Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Asie mineure dans l'Antiquité : échanges, populations et territoires

 | 
Hadrien Bru
, 
François Kirbihler
, 
Stéphane Lebreton

Conclusions

Pierre Debord

Texte intégral

1Au cours de ces dernières années, plusieurs colloques se sont intéressés à l’Asie Mineure (tout ou partie). Il convenait donc de définir plus précisément le projet par un sous-titre ; celui qui a été retenu : « Échanges, populations et territoires » annonçait clairement les perspectives des organisateurs qui par ailleurs se fixaient comme objectif de donner prioritairement la parole à de jeunes chercheurs, à partir de thèses récemment soutenues ou de travaux en cours. Le résultat est donc à la fois un instantané de l’actualité de la recherche concernant l’Anatolie et même de façon encore plus pertinente une ouverture sur son avenir. À travers les thèmes abordés, mais aussi par la façon dont ils sont traités, il n’est pas moins intéressant de voir comment les préceptes établis par les générations précédentes sont mis en œuvre ou remis en question.

2En France – la situation est bien différente de celle des autres pays – la dissociation entre langues anciennes et histoire d’une part, entre histoire grecque et histoire romaine d’autre part a conduit à un certain nombre d’impasses. À la fin du XIXe et dans la première moitié du XXe siècle, l’étude du terrain anatolien a été menée par de jeunes membres de l’École d’Athènes, pour la plupart agrégés des Lettres, circulant par deux et à la recherche essentiellement d’inscriptions grecques. On sait le rôle joué par Louis Robert à partir des années trente avec de grandes avancées au plan de la recherche : constitution de dossiers épigraphiques mais aussi numismatiques, mise en œuvre de documents méconnus ou tardifs au service d’une histoire qui pouvait, le cas échéant, se poursuivre tard dans l’époque byzantine. Son apport dans le domaine de la géographie historique a été décisif et sa méthode continue à être mise en pratique. Il excellait à tirer des récits des grands voyageurs des informations sur des pratiques remontant à l’Antiquité. Il a été le dernier de cette lignée tant il est manifeste que l’évolution rapide de la Turquie vers la modernité modifie radicalement la lecture des circulations, de la vie villageoise, etc. Qu’il me suffise d’évoquer la situation de la vallée de l’Harpasos, affluent de rive gauche du Méandre, dont Louis Robert décrit le caractère impétueux qu’enregistrent les traditions mythologiques. Ses voyages dans la région ont eu lieu dès la fin de la Deuxième Guerre mondiale. La construction du barrage de Kemer, dont il a été le témoin, et les gigantesques travaux de canalisation des eaux plus récemment entrepris en vue de l’irrigation d’une vaste zone plantée d’abord en coton et de plus en plus aujourd’hui en maïs et légumineuses ont bouleversé non seulement les pratiques agricoles mais aussi les modes de circulation et partant l’implantation de l’habitat. Ici comme souvent, on doit saluer la très solide pertinence de la plupart de ses conclusions. Le constat ne procède nullement de quelque flagornerie mal venue et permet d’autant plus librement de procéder aux quelques correctifs nécessaires. On saura gré à Stephen Mitchell d’avoir repris la question de la limite de la culture de l’olivier que l’on ne peut établir selon des critères modernes c’est-à-dire en tenant compte essentiellement des données relatives au climat et à l’altitude. Les critères culturels doivent évidemment être pris en compte de façon prioritaire, or on sait combien le choix de la culture de l’olivier est perçu comme un marqueur de la civilisation grecque.

3Au cours de ces journées il a été beaucoup question d’histoire, un peu de géographie et encore un peu d’archéologie. L’historien appartient à une espèce parasite qui se nourrit pour une part au moins des travaux d’autres spécialistes ; les exigences de la recherche telle qu’on la conçoit aujourd’hui font que, pour avoir quelques chances de succès, il doit s’associer à des équipes réunissant les compétences dans tous ces domaines que l’on qualifiait naguère avec un peu de condescendance de « sciences auxiliaires de l’histoire ». Les entreprises qui comptent aujourd’hui réunissent archéologues et géomorphologues, ce qui n’est pas une véritable nouveauté, mais aussi des représentants des sciences « dures » (paléobotanistes, zoologues, pédologues, etc.). Tout cela coûte cher mais donne des résultats remarquables, qu’il me suffise de mentionner ici les résultats des équipes de Marc Waelkens à Sagalassos ou de Francesco D’Andria à Hiérapolis. Il est bon de rappeler aussi une évidence : sans l’accès direct au terrain l’historien risquerait d’être gravement frappé de cécité.

4Pour introduire le colloque, Stéphane Lebreton propose de s’interroger sur le lieu de la recherche et donc le vocabulaire : quelle définition doit-on donner de l’Asie Mineure, doit-on la confondre avec l’Anatolie ? Ce questionnement s’appuie sur la perception qu’avaient les Anciens du cadre géographique dans lequel ils évoluaient. Il est tout à fait pertinent de souligner que celle-ci a sérieusement varié sur la longue durée en fonction des objectifs des auteurs, de la nature de leur œuvre et naturellement de leur information.

5On sait que durant des décennies, on a été accoutumé à voir les chercheurs travaillant en Turquie, en partie parce qu’ils avaient une formation classique, s’intéresser plutôt à la part occidentale et côtière, plus précocement hellénisée. Or, lorsque l’on localise sur une carte les centres d’intérêt des communications, il est frappant de constater qu’à la notable exception de Parion et d’Éphèse, on nous a conduit au centre, au Sud et à l’Est de l’Anatolie, c’est-à-dire dans des zones dont l’hellénisation a été globalement plus tardive, parfois même liée à l’annexion par Rome. Cela résulte du choix des organisateurs de cette rencontre dans la mesure où il n’était pas envisageable de couvrir l’ensemble des problématiques dans la totalité de l’aire géographique anatolienne ; mais cette explication est sans aucun doute insuffisante. Toutes les communications nous invitent à considérer les choses de l’intérieur, à donner en quelque sorte la parole aux Anatoliens et non, comme on l’a fait très souvent, à rechercher les manifestations des pulsions impérialistes d’Athènes, de Sparte, des Achéménides, des rois hellénistiques ou de Rome et donc à ne traiter de l’Asie Mineure que dans la mesure où elle était le champ d’action ou d’affrontement de puissances extérieures. Il me paraît donc tout à fait recommandable comme le fait Anna Heller à partir de deux inscriptions lyciennes d’époque impériale de ne pas mettre en scène seulement une lecture binaire mettant en avant la Grèce et Rome. Certes, du côté de la Grèce on revendiquait des origines très souvent reconstruites et les chercheurs modernes ont longtemps privilégié la mise en exergue de formes d’acculturation, alors qu’en ce qui concerne Rome, les inscriptions insistaient sur les manifestations de la relation au pouvoir impérial et les contemporains ont focalisé leur attention sur l’évolution des structures familiales dans le sens d’une sorte de modèle « universel », mais il est beaucoup plus productif de penser les choses en un trinôme dans lequel la revendication de l’autochtonie trouve sa juste place sans que la démarche soit perçue le moins du monde comme contradictoire avec ce qui précède par les élites locales.

6La chronologie a été très largement ouverte : deux communications nous orientent vers la Lycie à l’Âge du Bronze alors que d’autres sont consacrées à l’Empire tardif avec même des ouvertures sur le monde médiéval (Étienne de Byzance aussi bien que St Théodore de Sykéôn). Il est évidemment banal de présenter les choses ainsi mais cela permet de constater une fois encore que dans un cadre régional, voire micro-régional, les phénomènes ne peuvent s’analyser que sur la longue durée. Cela est particulièrement vrai pour tout ce qui concerne le religieux. René Lebrun démontre que sous les apparences d’une religion presque intégralement hellénisée en Lycie à l’époque hellénistique il est nécessaire de retrouver l’empreinte très forte de la tradition louvite.

7C’est en définitive en quatre volets que les organisateurs ont choisi de ventiler les communications : le premier prend en compte les représentations, le second envisage de façon concrète le contrôle et la gestion des territoires, le troisième – qui comporte le plus grand nombre de contributions – réunit des textes qui s’intéressent aux populations dans leur relation avec une chôra aussi bien que dans les échanges avec le monde extérieur et le dernier ensemble regroupe ce qui a trait au fait culturel. Sans tomber dans un manichéisme factice, on pourrait aussi répartir le contenu des contributions en étudiant en miroir désorganisation et organisation ou, si l’on préfère, déstructuration et structuration.

8Dans le premier cas de figure, on a étudié la situation de deux régions réputées par nature irrédentistes : la Pisidie et la Cilicie Aspera. Cette « liste noire » pourrait être complétée par la Mysie, la Lycaonie et l’Isaurie. La comparaison de ce que l’on peut lire dans les traités xénophontiques avec les realia démontre que de telles affirmations relèvent pour partie au moins du topos. Il est aisé de démontrer que ces entités ne forment pas des blocs homogènes, que leurs contacts avec le monde côtier sont importants et que l’influence de ce dernier est profonde (Cristiana Doni). Pour ce mode de rapports, on pensera au monnayage de Selgé au IVe siècle av. J.-C. dont les types sont ceux employés à Aspendos… cela n’empêche nullement les habitants de la première nommée d’être considérés comme de redoutables prédateurs à partir de leur habitat très escarpé ; de même, les séries monétaires qui commencent à être frappées à Laranda et en Isaurie subissent l’influence de Tarse et démontrent le début d’un processus de poliadisation brutalement interrompu par un « accident de l’histoire » au tout début de l’époque hellénistique. Il arrive à diverses époques que tout ou partie de ces populations rurales soit qualifiée de « brigands », comme c’est le cas à Termessos (Alexis Porcher). La mise en parallèle de cette situation peut être tentée avec celle attestée à Stratonicée de Carie. Sous le règne de Maximin se produisent de graves troubles dans la campagne, il s’agit à coup sûr dans cet exemple d’émeutes de la faim. Dans les deux inscriptions figurent des termes de la même famille (lèstès). Le fait que le pouvoir et les notables s’empressent de qualifier de brigandage les exactions commises confirme la dimension idéologique de ce type de vocabulaire.

9La déstructuration peut être paradoxalement le fait de l’État lui-même. Il a été observé que la Phrygie avait dans un premier temps disparu de l’horizon provincial romain. Pourtant, il s’agissait d’une entité à la fois ancienne et bien connue par le peuple qui la composait et qui avait joué un rôle de premier plan au second millénaire et encore non négligeable dans la mise en place des pouvoirs de l’époque hellénistique. Pour des raisons conjoncturelles, elle est scindée en deux parts dont seule la plus occidentale est intégrée à la province d’Asie. Les conséquences sont multiples et profondes. On constate par exemple un complet rééquilibrage de la Carie, désormais largement étendue vers l’Est et dont le « centre de gravité » est déplacé de Mylasa ou Halicarnasse à Aphrodisias.

10Très naturellement les communications prennent beaucoup plus largement en compte les éléments structurants. Il nous a été proposé de gravir tous les échelons des modes organisationnels. Les entités locales ou micro-régionales ont été mises en scène à travers des exemples fournis par le monde de la cité : Parion, Sagalassos, Éphèse. Dans la plupart des cas les informations sont cruellement lacunaires et l’histoire des communautés de base reste bien difficile à écrire. Comme chacun le sait, la cité ce sont d’abord des hommes, des citoyens. À propos d’Éphèse est posée la redoutable question de la prise en compte de l’histoire quantitative relativement à l’Antiquité. La contribution de François Kirbihler concernant l’évaluation de la population d’Éphèse démontre que, dans quelques cas privilégiés et à condition de se garder d’extrapolations hasardeuses, il est possible de présenter des hypothèses séduisantes.

11Les origines des groupes humains (dans ces cas autres que civiques) ont fait l’objet de deux communications dont on peut considérer qu’elles se croisent et se répondent. Celle de Jean-Christophe Couvenhes traite de la composition de l’armée de Mithridate et en particulier de sa composante barbare en essayant de démêler ce qui relève du cliché littéraire dans la description de Plutarque. On pourrait généraliser le propos en soulignant la lecture contrastée que l’on fait à l’extérieur (cités de la Grèce d’Europe puis Rome) de la magnificence des Anatoliens et plus généralement des « Orientaux » mais aussi de leur mollesse (cf. par exemple le jugement que Xénophon porte sur les Ioniens). Pour sa part, Hadrien Bru évoque d’anciens soldats venus d’Occident pour s’établir comme colons sur une terre anatolienne perçue comme une sorte d’eldorado.

12Autre truisme, les citoyens sont maîtres d’un territoire. Pour autant il reste le plus souvent bien difficile de préciser la genèse et les limites de ce dernier. On retiendra la pertinence des essais concernant Parion à l’époque hellénistique et Sagalassos sur la longue durée. Dans le premier cas, on assiste à l’acquisition d’une stature régionale conjuguée à l’absorption d’entités moins viables. Le processus d’intégration s’inscrit dans un phénomène très général de « sélection naturelle » perceptible dans toute l’Anatolie – et ailleurs – qui se produit à l’époque hellénistique (plutôt dans sa deuxième partie). Franck Préteux s’efforce aussi d’identifier les subdivisions de la cité, en combinant les données fournies par l’archéologie et le recueil des inscriptions. Dans le second est mise en scène l’évolution du nombre, de la hiérarchie et du statut des communautés dans l’espace occupé in fine par la cité. La prise en compte en parallèle de ces deux entreprises est d’autant plus intéressante que dans un cas il s’agit d’une recherche individuelle alors que les très importants résultats de l’autre procèdent des travaux d’une équipe nombreuse et très largement pluridisciplinaire. L’un des intérêts de la communication de Hannelore Vanhaverbeke et Marc Waelkens est de montrer que l’on ne peut pas faire l’économie d’outils conceptuels mais que ces derniers sont opératoires en proportion du sérieux et de l’exhaustivité de l’enquête de terrain qui en est le complément indispensable.

13L’établissement de l’identité d’une communauté par son territoire suppose la définition de frontières. Ce sont ces dernières que l’on doit défendre et c’est un élément crucial pour évaluer la vitalité d’un groupe humain que de voir la place qu’il accorde à ces questions. Henri-Louis Fernoux montre que cette préoccupation reste centrale à l’époque impériale. Bien entendu la notion même de frontière est assez différente de la nôtre : les eschatiai sont un lieu souvent mal défini, peuplé de gens potentiellement dangereux et de divinités qu’il convient d’apprivoiser. À cet égard le culte de la Meter Oreia est intéressant par l’ambiguïté de l’épiclèse en fonction de son accentuation (de la frontière ou de la montagne, on pensera au célèbre développement de Louis Robert à propos des orophylakes). La nature et ses accidents (montagnes, fleuves) jouent certes un rôle déterminant dans la définition des limites : le Taurus (Olivier Casabonne) et l’Euphrate (Séta Kilndjian) nous en fournissent à toutes les époques d’excellents exemples ; mais il serait bien naïf de penser que cet isolement est complet et que le déterminisme géographique est strictement contraignant. Les événements historiques ont un impact qu’il convient de préciser (cf. par exemple le rôle tenu par le Taurus dans les clauses territoriales de la paix d’Apamée, mais aussi le constat que la décision de Rome au sujet de l’attribution de la Pamphylie est en contradiction avec le choix de cette chaîne montagneuse comme frontière politique). Il est tout aussi évident que les communautés échangent avec leurs voisins, hommes et biens circulent et l’on utilise ponts ou « portes » à cet usage. Il n’est nullement paradoxal de dire que la montagne peut être un trait d’union autant qu’une barrière (cela peut se démontrer entre autres pour le Tmolos).

14Ce qui vient d’être dit induit qu’un autre élément structurant évident est la route. L’Anatolie présente la particularité d’avoir été dotée de deux réseaux viaires très élaborés : la voie royale perse (l’agression dont est victime Thémistocle, mentionnée dans l’une des communications, se passe sur l’une de ses branches) et le tissu de la voie romaine dont les bornes milliaires et leurs inscriptions en Bithynie (Solange Biagi) amènent à évoquer à nouveau la question des frontières (civiques ou provinciales ?).

15L’importance des relations avec le monde extérieur peut être mise en évidence avec le cas de Sinope. Cette cité est à bien des égards paradoxale. Ni les sources littéraires ni l’archéologie ne permettent d’en dresser une histoire continue, c’est là un constat banal dans la mesure où l’on peut en dire autant pour la plupart des cités ; et pourtant nous avons l’impression qu’il s’agit d’une cité bien connue. Cela tient sans aucun doute aux informations à la fois nombreuses et fragmentaires relatives à la navigation et aux échanges de toutes natures qui concernent le Pont-Euxin. L’étude d’Anca Dan rassemble ce que l’on peut savoir à travers des textes littéraires d’époques et de natures différentes (Homère aussi bien que Pline, poètes, historiens, auteurs de périples, etc.), concernant le réseau relationnel de la ville. Elle conclut en nuançant le propos de W. Leaf qui qualifiait Sinope de « Hong Kong de la mer Noire » et c’est de cette même démarche que procède l’étude de Claire Barat qui s’efforce, à partir essentiellement de documents épigraphiques et numismatiques, de confirmer l’existence de contacts larges avec l’hinterland. L’une des limites majeures auxquelles on se heurte est alors l’absence d’information, due pour une large part à l’état de la recherche et des publications, ce qui, par ricochet, justifie pleinement les choix géographiques des organisateurs du colloque.

16Enfin la religion est sans aucun doute l’un des éléments qui permettent le mieux de définir des communautés tout autant que de suivre leurs évolutions. La diffusion du panthéon louvite, sur laquelle l’attention est portée depuis quelques années, est rendue manifeste dans toute l’Anatolie méridionale (René Lebrun, Eric Raimond) par l’onomastique, la toponymie et plus récemment grâce à un meilleur déchiffrement des langues épichoriques. La trace perdure bien au delà de l’adoption du grec comme langue « universelle », comme en témoignent les œuvres souvent perdues des mythographes mais dont les notices d’Étienne de Byzance conservent le souvenir. Le cas de Men, présenté par Guy Labarre spécialement pour Antioche de Pisidie, fournit un excellent exemple pour notre propos. En dépit de la présence d’une très abondante documentation, essentiellement épigraphique, la nature et surtout les origines de ce dieu-lune restent assez énigmatiques, quels sont ses liens avec le dieu louvite et hittite Arma, le dieu perse Mao, autant de points qui font encore débat. Le fait qu’il s’agisse d’un « empilage » de strates successives, explique sans doute son succès et sa pérennité.

17Ces quelques pages ne suffiront pas à rendre compte de la grande richesse du contenu de ce colloque et de la diversité des sujets et des méthodes. L’Anatolie est redevenue un centre attractif pour les jeunes chercheurs et il convient de s’en féliciter. Enfin, on ne peut terminer sans souligner la particulière efficacité de la triade des organisateurs scientifiques et remercier l’Université de Tours, son personnel et les membres seniors de l’équipe de recherche d’avoir aidé à la bonne tenue et à la réussite complète de ces journées.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540