Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Le duc de Mercœur

 | 
Emmanuel Buron
, 
Bruno Méniel

Introduction

Emmanuel Buron

Testo integrale

  • 1 Pour une analyse des transformations qui se produisent au XVIe siècle, hélas limitée au règne de F (...)

1L’une des grandes difficultés que soulèvent l’analyse et l’interprétation des œuvres littéraires de la Renaissance tient au fait qu’on peine souvent à déterminer pour quels lecteurs elles ont été écrites. Cette période se caractérise notamment par un élargissement du lectorat potentiel qu’une œuvre peut atteindre, qui tend à déborder la cour du roi ou des très grands mécènes et les cercles restreints des érudits ou des professionnels de la chose écrite (parlementaires, juristes, secrétaires du roi et autres fonctions administratives) : les foyers de culture locaux se multiplient, sans qu’on ait encore mesuré leur dispersion, leur nombre ou leur mode de fonctionnement1. L’étude du « champ littéraire » et de son organisation est bien moins avancée pour le XVIe siècle qu’elle l’est pour le siècle suivant : cette disparité s’explique en partie par le fait que le XVIIe siècle voit apparaître des institutions qui organisent le champ (et qui attirent l’attention des chercheurs), alors que le XVIe siècle se caractérise seulement par la multiplication des foyers de culture, sans encadrement institutionnel. En l’état actuel des recherches, l’inventaire même des milieux significatifs n’est pas encore fait.

2Ces considérations rendent compte de l’intérêt que mérite le texte de Nicolas de Montreux qui est à l’origine du présent ouvrage : à la fin du deuxième tome de l’Histoire universelle des guerres du Turc (Paris, Robert Foüet, 1608), l’auteur dresse un portrait du duc de Mercœur, qu’il présente comme un grand seigneur passionné de livres, au point de faire de sa cour de Nantes un foyer culturel de premier plan. Or, Mercœur et son entourage restent fort peu connus. Le moyen le plus simple de présenter les objectifs de ce volume est encore de présenter puis d’analyser brièvement ce texte de Montreux. Comme plusieurs des communications ici rassemblées reviendront sur cet auteur, et que toutes évoqueront Mercœur, je réduirai au minimum les indications biographiques concernant ces personnages.

Le portrait comme témoignage : les pratiques culturelles d’un grand seigneur

3Philippe-Emmanuel de Lorraine, duc de Mercœur est le frère de Louise de Lorraine, qui devient reine en 1575. À partir de cette date, il s’élève rapidement dans la faveur du roi, qui le nomme gouverneur de Bretagne en 1582. Néanmoins, il se rapproche peu à peu de la Ligue et ses relations avec le roi deviennent difficiles, jusqu’à ce qu’en 1589, après l’assassinat des Guise et celui d’Henri III, il rompe définitivement avec le parti royal et rallie la Ligue, dont il devient une des principales figures, menant la guerre contre les troupes du roi en Bretagne. Il sera le dernier des ligueurs à se rallier à Henri IV en 1598, ralliement qu’il a probablement vécu dans l’amertume puisqu’il s’engage peu de temps après au service de l’Empereur pour aller combattre les Turcs en Hongrie. En revenant de cette croisade, il tombe malade et meurt à Nüremberg en 1602, âgé de 43 ans. Or, dans l’Histoire universelle des guerres du Turc, Montreux évoque longuement la campagne impériale à laquelle Mercœur a participé, et ce personnage est le véritable héros de son ouvrage. Au moment d’évoquer sa mort, Montreux dresse de lui un portrait de plusieurs pages qui le fait apparaître comme un parfait gentilhomme, d’une piété et d’une vertu militaire exemplaires ; mais le trait le plus remarquable de ce portrait, c’est que la culture littéraire y tient la première place et participe des autres qualités de Mercœur.

4Si Montreux rappelle la charité du duc envers les pauvres nantais, c’est que cette vertu témoigne d’une libéralité fondamentale que le seigneur exerçait également envers tout « homme sçavant » sollicitant son aide.

  • 2 N. De Montreux, Histoire universelle des guerres du Turc, Paris, Robert Foüet, 1608, p. 809-810. L (...)

« Il ne fut onc une ame plus devote, ni capable de plus de vertus, ses devotions estoient estoffees de charitez, et ses charitez relevées de prieres, tous les jours à la messe, avec une fervente devotion à la gloire de Dieu, et des aumosnes riches au bien des indigens. L’annee mille cinq cens soixante dissept, que les vivres furent si rares, et les pauvres si communs, il donnoit pour le public des pauvres, outre ses aumosnes ordinaires, tous les jours quarante escus. […] Jamais homme sçavant luy presenta d’escripts de sa plume, qu’il ne receut le loyer de sa liberalle main, fort prodigue de la loüange à la loüange des Illustres, par les armes, ou les lettres, comme jà voyant en idée, celle que les mesmes illustres luy devoient rendre en effect2. »

5Par une irrésistible association d’idées, Montreux glisse des « devotions » de Mercœur aux « aumosnes riches » qu’il consacrait « au bien des indigens », puis au « loyer » qu’il accordait « de sa liberalle main » aux doctes qui lui présentaient un ouvrage. Cet amalgame suggère que le mécénat du duc, la générosité des dons d’argent ou de louange qu’il accordait aux doctes par estime pour leur savoir et dans le but de gagner leurs louanges en retour, révèle une qualité morale analogue à la charité : qu’il soit motivé par l’amour de Dieu ou par celui des lettres, il s’agit dans les deux cas d’un don désintéressé, sans attente de contre-don matériel. Toutefois, dans le cas du mécénat, ce don désintéressé est un appel à la louange des doctes, forme supérieure de la gloire, et le parallèle suggère, d’une manière sans doute involontaire de la part de l’auteur, qu’il en va de même dans le cas de la charité, appel à la louange de la part des pauvres qui ont bénéficié des largesses ducales : la charité du duc répond à un calcul de gloire. Que la logique du mécénat pénètre ainsi celle du don charitable trahit la hiérarchie des valeurs de Montreux, plus intéressé par la culture littéraire de Mercœur que par sa piété.

6Entre les deux passages que cette citation rapproche, Montreux évoque les fondations religieuses du duc à Nantes et ses travaux de restauration sur les bâtiments religieux. Il souligne alors la compétence de Mercœur en architecture, en mathématique et, de nouveau, son amour des savants :

  • 3 Ibid, p. 810. En marge de ce passage, on trouve deux manchettes : d’abord, « Les Monasteres bastis (...)

« Les fondations et bastimens des convens des Capuchins [sic] et Bons hommes aux faux-bourgs de Nantes, sont riches et devots monumens de sa pieté, luy mesme continuellement prenoit le soin de la structure de l’edifice, et comme grand Matematicien qu’il estoit, en designoit la simetrie par son bel esprit, et en fournissoit la despence par sa liberalité. Il donna deux mille livres de rente aux Chartreux de Nantes, de la fondation du Duc Artur, il renouvella celle de l’Université de la mesme ville, augmentant les gages des lecteurs, autant amoureux de la pieté, que desireux des bonnes lettres. Son ame excelloit en l’un et en l’autre, elle aimoit les Eglises, elle cherissoit les sciences3. »

7Les bonnes œuvres de Mercœur appellent l’évocation de sa générosité envers les doctes. Le duc était « autant amoureux de la pieté, que desireux des bonnes lettres », écrit Montreux : il semble en fait que, pour son thuriféraire, le deuxième aspect l’ait emporté sur le premier.

8Le même constat vaut pour la compétence militaire du duc, puisque Montreux souligne que c’est en partie grâce à son éloquence qu’il affirmait son autorité sur ses capitaines, avant de préciser que, tel César, il avait le projet d’écrire ses propres commentaires :

  • 4 Ibid. En marge du premier paragraphe, on trouve la manchette : « Sa science en l’art militaire » ; (...)

« Il sçavoit tout sçavoir en l’art militaire, se plaisant quelquefois d’en instruire ses Capitaines, ausquels il enseignoit l’ordre, la pieté, les loix de leur charge, et le devoir de leurs exercices. Il consommoit quelquefois deux heures de temps en ces actions, qu’il animoit par exemples, confirmoit de vives raisons, et embellissoit de disertes parolles. Jamais il ne receut de perte en ses armées, heureuses par sa presence, infortunées quelquefois par ses lieutenants, ce bon heur provenoit de sa grande suffisance à bien loger une armée, et la conserver. Ce fut en quoy l’admira feu Monsieur de la Noüe, qui sçavoit juger de ces actes.
Il avoit resolu de faire des memoires de ses actes, et d’escrire en l’art militaire, Les memoires de Cesar le conviant à ceste estude, et le pouvoit pour la science, et la facilité de sa plume fort eloquente, et diserte, comme surpassant en netteté de diction, et hauteur de conception, celle de tous ses secretaires4. »

  • 5 Le passage que je viens de résumer est cité par Olivier Poncet, voir infra p. 279.

9Commençant ce passage par une description de l’art militaire de Mercœur et de ses relations avec ses capitaines, Montreux en revient à ce qui lui paraît en somme la qualité la plus remarquable du duc : son amour des lettres, et, maintenant qu’il en est venu à évoquer « la facilité de sa plume », l’auteur décrit les pratiques culturelles du duc avec une grande précision. Mercœur « faisoit fort bien en vers François, en ayant encore nombre de sa composition, et de son escriture », et il avait une excellente mémoire, qui lui permettait de rapporter presque mot pour mot une histoire qu’il venait de lire ; il consacrait deux heures par jour à la lecture, et, tel Alexandre, il « faisoit tousjours porter l’Iliade d’Homere parmy ses armes » quand il allait à la guerre5. Montreux poursuit :

« Il parloit Alleman, Italien, et Espagnol, entendoit le Latin, et sa conference estoit autant agreable par son sçavoir aux doctes, que profitable par sa liberalité, et utille aux indoctes.

Jamais ceste belle ame ne dormoit sur le chevet de l’oisiveté, ores occupée aux affaires d’estat, où elle estoit parfaite, ores aux exercices de la guerre où elle excelloit, ores à la science où elle florissoit, ores aux belles et rares inventions, où elle s’employoit. Il fit nombre de tournois, aux jours gras, dont l’invention belle et rare estoit entierement à luy, et partie des paroles, excellent en ses inventions, habille pour les exprimer. […]

Il se plaisoit à tous honnestes exercices comme au recit des beaux poesmes, liberal en ceste action, ayant pour une fois faict despence de plus de quatre mille escus, pour la cene d’une Pastoralle, enrichie de tous les corps de ses intermedes, tant au Ciel, qu’en la mer, terre, et enfers, qu’il fit representer deux nuicts, dans la grand salle du Chasteau de Nantes. Il prist plaisir d’ouir les cenes de Valeran, et luy donna beaucoup. Liberal outre mesure, aucun ne partant esconduit de sa presence, et chacun acourant à elle pour estre soulagé. […]

  • 6 Christopher Clau, ou, en latin, Christophorus Clavius (Bamberg, 1538 – Rome, 1612), jésuite allema (...)
  • 7 N. De Montreux, op. cit. p. 810-812. En marge du premier paragraphe, on trouve la manchette : « Sa (...)

Il sçavoit ce qu’il pouvoit faire par pouvoir, et jugeoit ce que pouvoit son ennemy par raisons, et prevoyance. Il jugeoit fort pertinemment des escrits d’autruy, comme son solide jugement, et les diverses lectures, luy permettoyent ceste cognoissance, sur tous il estimoit nostre grand Ronsard pour les Poëtes, Guichardin pour les historiens, Seneque pour les Philosophes, Plutarque pour les Politiques, et Clavius pour les Mathematiques6. Il honoroit les Doctes, et cherissoit leurs livres, ayant une Bibliotheque de quinze mille volumes, tous les œuvres d’un autheur prins pour un seul volume, et 18. Mille livres en toutes facultez. Les Sieur de S. Remy un des Capitaines du chasteau de Nantes, et moy avions esté honorés de la garde de ceste pretieuse richesse, si les livres estoient en riche nombre et en bel ordre, les cabinets de ses armes ne leur en devoient rien, fort abondants, riches et precieux, son Arcenac bien muny et fourny, se plaisant aux mecaniques honorables, pour l’exercice des armes, et luy mesme ouvrant le fourneau pour fondre ses canons, comme aux exercices des lettres liberalles7. »

  • 8 L’acception que Montreux donne à ce mot de « facultez » n’est pas sans poser problème. En latin cl (...)

10De prime abord, ce texte présente l’intérêt d’un témoignage précis sur les pratiques culturelles d’un grand seigneur lettré. Il nous éclaire aussi bien sur les préférences de lecture de Mercœur que sur son goût des livres, et il nous laisse entrevoir le principe de classement des livres dans la bibliothèque ducale : il évoque une « Bibliotheque de quinze mille volumes, tous les œuvres d’un autheur prins pour un seul volume, et 18. Mille livres en toutes facultez », et le fait qu’une telle estimation soit possible laisse penser que les livres étaient rangés par matières (« facultez8 ») et, à l’intérieur de ce classement thématique, par auteur. Au-delà du cas individuel, ce texte présente aussi l’intérêt de nous obliger à réviser le partage trop clair que nous serions tentés d’établir entre les auteurs producteurs de texte d’une part, et d’autre part, le public cantonné au rôle de récepteur passif. Comme sans doute tous les « amateurs » de son temps, Mercœur met son savoir en œuvre et devient à son tour un producteur culturel. Passionné par les mathématiques, il se fait architecte ; sa dévotion et son amour des lettres le poussent à fonder des institutions universitaires ou à augmenter les gages des lecteurs ; sa passion pour l’éloquence ou la poésie le font orateur ou poète. Le clivage entre les auteurs et le public n’a de sens que dans le cadre d’une production culturelle de masse, mais au XVIe ou au XVIIe siècles, ces rôles sont souvent réversibles.

  • 9 Le salon constitue d’ailleurs un mode de sociabilité littéraire qui n’apparaît qu’au XVIIIe siècle (...)

11S’il faut en croire Montreux, Mercœur a joué le rôle d’un prince lettré, convertissant un intérêt personnel en politique culturelle, mais les (éventuels) effets de celle-ci demeurent méconnus. Dans le domaine littéraire, certains historiens ont bien évoqué un « salon » qu’aurait tenu la duchesse à Nantes, où Montreux et d’autres auteurs encore moins connus se seraient retrouvés ; mais on ne voit pas bien sur quelle base se fonde leur hypothèse9 : c’est essentiellement le texte de Montreux qui suggère que Mercœur a joué un rôle dans le domaine des lettres. D’où le projet de vérifier ce témoignage et d’enquêter sur ce rôle. Au préalable, il reste à mesurer le crédit que mérite ce témoignage, car la manière la plus simple de rendre compte de la disparition des traces du mécénat de Mercœur consisterait à établir que son thuriféraire a grossi ou déformé les faits.

Le portrait comme construction idéologique : le modèle aristocratique

  • 10 S. Wilma Deierkauf-Holsboer, Le Théâtre de l’Hôtel de Bourgogne, I : 1548-1635, Paris, Nizet, 1968 (...)
  • 11 Voir R. Lebègue, « Les représentations dramatiques à la cour des Valois », Études sur le théâtre f (...)

12Peut-on se fier au témoignage de Montreux ? À son crédit, il faut souligner qu’il a été un témoin direct des faits qu’il rapporte. Ce polygraphe prolifique entre au service de Mercœur en 1591 et il met alors sa plume au service de son protecteur : il lui servira de propagandiste durant toutes les années de la Ligue. D’après le passage que nous venons de citer, il semble que Montreux a plus particulièrement fait office de bibliothécaire auprès du duc (« les Sieur de S. Remy un des Capitaines du chasteau de Nantes, et moy avions esté honorés de la garde de ceste pretieuse richesse » [= sa bibliothèque]). À ce titre, il est peut-être le seul à pouvoir établir la liste des auteurs qui avaient la prédilection de Mercœur dans tous les domaines du savoir (Ronsard, Guichardin, Sénèque, Plutarque, Clavius). Montreux a aussi été bénéficiaire des libéralités du duc, et il sait bien de quoi il parle quand il évoque la générosité de celui-ci envers les doctes en détresse. L’allusion aux représentations théâtrales commandées par le duc au château de Nantes accrédite encore pour partie le témoignage de Montreux. On ne peut rien dire quant aux « cenes de Valeran », que le duc aurait pris « plaisir d’ouïr » : Valleran Le Conte est un des chefs de troupe les mieux connus de l’époque, mais c’est surtout à partir son installation à Paris, en 1598, que l’on peut suivre sa carrière de manière précise. Avant cette date, sa troupe était ambulante, et les historiens du théâtre évoquent des représentations à Rouen, Strasbourg, Langres et Metz10, qui ne sont généralement connues que par une mention aussi imprécise que celle de Montreux, et s’ils n’évoquent pas Nantes dans l’itinéraire de Valleran, c’est simplement que le témoignage de Montreux n’est pas passé sous leurs yeux. Il est donc possible que la troupe ait donné des représentations pour Mercœur. Ce qui est sûr en tout cas, c’est que Valleran triomphe à Paris en 1608, au moment où Montreux publie son texte, et que celui-ci en accrédite d’autant mieux la clairvoyance de son mécène. La seconde représentation dont Montreux attribue l’initiative au duc est mieux connue. Mercœur aurait « pour une fois faict despence de plus de quatre mille escus, pour la cene d’une Pastoralle, enrichie de tous les corps de ses intermedes, tant au Ciel, qu’en la mer, terre, et enfers, qu’il fit representer deux nuicts, dans la grand salle du Chasteau de Nantes ». Cette représentation spectaculaire est celle de L’Arimene ou le berger desesperé de Montreux lui-même, qui a eu lieu à Nantes en 1596, et que les historiens du théâtre ont bien étudiée, à partir des deux éditions de cette pièce (Paris, A. Saugrain et G. Desrues, 1597 et Nantes, P. Dorion, 1597), donnant l’une et l’autre des informations précises sur la mise en scène et les trucages utilisés11.

  • 12 Voir l’Oraison funebre sur le trespas de […] Loyse de Lorraine, Royne doüairiere de France, et de (...)

13Toutefois, en même temps qu’elles confortent le témoignage de Montreux, ces confirmations éveillent aussi le soupçon : la perfection prêtée au duc trouve souvent sa confirmation dans la bienveillance dont il a fait preuve envers Montreux. En exaltant son ancien protecteur, l’écrivain affirme en fait la permanence de son attachement aux Mercœur, et il continue à servir les intérêts du clan en élaborant une image de son chef à la fois prestigieuse et acceptable sous le règne d’Henri IV. Au début du XVIIe siècle, la situation des Mercœur à la cour est délicate et elle a grand besoin d’être consolidée. Marie de Luxembourg, la femme du duc, s’emploie à rétablir leur statut quasi royal et à désamorcer les soupçons que leur qualité d’anciens rebelles pourraient faire peser sur cette grandeur. En témoignent, par exemple, ses efforts pour capter le prestige de Louise de Lorraine, reine douairière et sœur de Mercœur, au moment de la mort de celle-ci (29 janvier 1601). La duchesse soutient la publication de l’oraison funèbre de la reine à l’insu du père Thomas d’Avignon qui l’a prononcée, et cette édition volée est suivie d’un tombeau où plusieurs pièces présentent la duchesse de Mercœur comme l’héritière de sa belle-sœur12. L’opération vise tout à la fois à réaffirmer le rang des Mercœur, à gommer les éléments potentiellement séditieux de leur grandeur en la rattachant au pouvoir royal, et à maintenir une distance à l’égard d’Henri IV, roi Bourbon quand les Mercœur se réclament de la dernière reine de la dynastie précédente. À bien des égards, le portrait de Montreux participe d’une même stratégie de légitimation d’un clan, et il vise à conférer rétrospectivement au duc une grandeur princière acceptable dans un état monarchique restauré.

14Dans cette perspective, il faut remarquer que Montreux occulte totalement l’engagement ligueur de Mercœur. Il rappelle le début de la carrière glorieuse de son héros, en laissant entendre que la suite a été à la hauteur de ce début :

  • 13 Montreux, op. cit., p. 809. Manchette : « Commencement de ses actes heroiques ».

« Les premiers traicts de la vertu de ce Prince, furent tirez sur le tableau des guerres de nostre France, ayant eu charge au siege d’Yssoire, et s’en acquittant, bien que jeune, en vieux Capitaine13. »

  • 14 Cette trajectoire a été celle de Michel de la Vallée du Maine, polygraphe ligueur qui se rend à Na (...)
  • 15 Pour une synthèse sur « les conventions oratoires de l’éloge », voir Alex Gordon, Ronsard et la rh (...)

15Dans cette unique référence aux guerres de religion, l’auteur évoque la bataille d’Issoire, qui a eu lieu en 1577, et pendant laquelle Mercœur servait dans l’armée royale, commandée par le duc d’Anjou, dans un combat contre les protestants. C’est à peine si on peut relever une allusion à la rébellion du duc, quand Montreux note : « A tous les refugiez à Nantes il fit du bien ». Il évoque alors la période où cette ville apparaissait comme le refuge de tous les ligueurs, craignant la prison s’ils restaient en terre royale14, mais un lecteur oublieux ou ignorant aurait bien du mal à reconnaître le rôle de rebelle joué par Mercœur derrière cette mention allusive que Montreux se garde bien d’expliciter. On comprend qu’après le rétablissement de la paix, l’écrivain préfère rester discret sur le passé de son héros, mais surgit alors la difficulté qu’il se prive ainsi de la possibilité d’évoquer les hauts faits militaires de son personnage, et qu’il perd un sujet important de son éloge15. En bon orateur, Montreux délaisse donc le terrain des exploits et se concentre sur le caractère de son héros, avec d’autant plus de facilité que les qualités morales constituent un lieu privilégié de l’éloge. S’il porte toute son attention sur la piété et la culture de Mercœur, c’est donc par compensation, faute de pouvoir évoquer ses actes.

16Le portrait de ce gentilhomme lettré ne permet pas seulement d’occulter l’ancien ligueur : il participe aussi d’un idéal aristocratique conforme à un temps de paix restaurée, dans lequel l’auteur peut réinvestir l’ardeur catholique qu’il avait auparavant engagée dans la cause ligueuse. L’amour des lettres renvoie alors à une forme de noblesse qui ne menace plus l’autorité réaffirmée du roi, à la différence de celle qui se fonde sur la magnanimité guerrière du baron féodal. Or, au début du XVIIe siècle, cet idéal d’une noblesse polie est principalement porté par les catholiques. Issu du concile de Trente, il avait besoin de la paix pour se diffuser, et il caractérise au premier chef la spiritualité salésienne, qui se répand alors dans la société parisienne, et notamment dans l’entourage de la duchesse de Mercœur. C’est d’ailleurs François de Sales qui a prononcé l’oraison funèbre du duc, et Montreux l’ignorait d’autant moins qu’il reproduit intégralement ce discours à la suite de son propre portrait. Or, un passage de cette oraison contient in nucleo les thèmes que Montreux développera. Après avoir loué la tempérance du duc, François de Sales ajoute que Mercœur consacrait son temps libre

  • 16 Maurice Bressieu, en latin : Bressius (1546-1617). Ami de Ronsard (chez qui il aurait un temps rés (...)
  • 17 Cité par Montreux, op. cit., p. 812-813. Sur le portrait du duc que dessine ce texte, voir Jacques(...)

« à la lecture des bons livres, au moyen de quoy il s’estoit acquis la cognoissance de trois sciences, non seulement bien-seantes, mais presque necessaires à la perfection d’un Prince Chrestien : car il avoit une exacte cognoissance et prattique de Mathematiques, que le fameux Bressius16 luy avoit enseignées. Il avoit aussi l’usage de l’eloquence et la grace de bien exprimer ses belles conceptions, non seulement en nostre langue Françoise, mais mesme en l’Allemande, Italienne et Espagnolle, esquelles il estoit beaucoup plus que mediocrement disert, et neantmoins il n’employa jamais son bien dire en choses vaines, ou pour mieux dire, il ne voulut abuser de ce beau talent que Dieu luy avoit si liberallement departy, ains il l’employa à la persuasion des choses utiles, loüables et vertueuses, et ce que je prise le plus, il estoit fort instruit en ceste partie de la Theologie morale qui nous enseigne les regles de bien etablir la conscience. Telles occupations estoit ses menus plaisirs : ah menus plaisirs que vous estes devenus grands, ayant fait naistre en ce Prince le plaisir de l’immortalité17. »

17Ainsi, les lettres occupaient les loisirs de Mercœur, et ses intérêts s’orientaient notamment vers les mathématiques, l’éloquence et la théologie. Montreux a souligné comment il mettait en œuvre les premières pour restaurer des édifices religieux, la seconde pour persuader les capitaines qu’il avait sous ses ordres, et la troisième dans son comportement dévot et charitable : son portrait amplifie les brèves indications de François de Sales.

  • 18 Voir Arlette Jouanna, Le devoir de Révolte, Paris, Fayard, 1989.
  • 19 Sur la bibliothèque de Mercœur, voir infra l’article d’Olivier Poncet.

18Montreux arrange donc les données factuelles qu’il rapporte dans son portrait en fonction d’un idéal de noblesse qui prend sens au lendemain de la pacification, et qui ne pouvait pas être celui qui inspirait l’action de Mercœur. Celle-ci répondait bien plutôt au « devoir de révolte » du grand seigneur féodal contre les abus du pouvoir royal qu’à un idéal de douceur18 : si Mercœur part combattre les Turcs aussitôt après sa soumission, c’est précisément qu’il n’acceptait pas cet idéal d’une noblesse pacifique. Le repérage du travail de reconstruction de la figure ducale auquel se livre Montreux rend encore plus nécessaire la juste évaluation du rôle culturel de Mercœur. Sur un plan factuel tout d’abord. On peut par exemple admettre, ainsi que l’écrivain le signale, que Mercœur possédait une importante bibliothèque, mais dans quelle mesure exactement ? Les chiffres avancés par Montreux (15 000 auteurs et 18 000 livres) sont proprement aberrants : on ne connaît aucune bibliothèque de ce temps, même celles des plus érudits humanistes, qui se monte ne serait-ce qu’au tiers de ce chiffre19. À l’évidence, Montreux enjolive de manière invraisemblable pour imposer l’image du seigneur pieux et docte à la place de celle du chef de guerre. Toutefois, cette tension entre deux idéaux nous incite à dépasser le plan des faits pour interroger aussi la valeur sociale des lettres, et la part qu’elles prennent dans la construction du modèle aristocratique. Nous avons dégagé rapidement leur fonction après la pacification du royaume, mais à quoi servait-elle pendant les guerres de religion ? Dans quelle mesure Mercœur pouvait-il les utiliser pour construire une image positive de son action ?

Plan de l’ouvrage

19Cette problématique détermine le propos de cet ouvrage dans son mouvement d’ensemble, mais elle ne s’impose pas à chacun de ses moments : chacune des quatre parties qui constituent ce volume explore un aspect du problème, et c’est leur jeu complémentaire qui doit apporter des éléments de réponse aux questions précédentes.

20La première partie analyse l’action et les ambitions politiques de Mercœur. Avant d’examiner si ce dernier utilise les lettres pour donner sens à son action et pour construire son personnage, il faut faire le point sur le rôle qu’il a effectivement joué. Au fil des études réunies dans cette partie, on peut donc suivre la carrière de Mercœur depuis son apparition à la cour jusqu’à sa rupture avec la cause royale, et examiner les ambitions du gouverneur de Bretagne ainsi que la clientèle et le réseau de solidarités sur lesquels il pouvait s’appuyer dans la région. Se dessine une situation politique fragile et une discordance entre les ambitions du duc et ses moyens : d’où un inaccomplissement partiel, et la tentation de le compenser par la représentation.

21La deuxième partie vise à prendre la mesure de l’action culturelle de Mercœur, principalement dans le domaine littéraire, en dehors des cas de Nicolas de Montreux et de Michel de la Vallée, qui ont souvent écrit pour lui, et dont les œuvres seront examinées dans la partie suivante. Pour l’heure, il s’agit précisément de cerner l’action culturelle de Mercœur en dehors de ces deux cas. Seront examinés successivement le cérémonial des entrées du gouverneur de Bretagne dans les villes de son autorité, une étude généalogique de la maison de Lorraine écrite par Pierre Biré et dédiée à Mercœur, et le cas de Jean de Boyssières, qu’on a souvent considéré comme un protégé de Mercœur à qui il dédie quelques poèmes, mais dont il n’a jamais été proche. Il y aurait certes d’autres cas et d’autres aspects à prendre en compte dans le cadre d’une étude systématique de l’action culturelle de Mercœur, mais ces trois coups de sonde invitent à considérer avec la plus grande prudence l’hypothèse d’un mécénat d’ampleur.

22Quoi qu’il en soit, Michel de la Vallée et surtout Nicolas de Montreux ont écrit pour Mercœur, et les études de la troisième partie examinent certaines de leurs œuvres, pour dégager la figure qu’elles construisent du duc ou l’idéal qu’elles lui associent. À travers les pièces de circonstance destinées à publier les victoires du duc et à construire son image de champion de la cause de Dieu, où à travers des œuvres de Montreux apparemment détachées de l’actualité, comme l’Espagne conquise, une épopée romanesque, les Bergeries de Juliette, un roman pastoral, ou Cleopatre et Sophonisbe, deux tragédies, il s’agit de comprendre comment les œuvres produites par les fidèles de Mercœur construisent non pas tant une image du duc qu’un commentaire sur les événements et une compréhension de ceux-ci conforme à un esprit ligueur.

23Il n’a guère été question jusqu’à ce point de la culture personnelle de Mercœur (sans doute parce que les œuvres produites en période de guerre civile visent plus à produire une éthique collective qu’à héroïser un individu et à l’élever en modèle) : c’est l’objet de la quatrième et dernière partie de l’ouvrage, consacrée à l’inventaire après décès de la bibliothèque de Mercœur. Même si ce document ne décrit pas la bibliothèque nantaise dont Montreux avait la charge, les chiffres qu’avance ce dernier s’en trouvent dégonflés tant la disproportion est grande. Il n’en reste pas moins qu’avec plus de 330 titres (presque tous identifiés), le duc possédait une bibliothèque exceptionnelle pour l’époque. Les ouvrages répertoriés confirment en outre les principales indications de Montreux sur ses préférences. Si cet auteur remodèle la figure du duc, il prend du moins appui sur une culture personnelle étonnante pour un grand seigneur. Cependant, Mercœur n’a pas exploité cette culture sur la scène publique, que les circonstances l’en aient empêché ou, plus vraisemblablement, qu’il ait confiné son amour des lettres dans le temps du loisir, sans chercher à en tirer un profit de prestige. Dans sa reconstruction, Montreux fait passer cette passion au premier plan, lui attachant par excellence la gloire de son modèle. Il s’appuie alors sur la figure topique du soldat lettré, figure à l’étude de laquelle sera consacrée la postface du volume.

Note

1 Pour une analyse des transformations qui se produisent au XVIe siècle, hélas limitée au règne de François Ier, voir G. Gadoffre, La Révolution culturelle dans la France des humanistes, Genève, Droz, 1997.

2 N. De Montreux, Histoire universelle des guerres du Turc, Paris, Robert Foüet, 1608, p. 809-810. La première partie de cette citation est repérée par la manchette : « Sa devotion et charité vers les pauvres ».

3 Ibid, p. 810. En marge de ce passage, on trouve deux manchettes : d’abord, « Les Monasteres bastis par sa pieté et despence » ; puis « Fort liberal en loyers tant aux gens de guerre qu’aux doctes ».

4 Ibid. En marge du premier paragraphe, on trouve la manchette : « Sa science en l’art militaire » ; et du second : « Son sçavoir et son eloquence et poësie ».

5 Le passage que je viens de résumer est cité par Olivier Poncet, voir infra p. 279.

6 Christopher Clau, ou, en latin, Christophorus Clavius (Bamberg, 1538 – Rome, 1612), jésuite allemand qui, parmi d’autres travaux scientifiques, s’est principalement intéressé aux mathématiques. Mercœur n’a pas pu connaître son Algebra (Rome, 1608), et Montreux fait probablement allusion à son édition commentée des Éléments d’Euclide (Rome, 1574), qui fut largement diffusée et souvent rééditée.

7 N. De Montreux, op. cit. p. 810-812. En marge du premier paragraphe, on trouve la manchette : « Sa grande et soigneuse estude aux bons livres » ; du second : « Tousjours en louable et vertueuse action » ; du troisième : « Son plaisir honorable au recit des riches poëmes » ; et du quatrième, d’abord : « Autheurs les plus estimez de luy », puis « Sa bibliotheque ».

8 L’acception que Montreux donne à ce mot de « facultez » n’est pas sans poser problème. En latin classique, les sens du mot « facultas » oscillent de « capacité » à « liberté » et à « possessions », mais en latin universitaire médiéval, le mot en est venu à signifier : « science », « art », « discipline ». Les lexicographes estiment que cette acception apparaît au XIIe siècle, et qu’à partir du XIIIe siècle, le mot en vient à signifier : « subdivision administrative d’une université organisant l’enseignement d’une discipline » (voir Olga Weijers, Terminologie des universités au XIIIe siècle. Rome, Edizioni dell’Ateneo, 1987, s.v. « Facultas », p. 52-55). L’usage que Montreux fait du mot français suggère toutefois que le sens de « matière, discipline » n’a pas encore disparu au XVIe s.

9 Le salon constitue d’ailleurs un mode de sociabilité littéraire qui n’apparaît qu’au XVIIIe siècle (le mot même de « salon » pour désigner une pièce n’apparaît que dans la deuxième moitié du XVIIe siècle). Les historiens de la culture ont donc projeté cette notion sur le XVIIe siècle d’abord, puis sur le XVIe siècle. J’ai déjà mis en doute la pertinence de cette notion pour le XVIe siècle dans « Le Mythe du salon de la Maréchale de Retz. Éléments pour une sociologie de la littérature à la cour des derniers Valois » in Isabelle De Conihout, Jean-François Maillard et Guy Poirier éd., Henri III mécène des arts, des sciences et des lettres, Paris, PUPS, 2006, p. 305-315.

10 S. Wilma Deierkauf-Holsboer, Le Théâtre de l’Hôtel de Bourgogne, I : 1548-1635, Paris, Nizet, 1968, p. 41. Ce même auteur signale qu’à l’arrivée de Valleran à Paris, sa troupe comptait notamment un « Jehan de Rennes », ce qui peut accréditer un passage par la Bretagne.

11 Voir R. Lebègue, « Les représentations dramatiques à la cour des Valois », Études sur le théâtre français, Paris, Nizet, 1977, t. I, p. 165-172 ; T.E. Lawrenson, « La Mise en scène dans l’Arimene de Nicolas de Montreux », B.H.R., XVIII, 1956, p. 286-290 ; Ch. Mazouer, « Les machines de théâtre au XVIe siècle » in C. G. Dubois éd., L’invention au XVIe siècle, P.U. Bordeaux, 1987, p. 199-218 ; id., Le Théâtre français de la Renaissance, Paris, Champion, 2002, p. 400-402.

12 Voir l’Oraison funebre sur le trespas de […] Loyse de Lorraine, Royne doüairiere de France, et de Pologne, faicte et prononcee à Molins en Bourbonnois par le R. Pere Thomas d’Avignon de l’Ordre des Capucins. Recueillie tres-fidellement de mot à mot par Estienne Bournier Bourbonnois, Paris, D. Douceur, 1601. Dans la dédicace « à tres haute et tres-Illustre Princesse, Madame la Duchesse de Mercœur et de Penthevre » (p. 3), Étienne Bournier expose les raisons qui l’ont poussé à publier l’oraison du Père Thomas et à l’adresser à Mme de Mercœur : « La raison de l’offre que je vous en fais, Madame, est que je vous eslis pour ma deffence envers l’autheur, qui me taxera d’indiscretion, de luy avoir osté la moisson de sa peine avec les fruicts de son esprit, pour les mettre en lumiere sans son advis, ny adveu. […] Et specialement l’interest particulier que vous avez avec nous de l’edition de ceste oraison funebre m’a fait croire, que vous estes beaucoup obligée à me contribuer vostre assistance. La gloire qui se rend au los de la deffuncte Royne, et les honneurs espars, comme aiguillons à esmouvoir les cœurs à la conqueste de si beaux merites, vous astreignent à ma tuition [= protection]. » Un procédé si cavalier révèle que le désir des Mercœur de capter la mémoire de la reine pour se légitimer était de notoriété publique. Il est même probable que l’initiative faussement spontanée de Bournier répond à une commande de Marie de Luxembourg.
En plus d’Étienne Bournier, les auteurs du tombeau sont : Jean Passerat, J. Morel, Jean Godard et Claude Billard.

13 Montreux, op. cit., p. 809. Manchette : « Commencement de ses actes heroiques ».

14 Cette trajectoire a été celle de Michel de la Vallée du Maine, polygraphe ligueur qui se rend à Nantes après un emprisonnement. Ce fut peut-être le cas de Montreux lui-même.

15 Pour une synthèse sur « les conventions oratoires de l’éloge », voir Alex Gordon, Ronsard et la rhétorique, Genève, Droz, 1970, p. 49-72.

16 Maurice Bressieu, en latin : Bressius (1546-1617). Ami de Ronsard (chez qui il aurait un temps résidé) et du président de Thou, il succède à Ramus dans la chaire de mathématiques au Collège royal en 1575. Il se présentait contre Jean Stadius, et divers libelles paraissent à cette occasion (dont un de Peletier du Mans favorable à Bressius). En 1586, à la mort de Muret, il se rend à Rome comme orateur des rois de France, et il reste près de 20 ans en Italie (où il exerce notamment la fonction d’intendant de la bibliothèque vaticane). Il revient ensuite dans le Dauphiné où il reste jusqu’à sa mort. Comme Mercœur est né en 1558, il a probablement suivi les cours de Bressius avant 1575, à une époque où celui-ci donnait des cours de mathématiques. Dans certaines éditions de l’oraison de François de Sales (par exemple dans les Œuvres complètes, Paris, éd. de Béthune, 1836, t. II, p. 406), on lit, non pas le nom de Bressius, mais celui de Bertius. (Pierre Bertius, 1565-1629, est un savant flamand qui a aussi occupé la chaire de mathématiques au Collège royal de 1620 à sa mort). Toutefois, dans l’édition originale de l’oraison, c’est bel et bien le nom de Bressius qui apparaît, comme chez Montreux (voir Fr. De Sales, Oraison funebre sur le trespas de […] Philippe Emanuel de Lorraine Duc de Mercœur et de Penthevre, Paris, R. Thierry et E. Foucault, 1602, p. 25). D’ailleurs, on voit mal quand Mercœur aurait pu suivre les cours de cet enseignant qui était de sept ans son cadet. C’est incontestablement Maurice Bressieu qui a enseigné les mathématiques au duc.

17 Cité par Montreux, op. cit., p. 812-813. Sur le portrait du duc que dessine ce texte, voir Jacques Hennequin, « Le Duc de Mercœur d’après son oraison funèbre par François de Sales », in Noémi Hepp et Georges Livet éd, Héroïsme et création littéraire sous les règnes d’Henri IV et de Louis XIII, Paris, Klincksieck, 1974, p. 183-194.

18 Voir Arlette Jouanna, Le devoir de Révolte, Paris, Fayard, 1989.

19 Sur la bibliothèque de Mercœur, voir infra l’article d’Olivier Poncet.

Autore

Maître de conférences en littérature française du XVIe siècle à l’université de Rennes 2. Ses recherches portent principalement sur la poétique, la poésie et le théâtre du XVIe siècle. Dernier ouvrage publié (en collaboration avec Nadia Cernogora) : Du Bellay. La Deffence, et illustration de la langue françoyse, L’Olive, Neuilly, Atlande, 2007.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540