

41 Travers, op. cit., t. III, p. 39. Voir aussi Dom Pierre-Hyacinthe Morice, puis Dom Charles Taillandier, Histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, Guingamp, B. Jolliver, 1836 (1750-1756), 20 vol., t. XII et XIII ; Dom P.-H. Morice, Mémoires pour servir de preuves à l’Histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, Paris, Éditions du Palais-Royal, 1974 (1742-1746), 3 vol., t. III.

42 Louis Grégoire, La Ligue en Bretagne, Paris, J.-B. Dumoulin, 1856 ; Roger Joxe, Les Protestants du comté de Nantes au seizième siècle et au début du dix-septième siècle, Marseille, J. Laffitte, 1982.

43 J.-A. Favé, Le dernier des Ligueurs. Essai critique sur Philippe-Emmanuel de Lorraine, Duc de Mercœur, Brest, F. Halégouet, 1882.

44 Cf. supra ; Audren de Kerdrel, « Origines et caractères de la Ligue en Bretagne », Revue de Bretagne et de Vendée (Vannes), mars 1858, t. III, p. 191-237.

45 Philippe-Emmanuel de Lorraine-Mercœur, Correspondance du duc de Mercœur et des ligueurs bretons avec l’Espagne, Gaston De Carné (éd.), Rennes, J. Plihon et L. Hervé, Nantes, Société des bibliophiles bretons et de l’histoire de Bretagne, 1899, 2 vol., t. XI et XII.

46 Voir l’article « Mercœur » par J. Boucher dans J. Boucher, A. Jouanna et al., op. cit., p. 1095-1097 ; J.-M. Constant, op. cit., p. 307, 311 et 398 ; A. Croix, op. cit., p. 54 et 61 ; H. Le Goff, op. cit., p. 232-234.

47 H. Le Goff, p. 232-233.

48 Remontrances aux habitants de la ville de Nantes par un habitant d’icelle, par où se voit les pratiques et menées dont a usé le duc de Mercœur pour usurper le duché de Bretagne, Rennes, Michel Logeroys, 1590, rééd. dans la Revue de Bretagne et de Vendée, t. I, 1883, p. 470-480, ici p. 472-473.

49 Ibid., p. 480 : l’auteur appelle les « bons Bretons » à agir contre Mercœur. Cf. également J. Cornette, op. cit., t. 1, p. 504.

50 Pierre Biré, Alliances généalogiques de la maison de Lorraine, s.l., 1593, in-fol ; La Reduction de la Duché de Bretagne à l’union des villes catholiques par Monseigneur le Duc de Mercœur. Avec une lettre d’un bourgeois de Hannebon en Bretagne, touchant la reduction dudit pays, Paris, M. loüin, 1589, in-8o. Voir également le Mirouer catholique, représentant les moyens pour retenir le peuple de la Bretagne au S. party de l’union et lui faire detester l’impieté des politiques […], s.l., 1590, in-4o, dans lequel l’auteur mentionne l’accusation, portée par les ennemis de Mercœur, de vouloir se faire duc de Bretagne, mais pour l’en dédouaner. Également, Joüon des Longrais, op. cit., p. 265-266.

51 Correspondance du duc de Mercœur et des ligueurs bretons avec l’Espagne, op. cit., G. de Carné (éd.), t. XI, p. 130.

52 La Reduction de la Duché de Bretagne à l’union des villes catholiques par Monseigneur le Duc de Mercœur […], op. cit., p. 2 et 4.

53 Biré, op. cit., p. 176-177 et 180-183 sur les liens avec S. de Luxembourg, p. 247-249 à propos des fondations pieuses, enfin p. 273 : « […] Monsieur le Duc de Mercœur à vraiement esté esleu et choisi de nostre Dieu, pour la ruine, non seulement des Anglois, ennemis iurez du sainct Siege Apostolique et de la Couronne de France : mais aussi de tous les autres heretiques qui veulent ruiner l’Eglise catholique, Apostolique et Romaine […] ». Également sur la généalogie de Biré, voir infra la communication d’Alain Cullière.

54 Voir ainsi la lettre du duc de Mercœur à messieurs de la chambre des comptes de Bretagne à propos de la convocation des États de la province (dernier avril 1591) dans Morice, Mémoires pour servir de preuves à l’Histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, op. cit., t. III, col. 1533, ou la lettre du duc pour décharger le sr. de Coetlogon Kerberio de la caution donnée pour la rançon du marquis de La Roche (4 décembre 1596), publiée par Barthélemy, A. de, op. cit., p. 222, entre autres exemples.

55 Ibid., Barthélemy, p. 80-81.

56 Cf. ainsi un cahier de soixante-sept articles arrêtés par les États de Bretagne (1591), publié par Morice, op. cit., col. 1533-1537. Également Joüon des Longrais, op. cit., p. 257-258 ou Saupin, op. cit., p. 203-204.

57 Le journal de Jehan Pichart est publié par Morice, op. cit., t. III, col. 1695-1758 : voir ici col. 1701 ; sur la thèse selon laquelle la formule serait un indice des ambitions de Madame de Mercœur, voir par exemple A. Croix, op. cit., p. 58.

58 Travers, op. cit., t. II, p. 559 ; Favé, Antoine, « Le duc de Mercœur (mémoire à consulter) », Bulletin de la Société Archéologique et Historique du Finistère, t. XVIII, 1891, p. 280.

59 Cf. la mention de cette plaquette dans Anatole De Montaiglon, Recueil de poésies françoises des XVe et XVIe siècles : morales, facétieuses, historiques, Paris, P. Jannet, 1857, t. VI, p. 292 ; sur le siège de Lusignan voir Joxe, op. cit., p. 174-175.

60 Joüon des Longrais, op. cit., p. 270 ; Travers, op. cit., t. III, p. 37 ; Biré, op. cit., p. 185.

61 Correspondance du duc de Mercœur et des ligueurs bretons avec l’Espagne, op. cit., G. De Carné (éd.), t. XI, mémoire de Gourmil au roi d’Espagne, p. 130-134 en particulier ; également, H. Le Goff, op. cit., p. 234.

62 Ibid., Correspondance du duc de Mercœur […], t. XI, p. X et t. XII, p. 80-81.

63 Ibid., t. XI, p. X, XXX, XXXV, XLI et t. XII, notamment p. 54 et 77.

64 Cf. également Joüon Des Longrais, op. cit., p. 269 ; et voir plus loin à propos de la baronnie d’Ancenis.

65 Michel Antoine, « Les gouverneurs de province en France (XVIe-XVIIIe siècles) », dans Françoise Autrand (éd.), Prosopographie et genèse de l’État moderne, actes de la table ronde organisée par le CNRS et l’École normale supérieure de jeunes filles (22-23 octobre 1984), Paris, Éditions de l’ENSJF, 1986, p. 185-194, ici p. 187.

66 R. Harding, Anatomy of a power Elite : The Provincial Governors of Early Modern France, Londres, New-Haven, Yale University Press, 1978, p. 120-121 ; A. Jouanna, « Faveur et favoris : l’exemple des Mignons de Henri III », dans Robert Sauzet (éd.), Henri III et son temps, actes du colloque international du Centre de la Renaissance de Tours (octobre 1989), Paris, J. Vrin, 1992, p. 155-165, ici p. 164, n. 18.

67 R. Harding, op. cit., p. 121 et 221 ; A. Croix, op. cit., p. 29 ; Joüon des Longrais, op. cit., p. 269.

68 On trouvera les lettres d’érection du duché-pairie de Penthièvre (données à Plessis-les-Tours, puis enregistrées au Parlement de Paris le 15 septembre 1569) dans Père Augustin Anselme De Sainte-Marie, Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France, des pairs, grands officiers de la Couronne, de la Maison du Roy et des anciens barons du royaume […], 3e édition, Paris, La compagnie des libraires, 1726-1733, 9 vol., t. III, p. 715-718.

69 R. Harding, op. cit., p. 288, n. 2 ; Travers, op. cit., t. II, p. 544-545, qui mentionne, pour sa part, l’octroi de la survivance en 1579.

70 R. Harding, op. cit., p. 120-122 et 288, n. 2. Il est vrai que Philippe-Emmanuel de Lorraine est lui-même apparenté aux Montpensier (son père, Nicolas de Vaudémont, est le fils de Renée de Bourbon-Montpensier), mais il n’est évidemment pas prioritaire dans le lignage. On va retrouver, en outre, pendant la Ligue, les Montpensier en tant que rivaux des Mercœur : le prince de Dombes est désigné par le roi comme gouverneur, contre Philippe-Emmanuel, en juin 1589 : Morice, op. cit., t. III, p. 1499. Dans sa généalogie de la lignée des Mercœur, le Père Anselme parle d’un achat du gouvernement de Bretagne au duc de Montpensier par Philippe-Emmanuel de Lorraine, achat qu’Henri III aurait accepté : Anselme de Sainte-Marie, op. cit., t. III, p. 794. On peut se demander, du moins, si la nomination de Mercœur ne fut pas accordée après l’octroi d’une compensation financière aux Montpensier.

71 Un parallèle est possible, sur ce plan, avec Louis de Gonzague, notamment en tant que gouverneur et duc du Nivernais. En 1565, le mariage de ce fidèle serviteur des Valois avec une héritière, Henriette de Clèves, vient renouveler et surtout conforter l’alliance d’un seigneur local (le duc de Nevers) avec la monarchie, alliance déjà établie sous les Clèves dans la première moitié du XVIe siècle.

72 R. Harding, op. cit., p. 122. Ainsi, le duc de Mayenne, négociant son ralliement au souverain, réclame que « son » gouvernement de Bourgogne aille à ses deux fils, « l’un après l’autre et à survie » ; Henri IV refuse encore : ibid., p. 265, n. 35.

73 Ibid., p. 125 : la charge de gouverneur et de bailli de la ville d’Orléans est octroyée, à titre de survivance, pour le fils du gouverneur de l’Orléanais en place, un ancien ligueur ; Claude de La Châtre obtient le poste de lieutenant général du Berry en survivance pour son fils.

74 BnF ms. Fr 4019, fo 408 vo à fo 413 vo, 14 juillet 1599, lettre de Philippe-Emmanuel de Lorraine au duc d’Aumale, « à votre maison de La Roquette », lettre également transcrite par Joüon des Longrais, op. cit., p. 289-293.

75 Cf., notamment, Michel Nassiet, Parenté, noblesse et États dynastiques, XVe-XVIe siècles, Paris, Éditions de l’EHESS, 2000.

76 Cf. H. Le Goff, op. cit., p. 233 ; Joüon des Longrais, op. cit., p. 268-269 ; J. Cornette, op. cit., t. I, p. 504.

77 Cette interprétation a pu être confortée par certaines prises de position radicales, au XIXe, ainsi lorsque le vicomte Hersart de La Villemarqué fait l’éloge des ligueurs bretons cherchant à secouer le joug de la France, dans l’une des chansons du Barzaz Breiz (1867) ; ce chant est cité par Alain Croix, op. cit., p. 60, lequel récuse également l’idée d’une Bretagne ligueuse « indépendantiste ».

78 Correspondance du duc de Mercœur, op. cit., G. De Carné (éd.), t. XII, p. 30.

79 Cf. J. Boucher, A. Jouanna et al., op. cit., en particulier p. 377 ; Arlette Jouanna, Le devoir de révolte : la noblesse française et la gestation de l’État moderne, 1559-1661, Paris, Fayard, 1989.

80 Le contrat, passé le 5 avril 1598, pour le futur mariage de Françoise de Lorraine et César de Vendôme est publié par le Père Anselme, op. cit., t. IV, p. 95-98 (voir ici p. 96).

81 Mercœur conserve, cependant, le commandement de la compagnie d’ordonnance de 100 hommes d’armes, attribuée par le roi, commandement qui lui est garanti par les articles secrets conclus avec Henri IV, le 21 mars 1598 : BnF ms. Fr 3579, fo 114-116, « articles secrets et particuliers accordez par le roy à monsieur le duc de Mercœur, oultre les articles de l’Edict […]. Fait à Angers, le XXIe jour de mars 1598 », ici fo 114.

82 Maximilien Sully, de Béthune, Les Œconomies royales, David Buisseret et Bernard Barbiche (éd.), 2 vol., t. II (1595-1599), Société d’Histoire de France, Paris, Klincksieck, 1988, p. 226, n. 2 : D. Buisseret et B. Barbiche s’appuient, à ce propos, sur l’étude de Raymond Ritter, Charmante Gabrielle, Paris, A. Michel, 1947, p. 384-385.

83 Anselme, op. cit., t. IV, ici p. 97.

84 J. Boucher, A. Jouanna et al., op. cit., p. 1097.

85 Sur cette question, cf. Jean-Pierre Babelon, Henri IV, Paris, Fayard, 1982, en particulier p. 643-662.

86 Cf. le contrat de mariage, Anselme, op. cit., t. IV, p. 95-98.

87 A. Croix, op. cit., p. 70 ; J.-P. Babelon, op. cit., p. 623.

88 BnF ms. Fr 3579, fo 114-116, « articles secrets […] », ici fo 114 ; Anselme, op. cit., t. IV, p. 96.

89 James B. Collins, Classes, Estates and Order in Early Modern Brittany, Cambridge, Cambridge University Press, 1994, p. 116.

90 BnF ms. Fr 3579, fo 114-116, « articles secrets […] ; Anselme, op. cit., t. IV, p. 96-97.

91 Maximilien Sully, de Béthune, Les Œconomies royales (ou Mémoire des sages et royales oeconomies d’estat domestiques, politiques et militaires de Henry le Grand…), Michaud et Poujoulat (éd.), Nouvelle Collection des Mémoires pour servir à l’Histoire de France, 2e série, t. II, chapitre CLI, p. 30. Par ailleurs, James Collins indique, d’après un compte établi par les États de Bretagne, que Mercœur n’aurait touché effectivement que 9 600 livres du roi, de 1598 à 1600, alors que les promesses aux autres ligueurs prévues dans le même cadre sont intégralement honorées : J. Collins, op. cit., p. 166.

Auteurs

Maître de conférences en histoire moderne à l’université de Rennes 2. Elle a notamment publié Les ducs de Nevers et l’État royal. Genèse d’un compromis (ca. 1550 - ca. 1600), chez Droz en 2006. Elle travaille sur les rapports entre la noblesse et l’État aux XVIe-XVIIe siècles et sur les échanges culturels et religieux entre la France et l’Italie entre 1550 et 1650 environ (recherche en cours sur les fondations pieuses de la haute noblesse catholique française, 1560-1630).
Professeur d’histoire moderne à l’université de Rennes 2 et membre du CERHIO (CNRS, UMR 62580). Il a publié L’argent du roi. Les finances de François Ier (1994) et « Messieurs des finances ». Les grands officiers de finance dans la France de la Renaissance (1999). Il a contribué à La monarchie entre Renaissance et Révolution 1515-1792 (sous la dir. de J. Cornette) (2000) ainsi qu’à Histoire et dictionnaire de la France de la Renaissance (sous la dir. d’A. Jouanna) (2001). Il codirige avec L. Bourquin une recherche sur « Conflits et politisation » (programme ANR Conflipol). Ses travaux actuels portent sur la représentation de l’argent dans l’image ainsi que sur l’histoire des guerres de religion en Bretagne.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540