Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le corps d'une reine

 | 
Sylvène Édouard

Troisième partie. Le don de la chair

Chapitre 7. Le corps qui doit enfanter

Texte intégral

1Ce dernier chapitre est comme le miroir inversé du précédent, sa face sombre en quelque sorte, car l’apparence des beaux sentiments et des beaux corps dissimulait en réalité un abîme de souffrances. La cour du roi, malgré ses divertissements, était avant tout un espace de tensions permanentes que la jeune reine subit avec les courtisans, et avec le roi lui-même qui ne trouvait d’échappatoire à sa condition que dans le retrait. Élisabeth souffrit de mélancolie, une maladie alors fort répandue dans les cours, comme elle souffrit dans sa chair de ses nombreuses maladies dont les plus graves furent liées à ses fausses couches. Sa santé en fut fragilisée et les tentatives répétées de grossesse lui furent fatales. Cet acharnement à enfanter avait à voir avec l’absence d’héritier mâle qui devint une frustration majeure pour la reine.

Un devoir trop lourd

La dissimulation des sentiments

  • 1 Ces lettres sont citées par Rodríguez Salgado M. J., dans « “Una perfecta princesa” Casa y vida de (...)
  • 2 Kamen H., dans son Felipe de España, Madrid, Siglo XXI España editores, 1997, p. 98, cite une lettr (...)
  • 3 Rodríguez Salgado M. J., art. cit., p. 85, voir Archivo Nacional da Torre do Tombo, Consello Genera (...)
  • 4 Alberi E., Le Relazioni degli ambasciatori veneti al Senato, série I, vol. 5, Firenze, 1861, p. 118 (...)

2La vie conjugale de Philippe et d’Élisabeth retint l’attention des ambassadeurs et c’est donc naturellement à travers leurs correspondances que les relations du couple semblent devenir visibles. Toutefois, ces témoignages sont parfois contradictoires. Les ambassadeurs français étaient plutôt à l’affût des détails révélant l’affection et le désir du roi envers Élisabeth, tandis que les autres portaient un regard moins intime sur elle. L’ambassadeur du Portugal Pereira, écrivant régulièrement à Catherine de Habsbourg, grand-mère du jeune roi Sébastien, livra de pertinentes observations sur la vie du couple1. María José Rodríguez Salgado s’est particulièrement penchée sur un incident relaté par l’ambassadeur Pereira à propos du voyage du roi en Aragon pour les Cortes de Monzón en août 1563, voyage auquel ne fut pas conviée la reine. La correspondance diplomatique du roi faisait alors état d’une démarche de Catherine de Médicis pour organiser une entrevue à la frontière aragonaise. Philippe II ne partageait pas avec la reine son goût pour les rencontres et esquiva la proposition en excluant Élisabeth du voyage, éliminant ainsi l’une des principales motivations de l’entrevue2. Finalement, sans doute sous la pression de la jeune reine, le roi l’autorisa à le rejoindre dès le mois d’octobre en compagnie de doña Juana. Il ne fait aucun doute que la reine pratiqua pour son compte pour s’épargner les désagréments d’une douloureuse séparation. Elle alla jusqu’à rendre quasiment publiques d’abord sa détermination à l’accompagner puis sa déception à voir le roi finalement la quitter3. L’incident n’échappa à aucun ambassadeur4. L’affaire était lancée et désormais la bonne entente du couple était en question, ce que révèlent les inquiétudes de Saint-Sulpice et les plaintes de Catherine de Médicis à l’ambassadeur espagnol don Francés de Álava, en janvier 1564.

  • 5 Rodríguez Salgado M. J., art. cit., p. 86 : Pereira à Catherine de Portugal, Madrid 19 août 1563. L (...)

3Depuis le mois précédent, Élisabeth se plaignait de ce qu’elle ne rejoindrait pas le roi et ne pourrait ainsi revoir sa mère et son frère. Une lettre de l’ambassadeur Pereira révélait également une autre source de désappointement pour la reine, à savoir le nouvel ordre imposé par le roi à sa Maison. Elle se retrouvait désormais enfermée dans le palais comme une recluse ne pouvant se montrer en public qu’aux offices religieux de la chapelle royale et aux repas, mais pour le reste, elle et une suite restreinte préalablement sélectionnée devaient rester retirées dans les salons privés et ne tolérer aucune sortie et aucune entrée après deux heures de l’après-midi. À partir de dix heures du soir, la partie du palais réservée à la reine devait être fermée. Comme le souligne M. J. Rodríguez Salgado, le changement fut dur pour la reine qui se vit dans l’obligation d’attendre le roi, cloîtrée dans son palais5. L’opinion aux aguets était friande de ce genre d’incidents et ils furent sans doute fréquents pour ce que l’ambassadeur L’Aubespine, deux ans plus tôt, avait rendu compte à la reine mère des mauvaises rumeurs concernant les sentiments du roi envers la reine :

  • 6 Lettre de L’Aubespine à Catherine de Médicis, le 25 février 1562, BnF, ms fr., no 16985, fol. 101.

« Le Roy continue de plus en plus à aymer la Reine et, sont, Madame, des espouentaux, de chenevieres et menteries que ceux qui vont d’icy disant s’ils parlent au contraire, estant la Reine vostre fille depuis trois mois augmentée d’authorité, reverence et commandement d’un tiers, et son mary si aise et satisfait qu’il n’y a que desirer, et de ce la votre Majesté s’en appuye sur ma parolle et le touche tous les jours au doigt et a l’œil6. »

  • 7 Rodríguez Salgado M. J., art. cit., p. 86 : ANTT, CGSO Libro 105, fol. 67 r°-68 v°, Pereira à Cathe (...)

4La cour était comme suspendue aux signes d’entente et de mésentente autant par goût des rumeurs que par esprit de parti, puisque les relations entre le roi et la reine devaient en effet avoir des conséquences sur la considération et l’autorité du parti français dans cette même cour. Si les mésententes ne furent d’ailleurs jamais évidentes, le roi se montrait parfois plus distant, comme le soulignait Pereira en juillet 1564, depuis son retour d’Aragon deux mois auparavant ou encore lorsqu’il cherchait à éloigner la reine par nécessité politique comme dans cette affaire ou dans celle qui se profilait avec les Flandres dès la fin de l’année 15657.

  • 8 Paris L., Négociations, lettres et pièces diverses relatives au règne de François II, Paris, Imprim (...)
  • 9 Rodríguez Salgado M. J., art. cit., p. 88.
  • 10 Alberi E., op. cit., p. 63, pour Paolo Tiepolo en 1563 : « Gl’intertenimente suoi sono i privati ra (...)
  • 11 Kamen H., op. cit., p. 214 : Staatsarchiv de Vienne, Spanien, Varia, Karton 2, fol. 3.

5La distance pouvait alors s’expliquer aussi par la vie sentimentale du roi qui était occupée ailleurs tant qu’Élisabeth ne pouvait vraiment satisfaire ses élans. Déjà en 1561, Catherine de Médicis soupçonnait son gendre d’avoir une liaison avec la princesse d’Éboli, l’épouse du favori, au point de lui faire envoyer un diamant, accompagné d’une petite lettre de sa main8. Plus sérieusement, la fausse couche d’Élisabeth en août 1564 avait confirmé le roi dans l’espoir d’obtenir de la reine un héritier, ce qui l’amena à se concentrer davantage sur sa vie conjugale et à remiser « ses amours paseez », désormais « hors de la maison » pour le contentement de tous. L’allusion de l’ambassadeur Saint-Sulpice en octobre 1564, d’après les informations d’Éboli, concernait sans doute une demoiselle de la Maison de doña Juana, doña Eufrasia de Guzmán qui quitta la princesse après son mariage9. Elle était la maîtresse du roi depuis 1559 et lorsqu’elle se retrouva enceinte en 1564, le roi la maria au prince d’Ascoli. Ce mariage avec un gentilhomme italien signifia son départ de la cour, mais le roi ne la laissa pas partir sans rien, sinon avec une dot importante et avec la satisfaction d’avoir placé deux de ses frères dans sa Maison comme gentilshommes de bouche. Ces informations sur la vie extraconjugale du roi proviennent évidemment des ambassadeurs vénitiens Soranzo et Paolo Tiepolo, lesquels affirmaient qu’outre la chasse et les tournois, la distraction préférée du roi était les femmes10. Élisabeth endura cette situation avec la résignation d’une reine mais non sans émotions fortes. Un incident entretint fort les rumeurs sur le sujet des sentiments du roi. En août 1564, Philippe II donna une grande réception au palais de Madrid et tandis que lui-même, la reine et doña Juana observaient l’arrivée des courtisans depuis un balcon, l’ancienne maîtresse, également enceinte, se présenta magnifiquement vêtue. À sa vue, Élisabeth qui menait une grossesse difficile avec des nausées et des évanouissements, ne put dissimuler son trouble et elle fut prise d’un saignement au nez. Elle se retira et fit dire au roi, que se trouvant mal, elle n’assisterait pas à la fête. Malgré la foule qui s’était réunie sur la place du palais, le roi fit alors annuler les réjouissances11. L’état de la reine s’aggrava ensuite et elle avorta dans le mois.

  • 12 Alberi E., op. cit. : Paolo Tiepolo (19 janvier 1563), p. 71-72, « Verso lei usa il re in palese og (...)

6Les relations des ambassadeurs vénitiens ont également souligné la solitude de la reine que le roi n’emmenait que très rarement avec lui lors de ses déplacements et qui préférait faire chambre à part si d’aventure elle le rejoignait. Cette idée que le roi délaissait la couche royale est en totale contradiction avec les témoignages des Français qui insistaient bien sur le fait que le roi ne manquait jamais de passer la nuit avec la reine. Alors que celle-ci n’est pas encore nubile, elle doit supporter sans rien dire la vie que le roi lui impose. Pour les Vénitiens, la reine fut une victime de l’étiquette et de l’indifférence du roi qui était trop occupé à travailler tard le soir jusqu’à des heures « extraordinaires » mais ne manquait pas de la réveiller pour lui faire la chaste démonstration de son affection et aller ensuite se coucher dans sa chambre. Ces visites nocturnes et furtives eurent pour conséquence, toujours selon l’ambassadeur vénitien, de tenir la reine éveillée une bonne partie de la nuit dans l’espoir de voir le roi. L’analyse commune des deux ambassadeurs était la suivante : dans son palais, le roi usait envers elle de marques nombreuses de respect et d’amour, mais il ne l’aimait qu’en apparence. Elle n’occupait, dans l’existence du roi, que la « part mineure ». Cependant, dès le retour de Philippe II, le 10 mai 1564, ce fut le début d’une belle démonstration d’affection, surtout lorsque la grossesse de la reine fut annoncée durant l’été, voire davantage encore après sa fausse couche en août. Les ambassadeurs vénitiens, Giovanni Soranzo surtout, insistent sur le changement de l’attitude du roi après les premières règles de la reine. Sa capacité à enfanter un fils fit accéder la reine à un rang supérieur dans l’affection du roi, lequel se montra dès lors plus amoureux, et la « desiderava molto12 ». En 1567, dans la relation d’Antonio Tiepolo, ambassadeur vénitien, l’allusion aux maîtresses avait disparu. Les sentiments du roi, selon ces ambassadeurs, étaient avant tout politiques pour assurer la succession dynastique. Cette approche de la vie amoureuse du couple royal, dénuée de sentiments et faite de devoirs, était largement fondée. Le roi ne regarda vraiment la reine que lorsque celle-ci perdit de l’enfant et devint une femme capable d’enfanter.

  • 13 Alberi E., op. cit., p. 118 : « Vive molto ritirata e spesse volte scorrono molti giorni senza che (...)
  • 14 Ibid.
  • 15 BnF, ms fr. 15 874, fol. 31 r° : Lettre de L’Aubespine du 3 juin 1560.

7Élisabeth était bien cette jeune reine aimable et obéissante que ses proches ont bien voulu montrer et dont elle-même faisait la démonstration envers son roi et envers sa mère. Aimant les divertissements par-dessus tout et les promenades qui la libéraient de l’étau de sa Maison, elle souffrit certainement de l’étiquette espagnole qui se renforça, temporairement sans doute, au tournant de l’année 1563. Les ambassadeurs vénitiens, par leur propension à faire dans le pathétique, livrèrent un portrait de la reine susceptible de comprendre son état de mélancolie chronique. Giovanni Soranzo, dans sa relation rédigée en 1565 après un séjour de près de deux ans à la cour espagnole, s’intéressa moins aux moments de liberté de la reine et d’intimité avec le roi qu’à son existence solitaire13. Certes, Élisabeth avait l’habitude de se retirer dans sa chambre tous les après-midi, mais pour jouer et s’occuper à des tâches qui, selon son entourage proche, semblaient bien la divertir. Elle ne voyait jamais le roi, et ce dernier semblait même éviter sa compagnie, or là encore Mesdames de Clermont et de Vineux, ainsi que les ambassadeurs de France ont témoigné au contraire de la privauté du couple et d’une affection sincère de la part du roi. Soranzo insistait encore sur l’impuissance de la reine à gouverner sa Maison et son royal époux. À plusieurs reprises, et le fait est notable, il évoque l’incapacité de la reine à favoriser qui elle veut car le roi ne lui en laisse pas la liberté : « Non ha S. M. libertà di donare nè di fare alcuna grazia ». En la privant du pouvoir du don, le roi sapait les bases mêmes de l’autorité de la reine à la cour : « […] non ha autorità alcuna nè anco nel semplice governo della sua casa, non avendo potestà di prendere alcuno al suo servizio ». Élisabeth était réduite à une « part mineure » et en cela, le Vénitien avait vu juste. Voulant se persuader de son malheur, Soranzo interpréta la bonne volonté de la reine à plaire au roi comme une pratique de dissimulation : « Con tutto questo S. M. prudentemente dissimulando sempre, non dimostra alcuna mala satisfazione, nè mai parla di simili cose, e sempre si mostra desiderosa di satisfare il re, e voler tutto quello ch’esso vuole14. » Dès son arrivée à la cour espagnole, la reine avait été confrontée à de nombreuses tracasseries, à commencer par le renvoi de la plupart de ses officiers. L’Aubespine lui avait alors conseillé de continuer de dissimuler son désagrément pour ne pas contrarier cette « nation si folle et presumptueuze15 ». Soranzo n’avait donc pas tout à fait tort ni tout à fait raison, car la reine n’était pas particulièrement malheureuse ni complètement heureuse. Les témoignages de l’entourage français sont sans doute les plus fiables lorsqu’ils évoquent le bon caractère d’Élisabeth, une certaine joie de vivre mais aussi une dégradation progressive de son humeur face à la maladie et à l’incapacité de mener à terme une grossesse.

Les larmes de la reine

  • 16 ANTT, CGSO, Livro 105, fol. 69 v°-70 v° : Lettre de Pereira au roi Sébastien, 7 août 1563, « das l (...)
  • 17 BnF, ms fr. 15 875, fol. 55 v° : Lettre de Vincent Mugnoni à Catherine de Médicis, le 19 juillet 1 (...)

8Les larmes de la reine apparurent très tôt et l’ambassadeur L’Aubespine les remarqua d’abord en février 1561, tandis que la reine lisait une lettre de sa mère. La douleur de la séparation et la nostalgie de sa famille lui tirèrent quelques larmes « aloeil ». Vers 1563, ce fut Pereira, l’ambassadeur du Portugal, qui vit la reine pleurer lorsque le roi annonça son voyage pour l’Aragon. La perspective de la séparation avait ébranlé la jeune reine qui avait publiquement manifesté sa déception et avait pleuré devant l’ambassadeur, venu la visiter pour lui exprimer toute sa compassion dans de telles circonstances16. Les absences du roi avaient pour effet de plonger la reine dans un état mélancolique comme l’atteste encore son médecin Vincent Mugnoni lorsque Philippe II quitta Élisabeth pour Ségovie en juillet 1561. La reine s’était alors trouvé mal, prise de nausées et le teint altéré, « ella stana un poco melancolica17 ».

  • 18 Elles ne furent pas une grâce, un don divin d’émotion pure comme l’a démontré Nagy P. pour le Moye (...)
  • 19 Vincent-Buffault A., dans Histoire des larmes. XVIIIe-XIXe siècle, Paris, Rivages, 1986, propose de (...)
  • 20 Le Person X., dans « Praticques et praticqueurs ». La vie politique à la fin du règne de Henri III (...)

9Il est difficile d’historiciser ces larmes qui ne relevèrent pas toujours d’une économie particulière18. Point de don dans les larmes de la reine, tout au plus de la tristesse ou de la pratique. Pleurer relevait parfois de pratiques corporelles qui n’étaient pas gratuites pour établir une communication par le biais d’un langage symbolique19. Les larmes constituaient une grammaire particulière du langage du corps par lequel les affects établissaient une communication éloquente entre les individus20. Élisabeth, pleurant devant l’ambassadeur du Portugal, choisissait l’emphase des larmes pour dire toute sa déception de voir le roi la quitter. Le discours des larmes était alors plus éloquent que les mots si convenus dans les conversations. La reine pratiquait l’ambassadeur pour que, témoin de ses larmes, il en témoignât au-delà de la cour et atteignît le roi dans sa représentation. Elle introduisait volontairement un trouble dans l’espace lisse des apparences, espérant ainsi agir sur le roi et l’obliger à revenir sur sa décision. Les autres larmes de la reine, celles de son intimité, relevaient en revanche d’un état mélancolique qui n’échappa pas à ses contemporains.

  • 21 Forneron H., Histoire de Philippe II, Paris, Plon, 1881, t. I, p. 317.
  • 22 BnF, ms fr. 15 874, fol. 17 ro : Lettre de L’Aubespine à Catherine de Médicis, mai 1560, de Tolède
  • 23 La Ferrière H. de, Rapport… op. cit., p. 18.

10Henri Forneron, dans une biographie très critique de Philippe II, avait voulu faire de la reine, comme les ambassadeurs vénitiens en leur temps, une victime de l’étiquette. Il reprochait même d’une façon générale à la cour espagnole, à l’étiquette et au palais de l’Escorial, d’être déprimants : « Cette vie lugubre, cérémonieuse, sans rire, sans air, éteint cette famille par la mort ou par la démence21. » Élisabeth fut justement fortement impressionnée par une crise de démence d’une fille des demoiselles de sa Maison, nommée Chaineau. L’incident se produisit à la fin de mai 1560 et L’Aubespine crut bon d’en avertir la reine mère car le roi d’Espagne avait engagé des frais importants pour sa guérison, la fièvre ayant été soignée par les sœurs d’un couvent de Tolède ou de ses environs. Cette pauvre fille avait été prise de fièvre quarte pendant tout le voyage jusqu’en Castille et lorsque la fièvre disparut enfin, ce fut son esprit qui se troubla22. Madame de Clermont en fit un récit plus circonstancié, précisant les termes de cette démence23. La « paouvrette » s’était mise « mille resveryes » en tête à cause de sa religion luthérienne, imaginant que les religieuses du couvent voulaient la faire « bouillir et puis crever les yeulx ». Persuadée par son délire, elle profita d’une nuit pour tromper ses gardes et sortir du couvent déguisée en religieuse. À l’aube, elle se présenta au Palais et y fut accueillie sans réserve, jusqu’à la réintégrer dans le service des demoiselles, en la logeant dans la chambre de Mademoiselle de Guitenière. L’état mental de la jeune fille semble s’être aggravé les jours suivants, « continuant depuis infinité de vrayes follies » jusqu’à la nuit fatidique du dimanche au lundi 6 mai 1561. Elle s’était couchée comme de coutume dans le dortoir de la chambre de la demoiselle quand, vers minuit, elle se leva et alla ouvrir une fenêtre qui était pourtant bloquée depuis plusieurs jours. Elle prétendit que des voix l’appelaient en bas et tout en disant qu’elle devait aller leur répondre, elle se jeta par la fenêtre. Elle mourut sur le coup, s’étant « meist tout en pièce, parce qu’il y a de haulteur plus de vingt toises ». Selon les dires de L’Aubespine, l’incident choqua le cercle des Dames au point que la reine resta « deux ou trois jours en quelque fraieur ».

  • 24 BnF, ms fr. 10 751, fol. 1396 : Lettre de Fourquevaux à Catherine de Médicis.
  • 25 Marguerite de Valois, Mémoires, Paris, Mercure de France, p. 95 et 100.

11Les ambassadeurs français surprenaient parfois quelques larmes sur le visage de la reine, lorsque retirée en sa chambre, elle se trouvait mélancolique. Durant l’année 1568, entre les fausses annonces de grossesse et celle, bien effective, qui allait lui coûter la vie, Élisabeth avait souffert continuellement de migraines, de nausées et d’évanouissements au point que ces derniers lui venaient « avec tristesse qui la contraint à pleurer sans savoir pourquoi24 ». La cour était aussi une source d’afflictions, et Marguerite de Valois, dans ses Mémoires, évoquait l’incidence des intrigues et des fâcheries sur son mental en nommant l’ennui qui la possédait et la rendait plus malade en l’âme qu’au corps, de même que Catherine vécut avec « ennuy » l’opposition entre ses fils, Henri III et le duc d’Anjou25. Selon les spécialistes de l’époque, la mélancolie morbus était induite par le foie qui transforme le sang en une substance épaisse de couleur noire, et pouvait provoquer la perte de raison ou mania, insania ou encore fureur. Ce fut le cas mélancolique de la jeune Chaineau, victime de son imagination débordante, qui crut entendre des voix l’appeler et se jeta par la fenêtre pour les rejoindre sans conscience du danger. La mania ou délire était la forme de mélancolie la plus redoutée car les personnes atteintes de ce mal étaient les plus « furieuses, terribles et dangereuses ». Dans ces cas extrêmes de mélancolie atrabilaire, l’imagination exerçait toute sa puissance au point d’altérer la perception du réel.

  • 26 Doctor Velazquez A., Libro de la melancholia en el qual se trata de la naturaleza desta enfermedad, (...)
  • 27 Bartra R., Cultura y malancolía. Enfermedades de las almas, Barcelona, Anagrama, 2001, p. 21.
  • 28 BnF, ms fr. 15 875, fol. 55 v° : Lettre de Vincent Mugnoni à Catherine de Médicis, le 19 juillet 1 (...)
  • 29 Velazquez A., op. cit., fol. 51 v°.

12D’après le docteur Andrés Velazquez, médecin de la ville d’Arcos de la Frontera dans les années 1580, la cause venait de l’humeur mélancolique et non du flegme, en opérant de trois façons : la « passion du cerveau » ou imagination commençait par rendre le sang épais et noir, provoquant des bouffées de chaleur affectant ensuite l’estomac puis le foie26. Le médecin, âgé d’une cinquantaine d’années, s’était penché sur la question pour faire le point sur un sujet aussi sensible et important pour la santé publique que celui de la folie. La mise au point était d’autant plus nécessaire que le sujet commençait à être galvaudé par des « ignorants », prenant alors pour cible le célèbre traité du médecin Juan Huarte de San Juan, l’Examen de ingenios de 1575. Son traité, bien que sans envergure, s’insère parfaitement dans les préoccupations de l’époque et de la culture de la Renaissance27. Le médecin reprenait les théories aristotéliciennes pour établir les types de la mélancolie associés aux tempéraments. D’après lui, les corps les mieux disposés à l’engendrer dépendaient de la proportion des quatre qualités du froid, de la chaleur, de l’humidité et de la sécheresse. Vincent Mugnoni, médecin d’Élisabeth, considérait qu’elle était de bonne complexion et que son estomac, « il centro del corpo » était chaud et sec28. Or les tempéraments chaud et sec étaient propres à engendrer une humeur mélancolique en favorisant le plus d’atrabile29. Les symptômes les plus courants, ceux observés chez la reine, étaient la tristesse mais aussi la peur suscitée par les « œuvres corrompues » de l’imagination.

  • 30 Agamben G., Stanze. Parole et fantasme dans la culture occidentale, Paris, Rivages, 1994, p. 27.
  • 31 Bartra R., op. cit., p. 41.
  • 32 Guevara A. de, Menosprecio de corte y alabanza de aldea, [1539], Madrid, Catedra, 1984 et Molina J. (...)
  • 33 Bartra R., op. cit., p. 40.
  • 34 Guevara A. de, op. cit., chap. 18, p. 267. Lepenies W. [Melancholy and Society, Cambridge, Havard U (...)
  • 35 Voir en particulier les instructions de Juan de Silva, comte de Portalegre, dans Bouza F., « Corte (...)

13Sa tristesse avait aussi quelque chose de l’acedia, cette tristesse angoissée et désespérée que les moines ressentaient face à l’impossibilité même d’atteindre leur but spirituel, un « abîme ouvert entre le désir et son insaisissable objet30 ». Le roi d’Espagne, qui était tel un Dieu en sa cour, avait aussi quelque chose d’inaccessible, faisant de la vie de tout courtisan, une existence vaine tendue vers l’insaisissable. Les courtisans déçus comparèrent souvent la cour à l’espace d’un ennui dissimulé, touchant les rois comme les courtisans. Au XIIe siècle, Maimonides, relatant les soins qu’il avait prodigués au sultan, en avait conclu que les rois au tempérament chaud avaient une propension à la mélancolie qui pouvait dégénérer en « folie sauvage31 ». Les traités courtisans et les comédies du XVIe siècle firent aussi le rapprochement entre cour et mélancolie, à commencer par Antonio de Guevara en 1539, qui avait souligné la viduité de l’existence courtisane, réduisant le courtisan à la misère d’un tout illusoire, ce que dénonçait aussi au milieu du siècle Juan de Molina, à travers son dialogue entre un courtisan et un plébéien32. Cristóbal de Villalón, à la même époque, assimilait la Cour à l’enfer, et la mélancolie à une figure infernale qu’il décrivait le visage triste soutenu par une main et le coude pesamment appuyé sur les genoux, dans une posture très pensive et misérable, rappelant la Melancolia I de Dürer. Quant aux auteurs de comédie, Tirso de Molina ou encore Lope de Vega, ils avaient fait de la figure du prince, une figure mélancolique pour signifier combien la cour favorisait ce genre d’état33. L’espace aulique était un lieu d’attente de la faveur où il fallait maîtriser l’art de passer le temps pour ne pas sombrer dans la mélancolie comme Antonio de Guevara, qui finit par tant s’ennuyer, et devenir si maussade qu’il n’osait ni demander la mort, ni prendre goût à la vie34. La même désillusion pointait dans les instructions des courtisans à leurs fils, futurs impétrants de la cour35. Les conditions d’une vie souvent retirée et une œuvre politique de séduction lourde d’enjeux suffirent sans doute aussi à l’ennui d’une jeune reine face à la difficulté de remplir ses devoirs.

Un corps sain pour enfanter

Pour une diététique

  • 36 Céard J., « La diététique dans la médecine de la Renaissance », dans Margolin J. C. et Sauzet R., P (...)
  • 37 Cornaro L., De la Sobriété. Conseils pour vivre longtemps (1558), texte présenté par Georges Vigare (...)

14Dans cette culture du corps très vaste et polymorphe, le corps, en investissant le champ de l’éloquence qui devait faire naître l’individu à lui-même, fut aussi l’objet de préoccupations matérielles. Il fallait prendre soin du corps et les traités sur la diététique se multiplièrent, renouant avec la tradition galiénique et avec celle de l’école de Salerne, dont le Regimen sanitatis, parfois attribué à Arnau de Villanova, fut souvent réédité au XVIe siècle36. Médecins et diététiciens dénonçaient surtout le manque d’exercice et l’abondance de nourriture jusqu’à proposer de peser les aliments pour ne pas dépasser une certaine quantité quotidienne. Luigi Cornaro, dans son traité De la Sobriété, publié en 1558, conseillait de ne pas dépasser les cinq cents grammes d’aliments par jour et par-dessus tout d’être un bon médecin de soi-même, en ne choisissant que des aliments et du vin conformes à la nature du tempérament de chacun37. Une vie sobre ne présentait que des avantages pour mieux vivre son corps, en veillant à l’équilibre traditionnel des qualités établies par Aristote et des humeurs d’Hippocrate et de Galien. La sobriété permettait d’éviter les risques d’altérations et de corrompre les humeurs, assurant ainsi à son maître à penser une longévité exceptionnelle, puisque Cornaro serait mort en 1566 presque centenaire.

  • 38 Fernel J., Therapeutices universalis, seu medendi rationis lib. Septem., Lyon, Plancy, 1567. Voir F (...)
  • 39 Doctor Lobera de Avila L., Vanquete de nobles cavalleros e modo de vivir desde que se levantan hast (...)
  • 40 AGS, CSR, leg. 383 : Estiquete de la casa de la Reyna para el año 1563. Para la comida y cena de q (...)
  • 41 AGS, CSR, leg. 398, no 10, fol. 843, Comidas en el casamiento de doña Ysabel de Mendoça con el mar (...)

15Cornaro était devenu sobre vers quarante ans, et il ne fut pas le seul alors à douter des effets des banquets sur le corps. Au temps de l’empereur Charles Quint, son médecin Luis Lobera de Avila s’était livré lui aussi à quelques réflexions sur les banquets et délivrait quelques conseils pour se maintenir en forme. Lobera de Avila faisait de la diététique, au sens médical du terme, en soignant le corps par bonne manière de vivre. C’était donc un remède de médecin entrant dans le champ de la thérapeutique comme l’avait suggéré le célèbre médecin Jean Fernel à la cour d’Henri II38. Lobera de Avila considérait le banquet comme un problème commun aux cours européennes d’Espagne, de France, d’Allemagne et d’Italie, dressant un inventaire à la Prévert des différents plats constituant un « bon » mais dommageable banquet de l’époque. Il y avait tout d’abord abondance de fruits et de produits laitiers, suivis d’une variété infinie de viandes (veau, vache, mouton, chevreau, cochon, oison, faisan, perdrix, francolin, caille, poule, poulet, dindon, lièvre, lapin, etc.), préparées de toutes les façons, en ragoût ou avec du beurre et de la crème, au vin ou encore au vinaigre. L’ensemble était accompagné de différentes pâtes et pâtés, et une grande variété de poissons, le tout arrosé de vin et de bière39. D’après la liste des menus pour les duègnes et servantes de la reine, les repas du dimanche, du mardi et du jeudi, étaient composés, pour le déjeuner et le dîner, de viandes de mouton, de pâtés de poules et de divers petits gibiers, remplacés par du potage de mouton le lundi et le mercredi. Les jours maigres, étaient servis du poisson, des œufs, un potage et du riz en dessert40. Mais il s’agissait là de repas quotidiens et non de banquets proprement dits, comme celui organisé pour le mariage de doña Isabel de Mendoza, avec le marquis de Cañete, le 21 février 156841. Ce jour-là, la table des « Rois » était pourvue d’amuse-gueules consistant en diverses salades, crème fraîche et assiettes de lards puis trois services se succédèrent apportant chaque fois une dizaine de variétés de plats. Le premier service comportait quarante plats de chapons en pot-au-feu avec soupe, de poitrines de veau farcies, de pigeons, de pâtés, de friands et d’aloyaux. Le second service était aussi constitué de quarante plats au lieu de trente-deux pour le troisième, avec des chapons rôtis, des pièces de bœuf en pot-au-feu, des friands de saumon, des perdrix, des pâtés divers, encore des chapons et des gigots de mouton rôtis, des friands de pigeons, des pièces de veau rôties et des cabris. Pour le dessert, des fruits et des gâteaux moins variés consistaient en pommes dont des calvilles, variété normande, des poires et des oublies ou suplicaciones qui étaient de petits gâteaux.

  • 42 Paris L., op. cit., p. 271 : Lettre de L’Aubespine au roi, le 23 février 1560.
  • 43 Boucher J., « L’alimentation en milieu de cour sous les derniers Valois », dans Margolin J.-C. et S (...)
  • 44 Duquesa de Alba, Documentos escogidos del Archivo de la Casa de Alba, Madrid, 1891, p. 174.
  • 45 Montaña de Monserrate B., Libro de anathomia del hombre, Valladolid, 1551.

16En dépit de rations quotidiennes strictes, Élisabeth eut parfois à souffrir des viandes qui lui étaient servies. À peine arrivée, elle eut une réaction éruptive, d’après L’Aubespine, en raison d’une surabondance de l’estomac, une réplétion, causée par le changement de climat et de la viande que l’ambassadeur considérait comme étant « fort subtil et aigu » en Espagne42. La reine était prise de vomissements si fréquents que sa mère priait souvent son entourage de ne pas lui donner tant de viandes. La cour des Valois avait pourtant encore la réputation d’avoir une table abondante pour apprécier les grosses nourritures, de même que les comptes de bouche de la maison du Dauphin en 1555 montraient une profusion de viandes, qui laissent croire qu’Élisabeth devait être habituée aux nourritures riches de sa cour d’origine43. Elle semblait pourtant si mal s’accoutumer aux pratiques alimentaires espagnoles, que sa mère avait écrit à la duchesse d’Albe, pour lui conseiller de veiller au régime de sa fille : « que ne mange plus de cher que ans diné et au suppé ; et ne fase plus tant de colation44 ». Pour éviter les surcharges alimentaires, le médecin rappelait que la quantité devait être proportionnelle à la taille, mais en veillant à des repas modérés, voire en ne prenant un vrai repas qu’une fois par jour ou trois maximum en deux jours, ajoutant à cela qu’il n’était pas raisonnable de petit-déjeuner plus de deux fois par semaine. Le petit-déjeuner, préconisait le docteur Avila, devait être pris vers neuf heures pour éviter la chaleur, soit un maximum de dix heures l’été et onze heures l’hiver. Le repas lui-même devait obéir à une règle stricte qui était de toujours commencer par le fort et le lourd, accompagné de vin moins chaud comme le blanc et terminer par le subtil avec du vin rouge, en veillant bien sûr à la qualité humide des viandes. La règle galiéniste des tempéraments se retrouvait naturellement dans l’alimentation puisque celle-ci devait nécessairement opérer sur l’organisme, et surtout sur la chaleur naturelle du cœur45.

  • 46 Puerto J., La leyenda verde. Naturaleza, sanidad y ciencia en la corte de Felipe II (1527-1598), Ju (...)
  • 47 Sánchez Meco G., El arte de la cocina en tiempos de Felipe II, Madrid, 1998.
  • 48 D’après Nuñez de Oria F., Regimiento y aviso de sanidad…, Medina del Campo, 1585, fol. 61 v°, cité (...)

17Lors de leur ingestion, les aliments étaient censés se transformer en un liquide subtil et pur, passant d’abord par l’estomac puis par le foie et les intestins, pour se transformer ensuite en sang dont les qualités se trouvaient dès lors déterminées par la nature même des aliments. Ces derniers se divisaient en effet entre froids, chauds, humides et secs. Le corps humain était lui-même composé d’éléments comme l’air, le feu, l’eau et la terre, ainsi combinés aux tempéraments des aliments pour produire des humeurs ; sanguine, atrabilaire, flegmatique ou colérique. Les aliments ingérés devaient donc être, si possible, contraires à la complexion du corps pour éviter de créer un déséquilibre entre les humeurs46. Les préoccupations alimentaires et sanitaires des élites de la société furent précoces, faisant de la cuisine, un lieu d’expérimentation médicale47. La table des souverains comportait d’abord du pain, dont la farine devait être bien moulue, en évitant le son qui pouvait engendrer de la mélancolie, c’est-à-dire favoriser le chaud et l’humide48. Les autres aliments étaient variés, accordant bien sûr la part la plus importante aux viandes qui avaient la réputation de donner de la vitalité, donc propres à la sanidad. Les viandes domestiques, davantage appréciées comme le porc ou le pigeon, étaient meilleures pour la santé tandis que les viandes sauvages donnaient de la force au corps. La part mineure revenait aux poissons de rivière qu’il fallait pêcher loin des villes, dans des eaux claires et dont la conservation posait un véritable problème sanitaire. Quant aux légumes et aux fruits, ils occupaient abondamment la table avec des salades et des choux-fleurs, que Philippe II goûtait particulièrement ainsi que les oignons, essentiels pour la préparation des bouillons de fèves, lentilles et pois chiches, mais aussi des viandes, des poissons et des sauces.

  • 49 Puerto J., op. cit., p. 163-187.
  • 50 Alberi E., Le Relazioni degli ambasciatori veneti al Senato, série I, vol. 5, Firenze, 1861, p. 62, (...)

18Les jardins royaux, comme celui d’Aranjuez, fournissaient les tables royales. Dès 1562, de nombreux arbres fruitiers y furent plantés ; des orangers, des cerisiers, des griottiers, des châtaigniers, des noisetiers, des poiriers, etc. Les meilleurs fruits récoltés par centaines et servis aux souverains, venaient d’Aranjuez durant tout l’été et jusqu’à l’automne49. Élisabeth s’occupait même, les premières années, à faire des confitures dans son cabinet. L’alimentation, variée et contrôlée, devait assurer une bonne santé à la reine et au roi, si malheureusement pour lui, les médecins ne l’avaient pas incité à manger quantité de viandes pour le rendre plus vigoureux. Les ambassadeurs vénitiens témoignèrent pourtant de repas simples, décrivant ainsi des pratiques alimentaires aussi modérées que son existence privilégiant la retraite et la quiétude, se retrouvant le plus souvent seul à sa table « la qual si fa modestissima, perchè non passa quindici piatti e sorte di vivande ; e mangia pochissimo ma sempre cose di buona sostanza, perché si astiene da quasi ogni sorte di frutte, e in tutto del pesce50 ».

  • 51 Laspéras J. M., « La saine table en Espagne au Siècle d’or », dans Le Boire et le Manger au XVIesiè (...)
  • 52 La Ferrière H. de, Lettres de Catherine de Médicis, Paris, Imprimerie nationale, 1880, vol. 1, p. 1 (...)
  • 53 Paris L., op. cit., p. 611 : Lettre de Catherine de Médicis à L’Aubespine, le 5 octobre 1560.

19Mais un bon régime n’était pas seulement alimentaire, il était aussi nécessaire d’exercer le corps. Le médecin de l’empereur conseillait de faire de l’exercice dès le matin, au lever, en étirant les membres du corps pour harmonieusement répartir les flux vitaux. Une bonne hygiène de vie était non seulement nécessaire à la santé ou salud mais aussi à la sanidad, soit la vigueur et le bon fonctionnement du corps et de l’âme51. Selon la théorie des humeurs, les problèmes de santé étaient souvent liés à des désordres voire des déséquilibres internes liés à des surplus de matières, des superfluités qu’il fallait veiller à évacuer. L’exercice corporel, avant de manger, permettait ainsi de prévenir le risque d’une réplétion, en vivifiant la chaleur naturelle pour faciliter la digestion et consumer les surplus, selon Galien. Le médecin de Charles Quint conseillait aussi de faire au moins huit exercices après le dernier repas, lequel devait être léger. Les vertus de l’exercice étaient innombrables, tout d’abord comme moyen de « conservation de la vie humaine » en combattant les maladies, mais aussi comme garant de la jeunesse, de la bonne humeur, de la gaieté et ennemi des fainéants. Les siestes étaient donc à proscrire en ce qu’elles pouvaient provoquer quantité de maladies, comme la goutte, les migraines ou le rhume. Catherine de Médicis veillait ainsi à ce que sa fille prît soin de fréquemment exercer son corps. Soucieuse de sa santé et de son rétablissement après chaque maladie, la reine mère conseillait avant tout de faire des promenades à pied et non en coche. Dès 1560, après les premières altérations de la santé d’Élisabeth, Catherine priait Philippe ou encore L’Aubespine « de commander aux médecins qu’ilz ne la tiennent pas tant de lict52 ». Le souci de la reine mère était de préparer au mieux le corps de sa fille à enfanter, or elle considérait l’exercice physique important pour entretenir la vigueur et favoriser une grossesse, voire de maintenir le corps en bonne santé si elle était enceinte : « elle n’en sera que plus sayne et son enfant s’en portera mieulx quant elle fera ung peu d’exercice53 ».

  • 54 Lettres de Catherine de Médicis… op. cit., t. III, p. 193.
  • 55 BnE, ms 11 278, fol. 9 r° : copie de l’original conservé à la Bibliothèque de Saint-Pétersbourg.

20Catherine de Médicis fut particulièrement attentive à l’hygiène de vie de sa fille, à ses régimes et aux soins accordés à son corps. Jusqu’au dernier moment, elle demanda que les repas d’Élisabeth fussent plus simples pour éviter des réplétions dont elle souffrait régulièrement. En vain, la lettre, datée du 18 octobre 1568 envisageait des remèdes désormais inutiles puisque la reine était décédée des suites d’une fausse couche le 2 octobre54. Catherine, ignorante de l’extrémité dans laquelle se trouvait sa fille, se plaignait au roi du peu de soins qu’accordait sa fille à son équilibre, faisant « trop de colation et aystre trop repleste et ne fayst asés d’exersice ». Elle craignait quelques inconvénients pour elle et son enfant et priait le roi de veiller à son régime, à savoir de ne prendre plus que deux repas par jour et de la viande qu’à un seul. Pour patienter et calmer sa faim, elle lui conseillait de manger du pain mais rien de plus. Philippe II lui répondit le 16 novembre que sa lettre avait ravivé sa peine, et lui assurait que ses bons conseils touchant le « manger » et « l’exercice » de sa fille lui auraient été bénéfiques mais sans pouvoir éviter le pire55. La préoccupation des contemporains pour les pratiques alimentaires ne semble donc pas avoir fait l’unanimité au regard des régimes d’abondance qui avaient cours à la table royale. Catherine de Médicis concluait d’ailleurs sa lettre en exprimant ses craintes que Philippe II eût la faiblesse de ne vouloir déplaire à sa reine et « que cela la fist tonber en quelque grande maladie ». Embellir le corps de la reine, le soigner en général relevait d’une stratégie de pouvoir exercée par Catherine de Médicis. La seule préoccupation qui sous-tendait à chaque fois l’intérêt de la mère pour sa fille était la capacité de cette dernière à devenir « grosse ».

La sexualité génitrice de la reine

  • 56 Paris L., op. cit., p. 808 : Lettre de Claude de Vauperge à Catherine de Médicis, le 1er janvier 15 (...)
  • 57 Ibid., p. 703 : Lettre de Catherine de Médicis à Madame de Clermont, le 7 novembre 1560.
  • 58 Ibid., p. 718.

21Lorsque Élisabeth arriva à la cour de Philippe II, elle n’était pas encore nubile, ce qui n’empêcha pas le roi de partager sa couche. Les dames de l’entourage de la reine et les ambassadeurs attachèrent de l’importance à ce fait, le notant scrupuleusement. En janvier 1561, Claude de Vauperge écrivait à la reine mère que la reine dort « avec le roi son mari, qui n’i faut jamès, sans grande occasion ». Cette proximité des corps se fit cependant sans rapports sexuels dans les premiers temps puisque la même dame avait entendu dire d’une personne bien renseignée que le roi avait une forte complexion génitale et que pour cela, il n’osait toucher la reine, « l’inportuner » et la blesser de sa « puissance56 ». Le premier devoir de la reine étant d’enfanter, tout le monde attendait ses « besognes », ses règles. Les dames de l’entourage d’Élisabeth avaient d’ailleurs pour mission d’avertir la reine mère immédiatement. À l’automne 1560, ne voyant toujours rien venir, elle semblait même s’impatienter, renouvelant ses instructions à Madame de Clermont, de veiller à ce que sa fille « continue toujours son exercice » pour entretenir sa vigueur et qu’on lui « mande incontinent que ces besongnes luy seront venues57 ». Mais en novembre, la dame était bien en peine de devoir lui écrire que sa fille n’avait encore « aparance de sais besongnes58 ».

  • 59 Ibid., p. 460.
  • 60 BnF, ms fr. 3 902, fol. 86 r° : Lettre de Claude de Vauperge à Catherine de Médicis, le 30 septemb (...)

22En août 1561, Madame de Vineux eut le privilège d’annoncer la bonne nouvelle. Elle avait enfin bon espoir de voir la reine enceinte « veu que ses besognes lui sont venues depuis ici fort bien ; ce qu’il n’avoit poinct encore faict, et n’ont pasé le terme que trois jours ». Ayant fait ses petits calculs, la dame espérait bien une grossesse immédiate et imaginait déjà la petite reine, mère neuf mois plus tard59. Mais les besognes de la reine étant apparues, Catherine s’inquiéta ensuite de ne pas voir se déclarer une grossesse, tout l’entourage était à l’affût, conjurant l’idée d’une incapacité de la reine à être enceinte. Ces premières règles furent assez irrégulières et la reine mère était informée dans le détail de la fréquence et de l’abondance de ces dernières. Fin septembre 1561, Claude de Vauperge écrivait que la reine « se porte fort bien encore que ses besognes ne soient bien reglees », tenant le compte des jours passés, douze exactement, depuis le terme et qu’elles ont duré quatre jours60. Les correspondances s’attardaient aussi sur la séduction de la reine, première étape pour aiguiser le désir du roi, puis sa bonne complexion et sa vigueur qui devaient favoriser son état et surtout la proximité physique avec le roi « qui n’i faut jamés » :

  • 61 La Ferrière H. de, Rapport… op. cit., p. 28.

« Elle est si faicte déjà à la façon d’icy que pour contenter tout le monde il ne luy faudroit entre autres choses que d’avoir ung enfant comme chacun desire. Je ne puis croire, madame, que ce ne soit bientost, car elle est reglee en tout comme il fault, de bonne complexion et seine, et le roy son mary aussi, qui couche toutes les nuicts avec elle. Je luis toujours continuer la recepte des œufs selon vostre lettre61. »

  • 62 Lettres de Catherine de Médicis… op. cit., t. I, p. 320 : Lettre à L’Aubespine, le 18 mai 1562, de (...)

23Les mois avaient passé et Élisabeth n’était toujours pas enceinte. Son entourage avait beau diagnostiquer les bonnes conditions d’une parfaite procréation, rien ne s’annonçait. Catherine de Médicis était d’autant plus inquiète qu’elle-même avait tardé près de dix ans à enfanter. L’inquiétude grandit et elle en éprouva un grand déplaisir « encore que, écrit-elle à L’Aubespine en mai 1562, je ne fasse doubte que ma fille ne soit pour avoir des enfans avec la grace de Dieu ». Elle avait donc fait parvenir à sa fille, avec cette même lettre, une recette à base d’œufs qu’elle avait utilisée avec succès : « Je vous envoy heune resète que ballerés au médecin de la Royne ma fille, de quoy je me suis trovée fort byen pour avoyr des anfans, afin qu’i luy fase fayre, car s’et la chause de set monde que je désire le plus62. » La jeune reine, qui avait à peine seize ans, profita sans doute du remède puisque des signes de grossesse apparurent après ce mois de mai de l’année 1562, lorsqu’elle cessa d’avoir ses règles qui étaient pourtant devenues bien régulières, toutes les trois semaines, et qu’elle se mit à avoir des nausées la nuit :

  • 63 Élisabeth à sa mère, BnF, ms fr. 16958, fol. 110, sans doute mi 1562.

« Et quant à moy, Madame, je ne vous veus celer que je ne scay si je pourray estre. Car mes besognes avoient accoustumé de me venir à trois semesnes, et depuis sis de may je ne les point eues, et touttes disent que j’ay tous les sines de fame grosse ; je ne scay si je le suis ; je n’ai jamais eu mal de cœur que au nuit, s’il y a quelques chose d’asseuré je ne faudré de le vous mander tout soudain, mais je ne voudrais pas que cela me fist perdre le bien et l’honneur devant vous63. »

  • 64 Lettres de Catherine de Médicis… op. cit., t. II, p. 209.
  • 65 ASMo, Ambasciatori Spagna, Busta 7 : Lettre d’Antonio Rota, 8 mai 1564.

24Faux diagnostic ou fausse couche, l’histoire s’arrête là et reprend deux ans plus tard dans des circonstances dramatiques. Lorsqu’une nouvelle grossesse de la reine fut annoncée en mai 1564, sa mère en douta, n’osant y croire, et elle nous apprend en effet que ce n’était pas la première : « Monsieur mon fils, le Roy vostre frere et moy n’avont peu plus demeurer, ayent entendu la bonne et aseuraye novelle et de nous tant desiraye de la groyse de la Royne vostre femme. […] J’ay esperence qu’elle ne sera pas si courte, comme elle fut la première foys64. » Lorsque l’annonce fut officielle, le roi ordonna de grandes réjouissances publiques avec feux d’artifices, jeux de lumière et aussi un carrousel de trente cavaliers pour chaque bande conduite par don Juan d’Autriche, le prince de Parme, don Diego de Cordova et don Juan Pacheco65. Mais Élisabeth souffrait alors déjà d’une fièvre que les médecins espagnols voulurent faire passer avec une saignée, et la fête fut annulée. Craignant un accident qui lui ferait perdre tout espoir de voir l’alliance assurée par cette descendance promise, Catherine avait proposé au roi de lui envoyer deux femmes de bien et catholiques pour assister sa fille, l’aider à accoucher et ensuite favoriser son rétablissement pour la préparer à de nouvelles grossesses. Mais en août, conformément aux craintes de sa mère, Élisabeth avortait et faillit en perdre la vie dans des souffrances décrites plus loin.

25Le cycle de la vie devait cependant triompher. Malgré ses nombreuses maladies, la reine mit au monde deux filles : Isabel Clara Eugenia, le 12 août 1566 au château de Valsaín, et Catalina Micaela le 9 octobre 1567. La première fut l’enfant du miracle, de la grossesse enfin aboutie, après l’invocation, le 4 novembre de l’année précédente, de saint Eugène dont les reliques avaient été transférées à Alcalá de Henares. Pendant que Philippe II y recevait dignement les reliques du saint, Élisabeth et doña Juana étaient restées à Madrid et ce fut dans la perspective des retrouvailles prochaines avec son roi que la reine avait demandé un bain à ses médecins. Elle revenait alors en ce quatrième jour de novembre, d’une bourgade proche de Madrid sur l’itinéraire du corps du saint en direction d’Alcalá. Élisabeth avait pu faire ses dévotions et quelques jours plus tard, elle tombait de nouveau enceinte. En mai, correspondant au sixième mois, ce fut le temps pour la reine de rédiger son testament, une pratique que sa mère jugea propre à « affliger et crucier l’esprit d’une jeune femme », surtout en son état. Elle en eut même quelque soupçon, finalement écarté par le fait qu’en Espagne, c’était la coutume pour une reine de rédiger son testament en fin de grossesse. Il fut signé le 27 juin selon un modèle établi, dans lequel elle prévoyait de se faire inhumer en habit franciscain et de distribuer ses biens à ses dames. Ce fut aussi le moment de choisir la nourrice, si possible pure de sang et de noble lignage. Sur les cinquante candidates, trois furent retenues. Entrée dans son neuvième mois, Élisabeth s’était jusqu’alors tenue au repos et son entourage commença à lui conseiller de faire de l’exercice, sous le regard attentif de Philippe II qui faisait fort le « bon mary », la visitant quatre à cinq fois par jour.

  • 66 Betegón Díez R., Isabel Clara Eugenia. Infanta de España y soberana de Flandes, Barcelona, Plaza Ja (...)
  • 67 Ibid.
  • 68 Lettres de Catherine de Médicis… op. cit., t. II, p. 379 : Lettre de Catherine à Fourquevaux, le 22 (...)
  • 69 Memoria del parto de la rreyna doña ysabel nuestra señora muger del rrey don felipe nuestro señor y (...)
  • 70 BnE, ms 6 149, fol. 66 v°-67 r° : « Orden que tuvo el bautismo de la serenissima Infanta Ysabel Cl (...)

26Au début du mois d’août enfin, les événements se précipitèrent, la reine étant prise de fortes fièvres, accompagnées de vomissements et d’évanouissements comme deux ans plus tôt. Cette fois, les symptômes se répétant toutes les quarante-huit heures, il se serait agi d’une crise de paludisme, en raison d’une épidémie qui venait alors de frapper la cour66. Le 12 août, à une heure du matin, la reine accoucha d’une fille et selon les désirs du roi, elle avait été délivrée dans un lit, à l’horizontal. Marie de Portugal avait accouché de don Carlos en position de siège, et le roi pensait alors que cette position avait été responsable du décès de la parturiente et de la malformation du prince67. L’enfant fut placée ensuite dans un berceau surmonté d’un dais de damas cramoisi avec des franges dorées. Fourquevaux donna à la reine mère quantité d’informations sur le bébé, dont le teint était pâle et sans taches, une grande bouche et la narine de son père. L’inquiétude de Catherine avait été à son comble jusqu’à l’annonce de la délivrance, vivant sur des « espines » mais l’annonce ne la mit pas non plus au comble de la joie, « encores que nous eussions bien autant aymé un fils68 ». La naissance fut cependant dignement célébrée avec des fêtes qui durèrent quinze jours à Tolède, faisant se mêler le sacré et le profane, les offices, les processions et les mascarades, les inventions, les corridas et les danses populaires. Les prostituées de la Mancebía participèrent aussi en faisant un défilé dansé et la fête se poursuivit jusqu’au baptême69. Le 25 août, dans la chapelle du palais de Valsaín, l’infante fut baptisée du nom d’Isabel, en mémoire de sa grand-mère l’impératrice, de Clara, pour être née le jour de la fête de cette sainte, et Eugenia en l’honneur du saint invoqué. Don Juan d’Autriche portait l’infante dans ses bras, suivi de la marraine et du parrain, doña Juana et don Carlos, et des princes Ernest et Rodolphe, fils de l’empereur Maximilien d’Autriche et neveux de Philippe II. Selon le récit du baptême, dans lequel le roi ne figure pas présent, l’assemblée restreinte quitta la chapelle et retourna à la chambre de la reine. Elle les attendait assise sur son lit et prit sa fille dans ses bras avec beaucoup de contentement70.

  • 71 González de Amezúa A., Isabel de Valois. Reina de España (1546-1568), Madrid, Gráficas Ultra, 1949, (...)
  • 72 Ibid., III : AGS, CSR, leg. 52, fol. 5 et 41.

27Après l’accouchement, Élisabeth était toujours fiévreuse et prise d’une certaine mélancolie ; mais elle avait enfin donné au roi un enfant même si c’était une fille. Une fois la déception passée, Élisabeth se découvrit mère avec bonheur, écrivant en décembre 1566 : « Je ne veux lesser de vous dire le contentement que jay de me voir mere, qui est de fasson, que vous avec bien raycon de croyre que je seras sotte avesques ma fille71. » Elle veillait particulièrement à l’achat des jouets et à deux ans, l’infante possédait trois tambourins, des jeux de boules et des petits ustensiles de coiffure. Élisabeth montrait un goût particulier pour les vêtements de bébé, les pendeloques et les bijoux fantaisie, commandant des achats de grelots en or à mettre sur les ceintures, des colifichets mais aussi de petits objets cultuels comme des croix et des reliquaires, côtoyant des amulettes contre le mauvais œil72.

  • 73 Rodríguez Salgado M. J., art. cit., p. 93 : ANTT, CGSO, libro 210, fol. 108 v°, lettre de Pereira à (...)

28Depuis la fin de l’été, la cour était revenue à Madrid et tout avait été préparé pour la réception de l’infante. Sa maison en particulier dépendait de celle de sa mère, et était constituée de son majordome et des nourrices. Ces dernières étaient placées sous la surveillance de la duchesse d’Albe, María Enríquez de Guzmán, également première dame de la reine. Dans les premiers temps, la reine partagea ses appartements avec sa fille mais avec la seconde naissance, les infantes furent logées ensuite dans leur propre appartement en dessous de la chambre de la reine. Peu de temps après la naissance d’Isabel Clara Eugenia, en février 1567, le roi apprit une nouvelle grossesse de la reine. Il était alors préoccupé par ses affaires des Pays-Bas et par les actes iconoclastes de l’été 1566 qui avaient été sévèrement réprimés par la gouvernante Marguerite de Parme. Sa présence était requise et sans doute le roi avait-il même envisagé de se rendre dans ses possessions de Nord. L’annonce de la grossesse de la reine perturba le projet du roi, si projet il y eut, tout en procurant des raisons supplémentaires d’entreprendre le voyage avec la reine, dans la perspective de faire naître l’enfant aux Pays-Bas et de le désigner ainsi plus légitimement seigneur naturel des Flandres. Le roi confirma donc son départ avec la reine en mars 1567 mais la mauvaise santé d’Élisabeth et la perspective des fatigues causées par le voyage le firent finalement renoncer. Philippe II n’entreprit jamais le voyage. Le 9 octobre, Élisabeth mettait au monde une autre fille, l’infante Catalina Micaela. La déception fut cette fois plus évidente et malgré son contentement apparent, le roi se retira quelque temps de la cour. Seul le prince don Carlos fêta l’événement dignement73.

29Non seulement les grossesses d’Élisabeth furent difficiles et n’aboutirent qu’une fois sur deux mais elle souffrit aussi de ne pouvoir réaliser ses ambitions de donner un fils au roi. Sa mélancolie vint autant de cette frustration que des fréquentes maladies qui l’assaillirent dès son arrivée en Castille.

Le corps fragile

Le corps souffrant

  • 74 Vincent Mugnoni avait composé une œuvre latine en 1554, qu’il avait ensuite traduite en italien : (...)
  • 75 André Vésale (1514-1564) avait été professeur d’anatomie à Padoue, Bologne et Pise avant d’entrer (...)

30La fragilité d’Élisabeth se manifestait essentiellement par des migraines, des vomissements et des fièvres, et son état nécessitait l’intervention fréquente des médecins attachés à sa Maison, ceux figurant dans le premier inventaire n’ayant pas tous eu le privilège de rester. L’apothicaire Jacques Bobuffe fut sans doute congédié ainsi que le chirurgien Maximilien Dunoir. Restait en place le médecin italien Vincent Mugnoni, qui tint la reine mère informée de l’état de santé de sa fille74. D’autres médecins intervenaient dans l’urgence, comme monsieur de Morenge que Catherine de Médicis envoya en novembre 1560 tandis que sa fille souffrait depuis un certain temps de maux de tête et de vomissements. La jeune reine pouvait aussi compter sur Santa Cruz, le médecin de la chambre du roi, chargé du personnel de la maison, Juan de Santiago, Antonio de Paz, Antonio de La Vega, et sur la présence à la cour de l’un des plus illustres médecins de son temps, André Vésale, mais ce dernier mourut en 1564 quand l’état de la reine empira75.

  • 76 Oliveros de Castro M. T. et Subiza Martín E., Felipe II. Estudio médico-histórico, Madrid, Aguilar, (...)
  • 77 Ibid., p. 201 : Comenge L., Clínica egregia, éd. 1895, p. 227.
  • 78 Ibid., p. 108.

31Les médecins de la Maison dépendaient de la Chambre du roi et donc de son sumiller de corps, puis du grand majordome. Les six médecins de chambre, dont trois pour la reine et le prince, remplissaient leur office par quartier, correspondant en général à une semaine. Ils étaient choisis pour leurs compétences acquises à l’université et dont la notoriété s’appuyait sur la réputation dans l’exercice de leur profession. Dès 1563, les médecins devaient être bacheliers ès Arts et avoir fait quatre années de médecine à l’université et deux ans d’apprentissage chez un praticien avant de passer leur examen. Les chirurgiens devaient pratiquer en apprentissage quatre ans chez un maître, les apothicaires trois ans. Les plus favorisés étaient promus à la chambre du roi et les autres servaient à la cour, la famille royale et son personnel. L’importance de leurs émoluments dépendait alors de leur rattachement ou non à la Maison du roi, ceux-ci s’élevant en moyenne à soixante mille maravédis76. Les médecins de la chambre du roi, selon le règlement établi par Luis Comenge, devaient entrer en fonction pour une semaine, en alternance, et respecter quelques impératifs77. Ils devaient obtenir la permission du sumiller de corps pour se porter au chevet d’une personne atteinte d’une maladie infectieuse comme la variole et ils devaient être présents dès 6 heures du matin l’été et dès 8 heures l’hiver, visiter fréquemment la reine et les infants mais ne devaient entrer dans leurs appartements qu’une fois ces derniers habillés. Ils avaient aussi la mission d’inspecter les viandes et les autres aliments pour les repas auxquels ils devaient assister, pour goûter les boissons et en particulier les vins. Ils rentraient et sortaient d’un appartement toujours par la même porte, suivant à la lettre les instructions du grand majordome. Enfin, ils engageaient également leur responsabilité auprès des apothicaires dont ils contrôlaient l’exercice comptable et les ordonnances qui ne pouvaient être établies que par les médecins, ainsi que l’approvisionnement en pierres et plantes médicinales. Chaque année au mois de mai, ils établissaient leur bilan, rendant compte de toutes les médications prescrites à la reine et au roi, dont les premières crises de goutte apparurent en 1563, accompagnées de crise aiguë d’arthrite qui annonçait la goutte elle-même. Lobera de Avila, dans un ouvrage sur les Enfermedades cortesanas publié en 1542, décrivait ce mal comme l’union du mal de pierre et de pustules. Les médecins de Philippe II disposaient de nombreux ouvrages diagnostiquant correctement cette maladie, comme Andrés Laguna, en 1551, dans son œuvre Articuli morbus comentarius, Luis Mercado dans De internorum morbum curatione, Alfonso López de Hinojoso dans son traité Origen y nacimiento de los reumas en 1579 ou encore Juan Cornejo dédiant à Philippe II, El Discurso particular preservativo de la gota, en que se descubre su naturaleza y se pone su propia cura78. Les grands médecins de l’époque, praticiens et théoriciens à la fois, entretenaient alors des relations étroites avec le sommet du pouvoir.

  • 79 Puerto J., La leyenda verde. Naturaleza, sanidad y ciencia en la corte de Felipe II (1527-1598), Sa (...)

32En l’état actuel des recherches, Javier Puerto a pu comptabiliser soixantedix-neuf médecins au service du roi, trente-deux chirurgiens et un nombre limité de barbiers, apothicaires et leurs aides79. Le corps médical était aussi important que les gardes pour la sécurité du corps royal dont les enjeux de paix étaient circonscrits à sa vie même, d’où ces mots de Catherine à Philippe II, tandis qu’Élisabeth était atteinte de la variole, en janvier 1561 :

  • 80 Lettres de Catherine de Médicis… op. cit., t. I, p. 164 : Lettre de Catherine de Médicis à Philippe (...)

« Que me fayst vous suplyer, monsieur mon filz, de luy volouyr bien comender de fayre tout set que luy seré aurdonné pour sa santé, afin qu ‘ y plèse à Nostre Signeur luy redonner la santé tyeule que vous ay moy luy désirons, et que je ne soy pas si malheureuse de voyr plulx de malheur, et qu’il luy fase la grase de vyvre pour vous aystre agréable et servyr, et contyneuer l’amytyé qui ayst entre vous et sete couronne, laquele je metré pouyne de entertenyr et augmanter tent qu’i pleré à Dyeu y léser en set monde80. »

33À chacune de ses maladies, Élisabeth fut impitoyablement saignée et l’extrémité en laquelle elle se trouvait parfois opposait souvent les médecins quant à la manière d’y remédier, tout en s’accordant sur les lieux communs de la médecine de l’époque, celle-ci visant à fortifier le corps et à évacuer les humeurs en trop.

  • 81 BnF, ms fr. 3 899, fol. 84 v° : Lettre de Saint-Sulpice à Catherine de Médicis, 9 mai 1564 (et non (...)
  • 82 ASMo, Ambasciatori Spagna, Busta 7, Antonio Rota au duc de Ferrare, le 8 mai 1564.

34La médecine était donc préventive lorsqu’elle cherchait à fortifier le corps par des saignées provoquées plusieurs fois par an. La saignée servait aussi dans de nombreux autres cas comme la léthargie dans laquelle fut plongée la reine en août 1564. À cette date, la reine avait fait une fausse-couche, amplement relatée, qui illustre parfaitement la pratique médicale de la saignée. Dès le début de sa grossesse, fin avril, correspondant avec l’immédiat retour du roi de sa couronne d’Aragon, Élisabeth avait souffert des maux propres à son état, à savoir un « mal de cœur avec vomissement » mais elle fut prise également d’une « douleur de teste semblable a la migraine », ce dont elle était sujette fréquemment. Son état empira avec « quelque difficulté de ventre » qui lui donna des frissons et puis une fièvre persistante. Les médecins étaient perplexes car ils n’osaient user des moyens ordinaires de leur médecine pour ne pas provoquer une fausse-couche. Néanmoins après trois jours de fièvre, ils se résolurent à la saigner, lui tirant cinq onces de sang un jour et cinq autres le lendemain, le bras dans l’eau81. Finalement, elle s’en trouva mieux mais fut empêchée d’écrire à sa mère pour la rassurer elle-même en raison de sa migraine. La saignée était alors une espèce de remède unique, faute de mieux qui ne faisait pas toujours l’unanimité. Cet accident avait mis la Maison de la reine et le roi en alerte, ce dernier surveillant de près les agissements de ses médecins. Il se mit à douter de la pertinence d’une telle saignée lorsque le médecin Mugnoni fit entendre ses protestations, s’opposant vigoureusement à ce traitement qui pouvait mettre en péril la grossesse de la reine. La voix du médecin italien paraissait être celle de la raison, selon Antonio Rota, émissaire du duc de Ferrare, exprimant ainsi une opinion sans doute largement partagée à la cour82. Le roi fit suspendre les soins, puis il céda finalement devant l’avis unanime des médecins espagnols.

  • 83 Idem, le 9 août 1564.
  • 84 Fr. Juan de Marieta, Historia de la Santissima imagen de Nuestra Señora de Atocha, Madrid, Juan de (...)
  • 85 ASMo, Ambasciatori Spagne, Busta 7, Antonio Rota au duc de Ferrare, le 16 août 1564.
  • 86 BnF, ms fr. 3 163, fol. 1 : Lettre de Saint-Sulpice à Catherine de Médicis, le 19 août 1564.
  • 87 Las controversias (1556) de Francisco de Valles, Madrid, CSIC, 1988, p. 54 et Siraisi N. G., Mediev (...)

35Les mois suivants furent difficiles avec ces migraines incessantes et ces vomissements. Elle fut encore saignée jusqu’à la veille de sa délivrance prématurée. Au petit matin du 8 ou 9 août, la reine avorta de deux petites filles « avec grandes douleurs et efforts » selon Saint-Sulpice. Antonio Rota ne fit allusion qu’à un seul enfant et de plus un fils, « si petit en vie » que le pire était envisageable. La fausse-couche fragilisa encore davantage Élisabeth qui était désormais atteinte d’une fièvre continuelle et de maux de tête. Son corps entier devint douloureux et pris de tremblements. Sa faiblesse était telle que les médecins avaient même du mal à lui prendre le pouls. En une telle extrémité, le roi et sa sœur la veillèrent toute la nuit et une grande procession partit du palais et remonta la Calle Mayor, en priant Dieu de l’épargner. D’autres manifestations de prières publiques étaient prévues les jours suivants sur l’initiative de l’infant, de don Juan d’Autriche et des Grands de la cour83. Malgré les dévotions continues des Madrilènes et celles à l’image de Notre Dame de Atocha qui fut transférée au Palais84, l’état de la reine était toujours préoccupant avec ses migraines et ses fièvres persistantes. Les médecins avaient même envisagé de lui faire couper les cheveux pour appliquer un produit distillé sur la tête et la laver du même coup85. Finalement, elle sombra dans le coma, une léthargie du corps et de l’esprit que les médecins tentèrent de réveiller par plusieurs saignées, dont la troisième fut pratiquée au pied dans l’eau, puis une quatrième fois au front pour lui « oster cet irrémédiable sommeil comme létargie86 ». La pratique de ces saignées reflétait bien l’héritage arabo-galiéniste de la médecine espagnole en situant la saignée à la fois sur le point proche de la douleur (le front), selon Galien et sur le point opposé (le pied) selon la théorie arabe. Il s’agissait aussi de la pratique des incisions en ligne préconisée par Vésale dans ses Epistola de 153987. La saignée permettait d’évacuer les mauvaises humeurs, renvoyant ainsi à l’autre grand remède préconisé à l’époque ; la purge.

  • 88 Paris L., op. cit., p. 803.
  • 89 Ibid., p. 810.
  • 90 BnF, ms fr. 3 163, fol. 2 r° : Lettre de Saint-Sulpice à Catherine de Médicis, le 20 août 1564.

36La purge avait pour vertu d’éliminer les superfluités et de rétablir l’équilibre selon l’idée que tout repose sur l’équilibre ou l’harmonie universelle des quatre humeurs. Si l’une des humeurs venait à devenir plus importante que les autres, l’harmonie le cédait au chaos physique. Lorsque le corps élimine par des saignements de nez, des vomissements, il est en cours de rétablissement car il élimine le trop plein d’humeur. Cette théorie fut approuvée par L’Aubespine en janvier 1560 lorsque la reine saigna du nez et vomit, puisqu’on la considéra alors guérie. De même en février 1561, la reine, prise de violents maux de tête et de cœur vomit par trois fois deux pleins bassins de flegme « qui nous fict juger qu’ele ne seroit plus malade88 ». Les écoulements naturels étaient de bon augure, et en leur absence, il suffisait de les provoquer par des purges. Madame de Clermont fit à la reine un lavement avec un clystère en mars 1561 pour la soigner de ses hémorroïdes qui l’empêchent « d’aller à ses affaires » et l’a aussi traitée par l’étuve au lait et safran. Là encore la pratique du bain était avant tout médicale89. La purge pouvait aussi être médicamenteuse avec des purgatifs liquides ou solides sous forme de pilules souvent obtenues par distillation. À la suite des nombreuses saignées pratiquées sur la reine au mois d’août 1564, elle dut prendre des pilules d’agaric pour éliminer ce que les médecins considéraient comme étant une abondance d’humeurs. Les symptômes de la reine étaient inquiétants car tout son corps fut pris de tremblements, les nerfs saisis, puis sa tête et sa gorge se mirent à enfler de telle façon que les médecins, découragés, firent place à l’extrême-onction pour finalement se résoudre à la purgation d’agaric malgré la faiblesse de son corps90. Le médicament fit effet puisque la nuit suivante, l’état de la reine fut en nette amélioration. Le purgatif d’Agaric ou turbith était obtenu par la réduction de l’agaric en poudre, mise ensuite dans un sachet de taffetas blanc et le tout placé dans un alambic où les vapeurs amassées, se rendant au bec de l’alambic, distillait la poudre avec les vapeurs de l’eau de vie versée dans le fond de la courge. La vapeur traversait la poudre d’Agaric, la distillant pour donner une matière épaisse comme le miel. Cet agaric était alors considéré comme l’un des plus puissants purgatifs qui fût.

37Le corps de la reine dut subir, au gré de ses maladies, saignées et purges au point qu’elle fit au moins trois fausses couches au printemps 1562, en août 1564 et en octobre 1568. La dernière année de son existence, jusqu’à la fausse couche d’octobre 1568, fut la plus terrible.

Le chant du cygne

  • 91 Lopez de Hoyos J., Historia y relacion verdadera de la enfermedad, felicissimo transito, y sumptuos (...)
  • 92 BnF, ms fr. 10 751, fol. 1452 : Lettre de Fourquevaux du 10 septembre 1568, « elle eut au commence (...)
  • 93 BnF, ms fr. 10 751, fol. 1460 r° : Lettre de Fourquevaux, le 26 septembre 1568.
  • 94 Perez S., La Mort des rois, Grenoble, Jérôme Millon, 2006, p. 84-85.

38Elle ne se remit que très difficilement de la naissance de Catalina Micaela survenue en octobre 1567 et entama un cycle de souffrances jusqu’à sa mort un an plus tard. Cette version fut officiellement confirmée par Lopez de Hoyos dans le récit qu’il fit publier de la mort et des obsèques de la reine91. Dès le mois suivant son second accouchement, son entourage l’avait crue de nouveau enceinte puis elle se mit à enfler des bras, elle crut même sentir l’enfant bouger en elle mais elle n’était pas enceinte. Elle se mit à perdre souvent connaissance et son état la plongea dans une espèce de mélancolie dépressive. Quelques mois plus tard, le 6 mai 1568, elle fut déclarée de nouveau enceinte mais la grossesse fut d’emblée difficile avec des vomissements, des suffocations et des évanouissements qui passaient alors pour les effets d’une abondance de mauvaises humeurs de flegme et de colère. En septembre, sa tête enfla, sa respiration devint haletante et elle syncopait parfois pendant plus d’une heure92. Le 22 septembre, une forte fièvre s’ajouta aux maux de la reine, accompagnée de diarrhées, de « nature mélancolique », qui lui durèrent quatre jours. Puis son état empira encore ne laissant aucun espoir aux médecins. Le 26 septembre, le roi quitta l’Escorial en urgence pour rejoindre la reine qui s’était donc trouvée mal « ces jours passez d’une collique, et douleur au bras gauche, que luy est descendue sur la jambe […] et a eu des vomissements infinis avecques telles tranchées de ventre qu’on a esté en crainte que SM deust mal accoucher93 ». Les médecins et l’ambassadeur observèrent scrupuleusement le corps de la reine et ses matières : ses vomissures et ses selles jaunes et noires. Elle souffrait alors de violents maux de reins, diagnostiqués comme étant une néphrite appelée à l’époque « néphritis » avec des urines chargées de sable, annonçant clairement une maladie des reins qui allait lui être fatale. Le 1er octobre, la fièvre augmenta dangereusement provoquant des syncopes qui laissaient présager le pire. Les dames de la maison de la reine accompagnèrent de leurs larmes les dernières heures de la reine. Le récit de sa mort, suivi de la description des funérailles, était un récit circonstancié évoquant un biologique presque déshumanisé comme si le corps de chair appartenait aussi à la fiction engendrée par la dignité royale. Le corps biologique du roi comme celui de la reine n’était pas humain puisqu’il avait été sacrifié à son corps politique et en cela était devenu sacré. Parler du corps putrescible de la reine n’avait donc rien d’inconvenant puisque son corps était extraordinaire et cette « obscénité thanatographique », dont parle Stanis Pérez dans La Mort des rois, ne consistait peut-être pas seulement à rendre leur humanité aux rois mais bien à rendre compte de leur sacrifice initial, ritualisé par la narration de la mort et sa mise en scène publique94. La reine n’est sans doute pas au même titre que le roi un homo sacer, dont le corps est sacré par son pouvoir souverain, mais son corps à elle est bien soumis aux mêmes normes contraignantes.

  • 95 Lopez de Hoyos, Historia y relacion verdadera de la enfermedad, felicissimo transito, y sumptuosas (...)

39Les médecins n’avaient osé purger la reine pour préserver la vie du bébé mais maintenant qu’il était dans son cinquième mois, les risques étaient moins grands et ils décidèrent donc de la purger avec une potion, au petit matin du 2 octobre. La reine rejeta immédiatement le purgatif et les médecins tentèrent alors la purge par pilule d’agaric. Sentant sa fin approcher, Élisabeth réclama le frère dominicain Diego Chaves, son confesseur et celui du prince récemment décédé. Après la confession, elle voulut communier avant de recevoir les derniers sacrements. Toute la nuit, les murs du palais résonnèrent des plaintes éplorées de l’entourage de la reine. Le roi lui-même ne dissimula pas ses larmes, passant son temps en prières et au côté de la reine pour entendre ses dernières paroles, son « canto de cisne ». Elle lui exprima ses regrets de n’avoir pu le servir comme elle l’aurait souhaité et de n’avoir pu, surtout, lui donner un fils, exprimant ainsi sa véritable frustration. Elle s’inquiétait aussi pour ses filles, à son absence de mère, dictant alors au roi sa volonté de les laisser à un bon père, ce qu’il fut comme l’attestent ses lettres à ses filles. Elle lui recommanda aussi ses dames et la paix avec le royaume de son frère. Lopez de Hoyos évoqua le chant du cygne pour qualifier les derniers paroles de la reine qui résonnèrent comme un chant harmonique d’amour, suscitant une compassion et des larmes difficiles à décrire95. Durant cette nuit du 2 au 3 octobre, la duchesse d’Albe veilla sur la reine en compagnie de la guarda mayor doña Isabel de Castilla, la marquise de Fromesta, dame d’honneur, le confesseur Chaves et le majordome don Juan Manrique.

  • 96 Codicilio de Doña Isabel de Valois, Madrid, 3 octobre 1568 [AGS, PR legajo 30, fol. 29], cité par G (...)
  • 97 BnF, ms fr. 10 752, fol. 770 : Dépêche de Fourquevaux.
  • 98 Cité par Forneron H., Histoire de Philippe II, Paris, Plon, 1881, p. 139.

40Vers trois heures du matin, Martin de Velasco, du conseil royal, et le secrétaire Martin Gaztelu se rendirent auprès de la reine pour ajouter un codicille au testament établi en juillet 1566, dans lequel elle laissait le roi prendre toutes les dispositions qu’il jugerait nécessaires, lui recommandant en particulier ses serviteurs et ses dames96. Vers quatre heures du matin, elle reçut les derniers sacrements. Les derniers hommages à la reine commencèrent ensuite avec le cardinal don Diego de Espinosa, président du conseil royal et Inquisiteur général, accompagné de l’évêque de Cuenca, Bernardo de Fresneda, confesseur du roi. La reine reçut leur bénédiction puis s’entretint avec Fourquevaux, l’ambassadeur français. Pendant ce temps, les deux prélats organisèrent une procession depuis le palais jusqu’à la paroisse de Santa María, la plus importante de Madrid. Vers dix heures, la procession était de retour au palais et tandis que tous s’étaient agenouillés dans la chapelle royale pour prier, on vint annoncer au cardinal Espinosa que la reine venait d’avorter d’une petite fille. Deux heures plus tard, le corps de la reine s’éteignait. Les médecins espagnols furent immédiatement incriminés par Fourquevaux, écrivant à la reine mère qu’ils « luy avoient appliqué de longue main divers remèdes dommageables97 ». L’ambassadeur toscan Nobili écrivit dans le même temps à Cosme de Médicis : « Il me paraît nécessaire de vous faire savoir comment les médecins ont précisément massacré la reine en lui appliquant une infinité de ventouses à la tête et en lui tirant du sang au pied98. »

  • 99 Lopez de Hoyos, op. cit., p. 24.
  • 100 Ibid., p. 25.

41La duchesse d’Albe la revêtit alors d’un habit franciscain, selon la tradition, de même qu’il fallut attendre la tombée de la nuit pour que son majordome, aidé de quelques Grands, qui ne furent pas nommés, la portassent jusqu’au catafalque déposé dans la chapelle royale. Son corps fut couvert d’un lourd brocard et tout autour du catafalque, furent disposés de grands candélabres en argent diffusant une lumière quasi-céleste dans l’obscurité du soir. La musique fut triste et douce, presque contemplative pour mieux élever l’âme de la reine tandis que les pleurs de l’assemblée lui faisaient contrepoint comme pour rappeler la reine à sa corporéité99. Jusqu’à sa dernière demeure, le majordome Manrique veilla au protocole, fixant la place de chacun dans la chapelle pour la veillée aux chandelles. Le 4 octobre, Manrique, la duchesse d’Albe, la marquise de Fromesta et Isabel de Castilla, c’est-à-dire les personnes éminentes de la Maison de la reine, ne purent contenir leurs pleurs et cris de désespoir en déposant le corps pour l’apprêter une dernière fois en le faisant embaumer avec des aromates, au point que la reine, si paisible, et le visage si beau, ne paraissait pas morte100.

De tristes funérailles

  • 101 « Las palabras que la reyna catholica N. Sa dixo poco antes que muriesse a Mos. de Fourquevaulx em (...)
  • 102 Lopez de Hoyos, op. cit., p. 15.

42Le récit de la mort de la reine fut modélisé par le témoignage de Fourquevaux, relatant les dernières paroles de la reine qui révélaient sa volonté de mourir en bonne chrétienne101. Elle mourut comme une sainte, supportant la souffrance dans l’amour du Rédempteur. Lopez de Hoyos avait terminé son récit de la mort par cette vision béate du visage vivant de la reine comme si la mort en sainteté n’affectait pas la chair. Il avait pourtant commencé sa narration par un petit discours platonicien sur la dualité du corps et de l’âme, encourageant la reine à abandonner sa chair et son sang qui appartiennent au monde des apparences et donc des vanités. Il faisait l’apologie de la mort qui délivre le corps pécheur et élève l’âme. Les derniers témoignages attestèrent de la grandeur d’âme de la reine au point même d’en faire une figure virginale, devenant par son sacrifice, la mère de l’enfant-Dieu. Élisabeth avait exprimé à plusieurs reprises sa frustration de n’avoir pu donner un fils au roi. Tandis qu’elle s’entretenait avec les prélats, quelques heures avant sa mort, elle sembla avoir enfin trouver la paix. Elle embrassa le crucifix et dit en le leur montrant que le prince qu’elle devait concevoir dans ses « entrailles », c’était lui, le Christ, le seul véritable prince d’Espagne que tous devaient désirer, le roi d’Espagne et du monde entier, le seul réconfort de son âme, son salut102.

  • 103 Perez S., op. cit., p. 79.

43Le corps de la reine étant politique dans sa chair même, il n’était porteur d’aucune fiction juridique comme le corps du roi qui nécessitait d’établir la continuité monarchique, ou le transfert de la vie sacrée, par l’exposition de son corps défunt. Le corps refroidi ne représentait rien et les cérémonies des funérailles furent immédiates. Une foule de hauts dignitaires affluèrent dans la chapelle royale qui avait été dressée de noir. Les membres du clergé madrilène, du chapitre et de la chapelle royale étaient présents ainsi que les quatorze paroisses symboliquement représentées par leur croix. Ils s’étaient tous rendus à la chapelle royale pour accompagner la reine à sa dernière demeure, le couvent des Descalzas reales. Le corps ouvrit le cortège, suivi de l’évêque et ses diacres, des princes de Bohême et de Hongrie, Rodolphe et Ernest, puis des membres des conseils et des ambassadeurs, parmi lesquels l’ambassadeur de France paraissait le plus affligé, ne pouvant dissimuler son chagrin. Le monde sembla pleurer la reine au point que, raconte Lopez de Hoyos, les pleurs déchirants des dames restées au palais s’entendaient au-dehors. Les spectateurs pleuraient aussi à leurs fenêtres ou dans la rue. Ce fut une grande exposition de larmes jusqu’au couvent où, une fois arrivée, la chapelle royale commença son office. L’émotion fut telle que la souffrance de la reine agonisante devint une souffrance partagée puis transférée comme l’a montré Stanis Perez pour les larmes causées par la mort du roi, « un rachat symbolique de la souffrance du souverain dans une économie des substances et des émotions103 ». La mise en bière fut précédée d’une authentification par le secrétaire Gaztelu. Il fit ouvrir le couvercle du cercueil et découvrit le visage d’Élisabeth, l’authentifia avec d’autres témoins, certifiant alors qu’il était d’une grande beauté, un signe évident de la grâce que la reine avait reçue. L’évêque la bénit une dernière fois puis le cercueil fut scellé et déposé dans une niche près de l’autel de la grande chapelle. Le 5 novembre, le corps fut honoré par les prières des réguliers de Madrid. Le roi avait préféré, quant à lui, se retirer au monastère de San Jeronimo, près de Madrid. Les jours suivants, les prières et manifestations de douleur furent encore nombreuses.

44Les poèmes et les chansons prirent le relais pour que les larmes prissent corps dans le verbe, faisant œuvre de mémoire. Les relations sur sa mort, à commencer par celle de Lopez de Hoyos, le récit de Fourquevaux traduit en castillan mais aussi l’opuscule du vieux maître de la reine, Alejo de Venegas qui composa une Agonía del tránsito de la Muerte (Alcalá de Henares, 1568) pour l’aider à mourir en bonne chrétienne, en firent une figure exemplaire, sainte et même virginale. Les fines plumes louèrent la reine, composant en sa mémoire diverses lamentations montrant l’affliction ou la colère comme celles de Luis de Avila y Zuñiga, Lamentación a la muerte de la excelente Princesa Doña Isabel de Valois Reina de España dont il ne reste aujourd’hui que la traduction française Deploration sur le trepas d’excellente Princesse Madame Isabelle de Valois, Royne d’Espagne : composee par Loys de Avila, publiée à Lyon chez Michel Jove en 1568. L’auteur rappelait brièvement le contexte de la maladie de la reine, marqué par les troubles politiques en France et dans les Flandres :

« Quand pour extreme et entier desarroi
La fille, et sœur, et espouse du Roy,
Se treuve au lict enconmbrée et veincue
De la douleur, qui les corps à mort rue.
La gent que lors elle avoit aupres d’elle,
Comme il avient qu’une playe mortelle,

45ne laisse pas forcément présager le pire, on crut seulement à une fièvre, comme celle d’août 1564 causée par une crise de paludisme. L’auteur s’en prend à l’incompétence de l’entourage de la reine, ses dames pour commencer :

A quoy disoient les matrones pudiques,
Qu’il ne faloit s’arrester pour repliques :
Et que pour vray la Royne estoit enceinte
D’un bel enfant qui la tenoit estreinte. »

46Puis les médecins :

« Les Medecins qui jugent tout par art,
Et ne font cas d’un parler babillard
N’adioustant foy au rapport de ces femmes,
Mais au contraire imputans à diffames.

Elle demande l’Extrême onction de l’évêque de Cuenca et demanda à parler à l’ambassadeur de ce qu’il devait écrire à sa mère.
Puis satire des médecins qui dirent
Que la pratique est maistresse de l’art :
Et qu’il vault mieux croire à l’expérience,
Que s’arrester du tout a la science. »

  • 104 BnF, ms fonds espagnol, 314, fol. 483-490 : Laynez P. de, Elegía en la muerte de Doña Isabel. Voir (...)
  • 105 González de Amezúa A., III, p. 491.
  • 106 Lopez de Hoyos, op. cit., p. 107.
  • 107 BnF, ms 373 et Lopez de Hoyos, op. cit., fol. 147 v° – 148 v°.
  • 108 BnE, ms 6 149, fol. 265 r°-266 v° : « Relacion de la muerte de D. Ysabel de Valois reyna de españa (...)
  • 109 Tractado de las reales exequias que en esta insigne populosa, y muy leal çiudad de Sevilla se celeb (...)

47Il ne restait alors plus que les larmes pour pleurer le corps de la reine. Certaines lamentations, plus plaintives, disaient toute la souffrance du corps devant la mort de la reine, devant son absence. Son âme, en s’élevant, condamnait les vivants à souffrir dans leur corps, leur « poitrine triste », la « voix faible », la « douleur aiguë », le « cœur défait » et « la poitrine rompue » par la douleur. Pedro Lainez évoquait ainsi toute la corporéité de la tristesse qui atteint le cœur en traversant la poitrine pour laisser s’échapper les larmes qui « inondent, troublent et altèrent104 ». La douleur causée par la perte de la reine agissait comme un « cancer105 ». Une image frappante fut évoquée lors du sermon prononcé pour la messe d’enterrement. L’évêque avait la vision de saint François, bien vivant, bénissant la reine qui s’envolait alors sur un aigle, portant dans son bec une palme en signe de la victoire de la Paix. La reine était ainsi célébrée pour la charité dont elle avait fait preuve envers les plus démunis mais surtout pour la Paix dont elle avait été la garante106. Dans les nombreux vers de Miguel de Cervantes dédiés à la reine, elle apparaissait aussi sans pathos, comme une femme ayant eu le pouvoir de la Paix, associée au végétal, par le lys de sa Maison mère et par l’olivier de la paix. Elle devint une figure rayonnante d’une renommée sanctifiée, dominant par sa grâce l’éternité, tandis que son royal époux domine « la grande terre espagnole107 ». À Rome, le 15 novembre, le patriarche de Jérusalem célébra à son tour les obsèques de la reine108, et en Espagne, les villes honorèrent aussi leur reine, lui dressant des tumulus pour de dignes funérailles. À Séville, l’événement fut relaté et représenté par Lorenzo de San Pedro qui appartenait au cercle érudit de la ville109. Le conseil municipal eut à réagir rapidement comme toujours dans ces circonstances, dès le 11 octobre, date de réception des instructions du roi. À partir du 14, les membres éminents de la communauté sévillane prirent le deuil. Le concours fut ensuite ouvert pour sélectionner le meilleur projet de tumulus et ce fut à Hernán Ruiz que fut confiée la tâche de faire réaliser l’ouvrage et les décorations. Le tumulus était constitué de carrés superposés lui donnant l’allure d’une tour pyramidale. Le premier corps, haut de vingt pieds, était un hommage à la reine de la Paix, représenté telle une fleur de lys entre deux armées en campagne, mais aussi à sa mort qui ne doit être pleurée car elle a rejoint la vie véritable. Puis les corps supérieurs insistaient tour à tour sur ses vertus et la fragilité de l’existence, tandis que le reste de la cathédrale reprenait le discours des vertus et de la mort et comment en triomphant de cette dernière, la reine était entrée en gloire.

  • 110 AGS, CSR, leg. 259, fol. 175 : Relaçión dde lo que su Magestad manda que se provea y haga en la tr (...)

48Son corps fut, par la suite, provisoirement déposé au couvent madrilène des Descalzas Reales et le 5 juin 1573 il fut transféré à l’Escurial110. Le transfert commença vers deux heures du matin après avoir authentifié le corps d’Élisabeth et l’avoir déposé dans un cercueil plus vaste. Le cadavre du prince don Carlos quitta lui aussi sa sépulture de Santo Domingo el Real et, ils arrivèrent vers dix heures du matin à l’Escorial, avec une procession de dix-huit hiéronymites, franciscains et dominicains, de douze chapelains et de musiciens de la chapelle royale, le limosnero mayor de Palacio, et le capitaine de la garde royale à cheval avec ses gens, soit soixante-dix cavaliers et hallebardiers, d’autres officiers du palais et les évêques de Salamanque et de Zamora, Luis Manrique, le marquis de Aguilar et le duc de Arcos. Après la messe et les Requiem, les corps furent déposés dans les niches de l’église provisoire du palais-monastère. Le 16 mars 1654, sans cérémonie et dans un silence de mort, Philippe IV fit déplacer les personnages secondaires de la dynastie, ceux qui n’avaient pas régné et les reines qui n’avaient pas enfanté de successeur, pour finalement retourner dans le nouveau panthéon en 1886 selon la volonté de la régente María Cristina.

Notes

1 Ces lettres sont citées par Rodríguez Salgado M. J., dans « “Una perfecta princesa” Casa y vida de la reina Isabel de Valois (1559-1568) », Segunda parte, dans Cuadernos de Historia moderna, vol. 28, 2003, p. 71-98.

2 Kamen H., dans son Felipe de España, Madrid, Siglo XXI España editores, 1997, p. 98, cite une lettre de Philippe II au comte de Luna, du 25 avril 1563, dans laquelle il exprimait ses craintes quant au voyage et qu’en raison de l’incommodité du lieu, il préférait ne pas emmener la reine.

3 Rodríguez Salgado M. J., art. cit., p. 85, voir Archivo Nacional da Torre do Tombo, Consello General do Santo Oficio [ANTT, CGSO] libro 210, fol. 3-4 ro.

4 Alberi E., Le Relazioni degli ambasciatori veneti al Senato, série I, vol. 5, Firenze, 1861, p. 118 : Giovanni Soranzo rapporte l’incident, évoquant les promesses du roi mais sans faire de commentaires.

5 Rodríguez Salgado M. J., art. cit., p. 86 : Pereira à Catherine de Portugal, Madrid 19 août 1563. La nouvelle étiquette fut fixée le 17 août, avant le départ du roi, et communiquée à la duchesse d’Ureña par le prince d’Éboli et le duc d’Albe [ANTT, CGSO, Libro 105, fol. 74 v°-75 v°].

6 Lettre de L’Aubespine à Catherine de Médicis, le 25 février 1562, BnF, ms fr., no 16985, fol. 101.

7 Rodríguez Salgado M. J., art. cit., p. 86 : ANTT, CGSO Libro 105, fol. 67 r°-68 v°, Pereira à Catherine de Habsbourg, le 26 juillet 1564, indique que le roi adresse à peine la parole à la reine.

8 Paris L., Négociations, lettres et pièces diverses relatives au règne de François II, Paris, Imprimerie royale, 1841, p. 813.

9 Rodríguez Salgado M. J., art. cit., p. 88.

10 Alberi E., op. cit., p. 63, pour Paolo Tiepolo en 1563 : « Gl’intertenimente suoi sono i privati ragionamenti dei più domestici, i buffoni, e alcuna volta la caccia, giuochi di canna e torneamenti, ma più di tutto le donne, delle quali mirabimente si diletta, e con loro di nascoto ben spesso si ritrova. » et p. 114 pour Giovanni Soranzo, qui donne quelques détails sur les maîtresses passées du roi : « la quale é il maggior trattenimento e la maggior ricreazione che Sua Maestà abbia, non si dilettando molto di caccie né di tornei, né di simili altre cose, come la maggior parte dei principi ; ma molto ama le donne, con le quali spesso si trattiene nei detti lochi. Ha avuto, essendo in Fiandra, con una giovane di Brusseles, una figliuola, la quale fa nutrire in quei paesi molto secretamente ; dopo che si ritrova in Spagna ne ha avuto, per quello che vien detto, un’altra con donna Eufrasia de Guzman, che era dama della principessa sua sorella, la quale medesimamente fa nutrire, e ha maritata la madre nel principe d’Ascoli con dote onorata, e fatto lui della camera, e permessogli di star coperto avanti di lui, e seder sopra la panca dei grandi ; il che dà molta da ragionare, perciocché si giudica la Maestà Sua non aversi del tutto voluto privare di questa donna, perciocchè essendo il marito italiano, per cagion di onore doveva condur la moglie fuori di corte. Ha anco S. M. fatti due fratelli di lei gentiluomini della bocca, se bene non sono di casa molto onorata. »

11 Kamen H., op. cit., p. 214 : Staatsarchiv de Vienne, Spanien, Varia, Karton 2, fol. 3.

12 Alberi E., op. cit. : Paolo Tiepolo (19 janvier 1563), p. 71-72, « Verso lei usa il re in palese ogni sorte di ufficio d’onore e d’amore, ma in secreto le dà poca satisfazione ; perchè oltra le sue spesse e lunghe lontananze, quando anco è presente, a studio va la notte a ore estraordinarie a trovarla, e se per avventura la vede dormire, quasi che abbia rispetto di svegliarla, contentandosi di aver fatta questa dimostrazione, si parte ; onde la regina, per non mancar della compagnia sua, ha piu volte vegliato la maggior parte della notte. » Giovanni Soranzo (1565), p. 118 : « E amata dal re in apparenza, [] e si potria quasi dire che ne tiene la minor parte ; perciocche quando S. M. si parte di Corte, il che è molto spesso, rarissime volte la conduce seco, e quando sta dove lei si ritrova, la maggior parte delle notti dorme senza essa ; di giorno poi la vede rare volte, mangia sempre sola, [] Quando furono fatte l’anno passato le corti di Monzone, fece la regina tutti quegli officij che le furono possibili per venir ancor lei, e mi fu affermato che piangeva ogni giorno avanti il re per questa causa, tanto che S. M. le promise che verria, dicendole che quando fosse giunto in Saragoza la faria partire ; e per ben colorire questa promessa, concesse al cardinale di Burgos che si fermasse a Madrid, perciocche voleva dargli questo carico di condurla ; ma tutto riusci vano, come fu sempre il pensiero di S. M. Dimostro bene il re grandissimo dispiacere e dolore quando la regina disperse, e stette tanto male che fu molto vicina a morire ; e di questo si videro apertissimi segni ; e molti vogliono che ora che lei ha dato principio a far figliuoli, il re se le debba mostrar piu amorevole, perciocche li desiderava molto e dubitava che non fosse per farne. Nel tempo di tutta la sua malattia il re le fece molte carezze, visitandola molte volte al giorno, e procedendo con lei molto amorevolmente. »

13 Alberi E., op. cit., p. 118 : « Vive molto ritirata e spesse volte scorrono molti giorni senza che esca delle sue propie stanze ».

14 Ibid.

15 BnF, ms fr. 15 874, fol. 31 r° : Lettre de L’Aubespine du 3 juin 1560.

16 ANTT, CGSO, Livro 105, fol. 69 v°-70 v° : Lettre de Pereira au roi Sébastien, 7 août 1563, « das lagrimas q tem chorado pella partida del Rey », cité par Rodríguez-Salgado M. J., art. cit., p. 85.

17 BnF, ms fr. 15 875, fol. 55 v° : Lettre de Vincent Mugnoni à Catherine de Médicis, le 19 juillet 1561.

18 Elles ne furent pas une grâce, un don divin d’émotion pure comme l’a démontré Nagy P. pour le Moyen-Âge monastique, dans Le Don des larmes au Moyen Âge, Paris, Albin Michel, 2000. Le don, comme elle le démontre, était inscrit dans le contexte d’une élection singulière s’exprimant par l’abondance des larmes. Cette corporéité chrétienne des larmes de pénitence, de dévotion ou de grâce était le signe physique de l’habitation divine du corps, comme une symbolique des liquides corporels. Le Goff J. et Truong N., Une histoire du corps au Moyen Âge, Paris, Liana Levi, 2003, p. 84.

19 Vincent-Buffault A., dans Histoire des larmes. XVIIIe-XIXe siècle, Paris, Rivages, 1986, propose de restituer l’expérience des larmes, surtout dans l’espace de réception de la lecture et donc des productions culturelles.

20 Le Person X., dans « Praticques et praticqueurs ». La vie politique à la fin du règne de Henri III (1584-1589), Genève, Droz, 2002, a démontré l’importance des pratiques dans le jeu de la communication politique à la fin du règne d’Henri III et entre autres l’importance des pratiques corporelles qui peuvent exprimer, comme à travers l’hypocondrie du duc de Nevers, un mal-être politique. Du même auteur, « « Les larmes du roi » : sur l’enregistrement de l’édit de Nemours le 18 juillet 1585 », Histoire, Économie et Société, 17e année, no 3, 1998, p. 353-376.

21 Forneron H., Histoire de Philippe II, Paris, Plon, 1881, t. I, p. 317.

22 BnF, ms fr. 15 874, fol. 17 ro : Lettre de L’Aubespine à Catherine de Médicis, mai 1560, de Tolède.

23 La Ferrière H. de, Rapport… op. cit., p. 18.

24 BnF, ms fr. 10 751, fol. 1396 : Lettre de Fourquevaux à Catherine de Médicis.

25 Marguerite de Valois, Mémoires, Paris, Mercure de France, p. 95 et 100.

26 Doctor Velazquez A., Libro de la melancholia en el qual se trata de la naturaleza desta enfermedad, assi llamada Melancholia, y de sus causas y simptomas, Sevilla, Hernando Diaz, 1585, fol. 56 ro.

27 Bartra R., Cultura y malancolía. Enfermedades de las almas, Barcelona, Anagrama, 2001, p. 21.

28 BnF, ms fr. 15 875, fol. 55 v° : Lettre de Vincent Mugnoni à Catherine de Médicis, le 19 juillet 1561.

29 Velazquez A., op. cit., fol. 51 v°.

30 Agamben G., Stanze. Parole et fantasme dans la culture occidentale, Paris, Rivages, 1994, p. 27.

31 Bartra R., op. cit., p. 41.

32 Guevara A. de, Menosprecio de corte y alabanza de aldea, [1539], Madrid, Catedra, 1984 et Molina J. de, Tractado llamado Argumento de vida. Repartidos en doze dialogos de diversos estados de hombres, donde cada uno aprueva la mejoria de su vida, s.l., Nunea antes impresso, 1550 : voir le huitième dialogue qui conclut sur l’existence d’un manuscrit circulant alors à la cour et qui s’intitulait « miseria de cortesanos ».

33 Bartra R., op. cit., p. 40.

34 Guevara A. de, op. cit., chap. 18, p. 267. Lepenies W. [Melancholy and Society, Cambridge, Havard University Press, 1992] suggère que l’étiquette fut un moyen d’occuper la noblesse courtisane, et donc de la détourner de la mélancolie.

35 Voir en particulier les instructions de Juan de Silva, comte de Portalegre, dans Bouza F., « Corte es decepción », dans Martínez Millán J., La Corte de Felipe II, Madrid.

36 Céard J., « La diététique dans la médecine de la Renaissance », dans Margolin J. C. et Sauzet R., Pratiques et discours alimentaires à la Renaissance, Actes du colloque de Tours de mars 1979, Paris, Maisonneuve et Larose, 1982, p. 21-36.

37 Cornaro L., De la Sobriété. Conseils pour vivre longtemps (1558), texte présenté par Georges Vigarello, Grenoble, Jérôme Millon, coll. « Mémoires du corps », 1991 : Trattato de la vita sobria del magnifico Luigi Cornaro, Pavia, 1558.

38 Fernel J., Therapeutices universalis, seu medendi rationis lib. Septem., Lyon, Plancy, 1567. Voir Figard L., Un médecin philosophe au XVIe siècle. Étude sur la psychologie de Jean Fernel, Paris, 1903.

39 Doctor Lobera de Avila L., Vanquete de nobles cavalleros e modo de vivir desde que se levantan hasta que se acustan, y habla de cada majar que complexion y propiedad tiene que daños y provechos haze, e trata del regimiento curativo o preservativo de las fiebres pestilencias e otras cosas utilissimas, nuevamento compuesto por el Doctor Luys de Avila, Medico de su Magestad, s.l., 1530. Voir également Carmen Simón M. del, « La théâtralité des repas royaux dans l’Espagne des XVIe et XVIIe siècles », dans Aurell M., Dumoulin O., Thelamon F. (dir.), La Sociabilité à table. Commensalité et convivialité à travers les âges, Rouen, 1992, p. 159-168.

40 AGS, CSR, leg. 383 : Estiquete de la casa de la Reyna para el año 1563. Para la comida y cena de quinze dueñas y moças de Camara de la Reyna nuestra Señora.

41 AGS, CSR, leg. 398, no 10, fol. 843, Comidas en el casamiento de doña Ysabel de Mendoça con el marques de Cañete, lunes 21 de hebrero 1568.

42 Paris L., op. cit., p. 271 : Lettre de L’Aubespine au roi, le 23 février 1560.

43 Boucher J., « L’alimentation en milieu de cour sous les derniers Valois », dans Margolin J.-C. et Sauzet R., op. cit., p. 161-176. La liste des victuailles était impressionnante pour nourrir la petite cour des Enfants, personnel compris, comme le montre cette liste pour le dimanche 7 décembre 1550, AN, K 530 (18).

44 Duquesa de Alba, Documentos escogidos del Archivo de la Casa de Alba, Madrid, 1891, p. 174.

45 Montaña de Monserrate B., Libro de anathomia del hombre, Valladolid, 1551.

46 Puerto J., La leyenda verde. Naturaleza, sanidad y ciencia en la corte de Felipe II (1527-1598), Junta de Castilla y León, 2003, p. 162.

47 Sánchez Meco G., El arte de la cocina en tiempos de Felipe II, Madrid, 1998.

48 D’après Nuñez de Oria F., Regimiento y aviso de sanidad…, Medina del Campo, 1585, fol. 61 v°, cité par Puerto J., op. cit., p. 163.

49 Puerto J., op. cit., p. 163-187.

50 Alberi E., Le Relazioni degli ambasciatori veneti al Senato, série I, vol. 5, Firenze, 1861, p. 62, Paolo Tiepolo en 1563.

51 Laspéras J. M., « La saine table en Espagne au Siècle d’or », dans Le Boire et le Manger au XVIe siècle, études réunies et présentées par Viallon M., Actes du XIe colloque du Puy-en-Velay, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2004, p. 197.

52 La Ferrière H. de, Lettres de Catherine de Médicis, Paris, Imprimerie nationale, 1880, vol. 1, p. 149, mi-octobre 1560.

53 Paris L., op. cit., p. 611 : Lettre de Catherine de Médicis à L’Aubespine, le 5 octobre 1560.

54 Lettres de Catherine de Médicis… op. cit., t. III, p. 193.

55 BnE, ms 11 278, fol. 9 r° : copie de l’original conservé à la Bibliothèque de Saint-Pétersbourg.

56 Paris L., op. cit., p. 808 : Lettre de Claude de Vauperge à Catherine de Médicis, le 1er janvier 1561.

57 Ibid., p. 703 : Lettre de Catherine de Médicis à Madame de Clermont, le 7 novembre 1560.

58 Ibid., p. 718.

59 Ibid., p. 460.

60 BnF, ms fr. 3 902, fol. 86 r° : Lettre de Claude de Vauperge à Catherine de Médicis, le 30 septembre 1561.

61 La Ferrière H. de, Rapport… op. cit., p. 28.

62 Lettres de Catherine de Médicis… op. cit., t. I, p. 320 : Lettre à L’Aubespine, le 18 mai 1562, de Monceaux [BnF, ms fr. 6005, fol. 90 r°].

63 Élisabeth à sa mère, BnF, ms fr. 16958, fol. 110, sans doute mi 1562.

64 Lettres de Catherine de Médicis… op. cit., t. II, p. 209.

65 ASMo, Ambasciatori Spagna, Busta 7 : Lettre d’Antonio Rota, 8 mai 1564.

66 Betegón Díez R., Isabel Clara Eugenia. Infanta de España y soberana de Flandes, Barcelona, Plaza Janès, 2004, p. 31.

67 Ibid.

68 Lettres de Catherine de Médicis… op. cit., t. II, p. 379 : Lettre de Catherine à Fourquevaux, le 22 août 1566 depuis Mouchy [BnF, ms fr. 10 751, fol. 422].

69 Memoria del parto de la rreyna doña ysabel nuestra señora muger del rrey don felipe nuestro señor y de las alegrias y fiestas que en toledo se hicieron, mémoire compilé par Horozco S. de, BPR, 2-M-4, cité par Alenda y Mira, p. 67.

70 BnE, ms 6 149, fol. 66 v°-67 r° : « Orden que tuvo el bautismo de la serenissima Infanta Ysabel Clara Eugenia que se celebró en la casa del bosque de Segovia, domingo a 25 de agosto por la tarde ».

71 González de Amezúa A., Isabel de Valois. Reina de España (1546-1568), Madrid, Gráficas Ultra, 1949, vol. III, no 59.

72 Ibid., III : AGS, CSR, leg. 52, fol. 5 et 41.

73 Rodríguez Salgado M. J., art. cit., p. 93 : ANTT, CGSO, libro 210, fol. 108 v°, lettre de Pereira à Sebastián, Madrid, 11 octobre 1567.

74 Vincent Mugnoni avait composé une œuvre latine en 1554, qu’il avait ensuite traduite en italien : Compendiaria descriptio saevisimae qua Serenissima Ysabella Valesia Catholica Hispaniorum Regina laborare coepit sub nonis Augusti MDLXIIII, BnF, Collection Colbert 5.404-10.515.

75 André Vésale (1514-1564) avait été professeur d’anatomie à Padoue, Bologne et Pise avant d’entrer au service de Charles Quint en 1544, après avoir publié son De humani corporis fabrica en 1543 à Paris. Voir Junceda Avello E., Ginecología y vida íntima de las reinas de España, t. 1, Madrid, Temas de Hoy, 2001.

76 Oliveros de Castro M. T. et Subiza Martín E., Felipe II. Estudio médico-histórico, Madrid, Aguilar, 1956, p. 208-222.

77 Ibid., p. 201 : Comenge L., Clínica egregia, éd. 1895, p. 227.

78 Ibid., p. 108.

79 Puerto J., La leyenda verde. Naturaleza, sanidad y ciencia en la corte de Felipe II (1527-1598), Salamanca, Junta de Castilla y León, 2002, p. 234, voir les tableaux p. 251-257.

80 Lettres de Catherine de Médicis… op. cit., t. I, p. 164 : Lettre de Catherine de Médicis à Philippe II, le 15 janvier 1561.

81 BnF, ms fr. 3 899, fol. 84 v° : Lettre de Saint-Sulpice à Catherine de Médicis, 9 mai 1564 (et non le 14 avril 1564) (l’autre copie du ms f. de la BnF, no 3162, fol. 107 v° indique également une date erronée).

82 ASMo, Ambasciatori Spagna, Busta 7, Antonio Rota au duc de Ferrare, le 8 mai 1564.

83 Idem, le 9 août 1564.

84 Fr. Juan de Marieta, Historia de la Santissima imagen de Nuestra Señora de Atocha, Madrid, Juan de la Cuesta, 1604, fol. 5 v°.

85 ASMo, Ambasciatori Spagne, Busta 7, Antonio Rota au duc de Ferrare, le 16 août 1564.

86 BnF, ms fr. 3 163, fol. 1 : Lettre de Saint-Sulpice à Catherine de Médicis, le 19 août 1564.

87 Las controversias (1556) de Francisco de Valles, Madrid, CSIC, 1988, p. 54 et Siraisi N. G., Medieval and early Renaissance Medicina : an Introduction to Knowledge and Practice, Chicago-London, University of Chicago-Press, 1990.

88 Paris L., op. cit., p. 803.

89 Ibid., p. 810.

90 BnF, ms fr. 3 163, fol. 2 r° : Lettre de Saint-Sulpice à Catherine de Médicis, le 20 août 1564.

91 Lopez de Hoyos J., Historia y relacion verdadera de la enfermedad, felicissimo transito, y sumptuosas exequias funebres de la Serenissima Reyna de España Doña Ysabel de Valoys, nuestra Señora… Compesto y ordenado por el Maestro Juan Lopez, Madrid, Pierre Cosin, 1569.

92 BnF, ms fr. 10 751, fol. 1452 : Lettre de Fourquevaux du 10 septembre 1568, « elle eut au commencement d’aout un evanouissement qui la tint une heure et la trouverent les medecins deux fois sans poulx, et un temps apres luy en vint un autre d’une heure et demie avec une suffocation qui la tenoit à la gorge et l’estrangloit dont, les dicts medecins eurent belle peur que le fruict en vallust moins car l’estoit assez pour le suffoquer. »

93 BnF, ms fr. 10 751, fol. 1460 r° : Lettre de Fourquevaux, le 26 septembre 1568.

94 Perez S., La Mort des rois, Grenoble, Jérôme Millon, 2006, p. 84-85.

95 Lopez de Hoyos, Historia y relacion verdadera de la enfermedad, felicissimo transito, y sumptuosas exequias funebres de la Serenissima Reyna de España Doña Ysabel de Valoys, nuestra Señora… Compesto y ordenado por el Maestro Juan Lopez, Madrid, Pierre Cosin, 1569, p. 11.

96 Codicilio de Doña Isabel de Valois, Madrid, 3 octobre 1568 [AGS, PR legajo 30, fol. 29], cité par González de Amezúa A., III, p. 375.

97 BnF, ms fr. 10 752, fol. 770 : Dépêche de Fourquevaux.

98 Cité par Forneron H., Histoire de Philippe II, Paris, Plon, 1881, p. 139.

99 Lopez de Hoyos, op. cit., p. 24.

100 Ibid., p. 25.

101 « Las palabras que la reyna catholica N. Sa dixo poco antes que muriesse a Mos. de Fourquevaulx embaxador del christianissimo rey de Francia su hermano en Madrid Domingo tres de octubre 1568 », AGS, Estado Francia, K 1513, no 1 (série microfilmée ANF). Voir l’article cité de Rodríguez Salgado à propos de la mort « modélica » de la reine.

102 Lopez de Hoyos, op. cit., p. 15.

103 Perez S., op. cit., p. 79.

104 BnF, ms fonds espagnol, 314, fol. 483-490 : Laynez P. de, Elegía en la muerte de Doña Isabel. Voir également Pontoux C. de, Elegie funèbre sur le décès et trépas de très Catholique Princesse, Madame Isabelle de France, Royne d’Espagne, Lyon, Benoist Rigaud, 1569, et le Tumbeau de tres haulte, tres pouissante et tres catholique Princesse Madame Elisabeth de France, Royne d’Espagne en plusieurs langues…, Paris, Robert Estienne, 1569.

105 González de Amezúa A., III, p. 491.

106 Lopez de Hoyos, op. cit., p. 107.

107 BnF, ms 373 et Lopez de Hoyos, op. cit., fol. 147 v° – 148 v°.

108 BnE, ms 6 149, fol. 265 r°-266 v° : « Relacion de la muerte de D. Ysabel de Valois reyna de españa y sus onras en Roma ».

109 Tractado de las reales exequias que en esta insigne populosa, y muy leal çiudad de Sevilla se celebraron en la muerte de la sereníssima reyna de España doña ysabel de la Paz, señora nuestra, 1568 Museo Cerralbo, R 2416. Pozuelo Calero B., « El Túmulo y exequias de Isabel de Valois en Sevilla (1568) », dans Calamus Renascens II (2001), p. 193-247.

110 AGS, CSR, leg. 259, fol. 175 : Relaçión dde lo que su Magestad manda que se provea y haga en la translaçión de los cuerpos de la Reyna doña Ysabel, y prinçipe don Carlos nuestros Señores que sean en gloria.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540