Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le corps d'une reine

 | 
Sylvène Édouard

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Moreno Espinosa G., Don Carlos. El Príncipe de la leyenda negra, Madrid, Marcial Pons, 2006.

1Les circonstances de cette année 1568 furent graves pour la couronne d’Espagne avec en début d’année, l’arrestation du prince don Carlos qui était devenu incontrôlable puis jugé pour rébellion aux termes d’un procès ordonné par son père1. La naissance d’un héritier devenait urgente et nécessaire pour le roi, et Élisabeth en supporta sans doute difficilement la responsabilité. L’annonce de la grossesse en mai n’apporta qu’un court répit aux pressions exercées sur la reine, car en juillet, le prince décédait. Elle était désormais responsable de l’avenir de la dynastie d’où l’inquiétude du roi en septembre lorsque son état empira. La cour n’attendit pas son décès pour spéculer sur la nécessité d’une quatrième épouse. Le temps des condoléances fut bref et Catherine de Médicis, malgré sa peine sincère, fut la première à proposer un nouveau parti à Philippe II en la personne de sa fille Marguerite. Il en fut ainsi du corps sacrifiable de la reine et princesse Élisabeth.

2Le sacrifice du corps royal était possible car sa dignité élevée vers de si hautes sphères en réduisait la part d’humanité. Le drame n’était plus humain, il était seulement politique. Dès sa naissance, le 2 avril 1546, ses parents songèrent à favoriser les intérêts de la Maison de France grâce à Élisabeth et plusieurs fois engagèrent des négociations diplomatiques pour la marier, les plus sérieuses ayant concerné le jeune Édouard VI, le prince don Carlos et enfin Philippe II d’Espagne. Comme elle était destinée à occuper un rang dans la société des princes, elle reçut une éducation qui n’avait rien à envier à celle de ses frères, et en particulier à celle du Dauphin François. Il avait eu comme précepteur Pierre Danès dont la famille était d’origine napolitaine, laissant supposer la part de l’influence italienne dans l’éducation du Dauphin. Élisabeth et Claude avaient eu le même précepteur, l’abbé Claude de Sublet qui suivit ensuite la princesse en Espagne comme aumônier. Pour occuper dignement son rang, la princesse apprit à maintenir son corps grâce aux leçons du professeur de danse Paul de Rege. Dans le même temps, sous la houlette du maître d’armes mantouan Ettore, les garçons s’exerçaient au maniement des armes les plus diverses. Ces différents exercices, auxquels s’ajoutait l’équitation – encore un art italien à l’époque – permettaient d’apprendre à régler le geste pour lui donner de l’assurance. Le corps devait être parfaitement sous contrôle car il opérait, au travers des gestes, un langage performant. En cela, cette Renaissance tardive avait consacré une certaine culture du corps, dans tous les sens du terme.

  • 2 Lloret R., « Doña Germana de Foix. Última reina de Aragón y virreina de Valencia », dans López-Cord (...)

3À la cour de ses parents, Élisabeth avait appris à ne pas maintenir son corps dans une distance qu’elle allait devoir adopter en Espagne. Sa pratique du corps en majesté était néoplatonicienne, transformant la proximité physique en don d’amour de soi. Les fastes de sa cour d’origine lui apprirent le goût des festivités et le raffinement des apparences, à travers un luxe vestimentaire qui devait détoner de l’autre côté des Pyrénées. Ces frontières invisibles, celles des manières et des apparences, furent un obstacle difficile à franchir pour la jeune reine. Son héritage passa pour de la frivolité, comme cela fut reproché à Germaine de Foix, cette autre reine d’origine française dont le luxe vestimentaire avait aussi heurté les sensibilités au temps du roi Ferdinand d’Aragon2. Contrairement à cette dernière, Élisabeth se révéla incapable de jouer un rôle politique. Les enjeux inhérents à sa Maison lui échappèrent rapidement face au duc d’Albe qui devait avoir la haute main sur son organisation. En l’espace d’une année, entre mars 1560 et avril 1561, elle perdit un grand nombre de ses officiers français et surtout une partie de la suite de ses dames et demoiselles françaises. Cette époque était pourtant encore tolérante concernant l’entourage d’origine de la reine. Elle n’en fut dépossédée que progressivement, de même qu’elle conserva une grande liberté dans le choix de ses robes qui étaient souvent à la mode d’Espagne. Au passage de la livraison, la reine n’avait abandonné que le deuil de son père mais pour le reste, l’adhésion totale à sa nouvelle Maison fut progressive. Le motif invoqué, pour le renvoi de Madame de Clermont avait d’ailleurs été principalement celui de l’hispanisation de la reine. Sa majesté dépendait de sa capacité à se montrer reine d’Espagne, par une pratique stoïcienne de l’austérité dans les affects et l’apparence. Doña Juana, la sœur du roi, en était l’exemple le plus accompli mais la reine résista, gardant de sa légèreté.

4Sa jeunesse et son élégance participèrent cependant à la rendre majestueuse par l’élaboration d’un discours sur sa beauté. L’économie savante des portraits de l’époque, pour faire connaître ou représenter, en rendant présent l’absent, permit la multiplication de dessins, de gravures et surtout de portraits peints. Élisabeth recevait des portraits de ses parents et elle-même figurait dans les galeries de portraits dynastiques, comme celles de Catherine de Médicis à Paris ou de Philippe II au Pardo. Ces portraits permettent d’établir un rapport entre le signifiant, c’est-à-dire le corps dans ses postures et les traits du visage et des mains, et le signifié, qui n’était autre que l’âme. Le portrait devait pouvoir faire l’apologie de l’âme du portraituré, selon l’adage « ce qui est beau est bon ». L’essence même des manières de civilité se retrouve dans les portraits de la reine pour démontrer la bonté de son âme. Le corps majestueux de la reine était un corps éloquent, éduqué puis mis en scène selon une chorégraphie précise dictée par le cérémonial. Il était aussi un corps-medium de cette grandeur incarnée, communiquée par les traits physiques et les nombreux accessoires qui lui servaient d’écrin.

5L’autre destinée du corps princier était de servir les intérêts de sa Maison mère. Élisabeth fut de nombreuses fois négociée puis enfin « livrée » au roi d’Espagne selon le terme employé à l’époque. La livraison de la reine est un moment capital de cette histoire du corps sacrifiable de la reine. Le corps qui ne s’appartient pas est objet et en tant que tel, traité en surface. Les acteurs de ce voyage, à commencer par Antoine de Bourbon, se soucièrent moins d’Élisabeth en tant qu’individu, que de son corps qui était l’enjeu même du transfert par sa nature biologique. Les Français devaient livrer une matrice en bon état. Les dangers liés à un long voyage, entamé en novembre 1560 et s’achevant en janvier 1561 dans les bourrasques de neige, ne devaient pas altérer la santé de la reine. Tout se passa pour le mieux et Élisabeth entama un second voyage, depuis Pampelune jusqu’à Guadalajara pour ses noces avec le roi. Tolède, Alcalá de Henares puis Madrid lui firent un triomphe et l’élevèrent au rang d’Idée, celle de la Paix. En épousant un roi de guerre, dont la puissance et la souveraineté dépendaient de sa capacité à s’imposer par les armes, elle réconciliait les contraires, la Paix et la Guerre, par un pacte d’amour. Tandis que la majorité des reines restent réduites à leur seul caractère biologique, Élisabeth put entrer dans le mythe de la Paix.

6Son rôle ne devait cependant pas être que symbolique et elle fut vite confrontée à un épineux problème, celui de servir deux Maisons différentes. Son histoire est une histoire de soumission et à ce titre, ses contemporains soulignèrent souvent sa bonne volonté pour concilier les deux partis. D’un côté, sa mère la pressait sans cesse de pratiquer le roi pour favoriser l’amitié entre eux et surtout ménager son opinion vis-à-vis de sa politique de tolérance envers les protestants français, qui alla jusqu’à se poser en marge du concile de Trente. De l’autre côté, elle devait obéissance et fidélité au Roi Catholique, devant intervenir auprès de sa mère pour la supplier de châtier les hérétiques et de donner la preuve de son engagement catholique. L’entrevue de Bayonne en juin 1565 révéla la tâche impossible d’Élisabeth mais l’échec passa alors inaperçu tant les festivités étourdirent les esprits. Élisabeth était loin d’être une reine à la façon d’Isabelle la Catholique ou de Germaine de Foix. Si la reine pesa guère dans les négociations, son corps permit néanmoins de sceller l’union des deux Maisons et les apparences de la bonne entente furent préservées. Cette amitié politique passait avant tout par celle du couple et ce fut en cela que la reine dut jouer son rôle le plus important.

7Le devoir de séduction de la reine jouait sur les apparences, celles du corps et celles des sentiments. Son corps devait être un corps séducteur pour réaliser l’osmose des deux Maisons par une séduction reposant sur une agréable esthétique. Elle était assez grande et brune, mais surtout elle avait le regard bon. Les ambassadeurs italiens ne la trouvaient pas très jolie mais reconnaissaient son pouvoir de séduction. Lorsque la beauté physique de la reine fut menacée, à la suite de maladies éruptives pouvant la défigurer, son entourage et sa mère eurent recours à des remèdes, antiques produits de cosmétique, pour faciliter les cicatrisations. Si la reine avait pour devoir de séduire, sa suite avait celui d’en préserver les chances. Le souci des Français, à commencer par les ambassadeurs, de favoriser la bonne apparence de la reine, se heurta parfois aux Espagnols. En novembre 1565, après l’incident du bain, l’ambassadeur Fourquevaux en était venu à la conclusion que la reine, pour assurer ses chances d’enfanter, devait garder pour elle ses petits secrets de femme, et surtout ne jamais en confier aux Espagnols de sa suite. Ces petits secrets concernaient surtout le désir qu’avait Élisabeth d’être attrayante pour le roi. Le bain répondait à un évident souci de netteté du corps, à une époque de proscription de l’eau et de dissimulation des mauvaises odeurs sous des vêtements propres. Elle changeait d’ailleurs fréquemment de robes et de chemises, évitant ainsi la prolifération des puces comme l’atteste le chasse-puces qu’elle tient dans un portrait que fit d’elle Sofonisba Anguissola. Efficace ou non, cette séduction aboutit à une amitié du roi qui joua beaucoup sur les apparences. Le journal de Madame de Clermont rend compte d’une certaine privauté des corps dans les palais de campagne du roi, à Aranjuez surtout où le temps s’égrenait entre les promenades, les repas, les siestes, les jeux et les danses.

8L’amitié du roi était cependant convenue, remplissant honnêtement ses devoirs d’époux attentif. Au début de leur union, Élisabeth et le roi donnèrent toutes les apparences d’une bonne entente mais en réalité le roi était distant, préférant entretenir des relations plus assidues avec sa maîtresse, une demoiselle de la Maison de sa sœur doña Juana. Il ne s’intéressa exclusivement à la reine qu’au printemps 1564, à son retour d’Aragon. Leurs retrouvailles furent fécondes et la reine ayant désormais prouvé qu’elle pouvait enfanter, le roi lui accorda toute son attention. Il attendit ainsi que la reine devint vraiment une femme et son affection pour elle, pas nécessairement amoureuse, ne se démentit pas jusqu’à sa mort en octobre 1568. Ce furent cependant quatre années de souffrance pour la reine, malgré les naissances de deux filles, Isabel Clara Eugenia et Catalina Micaela. La succession de grossesses difficiles et surtout son dernier accouchement en octobre 1567, fragilisèrent son état de santé. Elle était fréquemment prise de maux de tête et de vomissements, mais ce fut une maladie des reins qui provoqua une ultime fausse-couche et l’emporta le 3 octobre 1568. Sur son lit de mort, elle exprima au roi son regret de n’avoir pu lui donner un fils. Son corps n’avait été sacrifiable que pour remplir ce devoir d’enfantement jusqu’à en mourir et avec la frustration de ne pas l’avoir accompli.

  • 3 Valdeón Baruque J., « Isabel I de Castilla. Un modelo de reina », dans López-Cordón M. V. et Franco(...)

9Élisabeth de Valois, princesse d’une cour festive et reine d’une « nation cérémonieuse », fut un paradoxe par sa légèreté et sa frivolité mais elle fut avant tout une « bonne fille », soucieuse de bien faire et de servir avec la meilleure volonté ses deux Maisons. Au-delà des apparences, elle fut bien une reine consciente de ses devoirs et les ayant assumés jusqu’au terme. Elle ne fut pas, évidemment, comme Isabelle de Castille, qui était devenue un archétype de la reine espagnole, énergique et déterminée, pouvant vaillamment égaler un homme. La reine Catholique n’était pas seulement capable de gouverner comme un roi, elle était aussi une femme espagnole, sachant à la fois être austère, simple et magnifique3. Élisabeth, elle, n’était qu’une reine consorte et fut avant tout magnifique. Son corps était à la fois un medium de sa majesté et la condition biologique de sa fonction de reine, dont le premier devoir était d’enfanter. Le corps biologique et le corps symbolique de la reine ne rendaient compte que d’une seule réalité : l’unicité du corps de la reine qui n’est que politique. Or ce corps politique ne peut s’appartenir car il est tout incarné pour ne servir que sa fonction dans le présent éphémère de la vie d’une reine qui n’existe pas en tant que personne mais sert avant tout les intérêts de sa Maison.

Notes

1 Moreno Espinosa G., Don Carlos. El Príncipe de la leyenda negra, Madrid, Marcial Pons, 2006.

2 Lloret R., « Doña Germana de Foix. Última reina de Aragón y virreina de Valencia », dans López-Cordón M. V. et Franco G. (coord.), La Reina Isabel y la reinas de España : realidad, modelos e imagen historiográfica, Madrid, Fundación Española de Historia Moderna, 2005, p. 77-96.

3 Valdeón Baruque J., « Isabel I de Castilla. Un modelo de reina », dans López-Cordón M. V. et Franco G. (coord.), op. cit., p. 19-34.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540