Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le duc de Mercœur

 | 
Emmanuel Buron
, 
Bruno Méniel

Première partie. La figure historique du duc de Mercœur

Un prince « obligé de droit divin ». Les engagements du duc de Mercœur sous le règne d’Henri III

Nicolas Le Roux

Texte intégral

1Philippe Emmanuel de Lorraine, duc de Mercœur, fut l’un des principaux acteurs de la dernière phase des guerres de Religion. Il s’engagea dans la Ligue et s’associa à ses cousins, les Guise, alors qu’il devait à Henri III l’ensemble de ses charges et de ses dignités. Il offre par ailleurs l’exemple original d’un homme de guerre dont la destinée fut en partie orientée par des femmes : d’abord sa demi-sœur, la reine Louise, puis son épouse, Marie de Luxembourg-Penthièvre.

  • 1 Pour l’analyse des enjeux posés par l’étude de la Ligue, voir Robert Descimon et José Javier Ruiz (...)
  • 2 Voir la typologie des réseaux proposée par Philippe Dujardin, « Processus et propriétés de la mise (...)
  • 3 Arlette Jouanna, « Des réseaux d’amitié aux clientèles centralisées : les provinces et la cour (Fr (...)

2En confiant à Mercœur le gouvernement de Bretagne, en 1582, Henri III espérait sans doute que les attaches nouées par son beau-frère dans la province, grâce à son alliance avec la duchesse de Penthièvre, garantiraient son autorité. La coopération entre les différentes instances dirigeantes, tant locales que nationales, passait en effet par des biais non seulement institutionnels mais aussi personnels, et les grands seigneurs jouaient un rôle essentiel dans le travail d’orientation des réseaux d’amitié et de fidélité au service du prince1. Résultat de la concentration progressive d’unités plus ou moins autonomes, l’État royal fonctionnait comme un ensemble hétéromorphe de relations interindividuelles2. Ce processus devait aboutir à la formation d’un véritable système de clientèles centralisées, dont l’économie tendrait à se concentrer à la cour et non plus sur les terres des seigneurs3. La désignation de Mercœur et des favoris du roi comme gouverneurs de provinces participait donc d’un mouvement de captation des solidarités nobiliaires au profit du pouvoir central.

3Contrairement aux attentes du monarque, on assista à un phénomène d’éclatement des fidélités à partir de l’installation de Mercœur en Bretagne. Celui-ci s’éloigna en effet progressivement de la cour, où il ne fit plus que de rares apparitions. Utilisant tout à la fois son crédit personnel de prince catholique, les ressources économiques et clientélaires fournies par son mariage, et l’autorité que lui conférait sa charge officielle, il parvint à construire son propre réseau de fidélité, un ensemble très composite où se côtoyaient gentilshommes, capitaines de fortune, prélats et notables urbains. Longtemps restée à l’écart des troubles, la Bretagne devint le terrain d’affrontements larvés entre le gouverneur et les lieutenants généraux du roi, à partir de 1585. Les choses se précipitèrent au lendemain de l’assassinat des Guise. Resté longtemps assez prudent, Mercœur adopta une stratégie de conflit ouvert en 1589, ce qui amena Henri III à le destituer.

4Les conflits de loyauté fournissent la trame de l’analyse du parcours de Mercœur. Bien que les intentions prêtées aux acteurs doivent naturellement rester à l’état d’hypothèse, l’analyse des textes justifiant leurs engagements permet d’approcher les imaginaires politiques qui guidèrent leur action dans le contexte des troubles de la Ligue.

La faveur du beau-frère du roi

  • 4 Beaucoup d’informations se trouvent dans le travail d’Anne Rohfritsch, « Philippe-Emmanuel de Lorr (...)

5Le futur chef de la Ligue bretonne vint au monde à Nomeny, au nord de Nancy, le 9 septembre 15584. Il appartenait à une branche cadette de la maison de Lorraine, celle des comtes de Vaudémont. Son père, Nicolas (1524-1577), était le fils puîné du duc Antoine de Lorraine (1490-1544). En 1545, il avait obtenu la baronnie de Mercœur en Auvergne, autrefois détenue par le connétable de Bourbon, qui avait été intégrée au patrimoine de la maison de Lorraine en 1534.

6Nicolas de Vaudémont a eu trois épouses. De son union avec Marguerite d’Egmont (†1554), la descendante de l’un des plus grands lignages des Pays-Bas, célébrée en 1549, naquit Louise (1553-1601), la future reine de France. En 1556, il se remaria avec Jeanne de Savoie (1532-1568), la fille du duc de Nemours, Philippe de Savoie (1490-1533). De ce second lit sont issus Philippe Emmanuel (1558-1602), Charles (1561-1587), cardinal de Vaudémont, François (1567-1596), marquis de Chaussin, et Marguerite (1564-1625). Nicolas convola une dernière fois avec Catherine de Lorraine (1550-1606), la fille de son cousin Claude d’Aumale, en 1569. Sa dernière femme lui donna Henri (1570-1601), comte de Chaligny, et Éric (1576-1623), évêque de Verdun.

  • 5 Émile Duvernoy, « Nicolas de Lorraine, comte de Vaudémont, duc de Mercœur », Mémoires de l’Académi (...)
  • 6 B[ibliothèque] n[ationale de] F[rance] M[anuscrit]s Fr[ançais] 22430, f. 27 (mandement de Charles (...)
  • 7 Lors de la campagne de l’hiver de 1576, la compagnie perdit trente hommes d’armes sur cinquante, d (...)
  • 8 BnF ms. Fr 2758, f. 243-246 (copie des lettres patentes de Charles IX érigeant la principauté de M (...)
  • 9 BnF ms. Fr 26159, no 426 (quittance du 11 novembre 1576, pour 42 480 livres tournois en un mandeme (...)
  • 10 Ch. Rolin, Nomeny, seigneurie messine et marquisat lorrain. Ses relations avec la France et l’Empi (...)

7On sait peu de chose de l’activité de Nicolas de Vaudémont, si ce n’est qu’il portait le collier de l’ordre de Saint-Michel et commandait une compagnie d’ordonnance5. Les effectifs de cette troupe furent régulièrement augmentés dans les années 1560, et il obtint même une garde personnelle de dix hommes d’armes et de quinze archers, ce qui était un signe de puissance, et le roi fit savoir qu’il lui accordait ce privilège « afin de le traicter des mesmes graces et faveurs que nostre tres cher et tres amé frere le duc de Lorraine6 ». L’autorité de Vaudémont sur ses hommes semble avoir été fort limitée, et sa compagnie connaissait de foudroyantes hémorragies lorsqu’elle partait en campagne loin de ses bases lorraines7. Cependant, il était suffisamment bien vu des autorités royales pour que sa principauté de Mercœur soit érigée en duché-pairie, en décembre 15698. Sous Henri III, il conserva sa place à la cour, et le roi lui accorda même un don important en 15769. Par ailleurs, il entretenait de bonnes relations avec l’empereur, qui avait transformé sa seigneurie de Nomeny en principauté d’Empire et marquisat régulier en juin 156710.

  • 11 BnF ms. Fr 3391, f. 35 (Mercœur à Nemours, Blois, 2 février [1577]).

8Philippe Emmanuel fut élevé en Lorraine. Il perdit sa mère très jeune, ce qui l’amena à établir des liens étroits avec son oncle maternel, Jacques de Savoie, duc de Nemours (1531-1585). Celui-ci était le second mari d’Anne d’Este, la veuve de François de Guise. Quand son père mourut, le 24 janvier 1577, le jeune duc de Mercœur s’adressa ainsi à Nemours pour lui faire part de sa tristesse et de celle de la reine Louise11. À ce moment, Mercœur jouissait d’une position avantageuse à la cour grâce à l’union contractée par sa demi-sœur avec Henri III, le 15 février 1575. Le choix du roi avait beaucoup surpris. Catherine de Médicis ne l’approuvait pas, car elle ne jugeait pas la mariée digne d’un roi de France. Le souverain avait rencontré Louise en 1573, avant son départ pour la Pologne. Cette belle femme, grande et blonde, partageait sa sensibilité religieuse très exigeante, et l’on espérait qu’elle lui donnerait rapidement des héritiers. Tel était le but premier de cette alliance, comme en témoigne la correspondance du roi, dans laquelle Henri III évoque son désir d’avoir des enfants au plus vite. Philippe Emmanuel pouvait désormais se prévaloir de l’appellation de beau-frère du monarque.

  • 12 Pour comparaison, le duc de Guise touchait une pension de 5 333 écus 1/3 ; BnF ms. NAF 1441, f. 4 (...)
  • 13 BnF ms. Fr 26163, no 1170 (quittance du 18 octobre 1580, pour un mandement à l’acquit du trésorier (...)
  • 14 Jacqueline Boucher, Société et mentalités autour de Henri III, Lille, Service de reproduction des (...)
  • 15 BnF ms. Fr 26168, no 2073 (quittance du 15 décembre 1586, pour 333 écus 1/3, faisant moitié de 666 (...)
  • 16 Les Cérémonies tenues et observées à l’ordre et milice du sainct Esprit, et les noms des chevalier (...)

9La reine Louise intervenait régulièrement en faveur de son frère, qui touchait une pension de 2 000 écus et bénéficiait de dons réguliers12. En octobre 1580, il reçut ainsi 1 000 écus à prendre sur les deniers provenant de la vente d’un office de conseiller clerc au parlement de Dijon13. L’année suivante, il obtint les bénéfices de l’évêque de Soissons, qui était à l’article de la mort14. Il jouissait par ailleurs d’une rente assignée sur l’élection de Nemours15. La bienveillance d’Henri III à l’égard du jeune Mercœur se traduisit par son entrée dans l’ordre du Saint-Esprit, dès la première promotion, le 31 décembre 1578. Sa préséance sur les autres princes de la maison de Lorraine présents à la cour fut alors réaffirmée, puisqu’il eut l’honneur d’être le troisième des chevaliers reçus dans cette fondation royale, après Louis de Gonzague, duc de Nevers, et Jacques de Crussol, duc d’Uzès, alors que Charles de Lorraine, duc d’Aumale, ne figurait qu’en quatrième position16. Le duc de Guise fut reçu seulement l’année suivante, et son frère Mayenne en décembre 1582.

  • 17 A[rchives] N[ationales], M[inutier] C[entral] XC, 147 (procuration du 16 mars 1587 en faveur du du (...)
  • 18 BnF ms. PO 1750 (Lorraine), f. 233 (quittance du duc Charles de Lorraine, comme tuteur du marquis (...)

10Mercœur n’était pas le seul à profiter de la position de Louise à la cour. Grâce à elle, son frère puîné, Charles, devint évêque de Cornouaille et abbé commendataire de Courtmalong, puis cardinal de Vaudémont en 1578. Il obtint ensuite l’évêché de Toul en 1580, puis celui de Verdun cinq ans plus tard. Le jeune prélat s’en remettait à son aîné pour les affaires financières concernant ses bénéfices17. Un autre de ses frères, le marquis de Chaussin, touchait pour sa part une pension de 333 écus 1/318.

  • 19 Journal de L’Estoile pour le règne de Henri III, op. cit., p. 287.

11Pendant les premières années du règne d’Henri III, Mercœur n’exerçait pas de responsabilités de premier plan. Il ne détenait aucune dignité importante dans la maison royale, à la différence de tous les autres princes lorrains de la cour, Guise, Mayenne et Aumale, qui portaient respectivement les titres de grand maître, de grand chambellan et de grand veneur. C’est pourquoi un pasquin semé à Paris en décembre 1581 pouvait railler le « chétif duc de Mercœur », qui avait pour seul titre celui de beau-frère du souverain19.

  • 20 BnF ms. PO 1750 (Lorraine), f. 197 (mandement d’Henri III, Paris, 20 août 1575) et Fr 22430, f. 29 (...)
  • 21 BnF ms. Fr 22430, f. 30 (certificat du duc de Mercœur, capitaine de cent hommes d’armes, en faveur (...)
  • 22 Jean d’Avaugour, sieur de Saint-Laurent, en devint le guidon.

12Depuis 1572, au moins, il détenait pourtant le commandement d’une compagnie d’ordonnance de cinquante lances, qui fut portée à soixante, mais avec le titre de cent, en août 1575, le roi déclarant gratifier son beau-frère « en consideration de ses vertuz et merites et du lieu qu’il tient près de nous, à plain confiance aussy de sa personne et de ses sens, suffisance, experience au faict des armes et bonne diligence20 ». Mercœur prêta serment pour cette charge de capitaine de cent lances, titre réservé aux grands princes, entre les mains d’Albert de Gondi, maréchal de Retz, le 30 août. Recrutée en Champagne et en Bourgogne, dans les bailliages de Chaumont, de Sens et de Mâcon, cette troupe créée spécialement pour lui l’accompagna dans ses premières entreprises militaires21. Ce n’est que bien plus tard qu’elle commença à intégrer des cavaliers bretons22.

  • 23 Agrippa d’Aubigné, Histoire universelle, éd. A. Thierry, Genève, Droz, 1981-1999, 10 vol., t. IV, (...)
  • 24 Il reçut 10 000 écus pour les frais engagés lors de cette campagne, BnF ms. Fr 32868, p. 146.
  • 25 Correspondance du nonce en France Anselmo Dandino (1578-1581), éd. I. Cloulas, Rome-Paris, Presses (...)

13Mercœur fit ses premières armes aux côtés de son cousin, le duc de Guise, lorsque celui-ci se porta à la rencontre des reîtres protestants, à l’automne de 157523. C’est lors de cette campagne, à la bataille de Dormans, que Guise reçut la blessure au visage qui devait le rendre célèbre. Deux ans plus tard, Mercœur participait de nouveau aux opérations contre les huguenots, combattant à Issoire, puis au siège de Brouage24. On le vit encore porter les armes au siège de La Fère, en 1580, bien qu’il n’ait pas reçu de charge de premier plan, comme certains observateurs ne manquèrent pas de le noter25.

  • 26 AN MC XC, 128 (procuration passée le 18 août 1578).
  • 27 AN MC XC, 147 (acte du 26 avril 1587).
  • 28 AN MC XC, 147 (procuration passée le 17 avril 1587).
  • 29 AN MC XC, 147 (procuration passée le 27 avril 1587).
  • 30 AN MC XC, 149 (cession à ferme du comté de Chaligny, moyennant 5 000 francs lorrains (soit 1 052 é (...)

14Le commandement effectif de sa compagnie revenait au lieutenant, François Frogeard, sieur de La Loubrie, que Mercœur utilisait par ailleurs comme procureur pour certaines de ses affaires26. À ce moment, les principaux serviteurs du duc étaient originaires de Lorraine ou du centre du royaume : Jean de Verdeil, sieur de Germont, son conseiller et secrétaire, demeurait à Nomeny27. Louis de Baudreul, sieur de La Motte, son chambellan et gouverneur du duché de Mercœur, venait du Bourbonnais, et il était également pensionnaire du duc de Lorraine28. Un trésorier et receveur général, Jean Lebon, avait la charge de percevoir les deniers provenant de différentes seigneuries situées tant en Auvergne et en Provence qu’en Savoie29. Les officiers du duc étaient également des manieurs d’argent qui pouvaient affermer certaines de ses terres. Mercœur céda ainsi au contrôleur de sa maison, Pierre Petit, les revenus de son comté de Chaligny, moyennant un millier d’écus par an30.

  • 31 Lettres du cardinal de Lorraine 1525-1574, éd. D. Cuisiat, Genève, Droz, 1998, p. 666 (le cardinal (...)
  • 32 Correspondance du nonce en France Antonio Maria Salviati (1572-1578), éd. P. Hurtubise et R. Toupi (...)

15L’union de sa sœur avec le souverain permit à Mercœur de prétendre à une alliance prestigieuse. On sait que le roi veillait à ce que ses proches puissent réaliser des mariages fructueux. Le jeune homme épousa ainsi Marie de Luxembourg (1562-1623), le 12 juillet 1575. La mariée n’avait que treize ans ; Mercœur allait sur ses dix-sept ans. Cette alliance était en projet depuis l’année précédente31. Les noces furent célébrées fastueusement, en présence du duc Charles de Lorraine et des princes de la maison de Guise, et Mercœur reçut à cette occasion un cadeau royal de 800 000 livres tournois32.

  • 33 Alain Croix, L’Âge d’or de la Bretagne, 1532-1675, Rennes, Ouest-France, 1993, p. 57.
  • 34 BnF ms. Fr 32865, p. 637-639.
  • 35 Agrippa d’Aubigné, qui souligne son caractère énergique, note qu’il était « l’un des hazardeux et (...)
  • 36 BnF ms. NAF 8627, f. 77 et suiv. (montre passée le 26 janvier 1568 à Hervy le Château).
  • 37 BnF ms. Fr 2758, f. 222 vo-228 (copie des lettres patentes de Charles IX érigeant le comté de Pent (...)

16Née à Lamballe, Marie avait été élevée à Nantes33. C’était une riche héritière. Son père, Sébastien de Luxembourg, vicomte de Martigues, avait participé aux guerres contre les Impériaux au temps d’Henri II, puis aux campagnes contre les protestants. Sa réputation de bravoure lui valut le surnom de « chevalier sans peur », et il obtint le collier de Saint-Michel dès 156034. En Bretagne, province dont il devint le gouverneur en 1565, il accomplit efficacement son rôle de défenseur de l’ordre royal, s’opposant tout particulièrement aux menées du protestant d’Andelot, et veillant à ce que les places fortes, à commencer par le château de Nantes, soient remises en état35. Il commandait également une compagnie d’ordonnance où Gascons et Bretons se côtoyaient36. En septembre 1569, ses services furent récompensés par l’érection de son comté de Penthièvre en duchépairie37. Mais ce grand capitaine catholique ne profita pas longtemps de ce titre, puisqu’il trouva la mort deux mois plus tard, au siège de Saint-Jean d’Angély.

  • 38 AN MC XC, 128 (procuration passée par le duc de Mercœur, 18 août 1578).

17L’alliance avec Marie de Luxembourg permettait à Mercœur de porter le titre de duc de Penthièvre. Il s’intitulait désormais « Haut et puissant prince Philippe Emmanuel de Lorraine, duc de Mercœur et de Penthièvre, pair de France, prince du Saint-Empire, marquis de Nomeny38… ». La maison de Penthièvre avait des prétentions sur la couronne ducale de Bretagne. En vertu du traité de Guérande, signé en 1365, la province était revenue officiellement à la maison de Montfort, mais Jeanne de Penthièvre, nièce du duc Jean III (†1341), obtint que, si les Montfort n’avaient pas d’héritiers mâles, le duché reviendrait aux Penthièvre. C’est pourquoi, au XVIe siècle, François Ier et Henri II ont exigé que les Penthièvre renoncent à toute prétention sur le duché, qui venait d’être intégré à la couronne de France.

  • 39 BnF ms. Fr 8267, f. 7-8 (droits de Mercœur sur le duché de Penthièvre).
  • 40 Robert R. Harding, Anatomy of a Power Elite: The Provincial Governors of Early Modern France, New (...)
  • 41 Journal de L’Estoile pour le règne de Henri III, op. cit., p. 185. Mercœur entretenait une corresp (...)

18Le nouveau duc de Penthièvre fit sa première apparition en Bretagne en octobre 1577. Il se rendit à Rennes pour être reçu par le Parlement. Il s’intéressa d’abord à faire valoir les droits auxquels il pouvait prétendre en Bretagne, tout en établissant des liens de protection avec la noblesse de la province39. Mercœur pouvait sans doute compter sur le réseau de fidélité que son beau-père avait tissé dans la province, notamment en faisant décorer du collier de l’ordre Saint-Michel une douzaine de gentilshommes40. En avril 1578, plusieurs seigneurs bretons séjournant à Paris se rendaient ainsi au coucher du duc dans son hôtel de la rue des Bons Enfants, tout près du Louvre. Parmi eux figuraient Jérôme de Carné, le gouverneur de Brest, et les sieurs de Guébriant, de La Julianaye et de Malvenue41.

  • 42 Aubigné, Histoire universelle, op. cit., t. V, p. 132 et 142.
  • 43 Calendar of State papers, Foreign series, of the Reign of Elizabeth (ci-après CSP Foreign), Londre (...)
  • 44 La reine Louise et son frère avaient d’abord projeté de marier Marguerite à un prince italien, Cés (...)
  • 45 BnF ms. Fr 17557, f. 129-131 (contrat de mariage d’Anne de Joyeuse et de Marguerite de Lorraine, P (...)
  • 46 AN MC LXXVIII, 126, f. 729-730 (prêt de 237 217 écus 2/3 fait par Anne de Joyeuse et Marguerite de (...)

19Le jeune duc de Mercœur semble avoir été parfaitement intégré à la vie de la cour. Avec ses cousins, Guise et Mayenne, il accompagna le roi aux États généraux de Blois, à la fin de 1576, et siégea lors des séances d’ouverture et de clôture de l’assemblée42. Il apparaissait également en bonne place dans les divertissements organisés à l’occasion des fêtes célébrées à Paris. Lors du carnaval de 1580, il participa ainsi à une mascarade, vêtu à la reître, aux côtés du roi et du duc de Guise43. L’année suivante, il devait tenir une place de premier plan lors des festivités données à l’occasion des noces de sa sœur, Marguerite, avec le favori du roi, Anne de Joyeuse. Célébré en septembre 1581, ce mariage était destiné à pérenniser la paix en rapprochant la maison de Lorraine de la couronne. Il visait aussi à intégrer le favori à la familia royale, cette microsociété exemplaire que le souverain entendait réunir autour de lui44. Le contrat était très favorable à Mercœur, puisqu’il précisait que Marguerite renonçait à son profit à ses droits sur la succession familiale45. En contrepartie, Henri III offrait 400 000 écus aux mariés. Une moitié de ce don serait conservée dans un coffre placé chez le financier Hotman, dont le duc de Lorraine aurait la clé ; le reste serait payé dans les deux années à venir. Une partie de cette somme allait être prêtée au duc de Lorraine quelques mois plus tard46.

  • 47 Lucienne Colliard, « Tableaux représentant des bals à la cour des Valois », Gazette des Beaux-Arts (...)
  • 48 J. Boucher, Société et mentalités, op. cit., t. III, p. 1148 ; BnF ms. Fr 26170, f. 107 vo (compte (...)
  • 49 Jacques Lavaud, « Les noces de Joyeuse (Documents inédits) », Humanisme et Renaissance, t. II, no (...)
  • 50 Nicolas Le Roux, « The Politics of Festivals at the Court of the Last Valois », in Ronnie Mulryne (...)
  • 51 Balet Comique de la Royne, faict aux Nopces de Monsieur le Duc de Joyeuse et madamoyselle de Vaude (...)
  • 52 J. Boucher, Société et mentalités, op. cit., t. III, p. 1076 ; CSP Foreign, op. cit., t. XV, p. 34 (...)

20Mercœur apparaît sur le très célèbre tableau représentant un bal organisé sans doute à l’occasion des noces de Joyeuse, dont une version se trouve au Louvre et l’autre au château de Versailles. Somptueusement vêtu, il fait son entrée par la gauche de la scène, tandis que Joyeuse et Marguerite de Vaudémont entament une pavane au centre de l’image. La jeune femme qui se trouve à ses côtés est sans doute sa parente, Christine de Lorraine, la fille de Charles III de Lorraine et de Claude de France47. Le couple offre une sorte de pendant à celui des danseurs qui occupe le centre de la scène. Mercœur était en effet présent lors des spectacles organisés à l’occasion des noces de sa sœur. Le lendemain du mariage, on le remarqua au combat donné dans la grande salle de l’hôtel de Bourbon. Vêtu d’incarnat, il menait une bande qui affronta celle du roi pour libérer l’Amour retenu prisonnier48. Le 27 septembre, il offrit un festin au roi, à l’hôtel de Lorraine, rue du Roi de Sicile. Les ducs de Guise et de Nevers, et les cardinaux de Guise et de Bourbon firent de même au cours des jours suivants49. On atteignit le point d’orgue des festivités le 15 octobre, quand se déroula le Ballet comique de la reine. Ce spectacle total, associant théâtre, danse, musique et chant, exprimait la victoire de la raison sur les passions, l’établissement d’un règne de bonheur et de concorde sous l’égide d’une majesté royale pleinement rétablie50. À l’issue de la représentation, les grandes dames de la cour accomplirent une sorte de danse magique, imitant le mouvement des sphères célestes, destinée à instaurer l’harmonie dans le royaume. Elles offrirent ensuite des médailles aux princes de l’assistance. Sur celle que la reine Louise présenta à Henri III était figuré un dauphin, avec la devise « Delphinum ut delphinem rependat », car son vœu le plus cher était de lui donner un fils. Sur celle que la princesse Christine de Lorraine offrit à Mercœur était représentée une sirène, avec la devise « Siren Virtute haud blandior ulla est ». La duchesse de Mercœur donna au duc de Lorraine une image de Neptune avec la devise « Par mens invicta tridenti51 ». Deux jours après la représentation du Ballet comique, Mercœur devait encore participer à un combat symbolique organisé dans la cour du Louvre. Il y fit une apparition spectaculaire aux côtés du roi et de Guise : Henri III se trouvait sur un char en forme de navire, Guise chevauchait un Bellérophon et Mercœur conduisait un char à la romaine richement orné52.

  • 53 Il siégea neuf fois sur treize en janvier 1579, mais aucune fois en juillet ; il n’y figure pas no (...)
  • 54 BnF ms. Fr 16229, f. 128 et fr 16232, f. 10 et 35 vo (registres et transcriptions du conseil d’Éta (...)
  • 55 BnF ms. Fr 16231 ; Olivier Poncet, Pomponne de Bellièvre (1529-1607). Un homme d’État au temps des (...)
  • 56 CSP Foreign, op. cit., t. XIX, p. 308 (février 1585).

21Courtisan choyé, Mercœur n’avait pas encore l’étoffe d’un homme d’État. En tant que duc et pair, il portait pourtant le titre de conseiller du roi en ses conseils d’État et privé, et faisait quelques apparitions au Conseil lors de ses séjours à la cour. Au début de 1579, il était présent à la plupart des réunions du conseil d’État, mais au cours de l’été il n’y figurait plus53. On l’y rencontra encore une fois en mars 1584 et deux autres fois en avril, puis il disparut54. Il fut également présent de façon très épisodique au conseil des finances en 158255. En revanche, il n’entra jamais au conseil secret qui réunissait les plus proches conseillers du roi, et notamment les trois premiers gentilshommes de la chambre, Épernon, Joyeuse et Villequier, le secrétaire d’État Villeroy et le surintendant des finances Bellièvre, ces cinq personnages constituant, selon un observateur anglais, le véritable « conseil de la France56 ».

  • 57 « […] vous y estes plus particullierement obligé que ung aultre pour beaucoup de considerations qu (...)
  • 58 BnF ms. Fr 3306, f. 108 vo (Henri III à Mercœur, Mézières, 7 juillet 1583).
  • 59 CSP Foreign, op. cit., t. XV, p. 570 (Cobham à Walsingham, Paris, 20 mars 1582).
  • 60 Ibid., t. XV, p. 550 (Cobham à Walsingham, Paris, 12 mars 1582).
  • 61 Le roi lui promit la charge de colonel de la cavalerie légère de Piémont, qui ne conférait guère d (...)
  • 62 Correspondance du nonce […] Dandino, op. cit., p. 372 (Dandino au cardinal de Côme, Paris, 12 avri (...)

22À cette époque, Mercœur faisait incontestablement figure de fidèle du monarque. Henri III ne cachait pas qu’il considérait son jeune beau-frère comme l’une de ses créatures, et que, plus qu’aucun autre, celui-ci lui devait une fidélité parfaite57. Lors de ses déplacements, Mercœur donnait au roi de ses nouvelles, notamment quand il partait prendre les eaux avec son épouse, mais on ne note aucune chaleur particulière dans ces échanges épistolaires58. En revanche, il n’appartenait visiblement pas au réseau de la reine mère, et celle-ci ne correspondit pratiquement jamais avec lui. Il ne craignait pas de s’afficher avec les favoris, Épernon et Joyeuse, avec lesquels il formait un petit noyau de fidèles d’Henri III tous unis par des alliances59. Cependant, certaines tensions pouvaient exister entre les grands seigneurs de la cour. Mercœur espérait ainsi la prestigieuse dignité de connétable, que le duc de Guise et Anne de Joyeuse convoitaient également60. En définitive, le roi préféra laisser vacant ce grand office, mais il nomma Joyeuse amiral de France et Épernon colonel général de l’infanterie française. À défaut de charge militaire, Mercœur fut désigné comme gouverneur de Bretagne le 5 septembre 158261. Il allait enfin pouvoir apparaître comme un personnage de premier plan dans l’appareil d’État. Quelques années plus tôt, ses attentes avaient été déçues quand il avait vainement intrigué pour obtenir le gouvernement d’Ile-de-France, charge d’une importance politique considérable que le roi destinait à René de Villequier, l’un de ses plus anciens conseillers62.

  • 63 Dom Morice, Mémoires pour servir de preuves, op. cit., t. III, col. 1401-1403 (lettres de provisio (...)
  • 64 Antoine Pacault, « Grands seigneurs de cour et gentilshommes provinciaux en Bretagne entre 1550 et (...)
  • 65 En 1584, Mercœur recommanda ainsi le capitaine Ambroise Urbin pour la charge d’ingénieur et commis (...)

23Depuis 1569, le gouvernement de Bretagne était aux mains d’un vieux prince du sang, le duc de Montpensier, qui mourut le 23 septembre 1582. Bien qu’Henri III ait promis la survivance de ce gouvernement au petit-fils du duc, le tout jeune prince de Dombes, il choisit de confier la province à son propre beau-frère63. La nomination de Mercœur eut lieu au moment où le roi commençait à recomposer la trame de l’administration provinciale pour imposer ses créatures à la tête de réseaux de fidélité locaux. Au même moment, il plaçait ses favoris à la tête de gouvernements importants : Joyeuse en Normandie et Épernon à Metz. Désormais, Mercœur allait s’intéresser surtout à son gouvernement de Bretagne, et il fit son entrée solennelle à Nantes le 1er septembre 1583. Les États de la province comptaient sur lui pour défendre efficacement leurs intérêts à la cour, c’est pourquoi ils lui octroyèrent une pension importante, dont le montant crut avec les années : 12 000 livres tournois en 1582, 18 000 en 1585 et 19 500 en 158664. En tant que gouverneur, Mercœur recommandait au roi les hommes à qui il souhaitait faire attribuer les charges militaires de la province, mais Henri III, par souci d’économie, supprima un certain nombre de postes, ce qui diminuait d’autant le pouvoir de patronage du duc65. Aussi Mercœur veillait-il particulièrement à ce que son autorité ne soit pas rognée par d’autres officiers.

  • 66 F. A. Isambert et alii éd., Recueil général des anciennes lois françaises, Paris, 1821-1833, 29 vo (...)
  • 67 « […] je suis demeuré en mon otorité, où la Royne si est extremement affectionné et m’y a fait bea (...)
  • 68 Jacqueline Boucher, Deux épouses et reines à la fin du XVIe siècle : Louise de Lorraine et Marguer (...)
  • 69 BnF ms. Fr 3309, f. 8 (instructions d’Henri III à Montmorin, Paris, 29 mars 1585). Voir ce documen (...)

24Jaloux de ses prérogatives, il entendait exercer les fonctions d’amiral en Bretagne, alors qu’Anne de Joyeuse, son beau-frère, avait obtenu le grand office d’amiral de France le 1er juin 1582, dont les vastes responsabilités, précisées par l’édit de mars 1584, devaient s’étendre à toutes les provinces maritimes. L’autorité de Joyeuse portait non seulement sur le commandement de la flotte, mais aussi sur les ports, les fortifications côtières, l’armement des navires et la justice maritime, ce qui lui conférait un pouvoir de patronage considérable : il pouvait notamment nommer tous les officiers de justice dans les ressorts des amirautés de France et de Bretagne66. Au printemps de 1584, Mercœur et Joyeuse s’opposèrent violemment à ce sujet. Finalement, après l’intervention de la reine Louise en faveur de son frère, ils passèrent un accord par lequel Mercœur conservait l’essentiel des responsabilités navales dans son gouvernement67. L’incident déplut beaucoup au roi qui s’emporta même contre son épouse, l’accusant de s’opposer à sa volonté pour contenter ses frères, et il manifesta publiquement son mécontentement en refusant de saluer la duchesse de Mercœur68. Cet événement allait laisser des traces. Au moment du soulèvement ligueur, Henri III rappellerait encore son règlement favorable à Mercœur pour dissuader celui-ci de prendre les armes69.

  • 70 BnF ms. Fr 3321, f. 40 (articles accordés à MM. de La Hunaudaye et de Fontaines, pour la lieutenan (...)
  • 71 Dom Morice, Mémoires pour servir de preuves, op. cit., t. III, col. 1400-1401 (lettres de provisio (...)
  • 72 Le lieutenant de la compagnie était Mathieu de Bompart, sieur de Lornet, l’enseigne Georges Thomas (...)
  • 73 BnF ms. 500 Colbert 10, f. 20-21 (mémoire du sieur de La Hunaudaye adressé au roi, s.d.).
  • 74 C’est pourquoi les capitaines n’avaient de cesse d’obtenir du roi l’autorisation de faire la « mon (...)
  • 75 BnF ms. Fr 3379, f. 22 (La Hunaudaye au roi, Méjusseaume, 24 mai 1587).
  • 76 Par exemple, dans une lettre du 12 mars 1588, il recommandait au roi le sieur de La Julianaye, lie (...)
  • 77 En 1582, lors d’un passage à Paris, La Hunaudaye s’engagea aux côtés de Retz pour emprunter 2 000 (...)

25S’il jouissait d’une charge prestigieuse, Mercœur devait compter avec d’autres officiers en Bretagne, et notamment avec deux lieutenants généraux, dont les attributions avaient été précisées en 157870. René de Tournemine, baron de La Hunaudaye, représentait le roi dans les évêchés de Rennes, de Dol, de Saint-Brieuc et de Saint-Malo, sauf à Saint-Malo même. Désigné comme lieutenant général en 1575, ce descendant d’une vieille famille du Penthièvre était un soldat expérimenté71. Il commandait une compagnie d’ordonnance, principalement levée en Bretagne, sur la fidélité de laquelle il pouvait compter72, et, au moment du soulèvement ligueur, il ne manqua pas de faire savoir au roi qu’il s’était fait accompagner de ses cavaliers pour s’assurer de la ville de Rennes73. L’enseigne de la compagnie, Georges Thomas, sieur de La Caunelaye, qui était d’ailleurs chevalier de Saint-Michel, joua ainsi un rôle de premier plan à ses côtés durant les troubles. Pourtant, le paiement des compagnies d’ordonnance restait très irrégulier. Certaines pouvaient rester plusieurs années sans être autorisées à faire leur montre74. C’est pourquoi le lieutenant général devait intervenir auprès du roi pour lui rappeler combien il était important d’entretenir les fidélités dans la province en faisant inspecter et solder les troupes et en écrivant aux capitaines, car le risque était grand que les gentilshommes ne se laissassent « aller ça ny là à la devotion de voz contraires75 ». La Hunaudaye jouait ainsi un rôle essentiel de protecteur et d’intermédiaire auprès du roi pour les seigneurs bretons76. Par ailleurs, il entretenait de bonnes relations avec le duc de Retz, grand seigneur possessionné dans le sud de la province, qui était très lié à Catherine de Médicis77.

  • 78 Montre de la compagnie de Fontaines : BnF ms. Clair[ambault] 276, f. 4771-4781 (Sorigny, près de M (...)
  • 79 Georges de Bueil, sieur de Bouillé, portait les titres de chevalier de l’ordre, de conseiller au c (...)
  • 80 BnF ms. Fr 32866, p. 472-473 ; F. Vindry, Dictionnaire de l’état-major, op. cit., p. 106-107 ; Dom(...)
  • 81 Jean-Marie Constant, « Un modèle de “noblesse seconde” des pays ligériens : les du Bueil (Racan) » (...)

26Le second lieutenant général, Honorat du Bueil, sieur de Fontaines, avait la responsabilité des évêchés de Vannes, de Cornouaille, de Léon, de Tréguier et de la partie de l’évêché de Nantes qui ne relevait pas du département du duc de Retz, ainsi que de la ville et du château de Saint-Malo. À la différence de La Hunaudaye, Fontaines n’était pas breton : il venait de Touraine, et c’est dans cette province, ainsi que dans l’Anjou et le Maine voisins, que les cavaliers de sa compagnie étaient recrutés78. Il avait noué des liens étroits avec Charles IX, qui l’avait nommé chevalier de Saint-Michel en 1568, et Henri III lui accorda lui aussi toute sa confiance. Il succéda ainsi à son père, Georges79, comme lieutenant général en Bretagne en 1577, avant d’être reçu dans l’ordre du Saint-Esprit le 31 décembre 158380. Fontaines exerçait également la charge de gouverneur de Saint-Malo, où son frère cadet, Louis du Bueil, sieur de Racan, capitaine du Croisic, le représentait quand lui-même était retenu à la cour. Les Bueil offrent un bon exemple de ces lignages étroitement liés au pouvoir royal depuis la reconstruction militaire et politique du XVe siècle qui, à la différence des familles de la « noblesse seconde » des provinces frontalières, obtenaient des charges hors de leur région d’origine81.

  • 82 Dom Morice, Mémoires pour servir de preuves, op. cit., t. III, coll. 1442-1443 (lettres de nominat (...)
  • 83 Troïlus du Mesgoez était chevalier de Saint-Michel depuis 1569 au moins ; il figurait dans la Mais (...)
  • 84 L’évêque de Nantes siégea au conseil d’État en janvier et en octobre 1585, puis de nouveau à une r (...)

27D’autres seigneurs bretons entretenaient des contacts avec la cour, comme Troïlus du Mesgoez, sieur de La Roche, à l’époque gouverneur de Morlaix. Ce capitaine servit un moment le duc d’Anjou, mais il avait aussi établi des relations directes avec Henri III et Catherine de Médicis82. En 1576, le roi érigea d’ailleurs en marquisat sa seigneurie de La Roche, et deux ans plus tard il le nomma gouverneur et vice-roi des « Terre neuves » d’Amérique du Nord83. Enfin, Henri III correspondait régulièrement avec le premier président du parlement de Rennes, René de Bourgneuf, sieur de Cucé, ou encore avec l’évêque de Nantes, Philippe du Bec. Ce prélat siégeait d’ailleurs au conseil d’État quand il séjournait à Paris, et il avait participé à l’assemblée de Saint-Germain-en-Laye pendant l’hiver de 1583-158484.

  • 85 René de Lucinge, Lettres sur la cour d’Henri III en 1586, éd. A. Dufour, Genève, Droz, 1966, p. 27 (...)

28Bien qu’il pût se prévaloir des titres de sa femme pour imposer son autorité en Bretagne, il n’était pas évident pour Mercœur d’imposer son autorité dans une province où le pouvoir royal comptait déjà un réseau d’agents bien structuré. Sa charge de gouverneur était par ailleurs convoitée par d’autres grands seigneurs. Ainsi, en 1586, quand on rapporta à la cour la fausse nouvelle de sa mort, trois prétendants se placèrent aussitôt sur les rangs pour obtenir le commandement de la Bretagne : le duc d’Épernon, le duc de Longueville et le comte de Soissons85.

Les années de méfiance : le prince catholique et la crise de la Ligue

  • 86 Girolamo Ragazzoni évêque de Bergame nonce en France. Correspondance de sa Nonciature 1583-1586, é (...)
  • 87 J. Boucher, Société et mentalités, op. cit., t. IV, p. 1471-1472 et 1521 ; Jacques Hennequin, « Le (...)
  • 88 J. Boucher, Société et mentalités, op. cit., t. IV, p. 1427.
  • 89 Frances A. Yates, Les Académies en France au XVIe siècle [1947], trad. fr., Paris, PUF, 1996, p. 4 (...)

29Dès 1583, les autorités romaines considéraient Mercœur comme un prince très dévoué au Saint-Siège86. Comme sa sœur Louise, c’était un dévot dont la sensibilité religieuse aurait sans doute pu s’accorder avec celle du roi s’il n’avait pas été marqué par l’esprit de reconquête violente de l’unité religieuse qui était si enraciné dans la maison de Lorraine. Après sa mort, on exalta la figure d’un prince chrétien exemplaire, d’un héros tombé à la croisade, qui entendait la messe chaque jour, récitait le chapelet et l’office de la Vierge, se livrait régulièrement à l’examen de conscience et accordait des aumônes substantielles aux nécessiteux87. Mercœur n’était pas insensible aux formes de piété nouvelles prônées par les capucins et les minimes, et c’est d’ailleurs lui qui installa ces deux ordres à Nantes en 159088. Il faisait même partie de la confrérie de pénitents bleus, fondée par Henri III en 1583, dont le siège était l’Oratoire de Notre-Dame de vie saine dans le bois de Vincennes89. En revanche, il ne rejoignit pas l’étrange confrérie de la Mort, créée au printemps de 1585, dont les membres se réunissaient autour du monarque le vendredi pour se flageller en chantant le Miserere. À ce moment, il avait en effet rejoint le parti des opposants au roi.

  • 90 Girolamo Ragazzoni […]. Correspondance de sa Nonciature, op. cit., p. 286 (Ragazzoni au cardinal d (...)
  • 91 Ibid., p. 251 (Ragazzoni au cardinal de Côme, Paris, 14 mai 1584).

30Quand il quitta la cour, le 22 juillet 1584, pour rejoindre la Bretagne, Mercœur apparaissait comme l’un des principaux mécontents de la politique royale, avec les ducs de Nevers et de Mayenne90. Outre sa rivalité avec Joyeuse et sa déception après le refus du roi de lui accorder l’office de connétable, il semble que Mercœur ait été choqué par les menaces de répudiation qu’Henri III faisait peser sur la reine Louise, car celle-ci ne lui avait toujours pas donné d’héritier. La dignité des princes de la maison de Lorraine était menacée par ces rumeurs, car le renvoi d’une femme de leur famille aurait eu la valeur d’un déni de leur position honorable à la cour. Leur émotion était telle que Mercœur, de concert avec son frère, le cardinal de Vaudémont, et le duc de Guise, en fit part à un père jésuite – ce qui est en soi révélateur de son attachement aux ordres les plus engagés dans la réforme catholique et les plus liés à la papauté –, lequel rapporta la chose au nonce Ragazzoni91.

  • 92 René De Lucinge, « Le Miroir des princes ou grands de la France et un bref discours des trois Esta (...)
  • 93 La nouvelle de sa maladie était connue à la cour à la mi-septembre 1584. Mercœur était d’une santé (...)
  • 94 B. Taylor, « La Bretagne et la première révolte de la Ligue (1584-1585) », Mémoires de la Société (...)
  • 95 René De Lucinge, Lettres sur les débuts de la Ligue, 1585, éd. A. Dufour, Genève, Droz, 1964, p. 2 (...)

31Ces tensions ont pu pousser Mercœur à se joindre aux Guise, lorsqu’ils décidèrent de fonder une association opposée aux prétentions du roi de Navarre sur la couronne de France. La reine elle-même approuvait l’action de ses cousins, mais elle ne participa en aucune façon à l’organisation de l’union catholique et resta toujours fidèle à son époux, si bien que l’ambassadeur de Savoie, René de Lucinge, pouvait affirmer qu’« elle ayme la Ligue, mais c’est en façon qu’elle n’a moyen ny de leur nuyre, ny de leur proufficter92 ». Mercœur semble être resté un moment dans l’expectative avant de s’engager dans le mouvement. Malade d’une fièvre apparemment bien réelle93, il ne put se rendre à Nancy, en septembre 1584, où les Guise décidèrent de former cette nouvelle association94. Fin décembre, il n’était toujours pas représenté à Joinville, où les agents du cardinal de Bourbon et des Guise rencontrèrent les envoyés du roi d’Espagne dans le plus grand secret, mais au cours des mois suivants, il se rapprocha des champions du parti catholique. En mars 1585, il paraissait clair que le beau-frère du roi avait choisi son camp. Lucinge allait même le présenter comme l’un des principaux chefs de la Ligue, aux côtés de Guise, de Mayenne, d’Aumale et d’Elbeuf95.

  • 96 CSP Foreign, op. cit., t. XIX, p. 380 (dépêche de Stafford, 3 mars 1585).
  • 97 BnF ms. Ita 1734, f. 26 (dépêche de Dolfin, Paris, 2 avril 1585), cité par Xavier Le Person, « Pra (...)

32Comme le bruit courait que Mercœur faisait entrer des troupes en secret à Nantes96, le roi convoqua le cardinal de Vaudémont, à qui il se plaignit des déportements de son frère. Henri III lui aurait tenu un long discours « au sujet du peu de respect que lui portait le duc de Mercœur, son frère, qui était arrivé à la grandeur et à la richesse à cause de tant de faveurs que le roi lui avait faites97 ». Le cardinal partit ensuite pour Rome, où il s’employa à convaincre le pape de soutenir la Ligue, jusqu’à autoriser les Français à prendre les armes contre les commandements du roi si celui-ci ne s’engageait pas contre les huguenots.

  • 98 Les Rieux faisaient remonter leur généalogie à Robaldus de Rieux, vivant en 1021 : BnF D [ossiers] (...)
  • 99 Dans sa jeunesse, Anne de Sanzay, comte de La Magnanne, affronta les pirates barbaresques, contre (...)
  • 100 Sourdéac a laissé des mémoires, dans lesquels il évoque son engagement au service d’Henri IV, et q (...)

33Mercœur avait été prévenu par les agents des Guise qu’un soulèvement général était programmé pour le 18 avril. De son côté, il s’assura facilement des villes de Fougères et de Redon. En Basse Bretagne, il pouvait compter sur les frères Rieux, Guy (1548-1591), sieur de Chasteauneuf, capitaine expérimenté qui commandait à Brest, et René (v. 1549-1628), sieur de Sourdéac98. Il fut également rejoint par le comte de La Magnanne, un aventurier d’origine poitevine animé sans doute plus par l’esprit de prédation que par le souci de défendre la cause catholique99. Cependant, l’attachement de ces hommes à la Ligue restait fragile : les Rieux rentrèrent dans le giron royal au cours des années suivantes, de même que La Magnanne, après moult mésaventures100.

  • 101 Lettres d’Henri III à Mercœur : BnF ms. Fr 3310, f. 23 vo-24 (Paris, 1er mars 1585) – cf. Lettres (...)
  • 102 BnF ms. Fr 3309, f. 7 vo (instructions d’Henri III à Montmorin, Paris, 29 mars 1585). Voir ce docu (...)

34Convaincu de la connivence entre Mercœur et les Guise, Henri III commanda à son beau-frère de l’éclaircir sur la situation en Bretagne, et il envoya auprès de lui un messager, le premier écuyer de la reine Louise, Gaspard de Montmorin101. Le choix de ce personnage peut être compris comme un gage de bonne volonté à l’égard de Mercœur, qui l’avait certainement rencontré dans l’entourage de sa sœur. Montmorin était chargé de rappeler au duc l’affection que le roi lui portait et, en retour, les obligations de fidélité qui l’attachaient au monarque102. Il devait également lui faire part de la décision du souverain de négocier avec les Guise par l’intermédiaire de la reine mère, qui se rendait à Épernay pour les rencontrer. Henri III ne doutait pas de la bonne issue de cette rencontre et du souci des princes de se comporter en bons serviteurs de la couronne. À ses yeux, leur honneur en dépendait.

  • 103 Les magistrats du parlement de Rennes et l’évêque de Nantes furent également sollicités par courri (...)

35Montmorin allait aussi s’assurer de la loyauté du commandant du château de Nantes, le capitaine Gassion, et conférer avec l’évêque Philippe du Bec, sur lequel le monarque comptait pour conforter Mercœur dans la fidélité qu’il lui devait. Le prélat serait chargé, tout spécialement, de calmer les ardeurs belliqueuses du duc, et de le dissuader de se rendre à Rennes et à Saint-Malo, car on craignait qu’il n’y fomente des troubles103.

  • 104 BnF ms. 500 Colbert 9, f. 214 (Philippe du Bec, évêque de Nantes, au roi, Nantes, 7 avril 1585). V (...)

36L’évêque de Nantes ne faillit pas à sa mission et, au début d’avril, il adressa au roi une longue lettre où il dressait le bilan de la situation. Il y notait que Mercœur tenait Nantes à sa dévotion, puisqu’il contrôlait le château, tout en se voulant rassurant : le gouverneur ne pouvait que « bien user » de sa puissance. Mais Philippe du Bec ne craignait pas de faire au roi des recommandations, voire des remontrances. Il estimait qu’on avait trop tardé à prendre des mesures d’apaisement, et qu’il fallait à présent agir avec « prudence et bonté », et non user de la seule force pour préserver le calme dans la province104. À en croire l’évêque, le « malcontentement » de Mercœur, qui confinait au désespoir, s’expliquait par l’ordre donné au marquis de La Roche, gouverneur de Morlaix, de lui refuser l’entrée dans les places de son gouvernement. Aussi fallait-il à présent regagner sa confiance en lui adressant de fréquentes dépêches dans lesquelles le roi lui témoignerait de sa confiance.

  • 105 BnF ms. Fr 3309, f. 9 vo-10 (Henri III à La Roche-Coërtarmoal et à La Hunaudaye, Paris, 29 mars 15 (...)
  • 106 René Marec, sieur de Montbarot, appartenait à une famille dont la généalogie remontait au début du (...)
  • 107 BnF ms. 500 Colbert 9, f. 246-247 (Mercœur au roi, s.l.n.d. [mai 1585]). Voir ce document en annex (...)

37Au même moment, les troupes royales commençaient à se mobiliser sous les ordres de La Hunaudaye et de La Roche. Ces officiers étaient chargés de conforter les nobles de la province dans leurs dispositions d’obéissance, en leur assurant que leur souverain saurait faire la différence entre ceux qui le servaient fidèlement et « ceulx qui prendront party ailleurs105 ». La récompense était promise aux premiers et la punition aux seconds. Le soulèvement avait bien commencé pour Mercœur, mais il apparaissait désormais clairement qu’il ne parviendrait pas à s’emparer de toutes les places de la province. S’il s’était assuré du château de Nantes et des villes de Morlaix, de Redon et de Fougères, il ne réussit pas en revanche à prendre possession de Rennes, où le gouverneur, Montbarot, se montrait très vigilant106. Il ne put s’imposer non plus à Saint-Malo, où Racan, le frère de Fontaines, s’installa avec ses hommes à la fin d’avril. Dans ces circonstances, le gouverneur de Bretagne finit par adresser au roi une lettre où il faisait savoir qu’il n’avait jamais eu l’intention de trahir la fidélité qu’il lui devait, mais qu’il se sentait « obligé de droit divin » de combattre les hérétiques107.

  • 108 B. Taylor, « La Bretagne et la première révolte de la Ligue », art. cité, p. 52.

38Mercœur ne participa pas aux négociations de paix menées par Catherine de Médicis avec les Guise. Il fit néanmoins part de ses exigences au duc de Guise, mais celui-ci ne put obtenir les deux villes bretonnes (Nantes et Saint-Malo) et les places du Bas Poitou et de Normandie qu’il convoitait108.

  • 109 BnF ms. Fr 3370, f. 68 (« Ce qui a esté advisé en la conferance faicte le vendredy, dernier jour d (...)
  • 110 BnF ms. Fr 3309, f. 13 ro-vo (Henri III à La Hunaudaye, Paris, 24 juillet 1585). Il existe une cop (...)
  • 111 BnF ms. Fr 3309, f. 28 vo (Henri III à La Hunaudaye, Paris, 24 août 1585) ; BnF ms. Fr 3394, f. 14 (...)

39Fin mai, on lui proposa de choisir entre Nantes et Saint-Malo d’une part, et entre Brest, Concarneau et Fougères d’autre part, mais les princes insistèrent pour qu’il reçoive la ville et le château de Nantes, et Saint-Malo ou Dinan109. Finalement, les ambitions de Mercœur furent revues à la baisse, car son absence lors des négociations lui portait préjudice. En vertu de l’édit de Nemours, signé par le roi le 7 juillet 1585, il dut se contenter de Dinan et de Concarneau (« Concq »), ainsi que de l’entretien de sa garde personnelle de trente cavaliers. Les habitants de Dinan, craignant pour leur sécurité, refusèrent d’accueillir le duc, si bien que le roi dut enjoindre La Hunaudaye de faire appliquer l’édit dans la ville110. Bon nombre de protestants bretons s’exilèrent alors en Angleterre, d’autres abjurèrent, et certains se placèrent sous la protection de La Hunaudaye111.

  • 112 BnF ms. Fr 3309, f. 31 (Henri III à Mercœur, Paris, 3 [septembre] 1585).
  • 113 BnF ms. Fr 3309, f. 45 (Henri III à Mercœur, Paris, 10 octobre 1585).

40Si l’édit était respecté et si les ligueurs déposaient effectivement les armes, Henri III pouvait espérer rétablir son autorité. Aussi commanda-t-il à Mercœur, comme aux autres princes catholiques, de licencier les troupes qu’il avait installées dans les principales places fortes, notamment à Nantes, à Fougères et à Redon, et de démanteler les fortifications élevées depuis la reprise des troubles112. Afin d’apaiser les esprits, le roi releva de ses fonctions le gouverneur de Fougères, le sieur de La Mazelière, qui était en procès avec les habitants, pour le remplacer par un homme de confiance, le sieur de Crevay, gentilhomme ordinaire de la chambre, bien que, et il s’en excusait, celui-ci ne fut pas originaire de la région113. Par la suite, cette place stratégique fut confiée à un autre fidèle du roi, le marquis de La Roche, qui quitta alors Morlaix.

  • 114 BnF ms. Fr 3309, f. 27 vo et f. 50 (Henri III à Mercœur, Paris, 24 août et 21 octobre 1585). En 15 (...)
  • 115 BnF ms. 500 Colbert 10, f. 290-292 (remontrances des trois états de Bretagne, faites en l’assemblé (...)

41C’est dans ce contexte que les États de Bretagne se réunirent. Les députés firent difficulté pour la levée des 18 500 écus demandés par le roi pour la solde des troupes de la province. Au cours des années suivantes, ils continuèrent à résister aux exigences financières du monarque, même quand il s’agissait d’entretenir des soldats ou d’armer des navires destinés à assurer la sécurité des côtes et du commerce maritime114. Ceci ne les empêchait pas pour autant de rappeler au souverain son devoir de défendre « la vraie et antienne relligion » qui constituait à leurs yeux « le principal moien et bien qui sur tout retient les hommes en l’obeissance de Dieu et des roys, et qu’il n’y a chose qui plus maintienne les Estatz et republicques que l’union d’icelle comme principal fondement de la puissance des monarques115 ».

  • 116 Lucinge, Lettres sur les débuts de la Ligue, op. cit., p. 166 (Paris, 8 août 1585).

42En dépit de ses déclarations de loyauté envers la couronne, il semble que Mercœur ait noué des contacts avec le roi d’Espagne dès l’été de 1585. Le Savoyard Lucinge, toujours avide de rumeurs, assure qu’il envoya plusieurs de ses serviteurs au-delà des Pyrénées, où il aurait obtenu de grandes sommes d’argent116. En échange, il promit à Philippe II de lui livrer dom Antonio, son compétiteur pour la couronne de Portugal, qui se séjournait à Beauvoir-sur-Mer, non loin de Nantes, chez Françoise de Rohan. Une entreprise fut effectivement ourdie contre dom Antonio, mais celui-ci parvint à se réfugier à La Rochelle.

  • 117 Aubigné, Histoire universelle, op. cit., t. VI, p. 195-199.
  • 118 Lucinge, Lettres sur les débuts de la Ligue, op. cit., p. 191 (Paris, 20 septembre 1585) ; Girolam (...)
  • 119 Lucinge, Lettres sur les débuts de la Ligue, op. cit., p. 193 (Paris, 26 septembre 1585) ; BnF ms. (...)
  • 120 Lucinge, Lettres sur les débuts de la Ligue, op. cit., p. 199 (Paris, 2 octobre 1585).
  • 121 BnF ms. Fr 3364, f. 124 (Mercœur à Nevers, Étampes, 27 septembre [1585]).

43En août, Mercœur descendit en Poitou pour s’opposer aux menées du prince de Condé, mais il se fit surprendre aux Loges, dans les faubourgs de Fontenay-le-Comte, où il ne dut son salut qu’à une retraite précipitée117. Les huguenots allaient désormais le surnommer « Monsieur de Reculle ». Brantôme, peu charitable avec le ligueur vaincu, rapporte l’anecdote dans son livre sur les grands capitaines. Peu après cet échec, Mercœur fit sa réapparition à la cour. Le monarque séjournait alors à son oratoire du bois de Vincennes, où il faisait ses dévotions. Conduit par le cardinal de Guise, le duc se présenta en habit de pénitent, et le roi lui fit bon accueil118. Il est possible qu’Henri III ait alors tenté d’utiliser Mercœur comme un intermédiaire entre le parti lorrain et son propre favori, le duc d’Épernon, pour apaiser les tensions qui les opposaient. De fait, Mercœur invita Épernon et Mayenne à dîner chez lui, mais cette tentative de rapprochement n’eut guère de suite119. Le souverain intervint peut-être également en faveur de l’un des jeunes frères de Mercœur, François, marquis de Chaussin, qui devait épouser la fille d’un grand seigneur bourguignon, le comte de Charny120. Ceci n’empêcha pas Mercœur de poursuivre ses relations épistolaires avec les principaux membres de la Ligue. Sur le chemin de la Bretagne, il envoya ainsi un petit billet au duc de Nevers, dans lequel il évoquait à mots couverts les importantes « affaires » dont celui-ci s’était entretenu avec le cardinal de Guise et le duc de Mayenne121.

  • 122 Lucinge, Lettres sur les débuts de la Ligue, op. cit., p. 223 (Paris, 28 octobre 1585).
  • 123 Sur la situation en Anjou, voir Laurent Bourquin, Les Nobles, la ville et le roi. L’autorité nobil (...)
  • 124 Lucinge, Lettres sur la cour d’Henri III, op. cit., p. 171 (Paris, 7 mai 1586).
  • 125 Lucinge, Lettres sur les débuts de la Ligue, op. cit., p. 255 et 278 (Paris, 2 et 19 décembre 1585 (...)
  • 126 Aubigné, Histoire universelle, op. cit., t. VII, p. 299.

44De retour dans son gouvernement, il mobilisa des forces pour s’engager dans les opérations contre les huguenots122. Si la Bretagne était dans l’ensemble relativement paisible, les protestants se montraient néanmoins menaçants du côté de Nantes. Condé était près d’Angers et les Rochelais n’hésitaient pas à pratiquer la guerre de course123. Aussi Mercœur devait-il rester vigilant. Le principal notable protestant de la région était René, vicomte de Rohan, que Lucinge présente comme « un seigneur puissant de moyens, authorité et crédict en Poictou et Bretagne124 ». Mercœur se dirigea d’abord sur Vitré, puis il attaqua le château de Blain, au nord-ouest de Nantes, qui appartenait à Rohan, mais celui-ci parvint à s’échapper et à se réfugier à La Rochelle, où il mourut quelques mois plus tard125. Mercœur restait cependant maître de Blain, où il laissa l’un de ses hommes126.

45Cette victoire ne doit pas cacher que Mercœur n’était assurément pas le plus brillant des capitaines de la Ligue. Dans le « Miroir des princes », ce long rapport sur les affaires françaises composé par Lucinge à la fin de 1586, il n’apparaît pas comme l’un des acteurs majeurs de la politique du royaume, à la différence des autres princes lorrains. De fait, il se contentait d’actions de petite envergure sur les marges de son gouvernement. Sa tâche principale consistait en la surveillance de la Loire, car les huguenots cherchaient à s’assurer des points de passage sur le fleuve. Il envoya ainsi des troupes pour reprendre le château d’Angers, quand les agents de Condé s’en emparèrent.

  • 127 BnF ms. Fr 3310, f. 53 vo (Henri III au premier président Cucé, Paris, 22 mars 1586).

46La crise de la Ligue a dessiné une ligne de faille séparant Mercœur de ses lieutenants généraux, qui le regardaient désormais avec suspicion. Henri III fut même obligé de faire rappeler à Mercœur, par l’entremise du premier président du parlement de Rennes, qu’il avait le devoir d’entretenir de bonnes relations avec les autres officiers de la province : « Quant à ce que m’escrivez de mon beau frère le duc de Mercueur, je seray tousjours bien aise qu’il y aict une bonne intelligence entre luy et les sieurs de La Hunaudaye et de Fontaines en ce qui est du bien de mon service ; mais aussy ne fault il pas qu’il delaisse à les aymer, ny mes aultres serviteurs, pour ce qu’ilz m’ont faict service durant ses derniers remuemens, car c’est à luy à aymer ceulx que j’ayme et oublier le premier le passé127. »

  • 128 BnF ms. Fr 3310, f. 80 vo (instructions d’Henri III à son valet Monchastre, s’en allant en Bretagn (...)
  • 129 Aubigné, Histoire universelle, op. cit., t. VII, p. 298.
  • 130 BnF ms. Fr 3379, f. 24 (La Hunaudaye au roi, Vitré, 9 juin 1587). Voir ce document en annexe.
  • 131 BnF ms. Fr 3394, f. 34 (Henri III à Mercœur, 16 juillet 1587) et Fr 3396, f. 32 (Mercœur au roi, a (...)
  • 132 BnF ms. Fr 3379, f. 88 (La Hunaudaye au roi, La Hunaudaye, 16 novembre 1587). Voir ce document en (...)

47Pour restaurer la confiance entre Mercœur et les officiers bretons, le roi commanda à ceux-ci de rejoindre leur gouverneur et de se placer sous ses ordres128. Cependant, La Hunaudaye continuait de se méfier de Mercœur. Quand il adressa au roi un rapport sur la situation de la ville de Vitré, place stratégique qu’on pouvait qualifier de « frontière de Bretagne129 », où il demandait l’autorisation d’entretenir une garnison spéciale, il supplia Henri III de ne pas en référer à Mercœur. À l’en croire, celui-ci négligeait volontairement de faire payer les troupes royales. En 1587, La Hunaudaye allait même jusqu’à supplier le souverain de commander à Mercœur de ne rien entreprendre contre la ville130. Henri III plaça un homme de confiance comme gouverneur de Vitré, le sieur d’Alègre, un capitaine qu’il considérait comme son « affectionné serviteur et bon cathollicque », mais Mercœur fit des difficultés pour le recevoir131. La Hunaudaye surveillait également de très près la situation à Rennes. Il craignait notamment que les officiers de la milice puissent être gagnés par les idées séditieuses véhiculées par des agents ligueurs venus de Paris132.

  • 133 Lucinge, « Le Miroir des princes », op. cit., p. 145. Au printemps, Lucinge assurait déjà que Merc (...)
  • 134 René de Lucinge, Lettres de 1587 : l’année des reîtres, éd. J. Supple, Genève, Droz, 1994, p. 92 e (...)
  • 135 Journal de L’Estoile pour le règne de Henri III, op. cit., p. 487-488.
  • 136 Lucinge note que Mercœur est reparti en Bretagne le 2 mai, car les huguenots se sont emparés d’une (...)
  • 137 BnF ms. Fr 15574, f. 23 (Henri III à Mercœur, [Paris], 23 avril 1587).
  • 138 BnF ms. Fr 15574, f. 24 (Brulart à Mercœur, Paris, 24 avril 1587).

48À la fin de 1586, Henri III pensait sans doute avoir reconquis l’obéissance de Mercœur. Lucinge va jusqu’à affirmer que celui-ci aurait juré au roi qu’il ne suivrait désormais « autre fortune que la sienne133 ». Pourtant, il semble bien que le jeune prince se soit de nouveau rapproché des Guise au cours de l’hiver et, à partir de mars 1587, l’ambassadeur de Savoie le range de nouveau parmi les partisans de la Ligue, avec son frère le cardinal de Vaudémont134. Mercœur se trouvait ainsi à la cour quand on apprit la mort de Marie Stuart. Avec les ducs de Guise, de Mayenne et d’Elbeuf, il porta le grand deuil lors de la cérémonie funéraire célébrée à Notre-Dame de Paris, le 13 mars135. Au cours des semaines suivantes, les menaces protestantes se précisèrent ; on attendait l’offensive des mercenaires allemands engagés par le roi de Navarre. Mercœur dut se consacrer de nouveau à la mise en défense du sud de la Bretagne136. Henri III le félicita d’ailleurs des dispositions qu’il y avait prises, soulignant la confiance qu’il lui faisait et déclarant vouloir lui parler franchement, sans rien lui « desguiser137 ». Pour sa part, le secrétaire d’État Brulart lui envoya un billet dans lequel il évoquait les négociations entamées par la reine mère avec les Guise, en insistant sur la nécessité qui s’imposait aux « gens de bien » de rétablir la paix138.

  • 139 Lucinge, Lettres de 1587, op. cit., p. 190 (Paris, 2 juin 1587).

49Bien qu’il ait continué à entretenir des relations relativement bonnes avec Henri III, Mercœur ne reçut aucune responsabilité militaire de premier plan quand fut programmée une vaste offensive contre les huguenots, alors qu’Anne de Joyeuse devait prendre la tête d’une forte troupe qui se porterait à la rencontre d’Henri de Navarre dans le Sud-Ouest. Le gouverneur de Bretagne en fut « picqué », car le roi lui avait laissé espérer le commandement de cette armée139. Cette déception allait renforcer son attachement à la Ligue.

  • 140 BnF ms. Fr 3370, f. 61-62 (Mercœur au roi, s.l., 12 juin [1587 ?]). Voir ce document en annexe.
  • 141 BnF ms. Fr 3394, f. 33 vo (Henri III à La Hunaudaye, 16 juillet 1587). Voir ce document en annexe.
  • 142 BnF ms. Fr 3394, f. 15 (Henri III à La Hunaudaye, Paris, 18 avril 1587).

50Par ailleurs, les tensions entre Mercœur et La Hunaudaye ne cessaient de se renforcer. Le premier accusait le second d’être à la solde des ennemis, et de vouloir leur livrer Vitré. Il adressa d’ailleurs au roi une missive dans laquelle il se répandait en invectives contre La Hunaudaye, et se disait prêt à défendre coûte que coûte son honneur bafoué140. Mais Henri III ne suivit pas les recommandations de son beau-frère, et il continua de faire confiance à La Hunaudaye à qui il écrivait régulièrement pour le féliciter des mesures qu’il prenait, bien qu’elles déplussent à Mercœur141. Il se disait certain de sa fidélité, car il n’écoutait pas les « desguisementz de verité et faulx-bruictz » que faisaient courir les « mal affectionnez » à son service. Il faisait également savoir à La Hunaudaye qu’il avait bien entendu ses doléances concernant un personnage qui favorisait en sous-main ses adversaires : « Et quant à celluy qui faict courir ses faulx et manteurs bruictz, que seriez d’advis pour ceste occasion que je revocquasse de mon pais de Bretaigne, je y donneray incontinant ordre142. » Il ne s’agissait sans doute pas de Mercœur, mais il est fort probable que celui-ci ait encouragé les prédicateurs et les agents ligueurs présents dans les villes.

  • 143 Lucinge, Lettres de 1587, op. cit., p. 201 (Paris, 8 juin 1587).
  • 144 Ibid., p. 310 (Paris, 2 octobre 1587) ; Sully, Les Œconomies royales, éd. D. Buisseret et B. Barbi (...)

51Avec les troupes levées dans sa province, Mercœur quitta son gouvernement pour se porter sur Fontenay-le-Comte, place dont Navarre avait commencé le siège143. Était-il à la recherche d’un exploit militaire pour rivaliser avec son beau-frère Joyeuse ? De son côté, celui-ci se livrait à une guerre totale, faisant passer au fil de l’épée les garnisons des places dont il s’emparait, surenchère qui visait peut-être à assurer sa prééminence sur les autres capitaines catholiques. On s’affrontait à présent aux confins du Poitou et de l’Anjou. Certains contingents huguenots n’hésitaient pas à aller reconnaître les berges de la Loire, si bien qu’à la fin septembre 1587, Mercœur, qui se rendait à Tours, tomba dans une embuscade tendue par le comte de Soissons aux Rosiers, entre Saumur et Angers. Soissons, jeune prince du sang catholique, venait de quitter la cour pour rejoindre son cousin Henri de Bourbon. L’assaut fut si vigoureusement mené que Mercœur perdit tout son bagage, et les huguenots repartirent nantis d’un grand butin144. C’était la seconde fois que Mercœur était humilié par les partisans du roi de Navarre.

  • 145 AN MC XC, 150 (acte du 15 novembre 1588).
  • 146 Lucinge, Lettres de 1587, op. cit., p. 373 (Paris, 30 novembre 1587).
  • 147 AN MC VIII, 401, f. 56-60 (contrat passé le 18 janvier 1588, par lequel le duc et la duchesse de M (...)

52En ne recevant pas le commandement de l’armée de Poitou, Mercœur eut finalement la chance d’échapper à une débâcle militaire complète. Joyeuse fut en effet battu à Coutras, où il trouva la mort. Sa veuve, Marguerite de Vaudémont, allait désormais vivre dans l’hôtel de Mercœur à Paris qui restait inoccupé tant que son frère résidait en Bretagne145. De son côté, Mercœur dut rejoindre l’armée du roi quand celui-ci prit la tête du contingent qui devait opérer dans le centre du royaume. Ceci prouve-t-il qu’Henri III le tenait encore comme l’un de ses fidèles, ou plutôt qu’il espérait le désolidariser des Guise en le gardant à ses côtés ? Le souverain sépara ses forces en trois contingents confiés respectivement à Nemours, à Épernon et à Mercœur146. À l’issue de cette campagne, ce dernier réapparut à Paris, au début de 1588 pour régler les affaires financières de sa maison, avant de repartir en Bretagne147.

  • 148 Dom Morice, Mémoires pour servir de preuves, op. cit., t. III, col. 1487-1488 (déclaration en fave (...)
  • 149 BnF ms. Fr 3956, f. 30 vo (instruction à l’évêque du Mans allant vers le pape, 1589).

53L’année 1588 vit les oppositions à Henri III se radicaliser. Le roi se trouvait écartelé entre les exigences des ligueurs, la menace militaire que représentaient les huguenots, et l’affection qu’il portait à son favori, le duc d’Épernon. Contraint de chasser celui-ci, après la journée des Barricades, le souverain concéda aux ligueurs la publication d’un nouvel édit, en juillet, qui réaffirmait la politique d’exclusivisme catholique et confirmait l’exclusion du roi de Navarre de la succession à la couronne. Dans ce contexte, Henri III put chercher à regagner la fidélité de Mercœur. C’est pourquoi il accepta de casser les articles concernant la juridiction de l’amiral de France en Bretagne autrefois accordés à Anne de Joyeuse148. Désormais, Mercœur était l’unique maître de l’administration maritime dans son gouvernement. Le roi proposa également de donner la charge de grand prieur de France dans l’ordre de Malte au marquis de Chaussin, le frère cadet de Mercœur, jusqu’alors détenue par le jeune Charles de Valois, fils naturel de Charles IX149.

  • 150 A[rchivo] G[eneral de] S[imancas] (microfilms aux Archives Nationales), K 1568, no 104 d (Guise à (...)
  • 151 Aubigné, Histoire universelle, op. cit., t. VII, p. 281.
  • 152 Gustave Baguenault de Puchesse, « Le duc de Mercœur et Henri III », Bulletin historique et philolo (...)

54Cependant, Mercœur était à présent considéré comme un membre actif de l’union catholique, et le duc de Guise le traitait ouvertement comme son allié, voire comme son subalterne. Il lui demanda notamment de favoriser le passage d’agents espagnols qui devaient s’embarquer à Nantes150. À en croire Agrippa d’Aubigné, qui n’est pas forcément fiable, il lui aurait même commandé de se rendre en Poitou pour y repousser les huguenots avant que l’armée royale, désormais confiée au duc de Nevers, ne se mette en route151. Prudent, Mercœur se présentait toujours comme un fidèle agent du roi, et il alla même jusqu’à soumettre à Henri III un plan de campagne dans lequel il insistait sur la nécessité de faire porter l’effort militaire sur le Bas Poitou. Il suggérait notamment de réduire en priorité les places de La Garnache, Montaigu et Beauvoir-sur-Mer, pour empêcher les ennemis de menacer le trafic sur la Loire et les approvisionnements en sel152.

La déchirure

  • 153 Lettres de Mercœur à Nevers : BnF ms. Fr 3407, f. 89 (Nantes, 1er novembre 1588), Fr 3414, f. 17, (...)
  • 154 BnF ms. Fr 3414, f. 30 (Mercœur à Nevers, [Nantes], 19 janvier [1589]).

55Les lettres adressées par Mercœur au duc de Nevers permettent de suivre l’évolution de sa position au cours des premières semaines de 1589. On sait ainsi qu’il refusa d’envoyer non seulement de l’argent, des forces et des munitions, mais aussi des vivres, à l’armée qui combattait en Poitou, pour ne pas affaiblir sa position personnelle153. Il demanda même à Nevers de lui renvoyer les pièces d’artillerie fournies par les villes de son gouvernement, car la défense des places bretonnes lui apparaissait comme primordiale. Bien qu’il se déclarât le serviteur « très humble et obéissant » de Nevers, Mercœur ne prit pas la peine de venir à sa rencontre quand celui-ci, après avoir quitté ses troupes pour se rendre à Blois, passa non loin de Nantes, et il se contenta de lui envoyer l’un de ses gentilshommes, Laurent Tornabuoni154. Peut-être craignait-il pour sa sécurité personnelle. Quelques jours plus tôt, le duc de Guise et son frère le cardinal avaient été mis à mort à Blois.

  • 155 BnF ms. Fr 3422, f. 76 (Mercœur à Nevers, Nantes, 8 janvier 1589). Une transcription légèrement di (...)
  • 156 BnF ms. Fr 3422, f. 78 (Mercœur à Nevers, Nantes, 9 janvier 1589) ; F. Joüon Des Longrais, art. ci (...)
  • 157 BnF ms. Fr 3414, f. 15 (Mercœur à Nevers, Nantes, 2 janvier [1589]).
  • 158 BnF ms. Fr 3414, f. 46 (Mercœur à Nevers, Nantes, 10 mars 1589).

56À partir de cet événement rupture, Mercœur n’eut de cesse de renforcer sa puissance militaire. Le 8 janvier, il décrivit à Nevers les conséquences des exécutions de Blois sur les ardeurs belliqueuses des gentilshommes bretons : « […] l’accident dernierement arrivé à Blois a tellement desdegné et refroydy la noblesse qu’il est fort difficille de les faire monter à cheval, joint que ce malheur aporte tant de deffiance que sy je mestois nombre de mes amys à cheval, cela pourroit donner subjet de trouble en ceste province et faire mettre aux champs plusieurs qui n’en chercheront que les occasions pour, soubz le pretexte du roy, favoriser les heretiques155. » Le lendemain, il devait évoquer de nouveau « le refroidissement qu’il y a parmy la noblesse depuis cet accident156 ». Au cours des semaines suivantes, Mercœur continua de mobiliser ses troupes autour de Nantes. La nécessité de défendre la religion catholique revient sans relâche dans son courrier. Son vocabulaire est celui d’un homme convaincu de la justesse de son combat contre les hérétiques157. À ses yeux, la « seulle puissance divine » semblait désormais à même de prendre la défense de « l’honneur de l’Église tant afligée158 ».

  • 159 F. A. Isambert, Recueil général des anciennes lois, op. cit., t. XIV, p. 635-643 (déclaration du r (...)
  • 160 BnF ms. Fr 3996, f. 62 vo (serments à l’Union du duc de Mayenne et du comte de Chaligny, 16 févrie (...)
  • 161 BnF ms. PO 1750 (Lorraine), f. 269 (quittance du comte de Chaligny pour la somme de 1 000 écus à l (...)

57Le monarque pouvait encore espérer que son beau-frère conserverait une attitude prudente. Il est à noter que Mercœur ne figure pas parmi les criminels de lèse-majesté condamnés officiellement en février, à savoir le duc de Mayenne et ses cousins le duc d’Aumale et le chevalier d’Aumale159. Le demi-frère de Mercœur, le comte de Chaligny, n’était pas non plus sur la liste des rebelles, alors qu’il s’était rendu à Paris où il avait juré fidélité à l’Union en même temps que le duc de Mayenne160. L’engagement de ce jeune prince ne faiblit pas au cours des mois suivants et il devait même obtenir une gratification des autorités ligueuses pour son entretien à la suite de l’armée catholique161.

  • 162 BnF ms. Fr 3641, f. 25 (Mendoza à Philippe II, Paris, 21 avril 1589).
  • 163 C’est ce que soutient le sénéchal de Vitré : BnF ms. Fr 3861, f. 171 vo (« Mémoires de M. de Montm (...)
  • 164 Sigismond Ropartz, La journée des Barricades et la Ligue à Rennes. Mars et avril 1589. D’après des (...)
  • 165 « Lettres inédites du duc de Mercœur et des rois Henri III et Henri IV aux habitants de Rennes en (...)

58À ce moment, les observateurs ne voyaient toujours pas Mercœur comme un personnage susceptible de jouer un rôle d’envergure. L’ambassadeur espagnol, Mendoza, le jugeait même beaucoup trop mou162. Pourtant, il allait gagner à sa cause la plupart des villes de son gouvernement. Le 2 mars, il ne craignit pas d’appréhender le premier président du parlement de Rennes, Claude Faucon, sieur de Ris, qui revenait de la cour avec son fils et son gendre, et qui était peut-être porteur de propositions de conciliation163. Dans le parti royal, l’inquiétude fut d’autant plus grande qu’on ignora pendant un moment le sort qui avait été réservé aux prisonniers. Henri III devait voir dans cet attentat une sorte de déclaration de guerre, comme il le fit savoir aux habitants de Rennes : « Nostre dict beau frère ayant faict arrester […] le sieur de Ris, premier président de ma Court, et plusieurs aultres de mes serviteurs, je ne puis juger de tels déportements que une mauvaise volonté et intencion à ce qui est de mon service164. » Pour sa part, Mercœur ne tenta pas de se justifier auprès des Rennais, comme en témoigne la phrase suivante, tirée de la lettre qu’il leur adressa le 11 avril : « Quant au president de Rys, je n’ay point à vous en rendre conte, en ayant faict réponse à Sa Majesté, dont je ne me veulx amuser à vous eclaircir165. »

  • 166 Les évêques royalistes étaient ceux de Nantes et de Tréguier.
  • 167 Journal de L’Estoile pour le règne de Henri III, op. cit., p. 611-612.
  • 168 Elie Barnavi, Le Parti de Dieu. Étude sociale et politique des chefs de la Ligue parisienne, 1585- (...)

59Mercœur pouvait compter sur le soutien d’une grande partie du haut clergé breton, la plupart des évêques de la province rejoignant l’Union. Ce fut le cas de Charles d’Espinay à Dol, de Charles de Bourgneuf de Cucé à Saint-Malo (qui sera cependant arrêté en 1590), de Nicolas de Langelier à Saint-Brieuc, de Georges d’Aradon à Vannes, de Charles de Liscoët à Quimper et d’Aymar Hennequin à Rennes166. Ce dernier se trouvait à Paris au moment du soulèvement ligueur. Signe de son attachement à la maison de Lorraine, il accomplit le service funèbre en l’honneur du duc de Guise et du cardinal son frère célébré à Notre-Dame le 30 janvier167. Quelques semaines plus tard, il fut désigné par Mayenne pour intégrer le conseil général de l’Union, où il rejoignit un magistrat breton, Jean Vetus, président au parlement de Bretagne168.

  • 169 Au printemps de 1589, le parlement ligueur de Dijon comprenait vingt-huit officiers (contre vingt- (...)

60À Rennes, deux jésuites travaillaient également à mobiliser les habitants en faveur de l’Union. Le 13 mars, les partisans de la Ligue prirent les armes contre le gouverneur de la ville, Montbarot, et le lieutenant général La Hunaudaye. Montbarot parvint à s’enfermer dans une tour dominant l’une des portes de la ville, mais il finit par capituler. Le lendemain, Mercœur, qui attendait du côté de Redon, entra dans Rennes, où il réunit aussitôt l’assemblée de ville. Il désigna un nouveau capitaine, Georges de La Charronnière, pour superviser la défense de la cité. Cependant, la domination ligueuse sur Rennes allait être de très courte durée, car Mercœur ne parvint pas à s’y concilier les notables. Cela était particulièrement vrai des parlementaires qui, pour la plupart, furent effrayés par l’arrestation de leur premier président. Tout gouverneur qu’il était, Mercœur ne pouvait désormais manquer de leur apparaître comme un criminel. Une comparaison entre l’influence de Mayenne, en Bourgogne, auprès des magistrats, et celle de Mercœur, en Bretagne, révélerait sans doute la faiblesse du second169. Mais Mercœur compensa en partie son manque d’autorité par une présence permanente en Bretagne, tandis que Mayenne, en raison de son absence, allait perdre progressivement ses partisans provinciaux.

  • 170 Aubigné, Histoire universelle, op. cit., t. VIII, p. 31 ; Michel Lagrée, « La structure pérenne, é (...)
  • 171 F. Jacques Le Bossu, Deux devis d’un Catholique et d’un Politique sur l’exhortation faicte au peup (...)

61Quittant Rennes le 21 mars, Mercœur se porta d’abord sur Fougères. Le marquis de La Roche, gouverneur de la place, ne put s’opposer au soulèvement de la ville, car il avait été arrêté par les ligueurs à Sablé. À la tête d’une forte troupe de cinq à six mille hommes, Mercœur investit ensuite Vitré, dont le château apparaissait comme un bastion protestant, tandis que les campagnes avoisinantes restaient foncièrement catholiques. Un long siège de cinq semaines allait commencer170. Ces opérations s’accompagnaient d’un travail souterrain de mobilisation des villes. À Nantes, la duchesse de Mercœur – qui était pourtant enceinte – préparait en secret le mouvement qui devait faire basculer la ville dans la Ligue. Nantes était restée fidèle au roi au lendemain de la journée des Barricades, et l’assemblée générale réunie par Mercœur en février 1589 devait encore jurer solennellement l’obéissance à Henri III. Un conseil extraordinaire rassemblant des membres du clergé, de la municipalité et des cours de justice, fut créé pour assurer le maintien de l’ordre, mais il était désormais dangereux pour les habitants de s’opposer au gouverneur, dont les troupes stationnaient dans les faubourgs. L’ennemi approchait. En avril, les huguenots allaient même s’installer à Saumur, place stratégique sur la Loire qu’Henri III consentit à leur céder pour sceller son alliance avec Henri de Navarre. L’ardeur des catholiques les plus zélés était stimulée par Dom Jacques Le Bossu, un moine bénédictin de Saint-Denis très lié à la maison de Lorraine (il avait été le précepteur du duc de Guise), qui venait d’arriver en Bretagne après avoir prêché à Paris au début de l’année. Dans ses prédications, il exaltait la figure des Guise et dénonçait l’alliance du monarque et du Béarnais171.

  • 172 Elizabeth C. Tingle, « The Intolerant City? Nantes and the Origins of the Catholic League 1580-158 (...)
  • 173 Dominique Le Page, « Le personnel de la Chambre des comptes de Bretagne en conflit (années 1589-15 (...)
  • 174 On peut suivre le parcours de Philippe du Bec grâce au journal de son secrétaire (BnF ms. Fr 5755) (...)

62Le basculement de Nantes dans l’Union se produisit le 7 avril172. Le coup de force fut mené par un noyau de notables – des magistrats municipaux et des officiers de la milice – encouragé par la duchesse de Mercœur. On enferma dans le château quatre-vingts bourgeois favorables au roi – des officiers de la Chambre des comptes, du siège présidial et de la prévôté –, avant de les autoriser à se réfugier à Rennes. Environ la moitié des membres de la Chambre des comptes, dont trois présidents sur quatre, quatorze maîtres sur vingt et le procureur général, finirent par quitter Nantes173. Pour sa part, l’évêque, Philippe du Bec, préférait rester hors de la ville et, après avoir séjourné en Anjou, il finit par rejoindre Tours, la nouvelle capitale royale, au début de septembre174. Dès le 10 avril, on institua un conseil de l’Union à Nantes, comprenant soixante-sept membres, parmi lesquels ne figuraient que deux échevins. Dom Jacques Le Bossu y prit place. Au début de l’été, Mercœur réforma cette institution insurrectionnelle, comme Mayenne allait le faire à Paris à la fin de l’année. Il allait désormais s’entourer d’un conseil d’État et de finances réduit, donc plus facile à contrôler. Un parlement ligueur fut également installé dans la ville, qui comprenait une vingtaine de magistrats issus du parlement de Rennes.

  • 175 AGS, K 1569, no 25 (« Relation sommaire de l’état en quoy se trouve le Royaume de France »), f. 1 (...)
  • 176 J.-M. Constant, La Ligue, op. cit., p. 281-283 ; Yves Durand, « Les républiques urbaines en France (...)

63Au début du printemps, les observateurs notaient que la Bretagne était presque tout entière sous la coupe de l’Union175. À Morlaix, les notables avaient rallié la Ligue, et en septembre un « Conseil pour l’Union des catholiques » s’y substitua à l’administration municipale traditionnelle. À Saint-Malo, Fontaines conservait un semblant d’autorité, mais la ville se gouvernait en réalité déjà d’une façon autonome. La cité resta toujours très soucieuse de son indépendance, y compris à l’égard de Mercœur, qu’elle n’autorisa jamais à lui envoyer un gouverneur, et Fontaines allait même être assassiné l’année suivante176.

  • 177 La liste fournie par le sénéchal de Vitré comprend aussi les noms suivants : Gueymadeur, La Boutei (...)
  • 178 BnF ms. Ita 1738, f. 18 vo-19 (dépêche de Mocenigo, Tours, 15 avril 1589).
  • 179 Aubigné, Histoire universelle, op. cit., t. VIII, p. 32.

64Au moment où Nantes prenait les armes, Rennes rentrait dans l’obéissance à Henri III. Dès le 5 avril, les royalistes, menés par Montbarot, en reprenaient le contrôle. Le lendemain, La Hunaudaye se présentait dans la ville, bientôt rejoint par les frères Rieux (Chasteauneuf et Sourdéac), désormais acquis au parti royal, et par d’autres seigneurs fidèles à Henri III, parmi lesquels on peut citer le marquis de Coëtquen (capitaine de gendarmes), son fils le comte de Combourg, le baron du Pont (capitaine de gendarmes), le baron de Mollac et le sieur de La Caunelaye (officier dans la compagnie de La Hunaudaye et ancien député aux États généraux de 1588)177. Le Parlement déchut Mercœur de ses pouvoirs le 13 avril, avant de dépêcher plusieurs de ses membres à Tours pour déclarer sa fidélité au roi et obtenir la désignation d’un nouveau gouverneur178. Les cours nantaises (Chambre des comptes, Bureau des finances) furent rapidement transférées à Rennes. Dans une Bretagne largement acquise à l’union catholique, Rennes allait constituer le bastion avancé des forces royales. La ville de Josselin resta également fidèle au souverain, grâce à l’énergie de Sébastien de Rosmadec, baron de Mollac, qui réussit à défendre le château contre les ligueurs menés par l’un des officiers de Mercœur, Jean d’Avaugour, sieur de Saint-Laurent179.

  • 180 Dom Morice, Mémoires pour servir de preuves, op. cit., t. III, col. 1494-1496 (déclaration d’Henri (...)
  • 181 Sully, Les Œconomies royales, op. cit., t. I, p. 200.

65En dépit des prières de la reine, qui l’aurait supplié à genoux de ne pas destituer son frère, Henri III retira à Mercœur sa charge de gouverneur de Bretagne le 18 avril, confirmant ainsi l’arrêt du parlement de Rennes. Mercœur était désormais tenu pour rebelle parce qu’il avait osé prendre les armes contre le roi, emprisonner ses bons serviteurs et assiéger ses places fortes180. Pour le remplacer, le monarque choisit un prince du sang, le jeune Charles de Bourbon, comte de Soissons, celui-là même qui avait infligé à Mercœur une défaite en 1587. Fils cadet de Louis de Condé, il était le cousin germain d’Henri de Navarre. Les sinuosités de son parcours révèlent les difficultés que rencontraient certains princes à concilier intérêt personnel, fidélité au roi, convictions religieuses et attachements lignagers. Le choix d’Henri III ne doit pas être compris comme une concession faite au roi de Navarre, car les deux cousins ne s’entendaient guère. Le souverain lui-même ne portait d’ailleurs pas une grande estime à ce jeune homme peu fidèle à ses engagements. Bien qu’il ait été fait chevalier du Saint-Esprit, Soissons avait en effet participé à la bataille de Coutras aux côtés du Béarnais, le sens du lignage ayant alors prévalu. Quelques mois plus tard, il était revenu auprès d’Henri III, parce qu’il s’était brouillé avec Navarre. S’il faut en croire Sully, il semble que ce dernier ait promis au comte la main de sa sœur Catherine pour obtenir son ralliement, mais qu’il n’ait pas tenu sa promesse par la suite. Les deux cousins échangèrent des paroles très vives à ce propos181. Sully, du reste, ne cache pas son mépris pour Soissons, qu’il présente comme un opportuniste n’ayant jamais véritablement embrassé la cause navarraise.

  • 182 Nicolas Le Roux, « Honneur et fidélité. Les dilemmes de l’obéissance nobiliaire au temps des troub (...)
  • 183 Jacques-Auguste De Thou souligne évidemment le courage du cousin d’Henri IV : Histoire universelle (...)

66Ces volte-face, en tout cas, révèlent le caractère extrêmement fragile des engagements182. Depuis l’été de 1588, Soissons servait donc de nouveau Henri III. L’absolution pontificale fut demandée pour la faute qu’il avait commise en combattant dans le camp protestant, mais le souverain pontife ajourna sa décision, ce qui rendit furieux les princes catholiques de la maison de Bourbon. Le comte se rendit d’abord en Basse Normandie, où il parvint à faire monter à cheval une partie de la noblesse. Le 23 mars 1589, à la Croix-du-Perche, il défit une troupe ligueuse qui venait de quitter Le Mans, mais il ne parvint pas à entrer en Bretagne. Le 1er juin, les hommes de Mercœur parvinrent à le surprendre à Châteaugiron, non loin de Rennes183. Ce succès s’était déroulé le jour de la Fête-Dieu : Mercœur put y voir le signe du soutien de la providence à sa cause. Dix jours plus tôt, un autre événement favorable devait témoigner de la bienveillance divine : la duchesse de Mercœur donna naissance au premier fils né de leur union.

  • 184 AGS, K 1569, no 53 (Mendoza à Philippe II, Paris, 17 juin 1589).
  • 185 Dom Morice, Mémoires pour servir de preuves, op. cit., t. III, col. 1499-1501 ou BnF ms. Fr 3210, (...)

67Fait prisonnier, le comte de Soissons fut mené à Nantes. Lorsqu’il apprit la nouvelle, l’ambassadeur espagnol Mendoza écrivit aussitôt à Philippe II pour le prévenir que Mercœur allait poursuivre son offensive du côté de Châteaubriant, et qu’il attendait quatre canons de Nantes pour passer à l’attaque184. Il notait aussi que le roi avait envoyé en Bretagne un autre prince du sang, le prince de Dombes, pour s’opposer à Mercœur. Henri de Bourbon, prince de Dombes, était le petit-fils du duc de Montpensier, qui avait représenté le roi en Bretagne jusqu’en 1582. Le nouveau gouverneur, âgé de dix-neuf ans, se mit en route le 9 juin, deux jours seulement après sa nomination185.

  • 186 BnF ms. Fr 3422, f. 52 vo (Potier de Gesvres à Nevers, camp d’Étampes, 28 juin 1589), Fr 3422, f. (...)
  • 187 « Lettres inédites du duc de Mercœur », p. 301-303 (Henri III à la ville de Rennes, Jargeau et cam (...)

68Cependant, le comte de Soissons parvint à s’échapper du château de Nantes d’une façon rocambolesque. Le 21 juin, feignant d’être malade, il laissa dans son lit un serviteur et se glissa dans une corbeille à provisions, où il se dissimula sous des plats et des torchons. Le duc de Mercœur aurait manifesté un grand « déplaisir » quand il apprit la nouvelle186 ! Il est possible que les ligueurs aient favorisé cette évasion pour semer le trouble dans le camp royal, mais il ne faut peut-être pas prêter à Mercœur ou à sa femme plus de machiavélisme qu’ils n’en avaient. En effet, il n’était pas de coutume de laisser filer un prisonnier de haut rang, et a fortiori un prince du sang, qui constituait une monnaie d’échange possible ou un moyen de pression sur l’adversaire. Réfugié à Angers, le comte revendiqua aussitôt le gouvernement de Bretagne, mais Henri III se consacrait désormais aux préparatifs de la reconquête de Paris, et il n’accorda guère d’attention à ses doléances. Le prince de Dombes avait toute sa confiance pour mener la reconquête de la Bretagne, comme il prit la peine de le faire savoir aux habitants de Rennes187. Retiré à Tours, Soissons se tint à l’écart des affaires militaires jusqu’à l’automne.

  • 188 Dom Morice, Mémoires pour servir de preuves, op. cit., t. III, col. 1496 (commission du duc de Mer (...)
  • 189 « Lettres inédites du duc de Mercœur », art. cité, p. 298 (Mercœur à la ville de Rennes, Fougères, (...)
  • 190 AGS, K 1569, no 25 (« Relation sommaire de l’état en quoy se trouve le Royaume de France »), f. 1 (...)
  • 191 J.-M. Constant, La Ligue, op. cit., p. 330.
  • 192 A. Pacault, « Grands seigneurs… », art. cité, p. 179. Cf. Gaston De Carné, Les Chevaliers bretons (...)

69Mercœur allait désormais se comporter comme un chef de guerre très autonome. Dans les commissions qu’il adressait aux capitaines chargés de lever des troupes pour son compte, il présentait la défense de l’Église catholique et la protection du pays comme deux impératifs indissociables. Le roi n’était pas désigné comme l’ennemi : il s’agissait de s’opposer aux « desseins des Huguenots et ceux qui les favorisent188 » et de combattre « les pervers […], les mutins, deloyaux et perfides envers Dieu et le monde189 ». Brandissant l’étendard maintes fois rapiécé du combat contre l’hérésie, Mercœur parvint ainsi à mobiliser « ung grand nombre d’amis190 ». Les recherches de Jean-Marie Constant montrent en effet que les nobles titrés de Bretagne membres de l’ordre de Saint-Michel s’engagèrent massivement dans la Ligue – à hauteur de 32 %, contre 29 % pour le camp royal –, plus encore que ceux de Picardie (27 %), de Champagne (19 %) ou de Bourgogne (16 %)191. Néanmoins, selon les comptages d’Antoine Pacault, les royalistes étaient deux fois plus nombreux que les ligueurs parmi l’ensemble des chevaliers d’origine bretonne192.

  • 193 Dom Morice, Mémoires pour servir de preuves, op. cit., t. III, col. 1498 (Henri III à La Hunaudaye (...)
  • 194 Dans une lettre adressée le même jour au duc de Nevers, qui reprenait les mêmes informations, le r (...)

70Tout au long du printemps, Henri III continua de se tenir informé de la situation de la Bretagne. Au début du mois de mai, il ne manqua pas de faire savoir à La Hunaudaye que les troupes de la Ligue, menées par Mayenne, avaient été repoussées dans les faubourgs de Tours, à l’issue d’un combat d’une extrême violence193. Insistant sur le caractère victorieux de l’engagement pour faire taire les « faux bruits » que l’ennemi pouvait faire courir, le monarque enjoignait son lieutenant général en Bretagne de diffuser la nouvelle à tous ses serviteurs194.

  • 195 Sur ces événements, voir Nicolas Le Roux, Un régicide au nom de Dieu. L’assassinat d’Henri III (1e (...)
  • 196 Ce puissant seigneur possédait le château de Clisson. Il était par ailleurs comte de Vertus, en Ch (...)
  • 197 Il était le fils de René de Rieux (1540-1575), baron d’Asserac et de La Feillée, chevalier de Sain (...)
  • 198 BnF ms. Fr 3861, fol 180 vo (« Mémoires de M. de Montmartin »).
  • 199 Le lieutenant de Mercœur, dont le nom n’est pas indiqué, le sieur du Gué, le sieur de Tuislac et R (...)
  • 200 BnF ms. Fr 3861, fol 171 ro-vo (« Mémoires de M. de Montmartin »).
  • 201 Laurent Tornabuoni a servi le roi comme gentilhomme de la chambre, et il a joué un rôle d’interméd (...)

71La mort d’Henri III renforça les ligueurs dans leur détermination à combattre Henri de Navarre, qu’ils ne pouvaient reconnaître comme roi de France195. Si l’on en croit un rapport publié en septembre 1589 dans un ouvrage italien intitulé Tesoro politico, le parti royal en Bretagne était désormais dirigé par neuf grands personnages : le prince de Dombes, gouverneur de la province ; Henri, vicomte de Rohan (1579-1638), principal seigneur protestant de la province ; son parent catholique, Louis de Rohan, qu’Henri III avait fait duc de Montbazon l’année précédente ; le jeune Guy de Coligny (1585-1605), comte de Laval, autre seigneur protestant (il était le petit-neveu de l’amiral de Coligny) ; le lieutenant général, La Hunaudaye ; le gouverneur de Rennes, Montbarot ; Charles de Bretagne, baron d’Avaugour196 ; Jean de Rieux, marquis d’Asserac197 ; et Pierre Brullon, sieur de La Musse, président au parlement de Rennes. Le texte insiste aussi sur l’autorité qu’exerçaient dans la province Albert de Gondi, duc de Retz, et son fils Charles, marquis de Belle-Isle et général des galères de France, mais sans préciser dans quel camp les deux hommes se tenaient. Or, si le vieux duc, malade, restait dans l’expectative, son fils rejoignit l’Union après la mort d’Henri III198. Selon le Tesoro politico, Mercœur n’aurait pour sa part été suivi que par quatre seigneurs importants199. Selon le sénéchal de Vitré, officier royaliste, Mercœur avait « pratiqué » nombre de gentilshommes, « mais non pas des plus grandz et premiers de la province », parmi lesquels les Goulaine, les Aradon, les Carné (René, sieur de Carné, et François, sieur de Rosampoul, les deux fils de Jérôme), le sieur de Saint-Laurent, le sieur de Guébriant, l’évêque de Saint-Malo (Charles, fils du premier président René de Cucé) et Tornabuoni, qui était son principal homme de confiance200. Ce dernier joua effectivement un rôle important en se rendant auprès de Philippe II pour négocier l’envoi des troupes espagnoles201.

72L’observateur italien qui dressait la liste publiée dans le Tesoro politico – probablement un membre de l’entourage du duc de Nevers – était visiblement assez mal informé sur les engagements de la noblesse bretonne. En revanche, la liste des villes ligueuses qu’il fournit révèle bien la puissance de l’Union en Bretagne, puisqu’elle compte Nantes, Vannes, Saint-Malo, Saint-Brieuc, Dol, Saint-Pol de Léon, Tréguier, Quimper, Ploërmel, Dinan, Fougères, Redon, Morlaix et Guingamp, alors que dans le parti royal ne figurent que Rennes et Vitré, et quelques petites places dont les noms ne sont pas donnés, mais parmi lesquelles se trouvaient Brest, Blavet et Pont-L’Abbé.

  • 202 AGS, K 1449, no 49 (Philippe II à Mercœur, San Lorenzo, 1er septembre 1589). Cette lettre est briè (...)
  • 203 AGS, K 1449, no 59 (Instructions de Philippe II à Maldonado, San Lorenzo, 12 septembre 1589) et no(...)
  • 204 Valentìn Vàsquez De Prada, Felipe II y Francia (1559-1598). Polìtica, Religiòn y Razòn de Estado, (...)
  • 205 AGS, K 1571, no 155 (Mendoza à don Martin de Idiaquez, Paris, 9 décembre 1590).

73Le parcours de Mercœur illustre bien les difficultés que pouvait rencontrer le monarque, en ces temps de troubles civils et religieux, pour maintenir les provinces dans son obéissance. Il prouve également le caractère très peu intégré de l’union catholique. Mercœur, qui ne pouvait espérer guère de secours des autorités ligueuses parisiennes, fut amené à s’adresser aux autorités espagnoles dès l’été de 1589. Dans une lettre datée du 1er septembre, Philippe II le félicita de son engagement pour la défense de la cause catholique202. Il promit ensuite une aide financière et militaire, envoyant en Bretagne un agent très expérimenté, Diego de Maldonado, ancien secrétaire de différents ambassadeurs en France, qui arriva à Nantes le 18 octobre203. Mais il fallut attendre l’été suivant pour qu’un corps expéditionnaire espagnol, fort de 4 000 hommes, débarque dans le port de Blavet204. Par la suite, Philippe II continua de répéter à ses représentants en France qu’ils devaient entretenir une bonne intelligence avec Mercœur et les forces de l’Union en Bretagne, car le contrôle de la province constituait un enjeu stratégique de première importance205.

  • 206 Mémoires du chanoine Jean Moreau, op. cit., p. 103-108 ; Aubigné, Histoire universelle, op. cit., (...)
  • 207 Mémoires inédits de Michel de La Huguerye, éd. A. de Ruble, Paris, 1877-1880, 3 vol., t. III, p. 4 (...)

74Dix années durant, Mercœur allait affronter les forces royales dans son gouvernement. La principale rencontre militaire se déroula à Craon, le 23 mai 1592. À la tête d’environ 8000 hommes, dont la moitié d’Espagnols, il défit l’armée commandée par le prince de Dombes et par le prince de Conti. Le contingent anglais engagé dans le camp royal fut entièrement massacré par les Espagnols206. Le gouverneur de Bretagne acquit alors une réputation de grand soldat que la propagande catholique allait magnifier. Michel de La Huguerye, ancien agent des Condé en Allemagne, passé au service du duc de Lorraine, n’hésite pas à parler de lui comme d’un « très catholique prince lorrain et le premier cappitaine de son temps207 », et même à le présenter comme le seul véritable soldat compétent sur lequel la Ligue ait jamais pu compter :

  • 208 Ibid., p. 347.

« Bref je ne vei bien faire la guerre et les affaires de la religion, pour laquelle seule on disoit que les armes estoient prises, que par ledit sr duc de Mercueur, en Bretaigne […]. Et, bien que les aultres princes ne tinssent pas grand compte de luy, encores qu’il feust leur aisné et chef de la branche des Vaudemont, si leur a-il mys la pouldre en l’œil, au maniement des armes, dont il est toujours demeuré victorieux (et on n’a veu chanter le Te Deum à Paris que de ses victoires) et en la conduite des affaires, qui l’a faict recongnoistre avoir esté seul poussé du seul zèle de sa religion208. »

75Pourtant, à l’exception de la bataille de Craon, Mercœur se contenta d’opérations de faible envergure, de coups de main et de sièges de petites places. Peut-être encouragé par son épouse, dont la légende noire entretenue par les auteurs royalistes rappelle celle de la duchesse de Montpensier – sœur des Guises et égérie supposée de la Ligue à Paris –, il tenta de se comporter comme un chef indépendant dans sa province, entretenant peu de relations avec le duc de Mayenne et les autorités parisiennes.

  • 209 Nicolas Le Roux, « Guerre civile, entreprises maritimes et identité nobiliaire : les imaginations (...)
  • 210 Rocco Sciarrone, « Réseaux mafieux et capital social », Politix, t. XIII, no 49, 2000, p. 35-56 (p (...)

76La Ligue bretonne apparaît en définitive comme un ensemble très hétérogène de mouvements largement autonomes, sur lesquels l’autorité de Mercœur restait en grande partie théorique, excepté à Nantes. Mal contrôlée par les partis en présence, la Bretagne constituait un champ ouvert aux convoitises de capitaines combattant pour leurs propres intérêts. Certains, comme Guy de Lansac, n’hésitaient d’ailleurs pas à proposer aux Espagnols des plans de conquête des différents ports ou des projets de fidélisation de la noblesse de la province sans faire la moindre référence à l’autorité de Mercœur209. Néanmoins, il n’est pas impossible non plus que le faible degré d’intégration de la Ligue bretonne ait pu expliquer sa durée. On sait en effet, que la flexibilité des organisations et leur faible hiérarchisation permettent parfois de mieux assurer leurs capacités d’adaptation et de résistance210.

  • 211 Géraud Poumarède, Pour en finir avec la croisade. Mythes et réalités de la lutte contre les Turcs (...)

77Pressé par ses adversaires, Mercœur n’eut de cesse de renforcer ses liens avec les Espagnols, allant jusqu’à prêter des serments de fidélité solennels à Philippe II, le 20 novembre 1594 et le 30 juin 1595, par lesquels il s’engageait à reconnaître les droits de l’infante Isabelle sur la couronne de France. Pourtant, Henri IV était à présent converti (25 juillet 1593), sacré (27 février 1594) et même en voie d’absolution à Rome (17 septembre 1595). On peut interpréter cette fuite en avant comme l’acte de foi d’un chevalier catholique animé par une vertu d’espérance immense, considérant jusqu’au bout le Béarnais comme un usurpateur hypocrite. Mais son attitude s’explique aussi par un besoin désespéré de trouver des alliés permettant de conforter sa puissance, car son réseau breton restait trop superficiel pour la garantir à lui seul. S’il devait incontestablement aux Espagnols d’avoir été le dernier des ligueurs, Mercœur n’en était pas moins guidé par un sens de la gloire de sa maison et par des impératifs religieux porteurs d’une dimension d’absolu, voire d’un esprit de martyre, qui devaient l’amener à s’engager dans la croisade contre les Turcs et à promettre de répandre jusqu’à la dernière goutte de son sang pour la défense de la religion catholique211.

Annexes

Annexes

1. Instructions d’Henri III au sieur de Montmorin (Paris, 29 mars 1585)212

« Le sr de Montmorin, premier escuier de la Royne, allant en Bretaigne de la part du Roy et pour son service, il aura à s’y conduire selon le present memoire et instruction.

Il verra Monseigneur le duc de Mercueur et, après luy avoir presenté les lettres que sa Majesté luy escript, il luy dira le contentement qu’elle a receu de l’asseurance à luy donné de ses bons comportemens et de l’affection singulliere qu’il porte au bien de son service. Que sa Majesté croyra tousjours difficillement le contraire, eu esgard à la proximité d’alliance dont il luy attouche et aux honneurs, faveurs et amityé qu’elle luy a continuellement portez et departyz, comme à son beau-frere. Toutesfois, que sad. Majesté sera tres aize de veoir que les effectz respondent à ceste asseurance et qu’elle le prie de continuer en ceste bonne intention et resollution, et de maintenir toutes choses au bon et paisible estat auquel il escript qu’elles sont en son gouvernement, sans souffrir qu’il se face aucune association, ligue ny remuement contre le service et auctorité de sad. Majesté, se servant à ceste fin de l’escript en forme de declairation de son intention qui luy sera baillé par led. sr de Montmorin.

Il luy dira aussy de la part de sad. Majesté qu’elle est après à lever et oster des cueurs et entendement de Messieurs de la maison de Guyse l’oppinion qu’ilz peuvent avoir, et les faire retirer et deppartir de ces nouveaulx remuemens qui apparoissent. Que pour cest effect sad. Majesté a envoyé les srs de Rayz et de Lenoncourt devers Monseigneur le cardinal de Bourbon, le sr de Liancour, premier escuier de sad. Majesté, devers Monseigneur le duc de Loraine, les srs de Lyon et de la Chappelle aux Ursins devers Messieurs de Guyse et cardinal de Guyse, et les srs de Chastelliers et de Rochefort la Croisette devers Monsieur de Mayenne, pour les prier et faire en sorte qu’ilz se rendent tous en mesme jour qui a esté advisé en la ville d’Esparnay, où la Royne mere de sad. Majesté se doibt trouver pour entendre d’eulx amplement et particullierement ce qui les peult mouvoir à faire les preparatifz et remuemens qui se veoyent et, avec tous les meilleurs moyens et expediens qui se pourront adviser, composer et assouppir ce trouble et feu nouveau devant qu’il s’allume d’avantaige, se promectant sad. Majesté que lesd. srs de Guyse (s’estans tousjours monstrez tres affectionnez au bien et prosperité de ceste coronne, et encores particullierement de sad. Majesté), ilz se conformeront à son intention et ne vouldront faire ny entreprendre chose qui soit contre son service et auctorité, ne qui prejudicie à l’honneur et reputation qu’ilz se sont acquise par leurs services passez, et la bonne et grande memoire qu’ont laissée leurs peres, dont sad. Majesté espere et attend une bonne et salutaire resollution pour son contentement et le bien de cest Estat.

Led. sr de Montmorin verra aussy le sr evesque de Nantes, auquel il baillera la responce que sad. Majesté faict aux lettres qu’il luy a escriptes, et suivant icelles led. sr de Montmorin le priera de la part de sad. Majesté de conforter mond. sr de Mercueur en la bonne resollution qu’il monstre avoir de se maintenir et comporter selon l’intention de sad. Majesté, laquelle veult croire qu’il le fera ainsy. Mais pour aultant que lesd. remuemens sont tous apparens et sans desguisemens du costé de Champaigne, et qu’il est à craindre que mond. sr de Mercueur ne soit sollicité et pressé de tenter le semblable en son gouvernement, led. sr de Montmorin dira aud. sr de Nantes que sad. Majesté desire que, comme de luy mesme et officieusement, il destourne mond. sr. de Mercueur et le dissuade d’aller à Rennes, St Malo et aultres villes de sond. gouvernement, pour n’en laisser aulcun doubte ny suspition à sad. Majesté, ny aux habitans dud. pais de Bretaigne, se contentant d’aller droit en sa maison sans passer par les villes, et de s’y tenir jusques adce que l’on veoye que deviendront toutes ces choses, et qu’il ait aultre commandement de sad. Majesté, laquelle sera par ce moyen grandement confirmée en l’oppinion qu’elle a que les actions de mond. sr de Mercueur sont telles qu’il les promect et asseure, faisant aussi entendre aud. sr evesque de Nantes que sad. Majesté a naguieres, avant le partement des deputez des estatz de Bretaigne, resollu et accordé ce qui restoit du differend du faict de l’admiraulté entre mond. sr de Mercueur et mond. sr de Joyeuze, tellement que l’on ne se peult plus couvrir de ce pretexte pour faire amas de gens de guerre, comme aussi ne seroit ce suffisant argument de le faire quand ce faict ne seroit d’accord comme il est.

Il verra le cappne Gassion, commandant au chasteau dud. Nantes, et suivant les lettres que sad. Majesté luy escript, il luy recommandera la garde et seureté dud. chasteau soubz l’obeyssance de sad. Majesté, en sorte qu’il n’en advienne aucun inconvenient, selon la fiance que sad. Majesté en a en luy, lequel aussy elle recongnoistra et recompensera selon ses merites quand les occasions s’en presenteront.

De Nantes, led. sr de Montmorin yra à Rennes, où il verra le sr de Cussé, premier president en la cour de parlement dud. pais, et luy baillera les lettres que sad. Majesté luy escript, conformement ausquelles il le priera de sa part qu’avec sa prudence accoustumée, et selon la singulliere affection que sad. Majesté scait et congnoist de tout temps qu’il porte au bien de ses affaires et service, il tienne la main que toutes choses demeurent en bon et paisible estat au pais de Bretaigne, suivant ses edictz et les declairations que sad.

Majesté a cy devant faictes et envoyées en sa cour de parlement, retenant par l’auctorité d’icelluy et de luy particullierement la noblesse et les villes en sa seulle devotion, obeyssance et fidellité, selon le memoire et escript en forme de declairation de son intention que led. sr de Montmorin mectra es mains dud. sr de Cussé pour s’en servir et le monstrer à ung chacun, et, si besoing est, le faire registrer et publier en sa cour de parlement, adce qu’aucun ne pretende cause d’ignorance de la droicte et scincere intention que sad. Majesté a de faire observer ses edictz, maintenir ses subjectz soubz le benefice d’iceulx en bonne unyon et concorde, et les descharger et soullaiger aultant qu’il luy sera possible, selon que ses affaires luy pourront permectre. Et luy pourra dire aussy ce qui est cy devant des moyens que tient sad. Majesté d’appaiser et estaindre ces remuemens, et comme le faict de l’admiraulté est du tout reiglé et d’accord sur la remonstrance des estatzs dud. pais, affin que l’on ne couvre plus là dessus les levées de gens de guerre que l’on vouldroit faire à aultre intention. Et d’aultant que led. sr de Cussé demande ce qu’il aura à dire aud. sr de Mercueur sur la communication qu’il luy a mandé qu’il voulloit faire avec luy sur tous ces bruictz, led. sr de Montmorin luy dira que led. escript et declairation luy servira de memoire et instruction avec ce qui est cy dessus discouru, mais qu’il regarde et essaye de penetrer es delliberations et intentions de mond. sr de Mercueur par la conferance qu’ilz feront ensemble pour s’en servir pour le service de sad. Majesté et luy en donner advis.

Led. sr de Montmorin pourra aussy monstrer et communicquer led. escript et declairation aux gentilzhommes et aux villes par lesquelles il passera, les admonestant de s’y conformer et leur en laissera les doubles s’ilz le desirent et luy en demandent.

S’il veoit le sr de La Hunaudaye, il luy baillera une lettre que sad. Majesté luy escript, et luy pourra dire en semblable ce qui est cy devant de l’ordre que sa Majesté est après de donner pour assouppir et composer ces nouveaulx troubles. Pareillement, il luy baillera led. escript et declairation de sad. Majesté pour s’en servir et en rendre cappables tous les habitans de sa charge, affin de les retenir en la seulle devotion et obeyssance de sad. Majesté, et les faire departir de toutes ligues et associations contraires à son service et auctorité, comme dessus est dict, l’advertissant aussy que sad. Majesté envoyera bien tost par dela le sr de Fontaines pour faire le semblable de sa part.

Finallement, led. sr de Montmorin mectra peyne d’entendre et apprendre en quel estat sont toutes choses aud. pays, quelle inclination ont les habitans d’icelluy et si lesd. praticques, ligues et preparatifz d’armes qui s’y commancoient naguieres y continuent ou sont entierement cessez, comme sad. Majesté en a eu advis. Pour de tout luy en faire ample rapport.

Faict à Paris le XXIXme jour de mars 1585. »

2. Lettre d’Henri III au duc de Mercœur (Paris, 29 mars 1585)213

« Mon beau-frère.

J’ay esté tres aize de veoir par les lettres que m’avez escriptes le IXme de ce present mois que toutes choses soient disposées à demeurer en bon et paisible estat soubs mon obeyssance et auctorité en vostre gouvernement. Ce qui m’a esté aussy tesmoingné et asseuré par lettres que j’ay receues du sr evesque de Nantes. Surquoy j’ay advisé d’envoyer le sr de Montmorin, premier escuier de la royne ma femme, vostre seur, present porteur, devers vous, pour vous faire entendre les moyens que je tiens pour composer et assouppir au remuemens qui apparoissent, et vous prier de continuer constamment en la bonne affection que vous et led. sr de Nantes m’avez asseuré que vous portez au bien de mon service et au repos de cest Estat, sans souffrir qu’il se face aulcuns preparatifz d’armes et praticques en vostred. gouvernement contre mon auctorité, avec asseurance que me ferez tres grand et tres agreable service, ainsy que vous fera plus amplement entendre de ma part led. sr de Montmorin, sur lequel m’en remectant je prieray Dieu […].

À Paris, le XXIXme de mars 1585. »

3. Lettre de Philippe du Bec, évêque de Nantes, à Henri III (Nantes, 7 avril 1585)214

« Sire.

Encore que le sieur de Montmorin vous puisse rendre fidelle compte de l’estat des affaires de ce pays, si esse que pour le commendement dont il a pleu à Vostre Magesté m’honorer et le service tres humble que je luy doibs, je ne luy puys celer, comme mays dernieres lettres luy en ont faict foy, que ceste ville est au pouvoyr de Monsieur de Merqueur par le moyen du chasteau qui est du tout à sa devotion, et dont je croy toutefoys qu’il ne vouldra que bien user, et comme il nous asseure tousjours que pour le service de Vostre Magesté, qui me pardonnera si j’ause luy dire qu’elle a tenu en beaucoup de longueur la reponse des lettres qui luy advoyt pleu me commander de luy escripre, et q’une plus prompte resolution eust apporté la medecine plus à propos possible qu’aujourdhuy qu’il semble que les affaires commencent à ce decouvrir davantage, lesquelles, Sire, passent plus avant seront moins capables du remede, le subject duquel ne peult estre qu’en vostre prudence et bonté, car si sans cella Vostre Magesté y voulloyt employer sa seulle force et authorité, il y auroyt à craindre de mectre le feu en toute la province qui s’allumeroyt bien aisement avecques celluy de ses voisins. Il semble aussy qu’il soyt plus de besoing en cecy de prudence que de violence, estant les affaires en estat si incerten et si perilleulx qu’elles sont. Je croy que Monsieur de Merqueur ne sera de retour en ce lieu qu’après Quasimodo. Il n’y a rien à ce que j’ay peu recongnoistre à son partement qui l’altere tant que la charge que le marquis de La Roche publie advoyr de Vostre Magesté de luy fayre reffuser l’entrée aux villes et places fortes de son gouvernement, et m’a bien dict jusques là qu’il n’y advoyt chose qui le peust mectre en plus de desespoyr. Je croy qu’il ne le celera audict sieur de Montmorin et le surplus de son malcontentement que je crainctz estre commun avecques ceulx vers lesquelz Vostre Magesté a envoyé. De sorte qu’atendant la resolution qui ce prendra de della, le meilleur sera d’empescher ung plus grand mal et moyenner qu’il nous conserve en repos soubs l’authorité de Vostre Magesté. À quoy vos frequentes depesches devers luy, avecques quelque plus grande demonstration de confiance, pourront beaucoup ayder. S’il eust esté encore icy, j’y eusse peu mieux servir Vostre Magesté que les lettres que je luy ay escrites sus le subject de ceste depesche, Sire, cependant je supliray tres humblement Vostre Magesté croyre que la fidelité d’ung tres humble et tres affectionné serviteur ne me mancquera jamays en l’exeqution des commendementz dont il vous pleust m’honorer, et que je ne fairay faulte de tenir Vostre Magesté advertie de tout ce qui ce passera par dessa digne du tres fidelle service que je luy doibs et rendré tant que je vivray, de mesme affection que je prie Dieu,

Sire, vous donner en tres parfecte santé, tres bonne et tres longue vie. De Nantes, ce 7e d’apvril 1585.

Vostre tres humble et tres obeissant serviteur et orateur.

Philippe du Bec, E[ves] que de Nantes. »

[Au dos] « Au Roy. »

4. Lettre du duc de Mercœur à Henri III (s.l.n.d. [mai 1585])215

« Sire.

Je m’estois essayé par mes deportemens, et mesme par l’assurance que je vous avois donnée au retour du S. de Montmorin, de vous faire croire comme c’estoit la verité que je n’avois aultre plus grand desir en ce monde que de maintenir ceste province en vostre obeissance, en l’empechant que ceux de la religion ou leurs associés ne fissent chose prejudiciable à vostre servisse, mais, Sire, je suis esté si malheureux que, au lieu de resevoir ma sainte et louable intantion, vostre Majesté a donné tant de lieu à l’artificise [sic] de mes ennemis qu’elle est entrée en mefiance de ma fidellité, chose qui m’aporte tant d’anuy et me conduit à ung tel desespoir que je ne puis avoir aultre recours sinon de prier Dieu qu’il me donne la force de me pouvoir venger de ceux qui, si faussemment, m’ont callomnié devant vous, et vous puis faire cognoistre voz bons et loyaux serviteurs sertainement. Sire, si je vous avois offencé, soit par mes actions ou par intelligence et menée secretes avec estrangers et aultres recognus ennemis de vostre Estat, je me jeterois à voz pied et, en vous requerent pardon, confesserois meriter le traitement d’une infidelle, mais tan s’en fault, ne l’ayant jamais eu dens le cœur, ains seullement une ferme vollonté de me maintenir en vostre obeissance et m’oposer aux ereticques recognus vrais ennemis de vous et de vostre couronne. J’ay tousjours creu que c’estoit chose que j’estois teneu de faire pour vostre servisse, oultre que je suis obligé de droit divin et que cela m’aporteroit plustost une recompenc [sic] que non pas une indignation et mefiance de vostre Majesté, ce que semblablement j’ay tousjours reconneu à Monsieur de Guyse et aultres princes qui, comme moy, veullent maintenir la religion catollique sous vostre obeissance et la fidellité que nous vous devons, voullant bien tant esperer de vostre bonté qu’elle aura agreable et recognoitera avec le temps ma bonne et sincere intantion, comme aussy elle ne trouvera mauvais que, pour la sureté de ma personne, je me tienne en ceste place ou ailleurs pour avoir moyen de me maintenir contre les ennemis que j’ay acquis à vostre servisse, et lesquelz, à present, emprunte faussement vostre non pour me nuyre et à tous ceux qui sont voz fidel serviteur et bon catollique, et vous assurent que, en quelque part que je soye, vous y aurez ung tres humble et tres fidel serviteur. En ceste vollonté, je finiray et priray Dieu vous donner,

Sire, tres parfaite santé, heureuse et longue vie.

Vostre tres humble et tres obeissant sujet et serviteur.

Ph[ilipp]e Emanuel de Lorraine. »

[Au dos] « Au Roy, mon souverain seigneur. »

5. Lettre du baron de La Hunaudaye à Henri III (Vitré, 9 juin 1587)216

« Sire.

M’ayant la dame contesse de Laval donné advis de plusieurs praticques qui se faisoient en cete ville pour ce saysir du chasteau par aucuns voz mal affectionnez, et scachant combien cete place peult estre desirée d’eulx comme tres importante et tenant en subjection les villes de Rennes et Dynan, je m’y suis, après en avoir conferé entierement à Monsieur le presidant de Ris, tout aussy tost acheminé pour rompre l’execution de telz desseings, et l’asseurer, comme j’ay fait, en façon que, Dieu aydant, il n’en arryvera aucun inconvenient au bien de vostre service et repos de voz sugetz. Sire, cete bonne volonté de lad. dame de Laval, avec la longue cognoissance que j’ay de l’affection qu’elle a tousjours eue au bien de vostred. service, et estant en plus grande partye cause que ceted. place vous soit demeurée sans trouble conservée, la rend louable et honnorée des gens de bien. De ma part, Sire, je prendré la hardiesse de suplier tres humblement vostre Magesté de voulloir avoir pityé d’elle et la favoriser en cete consideration mesmes de son extreme maladie, qui l’as rendue sy foible et debille que c’est chose hors sa puissance de partir du lieu où elle est de plus d’un mois sans hazarder le reste de sa vie, estant telle l’opignion de ses medecins et d’autres qui la voyent. Et afin, Sire, que la seurté de ceted. place soit continuée en vostre obeissance, il plaira à vostre Magesté m’ordonner pour la garde d’icelle quarante soldatz, et de leur payement, soit sur les biens saisiz de la maison de Laval ou ailleurs que vostre Majesté l’aura agreable, laquelle y pourveoira s’il luy plaist, sans m’en remettre à Monsieur de Mercueur pour le peu d’estat qu’il a fait de faire payer voz compagnies de gens d’armes en ce pays, selon que l’aviez commandé. Je suplye aussy tres humblement vostre Magesté de me voulloir faire cest honneur de commander aud. seigneur de Mercueur de n’entreprendre sur ceted. place, vous en ayant repondu, comme je faitz, Sire, sur mon honneur et ma vie de la vous conserver fidellement, et atandant recevoir voz commandemenz, s’il ne se presante autre ocasion pour vostred. service, je ne partiray de ceted. place, pour estre chose fort necessaire. Sur quoy, je prieré Dieu vous donner,

Sire, en tres parfaite santé, tres longue, contente et tres heureuse vye.

À Vitré, ce 9me jour de juin 1587.

Vostre tres humble, tres obeisant subget, fidelle serviteur à jamés.

La Hunaudaye. »

[Au dos] « Au Roy. »

6. Lettre du duc de Mercœur à Henri III (s.l., 12 juin [1587 ?])217

« Sire.

L’honneur qu’il vous a pleu me faire paroistre d’avoir mes desportemens agreables, et le contantement qu’il vous a pleu resevoir du repos que j’ay maintenu en ceste province sous vostre otorité et en la fidelle obeissance quy vous doyvent, me font croyre certainement que la guarnison que le sieur de La Hunoday a ses jours mys dens le chateau de Vitré, et la fasson viollante dont il c’est sesy de ceste place, n’est par vostre commendement ny aprouvée de vostre Majesté, ains qu’il en emprunte fausement et mallicieussement le non pour couvrir l’injure que en cela il me veult faire resevoir, avec l’entier mespris de l’otorité dont il vous plait m’onorer, ou pour mieux dire qu’il s’en veult servir affin d’avoir plus de moyen et moins d’obstacle à favoriser voz ennemis, comme il en est a esté [sic] de tous temps soupsonné et sy justement que si n’eussions usé de graces en son endroit il a long temps qu’il estoit perdu de vie et de reputation, chose dont je vous supplie vous resouvenir, comme aussy, Sire, que telles entreprinse son de fort mauvaise consequence pour le bien de vostre servisse et repos de ceste province, et qu’il n’est eusité en nul part de se royaume que les lieutenans dens les gouvernemens ayent aucune puissance ny puissent agir que comme personne privée, sy ce n’est en l’absence des gouverneurs en chefz, principallement en ce quy despent du commendement ou establissement des gens de guerre, ainsy que vostre Majesté cest trop mieux que personne, de laquelle je me proumer tant de justice, de faver [sic] et de bonté que, seur les consideration de la juste plainte que je luy en fais presentement, vous feré commendement à S. de de [sic] La Hunoday de desleser la place en tel estat que je y puis faire le deu de ma charge, et y establir l’ordre quy y sera necessaire pour vostre servisse, ainsy que j’ay fait aux aultre place [sic] de ceux de la religion de ce pais, dont vous avez reseu contantement, luy faissant paroistre par escrit que vous trouvez ceste entreprinse si mauvaise que personne à son exsemple n’ose sy après faire telle entreprinse, vous suppliant aussy tres humblement me permestre vous faire entendre que je m’en resens tellement offencé que j’emeroy mieux mourir que de la suporter et que je suis desliberé d’employer tout ce que j’ay en ce monde de parans, d’amiz et de moyens pour en avoir la raison, protestant neanmoins à vostre Majesté que tout ce que je ferés n’est pour aucun interé que je y pretende à mon particullier, ny pour remuer aucune chose quy vous puisse estre desagreable, mais pour simplement me retablir en l’otorité quy m’est due, et don il vous a pleu m’onnorer, de laquelle je dois estre sy soigneux que je ne la puis laisser alteré sans ung grand blamme de vous quy me l’avés miz en main, et mespris de tous les gens d’honneur. C’est pourquoy, Sire, vous me ferez ceste honneur, s’il vous plait, d’avoir mes remonstrance agreables et d’i prouvoir ainsy que justement je vous en requier, vous suppliant tres humblement de croyre que j’executeray tousjour voz commendemens avec la fidellité que je dois et comme personne quy a ceste honneur d’y estre particullierement obligé, et que pour chose du monde n’y vouderoit menquer comme doit faire. Ce 12 juing.

Vostre tres humble et tres obeissant sujet et serviteur.

Ph[ilipp]e Emanuel de Lorraine. »

[Au dos] Au Roy. »

7. Lettre d’Henri III au baron de La Hunaudaye ([Paris], 16 juillet 1587)218

« Monsieur de La Hunodaye. En accusant la reception de voz lettres des XXVIme du mois passé et Vme du present, je vous diray que je n’ay jamais doubté de la fidellité et singulliere affection que portez au bien de mes affaires et service, aussi n’ay je prins qu’en bonne part que vous vous soiez asseuré de la ville et chasteau de Vittray pour les conserver soubz mon obeissance contre les entreprinses qu’avez estimé que l’on pretendoit executer dessus contre mon service et auctorité. Seullement eussé j’ay bien desiré que paravant que le faire vous en eussiez adverti mon beau-frere, le duc de Mercueur, pour tousjours deferer à la charge et auctorité qu’il a de moy en mon pais et duché de Bretaigne, ainsy que je vous ay escript ses jours passez. Mais puis que le danger estoit si prochain et le besoing d’y remedier si pressé que vous n’avez eu le temps et le loisir de le faire, je ne puis trouver que bon et avoir bien agreable le service que m’avez faict en cela, comme aussi je m’assure que mond. beau-frere se sera contanté de ce que j’ay veu que luy en avez escript. Et encores que j’eusse cy devant pour certaines considerations advisé de commectre la garde dud. chasteau au sr de Chasteauneuf, toutesfois j’ay depuis pensé qu’il estoit plus à propos pour le bien de mond. service, et pour lever toute occasion de plainte et mescontantement, d’y envoyer comme je faiz le sr d’Allaigre qui m’est serviteur fort affectionné et fort bon cathollicque, lequel je vous prie d’y establir avec quelques soldatz suivant la commission que je luy en ay faict expedier, et en ce faisant faire sortir ceulx que vous y avez mis paravant, et vous me ferez service fort agreable. Priant Dieu […]. »

8. Lettre du baron de La Hunaudaye à Henri III (La Hunaudaye, 16 novembre 1587)219

« Sire.

Depuis quelques jours, Messieurs de vostre court de parlement de ce pays ont donné ung arrest sans que je y aye esté apellé, encor’ que ce soit de ma charge, par lequel ilz disent qu’il est necessaire pour la conservation de vostre ville de Rennes de créer des capitaynes habitans d’icelle, et changer la forme qui de tout temps y a esté observée, avec commandement au capitayne qui y commande pour vostre Magesté de faire cest establissement, ce que je n’ay voulu souffrir jusques à ce qu’il ayt pleu à vostred. Magesté m’honnorer sur ce fait de ses commandemens. À la verité, Sire, leur advis seroit bon, n’estoit le danger que trois chefz seroient plus facilles à gaigner q’un centainyer et dix dizainiers soubz luy, et que cete innovation seroit à craindre, voyant ce temps plain de diversité d’opinyons. Ce duché, par l’heureux maintien de vostre Magesté, a tousjours esté paysible, comme il est encor’à presant, mais, Sire, je doubte (ce que Dieu ne veielle permettre) que, par les praticques et faulx bruictz des ennemys de vostre Estat et service, il y advienne quelque changement, le peuple y estant par les predications fort excité, et ont esperance, ainsy que j’ay eu advis, de l’atirer davantage à leur devotion par celles qu’ilz feront faire à ces advans de Noel. Et ne vous celeray, Sire, que les communaultez de voz villes sont depuis six mois plus desobeissantes que auparavant, ayans d’ailleurs esté sy facilles qu’elles ont permis de dire par vosd. villes que tous ceux qui ne seront de la Ligue sont ennemys de Dieu, et qu’il ne leur failloit souffrir l’entrée en icelles, quelques commandemens qu’ilz ayent de vostre Magesté. Ce sont partye des effectz des menées que je vous ay cy devant escrit, et de quelques particulliers que Messieurs les habitans de Paris ont envoyé par voz villes de ce gouvernement. Il plaira à vostred. Magesté y donner l’ordre qu’elle jugera pour le mieux, et considerer que le sieur de Fontaines et moy sommes en ce pays sans aucunes forces, noz compagnyes de gens d’armes ayant esté sy mal traictées et peu recogneues que n’en pouvons faire estat. Au demeurant, Sire, quelque instance qu’on ayt peu faire aux sieurs generaux de voz finances en ced. pays, ilz n’ont jamais voulu pourveoir au payement de la garnison par vostre Magesté ordonnée à Vitré, laquelle se deffait journellement faulte d’estre entretenue, tellement que s’il n’y est remedyé lad. place demeurant sans hommes, on aura à craindre que quelque contraire au bien de vostre service s’en saissise et vienne à plus grand effect au prejudice de cete province, à quoy ne pouvant pourveoir que par la volonté et commandement de vostred. Magesté, il luy plaira ne m’accuser d’avoir fait faulte de l’en tenir advertye. Supliant Dieu vous donner,

Sire,

En tres parfaite santé, tres heureuse, contente et tres longue vye. De La Hunaudaye, le XVIme jour de novembre 1587.

Vostre tres humble, tres obeisant subget, fidelle serviteur à jamés. La Hunaudaye. »

Notes

1 Pour l’analyse des enjeux posés par l’étude de la Ligue, voir Robert Descimon et José Javier Ruiz Ibáñez, Les Ligueurs de l’exil. Le refuge catholique français après 1594, Seyssel, Champ Vallon, 2005 (p. 7-49), et Jean-Marie Constant, La Ligue, Paris, Fayard, 1996. Pour une présentation des systèmes de relations interpersonnelles qui structuraient la noblesse, voir Sharon Kettering, Patronage in Sixteenth-and Seventeenth-Century France, Aldershot, Ashgate-Variorum, 2002 et Patrons, Brokers, and Clients in the Seventeeth-Century France, Oxford, Oxford UP, 1986. Pour des synthèses sur l’abondante littérature consacrée au clientélisme, voir Élie Haddad, « Nobles Clienteles in France During the Sixteenth and Seventeenth Centuries : A Historiographical Approach », French History, t. XX, no 1, 2006, p. 75-109, et Heiko Droste, « Patronage in der Frühen Neuzeit – Institution und Kulturform », Zeitschrift für Historische Forschung, t. XXX, no 4, 2003, p. 555-590.

2 Voir la typologie des réseaux proposée par Philippe Dujardin, « Processus et propriétés de la mise en réseau : débat, problématique, propositions », in Du groupe au réseau. Réseaux religieux, politiques, professionnels, Paris, Éd. du CNRS, 1988, p. 12.

3 Arlette Jouanna, « Des réseaux d’amitié aux clientèles centralisées : les provinces et la cour (France, XVIe-XVIIe siècles) », in Charles Giry-deloison et Roger Mettam (dir.), Patronages et clientélismes 1550-1750 (France, Angleterre, Espagne, Italie), Villeneuve d’Ascq-Londres, Université Charles de Gaulle (Lille III)-Institut français du Royaume Uni, 1995, p. 21-38.

4 Beaucoup d’informations se trouvent dans le travail d’Anne Rohfritsch, « Philippe-Emmanuel de Lorraine, duc de Mercœur : un prince entre faveur et révolte », mémoire de maîtrise, dir. Denis Crouzet et Nicolas Le Roux, Université Paris-Sorbonne, IRCOM, 2002. Voir aussi Barthélemy Pocquet, Histoire de Bretagne, t. V : 1515-1715, La Bretagne province, Rennes, 1913 (réimpr. Mayenne, J. Floch, 1972), p. 78 et suiv. ; Frédéric Joüon des Longrais, « Le duc de Mercœur », Bulletin archéologique de l’Association bretonne, 3e s., t. XIII, 1894, p. 212-293 ; Jean-Antoine Favé, « Le duc de Mercœur (Mémoire à consulter) », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, t. XVIII, 1891, p. 269-285 et Le dernier des ligueurs. Essai critique sur Philippe-Emmanuel de Lorraine, duc de Mercœur, Brest, 1882 ; Louis Grégoire, La Ligue en Bretagne, Paris, 1856 ; Jean-Chrysostome Bruslé De Montpleinchamp, L’Histoire de Filipe Emanuel de Lorraine, duc de Mercœur, Cologne, Pierre Marteau, 1689.

5 Émile Duvernoy, « Nicolas de Lorraine, comte de Vaudémont, duc de Mercœur », Mémoires de l’Académie de Stanislas, 6e s., t. XXXIII, 1935-1936, p. 9-37.

6 B[ibliothèque] n[ationale de] F[rance] M[anuscrit]s Fr[ançais] 22430, f. 27 (mandement de Charles IX, Amboise, 25 janvier 1572). La compagnie passa de trente lances à cinquante en 1561, puis à soixante (du titre de cent) en 1569 : BnF ms. fr 22430, f. 25-26 (quittances des 22 mars 1560 et 3 novembre 1561) et P[ièces] O[riginales] 1750 (Lorraine), f. 181 (quittance du 27 octobre 1571).

7 Lors de la campagne de l’hiver de 1576, la compagnie perdit trente hommes d’armes sur cinquante, dont deux officiers, et quarante-huit archers sur soixante-cinq, qui furent déclarés absents et cassés ! Voir les montres de la compagnie de Vaudémont : BnF ms. Fr 21527, f. 1830 et suiv. (Châtillon-sur-Seine, 3 juin 1567), N[ouvelles] A[cquisitions] F[rançaises] 8630, f. 70 (7 juillet 1574) et NAF 8632, f. 20-25 (faubourgs de Moulins, 28 février 1576). La compagnie du duc de Lorraine connaissait les mêmes problèmes : BnF ms. NAF 8632, f. 26-31 (montre passée dans les faubourgs de Moulins, dernier jour de février 1576).

8 BnF ms. Fr 2758, f. 243-246 (copie des lettres patentes de Charles IX érigeant la principauté de Mercœur en duché-pairie en faveur de Nicolas de Lorraine, comte de Vaudémont, données à Calonges-les-Réaux en décembre 1569, et enregistrées au parlement de Paris le 8 mars 1576).

9 BnF ms. Fr 26159, no 426 (quittance du 11 novembre 1576, pour 42 480 livres tournois en un mandement à l’acquit du trésorier de parties casuelles).

10 Ch. Rolin, Nomeny, seigneurie messine et marquisat lorrain. Ses relations avec la France et l’Empire, Metz, M. Mutelet, 1937, p. 86 et suiv.

11 BnF ms. Fr 3391, f. 35 (Mercœur à Nemours, Blois, 2 février [1577]).

12 Pour comparaison, le duc de Guise touchait une pension de 5 333 écus 1/3 ; BnF ms. NAF 1441, f. 4 (rôle d’assignations du 4 avril 1580 : paiement de 4 000 écus, pour les rentes des années 1578 et 1579, par assignation sur la recette générale de Lyon) et PO 1750 (Lorraine), f. 223 (quittance pour sa pension de 2 000 écus pour l’année 1580, 28 décembre 1580).

13 BnF ms. Fr 26163, no 1170 (quittance du 18 octobre 1580, pour un mandement à l’acquit du trésorier des parties casuelles).

14 Jacqueline Boucher, Société et mentalités autour de Henri III, Lille, Service de reproduction des thèses, 1981, 4 vol. , t. IV, p. 1504 ; Bibliothèque de l’Institut de France, ms. Godefroy 548, f. 20 (placet de Mercœur adressé au roi, 21 juillet 1581).

15 BnF ms. Fr 26168, no 2073 (quittance du 15 décembre 1586, pour 333 écus 1/3, faisant moitié de 666 écus 2/3 d’une demie année de la rente échue en septembre 1586).

16 Les Cérémonies tenues et observées à l’ordre et milice du sainct Esprit, et les noms des chevaliers qui sont entrez en iceluy, Paris, Jean d’Ongois, 1579. Pierre de L’Estoile donne un classement différent : selon lui Mercœur était le second, derrière Nevers, et Aumale le sixième, Journal de L’Estoile pour le règne de Henri III (1574-1589), éd. L.-R. Lefèvre, Paris, Gallimard, 1943, p. 211.

17 A[rchives] N[ationales], M[inutier] C[entral] XC, 147 (procuration du 16 mars 1587 en faveur du duc de Mercœur, pour bailler à ferme l’abbaye de Courtmalong).

18 BnF ms. PO 1750 (Lorraine), f. 233 (quittance du duc Charles de Lorraine, comme tuteur du marquis de Chaussin, pour sa pension de 333 écus 1/3 pour l’année 1582, 26 novembre 1582).

19 Journal de L’Estoile pour le règne de Henri III, op. cit., p. 287.

20 BnF ms. PO 1750 (Lorraine), f. 197 (mandement d’Henri III, Paris, 20 août 1575) et Fr 22430, f. 29 (quittance de Philippe Emmanuel de Lorraine pour son état de capitaine d’une compagnie de cinquante lances réduite, durant le quartier de janvier 1572, 8 mars 1574).

21 BnF ms. Fr 22430, f. 30 (certificat du duc de Mercœur, capitaine de cent hommes d’armes, en faveur de neuf hommes d’armes et de dix-sept archers nouvellement recrutés venus se joindre à sa compagnie, Château-Thierry, 20 octobre 1576). Montres de la compagnie de Mercœur : BnF ms. NAF 8632, f. 117-124 (La Ferté-sur-Aube, 12 mai 1578) et Clair. 278, f. 5367 et suiv. (Sillery, près de Reims, 31 juillet 1581). De 1578 à 1581, les officiers étaient François Frogeard de la Loubrie (lieutenant), René de Rochebaron (enseigne), Antoine de Choiseul, sieur de Clemont (guidon) et Nicolas de Vornay, sieur de Brochainville (maréchal des logis). Voir Fleury Vindry, Dictionnaire de l’état-major français au XVIe siècle, Ire partie : Gendarmerie, Bergerac, 1901, p. 279-280.

22 Jean d’Avaugour, sieur de Saint-Laurent, en devint le guidon.

23 Agrippa d’Aubigné, Histoire universelle, éd. A. Thierry, Genève, Droz, 1981-1999, 10 vol., t. IV, p. 334.

24 Il reçut 10 000 écus pour les frais engagés lors de cette campagne, BnF ms. Fr 32868, p. 146.

25 Correspondance du nonce en France Anselmo Dandino (1578-1581), éd. I. Cloulas, Rome-Paris, Presses de l’Université Grégorienne-Éd. de Boccard, 1970, p. 688-689 (Dandino au cardinal de Côme, Paris, 18 juin 1580).

26 AN MC XC, 128 (procuration passée le 18 août 1578).

27 AN MC XC, 147 (acte du 26 avril 1587).

28 AN MC XC, 147 (procuration passée le 17 avril 1587).

29 AN MC XC, 147 (procuration passée le 27 avril 1587).

30 AN MC XC, 149 (cession à ferme du comté de Chaligny, moyennant 5 000 francs lorrains (soit 1 052 écus 2/3) par an, pendant cinq ans, passée le 27 janvier 1588).

31 Lettres du cardinal de Lorraine 1525-1574, éd. D. Cuisiat, Genève, Droz, 1998, p. 666 (le cardinal de Lorraine à la duchesse de Nemours, 31 mars 1574).

32 Correspondance du nonce en France Antonio Maria Salviati (1572-1578), éd. P. Hurtubise et R. Toupin, Rome-Paris, Presses de l’Université Grégorienne-Éd. de Boccard, 1975, 2 vol., t. II, p. 263 (dépêche du 17 juillet 1575).

33 Alain Croix, L’Âge d’or de la Bretagne, 1532-1675, Rennes, Ouest-France, 1993, p. 57.

34 BnF ms. Fr 32865, p. 637-639.

35 Agrippa d’Aubigné, qui souligne son caractère énergique, note qu’il était « l’un des hazardeux et resolus capitaines du royaume » (Histoire universelle, op. cit., t. III, p. 17) ; BnF ms. Fr 15547, f. 278 (Charles IX à Martigues, château de Boulogne, 18 août 1568).

36 BnF ms. NAF 8627, f. 77 et suiv. (montre passée le 26 janvier 1568 à Hervy le Château).

37 BnF ms. Fr 2758, f. 222 vo-228 (copie des lettres patentes de Charles IX érigeant le comté de Penthièvre en duché-pairie en faveur de Sébastien de Luxembourg, données au Plessis-lès-Tours le septembre 1569, enregistrées au parlement de Paris le 4 septembre 1569). Le comté de Penthièvre lui venait de sa mère, Charlotte de Bretagne, sœur de Jean, duc d’Étampes.

38 AN MC XC, 128 (procuration passée par le duc de Mercœur, 18 août 1578).

39 BnF ms. Fr 8267, f. 7-8 (droits de Mercœur sur le duché de Penthièvre).

40 Robert R. Harding, Anatomy of a Power Elite: The Provincial Governors of Early Modern France, New Haven-Londres, Yale UP, 1978, p. 82.

41 Journal de L’Estoile pour le règne de Henri III, op. cit., p. 185. Mercœur entretenait une correspondance avec Carné : Dom Hyacinthe Morice, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, Paris, Charles Osmont, 1742-1746, 3 vol., rééd. Paris, Éd. du Palais Royal, 1974, t. III, col. 1444-1445 (Mercœur à Carné, 24 août 1578).

42 Aubigné, Histoire universelle, op. cit., t. V, p. 132 et 142.

43 Calendar of State papers, Foreign series, of the Reign of Elizabeth (ci-après CSP Foreign), Londres, 1863-1950, 26 vol., t. XIV, p. 161-164 (dépêche du 21 février 1580) ; J. Boucher, Société et mentalités, op. cit., t. III, p. 1072 et 1186.

44 La reine Louise et son frère avaient d’abord projeté de marier Marguerite à un prince italien, César d’Este, le roi lui promettant une dot de 50 000 écus : BnF ms. Fr 3391, f. 33 (Mercœur à Nemours, 10 janvier [1581]) ; Abel Desjardins éd., Négociations diplomatiques de la France avec la Toscane, Paris, 1859-1886, 6 vol., t. IV, p. 357 (Bussini et Renieri à Vinta, 7 mars 1581).

45 BnF ms. Fr 17557, f. 129-131 (contrat de mariage d’Anne de Joyeuse et de Marguerite de Lorraine, Paris, 18 septembre 1581).

46 AN MC LXXVIII, 126, f. 729-730 (prêt de 237 217 écus 2/3 fait par Anne de Joyeuse et Marguerite de Lorraine à Sébastien Zamet, Raphaël Martelli, Antoine Fayet, Robert Danes et Claude Malier, s’engageant pour Claude de Nyonere, procureur du duc de Lorraine, 19 novembre 1582). La somme fut remboursée en deux fois : le 1er juillet 1583 et le 17 février 1584.

47 Lucienne Colliard, « Tableaux représentant des bals à la cour des Valois », Gazette des Beaux-Arts, 105e année, mars 1963, p. 147-156.

48 J. Boucher, Société et mentalités, op. cit., t. III, p. 1148 ; BnF ms. Fr 26170, f. 107 vo (comptes de l’Argenterie).

49 Jacques Lavaud, « Les noces de Joyeuse (Documents inédits) », Humanisme et Renaissance, t. II, no 1, 1935, p. 44-52 ; CSP Foreign, op. cit., t. XV, 1907, p. 322 (Cobham à Walsingham, Paris, 1er octobre 1581).

50 Nicolas Le Roux, « The Politics of Festivals at the Court of the Last Valois », in Ronnie Mulryne et Elizabeth Goldring (dir.), Court Festivals of the European Renaissance: Art, politics and performance, Aldershot, Ashgate, 2002, p. 101-117 et La Faveur du roi. Mignons et courtisans au temps des derniers Valois (vers 1547-vers 1589), Seyssel, Champ Vallon, 2001.

51 Balet Comique de la Royne, faict aux Nopces de Monsieur le Duc de Joyeuse et madamoyselle de Vaudemont sa sœur. Par Balthasar De Beaujoyeulx, valet de chambre du Roy, et de la Royne sa mere, Paris, Par Adrian Le Roy, Robert Ballard et Mamert Patisson, 1582, f. 67 vo. Voir la réimpression de ce texte, précédée d’une introduction de Margaret M. Mcgowan (Binghamton, NY, 1982).

52 J. Boucher, Société et mentalités, op. cit., t. III, p. 1076 ; CSP Foreign, op. cit., t. XV, p. 342 (Cobham à Walsingham, Paris, 21 octobre 1581).

53 Il siégea neuf fois sur treize en janvier 1579, mais aucune fois en juillet ; il n’y figure pas non plus en janvier 1580 : BnF ms. Fr 16225 (registre du Conseil d’État, 1579-1580).

54 BnF ms. Fr 16229, f. 128 et fr 16232, f. 10 et 35 vo (registres et transcriptions du conseil d’État, 1584).

55 BnF ms. Fr 16231 ; Olivier Poncet, Pomponne de Bellièvre (1529-1607). Un homme d’État au temps des guerres de Religion, Paris, École des Chartes, 1998, p. 403.

56 CSP Foreign, op. cit., t. XIX, p. 308 (février 1585).

57 « […] vous y estes plus particullierement obligé que ung aultre pour beaucoup de considerations que je laisse à vous mesmes de juger », BnF ms. Fr 15574, f. 23 (Henri III à Mercœur, [Paris], 23 avril 1587).

58 BnF ms. Fr 3306, f. 108 vo (Henri III à Mercœur, Mézières, 7 juillet 1583).

59 CSP Foreign, op. cit., t. XV, p. 570 (Cobham à Walsingham, Paris, 20 mars 1582).

60 Ibid., t. XV, p. 550 (Cobham à Walsingham, Paris, 12 mars 1582).

61 Le roi lui promit la charge de colonel de la cavalerie légère de Piémont, qui ne conférait guère d’autorité. Mercœur se disputa d’ailleurs à ce sujet avec le duc de Guise, car celui-ci était colonel de la cavalerie légère de France, BnF ms. Fr 3391, f. 53 (Mercœur à Nemours, Blois, s. d. [1575 ?]).

62 Correspondance du nonce […] Dandino, op. cit., p. 372 (Dandino au cardinal de Côme, Paris, 12 avril 1579).

63 Dom Morice, Mémoires pour servir de preuves, op. cit., t. III, col. 1401-1403 (lettres de provision du gouvernement de Bretagne en survivance pour le prince de Dombes, Paris, 27 mai 1575).

64 Antoine Pacault, « Grands seigneurs de cour et gentilshommes provinciaux en Bretagne entre 1550 et 1650 », in Jean Kerhervé (dir.), Noblesse de Bretagne du Moyen Âge à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1999, p. 167.

65 En 1584, Mercœur recommanda ainsi le capitaine Ambroise Urbin pour la charge d’ingénieur et commissaire général des places de Bretagne, mais le roi supprima cette fonction, auparavant rétribuée 500 livres tournois : BnF ms. Fr 3306, f. 36 (Henri III à Mercœur, Saint-Léger, 28 octobre 1584) et Fr 3310, f. 6 (Henri III à Mercœur, Paris, 7 janvier 1585) (cf. Lettres de Henri III, éd. M. François et alii, Paris, Société de l’histoire de France, 1959-2006, 6 vol. parus, t. VI, p. 368).

66 F. A. Isambert et alii éd., Recueil général des anciennes lois françaises, Paris, 1821-1833, 29 vol., t. XIV, p. 556-590 (édit sur la juridiction de l’amiral, Paris, mars 1584). Voir Étienne Taillemite, « Les ordonnances de marine au XVIe siècle », in Philippe Masson et Michel Vergé-franceschi (dir.), La France et la mer au siècle des Grandes Découvertes, Paris, Tallandier, 1993, p. 55-68 ; Alan James, The Navy and Government in Early Modern France, 1572-1661, Rochester-Londres, Boydell Press-Royal Historical Society, 2004 et « Between “Huguenot” and “Royal” : Naval Affairs during the Wars of Religion », in Keith Cameron, Mark Greengrass et Penny Roberts (dir.), The Adventure of Religious Pluralism in Early Modern France, Berne, Peter Lang, 2000, p. 101-112.

67 « […] je suis demeuré en mon otorité, où la Royne si est extremement affectionné et m’y a fait beaucoup de bons office » : BnF ms. Fr 3391, f. 47 (Mercœur à Nemours, [v. avril 1584]) ; Dom Morice, Mémoires pour servir de preuves, op. cit., t. III, col. 1477-1478 ou BnF ms. Fr 3973, f. 35-37 (articles accordés entre le duc de Mercœur, gouverneur de Bretagne, et le duc de Joyeuse, amiral de France et de Bretagne, sur l’administration de leurs charges, Paris, 5 avril 1584).

68 Jacqueline Boucher, Deux épouses et reines à la fin du XVIe siècle : Louise de Lorraine et Marguerite de France, Saint-Étienne, 1995, p. 208 ; A. Desjardins, Négociations […] avec la Toscane, op. cit., t. IV, p. 508-510 (29 mai 1584).

69 BnF ms. Fr 3309, f. 8 (instructions d’Henri III à Montmorin, Paris, 29 mars 1585). Voir ce document en annexe.

70 BnF ms. Fr 3321, f. 40 (articles accordés à MM. de La Hunaudaye et de Fontaines, pour la lieutenance générale du gouvernement de Bretagne, par l’avis du duc de Montpensier, Nantes, 13 avril 1578) ; Dom Morice, Mémoires pour servir de preuves, op. cit., t. III, col. 1438-1439 (déclaration du roi sur le département du gouvernement entre les deux lieutenants généraux de Bretagne, Paris, 25 avril 1578).

71 Dom Morice, Mémoires pour servir de preuves, op. cit., t. III, col. 1400-1401 (lettres de provision pour la lieutenance générale accordée par le roi à La Hunaudaye, Paris, 3 mars 1575). Les pièces originales fournies par sa famille remontent au XIVe siècle, BnF ms. PO 2867 (Tournemine), no 1. La Hunaudaye a combattu en Piémont sous Brissac, avant d’être nommé chevalier de Saint-Michel en 1569. Il a été retenu comme gentilhomme ordinaire de la chambre de 1572 à 1575, et Henri III lui promit – semble-t-il – le collier du Saint-Esprit, mais il ne fut pas reçu dans l’Ordre : Jean François Louis d’Hozier, Recueil historique des chevaliers de l’ordre de Saint-Michel, éd. M. Popoff, Paris, Le Léopard d’or, 1998-2003, 3 vol., t. III, p. 44-45.

72 Le lieutenant de la compagnie était Mathieu de Bompart, sieur de Lornet, l’enseigne Georges Thomas, sieur de La Caunelaye, le guidon François Le Fesle, sieur de Guébriant, et le maréchal des logis Alain de La Haye, sieur de Troudelin : F. Vindry, Dictionnaire de l’état-major, op. cit., p. 471 ; montres de la compagnie de La Hunaudaye : BnF ms. Clair. 275, f. 4221-4229 (Moulins, 2 mars 1576) et NAF 8633, f. 23-26 (Dinan, 25 août 1581).

73 BnF ms. 500 Colbert 10, f. 20-21 (mémoire du sieur de La Hunaudaye adressé au roi, s.d.).

74 C’est pourquoi les capitaines n’avaient de cesse d’obtenir du roi l’autorisation de faire la « montre » de leur compagnie, afin que celle-ci puisse être soldée. En août 1587, Fontaines rappelait ainsi au secrétaire d’État Pinart que sa troupe n’avait pas été inspectée – et donc pas payée – depuis deux ans, ce qui mettait en cause son propre honneur (« nous sommes encore à atendre, qui est une moquerie qui ne tourne qu’à mon mepris ») : BnF ms. Fr 3380, f. 22 (Fontaines à Pinart, Saint-Malo, 9 août 1587).

75 BnF ms. Fr 3379, f. 22 (La Hunaudaye au roi, Méjusseaume, 24 mai 1587).

76 Par exemple, dans une lettre du 12 mars 1588, il recommandait au roi le sieur de La Julianaye, lieutenant de la compagnie du marquis du Pont : BnF ms. Fr 3394, f. 58 (Henri III à La Hunaudaye, Paris, 2 avril 1588). Le rôle de La Hunaudaye en Bretagne peut être comparé à celui de Dinteville en Champagne : cf. Laurent Bourquin, Noblesse seconde et pouvoir en Champagne aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, Publications de la Sorbonne, 1994.

77 En 1582, lors d’un passage à Paris, La Hunaudaye s’engagea aux côtés de Retz pour emprunter 2 000 écus au secrétaire Pierre Brulart, moyennant la constitution d’une rente de 166 écus 2/3 : AN MC LXXVIII, 126, f. 476-477 et 508 (actes des 6 et 7 octobre 1582).

78 Montre de la compagnie de Fontaines : BnF ms. Clair[ambault] 276, f. 4771-4781 (Sorigny, près de Montbazon, 22 septembre 1577) et NAF 8633, f. 29-32 (Saint-Julien de Vouvantes, 30 août 1581).

79 Georges de Bueil, sieur de Bouillé, portait les titres de chevalier de l’ordre, de conseiller au conseil privé, de capitaine de trente lances, de lieutenant général pour le roi au gouvernement de Bretagne et de vice-amiral audit pays. Sa compagnie d’ordonnance était recrutée principalement en Anjou, mais aussi en Bretagne et en Normandie : BnF ms. NAF 8632, f. 7-9 (montre de la compagnie Bueil-Bouillé, Hennebont en Bretagne, 27 janvier 1576).

80 BnF ms. Fr 32866, p. 472-473 ; F. Vindry, Dictionnaire de l’état-major, op. cit., p. 106-107 ; Dom Morice, Mémoires pour servir de preuves, op. cit., t. III, col. 1433-1436 (lettres de provision de la lieutenance générale accordée par le roi à Fontaines, Blois, dernier jour de février 1577).

81 Jean-Marie Constant, « Un modèle de “noblesse seconde” des pays ligériens : les du Bueil (Racan) », in Denise Turrel (dir.), Mélanges offerts à Claude Petitfrère. Regards sur les sociétés modernes (XVIe-XVIIIe siècles), Tours, Publications de l’université de Tours, 1997, p. 357-363, repris in La Noblesse en liberté, XVIe-XVIIe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004, p. 115-121 ; Nicolas Le Roux, « Élites locales et service de la Couronne au XVIe siècle : l’exemple de la noblesse de Touraine », in Chantal Grell et Arnaud Ramière De Fortanier (dir.), Le Second Ordre : l’idéal nobiliaire. Hommage à Ellery Schalk, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 1999, p. 153-167.

82 Dom Morice, Mémoires pour servir de preuves, op. cit., t. III, coll. 1442-1443 (lettres de nomination du marquis de La Roche comme gouverneur et vice-roi des « Terres neuves et pays qu’il prendra et conquestra sur lesdits barbares », Paris, 3 janvier 1578).

83 Troïlus du Mesgoez était chevalier de Saint-Michel depuis 1569 au moins ; il figurait dans la Maison du duc d’Alençon et d’Anjou comme chambellan ordinaire en 1575, 1576 et 1578. Sa seigneurie de La Roche était aussi appelée de Coërtarmoal, et il est parfois désigné par ce nom. J.-F. L. D’Hozier, Recueil historique des chevaliers, op. cit., t. III, p. 31 ; BnF ms. Fr PO 1938 (Mescoet), f. 3-5 (quittances des 10 octobre 1569, 29 mai 1572 et 26 août 1575).

84 L’évêque de Nantes siégea au conseil d’État en janvier et en octobre 1585, puis de nouveau à une reprise en janvier 1586, et plus régulièrement à l’automne. On l’y rencontra beaucoup plus en 1588, surtout en janvier, en mai et en octobre : BnF ms. Fr 16234-16236 (transcription des résultats et registres du conseil d’État, 1585-1588).

85 René de Lucinge, Lettres sur la cour d’Henri III en 1586, éd. A. Dufour, Genève, Droz, 1966, p. 276 et 279 (dépêches des 5 et 10 juillet 1586).

86 Girolamo Ragazzoni évêque de Bergame nonce en France. Correspondance de sa Nonciature 1583-1586, éd. P. Blet, Rome-Paris, Presses de l’université Grégorienne-Éd. E. de Boccard, 1962, p. 170 (Ragazzoni au cardinal de Côme, Paris, 18 décembre 1583).

87 J. Boucher, Société et mentalités, op. cit., t. IV, p. 1471-1472 et 1521 ; Jacques Hennequin, « Le duc de Mercœur d’après son oraison funèbre par François de Sales », in Noémi Hepp et Georges Livet éd., Héroïsme et création littéraire sous les règnes d’Henri IV et de Louis XIII, Paris, Klincksieck, 1974, p. 183-194.

88 J. Boucher, Société et mentalités, op. cit., t. IV, p. 1427.

89 Frances A. Yates, Les Académies en France au XVIe siècle [1947], trad. fr., Paris, PUF, 1996, p. 445.

90 Girolamo Ragazzoni […]. Correspondance de sa Nonciature, op. cit., p. 286 (Ragazzoni au cardinal de Côme, Paris, 23 juillet 1584).

91 Ibid., p. 251 (Ragazzoni au cardinal de Côme, Paris, 14 mai 1584).

92 René De Lucinge, « Le Miroir des princes ou grands de la France et un bref discours des trois Estats du Royaume avec les conjectures de ce que doibt estre de luy à l’advenir » [1586], éd. A. Dufour, Annuaire-Bulletin de la Société de l’Histoire de France, 1954-1955, p. 109.

93 La nouvelle de sa maladie était connue à la cour à la mi-septembre 1584. Mercœur était d’une santé si fragile que, deux ans plus tard, on allait même annoncer sa mort : Girolamo Ragazzoni […]. Correspondance de sa Nonciature, op. cit., p. 310 (Ragazzoni au cardinal de Côme, Paris, 17 septembre 1584) et p. 603 (Ragazzoni au cardinal Rusticucci, Paris, 7 juillet 1586).

94 B. Taylor, « La Bretagne et la première révolte de la Ligue (1584-1585) », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, t. XLIX, 1969, p. 39-70. Sur la crise ligueuse, voir les synthèses de Joël Cornette (Histoire de la Bretagne et des Bretons, Paris, Éd. du Seuil, 2005, 2 vol., t. I, p. 469 et suiv.) et d’Alain Croix (L’Âge d’or de la Bretagne, op. cit., p. 52 et suiv.).

95 René De Lucinge, Lettres sur les débuts de la Ligue, 1585, éd. A. Dufour, Genève, Droz, 1964, p. 25 (Paris, 25 mars 1585).

96 CSP Foreign, op. cit., t. XIX, p. 380 (dépêche de Stafford, 3 mars 1585).

97 BnF ms. Ita 1734, f. 26 (dépêche de Dolfin, Paris, 2 avril 1585), cité par Xavier Le Person, « Practiques » et « practiqueurs ». La vie politique à la fin du règne de Henri III (1584-1589), Genève, Droz, 2002, p. 238.

98 Les Rieux faisaient remonter leur généalogie à Robaldus de Rieux, vivant en 1021 : BnF D [ossiers] B [leus] 566 (Rieux), f. 8. Chasteauneuf, qui commandait une compagnie d’ordonnance, fut présent à toutes les grandes batailles des guerres civiles, et portait le collier de l’ordre de Saint-Michel depuis 1572 : BnF ms. PO 2483 (Rieux), no 38 (quittance du 15 novembre 1572). Il suivit un moment le parti du duc d’Anjou, dans la Maison duquel il figure comme chambellan en 1576 et en 1578, avant de s’engager aux côtés de Mercœur. Parmi les hommes ralliés à Mercœur figuraient également les capitaines Guiton, Carganton, Chesnais et Vaulouvet, les sieurs du Pin, de La Garde, les deux Nicollieres, les deux La Presse et le jeune Charonnyere : BnF ms. 500 Colbert 10, f. 20-21 (mémoire de La Hunaudaye adressé au roi, s.d.).

99 Dans sa jeunesse, Anne de Sanzay, comte de La Magnanne, affronta les pirates barbaresques, contre lesquels il perdit un bras. Un moment retenu prisonnier à Alger, il pratiqua ensuite la piraterie lui-même et fut embastillé pour cette raison en 1586. Deux ans plus tard, il épousait une riche veuve originaire du Léon, Marie de Tuomelin, dame de Lannarnuz : Mémoires du chanoine Jean Moreau sur les guerres de la Ligue en Bretagne, éd. H. Waquet, Quimper, Archives départementales, 1960, p. 125 ; A. Raison Du Cleuzion, « Documents inédits pour servir à l’histoire de la Ligue en Bretagne (extraits des archives du marquis de Lescoat) », Mémoires de la Société d’Émulation des Côtes-du-Nord, 1904, p. 25-80 (p. 26-64) ; A. de Barthélémy, Anne de Sanzay, comte de La Magnanne, abbé séculier de Lantenac, Saint-Brieux, 1852.

100 Sourdéac a laissé des mémoires, dans lesquels il évoque son engagement au service d’Henri IV, et qui s’achèvent sur la profession de foi suivante : « […] et mettray fin à ces memoires, priant ceux qui les liront croire que je n’ay rapporté que la pure verité sans aucune passion, et qu’ils m’excusent des imperfections de mon discours, ma profession estant plustost de soldat que d’oratheur » : BnF ms. Fr 3861, f. 257-277 (fragment des Mémoires de René de Rieux, sieur de Sourdéac, pour les années 1595-1597).

101 Lettres d’Henri III à Mercœur : BnF ms. Fr 3310, f. 23 vo-24 (Paris, 1er mars 1585) – cf. Lettres de Henri III, op. cit., t. VI, p. 394 – et Fr 3309, f. 9 (Paris, 29 mars 1585). Le second de ces documents figure en annexe.

102 BnF ms. Fr 3309, f. 7 vo (instructions d’Henri III à Montmorin, Paris, 29 mars 1585). Voir ce document en annexe.

103 Les magistrats du parlement de Rennes et l’évêque de Nantes furent également sollicités par courrier pour servir d’intermédiaires auprès de Mercœur : BnF ms. Fr 3310, f. 24 vo -25 (Henri III au parlement de Bretagne et à l’évêque de Nantes, Paris, 1er mars 1585) et Fr 3309, f. 9 ro-vo (Henri III à l’évêque de Nantes et au premier président du parlement de Bretagne, Paris, 29 mars 1585).

104 BnF ms. 500 Colbert 9, f. 214 (Philippe du Bec, évêque de Nantes, au roi, Nantes, 7 avril 1585). Voir ce document en annexe.

105 BnF ms. Fr 3309, f. 9 vo-10 (Henri III à La Roche-Coërtarmoal et à La Hunaudaye, Paris, 29 mars 1585).

106 René Marec, sieur de Montbarot, appartenait à une famille dont la généalogie remontait au début du XIVe siècle. Son père, Pierre, était chevalier de Saint-Michel, et son grand-père, Charles, capitaine de l’arrière-ban de l’évêché de Tréguier : BnF ms. DB 427 (Marec).

107 BnF ms. 500 Colbert 9, f. 246-247 (Mercœur au roi, s.l.n.d. [mai 1585]). Voir ce document en annexe.

108 B. Taylor, « La Bretagne et la première révolte de la Ligue », art. cité, p. 52.

109 BnF ms. Fr 3370, f. 68 (« Ce qui a esté advisé en la conferance faicte le vendredy, dernier jour de may M VC IIIIXX V, à Esparnay ») et f. 71 (« Articles apportez par Monsieur Miron, le IIe jour de juing 1585 »).

110 BnF ms. Fr 3309, f. 13 ro-vo (Henri III à La Hunaudaye, Paris, 24 juillet 1585). Il existe une copie de cette lettre envoyée par La Hunaudaye au président de la Musse, datée du 25 juillet et non du 24 (BnF ms. Fr 15570, f. 129).

111 BnF ms. Fr 3309, f. 28 vo (Henri III à La Hunaudaye, Paris, 24 août 1585) ; BnF ms. Fr 3394, f. 14 vo (Henri III à La Hunaudaye, Paris, 18 avril 1587).

112 BnF ms. Fr 3309, f. 31 (Henri III à Mercœur, Paris, 3 [septembre] 1585).

113 BnF ms. Fr 3309, f. 45 (Henri III à Mercœur, Paris, 10 octobre 1585).

114 BnF ms. Fr 3309, f. 27 vo et f. 50 (Henri III à Mercœur, Paris, 24 août et 21 octobre 1585). En 1586, Henri III ordonna l’armement de plusieurs vaisseaux, dont le financement devait être assuré par les États de la province, mais ceux-ci s’y opposèrent : BnF ms. 500 Colbert 10, f. 114 (commission pour l’armement de cinq vaisseaux, comptant 35 815 écus 2/3 par mois, Saint-Maurdes-Fossés, 21 juin 1586).

115 BnF ms. 500 Colbert 10, f. 290-292 (remontrances des trois états de Bretagne, faites en l’assemblée tenue à Rennes le 1er octobre 1587, et réponses du roi, faites au conseil d’État à Paris le 1er décembre 1587).

116 Lucinge, Lettres sur les débuts de la Ligue, op. cit., p. 166 (Paris, 8 août 1585).

117 Aubigné, Histoire universelle, op. cit., t. VI, p. 195-199.

118 Lucinge, Lettres sur les débuts de la Ligue, op. cit., p. 191 (Paris, 20 septembre 1585) ; Girolamo Ragazzoni […]. Correspondance de sa Nonciature, op. cit., p. 450 (Ragazzoni au cardinal de Côme, Paris, 16 septembre 1585). Au même moment, le cardinal de Vaudémont, resté loin de la cour, s’employait à rentrer dans les bonnes grâces du roi, à qui il envoya une déclaration de fidélité très expressive, BnF ms. 500 Colbert 9, f. 320 (Charles de Lorraine, cardinal de Vaudémont, au roi, Nancy, 14 septembre 1585).

119 Lucinge, Lettres sur les débuts de la Ligue, op. cit., p. 193 (Paris, 26 septembre 1585) ; BnF ms. Ita 1734, p. 246-251 (dépêche du 27 septembre 1585).

120 Lucinge, Lettres sur les débuts de la Ligue, op. cit., p. 199 (Paris, 2 octobre 1585).

121 BnF ms. Fr 3364, f. 124 (Mercœur à Nevers, Étampes, 27 septembre [1585]).

122 Lucinge, Lettres sur les débuts de la Ligue, op. cit., p. 223 (Paris, 28 octobre 1585).

123 Sur la situation en Anjou, voir Laurent Bourquin, Les Nobles, la ville et le roi. L’autorité nobiliaire en Anjou pendant les guerres de Religion, Paris, Belin, 2002.

124 Lucinge, Lettres sur la cour d’Henri III, op. cit., p. 171 (Paris, 7 mai 1586).

125 Lucinge, Lettres sur les débuts de la Ligue, op. cit., p. 255 et 278 (Paris, 2 et 19 décembre 1585) ; BnF ms. Fr 3309, f. 92 vo (Henri III à Mercœur, Paris, 18 décembre 1585).

126 Aubigné, Histoire universelle, op. cit., t. VII, p. 299.

127 BnF ms. Fr 3310, f. 53 vo (Henri III au premier président Cucé, Paris, 22 mars 1586).

128 BnF ms. Fr 3310, f. 80 vo (instructions d’Henri III à son valet Monchastre, s’en allant en Bretagne, Saint-Maur des Fossés, 26 juin 1586) et f. 81 (Henri III à La Hunaudaye, Saint-Maur des Fossés, 26 juin 1586).

129 Aubigné, Histoire universelle, op. cit., t. VII, p. 298.

130 BnF ms. Fr 3379, f. 24 (La Hunaudaye au roi, Vitré, 9 juin 1587). Voir ce document en annexe.

131 BnF ms. Fr 3394, f. 34 (Henri III à Mercœur, 16 juillet 1587) et Fr 3396, f. 32 (Mercœur au roi, août 1587).

132 BnF ms. Fr 3379, f. 88 (La Hunaudaye au roi, La Hunaudaye, 16 novembre 1587). Voir ce document en annexe.

133 Lucinge, « Le Miroir des princes », op. cit., p. 145. Au printemps, Lucinge assurait déjà que Mercœur avait juré et promis par écrit au roi de ne plus être de la Ligue : Lettres sur la cour d’Henri III en 1586, op. cit., p. 203 (Paris, 27 mai 1586).

134 René de Lucinge, Lettres de 1587 : l’année des reîtres, éd. J. Supple, Genève, Droz, 1994, p. 92 et 99 (Paris, 13 et 20 mars 1587).

135 Journal de L’Estoile pour le règne de Henri III, op. cit., p. 487-488.

136 Lucinge note que Mercœur est reparti en Bretagne le 2 mai, car les huguenots se sont emparés d’une place de son gouvernement, mais que jusqu’ici « le pays s’est tousjours bien gardé » : Lettres de 1587, op. cit., p. 169 (Paris, 3 mai 1587).

137 BnF ms. Fr 15574, f. 23 (Henri III à Mercœur, [Paris], 23 avril 1587).

138 BnF ms. Fr 15574, f. 24 (Brulart à Mercœur, Paris, 24 avril 1587).

139 Lucinge, Lettres de 1587, op. cit., p. 190 (Paris, 2 juin 1587).

140 BnF ms. Fr 3370, f. 61-62 (Mercœur au roi, s.l., 12 juin [1587 ?]). Voir ce document en annexe.

141 BnF ms. Fr 3394, f. 33 vo (Henri III à La Hunaudaye, 16 juillet 1587). Voir ce document en annexe.

142 BnF ms. Fr 3394, f. 15 (Henri III à La Hunaudaye, Paris, 18 avril 1587).

143 Lucinge, Lettres de 1587, op. cit., p. 201 (Paris, 8 juin 1587).

144 Ibid., p. 310 (Paris, 2 octobre 1587) ; Sully, Les Œconomies royales, éd. D. Buisseret et B. Barbiche, Paris, Klincksieck, 2 vol. parus, 1970-1988, t. I, p. 181 ; Aubigné, Histoire universelle, op. cit., t. VII, p. 119.

145 AN MC XC, 150 (acte du 15 novembre 1588).

146 Lucinge, Lettres de 1587, op. cit., p. 373 (Paris, 30 novembre 1587).

147 AN MC VIII, 401, f. 56-60 (contrat passé le 18 janvier 1588, par lequel le duc et la duchesse de Mercœur établissent Joseph Bourdereul, bourgeois de Paris, pour leur conseiller, trésorier et receveur général des finances pour trois années : Bourdereul était tenu de fournir chaque année de 1 666 écus 2/3 pour la dépense ordinaire du duc et de la duchesse, de payer les rentes, d’un montant annuel estimé à 5 000 écus, et les charges pesant sur leurs terres, revenant à 2 500 écus) ; AN MC XC, 149 (bail à ferme passé par Mercœur, 27 janvier 1588) ; AN MC VIII, 401, f. 267-269 (constitution d’une rente de 150 écus, moyennant la somme de 1 800 écus, passée par Mercœur et Bourdereul, 7 mars 1588).

148 Dom Morice, Mémoires pour servir de preuves, op. cit., t. III, col. 1487-1488 (déclaration en faveur du duc de Mercœur touchant les droits d’Amirauté, Chartres, 17 août 1588).

149 BnF ms. Fr 3956, f. 30 vo (instruction à l’évêque du Mans allant vers le pape, 1589).

150 A[rchivo] G[eneral de] S[imancas] (microfilms aux Archives Nationales), K 1568, no 104 d (Guise à Mendoza, s.l., 21 septembre 1588).

151 Aubigné, Histoire universelle, op. cit., t. VII, p. 281.

152 Gustave Baguenault de Puchesse, « Le duc de Mercœur et Henri III », Bulletin historique et philologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1909, p. 287-292.

153 Lettres de Mercœur à Nevers : BnF ms. Fr 3407, f. 89 (Nantes, 1er novembre 1588), Fr 3414, f. 17, 22 et 28 (Nantes, janvier 1989) et F. Joüon des Longrais, art. cité, p. 233.

154 BnF ms. Fr 3414, f. 30 (Mercœur à Nevers, [Nantes], 19 janvier [1589]).

155 BnF ms. Fr 3422, f. 76 (Mercœur à Nevers, Nantes, 8 janvier 1589). Une transcription légèrement différente est proposée par F. Joüon Des Longrais, art. cité, p. 235-236.

156 BnF ms. Fr 3422, f. 78 (Mercœur à Nevers, Nantes, 9 janvier 1589) ; F. Joüon Des Longrais, art. cité, p. 236.

157 BnF ms. Fr 3414, f. 15 (Mercœur à Nevers, Nantes, 2 janvier [1589]).

158 BnF ms. Fr 3414, f. 46 (Mercœur à Nevers, Nantes, 10 mars 1589).

159 F. A. Isambert, Recueil général des anciennes lois, op. cit., t. XIV, p. 635-643 (déclaration du roi contre les ducs de Mayenne et d’Aumale, Blois, février 1589) ; BnF ms. Fr 3977, f. 95 vo (première minute de la déclaration faite par le roi touchant la mort de feu monsieur de Guise, Amboise, 28 février 1589).

160 BnF ms. Fr 3996, f. 62 vo (serments à l’Union du duc de Mayenne et du comte de Chaligny, 16 février 1589).

161 BnF ms. PO 1750 (Lorraine), f. 269 (quittance du comte de Chaligny pour la somme de 1 000 écus à lui ordonnée par le duc de Mayenne, 10 juin 1589).

162 BnF ms. Fr 3641, f. 25 (Mendoza à Philippe II, Paris, 21 avril 1589).

163 C’est ce que soutient le sénéchal de Vitré : BnF ms. Fr 3861, f. 171 vo (« Mémoires de M. de Montmartin, des guerres de la Bretagne depuis 1589 jusques en 1598 »). Après la mort de Cucé, le roi a désigné Claude Faucon de Ris comme premier président du parlement de Bretagne, bien qu’il ne fût pas membre de cette cour souveraine, et alors que La Hunaudaye recommandait un magistrat breton, le président de La Musse : BnF ms. Fr 3394, f. 5 et 14 (Henri III à La Hunaudaye, Paris, 9 et 18 avril 1587). Ris, qui avait été conseiller (1567-1579), puis président des enquêtes au parlement de Paris (1579-1587), était parfaitement intégrés aux cercles curiaux, et il avait même servi comme procureur des Joyeuse pour plusieurs transactions importantes : AN MC LXXVIII, 124 (26 novembre 1581), 126 (19 novembre 1582)… Par ailleurs, il avait siégé régulièrement au conseil d’État en octobre 1585, puis à quelques reprises en 1586, et au cours des quatre premiers mois de 1587. À l’automne de 1588, il fit encore quelques apparitions au Conseil à Blois (22 et 27 septembre, 1er, 10 et 15 octobre 1588) : BnF ms. Fr 16234-16236 (transcription des résultats et registres du conseil d’État, 1585-1588).

164 Sigismond Ropartz, La journée des Barricades et la Ligue à Rennes. Mars et avril 1589. D’après des documents contemporains inédits, Rennes, 1877, p. 91 (Henri III aux habitants de Rennes, Tours, 23 mars 1589).

165 « Lettres inédites du duc de Mercœur et des rois Henri III et Henri IV aux habitants de Rennes en 1589 et 1590 », Bulletin et mémoires de la Société archéologique du département d’Ille-et-Vilaine, 1862, p. 297 (Mercœur à la ville de Rennes, Fougères, 11 avril 1589).

166 Les évêques royalistes étaient ceux de Nantes et de Tréguier.

167 Journal de L’Estoile pour le règne de Henri III, op. cit., p. 611-612.

168 Elie Barnavi, Le Parti de Dieu. Étude sociale et politique des chefs de la Ligue parisienne, 1585-1594, Louvain, Nauwelaerts, 1980, p. 195.

169 Au printemps de 1589, le parlement ligueur de Dijon comprenait vingt-huit officiers (contre vingt-deux pour le parlement royaliste de Flavigny) et la Chambre des comptes seize ou dix-sept officiers (contre six ou sept à Flavigny) : Henri Drouot, « Flavigny contre Dijon. Notes sur schisme dijonnais de 1589 », Mémoires de l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon, 1922, p. 47-120. Du même auteur, voir aussi Mayenne et la Bourgogne. Étude sur la Ligue, 1587-1596, Paris, Picard, 1937, 2 vol. 

170 Aubigné, Histoire universelle, op. cit., t. VIII, p. 31 ; Michel Lagrée, « La structure pérenne, événement et histoire en Bretagne orientale, XVIe-XXe siècles », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, t. XXIII, no 3, 1976, p. 394-407.

171 F. Jacques Le Bossu, Deux devis d’un Catholique et d’un Politique sur l’exhortation faicte au peuple de Nantes […], Nantes, Nicolas des Marestz et François Faverye, 1589. Voir Jean-Marie Le Gall, « Saint-Denis, les Guise et Paris sous la Ligue, 1588-1590 », French Historical Studies, t. XXIV, no 2, 2001, p. 157-184 ; Louis Grégoire, La Ligue en Bretagne, op. cit., p. 70-96.

172 Elizabeth C. Tingle, « The Intolerant City? Nantes and the Origins of the Catholic League 1580-1589 », in Keith Cameron, Mark Greengrass et Penny Roberts (dir.), The Adventure of Religious Pluralism in Early Modern France, Berne, Peter Lang, 2000, p. 191-205, « Nantes and the Origins of the Catholic League of 1589 », Sixteenth Century Journal, t. XXXIII, no 1, 2002, p. 109-128 et Authority and Society in Nantes During the French Wars of Religion, 1559-98, Manchester, Manchester UP, 2006; Guy Saupin, Nantes au temps de l’Édit, La Crèche, Geste éditions, 1998; Robert R. Harding, « Revolution and Reform in the Holy League: Angers, Rennes, Nantes », Journal of Modern History, t. LIII, no 4, 1981, p. 379-416 ; Marc Fardet, « Nantes au temps de la Ligue. La lutte contre les protestants au sud de la Loire sous le gouvernement du duc de Mercœur (1582-1598) », La Revue du Bas-Poitou et des provinces de l’Ouest, 80e année, 1969, no 1, p. 36-51 et no 2, p. 117-128.

173 Dominique Le Page, « Le personnel de la Chambre des comptes de Bretagne en conflit (années 1589-1591) », Cahiers d’histoire, t. XLV, no 4, 2000, p. 587-609.

174 On peut suivre le parcours de Philippe du Bec grâce au journal de son secrétaire (BnF ms. Fr 5755), publié par Édouard de Barthélemy : Journal d’un curé ligueur de Paris sous les trois derniers Valois, suivi du Journal du secrétaire de Philippe du Bec, archevêque de Reims, de 1588 à 1605, Paris, 1866.

175 AGS, K 1569, no 25 (« Relation sommaire de l’état en quoy se trouve le Royaume de France »), f. 1 vo.

176 J.-M. Constant, La Ligue, op. cit., p. 281-283 ; Yves Durand, « Les républiques urbaines en France à la fin du XVIe siècle », Société d’histoire et d’archéologie de l’Arrondissement de Saint-Malo, 1990, p. 205-244 ; Bernadette Lécureux, « Morlaix sous la dictature d’un gouvernement ligueur, 1589-1590 », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, t. LXVI, 1989, p. 137-155.

177 La liste fournie par le sénéchal de Vitré comprend aussi les noms suivants : Gueymadeur, La Bouteillerie et Querinan : BnF ms. Fr 3861, f. 173 vo (« Mémoires de M. de Montmartin »).

178 BnF ms. Ita 1738, f. 18 vo-19 (dépêche de Mocenigo, Tours, 15 avril 1589).

179 Aubigné, Histoire universelle, op. cit., t. VIII, p. 32.

180 Dom Morice, Mémoires pour servir de preuves, op. cit., t. III, col. 1494-1496 (déclaration d’Henri III privant Mercœur de sa charge de gouverneur de Bretagne, Tours, 18 avril 1589) ; BnF Ita 1738, f. 19 et 22 vo (dépêche de Mocenigo, Tours, 15 et 22 avril 1589).

181 Sully, Les Œconomies royales, op. cit., t. I, p. 200.

182 Nicolas Le Roux, « Honneur et fidélité. Les dilemmes de l’obéissance nobiliaire au temps des troubles de Religion », Nouvelle Revue du Seizième Siècle, t. XXII, no 1, 2004, p. 127-146 ; Arlette Jouanna, Le Devoir de révolte. La noblesse française et la gestation de l’État moderne, 1559-1661, Paris, Fayard, 1989 ; Kristen Neuschel, Word of honor : Interpreting Noble Culture in Sixteenth-century France, Ithaca, Cornell UP, 1989.

183 Jacques-Auguste De Thou souligne évidemment le courage du cousin d’Henri IV : Histoire universelle depuis 1543 jusqu’en 1607 [1604-1608], trad. fr. Londres, 1734, 16 vol. , t. X, p. 659 ; Aubigné, Histoire universelle, op. cit., t. VIII, p. 53-54 ; Nicolas Brûlart, Journal d’un ligueur parisien des barricades à la levée du siège de Paris par Henri IV (1588-1590), éd. X. Le Person, Genève, Droz, 1999, p. 140-141.

184 AGS, K 1569, no 53 (Mendoza à Philippe II, Paris, 17 juin 1589).

185 Dom Morice, Mémoires pour servir de preuves, op. cit., t. III, col. 1499-1501 ou BnF ms. Fr 3210, f. 74-75 (lettres de nomination du prince de Dombes au gouvernement de Bretagne, Tours, 7 juin 1589) ; BnF ms. Ita 1738, f. 33 (dépêche de Mocenigo, Tours, 8 juin 1589).

186 BnF ms. Fr 3422, f. 52 vo (Potier de Gesvres à Nevers, camp d’Étampes, 28 juin 1589), Fr 3422, f. 119 ([J. de Montholon] à Nevers, Tours, 27 juin 1589) et Ita 1738, f. 28 (Dépêche de Mocenigo, Tours, 26 juin 1589) ; Aubigné, Histoire universelle, op. cit., t. VIII, p. 55.

187 « Lettres inédites du duc de Mercœur », p. 301-303 (Henri III à la ville de Rennes, Jargeau et camp de Villepreux, 20 juin et 8 juillet 1589).

188 Dom Morice, Mémoires pour servir de preuves, op. cit., t. III, col. 1496 (commission du duc de Mercœur au sieur de la Chaise pour lever des troupes, Dinan, 19 avril 1589).

189 « Lettres inédites du duc de Mercœur », art. cité, p. 298 (Mercœur à la ville de Rennes, Fougères, 11 avril 1589).

190 AGS, K 1569, no 25 (« Relation sommaire de l’état en quoy se trouve le Royaume de France »), f. 1 vo.

191 J.-M. Constant, La Ligue, op. cit., p. 330.

192 A. Pacault, « Grands seigneurs… », art. cité, p. 179. Cf. Gaston De Carné, Les Chevaliers bretons de l’ordre de Saint-Michel, Nantes, 1884.

193 Dom Morice, Mémoires pour servir de preuves, op. cit., t. III, col. 1498 (Henri III à La Hunaudaye, Tours, 9 mai 1589). Sur la bataille de Tours, qui eut lieu le 8 mai, voir BnF ms. Fr 10270, f. 152 ro -vo (journal historique du temps de la Ligue) et Fr 3412, f. 7-8 (« Journal d’Henri IV ») ; Les Œconomies royales de Sully, op. cit., t. I, p. 210 ; Aubigné, Histoire universelle, op. cit., t. VIII, p. 39-42 ; BnF ms. Ita 1738, f. 24 vo (dépêche de Mocenigo, Tours, 13 mai 1589).

194 Dans une lettre adressée le même jour au duc de Nevers, qui reprenait les mêmes informations, le roi ne prenait pas la peine de souligner la nécessité de diffuser la nouvelle : BnF ms. Fr 3422, f. 44 (Henri III à Nevers, Tours, 9 mai 1589).

195 Sur ces événements, voir Nicolas Le Roux, Un régicide au nom de Dieu. L’assassinat d’Henri III (1er août 1589), Paris, Gallimard, 2006.

196 Ce puissant seigneur possédait le château de Clisson. Il était par ailleurs comte de Vertus, en Champagne.

197 Il était le fils de René de Rieux (1540-1575), baron d’Asserac et de La Feillée, chevalier de Saint-Michel, gentilhomme ordinaire de la chambre du roi, lieutenant de la compagnie d’ordonnance du prince de Condé et chambellan du roi de Navarre : BnF ms. PO 2483 (Rieux), no 40-43.

198 BnF ms. Fr 3861, fol 180 vo (« Mémoires de M. de Montmartin »).

199 Le lieutenant de Mercœur, dont le nom n’est pas indiqué, le sieur du Gué, le sieur de Tuislac et René de Bretagne : « Relatione delle Divisioni di Francia. 1589 », Tesoro Politico […], Nell’Academia Italiana di Colonia, Terza Impressione, s.l., 1598 [1re éd. 1589], p. 302.

200 BnF ms. Fr 3861, fol 171 ro-vo (« Mémoires de M. de Montmartin »).

201 Laurent Tornabuoni a servi le roi comme gentilhomme de la chambre, et il a joué un rôle d’intermédiaire entre Henri III et Mercœur, à qui il porta notamment un mémoire sur la situation maritime : BnF ms. Fr 3310, f. 49 vo (Henri III à Mercœur, Paris, 4 mars 1586). Pour sa mission espagnole, voir Gaston De Carné, Documents sur la Ligue en Bretagne. Correspondance du duc de Mercœur et des ligueurs bretons avec l’Espagne extraite des Archives Nationales, Vannes-Rennes, 1899, 2 vol., t. I, p. 11 (Mercœur à sa femme, 16 juillet 1590). Une parente de ce personnage, Catherine Tornabuoni, apparaît dans la maison de la reine Louise : Jean-François Dubost, La France italienne, XVIe-XVIIe siècle, Paris, Aubier, 1997, p. 444.

202 AGS, K 1449, no 49 (Philippe II à Mercœur, San Lorenzo, 1er septembre 1589). Cette lettre est brièvement analysée par Gaston de Carné : Documents sur la Ligue en Bretagne…, op. cit., t. I, p. 5.

203 AGS, K 1449, no 59 (Instructions de Philippe II à Maldonado, San Lorenzo, 12 septembre 1589) et no 60 (Philippe II à Mercœur, San Lorenzo, 12 septembre 1589) ; G. De Carné, Documents sur la Ligue, op. cit., p. 5-6.

204 Valentìn Vàsquez De Prada, Felipe II y Francia (1559-1598). Polìtica, Religiòn y Razòn de Estado, Pampelune, Ediciones Universidad de Navarra S.A., 2004, p. 335 et « Un episodio significativo de las relaciones de Felipe II con la Liga : la intervencion en Bretaña (1589-1598) », in José Martìnez Millàn (dir.), Felipe II (1527-1598). Europa y la Monarquìa Catòlica, Madrid, Parteluz, 1998, t. I, vol. 2, p. 923-951 ; José Javier Ruiz Ibáñez, « Le choix du Roi. Les limites de l’intervention espagnole en France (1592-1598) », in Claudine Vidal et Frédérique Pilleboue (dir.), La Paix de Vervins. 1598, Laon, Société archéologique et historique de Vervins et de la Thiérache, 1998, p. 139-158 ; Kristin Richardson, « After the Armada : The Cuatro Villas de la Costa and Philip’s Brittany Campaign », in Malcolm R. Thorp et Arthur J. Slavin (dir.), Politics, Religion and Diplomacy in Early Modern Europe : Essays in Honor of De Lamar Jensen, Kirksville, Sixteenth Century Essays and Studies, 1994, p. 161-170.

205 AGS, K 1571, no 155 (Mendoza à don Martin de Idiaquez, Paris, 9 décembre 1590).

206 Mémoires du chanoine Jean Moreau, op. cit., p. 103-108 ; Aubigné, Histoire universelle, op. cit., t. VIII, p. 259-261 ; BnF ms. Fr 5045, f. 368 (récit de la bataille de Craon). Conti était assisté de Charles de Montmorency, duc de Damville (fils d’Henri, duc de Montmorency), du duc de Montbazon, du comte de La Rochepot (gouverneur d’Anjou), du baron d’Avaugour, du sieur de Rambouillet, du marquis de Villaines, du sieur de Puycharic (gouverneur d’Angers), du sieur de Racan et du sieur d’Achon ; le prince de Dombes, pour sa part, était accompagné par le marquis de Couasquen, par le marquis d’Asserac, par le sieur de La Moussaye, par Claude Anguier, baron de Crapado, et par les sieurs de Boissionaut et d’Espruneaus.

207 Mémoires inédits de Michel de La Huguerye, éd. A. de Ruble, Paris, 1877-1880, 3 vol., t. III, p. 417.

208 Ibid., p. 347.

209 Nicolas Le Roux, « Guerre civile, entreprises maritimes et identité nobiliaire : les imaginations de Guy de Lanssac (1544-1622) », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, t. LXV, no 3, 2003, p. 529-568.

210 Rocco Sciarrone, « Réseaux mafieux et capital social », Politix, t. XIII, no 49, 2000, p. 35-56 (p. 45).

211 Géraud Poumarède, Pour en finir avec la croisade. Mythes et réalités de la lutte contre les Turcs aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, PUF, 2004, p. 397 et suiv. Voir aussi Claude Michaud, « D’une croisade à l’autre, ou de François de La Noue au duc de Mercœur », in Jean-François Labourdette, Jean-Pierre Poussou et Marie-Catherine Vignal (dir.), Le Traité de Vervins, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2000, p. 469-471 ; Peter Sahin-Toth, « Expier sa faute en Hongrie. Réminiscences de croisade et pacification politique sous Henri IV », in Brigitte Maillard (éd.), Foi, fidélité, amitié en Europe à la période moderne. Mélanges offerts à Robert Sauzet, Tours, Publications de l’Université de Tours, 1995, p. 429-439.

212 BnF ms. Fr 3309, f. 7 vo-9, minute.

213 BnF ms. Fr 3309, f. 9, minute.

214 BnF ms. 500 Colbert 9, f. 214, original.

215 BnF ms. 500 Colbert 9, f. 246-247, original.

216 BnF ms. Fr 3379, f. 24, original.

217 BnF ms. Fr 3370, f. 61-62, original. F. Joüon des Longrais a transcrit cette lettre, qu’il date de 1588 (« Le duc de Mercœur », art. cité, p. 241-242).

218 BnF ms. Fr 3394, f. 33 vo, minute.

219 BnF ms. Fr 3379, f. 88, original.

Auteur

Professeur d’histoire moderne à l’université Lumière-Lyon 2. Ses travaux portent sur l’histoire de la société de cour et de la noblesse au temps de guerres de religion. Il est l’auteur de La Faveur du roi. Mignons et courtisans au temps des derniers Valois (Seyssel, Champ Vallon, 2001), et Un régicide au nom de Dieu. L’assassinat d’Henri III (1er août 1589) (Paris, Gallimard, 2006)

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540