Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les chemins de verre

 | 
Corine Maitte

Chapitre III. Les consommations entre luxe et qualité courante

Texte intégral

  • 1 Pour un témoignage précoce de la mention d’objets en « voirre de Venise », cf. Havard, 1890, t. IV (...)
  • 2 « Les verriers font toutes sortes d’objets : par exemple des flacons à parfum, des phyales, des cr (...)
  • 3 Sur Isabelle d’Este, voir notamment Fletcher, 1981, Brown, 1982.

1Les nouveautés introduites dans le verre de Venise au milieu du XVe siècle sont très rapidement connues et appréciées hors de la Sérénissime. Le cristallo apparaît en France en 1467, à Constantinople en 1473, en Angleterre en 14811. Les témoignages se multiplient sur la réputation de la qualité verrière de Venise : depuis ce frère d’Ulm revenant de Terre Sainte en 1484, pour qui l’on ne saurait trouver de verre plus précieux que celui de Venise, jusqu’à la reconnaissance des grands traités techniques de Biringuccio, Agricola2 ou Garzoni… en passant par les commandes célèbres d’Isabelle d’Este à la fin du XVe siècle, la liste des admirateurs du verre de Murano s’allonge au fil du temps3. Elle est longue, connue, on la fait connaître. Elle ne cesse d’engranger de nouveaux succès jusqu’au XVIIe siècle. René François, prédicateur français du grand siècle, a parlé à sa manière de l’engouement de son temps pour les verres de Venise :

  • 4 Cité par Burty, 1866, p. 271, et Hennezel d’Ormois, 1933, p. 113.

« Mourano de Venise, disait-il, a beau temps d’amuser ainsi la soif et remplissant l’Europe de mille et mille galanteries de veirre et de chrystal, fait boire les gens en dépit qu’on en ait. On boit un navire de vin, une gondole, on avale une pyramide d’hypocres, un clocher, un tonneau, un oyseau, une baleine, un lion, toute sorte de bestes potables et non potables ! Le vin se sent tout étonné, prenant tant de figures, voire tant de couleurs ; car, dans les verres jaunes, le vin clairet s’y fait tout or et le blanc se teint d’écarlate dans un verre rouge. Ne fait-il pas beau voir avaler un grand trait d’escarlate, d’or, de lait ou d’azur4 ! »

  • 5 Sanuto, 1879-I.

2Dès 1496, les carnets de Marino Sanuto attestent d’ailleurs que « Murano où l’on fait les verres » est « parmi les choses notables que l’on montre aux seigneurs (de passage) à Venise5 ». Les visites de souverains ou de personnalités s’y multiplient, depuis la Reine de France en 1502 jusque Henri III de retour de Pologne en 1574. Voilà qui favorise la connaissance et l’information sur les productions de Murano, établit le prestige de ses verriers, contribue à la réputation de Venise et active le commerce : manifestement, les nouveautés satisfont une demande en expansion.

3Essor de la consommation et innovations techniques sont liés : la demande « crée » le produit, les renouvellements de l’offre développent la consommation en un processus cumulatif souvent décrit pour l’époque contemporaine, mais beaucoup plus complexe à mettre en évidence, et à démontrer, pour les périodes anciennes. La vaste question des consommations des objets de verre et de leurs évolutions à l’époque moderne mérite d’être posée, ne serait-ce que parce que le succès des projets migratoires des verriers repose sur les attentes des publics qu’ils s’ingénient à satisfaire. Mais ouvrir le dossier revient souvent à dresser un inventaire des questions encore sans réponses. Deux problèmes au moins doivent être abordés : quelle est la définition et le statut de ces objets de verre sous l’Ancien Régime ? Verres artistiques ? Verres de luxe ? Verres courants ? Comment se jouent les partitions et évoluent les consommations de ces objets au cours de la période ? Questions d’autant plus complexes que le domaine du verre est vaste : il regroupe des fabrications multiples que l’on a coutume de distinguer entre verre plat – fenêtres, mais aussi miroirs – et verre creux – verres à boire, vaisselle en général, bouteilles, menus objets décoratifs. Ces différenciations opèrent des distinctions entre techniques et objets, mais ne disent rien de ce qui est de luxe ou de ce qui ne l’est pas, et encore moins de ce qui pourrait être « artistique ». Ce n’est donc pas du côté de ces grandes partitions techniques que l’on peut rechercher des frontières opérantes entre le luxe et l’ordinaire. De plus, la production verrière européenne dans son ensemble ne comporte pas, à l’époque moderne, de marques de fabrique, de labels de qualité, de règlements de fabrication, comme on l’a vu dans le chapitre précédent à propos de Venise. Les pistes sont donc brouillées pour savoir ce qui est luxe ou pas, artistique ou pas, d’autant que ces catégories elles-mêmes méritent discussion.

Verres artistiques, verres de luxe, verres communs : le statut des objets de verre

Verres « artistiques », une notion problématique

  • 6 macCray, 1999.
  • 7 Voir notamment Tait, 1979, Page (dir), 2004, en passant par Baumgartner (dir.), 2003, etc.

4Les historiens d’art ont forgé, essentiellement à partir du XIXe siècle, la notion de « verre artistique » et certains historiens de l’économie, dont Patrick Mac Cray, ont établi une correspondance entre « verres artistiques » et « verres de luxe6 ». Que recouvre cette catégorie et en quoi mérite-t-elle ou non d’être retenue ? Elle sert essentiellement à désigner, dans la production occidentale, les verres les plus soignés qui ont rejoint les collections privées et les vitrines des musées. Au sein de cet ensemble, les verres creux de Venise occupent une place de choix grâce à l’ensemble des innovations rappelées au chapitre précédent. Incontestablement, les verriers vénitiens sont à la tête de la production européenne des verres « de qualité » jusqu’à la fin du XVIIe siècle : ce sont ces objets en verre qui ont suscité un intérêt renouvelé au XIXe siècle et ont été dès lors dénommés « verres artistiques ». C’est à cette production que la plupart des historiens vénitiens ou étudiant le verre vénitien se sont intéressés, c’est à elle encore qu’ont été consacrées les expositions des différents musées qui en possèdent7.

  • 8 Sur la complexité de la définition et sur la nécessité de considérer l’ensemble d’un champ en voie (...)
  • 9 De Benedictis, 1991.
  • 10 Pour l’aire germanique, cf. de Benedictis, 1991, p. 62-3. Pour le collectionnisme « scientifique » (...)
  • 11 De Benedictis, 1991, p. 36-7 et 64-67.

5Or, cette catégorie pose beaucoup plus de problèmes qu’elle n’en résout. En effet, qu’est-ce que le champ de l’art au XVIe et XVIIe siècle8 ? Vaste problème dont on discute toujours. Peut-on y trouver des verres et des verriers ? Aucune étude précise n’a été menée et aucune indication en ce sens n’est vraiment disponible. Quel statut avaient les séries de verre dont disposaient par exemple les Médicis, Ferdinand II ou le roi du Danemark ? Considéraient-ils les verres qui s’y trouvaient au même titre que les tableaux qu’ils collectionnaient également ? Ces questions essentielles n’ont pas été vraiment posées. Sans prétendre les résoudre, on peut lancer des hypothèses. À considérer le contenu des collections italiennes des XVe et XVIe siècles analysées et publiées par Cristina de Benedictis, les verres modernes de Venise ne semblent jamais figurer dans les collections qui se constituent alors9. La seule exception est peut-être la collection privée de Francesco I de Médicis avant 1587. Mais sa collection est justement le premier exemple de « décoration de cour qui s’inspire d’un programme culturel différent de celui des thèmes humanistes », en ce qu’il s’agit « d’illustrer les effets du génie et de l’art appliqués aux éléments de la nature ». Pour cela, cette collection a une orientation « encyclopédique conçue comme un précieux catalogue qui tend à reproduire l’ordre cosmique », de façon sans doute plus comparable à ce qui se trouve dans l’aire germanique que dans les autres collections italiennes10. En cohérence avec ce programme, un four verrier est peint par Butteri dans le studiolo du prince, sur le modèle sans doute de celui qui fonctionne effectivement dans la fonderia du Palazzo Vecchio qui sert en partie à fournir la Cour11.

  • 12 Stiaffini, 1999, p. 151-186. Pour la Cour de Mantoue, voir Malacarne, 2000, notamment p. 51 et sui (...)
  • 13 Gaban-Van Donge, 2004, reproduit p. 196 un traité de Gerard De Lairesse, Groot Schilderboek, paru (...)
  • 14 Stiaffini, 1999, p. 175 ; Malacarne, 2000, p. 60, cite le banquet de noces entre Margherita Farnes (...)
  • 15 Les verres « vexatoires » sont ceux qui rendent difficile le fait de boire et peuvent, par exemple (...)
  • 16 Stiaffini, 1999, p. 175 ; sur le don, voir notamment Mauss, 1990 ; Zemon Davies, 2000, Kettering, (...)

6S’ils ne figurent qu’exceptionnellement dans les collections italiennes, et s’ils peuvent être collectionnés dans le nord de l’Europe comme représentants de la diversité de l’ingéniosité humaine, ces verres sont surtout utilisés dans le cadre du nouvel art de la table et dans la pratique de banquets de plus en plus formalisés, si ce n’est ritualisés. Comme le rappelle fort justement Daniela Stiaffini, le XVIe siècle voit en effet la naissance de la ritualité de l’acte de boire au cours de banquets qui sont d’abord l’occasion de l’ostentation et de la mise en valeur du maître de maison, qu’il soit prince ou grand patricien12. Ce rituel se développe grâce à de nouveaux intermédiaires : le serviteur qui, sur la demande du convive, va prendre un verre sur la crédence, le remplit, le lui porte muni de sa soucoupe et le repose enfin sur la crédence qui significativement s’appelle mostra. Les manières de bien tenir le verre se développent dans le cadre des manières de table13. Cela charge le verre de grandes significations : « De verre à boire, il devient symbole à exhiber durant les banquets de cour14. » Il n’est plus seulement un objet utilitaire mais un bien à montrer et éventuellement à offrir, une occasion aussi de divertissement : d’où le développement de « verres à caprices », verres « vexatoires », verres « excentriques », et autres scherzi di cristallo15. Les Médicis, après la Sérénissime, utilisent d’ailleurs ces précieux calices comme instrument de leur politique et de leur diplomatie et en font des objets de dons16.

  • 17 Stiaffini, 1999, p. 161. Dans le domaine des vitraux, il en est ainsi depuis longtemps, cf. Lagabr (...)
  • 18 Stiaffini, 1999, p. 166-171.
  • 19 Heimkap, 1986, Page, 2004, p. 9-11. Dès 1549, l’ambassadeur de Côme Ier indique qu’il a passé comm (...)
  • 20 Heikamp 1986 a fait une étude très approfondie, malheureusement pour moi en allemand, de tous ces (...)

7De fait, la cour de Florence fait appel à certains « artistes » comme Buontalenti pour proposer des modèles que les verriers mettent ensuite en œuvre17. C’est également pour la Cour toscane que Giovanni Moggi, peintre romain (1566-1618), compose dès 1604, une bicchierografia en quatre tomes de plus de mille six cents formes de verres à boire18. Cette tendance se développe au XVIIe siècle quand le peintre véronais Iacopo Liguozzi produit, en 1617, à la demande de Côme II, un premier album de dessins de verres à boire destinés à la cour toscane dont les formes rompent avec la tradition désormais ancrée de la façon de Venise. On pourrait encore citer Jacques Callot, Baccio del Bianco, Stefano Della Bella19, qui ne sont que les plus connus des nombreux « artistes », parfois anonymes d’ailleurs, auxquels la Cour toscane fait appel pour dessiner ses verres20.

  • 21 On trouve un phénomène identique dans le secteur de la soie dans lequel « Venise fait appel à ses (...)
  • 22 Zechin, I, p. 235-6 : Giovanni da Udine fournit également des modèles à Domenico Ballarin.
  • 23 Page, 2004b, fait remarquer que l’entrepreneur de la verrerie de Hall présente son investissement (...)

8Un phénomène comparable existe à Venise dès le XVIe siècle où certains peintres reconnus et renommés ne dédaignent pas de travailler avec les verriers de Murano21. Ainsi Giovanni da Udine, élève de Raphaël, fournit à la boutique La Serena des modèles de verres copiés de l’Antiquité ; Pietro Aretino fait de même et le succès de ces verres est tel qu’on les dénomme aretini22… Les « verres d’exhibition », les fontaines de tables ou les « triomphes de table » qui furent réalisés à partir de ces dessins furent-ils considérés comme des objets d’art ? Des objets de l’art sans aucun doute, mais dans le sens artisanal qu’avait encore ce terme23.

  • 24 Voir notamment les réflexions de Burke, 1991, ou de Butters, 2003.
  • 25 Page, 2004a, p. 10, Syson, Thornton, 2001, p. 183-184.
  • 26 Il est vrai qu’un verre émaillé du Moyen Âge porte le nom de son auteur, Aldovrandino, mais le fai (...)
  • 27 C’est la dénomination que l’on trouve dans les privilèges qui sont accordés à certains verriers it (...)
  • 28 North, 1997.

9Il est par contre presque certain qu’aucun verrier ne fut considéré comme « artiste » au XVIe siècle, même si le sens actuel du mot est encore loin alors d’être acquis en Italie24. Il est tout à fait symptomatique qu’au XVe siècle, les producteurs et les peintres des verres émaillés semblent partager une même condition d’anonymat relatif : un maître verrier peut être temporairement plus renommé qu’un autre, un peintre sur verre plus estimé, mais aucun ne donne son nom à sa production. Au XVIe siècle, les choses ont évolué : si certains peintres reconnus et renommés élaborent des modèles de verres, les verriers ne sont plus que les habiles exécutants de ces projets élaborés sans eux (à tel point d’ailleurs que certains verres de Moggi semblent irréalisables). S’il faut leur fournir des modèles, c’est justement parce qu’ils sont alors considérés comme « poveri d’invencione », ayant donc besoin du génie d’autres « artistes25 ». De fait, aucun verrier ne semble avoir donné son nom à un type de production et, en Italie, aucun ne signe ses réalisations26. Certes, en France notamment, certains peuvent être reconnus maîtres « es art et science de verrerie27 », comme d’autres sont « maîtres es art et science de peinture ». Ils peuvent aussi partager les mêmes corporations que les peintres, comme c’est le cas dans celles de Saint Luc aux Provinces-Unies28. Ils sont artisti, au sens où l’art est celui de tout artisan, mais ils ne semblent pas réussir à s’insérer dans ce nouveau champ « artistique », aux limites encore très floues, qui se définit alors progressivement.

  • 29 Mancini, 2000, p. 25-39 ; ce point mériterait approfondissement, notamment par comparaison avec ce (...)
  • 30 Cf. Vasari, Cellini, Varchi cités notamment par Mancini, 2000, p. 28. Il est vrai que, par ailleur (...)
  • 31 La description du spectacle donné par les verriers de Murano lors du passage d’Henri III est tout (...)
  • 32 D’ailleurs, même si les potiers de Faïence signent leur production, très peu accèdent par ce biais (...)

10C’est peut-être qu’en cette période décisive où se jouent les partitions entre artisans et artistes, les verriers restent ancrés dans le monde de la matière, de la fatigue corporelle et de la manualité, sans pouvoir accéder à ce rang envié des arts nobles où le génie et l’intellect dominent la matière et s’élèvent à un statut socialement reconnu où peut prendre forme la reconnaissance individuelle29. À une époque où les artisans sont de plus en plus décrits par ceux qui s’intéressent à leurs pratiques comme routiniers et sans capacité théorique, selon des topoi repris de l’Antiquité30, les verriers restent d’habiles manœuvres de la matière ; des hommes curieux dont le spectacle met en scène à la fois le combat de l’homme contre la nature et l’existence d’une humanité étrange qui exerce la fascination de l’altérité et semble renvoyer au destin primitif de l’homme maîtrisant le feu31. Si l’on admire leurs œuvres, on n’est pas forcément prêt à reconnaître leurs personnes32. Ainsi restent-ils largement dans l’anonymat.

11La catégorie « verre artistique » est donc une catégorie entièrement réifiée dont la signification est douteuse et la classification problématique. En effet, non seulement il n’est pas prouvé que les verres directement issus de la conception d’artistes reconnus comme tels à l’époque aient été alors considérés eux-mêmes comme « artistiques », mais ils ne constituent en tout état de cause qu’une infime partie de la production aujourd’hui reconnue comme « artistique ». Or, affirmer que ce qui est considéré comme « artistique » aujourd’hui l’était autrefois devrait constituer le terme de la recherche plutôt que son présupposé initial. La valeur heuristique de cette catégorie est donc faible, d’autant plus si l’on identifie, comme le fait Mac Cray, « verres artistiques » et « verres de luxe ».

Verres de luxe

  • 33 MacCray, 1999a.

12Patrick MacCray a en effet proposé d’inclure les verres « artistiques » vénitiens dans la liste des objets de luxe dont la demande augmenterait de façon importante à la Renaissance. Se situant dans la lignée des travaux de Richard Goldthwaite, il insiste sur le rôle primordial des évolutions de la demande sociale dans les changements techniques de la Renaissance italienne33. Il reprend l’idée que la Renaissance est caractérisée par l’apparition d’un premier consumérisme favorisé par la richesse accrue de couches plus larges de la population italienne, ce qui provoque l’augmentation de la demande de produits de luxe : peintures notamment, mais aussi beaucoup d’autres objets en matières précieuses – orfèvrerie, ivoire, pierres précieuses, etc. –, mais pas seulement – depuis les vêtements jusqu’aux céramiques. Ces dernières, spécialement étudiées par Golthwaite, possèdent de nombreuses similitudes avec les objets de verre : innovations techniques croissantes à partir du XVe siècle, matériaux peu chers, nouveaux types de production, essentiellement liés à l’art de la table, multiplication des centres de production. Golthwaite écrit :

  • 34 Goldthwaite, 1989, p. 17. Je ne cite pas ici les très nombreux travaux consacrés aux céramiques, v (...)

« Une des explications possibles de la croissance de la demande pour la maiolica doit être la montée d’une classe moyenne qui veut manger dans quelque chose d’un peu mieux que des plats de bois et de poterie crue, mais ne peut s’offrir une vaisselle d’or et d’argent34. »

  • 35 MacCray, 1999a, p. 72-73.

13Suivant cette perspective, MacCray tente de démontrer que les verres artistiques font l’objet d’un engouement comparable de la part des mêmes secteurs sociaux35. Objets d’un luxe accessible, liés aux renouvellements de l’art de la table et des civilités, le stimulus de la demande aurait été décisif pour développer un processus innovateur dont les retours positifs augmentent les effets.

  • 36 Comme l’on sait, cette direction de recherche s’est développée dans tous les pays européens, spéci (...)
  • 37 Là encore, la littérature consacrée à la définition du luxe et son évolution est très abondante. O (...)
  • 38 MacCray, 1999, p. 67.

14Cette hypothèse a le mérite de prendre en compte les enquêtes les plus récentes sur le rôle de la demande à l’époque préindustrielle, sur l’usage social des objets et sur les débuts de la « société de consommation36 ». Elle pose néanmoins un certain nombre de problèmes. Mac Cray indique clairement qu’il ne s’intéresse qu’aux objets de verre « artistique », les seuls qui lui semblent répondre à la qualification d’objets de luxe. Mais il sent bien lui-même que la définition pose problème puisqu’il explore au cours de son ouvrage d’autres définitions des objets de luxe qui toutes font question37. Ainsi, définit-il les biens de luxe comme ceux qui associent le caractère coûteux des matières premières à l’importance du savoir-faire qui les met en œuvre38 : mais les objets de verre ne répondent qu’à la seconde partie de la définition. C’est d’ailleurs ce qui les différencie des objets luxueux en métaux précieux, qui sont toujours remonétarisables, ou des bijoux contenant métaux et pierres précieuses, ou même des draps, dont la matière première peut atteindre et dépasser 50 % du coût de revient. Ce n’est pas le cas des objets de verre dont la valeur, une fois cassés, disparaît, à tel point qu’ils sont justement considérés comme des symboles de la fragilité de la richesse et de la vie humaine. MacCray considère également que les biens de luxe ont comme principales attributions la restriction à une élite par le prix ou par la loi, la complexité de l’acquisition, la régulation par la mode, et la capacité à fournir des messages complexes. Mais aucune loi somptuaire ne semble jamais s’être intéressée aux objets de verre, le prix en est modique par rapport aux biens en métaux et pierres précieuses notamment, l’acquisition n’en est pas très compliquée. Au fond, il ne reste plus que la régulation par la mode et la capacité à fournir des messages complexes qui demeurent peut-être valides, la première étant d’ailleurs encore à démontrer. Le problème de toutes ces définitions est qu’elles sont atemporelles et font appel à des catégories étrangères à celles des différents acteurs de l’époque. Il faut donc reprendre différemment la question.

  • 39 Cité par Lex, 1900.
  • 40 En 1596-1598, cf. Schuermans, L. 11, p. 67.
  • 41 Cité par Houdoy, 1873, p. 47.

15Le premier problème est de définir le type de demande des objets en verre dans leur ensemble. Or, si l’on reprend l’opposition simple entre produits de luxe et produits nécessaires à la survie que l’on retrouve fréquemment dans les argumentaires de l’époque, nul doute que tous les objets de verre soient placés dans la première catégorie. Non seulement la catégorie « verres artistiques » n’apparaît jamais, mais aux yeux des contemporains du XVIe siècle comme du XVIIe siècle, le verre, dans son ensemble, est un luxe dont « le peuple » peut se passer : « ouvrage de volupté et de plaisir seulement, sans aucune nécessité39 » disent les échevins de Mâcon en 1583, ceux de Nantes quelques années plus tard40, il est vrai tous intéressés à refuser ou à expulser les nouvelles verreries de leurs villes respectives. Mais on pourrait multiplier les affirmations de ce genre, de provenance très variées. Ainsi en 1607, les archiducs des Pays-Bas affirment que le verre « n’est pas une matière requise et nécessaire à la sustentasion (sic) du peuple41 », une affirmation que les magistrats de Turin reprennent à leur compte et justifient ainsi en 1679 :

  • 42 AST, Materie economiche, IV, M. 12.

« Il n’y a pas de doute que l’utilité publique ne doive s’opposer au privé mais lors de l’examen de deux propositions de bien public, la considération de celle qui joint la nécessité à l’utilité prévaudra toujours, et l’on doit avoir une attention particulière pour ces biens dont les sujets, particulièrement les pauvres, ne peuvent se passer… plutôt que pour ceux auxquels ils peuvent répondre d’une autre façon comme ceux de verre42. »

  • 43 Notamment à l’article « privilège » : « des choses de luxe et non d’absolue nécessité ».

16C’est d’ailleurs toujours l’avis de l’Encyclopédie au XVIIIe siècle43. Qu’il s’agisse des beaux verres de table vénitiens ou des gobelets communs, des miroirs ou des verres à vitres, tous font partie de la catégorie des objets luxueux.

Luxe et ostentation

  • 44 L’affirmation de Lipovetsky, 2003, p. 15, selon laquelle l’époque contemporaine serait caractérisé (...)
  • 45 Grenier, 1996, chap. xi.
  • 46 Elias, 1974.

17Il y a cependant luxe et luxe, aujourd’hui comme hier44. Entre la timbale, qui n’est pas même prisée dans les inventaires, et les splendides fontaines qui ornent les tables curiales, se déclinent tous les échelons de la distinction. C’est donc peut-être en introduisant la catégorie de l’ostentation bien mise en valeur par Jean-Yves Grenier dans son ouvrage sur l’économie d’Ancien Régime, que l’on peut effectuer des partages plus opératoires45. Si le luxe comprend toutes les consommations non indispensables à la survie qui marquent les différences sociales, l’ostentation est fondamentalement liée au regard d’autrui et à la dimension collective. Elle n’est pas seulement liée à la dépense des plus grands, soucieux d’affirmer par ce biais leur place dans la société de cour46, mais peut désormais se trouver à presque tous les échelons sociaux. C’est pour cette raison que Grenier prend la viande comme exemple de la consommation de luxe alors que le vêtement est pour lui le prototype de l’ostentation :

  • 47 Grenier, 1996, p. 301. On note par conséquent que ce n’est pas le prix en soit qui est un indice d (...)

« Il est un bien de distinction privilégié pour une économie pauvre : il peut être peu coûteux, ce qui rend l’ostentation accessible à beaucoup et aisément renouvelable… il joint l’utile au démonstratif47. »

  • 48 Grenier, 1996, p. 301.
  • 49 Cf. par exemple Michel de Montaigne, rééd. 1998.
  • 50 Stiaffini, 1999, p. 159-60.

18Dans quelle catégorie placer les objets de verre ? Grenier situe la vaisselle ouvrée dans la liste des consommations de luxe48. Or, il me semble qu’exhiber un service de table en verre de Murano, ou simplement boire dans des verres individuels de verre et non dans des pots communs de terre, est bien, encore au XVIIe siècle (voire au XVIIIe siècle ?), un signe d’ostentation, de la même façon que peut l’être le vitrage des fenêtres dans de nombreuses régions européennes, au moins jusqu’au XVIe siècle, voire au XVIIe siècle49, en cela analogue à la décoration de son intérieur par des miroirs : l’extérieur comme l’intérieur de la maison n’échappe pas au regard d’autrui, spécialement sous l’Ancien Régime. Si les verres de Venise (ou façon de Venise) prennent place sur les crédences, ce n’est pas avant tout pour des raisons fonctionnelles mais bien pour « la publicisation auprès des convives de la richesse du maître de maison », en liaison avec ce nouvel art de la table à peine évoqué50.

19Mais il est également possible que le statut de ces objets change entre XVIe siècle et XVIIIe siècle, sous l’influence de leur progressive banalisation, liée sans aucun doute à l’augmentation des marchés de consommation.

Objets de verre et « révolution de la consommation »

  • 51 Pour une mise au point sur ce thème, Brown, 1989, Franceschi, Molà, 2005 ; Arnoux, 2007. Voir égal (...)
  • 52 Outre Goldthwaite, MacCray cite également Douglas et Isherwood, 1979, Mintz, 1985, Brewer et Porte (...)
  • 53 Origo, 1984, p. 224-243.
  • 54 MacCray, 1999, p. 77, citant Heikamp, 1986, p. 347-348 ; pour d’autres familles florentines, notam (...)
  • 55 Et pas forcément de leur ralliement à des valeurs ascétiques, comme le dit MacCray, 1999, p. 68.

20Voici donc la question essentielle : les objets de verre ont-ils été l’un des vecteurs de cette « révolution de la consommation » que certains n’hésitent pas à faire remonter au XVIe, voire au XVe siècle51 ? C’est le point de vue de Patrick Mac Cray après celui de Richard Goldthwaite52. Mais ses arguments pour prouver qu’il existe bien une hausse de la consommation des objets en verre artistique en liaison avec le développement urbain et le changement des standards de consommation se fondent sur une documentation raréfiée : sans céder à la magie du chiffre et de la quantification, il paraît difficile de parler d’une consommation de masse en citant tout au plus une dizaine d’exemples. Or, en dehors des témoignages littéraires, MacCray se fonde essentiellement sur la différence entre l’inventaire des possessions de la maison Francesco Datini en 1407, vaste demeure où les meubles sont rares, la vaisselle de verre insignifiante et où seul un verre de Damas fait décor53, et quelques inventaires du XVIe siècle dont ceux d’Isabella d’Este, grande amatrice de verre vénitien, ou encore des Médicis qui, en 1587, possèdent des centaines de pièces de verres fins54. Hors d’Italie, l’inventaire des biens du Comte de Altamira, ceux de Philippe II en 1564 ou de Frédérique de Danemark sont mis à contribution pour prouver la multiplication des objets de verre dans les intérieurs. En dehors du faible nombre de ces témoignages, c’est aussi leur inadéquation à la démonstration qui fait problème : en effet, si ces inventaires prouvent bien l’attirance curiale pour ces objets55 et montrent que la consommation des objets est désormais au centre de l’ostentation des plus riches, ils ne disent rien d’une révolution de la consommation survenue dans les « classes moyennes » italiennes. Il faut donc reprendre en partie le dossier.

21L’étude d’Isabella Palumbo-Fossati centrée sur les maisons d’artisans et d’artistes dans la Venise du XVIe siècle s’écarte nettement du modèle de Patrick MacCray : dans la capitale de la production verrière, les maisons des artisans ne possèdent que très peu d’objets de verre, une lampe ici, un ou deux vases là, une coupe ailleurs. Palumbo-Fossati en conclut que la majeure partie de la production était destinée à l’exportation et que :

  • 56 Palumba-Fossati, 1984, p. 109-153, p. 123-124 ; il faut cependant noter, à propos des exportations (...)

« La fragilité de ce matériel fait qu’il ne se trouve que rarement dans un milieu populaire et marchand. C’est seulement dans la demeure patricienne, même si elle n’est pas particulièrement riche, mais dans laquelle existe une plus grande préoccupation vis-à-vis de l’ornementation, que le verre artistique de Murano est souvent mentionné56. »

22MacCray propose une autre interprétation de ces inventaires qui révèleraient que les artistes et artisans vénitiens,

  • 57 MacCray, 1999, p. 78.

« bien qu’ils ne doivent pas acheter de vaisselle en cristal de roche ou en jaspe, peuvent aspirer à l’une des répliques en verre de ces matériaux. Bien que certainement pas du même niveau de grandeur, ces inventaires suggèrent que le bien-être était distribué de telle façon que la majeure partie de la société de la Renaissance commençait à participer aux activités de consommation et à la recherche de biens plus fins57 ».

23Difficile de trancher entre deux interprétations aussi différentes. Cependant, une série d’indices montrent que ces verres sont d’abord objets d’ostentation pour les cours et les aristocraties. En 1587, William Harrisson note l’évolution des usages en Angleterre. Il suggère que ce sont ceux qui buvaient autrefois dans l’or ou l’argent qui choisissent maintenant les verres de Venise :

  • 58 Harrisson, rééd. 1968, p. 128; Willmott, 2002, p. 196. Aussi cité par Charleston, 1984, p. 50, rep (...)

« C’est un monde de voir de nos jours, où l’or et l’argent abondent, que notre noblesse a quitté ces métaux (à cause de leur abondance) et choisit maintenant les verres de Venise, pour le vin comme pour la bière, plutôt que ces métaux ou pierres dans lesquels nous avons été habitués à boire jusque maintenant58. »

  • 59 Willmott, 1997, p. 187-188 et Idem, 2002, p. 196. L’utilisation du verre dans les tableaux de vani (...)

24Dans ce cas, les verres de Venise ne seraient pas un luxe accessible aux moins riches, mais au contraire d’abord une ostentation des plus riches. Isabella Palumbo-Fossati comme Hugh Willmott insistent tous les deux sur la fragilité intrinsèque du matériau qui rend sa manipulation d’autant plus délicate que tout bris est irrémédiable et entraîne la destruction pure et simple de la valeur de l’objet, symbole, on l’a dit, de la vanitas de la richesse et de l’existence humaine et pour cela systématiquement utilisé dans les tableaux de Vanités du XVIIe siècle59.

  • 60 De Vries, 1993, p. 85-132.

25Cette divergence des interprétations ne pourra être résolue que par la multiplication des études où les stocks dénombrés par les inventaires soient mesurés autant que les flux d’achat et de renouvellement saisis à travers le dépouillement des livres de comptes, journaux, inventaires de boutiques, etc.60. La rareté de ce type de sources pour les périodes anciennes et pour les catégories sociales concernées est sans conteste un obstacle de taille. Néanmoins, certains indices, certes encore bien épars et qualitatifs, sur l’évolution des consommations d’un certain nombre d’objets de verre à l’époque moderne peuvent être recueillis.

  • 61 Page (dir.), 2004.
  • 62 Page, 2004a, p. 16-17.
  • 63 Page, 2004b, p. 25-28, Domenech, 2004, p. 88-89, Gaban-Van Dongen, 2004, p. 97 et suiv., Willmott,(...)

26En l’absence d’analyse systématique de ce poste dans les inventaires après décès, il est très rare de posséder des témoignages sur la consommation des verres de table, et sur les verres de Venise ou façon de Venise en particulier. Des éléments intéressants ont été regroupés dans l’ouvrage Beyond Venice dirigé par Anne-Judith Page61. Partout en Europe, la possession de ces verres semble d’abord une prérogative aristocratique. Mais on les trouve de plus en plus, à partir du XVIe siècle et surtout du XVIIe siècle, dans des milieux sociaux plus variés : chez la bourgeoisie urbaine, offerts, par exemple, à l’occasion du mariage ; chez le clergé, bien que leur utilisation dans le service liturgique ait été interdite par Rome à cause de la fragilité du matériau62 ; dans les corporations, comme instruments du « boire ensemble » si prégnant dans les rituels corporatifs ; chez les marchands, utilisés semble-t-il lors de la signature des contrats, ou comme signes d’ostentation dans les repas d’affaires et d’amitié ; dans les auberges aussi, où les verres de formes variées et divertissantes deviennent un élément important de réputation63. Le XVIIe siècle semble celui de la progressive « popularisation » de la consommation des verres sur les tables urbaines : des verres de Venise ou façon de Venise pour les plus aisés, des verres « communs » de plus en plus réalisés à la ressemblance de ceux de Venise.

27Devant la rareté des témoignages quantitatifs, l’évaluation de la consommation moyenne d’une famille « de médiocre aisance citadine », effectuée à Turin en 1679, est sans doute trop isolée pour faire sens. Mais elle constitue néanmoins un indice précieux du développement de ce type de consommation :

« Dans une maison de famille numériquement médiocre et médiocrement réglée, on n’achète pas plus de douze carafes ou amolins par an, qui s’achètent au poids et en prenant la moitié de grandes et l’autre moitié de moyennes, elles peuvent peser à peu près quinze livres… la même famille […] achète trois ou quatre douzaines de verres. »

  • 64 AST, Materie economiche, IV, M. 12.
  • 65 Encore faudrait-il pouvoir en préciser et en différencier les usages, car s’il semble que parmi le (...)
  • 66 De Lairesse, 1707, cité par Gaban-Van Dongen, 2004, p. 196-7, cité note 12.

28Cette consommation s’arrête d’ailleurs à ce degré de richesse citadine, car, poursuit cet expert, « parmi les pauvres, y compris les habitants de la campagne, peu adoptent le verre et presque tous des vases ou des coupes de terre et de bois64 ». Mais une douzaine de carafes, trois ou quatre douzaines de verres par an, ce n’est pas si mal, c’est même beaucoup. Le chiffre relativement élevé des objets révèle à la fois un renouvellement relativement important, sans doute rendu possible par les prix modérés de ce genre de biens, et l’acclimatation de la vaisselle de verre sur les tables et dans les intérieurs urbains65 : l’usage des verres à boire en verre fait bien partie du processus global de civilisation des mœurs, d’attention accrue aux objets, de contrôle des mouvements. Des manuels indiquent, au début du XVIIIe siècle, les différentes façons de tenir son verre. La place des doigts est évidemment une marque de distinction66.

  • 67 C’est déjà ce que notait Havard, 1894, t. IV, p. 1559-60 ; cf. aussi Fossati, Mannoni, 1975, p. 12 (...)

29Cependant, cette acclimatation n’a peut-être pas attendu le XVIe siècle pour s’opérer. De fait, certains travaux ont depuis longtemps noté que la multiplication des verreries forestières dès le Moyen Âge pouvait faire supposer une consommation des objets de verre beaucoup plus répandue qu’on ne l’imagine encore souvent67. Dès le XIVe siècle, le succès des gambassini, ces verres de tables tronconiques soufflés dans des moules initialement produits à Gambassi en Toscane, est avant tout lié à une production de relativement grande quantité, bas prix, fondée sur une codification des gestes productifs et une standardisation du produit. Un phénomène qui ne dût pas exister qu’en Italie puisque Bernard Palissy rappelle le triste cas du verre au XVIe siècle, exemple parmi d’autres d’une « gentille invention » désormais méprisée pour être devenue trop commune :

  • 68 Palissy, 1844, reprint, p. 307.

« Je te prie, considère un peu les verres, lesquels pour avoir esté trop communs entre les hommes sont devenuz à un prix si vil que la plus part de ceux qui les font vivent plus méchaniquement que ne font les crocheteurs de Paris. […] N’est-ce pas un malheur advenu aux verriers des pays de Périgord, Limousin, Xaintonge, Angoulmois, Gascogne, Béarn et Bigorre ? auxquels pays les verres sont méchanisez en telle sorte qu’ils sont vendus et criez par les villages, par ceux mesmes qui crient les vieux drapeaux et la vieille féraille, tellement que ceux qui les font et ceux qui les vendent travaillent beaucoup à vivre68. »

  • 69 Elle devient en effet alors « a prestigious luxuary product – something quite different from commo (...)
  • 70 McKendrick, Brewer, Plumb, 1982, p. 1-9. Cf. aussi Andrews, 1977, IV, p. 162-189 : commentant le r (...)

30Ce témoignage semble indiquer l’absence de tout caractère ostentatoire de la vaisselle de verre avant le XVIe siècle. C’est peut-être seulement par le biais des innovations vénitiennes que certains objets de verre creux ont quitté le domaine du simple luxe pour accéder à celui de l’ostentation, d’une façon encore une fois assez comparable à ce qui s’est passé au même moment dans le secteur de la maiolica peinte69. Le schéma d’une « révolution de la consommation » s’en trouve ainsi quelque peu compliqué, et celui d’une évolution linéaire de la classification des objets également. Encore faut-il résister au risque de recul indéfini dans le temps de la fameuse « révolution » de la consommation dont de multiples « fausses naissances » ont trop souvent été repérées par les historiens70. Autant dire que rien n’est simple.

  • 71 Les lunettes se développent dès le Moyen Âge et supposent d’ailleurs un verre incolore et vraiment (...)
  • 72 Palumbo-Fossati, 1984, p. 142, p. 149 : « Le miroir est une présence relativement neuve de la mais (...)

31D’autres indices permettent d’entrevoir une consommation accrue d’autres objets en verre à partir du XVIe siècle71. Sans parler des lunettes ou des bouteilles, Palumbo-Fossati note, dans la Venise du XVIe siècle, la généralisation des vitres à fenêtres et la présence d’assez nombreux miroirs dans les intérieurs des artisans de la Sérénissime72. Or, ces deux objets sont passés, dans toute l’Europe occidentale, du statut d’ostentation à celui de « choses banales » au cours de la période moderne.

  • 73 Chez les miroitiers parisiens, le prix d’un miroir en cristallin de Venise est de 2 livres 5 sous (...)
  • 74 Melchior-Bonnet, 1994 pour ce qui suit.
  • 75 Melchior-Bonnet, 2000, p. 142-3 ; Corrozet indique qu’ils doit être de bonne grandeur, sur pied or (...)
  • 76 Le Chanu, 1985, cité par Melchior-Bonnet, 1994.
  • 77 Sennequier (dir.), 2000, p. 143.
  • 78 Haudicquer de Blancourt, 1718, L. 12, p. 233 (rééd. 1961).
  • 79 Roche, 1981, p. 155 ; la généralisation est plus lente en province et encore plus dans les campagn (...)

32Le cas des miroirs est relativement bien connu. Une fois mis au point, les miroirs de Venise restent, au XVIe siècle, objets d’ostentation : ils sont d’ailleurs à cette époque décidément plus chers que leurs concurrents malheureux de Lorraine73 et que ceux de métal ordinaire vendus par les colporteurs74. Le cabinet de miroir de la reine de France Catherine de Médicis, garni de 119 miroirs de Venise, est bien le faste d’une reine, même si, dès 1539, Gilles Corrozet consacrait à cet objet un blason dans sa « Décoration d’une maison honnête75 ». Les inventaires après décès parisiens permettent de saisir l’évolution de cette consommation en dehors de la Cour76. Jusqu’au début du XVIIe siècle, leur diffusion reste très limitée : 37 inventaires sur 248, échelonnés entre 1581 et 1622, contiennent des miroirs dont seuls 9 viennent de Venise, le reste étant encore d’airain. Pour en acquérir, il faut s’adresser à des merciers « haut de gamme », spécialisés en objets précieux. La répartition sociale de ces objets montre que « la présence du miroir n’est pas directement liée aux ressources du foyer mais plutôt à une vie de représentation au contact de la Cour ». La noblesse pourtant s’en passe, « comme si son identité n’avait pas besoin d’être soulignée par la construction du paraître » : le miroir est d’abord un outil d’adaptation et de mimétisme au service de ceux qui veulent l’imiter, à défaut de l’égaler77. Par contre, après 1650, le miroir se rencontre désormais dans deux inventaires parisiens sur trois et il prend souvent dans les demeures la place du tableau. Haudicquer de Blancourt affirme à la fin du siècle que « ce précieux miracle est aujourd’hui entre les mains des grands et des petits78 ». Au XVIIIe siècle, il est en tout cas dans presque toutes les maisons parisiennes79.

  • 80 Voir les discussions de la session 25 organisée par Ciriacono, North, Ormrod, lors du congrès d’hi (...)
  • 81 Peut-être est-ce dû, en France, à la création de la manufacture royale et à l’adoption du procédé (...)
  • 82 Trivellato, 2000.
  • 83 Réflexions in Melchior-Bonnet, 2000.

33Mais s’agit-il du même objet ? Bien sûr que non : entre les miroirs des maisons d’artisans et ceux de la noblesse parisienne se reflètent tous les écarts entre les objets de très grand luxe et ceux du demi-luxe, ou populuxe, comme on voudra l’appeler80. Mais pour les uns comme pour les autres, il s’agit bien d’une consommation de luxe, voire d’ostentation, le luxe étant désormais accessible plus bas dans l’échelle sociale81. Même si les données ne sont guère abondantes et encore moins précises, le cas français ne semble pas exceptionnel en Europe. Il est d’ailleurs tout à fait intéressant de noter que la majorité des producteurs vénitiens de miroirs se sont désormais réorientés, au XVIIIe siècle, vers cette production de miroirs de petites tailles relativement bon marché82. Il resterait bien sûr à s’interroger de façon approfondie sur les démultiplications de l’économie et de la culture du regard que la progression de cet objet a rendu possible dans la civilisation européenne83.

  • 84 Belhoste, Leproux, 1997, p. 15-44, Cottin, 1972, p. 111-137, Woronoff, 2005.
  • 85 Montaigne, rééd. 1998.
  • 86 Melchior-Bonnet, 1994, p. 25.
  • 87 Roche (prés.), 1982.
  • 88 Melchior-Bonnet, 1994, p. 25. Le terme de « cul-de-lampe » désigne le milieu bombé de la cive qui, (...)

34Sans innovations notables de procédés, les vitrages des fenêtres sont eux aussi devenus communs au XVIIIe siècle, ce qu’ils n’étaient pas au XVIe siècle84. Nombre de voyageurs de la Renaissance, dont le plus connu est Montaigne, notent avec surprise la présence généralisée des verres à vitres dans certaines régions, notamment la Lorraine, et leur absence en d’autres, notamment l’Italie85. Quand la reine de France Marie de Médicis fait mettre à ses fenêtres du verre blanc à la place des vitraux, cela passe encore pour un luxe inouï : c’est assurément un geste ostentatoire, encore une fois le faste d’une reine86. Peu à peu, l’usage se répand et l’on sait que dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, les vitriers sont, à Paris, une profession à la fois nombreuse (300 maîtres) et relativement peu considérée dans la hiérarchie des métiers de la ville87, ce qui montre bien le chemin parcouru en un siècle. Mais en 1674, la Grande Demoiselle note que chez les paysans chez qui elle est hébergée à Dôle, les châssis sont toujours en papier. Un seul est garni de vitres, « encore était-il le milieu du verre qui était en cul de lampe », sans doute un déchet des vitres des villes88. Désormais déchet à la ville, encore ostentation à la campagne : et pourtant, il s’agit bien du même objet !

35Ces deux exemples indiquent assez clairement que, pour évaluer l’importance et l’éventuelle croissance, des objets en verre dans les consommations de l’époque moderne, ce sont bien tous les objets en verre qu’il faut prendre en compte et non ce secteur limité et problématique qu’est le verre « artistique ». Certes, comme dans tous les produits, haut de gamme et bas de gamme coexistent et ne sont pas destinés aux mêmes personnes. Les marchés et les modes de commercialisation sont différenciés. Entre la gobeleterie de haut vol réalisée par les meilleurs maîtres vénitiens et celle qui tend à se standardiser (et que les mêmes maîtres réalisent le plus souvent), entre les culs de vitres qui ornent les maisons des paysans de la fin du XVIIe siècle et les belles vitres planes, claires et sans bulles des demeures patriciennes, entre les miroirs de la galerie des glaces et ceux que vendent les colporteurs, passent justement tous les échelons de la distinction. Mais l’on sait que quantitativement, l’importance vient des seconds, même si les premiers leur servent de modèles et sont le plus souvent les vrais laboratoires des innovations techniques. Prendre en compte la diversité de tous ces objets et de ces différents marchés est donc essentiel pour évaluer l’éventuelle « révolution de la consommation » des objets de verre. C’est d’autant plus important que les mêmes centres verriers, et souvent les mêmes ateliers, produisent en fait une ample gamme de produits, comme l’attestent les fabrications même de Venise ou d’Altare, comme en témoignent également les apports de l’archéologie.

Le détour par l’archéologie

  • 89 Remarques de Boldrini, Mendera, 1994, p. 500.

36Trop délaissée sans doute pour la période moderne, l’archéologie permet d’évaluer la place de la verrerie à la vénitienne dans les objets en verre retrouvés, ainsi que son influence sur la production « courante ». Certes, le nombre d’études est limité, notamment par rapport à la période médiévale où l’accumulation des recherches a permis l’établissement de typologies régionales ou nationales en relation avec les centres de production, mais il ne cesse de progresser89. Les travaux existants permettent d’indiquer quelques directions.

  • 90 Boldrini, Mendera, 1994, et Giampoltrini, Stiaffini, Berti, 1994.
  • 91 Andrews, 1977, p. 176.
  • 92 Giampoltrini, Stiaffini, Berti, 1994, p. 561. Calice dont la domination ne se retrouve pourtant pa (...)

37En ce qui concerne l’Italie, les recherches menées en Toscane ont identifié trois niveaux de productions, parfois effectués par les mêmes ateliers90. Une production très raffinée en cristal, destinée à la Cour, est produite soit directement par des Vénitiens, soit par des verriers locaux qui s’en inspirent. Une production de même nature, mais commercialisée à des prix élevés sur le marché, est destinée aux catégories les plus riches. Enfin, la production d’usage courant (souvent appelée « ordinaire » ou « commune ») est quantitativement la plus importante : cette dernière production, destinée aux « couches moyennes », est la plus intéressante et la moins connue. Les fouilles entreprises à Lucques et ailleurs ont permis de repérer des évolutions qualitatives importantes. Alors que le verre tronconique dominait largement toute la gobeleterie médiévale italienne, le calice devient, au XVIe siècle, spécialement dans la seconde moitié du siècle91, la forme prépondérante, sans doute « sous l’influence que la vaisselle de cour et des élites a pu avoir sur la production courante92 ».

  • 93 Stiaffini, 1999.
  • 94 Willmott, 2002, p. 192.
  • 95 Page, 04, p. 61, citant Tarcsay 1998.

38De plus, ces calices « ordinaires » empruntent à ceux « de luxe » des éléments structurels typiques comme le stelo a balaustro (pied à balustrade), le stelo a protomi leonine (pied à face de lion) et autres modèles souvent influencés par la culture humaniste et le retour aux Antiques93. Le premier type est à la fois l’un des plus simples et celui dont la diffusion semble la plus massive dans l’Italie du second XVIe et dans l’Europe du XVIIe siècle. La forme en naît probablement en milieu vénitien, à l’imitation de l’architecture renaissance, puis elle se diffuse en Italie du centre nord (elle est ainsi attestée à Turin, Pavie, Finale Emilia, Prato, S. Giovani Valdarno, Pistoia, Pise, Tuscania, Rome), en Dalmatie (Gnalic), en France (Paris), en Angleterre94, en Allemagne95. C’est l’un des motifs les plus caractéristiques de la façon de Venise :

  • 96 Giampoltrini, Stiaffini, Berti, 1994, p. 568. Des caractéristiques semblables se retrouvent semble (...)

« La facture en divers cas peu soignée, les parois légèrement asymétriques, et le fond irrégulier dénotent une production rapide et possiblement à bas coût. L’exécution de la vaisselle apparaît en certains exemplaires très rapide […]. Il est aussi indicatif que, pour leur production, ait été utilisé un verre commun, c’est-à-dire incolore avec des reflets de vert clair, ou bien vert. Il s’agit sans aucun doute d’une fabrication de vaisselle courante à la portée d’un cercle de population plus vaste96. »

  • 97 Barrelet, 1958.
  • 98 Hutrelle, Jacques, 1983.
  • 99 Willmott, 2004, p. 276.
  • 100 Caluwé, 2002, Veeckman, 2002.
  • 101 Baart, 2002, p. 162-163.
  • 102 De Raedt, Janssens, Veeckman, 2002.

39Pendant longtemps, les fouilles effectuées hors d’Italie ont été si peu nombreuses pour cette période que James Barrelet pouvait regretter, en 1958, le peu de connaissance de la verrerie commune du XVIIe siècle français97. Les recherches entreprises depuis ont permis de combler une partie de ce vide. L’étude déjà ancienne de Hutrelle et Jacques sur la vaisselle arrageoise du XVIIe siècle montre à la fois l’importance maintenue des gobelets, mais aussi l’apparition des « verres extraordinaires » directement inspirés des modèles vénitiens (17 sur 150 soit plus de 11 %) et leur influence sur les verres communs dits « pivettes à boutons98 ». Un phénomène identique se trouve, par exemple, en Angleterre où les gobelets gaufrés de la façon de Venise sont imités en verre potassique vert99. Les fouilles entreprises à Anvers ont, elles, permit d’esquisser l’évolution diachronique de la consommation des verres façon de Venise : s’ils ne forment qu’un peu plus de 13 % des restes retrouvés au XVIe siècle, ils en constituent plus de 60 % au XVIIe siècle : un véritable apogée100. Les recherches archéologiques menées aux Provinces-Unies ont montré que les restes se trouvent le plus souvent dans les fosses de maisons aisées101, ce qui n’a rien d’étonnant. Mais les analyses chimiques montrent également que les compositions d’objets en apparence presque similaires peuvent être en fait différentes, comprenant par exemple des soudes plus ou moins pures, ou des mélanges de matériaux de moindre prix102. Cela reflète la diversité des productions que les mêmes ateliers pouvaient mettre en œuvre.

La production des verriers italiens migrants

40Anticipons : au XVIe et au XVIIe siècle, les verriers venant de Venise ou d’Altare fondent à travers toute l’Europe un nombre assez impressionnant de verreries plus précisément étudiées dans le prochain chapitre. Or, les verriers migrants ne fabriquent pas que des verres exceptionnels, même si c’est cette production qu’ils mettent en avant pour prouver leur savoir-faire et obtenir un certain nombre de privilèges. C’est au contraire la diversité de leur production qui leur permet de se frayer un chemin sur les routes d’Europe, eux qui n’hésitent pas, en certains cas, à mêler la nouvelle céramique à leur art pour mieux profiter des opportunités conjointes de ces deux nouvelles fabrications italiennes dont la consommation s’élargit et se diversifie.

  • 103 ASF, Carteggio Mediceo, F. 866, c. 378-379, Lettre de Niccolò Sisti à Pise à Lorenzo Usimbardi sec (...)

41La production d’un certain nombre de ces ateliers confirme tout à fait les informations tirées des fouilles archéologiques : la production simultanée, dans les mêmes entreprises, d’objets de qualités très différentes destinés à des marchés diversifiés, et l’importance quantitative prise par la production des articles de « luxe bas de gamme ». Déjà en Toscane à la fin du XVIe siècle, les Altarais sont accusés par le responsable de la verrerie de Pise de faire « de mauvais verres masqués avec un peu d’or » qui plaisent aux marchands et à tous les types de clientèle, tandis que les verriers de San Gimignano se mettent eux aussi à produire ces imitations des produits vénitiens pour les boutiques de Sienne103. Il semble clair dès le XVIe siècle que les entreprises de verreries ne peuvent se maintenir en produisant uniquement des produits de très haute qualité, mais qu’il faut diversifier la production et les assortiments.

  • 104 ASS, B. Pertica, 22/6/1656, signalé par Malandra, 1983, p. 120.
  • 105 Malandra, 1983, p. 120.

42C’est bien ce que font les Altarais installés à Montenotte, tout près d’Altare, dont nous reparlerons. En 1656, un acte notarié détaille une vente opérée par la verrerie pour une valeur de 807 lires104. La description est faîte par blocs qui correspondent sans doute à des caisses d’emballage, comme le suppose Malandra105. On y trouve d’une part des objets de verre commun blanc : carafes, pintes, vases, ventouses, tire-lait, urinoirs, burettes, encriers… mais aussi des objets dont le travail doit être plus soigné : pots couverts, boîtes de diverses dimensions ; des verres à boire, à la fois « communs » et « da mostra » évidemment plus travaillés. À côté de cette production d’un « luxe commun », dont on voit bien que les pièces les plus travaillées imitent la production de plus grand luxe, on trouve des perles, surtout incolores et blanches, du verre à vitres plat exporté alors jusqu’en Sicile, mais aussi des objets d’imitation vénitienne identifiés comme tels (dont un bon nombre d’objets émaillés qui semblent un peu partout une des spécialités des Altarais) ; des objets de cristal « tutto nuovo », encore appelé « de bolito », ou obtenu par la refusion de cristal cassé (refuso). À part les miroirs, c’est bien toute la gamme des productions possibles qui est ainsi mise en œuvre.

  • 106 Sur ce verrier, voir notamment Bondois, 1932, Barrelet, 1958b, Jouvelier, 1961, Benard-Dragesco, 1 (...)
  • 107 Maitte, 2004, je reviendrai sur ce sujet dans les chapitres vi et vii.

43En France, pour ne prendre qu’un exemple, Bernardo Perrotto (surtout connu sous le nom de Bernard Perrot) est l’un de ces verriers d’Altare qui s’installe durablement dans le royaume à partir de 1647, à Nevers d’abord, en association avec son oncle Giovanni Castellano (Jean Castellan), à Orléans ensuite106. Nous le retrouverons souvent. Il est sans doute l’un des verriers les plus prolifiques de sa génération et fait reconnaître ses « inventions » par de nombreux privilèges, dont le plus connu est celui du coulage des verres en table107. Perrotto produit un grand nombre d’objets de très grand luxe, dont par exemple des portraits du roi Louis XIV en verre coulé (œuvres d’art ?). Il alimente, comme ses parents de Nevers, les objets de prestige qui font l’objet des dons de la ville où il s’est installé. Mais parallèlement, son atelier produit également toutes sortes de menus objets, au public éventuellement ciblé : ainsi en est-il des petits flacons de verre moulés, destinés sans doute à contenir du parfum, dont les moules s’ornent de différents motifs (fleur de lys, personnages… cf. illustrations planche vi). Un des motifs permet d’identifier plus particulièrement la clientèle à laquelle ils étaient destinés : il s’agit d’un aigle à deux têtes, emblème de la nation allemande, importante dans la prestigieuse Faculté de droit d’Orléans. Ainsi peut-on légitimement penser que ces petites gourdes étaient destinées aux étudiants s’en retournant chez eux : une sorte de souvenir avant la lettre si l’on peut dire… Une production de série, limitée certes, mais dont le statut, le marché et le prix différaient tout à fait des articles d’ostentation que Perrot produisait également.

44Ainsi les objets de verre ont-il connu au cours de la période un triple processus : d’une part, un accroissement de la gamme productive – de nouveaux objets fabriqués dans cette matière –, d’autre part la promotion d’un certain nombre d’entre eux au rang d’objets ostentatoires, enfin l’extension et la diversification des qualités. Pas de doute que cela soit aussi à mettre en relation avec les prix et les modes de commercialisation.

Prix et modes de commercialisation

  • 108 Inutile de citer ici toute la bibliographie, voir par exemple Grenier, 1995.
  • 109 Martinat, 2004 par exemple.
  • 110 MacCray, 1999, p. 77.
  • 111 MacCray, 1999, p. 142 et suiv. Pour quelques exemples de prix en Angleterre au XVIIIe siècle, cf. (...)
  • 112 MacCray, 1999, p. 144 et Brown, 1982, p. 219-221.
  • 113 Dans le chapitre vi.

45L’histoire des prix est depuis un certain temps passée de mode108. Nul doute qu’elle ne revienne avec d’autres interrogations que celle du passé109. Les processus de formation, de variation et leur rapport avec l’histoire des consommations ont déjà été revisités. Il s’agit ici d’un chantier à venir car l’analyse systématique, à la fois diachronique et synchronique, des prix des verres récoltés au fil des archives, n’a pas encore été réalisée. Analyse difficile tant les dénominations sont changeantes et leur interprétation difficile. D’ores et déjà, quelques indications peuvent être données. Les inventaires publiés par Luigi Zecchin permettent de constater que les verres de cristallo coûtent, au XVe siècle, près de cent fois plus cher que les verres communs (0,7 lires contre 0,005)110. La formulation même des prix est un indice de la qualité des verres : de très rares objets sont estimés à la pièce. Ce peut être le cas, par exemple, de ceux directement commanditées auprès des boutiques, vénitiennes ou autres, par quelques riches clients. Les prix varient en fonction de la taille, de la complexité des modèles, de la décoration, de la couleur et de ses composants111, sans doute aussi de la qualité des clients et des modes de vente, les deux étant inséparables. La plupart du temps, les verres sont estimés au poids ou à la douzaine. De toute façon, le prix de ces objets est sans commune mesure avec leurs équivalents en d’autres matières : ainsi la plus riche pièce de l’inventaire de la boutique Dragano en 1508 est une coupe bleue émaillée, évaluée à 31 lires, mais les vases en cristal de roche qu’Isabelle d’Este commande à peu près dans ces mêmes années valent, elles, 300 à 400 ducats, 1900 à 2500 lires112. Voilà qui confirme que si le verre est ostentatoire, ce n’est pas pour la valeur intrinsèque des matières premières qui le composent. D’ailleurs, dans de nombreux pays, ils sont en fait l’objet d’un barème fixé directement par l’État, nous y reviendrons113.

  • 114 Salais, Storper, 1993.
  • 115 Idem.

46La commercialisation est elle-même très diversifiée. Pour le haut de gamme, les commandes directes aux ateliers artisanaux de modèles précis, parfois agrémentées de dessins, prévalent sans aucun doute. Elles rappellent les commandes effectuées aux peintres ou autres « artistes ». On se trouve bien dans le cas des produits dédiés du monde de production interperson114. En bas de l’échelle, les colporteurs, spécialisés ou non, transportent les articles les plus courants le long des chemins. On est déjà dans le monde des produits standards du monde de production marchand115. Mais ce sont les mêmes qui passent de l’un à l’autre.

  • 116 Zecchin, II, 1989, p. 41.
  • 117 Zecchin, II, 1989. On sait qu’Isabelle d’Este fait parfois acheter des verres lors de cette foire, (...)

47L’innovation du cristallo a correspondu à Venise à la définition d’un nouveau mode de commercialisation. En effet, les verres produits à Murano étaient, depuis 1436, mis en vente à Venise par la corporation des stazionieri116. Les verriers contestent à la fin du XVe siècle ce système qui risque à la fois de leur faire perdre une partie importante des bénéfices escomptés par les innovations et de mélanger des productions dont ils veulent au contraire affirmer la distinction. C’est pour cette raison qu’ils obtiennent de la Sérénissime, en 1510 et 1523, que les productions de cristallo ne soient pas vendues à l’ordinaire, mais uniquement commercialisées par leurs soins lors des fêtes et foires de l’Ascension : voilà qui répond bien aux objectifs de distinction des objets et de rémunération de leurs créateurs117.

  • 118 Marcioni, 1959.
  • 119 ASF, Carteggio Mediceo, F. 855, c. 209, 1594, 2/4, Lettre de Niccolò Sisti à Lorenzo Usimbardi, se (...)
  • 120 Domenech, 2004, p. 90. Il note cependant que les verriers diminuent leur participation à partir de (...)
  • 121 Margairaz, 1988.

48Cela dit, les verres de Venise sont présents dans d’autres foires que celles de Venise. Au XVIe siècle, on les trouve aux foires de Lanciano, dans le sud de l’Italie118. Au XVIIe siècle, Jacques Callot peint la foire de l’Impruneta en Toscane et les montre sur un des étals les plus en vue de sa représentation. D’ailleurs, dès la fin du XVIe siècle, la verrerie de Pise hâte sa production « afin que dans le temps de la Foire nous ayons de la marchandise neuve de faite119 ». La foire du Nouvel An, à Barcelone, est aussi l’occasion de vente des verres les plus prestigieux produits en ville, parmi lesquels ceux qui sont réalisés à la façon de Venise120. Les foires constituent donc un moyen important de commercialisation de ces objets, mais les témoignages et les études restent rares121.

  • 122 Melchior-Bonnet, 1994.
  • 123 C’est le cas à Amsterdam et Anvers selon Liefkes, 2004, p. 240.
  • 124 Cf. chapitre i pour Altare. Pour Venise, les verreries ont vraisemblablement, comme ailleurs, des (...)

49Cela n’exclut nullement le rôle des boutiques : ce sont par exemple dans des boutiques de merciers spécialisés dans les produits de luxe que les acheteurs parisiens peuvent se fournir, au début du XVIIe siècle, en miroirs vénitiens122. Les détenteurs de privilèges reçoivent aussi parfois l’obligation de créer un certain nombre de points de vente afin d’assurer l’approvisionnement suffisant et régulier des villes : c’est le cas au Piémont à partir de la fin du XVIIe siècle où des dépôts et des boutiques doivent être installés dans chaque ville principale. Un certain nombre de représentations graphiques indiquent d’ailleurs l’existence de boutiques essentiellement, si ce n’est exclusivement, consacrées au verre (cf. illustration planche v). Ces lieux de vente peuvent parfois être directement annexés aux verreries123 dans la mesure où celles-ci sont le plus souvent installées en ville, nous allons le voir. Les producteurs se font donc marchands au détail ou en gros de leur propre production, comme c’est le cas de façon croissante à Venise, mais aussi à Altare, à partir du XVe siècle124.

  • 125 Page, 2002.

50Les verriers mettent-ils au point pour cela des méthodes particulières de vente ? C’est ce qu’a longtemps pu faire penser l’extraordinaire catalogue de la verrerie de Beauwels dans les Pays-Bas, censé provenir de la famille Colinet, souvent cité. Daté du milieu du XVIe siècle, ce document semblait en effet faire penser à l’apparition précoce de véritables catalogues de vente : y sont représentés les différents types de verres à boire produits par la verrerie, combinant d’ailleurs des éléments stylistiques des différentes régions, avec prix de vente, etc. Jutta-Annette Page a néanmoins démontré qu’il s’agit en fait d’un faux réalisé au XIXe siècle125

  • 126 Pour l’Angleterre, voir Berg, 2005, p. 123.
  • 127 Sur leur rôle dans la commercialisation d’objets en tout genre au plus profond des campagnes, cf. (...)
  • 128 C’est ce que sugèrent les multiples reconnaissances de dettes pour des sommes assez importantes de (...)
  • 129 Heikamp, 1986, p. 383 : en 1674, les patrons de fours de Florence protestent contre « l’abus d’éta (...)

51Enfin, les colporteurs, que des gravures ont contribué à populariser (cf. illustrations planche v), sont également mentionnés dans un certain nombre de cas126 : on peut penser qu’ils sont présents dans la vente de ces objets dès le Moyen Âge et qu’ils sont un de vecteurs de la pénétration de ces objets dans les recoins de la civilisation occidentale127. Les verres d’Altare partent ainsi sur les chemins, commercialisés par des colporteurs souvent venus des villages alentours128. Ceux de Montaione aboutissent ainsi à Florence au XVIIe siècle, au grand dam des verriers installés en ville129. Le témoignage précédemment cité de Bernard Palissy indique que les verres sont communément criés dans le sud-ouest de la France au XVIe siècle. Ils le sont encore au XVIIIe siècle… selon des modalités qui restent cependant largement ignorées.

52Tout cela, il faut en convenir, reste extrêmement succinct : il faudrait évidemment mieux connaître et analyser ces différentes formes de commercialisation et les mettre en rapport également avec les niveaux qualitatifs de production. C’est un chantier en cours.

Conclusion

53On ne peut se contenter de dire que le statut des objets de verre était ostentatoire d’abord, luxueux ensuite, pour devenir de plus en plus banal, avant de devenir carrément indispensable. Ce serait réaffirmer d’une autre façon qu’un verre est un verre et que l’on peut repérer une évolution linéaire des objets. C’est bien tout le contraire que suggère cette étude. Une production de luxe relativement courante s’est en effet développée dès l’époque médiévale. C’est la production supérieure des verres capables de devenir des objets d’ostentation qui ne semble pas alors exister dans la production européenne. Ce genre d’objets est alors le plus souvent importé du Moyen-Orient. La quasi-disparition de la production orientale et la demande renouvelée du XVe siècle européen poussent aux innovations techniques vénitiennes. Elles permettent d’imiter en verre des objets précieux (cristal de roche, pierres précieuses, etc.) et renouvellent l’art des émaux. Ces nouveaux produits rendent possible leur ostentation dans les nouveaux rituels des banquets et entrent ainsi dans les consommations des Cours et des élites européennes qui peuvent très bien s’offrir des coupes en or, en argent ou en jaspe, mais se prennent la fantaisie d’orner leur demeure de ces témoignages de l’ingéniosité humaine dont la valeur est alors justement à l’honneur. Ces objets influencent à leur tour la production courante et certains produits de verre acquièrent d’autant plus valeur d’ostentation que les Cours les ont mis à la mode.

  • 130 Une telle acceptation n’est pas banale et des exemples montrent qu’elle ne se produit pas forcémen (...)

54Si la croissance de la consommation des objets en verre reste difficile à mesurer, plusieurs choses semblent avérées : d’une part, Venise remplace dans la production de très haute qualité les verres du Moyen-Orient ; c’est désormais en Occident que les modèles se créent. Si le haut de gamme vénitien satisfait le besoin de luxe ostentatoire des Cours et des couches les plus riches de la population, c’est-à-dire d’une infime minorité, trois conséquences importantes en découlent : d’une part, quel que soit le caractère limité de cette demande, elle croit cependant puisque cette mode se répand plus ou moins vite dans toute l’Europe curiale du temps. D’autre part, cette minorité « donne le ton » et suscite des volontés d’imitation très fortes dans d’autres couches de la population. Enfin, le fait que des objets en verre puissent devenir des objets de luxe ostentatoire montre sans doute une évolution du rapport à la matière et une possible inversion des rapports entre matière et savoir-faire, entre donné de la nature et créativité humaine130.

55Cela est d’autant plus important que ces objets ostentatoires se prêtent plus que d’autres à l’imitation dans la mesure où la matière peut rester la même – ou à peu près – et ne vaut rien, ou presque. Si augmentation quantitative importante de la consommation il y a, elle n’est pas avant tout le fait du haut de gamme de Venise mais plutôt des imitations de moindre prix qu’en font parfois les mêmes verriers, ou ceux d’autres lieux. N’oublions pas en effet que les historiens de l’Art classeraient sans doute comme articles façon de Venise l’essentiel de la production de la ville dont les musées ne conservent que les exemples les plus « parfaits » et sans doute les moins représentatifs. Il y a donc à la fois des types de consommation différents, auxquelles correspondent des marchés et des modes de commercialisation diversifiés, mais aussi des objets aux caractéristiques productives dissemblables qui peuvent être cependant fabriqués dans les mêmes ateliers. De cet engouement et de cette croissance de la demande sont surtout témoins et reflets les nombreux ateliers qui vont s’installer en dehors de Venise même, à l’instigation des verriers de la Sérénissime ou des Altarais.

Notes

1 Pour un témoignage précoce de la mention d’objets en « voirre de Venise », cf. Havard, 1890, t. IV, p. 1550 : inventaire du château d’Angers, 1471.

2 « Les verriers font toutes sortes d’objets : par exemple des flacons à parfum, des phyales, des cruches, des ampoules, des plats, des poissonnières, des vitres, des animaux, des arbres, des navires ; tous ces objets remarquables et admirables, je les ai vus lorsque j’ai passé jadis deux ans à Venise, en particulier aux célébrations des fêtes du dimanche de l’Ascension, pendant lesquelles on les mettait en vente à Murano, où sont les plus célèbres ateliers de tous », Agricola, 1556 (1987), p. 480.

3 Sur Isabelle d’Este, voir notamment Fletcher, 1981, Brown, 1982.

4 Cité par Burty, 1866, p. 271, et Hennezel d’Ormois, 1933, p. 113.

5 Sanuto, 1879-I.

6 macCray, 1999.

7 Voir notamment Tait, 1979, Page (dir), 2004, en passant par Baumgartner (dir.), 2003, etc.

8 Sur la complexité de la définition et sur la nécessité de considérer l’ensemble d’un champ en voie d’émergence, la littérature est immense, je renvoie uniquement à Christin, 2002, et Butters, 2003, p. 25-40 ainsi que l’introduction de ce volume p. 9-23.

9 De Benedictis, 1991.

10 Pour l’aire germanique, cf. de Benedictis, 1991, p. 62-3. Pour le collectionnisme « scientifique », cf. Findlen, 1994. Ferdinand II semble avoir réservé une pièce entière de son kunstkammer aux verres dans son château d’Ambras, cf. Page, 2004b, p. 21.

11 De Benedictis, 1991, p. 36-7 et 64-67.

12 Stiaffini, 1999, p. 151-186. Pour la Cour de Mantoue, voir Malacarne, 2000, notamment p. 51 et suiv. pour les rituels et les « ustensiles » de table.

13 Gaban-Van Donge, 2004, reproduit p. 196 un traité de Gerard De Lairesse, Groot Schilderboek, paru à Amsterdam en 1707 qui distingue les façons de tenir les verres selon la place de la main et des doigts, schéma à l’appui.

14 Stiaffini, 1999, p. 175 ; Malacarne, 2000, p. 60, cite le banquet de noces entre Margherita Farnese et le futur Duc de Mantoue Vincenzo Gonzaga en mai 1581 : Cervio, auteur et cuisinier du banquet raconte, dans son récit de 1593, qu’« il y avait aussi en outre les très riches crédences et les bouteilles ordinaires, une prospective de divers verres, carafes, jarres et autres très beaux vases de cristal de Venise, tel que je pense que toutes les boutiques de Murano y avaient participé ; et on en avait besoin car toutes les dames invitées, après avoir bu, rompaient le verre qu’elles tenaient en main en signe de grande allégresse, et l’on entendait parfois un si grand bruit que cela occupait l’harmonie de la musique parfaite que l’on entendait des grands cantons de la grande salle, qui étaient des voix et des sons parfaits ».

15 Les verres « vexatoires » sont ceux qui rendent difficile le fait de boire et peuvent, par exemple, renverser le liquide sur le buveur, s’il n’y prête garde… Cela devient donc un véritable jeu de société : voir notamment Heikamp, 1986, p. 274.

16 Stiaffini, 1999, p. 175 ; sur le don, voir notamment Mauss, 1990 ; Zemon Davies, 2000, Kettering, 2002. Exemples de verres fabriqués dans la verrerie ducale et donnés par le Grand Duc, in Heikamp, 1986, notamment p. 354, 355, 373, 375.

17 Stiaffini, 1999, p. 161. Dans le domaine des vitraux, il en est ainsi depuis longtemps, cf. Lagabrielle, 2006.

18 Stiaffini, 1999, p. 166-171.

19 Heimkap, 1986, Page, 2004, p. 9-11. Dès 1549, l’ambassadeur de Côme Ier indique qu’il a passé commande aux verriers muranais en leur fournissant les dessins de Pier Riccio majordome du Duomo de Florence. C’est déjà ce que fait Isabelle d’Este à la fin du XVe-debut XVIe siècle.

20 Heikamp 1986 a fait une étude très approfondie, malheureusement pour moi en allemand, de tous ces dessins conservés essentiellement à Florence. Je cite d’après le résumé italien.

21 On trouve un phénomène identique dans le secteur de la soie dans lequel « Venise fait appel à ses artistes les plus célèbres, comme Jacopo Bellini, pour établir un rapport fécond entre la peinture et le travail de la soie, Bellini fournissant les dessins aux soyeux de Venise », Ciriacono, 1996a, p. 236, citant Molmenti, 1973, p. 157.

22 Zechin, I, p. 235-6 : Giovanni da Udine fournit également des modèles à Domenico Ballarin.

23 Page, 2004b, fait remarquer que l’entrepreneur de la verrerie de Hall présente son investissement comme un mécénat d’art, mais il s’agit d’un membre de la famille Höchstetter et d’une demande de privilège pour laquelle il est nécessaire de mobiliser des argumentaires susceptibles d’être reçus par le souverain… De plus, sa conclusion selon laquelle « Renaissance view of Venetian glass production as an art form, positionning it, in a broader sense, as a form of the skill or mastery that is called ars in latin, techne in Greek, Kunst in German », p. 38, ne me semble pas vraiment résoudre le problème puisque l’essentiel est bien de la progressive séparation entre le champ de ars et celui de l’art.

24 Voir notamment les réflexions de Burke, 1991, ou de Butters, 2003.

25 Page, 2004a, p. 10, Syson, Thornton, 2001, p. 183-184.

26 Il est vrai qu’un verre émaillé du Moyen Âge porte le nom de son auteur, Aldovrandino, mais le fait reste, semble-t-il, exceptionnel, cf. MacCray, 1999, p. 33 et suiv. On a d’ailleurs longtemps attribué ce verre à une production du Moyen-Orient, avant que Whitehouse, 1981, ne le considère comme vénitien. Certains graveurs sur verre semblent signer leur production au XVIe siècle, mais ce ne sont pas des verriers : c’est le cas par exemple par Jacobus Blanc de Vilasar qui signe la gravure d’un verre particulièrement orné offert à Giovanni Andrea Doria, cf. Domenech, 2004, p. 133.

27 C’est la dénomination que l’on trouve dans les privilèges qui sont accordés à certains verriers italiens à la fin du XVIe siècle et dont je reparlerai dans le chapitre vi.

28 North, 1997.

29 Mancini, 2000, p. 25-39 ; ce point mériterait approfondissement, notamment par comparaison avec ce qui se passe dans la maiolica, mais peut-être dans ce secteur la signature de certains vient du fait qu’ils sont et se reconnaissent comme peintres, car il y a dans ce secteur une distinction assez nette entre les potiers et les peintres.

30 Cf. Vasari, Cellini, Varchi cités notamment par Mancini, 2000, p. 28. Il est vrai que, par ailleurs, se dessine, comme l’affirme Rossi, 1999, p. 69, « une réévaluation du travail manuel et de la fonction culturelle des arts mécaniques » et que se mettent en place des programmes d’enquête auprès des artisans dont nous reparlerons brièvement dans le chapitre VII. Mais les techniciens, constructeurs et ingénieurs qui les promeuvent au XVIe siècle sont justement capables de faire le lien entre la culture savante et celle des ateliers, et c’est cette capacité d’abstraction qu’ils mettent en avant pour se distinguer du lot des artisans.

31 La description du spectacle donné par les verriers de Murano lors du passage d’Henri III est tout à fait significative de ce point de vue : des hommes nus, installés sur une zattera flottant sur le canal où a été placée un four, et qui travaillent toute la nuit pour faire surgir du feu et de la matière des objets d’émerveillement : « Nous fûmes vers le four où travaillaient de nombreux hommes tous nus et ils faisaient beaucoup de belles choses de cristal, comme des vases, bassins, petits bronzes et autres bizzareries », cf. Nolhac, Solerti, 1890, p. 227-228. Considérations semblables de Biringuccio à propos des fonderies de laiton de Milan (éd. 1997, p. 20, p. 75-76) ou du Filarete, toujours à propos des fondeurs, cf. Averlino, 1972, II, p. 477, cités par P. Braunstein, 2003, p. 12-13.

32 D’ailleurs, même si les potiers de Faïence signent leur production, très peu accèdent par ce biais à l’élite, cf. Goldthwaite, 1989, p. 14-15 : « The road to wealth and social status in Renaissance Italy was not paved with maiolica », cf. aussi Marsilli, 1982 b ; ceci même si certains d’entre eux commencent à se considérer comme des artistes à part entière, cf. Wilson, 1987, p. 10.

33 MacCray, 1999a.

34 Goldthwaite, 1989, p. 17. Je ne cite pas ici les très nombreux travaux consacrés aux céramiques, voir notamment Ajmar, 2003, p. 55-64.

35 MacCray, 1999a, p. 72-73.

36 Comme l’on sait, cette direction de recherche s’est développée dans tous les pays européens, spécialement anglo-saxons, à partir des années 1980. Il est bien entendu impossible de citer ici toutes les recherches qui en sont le fruit, mais on peut rappeler le numéro spécial de Renaissance Quartely, 1989 consacré aux nouvelles approches de l’histoire économique de la Renaissance, ainsi que les travaux de Thirsk, 1978 et 1998 ; les différents travaux de Roche dont surtout 1981, 1989, 1997, Mckendrick, Brewer et Plumb, 1982, ainsi que les travaux de Berg, notamment Berg, Clifford, 1999, Berg, Eger (éd.), 2003, Berg, 2005.

37 Là encore, la littérature consacrée à la définition du luxe et son évolution est très abondante. Outre les titres déjà cités, voir par exemple Ciriacono, 1978, Goubert, 1988, Marseille (dir.), 1999, Lipovetsky, Roux, 2003.

38 MacCray, 1999, p. 67.

39 Cité par Lex, 1900.

40 En 1596-1598, cf. Schuermans, L. 11, p. 67.

41 Cité par Houdoy, 1873, p. 47.

42 AST, Materie economiche, IV, M. 12.

43 Notamment à l’article « privilège » : « des choses de luxe et non d’absolue nécessité ».

44 L’affirmation de Lipovetsky, 2003, p. 15, selon laquelle l’époque contemporaine serait caractérisée par l’éclatement de la sphère du luxe me paraît donc à revoir. Au contraire, il y a bien, dans la longue durée de l’histoire européenne, au moins depuis la Renaissance, « des luxes, à plusieurs étages, pour des publics divers » : cela n’est pas une nouveauté contemporaine, comme il le note d’ailleurs lui-même p. 38. De même, il est faux de dire que le XIXe siècle a inventé le « faux luxe » ou « simili mis à la porté d’une clientèle plus large, réalisée dans des matériaux moins riches et imitant des originaux prestigieux » puisque le verre en est justement un parfait exemple à l’époque moderne, mais l’art de la peinture en propose aussi des exemples connus, cf. Camanducci, 2003, p. 105-113, et Megan Holmes, 2003, p. 213-223.

45 Grenier, 1996, chap. xi.

46 Elias, 1974.

47 Grenier, 1996, p. 301. On note par conséquent que ce n’est pas le prix en soit qui est un indice de luxe ou d’ostentation, mais, bien sûr, des usages sociaux. Sur ce point, voir notamment Ago, 2006.

48 Grenier, 1996, p. 301.

49 Cf. par exemple Michel de Montaigne, rééd. 1998.

50 Stiaffini, 1999, p. 159-60.

51 Pour une mise au point sur ce thème, Brown, 1989, Franceschi, Molà, 2005 ; Arnoux, 2007. Voir également Ajmar, 2002 et Welch, 2005.

52 Outre Goldthwaite, MacCray cite également Douglas et Isherwood, 1979, Mintz, 1985, Brewer et Porter, 1993, Miller, 1996, sans parler de ceux de Thirsk, 1978, 1998, et Roche, 1981, 1989, 1997, qu’il ne cite pas.

53 Origo, 1984, p. 224-243.

54 MacCray, 1999, p. 77, citant Heikamp, 1986, p. 347-348 ; pour d’autres familles florentines, notamment les Martelli, cf. Lydecker, 1987, p. 123-36 et p. 291-316 ; pour la cour de Mantoue, cf. Bertolotti, 1888, p. 1004-1031, p. 1004-1029.

55 Et pas forcément de leur ralliement à des valeurs ascétiques, comme le dit MacCray, 1999, p. 68.

56 Palumba-Fossati, 1984, p. 109-153, p. 123-124 ; il faut cependant noter, à propos des exportations, que l’une des seules estimations en notre possession sur les destinations du verre vénitien indique que 14 % de la production était consommée à Venise même, cf. Corti, 1971. Pour Palumbo-Fossati, les vraies nouveautés des intérieurs révélées par les inventaires vénitiens sont les cadres de peinture, les livres, les instruments de musiques et la céramique qui s’avère effectivement être l’un des biens culturellement les plus répandus, cf. aussi Kingery, 1993, p. 28-48 et Goldthwaite, 1989.

57 MacCray, 1999, p. 78.

58 Harrisson, rééd. 1968, p. 128; Willmott, 2002, p. 196. Aussi cité par Charleston, 1984, p. 50, repris par M. Berg, 2005, p. 118.

59 Willmott, 1997, p. 187-188 et Idem, 2002, p. 196. L’utilisation du verre dans les tableaux de vanités est assez systématique, cf. par exemple Gaban-Van Dongen, 2004, p. 207 et suiv.

60 De Vries, 1993, p. 85-132.

61 Page (dir.), 2004.

62 Page, 2004a, p. 16-17.

63 Page, 2004b, p. 25-28, Domenech, 2004, p. 88-89, Gaban-Van Dongen, 2004, p. 97 et suiv., Willmott, 2004, p. 272 ; Heikamp, 1986, p. 264-5 qui insiste justement sur ces verres « excentriques », comme on les dénomme en France au début du XVIIe siècle, scherzosi, vessatori, di fantasia en italien.

64 AST, Materie economiche, IV, M. 12.

65 Encore faudrait-il pouvoir en préciser et en différencier les usages, car s’il semble que parmi les couches moyennes le verre reste un objet pour boire, dans les élites, les verres de prestige sont destinés à être exhibés sur des mostre dont le caractère ostentatoire est évident, cf. Giampoltrini, Stiaffini, Berti, 1994, p. 562.

66 De Lairesse, 1707, cité par Gaban-Van Dongen, 2004, p. 196-7, cité note 12.

67 C’est déjà ce que notait Havard, 1894, t. IV, p. 1559-60 ; cf. aussi Fossati, Mannoni, 1975, p. 12-122.

68 Palissy, 1844, reprint, p. 307.

69 Elle devient en effet alors « a prestigious luxuary product – something quite different from common utilitarian local pottery », cf. Kingery, 1993, p. 46.

70 McKendrick, Brewer, Plumb, 1982, p. 1-9. Cf. aussi Andrews, 1977, IV, p. 162-189 : commentant le résultat des fouilles du couvent de San Silvestre à Gênes, il note que le verre est certes plus abondant dans la strate correspondant au XVIe siècle, mais que son usage diminue par rapport à la céramique. Il remarque donc que « dans la période au cours de laquelle on pense que l’usage du verre était plus diffus, en réalité, en proportion à la céramique, il était utilisé par les religieuses moins que dans les époques précédentes », p. 162.

71 Les lunettes se développent dès le Moyen Âge et supposent d’ailleurs un verre incolore et vraiment transparent au contraire du verre destiné à la production courante. Cf. Braunstein, 2003, sur ces nouveaux usages du verre qui deviennent si communs que l’on finit par ne plus les voir… On pourrait en dire autant des bouteilles.

72 Palumbo-Fossati, 1984, p. 142, p. 149 : « Le miroir est une présence relativement neuve de la maison vénitienne. Dans les habitations plus modestes, il se présente encore souvent sous la forme archaïque du miroir d’acier tandis que la production de Murano, déjà très développée à cette époque, fournit surtout, à cause des prix élevés, les demeures des gens aisés » ; elle note cependant aussi de nombreuses exceptions à cette « règle ».

73 Chez les miroitiers parisiens, le prix d’un miroir en cristallin de Venise est de 2 livres 5 sous au milieu du XVIe siècle contre 4 sous pour leurs concurrents de Lorraine, cf. Lagabrielle, 2000, p. 117.

74 Melchior-Bonnet, 1994 pour ce qui suit.

75 Melchior-Bonnet, 2000, p. 142-3 ; Corrozet indique qu’ils doit être de bonne grandeur, sur pied orné.

76 Le Chanu, 1985, cité par Melchior-Bonnet, 1994.

77 Sennequier (dir.), 2000, p. 143.

78 Haudicquer de Blancourt, 1718, L. 12, p. 233 (rééd. 1961).

79 Roche, 1981, p. 155 ; la généralisation est plus lente en province et encore plus dans les campagnes. On notera que l’acclimatation dans les maisons se fait au détriment d’usages plus anciens comme la présence de miroirs sur les vêtements, attestée au XVe siècle. Gutenberg, qui avait réussi à en fabriquer en métal et en verre, en proposait, paraît-il, aux pèlerins d’Aix-la-Chapelle pour qu’ils les attachent à leur chapeau et puissent ainsi capter la grâce des reliques malgré la foule qui les empêchait de les toucher directement, cf. Bechtel, 1992, p. 237-45.

80 Voir les discussions de la session 25 organisée par Ciriacono, North, Ormrod, lors du congrès d’histoire économique Helsinki, 2006.

81 Peut-être est-ce dû, en France, à la création de la manufacture royale et à l’adoption du procédé du coulage à la fin du XVIIe siècle : sur Saint-Gobain, voir notamment M. Hamon, 1989.

82 Trivellato, 2000.

83 Réflexions in Melchior-Bonnet, 2000.

84 Belhoste, Leproux, 1997, p. 15-44, Cottin, 1972, p. 111-137, Woronoff, 2005.

85 Montaigne, rééd. 1998.

86 Melchior-Bonnet, 1994, p. 25.

87 Roche (prés.), 1982.

88 Melchior-Bonnet, 1994, p. 25. Le terme de « cul-de-lampe » désigne le milieu bombé de la cive qui, dans les villes au moins, n’est pas utilisé pour faire les vitres.

89 Remarques de Boldrini, Mendera, 1994, p. 500.

90 Boldrini, Mendera, 1994, et Giampoltrini, Stiaffini, Berti, 1994.

91 Andrews, 1977, p. 176.

92 Giampoltrini, Stiaffini, Berti, 1994, p. 561. Calice dont la domination ne se retrouve pourtant pas à S. Giovanni Val d’Arno où cette forme représente seulement 2,68 % du total retrouvé contre 60 % pour les verres tronco-coniques ; mais les auteurs estiment que cela vient peut-être d’une chronologie mal connue dans la diffusion de celui-ci et d’une différenciation à faire entre premier et second XVIe siècle, cf. Boldrini, Mendera, 1994, p. 508 et suiv.

93 Stiaffini, 1999.

94 Willmott, 2002, p. 192.

95 Page, 04, p. 61, citant Tarcsay 1998.

96 Giampoltrini, Stiaffini, Berti, 1994, p. 568. Des caractéristiques semblables se retrouvent semble-t-il en Allemagne au XVIIe siècle, puisque ces verres à balustrade sont réalisés avec des verres potassiques relativement communs, cf. Page, 2004b, p. 61.

97 Barrelet, 1958.

98 Hutrelle, Jacques, 1983.

99 Willmott, 2004, p. 276.

100 Caluwé, 2002, Veeckman, 2002.

101 Baart, 2002, p. 162-163.

102 De Raedt, Janssens, Veeckman, 2002.

103 ASF, Carteggio Mediceo, F. 866, c. 378-379, Lettre de Niccolò Sisti à Pise à Lorenzo Usimbardi secrétaire du cabinet du Grand Duc Ferdinand Ier, 16/9/1594, citée par Heikamp, 1986, p. 349-50 : Sisti évoque les difficultés de la verrerie de Pise, le fait que les marchands préfèrent s’approvisionner à Venise qu’à Pise, et préfèrent les verres « qui se font à Pistoia et à Prato par les Altarais, bien qu’ils soient de mauvais verre – vetraccio – masquées avec un peu d’or, ils les prennent plus volontiers parce qu’ils leur sont portés jusque dans leur boutique à leur grand avantage sans utilité pour l’universel ». Il poursuit en expliquant que ces verres dorés « ne coûtent rien et les pauvres et les riches peuvent en acheter… ». L’or est attaché par des mordants ou directement au feu. Et pourtant, en 1581, un privilège avait été octroyé à Nelio Besci, responsable de la verrerie du Casino, lui accordant, entre autres choses, l’exclusivité de la production de ces verres dorés au mordant, cf. ASF, Pratica Segreta, 188, fos 120-121 (1580) et Auditore delle Riformagioni, F. 16, no 199. En mars 1588, Nelio Besci demande à ce que la peine pécuniaire contre les contrevenants soit aggravée « car 25 écus par fournée lui semble peu car on retire environ 2/M pièces par fournée de sorte que ces travailleurs de verre ordinaire n’en tiennent pas compte, outre qu’il lui est difficile de pouvoir trouver qui a fait ce travail… ».

104 ASS, B. Pertica, 22/6/1656, signalé par Malandra, 1983, p. 120.

105 Malandra, 1983, p. 120.

106 Sur ce verrier, voir notamment Bondois, 1932, Barrelet, 1958b, Jouvelier, 1961, Benard-Dragesco, 1989, Zecchin, I, p. 308-317.

107 Maitte, 2004, je reviendrai sur ce sujet dans les chapitres vi et vii.

108 Inutile de citer ici toute la bibliographie, voir par exemple Grenier, 1995.

109 Martinat, 2004 par exemple.

110 MacCray, 1999, p. 77.

111 MacCray, 1999, p. 142 et suiv. Pour quelques exemples de prix en Angleterre au XVIIIe siècle, cf. Berg, 2005, p. 125-6.

112 MacCray, 1999, p. 144 et Brown, 1982, p. 219-221.

113 Dans le chapitre vi.

114 Salais, Storper, 1993.

115 Idem.

116 Zecchin, II, 1989, p. 41.

117 Zecchin, II, 1989. On sait qu’Isabelle d’Este fait parfois acheter des verres lors de cette foire, cf. lettre de 1529 à Iacopo Malatesta, orateur à Venise pour le marquis de Mantoue à qui elle écrit : « en me persuadant que quelques beaux vases neufs apparaîtront aux boutiques des verriers de cette Foire de l’Ascension, soyez content d’en trouver jusqu’à X ou XII verres à boire qui soient de différentes sortes, tasses et verres et qu’ils aient les fils blancs et sans or », cité par Malacarne, 2000, p. 60 (ASM, A.G., B. 3000, L.49, c. 19 v°, 2 mai 1529). On voit qu’il s’agit sûrement des verres a retortoli pour lesquels un privilège a été demandé et obtenu en 1527 par les frères Filippo et Bernardo Catanei, cf. chap. 2, note 75.

118 Marcioni, 1959.

119 ASF, Carteggio Mediceo, F. 855, c. 209, 1594, 2/4, Lettre de Niccolò Sisti à Lorenzo Usimbardi, secrétaire du Grand Duc Ferdinand Ier, cité par Heikamp, 1986, p. 349.

120 Domenech, 2004, p. 90. Il note cependant que les verriers diminuent leur participation à partir de 1588 à cause des bris.

121 Margairaz, 1988.

122 Melchior-Bonnet, 1994.

123 C’est le cas à Amsterdam et Anvers selon Liefkes, 2004, p. 240.

124 Cf. chapitre i pour Altare. Pour Venise, les verreries ont vraisemblablement, comme ailleurs, des sortes de boutiques annexées. Les commandes directes auprès des patrons sont très fréquentes. Cela permet de varier la production en fonction des exigences propres de chacun. Il existe d’assez nombreux témoignages de dessins directement fournis aux verriers par les commanditaires, marchands ou non, qu’il s’agisse d’Isabelle d’Este déjà citée, du marchand anglais John Greene qui envoie pas moins de 400 dessins à la boutique de Alvise Morelli dans les années 1670, sans parler de Galilée…, cf. MacCray, 1999, p. 147 et suiv., Charleston, 1984, p. 104-108.

125 Page, 2002.

126 Pour l’Angleterre, voir Berg, 2005, p. 123.

127 Sur leur rôle dans la commercialisation d’objets en tout genre au plus profond des campagnes, cf. évidemment Fontaine, 1993, chap. ix.

128 C’est ce que sugèrent les multiples reconnaissances de dettes pour des sommes assez importantes de « verres en tout genre » que l’on trouve parfois dans les contrats notariés. En particulier, en 1589-90, lors de la liquidation de la société entre Francesco Saroldi et Filippo Panello qui habite alors à La Spezia. On trouve des débiteurs à Crociferre, Leginis, Mallare, etc., pour des sommes relativement importantes. Cf. ASS, not. Panello, 1589-90.

129 Heikamp, 1986, p. 383 : en 1674, les patrons de fours de Florence protestent contre « l’abus d’étaler les verreries le long des rues, des places et en particulier au Mercato Vecchio au lieu-dit Fiera Fredda, à des prix vils… ». Ils insistent sur le fait que « les verres qui se vendent dans les lieux susdits sont fragiles, légers et inférieurs et causent pour cela une plus grande dépense… ». Les capitani di parte expliquent que ces produits à bas prix sont fournis par les revendeurs des verreries de Montaione.

130 Une telle acceptation n’est pas banale et des exemples montrent qu’elle ne se produit pas forcément partout facilement. On raconte notamment que l’empereur Frédéric III laisse volontairement tomber ce don de la République de Venise, en 1468, en signe de désapprobation face à un présent d’une valeur intrinsèque aussi modeste, Page 2004a, p. 16, citant Syson, Thornton, 2001, p. 183.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540