Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les chemins de verre

 | 
Corine Maitte

Chapitre I. 1495 : un état des lieux

Texte intégral

  • 1 Pour ce qui suit, voir Malandra, 1983, p. 70 et suiv. Le préambule cite la première phrase du text (...)

1Le 15 février 1495, l’Université et les hommes de la communauté d’Altare rédigent, « pour l’honneur et la commodité de cette université et des personnes particulières qui exercent dans ce lieu l’art du verre », un règlement de neuf articles destiné à encadrer l’exercice de cette activité. Ce texte est le premier connu qui précise les conditions de la fabrication du verre dans le village, mais il a sans doute eu des précédents. En effet, le préambule porte trace du début et de la fin d’un texte différent1. Du reste, en 1476, des « lois » des verriers d’Altare sont déjà mentionnées. Il ne s’agit peut-être, en 1495, que de réviser les chapitres déjà existants, selon un processus semblable à ce qui se produit alors à Gênes et à Savone. Si la corporation verrière d’Altare ne naît sans doute pas alors, tout laisse supposer cependant que c’est au XVe siècle qu’elle apparaît.

  • 2 La bibliographie est immense, je me contente de renvoyer à Black, 1984 pour une vue d’ensemble, Gr (...)
  • 3 Arnoux, 1993, notamment p. 26 et suivantes et 1re partie.
  • 4 AST, Monferrato, Feudi, Mazzo (M.) 45, no 1 ; cité par Badano-Brondi, 1999, p. 38.
  • 5 Le fief des Carretto était au départ plus vaste, mais en 1268 les héritiers de Giacomo le divisère (...)
  • 6 Galeotto d’une part, Giovanni Vincenzo et Giovanni Ambrogio, frères et fils de feu Alberto d’autre (...)

2À qui revient la paternité de cette nouvelle corporation ? La question des origines, des caractéristiques et de la signification économique, sociale, politique et religieuse des corporations urbaines a fait couler beaucoup d’en2. Celle des corporations rurales n’est pas absente de l’historiographie : Mathieu Arnoux, en particulier, a bien montré leur rôle dans les communautés médiévales de ferrons qu’il étudie en Normandie, mais qui existent également en Champagne et en Wallonie, en Angleterre et en Italie3. Or Altare n’a pas, et n’aura jamais, le statut de ville. C’est un bourg rural dominé par les seigneurs Del Carretto. Feudataires de l’Empire jusqu’au XIVe siècle, ils se sont reconnus vassaux du marquis de Montferrat Théodore II Paléologue en 1390 par suite « de leur impossibilité à défendre leurs terres contre les potentats étrangers4 ». En considération de leurs mérites et de leur soumission, le marquis leur confie immédiatement l’administration des terres ainsi données, Millesimo, Roccavignale, Croceferra (Cosseria), Mallare et Altare5. En 1495, les Del Carretto sont toujours les usufruitiers du fief, mais, en l’absence d’un système de primogéniture, chaque génération en a accru la parcellisation. En 1495, le territoire d’Altare est désormais divisé en quatre et partagé entre différents membres de la famille Del Carretto. C’est sans doute pourquoi les auteurs du texte préfèrent s’adresser directement au marquis de Montferrat Guillaume IX (1494-1518) pour qu’il accepte leurs décisions, qui sont également confirmées par les Del Carretto6.

1495 : naissance d’une corporation verrière

  • 7 Le statut prévoit l’élection annuelle par les chefs de famille de deux syndics et d’un conseil ord (...)

3Ni le marquis de Montferrat ni les feudataires directs ne semblent être à l’origine de la naissance de la corporation : ils ne font qu’entériner ce qui a été décidé par l’Université des chefs de familles d’Altare, véritable instance politique de la communauté depuis sa reconnaissance et sa formalisation en 14387. Les liens reconnus entre la communauté des habitants et l’art du verre sont dès le départ organiques.

  • 8 Malandra, 1983, p. 74. Il fait de plus remarquer qu’il n’est pas explicitement précisé qu’ils doiv (...)

4Ces liens apparaissent clairement dans le mode d’élection des consuls de l’Art qui fait l’objet du premier des neufs articles du texte. En effet, les six consuls qui gouverneront désormais la corporation et auront « pleine, large, ample, générale et entière faculté… autorité, puissance de réformer, ordonner, constituer, régler et confirmer ledit Art, et aussi imposer, ordonner, établir, commencer et finir le temps du travail ou bien des travaux dudit art » seront élus à Noël « par ces dits hommes, communauté, jurés et université dudit lieu ». Autrement dit, les consuls, qui ont tout pouvoir dans la corporation, sont élus par l’ensemble de la communauté politique d’Altare et constituent une magistrature communale8. Le nombre même des consuls de l’Art du verre en est un indice : les six consuls de l’Art du verre d’Altare sont bien plus nombreux que ceux des plus grosses corporations citadines ligures, dont le nombre est généralement fixé à deux. Mais six est le nombre des responsables de la communauté d’habitants.

  • 9 ACA, registri della comunità, non classés. Même procédure déjà en 1675, 1676 et 1677, cf. AST, Con (...)
  • 10 Si la subordination des responsables de l’Art à la communauté correspond bien à ce qui était décid (...)

5Un témoignage tardif indique concrètement comment se déroulait l’élection des consuls de l’Art du verre d’Altare9 : le 25 décembre 1716 a lieu le renouvellement du conseil de la communauté. Chaque membre sortant choisit le nouveau membre entrant dans le conseil lequel, le lendemain, élit les consuls de l’Art du verre suivant le même système : chacun des trois nouveaux syndics de la communauté choisit un nouveau consul de la corporation et les nouveaux conseillers choisissent les trois autres nouveaux consuls10. Ainsi est instaurée une dépendance et une subordination de la corporation vis-à-vis du gouvernement politique de la communauté qui n’est pas sans rappeler ce qui se met en place précocement dans certaines grandes cités, même si l’échelle est évidemment différente.

  • 11 Malandra, 1983, discute du problème de cette appartenance, p. 74-75. Selon lui, les patrons de fou (...)

6Une fois précisé le nombre et le mode d’élection des consuls de la corporation, les huit autres articles sont extrêmement succincts. Le second précise les devoirs des consuls : ils ont non seulement tout pouvoir de réformer l’Art, mais doivent surtout accuser et dénoncer ceux qui désobéissent aux chapitres de l’Art. Leur rôle est bien de régler et de contrôler le groupe que les statuts ont comme vocation première d’instituer. Ce groupe est constitué par l’ensemble de ceux qui acceptent les règles communes. Ceux qui les rejettent en sont bien entendu exclus mais, surtout, aucun membre du groupe ne peut plus travailler ou être en contact avec eux : c’est le sens des articles 5 et 6. Les contours de ce groupe restent cependant très flous : l’acceptation des règles communes suffit à priori pour y entrer11. La mention à plusieurs reprises (art. 5 et 6) d’un processus de « description » laisse penser qu’une sorte d’acceptation et d’enregistrement des personnes qui le composent doit être prévue, mais cette procédure ne fait pas partie des règles clairement formalisées. Surtout, il n’est pas question ici d’un nombre limité de familles, encore moins d’une liste nominative de participants, ni même de quelconques droits d’entrée.

7Au contraire, l’article 8, qui traite du sort réservé aux forains, leur ouvre la possibilité de faire partie du groupe des verriers d’Altare, à condition d’en respecter les règles et de fournir une caution pour ceux qui ne possèdent pas de biens dans le village. Cette caution sert à garantir le respect des règles par des gens qui peuvent à tout moment s’en retourner d’où ils sont venus. C’est aussi le seul article où il est question d’un parcours de carrière : tiseur pendant quatre années puis apprenti pendant quatre autres, soit huit années avant de pouvoir prétendre devenir… maître : cela est plus supposé que dit car, de façon a priori assez surprenante, aucun des articles de la corporation d’Altare ne se soucie d’établir la gradation des carrières et de prévoir les modes de passage d’un statut à un autre. Alors que c’est là l’un des points sur lequel la longue historiographie des corporations a mis l’accent, et que ces clauses occupent effectivement de longs passages des statuts corporatifs tardifs, ce n’est manifestement pas le souci de ceux qui rédigent les statuts d’Altare. Cela ne signifie évidemment pas que des différences de conditions n’existent pas entre ceux qui exercent l’art du verre à Altare et que des modes de passage de l’un à l’autre ne soient d’ores et déjà en place, mais ces règles demeurent tacites, sans doute parce qu’elles ne constituent pas alors un enjeu tel qu’il faille les formaliser et leur donner l’autorité de la chose écrite.

  • 12 Sur l’importance des contrats de travail et donc sur les liens entre corporations et travail salar (...)

8Quels sont alors les enjeux fondamentaux qui nécessitent le passage à la règle écrite en dehors de la constitution d’un groupe nécessairement solidaire ? D’une part, la réglementation de la période annuelle de travail, pour l’heure fixée entre la Saint-Martin et la Saint-Jean-Baptiste (art. 3), mais que les Consuls ont tout pouvoir de modifier par la suite (art. 9). Le plus important est que cette saison de fabrication doit être respectée non seulement par les verriers ayant leurs fours ou œuvrant à Altare, mais également par tous ceux qui font travailler à Milan, Parme et Plaisance, et tout autre lieu en deçà des monts (art. 4). Cette précision essentielle révèle l’existence de migrations et indique que l’un des tous premiers buts de ce statut est d’établir des règles communes à tous les verriers d’Altare, quel que soit leur lieu de travail. D’autre part, et cela peut d’ailleurs être lié, la reconnaissance de la validité des conventions de travail est assurée par la présence de deux ou trois témoins et non par l’obligation d’un texte écrit (art. 7). Cette précision renforce l’impression que l’oral domine et dicte un certain nombre de règles restées alors tacites12. Enfin, le dernier article (art. 9) prévoit une peine pécuniaire de 100 lires pour qui contreviendrait à ces ordres, la moitié étant dévolue au feudataire d’Altare et l’autre moitié à la communauté : les liens organiques existant entre corporation et communauté sont ainsi confirmés, de même que la soumission d’ensemble au feudataire puisque c’est son juge qui tranche les infractions ou règle les différents.

  • 13 Pour le capitulaire de la corporation vénitienne, cf. Monticolo, 1905 ; pour une traduction partie (...)
  • 14 Zecchin, II, p. 4.
  • 15 Zecchin, II, p. 6.

9Il n’est possible d’évaluer et de comprendre la portée de ces articles qu’en les comparant à d’autres textes de même nature. C’est évidemment à l’Arte dei Fioleri de Venise que l’on songe immédiatement, bien que sa naissance soit antérieure de plus de deux siècles13 : la première référence connue à des règlements concernant la fabrication du verre y date en effet de 1264 quand vingt verriers habitants Venise sont bannis pour ne les avoir pas respectés14. Le premier capitulaire connu, celui de 1271, porte trace de ces anciennes règles qu’il remet en ordre, en conservant certaines et en retranchant d’autres considérées comme « inutiles et dépassées15 ». Le même processus a lieu de nouveau en 1441, soit quarante-quatre ans avant les statuts d’Altare. Mais autant le capitulaire vénitien est long (quarante-six articles en 1271, soixante-trois articles en 1441) et reflet d’une histoire réglementaire désormais consolidée, autant ceux d’Altare sont brefs et se limitent à ce qui est considéré comme essentiel.

  • 16 J’en reparlerai plus précisément dans le chapitre v.
  • 17 Chiffres évidemment problématiques, cités par Ciriacono, 1996, p. 248.
  • 18 Sur les caractéristiques et les spécificités des corporations vénitiennes, cf. Mackenney, 1987, 19 (...)
  • 19 Zecchin, II, p. 3, p. 8-13.
  • 20 Zecchin, II, p. 36.
  • 21 C’est pourquoi ne les considérer qu’à l’aune de leur signification économique, en terme de coûts d (...)
  • 22 Mestieri e Arti a Venezia …, 1986 ; sur les corporations vénitiennes en tant que scuole, voir Mack (...)

10Il est clair qu’Altare n’est pas Venise : d’un côté une communauté villageoise qui n’atteint pas 1 000 habitants avant le XVIIIe siècle16, de l’autre une communauté verrière qui compte peut-être 3 000 membres mi-XVIe siècle17. Si corporation il y a dans les deux cas, les conditions et les lieux de leur naissance n’ont presque aucun point commun, ce qui conditionne d’emblée l’exercice de la comparaison. Dans le cas de Venise, les corporations sont un moyen pour le pouvoir politique d’organiser, de réglementer, de surveiller la production tout comme de créer des liens d’obligation politique envers l’État18. Dès 1271, le capitulaire précise que tous ceux qui travaillent dans cet art doivent jurer fidélité, non seulement à ses règles, mais à l’État (art. 43), qu’ils doivent s’abstenir de participer à des réunions non autorisées (art. 44) et doivent payer un tribut au Doge (art. 29). Par comparaison, on remarque qu’aucune taxe d’exercice au profit de la communauté ou des feudataires n’est mise en place par le texte d’Altare. De même, à Venise, les Arti sont contrôlés à partir de 1173 par le bureau de la Giustizia composé de cinq membres. Et si, en 1264, le Grand Conseil décide que le gastaldo sera élu pour un an par les membres de la corporation, c’est toujours du bureau de la Giustizia, devenue vecchia, que l’Art reçoit ses statuts, qui ne peuvent être révisés que d’un commun accord entre la direction de l’Art et les Giustizieri19. À partir de 1482, l’Art du verre dépend directement du Conseil des Dix20. Le processus d’institutionnalisation des corps artisanaux est donc bien politique21, même si l’Art du verre est aussi, comme tous ses semblables vénitiens, une Scuola, c’est-à-dire une libre association à caractère religieux et assistantiel pour laquelle chaque membre est tenu de verser une contribution dépendante de son statut22. Il est difficile de comprendre ainsi la naissance de la corporation d’Altare. Les uniques points communs sont, d’une façon très générale, les liens entre corporation et communauté politique, et l’existence de responsables élus dirigeant le corps.

11En l’état actuel, la corporation vénitienne semble cependant être la seule à laquelle on puisse comparer celle d’Altare dans le vaste panorama des États italiens. Voilà qui pose un problème assez rarement soulevé : pourquoi cette absence générale d’encadrement corporatif de l’activité verrière hormis à Venise et à Altare ? Est-elle bien réelle ? A contrario, pourquoi cette relative spécificité de Venise et d’Altare ? En quoi peut-on comparer une corporation importante de l’une des plus grandes villes d’Occident et celle d’un petit bourg perdu du haut Montferrat ? Pendant longtemps, les historiens du verre en Italie ont été des Vénitiens fascinés par la pérennité de la gloire verrière de leur ville. Ils ont le plus souvent tenu pour négligeables ou dérivés les centres verriers existant en dehors de la Sérénissime. Bien que certaines études aient précocement combattu ce mythe, au premier rang desquelles celle de Guido Taddei sur la Toscane (1954), l’existence de productions verrières autonomes par rapport à Venise n’a été reconnue que de façon relativement récente : le colloque entrepris à l’initiative du groupe toscan mené par Maria Mendera en 1991 en a été la première manifestation collective. Il a contribué à donner l’impulsion ou à relancer des travaux sur les différents centres verriers de la Péninsule.

  • 23 Elle n’existe pas à Florence où les verriers sont membres de l’Ars Oliandolorum, Biadaiolorum, Bic (...)
  • 24 Remarques en ce sens de Epstein, 1998, p. 689: « The existence of set-up costs establish a minimum (...)
  • 25 Depuis les recherches menées par Mendera, 1989, 1991 (après le livre pionnier de Taddei, 1954), ju (...)

12Dans le cadre historiographique qui a prévalu jusqu’aux années 1990, il était logique de ne pas se poser le problème de l’encadrement corporatif des activités verrières en dehors de Venise. Mais dès lors que l’existence d’une production est attestée dans un grand nombre de villes italiennes dès le Moyen Age, le problème mérite d’être reposé : existe-t-il ailleurs qu’à Venise et qu’à Altare des corporations verrières23 ? Si oui, quelles sont leurs caractéristiques, si non, pourquoi ? Sans prétendre à l’exhaustivité, il faut distinguer plusieurs cas : dans une grande majorité des centres, l’activité verrière est exercée par un nombre restreint de patrons de four, souvent un ou deux de façon contemporaine ; le nombre limité de verriers ne justifie nullement l’existence d’un corps autonome24. Par contre, un nombre relativement restreint de centres connaît dès le Moyen Age une concentration importante des fours et, par conséquent, des patrons et de la main-d’œuvre. Dans le contexte italien, en dehors de Venise et de Altare, les centres toscans de Gambassi, Montaione, San Gimignagno forment une telle agglomération. Les recherches récentes ont en effet confirmé qu’il s’agissait là d’une des zones les plus dynamiques de la production verrière italienne médié25. Or aucune corporation n’y prend forme. Oresta Muzzi évoque, à propos des modes d’action des verriers de Gambassi, un comportement « quasi corporatif » :

  • 26 Muzzi, 1991, p. 160. Pour une situation comparable dans un tout autre contexte, voir Howell, 1994.

« Au XVe siècle, bien que les verriers ne soient pas réunis en une corporation formellement reconnue, ce furent ces liens sociaux qui conférèrent à leur groupe un comportement de type corporatif qui, tout en garantissant leur cohésion interne, fut utile pour contrôler et articuler leur présence sur le marché26. »

  • 27 On peut renvoyer ici à l’importante littérature sur les conventions, notamment Salais, 1990 et 199 (...)

13On serait donc en présence d’une situation où l’ensemble des liens familiaux, sociaux et économiques tissés entre les verriers du village, ainsi que leur commune appartenance à des institutions telles que la confraternité religieuse, rendraient inutiles la formalisation d’un corps et l’écriture des règles pour contrôler le groupe27. Cette hypothèse interne au fonctionnement du groupe, doit, a contrario, faire réfléchir sur le besoin de formalisation qui se fait sentir ailleurs : relâchement des liens qui rendrait nécessaire l’institutionnalisation du groupe et de ses règles ? Absence ici, présence là d’éléments étrangers qui rendraient utile cette formalisation ?

  • 28 voir notamment Malanima, 1986. Au fur et à mesure de la croissance de l’État toscan sous l’égide d (...)
  • 29 Malandra, 1983. Il ne semble pas se développer ici d’associations d’usagers ou de producteurs tels (...)

14Sans que cela soit contradictoire, les différences politiques entre ces trois situations peuvent également être invoquées. À Venise, l’arte dei fioleri est un corps artisanal de la réalité citadine, une situation classique. À Gambassi, Montaione, etc., l’absence d’organisation corporative est aussi la situation normale des centres du contado soumis à un État territorial constitué sous l’égide de la capitale commerciale et productive qu’est Sienne d’abord, Florence ensuite28. Altare connaît la situation tout à fait atypique d’une corporation instituée dans bourg rural inféodé, dans une région où, par ailleurs, le développement du phénomène corporatif est assez réduit29 : c’est cette anomalie apparente qui doit donc être expliquée. Pour cela, il faut mener l’enquête non seulement dans la Péninsule, mais aussi ailleurs en Europe.

  • 30 Pour une analyse de ces textes, cf. Philippe, 1998, p. 191-196. Il existe aussi une corporation im (...)

15Or, à l’échelle européenne, un certain nombre de textes qui encadrent et réglementent les activités verrières sont connus depuis longtemps et ont déjà fait l’objet de publications et de commentaires : chartes des verriers du Spesshart de 1406, des verriers du Languedoc de 1445 et des verriers lorrains de 144830. Tous datent du XVe siècle, période à la fois de mise par écrit de règles sans doute antérieures, et, peut-être, de structuration des groupes verriers. Mais ces textes diffèrent profondément des statuts d’Altare et de Venise en ce qu’ils ne fondent pas de structures corporatives et ne se présentent pas comme une série de règlements que tout le corps des verriers aurait à respecter. La charte des verriers de Lorraine comme celle des verriers languedociens, absolument contemporaines, sont des octrois de privilèges de la part du pouvoir souverain, Jean de Calabre d’un côté, le Roi de France de l’autre : on y trouve donc de toutes autres considérations que dans les textes d’Altare ou de Venise. S’il y a échange de droits et de devoirs, c’est avant tout entre le souverain et un nombre restreint de verriers – ce qui est particulièrement sensible dans le cas de la charte des verriers Lorrains – et non à l’intérieur du groupe verrier lui-même. Certes, dans le cas languedocien, le dernier paragraphe semble supposer l’existence d’un corps tenant conseil et ayant des procureurs, mais l’institutionnalisation est faible.

  • 31 En effet, on ne sait si cette organisation est destinée à survivre aux contractants puisqu’il est (...)

16La charte des verriers du Spesshart est d’une autre nature et possède un « air de famille » plus marqué avec le texte d’Altare. Tout d’abord, elle se présente, comme à Altare, en tant que décision d’un groupe dont elle fixe les règles communes. L’autorité politique féodale ne semble intervenir que pour donner force de droit aux décisions prises et en garantir le respect. Dans sa brièveté comme dans son contenu, ce texte semble le plus proche des décisions prises à Altare en 1495. La grande différence tient cependant à ce que le groupe de verriers constitué ne s’identifie pas à une communauté politique et à ce qu’aucun gouvernement stable n’est prévu pour le groupe en dehors du générique « l’un d’entre nous rappellera nommément l’attention des uns et des autres sur le serment ci-dessus », ce qui est peut-être dû au caractère viager de l’entente31. Ici aussi, l’institutionnalisation apparaît donc beaucoup plus faible qu’à Altare et, a fortiori, à Venise où une partie importante des textes règle le problème du gouvernement de la corporation et de ses attributions.

  • 32 Le système électoral vénitien, aux dires mêmes de Zecchin, II, p. 31-32, reste peu clair.
  • 33 Zecchin, II, p. 30.

17Dans ces deux cas, les dirigeants de la corporation ne sont pas directement élus par l’ensemble des membres de l’Art, mais choisis par les élus sortants : ceux de la communauté à Altare, ceux de l’Art à Venise où, en 1441, l’élection se fait en deux temps, le second nécessitant l’approbation du « chapitre » entier de l’Art32. Le système d’Altare semble beaucoup plus élitaire, à tel point qu’il n’y est jamais fait mention, que ce soit pour information ou pour décision, de réunion de l’ensemble des personnes exerçant l’Art (le « chapitre » vénitien). De même, alors qu’à Venise, il est désormais acquis en 1441 que le gastaldo doit être un patron de four tandis que ses officiers sont choisis parmi les maîtres33, aucune précision de ce genre n’existe à Altare où les différentes fonctions et qualifications ne sont, on l’a dit, pratiquement pas envisagées par le texte.

  • 34 Zecchin, II, p. 108 et suiv.
  • 35 Les temps d’apprentissage étaient de toute façon réglés par la coutume locale et par les contrats (...)

18Ce silence contraste avec les précisions contenues dès 1271 par le capitulaire vénitien : il y est alors clairement fait mention d’apprentis, de maîtres et de patrons, mais on n’y trouve par contre aucune mention d’examen de passage. C’est dans le capitulaire de 1441 qu’est précisé, de façon cependant encore très générique, le processus de « preuves » à effectuer devant le gastaldo et les officiers pour passer du statut d’apprenti à celui de maître (art. 27 et 28)34. Aucune précision n’est cependant donnée quant à la durée de l’apprentissage ni à la nature des épreuves avant le XVIIe siècle. Manifestement, la gestion des capacités de la main-d’œuvre reste infra réglementaire. La remarque vaut également pour la charte des verriers du Spesshart qui distingue nettement les statuts de maître, d’aide et d’apprenti, sans que l’on sache cependant quels sont les temps et les processus prévus pour le passage de l’un à l’autre35.

  • 36 Zecchin, II, p. 9. Sur ce problème plus généralement à Venise, cf. Lanaro, 2008.
  • 37 macCray, 1999a, p. 44.
  • 38 Zecchin, II, p. 80.

19Il est par contre un type de main-d’œuvre dont les règlements s’occupent à Venise comme à Altare, comme au Spesshart : ce sont les forains. Sur ce point, les trois textes présentent entre eux des ressemblances communes à bien d’autres textes corporatifs. En effet, même si le capitulaire vénitien de 1271 apparaît assez contradictoire, excluant à l’article 33 les étrangers qu’il autorise à l’article 39, il semble que ce soit ce dernier article, qui prévoit le paiement par les verriers forains voulant exercer leur art à Venise d’une taxe à la Chambre de justice et à la Scuola, qui ait été suivi36. La même contradiction est toujours présente dans le nouveau capitulaire de 1441 dont l’article 45 interdit la présence des étrangers, tandis que l’article 49 l’autorise moyennant le paiement de taxes : comme le note Patrick MacCray, les officiers de la corporation sont constamment pris entre leur désir de fournir une main-d’œuvre abondante aux fours et celui de ne pas contribuer à la divulgation des secrets37. Mais concrètement, les étrangers sont constamment présents dans la corporation vénitienne. Un article de 1454 prévoit même que « dorénavant chaque patron de four puisse prendre autant de maîtres et garçons qu’il lui semblera et de tout type et provenance (stagion)38 ». Au Spesshart, le règlement permet l’accueil d’apprentis de familles verrières et d’aides verriers forains à l’unique condition qu’ils jurent de respecter les règles communes du groupe. Aucun paiement, aucun délai ne sont ici prévus, contrairement à ce qui se passe à Altare et à Venise : c’est, du point de vue réglementaire, la situation la plus favorable à l’accueil des forains, mais elle est restreinte à ceux qui sont déjà verriers.

  • 39 Zecchin, II, p. 35 sur cette disposition ; II, p. 79-90 sur les forains dans l’Art.
  • 40 Zecchin, II, p. 85-86.

20Les mesures concernant les étrangers évoluent fortement à Venise au cours du XVe siècle. En 1469, des lettres ducales, reprenant les vœux exprimés par les Muranais eux-mêmes, réaffirment, entre autres choses, que les « forains » peuvent être admis dans l’Art, à condition d’être domiciliés à Murano et d’avoir une caution, selon les statuts et la pratique observée jusqu’alors. Mais seuls les natifs de Murano pourront désormais travailler les verres cristallini sans doute récemment inventés39. Si ces décisions marquent un changement important dans les conditions légales d’accès des étrangers, réitérées en 1489, la pratique d’embaucher des étrangers ne semble pourtant pas avoir cessé. Elle est théoriquement totalement interdite en 1544, lorsque les règlements précisent que dorénavant personne ne peut être admis dans l’Art sans avoir été auparavant présenté « au gastaldo et à ses compagnons et à douze maîtres… ayant reçoit foi qu’il soit né de père vénitien originaire40 ». Malgré cet apparent durcissement, il est néanmoins toujours question au XVIIe siècle des nombreux étrangers présents dans l’Art du verre de Murano. Il faut donc en conclure deux choses : les règlements d’Altare sont relativement semblables à ceux de Venise quant aux conditions d’accueil des étrangers, au moins jusqu’au milieu du XVIe siècle ; au-delà de la lettre des règlements, la pratique de ces deux corporations a toujours permis, voire nécessité, l’embauche d’étrangers.

21Des similitudes entre tous ces règlements existent également sur l’un de leur point central : la fixation de la saison de travail des fours. Le capitulaire vénitien de 1766 explique les raisons de ce nécessaire repos :

  • 41 Zecchin, II, p. 9-10. Voir aussi P. Zecchin, 1995.

« Pour donner le temps à la vente des manufactures faites, pour la rénovation des fours brûlés par le tourment continuel du feu, pour donner du repos aux équipes (maestranze) et pour pouvoir les réordonner de nouveau, et pour pouvoir réajuster tout ce qu’il faut pour le bon commencement du travail suivant41. »

  • 42 Les différents capitulaires vénitiens comportent de nombreuses clauses à ce sujet.
  • 43 Zecchin, II, p. 28. C’est le Sénat qui prend cette mesure d’allongement le 1er novembre 1417.
  • 44 La saison à Altare va, on l’a dit, de la Saint-Martin à la Saint-Jean-Baptiste (11 novembre-24 jui (...)

22En effet, les creusets, mais aussi les fours eux-mêmes, doivent souvent être réparés, voire remplacés. Par conséquent, les contrats de travail durent le plus souvent pendant une « saison » au terme de laquelle patrons et ouvriers sont déliés de leurs obligations réciproques et stipulent de nouveaux accords42. Surtout, comme l’expliquent clairement les responsables vénitiens en 1766, la période de vacances des fours est essentielle pour écouler la production et ne pas engorger le marché. La durée du repos est donc liée à ce double impératif. Le capitulaire vénitien de 1271 prévoit cinq mois de vacance annuelle, la saison de travail étant alors fixée de mi-janvier à mi-août. Au XVe siècle, la période de travail s’allonge et dure désormais du premier novembre au quinze août43, ce qui signifie la réduction par deux de la période de vacance. Les verriers vénitiens travaillent donc plus que ceux d’Altare et du Spesshart44.

23Dans la perspective d’un fonctionnement de groupe, le respect par tous de la même période de travail est évidemment essentiel : si quelqu’un dérogeait, sa production augmenterait et ses ouvriers travailleraient davantage, une perspective aussi tentante pour chacun qu’inacceptable par les autres. Le respect de cette période est donc l’objet d’attentions toutes particulières. De même, la concession par l’autorité politique de privilèges dérogeant à cette norme fait l’objet de continuelles négociations et d’âpres conflits à Venise. Par contre, l’allongement de la saison de travail pour tous semble en soi un signe de la vitalité commerciale de l’Art vénitien qui réussit à commercialiser une production croissante. Le motif invoqué par le Sénat pour justifier l’allongement de la durée de travail n’est cependant pas celui des besoins du marché mais celui des nécessités de la main-d’œuvre :

  • 45 Zecchin, II, p. 28.

« Les Proveditori de Commun ont trouvé que mettre le feu dans ces fours le premier décembre se fait au détriment des Maîtres de cet Art, dont la conservation est utile… ainsi dorénavant on doit mettre (le feu) le premier novembre et ainsi ces maîtres seront contents et ils se conserveront, eux et leur famille45… »

  • 46 Pour tout ce qui suit voir Zecchin, 1957/II, p. 96-110.

24à Venise, sans avoir besoin d’aller travailler ailleurs pour subvenir aux besoins de leur famille pendant leurs longs mois de congés forcés… S’il est en effet un point de divergence fondamental entre Venise et Altare, c’est l’attitude face aux expatriations de verriers que nous aborderons plus loin46. Anticipons cependant que les migrations ne semblent pas liées à une quelconque crise de la production sur place.

Une production importante, diversifiée, commercialisée au loin

  • 47 Ce qui suit est tributaire des informations contenues dans Malandra, 1983, notamment p. 97 et suiv
  • 48 C’est le cas notamment des gaderie citées en 1539, des bale chince, etc.
  • 49 Les raisons d’une telle absence de fouilles sont sans doute dûes à la coexistence des implantation (...)
  • 50 Voir notamment l’usage qui en est fait par Ciappi, 1991, p. 267-312 ; Montinari, 2000 pour la Ligu (...)
  • 51 Le Ponent est toute la zone qui est au Nord de Gênes vers l’actuelle frontière française. Altare e (...)
  • 52 On ne trouve pas le terme si courant en Italie padane de mioli ou migliuli, terme qui existe égale (...)

25Les renseignements concernant la production d’Altare sont à la fois relativement nombreux et assez insatisfaisants. Les registres notariés, bien conservés à Savone pour cette période, recèlent un nombre important de contrats de vente de verre effectués par les producteurs d’Altare et analysés par Guido Malandra47. Malheureusement, ces contrats se contentent souvent d’indiquer la vente de « verres variés » (omnibus speciebus et manieribus) sans autre précision. Seul un nombre très réduit de contrats contient une énumération qui utilise une terminologie souvent difficile à mettre en relation avec des objets précis48, ce d’autant plus qu’aucun produit authentifié d’Altare n’a été conservé, ni retrouvé, puisque aucune fouille archéologique n’a eu lieu à Altare même49. Les apports de l’iconographie, parfois fort utiles, sont ici d’un maigre secours50. En effet, la première représentation connue d’un objet de verre dans la peinture ligure est tardive – 1446. Elle est le fait d’un peintre d’Albenga, dans le Ponent, où se concentre ensuite de façon significative l’essentiel des représentations connues du XVe siècle51. Les deux formes prédominantes dans ces peintures sont les bouteilles sur pied et les verres sans pied qui doivent constituer l’essentiel de la production d’Altare : ciati ou goti dominent en effet largement dans les ventes ainsi que les anfule52.

  • 53 De façon toute à fait cohérente avec ce qui se passe alors dans le reste de la Péninsule, cf. Stia (...)
  • 54 Il s’agit de Benedetto de Tardona in Varazze.
  • 55 Ciappi et al., 1995, p. 63 et suiv.

26La diversification de la production semble croître pendant le XVe siècle53. On trouve notamment, dans la boutique d’un commanditaire habituel des producteurs d’Altare, des modèles de fiasques couverts dès le début de ce siècle54. Ces produits, typiquement toscans jusqu’à nos jours, apparaissent en Toscane pour la conservation du vin à partir de la fin du XIVe ou du début du XVe siècle55. L’hypothèse d’une imitation rapide n’est pas impossible dans la mesure où un verrier de Gambassi est présent à Altare en 1399. Rapidité de la circulation commerciale ou rapidité de l’imitation productive ? Rien ne permet d’en décider de façon certaine. En tout cas, les contrats de vente mi-XVe siècle permettent de constater que les verriers d’Altare fabriquent non seulement des verres et des bouteilles, mais aussi des urinoirs, des calices, des lampes de bateau etc., auxquels s’ajoute une production de verre plat. On est donc en présence d’une gamme relativement vaste de produits dont l’usage devient plus commun, indices d’une consommation sans doute plus courante qu’on ne le pense d’objets de verre à cette époque.

  • 56 Vitrea pro Cicilia vel Levante, vente de Segurano Saroldi le 29/3/1468, not. F. Guglielmi, ASS, ci (...)

27Cette production atteint au XVe siècle des destinations lointaines, comme Naples, la Sicile, la Corse et la Sardaigne, voire même les pays du Levant pour lesquels des verres semblent spécifiquement produits, tout comme pour la Sicile d’ailleurs, en 1468 (carte planche iv)56. Ce phénomène est à mettre en relation avec l’ancienneté des relations commerciales de Savone avec la Sicile et avec l’évolution des formes de commercialisation.

  • 57 Malandra, 1983, p. 61, Badano Brondi, 1999, p. 45 et suiv. : Manfredo d’Orsara et Enrico Buzzone a (...)
  • 58 Malandra, 1983, p. 62.
  • 59 Cf. Malandra, 1983, Badano Brondi, 1999, p. 45 et suiv. dont je tire les informations.
  • 60 Badano Brondi, 1999, p. 46.
  • 61 Loué en 1511 par Stefano Bormioli, cf. Badano Brondi, 1999, p. 47.

28Pendant une bonne partie du XVe siècle, les ventes se font majoritairement par Savone et par l’intermédiaire de ses marchands verriers (vitrerii) qui sont en situation de quasi monopole57. Cette situation évolue au XVe siècle sous l’influence de plusieurs facteurs bien mis en évidence par Guido Malandra : l’insertion de Altare dans le marquis de Montferrat a eu comme effet d’ouvrir progressivement le versant padan des Apennins aux intérêts des verriers du village. La diversification des zones et des voies de commercialisation de leur production verrière au XVe siècle leur a permis de s’émanciper de leurs intermédiaires savonais. Et ce d’autant plus qu’à Savone même, les producteurs altarais ont été capables de se libérer de la tutelle des marchands vitriers en vendant de plus en plus fréquemment leurs produits à des marchands non spécialisés et en développant leurs propres capacités de commercialisation. En effet, dès la seconde moitié du XIVe siècle et de façon croissante au XVe siècle, des Altarais s’installent à Savone et y favorisent la commercialisation de la production de leurs parents ou compatriotes58. À la fin du XVe siècle, ils ne se contentent pas de vendre à Savone, mais se mettent aussi à transporter eux-mêmes les marchandises en louant des bateaux59 : en 1485 par exemple, Antonio Marini, à la tête de son navire chargé de verre, est capturé par des pirates sur la route de Rome60. En 1499, Gaspare Pisani et Simone Massari transportent par mer des verres d’Altare vers Rome : les témoignages se multiplient ensuite pendant tout le XVIe siècle. Les bateaux affrétés sont le plus souvent des saettia, relativement petits, mais aussi quelques galions de 800 mines61, ce qui fait de tels voyages de véritables « entreprises ».

  • 62 Malandra, 1983, p. 82.
  • 63 De ianua ad presens degens in loco Altaris. Noter à ce propos que l’interdiction d’importer des ve (...)
  • 64 Malandra, 1983, p. 80.

29Parallèlement, des Altarais s’installent dans des lieux d’écoulement des produits finis et d’achat des matières premières. Ainsi en 1486, Francesco Massari est à Nice où il achète de la soude provençale destinée à Altare et où il vend les productions du village62. Les Altarais témoignent ainsi d’un dynamisme qui n’a rien à envier aux marchands génois qu’ils rencontrent fréquemment au sein de leur village. En effet, pour le marché génois, l’activité des intermédiaires citadins apparaît toujours fondamentale. Mais ce sont désormais eux qui se déplacent ou qui s’installent durablement à Altare : ainsi Pantaleone Chighisola, marchand génois de verres, est en activité à Altare entre 1474 et 1482. Lui succède peut-être Luca Chighisola, présent à Altare à partir de 149363 aux côtés d’autres, comme Francesco da Zoagli, connu à Altare à partir de 148564.

  • 65 Malandra, 1983, p. 99-100.
  • 66 Un texte turinois du XVIIIe siècle précise en effet qu’une fenêtre est dite « a Gelosia parce que (...)
  • 67 Malandra, p. 259-60.
  • 68 Pour les informations les plus précises, cf. Zecchin, I, p. 227-246 et Maccray, 1999a, chap. 5 not (...)

30Multiplication des contrats, élargissement des marchés, diversification des modes de commercialisation : tout concourt à donner de la production d’Altare dans la seconde moitié du XVe siècle une image particulièrement dynamique. Cela n’est peut-être pas sans rapport avec l’apparition parmi les produits du village d’imitations des fabrications vénitiennes. La première mention connue se trouve en 1476 lorsque Segurano Saroldi vend des ciati seu gothi ad Venecianam et de patrono ac Geroxia, ce qu’il réitère l’année suivante. En 1483, c’est un certain Galamano Andrea qui vend des goti vel ciati Veneti et Geloxia, tandis qu’en 1488, c’est au tour de Francesco Massari d’effectuer une telle vente65. Que sont précisément ces « verres de Venise » ? Aucun document ne le précise : la seule chose à peu près certaine est qu’il s’agit à la fois de verres de tables (gothi) et de verre à fenêtre (geloxia66). Mais, en 1495, il est pour la première fois question de vasi vitri cristallini vendus par Bartolomeo Pisani67. Or, l’invention du verre cristallin a longtemps été attribuée à Angelo Barovier, et communément datée du milieu du XVe siècle68.

  • 69 Il est obtenu grâce à l’introduction de manganèse qui permet de contrebalancer les effets des oxyd (...)
  • 70 Hypothèse de Zecchin, 1967, 112/I, p. 237 fondée sur l’existence dans un inventaire datant de 1405 (...)

31Certes, le terme de cristallo/cristallino est susceptible de diverses interprétations : d’une part, le verre blanc transparent existe bien avant le milieu du XVe siècle, mais il n’est en général pas appelé ainsi69 ; d’autre part, le terme cristallino existe avant 1450 mais sa signification reste problématique. Luigi Zecchin estimait qu’il s’agit alors plus de désigner une forme spéciale que des propriétés spécifiques du verre lui-même70. Selon lui,

  • 71 Zecchin, 1967-112/I, p. 238.

« ce fut entre 1450 et 1455 que l’adjectif “cristallin” cessa d’être employé pour désigner un verre soufflé dans un moule pour indiquer le verre plus limpide que d’habitude trouvé à Murano pendant cette période71 ».

  • 72 Averlino, 1972.
  • 73 Zecchin, I, p. 238.
  • 74 La fiche manuscrite a été retrouvée en 1819 dans un volume de Hartman Schedel, Chronicorum sive de (...)

32Pourquoi cette assertion ? Parce que différents textes évoquent alors le verre cristallin comme un verre ayant des propriétés particulières et non une forme spéciale. Pourquoi Angelo Barovier et pourquoi cette date ? Des faisceaux d’indices contribuent à faire de Angelo un verrier doté d’un savoir-faire reconnu. Antonio Averlino, dit le Filarete, a été l’un des premiers à le reconnaître comme un verrier spécialement doué, digne de réaliser les mosaïques et les ouvrages de verre présents dans la Sforzinda idéale longuement décrite dans son Traité d’architecture72. L’humaniste de Ferrare Ludovico Carbone lui consacre, entre 1455 et 1460, l’épigramme de optimum artificem crystallinorum vasorum tandis qu’un compte privé daté de 1460 le qualifie de ab alchymizis cristallis73. Le pouvoir vénitien semble reconnaître ses talents puisque Angelo reçoit, sans doute en 1456, l’autorisation de travailler au-delà de la saison normale. Le milieu littéraire et humaniste met donc en valeur ce verrier qui semble pouvoir témoigner de l’alliance entre théorie et pratique. Ne rapporte-t-on pas, dans un témoignage du début du XVIe siècle, que Angelo a suivi les cours que le « philosophe » Paolo da Pergola donne à Rialto entre 1445 et 1455 ? Cela lui aurait permis de tirer des enseignements sur le traitement des matières et sur les propriétés des métaux d’où naîtraient « les couleurs spéciales et certains mélanges dont se servent les verriers de Murano74 ».

  • 75 Zecchin, 1967-112/7, p. 240-1. Le texte latin est assez explicite : « Intellecta devota supplicati (...)
  • 76 Si Zecchin est très problématique et fournit le réseau des présomptions qui rendent crédible l’att (...)
  • 77 Voir notamment Rosenberg, 1982.
  • 78 Remarques en ce sens de Epstein, 1998, p. 699, MacCray, 1999a sur la mythologie entourant la famil (...)
  • 79 Verità, 1985, et Jacoby, 1993, ont notamment montré que les verres cristallo étaient connus à Veni (...)

33Mais mettre en valeur uniquement Angelo, c’est oublier qu’il bénéficia de l’autorisation spéciale de travailler les verres cristallins en même temps que Nicolò Mocetto di Antonio. Au demeurant, en 1457, Jacopo d’Angelo réclame le même traitement pour ses verres de cristal et de porcelaine75. Dans les années 1450, ces innovations sont donc mises en œuvre par un certain nombre de verriers vénitiens, signe sans doute de leur germination antérieure et collective. Cette « invention », comme bien d’autres, a donc été de plus en plus questionnée. Elle ressort du mythe qui s’est créé, essentiellement au XIXe siècle, autour de la figure de Barovier, dans la double volonté d’attribuer des œuvres à des maîtres et des innovations à des inventeurs76. Cette conception de l’histoire des techniques est désormais dépassée. Comme les autres artisans, les verriers devaient, par la nature même de leur travail, constamment tester et modifier leurs recettes77. Dans un monde où chacun essaye, les innovations sont le fait d’expérimentations accumulées78. Il faut donc abandonner Barovier à son mythe et penser que des essais parallèles ont été effectués par plusieurs verriers, sans doute depuis le début du XVe siècle, ce qui permet de comprendre la diffusion relativement rapide de ces techniques à Murano79.

  • 80 Gasparetto, 1982, p. 23.

34Quoi qu’il en soit, les innovations introduites à Venise au XVe siècle pour aboutir au verre cristallo sont de plusieurs sortes. D’une façon générale, l’emploi de meilleures matières premières ; plus précisément, la mise au point d’un processus de purification des cendres sodiques (les meilleures venant de Syrie), non plus employées telles quelles mais véritablement traitées pour en éliminer les impuretés ; l’ajout de bioxyde de manganèse décolorant ; ensuite des passages répétés de la fritte dans l’eau, et enfin une refusion prolongée de la matière vitreuse80. La sévérité accrue des règles vénitiennes du second XVe siècle en matière d’admission des étrangers dans l’art du verre de Murano est à mettre en relation avec cette innovation que la corporation, comme le gouvernement vénitien, entend conserver dans la ville. Or, les contrats de vente des verriers d’Altare montrent qu’avant la fin du siècle, le cristal de Venise peut être produit ailleurs. Dès lors que le produit est reconnu et apprécié, ses imitations apparaissent. Selon quelles voies et selon quels rapports avec les modèles originaux ? L’énigme n’est pas encore résolue.

Altare : de la réalité d’un développement encore méconnu aux mythes des origines

  • 81 Milanesi, 1864; Zecchin, III, p. 213-226.
  • 82 Voir par exemple Eamon, 1994. Un récent colloque s’est tenu à Barcelone sur ce thème. Le premier t (...)
  • 83 Zecchin, III, p. 218. En 1967/I, p. 231, Zecchin estimait cependant que ce texte avait été rédigé (...)
  • 84 Zecchin, III, p. 221.

35Les indices recueillis sur la production verrière d’Altare ne sont pas les seuls qui permettent d’envisager une diffusion relativement rapide d’une partie au moins des « secrets » mis au point par les verriers vénitiens au XVe siècle. En effet, Gaetano Milanesi a publié en 1864, sans en indiquer la provenance, trois manuscrits de recettes toscanes du XVe siècle que Luigi Zecchin a commentés81. Ces textes contiennent des recettes du verre cristallin (2d et 3e), du verre lattimo (blanc opaque, 1er et 2d), du verre calcidoine (3e), en mêlant pour le second terminologie toscane et vénitienne. Aucun n’est spécifiquement consacré au verre, bien que le second en traite plus largement, et leurs différences reflètent l’extrême diversité de ce type de littérature82. Le second, attribué par Milanesi à Benedetto Ubriachi et daté par lui de la fin du XIVe-début XVe siècle, est, aux dires de Luigi Zecchin, chargé d’incohérences83. Le troisième au contraire, daté par Milanesi sur la base d’une référence textuelle de 1443, semble à Zecchin le cahier utilisé par un collectionneur dépourvu de centre d’intérêt spécifique pour transcrire sans ordre préétabli des informations de provenances très diverses84. Il est donc exclu que l’un de ces compilateurs ait été verrier. Or, le second et le troisième indiquent la recette du verre cristallin. Le second, antérieur, contient la première description connue du traitement de la soude pour obtenir le « sel » purifié nécessaire à faire la fritte du verre cristallin. Zecchin suggère de retarder les dates proposées par Milanesi pour ces manuscrits, sur la base, justement, de la référence commune au verre cristallin : tandis que le second serait de peu postérieur à 1450, le dernier, dans lequel la référence au cristallin est désormais acquise et consolidée, daterait des années 1470. Le raisonnement tautologique de Zecchin pour proposer une nouvelle datation de ces manuscrits est assez évident : puisque le verre cristallin a été inventé par Angelo Barovier vers 1450, les manuscrits sont nécessairement postérieurs, une façon de ne pas remettre en discussion la paternité de cet inventeur vénitien. Si l’on retient au contraire l’hypothèse plus probable d’une innovation antérieure, les données du problème changent…

36Il reste donc à espérer que ces recettiers fassent l’objet de nouvelles études. Mais, pour l’instant, quels enseignements tirer de l’existence de ces recettes ? Que des compilateurs toscans non spécialement liés à l’industrie du verre peuvent transcrire, relativement peu de temps après son « invention » supposée, la recette du verre cristallin de façon tout à fait claire. De qui l’ont-ils apprise ? Personne ne le sait. Mais on peut conjecturer que des verriers leur ont fourni les informations. L’emploi d’un vocabulaire toscan laisserait supposer qu’ils étaient de la région. Dans ce cas, le secret n’en est déjà plus un : un certain nombre de gens de l’art en Toscane sont au courant des nouveaux procédés et sans doute capables de les mettre en application. S’il est donc à peu près certain qu’aucun verrier n’a jamais lu ces manuscrits, dont il serait très hasardeux de penser qu’ils puissent être à l’origine d’une quelconque circulation de l’information entre gens de métiers, le contenu de ces recettes peut renvoyer l’écho de l’effective circulation de l’information entre verriers. Si la façon de les dater est contestable, il n’en reste pas moins qu’ils témoignent d’une circulation relativement rapide des nouveaux « secrets ».

  • 85 Zecchin, II, p. 79-84 pour les Toscans. La présence des Altarais est par contre moins bien attesté (...)
  • 86 Zecchin, I, p. 231.
  • 87 Notons qu’un manuscrit du XVe siècle conservé à la Bibliothèque universitaire de Bologne parle éga (...)
  • 88 Ce contrat très intéressant est publié intégralement par Zecchin, II, p. 226. Voici le passage con (...)
  • 89 Cf. les remarques de Epstein, 1998.

37Comment et pourquoi ? Poursuivons les hypothèses : n’est-ce pas parce que, dans un certain nombre de villes, verriers toscans et vénitiens travaillent de façon suffisamment proche pour que des contacts aient lieu, des procédés s’échangent ? Où ? D’abord à Venise même, où la présence de verriers toscans, si ce n’est altarais, est attestée à de nombreuses reprises au XVe siècle85. En 1501, les patrons de four rappellent qu’avant la décision de 1489 (interdiction de prendre des ouvriers forains dans les fours de verre cristallin), ils avaient des « travailleurs d’Outre Alpes, Génois et Florentins et d’autres lieux et terres étrangères86 ». Entre la mise au point des nouveaux procédés et 1469, voire 1489, aucun règlement n’interdit leur diffusion, y compris parmi les verriers forains et étrangers travaillant à Venise. Zecchin s’était d’ailleurs déjà demandé si ces ouvriers n’étaient pas à l’origine des recettes toscanes87. La famille Barovier elle-même ne recherche pas l’exclusivité à long terme de procédés qu’elle n’est de toute façon pas seule à détenir. En 1460, quelque mois après la mort de Angelo, son frère embauche un apprenti à qui il s’engage à livrer tous ses secrets concernant le verre cristallin blanc ou coloré, le calcidoine-ici mentionné pour la première fois dans les sources vénitiennes-les mosaïques etc., à condition qu’il ne les divulgue à aucun autre avant dix ans88 : apprentissage et circulation technique sont bien au rendez-vous de cette corporation verrière vénitienne89.

  • 90 Zecchin, 1963-87/I, p. 229 et 1967-112/I, p. 239.

38Mais il est possible aussi que cette transmission ait eu lieu dans certaines villes d’Italie centrale et de la plaine padane où Vénitiens, Toscans et un nombre croissant d’Altarais travaillent dans la seconde moitié du XVe siècle. En 1455 par exemple, Angelo Barovier se rend, sur invitation du Duc, à Milan où il rencontre sans doute le Filarete. Son fils Marino y est retenu par les courtisans, au grand dam de son père qui craint le ressentiment de ses collègues. Avant même 1455, le Filarete passe accord avec Antonio del Bello, verrier de Murano qui doit aller à Milan pour y introduire « l’art du verre cristallin ». Cet accord est connu par une lettre envoyée le 10/12/1455 par la chancellerie ducale à Alessandro Sforza, alors à Venise, pour qu’il persuade, par la douceur ou par la force, Antonio à respecter son serment. Nul ne sait si ce verrier a cédé aux pressions, mais, même s’il ne s’est pas rendu dans la capitale lombarde, ce n’est pas forcément par ignorance des nouveaux procédés, comme le suppose Zecchin90.

  • 91 Zecchin, 1967-112/I, p. 239.
  • 92 Zecchin, 1968-115/II, p. 210.
  • 93 Zecchin, 1983-20/II, p. 231.
  • 94 C’est aussi l’hypothèse que fait Mallarini, p. 36-37 ; les études sur ce point sont cependant prat (...)

39Les Vénitiens au courant des nouveaux procédés sont en fait assez nombreux à tenter fortune en dehors de leur ville. En 1468, par exemple, Giovanni et Paolo Mocetti, fils de Nicolò, titulaire du même privilège que Angelo Barovier en 1456, sont accusés d’être allés travailler en dehors de Venise91. En 1470, Taddeo, un des frères d’Angelo Barovier, est accusé d’avoir pris des accords pour ouvrir une verrerie à Ancona92. En 1473, un autre frère, Marco, propose d’ouvrir une verrerie à Mantoue, alors que Gian Andrea est également accusé d’être allé chercher fortune en dehors de Venise93. Ainsi est-il possible que certains Toscans et Altarais aient appris les nouvelles techniques en regardant et en apprenant dans les centres où ils sont en contact avec des Vénitiens94.

  • 95 Bordoni, 1884, p. 40. A l’appui de ses dires, il cite le Dictionnaire corographique d’Italie dans (...)
  • 96 Notamment avant l’invention du « cristal » à Venise dans la seconde moitié du XVe siècle, cf. Mala (...)

40Ces hypothèses semblent plus plausibles que certaines explications anciennes. En effet, dès le XIXe siècle, les érudits altarais se sont demandés comment les verriers du village étaient parvenus à posséder certaines techniques vénitiennes. Leur réponse fut l’existence de migrations de verriers vénitiens vers Altare : cette supposition était fondée, non sur l’existence de traces de ces mouvements, mais sur leur nécessité logique – comment les verriers d’Altare auraient-ils pu être les agents transmetteurs de techniques qu’ils ignoraient ? – et sur l’identité de certains noms de famille entre Venise et Altare95. Or, Guido Malandra a montré que les familles supposées venir de Venise portaient en fait des noms communs dans la zone depuis fort longtemps96. L’hypothèse relativement simple d’une migration de verriers vénitiens vers Altare apparaît ainsi caduque. D’autant qu’une telle migration est assez peu probable : pourquoi aller de Venise vers Altare ? Ni marchés de consommation alléchants, ni offres étatiques attrayantes, ni perspectives d’installation sans concurrence ne pouvaient attirer à Altare des Vénitiens. Mais cette affirmation faisait partie du récit mythique des origines d’Altare tel que contribuèrent à le transmettre et à le fixer les érudits du XIXe siècle. Ainsi Enrico Bordoni écrivait-il en 1884 que

  • 97 Bordoni, 1884, p. 37-38.

« la tradition fait croire que l’art du verre fut établi à Altare par divers ouvriers de la Gaule appelés à l’exercer par un moine de l’île de Bergeggi, nommé abbé de Fornelli, petit village distant de sept kilomètres à peu près d’Altare, et ceci vers l’an 900 de l’ère vulgaire… Les verriers de la Gaule établirent leurs fabriques dans les forêts de l’Apennin ligure… après avoir reçu l’assurance des autorités de ces lieux que leurs droits et privilèges seraient maintenus. Ils s’unirent à divers verriers de Murano (Marini, Somaglia, Bertoluzzi, Perotti, Vico, Negri, Greni, etc.) et en peu d’années leurs verreries gagnèrent une certaine importance97 ».

  • 98 Hypothèse dont Schuermans avait déjà relevé l’incongruité, la verrerie du Val-Saint-Lambert étant (...)

41Quelques années plus tard (1897), Gaspare Buffa reprend cette thèse, en envisageant que les verriers vinrent de Normandie ou de Flandres, voire plus exactement du Val-Saint-Lambert98.

  • 99 Badano Brondi, 1999, p. 18. Lettre papale in Ughelli, Italia sacra, Venezia, 119, IV, col. 1006.

42Sans avoir besoin de relever l’ensemble des inexactitudes contenues dans ces textes et en réservant à plus tard les conditions de formation de cette légende, on peut souligner les éléments de plausibilité qu’elle utilise. L’un d’eux est la première mention connue de Altare : en 1130, l’évêque d’Alba donne l’église S. Eugenio de Altare, ainsi que sa villa et ses dîmes, au monastère bénédictin de S. Eugenio, dans l’Insula Liguria (Bergeggi). Les Bénédictins officient à Altare jusqu’en 1336, date à laquelle l’évêque de Noli, dont le territoire dépend désormais, les démet de leurs fonctions. Cela provoque une opposition de l’Université et des feudataires Del Carretto contre l’évêque qui frappe alors d’interdit la villa. Une lettre de protestation est envoyée au Pape qui décide finalement l’ouverture d’un procès contre l’évêque99.

  • 100 Mais il n’existe aucune archive à Lérins confirmant cette thèse, pourtant soutenue par de nombreux (...)
  • 101 Un écho de cette thèse dans Bellanger 2006, p. 124 et suiv. ; idem in Richebuono, 1981.
  • 102 C’est le cas notamment de la verrerie de San Vincenzo al Volturno datée du IXe siècle et située da (...)

43Là où les choses deviennent fantaisistes, c’est que ces Bénédictins sont censés provenir de l’abbaye de Lérins et avoir appelé des « compatriotes » verriers de « Gaule », ou de Bretagne, de Normandie ou de Flandres, pour exploiter les immenses ressources forestières dont ils prennent ainsi pos100. D’autres auteurs ont plus récemment abandonné l’hypothèse « française » pour ne retenir que celle « bénédictine101 ». Certes, différents travaux ont mis en relation le développement de certains centres verriers (dont Venise) avec la présence des Bénédictins102, mais d’une part, ce lien reste souvent très problématique, d’autre part, supposer que cela se passa également à Altare implique un pas qu’aucun document ne permet actuellement de faire.

  • 103 Engle, 1981.
  • 104 Malandra, 1983, p. 29
  • 105 Selon l’équation : ils se convertissent d’autant plus au protestantisme au XVIe siècle (ce qui n’e (...)
  • 106 Malandra, 1983, p. 29.

44Toute aussi privée de support documentaire est l’hypothèse selon laquelle l’origine des verreries d’Altare serait orientale et proviendrait de l’installation, entre la fin du XIIe siècle et le début du XIIIe siècle, d’un groupe de verriers provenant de Syrie ou d’Arménie103. Certes, les rapports entre Gênes, Savone et la Méditerranée orientale sont bien connus, de même que les liens des marquis de Montferrat avec le royaume chrétien d’orient. Mais les indices favorables à cette hypothèse sont extrêmement faibles, comme le remarque justement Guido Malandra104 : consonance orientale du nom du premier verrier connu d’Altare – Gabriele –, influences françaises sur le dialecte qui pourraient provenir non directement de France mais des principautés franques d’Orient, étymologie orientale-par ailleurs fantaisiste comme le note Malandra-du terme altarais de souffleur. Plus hasardeuse encore l’hypothèse que ces verriers aient été juifs, uniquement soutenue par la présence, au XVIe siècle, de prénoms bibliques105. En somme, « le problème des origines de l’art du verre à Altare, s’il est réduit à la simple volonté de trouver un nom et une date… devient, plus qu’insoluble, un faux problème106 ». Ni l’hypothèse bénédictine, ni celle orientale, d’ailleurs formulées dans un grand nombre de centres verriers, ne sont vérifiables.

  • 107 Les indices sont toponymiques : la présence d’une localité dénommée in Vederaria située dans le te (...)
  • 108 1256 : 2 verriers vénitiens forment une société en commandite avec un marchand verrier génois ; ve (...)
  • 109 Defererari, Fiore, Giannichedda, Mannoni, 1992.
  • 110 Lerma, 2000a, p. 40. L’adjectif de « forestier » pour désigner les implantations d’Altare me laiss (...)
  • 111 Fossati-Mannoni, 1975, p. 79.

45Les premiers documents attestant d’une activité verrière à Altare remontent à la fin du XIIIe siècle lorsqu’en 1281-2 comparaît ce Gabriele, vitrerius de Massono habitator Altaris, qui met immédiatement la fabrication d’Altare en relation avec celles des autres centres ligures, relativement nombreux. L’enquête pionnière de Calegari et Moreno en 1975 avait déjà recensé un certain nombre de sites, actuellement objets de nouvelles recherches, notamment celles de Simone Lerma. Une vingtaine d’implantations de verreries ont ainsi été repérées à travers toute la Ligurie. Il est cependant souvent extrêmement difficile de les dater et de délimiter leur période d’activité. Si des témoignages du XIe et XIIe siècle laissent soupçonner une activité dès cette époque107, la majorité des informations date du XIIIe siècle, tant dans le territoire de Gênes que dans celui de Savone108. C’est alors que les verreries semblent se diffuser dans le territoire ligure (notamment à Ovada : 1290-début XVIe, Masone : 1282-XVe siècle au moins109, Sassello : 1314-1401, à Gênes même où des verriers vénitiens sont mentionnés dès 1256). Parmi ces implantations précoces, les historiens archéologues distinguent les « verreries forestières » qui « désignent désormais un type particulier d’implantation en usage jusqu’à la fin du XVe siècle, qui semble directement géré par les familles d’Altare, bien distinct de ceux urbains qui commencent déjà à se diffuser dans le territoire génois, par exemple à Masone, sous le contrôle des feudataires locaux110 ». La seule verrerie réellement fouillée jusqu’à présent est celle de Monte Lecco. Installée entre la fin du XIVe siècle et le milieu du XVe siècle en territoire génois, elle a été considérée par Fossati et Mannoni en 1975 comme relevant du premier type, en se fondant sur l’hypothèse que son activité saisonnière pouvait être compatible avec celle des maîtres d’Altare111. Mais l’hypothèse est de plus en plus remise en question.

  • 112 Malandra, 1983, p. 42-44 : seraient d’origine toscane les Pisani (apparition dans les documents d’ (...)
  • 113 Montinari, 1996 ; Badano Brondi, 1999.
  • 114 Montinari, 1996.

46De fait, les Altarais ne sont pas les seuls verriers oeuvrant dans le territoire ligure. Au contraire, le rôle des verriers toscans est apparu important, si ce n’est fondateur dans la plupart de ces implantations. À Altare même, Guido Malandra décèle leur présence dès la fin du XIIIe siècle et identifie comme toscanes un grand nombre de familles actives de façon stable dans le centre dès le Moyen Âge112. Quoique la réalité de la présence toscane ne puisse être mise en doute, la tendance actuelle est d’en relativiser le poids et l’importance. En effet, les résultats de fouilles entreprises à Savone ont permis d’intéressantes conclusions à partir des caractéristiques des objets113. Bien entendu, en présence d’objets retrouvés dans un cadre urbain et non dans le contexte de la verrerie qui les a fabriqués, la question de la provenance reste ouverte : sont-ils le fruit des productions locales, au premier rang desquelles se trouve Altare ? Ou ont-ils été amenés par les commerces largement entretenus par les marchands de Savone dans toute la Méditerranée ? Le problème ne peut être résolu, mais les conclusions de ces travaux méritent d’être soulignées114. D’une part, de nombreux parallèles existent entre les produits de la verrerie de Monte Lecco, dans le territoire de Gênes, et ceux de Germagnana en Toscane. Ils font suspecter le rôle prépondérant de la main-d’œuvre toscane dans le territoire de Gênes, voire une gestion directe de la verrerie de Monte Lecco par ces ouvriers, et non pas par ceux d’Altare. D’autre part, les verres retrouvés à Savone semblent posséder beaucoup moins de concordances que ceux de Monte Lecco avec le répertoire toscan. En 1996, Giulio Montinari estimait donc que

  • 115 Montinari, 1996, p. 291. La référence est ici à Guido Malandra, déjà cité.

« ce cadre typologique pourrait peut-être redimensionner la thèse de qui soutient l’existence d’une matrice valdesana prépondérante sur toutes les autres à la base de la verrerie d’Altare115 ».

  • 116 Elles n’ont pas été résolues par les conclusions de ces fouilles, cf. Ventura, 2001.

47Il concluait alors prudemment que trop d’interrogations étaient encore ouvertes116 : elles le restent encore aujourd’hui, non seulement en ce qui concerne les objets produits, mais aussi les caractéristiques techniques des implantations.

  • 117 Fossati-Mannoni, 1975.
  • 118 Giannichedda, Lerma, Mannoni, Messiga, Riccardi, 2000.
  • 119 Aucun texte aussi suggestif que celui du projet d’une verrerie à installer dans le Mugello (Toscan (...)
  • 120 Malandra, 1983, p. 61. A noter que ces fornacini sont encore présents dans les lieux de décentrali (...)
  • 121 Voir notamment Charleston, 1978 pour une analyse exhaustive des représentations de fours et pour l (...)

48En effet, après la verrerie de Monte Lecco117, aucun four n’a été fouillé, souvent du fait de l’impossibilité d’accéder aux structures elles-mêmes118. Parallèlement, aucun nouveau document n’est venu jeter de lumières sur les procédés techniques ligures119. Les textes sont à peu près muets, indiquant seulement la présence initiale de « fornacini » : Guido Malandra les identifie à de petits fours à conduction uniquement familiale et à un seul ouvroir, qui disparaissent ensuite au profit des fornaci a quattro padelle (fours à quatre ouvroirs). Ceux-ci supposent un travail à cycle continu organisé en deux tours de douze heures chacun et nécessitent l’activité de huit maîtres et de leurs aides, garçons, tiseurs etc.120. Notons que le terme padelle utilisé ici est d’origine vénitienne et que les fours de Venise sont alors aussi à quattro padelle, tout comme ceux généralement représentés dans les manuscrits médiévaux121.

  • 122 Une esquisse et des notes de datation et de commentaires in Calegari-Moreno, 1975, p. 26-27 mais l (...)
  • 123 Sans parler du rôle des Toscans dans la fondation de la verrerie, cf. Nepoti, 1978 ; pour une anal (...)

49Il est impossible de savoir à quoi ressemblaient ces fours à Altare même au Moyen Âge. Il existe à Altare deux représentations de four, toutes deux relativement tardives et présentes sur des peintures dédiées à saint Philibert, patron de la corporation. La première, non datée, est conservée dans l’église San Rocco : elle doit être bien postérieure à la fin du XVIe siècle122. La seconde date de la seconde moitié du XVIIIe siècle et a été offerte par les ouvriers de Turin pour orner la chapelle de l’art du verre dans l’église paroissiale. Plus tardive et sans doute marquée par les pratiques turinoises, elle est ici moins intéressante. La fumée des cierges a considérablement obscurci le bas de la première toile où est représentée la verrerie. Néanmoins, on peut discerner une structure circulaire assez vaste, qui doit laisser place à huit ouvroirs, séparés par de puissantes parois qui servent à renforcer la structure (illustration et croquis planches i et ii). Sans développer ici un commentaire technique précis, on peut relever certains détails et les comparer à des descriptions et représentations contemporaines : celles des traités techniques bien connus de Peder Manssons – 1508-1524 –, Vannoccio Biringuccio – 1540 –, George Agricola – 1556 ; mais aussi celles de peintures ou de gravures souvent citées : la célèbre toile de Butteri peinte vers 1571 dans le studiolo de François Ier de Medicis au Palazzo Vecchio, qui représente sans doute le four alors installé par les Vénitiens à Florence, ou encore la gravure beaucoup plus tardive (1698) de Giovanni Maria Mitelli de Bologne, ville où travaillent alors les Altarais, peut-être des Vénitiens (planche III)123. Les indices sont ténus, discutables, car ces représentations ont des fonctions variées, parfois très éloignées de la volonté de donner des informations techniques fiables. De plus, on ne sait quels ont été leurs modèles… Mais il faut s’en contenter.

  • 124 Horat, 1991.
  • 125 Cf. les remarques de Jannin, 1990, p. 125 : le plus grand nombre de creusets dans les verreries mo (...)

50Le four est donc situé à l’arrière d’une maison, à l’intérieur d’une cour située derrière un passage voûté, comme il en existe encore de nombreux à Altare aujourd’hui : un indice de l’installation des verreries au cœur même du village… confirmé par les restes d’anciennes verreries encore visibles dans la structure architecturale d’Altare. La taille du four est vaste : elle représente peut-être un doublement du nombre de places par rapport à ce qu’évoquent les textes médiévaux. Mais le traité de Peter Manssons, datant du début du XVIe siècle, représente six ouvroirs, comme Biringuccio124 tandis que la peinture de Butteri semble en laisser présager de six à huit, comme Agricola : autant d’indices de l’augmentation de la capacité de production de chaque four au cours du XVIe siècle ? Ou bien est-ce caractéristique des fours qui regroupent à la fois la fonte du verre et son travail125 ?

  • 126 Voir Ciappi, Laghi, Mendera, Stiaffini, 1995 ; la présence de fenêtres situées au-dessus de chaque (...)
  • 127 Article verrerie.

51Chaque place de travail est nettement délimitée par les importants renforts, ce qui semble également le cas à Florence. Les ouvroirs permettant d’atteindre les creusets semblent relativement petits et sans protection particulière, contrairement à Florence, mais de façon relativement semblable à ce que Mitelli représente à Bologne. Au dessus de chacun s’ouvre une petite fenêtre qui permet sans doute d’atteindre le four de refroidissement dans lequel un ouvrier sur la gauche semble être en train de placer des objets, comme cela est également le cas sur la représentation de Butteri126. Il n’existerait donc peut-être pas seulement deux ouvertures pour atteindre le four de refroidissement, comme le décrivent Biringuccio et Agricola, mais autant que de places de travail, à moins qu’il ne s’agisse de « trous pour communiquer l’air à l’arche » comme l’indique l’Encyclopédie127.

  • 128 Et sur lesquels peuvent être accrochés les outils comme cela apparaît dans la représentation de Bu (...)
  • 129 Agricola, 1987, p. 479.
  • 130 Où l’on note aussi la présence de tabouret à hautes jambes.
  • 131 Horat, 1991, p. 450.
  • 132 À droite du four, un maître fondeur semble contrôler la fritte au moyen d’un outil impossible à dé (...)
  • 133 Mendera, 1991.

52Concernant les méthodes de travail, Calegari et Moreno affirmaient qu’il n’y avait pas, sur la représentation d’Altare, de marbre pour le soufflage. Ils sont au contraire présents et situés, ni juste en dessous de l’ouvroir comme cela apparaît souvent, ni par terre comme à Florence ou dans Agricola, mais sans doute sur les renforts qui délimitent chaque place128. Surtout, contrairement à ce qui se passe à Florence – et à Venise ? –, les verriers ne sont pas assis mais debout, comme ils le sont aussi d’ailleurs dans la représentation illustrant le livre de Agricola129 et dans celle de Mitelli à Bologne130. Cela peut s’expliquer par la place des ouvroirs qui semblent beaucoup plus hauts que sur toutes les autres représentations : en effet, ils se trouvent pratiquement à la hauteur de la tête des ouvriers, alors que Butteri les représente à hauteur du coude d’un homme assis et que les informations tirées des principaux traités techniques indiquent toutes une hauteur de travail comprise entre 110 et 126 cm131 : aléas de la représentation, ou réalité d’une différence importante de conception du four et du travail ? Enfin, si la représentation ne permet de déterminer ni la place du foyer, ni l’existence ou l’absence d’un four à fritte indépendant132, elle montre par contre clairement que le bois est coupé de façon uniforme et entreposé à l’écart du four, contrairement à ce qui se passe alors en Toscane où la présence du bois séchant sur le four est source de nombreux incidents et plaintes133.

  • 134 Ernesto Saroldi m’a gentiment conduit dans cette structure et communiqué toutes les informations d (...)

53Malgré toutes ses approximations, la représentation d’Altare montre donc que l’on se situe dans le cadre de fours circulaires à trois chambres superposées. Mais des écarts existent cependant par rapport à ce que l’on connaît des fours vénitiens ou des fours toscans, ce qui confirme l’hypothèse d’une relativement grande adaptabilité des formes. Ce témoignage isolé attend toujours d’être confronté à des preuves matérielles ou documentaires. La seule structure encore existante à Altare est sans doute beaucoup plus tardive : mise sous tutelle de la Sovraintendanza per i beni ambientali grâce à l’action d’Ernesto Saroldi en 1991, elle n’a cependant jamais fait l’objet d’aucune étude134.

  • 135 Chabrol, p. 293; ASS, Dipartimento Montenotte, 67, fasc. 4, Lettre de l’ingénieur Galloni, 28/6/18 (...)
  • 136 Malandra, 1983, p. 66 fait remarquer qu’une telle situation est semblable à celle des fiefs de la (...)

54La seule chose certaine, en l’absence de toutes informations sur le nombre même des fours en activité à Altare au Moyen Âge, est celui de la division de la propriété des installations productives dont témoigne encore le préfet Chabrol au début du XIXe siècle135 : les fours se divisent en parts qui peuvent s’hériter, se subdiviser, se donner éventuellement en dot. Cela conditionne la répartition du travail dans les verreries puisque chaque propriétaire peut utiliser l’implantation selon un temps proportionnel à l’importance de sa propriété136. Les sources ne permettent cependant pas de clarifier si les équipes d’ouvriers changent avec les propriétaires ou si une même équipe travaille dans un four pour ses différents « patrons ».

55Bien des choses restent donc encore incertaines au terme de ce rapide panorama. Mais retenons-en une, fondamentale pour la suite : dès la fin du XVe siècle, les verriers d’Altare produisent et commercialisent des verres « à la Vénitienne », en plus de toute une panoplie d’objets d’usage relativement courant. C’est ce qu’ils ne vont cesser de faire par la suite. Pour comprendre ce que recouvre ce terme, il faut rappeler l’ensemble des innovations qui donne naissance, depuis le XVIe siècle, à la « façon de Venise ».

Notes

1 Pour ce qui suit, voir Malandra, 1983, p. 70 et suiv. Le préambule cite la première phrase du texte « et en premier lieu les jurés souscrits chapitrent… » qui n’est pas celui du premier chapitre conservé.

2 La bibliographie est immense, je me contente de renvoyer à Black, 1984 pour une vue d’ensemble, Greci, 1988 et Artifoni, 1988 et 1990 pour la situation et la bibliographie italienne, à Epstein 1991 et 1998 pour une analyse économique du phénomène.

3 Arnoux, 1993, notamment p. 26 et suivantes et 1re partie.

4 AST, Monferrato, Feudi, Mazzo (M.) 45, no 1 ; cité par Badano-Brondi, 1999, p. 38.

5 Le fief des Carretto était au départ plus vaste, mais en 1268 les héritiers de Giacomo le divisèrent en trois : Millesimo à Corrado, Novello à Enrico et Finale à Antonio. Ce sont donc les héritiers de Corrado qui se soumirent en 1390 à Théodore II Paléologue. Les Paléologues étaient devenus marquis de Montferrat suite à l’extinction en 1305 de la dynastie des Aleramici en la personne de Jean I dont la sœur et héritière, Yolande, avait épousé l’empereur Andronico Paléologue, cf. M. Badano Brondi, 1999, p. 38. Les Del Carretto de Finale sont les acteurs de la fameuse « affaire de Finale » au XVIe siècle, cf. Costantini, 1986, p. 219 et suiv.

6 Galeotto d’une part, Giovanni Vincenzo et Giovanni Ambrogio, frères et fils de feu Alberto d’autre part, tous feudataires de parties d’Altare.

7 Le statut prévoit l’élection annuelle par les chefs de famille de deux syndics et d’un conseil ordinaire qui prennent les décisions essentielles, si nécessaire en accord avec l’assemblée des chefs de famille. Peut-on ici lier la reconnaissance de l’auto-gouvernement de la communauté et l’apparition, presque contemporaine, de la corporation ? Un tel lien a été souligné pour les premières corporations dans un certain nombre de villes du XIIe siècle, cf. Epstein, 1991, p. 55 ; Arnoux, 1993, p. 32, indique également que, selon toute vraisemblance, « les organisations de ferrons assument dans ces villages une part de l’organisation communautaire ». Cependant, à Altare, si le statut de 1448 est le premier connu, on parle dès le XIVe siècle de « l’université de la villa » de Altare, cf. Ughelli, 1719, IV, col. 1006. D’autre part, la reconnaissance de la communauté instaure une certaine autonomie de décisions, mais renforce également la soumission collective aux feudataires. Sur la condition des communautés rurales, voir notamment Racine, 1987, et Pini, 1986, p. 71 et suiv.

8 Malandra, 1983, p. 74. Il fait de plus remarquer qu’il n’est pas explicitement précisé qu’ils doivent eux-mêmes exercer l’art du verre (p. 76).

9 ACA, registri della comunità, non classés. Même procédure déjà en 1675, 1676 et 1677, cf. AST, Confini con Genova, M. 1, ins. 11. Nous en reparlerons au chapitre 5.

10 Si la subordination des responsables de l’Art à la communauté correspond bien à ce qui était décidé en 1495, la restriction du choix aux seuls membres de l’élite dirigeante semble être le résultat de l’évolution postérieure sur laquelle nous aurons à revenir.

11 Malandra, 1983, discute du problème de cette appartenance, p. 74-75. Selon lui, les patrons de four exerçant l’art en sont membres, mais il lui semble que les tiseurs, dont il est question à l’article 7, et les garçons, non mentionnés dans le texte, n’en font pas partie. Ces suppositions semblent fragiles dans la mesure où, comme il le remarque lui-même, le texte ne précise pas les différents statuts. Mais dans la mesure où la corporation regroupe à la fois les patrons de four et les maîtres, elle n’est pas qu’un regroupement d’employeurs, contrairement par exemple à ce qu’affirme Epstein, 1991, mais de façon semblable à ce qui se passe à Venise.

12 Sur l’importance des contrats de travail et donc sur les liens entre corporations et travail salarié, voir notamment Epstein, 1991.

13 Pour le capitulaire de la corporation vénitienne, cf. Monticolo, 1905 ; pour une traduction partielle en italien et un commentaire, cf. Zecchin, II, p. 1-127 ; pour une discussion récente qui en reprend les propos, MacCray, 1999a, p. 43-49. Pour une discussion générale sur les corporations vénitiennes, Mackenney, 1987, 1989. Une utile comparaison avec l’art des céramistes de Faenza, dont le premier texte connu date de 1497, Marsilli, 1982 : on y note également que denombreuses corporations de potiers se développent alors en relation avec l’essor de la « céramique d’art », notamment Savona 1494, soit de façon tout à fait contemporaine à ce qui se produit à Altare, mais un siècle avant Albisola, 1589.

14 Zecchin, II, p. 4.

15 Zecchin, II, p. 6.

16 J’en reparlerai plus précisément dans le chapitre v.

17 Chiffres évidemment problématiques, cités par Ciriacono, 1996, p. 248.

18 Sur les caractéristiques et les spécificités des corporations vénitiennes, cf. Mackenney, 1987, 1989. La naissance des corporations à l’époque communale s’inscrit ici à la fois dans la continuité des anciennes confréries religieuses, dont elles sont la transformation en sens professionnel, et dans le mouvement de formalisation des activités artisanales urbaines voulu par l’autorité politique qui en est à la fois promotrice et garante.

19 Zecchin, II, p. 3, p. 8-13.

20 Zecchin, II, p. 36.

21 C’est pourquoi ne les considérer qu’à l’aune de leur signification économique, en terme de coûts de production, me semble réducteur, cf. notamment Epstein, 1998.

22 Mestieri e Arti a Venezia …, 1986 ; sur les corporations vénitiennes en tant que scuole, voir Mackenney, 1987, chap. 2.

23 Elle n’existe pas à Florence où les verriers sont membres de l’Ars Oliandolorum, Biadaiolorum, Bicchieraiorum et Casciaiuolorum mais aussi de l’Art des médecins et épiciers avant de passer vers 1400 à l’Art des Chiavaioli, Farraioli e Calderai, cf. Taddei, 1954, p. 14-15 et 33-37. Une corporation des specchiari e bicchierai existerait par contre à Pise dès le XIVe siècle, cf. Ciappi, 1995, p. 33 ; elle n’existe à Naples qu’à partir de 1674 cf. Raimondi, 1999 ; à Bologne, les verriers sont sujets à la société des Salaroli au moins à partir du XVe siècle, alors qu’ils semblent auparavant relever des Merciai ou des Quattro Arti ; à la fin du XVe siècle, des bicchierai apparaissent dans les matricules des Fabbri, cf. Nepoti, 1978, p. 327.

24 Remarques en ce sens de Epstein, 1998, p. 689: « The existence of set-up costs establish a minimum viable siza for guilds, below which less specialized institutions (village or small town court) or informal face-to-face arrangements coul be expected to enforce implicit contracts. »

25 Depuis les recherches menées par Mendera, 1989, 1991 (après le livre pionnier de Taddei, 1954), jusqu’à la synthèse Vetro in Toscana, 1995.

26 Muzzi, 1991, p. 160. Pour une situation comparable dans un tout autre contexte, voir Howell, 1994.

27 On peut renvoyer ici à l’importante littérature sur les conventions, notamment Salais, 1990 et 1998 ; Eymard-Duverny 2006.

28 voir notamment Malanima, 1986. Au fur et à mesure de la croissance de l’État toscan sous l’égide de Florence, certaines villes eurent le privilège de conserver leurs corporations (Pise, Prato, Arezzo, Sienne). Tout le reste fut soumis aux corporations florentines.

29 Malandra, 1983. Il ne semble pas se développer ici d’associations d’usagers ou de producteurs tels que ceux décrits par Arnoux, 1993, pour la Normandie, mais il faudrait la peine d’approfondir ce point.

30 Pour une analyse de ces textes, cf. Philippe, 1998, p. 191-196. Il existe aussi une corporation importante des verriers à Barcelone au XVIe siècle, en relation avec l’importance de la verrerie dans cette ville, mais je n’ai malheureusement pas pu en trouver les statuts, ni une information satisfaisante à ce propos, cf. Domenech, 2004, p. 89-90 qui indique qu’elle est fondée en 1456, et supprimée en 1595 bien que l’on y fasse visiblement encore référence au début du XVIIe siècle. Cette corporation unit les verriers fabricants de bouteilles et les tisseurs « d’herbe » qui les couvrent. On ne sait donc pas si les autres verriers sont aussi inscrits dans cette corporation. Il serait peut-être intéressant de mettre cette particularité en relation avec la production toscane de fiaschi. Le patron de la corporation est d’ailleurs Bernardin de Sienne.

31 En effet, on ne sait si cette organisation est destinée à survivre aux contractants puisqu’il est dit qu’elle durera « leur vie durant », cf. remarques de Philippe, 1998, p. 194.

32 Le système électoral vénitien, aux dires mêmes de Zecchin, II, p. 31-32, reste peu clair.

33 Zecchin, II, p. 30.

34 Zecchin, II, p. 108 et suiv.

35 Les temps d’apprentissage étaient de toute façon réglés par la coutume locale et par les contrats notariés ; ils étaient l’objet de négociation, cf. Epstein, 1998 ; sur les contrats génois, cf. Casarino 1979 et 1982, mais aussi Maestri e garzoni…, 1979.

36 Zecchin, II, p. 9. Sur ce problème plus généralement à Venise, cf. Lanaro, 2008.

37 macCray, 1999a, p. 44.

38 Zecchin, II, p. 80.

39 Zecchin, II, p. 35 sur cette disposition ; II, p. 79-90 sur les forains dans l’Art.

40 Zecchin, II, p. 85-86.

41 Zecchin, II, p. 9-10. Voir aussi P. Zecchin, 1995.

42 Les différents capitulaires vénitiens comportent de nombreuses clauses à ce sujet.

43 Zecchin, II, p. 28. C’est le Sénat qui prend cette mesure d’allongement le 1er novembre 1417.

44 La saison à Altare va, on l’a dit, de la Saint-Martin à la Saint-Jean-Baptiste (11 novembre-24 juin) avec quatre mois et demi de vacances, à peu près autant que ceux du Spesshart qui travaillent, eux, de Pâques à la Saint-Martin. Dans ce dernier cas, des mesures de contingentement de la production verrière sont également prévues (art. 3 et 6), qui n’apparaissent ni à Altare, ni à Venise, même si la limitation du nombre de postes à trois, instaurée à Venise en 1403 et répétée dans le capitulaire de 1441, constituait de fait une mesure de limitation de la production par rapport aux quatre places autorisées au XIVe siècle. Les motifs invoqués étaient cependant ceux de la qualité du verre : « Cause que les travaux ne sont pas de la même bonté qu’auparavant, parce que le verre ne se confectionne plus aussi bien, ni ne se purge à cause du peu de temps qu’il reste au feu », cf. Zecchin, II, p. 33.

45 Zecchin, II, p. 28.

46 Pour tout ce qui suit voir Zecchin, 1957/II, p. 96-110.

47 Ce qui suit est tributaire des informations contenues dans Malandra, 1983, notamment p. 97 et suiv.

48 C’est le cas notamment des gaderie citées en 1539, des bale chince, etc.

49 Les raisons d’une telle absence de fouilles sont sans doute dûes à la coexistence des implantations productives et des habitations et de la permanence actuelle de l’habitat à Altare. L’université de Gênes, qui possède une chaire d’archéologie médiévale, a en effet mené assez précocement des enquêtes de reconnaissance dont la synthèse de Calegari-Moreno, 1975, est la preuve. Mais ces études, qui ont alors abouti aux fouilles de la verrerie de Monte Lecco (voir Fossati-Mannoni, 1975), ont ensuite connu une période d’arrêt qui n’a cessé qu’en 1991 quand un nouveau projet d’archéologie du verre a été mis sur pied dans le cadre de l’institut de la Culture matérielle de Gênes. Si les fouilles ont alors repris, notamment en Val Gargassa dans la province de Gênes, le site d’une verrerie proche d’Altare, celle de Montenotte, a été sondé en 1999 mais n’a pas encore été fouillé, cf. Giannichedda et al., 2000. D’autres fouilles, dont nous reparlerons, ont concerné non pas des verreries mais des zones urbaines ou des châteaux contenant des restes de produits verriers cf. Montinari, 1996.

50 Voir notamment l’usage qui en est fait par Ciappi, 1991, p. 267-312 ; Montinari, 2000 pour la Ligurie.

51 Le Ponent est toute la zone qui est au Nord de Gênes vers l’actuelle frontière française. Altare et Savone se trouvent donc dans le Ponent. Le Levant est au contraire la côte au sud de Gênes vers La Spezia.

52 On ne trouve pas le terme si courant en Italie padane de mioli ou migliuli, terme qui existe également à Venise (mozoli ou moioli), cf. Nepoti, 1991. Le terme toscan de bicchieri ne se trouve pas non plus, les textes étant tous rédigés en latin.

53 De façon toute à fait cohérente avec ce qui se passe alors dans le reste de la Péninsule, cf. Stiaffini, 1991.

54 Il s’agit de Benedetto de Tardona in Varazze.

55 Ciappi et al., 1995, p. 63 et suiv.

56 Vitrea pro Cicilia vel Levante, vente de Segurano Saroldi le 29/3/1468, not. F. Guglielmi, ASS, cit. Malandra, 1983, p. 259.

57 Malandra, 1983, p. 61, Badano Brondi, 1999, p. 45 et suiv. : Manfredo d’Orsara et Enrico Buzzone au XIVe siècle, des Massari, Pisani et D’Adda dans la première moitié du XVe siècle.

58 Malandra, 1983, p. 62.

59 Cf. Malandra, 1983, Badano Brondi, 1999, p. 45 et suiv. dont je tire les informations.

60 Badano Brondi, 1999, p. 46.

61 Loué en 1511 par Stefano Bormioli, cf. Badano Brondi, 1999, p. 47.

62 Malandra, 1983, p. 82.

63 De ianua ad presens degens in loco Altaris. Noter à ce propos que l’interdiction d’importer des verres d’Altare et de l’Oltregiogo, ainsi que de fournir de la soude à ces mêmes lieux, promulguée par les Anziani del Comune de Gênes le 24/1/1445, si elle témoigne effectivement de la tentative d’organiser une production indépendante d’Altare comme le note Lerma, 2003, p. 107, apparaît cependant avoir assez peu d’effets.

64 Malandra, 1983, p. 80.

65 Malandra, 1983, p. 99-100.

66 Un texte turinois du XVIIIe siècle précise en effet qu’une fenêtre est dite « a Gelosia parce que bien qu’elle soit claire, elle n’est pourtant pas transparente » : AST, Materie di commercio IV, m. 13.

67 Malandra, p. 259-60.

68 Pour les informations les plus précises, cf. Zecchin, I, p. 227-246 et Maccray, 1999a, chap. 5 notamment.

69 Il est obtenu grâce à l’introduction de manganèse qui permet de contrebalancer les effets des oxydes de fer en général toujours contenus dans les matières premières utilisées. Le manganèse vient le plus souvent en Italie du Piémont, ce qui explique qu’il n’arrive que très rarement à Altare par Savone, les seuls contrats connus datant essentiellement de 1512 et 1513, cf. Malandra, 1983, p. 258.

70 Hypothèse de Zecchin, 1967, 112/I, p. 237 fondée sur l’existence dans un inventaire datant de 1405 d’une « forma de cristallini », comme l’on trouve en 1410 deux formes « florentinorum » ; hypothèse ensuite reprise par d’autres, notamment Gasparetto, 1982, p. 23.

71 Zecchin, 1967-112/I, p. 238.

72 Averlino, 1972.

73 Zecchin, I, p. 238.

74 La fiche manuscrite a été retrouvée en 1819 dans un volume de Hartman Schedel, Chronicorum sive de historiis aetatum mundi opus, Nuremberg, 1493 conservé à Venise. Cousue en correspondance de l’année 1455, elle semble vouloir remédier à une omission du texte qui ne cite pas parmi les hommes illustres Paolo da Pergola, premier titulaire de la chaire de philosophie instituée par la République de Venise vers 1445 et qui fut selon lui « le vrai inventeur de couleurs spéciales et de certains mélanges dont se servent encore aujourd’hui les verriers de Murano ». Il ajoute que « parmi ses disciples il y avait en effet un homme egregio parmi les premiers de Murano, de nom Angelo, patron d’une verrerie qui, encore aujourd’hui, peut-être à cause de son nom, a pour enseigne un ange. Paolo, d’ingegno subtile comme il était, en vrai philosophe, poussait au delà de la science ses méditations sur la combinaison et la transformation des métaux et en parlait au dit Angelo pour que le fruit de ses spéculations soit mis en pratique. Et Angelo, expérimentant et expérimentant de façon répétée (et ainsi après lui sa famille), atteignit le primat en ces artifices » : pour tout ce passage, voir Zecchin, 1981-191/III, p. 378. C’est également à cette fiche manuscrite que l’on doit le récit du vol des recettes de Angelo Barovier par Giorgio Ballarin, aide de sa fille Marietta qui s’occupait tout spécialement de la composition des couleurs.

75 Zecchin, 1967-112/7, p. 240-1. Le texte latin est assez explicite : « Intellecta devota supplicatione fidelis nostri Jacobi Angeli vitrerarii de Muriano exponentis ac reverenter supplicantis quo cum ipse supplicans laboret de vitro crystalino optime et egregie quam admodum ceteri qui in Muriano de simili vitro crystalino laborare consueverunt, et per nostrum dominium concessum fuit de gratia Angelo Baroerio et Nicolao Mozeto, vitrerariis in Muriano, quod possint laborare et laborari facere in suis fornecibus de vitro crystalino tantum tempore quo laborari non potest in Muriano de alio vitreo, dignemus concedere etiam ipsi supplicanti parem et similem gratiam, quod possit laborare et laborari facere in sua fornece de vitro cristalino et porcellano (sans doute s’agit-il du verre blanc opaque aussi appelé lattimo) tamen tempore quo laborari non potest de alio vitro. Quam laborario vitri cristalini et porcellane est res digna et commornemento huius civitatis nostrae, et visa superum responsione virorum nobilium ser Nicolai Suriano et collegarum Provisorum nostri comunis, sadentium fieri gratiam ipsi supplicanti sicut aliis infrascriptis concessum est… XXI mensis februarii, indictione V, 1456. »

76 Si Zecchin est très problématique et fournit le réseau des présomptions qui rendent crédible l’attribution de cette invention à Angelo Barovier, la majorité de ces successeurs le sont beaucoup moins. Pour une réflexion d’ensemble, voir notamment Ph. Braustein, rééd. 2003, p. 74 : « Parfois c’est autour d’une personnalité, fut-elle mythique, que se cristallise la mémoire du progrès », comme ce Masso Funiguerra inventé par Vasari comme inventeur de la gravure sur cuivre vers 1460. Le nombre des recherches remettant en cause cette ancienne conception de l’histoire des techniques est extrêmement important, voir notamment Hilaire-Pérez, Garçon, 2004 et la bibliographie.

77 Voir notamment Rosenberg, 1982.

78 Remarques en ce sens de Epstein, 1998, p. 699, MacCray, 1999a sur la mythologie entourant la famille Barovier, p. 5-6.

79 Verità, 1985, et Jacoby, 1993, ont notamment montré que les verres cristallo étaient connus à Venise et dans la Terre Ferme depuis le début du XVe siècle. Barovier et les autres l’ont peut-être ultérieurement perfectionné. Cf. aussi Trivellato, 2000, p. 192.

80 Gasparetto, 1982, p. 23.

81 Milanesi, 1864; Zecchin, III, p. 213-226.

82 Voir par exemple Eamon, 1994. Un récent colloque s’est tenu à Barcelone sur ce thème. Le premier traité contient 35 recettes liées au verre, spécialement pour les mosaïques et les émaux, sur 87 ; le second contient au moins 33 recettes ayant trait au verre sur 48 dont 3 concernent le verre lattimo ; le troisième contient près de la moitié des recettes liées au verre dont 3 pour le verre calcidoine, 3 pour le cristallino, 1 pour les miroirs, 2 pour le verre doré, 1 pour les baguettes de verre. Une des recettes est identifiée comme ayant été donnée par Bartolomeo di Petruccio de Gambassi.

83 Zecchin, III, p. 218. En 1967/I, p. 231, Zecchin estimait cependant que ce texte avait été rédigé par quelqu’un du métier « fier d’exercer cet art », mais peut-être parlait-il alors seulement du passage concernant le cristallin et non de l’ensemble du recettier.

84 Zecchin, III, p. 221.

85 Zecchin, II, p. 79-84 pour les Toscans. La présence des Altarais est par contre moins bien attestée mais on en trouve cependant des traces, cf. Barovier Mentasti, 1982, p. 48 : présence en 1468 de Pietro Montano de Altare.

86 Zecchin, I, p. 231.

87 Notons qu’un manuscrit du XVe siècle conservé à la Bibliothèque universitaire de Bologne parle également du « vetrio cristallino », Zecchin, I, p. 231.

88 Ce contrat très intéressant est publié intégralement par Zecchin, II, p. 226. Voici le passage concernant les secrets : « Et parce qu’auprès de moi, il aura à apprendre beaucoup de vertus et mystères dans le travail des vrais (ou verres) cristallins, je ne veux que de telle vertu procédant de moi à lui, d’autres en aient laudes et bénéfices et utilité. Et en cas que le dit Bortholamio parte avant les dix ans du contrat, il ne puisse avec aucun autre travailler les vrais cristallins blancs ou colorés, d’aucune manière ni raison, ni les calcédoines ni les mosaïques, dans le temps de dix ans sous peine de 100 ducats… » En 1481, un fils de Angelo Barovier, Giovanni, est accusé d’avoir engagé un étranger dans sa verrerie, cf. Zecchin, 1963-87/I p. 231.

89 Cf. les remarques de Epstein, 1998.

90 Zecchin, 1963-87/I, p. 229 et 1967-112/I, p. 239.

91 Zecchin, 1967-112/I, p. 239.

92 Zecchin, 1968-115/II, p. 210.

93 Zecchin, 1983-20/II, p. 231.

94 C’est aussi l’hypothèse que fait Mallarini, p. 36-37 ; les études sur ce point sont cependant pratiquement inexistantes.

95 Bordoni, 1884, p. 40. A l’appui de ses dires, il cite le Dictionnaire corographique d’Italie dans lequel Amato Amati écrit au XIXe siècle que « Altare, vers le IXe siècle, appartenait aux seigneurs de Montferrat qui concédèrent à certains émigrants français de Bretagne ou de Normandie le privilège d’y exercer l’art du verre ». Inutile de relever l’ensemble des inexactitudes concentrées dans ces trois lignes.

96 Notamment avant l’invention du « cristal » à Venise dans la seconde moitié du XVe siècle, cf. Malandra, 1983, p. 20. Il n’empêche que certaines analogies sont frappantes : c’est le cas en particulier pour la famille des Massarii qui est présente dès la fin du XIIe siècle à Murano et qui constitue l’une des principales familles d’Altare au XVIe siècle. Or l’origine de la famille vénitienne semble être Maserà, localité du territoire padouan, d’où dériverait le nom. Il est intéressant de noter que les premiers verriers muranais présents à Raguse au début du XIVe siècle viennent en fait de cette localité, ce qui, notait Zecchin, n’est sans doute pas fortuit : « Il semble qu’ils se suivent l’un l’autre selon un lien régional, avec appui réciproque », III, p. 204, selon des pratiques que l’on retrouve chez les Altarais comme chez les Toscans. Il ne s’agit pas ici de créditer l’ancienne thèse, mais de remarquer comment les origines des verriers de Murano sont en fait très diverses et qu’il faudrait s’interroger sur les différentes logiques d’organisation et de comportements qui semblent parcourir cette communauté.

97 Bordoni, 1884, p. 37-38.

98 Hypothèse dont Schuermans avait déjà relevé l’incongruité, la verrerie du Val-Saint-Lambert étant beaucoup plus tardive.

99 Badano Brondi, 1999, p. 18. Lettre papale in Ughelli, Italia sacra, Venezia, 119, IV, col. 1006.

100 Mais il n’existe aucune archive à Lérins confirmant cette thèse, pourtant soutenue par de nombreux auteurs locaux. De même, il n’existe aucun document concernant le rappel à Lérins des moines qui est censé se passer, selon différents auteurs, en 1252. Cf. Badano Brondi, 1999, p. 20, qui est allée enquêter à Lérins même.

101 Un écho de cette thèse dans Bellanger 2006, p. 124 et suiv. ; idem in Richebuono, 1981.

102 C’est le cas notamment de la verrerie de San Vincenzo al Volturno datée du IXe siècle et située dans l’enceinte du monastère bénédictin cf. Hodges 1992 et 1997. En ce qui concerne Venise, cf. Gasparetto, 1982. Pour les liens entre verrerie et ordre bénédictin d’un point de vue très général, MacCray, 1999a, p. 41-42.

103 Engle, 1981.

104 Malandra, 1983, p. 29

105 Selon l’équation : ils se convertissent d’autant plus au protestantisme au XVIe siècle (ce qui n’est absolument pas prouvé, sinon par cette série de prénoms bibliques) qu’ils étaient mal convertis auparavant au catholicisme, étant initialement juifs. Cela se passe de commentaires. La plausibilité de cette hypothèse a néanmoins sans doute été soutenue par l’existence de phénomènes semblables dans d’autres secteurs, notamment le textile, cf. Mazzaoui, 1984.

106 Malandra, 1983, p. 29.

107 Les indices sont toponymiques : la présence d’une localité dénommée in Vederaria située dans le territoire de Gênes mentionnée dans deux documents de 1040 et de 1047 ; la mention de vitrerius dans deux documents savonais du XIIe siècle (1173 et 1178), cf. Malandra, 1983, p. 32-33.

108 1256 : 2 verriers vénitiens forment une société en commandite avec un marchand verrier génois ; verriers toscans repérés en 1281, 1297, 1302, 1306, etc., cf. Malandra, 1983, p. 35-36. Dans ce cadre, l’auteur avait émis l’hypothèse, aujourd’hui controversée, que les verreries d’Altare avaient pu initialement être des ateliers secondaires, délocalisant une production peut-être antérieurement présente à Savone, cf. ibidem, p. 52.

109 Defererari, Fiore, Giannichedda, Mannoni, 1992.

110 Lerma, 2000a, p. 40. L’adjectif de « forestier » pour désigner les implantations d’Altare me laisse perplexe dans la mesure où les verreries semblent s’être développées à Altare dans le centre habité lui-même, ce que continuent d’ailleurs de faire les Altarais installés ailleurs, et dans la mesure aussi où le fondant utilisé semble être précocement sodique et non exclusivement de cendres potassiques comme c’est le cas pour le verre appelé « forestier » en France.

111 Fossati-Mannoni, 1975, p. 79.

112 Malandra, 1983, p. 42-44 : seraient d’origine toscane les Pisani (apparition dans les documents d’Altare en 1371), D’Adda (idem 1364), di Deo (idem 1393), Massari (idem, 1399-), Beda-Beddeo-Bedini-Bederio (1399-), Rossio ou Rossi dont le premier connu, Nani di Giacomo, est clairement indiqué comme provenant de Gambassi : c’est d’ailleurs le seul pour lequel cette origine soit attestée, le reste est une hypothèse. Ces indications sont toutes relatives à la fin du XIVe siècle, à un moment où la documentation est plus abondante, mais Malandra fait également remarquer que les premiers verriers connus d’Altare, notamment ce Gabriele déjà cité, et un Manfredo oeuvrant en 1288, sont également liés au milieu toscan. On pourrait également ajouter que le terme de marzacotto utilisé pour désigner le résultat de la première fusion des matériaux (fritte) est typiquement toscan.

113 Montinari, 1996 ; Badano Brondi, 1999.

114 Montinari, 1996.

115 Montinari, 1996, p. 291. La référence est ici à Guido Malandra, déjà cité.

116 Elles n’ont pas été résolues par les conclusions de ces fouilles, cf. Ventura, 2001.

117 Fossati-Mannoni, 1975.

118 Giannichedda, Lerma, Mannoni, Messiga, Riccardi, 2000.

119 Aucun texte aussi suggestif que celui du projet d’une verrerie à installer dans le Mugello (Toscane) qui contient avec précision la description de four à fritte, du four de fusion, de refroidissement, etc., cf. Heikamp, 1986, p. 351-354 ; le manuscrit a été retrouvé non daté mais signé (Guasparre di Simone Parigini, per adrieto bichieraio in Firenze) dans ASF, Miscellanea Medicea, vol. 27, cc. 1001 r°-1005 v°.

120 Malandra, 1983, p. 61. A noter que ces fornacini sont encore présents dans les lieux de décentralisation du travail verrier des Altarais. Ils doivent sans doute ressembler aux fornacette retrouvées dans le château de Montaione (Toscane), actives dans le premier XVIIe siècle, cf. Stiaffini, 1999, p. 64.

121 Voir notamment Charleston, 1978 pour une analyse exhaustive des représentations de fours et pour la distinction entre fours « méditerranéens » circulaires et fours septentrionaux rectangulaires, reprise par Newton et Davidson, 1989, qui ne fait cependant pas l’unanimité, cf. Stiaffini, 1999, p. 50.

122 Une esquisse et des notes de datation et de commentaires in Calegari-Moreno, 1975, p. 26-27 mais l’esquisse, sur laquelle se fonde le commentaire, est en partie fantaisiste. Voir aussi, Ciappi, Laghi, Mendera, Stiaffini, 1995, p. 28.

123 Sans parler du rôle des Toscans dans la fondation de la verrerie, cf. Nepoti, 1978 ; pour une analyse d’ensemble de ces sources voir notamment parmi l’immense bibliographie Charleston, 1978 ; Gasparetto, 1958, Horat, 1991, Ciappi, Laghi, Mendera, Stiaffini, 1995, p. 20-31 ; Stiaffini, 1999, p. 41-68.

124 Horat, 1991.

125 Cf. les remarques de Jannin, 1990, p. 125 : le plus grand nombre de creusets dans les verreries modernes permet d’augmenter la production tout en améliorant le rendement calorifique. Tous les ouvroirs ne donnent pas forcément sur des pots où se cueille le verre à travailler, ils peuvent aussi correspondre à des pots où se cuit la matière, comme l’indique bien l’Encyclopédie dans les figures consacrées aux fours à pivette où sont distingués, parmi les sept pots du four, celui du canton pour la cuite du verre, ceux de verre du travail – 2 –, ceux de verre de fonte – 2 –, celui du verre vert et celui de verre brun. Le nombre de maîtres par équipe (9) fait penser à des fours ayant au minimum quatre ouvroirs de travail, comme c’est le cas aussi en Toscane, cf. notamment Heikamp, 1986, p. 351.

126 Voir Ciappi, Laghi, Mendera, Stiaffini, 1995 ; la présence de fenêtres situées au-dessus de chaque ouvroir se trouve également sur la gravure de Mitelli à Bologne, cf. ibidem, p. 30.

127 Article verrerie.

128 Et sur lesquels peuvent être accrochés les outils comme cela apparaît dans la représentation de Butteri et celle de Mitelli.

129 Agricola, 1987, p. 479.

130 Où l’on note aussi la présence de tabouret à hautes jambes.

131 Horat, 1991, p. 450.

132 À droite du four, un maître fondeur semble contrôler la fritte au moyen d’un outil impossible à déterminer affirmaient Calegari et Moreno dont la schématisation de la peinture apparaît ici nettement contestable : en fait, un maître verrier a cueilli du verre et effectue la paraison.

133 Mendera, 1991.

134 Ernesto Saroldi m’a gentiment conduit dans cette structure et communiqué toutes les informations dont il dispose. En 2000, on pouvait encore voir deux fours proches l’un de l’autre, d’une circonférence d’à peu près trois mètres et de deux mètres de hauteur. En 2007, il n’en restait plus qu’un, qui sert de dépotoir aux gravas variés accumulés dans cette zone de friches industrielles. Non datée, mais non antérieure au XVIIIe siècle, cette structure montre un four circulaire, doté d’un couloir qui le transverse dans toute sa largeur, agrémenté d’une série de quatre ouvertures qui semblent destinées à donner de l’air à l’arche. On pourrait donc bien être en présence soit de la base du four dans la zone de combustion du bois, soit d’un four de première fusion. Il faudrait bien entendu une étude sérieusement menée par des archéologues pour le déterminer.

135 Chabrol, p. 293; ASS, Dipartimento Montenotte, 67, fasc. 4, Lettre de l’ingénieur Galloni, 28/6/1809.

136 Malandra, 1983, p. 66 fait remarquer qu’une telle situation est semblable à celle des fiefs de la région dont jouissent, grâce à des investitures partielles, différents titulaires pendant des périodes de temps déterminées dans l’année.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540