Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les chemins de verre

 | 
Corine Maitte

Chapitre VII. Migrer et livrer ses secrets ? Secrets et transmission technique

Texte intégral

  • 1 Epstein 2004b.
  • 2 Mise au point éclairante sur ce thème de la diffusion/rétention dans Long, 2000.

1Ce chapitre et le suivant sont placés sous le signe des tensions : tensions communautaires qui se développent à Altare entre XVIIe et XVIIIe siècle et sont liées aux migrations verrières, mais d’abord tensions qui naissent de l’association permanente chez les verriers entre la culture du secret et la culture de la mobilité. Si les familles verrières ne cessent de rappeler avec la plus grande rigueur à leurs membres le serment du secret qui les lie, c’est parce que la circulation traditionnelle des hommes favorise a priori les échanges. Cette culture de la mobilité et de l’échange est-elle compatible avec le maintien du secret ? La question est d’autant plus complexe que, pour le verre comme pour nombre de secteurs artisanaux, deux facteurs interviennent pour changer la donne. D’une part, les États escomptent bien que les monopoles accordés aux verriers ne l’aient pas été en vain. L’apprentissage est, on l’a vu, au cœur des tensions entre les artisans italiens et la monarchie française. Les manufactures royales entendent résoudre le problème et naturaliser les savoir-faire, autant si ce n’est plus que les hommes. Y réussissent-elles vraiment ? D’autre part, l’imprimerie a changé radicalement les possibilités et les règles de la communication. Le rôle des écrits techniques dans les transmissions des savoirs à l’époque moderne est l’objet d’un débat dans lequel Stephen R. Epstein a pris position pour l’estimer négligeable1. L’examen de ce qui se passe dans le secteur verrier permet d’apporter une contribution à cette question au cœur de laquelle la notion même de secret est problématique. Comme dans les autres secteurs artisanaux, elle peut signifier des réalités très différentes : savoir-faire particuliers d’un groupe, des artisans d’une ville, de quelques familles, d’une seule, invention d’un individu. Du tour de main au véritable secret de composition ou de fabrication, du secret de polichinelle au secret bien gardé, il faut à la fois être conscient de la polysémie du terme et tenter de faire la distinction… quand cela est possible2.

L’écrit et la transmission des techniques

  • 3 Cf. notamment Long, 1991 et 2000 ; Vasta, Dolza, 1995 ; Vérin, Dolza, 2004…
  • 4 Mis à part l’introduction de Rosa Barovier Mentasti à la réimpression de l’ouvrage de Néri, 1980, (...)

2Les écrits susceptibles de transmettre des informations techniques sont de deux types : les textes des privilèges et les manuels techniques. Les uns comme les autres, rendus publics, sont appelés à une circulation différente mais potentiellement étendue en dehors du cercle restreint des spécialistes fabricants. Ils ont parfois été considérés comme les vecteurs possibles, si ce n’est principaux, des innovations techniques. Il a déjà été question des premiers dans le chapitre précédent, nous n’y reviendrons pas. Restent les manuels techniques qu’Epstein considère également comme des vecteurs négligeables des transferts d’innovations. La question mérite cependant de plus amples approfondissements. Un certain nombre de travaux, au confluent de l’histoire économique et culturelle, ont considérablement renouvelé ce sujet en ne se contentant plus seulement de puiser dans cette littérature pour connaître les techniques de fabrication, mais en interrogeant les conditions de production, les destinataires et l’utilité de ces manuels, particulièrement ceux concernant les mines et la métallurgie3. Les traités de verrerie n’ont pas fait l’objet de la même considération4.

  • 5 Voir aussi Barovier Mentasti, 1980.
  • 6 Son « livre sur divers arts », traite, au livre 2 ainsi qu’à la fin du livre 3 consacré aux métaux (...)
  • 7 Cf. Long, 1991.

3Or, il est relativement facile de dresser la liste des principaux ouvrages techniques traitant de la verrerie avant le XVIIIe siècle5. Sans forcément remonter au moine Théophile6, on peut citer les plus importants : les grands traités du XVIe siècle consacrés aux mines et à la sidérurgie, Biringuccio, Agricola, traitent l’art de la verrerie en tant qu’art du feu, à cause d’une certaine assimilation entre le verre et les métaux. Si ces ouvrages proclament la nécessaire ouverture des connaissances7 et donnent des informations sur les fours, la façon de faire la fritte, etc., ils sont peu utiles à tous ceux qui, à la fin du XVIe siècle ou au XVIIe siècle, désirent apprendre les « secrets » du verre à l’italienne, essentiellement liés aux compositions de la fritte, aux colorants, à la variété et à la hardiesse des formes.

  • 8 Voir sur ce livre Zecchin, 1963 et 1964, et Barovier Mentasti, 1980, Abbri, 2001. Je n’ai pu lire (...)
  • 9 Je cite les pages d’après la publication de Abbri, 2001 ; toutes les traductions sont de moi ; le (...)
  • 10 Nombreuses références du type : « comme le savent bien les fondeurs (conciatori) de four… comme ce (...)
  • 11 Long, 1991, Abbri, 2001.

4C’est donc un autre livre qu’il faut ouvrir et lire, celui du prêtre Antonio Neri, toscan. Son « Art de la verrerie distinct en 7 livres », publié en 1612, est essentiellement un livre de recettes de couleurs, hormis les premiers chapitres qui traitent des sels et des façons de faire les frittes. Beaucoup de choses restent problématiques dans ce livre8, à commencer par les intentions de l’auteur qu’il proclame pourtant hautement9 : à l’en croire, son livre serait la manifestation de choses cachées, mais directement expérimentées, destinées avant tout aux connaisseurs de la profession qui désireraient apprendre certaines recettes10. Neri précise souvent si ce dont il parle est une « chose vulgaire et connue », mais dont le rappel lui semble néanmoins nécessaire, ou s’il s’agit d’une chose connue de peu de personnes, ou encore d’un secret ou d’une invention qu’il revendique. Le projet de Neri paraît bien être de rompre avec le secret et de s’inscrire dans ce courant qui prône la communication des connaissances pratiques que Pamela O. Long a déjà repéré dans un certain nombre de livres de métallurgie du XVIe siècle11.

  • 12 Sur le rôle et le développement de l’expérimentation et de la science « expérimentale », voir nota (...)
  • 13 « Au lecteur curieux », p. 33.
  • 14 Sur l’alchimie, voir notamment Abbri, 2001, Perifano, 1997, Firenze, 1983, Scienze, 1982, et surto (...)
  • 15 Galluzzi, 1982, Abbri, 2001, p. 14-15.
  • 16 Abbri, p. 16, indique qu’à la mort de Neri, le prince de Medici fit tout pour obtenir des informat (...)
  • 17 Il est aussi l’auteur de deux traités restés manuscrits : Discorso sopra la chimica et un Ragionam (...)

5Dans tous les cas, Neri ne cesse, tout au long de son ouvrage, de proclamer la valeur de l’expérimentation, ce qui le place là encore dans un vaste courant novateur12 : c’est, à l’en croire, le fondement des recettes qu’il donne, c’est à ceux qui voudront expérimenter ses conseils qu’il s’adresse, tout en les exhortant, si d’aventure ils échouent, à ne s’en prendre qu’à leur propre incapacité plutôt qu’à mettre en doute la véracité de ses dires. Mais, dit-il encore, il s’est efforcé de s’exprimer avec tant de clarté et d’intelligibilité que les possibilités d’échec sont très réduites13. De tels propos sont fréquents dans les livres traditionnels de recettes, mais aussi dans la littérature alchimiste, particulièrement importante dans le contexte toscan et à laquelle s’intéresse beaucoup son patron, dédicataire et peut-être commanditaire du livre, Don Antonio de Medici14. Neri est d’ailleurs dans son entourage un alchimiste actif qui a la réputation d’avoir réalisé la transmutation des métaux communs en or15 : un secret qu’il écrit sur le papier mais dont il emporte visiblement la clé dans la tombe16. Comme le souligne Antonio Abbri, autant Neri est adepte de la clarté des recettes dans son ouvrage sur le verre, autant il cache son savoir à travers des formules hermétiques quand il s’agit d’alchimie17. Les deux facettes ne sont pas contradictoires, mais complémentaires.

  • 18 Cf. chap. vi : « Avec l’expérience, on trouve et on apprend plus que l’on ne le fait par une longu (...)
  • 19 Dans ses Discours admirables, Bernard Palissy met en scène, comme chacun sait, Pratique et Théoriq (...)
  • 20 Chap. xxxvii, p. 61.
  • 21 Idem.
  • 22 Rossi, 1999, Dolza, Vérin, 2004.

6Pourtant, Neri reconnaît la difficulté d’une transmission écrite de son savoir-faire pratique de verrier18 et formule, après d’autres, la contradiction inhérente aux manuels techniques, à savoir la difficulté d’une transmission écrite d’un savoir avant tout pratique et sensible, gestuel et visuel. La question que les historiens se posent n’est pas ignorée des auteurs de manuels. Bernard Palissy avait d’ailleurs largement abordé ces problèmes plus d’un demi-siècle avant Neri dans ses Discours admirables19. À quoi servent alors les livres ? Neri y apporte une réponse : « Les règles que j’ai données ci-dessus servent à illuminer l’intellect de l’artisan (artefice) curieux afin qu’il puisse inventer et trouver toujours mieux20. » C’est donc ainsi l’expérience réussie qui fera trouver à qui le suit « beaucoup plus que ce que je dis et rend évident21 ». Promesse de futur et d’enrichissement des expériences par l’intermédiaire de la transmission écrite : on trouve les mêmes déclarations d’intention dans les théâtres de machines contemporains22.

  • 23 Dédicace, p. 29.
  • 24 Pour les ateliers toscans, Neri et les verriers vénitiens, cf. Barovier Mentasti, 1980. Sur les Al (...)
  • 25 Cf. Zecchin, 1963 et 1964.
  • 26 Cf. chap. 2, 13, 22, 46.
  • 27 Parmi toutes les techniques en usage et tous les produits vénitiens, Neri est particulièrement int (...)
  • 28 Par ex. chap. 72 à propos du bleu d’émail, Holbach, 1752, p. 165.
  • 29 Chap. lxxv, même si le texte n’est pas clair, il ne peut s’agir d’une personne rencontrée à Anvers (...)
  • 30 Moretti, Salerno et Tommasi Ferroni, 2004.
  • 31 À ce sujet Eamon, 1994.
  • 32 Cf. notamment Zecchin, I, p. 249 ; Moretti, Salerno et Tommasi Ferroni, 2004, notent, en comparant (...)

7En admettant que le livre, écrit par un homme d’expérience, soit destiné à d’autres praticiens, d’où vient l’expérience de Neri ? Il est né à Florence en 1576, et ordonné prêtre avant 1601, mais on ne sait rien de sa formation verrière, hormis l’information laconique contenue dans la dédicace du livre selon laquelle il s’est « fatigué pendant de nombreuses années de sa jeunesse… dans l’art du verre23 ». C’est en verrier expérimenté qu’il se présente dans son livre, réalisant ses expériences à Florence (en 1601-1602), à Pise (en 1602), et à Anvers (entre 1604 et 1611). À Florence comme à Pise, il est en contact avec les verriers vénitiens débauchés par la Toscane, mais peut-être aussi, qui sait, avec des Altarais24. Il rencontre de nouveau des Vénitiens à Anvers. C’est d’ailleurs dans cette ville qu’il semble réaliser les couleurs les plus difficiles, qu’il approfondit les techniques et en invente de nouvelles. Il est peu probable qu’il ait été lui-même à Venise25, même si Neri fait à plusieurs reprises mention de ce qui se passe à Murano dans son texte26 : il est bien un de ceux qui ont pu connaître les techniques vénitiennes grâce à la mobilité des verriers de Venise et à la sienne propre27, semblable en cela aux autres verriers toscans, ou à ceux d’Altare. Pourtant, si Neri est incontestablement un praticien et un expérimentateur, les rapports entre son livre et son expérience sont loin d’être aussi transparents et évidents qu’il ne l’affirme. Kunckel, son traducteur allemand, souligne cet écart quand, dans ses commentaires, il écrit parfois : « Si l’auteur eût essayé l’opération qu’il nous prescrit ici, il aurait trouvé qu’elle ne réussit aucunement28. » Ainsi, se retrouve posé le problème des sources multiples de l’œuvre de Neri, sources qu’il est d’autant plus difficile d’appréhender qu’il n’en cite lui-même aucune : aucune référence à ses lectures, qui sont pourtant nombreuses, hormis peut-être la « doctrine » d’un certain Isach Orlando dans laquelle Néri affirme avoir puisé pour retrouver la façon de faire les pâtes pour bijoux29 ; aucun praticien avec qui il aurait été en contact, hormis les « valent’uomini » cités dans le prologue… Comme l’ont déjà suggéré Luigi Zecchin, Rosa Barovier Mentasti, Detlef Heikamp, et, plus récemment, Cesare Moretti, Carlo Stefano Salerno et Sabina Tommasi Ferroni30, il faut en fait mettre en relation le livre de Néri avec la tradition des « livres de recettes », des « livres de secrets31 », dont certains lui ont sans aucun doute servi de base pour la rédaction de son ouvrage32, et, bien sûr, avec la tradition alchimique dont Ferdinando Abbri souligne l’importance.

  • 33 Cf. Barovier Mentasti, 1980, p. xxiii, fait remarquer que les recettes pour le verre au plomb ou c (...)
  • 34 Notamment celui de la Bibliothèque Universitaire de Bologne, datant de la seconde moitié du XVe si (...)
  • 35 Long, 2000 qui cite une transcription de ce type pour la Mésopotamie du 2d millénaire avant J. C. (...)

8Concernant les premiers, on sait que Don Antonio les collectionne dans sa vaste bibliothèque, aujourd’hui perdue. Les archives de Florence conservent trois recettiers dans lesquels se mêlent à la fois les influences toscanes et vénitiennes et auxquels l’œuvre de Neri peut être directement reliée33. Ces recettiers toscans semblent eux-mêmes en recopier de plus anciens, du XVe ou du XVIe siècle, conservés dans différentes villes, notamment Bologne et Montpellier34. Ainsi, les livres de recettes circulent, se recopient, se complètent… cela est bien connu et attesté, dans le domaine verrier, depuis l’Antiquité précoce35. Dès cette époque peut-être, les dosages des recettes verrières semblent être notés par les verriers et transmis de génération en génération en complément de l’apprentissage pratique et oculaire. Ces notes apparaissent donc liées à la pratique d’un maître qui les transmet à ses élèves.

  • 36 Zecchin, 1987, I, p. 248-276.
  • 37 Moretti, 2001, et Moretti, Salerno et Tommasi Ferroni, 2004.

9Le processus par lequel ces notes de travail sont diffusées et copiées dans des recettiers « polyvalents » est souvent inconnu. Mais le fait est que ces recettiers perdent leur caractère strictement privé et peuvent devenir un instrument de diffusion des « secrets » hors de l’atelier. Deux conditions sont cependant nécessaires pour qu’ils soient susceptibles d’être des vecteurs de transmission des savoirs : que les recettes soient correctement copiées, que les destinataires sachent quoi en faire. Dans la mesure du possible, le parcours souvent complexe de ces recettiers doit donc être retracé. Luigi Zecchin a ainsi évoqué l’itinéraire curieux du « manuscrit de Montpellier36 » : d’origine Muranaise, il est recopié dans les États napolitains par des copistes qui n’en comprennent visiblement pas le sens. Il passe ensuite à Rome et finit son périple à Montpellier où il est conservé. Or, Rome et Naples sont deux grandes villes où Muranais et Altarais travaillent, sans doute en contact les uns avec les autres : on peut donc conjecturer que les recettes proviennent directement des spécialistes. Mais pourquoi et par qui sont-elles recopiées ? Comment arrivent-elles à Monpellier ? Autant de questions sans réponses. De même, Cesare Moretti a entrepris la publication d’un certain nombre de recettiers vénitiens qui témoignent à la fois des périples des verriers et de la circulation de leurs savoir-faire à travers l’Europe37.

10Ainsi, les réflexions sur la genèse de l’ouvrage de Neri ouvrent des perspectives sur la circulation des hommes, celle des écrits et leurs rapports très complexes. Comme le note Pamela O. Long, le passage à la publication n’est pas forcément le passage du secret au connu, mais l’impression élargit potentiellement les destinataires, en incluant un public plus large et surtout indéfini. Elle défie donc les modes de transmissions filiaux, familiaux, relationnels de ces manuscrits, sans doute rarement dissociés jusque-là des pratiques.

  • 38 Holbach, 1752, préface p. ii.
  • 39 Holbach, 1752, p. 136.

11Tout autant que la genèse du livre de Neri et son rapport avec les techniques italiennes de son temps, la diffusion de son livre, ses usages et utilisateurs posent problème. Quand le baron d’Holbach le traduit en français en 1752, il affirme que l’ouvrage de Neri est alors « diffus, mais excellent, le style en est peu correct, mais l’objet y est embrassé dans toute son étendue38 ». Or, l’ouvrage est ainsi ouvertement traduit pour la première fois en français… un siècle et demi après sa parution ! Les éditions italiennes ne sont pas non plus très nombreuses. Trois seulement au XVIIe siècle, une à Florence même en 1661 et deux autres à Venise, l’une en 1663 et l’autre en 1678, mais tellement incorrectes, à en croire tous les compilateurs de l’œuvre, qu’elles ne méritent pas d’être confrontées avec l’original : s’agit-il d’un défaut d’attention envers un livre que l’on considère essentiellement comme une « curiosité », comme le suggère Barovier Mentasti – auquel cas, la chose ne manque pas de piquant ! –, ou doit-on y voir une manœuvre plus pernicieuse de la Sérénissime ? Une recette avec de fausses indications ne vaut guère mieux que pas de recettes du tout. Kunckel évoque d’ailleurs le temps et l’argent qu’il a perdu lors des essais du jaune d’or parce que les proportions données par Neri étaient fausses39. La désinformation est plus insidieuse et peut-être plus nocive que l’absence d’information.

12Les éditions étrangères de l’œuvre sont également peu nombreuses et relativement tardives pour un ouvrage dont on clame pourtant l’importance : la traduction en anglais, effectuée par Christophe Merret, paraît à Londres en 1662. Le même traduit l’ouvrage en latin en 1669, pour une impression à Amsterdam. En Allemagne, Friedrich Geissler en donne une traduction à Francfort et à Leipzig en 1678, un an avant celle de Kunckel qui paraît en 1679, avec des annotations aussi bien sur le texte de Neri que sur les notes de Merret. En France, avant le baron d’Holbach, l’Art de la verrerie de Haudicquer de Blancourt, daté de 1697, emprunte sans le dire la plupart des recettes au livre de Neri.

  • 40 Le livre de Neri par exemple ne fut jamais traduit en espagnol, mais l’on sait que des copies manu (...)
  • 41 Gérard Gayot m’a fait remarquer à ce propos que les rituels maçonniques du XVIIIe siècle ont été i (...)

13Deux remarques sur ce nombre finalement modeste d’éditions et de traductions : des copies et traductions manuscrites du livre, que l’on a toujours du mal à saisir, ont sûrement circulé ; l’imprimerie n’a pas fait disparaître les manuscrits40. La copie manuscrite, qui circule de main en main à l’abri des regards indiscrets, entretient l’illusion du secret bien gardé, même si personne n’est dupe, sauf les curieux ignorants et crédules épris de nouveauté41. Mais il est cependant surprenant que l’écho du livre soit apparemment majeur dans la seconde moitié du siècle, alors que les techniques italiennes commencent à être concurrencées par d’autres : voilà qui nécessite de se poser de sérieuses questions sur le lectorat visé et réel du livre et de ses traductions.

  • 42 Je ne prends pas en compte le baron d’Holbach, fort connu, et dont la traduction tardive répond à (...)

14La personnalité de ces trois traducteurs, si l’on compte Haudicquer de Blancourt, est à ce titre intéressante42. Christophe Merret, qui est le premier traducteur de Neri, est un docteur en médecine, sans véritable pratique de la verrerie, mais qui s’en informe. Il se fait éventuellement commenter le texte par des verriers anglais qu’il connaît, notamment ceux qui ont travaillé à Murano ou ailleurs en Italie, comme il l’indique dans sa préface – circulation des hommes toujours ! Pourquoi réaliser une telle traduction ?

  • 43 Neri, The art of glass, 1662, s. p. (to the ingenious Reader).

« Je ne doute pas que nos ouvriers en cet Art soient très avantagés par cette publication… Et je le dis parce qu’un ouvrier éminent, maintenant devenu maître, m’a dit que l’essentiel de son savoir-faire venait de ce livre vrai et excellent (ce sont ses propres mots), et donc je ne doute pas qu’il ne donne quelque lumière et avantage aux hommes de ce pays de cette profession, ce qui est mon but43. »

  • 44 Selon d’Holbach, 1752, p. III ; Merret dit appartenir en 1662 au Gresham college.
  • 45 Cf. Long, 1991, p. 354-355 ; cf. également Ochs, 1985, Rossi, 1999, p. 70 et suiv.
  • 46 Abbri, 2001, p. 19.
  • 47 Cest d’ailleurs, semble-t-il, la thèse de Heikamp, 1986.

15Certes, il est normal que Merret proclame l’intérêt du livre qu’il publie. Néanmoins, cette affirmation met l’accent sur l’utilité de l’écrit, sa circulation en Angleterre avant la traduction, en relation avec la mobilité des hommes. La traduction de Merret s’inscrit dans le cadre du projet baconien d’écrire une histoire de tous les arts, repris par la Société Royale de Londres, dont Merret est membre44. L’ouvrage est en effet dédié à Robert Boyle (1627-1691) et peut être inscrit dans la lignée de ceux qui traduisent ou enquêtent directement sur les arts45. Il n’est donc pas étonnant que les notes de Merret soient essentiellement des notes « savantes », confrontant les dires de Neri avec d’autres écrits, depuis Aristote et Pline jusque Agricola, bien sûr, mais aussi Cardan, Scaliger, Della Porta et Libavius, mais pas Biringuccio. Ce faisant, il révèle les sources les plus évidentes pour un lettré du savoir de Neri, en dehors des recettiers et de sa propre expérience. Voilà qui confirme que « alchimie et techniques artisanales ont interagies dans l’œuvre de Neri et qu’on ne peut pas parler d’un Neri “verrier” et d’un Neri “alchimiste” comme deux personnes différentes46 » : son œuvre reflète bien la circulation des savoirs entre pratiques différentes, entre pratiques et théories47.

16C’est en tout cas grâce à ces consultations savantes, notamment celle d’Agricola, que Merret complète l’ouvrage de Néri sur des points qui lui semblent importants et qui pourtant n’y figurent pas (par exemple la disposition, la forme, l’usage des fours). Mais Merret ne fait pas que recopier Agricola, il indique également les différences entre ce texte et les pratiques anglaises de son temps telles qu’il a pu les appréhender grâce à une enquête et un contact étroit avec certains verriers. Son livre fournit ainsi de précieuses indications sur les usages anglais de son époque.

  • 48 En 1688/9, Charles XI de Suède le nomme conseiller des mines, mais il n’est pas certain qu’il vive (...)

17La traduction de Johann Kunckel (1630/38-1702/3) est encore plus riche que celle de Merret, les notes plus abondantes, mais dans un style relativement différent. Sans rappeler ici la carrière bien connue de Kunckel, on sait qu’il descend d’une famille de verriers, son père lui transmet à la fois son métier et son savoir chimique et alchimique qu’il a mis au service du Duc Frédéric de Holstein. En 1679, Johann, après avoir lui-même travaillé pour le Duc de Lauenburg et l’Electeur de Saxe Jean Georges II, dont il dirige jusque 1677 le laboratoire de Dresde, est invité à Berlin par l’électeur Frédéric Guillaume. Il devient responsable du laboratoire et des travaux verriers de Brandebourg48. C’est donc dans ce contexte qu’il traduit et annote l’ouvrage de Neri et de Merret. Quoiqu’il ait déjà publié deux ouvrages, l’un sur les sels fixes et volatils en 1676 et l’autre sur ses Observations chimiques en 1677, Kunckel se distingue du ton « savant » de Merret et se présente d’abord et avant tout comme un “praticien”, un véritable expérimentateur (ce que n’est pas Merret) :

  • 49 Il continue en disant : « Si mon travail a l’avantage d’être aussi agréable au Public qu’il lui se (...)

« Je finis par prier le lecteur de regarder d’un œil favorable mon ouvrage, et de tirer profit de mes remarques sur Neri, je puis assurer sans ostentation que tout ce qu’elles contiennent est fondé sur des expériences certaines, que j’ai faites moi-même et d’après lesquelles un Artiste intelligent peut travailler sans perplexité. J’ai toujours été fort éloigné d’en imposer et d’éconduire qui que ce soit, je n’ai jamais eu en vue que l’avantage du Public ; aussi je ne me suis pas mis en peine de grossir ce livre de beaucoup de détails peu intéressants et de procédés incertains qui feroient perdre le temps et constitueroient en dépenses ceux qui les essayeroient49. »

  • 50 Par exemple à propos du rouge dont je reparlerai plus bas, cf. Holbach, 1752, p. 148-149.
  • 51 C’est le cas notamment d’un fourneau plus performant que celui des potiers utilisés par Neri pour (...)

18Contrairement aux livres de recettes, dont on ne connaît ni la provenance, ni la validité, Kunckel affiche donc la démarche d’un scientifique qui valide par ses propres expériences les procédés décrits par Neri. De fait, ses appréciations sur la justesse ou le caractère erroné des « recettes » de Neri sont fréquentes. Mais il conserve malgré tout l’ambiguïté d’un homme de l’art, lui-même découvreur de nouvelles procédures qu’il rechigne parfois à révéler50, ou qu’il se décide au contraire à publier51.

19Haudicquer de Blancourt représente une troisième catégorie de personnes intéressées par la verrerie et l’ouvrage de Néri, à priori plus surprenante. Rien chez ce généalogiste ne peut laisser suspecter un quelconque attrait pour les arts manuels et les techniques. Il explique pourtant lui-même son intérêt pour l’art de la verrerie :

  • 52 Haudicquier, 1718, préface, p. 7, reprint.

« La connoissance que nous avons acquis dans l’histoire des Familles nobles nous a fait naître ce premier dessein (celui de s’intéresser à l’art de la verrerie) en recherchant les causes des Privilèges des gentilshommes qui travaillent à ce bel art, sans déroger à leur noblesse52… »

20C’est donc son étude de la noblesse normande qui le mène à la verrerie, la Normandie étant un grand pôle de la production française de verre et de familles verrières revendiquant la noblesse.

21Haudicquer de Blancourt n’indique pas la source principale de son livre, Neri, qu’il complète grâce à l’ouvrage de Merret (qu’il ne cite pas non plus) et à des indications sur les fours tirées d’Agricola (qu’il cite). Comme Merret, il établit le parallèle entre les descriptions de Neri et les pratiques alors en usage en France, dans la grosse et la petite verrerie. Il fait œuvre plus originale dans les passages qu’il consacre au problème de la noblesse verrière et aux familles de gentilshommes verriers de Normandie. Haudicquer est également l’un des premiers à décrire la façon de faire les glaces, soufflées et coulées, quelques années seulement après la mise au point de ce dernier procédé (chap. xii). Mais sur ce point, ses informations sont imprécises et relativement obscures : méconnaissance ? Sans doute, mais aussi volonté précise de ne point trop en dire. En effet, Haudicquer fait, à la fin de sa préface, cette remarque sur les ambiguïtés de l’écriture, de la révélation et de la transmission des « secrets » par l’écrit :

  • 53 Haudicquer, 1718, préface p. 9, reprint. On peut noter le caractère relativement courant d’une aff (...)

« Les véritables sçavants nous en saurons mauvais gré ; mais s’ils considèrent que le Seigneur n’éclaire que ceux qu’il aime & qui vivent selon ses saintes lois, ils verront qu’il y a peu à risquer, puisque les indignes auront les yeux bandés, & ne verront pas mieux que les aveugles53. »

22Qu’il y ait des vérités réservées aux seuls élus, voilà bien un discours de style ésotérique qui plait sans doute à des lecteurs qui se considèrent comme tels. Haudicquer se situe bien dans cette veine traditionnelle.

  • 54 C’est le sens des remarques de Cesi à Galilée, déjà citées note 13.

23Ainsi, les trois traducteurs de Néri – que l’on caricaturerait en les distinguant entre savant, expérimentateur scientifique et érudit – ont, tant vis-à-vis de la pratique que de la révélation des « secrets » de l’Art, des attitudes différentes qui peuvent être considérées comme significatives et représentatives à la fois de la variété des intérêts que peut susciter un livre « technique » et du rapport problématique entre imprimerie et ouverture des connaissances. Si l’écrit rend public, il n’enseigne jamais aux ignorants : c’est ce que tous disent. On voit mal quel parti les non-spécialistes pouvaient tirer du livre de Néri, même si d’« honnêtes hommes » pouvaient trouver dans la lecture la satisfaction de leur goût du secret, ou de l’expérimentation, et espérer la révélation de certains mystères de la matière54.

  • 55 Le seul inventaire de bibliothèque existant est celle de Lucas de Nehou, qui possède visiblement u (...)

24Par contre, Merret comme Kunckel, Haudicquer de Blancourt comme Neri, sont convaincus que l’écrit peut élargir les compétences de ceux qui en ont déjà. Mais les spécialistes tirèrent-ils réellement parti de l’ouvrage ? C’est une question à laquelle il est pratiquement impossible de répondre, en l’absence, par exemple, d’inventaires après décès précisant les livres possédés par des verriers55. Les observations de Kunckel laissent cependant penser qu’il n’a pas dû être le seul à « vérifier » les recettes de Neri, enrichissant ainsi sa propre expérience. Certes, Kunckel ne peut être considéré comme un verrier quelconque et, en définitive, il reste très difficile de dire qui a pu effectivement lire l’ouvrage de Neri, et encore plus problématique d’évaluer son rôle dans la circulation des savoir-faire pratiques. Il ne doit pas pour autant être écarté, même si les techniques verrières sont sans conteste un des domaines où les connaissances sont les plus inséparables des mains qui les mettent en œuvre.

Bernard Perrot un témoin des passages entre écrits et pratiques ?

  • 56 Bien entendu, il ne s’agit pas ici de discuter de la véritable paternité de ces inventions, un pro (...)

25Un personnage permet de poser ces problèmes de la transmission orale, familiale, coutumière et des apports éventuels de l’écrit : Bernardo Perrotto. Nous avons déjà rencontré ce verrier originaire d’Altare, venu s’installer à Nevers avec son oncle Giovanni Castellano en 1647, avant de se fixer à Orléans où il obtient un certain nombre de privilèges. Ceux-ci peuvent entrouvrir la porte de la production de Perrot et de ses inventions revendiquées56.

  • 57 Cf. les remarques de Hilaire-Pérez, 2004.
  • 58 Kunckel est généralement crédité de cette « invention » du rouge transparent imitant le rubis qu’i (...)
  • 59 Cf. par ex. Barrelet, 1958.

26Sans revenir ici sur le privilège de 1666 qui concerne le « charbon de terre », il convient d’expertiser les « inventions » de Perrot revendiquées dans le monopole de 1668, les plus intéressantes pour tenter de percer les relations entre écrit et oral, entre circulation et invention, entre savoir commun et invention individuelle57. Tout d’abord, le « rouge transparent », ou rouge des anciens : une couleur qui fait alors l’objet de nombreuses recherches dans le milieu verrier, mais pas seulement. Perrot est l’un de ceux qui retrouve, avant Kunckel semble-t-il, le secret de sa fabrication58. Cette couleur, avec laquelle il réalise les fins liserés dont il orne beaucoup de ses verres, devient un des signes de reconnaissance de sa production59. C’est aussi l’un des objets de la démonstration qu’il fait de ses talents à la Cour en 1687. Dans son compte-rendu de cette séance écrit pour le Mercure Galant de 1687, Comiers note que Perrot « a enfin heureusement recouvré le secret perdu depuis plus de 300 ans de faire le verre rouge transparent ». Ce qui le frappe, c’est la propriété du verre de Perrot :

  • 60 Mercure Galant, mars 1687. D’Orschall note sa stupéfaction initiale devant la propriété de ce verr (...)

« Ce qui vous surprendra, c’est que le verre qu’il a mis en estat de prendre cette couleur, garde la blancheur et la transparence du plus beau cristal jusqu’à ce qu’il le mette sur les charbons ardens & qu’à peine y a-t-il demeuré un moment, que la partie qui a esté sur le feu prend la couleur du rubis… la partie qui n’a pas esté sur les charbons conserve la mesme blancheur & la mesme transparence qu’elle avoit auparavant. Nous l’avons expérimenté dans notre assemblée… Ce qu’il y a de plus admirable, c’est que le verre de Mr Perrot devenu rouge, & qui garde cette couleur, estant tiré en filest & travaillé au feu de lampe, redevient blanc estant refondu dans le creuset, voilà de quoy bien exercer les Philosophes & mesmes les Elèves d’Hermes60. »

  • 61 Il a déjà noté en passant au chapitre xc qu’« un curieux pourra tirer de l’or une couleur rouge d’ (...)
  • 62 Holbach, 1752, p. 253.
  • 63 Holbach, 1752, p. 254.

27Or, Antonio Neri donne au moins deux recettes de ce type de rouge, au livre 7, chap. cxx et cxxix. Les deux recettes sont différentes : la seconde est beaucoup moins précise que la première et met en œuvre un métal qui fit l’objet de toutes les attentions alchimistes, l’or61. Merret ne s’y trompe pas qui cite à ce propos Libavius, lequel « semble avoir rencontré juste en conjecturant que cette couleur se faisoit avec l’or62 ». L’avis de Kunckel est différent : si, à propos de la première recette, il note que « son procédé réussit63 », il est beaucoup plus circonspect sur la seconde :

  • 64 Holbach, 1752, p. 266.

« Cette méthode qui est chère et précieuse a été éprouvée sans succès par bien des gens ; il faut quelque chose de plus pour que l’or donne au cristal sa couleur & pour qu’il le change en rubis ou en escarbouche ; il n’est pas vraisemblable que notre Auteur y soit parvenu de cette manière64. »

  • 65 Bénard, Dragesco, 1989, p. 62 et 66.
  • 66 AEL, famille Nizet-Lambotte, A-1.
  • 67 Le livre de Libavius sur l’Alchimie paraît en 1606. Il est abusif de l’appeler « alchimiste » puis (...)

28Peut-être Perrot est-il, comme Kunckel, l’un de ceux qui ont essayé… et réussi ? Les analyses des laboratoires de Saint-Gobain ont effectivement montré que l’or constitue bien l’un des ingrédients de sa fameuse couleur rouge65 ; un ingrédient qui est d’ailleurs clairement indiqué pour réaliser le rouge dans une feuille de recette liégeoise du début XVIIIe siècle66. C’est aussi ce à quoi arrive Andréas Cassius de Leyde et qui devient le fameux « pourpre de Cassius » après sa publication en 1683. Ainsi, en France, aux Pays-Bas, en Allemagne, les expérimentations conjointes des verriers ont retrouvé ce procédé grossièrement indiqué par Neri peut-être plus sur la base de ses connaissances des traités alchimiques que de ses propres expérimentations. Le problème des sources « alchimistes » de Neri67, de la circulation de son œuvre, de sa lecture et de son utilisation par les tenants de l’art se trouve ainsi reposé. Mais nous avons, hélas, peu de moyens de savoir si Perrot possédait ou avait lu Neri ou les traités alchimistes ! Inversement, cela incite à reprendre la question de la relation de l’ouvrage avec des méthodes dans l’air des nouveautés italiennes et européennes : à l’évidence, emprunts et collaborations ont joué un rôle majeur dans cette réinvention que plusieurs firent de façon à peu près contemporaine…

  • 68 Du Pradel, 1691 et 1692.
  • 69 Donneau de Vizé, 1686, t. 1.
  • 70 Holbach, 1752, p. 103-104.

29Mais Perrot n’est pas seulement connu pour son fameux rouge. Il déclare aussi avoir « trouvé le secret de contrefaire l’agate et la porcelaine avec le verre & les émaux68 ». Le récit, peut-être largement reconstruit, du voyage en France des Ambassadeurs du Siam, les montre en train d’admirer lors de leur hypothétique passage à la verrerie de Perrot en 1686, « tout ce que cet art produit de plus rare et de plus beau en Porcelaine. Ces sortes de porcelaines imitent si bien celles d’Orient que plusieurs personnes ont esté trompées à la veue69 ». Or, il n’est certes pas le premier à avoir voulu imiter la porcelaine et l’agate : les verriers s’y essayent au moins depuis le XVe siècle. Néri lui-même donne à la fois la recette du lattimo et celle du calcedonio qui contrefont l’un la porcelaine, l’autre l’agate. Kunckel, dans ses commentaires à l’ouvrage de Neri, indique la « préparation d’un verre qui ressemble à la porcelaine, au moyen duquel on fait toutes les couleurs non transparentes d’une grande beauté. Cette composition, que j’ai ci-devant tenue secrète, m’a été communiquée par le Sr Daniel Krafft qui en est l’inventeur ; elle est très belle et doit donner un grand plaisir au curieux, voici la manière de la faire », suivent trois recettes différentes70.

  • 71 Bénard, Dragesco, 1989, p. 96.
  • 72 Long, 1991, ne traite pas suffisamment cet aspect dans son article même si elle y fait une rapide (...)

30En France même, le fameux Mazzolao, qui vient narguer Perrot à Orléans, prétend lui aussi faire du verre à imitation de la porcelaine tandis que Louis Potérat de Rouen obtient en 1673 un privilège pour la « porcelaine tendre71 »… synergie des découvertes, circulation des savoir-faire… le problème est à nouveau posé et l’emploi du concept d’individu inventeur de plus en plus délicat. S’il se développe à la Renaissance, comme de nombreux auteurs l’ont montré, il faut plutôt le mettre en relation avec l’émergence de la notion d’individualité qu’avec la pratique de l’invention72.

31En tout cas, si le livre de Neri peut avoir servi à quelques-uns, c’est sans aucun doute à des artisans déjà avertis des techniques verrières et des procédés spécifiques du verre à la vénitienne. Le lecteur apprend parce que l’œil et la main sont déjà experts. La lecture, utile, sinon nécessaire, ne peut être que seconde. Le premier apprentissage a incontestablement lieu dans les ateliers. Autant dire que le vecteur principal de la transmission des savoir-faire est bien la mobilité des hommes.

Mobilité des hommes et transmission des techniques

  • 73 Voir par exemple Deyon, Guignet, 1980, Gayot, 1998 en ce qui concerne les draps. Cantillon affirme (...)

32Dire que les hommes sont les agents essentiels de la transmission des techniques constitue le départ de l’investigation car la mobilité ne s’accompagne pas automatiquement de la transmission des savoir-faire. Au contraire, on se souvient que l’enjeu du conflit qui oppose Jacques Sarode, ses associés et le Conseil du roi Henri IV est précisément la question de l’apprentissage des nouvelles techniques aux autochtones. De fait, les Altarais toujours, les Vénitiens souvent, refusent d’enseigner à d’autres leurs savoirs puisque de leur monopole des techniques de fabrication dépend l’importance des revenus qu’ils pourront tirer de leur savoir-faire. Les verriers italiens qui s’en vont en France ou dans les autres États européens ne sont donc, en général, pas du tout disposés à livrer leurs « secrets ». Les privilèges, on l’a vu, sont impuissants à les y obliger. Mais les États mercantilistes ont mis au point un instrument beaucoup plus efficace pour réaliser le transfert des innovations techniques : les manufactures royales. Privilégiées, elles le sont aussi bien évidemment, mais les entrepreneurs qui les dirigent, et les ouvriers qui y travaillent, sont tenus par des liens beaucoup plus forts que lors des concessions de privilèges d’exploitation jusqu’ici envisagées. Leur rôle a été spécialement affirmé dans le domaine textile. Cantillon le saluait déjà cent ans plus tard73. Ont-elles aussi été le lieu principal des transferts techniques dans la verrerie européenne ? On y retrouve en tous cas Vénitiens et Altarais employés dans des rôles très divers.

Le rôle prépondérant des manufactures royales ?

  • 74 Pastor Rey de Vinas, 1994.
  • 75 Custodio, 2002.
  • 76 Sur la manufacture royale de la Chiusa, voir Palmucci Quaglino, 1979, qui reste pratiquement la se (...)

33Si l’on exclut les ateliers de Cour, les manufactures royales ont été, dans le domaine verrier, très peu nombreuses et très tardives : assurément, le verre a une moindre importance que le textile dans l’économie des États, longtemps confiants dans le système des privilèges pour attirer les entrepreneurs nécessaires à la fourniture de leur population. L’entreprise mise sur pied par Colbert dans les années 1660 semble la première d’une série relativement limitée parmi lesquelles figurent essentiellement la manufacture espagnole de San Ildefonso74, celle portugaise de Coina75, et celle du Piémont plus particulièrement étudiée ici76.

  • 77 Parmi l’abondante littérature sur Saint-Gobain, voir notamment Fremy, 1909 ; Pris, 1975 ; Hamon, P (...)

34Sans reprendre l’histoire bien connue de la fondation colbertiste77, le rappel des conditions d’émergence de la manufacture piémontaise est indispensable pour souligner les problèmes communs et récurrents soulevés par les transferts techniques organisés par les deux monarchies.

  • 78 En 1580, les frères Gio Maria e Batta Massari d’Altare affirment avoir été les premiers à introdui (...)
  • 79 Sur l’industrie du verre en Piémont, voir notamment Cavallari-Murat, 1947.

35La circulation des verriers d’Altare dans le territoire piémontais est ancienne. Elle remonte au moins au début du XVIe siècle, alors que les premiers privilèges connus sont accordés dans la seconde moitié du XVIe siècle à des entrepreneurs d’Altare78. Ils continuent, tout au long du XVIIe siècle, à proposer et obtenir la plupart des privilèges. Trois points sont à souligner à propos de ces mouvements d’hommes. D’une part, l’État piémontais reçoit ces spécialistes, mais n’est pour rien dans leur circulation qui obéit aux pratiques désormais anciennes et bien enracinées de la communauté locale. D’autre part, les privilèges reçus ne sont jamais la contrepartie d’une quelconque invention individuelle mais bien d’un savoir-faire reconnu à tous les individus du groupe. Enfin, aucun de ces privilèges ne mentionne l’obligation d’enseigner les techniques aux autochtones, et pour cause : le personnel des verreries est sans aucun doute entièrement fourni par la communauté d’Altare. De toute évidence, l’intérêt du gouvernement piémontais est alors de voir s’installer dans son État des fabriques de verre et non pas d’organiser la diffusion du savoir technique. De ce point de vue, les choses semblent évoluer de façon notable au XVIIIe siècle79.

  • 80 AST, Materie economiche, categoria IV, Mazzo 12 : il s’agit bien de la création d’une entreprise c (...)
  • 81 Voir notamment Maitte, Dolza, 2004.
  • 82 AST, Patenti e biglietti, 1723-24, reg. 3.

36On peut considérer que le privilège général accordé en 1694 à un verrier d’Altare (Pisani), qui plus est assorti d’une association entrepreneuriale entre l’État et le fabricant, prélude à la création d’une véritable « manufacture royale80 ». La circulation des hommes sous égide de l’État s’intensifie lorsque le gouvernement décide de relancer sa politique de développement économique après la paix et la grande réorganisation des frontières de 1713, un mouvement également repérable dans la laine et dans la soie81. En 1723, un ensemble d’accords redéfinit les privilèges accordés aux entrepreneurs de la verrerie de Turin et prévoit en même temps l’embauche de spécialistes étrangers, des Vénitiens bien sûr, mais aussi des « Allemands » portés par la grande vogue du verre « à la bohémienne » qui touche à ce moment l’ensemble de l’Europe. Alors que les Vénitiens présentent de façon « spontanée » leurs services à l’État piémontais, les seconds font l’objet d’un débauchage en bonne et due forme, le contrat est signé à Prague par l’intermédiaire de l’ambassadeur. Ce sont d’ailleurs à cette occasion les Altarais qui doivent bénéficier de l’enseignement exigé des étrangers. Ainsi, en 1724, l’entrepreneur requérant le privilège affirme-t-il dès son deuxième point que « le fondement principal de la bonne réussite de cette fabrique avec enseignement des sujets de V.M. (est de perfectionner) ceux qui ont déjà appris et d’en former d’autres », ce à quoi le gouvernement répond en effet que l’une des obligations des ouvriers vénitiens engagés est « d’avoir instruit perfectionné dans l’Art les Altarais qui actuellement travaillent ou d’autres sujets de S.M. qui pourraient travailler pendant le dit temps82 ».

  • 83 Palmucci Quaglino.
  • 84 Je reviendrai dans le prochain chapitre sur les problèmes suscités par la coopération entre les éq (...)
  • 85 À ce propos, le récit de l’arrivée des vénitiens à Turin en 1763 est donc tout à fait significatif (...)
  • 86 AST, Materie economiche, IV, M. 16, fasc. 5.
  • 87 Le résident de Venise estime d’ailleurs qu’il aurait fallu « le jeter dans le canal », cf. AST, Ma (...)
  • 88 En l’occurrence, par l’intermédiaire d’un Sr Flandin, résidant à Ratisbonne et « ancien sujet de S (...)

37Si cette initiative étatique est importante, la véritable création de la manufacture royale date de la fin des années 1750, lorsque le gouvernement décide de gérer directement l’établissement et construit à La Chiusa Pesio un grand complexe destiné à l’abriter83. Pour trouver la main-d’œuvre nécessaire à ce projet, le gouvernement fait toujours appel aux équipes de verriers d’Altare84. Mais, plus que jamais désireux de développer les techniques vénitiennes, et surtout bohémiennes, il se lance dans une politique d’intense recrutement. Les Vénitiens se présentent encore spontanément en petits groupes qui forment ensuite équipes85. Mais il y a également, dans les années 1760, une véritable mission d’espionnage accomplie à Venise par Gio Antonio Zo pour le compte de la manufacture royale piémontaise86, parallèlement à une entreprise de débauchage effectuée par l’Abbé Grosso à Venise même87. Et, comme dans les années 1720, c’est par l’intermédiaire de Piémontais résidants sur place que les équipes d’Allemands sont recrutées et acheminées88. Au total, l’entreprise de débauchage des hommes et l’espoir de circulation des techniques est sans précédent puisque l’on trouve à la Chiusa des équipes capables de fabriquer des vitres et des miroirs à la flamande (sous la direction de Kayser), à la vénitienne (Obici), du verre à la façon de Bohême (Kurtz), des bouteilles à la française (Mozel) et, bien sûr, du verre à l’altaraise. Ainsi se forme un pôle technique aux potentialités importantes et diversifiées dont les ambitions dépassent largement le projet colbertiste.

38La comparaison entre les deux pays permet de voir à l’œuvre les mêmes types de mécanismes et surgir des problèmes semblables quand il s’agit du transfert des savoir-faire.

  • 89 Preto, 1994.
  • 90 Fremy 1909, Bondois, 1932.
  • 91 AST, Materie economiche, IV, M. 16.

39Tout d’abord, dans les deux cas, la mobilité voulue par l’État est en quelque sorte « seconde » et n’aurait pu se réaliser sans la participation active de verriers italiens installés de part et d’autres des frontières. Certes, de très nombreuses personnes sont à chaque fois impliquées dans l’aventure du débauchage. Le repérage concret des hommes compétents requiert toute une série d’informateurs dont les ambassades fournissent toujours la première pépinière : il n’est que d’ouvrir la correspondance de Colbert ou de lire les rapports des ambassadeurs pour voir à l’œuvre cette constante demande et collecte d’informations. L’espionnage économique figure au premier rang des activités des personnels diplomatiques89. Mais quelle compétence a un ambassadeur pour juger de la qualité d’un ouvrier ? La chaîne de la débauche requiert en fait toujours des spécialistes : points de contact entre l’autorité et les ouvriers, ils sont les véritables garants de la qualification des sujets débauchés. Un rôle important, pour ne pas dire fondamental, est ainsi dévolu dans l’entreprise colbertiste à Giovanni Castellano, Altarais installé à Nevers depuis 1647 et déjà lié à Colbert, qui envoie son gendre Marc Bormiolo chercher et ramener de Venise les spécialistes dont il a sans doute vérifié au passage les compétences techniques90. De même, c’est encore un verrier d’Altare installé dans le Milanais, et de ce fait en contact avec les verriers d’Empire, Paulo Rachetti, qui débauche en Bohême les ouvriers nécessaires à la manufacture piémontaise. Moins chanceux que son compatriote, il finit dans les geôles milanaises, l’impératrice appréciant aussi peu que la République vénitienne le pillage de son « capital humain91 ».

  • 92 ASV, Inquisitori di Stato, B. 824, s.d. ; sur ce personnage, voir Zecchin, 1989, II, p. 89-103.
  • 93 L’expression, déjà citée, est de Fauve Chamoux. Elle distingue, dans le cadre des migrations urbai (...)

40Deuxième point : les débauchages ainsi réalisés le sont à prix d’or et concernent un nombre très réduit de verriers. Tous les détails financiers des négociations ne sont pas connus. Néanmoins, l’un des principaux maîtres vénitiens débauchés pour la manufacture de glace française, Antonio Cimegotto, lève une partie du voile. Revenu à Venise, il raconte à sa manière ses déboires en insistant sur ce qu’il a perdu en quittant la France : une pension de mille deux cents livres par an, un revenu de quarante doublons par mois, des gratifications et des avantages divers. Bien sûr, il a tout intérêt à insister sur l’ampleur du sacrifice qu’il a consenti en revenant à Venise, mais les attestations officielles signées de la main de Louis XIV donnent crédit à son témoignage92. L’espoir est de gagner vite et gros, il s’agit bien d’une « migration de la brioche »93, contrairement à ses propres allégations misérabilistes. Quand le secret est en jeu, les autorités politiques de tous les pays sont prêtes à en payer le prix.

  • 94 Dubost, 1997.
  • 95 Ce chiffre ne tient pas compte de ceux qui étaient déjà présents en France.

41Une telle débauche – relative – de moyens pour attirer certains ouvriers est d’ailleurs possible car il existe un « contraste entre l’enjeu des transferts techniques et le nombre des hommes qui s’en font les vecteurs94 ». L’importance des flux de migrants semble être toujours inversement proportionnelle au secret et à la technicité des travailleurs. Une telle disparité entre la qualité des enjeux et la quantité des flux, souvent remarquée, se vérifie une fois de plus ici. Les migrations sous contrôle politique sont d’ampleur extrêmement limitée. Dix-huit verriers sont nommément repérables dans la correspondance française colbertiste. Même si les maîtres sont accompagnés d’un certain nombre de compagnons et d’aides qui demeurent en général anonymes, le courant migratoire est ridiculement faible par rapport à l’enjeu technique95.

  • 96 ASV, Inquisitori di Stato, B. 436, 15/03/1667.

42Enfin, il existe un problème constant de certification des savoir-faire que la collaboration des verriers déjà présents sur place permet souvent d’améliorer, mais pas toujours de résoudre. Il n’est pas toujours évident de reconnaître en France qu’un verrier de Murano n’est pas forcément capable de faire des miroirs. La méconnaissance de l’organisation du métier et des divisions corporatives vénitiennes provoque ainsi quelques équivoques : Paulo Mazzolao dit La Motta, ou encore Monsù La Motta, se fait ainsi admettre dans la manufacture des glaces du faubourg Saint-Antoine alors qu’il est en fait maître de cristal et n’a que de très faibles lueurs en matière de miroiterie. Cela n’empêche pas les Français de le considérer au même titre que les maîtres de miroirs réellement qualifiés qu’ils ont fait venir de Venise. L’ambassadeur de la République, plus averti des subtilités de l’art vénitien et des compétences de chacun, explique aux Inquisiteurs vénitiens que Mazzolao, « fait tout son possible afin que les trois susdits lui enseignent l’art ne le sachant pas bien lui-même96 ». Or, de cette juste appréciation des compétences dépend évidemment le succès du transfert envisagé…

  • 97 AST, Materie economiche, IV, M. 13, Lettre de justification des comptes des directeurs de la manuf (...)
  • 98 Les lettres initiales expliquent que Kayser est le descendant d’une famille ayant tenue depuis tro (...)
  • 99 Contrairement aux autres verriers, ils ne sont pas payés à la tâche mais à la journée, ce qui susc (...)
  • 100 Le 22 octobre 1765, Kayser a fait 6/M pièces de verre jaune, invendables cf. AST, Materie economic (...)
  • 101 AST, Materie economiche, IV, M. 13, 12/09/1765 : propositions et interrogatoire de Kurtz, verrier (...)
  • 102 De très nombreux documents sur cette affaire in AST, Materie economiche, IV, M. 13, M. 16 et M. 17 (...)

43Le problème est constant au Piémont et se pose dès les débuts de la fabrique royale. Ainsi apprend-on en 1763 que d’importantes sommes ont été dépensées depuis 1760 pour recruter et maintenir des ouvriers « allemands » dont tous se sont vantés d’être de grands spécialistes de la fabrication de cristaux. Mais une fois les fours finalement construits, la plupart apparaissent « comme des imposteurs, inaptes au travail et comme tels renvoyés dans leur pays avec leurs nombreuses familles97 ». L’incapacité de la manufacture royale à contrôler les savoir-faire continue par la suite puisqu’à partir de 1764, les documents piémontais regorgent d’informations sur un certain Kayser, également débauché à grands frais en Allemagne – Leutkirch – et censé être le descendant d’une famille très renommée de verriers98. À ce titre, le gouvernement prévoit un temps d’en faire le directeur technique de la manufacture et lui accorde, ainsi qu’à son équipe de huit hommes, des rémunérations et des avantages sans commune mesure avec ceux des autres verriers99. Une fois arrivés à Turin et transférés à la Chiusa, ils doivent évidemment faire preuve de leur capacité. Ils font pour cela construire de coûteuses installations, mais trouvent à chaque fois des défauts qui expliquent l’échec de leurs tentatives100. La diversité des matières premières entre un lieu et l’autre est en effet une difficulté constante qui rend plausible ces explications. Le doute s’insinue cependant au bout de quelque temps. Le gouvernement interroge d’autres verriers et découvre le pot aux roses : le dit Kayser n’a jamais été verrier, mais toujours « speziale » ; parmi les hommes qu’il a amenés avec lui et fait hautement rémunérer par le gouvernement piémontais, pas un ne possède de lumières cristallines101. Ils sont donc finalement licenciés et bannis du royaume102. Ces affaires ont coûté plusieurs milliers de livres à la manufacture royale.

  • 103 Même si le verrier Kurtz affirme pour sa part que « l’habilité des maîtres d’ordinaire transpire m (...)

44Loin d’être anecdotiques, ces épisodes sont au contraire exemplaires et témoignent des problèmes complexes devant lesquels sont placées les autorités en matière de certification des savoir-faire des ouvriers embauchés. La renommée est plus d’une fois trompeuse, et l’information se change d’autant plus facilement en désinformation que les directeurs des manufactures royales ne sont en général absolument pas experts dans les fabrications qu’ils sont censés diriger103. De plus, même dans le cas de reconnaissance institutionnalisée (corporation par exemple), les autorités étrangères ne sont pas toujours au courant des subtilités internes et elles confondent souvent les spécialités des uns et des autres. La seule solution véritablement mise en œuvre pour régler ce problème est donc de se servir d’intermédiaires eux-mêmes verriers pour aller chercher les spécialistes étrangers et vérifier ainsi sur place leur effective qualification. Mais la multiplicité des intermédiaires socialement et politiquement bien placés, mais techniquement incompétents, comme le baron de Reuchlin au Piémont, est une source constante d’égarements.

  • 104 ASV, Inquisitori di Stato, B. 824, lettre d’Antonio Cimegotto, s.d.
  • 105 ASV, Inquisitori di Stato, B. 436, 8 (ou 26)/03/1667.
  • 106 Depping, 1852, p. 790 et suiv.

45Le plus gros problème est cependant celui de la transmission technique. C’est évidemment pour enraciner dans le pays les techniques des spécialistes étrangers que l’État se donne la peine de les faire venir, posant en général comme condition la communication de leurs « secrets ». Mais entre transférer leur compétence, comme le gouvernement français le leur demande, ou rester indispensables, les verriers qui viennent en France en 1665 n’ont pas d’états d’âme : le secret ne se transmet pas. Même si le gouvernement de la République de Venise considère leur seul départ comme une félonie, la véritable trahison consisterait pour les Muranais à communiquer leur métier. Leurs suppliques pour obtenir la clémence du gouvernement de Venise insistent donc toutes sur leur indéfectible maintien des secrets de fabrication. Antonio Cimegotto fonde toute son argumentation sur ce point pour obtenir la compassion des autorités lors de son retour. Les tentations étaient pourtant fortes : comme il le rappelle, tout a été fait pour qu’il communique son savoir-faire104. Aux dires de l’ambassadeur vénitien, « Colbert lui a offert 20 mille écus pour qu’il enseigne l’Art105 ». Un des responsables de la manufacture des Glaces, Dunoyer, a effectivement suggéré à Colbert en novembre 1666 qu’il fallait que « le roi leur offre une terre de 20 000 écus et 2 000 écus pour chaque apprenti » pour les résoudre à accepter de former des Français106.

  • 107 Lettre de Dunoyer à Colbert, dernier novembre 1666, in Depping, 1852, p. 790 et suiv.
  • 108 ASV, Inquisitori di Stato, B. 436.
  • 109 ASV, Inquisitori di Stato, B. 436, 30/04/1666.

46Cimegotto tient à souligner qu’il a constamment refusé ces offres. Propos de circonstance, certes, puisqu’il s’agit pour lui de se faire pardonner son départ en France. Mais Dunoyer confirme que les Vénitiens refusent de devenir les maîtres des Français. Tout dépend donc, dit-il, de leur santé et de leur bon vouloir107. C’est évidemment le but recherché, la fidélité à la patrie n’étant pas la seule raison pour laquelle les verriers refusent de communiquer leurs secrets. L’ambassadeur se charge de leur rappeler « le danger que l’art ne leur soit volé par les Français qui le désirent beaucoup et qui, une fois qu’ils l’auront obtenu, les mépriseront108 ». Les ouvriers n’avaient sans doute pas besoin de l’ambassadeur pour prendre conscience de leurs intérêts. Ils renvoient dans leur patrie, dès avril 1666, Pietro Darduin « d’esprit facile et qui pourrait facilement se laisser lécher l’art des mains109 ».

  • 110 Woronoff, 1988, p. 58.

47La question de l’apprentissage rend donc évidente la contradiction totale entre l’intention collective et résolue des ouvriers de n’apprendre leur art à personne, et les attentes de l’État qui a monnayé fort cher, dans ce but, leur venue. Les Muranais ne sont d’ailleurs pas les seuls à refuser obstinément de communiquer leur secret de fabrication puisque les Altarais font de même, ainsi que de nombreux ouvriers de toutes branches qui, débauchés pour travailler hors de leur patrie, refusent cependant d’être les artisans de la divulgation des procédés de fabrication. Comme le souligne Denis Woronoff, « entre les entrepreneurs et eux, les relations s’établissent sur le mode du malentendu et de la déception110 ».

  • 111 ASV, Inquisitori di Stato, B. 824.

48Pour justifier cette attitude, Muranais comme Altaristes invoquent la fidélité à leur « prince naturel » car leur présence en France ne les délivre pas de l’obéïssance qu’ils lui doivent. Le passage de la frontière ne suffit pas à les faire changer de souveraineté. J’ai « conservé, dit Cimegotto, ma fidélité de sujet… la dévotion fidèle et inaltérable qu’avec constance j’ai toujours su devoir à mon Auguste Prince Naturel111 ». Cet argument, auquel se mêle bien entendu la défense de leurs intérêts matériels, est fort habile car il est en théorie inattaquable par les autorités, françaises ou autre. L’unique riposte dont elles disposent est la naturalisation. Celle-ci est donc souvent, non une faveur accordée aux ouvriers qualifiés – comme cela a souvent été présenté –, mais une arme destinée à combattre leur refus de communiquer leur savoir. Utilisée contre les Altarais au début du siècle, on l’a vu, elle explique sans doute aussi l’empressement avec lequel Colbert accorde la naturalisation aux miroitiers vénitiens.

49Malgré tout, la position des ouvriers est difficile, risquée et ardue à maintenir longtemps : même si les équipes sont entièrement italiennes, les autochtones rodent, tentent d’épier chacun de leur geste et de profiter de leurs éventuelles faiblesses. L’un des marchands de miroirs vénitiens de Paris écrit, dépité, à son correspondant en juin 1667 – c’est-à-dire presque deux ans après l’arrivée des premiers miroitiers :

  • 112 ASV, Inquisitori di Stato, B. 824, 20/06/1667 : il s’agit des propos de Pierre Jousset, marchand d (...)

« Ces maudits Muranais ont fait connaître le secret… bien que ne le voulant pas… les Français ont plus d’esprit que ce que l’on croit… le Français mange bien mais ne boit pas trop, nos Muranais boivent à l’allemande et en buvant ils ont laissé connaître tout leur secret112. »

  • 113 Cf. communication de Maurice Hamon, octobre 2005, en cours de publication.
  • 114 Sur cette manufacture, voir notamment Boivin, 1929, Lepetit, 1987.
  • 115 Hypothèse de Maurice Hamon, 2005. Aucun de ceux recensés dans ma base de donnée n’est passé par là (...)

50Le succès du transfert technique, au corps défendant des Vénitiens, est-il avéré ? Rien n’est acquis en ce domaine. Certains relativisent beaucoup plus que ne l’ont fait les historiens de la compagnie Saint-Gobain le succès de l’entreprise colbertienne de débauchage. À tel point que la provenance des glaces de la célèbre galerie versaillaise reste toujours à ce jour problématique113. Il est de moins en moins sûr que la compagnie ait assuré seule les fournitures, et, si elle le fit, ce fut par l’entremise de la fabrique de Tourlaville dans laquelle aucun Vénitien débauché directement par Colbert ne travailla jamais114. Le problème reste donc entier : comment la manufacture de Tourlaville fut-elle capable de réaliser des glaces ? Par des transferts préalables de compétences indépendants des mouvements voulus par Colbert, et dans lesquels il se peut d’ailleurs que l’on retrouve des Altarais115.

51La problématique n’est pas moins complexe si l’on considère la suite de l’histoire de la manufacture royale. Incontestablement, le grand succès de la manufacture française au XVIIIe siècle est fondé sur l’adoption de la technique du coulage qui lui permit de réaliser des miroirs d’une grandeur inégalée ailleurs. Mais l’invention, on le sait, ne lui est pas propre. Bernardo Perrotto a depuis longtemps été considéré comme l’un des inventeurs du procédé de coulage du verre. Dés le XVIIIe siècle, un mémoire polémique de la compagnie des miroitiers de Paris contre la manufacture royale des Glaces rappelle cette invention et l’attribue à un certain Perreau :

  • 116 BNF, Mss Joly de Fleury, 806, observations sommaires pour la communauté des miroitiers.

« La manufacture de glaces soufflées, établie en France, n’a pas été une merveille ; ce n’a été que l’immitation d’un Art déjà connu, dont l’Italie nous avoit fourni l’idée & le modèle, & à l’exécution duquel nous n’avons employé d’abord que des artistes étrangers. La seule découverte que nous ayons faite en ce genre, est celle de couler les glaces, ce qui procura à Notre nation des volumes infiniment plus grands que ceux que le soufflage avoit produit jusqu’alors. Mais c’est au nommé Pierre Perreau, maitre miroitier de Paris, que la gloire de cette invention est due & ce n’est pas aux associés de la manufacture qu’il convient de s’en prévaloir116… »

52Dans un autre mémoire, les miroitiers se font plus précis sur les circonstances de l’invention :

  • 117 BNF, Mss Joly de Fleury, 806, Mémoire pour la communauté des miroitiers.

« Le hazard joint à l’industrie firent trouver le secret de couler les glaces & d’en avoir par ce moyen de plus grandes & de plus parfaites. Le nommé Pierre Perreau, maitre miroitier, se trouvant dans une verrerie à Orléans, s’aperçut qu’une matière vitrée qui étoit tombée sur une bande de fer, en avoit pris la forme. Il imagina en conséquence de faire différens essais de verre coulé, qui lui réussirent au delà de ses espérances & qui lui servirent à faire des bordures aux miroirs dont il faisoit commerce. Il employa ensuite la même méthode sur des moules plus étendus & jugeant enfin qu’on pouvoit faire de grandes glaces par les mêmes procédés, il s’associa à différens particuliers, & obtint des lettres patentes au mois d’Octobre 1688 sous le nom d’Abraham Thévart117. »

  • 118 Il existe cependant bien un Pierre Perreau, (1611-1680) auteur d’un livre De l’origine des fontain (...)
  • 119 Thématique tout à fait voisine de celle des ferblantiers contre les lampes d’Irgand et son privilè (...)

53On aura compris tout ce que ces affirmations ont de polémique, puisqu’elles revendiquent la propriété de l’invention pour l’un des miroitiers de Paris afin de justifier l’opposition de la corporation au monopole de la compagnie des glaces. Elles sont approximatives, puisque « l’inventeur » s’appelle Bernard Perrot, et non Pierre Perreau118, n’a jamais été miroitier de Paris, et surtout jamais associé à Thévart. Ces affirmations sont néanmoins très intéressantes, par la différenciation qu’elles opèrent entre imitation et invention, par la volonté qu’elles démontrent d’attribuer l’invention à un inventeur particulier tout en revendiquant en quelque sorte la propriété de son invention pour le corps auquel il est censé avoir appartenu119, par la relation dialectique du hasard et de l’« industrie » – pour ne pas dire du « génie » – dans l’invention.

  • 120 Pris, 1975, t. 1, p. 374.
  • 121 Moretti, Salerno, Tommasi Ferroni, 2004, p. 36 et p. 38.
  • 122 Cf. les remarques générales de Hilaire-Pérez, 2004, Brioist, Lacombe, 2004, à propos des serrurier (...)

54Si Perrotto eut l’idée de ce procédé, la nouveauté absolue de l’invention est d’ailleurs problématique : Claude Pris soutient que la possibilité de couler le verre sur plaque était connue en Italie depuis le XVIe siècle, sans citer toutefois la source de cette affirmation120. Il est par contre certain que dans le domaine de la fabrication des mosaïques, le verre chaud était pressé sous un rouleau de fer afin de former une sorte de galette, ensuite recuite et découpée en morceaux121. Le procédé mis au point par Perrotto suppose d’adapter ce procédé à un autre type de verres, d’autres usages, d’autres dimensions : on est bien ici dans l’adaptation innovatrice par contiguïtés et analogies des procédés, fort fréquente dans le domaine de l’innovation122. La manufacture des grandes glaces créée par le privilège de décembre 1688 opéra un nouveau type de transfert, bien involontaire de la part de Perrotto. Ses péripéties mettent en jeu de nouveau l’appareil étatique par le double biais des privilèges et de la manufacture royale.

55Dans une longue lettre au Mercure galant datée de mars 1687, Comiers, après avoir évoqué les mystères du rouge de Perrot dont nous avons déjà parlé, poursuit sa description des trouvailles de ce dernier :

  • 123 Mercure Galant, mars 1687.

« Voicy du mesme Perrot une chose plus belle et plus utile, au sentiment mesme de plusieurs personnes de la Cour, qui ont du goust pour les beaux-arts, & à qui il a fait voir son travail. Il coule en moule toute sorte de verre en tables de la grandeur et de l’épaisseur qu’il veut ; il les rend creuses & y représente des bustes, médailles, histoires, chiffres, armoiries, devises, inscriptions, épitaphes & toutes sortes d’ornemens & d’ouvrages d’architecture123… »

  • 124 Havard, 1984, t. II, p. 989, cite comme étant les lettres de confirmation de 1672 le texte de 1688 (...)

56De quand date cette « invention » ? Le premier acte qui le mentionne est le renouvellement du privilège de Perrotto datant du 25 septembre 1688124. Les termes en sont d’ailleurs relativement peu ambigus. Pourquoi en effet redemander un privilège en 1688 alors que celui de 1672 devait durer 20 ans ? C’est que :

  • 125 Frémy, 1909, p. 387-388.

« Bien que par l’établissement fait de lad. verrerie avec l’agrément et permission de notre très cher et très aimé frère unique le duc d’Orléans, authorisé par nos lettres patentes des 7 dec. 1668 et 22 août 1672, il puisse et lui soit loisible de mettre en pratique généralement tous les beaux secrets qu’il avait dès lors inventés pour perfectionner le cristal et le teindre intérieurement et dans sa substance, néantmoins comme cette nouvelle invention qu’il a trouvé depuis ce temps là de pouvoir couler led. cristal en tables, comme les métaux, paroist si extraordinaire qu’elle semble ne pouvoir estre entendue ny comprise sous des termes généraux, et qu’il est nécessaire d’en faire une déclaration spéciale et précise pour oster tout prétexte à ceux qui voudroient troubler led. exposant dans sond. privilège, c’est ce qui l’oblige à recourir à notre autorité à ce qu’en confirmant et expliquant le susd. privilège, il nous plaise le faire jouir du fruit de ses travaux et des dépenses qu’il a faites pour ses recherches curieuses qui peuvent estre utiles pour les ornemens publics… et parce qu’il ne reste plus que cinq années à expirer du premier privilège et que ce terme ne seroit pas suffisant pour récompenser led. Perrot des dépenses qu’il a faites pour trouver cette nouvelle manière, nous luy avons d’abondant prorogé et prorogeons led. privilège de dix autres années entières et consécutives125. »

  • 126 Voir notamment Hilaire-Perez, 1991 ; Isoré, 1937.
  • 127 Ainsi semble-t-il que la Nouvelle République des Lettres en juin 1688.
  • 128 Histoire de l’Académie Royale des Sciences, t. II (1686-1689), p. 12 ; l’Académie lui délivre un c (...)
  • 129 Cf. Hilaire-Pérez, 1991, p. 916-917 ; Hahn, 1971.

57Jusque-là la démarche de Perrotto est donc conforme à ce qu’il a pratiqué auparavant, et avant lui tous les « inventeurs », originaux ou non, qui ont tenté de faire reconnaître et légitimer leur invention par le moyen de la reconnaissance étatique et du privilège qui leur accorde en même temps l’exclusivité de la production126. L’innovation réside dans la publicité qu’il donne à sa découverte : il la présente en effet à la Cour avant mars 1687127 et en fait une démonstration devant l’Académie des Sciences en avril 1687128, soit plus d’un an avant d’obtenir le renouvellement de son privilège. Pourquoi ce choix inédit de publicité ? Comme on le sait, l’Académie des Sciences est active dès sa fondation autant dans le domaine de la technique que dans celui des sciences et il lui revient de juger des inventions129. Si c’est seulement en 1699 que les Académiciens reçoivent de nouvelles instructions les chargeant d’examiner toutes les inventions dont les auteurs demandent au gouvernement un privilège, on peut penser que la démarche de Perrot s’inscrit déjà dans une procédure de ce type.

58Quels furent les contacts et les relais entre Perrotto et l’Académie ? Cela reste à comprendre, de même qu’il serait intéressant de savoir si c’est Perrotto qui fit la démarche ou si c’est l’administration qui le poussa ainsi à “publiciser” son invention. Dans le cas d’une démarche volontaire de Perrotto, elle témoignerait d’une relation à l’invention nouvelle chez ce verrier d’Altare, puisque le dévoilement public du secret devient l’un des vecteurs de son prestige personnel. Dans le cas d’une démarche imposée par l’administration, elle témoignerait de la volonté précoce de l’administration de rendre publiques les inventions par le biais de l’examen opéré par l’Académie, mais aussi de l’acceptation par Perrotto de cette procédure : jusque-là, au contraire, les Altarais n’avaient jamais accepté que la diffusion de leur savoir-faire soit la contrepartie de leurs privilèges. Ici, et sans doute pour la première fois dans ce groupe, la publicité devient le pendant du privilège garantissant l’exploitation pour l’inventeur.

59Or, Perrotto fut en quelque sorte dépossédé de son innovation par la compagnie royale des glaces de Thévart en 1688. Qu’est-ce qui justifie en effet le nouveau privilège attribué à Thévart ? La grandeur des glaces qu’il peut obtenir… par le coulage ? Les termes du privilège ne font pas mention du procédé technique employé, de même qu’ils ne décrivent pas les machines à doucir et à polir utilisées, dont les plans doivent cependant être remis, dans les trois mois, au ministère avec interdiction à la manufacture concurrente de les copier. C’est, dans le cadre de la fabrication des glaces en France, la première fois qu’un privilège est ainsi accordé en contrepartie d’une invention : il s’agit cependant d’une invention non mentionnée et dont l’inventeur est sans doute un autre que celui qui obtient le privilège…

  • 130 Ce que beaucoup ont dit, par exemple Bénard, Dragesco, 1989, p. 30.

60Les choses sont cependant plus compliquées qu’un simple vol de procédé130. En effet, il ne semble pas que Perrotto ait initialement envisagé la possibilité d’appliquer sa découverte à la confection de miroirs. Il n’en est en tous cas pas question parmi les nombreux usages de sa découverte qui sont déclinés dans le privilège, et il serait surprenant qu’un tel « oubli » ait été commis si Perrotto en avait eu l’idée. Mais il est par contre fort possible que la publicité que Perrotto donna, bon gré ou mal gré, à son invention ait donné des idées à certaines personnes de la Cour soutenues par Louvois.

  • 131 Le texte des mémoires de Lucas de Nehou contre la compagnie se trouvent dans Cochin, 1865, Pièces (...)
  • 132 Contrairement à ce que dit Claude Pris, Lucas ne revendique pas pour lui-même l’invention du coula (...)
  • 133 Cf. Pris, 1975.
  • 134 C’est aussi la conclusion à laquelle arrive Hamon, 2000 et 2005.

61Lucas de Nehou, dont la famille était intéressée depuis le début dans cette production, retrace l’affaire dans un mémoire évidemment destiné à mettre en valeur son rôle131. Selon ses dires, il fut au départ étranger à la nouvelle compagnie composée essentiellement de gens de finances qui, « envieux des fortunes immenses faites par les intéressés […] conçurent le désir d’établir un pareil établissement » : d’où leur requête au Conseil, « par laquelle ils demandèrent à faire des glaces coulées d’une nouvelle invention et beaucoup plus grandes que celles que faisait faire la compagnie de Bagneux ». D’où vient l’invention ? Lucas de Nehou n’en dit mot et ne s’en dit pas l’inventeur132. Toujours est-il qu’une fois obtenu le privilège (en décembre 1688), « n’ayant ni expérience ni savoir, ils ne purent venir à bout de leur entreprise et furent prêts à y renoncer honteusement ». C’est alors que, selon Lucas de Nehou, les intéressés dans la nouvelle compagnie s’adressèrent à lui, pour lors membre de la première compagnie et travaillant à la manufacture de Cherbourg. Ayant accepté les propositions sans doute alléchantes de ces nouveaux associés, Lucas de Nehou affirme qu’il « mit en peu de temps les glaces coulées dans leur perfection ». Quatre grandes glaces furent en effet présentées au roi en 1691, soit quand même trois ans après l’obtention du privilège. On connaît la suite : dès 1692-1693, la production est déplacée à Saint-Gobain sous la direction de Lucas de Nehou, et la fabrication de grandes glaces coulées prend un certain essor, même si l’innovation est relativement lente à se mettre en place, puisque la production des glaces coulées reste difficile jusqu’aux années 1720133. À aucun moment donc, Lucas de Nehou ne se proclame l’inventeur du procédé, il affirme seulement avoir été capable de le mettre en œuvre… L’invention a donc été multiple, le procédé de Perrot ayant fait naître de nouvelles idées et ayant été utilisé pour un usage auquel il n’avait visiblement pas lui-même songé134. Rien de bien extraordinaire à cela dans l’histoire des techniques…

  • 135 Pension de 5 560 livres qui lui fut accordée jusqu’à sa mort, en 1709, et continuée également à se (...)

62La suite de l’histoire de la compagnie montre comment, en 1695, ce sont à la fois Lucas de Nehou et Bernardo Perrotto qui sont « expropriés » de leur invention et/ou perfectionnement. En effet, suite à la réunion des deux compagnies en une seule, Lucas de Nehou est expulsé de la compagnie et de la direction de Saint-Gobain, et tout le matériel de Perrotto, parmi lequel une table à couler, est saisi à Orléans. Devant les protestations véhémentes de ce dernier, fort des termes de son privilège de 1688 et de ses appuis auprès du duc d’Orléans sans doute, un arrêt du conseil de 1696 décide de lui rendre ses outils, mais lui empêche, contre versement d’une pension il est vrai, de s’occuper à l’avenir de glaces coulées135, ce qui prouve qu’il en a sans doute réalisé auparavant. Ainsi, si les artistes/artisans ont bien été à l’origine de l’invention qui a permis la réussite exceptionnelle de cette grande industrie, ils ont ensuite été dépossédés de leur découverte. Quant au transfert technique, il s’est opéré à chaque fois par des voies beaucoup plus complexes que celles initialement imaginées.

  • 136 « En substance, elle consiste en un bon sable fondant, de la potasse bien faite, de la chaux, du m (...)
  • 137 AST, Materie economiche, IV, M. 16, fasc. 5 : Gio Antonio Zo est en correspondance avec un verrier (...)

63Que se passe-t-il au Piémont en matière de transmissions des techniques au sein de la manufacture royale ? On y observe les mêmes exigences simples et la même complexité des processus concrets de transmissions. Tout d’abord, certains verriers obtiennent de pouvoir déroger à l’obligation d’enseignement : ainsi le verrier Kurtz et son fils, experts en verre à l’usage de Bohême, obtiennent de n’être jamais « obligés de communiquer à personne le secret » de la composition des cristaux… à la seule exception de la Direction Générale de la manufacture royale. Mais Kurtz s’acquitte de cette obligation en des termes si généraux qu’il peut être certain que personne ne pourra se prévaloir de ses indications136. Tous les autres cependant, et notamment les Vénitiens, s’engagent à communiquer leur art aux autochtones dont on sait cependant qu’un certain nombre d’entre eux – les Altarais au premier chef – le possèdent déjà, sans que l’intervention de l’État ait été nécessaire pour cela. De même, un certain nombre de Vénitiens proposent désormais au XVIIIe siècle de faire du verre à la mode de Bohême137. La polyvalence existe donc avant même la création de la manufacture royale. Par ailleurs, la composition des équipes telle qu’elle apparaît dans les registres de la fabrique semble en général relativement homogène. Seuls les manœuvres ou aides peu qualifiés sont éventuellement recrutés parmi les gens du lieu : mais cela même est l’objet de controverses entre les ouvriers d’Altare et les directeurs de la manufacture dont nous reparlerons dans le prochain chapitre. Par conséquent, la composition des équipes semble empêcher la réelle collaboration de travail et rendre difficile, si ce n’est impossible, l’effective transmission des savoir-faire.

  • 138 AST, Materie economiche, IV, M. 17, fasc. 3.
  • 139 Idem.

64Comment s’opère alors la communication des techniques ? Le problème reste en fait presque entier. Cependant, au sein même de la manufacture royale de verre, des indices de transmission des savoir-faire peuvent être décelés : c’est le cas notamment des maîtres que Kayser a amenés avec lui et qui se révèlent incapables de faire autre chose que du gros verre à la flamande. Ne sachant que faire d’eux et désireuse de ne pas les payer pour rien, la direction de la manufacture décide de leur faire apprendre la fabrication des bouteilles, espérant de cette façon compléter son équipe138. Cela permet donc à ces ouvriers de repartir, sans crier gare et au grand mécontentement de la direction, avec une formation supplémentaire139. À en croire les témoignages officiels, les Altarais ont aussi appris dans la manufacture à travailler les vitres à la façon de Venise et à confectionner des bouteilles « à la française ». Mais ils savaient en fait fabriquer les vitres bien avant.

65Ainsi, la circulation des hommes est intense, mais la diffusion et l’enracinement des techniques restent incertains et s’opèrent par des voies qui ne sont pas forcément celles prévues par les autorités. Le rôle des manufactures royales, sans être inexistant, n’a pas été aussi déterminant qu’on l’a longtemps répété.

Le rôle des liens familiaux et des pôles multi-techniques

  • 140 Fontaine, 1993.
  • 141 Hennezel d’Ormois, 1933.
  • 142 Inutile de multiplier les exemples, mais on peut noter qu’un certain nombre d’Altarais se marient (...)
  • 143 Bottin, 2005 ; Demont, 2005 (à paraître 2009).

66Deux éléments ont pu entraîner la divulgation plus large des techniques. D’une part, les alliances matrimoniales avec les familles verrières d’autres régions favorisent à terme des échanges techniques. Certes, la logique d’un groupe migratoire tel que celui des Altarais est d’être largement endogame. Mais il ne peut l’être entièrement, comme l’ont déjà bien montré les comportements similaires des colporteurs140. La base de données des verriers migrants permet de mettre en lumière une certaine part de mariages exogamiques, même si les informations sur ce point sont très minoritaires étant donnée la nature des sources consultées qui, le plus souvent, ne donnent pas d’informations sur la famille du verrier (110 renseignements sur 715 fiches, soit un peu plus de 18 %). Si l’on ne tient compte que des mariages des hommes, 67 mariages sur 97 connus sont exogamiques, soit près de 70 %. La majorité est conclue au XVIIe siècle et avec des notables (marchands, avocats, notaires) : il s’agit souvent de conforter des alliances dans le pays, qui permettent éventuellement de trouver des capitaux, témoignent et renouvellent la confiance et le crédit. Une minorité (moins de dix cas connus il est vrai) se marie aussi avec des filles de verriers, ce qui peut sembler en contradiction avec les modes de fonctionnement du groupe. Un tel comportement s’éclaire cependant quand, par exemple, son mariage permet à Felix Greno de récupérer la verrerie de Charles Fontaine141. C’est alors plutôt l’acceptation du beau-père qu’il faut comprendre : or, on peut penser que les Colnet de Charles Fontaine acceptent que l’une de leurs filles se marie avec un Italien sans fortune, justement parce qu’il est en possession d’un capital technique susceptible de renouveler le dynamisme de la verrerie familiale, ce qui effectivement se passe142. On dira cet exemple tardif. Mais les filles peuvent aussi servir de pont. Ainsi Angélique de Martin Buisson (Buzzone), actif à Lyon en 1576, se marie avec Jean Merlin, verrier à Nantes : celui-ci demande, avec Henri Girard, Jean et Augustin Ferro l’enregistrement des privilèges des verriers lors du passage d’Henri IV dans la ville en 1598. Entre beaux-pères et gendres, entre beaux-frères, travaillant ensemble dans la même verrerie, les savoir-faire partagés enrichissent le patrimoine familial. Beaucoup plus que la naturalisation, ce sont les alliances et la permanence sur place qui ont pu susciter les échanges techniques, d’une façon tout à fait comparable à ce qui se passe dans de tous autres domaines, comme celui des pratiques comptables. Jacques Bottin ou Vincent Démont montrent en effet que les techniques italiennes de comptabilité ne se diffusent pas uniformément et rapidement en Europe, mais qu’elles ont tendance à s’imposer dans le cadre des compagnies mixtes, alliant Italiens et négociants locaux143.

  • 144 Rose Villequey, 1968, p. 428 et suiv.
  • 145 Cela est indiqué dans un certain nombre de contrats de travail, cf. Yernaux, 1941.
  • 146 On sait qu’en 1775 une maîtrise d’Altare va régulièrement dans cette verrerie, cf. AST, Materie ec (...)

67D’autre part, et surtout, du fait même de l’accentuation de la mobilité des verriers, se forment, spécialement au XVIIe siècle, des pôles « multi-techniques » où se rencontrent les familles et les traditions verrières de nombreuses régions européennes : se produisent alors à l’échelle européenne des échanges que l’on voit à l’œuvre entre régions de la péninsule italienne au XVe siècle. Certains de ces pôles sont le résultat de l’action consciente d’entrepreneurs désireux de réaliser une concentration horizontale de toutes les productions de verre, de la gobeleterie de luxe à l’italienne au verre commun et au verre plat à vitres. Dès les années 1560, John Carré élabore pour l’Angleterre un projet de ce type, qui suppose de rallier sous sa direction des spécialistes italiens, normands et lorrains144. Si sa tentative échoue, les Bonhomme réalisent un siècle plus tard cette entreprise dans leurs multiples établissements centrés autour de Liège. Des familles normandes, lorraines, altaraises, vénitiennes y travaillent selon leur spécialité. Les compétences de chacune sont alors mises au service de la diversification de la production. Même s’il est douteux que les équipes de travail soient mixtes, le côtoiement systématique et les alliances entre familles favorisent plus qu’ailleurs les échanges de connaissances, ce d’autant plus que l’on demande parfois aux uns de travailler comme les autres, on l’a dit : les Altarais sont bien sûr souvent priés de faire de la façon de Venise, mais à Liège ce sont les Vénitiens qui doivent travailler à la façon des Altaristes145. Un siècle plus tard, de tels échanges de procédés existent dans la verrerie « piémontaise » d’Intra qui concentre de multiples types de fabrication : un four à la façon de Bohême y existe à côté de fours à l’italienne, des maîtres allemands y travaillent aux côtés des maîtres vénitiens et altarais146. Ainsi le savoir-faire de Giuseppe Gandolin, maître vénitien capable d’entailler à la façon de Bohême qui propose ses services au Piémont, a-t-elle peut-être été acquise de la sorte dans une de ces verreries devenue carrefour d’équipes et de techniques différentes.

  • 147 Boutillier, 1885 ; Rose Villequey, 1968.

68Ce type d’échanges se développe en fait dans toutes les régions où, involontairement cette fois, les courants migratoires des diverses régions verrières se rencontrent. Ainsi, en Normandie, les Italiens ont l’occasion d’entrer en contact avec les traditions locales tandis que le Nivernais devient un centre de rencontre entre Italiens et Lorrains, installés notamment dans la zone de Bois Gizet147. Les Provinces-Unies et l’Angleterre en sont d’autres exemples.

69Cette incontestable intensification des échanges a-t-elle rendu vaine toute prétention au secret ? Il reste de rigueur, dans les traditions familiales verrières, de raviver le pacte du secret qui unit les différentes familles et exclut les non-initiés. C’est ce que font, dans un contrat notarié jadis publié par Hennezel d’Ormois, Jérémie de Thietry et Charles de Hennezel en 1649. Se souvenant que

« pour la conservation de leurdit art, leurs prédécesseurs ont fait un serment solennel, entre eux tous, qu’ils n’enseigneront leurdit art à aucun que ce soit, sinon aux enffans légitimes des quattre anciennes maisons des vairières, scavoir : des Tiesque, des Thiétry, des Hennezel, et de Bisval »,

70Jérémie et Charles renouvellent ce serment et le font prêter à Christophe de Hennezel contraint de promettre

  • 148 Hennezel d’Ormois, 1933, p. 385.

« sur la damnation de son âme et sous peine d’estre dégradé de noblesse, et aussy de deux cents escus d’amende, de n’enseigner ledit art, ny mesme travailler avec aucuns qui le poudroient scavoir, sinon aux et avec les enffans légitimes des quattre maisons susdites, qui auront fait le même serment148 ».

71Pourquoi une telle solennité dans le rappel des anciennes obligations, si ce n’est parce que les craintes de non respect se font alors plus vives ? Ces gentilshommes lorrains travaillent alors à Namur, certains membres de leur famille sont installés en Nivernais et mènent depuis quelque temps déjà des tractations avec les Saroldi afin d’aller travailler en Italie : voilà qui met sur la voie de possibles échanges en sens inverse, des pays d’accueil vers les pays de départ.

L’importation de nouvelles techniques à Altare ?

72La tentative d’importer à Altare les techniques et les équipes de verriers lorrains est connue : Boutillier, Schuermans, Rose Villequey, Malandra l’ont déjà évoquée, mais tous d’une façon partielle. Il s’agit d’une tentative toute à fait intéressante pour faire profiter Altare des contacts établis à l’étranger. Ainsi, le territoire d’origine serait fertilisé par de nouvelles techniques et deviendrait lui aussi pôle de rencontre et de fusion des différentes traditions verrières. La confrontation des archives de Nevers, Paris et Mantoue montre la précocité du projet que l’on doit sans doute attribuer à Jacopo Saroldo. En 1590 en effet, Louis de Gonzague écrit à son parent de Mantoue, Vincent I (1587-1612) pour lui recommander :

  • 149 ASMn, Archivio Gonzaga, E. Corrispondenza, B. 663, 24/4/1590.

« Jacopo Saroldo sujet de V.A. verrier résident ici, désire introduire dans votre Duché de Montferrat un nouvel art de faire les verres polis et clairs pour servir aux vitres de la façon dont ils se font ici en France, mais parce qu’il ne voudrait pas être volé de la dépense qu’il conviendra faire, il m’a prié de supplier V.A., comme je le fait, de lui donner un Privilège pour vingt ans conformément à la supplique que ce courrier vous remettra. Et parce que cela m’a semblé chose raisonnable ne portant de dommage à personne mais au contraire utile et commode au public, et aussi pour l’avoir connu homme de bien pendant les nombreuses années qu’il a résidé ici, je me suis décidé à vous supplier de le satisfaire de cette grâce de laquelle je vous resterai obligé et ici je baise très humblement les mains de V.A., priant Dieu qu’elle vous rende heureux et content. De Nevers, le 24 avril 1590149. »

73Le privilège ainsi demandé n’a pas été retrouvé. Quoi qu’il en soit, l’initiative est intéressante à plus d’un titre : elle révèle cette fois clairement les voies d’accès à l’autorité. Le lien personnel, et sans doute clientèlaire, de Sarode vis-à-vis de Louis de Gonzague fait de ce dernier le relais idéal vers le prince « naturel » pour l’obtention d’un privilège dont le contenu semble assez « raisonnable » à Louis pour qu’il accepte de contenter son protégé en faisant jouer ses relations familiales.

  • 150 Je remercie Jean François Belhoste de m’avoir, il y a déjà longtemps, signalé ces actes dont il a (...)

74Les actes passés à Paris en 1602 et 1603 mettent sur la voie du transfert de main d’œuvre opéré. C’est en effet dans la capitale, où demeurent alors Jacopo et son fils Antonio Saroldi que des contrats sont passés entre Jacopo, Antonio et Vincenzo Saroldo (respectivement père, fils, frère du premier) et Hector et Abraham Hennezel (respectivement beau-père et gendre)150. Ces deux contrats prévoient en substance que Hector et Abraham Hennezel, gentilshommes verriers demeurant, l’un à Prunevaux en Nivernais, l’autre aux pays de Lorraine, se rendent en Italie à Montenevro (Monval dans le second contrat) pour produire du verre à vitre (verre plat en manchon selon la tradition lorraine).

  • 151 Sans doute s’agit-il en fait de Canelli. Selon Ernesto Saroldi, aucun document italien ne mentionn (...)
  • 152 D’après Malandra, 1983, p. 114. La seigneurie de Cairo, dont sont également titulaires les Scaramp (...)
  • 153 Et de là, en contrebande, dans leur verrerie d’Altare comme on le leur reproche en 1630 cf. ASS, n (...)
  • 154 Selon les accords passés avec les Scarampi. À partir de 1620, les Saroldi, il s’agit alors des frè (...)

75Si les contrats sont signés à Paris, les rapports entre les Sarode et les Hennezel sont sûrement à mettre en relation avec leur installation commune en Nivernais. Hector et François de Hennezel ont en effet pris à bail dès 1596 la seigneurie de Prunevaux où réside toujours Hector lors de la signature des accords. Quant à la verrerie italienne, il s’agit de celle de Montenotte qui appartient, précisent les contrats, « au sieur conte de Canol » (Canolli dans le second contrat)151. Montenotte est un village peu distant d’Altare où des verriers du village se sont installés depuis au moins le XVIe siècle. En effet, les quelques kilomètres qui séparent Altare de Montenotte sont traversés par une frontière politique qui modifie les taxes pesant sur les produits. Montenotte étant un fief impérial dont sont investis les Scarampi, seigneurs de Cairo, c’est une entité entièrement autonome dans laquelle ne s’appliquent pas les taxes qui pèsent, à l’entrée du Montferrat, sur les matières premières en provenance de Gênes152. Ainsi les Saroldi peuvent-ils faire venir de la soude de Gênes sans payer de droits153 et utiliser les bois à leur discrétion grâce aux accords qu’ils ont passés avec les féodaux154. Pour ces raisons, Montenotte est l’endroit idéal pour installer des fabrications novatrices, au premier rang desquelles celles du verre à vitre.

76Les modalités d’association conclues entre les Saroldi et les Hennezel sont d’autant plus intéressantes à examiner de près qu’elles se modifient entre 1602 et 1603. Lors de ce qui est le premier contrat connu à ce jour, celui de 1602, les deux familles sont véritablement associées pour la fabrication pendant un temps déterminé. Les Saroldi, gestionnaires de cette verrerie appartenant au Comte de Canolli, cèdent « la moitié de lad verrerie pour un an moyennant le prix de 40 écus » aux Hennezel. Dès lors, le partage des frais et des bénéfices se fait à moitié. Il est même prévu que :

  • 155 ANP, MC, Et. XXIII, 200, f° CVII, 12/2/1602.

« Lesd. Sarrode et Dannesay promettent faire dire une messe par chacune sepmaine durant le temps du pnt contract en la chapelle dud. Montenente et seront tenuz de paier moictie par moictie ce qu’il conviendra pour la célébration de lad. Messe155. »

77Comme on le sait, la catholicité de nombreux verriers lorrains laisse à désirer, ce qui peut être beaucoup plus difficilement toléré en Italie qu’en France.

78Ce contrat a-t-il été appliqué ? Aucune preuve ne peut en être fournie, mais il n’y a aucune raison de penser qu’il ne le fût pas. Les Hennezel devant partir un mois après Pâques, on peut penser qu’ils sont restés en Italie le temps prévu, c’est-à-dire jusqu’au mois d’avril-mai 1603. C’est ainsi probablement le succès de cette première campagne (et non son échec) qui incite les participants à signer un nouveau contrat en septembre 1603 sans qu’il soit question de la non-exécution de l’accord précédent (comme cela arrive ensuite). Mais les modalités de la collaboration diffèrent cependant assez radicalement. Alors qu’en 1602, les Hennezel et les Sarrode étaient co-gérants des affaires, selon le mode d’association fréquent des familles, en 1603, les Hennezel deviennent en quelque sorte employés à façon des Sarrode. Ils s’engagent en effet à produire 12 000 livres de verre à vitre,

  • 156 ANP, MC, Et. XXIII, 222, f° VI C XXXV, 16/09/1603.

« à travailler sans discontinuation et en la plus grande diligeance que faire se pourra afin de rendre la quantité parfaite pour estre par lesdit Sarrode icelle quantité prise et livrée en icelle verrerie de Montval ainsi et quand bon leur semblera156 ».

  • 157 ANP, MC, Et. XXIII, 222, f° VI C XXXV, 16/09/1603.
  • 158 Parallèlement, Hector et Abraham Hennezel concluent entre eux une association de dix ans qui compr (...)

79En échange, les Saroldi prennent à leur charge les frais de voyage (fixés à soixante-quinze livres par aller) et les frais de fabrication (fourniture de toutes les matières premières et bien sûr des installations de production). En outre, ils logent, nourrissent et payent les salaires des Hennezel et de leurs aides (dix sols par jour ?) et achètent les verres à cinq sols le lien157. En somme, les Saroldi assument tous les risques, mais aussi tous les profits, de cette entreprise. À une association d’égaux s’est substitué un contrat d’embauche à façon158.

  • 159 ADN, 3E 1 388 : 1613.
  • 160 ADN, 3E 1 613 : 1616-17, 6/12/1617.

80Les raisons d’une telle évolution sont difficiles à saisir, mais les Hennezel installés en Nivernais semblent loin d’avoir le même dynamisme et les mêmes capacités financières que les Italiens. Comme l’avait déjà remarqué Boutillier, les relations qui s’instaurent en ce début XVIIe siècle entre les Hennezel et les Altarais (Horace Ponte, neveu de Jacopo et Vincenzo Saroldi, Antonio fils de Jacopo), sont loin d’être égalitaires. Les Lorrains apparaissent souvent comme les débiteurs des Italiens qui commercialisent une partie de leur production159. En 1617, Horace Ponte réussit même à monopoliser la vente de toute la production des Lorrains160. C’est donc peut-être pour des raisons de déséquilibres financiers que les Hennezel ont préféré la solution plus sûre pour eux du contrat de travail que celle du contrat d’association.

  • 161 Signalons qu’en 1603 encore, ils possèdent des maisons à Lyon puisqu’ils les hypothèquent en garan (...)
  • 162 Les analyses actuelles de ces phénomènes sont très stimulantes pour penser celle des époques ancie (...)
  • 163 On se souvient qu’il est recensé à Lyon en 1594 avec quatorze serviteurs du Montferrat, tous engag (...)
  • 164 ADN, 3E 1 610 : 4/7/1603.

81Les Saroldi, quant à eux, se révèlent des entrepreneurs particulièrement dynamiques, ayant désormais des verreries à Nevers et dans le Nivernais, à Paris et à Montenotte, après celles de Lyon161, avant celle de Leyni au Piémont. L’installation en France n’a pas signifié pour eux la rupture avec le pays d’origine, au contraire. Elle a permis de nouvelles activités en Italie même, dans le cadre d’une entreprise qui s’avère à la fois multipolaire et transfrontalière162. Vincenzo Saroldi, le frère cadet de Jacopo, semble être destiné à s’occuper des affaires italiennes, après s’être occupé de l’entreprise lyonnaise, sans doute désormais fermée163. Rien n’est sûr, mais c’est ce que l’on peut conjecturer de son retour à Nevers en juillet 1603, après un séjour en Italie où il est peut-être allé surveiller l’entreprise de Montenotte lors de la première campagne conjointe avec les Lorrains et avant le second contrat, postérieur seulement de trois mois à son retour164.

82Il est impossible de savoir si les tentatives faites en 1602 et 1603 furent poursuivies pendant les dix années que devait durer l’association avec Hector et Abraham Hennezel : aucun contrat n’en a en tous cas été conservé. Mais il est par contre certain que les relations reprennent entre 1634 et 16711672 (contrats en 1634, 1654, 1656, 1658, 1661, 1665, 1666, mention indirecte en 1671). C’est cette partie des relations entre les Saroldi et les Hennezel, entre Nevers et Montenotte, que Boutillier à fait connaître, les contrats étant cette fois conservés à Nevers.

  • 165 On ne sait malheureusement pas de qui ils sont fils : sans doute de Vincenzo, frère de Jacopo. Mai (...)
  • 166 De Jacopo ?
  • 167 De feu Vincenzo ?
  • 168 Gerolamo de Vincenzo semble être retourné en Italie à partir de 1624. Ils sont alliés à Montenotte (...)
  • 169 Boutiller, 1885, p. 144 : François de Hennezel, écuyer, sieur de Lavot, demeurant au lieu de Breui (...)

83Ces accords sont alors signés entre un certain nombre de partenaires qu’il n’est pas toujours facile d’identifier. Du côté italien, les contractants de 1634 sont Jérôme (Gerolamo) et Jacques (Jacopo ou Giacomo) Sarode, frères165 ; en 1654, Jacques (Giacomo) et Charles (Carlo) Sarode, frères, fils de feu Antoine166, tandis qu’en 1658, c’est Augustin (Agostino) qui vient à Nevers s’occuper de cette affaire, en son nom et en celui de son frère Jacques Philippe (Jacopo Filippo), fils de feu Gerolamo167 ; en 1661, c’est Charles (Carlo) qui vient ; en 1666, c’est de nouveau Jacques et Charles qui sont partenaires. Tous sont donc les descendants de verriers venus à Nevers à la fin du XVIe siècle et retournés en Italie où ils continuent longtemps de faire affaire ensemble (cf. généalogie sommaire planche xv)168. Du côté lorrain, il s’agit toujours des verriers de la famille de Hennezel installés à la fois à Bois Giset et en Lorraine, Charles et ses frères Daniel et Joseph en 1634, Hugues assisté de David, François, Claude et Denys en 1654, Hugues toujours, David, Isaac, Jean et Claude en 1661. Seule exception : en 1666, c’est François de Hennezel, résidant à Breuille en Bourgogne qui est sollicité169.

84Tous ceux qui ont fait allusion, à la suite de Boutillier, à ces contrats ont suivi son interprétation de tentatives finalement non abouties. Boutillier partait de la réitération des contrats pour en déduire leur absence de mise en œuvre. On peut en proposer une interprétation toute autre, en constatant qu’il s’agit bien, comme en 1603, de contrats « à façon » c’est-à-dire pour lesquels les Hennezel s’engagent pour une saison à effectuer une quantité donnée de verres à vitre (il s’agit toujours de douze milles liens de verre à vitre). Il est clairement indiqué qu’une fois cette quantité réalisée, les Hennezel reviennent en France, quitte à repartir trois mois au maximum après que les Saroldi le leur aient demandé. Le contrat de 1634 prévoit en effet qu’ils doivent effectuer quatre voyages en neuf années ; trois dans le contrat de 1654. Si cela témoigne d’une certaine incertitude quant à l’écoulement de la production réalisée à Montenotte, cela ne veut pourtant pas dire qu’ils n’y soient jamais allés.

  • 170 ADN, 3E 1 934 : 3/4/1659.
  • 171 ADN, 3E 1 933, 12/10/1658. Le fait que l’on parle de construction du four en 1658 ne signifie pas (...)
  • 172 ADN, 3E 1 934, 3/4/1659.
  • 173 ADN, 3E 1 936, 12/10/1661.

85Trois indices au moins vont dans le sens de la mise en œuvre effective de ces contrats : d’une part, en 1659, un acte notarié dénonce le défaut des Saroldi dans le respect du pacte, ce qui suppose que les précédents ont été mis en œuvre170. Hugues de Hennezel devait alors se rendre dès avril à Montenotte avec un ouvrier pour construire le « four et les pots » de la verrerie de Montenotte, pour laquelle de la terre blanche avait été achetée en 1658 par Agostino Saroldi171. Attendant ce dernier à Nevers depuis le premier avril, Hugues de Hennezel fait notifier devant notaire son absence le trois du même mois, après avoir été plusieurs fois requérir des nouvelles auprès de Jean Castellan qui dit ne pas avoir reçu d’ordre172. On peut supposer que le quiproquo fut levé par l’arrivée d’Agostino. En 1661 en tous cas, Hugues de Hennezel part en quête d’une véritable équipe qu’il est allé chercher, dit-il, « au pays de Lorraine et pays circonvoisins », de « verrerie en verrerie », selon les ordres reçus par lettre des Saroldi. L’équipe se tient prête à Nevers, constituée de cinq gentilshommes de Hennezel, du fondeur Toussaint Grand, de Claude Guyot, Charles Catard, Laurent Laveyne, tiseurs, et enfin de Jean Laveyne, empailleur. Encore une fois Hugues fait témoigner devant le notaire que tous sont prêts et attendent Saroldi. Carlo arrive une semaine après et il n’y a aucune raison de penser qu’il ne les emmène pas à Montenotte, le notaire prenant acte, comme il l’avait fait en 1658, des sommes versées pour le voyage173.

  • 174 ADN, 3E 1 931, 23/4/1656. Je cite d’après Boutillier car ce carton est désormais incommunicable. L (...)

86Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que des contrats témoignent de la recherche d’ouvriers effectuée par Hugues de Hennezel pour Montenotte. En 1656 déjà, Jean Maucourant « tizeur de verre en table », demeurant en la paroisse de Naulay, lui promet devant notaire de le servir de son art en la verrerie de Montenotte et de partir à sa première réquisition. En échange de ses services, Hugues de Hennezel s’engage à le nourrir, le coucher et le blanchir, à compter du jour de départ jusqu’à celui de retour, et de lui payer la somme de trois livres par semaine174. Puis c’est en 1671, Jean Laveyne, « fondeur de gros verre de vistre », qui s’engage à aller « faire sa demeure en la verrerie de Montenotte, au service du sieur Sarode, pendant un an à commencer du premier avril prochain » (donc 1672) moyennant le prix de treize livres par semaine, soit une augmentation de salaire de près de trois livres par semaine par rapport aux dix livres dix sols prévues en 1654.

  • 175 Malandra, 1985, p. 114-115, et Podestà, p. 329.
  • 176 ASS, not. Panello, 26/7/1626.
  • 177 ASS, not. Pertica, 6 sept 1664 ; une partie reproduite in Malandra, 1983, p. 115. Envoi pour le co (...)

87Enfin, et surtout, Montenotte est connu, dès la fin du XVIe siècle, comme le siège de verreries où l’on « fabrique les verres pour faire les fenêtres », notamment certains types particulièrement robustes et limpides qui sont fournis, pendant tout le XVIIe siècle, pour le phare du port de Gênes et qui peuvent tout à fait correspondre aux caractéristiques des verres lorrains175. En 1626, Antonio et Geronimo Saroldi s’engagent d’ailleurs avec un marchand de Bergame habitant à Gênes pour lui fournir à Savone des grandes plaques de verre « belles, grandes et marchandes, comme à l’habitude176 ». En 1664, la verrerie de Montenotte envoie ses produits jusque Palerme, c’est-à-dire à un moment où la production de verre à vitre façon de Lorraine peut effectivement justifier ces cargaisons lointaines de verres177.

88Tous ces indices incitent donc à penser que la production de verre plat pour faire des vitres fut bien mise en œuvre par les gentilshommes lorrains à Montenotte, preuve du dynamisme des Saroldi qui sont les entrepreneurs de ce projet sur l’ensemble du siècle. Le contrat de 1634, qui relance sans doute l’accord de la première décennie du siècle, est particulièrement remarquable car il suit de peu les années de guerres et de peste qui ravagent l’ensemble du Montferrat et auxquelles Altare n’échappe pas. De fait, l’une des clauses du contrat prévoit

  • 178 ADN, 3E 1 621, 19/4/1634.

« que si pendant le temps que lesdits sieurs d’Hennezel travailleront en la verrerie de Montenotte il arrive des gueres, des maladies contagieuses ou autre force majeure, et qu’ils ne puisent travailler facilement, ils seront tenus, après avertissements des Sieurs Sarode, de quitter leur travail et s’en retourner à leur domicile, et ne seront payés des marchandises que ce qui se trouvera avoir été fait, et leurs ouvriers seront payés au proratta du temps qu’ils auront travaillé178 ».

89Cette précaution, qui n’avait pas été prise en 1603, montre l’intégration des risques externes dans les contrats de travail, mais elle démontre aussi que, malgré la guerre et la maladie, la production continue et que les échanges techniques s’opèrent bien dans les deux sens. Échanges, et non pas forcément transferts, puisque les Lorrains, comme les verriers d’Altare, voyagent en groupe et forment des équipes homogènes qui se suffisent à elles-mêmes.

  • 179 Remarque en ce sens de Malandra, 1985, p. 114.
  • 180 ASMn, Gonzaga, Decreti, 54, fos 238-239.

90Y-eut-il donc transfert des savoir-faire des verriers lorrains aux verriers altarais ? Difficile de répondre à cette question… Et pourtant, il apparaît clairement que les techniques lorraines permettent de répondre à un marché potentiel important, en liaison avec la diffusion de la vitrification des fenêtres en Italie même179. Les Altarais avaient donc tout intérêt à se l’approprier, tout comme la technique des cives qu’un certain nombre d’entre eux purent sans doute apprendre à Mantoue, s’ils ne la connaissaient pas déjà. En effet, en 1624, l’entrepreneur Augustino Prandi, qui obtient un privilège à Mantoue pour produire des « oeils de verre à fenêtre », se voit dans l’obligation d’utiliser dans sa fabrique des hommes d’Altare180. Ainsi les Altarais apprennent-ils à travailler selon d’autres techniques, accroissant sans cesse leur bagage technique.

  • 181 Rose Villequey, 1968, p. 329.

91Trois remarques pour conclure : si le centre productif d’Altare est incomparablement plus petit que celui de Venise, les migrations de ses hommes dans des territoires lointains et techniquement diversifiés entretiennent l’émulation technique de ses verriers. Si l’effet de proximité et de compétition caractéristique du district industriel vénitien ne joue à Altare qu’à une échelle bien plus modeste, les mouvements continuels de ses hommes sous d’autres cieux peuvent entretenir la vigilance technique de son art. Ainsi, les techniques finissent-elles par être connues, échangées, transférées, éprouvées, et sans doute transformées. De ces transferts, les hommes sont les vecteurs essentiels, pour ne pas dire uniques. La publication écrite des secrets a peut-être stimulé les expérimentations de quelques verriers d’exception, mais c’est la fréquentation quotidienne qui a servi au plus grand nombre. Cependant, les transferts, loin d’être la conséquence évidente des mobilités des hommes, sont sources de tensions ; l’apprentissage n’est en rien évident, de la part des maîtres comme des élèves d’ailleurs. Certains restent sans doute malgré tout plus habiles, parce que plus habitués que d’autres dans telle ou telle technique : même si les Lorrains ont fabriqué du « simili vénitien », ils n’ont manifestement pas pu remporter l’estime de la clientèle181. Et c’est peut-être pour cela également que les Saroldi veulent faire venir à tout prix les Lorrains à Altare.

  • 182 Trivellato, 2000.

92Mais évidemment, tout n’est pas transférable, car toutes les techniques ne correspondent pas aux capacités financières, à l’organisation productive, ou encore aux débouchés altarais. Aussi, l’invention du coulage du verre, même si elle vint à Bernardo Perrotto de techniques archaïques peut-être encore en usage à Altare ou de procédés similaires utilisés pour la mosaïque, ne correspond ni aux marchés d’Altare, ni à son organisation productive, et elle n’y fut pas plus introduite qu’à Venise. De nombreux historiens ont évoqué cette absence de transfert pour justifier la décadence de l’industrie miroitière de Venise, stigmatisant une organisation corporative archaïque et stérile. De tels jugements ne sont plus de mise : Francesca Trivellato a au contraire mis en valeur la vitalité du secteur verrier vénitien pour un XVIIIe siècle jadis considéré comme celui de la ruine quasi totale de l’Art182. Altare a-t-elle été capable de la même adaptation ? Répondre à cette question exige de réexaminer le rôle des institutions et des gouvernements politiques dans l’histoire de la communauté d’Altare aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Notes

1 Epstein 2004b.

2 Mise au point éclairante sur ce thème de la diffusion/rétention dans Long, 2000.

3 Cf. notamment Long, 1991 et 2000 ; Vasta, Dolza, 1995 ; Vérin, Dolza, 2004…

4 Mis à part l’introduction de Rosa Barovier Mentasti à la réimpression de l’ouvrage de Néri, 1980, et celle de Ferdinando Abbri, 2001 ; voir aussi les considérations de Trivellato, 2000, p. 193 et suiv.

5 Voir aussi Barovier Mentasti, 1980.

6 Son « livre sur divers arts », traite, au livre 2 ainsi qu’à la fin du livre 3 consacré aux métaux, du verre.

7 Cf. Long, 1991.

8 Voir sur ce livre Zecchin, 1963 et 1964, et Barovier Mentasti, 1980, Abbri, 2001. Je n’ai pu lire de façon exhaustive ce qu’en dit Heikamp en allemand, 1986.

9 Je cite les pages d’après la publication de Abbri, 2001 ; toutes les traductions sont de moi ; le texte fait partie de la dédicace à Don Antonio de Medici, p. 29.

10 Nombreuses références du type : « comme le savent bien les fondeurs (conciatori) de four… comme cela est connu des gens de l’art » chap. xxiii, p. 52 ; chap. xxxvii Neri dit « vouloir être compris des gens “pratiques et au courant” (“pratichi e periti”) », p. 61, etc.

11 Long, 1991, Abbri, 2001.

12 Sur le rôle et le développement de l’expérimentation et de la science « expérimentale », voir notamment Rossi, 1999, repris par Abbri, 2001. C’est peut-être ce qui intéresse les premiers lecteurs de Neri parmi lesquels des amis de Galilée, comme en témoignent les lettres que lui envoie Francesco Cesi, fondateur de l’Académie des Lincei, d’abord pour lui demander l’ouvrage, ensuite pour l’en remercier, en notant qu’il est « très riche d’expériences et de beaux artifices », BNCF, Mss Galilei, P. VI, T. IX, c. 112, lettre du 3/1/1612 et c. 131, lettre du 24/1/1614, citées par Heikamp, 1986, p. 356, et Abbri, 2001, p. 5.

13 « Au lecteur curieux », p. 33.

14 Sur l’alchimie, voir notamment Abbri, 2001, Perifano, 1997, Firenze, 1983, Scienze, 1982, et surtout Galluzzi, 1982, qui montre l’importance du Casino de Don Antonio pour la diffusion des idées de Paracelse en Italie. On peut voir aussi Halleux, 1979.

15 Galluzzi, 1982, Abbri, 2001, p. 14-15.

16 Abbri, p. 16, indique qu’à la mort de Neri, le prince de Medici fit tout pour obtenir des informations susceptibles de l’aider à déchiffrer cette recette.

17 Il est aussi l’auteur de deux traités restés manuscrits : Discorso sopra la chimica et un Ragionamento dell’arte chimica qui montrent tous deux le vaste domaine assigné par Neri à la « chimie », cf. Abbri, p. 16-17.

18 Cf. chap. vi : « Avec l’expérience, on trouve et on apprend plus que l’on ne le fait par une longue étude », p. 42. Idem, p. 79 ; p. 96.

19 Dans ses Discours admirables, Bernard Palissy met en scène, comme chacun sait, Pratique et Théorique. Dans un préambule qui rappelle bien toutes les ambiguïtés du projet de la mise par écrit et de la diffusion par l’imprimerie des secrets de fabrication des artisans, l’auteur se montre, à travers les mots de Pratique, peu disposé justement à dévoiler ses secrets. Attitude rhétorique intéressante, puisqu’il s’agit justement pour lui de les livrer au public, cf. Palissy, 1844.

20 Chap. xxxvii, p. 61.

21 Idem.

22 Rossi, 1999, Dolza, Vérin, 2004.

23 Dédicace, p. 29.

24 Pour les ateliers toscans, Neri et les verriers vénitiens, cf. Barovier Mentasti, 1980. Sur les Altarais, on sait qu’ils sont alors actifs en Toscane, notamment à Prato et Pistoia et qu’en 1593 le Grand Duc demandait l’autorisation à ce que maître Valenza puisse travailler avec d’autres dans ses ateliers de Pise et du Casino, cf. chap. 2 (note 100), Bortoletti, 1889, p. 203, Heikamp, 1986, p. 349. On sait aussi qu’en 1618, le Grand Duc cherche à nouveau à embaucher des Altarais, cf. chap. ii.

25 Cf. Zecchin, 1963 et 1964.

26 Cf. chap. 2, 13, 22, 46.

27 Parmi toutes les techniques en usage et tous les produits vénitiens, Neri est particulièrement intéressé par l’imitation de bijoux – et, comme le note Barovier Mentasti, 1980, la proximité des ateliers des verriers à Florence et ceux des pierres dures ne doit pas être ici indifférent –, et surtout à la conteria auquel il fait souvent allusion dans son livre. D’ailleurs Pise, où il travaille, fut l’un des premiers centres italiens à accueillir des ouvriers vénitiens expatriés spécialisés dans ce domaine. Cet art est un enjeu technique et surtout commercial très important de l’époque, car il sert notamment dans la traite des Noirs et il est aussi de ce fait fort en vogue dans la production des Pays-Bas avant de l’être dans celle d’Amsterdam, cf. Page, 2004, Liefkes, 2004.

28 Par ex. chap. 72 à propos du bleu d’émail, Holbach, 1752, p. 165.

29 Chap. lxxv, même si le texte n’est pas clair, il ne peut s’agir d’une personne rencontrée à Anvers, comme le suppose Barovier Mentasti, 1980, notamment parce que Merret indique clairement qu’il s’agit de l’auteur d’un livre.

30 Moretti, Salerno et Tommasi Ferroni, 2004.

31 À ce sujet Eamon, 1994.

32 Cf. notamment Zecchin, I, p. 249 ; Moretti, Salerno et Tommasi Ferroni, 2004, notent, en comparant le livre de Neri au livre de recettes de Gaspare Brunoro, que tous deux semblent avoir eu, pour certaines compositions, une source commune, notamment p. 13. Heikamp, 1986, p. 267-268, insiste sur l’impressionnante bibliothèque de Don Antonio de Medici.

33 Cf. Barovier Mentasti, 1980, p. xxiii, fait remarquer que les recettes pour le verre au plomb ou celui à base de cristal de roche-spécialité toscane-se retrouvent à la fois dans les recettiers manuscrits conservés à Florence et dans le livre de Néri.

34 Notamment celui de la Bibliothèque Universitaire de Bologne, datant de la seconde moitié du XVe siècle déjà évoqué dans le premier chapitre, celui de Montpellier, daté de 1536, sans compter celui de Giovanni Darduin, sans doute postérieur à l’ouvrage de Néri.

35 Long, 2000 qui cite une transcription de ce type pour la Mésopotamie du 2d millénaire avant J. C. Trivellato, 2000, p. 202 et suiv. pour les livres de recettes.

36 Zecchin, 1987, I, p. 248-276.

37 Moretti, 2001, et Moretti, Salerno et Tommasi Ferroni, 2004.

38 Holbach, 1752, préface p. ii.

39 Holbach, 1752, p. 136.

40 Le livre de Neri par exemple ne fut jamais traduit en espagnol, mais l’on sait que des copies manuscrites circulent en Espagne, cf. Abbri, 2001, p. 22 : il traite p. 19-23 de la « fortune » du livre de Neri dans la culture européenne.

41 Gérard Gayot m’a fait remarquer à ce propos que les rituels maçonniques du XVIIIe siècle ont été imprimés en tout petit nombre, à chaque fois avec le parfum de scandale de la trahison du serment/levée des secrets, mais qu’ils ont été recopiés en milliers d’exemplaires : ainsi « le secret fut bien gardé »… Kunckel indique qu’il est lui-même en possession de deux traductions allemandes du livre : on n’en connaît cependant qu’une seule, celle de Friedrich Geissler sortie en 1678. Est-ce parce qu’elle sortit à la fois à Francfort et à Leipzig que Kunckel évoque deux traductions ? C’est peu probable. Cf. Holbach, 1752, p. 254, note de Kunckel sur le chap. cxx de Neri.

42 Je ne prends pas en compte le baron d’Holbach, fort connu, et dont la traduction tardive répond à des exigences différentes de ses prédécesseurs du XVIIe siècle. On sait qu’il fut un intermédiaire important entre la France et les pays germaniques, notamment par ses traductions cf. Abbri, 2001.

43 Neri, The art of glass, 1662, s. p. (to the ingenious Reader).

44 Selon d’Holbach, 1752, p. III ; Merret dit appartenir en 1662 au Gresham college.

45 Cf. Long, 1991, p. 354-355 ; cf. également Ochs, 1985, Rossi, 1999, p. 70 et suiv.

46 Abbri, 2001, p. 19.

47 Cest d’ailleurs, semble-t-il, la thèse de Heikamp, 1986.

48 En 1688/9, Charles XI de Suède le nomme conseiller des mines, mais il n’est pas certain qu’il vive dès lors en Suède : il s’y rend certainement en 1693, année où il est anobli par Charles XI. Dès lors, il semble opérer des allers et retours entre la Prusse et la Suède. Il meurt en 1702 (ou 1703) cf. Westfall, 1995. Il est connu pour toutes ses expérimentations chimiques, la découverte, avec Boyle, du procédé de confection du phosphore, le rouge rubis dans le verre dont je reparlerai. Il est membre de l’Academia Leopoldina à partir de 1693, sous le nom significatif d’« Hermés », et de l’Académie royale des sciences à partir de 1699.

49 Il continue en disant : « Si mon travail a l’avantage d’être aussi agréable au Public qu’il lui sera utile, et que mes intentions ont été droites, je serai encouragé par cette récompense à mettre au jour mon laboratoire expérimental, où l’on pourra trouver bien des choses qui manquent ici. » Cette conclusion sonne comme celle de Néri.

50 Par exemple à propos du rouge dont je reparlerai plus bas, cf. Holbach, 1752, p. 148-149.

51 C’est le cas notamment d’un fourneau plus performant que celui des potiers utilisés par Neri pour certaines opérations et dont Kunckel révèle les principes de construction en disant : « J’ai jugé à propos de communiquer aux curieux un fourneau dont j’avais fait un secret jusqu’à présent », Holbach, 1752, p. 182-183.

52 Haudicquier, 1718, préface, p. 7, reprint.

53 Haudicquer, 1718, préface p. 9, reprint. On peut noter le caractère relativement courant d’une affirmation que l’on trouve dans les textes alchimistes. Sur l’importance de ce thème dans la culture occidentale, voir par exemple Rossi, 1999, p. 40 et suiv.

54 C’est le sens des remarques de Cesi à Galilée, déjà citées note 13.

55 Le seul inventaire de bibliothèque existant est celle de Lucas de Nehou, qui possède visiblement une bibliothèque personnelle très fournie, dans laquelle Neri ne figure pas, cf. pris, 1975, p. 376.

56 Bien entendu, il ne s’agit pas ici de discuter de la véritable paternité de ces inventions, un problème dont on sait bien qu’il est insoluble. Il semble d’ailleurs que Perrot ait eu maille à partir avec certains de ses associés français qui l’accusent pratiquement de les avoir escroqués. Le contrat stipulé avec eux en 1666 indique notamment « la resolution ayant esté prise de travailler en l’art de verrerye & emaux et cristaux soubs le nom dudit Perrot qui a eu de lad. dame & dudit Demede le secret de les faire plus beaux qu’aulcuns qui soyent en France,… luy ayant esté mis entre les mains par ladite dame une somme de 1 200 livres, [et d’]autres sommes… pour soustenir lad. entreprise et estably avec son ayde en… 1668 une verrerye à Orleans pour la commodité du bois ». Le procès qui lui est intenté en 1672 ne concerne pas une quelconque usurpation de procédé mais les comptes de l’entreprise qu’il n’aurait pas ou mal rendus : information communiquée par Alain Bouthier.

57 Cf. les remarques de Hilaire-Pérez, 2004.

58 Kunckel est généralement crédité de cette « invention » du rouge transparent imitant le rubis qu’il met au point à Berlin, sans doute autour de 1679, puisqu’il l’évoque dans sa traduction de Neri : « Après m’être donné des peines incroyables, je puis me flatter d’être enfin parvenu à faire le plus beau rouge et imiter des rubis ; mais comme ce secret m’a couté beaucoup de soin, de peine et de travail, on ne trouvera pas mauvois que je ne le communique point quant à présent », cf. Holbach, 1752, p. 148-149. Il en attend sans doute récompense. Cassius est également crédité de cette invention qu’il a, selon Orschall, livré à plusieurs moyennant rémunération. J.C. Orschall, Inspecteur des Mines du prince de Hesse, indique, dans son Sole sine veste de 1684, également traduit par d’Holbach en 1752, toutes ses expériences pour décomposer l’or et en particulier lui faire produire une belle couleur rouge, il indique notamment la méthode de Cassius et ironise sur la prétention du « scavant Artiste en verre Jean Kunckel… de préparer un beau rouge, couleur de rubis, sans employer l’or », Holbach, 1752, p. 516.

59 Cf. par ex. Barrelet, 1958.

60 Mercure Galant, mars 1687. D’Orschall note sa stupéfaction initiale devant la propriété de ce verre, cf. Holbach, 1752, p. 521-522.

61 Il a déjà noté en passant au chapitre xc qu’« un curieux pourra tirer de l’or une couleur rouge d’une grande beauté », Holbach, 1752, p. 193, et remarques de Merret, p. 194.

62 Holbach, 1752, p. 253.

63 Holbach, 1752, p. 254.

64 Holbach, 1752, p. 266.

65 Bénard, Dragesco, 1989, p. 62 et 66.

66 AEL, famille Nizet-Lambotte, A-1.

67 Le livre de Libavius sur l’Alchimie paraît en 1606. Il est abusif de l’appeler « alchimiste » puisqu’il refuse clairement la prescription du secret des adeptes de Paracelse, mais c’est bien ainsi que Merret le considère.

68 Du Pradel, 1691 et 1692.

69 Donneau de Vizé, 1686, t. 1.

70 Holbach, 1752, p. 103-104.

71 Bénard, Dragesco, 1989, p. 96.

72 Long, 1991, ne traite pas suffisamment cet aspect dans son article même si elle y fait une rapide allusion p. 881-882. Pour le XVIIIe siècle, voir notamment Hilaire-Pérez, 2000 ; voir également Macleod, 1988 et 2004, Hilaire-Pérez, 2004.

73 Voir par exemple Deyon, Guignet, 1980, Gayot, 1998 en ce qui concerne les draps. Cantillon affirme dès 1755 (1987), que « la puissance de la France n’est allée en augmentant que depuis 1646, depuis qu’on y érigea des manufacture de draps au lieu qu’auparavant, on les tirait de l’étranger ».

74 Pastor Rey de Vinas, 1994.

75 Custodio, 2002.

76 Sur la manufacture royale de la Chiusa, voir Palmucci Quaglino, 1979, qui reste pratiquement la seule étude à ce jour.

77 Parmi l’abondante littérature sur Saint-Gobain, voir notamment Fremy, 1909 ; Pris, 1975 ; Hamon, Perrin, 1994, et Hamon, 1993 et 1998.

78 En 1580, les frères Gio Maria e Batta Massari d’Altare affirment avoir été les premiers à introduire l’art du verre en Piémont et avoir pour cela reçu des privilèges (en date du 28 avril 1577), cf. AST, Materie economiche, commercio, IV, IIa addizione, M. 28. Mais il est bien d’autres Altarais en Piémont avant eux.

79 Sur l’industrie du verre en Piémont, voir notamment Cavallari-Murat, 1947.

80 AST, Materie economiche, categoria IV, Mazzo 12 : il s’agit bien de la création d’une entreprise commune entre Pisani et le trésor royal qui avance la mise de fonds de 30 000 ducats.

81 Voir notamment Maitte, Dolza, 2004.

82 AST, Patenti e biglietti, 1723-24, reg. 3.

83 Palmucci Quaglino.

84 Je reviendrai dans le prochain chapitre sur les problèmes suscités par la coopération entre les équipes d’Altare et la manufacture royale.

85 À ce propos, le récit de l’arrivée des vénitiens à Turin en 1763 est donc tout à fait significatif : « En octobre 1763, comparurent à la fabrique des cristaux et des verres de Turin, quatre hommes vénitiens habillés misérablement et mendiants, se vantant d’une compétence singulière pour fabriquer des vitres et des miroirs de toutes sortes et demandant à pouvoir en donner la preuve pour trouver dans le Royaume un établissement qu’ils ne pouvaient avoir à Venise pour y avoir été condamnés, qui à la peine capitale, qui à la galère… Après deux mois, trois autres maîtres furent appelés par les premiers et au début de 1764 on eut la possibilité de faire travailler deux équipes à un four à la vénitienne construit par eux-mêmes… le bon traitement que l’on réserva à ces maîtres les rendit tellement satisfaits qu’ils voulurent appeler de Venise, par des lettres particulières écrites par eux, d’autres connaissances, amis et parents, non pas tant pour renforcer les équipes que pour faire de façon plus parfaite les travaux… », AST, Materie economiche, IV, Vetri, M. 13, 5/2/1765.

86 AST, Materie economiche, IV, M. 16, fasc. 5.

87 Le résident de Venise estime d’ailleurs qu’il aurait fallu « le jeter dans le canal », cf. AST, Materie economiche, IV, M. 13.

88 En l’occurrence, par l’intermédiaire d’un Sr Flandin, résidant à Ratisbonne et « ancien sujet de S.M. » et valet de chambre (cameriere) du comte de Saurau et du Baron de Reichlin.

89 Preto, 1994.

90 Fremy 1909, Bondois, 1932.

91 AST, Materie economiche, IV, M. 16.

92 ASV, Inquisitori di Stato, B. 824, s.d. ; sur ce personnage, voir Zecchin, 1989, II, p. 89-103.

93 L’expression, déjà citée, est de Fauve Chamoux. Elle distingue, dans le cadre des migrations urbaines, les migrations de la faim, celles du lait (les nourrissons), celles du pain, et enfin celles de la brioche, qui sont des migrations de promotion.

94 Dubost, 1997.

95 Ce chiffre ne tient pas compte de ceux qui étaient déjà présents en France.

96 ASV, Inquisitori di Stato, B. 436, 15/03/1667.

97 AST, Materie economiche, IV, M. 13, Lettre de justification des comptes des directeurs de la manufacture royale, 26/2/1763.

98 Les lettres initiales expliquent que Kayser est le descendant d’une famille ayant tenue depuis trois générations la fabrique de Magonza, la plus renommée d’Allemagne cf. AST, Materie economiche, IV, M. 13, lettre 21/12/1764. Kurtz en 1765 affirme au contraire que le père de Kayser a eu tout au plus une petite verrerie de vitres communes, dépérie par manque de bois et dans laquelle le fils n’a jamais travaillé cf. AST, Materie economiche, IV, M. 13, lettre du 12/09/1765.

99 Contrairement aux autres verriers, ils ne sont pas payés à la tâche mais à la journée, ce qui suscite jalousies et protestations cf. AST, Materie economiche, IV, M. 13.

100 Le 22 octobre 1765, Kayser a fait 6/M pièces de verre jaune, invendables cf. AST, Materie economiche, IV, M. 13.

101 AST, Materie economiche, IV, M. 13, 12/09/1765 : propositions et interrogatoire de Kurtz, verrier fabricant « à la façon de Bohême » provenant de la fabrique de Crosrier en Bavière. Kurtz affirme notamment que « les questions que le Sr Kayser leur posa leur fit comprendre qu’il n’était ni en tout ni en partie au courant de fabriques et de travail » : il refuse donc de travailler sous ses ordres. Il précise également l’état des connaissances d’un certain nombre de ceux que Kayser a emmenés avec lui, tout au plus capables de fabriquer des verres et des vitres communes, ce qu’ils admettent d’ailleurs eux-mêmes.

102 De très nombreux documents sur cette affaire in AST, Materie economiche, IV, M. 13, M. 16 et M. 17 ; lettre de licenciement du 7/04/1766 où il est cependant décidé de payer ce qui était initialement convenu à Kayser qui n’hésite pas à proposer de nouveau ses services quelques années plus tard, cf. notamment AST, Materie economiche, IV, IIa addizione, M. 28 : proposition en date du 12/3/1776. L’affaire est en effet compliquée car le Baron de Reichlin, par le biais duquel l’affaire a été négociée, a également été remercié de ses services par l’admission à titre gratuit de ses fils dans l’Académie militaire de Turin : il en appelle à son honneur quand les premiers doutes commencent à se faire jour et fait jouer tous ses appuis à la Cour de Turin.

103 Même si le verrier Kurtz affirme pour sa part que « l’habilité des maîtres d’ordinaire transpire même de loin ».

104 ASV, Inquisitori di Stato, B. 824, lettre d’Antonio Cimegotto, s.d.

105 ASV, Inquisitori di Stato, B. 436, 8 (ou 26)/03/1667.

106 Depping, 1852, p. 790 et suiv.

107 Lettre de Dunoyer à Colbert, dernier novembre 1666, in Depping, 1852, p. 790 et suiv.

108 ASV, Inquisitori di Stato, B. 436.

109 ASV, Inquisitori di Stato, B. 436, 30/04/1666.

110 Woronoff, 1988, p. 58.

111 ASV, Inquisitori di Stato, B. 824.

112 ASV, Inquisitori di Stato, B. 824, 20/06/1667 : il s’agit des propos de Pierre Jousset, marchand de verre vénitien à Paris.

113 Cf. communication de Maurice Hamon, octobre 2005, en cours de publication.

114 Sur cette manufacture, voir notamment Boivin, 1929, Lepetit, 1987.

115 Hypothèse de Maurice Hamon, 2005. Aucun de ceux recensés dans ma base de donnée n’est passé par là, mais le travail de recensement est toujours en cours… Hamon, 2000, p. 177, indique que les états de personnel de la manufacture de Tourlaville vers 1670-80 montrent des liens avec l’Orléanais, lieu d’exercice de la manufacture de Perrot.

116 BNF, Mss Joly de Fleury, 806, observations sommaires pour la communauté des miroitiers.

117 BNF, Mss Joly de Fleury, 806, Mémoire pour la communauté des miroitiers.

118 Il existe cependant bien un Pierre Perreau, (1611-1680) auteur d’un livre De l’origine des fontaines, publié à Paris, en 1674. Peut-être est-ce ce qui a trompé le rédacteur savant des mémoires des miroitiers ?

119 Thématique tout à fait voisine de celle des ferblantiers contre les lampes d’Irgand et son privilège exclusif à la fin du XVIIIe siècle, cf. Hilaire-Pérez, 2000, p. 279-80.

120 Pris, 1975, t. 1, p. 374.

121 Moretti, Salerno, Tommasi Ferroni, 2004, p. 36 et p. 38.

122 Cf. les remarques générales de Hilaire-Pérez, 2004, Brioist, Lacombe, 2004, à propos des serruriers, Hilaire-pérez, Verna, 2006.

123 Mercure Galant, mars 1687.

124 Havard, 1984, t. II, p. 989, cite comme étant les lettres de confirmation de 1672 le texte de 1688 : il n’indique pas sa source : « on a produit un document… » ; idem Cuissard, 1897 (1981) ; Bénard, Dragesco, 1989, p. 29, sans référence.

125 Frémy, 1909, p. 387-388.

126 Voir notamment Hilaire-Perez, 1991 ; Isoré, 1937.

127 Ainsi semble-t-il que la Nouvelle République des Lettres en juin 1688.

128 Histoire de l’Académie Royale des Sciences, t. II (1686-1689), p. 12 ; l’Académie lui délivre un certificat.

129 Cf. Hilaire-Pérez, 1991, p. 916-917 ; Hahn, 1971.

130 Ce que beaucoup ont dit, par exemple Bénard, Dragesco, 1989, p. 30.

131 Le texte des mémoires de Lucas de Nehou contre la compagnie se trouvent dans Cochin, 1865, Pièces justificatives no 12 : Pièces relatives à Lucas de Nehou, p. 139-143.

132 Contrairement à ce que dit Claude Pris, Lucas ne revendique pas pour lui-même l’invention du coulage et aucun document ne permet d’accréditer son interprétation selon laquelle Lucas de Nehou inventa le coulage et fut à l’origine de la compagnie Thévart, cf. Pris, 1975, t. 1, p. 159.

133 Cf. Pris, 1975.

134 C’est aussi la conclusion à laquelle arrive Hamon, 2000 et 2005.

135 Pension de 5 560 livres qui lui fut accordée jusqu’à sa mort, en 1709, et continuée également à ses héritiers.

136 « En substance, elle consiste en un bon sable fondant, de la potasse bien faite, de la chaux, du manganèse et un peu d’arsenic, mais en très petite quantité, n’y ayant besoin pour cela d’aucune matière minérale », cf. AST, Materie economiche, IV, M. 13.

137 AST, Materie economiche, IV, M. 16, fasc. 5 : Gio Antonio Zo est en correspondance avec un verrier vénitien, Giuseppe Giandolin, qui voyage et travaille entre Rome, Naples et Bologne. Celui-ci est capable, d’après ses dires, d’entailler le verre à la mode de Bohême ; il prévoit d’emmener avec lui au Piémont d’autres maîtres capables de constituer une équipe pour former du verre à la mode de Bohême.

138 AST, Materie economiche, IV, M. 17, fasc. 3.

139 Idem.

140 Fontaine, 1993.

141 Hennezel d’Ormois, 1933.

142 Inutile de multiplier les exemples, mais on peut noter qu’un certain nombre d’Altarais se marient à des Colnet : Robert-Albert, fils de Giuseppe (et neveu de Giovanni de Nevers), épouse à Liège en secondes noces Claude Colnet dans la seconde moitié du XVIIe siècle, tandis que Jacques Castellano se marie, lui, début XVIIIe siècle, à Dorothée de Colnet.

143 Bottin, 2005 ; Demont, 2005 (à paraître 2009).

144 Rose Villequey, 1968, p. 428 et suiv.

145 Cela est indiqué dans un certain nombre de contrats de travail, cf. Yernaux, 1941.

146 On sait qu’en 1775 une maîtrise d’Altare va régulièrement dans cette verrerie, cf. AST, Materie economiche, IV, M. 18, ins. 2.

147 Boutillier, 1885 ; Rose Villequey, 1968.

148 Hennezel d’Ormois, 1933, p. 385.

149 ASMn, Archivio Gonzaga, E. Corrispondenza, B. 663, 24/4/1590.

150 Je remercie Jean François Belhoste de m’avoir, il y a déjà longtemps, signalé ces actes dont il a eu également la gentillesse de me donner une transcription.

151 Sans doute s’agit-il en fait de Canelli. Selon Ernesto Saroldi, aucun document italien ne mentionne le marquis de Canelli comme propriétaire de verrerie à Montenotte. Canelli est un petit centre situé au centre du Piémont, dans la province d’Asti.

152 D’après Malandra, 1983, p. 114. La seigneurie de Cairo, dont sont également titulaires les Scarampi, est, elle, en partie fief du duché de Milan, ce qui fait que la possession de Montenotte, indépendante, est parfois confondue avec elle. C’est ce qui arrive dans les contrats verriers puisque Montenotte est indiqué « en pais de millanois ».

153 Et de là, en contrebande, dans leur verrerie d’Altare comme on le leur reproche en 1630 cf. ASS, not. B. Sicco, 7/11/1630, cité par Malandra, 1983, p. 114.

154 Selon les accords passés avec les Scarampi. À partir de 1620, les Saroldi, il s’agit alors des frères Giovanni Angelo et Manfrino, prennent en conduction directe tout le territoire du fief, cf. ASS, not. A. Panello, 30/4/1620, cité par Malandra, 1983, p. 114. On connaît également de tels accords pour la construction d’une verrerie à Montenotte Soprano passés en 1734 entre le marquis Antonio Maria Scarampi et Vincenzo, Carlo e Rocco, oncle et neveux Bormioli.

155 ANP, MC, Et. XXIII, 200, f° CVII, 12/2/1602.

156 ANP, MC, Et. XXIII, 222, f° VI C XXXV, 16/09/1603.

157 ANP, MC, Et. XXIII, 222, f° VI C XXXV, 16/09/1603.

158 Parallèlement, Hector et Abraham Hennezel concluent entre eux une association de dix ans qui comprend notamment le travail en Italie cf. ANP, MC, Et. XI, f° 85.

159 ADN, 3E 1 388 : 1613.

160 ADN, 3E 1 613 : 1616-17, 6/12/1617.

161 Signalons qu’en 1603 encore, ils possèdent des maisons à Lyon puisqu’ils les hypothèquent en garantie d’un contrat.

162 Les analyses actuelles de ces phénomènes sont très stimulantes pour penser celle des époques anciennes, mais les sociologues devraient également prendre en compte la dimension historique ! Cf. notamment Tarrius, 2001 ; la littérature sur ce sujet est fort vaste, cf. Maitte, Martini, 2006.

163 On se souvient qu’il est recensé à Lyon en 1594 avec quatorze serviteurs du Montferrat, tous engagés à mettre en œuvre la verrerie.

164 ADN, 3E 1 610 : 4/7/1603.

165 On ne sait malheureusement pas de qui ils sont fils : sans doute de Vincenzo, frère de Jacopo. Mais comme Vincenzo a été particulièrement mobile, ainsi sans doute que sa femme, il est difficile de reconstituer sa descendance. Deux enfants sont nés à Lyon (Fleurie et Jean), les autres sont pour l’heure inconnus.

166 De Jacopo ?

167 De feu Vincenzo ?

168 Gerolamo de Vincenzo semble être retourné en Italie à partir de 1624. Ils sont alliés à Montenotte, même si la société est pour l’essentiel liquidée en 1654, à l’exception de la fabrication des vitres et des verres, cf. ASS, not Pertica, 20/3/1654.

169 Boutiller, 1885, p. 144 : François de Hennezel, écuyer, sieur de Lavot, demeurant au lieu de Breuille, paroisse de Maltat, pays de Bourgogne qui, le 28/10/1667, s’adresse à Jean Castellan pour lui demander de payer les sommes promises afin qu’il parte avec ses ouvriers, ayant pris l’engagement, le 26 juillet 1666, de faire ouvrir la verrerie de Montenotte et du Fourny, en Italie pendant deux années. Castellan répond qu’il en donne avis aux sieurs Jacques et Charles Sarode frères n’étant que leur mandataire.

170 ADN, 3E 1 934 : 3/4/1659.

171 ADN, 3E 1 933, 12/10/1658. Le fait que l’on parle de construction du four en 1658 ne signifie pas pour autant que la verrerie n’existe pas avant cette date : on sait en effet que les fours devaient être régulièrement reconstruits. Il se peut aussi que l’on en fasse un second, car les Saroldi sont assez ramifiés pour constituer différentes branches et sociétés. Il se peut encore que l’on en reconstruise un ancien selon les méthodes lorraines. Comme le fait remarquer Malandra, 1983, p. 118, Agostino Saroldi qui se rend à Nevers en 1658 n’est pas à proprement parler un verrier, mais un membre de la famille qui est connu comme « docteur en loi ». C’est en effet en tant qu’avocat de différentes familles d’Altare qu’il défend leurs causes devant le Sénat de Casale dans ces mêmes années. Il a aussi exercé les fonctions de podestà et de juge à Altare même ou dans d’autres fiefs. Il meurt à soixante dix sept ans le 28/10/1699, cf. ACP, morti.

172 ADN, 3E 1 934, 3/4/1659.

173 ADN, 3E 1 936, 12/10/1661.

174 ADN, 3E 1 931, 23/4/1656. Je cite d’après Boutillier car ce carton est désormais incommunicable. Le salaire est conforme à ce qui est prévu dans le contrat avec Jacopo Saroldi en 1654.

175 Malandra, 1985, p. 114-115, et Podestà, p. 329.

176 ASS, not. Panello, 26/7/1626.

177 ASS, not. Pertica, 6 sept 1664 ; une partie reproduite in Malandra, 1983, p. 115. Envoi pour le compte de Giacomo Saroldi. On peut d’ailleurs trouver d’autres preuves de la prospérité et de la variété de la production de la verrerie de Montenotte dans ces années : j’ai déjà utilisé, dans le chapitre iii, un acte notarié datant de 1656 qui montre que cette verrerie produit alors toute la gamme possible des productions verrières (à l’exception des miroirs) : objets de verre communs, objets à la vénitienne, objets de cristal, perles, vitres, cf. ASS, B. Pertica, 22/06/1656, et Malandra, 1983, p. 120.

178 ADN, 3E 1 621, 19/4/1634.

179 Remarque en ce sens de Malandra, 1985, p. 114.

180 ASMn, Gonzaga, Decreti, 54, fos 238-239.

181 Rose Villequey, 1968, p. 329.

182 Trivellato, 2000.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540