Version classiqueVersion mobile

Les chemins de verre

 | 
Corine Maitte

Introduction

À Gérard Gayot

Texte intégral

  • 1 Voir notamment les multiples contributions de Pierre Milza et de ses élèves, de Gérard Noiriel dep (...)
  • 2 Cf. les volumes de deux grandes conférences internationales sur le sujet : Eiras, Castelao (éd.), (...)
  • 3 Lucassen, 1997 : « Le temps où les paysans de l’Europe préindustrielle étaient perçus comme stable (...)
  • 4 Genèse, 1998, 30, Annales HSS, juillet-août 2000, Revue de synthèse, 2002 entre autres.
  • 5 Nordman, Revel, 1989, p. 67 : « Contrairement à une vision trop statique des sociétés anciennes qu (...)
  • 6 Poussou, 2002.

1En matière de mobilités et de migrations, l’ampleur du défi actuel est présente à l’esprit de tous en cette période de crise et de repli angoissé sur des identités nationales parfois réinventées, oublieuses des origines mêlées des populations. De fait, les problèmes de migrations sont au cœur des débats politiques, sociaux, culturels des sociétés contemporaines. Leur étude a été renouvelée, ces dernières années, par des courants novateurs de l’histoire contemporaine, de l’ethnologie, de la sociologie, qui ont contribué à reformuler thèmes et problématiques, à remettre en question bien des approches antérieures1. Les migrations anciennes ont elles aussi été revisitées. Les études de cas ont été multipliées avant et après les deux conférences internationales de Prato et de Santiago, tenues de manière presque simultanée dans les années 19902. Les études italiennes et anglo-saxonnes ont avancé à grands pas, rejetant généralement l’image de sédentarité dominante des populations anciennes3. De grandes revues françaises se sont fait l’écho de nouveaux questionnements en y consacrant des numéros spéciaux4. Et pourtant, les paradigmes semblent parfois peiner à évoluer en France. Malgré les travaux novateurs de Laurence Fontaine, les affirmations déjà anciennes de Jacques Revel et de Daniel Nordmann5, les remises en question formulées par Alain Croix en 1999, et, enfin, la monumentale synthèse de Daniel Roche en 2003, les oppositions entre sédentaires et migrants restent trop souvent au centre des discussions. L’enracinement apparaît encore à beaucoup, suivant le mot de Jean-Pierre Poussou qui a longtemps dominé les études en la matière, comme « le caractère dominant de la société rurale française d’autrefois6 ». Le primat de la sédentarité demeure une hypothèse d’évidence. La plupart des analyses restent marquées par l’insistance sur les facteurs attractifs/répulsifs, par la dichotomie entre migrations temporaires et définitives, par la mise en avant du rôle prépondérant des États dans les logiques migratoires de la main-d’œuvre qualifiée, présentée comme l’objet de tous les soins « mercantilistes » des différents États européens.

  • 7 Notamment Foy, 1988 (rééd. 2001), et à ceux qu’elle contribue à impulser au laboratoire d’Archéolo (...)
  • 8 Philippe, 1998. La grande thèse de Rose Villequey sur les verriers lorrains a été publiée en 1968 (...)
  • 9 Zecchin, 1987-90.
  • 10 Maccray, 1999; Trivellato, 2000.
  • 11 Mendera, 1991.

2Un constat relativement semblable peut également être dressé en ce qui concerne l’histoire du verre et des verriers. Ce sont ici les recherches d’histoire médiévale qui ont été récemment les plus dynamiques et les plus fécondes7. Pour l’époque moderne, les études sont plus anciennes ou plus ponctuelles, même si la synthèse de Michel Philippe couvre heureusement la première partie de cette période8. Malgré tout, beaucoup d’études de référence restent celles des érudits locaux du XIXe siècle. La situation est différente en Italie : le secteur du verre a toujours fasciné les érudits vénitiens. Luigi Zecchin a fourni un ensemble de travaux qui reste encore aujourd’hui indispensable9. Surtout, la corporation vénitienne a fait l’objet d’études récentes qui ont pris en compte les questionnements nouveaux de l’histoire économique et sociale : l’ouvrage de Patrick MacCray et, surtout, celui de Francesca Trivellato, sont fondamentaux pour faire le point sur le fonctionnement interne de l’Art à Venise même10. Parallèlement, les études renouvelées du secteur verrier italien ont montré que Venise était loin d’être la dominante incontestée du secteur en Italie, et ce depuis le Moyen Âge : la Toscane, la Ligurie sont des foyers tout aussi importants11. Les hommes bougent, les techniques se mêlent.

  • 12 Elias, 1973.

3Fort de ces deux constats, ce livre aborde des problèmes liés au verre et aux migrations dans une grande partie de l’Europe. En effet, aux XVIe et XVIIe siècles, le verre « à la vénitienne » est à la mode chez les élites des cours et des villes européennes. La consommation des produits de verre est un témoignage de cette « civilisation des mœurs » évoquée par Norbert Elias12. Si le goût du verre touche d’abord ces élites, il semble également se diffuser, peut-être bien plus précocement qu’on ne l’admet généralement, dans les sociétés européennes. Cet engouement suscite dans toute l’Europe un mouvement d’imitation qui passe par l’installation de nouvelles verreries. Une telle extension des centres de production se nourrit de la mobilité des verriers, dépositaires des secrets de fabrication. Rien d’extraordinaire à cela : les verriers ont toujours été gyrovagues et la mobilité des hommes reste pendant longtemps le principal vecteur de la diffusion des techniques.

  • 13 Schuermans, 1883-93 ; Pour Altare même, Bordoni, 1884, Buffa, 1897. Parmi les travaux plus récents (...)

4Cependant, les agents peut-être principaux de diffusion du « verre à l’italienne » en Europe, et en France tout particulièrement, ne viennent pas de Venise mais bien d’Altare, village de moins de mille habitants du sud du Montferrat. Ce bourg s’est développé depuis le Moyen Âge comme un véritable centre verrier implanté au cœur d’une des plus grandes forêts italiennes. Si les verres fabriqués à Altare ont rapidement été commercialisés dans et hors la région, ce sont également ses spécialistes que le village exporte dès le XVe siècle. Ce mouvement est en partie connu depuis le travail des érudits du XIXe siècle et par les travaux de certains descendants des familles verrières13. Les verriers d’Altare ont surtout fait l’objet d’une monographie publiée en 1983 par Guido Malandra : directeur des archives de Savone, ce dernier a mis à jour un nombre considérable de documents, mais les a traités selon les modèles classiques de l’histoire locale.

5Mon propos est autre : étudier de façon intensive cette communauté, ses verriers, ses mobilités, les suivre dans un certain nombre de lieux où ils se sont installés, est une porte d’entrée pour approfondir des problèmes trop souvent disjoints. Le travail du verre mais aussi sa consommation, les implantations « industrielles » et leurs enjeux, les phénomènes migratoires et leurs modalité, les institutions de l’économie – notamment les corporations puisque Altare, qui n’a pas le statut juridique de ville, possède néanmoins une corporation verrière, les rapports entre acteurs politiques et économiques, que ce soit au niveau des États ou de la communauté locale, les transferts techniques et leurs modalités, les transferts symboliques et sociaux, les identités, leurs frontières floues et leurs définitions changeantes.

  • 14 Fontaine, 1993, 2005 notamment.

6Premier objectif : participer au renouvellement des études des phénomènes migratoires à l’époque moderne. Jusqu’à présent, les migrations de spécialistes, et celles des verriers d’Altare ne font pas défaut sur ce point, ont le plus souvent été considérées par les historiens par leurs résultats (déplacement des hommes, transfert des techniques notamment) en dehors du fonctionnement des communautés qui les produisaient. On s’est ainsi privé d’en comprendre réellement les mécanismes et la signification. Considérer le fonctionnement global de la communauté d’Altare et de sa corporation permet de relire les mobilités et les migrations de ses verriers. Elles n’apparaissent plus comme une réponse ponctuelle à une situation de crise ou une purge auto-administrée par une population en surnombre, mais comme le mode de vie d’une communauté du verre dont la corporation gère et encadre les migrations. La persistance même de ces migrations le prouve : les allées et venues des verriers d’Altare sur les chemins d’Europe, attestées du XVe au XIXe siècle, s’organisent dans la longue durée et acquièrent une intensité et une extension maximales entre la mi-XVIe et le début du XVIIIe siècle. L’ampleur de ces migrations par rapport à la taille du village peut s’expliquer par l’habitude, propre aux habitants des pays de « montagne », à concevoir et à rechercher leurs ressources dans un espace aux frontières très vastes : les verriers d’Altare sont ainsi beaucoup plus proches des colporteurs de l’Oisans, des « Espagnols de l’Auvergne », des scieurs de long ou des joueurs d’orgue que des modernes techniciens. L’appel aux travaux de Laurence Fontaine est ici fondamental14.

  • 15 Voir notamment Rosental, 1999.
  • 16 De ce point de vue, les nombreux travaux sur l’industrie verrière vénitienne ont été fondamentaux (...)
  • 17 Cf. par exemple Jaboby, 1993, mais aussi Schulz, 2007.

7Les migrations temporaires des équipes de spécialistes se greffent en effet sur un réseau de verreries installées par les membres de la communauté à l’étranger (à Rome, Turin, Nevers ou en Bretagne). Car, même installés hors d’Altare, les verriers restent attachés à leur village par de multiples liens, familiaux, professionnels, économiques ou financiers. La dichotomie commode souvent établie entre migrations « temporaires » et migrations « définitives » relève de reconstitutions a posteriori qui ne sont pas opératoires pour comprendre les mécanismes en jeu. D’autre part, dans bien des cas, les migrations qui deviennent de fait « définitives » ne sont pas une perte, mais au contraire un atout important pour le village, le relais et le complément indispensables des migrations saisonnières. Ainsi, entre « migrations de maintien » et « migrations de rupture », selon la typologie reproposée par P. A. Rosental, le fossé n’est peut-être pas non plus aussi net qu’il l’a présenté15. La comparaison entre des phénomènes apparemment proches, les migrations des verriers d’Altare et de ceux de Venise, met à jour des différences significatives susceptibles d’interroger de façon renouvelée et problématique les logiques comparatistes souvent spontanément mises en œuvre16 : ce n’est pas parce tous sont verriers que les migrations obéissent aux mêmes logiques. C’est pourquoi comprendre sous un même regard toutes les migrations « artisanales » apparaît comme le résultat de la construction a posteriori d’une catégorie fictive et n’aide pas à saisir la variété des logiques à l’œuvre17.

8Qui dit migrations, dit migrations vers… L’étude des destinations, changeantes, de ces verriers ouvre sur la mise à jour des logiques de déplacements, sur la constitution éventuelle de réseaux. Cela permet également de comprendre les logiques d’implantations industrielles. Si Altare est un centre de verrerie « forestière », la plupart des verreries « expatriées » sont installées dans des villes : un choix qui semble donc privilégier la proximité d’un marché de consommation plutôt que celle des matières premières, contrairement à ce que voudrait l’image commune des logiques d’implantations manufacturières. Rendre compte des raisons et des justifications de ces choix amène à poser le problème de la consommation des différents objets de verre et de leur circulation dans des réseaux allant du grand négoce international aux modestes colporteurs : un problème qui n’a pratiquement fait l’objet d’aucune recherche et ne sera ici malheureusement qu’effleuré.

  • 18 Voir bien sûr les travaux de Liliane Hilaire-Pérez, Dominique Margairaz en France, de Christine Ma (...)
  • 19 Hirsch, 1991, Gayot, Hirsch, Terrier, 1994, Minard, 1998, Maitte, 2001, Stanziani, 2003 et bien d’ (...)

9Les installations de nouvelles verreries obligent à des négociations parfois tendues avec les autorités urbaines, soucieuses de l’augmentation du prix du bois, de la présence des étrangers dans leurs murs, voire des fumées toxiques qu’apportent ces nouvelles techniques. Choix complexes de développement urbain, peurs liées à l’étranger et à la nouveauté technique, intérêts et soucis parfois divergents des élites urbaines sont ici intimement liés. Dans ce constant débat, les verriers tentent de jouer des rivalités existantes et semblent souvent soutenus par les propriétaires des bois (nobles et ecclésiastiques notamment) dont ils contribuent à faire fructifier le patrimoine. Mettre à jour ces débats et ces conflits permet de mieux comprendre à la fois les procédures complexes de financement des entreprises verrières et de prise de décision au niveau local. Surtout, les verriers sont fort habiles à mettre en œuvre les rivalités entre pouvoirs, en faisant appel le plus possible au soutien des rois, dont ils satisfont l’orgueil et la politique mercantiliste. Ils en obtiennent en retour des privilèges souvent exclusifs qui dessinent sur le territoire la domination de grandes familles verrières. Le contenu et les prérogatives de ces privilèges obtenus de façon très précoce par les verriers contribuent à mettre en lumière la nature du privilège économique au XVIe et XVIIe siècles, un champ qui reste encore relativement peu exploré car la plupart des études se sont concentrées essentiellement sur la fin du XVIIe siècle et surtout sur le XVIIIe siècle18. Cela permet de dresser la généalogie de ce qui apparaît souvent a posteriori comme une « politique économique » et d’examiner le problème plus général des relations entre acteurs économiques et autorités politiques, selon des directions de recherche désormais parcourues par un certain nombre de chercheurs en histoire économique19. On verra qu’il convient de relativiser l’importance souvent attribuée aux autorités politiques centrales dans les migrations de main-d’œuvre qualifiée, ce qui n’est possible qu’en réinsérant ces migrations « dirigées » dans le cadre plus vaste de l’ensemble des migrations du groupe qui les génère.

10Autre grand centre d’intérêt : le problème des techniques, et particulièrement des transferts techniques. Histoire des techniques d’Altare d’abord, qui n’est que très partiellement connue ; histoire des contacts techniques entre Altare et Venise, puisque les verriers d’Altare prétendent faire du verre « à la vénitienne » alors qu’ils ne sont probablement jamais allés à Venise et qu’il existe entre Altare et Venise les mêmes différences techniques qu’entre la verrerie normande et la verrerie lorraine. Quelles ont donc été les voies de transmission, si transmission il y a eu ? Quels ont été les éventuels lieux de rencontre ? Histoire des transferts techniques dans les différents lieux de migrations des verriers ensuite. Or, qui dit mobilité ne dit pas forcément transmission des savoirs techniques : contrairement aux espoirs nourris dans les pays d’accueil, il est clair pour tous ceux qui partent que leur mobilité ne doit pas entraîner une divulgation des « secrets » de fabrication ; « secrets » que l’on doit interroger pour en déterminer la nature, les modes de partage et d’exclusion. Ce qui pose problème, c’est généralement moins la garde du secret que la façon dont il a éventuellement été surpris, surmonté, contourné, voire divulgué. Si les injonctions des pouvoirs publics ont été constamment inefficaces en la matière, deux éléments ont pu entraîner à terme une divulgation plus large des techniques : d’une part, les alliances entre familles verrières de différentes régions européennes favorisent à terme les échanges techniques ; d’autre part, du fait même de l’accentuation de la mobilité des verriers, se forment des pôles « multi-techniques » qui constituent de véritables « districts verriers » à l’échelle européenne, spécialement au XVIIe siècle. Dans ces zones, les échanges de procédés se font plus intensément qu’ailleurs. L’attention doit donc se focaliser sur un certain nombre de ces régions (Nivernais, région de Liège, Piémont et Lombardie notamment) pour voir s’effectuer in loco ces passages de « tours de main » et ces échanges de traditions techniques entre les groupes familiaux venus d’horizons différents.

11Mais l’art du verre d’Altare ne semble profiter que modestement des traditions ou des nouveautés techniques rencontrées ou mises au point par certains de ses membres à l’étranger. En même temps que passe la mode des verres vénitiens et que le goût du XVIIIe siècle se porte vers le flint-glass anglais ou le cristal incisé de Bohême, un certain essoufflement de la verrerie locale se produit, renforcé par la politique industrielle du gouvernement piémontais auquel Altare est soumis à partir de 1713. L’art du verre s’oriente vers des produits de plus en plus communs, à mesure aussi que se renforcent ses liens d’interdépendance avec l’extérieur, notamment avec la République de Gênes et ses marchands, qui ont un rôle important comme fournisseurs de matières premières, revendeurs des produits d’Altare et créditeurs de la communauté.

  • 20 Dal Pane, 1940.

12Les migrations sont-elles donc destinées à s’essouffler à mesure que les trajets de ses équipes de travail se restreignent à la Péninsule ? Sûrement pas. Les familles verrières ont ramené de leurs contacts avec les gentilshommes verriers français la revendication de leur appartenance à la noblesse. La noblesse verrière est un thème connu, mais non véritablement élucidé. À Altare, quand le pouvoir économique et politique des familles du verre est remis en cause dans la communauté, ces familles tentent de réaffirmer un pouvoir symbolique : à la fin du XVIIIe siècle, les techniciens du verre semblent essentiellement devenus des « Monsù » blasonnés qui se souviennent avec nostalgie que le temps à Altare est le même qu’à Paris. L’étude fait donc retour vers la communauté d’origine pour en saisir les transformations productives, sociales et politiques. En effet, les phénomènes de différenciation sociale s’accentuent dans la communauté d’Altare. Ils contribuent à animer une vie politique intense, qui doit également prendre en compte la politique d’uniformisation et de centralisation menée par l’État piémontais au XVIIIe siècle. Dans le cadre du jeu politique et social local, le travail du verre devient une source d’identité qui, de professionnelle, se transforme en identité sociale et politique (nobles et responsables de la communauté), notamment par l’intermédiaire de l’appartenance corporative. Les responsables piémontais, peu au fait des enjeux locaux, interviennent constamment, mais de façon peu cohérente, favorisant tantôt l’une ou l’autre des factions locales, avant de supprimer la corporation en 1823 pour tenter de mettre fin aux conflits politiques incessants qui déchirent la communauté d’Altare. Cette affaire est d’ailleurs l’occasion pour le gouvernement turinois de s’interroger de façon plus globale sur la raison d’être des corporations, finalement toutes supprimées en 184420.

13Ainsi, même si cet ouvrage est essentiellement centré sur une période allant de la fin du XVIe siècle à la fin du XVIIIe siècle, avec comme point fort le XVIIe siècle, il fait le lien avec les évolutions postérieures : les conflits sociaux et politiques persistent en effet largement au XIXe siècle. La corporation renaît sous la forme d’une coopérative, et les migrations internationales repartent de plus belle au XIXe siècle. Elles entraînent cette fois les verriers d’Altare outre-Atlantique, notamment en Argentine où ils contribuent à fonder la verrerie nationale, puis en Afrique. Sans suivre cette fois les verriers à la trace, il faut établir la jonction entre migrations « anciennes » et « contemporaines », entre problèmes politiques d’ancien régime et leur perpétuation sous d’autres formes à l’époque contemporaine. Dans ce domaine, les écrits des érudits locaux du XIXe siècle sont une source à double titre : par les informations souvent précieuses qu’ils fournissent à propos et à partir de documents aujourd’hui perdus, mais surtout par ce qu’ils révèlent des luttes et des enjeux politiques de cette histoire des verriers qu’ils contribuent largement à transposer dans le domaine du mythe, un mythe qui n’a pas pris fin à l’époque actuelle.

14La démarche est donc fondée sur la variation constante des échelles d’approche, de la micro-étude intensive de la communauté à celle beaucoup plus vaste du domaine européen des migrations. Cela permet d’aborder de front et sous un jour nouveau des problèmes importants, trop souvent dissociés. Entre l’histoire économique et sociale, l’histoire des techniques, l’histoire politique et juridique, ce livre tente de rétablir des ponts que les spécialisations excessives ont tendance à couper.

15Les trois premiers chapitres sont autant d’« état des lieux », à Altare et à Venise. Le premier commence symboliquement en 1495, année de la reconnaissance officielle de la corporation verrière d’Altare et traite de l’organisation institutionnelle corporative, à Altare et à Venise, mais aussi des caractéristiques de la production, comme des origines, y compris mythiques, du centre d’Altare. Les deux chapitres suivants font un état des lieux des évolutions techniques, essentiellement vénitiennes, et abordent l’évolution comme les significations des consommations de produits de verre. Ces deux chapitres sont nécessaires pour comprendre le bagage technique que sont susceptibles de véhiculer les verriers migrants et les demandes des consommateurs auxquelles ils répondent. On verra que, chemin faisant, se dessinent des questionnements qui n’ont pas forcément reçu une réponse exhaustive dans ce travail. Les chapitres iv-v abordent le thème des relations entre migrations et communautés. Le chapitre iv tente de faire le point sur la dynamique spatiale des migrations, d’en étudier les temps et les lieux, avant d’interroger les logiques d’implantations et les conditions concrètes de leur réalisation. Pour comprendre véritablement la signification de ces migrations, il a fallu revenir au fonctionnement des communautés de « départ », et c’est ici celle d’Altare qui est essentiellement envisagée dans le chapitre v. Le chapitre vi aborde les rapports entre migrants et pouvoirs politiques : il analyse en particulier les privilèges que les verriers italiens, de Venise ou d’Altare, ont demandé et obtenu un peu partout en Europe et en dégage la signification. Nature, rôle et sens des privilèges donc, mais aussi rôle de l’État dans la migration : a-t-il été aussi fondamental qu’on l’a longtemps affirmé ? Comment s’articulent les migrations spontanées et les migrations organisées sous l’égide du pouvoir royal ? L’État a-t-il toujours réussi à opérer les transferts techniques qu’il désirait ainsi mettre en œuvre ? C’est ce qu’examine plus particulièrement le chapitre vii consacré aux diverses tensions liées à l’exportation des techniques : il y est donc question de « secrets » et de processus de transmission technique, y compris par le biais des manufactures royales. Le chapitre viii lui, fait retour sur la communauté pour examiner les tensions suscitées par les migrations, mais surtout les conflits politiques et sociaux qui s’y déchaînent dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, quand le système est remis en question par l’évolution de la production. L’épilogue revient sur les transformations dans la continuité des migrations et de l’organisation institutionnelle du travail au XIXe siècle, qui vont de pair avec la mise en forme de la mémoire collective opérée par les travaux des premiers érudits locaux dans la seconde moitié du siècle.

16Pour des raisons évidentes de place, des choix drastiques ont dû être faits dans les annexes. J’ai privilégié la traduction de textes italiens pour l’essentiel inédits.

17Ce livre n’aurait pas vu le jour sans la patience, les encouragements, les suggestions constantes de Gérard Gayot. En homme généreux, je sais que ce remerciement lui aurait tenu lieu de lettre de reconnaissance. Didier Terrier et Michèle Fogel ont relu, commenté, critiqué et enrichi tous les chapitres et je ne sais comment les en remercier encore. Monica Martinat, Alessandro Stanziani, Philippe Minard, Manuela Martini ont également pris la peine de relire et d’enrichir de leurs critiques certains chapitres et je leur en sais tous gré, tout comme à Philippe Braunstein, Marco Belfanti, Laurence Fontaine, Dominique Margairaz et Denis Woronoffdont la lecture et les commentaires m’ont été fort utiles.

18Alain Cabantous me fut un collègue très cher et je le remercie de ses critiques constructives sur mon projet de recherche et d’écriture. Michel Lescure, Denis Woronoff, Gigi Fontana m’ont tous les trois accueillie et apporté leurs conseils. Jacques Bottin a accepté de m’ouvrir certains de ses dossiers rouannais tandis que Jean-François Dubost m’a très gentiment communiqué des informations relatives aux verriers italiens naturalisés dans le ressort du Parlement de Paris ; Daniela Lamberini m’a fait gagner un temps précieux en m’indiquant la localisation de privilèges accordés à des verriers à Florence tandis que Luisa Dolza m’a fait bénéficier de ses connaissances en la matière.

19Les personnels des centres d’archives de Savone, Turin, Alessandria, Mantoue, Venise, Nevers, Nantes, Laon, Liège, Bruxelles se sont montrés constamment disponibles et n’ont pas hésité au besoin à me prêter mainforte. À Altare, Ernesto Saroldi et sa femme Mariuccia m’ont ouvert leur demeure, leur cœur et leur documentation, et fait profiter de leur connaissance des archives communales et paroissiales : de grands présents que leur générosité offre à tous ceux qui viennent fouiner dans l’histoire du verre de ce village. Le prêtre d’Altare m’a permis de consulter librement les archives de la paroisse. À Paris, Jeannine Geyssant m’a ouvert sa collection de verre des artisans d’Altare et m’a fait partager ses connaissances de ces objets dont on trouvera des reproductions qu’elle m’a gentiment fournies. Les membres de l’Association Verre & Histoire m’ont tous ouvert leurs connaissances, notamment Sophie Lagabrielle, Michel Philippe et Bruce Velde. Philippe Blasco, Nadine Gabin, Isabelle Oolingen et Claire Tran ont relu une partie du manuscrit.

20Que tous soient donc ici remerciés.

21Comme d’habitude, mon plus rapide et fidèle lecteur a été Bernard, mon meilleur soutien et conseiller Pietro, dont la patience est presque infinie ; celle de Tano et de Milo a par contre des limites très claires : je les remercie cependant ici de m’avoir concédé des moments d’absence volés à leurs exigences. Sans ma tribu d’hommes, ma recherche aurait été certainement très différente. Si ce travail peut être dédié, c’est à eux que je le fais, à la mémoire de Pierre Deyon, homme exigeant et fascinant, et à celle de Gérard Gayot, mon « maître vénéré » de toujours.

Références bibliographiques

22J’ai choisi de rédiger les notes bibliographiques selon l’usage anglosaxon. Je n’ai donc indiqué en bas de page que le nom de l’auteur et la date de publication de l’ouvrage ou de l’article. On trouvera dans la bibliographie finale l’ensemble des indications nécessaires.

Traductions

23Pour faciliter la lecture, j’ai systématiquement traduit les citations des documents, pour l’essentiel de l’italien. Toutes les traductions sont de mon fait, sauf notation contraire. Pour des raisons de place, je n’ai pu conserver ici les textes originaux.

Notes

1 Voir notamment les multiples contributions de Pierre Milza et de ses élèves, de Gérard Noiriel depuis 1988, les numéros de la Revue Européenne des Migrations Internationales, par exemple celui dirigé par Body-Gendrot, Ma Mung, Hodeir, 1992… Il est évidemment impossible de les citer tous.

2 Cf. les volumes de deux grandes conférences internationales sur le sujet : Eiras, Castelao (éd.), 1994, et Cavaciocchi, 1994.

3 Lucassen, 1997 : « Le temps où les paysans de l’Europe préindustrielle étaient perçus comme stables, immobiles et sédentaires est désormais dépassé. »

4 Genèse, 1998, 30, Annales HSS, juillet-août 2000, Revue de synthèse, 2002 entre autres.

5 Nordman, Revel, 1989, p. 67 : « Contrairement à une vision trop statique des sociétés anciennes que l’on a souvent immobilisées dans leurs villes et plus encore dans leurs villages, les hommes – de toutes conditions, et pour toutes sortes de raisons, professionnelles, économiques, politiques, etc. –, interminablement circulent. »

6 Poussou, 2002.

7 Notamment Foy, 1988 (rééd. 2001), et à ceux qu’elle contribue à impulser au laboratoire d’Archéologie Médiévale Méditerranéenne du CNRS.

8 Philippe, 1998. La grande thèse de Rose Villequey sur les verriers lorrains a été publiée en 1968 et devrait sans doute être largement révisée. Sur la manufacture de Saint Gobain, les travaux sont nombreux, cf. Scoville, 1968 (1950), Pris, 1975, Hamon, 1989, Daviet, 1993, Hamon, Perrin, 1993 ; mais aussi Michel, 1991.

9 Zecchin, 1987-90.

10 Maccray, 1999; Trivellato, 2000.

11 Mendera, 1991.

12 Elias, 1973.

13 Schuermans, 1883-93 ; Pour Altare même, Bordoni, 1884, Buffa, 1897. Parmi les travaux plus récents : Badano Brondi, 1999.

14 Fontaine, 1993, 2005 notamment.

15 Voir notamment Rosental, 1999.

16 De ce point de vue, les nombreux travaux sur l’industrie verrière vénitienne ont été fondamentaux dans ce travail, notamment MacCray, 1999 et surtout Trivellato, 2000.

17 Cf. par exemple Jaboby, 1993, mais aussi Schulz, 2007.

18 Voir bien sûr les travaux de Liliane Hilaire-Pérez, Dominique Margairaz en France, de Christine MacLeod en Angleterre.

19 Hirsch, 1991, Gayot, Hirsch, Terrier, 1994, Minard, 1998, Maitte, 2001, Stanziani, 2003 et bien d’autres.

20 Dal Pane, 1940.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search