Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le corps d'une reine

 | 
Sylvène Édouard

Troisième partie. Le don de la chair

Chapitre 6. Le devoir de séduction

Texte intégral

1L’idée selon laquelle la reine doit savoir se faire aimer du roi et apprécier de la cour revient fréquemment dans la correspondance de Catherine de Médicis. La séduction exercée par Élisabeth devait assurer ses chances d’enfanter et de garantir ainsi un lignage commun avec la Maison de France. Pour garantir tous ses atouts, le corps de la reine fut particulièrement soigné et surveillé. Il fallait à tout prix en préserver la beauté. Élisabeth offrait un tableau charmant de sa jeunesse qui ne manqua pas en effet de séduire son entourage. Elle ajouta à cela une gaieté certaine qui ne devait pas déplaire au roi, animant de ses danses et de ses promenades les journées austères et parfois aussi voluptueuses de la vie du couple. Ce sont les relations et les correspondances d’ambassades qui renseignent le plus mais pas forcément le mieux sur l’efficacité de la séduction de la reine. Son corps séducteur s’exerçait alors selon des critères de beauté à définir pour l’époque et en vertu de pratiques d’embellissement qui ne laissent pas d’étonner. Ce corps, sur lequel tout l’entourage français se penchait, recherchait avant tout l’intimité avec le roi, sa privauté. L’espace même de la séduction se déplaçait des palais aux jardins, dans le cadre des divertissements et des promenades. Ces espaces de la privauté possible des corps n’étaient pas ceux de Madrid et de son palais cérémoniel mais plutôt ceux des résidences agrestes du roi. Cette question de l’intimité mise en scène des corps en pose nécessairement une autre, plus difficile, celle des véritables sentiments du roi.

Reine de beauté

Élisabeth était-elle belle ?

  • 1 Vigarello G., Histoire de la beauté. Le corps et l’art d’embellir de la Renaissance à nos jours, Pa (...)
  • 2 Maisonneuve J. et Bruchon-Schweitzer M., Le Corps et la beauté, Paris, Presses Universitaires de Fr (...)

2La beauté corporelle de la reine était un enjeu politique, devant assurer l’affection et le désir du roi tout comme il était le reflet d’une harmonie céleste par l’esthétique de ses perfections. Un chapitre précédent s’est intéressé au Beau corps de la reine comme révélateur de la beauté de son âme. Le concept de Beau renvoyait surtout à l’époque à des considérations morales plutôt qu’à un aspect physique ou du moins, l’aspect physique n’était qu’un signe extérieur, le paraître de ce qui est donné à voir et perçu du sujet intérieur, son être réel. Dans l’optique d’une « esthétique moralisée1 », la reine ne pouvait être que belle comme les reines et les princesses des contes de fées dont la beauté n’était qu’une métaphore de leur grandeur et dignité. Le Beau était un marqueur social fort s’opposant à la difformité du corps dont l’âme ne pouvait être que vile, aussi tordue que l’était le corps2. Dans Le Banquet, Platon ne faisait-il pas de la beauté du corps, une première étape vers la beauté intérieure ? Le dualisme entre l’âme et le corps pouvait être résolu lorsque le corps servait l’âme au lieu de la dépraver, par la simplicité non feinte de sa beauté.

  • 3 Cabrera de Córdoba L., Filipe Segundo Rey de España, Madrid, Luis Sánchez, 1619, p. 245.
  • 4 Viret P., Instruction chrestienne en la doctrine de la foy et de l’évangile, Genève, Jean Rivery, 1 (...)
  • 5 Liébaut J., Trois livres de l’embellissement et ornement du corps humain, Lyon, Benoît Rigaud, 1595 (...)

3Le propos de ce chapitre n’est pas d’approfondir davantage cette notion du Beau mais de cerner le corps à travers ce qui le rend agréable voire conforme à des présupposés esthétiques. Le corps de la reine en particulier fut l’objet de nombreux témoignages laudateurs de son apparence physique. La séduction peut être appréhendée par ces évocations de l’apparence mais aussi par le genre poétique qui joua sur les mots pour énoncer des canons de beauté, comme les blasons anatomiques. Est-il possible de dégager de tous ces témoignages une esthétique du corps à cette époque ? Avant d’aborder ces fameux canons, je commencerai par évoquer l’esthétique propre à Élisabeth avec Luis Cabrera de Córdoba, historiographe de Philippe II, qui la décrivait comme étant petite de corps, bien formée, la taille délicate, le visage rond, le cheveu noir et les yeux joyeux et bons3. Il est difficile de traiter bien distinctement l’esthétique et la beauté dans la mesure où les témoignages recherchaient toujours à travers le corps les signes de l’âme, d’où l’évocation du bon regard de la reine, qui en faisait une personne agréable et propre à séduire moins par ses traits physiques que par la qualité de son âme. Au XVIe siècle, la grâce qui fait la beauté résidait en grande partie dans le visage et en particulier dans le regard qui devait être bon car « les yeux sont les principales fenêtres du corps humain et de l’âme logée en iceluy », selon le théologien protestant Pierre Viret4. Un spécialiste de la beauté, Jean Liébaut, s’intéressait aux cosmétiques moins pour travestir la laideur et tromper le monde que pour embellir les corps de belles âmes. Il consacrait une part importante de ses remèdes au visage qui était selon lui, le siège principal de la beauté « qui nous rend humainement, et tant espris les uns des autres, que l’on en souhaitte bien souvent l’union de l’androgin Platonique ». Le visage était au cœur d’une dialectique du sublime surtout parce qu’il était l’une des rares parties visibles du corps et de plus une partie concentrant les sens les plus utiles dans le rapport à autrui, c’est-à-dire l’ouïe, l’odorat, le regard et en plus de cela, siège de la parole. Le regard était important aussi pour Liébaut par sa capacité communicatrice, « assavoir les yeux brillans, et jettant du feu de tous costez comme un diamant5 ». Les poètes firent aussi l’éloge du visage et des yeux et ce fut naturellement l’un des traits les plus appréciés chez la jeune reine.

  • 6 Gachard L.-P., Don Carlos et Philippe II, Paris, Lévy, 1867, p. 50.
  • 7 Du Bellay, L’Olive, sonnet 113, Œuvres françoises, Rouen, 1592, fol. 78 r° : « Si nostre vie est mo (...)

4Les témoignages sur la beauté d’Élisabeth établissaient bien le lien entre beauté du corps, séduction et amour. Lorsque la jeune reine traversa la Navarre espagnole et les autres provinces de la Péninsule pour se rendre à Guadalajara, elle fut accueillie voire fêtée par de nombreuses « marques de respect, des cris de joie et d’amour de toutes les populations, charmées de sa jeunesse, de sa beauté, de sa grâce, et heureuses d’une alliance qui présageait d’une longue année de paix6 ». Le noble sentiment amoureux que provoquèrent la beauté et la grâce de la reine, était un fort sentiment d’adhésion, capable d’unir la reine à ses nouveaux sujets. Il s’établissait alors une équation du Beau entre elle et ses sujets, par laquelle la belle âme, l’esthétique et l’amour bonifiant correspondaient dans une parfaite harmonie. Cet amour répondait à une théorie empruntée à Platon, celle d’un amour né de la pure contemplation de la beauté, et que du Bellay magnifia dans L’Olive7.

5Les proches de la reine, comme Brantôme lors de son passage en 1564 à Madrid, décrivaient Élisabeth comme une personne bien proportionnée mais en insistant néanmoins sur la taille qui était élancée et passait donc pour un signe de puissance vitale :

  • 8 Bourdeille P. de, seigneur de Brantôme, Mémoires contenant les Vies des Dames illustres de France d (...)

« Sa taille estoit tres-belle et plus grande que celle de toutes ses sœurs, qui la rendoit fort admirable en Espagne, d’autant que les tailles hautes y sont rares, et fort pour cela estimées, et cette taille elle l’accompagnoit d’un port, d’une majesté, d’un geste, et d’un marcher, et d’une grace entemeslée de l’Espagnole et de la Françoise en gravité et en douceur8. »

6Il évoquait ensuite son pouvoir de séduction car « son visage estait beau, et ses cheveux noirs qui adombroient son teint et le rendoient si attirant, que j’ay oüy dire en Espagne que les Seigneurs ne la pouvoient regarder de peur d’en estre épris… » Le propos de Brantôme est sans ambiguïté, il s’agit bien de la beauté corporelle de la reine qui séduit, certes, mais relève aussi du désir. En effet, si le corps de la reine devait séduire, c’était bien dans la perspective d’être désirée par le roi. La séduction était alors affaire de sexualité, et ce fut dans cette perspective que Catherine de Médicis veilla de près sur le corps de sa fille pour rendre la séduction efficace.

7D’emblée, le corps de la reine parut attractif et suscita l’adhésion, ou presque. Les relations des ambassadeurs vénitiens Paolo Tiepolo et Giovanni Soranzo, moins prompts à flatter que les émissaires français et l’entourage espagnol, doivent être ici signalées. En 1565, l’ambassadeur Soranzo, comme son prédécesseur Tiepolo en 1563, donna une description plutôt flatteuse d’Élisabeth, si ce n’est sur la question de la beauté du visage :

  • 9 Alberi E., Le Relazioni degli ambasciatori veneti al Senato durante il secolo decimosesto, série I, (...)

« De sa personne ni grosse ni grande, pas trop belle de figure ; mais tout son corps est dans de telles proportions et il règne en elle la plus grande grâce. Elle est douée du plus rare esprit, d’une infinie politesse ; tous la tiennent pour sage et prudente, de manière qu’en tout elle est au-dessus de son âge9. »

  • 10 Paris L., Négociations, lettres et pièces diverses relatives au règne de François II, Paris, Imprim (...)
  • 11 Idem, p. 718.
  • 12 L’Arioste, Roland furieux [1516], Paris, Gallimard, 2003, vol. 1, p. 242.
  • 13 Liébaut J., Trois livres… op. cit., préface, et Fernández Álvarez M., Casadas, monjas, rameras y br (...)
  • 14 BnF, ms fr. 3902, fol. 86 r° : Lettre de Claude de Vauperge à Catherine de Médicis, non datée.

8Elle n’était donc peut-être pas si grande que cela et son visage n’inspira pas à tous les mêmes considérations. Il semble néanmoins qu’il lui restait à acquérir quelques qualités physiques. Son séjour lui fut d’ailleurs profitable car en quelques mois, la jeune reine prit des formes qui la distinguèrent de l’enfant pour montrer la femme qu’elle était devenue. L’adolescence du corps d’Élisabeth avait déjà mis en lumière une stature digne d’une reine et un visage capable de ravir. Louise de Bretagne, dite Madame de Clermont, avait d’ailleurs informé la reine mère de la rapide transformation de sa fille, « si grande et en bon poinct » qu’il lui serait difficile de l’imaginer, trouvant « estrange de la voir telle10 ». L’âge et l’alimentation espagnole aidant, elle commença en effet à s’envelopper et en novembre 1560, Madame de Clermont écrivait à Catherine de Médicis : « Je vous assure, madame, qu’elle se fait fort grase et n’a pas de robe qu’il ne lui ait faillu faire refaire, car il les luy faut plus large de quatre dois qu’il ne failloit quand elle vint issi, qui est trouvé fort bien de tout le monde ; car issi il ne font quas des faimes maigres11. » Quatre doigts ? ! Ce fut certes un changement considérable qui lui permit de se former au canon de beauté de l’embonpoint voluptueux, qui n’était pas propre à l’Espagne puisque l’Arioste, évoquant la beauté d’Olympie, sauvée par Roger dans le Roland furieux, décrivait « les flancs élancés, les belles hanches, le ventre plus poli et plus net qu’un miroir, paraissaient, de même que les cuisses blanches, sculptés par Phidias12 ». Le sculpteur enrobait ses modèles pour leur donner une grâce que le peintre Titien incarna dans la beauté féminine de ses Venus, d’où le terme de vénusté, fort employé à l’époque pour désigner la grâce, la beauté et l’élégance. Dans les proportions du corps, décrites à l’époque, les hanches, les fesses et les cuisses devaient être bien en chair et le corps féminin était alors valorisé dans un sens fortement érotique13. Tout le monde sembla donc fort aise des rondeurs de la reine que les portraits ont d’ailleurs du mal à restituer. Même l’émissaire de la reine mère, Louis d’Auzances, de passage en septembre 1561, eut du mal à croire à un tel changement car « quant il la vit pansoit quelle eust des grands chapins a l’espagnole14 ».

9Pour résumer, les traits physiques d’Élisabeth qui furent relevés par les témoins étaient le noir de ses yeux et de sa chevelure, sa « grande » taille et un corps en général bien fait, donc bien proportionné, et légèrement enrobé. Ces quelques traits correspondaient-ils à une possible esthétique de la femme à la Renaissance ?

Considérations poétiques sur la beauté

  • 15 Saunders A., « “La beaulté que femme doibt avoir” : la vision du corps dans les blasons anatomiques (...)
  • 16 Firenzuola A., Discours de la beauté des Dames, traduction de I. Pallet, Paris, L’Angelier, 1578.

10À la fin des années 1530, quelques poètes avaient relevé le défilancé par Clément Marot de composer des poèmes d’amour comportant la description poétique d’une partie de l’anatomie féminine. Il s’agissait des fameux blasons anatomiques dont le plus célèbre fut celui du « beau tétin » « ni grand ni petit » composé par Marot lui-même en 1535. Les anatomies désirables n’étaient pas très éloignées des civiles anatomies du Traité de Civilité puérile d’Érasme en 1530. Les traits d’une belle âme pouvaient ainsi se confondre avec de belles anatomies définies selon les critères de la blancheur et de la peau polie comme pour les mains louées par Claude Chappuys, ou encore le « Front large et haut, front patent et ouvert » de Maurice Scève qui soulignait comme Érasme combien se communique l’âme par un « Front qui est clair et serein firmament », serein signifiant luisant comme la soie. Tout n’est que cheveux dorés ou bruns comme ceux de Venus, les yeux grands, le front large et poli, le nez droit, le cou long et fin comme les doigts mais surtout, partout une peau d’albâtre15. Ces traits d’esthétique se retrouvent dans le traité du florentin Firenzuola, avec le front serein, le primat de la blondeur, l’importance du nez pour le profil et avant tout la bienséance qui était celle d’un corps modeste au regard chaste dont les bonnes proportions devaient donner de la grandeur au sens de majesté16. Je ne résiste pas à la tentation de livrer in extenso la définition de la beauté féminine selon Jean Liébaut dont l’éloquence laconique dispense de tout autre commentaire :

  • 17 Liébaut J., op. cit., préface.

« La chair tendre : la couleur blanche et clere : la peau nette : la tête bien seante : la chevelure fort plaisante : les cheveux mollets, luisants, et longuets : le visage rondelet, gay et modeste : la nucque blanche comme laict : le front ouvert, large, poly, et luisant : les yeux grosselets, etincelants et amoureux : les sourcils en demy cercle, plats, menus, deuement separez : la bouche vermeille accompagnee de levres tendrelettes, de dents menues, bien joinctes, bien rengees, blanches comme l’yvoire, en moindre nombre et non si mordantes, ny si tranchantes que celles des hommes : les gencives mollettes : les joues vermeilles comme la rose : le menton orbiculaire : le col gresle, longuet et comme dressé sur les espaules rondes : la gorge delicate, blanche comme la neige : la voix et le parler doux : la poitrine plaine, large et ronde : les mammelles fermes et solides : les costez mollets : le ventre de rondeur orbiculaire : le doz plat et dressé : les bras estendus : les mains longuettes et rondes : les doigts ayant jointures bien reglées : les flancs et les cuisses fermes et massives : le gras des jambes charneux et bien vuidez : le cheminer modeste, le mouvement convenable : le geste louable17. »

11Certaines de ses caractéristiques nécessitaient l’usage de cosmétique pour être entretenues. Jean Liébaut fit donc des remèdes et secrets de beauté, son credo.

  • 18 Françon M., Notes sur l’esthétique de la femme au XVIe siècle, Cambridge, Harvard University Press, (...)
  • 19 Ibid., Ronsard, dans une déclaration véhémente de 1552 : « Plus tost les cieulx des mers seront cou (...)
  • 20 Liébaut J., op. cit., p. 14.

12Avant d’aborder ces fameuses recettes et pour conclure sur la beauté de la reine, il reste la question de la pertinence des critères qu’illustre bien la question de la couleur des cheveux. À une époque du primat de la blondeur, Élisabeth avait les cheveux et les yeux bruns, or la « brunette » tendait à remplacer la « blondinette » dans le cœur des poètes. En témoigne la multiplication de la mention « brunette » dans les textes de la Renaissance18. L’ode de Ronsard, Des beautés qu’il voudroit en sa mie, faisait l’éloge du « Noir je veuil l’œil et brun le teint/Bien que l’œil verd toute la France adore », comme Marot déclarait « Elle me plaist bien pour ce qu’elle est brunette ». Mais pour cela, Marot s’excusait de ne pas honorer la blondeur tant louée par la poésie courtoise. La brunette appartenait davantage au registre des chansons populaires et Ronsard la célébrait sans état d’âme19. Finalement, comme Jean Liébaut l’avait lui-même souligné, la beauté physique n’était qu’une question de « grâce qui resplendit au corps, de la convenance de plusieurs couleurs, et lines joinctes, et entremeslees ensemble, de laquelle l’œil est le seul juge20 ». La beauté était avant tout affaire de regard, et chaque regard, une affaire personnelle.

13La beauté d’Élisabeth et de ses noirs cheveux, déjà vantée par Ronsard dans son ode aux filles du roi, ne pouvait être totalement fictive et l’idée même de sa beauté devait nécessairement prendre racine dans un fond de vérité. Ses portraits d’ailleurs sont agréables et respectaient les règles de la vraisemblance. À titre de comparaison, quel témoignage a pu vanter la beauté de Marie Tudor, seconde épouse de Philippe II et reine d’Angleterre, une beauté qui n’aurait été alors qu’imaginaire ? De là à faire du corps d’Élisabeth un corps de déesse, il fallait l’audace d’un Ronsard qui écrivait à propos de l’union de Philippe II avec la princesse de France :

  • 21 Coste H. de, Histoire catholique ou sont descrites les vies, faicts, et actions heroïques et signal (...)

« Comme un beau lys, est en fleur la jeunesse
D’Elisabeth : et si en corps mortel
Vouloit ça bas descendre une Deesse,
Pour estre belle, elle en prendroit un tel21. »

14Sans aller jusqu’à faire du corps d’Élisabeth un corps divin, les louanges et les soins prodigués en firent un corps de reine.

15La recherche de la beauté du corps fut une préoccupation récurrente de la Renaissance, en ce que cette beauté exprimait une recherche de l’amour, dans le sens néoplatonicien que lui avait donné Marsile Ficin. La beauté était alors révélatrice de la perfection et harmonie d’un ordre supérieur. Citant Platon, dans le Banquet, Jean Liébaut établissait le lien entre beauté et séduction, capable de ravir le cœur, mais élaborait aussi une esthétique du pouvoir en glosant Aristote :

  • 22 Ibid., p. 14.

« La beauté appelle et soudain alleche à la foy le cœur, l’amitié et bonne volonté des personnes : les incitent aussi à exalter et juger ceux qui sont beaux, dignes de faveur, d’honneur et de quelque chose de grand : voire, comme dit Aristote en ses Politiques, dignes de commander et imperer aux autres22. »

  • 23 Gesner C., Tresor de Evonyme Philiatre des remedes secretz…, Lyon, Balthazar Arnoullet, 1555, préfa (...)

16Le pouvoir royal étant d’origine divine, avec ce devoir d’imitation de la cité céleste, les vicaires du Christ sur terre se devaient de faire la démonstration de leur élection par la beauté de leur corps. Il importait donc de faire de la majesté royale, une expression de la beauté intérieure et de l’autorité du roi ou de la reine. La beauté était non seulement le signe d’une élection divine mais aussi d’une élévation sociale. Conrad Gesner préconisait ainsi l’usage honnête des cosmétiques pour les « nobles matronnes, femmes de Roys, Princes et Gentilshommes » de pudicité notable. Mais la vertu éthique du maquillage consistait aussi à séduire le mari pour le tenir éloigné de « la paillardise des putains23 ».

17Parmi les magnificences du corps humain, Jean Liébaut distinguait deux sortes de beauté. L’une, se rapportant davantage à l’homme, consistait « en la structure, coagmentation, forme, espece, et harmonie de ses parties » qui font du corps « un petit monde ». Cette beauté renvoyait à la beauté inscrite dans la nature et l’univers, donnant forme à « un corps ætherien et spirituel, vehicule de l’ame qui vivifie, regist, conduit et gouverne tout le corps ». La beauté microcosmique du corps de l’homme signifiait sa dignité, son autorité et sa majesté. L’autre beauté, celle de la femme, était :

« […] une splendeur et lumiere aggreable, provenant de ceste louable structure et commoderation d’icelles parties, accompagnee de naïsve couleur, traits amiables, et lineaments gratieux : laquelle ravit tellement les sens, et attire de telle façon les affections des personnes, que l’on est stimulé de contraint volontaire l’admirer, souhaitter, respecter et aimer. »

  • 24 Dürer A., Les quatre livres d’Albert Dürer, Peinctre et Geometrien tres excellent, De la proportion (...)
  • 25 Du Bellay J., Œuvre françoise, Rouen, Georges L’Oyselet, 1592 « Chanson » fol. 173 v°.

18D’emblée, l’auteur ramène la beauté que femme doit avoir à des considérations d’apparence et d’esthétique moins déterminées par une divine proportion que par une mesure parfaite du corp24. Si l’autorité sied davantage aux hommes, sans critères de beauté, la femme ne peut, quant à elle, échappée à sa chair soumise aux conditions de la grâce et de la vénusté, de l’élégance et de la netteté. Parvenu à de telles perfections, le corps beau se fait séducteur, suscite l’affection, contraint à se faire aimer. La beauté des formes était alors le critère d’amour comme le rappelait Joachim du Bellay : « Et voz sainctes perfections/assemblent mes affections25. »

Entretenir l’alliance

Rester belle

  • 26 Liébaut J., op. cit., préface.

19Le discours de la beauté était alors ambivalent, jouant sur la nécessité de préserver le beau et de condamner l’artifice. Le beau visage devait rester l’expression d’une belle âme et il ne pouvait recourir aux remèdes de beauté que dans certaines conditions. Les cosmétiques ne servaient qu’à réparer des injustices de la nature, devenues une forme de contre-nature par la disposition d’une belle âme dans un corps laid. Jean Liébaut condamnait en revanche l’usage des cosmétiques pour dissimuler une mauvaise âme, le corps d’une âme corrompue devant forcément porter les marques de son infamie. Quatre circonstances du laid autorisaient donc le recours à l’embellissement : Tout d’abord, une erreur de nature dès la naissance, ou deuxièmement, une laideur acquise par accident ou maladie comme les cicatrices de la variole, ou encore troisièmement pour plaire au fiancé ou au mari mais sans vanité, et enfin pour que la femme soit toujours nette et élégante26. Le corps était une expression de l’âme mais aussi un état extérieur de son harmonie intérieure. Les maladies éruptives, les rougeurs de la peau ou encore la peau trop mate, tous les défauts de surface en somme pouvaient être le signe d’un désordre intérieur. Pour les médecins de l’époque, il convenait de prévenir le mal par deux saignées annuelles, au printemps et à l’automne, et par des purgations pour évacuer les « superfluidités ». André Le Fournier dénonçait ainsi les banquets échauffant le sang, le manque d’exercices physiques et d’hygiène corporelle. Partant de théories empruntées à Platon, à Aristote ou encore à Homère, les auteurs médecins ou alchimistes mêlèrent dans leurs traités le délicat et le corrosif, le minéral, le végétal et l’animal à travers des recettes étonnantes voire dangereuses car elles utilisaient des dérivés de plomb et d’arsenic, du vif-argent ou encore de l’ammoniaque. Quels étaient donc ces fameux critères de perfection et le moyen de remédier aux imperfections du corps ? La perfection de la peau et sa blancheur semblent avoir fait l’unanimité dans les critères de beauté. Pour se conserver, ces vertus exigeaient l’usage déjà ancien des secrets de beauté, dont un grand nombre furent publiés en 1533 par Le Fournier, docteur régent de la faculté de médecine de Paris, dans La décoration d’humaine nature et ornement des dames. Pour conserver leur beauté, les femmes devaient savoir se gouverner. Élisabeth, du fait de sa dignité, avait un devoir réel envers sa beauté d’autant plus que des attaques répétées de variole avaient menacé de nuire à la beauté de son visage.

  • 27 Paris L., op. cit., p. 271 : Dépêche de L’Aubespine du 23 février 1560.

20Elle fut prise d’une première attaque supposée de la variole en février 1560. Élisabeth commençait juste à trouver ses marques dans la Maison que le roi lui organisait, donnant ses ordres à ses gens. Dans l’austère palais de Tolède, la reine était donc occupée à prendre ses nouvelles fonctions sans oublier les nombreux divertissements auxquels elle se livrait dans sa chambre avec ses dames, sa belle-sœur doña Juana et son nouveau majordome le comte d’Albe de Liste. Le dimanche 18 février s’était ainsi terminé, comme les jours précédents, par quelques danses dans sa chambre. Elle dansa elle-même deux ou trois fois avec vigueur, « estant bien disposte et gaillarde », si bien, comme l’avait noté l’ambassadeur L’Aubespine, qu’elle était tout empourprée. La nuit suivante, tandis qu’elle partageait déjà sa couche avec le roi qui ne la touchait pas encore, elle « sentit quelque petite inquiétude, et le matin chaleur se démonstrant le long de son estomach et dedans la teste quelques pustules comme d’ébulissions de sang ou petite-vérolle27 ». Les deux premiers médecins du roi proposèrent immédiatement une saignée et il fallut toute la prévenance du roi pour apaiser les craintes d’Élisabeth. Elle supporta donc l’opération avec vaillance et sans défaillir, ou « bien peu » comme l’écrivait l’ambassadeur. Trois jours plus tard, elle avait retrouvé son naturel et montrait à L’Aubespine les deux pustules qu’elle avait sur le visage le long de ses cheveux et la multitude d’autres boutons sur le cuir chevelu et le reste du corps, qui commençaient déjà à disparaître. Madame de Clermont et les médecins s’étaient empressés d’informer dans le détail la reine mère, la rassurant sur l’état de sa fille en rapportant l’avis de son ancienne nourrice qui avait souvent vu la princesse réagir semblablement par des éruptions cutanées. La saignée avait fait le plus grand bien et selon l’opinion de l’ambassadeur et du médecin italien de la reine, il ne s’agissait pas de petite vérole mais plutôt d’une indigestion ou « réplection » causée par les viandes du pays et le changement d’air.

21Ce premier danger fut vite écarté mais l’année suivante, la reine fut bien atteinte de la variole et l’inquiétude grandit car les boutons étaient en tel nombre qu’ils menaçaient de la défigurer. Catherine de Médicis s’empressa alors de donner ses instructions à son ambassadeur L’Aubespine :

  • 28 La Ferrière H. de, Lettres de Catherine de Médicis, Paris, 1880., t. 1, p. 162 : Lettre de Catherin (...)

« […] de bien prendre garde à luy conserver les yeux et garder qu’il n’y ayt des tasches, s’il est possible, en quoy nous trouvons icy que le sang de pigeon et la cresme sont excellentz remeddes. Toutesfoys les medecins qui cognoissent les remeddes qui sont les plus usitez par delà et les plus utils et proffitables en useront comme ils penseront estre pour le mieux, car nous voyons par experience, qu’encors que la maladie soyt là comme icy semblable, si est-ce que la façon de la panser est differente, d’aultant que la ségnée en telles maladies est icy peu accoustumée, et là, puisqu’elle a esté practiquée en son endroict, je doitz penser qu’elle est fort ordinaire et usité. Quoy qu’il y ait, je vous prie de leur bien dire, et à elle et à ses médecins, qu’après qu’elle sera guerye qu’elle se garde bien de sortir de vingt jours, pour ce que, quand l’on sort plus tost, le flux de ventre est fort dangereux28. »

  • 29 Ibid., p. 166.

22La reine mère se montrait soucieuse de la beauté de sa fille mais aussi respectueuse du savoir-faire des médecins de la cour d’Espagne. Il fallait préserver à tout prix la peau, ne souffrir aucune trace de la maladie et pour cela protéger les parties sensibles. Catherine de Médicis, les médecins sur place et même Madame de Clermont recherchèrent les meilleurs remèdes pour préserver la beauté de la reine. La dame fit part à Catherine de l’usage du pays, à savoir qu’il ne faut point toucher les boutons, qu’avec de l’eau et du sel et que dans l’hypothèse de « fousses », c’est-à-dire des cicatrices, la meilleure chose du monde est le baume « nalures » qu’elle demande à la reine de leur envoyer. Le 12 janvier, Philippe II et Juan Manrique, le majordome de la reine, écrivaient à Catherine de Médicis pour lui rendre compte du bon rétablissement de la reine qui n’avait plus de fièvre et dont « la petite vérole est séchée et tombe29 ».

  • 30 Bourdeille P. de, seigneur de Brantôme, Mémoires de Messire Pierre de Bourdeille, contenant les Vie (...)
  • 31 Paris L., op. cit., p. 703 (janvier 1561).
  • 32 BnF, ms fr. 6614 : Lettre de l’Aubespine à Catherine de Médicis, Tolède, le 28 janvier 1561.

23Deux semaines plus tard, Catherine faisait parvenir à sa fille un baume prescrit par son médecin pour effacer les cicatrices. Sans doute s’agissait-il du fameux baume à base de sueur d’œuf dont Brantôme parlait dans ses mémoires30. Ou est-ce cet onguent « sitrin » qu’Élisabeth évoque dans une lettre à sa mère, la même lettre dans laquelle elle se réjouissait de l’amour du roi et qu’elle était la plus heureuse femme du monde ? La pratique de cet onguent lui était inconnue et elle en vanta les mérites à sa mère puisque le remède l’avait fort bien guérie elle et sa cousine, Mademoiselle de Montpensier, qui avait aussi été atteinte de la variole. La reine avait cependant été plus gravement touchée. Dans le palais tolédan, Élisabeth et la demoiselle occupaient des chambres très proches et bénéficièrent des mêmes soins sur sa demande. À la fin du mois de janvier, la demoiselle n’avait plus que quelques boutons sur le visage car l’onguent fit merveille, faisant presque disparaître les rougeurs laissées par les croûtes31. Le 28 janvier, L’Aubespine rassurait la reine mère sur « la bonne sante et amandement de la Royne » qui se gardait bien de sortir avant vingt jours, d’autant que le mois de février s’annonçait glacial. Les enjeux étaient suffisamment clairs et Élisabeth n’oublia « rien de tout ce qui est necessaire a la conservation et ornement de sa face32 ».

  • 33 Le Fournier A., La Décoration d’humaine nature, et aornement des dames, Lyon, François Juste, 1533.

24Les remèdes étaient divers, consistant en baume obtenu souvent à partir de graines pilées. Dans ses secrets de beauté, André Le Fournier conseillait de guérir les boutons et les rougeurs par un baume sous forme d’huile obtenue avec des grains de noyaux de pêche mélangés à de la semence de gourdes pilée. Une autre recette proposait de faire fondre ensemble de la graisse de pourceau, de la céruse ou carbonate de plomb, de l’eau de rose, du vin, de la porcelaine pilée et de la cire blanche, pour obtenir un baume qu’il fallait appliquer après les étuves33. Quant à Jean Liebault, dans ses Quatre Livres des secrets de médecine de 1593, il proposait de l’eau précieuse et de la térébenthine, qui était alors utilisée pour blanchir la peau et pour soigner les plaies. Il préconisait de traiter les cicatrices avec de l’écorce de grenade, de la gomme arabique, du sonchet, de l’aloès, de la térébenthine et de l’huile d’olive. Dans son ouvrage sur l’art d’embellir, il préconisait une autre recette pour réduire les cavités de la chair, qui consistait à mélanger de l’eau de rose ou de citrons avec de l’eau distillée de pied de veau ou de racines de grand serpentaire, ou encore d’eau de fèves. L’eau de rose était la plus communément utilisée dans des préparations incorporant des animaux. Mais ces remèdes et ces produits de beauté avaient un effet radical néfaste à long terme. Juan Luis Vivés avait ainsi critiqué les soins apportés au corps, comme il en avait critiqué les ornements, et à l’en croire, les soins de beauté avaient des effets désastreux, détériorant la peau et le reste du corps de ces dames oisives et orgueilleuses :

« Elles ont l’haleine puante, les dents rouillees et pourries ; tant à cause de la ceruse et vif argent, comme principalement à cause des corrosifs, savonnemens, eaues fortes, et autres teles drogues dont elles preprarent leur peau, pour y appliquer puis apres les couleurs. »

  • 34 Gesner C., op. cit., p. 166.

25Il appartenait à Conrad Gesner d’en démontrer le contraire, affirmant que les cosmétiques n’étaient pas « deshonnestes, et indigne d’homme bien apprins34 ». Il distinguait les cosmétiques convenant au visage pour lui rendre « bonne couleur », blanche, rosée ou claire et pour ôter les rides, ou alors pour faire perdre les « taches, macules, et asperitez du cuyr », de ceux destinés aux cheveux pour les adoucir ou les crêper ou encore ceux pour nettoyer et blanchir les dents. Les recettes de l’époque étaient des héritages lointains et récents, depuis Démocrite, Dioscoride, Platon, Pline jusqu’à Galien, Sylvius et Symphorien Champier, en passant par Jérôme de Brunswick et Jean de Vigo, etc. L’art le plus accompli était alors celui de la distillation consistant en l’extraction de la « plus subtile humeur hors du suc par vertu de chaleur ». Tout l’ouvrage de Gesner était ainsi consacré à l’art « chymistique » à partir des techniques de distillation.

  • 35 Le Fournier A., op. cit., fol. 12 v°.

26André Le Fournier, Gesner, Liébaut et d’autres encore préconisaient surtout de prendre soin de la « face » pour mettre en valeur les yeux qui sont la fenêtre de l’âme. Pour avoir une « belle face », les remèdes étaient très nombreux mais il en fut un revenant souvent sous la plume de ces médecins, la fameuse recette d’Isabelle d’Aragon, duchesse de Milan. Elle utilisait, disait-on, un quart de litre de lait de chèvre et de la fleur de farine de froment qu’elle malaxait jusqu’à obtention d’une pâte qu’elle faisait ensuite cuire. Lorsque le pain était prêt, elle l’émiettait avec de nouveau du lait frais de chèvre, du citron, voire des blancs d’œufs et les coquilles calcinées, du camphre et de l’alun. Le tout était placé dans un alambic pour en obtenir de l’huile. En Espagne, l’onguent salvateur pour garder le teint frais et une belle peau procédait de la cuisson d’une racine de lys blanc dans du lait, pilée ensuite avec du vif-argent, puis du citron, ou de la salive d’homme à jeun. Le tout était de nouveau porté à ébullition avec du lait de chèvre. L’onguent s’appliquait le soir sur le visage et le matin, il devait être lavé à l’eau de rose35.

27Les autres parties du corps étaient aussi concernées par les soins de beauté qui en disaient long sur les critères de beauté autres que ceux déjà évoqués. Ainsi l’époque ne semblait pas propice aux poils. Pour vaincre la disgrâce du poil, André Le Fournier conseillait l’usage de la chaux vive chauffée avec de la levure pour s’en débarrasser en une demi-heure et pour empêcher la repousse, il préconisait de brûler des sangsues et de les réduire en poudre dans du vin aigre. Quant à avoir bonne haleine, il suffisait de fabriquer une patte à base de sucre candie, gomme arabique, amidon, noix de muscade, ambre, semence de perle moulue, etc. Pour laver les dents, il préconisait des sels ammoniaques et de la corne de cerf bien cuite pour les blanchir. L’entretien de la peau était plus délicat par l’usage de pétales de fleurs mais dans le cas de rougeur au visage ou sur les mains, c’était le vifargent. Les recettes de ce grimoire envisageaient tous les problèmes de peau, des taches aux furoncles, en passant par les cicatrices mais aussi proposait de nettoyer les ongles, de colorer les cheveux ou de les faire pousser, ou encore de blanchir les dents.

La netteté du corps

  • 36 Le médecin de Charles Quint, Lobera de Avila L., dans son Vanquete de nobles cavalleros… [s.l., 15 (...)
  • 37 Laty D., Histoire des bains, Paris, Presses Universitaires de France, 1996, p. 63. Vigarello G., Le (...)
  • 38 Zerner H., « La dame au bain », dans Le Corps à la Renaissance, op. cit., p. 95-111.

28Les pratiques du corps liées au propre, dans le sens contemporain du terme, et à l’ornement, étaient loin de faire l’unanimité car elles apparaissaient souvent néfastes36. Il en était ainsi du bain qui était réputé dangereux pour le corps à maints égards. Après une longue tradition du bain et des ablutions depuis l’Antiquité, le rapport hygiénique à l’eau, hormis les baignades, se fit plus rare dès le XVe siècle. Les épidémies diverses, et surtout la peste, allaient achever ce processus de désaffection pour l’eau au milieu du XVIe siècle, les médecins dénonçant alors la dangerosité de l’eau infestée ou l’effet vaporeux de l’humidité sur le corps, le transformant en éponge à microbes37. Les établissements de bain fermèrent leurs portes et les immersions ne devinrent possibles que chez les barbiers-chirurgiens. L’eau, souvent viciée, pouvait être porteuse de maladie et il importait donc de préparer soigneusement le bain selon des recettes purificatrices. Le portrait de Diane de Poitiers ou celui encore de la Dame au bain de François Clouet, semblent attester d’une pratique aristocratique du bain moins redoutée, la favorite ayant pratiqué fréquemment les ablutions d’eau, mais l’image fait néanmoins exception car en France comme en Espagne, le bain ne se pratiquait quasiment plus38. De l’autre côté des Pyrénées, la reine s’en trouvait même privée. Un incident fut rapporté par l’ambassadeur Fourquevaux à Catherine de Médicis en novembre 1565, montrant à la fois les précautions prises contre le bain mais aussi les tracasseries que subissait la reine de la part de son majordome et de sa première dame.

29En ce mois de novembre 1565, le roi s’était rendu à Tolède pour assister au transfert des reliques de saint Eugène, avec les Grands d’Espagne et une multitude en liesse. Pendant ce temps, la reine et doña Juana étaient « consignées » à Madrid, n’ayant pu avoir « congé » d’accompagner le roi. Elles se débrouillèrent toutefois pour se rendre en un village où devait passer la sainte relique et elles lui firent leur dévotion dont les retombées furent miraculeuses, puisque la reine entama par la suite une grossesse qui aboutit enfin ! Les retrouvailles du couple avaient été couronnées de succès mais avant cela, la reine avait œuvré pour augmenter sa séduction. De retour au palais après cette visite au corps de saint Eugène, la reine avait décidé de se préparer en prenant un bain. Elle décida donc, avec l’avis de son médecin Vincent Mugnoni, d’en prendre un suivant la recette que sa mère lui avait quelquefois donnée. La reine, encore bien naïve, en avait fait part à la comtesse d’Ureña, sa première dame qui s’empressa d’avertir le grand majordome don Juan Manrique. Le médecin italien et son apothi caire furent bien marris de la réaction du majordome qui leur commanda de ne point toucher la reine et de ne rien entreprendre sans les avis des « medecins d’Espaigne » :

  • 39 BnF, ms fr. 10 751, fol. 53 v°.

« […] lequel a deffendu au medecin et a son apothicaire qu’ils se gardent bien de la baigner, ne luy faire prendre quelconque chose. Non point seulement luy toucher un cheveul de la teste sans l’avoir plustost consulté avec les medecins d’Espaigne residens en ceste court et qu’il n’en soit premierement adverti39 […]. »

  • 40 Ibid., fol. 54 v°.
  • 41 Lettres de Catherine de Médicis… op. cit., vol. 2, p. 334 : Lettre de Catherine de Médicis à Fourqu (...)

30Les deux Français furent d’autant plus surpris par la réaction impérieuse du majordome que leur intention, louable, « estoit de la preparer et disposer pour le retour du Roy son mari ». Pris de haut par les Espagnols, les Français eurent rapidement l’occasion de reprendre la situation en main. En effet, peu de temps après, la reine s’était trouvé mal après avoir mangé du boudin de porc. Elle avait eu mal à la tête puis avait été prise de vomissement au point qu’on lui fit un lavement sur les conseils des médecins français, approuvés par les médecins espagnols « nonobstant leur ignorance », se plut à préciser l’ambassadeur. Suite à cet incident, le bain fut finalement accordé et la reine se baigna donc la veille du retour du roi. Dans ce cas précis, le bain relevait d’une pratique médicale malgré les risques d’infiltration qui pouvait provoquer une réplétion. Les soins du corps de la reine participaient à cet enjeu français qui était d’assurer la séduction et cet incident l’illustre bien puisque Fourquevaux incitait la reine mère, à la fin de sa lettre, d’écrire à la reine pour lui conseiller de moins se confier à ses serviteurs espagnols, « de ne porter point tous ces respects a la contesse ny a Don Jehan en ce qui concerne ces petits secrets de femme40 ». Dans le cas contraire, à force d’ignorance et de mauvais soins, la reine serait assurée de ne jamais avoir de fils. Un mois plus tard, en décembre 1565, Catherine répondait à l’ambassadeur que le médecin, Mugnoni, avait bien fait de purger et de baigner la reine et concernant sa santé que sa fille « ne soit tant respectueuse envers les personnes qui sont auprès d’elle41 ».

  • 42 Gesner C., op. cit., p. 161.

31Cette question du corps séducteur/propre mérite quelques explications. Il pourrait apparaître en effet comme un paradoxe de l’époque puisque les pratiques corporelles liées à l’hygiène étaient rares, et que les corps « sales » étaient dissimulés sous de lourds costumes et des parfums entêtants. D’après les portraits de l’époque, les enfants de l’aristocratie portaient d’ailleurs souvent ces parfums musqués à la ceinture dans un pomander ou autre contenant pour couvrir l’odeur des linges souillés. Les parfums alors utilisés étaient ceux de l’eau de rose musquée, safranée, de fleur d’oranger ou giroflée selon les explications du célèbre Conrad Gesner dans son Tresor de Evonime Philiatre des remedes secretz de 1555. Il expliquait, entre autres choses, combien l’eau de rose musquée était « merveilleusement odoriferante et convenante aux Roys pour en arroser, et parfumer leur linges, et vestemens42 ». D’une façon plus générale, faute d’hygiène corporelle interne, la propreté n’était plus qu’une question d’apparence, celle des cosmétiques, des parfums et des linges propres. Se laver consistait alors en une toilette sèche et il est vrai qu’Élisabeth changeait non seulement de robes une ou deux fois par jour mais elle ne les reportait que de rares fois. Le linge blanc surtout avait la vertu de « laver » et ce fut pour cette raison que les chemises devinrent si abondantes dans les garde-robes. Élisabeth possédait plusieurs douzaines de chemises de Hollande en arrivant en Espagne en janvier 1560. L’apparence de son corps devait être sans taches, les parures impeccables et les parties visibles du corps, visage et mains, irréprochables. Mais cette propreté de surface jouait sur une dissimulation qui ne pouvait résister à l’intimité des corps dans le lit conjugal.

  • 43 Vigarello G., op. cit., p. 77, cite Mme de Verneuil d’après les propos des Historiettes de Talleman (...)
  • 44 Liébaut J., Trois Livres… op. cit., p. 408.
  • 45 Ibid., p. 409.
  • 46 Huguet E., Dictionnaire de la langue française du XVIesiècle, t. VI, Paris, Didier, 1965 : Outre qu (...)

32La crainte de l’eau et les moyens envisagés pour rendre le corps propre seulement en surface n’élaboraient pas pour autant une culture du sale. Le désir était fort d’avoir un corps lavé, comme l’atteste la demande de la reine. Sa propreté envisagée devenait une affaire de corps désirable. Si la propreté du corps était souhaitée mais difficilement envisageable, que dire alors des sentiments de ces contemporains lorsque leurs sens olfactif et tactile se heurtaient au sale et aux mauvaises odeurs ? L’odeur devait bien être un problème lorsque le linge propre ne suffisait pas à la recouvrir, comme ceux qui reprochaient à Henri IV de « puer comme une charogne43 ». La vogue des parfumeurs et la pratique courante des essences et fragrances en disent long sur la volonté de sentir le musc, la fleur de rose ou de jasmin, veillant si possible à parfumer l’eau du bain. L’atmosphère olfactive semble alors saturée de ces odeurs qui dissimulent celles plus désagréables d’un corps rarement lavé. Jean Liébaut, dans son traité, insistait bien sur cette nécessité de sentir bon et de remédier aux mauvaises odeurs qui nuisent à la beauté du corps comme les aisselles qui sont « souventefois si puant, qu’on est contraint de quitter leur compagnie, non point moins de ceux qui ont l’haleine puante de la bouche ou du nez, ou qui ont toute la personne puante44 ». Les mauvaises odeurs étaient alors considérées comme le résultat d’un dérèglement des humeurs contenues dans le corps « ou du coït excessif, qui par son mouvement pousse les matieres puantes aux emunctoires45 ». La solution, outre le lavement, pouvait être préventif avec la purge, renvoyant à cette idée d’un corps extérieur dépendant de ses mécanismes internes. La volonté de dissimuler le problème démontre bien la part importante du propre dans la civilité mais elle démontre aussi toutes ses limites que l’histoire ignore souvent faute de matériaux pour faire une histoire des odeurs intimes et de la crasse, en ce que le propre relevait de l’apparence d’un tout et non du corps lui-même46.

  • 47 La reina Isabel de Valois según Sofonisba Anguisciola (1605-1608 ca.), Juan Pantoja de La Cruz. Hui (...)
  • 48 Saint-Réal, Don Carlos (1672), Paris, Livre de Poche, 2004, p. 155.
  • 49 Vigarello G., Le Propre… op. cit., p. 51.

33Le sale n’était pas forcément mis en équation avec l’absence d’hygiène. Il apparaissait en effet davantage lié aux désordres internes du corps voire de l’âme, renvoyant encore à la notion de laid. Le cas des vermines, dénoncé par Érasme dans son traité de civilité, illustre bien cette approche du sale. Les grands souffraient sans doute autant que les plus humbles de poux et de puces comme le suppose un portrait d’Élisabeth où elle apparaît majestueuse dans son velours noir, ses rubans rouges et ses perles, tenant dans ses mains un objet des plus incongrus pour un portrait royal ; un chassepuces47. Malgré ses mises d’un jour, la reine souffrait-elle de « vermines » ? La présence du chasse-puces atteste surtout de la volonté de la reine de n’en tolérer aucune sur son corps. Les hygiénistes attribuaient la présence de ces vermines à un excès des humeurs corporelles et que les puces naissaient des effets de leur dégradation comme après une forte sudation. La présence de vermines était la conséquence d’un dérèglement interne mais pouvait aussi évoquer une sorte de laideur intérieure, à l’instar de cette image des poux dévorant le roi Philippe II durant son agonie d’août 1598, évoquée par l’abbé de Saint-Réal dans son tragique Don Carlos48. Le discours portait alors sur un traitement intérieur du corps par le règlement des humeurs et non sur la propreté corporelle49. Il est possible de supposer que le corps séducteur de la reine, gracieux selon les témoignages de l’époque et majestueux d’après les tableaux, n’en était pas moins un corps odorant, dissimulant les odeurs sui generis sous de capiteux parfums.

L’espace de la séduction

Montrer le corps, sa puissance et sa grâce

  • 50 Sur l’ontologie phénoménologique chez Merleau-Ponty et la notion d’habitus chez Pierre Bourdieu, v (...)

34Les chapitres précédents ont insisté sur l’idée de la soumission du corps, comme d’une conscience corporelle de l’être qui ne s’appartient pas à lui-même, parce que sa dignité en fait avant tout une personne publique. L’habitus royal est la résultante d’une extériorité, c’est-à-dire d’une obligation sociale de pouvoir inscrite dans la gestuelle et la distance du corps, et d’une intériorité, la conscience de soi en tant que personne aliénée par sa fonction50. Ils deviennent roi ou reine mais l’ont toujours été, ce qui implique une démarche volontaire d’accepter ou de devenir ce que l’on est, selon la formule de Pindare. Il en ressort donc en effet une espèce d’aliénation du corps royal dans l’espace de sa représentation. Que se passe-t-il dans l’intimité des corps aliénés ? Comment les corps royaux agissent-ils hors de la sphère de la représentation lorsqu’ils cessent de faire sens ? Comment les corps gèrent-ils l’intimité et selon quel habitus ? si les contraintes externes sont modifiées, les conditions internes de la conscience de soi en tant que roi ou reine sont-elles également modifiées ? Le passage de l’espace de représentation à celui de la privauté se manifeste à travers le corps qui doit être ainsi replacé dans différents contextes comme ceux de la chasse, de la promenade, des danses et des jeux comme autant de divertissements prenant place dans des espaces divers. Les circonstances et les espaces furent des occasions différentes de marquer le corps dans le cadre d’une privauté cependant toute relative puisqu’ils n’étaient jamais tout à fait seuls, accompagnés de quelques courtisans pour la plupart occupant des postes dans les Maisons royales.

  • 51 La Ferrière H. de, Rapport sur les recherches faites à la Bibliothèque impériale de Saint-Petersbou (...)
  • 52 Voir Lhermite J., Le Passetemps, Anvers, E. Ouverleaux et J. Petit, 1896, vol. I, p. 102-110, et B (...)
  • 53 Baratay E. et Hardouin-Fugier E., Zoos. Histoire des jardins zoologiques en Occident (XVIe-XXe sièc (...)
  • 54 Argote de Molina G., Discurso sobre la Montería (1582), Madrid, Rivadeneyra, 1882, p. 60-61.

35De la privauté possible à la privauté acquise, le corps se tend et se détend. Dans le cadre semi privé des divertissements de la cour, en salle ou en plein air, le corps doit exulter et montrer avant tout sa puissance. Il pouvait en faire la démonstration à l’occasion des chasses ou par la compagnie d’animaux sauvages. Le jeune âge d’Élisabeth la prédisposait au divertissement, elle n’avait alors pas tout à fait quatorze ans, et elle se montrait intrépide, montant à cheval et entraînant sa suite dans de longues chevauchées qui obligeaient le comte d’Albe de Liste, son grand majordome, à l’accompagner. Revenant un jour d’une promenade, la reine montra aux dames espagnoles comment monter à la française et partirent ensuite, galopant, en suivant la mode de la reine51. Si les hommes pratiquaient l’équitation pour les tournois et la chasse, les dames n’étaient pas en reste. Élisabeth pratiquait la fauconnerie avec le roi pour chasser la palombe, les pies, les corbeaux ou encore les chouettes dans le bois du Pardo. La reine préférait cependant une pratique cynégétique beaucoup plus à la mode à l’époque, celle de la chasse à l’arbalète52. En 1582, le Sévillan Gonzalo Argote de Molina, homme de lettres et d’armes, publiait le Libro de la Montería d’Alphonse XI qui datait du début du XIVe siècle. Il avait accompagné cette édition d’un discours devenu un classique de la littérature cynégétique espagnole. Expliquant l’origine et l’ordre des différentes véneries, l’auteur abordait celle des lions, la présence des fauves et autres animaux « étonnants » à la cour étant une chose commune fort appréciée des rois de la Péninsule, mais aussi dans les autres cours européennes53. Don Juan d’Autriche possédait d’ailleurs un lion qui ne le quittait pas et dormait près de lui. De hauts dignitaires ecclésiastiques possédaient un fauve, comme Juan Tavera, archevêque de Séville et précepteur du prince don Juan, qui tenait toujours son lion à ses pieds. Il arriva même qu’une lionne de l’Alcazar de Madrid se sauvât et arpentât les rues de la ville puis en sortît, prenant la route d’Alcalá de Henares. La reine Élisabeth commanda aux veneurs et à leur maître, Cristóbal de Barrientos, de lui apprêter une voiture pour aller retrouver la lionne. La reine, les veneurs, le prince don Juan à cheval, le grand majordome de la reine, le comte d’Albe de Liste, ainsi que les dames de sa suite et de nombreux chevaliers se rendirent sur les lieux où la lionne s’était arrêtée pour goûter la fraîcheur d’un bois. Les veneurs encerclèrent le site avec leurs lévriers et la chasse fut ouverte sous la clameur des cornes de chasse, des aboiements et des rugissements de la lionne que ni le grand veneur, ni le comte d’Albe de Liste ne purent abattre, au grand péril de leur vie et sous le regard terrorisé des dames. Ce fut finalement un laquais du comte qui porta l’estoc à la gueule de la bête stoppant son assaut contre le comte. Les lévriers qui l’attaquèrent furent blessés, dont le fameux lévrier d’Élisabeth, Lionel, qui était venu de France avec elle. Finalement, la bête sauvage, affaiblie par ses blessures ne prêta plus aucune résistance et les veneurs l’achevèrent54.

  • 55 Baratay E. et Hardouin-Fugier E., op. cit., p. 28.

36Cet épisode romanesque souligne une certaine violence des mœurs de la cour, non pas à travers la chasse mais par cette démonstration de la puissance des corps qui veulent dominer voire apprivoiser la bête sauvage, dont la force, symbole de nature, est domptée par le maître, porteur d’une valeur civilisatrice, mais renvoie aussi à la maîtrise supérieure du maître, par analogie55. La proximité d’un lion ou d’une lionne pouvait représenter une menace qui paraissait nécessaire à cette démonstration de puissance. Le danger en accompagnait toute démonstration, à travers la chasse mais aussi lors des jeux physiques et des tournois. Aussi Élisabeth s’inquiéta de voir le roi partir un dimanche en une petite résidence de chasse pour s’entraîner à la joute. Il avait fait venir ses chevaux et ses armes pour s’entraîner au combat et à « l’escarmouche » en guise de répétition au grand tournoi prévu pour le dimanche de carême suivant :

  • 56 González de Amezúa A., Isabel de Valois. Reina de España (1546-1568), Madrid, Gráficas Ultra, 1949, (...)

« […] lui faisant preparer un combat à pied, où tous les plus grands de ceste cour se doivent monstrer dimanche prochain en la cour du château, et distl’on que luy mesme en sera, aussy bien que de celuy de cheval, encores qu’il ne tienne pas à la Royne à le prescher, et souvent requérir de s’en déporter, crainte de quelque inconvénient56. »

  • 57 González de Amezúa A., op. cit., p. 140.

37Les craintes de la reine étaient justifiées, elle avait elle-même perdu son père lors du tournoi donné aux Tournelles à l’occasion de ses noces et plus récemment, un accident était survenu durant les répétitions, provoquant, d’après le récit d’Alvar Gómez de Castro, la mort du comte de Ceñete, fils de l’Infantado, après une chute de cheval57.

  • 58 Ibid., p. 184, AGS CSR, Obras y Bosques, leg. 52, fol. 37 et 67.
  • 59 Vivés J.-L., L’Institution de la femme chrétienne, tant en son enfance, comme en son mariage et vid (...)
  • 60 Ibid. ; p. 130.

38La puissance séductrice des corps qui s’exercent n’avait cependant pas le charme et la grâce de la beauté féminine sublimée par la danse et la musique. Dès son premier voyage par la Navarre et la Castille, la jeune reine avait charmé son entourage espagnol et la population par sa jeunesse, sa beauté et sa grâce. Elle sut conquérir la cour par sa vitalité et ses caprices. Les comptes de sa maison, conservés à Simancas, gardent la trace des frais alors occasionnés pour des réjouissances, dont certains détails révèlent des entorses faites au cérémonial pour une pleine liberté des corps. Par exemple, en avril 1560, la reine voulut donner un banquet sur une petite île du Tage, au pied de Tolède, sans doute pour égayer ses mornes journées dans cette cité qu’elle jugeait austère. Elle fit construire un pont en bois pour accéder à cette île et organisa un banquet pour réjouir ses proches, c’est-à-dire les nombreuses dames de sa suite, le prince don Carlos, don Juan d’Autriche et doña Juana. Le repas fut abondamment arrosé et les réjouissances furent telles qu’il fallut rembourser la table du banquet à son propriétaire tant elle avait souffert des extravagances de la compagnie58. Ce fut en raison de ces débordements que bien souvent la danse fut condamnée par les moralistes. Comme l’écrivait Juan Luis Vivés dans L’institution de la femme chrétienne, en 1523 [date de la dédicace], « la danse est la dernière compagnie qui suit les banquets excessifs, les lieux de plaisance et les delices : parquoy il faut bien dire que la danse est quasi le comble de tous vices59 ». Déjà en matière d’éducation et d’ornement, Élisabeth était loin d’avoir suivi les préceptes de l’humaniste puisqu’elle aimait lire les romans de chevalerie et s’entortiller les cheveux. Malgré les leçons de maintien prodiguées par la danse, Vivés doutait fortement de sa vertu en observant les nouvelles danses, sans doute venues d’Italie, qui lui semblaient toutes « amorce de lubricité, plaine d’attouchemens et baisers impudiques ». La danse était une menace pour l’âme et la raison puisque de toute évidence elle suscitait la luxure et provoquait la folie tant « il est vraye que tout leur sens leur est tombé du cerveau aux pieds, car là il est plus necessaire quand on danse, que non pas au cerveau ou au cœur60 ».

  • 61 La Ferrière H. de, Lettres de Catherine de Médicis, Paris, Imprimerie nationale, 1880, t. 1, p. 17 (...)
  • 62 Ibid.
  • 63 Paris L., op. cit., p. 461 : Lette d’Élisabeth à Catherine de Médicis, le 29 août 1560.
  • 64 Ibid., p. 462 : Lettre d’Élisabeth à L’Aubespine le 29 août 1560.
  • 65 Fuenllana M. de, Libro de musica para vihuela, intitulado Orphenica Lyra. En el qual se contienen m (...)

39À Madrid, où la cour prit ses appartements, la reine poursuivit son œuvre de séduction avec une insouciance qu’elle ne dut qu’à la spontanéité mal refrénée de son jeune âge. Ainsi elle ne modéra pas son goût pour la danse qu’elle pratiquait seule dans sa chambre ou dans celle de sa belle-sœur, juste en compagnie de ses musiciens, et parfois une heure durant avec doña Juana, qui lui servait de cavalier sous le regard complaisant du roi. Mais elle dansa le plus souvent en compagnie de ses dames, sans former de cour autour d’elle61. Une joyeuse société féminine s’adonnait ainsi à la danse et à la musique, doña Juana allant jusqu’à chanter quelques airs qu’elle accompagnait de sa viole62. Élisabeth aimait la compagnie des musiciens au point de toujours chercher à les favoriser. En août 1560, elle écrivit à sa mère et à son ambassadeur pour obtenir grâce pour un de ses musiciens, Francisque, un joueur de luth. Le musicien venait de la cour de sa tante, Marguerite de Savoie et elle l’avait retenu à son service. Or le jeune homme avait dû commettre quelque délit en France où il était l’objet d’une condamnation, lui interdisant tout retour possible. Prenant sa défense, Élisabeth implorait qu’on lui pardonnât un crime qu’il avait commis au nom de l’amitié, ce qui était tout à son honneur. Elle suppliait donc sa mère « pour l’amour de moy, le favoriser63 », chargeant L’Aubespine d’appuyer sa requête pour que son musicien pût « aller et demeurer par delà sans aulcun dangier de sa personne64 ». La musique était un élément essentiel dans ces divertissements. La reine entretenait six joueurs de viole et un joueur de vielle, remplacé par la suite par un joueur de flûte. Ces musiciens étaient placés sous la direction de Miguel de Fuenllana, auteur, quelques années plus tôt, d’un livre de musique pour viole65. Il officiait au divertissement musical de la reine et de ses dames, faisant interpréter des romances, des villancicos, des madrigaux et nombre important de petites compositions de son cru.

  • 66 González de Amezúa A., Isabel de Valois, op. cit., p. 231, AGS, CSR, Obras y Bosques, leg. 52.
  • 67 AGS, CSR, leg. 398, no 5, fol. 350 r° : Juan Manrique donne ordre à Francisco de Villalpando de pa (...)
  • 68 González de Amezúa A., op. cit., p. 236-247, Las invenciones que sacaron la rreyna y la princesa añ (...)
  • 69 Franko M., La Danse comme texte. Idéologies du corps baroque, Paris, Kargo et l’éclat, 2005, p. 49.
  • 70 Quintilien, L’Institution oratoire, Livre IX, Paris, Les Belles Lettres, 1978.

40En grande ordonnatrice de la cour, la jeune reine fut efficace, malgré ses quatorze ans. Ses goûts personnels assurèrent son succès et elle divertit la cour par des airs de danses mais aussi par des comédies qu’elle affectionnait particulièrement. Lope de Rueda fut régulièrement appointé entre octobre 1561 et mars 1563 pour des comédies qu’il fit représenter à l’Alcazar66. La cour se divertit aussi du spectacle de funambules et des mascarades que la reine affectionnait par-dessus tout. Le jour des Rois de 1565, la reine et la princesse organisèrent une grande mascarade dont le décor avait été tracé par deux sculpteurs italiens, Juan Antonio Sormano et Juan Bautista Bonamone, et un peintre espagnol, Antonio de la Viña67. Le décor était conçu pour un patio de l’Alcazar ou à découvert dans le palais du Pardo. Le programme comportait onze tableaux évoquant des scènes des romans de chevalerie68. La première invention, celle de la princesse, comptait huit Portugais, commandeurs de l’ordre du Christ, au pied d’une courtine abritée d’un dais où se trouvaient quatre dames et quatre femmes de chambre, vêtues à la portugaise portant des couronnes de fleurs qui se mirent à chanter et à danser lorsque la reine et sa cour firent leur entrée. L’invention suivante, celle de la reine, représentait huit sauvages enchaînés au cou par huit nymphes. La seconde invention de la princesse était consacrée aux mères des disciplines tandis la seconde de la reine consistait en un ballet de huit montagnardes. Six autres inventions se joignirent aux précédentes représentant des colonnes antiques, un château avec sa barbacane, la roue de Fortune, un bois enchanteur, des serpents ailés crachant du feu, ou encore un château de feuillage rappelant les dieux et les nymphes mais aussi les satyres. L’omniprésence du végétal formait le décor de sujets d’inspiration très variée, empruntant à la mythologie et au chevaleresque comme dans beaucoup de fêtes courtisanes de l’époque. Le livret de cette mascarade ne rend pas compte des pas de danse et se contente de décrire les différents tableaux de tous ces corps érigés en métaphore. La danse alors pratiquée était le plus souvent géométrique, comme la basse danse et le branle, précurseurs du ballet, assimilant « les figures collectives à un simulacre de langage69 ». La danse et les masques produisaient du sens selon une rhétorique du corps, déjà commentée par Quintilien dans l’art oratoire, pour évoquer une harmonie cosmique et le changement70.

  • 71 Paris L., op. cit., p. 271 : Lettre de L’Aubespine au roi, le 23 février 1560.

41Lors de ces divertissements, les corps s’exerçaient avec force, avec une violence plus ou moins contenue, sous contrôle avec la danse mais libérée à la chasse ou dans les tournois. Publics, ou semi privés dans la chambre de la reine, ces divertissements relevaient plus ou moins de l’enjeu de la représentation, intérieure et extérieure. Les corps pouvaient certes s’adonner à un mouvement plus libre mais ils n’en restaient pas moins tendus et cette tension les faisait exulter. La chasse et le tournoi mettaient le corps en danger et, par l’exercice physique, donnaient une autre contenance que celle de la retenue, exprimant plutôt la puissance de même que la danse permettait au corps de suer, comme Élisabeth dansant jusqu’à en perdre le souffle et le visage empourpré par l’exercice71. De cette privauté possible à la privauté acquise du couple, les espaces jouèrent un rôle fondamental. Les résidences royales furent le cadre des représentations et des privautés mais toutes n’étaient pas destinées à remplir la même fonction.

Les espaces d’une privauté possible

  • 72 Checa F. et Morán Turina M., Las casas del rey. Casas de campo, cazaderos y jardines, siglos XVI y (...)
  • 73 Checa F., Felipe II. Mecenas de las Artes, Madrid, Nerea, 1992, p. 61.
  • 74 Puerto J., La leyenda verde. Naturaleza, sanidad y ciencia en la corte de Felipe II (1527-1598), Sa (...)
  • 75 Tercero M., « Valsaín : un real sitio flamenco en el Bosque de Segovia », in Reales Sitios, XXII, 8 (...)
  • 76 Martín Gonzalez J. J., « El Palacio de El Pardo en el siglo XVI », in Boletín del Seminario de Arte (...)

42Le chapitre sur le cérémonial fut l’occasion de présenter le palais de Madrid comme un espace de représentation privilégié du roi, un espace s’adaptant aux contraintes du cérémonial tout en répondant au goût du roi. Ce palais était une résidence au sens d’une demeure dévouée au service de la monarchie, tandis que d’autres palais avaient surtout pour vocation de détendre le roi, avec leurs jardins élaborés et leurs aménagements ludiques72. Le goût de Philippe II pour les palais de campagne viendrait de ses séjours en Angleterre et aux Pays-Bas73. Lors de son voyage jusqu’aux Pays-Bas entre 1548 et 1551, Philippe avait pu admirer les palais italiens et fut impressionné par l’aménagement intérieur, « labyrinthique » du Palais de Té du duc de Mantoue. Il fut charmé par les jardins de Heidelberg et fut conquis par le palais de Bruxelles74. De retour en Espagne en 1559, ses priorités furent Valsaín et le Bois de Ségovie75, réputé pour son territoire de chasse. Le Pardo et Valsaín étaient des sites exceptionnels de chasse tandis que la Casa del Campo et Aranjuez étaient des résidences agrestes appréciées pour leur fraîcheur. Le palais de Valsaín était une construction remontant aux Trastamare, que Charles Quint avait transformée en pavillon de chasse et les premiers travaux avaient débuté à la fin des années 1540, sous la direction de Luis et Gaspar de Vega. L’ensemble, asymétrique, formait un « L » inversé, par juxtaposition de trois bâtiments désaxés et dissemblables. Le plus ancien conservait son caractère médiéval par le plan carré et le maintien des tours. Le site avait beaucoup de charme avec ses bois regorgeant de gibiers et la reine Élisabeth se plaisait à y séjourner pour quitter l’austère Alcazar de Tolède. Le palais du Pardo76, situé à quinze kilomètres au Nord de Madrid, sur les contreforts de la Guadarrama, offrait aussi de nombreuses possibilités de détente et d’agréments avec son parc de quinze mille hectares.

43Luis de Vega aménagea cet autre pavillon de chasse des Trastamare, en même temps qu’il entreprenait de réaménager l’Alcazar de Tolède, d’où de grandes similitudes. Décrit par Argote de Molina, le Pardo était une résidence de loisir, plantée au milieu d’un bois de saules et de peupliers, le long du Manzanarés qui entre, à ce niveau, dans le Xarama sur lequel est jeté un pont de bois que l’on aperçoit depuis la maison. À mi-chemin entre le palais de représentation et le palais d’agrément, le Pardo représentait le type d’architecture royale de l’époque. Le cadre était austère mais sans trop avec un emploi modéré de granit dans l’encadrement des fenêtres, des portes et aux angles de l’édifice tandis que les murs de brique étaient recouverts à la chaux. Les corridors intérieurs s’ouvraient sur un patio et en 1562, Philippe II fit supprimer les enfilades de pièces pour créer deux galeries dont celle, au Sud, qui fut la fameuse galerie de portraits. On entrait dans la maison par deux ponts de pierre, accédant à une grande porte ornementée d’une horloge à trois cloches sonnant tous les quarts d’heures. De même que deux cadrans peints en façade indiquaient l’heure du soleil et celle des planètes. Les officiers de la Maison étaient au rez-de-chaussée tandis que le roi occupait l’étage élevé où, dans la première salle, se trouvaient de nombreux tableaux, dont celui du Titien représentant Jupiter en satyre contemplant Antiope, mais aussi des œuvres d’Anthonis Mor, et de Jérôme Bosch. Un couloir partait de cette salle et offrait une vue imprenable sur le bois et ses innombrables occupants, gibiers et volatiles. Ce couloir était entièrement recouvert de toiles peintes par Antonio de las Viñas, peintre paysagiste flamand. Une succession d’appartements longeait ce corridor en enfilade : un premier appartement donnait accès à la galerie de portraits, puis au-delà à l’appartement des rois, puis enfin l’appartement de la première dame.

  • 77 Checa F., Felipe II… op. cit., p. 69.

44Ces deux palais, Valsaín et Pardo, avaient été modifiés sur les ordres de Philippe II durant son séjour aux Pays-Bas. Le futur roi était alors très largement influencé par l’esthétique des palais flamands. Au moment même des travaux effectués au Pardo, les palais de Binche et de Mariemont étaient en œuvre sous la direction de l’architecte Jacques Dubroeucq, et sous l’impulsion de Charles Quint et de Marie de Hongrie77. Différente des implications française et flamande en architecture, l’influence italienne donna également lieu à des retraites champêtres originales. La Casa del Campo, en face de l’Alcazar de Madrid, en est l’exemple le plus représentatif. Cette résidence n’avait rien de commun avec les palais espagnols. L’absence de patio, de corridors et de galeries lui ôtant toute solennité, faisait tout l’insolite de cet édifice.

  • 78 Checa F., Pintura y escultura del Renacimiento en España. 1450-1600, Madrid, 1983, p. 378.
  • 79 Puerto J., op. cit., p. 369.
  • 80 Lhermite J., Le Passetemps, Anvers, E. Ouverleaux et J. Petit, 1896, vol. II, p. 103.

45Le palais d’Aranjuez enfin, situé à une cinquantaine de kilomètres au Sud de Madrid, fut l’œuvre de Juan Bautista de Toledo, qui, formé en Italie, transposa des lignes régulières et symétriques. Ce site royal était entièrement voué à la nature, mais une nature presque artificielle où les cours d’eau étaient détournés pour accompagner la grande allée de peupliers et fragmenter le domaine, nécessitant une multitude de petits ponts. La conception maniériste du jardin d’Aranjuez correspondait au goût du roi et de la cour pour la culture naturaliste italienne78. L’aménagement fut pourtant dirigé par un Flamand, ancien maître de chambre de Marie de Hongrie, Rugel Patie. Il supervisa, au moins jusqu’en 1562, le travail de huit jardiniers flamands envoyés par Granvelle. Une autre équipe était chargée de l’aménagement et des plantations, il s’agissait de cinq Français envoyés par Catherine de Médicis sous la direction d’Étienne Rovier79. Dans ce parc ressemblant à un labyrinthe, une vaste allée de « trois mille pas » passait par une grande place aménagée pour les jeux de combats. Au-delà, la grande allée changeait de direction après le passage d’un pont pour aboutir à une autre grande cour carrée où se trouvait le palais. Le logis était petit et la cour désespérait souvent de devoir aller s’y loger. Contrairement au palais madrilène où les appartements royaux étaient en hauteur, à Aranjuez, le roi occupait une partie du rez-de-chaussée, et sa chambre donnait sur une grande place pavée plantée de grands et vieux ormes. La place en terrasse se terminait par un pont jeté sur une île qui n’était pas encore aménagée, attendant un jardinier français commis par Catherine de Médicis pour en faire le jardin du roi. Ce jardin fut, par sa conception, le moins maniériste, au contraire du jardin de curiosités de la Casa del Campo, avec son labyrinthe, ses fontaines et ses programmes mythologiques, mettant en mouvement une mécanique ludique de la promenade qui nécessitait un entretien très coûteux. En 1598, cet Eden avait des allures d’arche de Noé en faisant cohabiter les animaux sauvages de la chasse avec une ménagerie exotique de quarante chameaux, cinq ou six autruches, des oiseaux rares et plus de quatre cents paons80. Les jardins royaux espagnols ne manquaient pas de jouer avec la valeur symbolique des dieux de la mythologie, ainsi qu’avec les artifices hydrauliques.

  • 81 Checa F., « El arte islámico y la imagen de la naturaleza en la España del siglo XVI », in Fragment (...)

46Ces résidences consacrées à l’intimité du roi étaient immergées dans un cadre pastoral tout en maîtrisant la nature alentour par des artifices d’aménagement. Ludique et représentatif, le jardin déliait le corps du roi de son lieu de pouvoir qu’est la ville. Vers la fin du siècle, Jehan Lhermite, valet de chambre de Philippe II, avait décrit Aranjuez dans son Passetemps comme un lieu plaisant, par la présence de cours d’eau, d’une nature abondante qui l’apparentait à un « paradis terrestre » et de la multitude de lapins. Le palais était surtout fréquenté en mai et en avril pour la chasse aux loups et aux renards. Le palais d’agrément était le lieu privilégié de l’intimité et du retrait, opposant « intérieur » et « extérieur », le propre et le sale. Fernando Checa a mis en lumière l’influence du monde islamique, reprenant l’exigence coranique du soin et de la propreté dans la demeure, en opposition au tumulte urbain81. Le concept musulman de paradis se serait apparenté à celui du retrait dans la villa romaine, qui survécut à la Renaissance à travers la notion de retrait spirituel. En cela, la « maison de campagne » espagnole était liée à la notion de retrait « anti-urbain » et aurait pris un sens philosophique dans l’entourage érasmisant de Charles Quint.

L’apparence de l’amour

Une reine entourée d’affection

  • 82 BnF, ms fr. 6614 : Lettre de L’Aubespine du 9 février 1561.

47En février 1561, L’Aubespine écrivait à Catherine que sa fille recevait avec joie ses lettres pour le plaisir qu’elle avait de lire les mots tendres de sa mère. L’ambassadeur, très proche de la jeune reine, la louait sans cesse pour toutes ces « amytiés » qu’elle méritait « asseurement autant que dame du monde continuans son mary et tout le pais a la gouster et son bon naturel de plus en plus82 ». Le caractère affable de la reine, son « bon naturel », avait certes séduit son entourage et l’affection du roi ne fit aucun doute malgré une union convenue qui n’impliquait pas forcément de sentiments. Il est donc difficile de faire la part des choses entre marques d’affection et conventions matrimoniales rendues aussi publiques à l’échelle d’un couple royal. Élisabeth savait cependant se faire aimer et son départ de France n’avait pas laissé ses parents indifférents. Marie Stuart, pour commencer, qui avait tant partagé avec Élisabeth à la petite cour des Enfants, écrivit à Philippe II de bien l’accueillir comme « d’une personne qui l’ayme le plus du monde », réitérant les marques d’affection, tous ces « aimez-moi » qui avaient conclu ces courtes lettres latines six ans plus tôt. Marie Stuart ne voulait douter du nouveau bonheur d’Élisabeth d’avoir été désignée pour un si grand parti mais elle tenait aussi à exprimer sa profonde tristesse :

  • 83 La Ferrière H. de, Rapport sur les recherches faites à la Bibliothèque de Saint-Petersbourg, Paris, (...)

« Monsieur mon bon frère, si la reine, madame ma sœur, s’en alloit au lieu où je ne l’estimasse et contente qu’elle est, je ne pouvois tenir de plaindre et regretter infiniment sa presence et compagnie, pour la perte que je fais en mon particulier si grande que son semblable ne puis je recouvrer83… »

48Elle composa même un court sonnet sur les effets de cette tristesse, lui arrachant des pleurs qui ne sauraient alléger son cœur mais du moins le soulager. Ce fut comme si le départ de l’amie et de la fille avait déchaîné des plaintes élégiaques dont le plus bel exemple, non attesté malheureusement, serait ce sonnet de Catherine à sa fille.

  • 84 Crouzet D., Le Haut Cœur de Catherine de Médicis, Paris, Albin Michel, 2004.

49Denis Crouzet a su démontrer comment la reine mère fut une reine platonicienne qui gouverna par l’éloquence des mots pour dire l’amour qui doit présider aux choses du monde84. Dans son haut cœur plein d’Amour, elle l’imagina, cet Amour, venant la visiter en songe, plein de colère car Catherine a laissé partir sa fille Élisabeth sans même lui adresser un mot. Fautive de n’avoir su prendre la plume, cette reine éloquente conduit au mal qu’est le silence. La parole est nécessaire pour le rompre et soulager la peine de l’enfant qui est partie, et l’Amour de lui glisser dans l’oreille « ne cesse [d’écrire], jusques a ce que la pauvre princesse soit joint au bien que tant elle desire : Alors ta main reposera d’écrire ». Catherine s’éveille et réalise la piteuse réalité :

  • 85 Sonnet manuscrit indiqué sous une cote erronée de la BnF, par Walker Freer M., Elizabeth de Valois (...)

« Hélas ! Hélas ! hélas ! or, l’avons nous perdue
Car dessus nous ne tourne plus sa veue
Cette beauté qui nous embellissoit,
Cette vertu qui nous rejouissoit
Cette douceur, adoucissant nos fruits :
Or sommes nous sans elle toutes destruites85 ! »

  • 86 Paris L., op. cit., p. 707.

50Élisabeth passait pour la fille préférée d’Henri II et de Catherine de Médicis, « c’étoit sa bonne fille qu’elle aymoit par dessus touttes » comme l’écrivait Brantôme, et son bon naturel ne fut pas étranger au charme qu’elle exerça sur son proche entourage, un charme sans malignité, celui d’une bonne fille aimante et obéissante86. Les témoignages de l’époque sont unanimes pour évoquer la tristesse de la voir quitter si jeune la cour de ses parents, avec ce sentiment de la livrer au roi d’Espagne pour son malheur. Suscitant le respect et l’affection, dès ce plus jeune âge, elle accéda d’autant plus facilement à la stature de Dame de la Paix et à Bayonne, ce fut comme si son corps joua pleinement le rôle de pacificateur.

  • 87 Ibid., p. 703.

51La reine gagna donc l’affection du roi et de ses sujets et elle s’en montra la première satisfaite, écrivant à sa mère, un an après son arrivée, en janvier 1561 : « Je vous diré que je suis la plus heureuse fame du monde ; et je ne tiens cet heur que de vous », pour le contentement qu’elle eut de voir le roi si bien remplir son « office de bon mary », en la veillant sans la quitter tant qu’elle avait de la fièvre. La reine semblait certaine de plaire au roi, à l’affût des moindres marques d’affection comme ces allées et venues pour la visiter alors qu’il s’était rendu à Tolède depuis son rétablissement et lui avait fait savoir son impatience de la voir à ses côtés87. La première marque d’affection du roi était son assiduité qui était aussi son devoir. Dès les premières maladies de la reine, celui-ci ne manqua pas de l’assister continuellement.

  • 88 BnF, ms fr. 15 875, fol. 436 r° : Lettre inédite de Claude de Vauperge, qui est sans doute à l’ori (...)

52Une autre lettre de Claude de Vauperge, datée sans doute du 28 novembre 1562, rend compte de la vie du couple avec le désir de rassurer Catherine de Médicis, voire de la ravir par la description d’un tableau charmant et idyllique88. La dame confie à la reine mère tous ses espoirs de voir la reine être bientôt « grosse » et que les assiduités du roi ne manquent pas. En effet, il couche ordinairement avec elle quand il n’est pas malade, mais ne la voit guère le jour. À Madrid ou à l’Escorial, le roi, selon les dires de la dame, travaille et ne s’octroie que très peu de temps libre « suivant la costume des roys d’ici ». De son côté, la reine « passe son temps a danser, a lire, et peindre fort sagement ». C’était donc souvent avec empressement qu’elle quittait le palais madrilène pour Aranjuez où elle pouvait espérer voir le roi tous les jours et chasser avec lui. Les propos de la Dame exultent à vouloir se persuader que ces deux corps royaux sont beaux, sont jeunes comme des corps olympiens et que l’alchimie ne peut que se produire entre eux. Elle insiste sur la vitalité de la reine, sa bonne « complexion », et qu’elle trouve le roi lui aussi plein de vitalité au point de paraître plus jeune, si bien qu’elle ne lui donnerait pas plus de vingt-cinq ans. Pour finir, elle faisait allusion à l’accident de don Carlos à Alcalá de Henares qui l’avait mis en de telles extrémités que la reine lui avait, selon son devoir et son affection, écrit une lettre que le prince avait précieusement conservée dans sa table de chevet durant sa convalescence. Cette lettre nous plonge dans l’intrigue du drame de Don Carlos de l’abbé de Saint-Réal qui imagina les mêmes circonstances – la maladie et la lettre – pour penser l’écheveau de leur perte. Aux dires du prince, rapportés par la Dame, cette lettre lui avait en effet redonné vie par son amitié extrême envers la reine.

La privauté acquise des corps

53La cour n’était pas aussi austère que la légende l’a établie et la reine avait la liberté de se promener au mépris de l’étiquette. L’intimité des corps était donc possible mais les témoignages sont rares car ils relèvent le plus souvent du regard réifiant le corps. Bien différent est le journal de la reine établi par Madame de Clermont et envoyé à Catherine de Médicis. Il offre un regard sur l’intérieur. Les enjeux de la représentation se dissipent et Élisabeth apparaît davantage comme une personne intime.

  • 89 Elias N., La Civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy, 1973 (1969), chap. IV.

54En mai 1560, la reine se trouvait à Aranjuez, et d’après le récit retranscrit dans le Journal de Madame de Clermont, la reine s’étant levée tôt et vite apprêtée, sortit faire un tour dans les jardins en compagnie, étiquette oblige, du comte d’Albe de Liste. Arrivés sur le pont de la terrasse du roi, ils rencontrèrent doña Juana qui était venue profiter également de la fraîcheur du matin. Se promenant par l’allée principale, ils rencontrèrent sur un des petits ponts, un homme monté sur un âne, chargé de pâtés de poisson. L’odeur les ayant mis en appétit, la petite troupe en fit son petit-déjeuner et tous burent ensuite l’eau fraîche d’un ruisseau. La promenade se poursuivit sur une charrette à travers le bois jusqu’à une plaine où paissaient un troupeau de vaches et des chèvres dont ils firent collation du lait se servant du propre chapeau de la princesse pour boire et y tremper chacun leur pain, ce qui va à l’encontre des convenances prônées par Érasme ou par tant de traités de courtoisie sur l’art de se tenir à table89. La matinée champêtre se termina à dos d’ânes et lorsque le fier équipage arriva au pavillon de chasse du roi, celui-ci reçut avec indulgence ce charmant désordre. Les jours suivants furent marqués de semblables promenades champêtres avec ou sans le roi qui n’hésitait pas à rejoindre ces dames, une fois ses affaires réglées. Le journal de Madame de Clermont est un précieux témoignage de la légèreté qui régnait dans les résidences agrestes du roi, comme celle d’Aranjuez. Reconstituant une journée classique de Philippe II et d’Élisabeth, il s’ensuit distractions, repos et affaires d’État si nécessaire.

  • 90 La Ferrière H. de, Journal… op. cit., p. 114.
  • 91 Ibid., p. 109.

55Le lever de ces astres royaux se faisait vers huit heures, suivi de l’habillage de la reine qui chaque jour changeait de robe. La journée commençait par la messe vers neuf heures et après déjeuner, la reine se distrayait par des jeux et des danses avec sa belle-sœur et ses dames, jusque vers quatre heures de l’après-midi. Tous les jours ou presque, la jeune reine ne faisait « aultre-chose que jouer, accoustrer son cabinet et faire des confitures ». Le roi, pendant ce temps, accomplissait une sieste rituelle, « pource qu’il dort la plupart du temps apres disner » avant de s’occuper de ses papiers90. Dans le palais madrilène, moins propice aux promenades champêtres, la reine recevait parfois en sa chambre l’ambassadeur de France ou d’autres visiteurs pendant une heure et après avoir soupé souvent seule, elle pratiquait fréquemment la danse avec ses dames en son alcôve, qui servait de garde-robe, et allait ensuite dans son cabinet pour jouer. Il arrivait cependant que la reine et la princesse sortissent du palais pour se promener le soir en coche et rester souper en une petite maison de plaisance hors de la ville. Le roi se chargeait alors de pourvoir aux besoins de ces dames, fournissant viandes et fruits pour le souper. Un soir en particulier, Élisabeth, doña Juana et quelques-unes de ses dames soupèrent en dehors de la ville et plutôt que de faire dresser une table, la reine préféra « mettre le couvert à mesme terre » pour profiter de la fraîcheur91. Le 11 mai 1560, tandis que le roi a quitté l’Alcazar de Madrid pour Aranjuez, Élisabeth se rend incontinent, certainement accompagnée de sa dame et du comte, dans des jardins hors la ville, pour s’y promener et ensuite déjeuner avec la princesse qui l’avait rejointe vers dix heures. Les promenades, volées au protocole ou presque, rendaient la reine à sa nature profonde. Avec nonchalance ou avec empressement, elle devait pleinement profiter de ces moments anonymes. La journée s’était passée en jeux, de martres en l’occurrence et en une promenade le long de la rivière jusqu’à un château en ruine traversé par le cours d’eau, où, disait-on, une princesse maure prenait jadis ses bains. Elles profitèrent de la fraîcheur des lieux pour souper le soir et rentrer vers dix heures au palais. Il est aisé d’imaginer combien la nouvelle étiquette imposée par le roi en août 1563 fut pénible pour la reine dont la jeunesse se plaisait à l’évasion.

56À Aranjuez, toujours en ce printemps 1560, la dame de Clermont fit état encore d’une plus grande intimité dans le cercle familial. Après le retour de la reine et de la princesse de leur promenade dans les jardins d’Aranjuez, Élisabeth se rendit, sans protocole, dans la salle du roi où ce dernier dînait et qu’elle devait être impatiente de retrouver seule sans sa suite. Après une brève conversation durant laquelle la reine lui compta sans doute par le menu sa journée avec doña Juana, le roi laissa là son déjeuner et accompagna la reine pour partager le sien dans une galerie située près de sa chambre qui donnait également sur la terrasse du roi. Le repas achevé dans la plus simple intimité, le couple royal se divertit avec le prince don Carlos et don Juan d’Autriche, lesquels sur la terrasse, s’exerçaient à l’arbalète avec le roi. Laissant ces jeunes compagnons, Philippe II se retira ensuite dans sa chambre pour lire, travailler ou dormir un peu avant de rejoindre, avec la fraîcheur, sa sœur et son épouse pour une promenade, lui à cheval, et elles en coche. De retour, le roi soupa seul et se coucha, comme à son accoutumée bien après minuit. La simplicité du récit révèle une spontanéité des faits et gestes du roi et de la reine bien éloignée de la représentation élaborée de leur majesté, bien éloignée en fait de leur propre mythe. Les corps ne sont plus tendus par les règles de la représentation mais ils s’abandonnent. Le temps consacré aux divertissements et au repos était un temps lent s’égrenant au fil de la journée, si éloigné de l’image du temps du roi paperassier et pressé par le devoir de gouvernement, ce roi prudent qui élabora sa propre légende par le temps consacré aux affaires de ses royaumes et que l’horloge de son retrete à l’Escorial rappelle encore.

57Les mois suivants se passèrent à l’Alcazar de Tolède, qui devint l’endroit le plus effroyable du monde pour la jeune reine qui dut y passer l’un des hivers les plus rudes. Enfin, en mai 1561, par une décision confirmée au Conseil, la cour quitta Tolède pour Madrid qui devint dès lors la capitale politique des possessions espagnoles. Les résidences agrestes du roi servaient de cadre à l’intimité du couple et aux moments de liberté de la reine. En revanche, le palais madrilène soumettait davantage les corps royaux à l’étiquette dans un espace encombré de courtisans, pressés de rejoindre le roi ou la reine. Surtout, l’architecture intérieure du palais permettait d’exercer un contrôle sur la maison d’Élisabeth, tant sur son appartement que sur les chambres des Dames et des filles de sa suite, comme si la Maison en tant qu’institution était aussi un ensemble architectural homogène. À partir de 1563 et pour un temps non précisé faute d’informations supplémentaires, le roi transforma la Maison en retraite, limitant le nombre des Dames dans la suite de la reine, limitant à deux, les heures de divertissement dans sa chambre, restreignant les visites et exigeant la fermeture après dix heures.

  • 92 Alberi E., op. cit., série I, vol. 5, p. 118, par Giovanni Soranzo : « Nel tempo di tutta la sua ma (...)

58Les contraintes imposées à la reine ne doivent pas occulter les attentions du roi en remplissant son office de bon mari. Durant les maladies de la reine, comme la fausse couche d’août 1564 qui faillit lui coûter la vie, le roi s’était montré très attentif, lui faisant « moult caresses, la visitant souvent durant la journée, et procédant avec elle bien amoureusement92 ». Il s’agissait bien, pour le roi, de remplir son office de mari soucieux de la santé de son épouse, garantissant de tous ses soins son prompt rétablissement, ne serait-ce que vis-à-vis du parti français qui rendait compte régulièrement à la reine mère. Une autre dimension s’ajoute au caractère politique des attentions du roi, celle d’une culture chevaleresque de l’amour. Dans l’Amadis de Gaule comme dans tant d’autres romans de chevalerie, l’amour est la fin même de l’aventure qui initie le héros. Il devient un vir virtutis grâce à l’amour qui le rend loyal. L’amour, même érotique, des romans de chevalerie récompensait le héros en vertus de loyauté, fidélité, dévouement, courage, etc. Les sentiments amoureux du roi, dans une culture de cour encore chevaleresque, devaient révéler le héros. Il ne pouvait manifester du désamour pour sa reine et devait feindre de toujours l’apprécier.

  • 93 Paris L., op. cit., p. 718.
  • 94 De Saint-Sulpice à Catherine de Médicis de M, Ségovie, 9 septembre 1565, BnF, ms fr., no 3163, fol (...)

59Contrairement aux ambassadeurs portugais et italiens, les témoins français perçurent d’une façon plus intime les relations du couple. Les moments d’intimité ravissaient la jeune reine car ils leur apparaissaient comme autant de marques d’affection de la part du roi. Dès l’automne 1560, au moment de la délicate affaire des Dames de la reine qui avait mis sa réputation en péril, le roi avait démontré publiquement à la cour que l’incident n’entamait en rien sa considération pour la reine. Madame de Clermont racontait ainsi à la reine mère combien elle avait été satisfaite d’une entrevue assez romanesque du couple93. Élisabeth désirait entretenir le roi de Madame de Clermont et le supplia « qu’elle luy dît ung mot » en privé dans sa chambre ou dans la sienne. Le roi lui proposa de la retrouver, seul, en un petit cabinet où il se rendit accompagné finalement du prince d’Éboli, plutôt favorable aux Françaises. La délicatesse du roi n’échappa ni à la reine ni à la comtesse qui fut charmée des suites du court entretien de la reine et du roi, lorsque ce dernier lui signifia « qu’il estoit bien esse que je fus aupres de la raine, et m’estimoit mervelleusement ». Les occasions de démontrer l’intimité du couple ne manquèrent pas lors de ces entrevues et surtout dans les moments de récréation du roi, pour des promenades ou des parties de chasse dans leurs résidences agrestes : « Leurs Majestés sortent chascun jour a la chasse, laquelle ne fault qu’aillent chercher loing du logis, et se promenent les soirs ensemble au jardin et autres lieux fraiz et de passe-temps qui son dans le parc de sorte qu’ils y vivent en plaisir et bonne santé94. » Séduire le roi était un enjeu important pour la reine si elle voulait jouir de sa compagnie et de ses attentions. Pour cela elle devait perdre de l’enfant et gagner en maturité.

L’amitié du roi

  • 95 BnF, ms fr. 6614, fol. 99 r° : Lettre non datée de L’Aubespine à Catherine de Médicis.
  • 96 BnF, ms fr. 3 902, fol. 86 v° : Lettre de Claude de Vauperge à Catherine de Médicis, septembre 156 (...)

60Les ambassadeurs guettaient alors les signes tangibles de son autorité naissante qui devait lui permettre de peser davantage. L’Aubespine notait déjà en février 1561, tandis que l’affaire des Dames trouvait une solution avec le renvoi de Madame de Clermont, que la reine se faisait « fort femme » et qu’elle commençait à « acquerir peu a peu lauthorite ». Devenir une femme et acquérir de l’autorité semblaient alors être deux conditions pour remplir son devoir d’enfanter, comme le soulignait encore L’Aubespine dans une autre lettre à Catherine de Médicis, datant du printemps 1561 : « Ce portant la Royne fort bien croissant en autorite et vertu desirant par vos ordinaires lettres il vos plaise lenhardir a ce quelle se rende pres son mary en la privaulte et hardiesse quelle commance fort bien dempietter depuis le partement de nos Dames de pardeca95 […]. » Le départ des Dames acheva l’apprentissage de la reine même si elle semblait avoir encore besoin des conseils de sa mère pour l’enhardir auprès de son royal époux. Parvenant à ses quinze ans, Élisabeth était prête à remplir pleinement son devoir d’épouse. Claude de Vauperge fut toujours soucieuse de valoriser la reine en démontrant par de multiples détails l’ascendant qu’elle avait pris sur le roi. En septembre 1561, Élisabeth se plaignait déjà de ne pas le voir suffisamment mais celui-ci s’était racheté, aux yeux de la dame de Vineux, en augmentant les rentes de la reine de deux mille écus. Si, aux yeux de la dame, le roi semblait soumis à la reine et à ses caprices, la reine se montrait impatiente de lui témoigner son affection et avait donc prévu, à cette date, d’offrir au roi une montre qui sonne96.

  • 97 BnF, ms fr., 16 985, fol. 86-87 : Lettre de L’Aubespine à la reine-mère Catherine de Médicis en ma (...)
  • 98 BnF, ms fr. 3163 ; Lettre de Saint Sulpice à Catherine de Médicis, le 9 décembre 1564 : « La santé (...)

61La question de la privauté du roi et de la reine fut souvent soulevée par les témoins comme une marque d’amitié. L’entourage français se réjouissait d’ailleurs de cette belle amitié qui était le gage de bonnes relations avec la couronne de France. L’association des termes privauté/amitié revient très fréquemment dans la correspondance de l’ambassadeur Jean Ébrard entre 1564 et 1565. Ce fut une période durant laquelle Élisabeth sembla effectivement gagner en autorité. Ce dont témoigne L’Aubespine lorsque la reine, par un insigne honneur témoignant de la confiance du mari, fut invitée à discuter des affaires du royaume : « La Royne, Madame, croist de jour à autre en l’amitié et privauté de son mary, car il commence fort à luy communiquer de les plus grands et importants affaires, n’estant pas croyable du contentement que la dite Dame a de se voir de jour à autre en plus d’authorité et de reputation97. » Avec le temps, Élisabeth confirma cette autorité, certes relative, qui lui permettait d’entrer dans la privauté du roi mais celle-ci concernait moins les affaires politiques que les moments récréatifs. La reine, si elle ne compta pas politiquement, eut la consolation au moins de plaire au roi en lui offrant d’agréables parenthèses. Après la fausse couche d’août 1564 qui avait menacé ses jours, la reine avait été particulièrement bien choyée par le roi, la visitant tous les jours ou presque pendant deux heures, pour l’entretenir de sa santé sans doute ou pour s’échapper avec elle jusqu’à son cabinet de curiosité. Saint-Sulpice mettait cela sur le compte de « la privaulté et grande amytié que le Roy continue à luy monstrer98 ».

  • 99 Idem, Ségovie, 11 août 1565, fol. 99 v° : « Et cependant, je puis vous assuerer, Madame, que la Ro (...)
  • 100 Bouza F. (éd.), Cartas de Felipe II a sus hijas, Madrid, 1999.

62Élisabeth confirma donc son « autorité » surtout après Bayonne, pour des raisons multiples liées à la maturité acquise par la reine, les enjeux diplomatiques et surtout l’affection grandissante du roi, dont la reine ne pouvait douter et qui se faisait si évidente que l’ambasadeur Fourquevaux en rendait fréquemment compte à la reine mère, évoquant le grand contentement de la reine devant « la perfection d’amitié » que le roi lui témoignait de plus en plus quotidiennement par de « gracieuses familiarites ». La reine était comblée, car elle se sentait sincèrement aimée et que cette faveur royale la faisait hautement estimée à la cour, « sans qu’ung chascun pour ce regard ne luy en porte beaucoup de respect99 ». Le roi donna la preuve de son affection lorsque Élisabeth mourut et sa profonde et sincère affliction se vit jusque dans ce portrait de Sofonisba Anguissola, qui allait imposer le genre pénitent dans le portrait royal. Le roi apparaissait vieilli et austère, tout de noir vêtu. Le portrait témoigne d’une souffrance partagée entre le roi et la peintre qui avait été l’amie de la reine. Par la suite, l’affection du roi ne se démentit pas puiqu’elle survivait à travers ses deux filles, envers lesquelles il s’était révélé un père intime100.

  • 101 La Ferrière H. de, Rapport… op. cit., p. 16 : Extrait non datée d’une lettre de François II à Phili (...)

63Si l’amitié pouvait être de l’amour, dans les limites de ce que peut donner un roi, c’est-à-dire beaucoup sauf lui-même, elle n’en demeurait pas moins le caractère d’une relation réglée par les enjeux politiques. L’amitié favorisait la privauté mais elle exigeait aussi l’obéissance. Ces termes faisaient partie d’un contrat tacite entre les deux Maisons selon une équation qui ne pouvait tolérer aucun écart au risque d’une désunion qui mettrait en péril la paix. François II, livrant sa sœur au roi d’Espagne, formulait son amitié à travers Élisabeth, qu’il lui recommandait comme gage et porteuse de cette amitié. L’amitié incorporée en la reine devenait ainsi le bien le plus cher du roi de France et il le priait de la recevoir comme telle et de « l’aimer pour l’amour de l’obeissance que vous trouverez en elle et de l’amitié que me portez », en échange de quoi, il serait toujours son obligé101.

  • 102 Forneron H., Histoire de Philippe II, T.1, Paris, Plon, 1881, p. 317 : « Ces détails [concernant sa (...)

64Élisabeth avait ainsi quitté sa Maison porteuse d’un enjeu qui la dépassait. Elle devait incarner la Paix pour la postérité mais au quotidien de son existence, elle fut le signifiant d’une amitié fragile et forcée quand elle-même espérait trouver de l’humanité dans les relations affectives avec le roi. Être reine et vouloir être femme, voilà qui fut sans doute une ambi tion impossible à réaliser pour la douce Élisabeth. Elle fut souvent joyeuse et ce fut d’ailleurs son charme mais il lui arrivait aussi de verser des larmes dans l’intimité de sa chambre. Henri Forneron, dans sa biographie de Philippe II, voulut en faire une victime de l’étiquette, il semblerait néanmoins que sa souffrance, certes mélancolique, fut avant tout celle de son corps de chair102.

Notes

1 Vigarello G., Histoire de la beauté. Le corps et l’art d’embellir de la Renaissance à nos jours, Paris, Le Seuil, 2004, p. 34.

2 Maisonneuve J. et Bruchon-Schweitzer M., Le Corps et la beauté, Paris, Presses Universitaires de France, 1999.

3 Cabrera de Córdoba L., Filipe Segundo Rey de España, Madrid, Luis Sánchez, 1619, p. 245.

4 Viret P., Instruction chrestienne en la doctrine de la foy et de l’évangile, Genève, Jean Rivery, 1564, vol. 2, p. 276, cité par Havelange C. dans De l’œil et du monde, une histoire du regard au seuil de la modernité, Paris, Fayard, 1998, p. 32.

5 Liébaut J., Trois livres de l’embellissement et ornement du corps humain, Lyon, Benoît Rigaud, 1595, p. 22.

6 Gachard L.-P., Don Carlos et Philippe II, Paris, Lévy, 1867, p. 50.

7 Du Bellay, L’Olive, sonnet 113, Œuvres françoises, Rouen, 1592, fol. 78 r° : « Si nostre vie est moins qu’une journée/En l’Eternel, si l’an qui fait le tour/Chasse nos jours sans espoir de retour,/ Si perissable est toute chose née,/ Que songes-tu, mon ame emprisonnée ?/ Pourquoy te plait l’obscur de nostre jour,/ Si pour voler en un plus cler sejour,/ Tu as au dos l’aile bien empennee ?/ Là est le bien que tout esprit desire,/ Là, le repos où tout le monde aspire,/ Là est l’amour ; là, le plaisir encore :/ Là, ô mon ame, au plus haut ciel guidée,/ Tu y pourras recognoistre l’Idée/De la beauté qu’en ce monde j’adore. »

8 Bourdeille P. de, seigneur de Brantôme, Mémoires contenant les Vies des Dames illustres de France de son temps, Leyde, Jean Sambix le Jeune, 1665, p. 179. Voir les considérations de Brantôme sur la beauté féminine dans Cocula A.-M., Brantôme. Amour et gloire au temps des Valois, Paris, Albin Michel, 1986.

9 Alberi E., Le Relazioni degli ambasciatori veneti al Senato durante il secolo decimosesto, série I, volume V, Firenze, 1861, p. 117, Relation de Giovanni Soranzo de 1561 à 1564 : « E di persona nè grossa nè grande, e di faccia non molto bella, ma ha il corpo in tutte le parti ben proporzionato e pieno di molta grazia. Ha rarissimo ingegno e bellissima creanza, ed è stimata da tutti molto savia e prudente, in modo che molto supera l’età sua. » Deux ans plus tôt, Tiepolo écrivait aussi qu’elle était « non molto bella », p. 118.

10 Paris L., Négociations, lettres et pièces diverses relatives au règne de François II, Paris, Imprimerie royale, 1841, p. 460.

11 Idem, p. 718.

12 L’Arioste, Roland furieux [1516], Paris, Gallimard, 2003, vol. 1, p. 242.

13 Liébaut J., Trois livres… op. cit., préface, et Fernández Álvarez M., Casadas, monjas, rameras y brujas. La olvidada historia de la mujer española en el Renacimiento, Madrid, Espase Calpe, 2002, p. 94.

14 BnF, ms fr. 3902, fol. 86 r° : Lettre de Claude de Vauperge à Catherine de Médicis, non datée.

15 Saunders A., « “La beaulté que femme doibt avoir” : la vision du corps dans les blasons anatomiques », dans Céard J., Fontaine M.-M. et Margolin J.-C. (dir.), Le Corps à la Renaissance, Paris, Aux Amateurs du Livre, 1990, p. 39-59, voir également Joukovsky F. (éd.), Images de la femme au XVIe siècle, Paris, La Table Ronde, 1995.

16 Firenzuola A., Discours de la beauté des Dames, traduction de I. Pallet, Paris, L’Angelier, 1578.

17 Liébaut J., op. cit., préface.

18 Françon M., Notes sur l’esthétique de la femme au XVIe siècle, Cambridge, Harvard University Press, 1939.

19 Ibid., Ronsard, dans une déclaration véhémente de 1552 : « Plus tost les cieulx des mers seront couverts,/Plus tost sans forme ira confus le monde :/ Que je soys serf d’une maistresse blonde,/ Ou que j’adore une femme aux yeulx verds,/ Car cest œil brun qui vint premier estreindre/Le jour des miens, les sceut si bien attaindre/Qu’autre œil jamais n’en sera le vainqueur. »

20 Liébaut J., op. cit., p. 14.

21 Coste H. de, Histoire catholique ou sont descrites les vies, faicts, et actions heroïques et signalees des Hommes et Dames Illustres, qui par leur Piété ou Saincteté de vie, se sont rendus recommandables, Paris, Pierre Chevalier, 1625, p. 354.

22 Ibid., p. 14.

23 Gesner C., Tresor de Evonyme Philiatre des remedes secretz…, Lyon, Balthazar Arnoullet, 1555, préface.

24 Dürer A., Les quatre livres d’Albert Dürer, Peinctre et Geometrien tres excellent, De la proportion des parties et pourtraicts des corps humains, Traduict par Louis Meigret, Arnhem, Jean Jeansz, 1613 : Le traducteur expose toutes ses craintes à publier un ouvrage dont l’intention démiurgique d’établir la géométrie parfaite des lignes du corps humain, pourrait être condamnable aux yeux de la religion.

25 Du Bellay J., Œuvre françoise, Rouen, Georges L’Oyselet, 1592 « Chanson » fol. 173 v°.

26 Liébaut J., op. cit., préface.

27 Paris L., op. cit., p. 271 : Dépêche de L’Aubespine du 23 février 1560.

28 La Ferrière H. de, Lettres de Catherine de Médicis, Paris, 1880., t. 1, p. 162 : Lettre de Catherine de Médicis à L’Aubespine, le 15 janvier 1561.

29 Ibid., p. 166.

30 Bourdeille P. de, seigneur de Brantôme, Mémoires de Messire Pierre de Bourdeille, contenant les Vies des Dames illustres de France de son temps, Leyde, Jean Sambix le Jeune, 1665, p. 179.

31 Paris L., op. cit., p. 703 (janvier 1561).

32 BnF, ms fr. 6614 : Lettre de l’Aubespine à Catherine de Médicis, Tolède, le 28 janvier 1561.

33 Le Fournier A., La Décoration d’humaine nature, et aornement des dames, Lyon, François Juste, 1533.

34 Gesner C., op. cit., p. 166.

35 Le Fournier A., op. cit., fol. 12 v°.

36 Le médecin de Charles Quint, Lobera de Avila L., dans son Vanquete de nobles cavalleros… [s.l., 1530], n’était pas opposé à la pratique du bain qui, selon lui, avait la vertu d’humidifier et rénover le corps, en ouvrant et en purifiant les pores, mais aussi en diminuant la réplétion par dissolution des humeurs. Mais il mettait en garde contre le bain trop chaud, susceptible d’anéantir les forcesen chauffant le sang et en faisant transpirer. Il préconisait aussi la toilette quotidienne du visage à l’eau fraîche et le yeux ouverts pour en conserver toute la vigueur, de soigner les mains en coupant régulièrement les ongles et en peignant les cheveux pour libérer les vapeurs et immondices des pores de la têtes.

37 Laty D., Histoire des bains, Paris, Presses Universitaires de France, 1996, p. 63. Vigarello G., Le Propre et le Sale. L’hygiène du corps depuis le Moyen Âge, Paris, Le Seuil, 1985, p. 17 : l’auteur cite ce passage des Œuvres d’Ambroise Paré sur les dangers de l’eau sur la peau, laquelle la ramollit et ouvre les pores aux microbes, pouvant « faire mourir subitement » [édition de 1585, p. 56]. Également, Marnhac A. de, Femmes au bain. Les métamorphoses de la beauté, Paris, Berger-Levrault, 1986.

38 Zerner H., « La dame au bain », dans Le Corps à la Renaissance, op. cit., p. 95-111.

39 BnF, ms fr. 10 751, fol. 53 v°.

40 Ibid., fol. 54 v°.

41 Lettres de Catherine de Médicis… op. cit., vol. 2, p. 334 : Lettre de Catherine de Médicis à Fourquevaux, le 13 décembre 1565 [BnF, ms fr. 10 751, fol. 115].

42 Gesner C., op. cit., p. 161.

43 Vigarello G., op. cit., p. 77, cite Mme de Verneuil d’après les propos des Historiettes de Tallemant des Réaux.

44 Liébaut J., Trois Livres… op. cit., p. 408.

45 Ibid., p. 409.

46 Huguet E., Dictionnaire de la langue française du XVIe siècle, t. VI, Paris, Didier, 1965 : Outre que « propre » signifie ce qui convient, ou est convenable, ou encore favorable, il peut aussi renvoyer à l’apparence de ce qui est élégant et somptueux. Il cite Du Bellay dans le Tumbeau d’Henry II : « Propre en accoustremens et tenant cour royale d’une magnificence et splendeur liberale ». De même que « propreté » renvoie à l’élégance. Alain Corbin est le seul à s’être penché sérieusement sur ce problème de l’odorat dans Le Miasme et la Jonquille, Paris, Aubier, 1982 : l’historien démontre que la véritable révolution olfactive s’est produite entre 1750 et 1840 avec les progrès scientifiques et les préoccupations urbaines des hygiénistes. La construction sociale de l’odorat se serait produite sur cette longue durée pour finalement associer définitivement le pauvre au malodorant.

47 La reina Isabel de Valois según Sofonisba Anguisciola (1605-1608 ca.), Juan Pantoja de La Cruz. Huile sur toile, 119x84 cm. Musée du Prado, INV P1030. Voir le commentaire de Ara Lázaro J., p. 54 du catalogue El retrato español en el Prado. Del Greco a Goya, Catalogue de l’exposition, Sala Caja Duero, Salamanca, juin-août 2006, Madrid, Museo Nacional del Prado, 2006.

48 Saint-Réal, Don Carlos (1672), Paris, Livre de Poche, 2004, p. 155.

49 Vigarello G., Le Propre… op. cit., p. 51.

50 Sur l’ontologie phénoménologique chez Merleau-Ponty et la notion d’habitus chez Pierre Bourdieu, voir Hong S. M., op. cit.

51 La Ferrière H. de, Rapport sur les recherches faites à la Bibliothèque impériale de Saint-Petersbourg, Paris, 1863, Journal privé…, p. 17-21.

52 Voir Lhermite J., Le Passetemps, Anvers, E. Ouverleaux et J. Petit, 1896, vol. I, p. 102-110, et BnF ms fr. 3163, Lettre de Saint-Sulpice, fol. 61 r°-62 v°.

53 Baratay E. et Hardouin-Fugier E., Zoos. Histoire des jardins zoologiques en Occident (XVIe-XXe siècle), Paris, éd de la Découverte, 1998, p. 19-29.

54 Argote de Molina G., Discurso sobre la Montería (1582), Madrid, Rivadeneyra, 1882, p. 60-61.

55 Baratay E. et Hardouin-Fugier E., op. cit., p. 28.

56 González de Amezúa A., Isabel de Valois. Reina de España (1546-1568), Madrid, Gráficas Ultra, 1949, p. 139 et Paris L., op. cit., p. 290-291.

57 González de Amezúa A., op. cit., p. 140.

58 Ibid., p. 184, AGS CSR, Obras y Bosques, leg. 52, fol. 37 et 67.

59 Vivés J.-L., L’Institution de la femme chrétienne, tant en son enfance, comme en son mariage et viduité avec l’office du mari, Anvers, Christophe Plantin, 1579, p. 128.

60 Ibid. ; p. 130.

61 La Ferrière H. de, Lettres de Catherine de Médicis, Paris, Imprimerie nationale, 1880, t. 1, p. 17 à 21 et p. 234 à 246.

62 Ibid.

63 Paris L., op. cit., p. 461 : Lette d’Élisabeth à Catherine de Médicis, le 29 août 1560.

64 Ibid., p. 462 : Lettre d’Élisabeth à L’Aubespine le 29 août 1560.

65 Fuenllana M. de, Libro de musica para vihuela, intitulado Orphenica Lyra. En el qual se contienen muchas y diversas obras, Sevilla, 1554.

66 González de Amezúa A., Isabel de Valois, op. cit., p. 231, AGS, CSR, Obras y Bosques, leg. 52.

67 AGS, CSR, leg. 398, no 5, fol. 350 r° : Juan Manrique donne ordre à Francisco de Villalpando de payer le sculpteur Juan Bautista Buonanome plus de 382 réaux pour les figures des mascarade et comédie de février 1565, puis au no 8, fol. 770 r°, de payer le sculpteur Juan Antonio Sormano 160 réaux pour les peintures de la comédie jouée par les servantes de la chambre de la reine.

68 González de Amezúa A., op. cit., p. 236-247, Las invenciones que sacaron la rreyna y la princesa año de mill y quinientos y sesenta y quatro fureon desta manera, RAH, Salazar, L-I, fol. 24-27, retranscrit dans le volume d’annexes d’Amezua, p. 468-472, vol. III.

69 Franko M., La Danse comme texte. Idéologies du corps baroque, Paris, Kargo et l’éclat, 2005, p. 49.

70 Quintilien, L’Institution oratoire, Livre IX, Paris, Les Belles Lettres, 1978.

71 Paris L., op. cit., p. 271 : Lettre de L’Aubespine au roi, le 23 février 1560.

72 Checa F. et Morán Turina M., Las casas del rey. Casas de campo, cazaderos y jardines, siglos XVI y XVII, Madrid, El Viso, 1986.

73 Checa F., Felipe II. Mecenas de las Artes, Madrid, Nerea, 1992, p. 61.

74 Puerto J., La leyenda verde. Naturaleza, sanidad y ciencia en la corte de Felipe II (1527-1598), Salamanca, Junta de Castilla y León, 2002, p. 362.

75 Tercero M., « Valsaín : un real sitio flamenco en el Bosque de Segovia », in Reales Sitios, XXII, 84, 1985, p. 12-24.

76 Martín Gonzalez J. J., « El Palacio de El Pardo en el siglo XVI », in Boletín del Seminario de Arte y Arqueología, XXXVI, Valladolid, 1970, p. 5-41.

77 Checa F., Felipe II… op. cit., p. 69.

78 Checa F., Pintura y escultura del Renacimiento en España. 1450-1600, Madrid, 1983, p. 378.

79 Puerto J., op. cit., p. 369.

80 Lhermite J., Le Passetemps, Anvers, E. Ouverleaux et J. Petit, 1896, vol. II, p. 103.

81 Checa F., « El arte islámico y la imagen de la naturaleza en la España del siglo XVI », in Fragmentos, no 1, 1984, p. 24.

82 BnF, ms fr. 6614 : Lettre de L’Aubespine du 9 février 1561.

83 La Ferrière H. de, Rapport sur les recherches faites à la Bibliothèque de Saint-Petersbourg, Paris, 1863, p. 16 (No 34 de la collection des autographes).

84 Crouzet D., Le Haut Cœur de Catherine de Médicis, Paris, Albin Michel, 2004.

85 Sonnet manuscrit indiqué sous une cote erronée de la BnF, par Walker Freer M., Elizabeth de Valois. Queen of Spain and the court of Philip II, London, Hurst and Backett, vol. 1, 1857, p. 83.

86 Paris L., op. cit., p. 707.

87 Ibid., p. 703.

88 BnF, ms fr. 15 875, fol. 436 r° : Lettre inédite de Claude de Vauperge, qui est sans doute à l’origine de l’un des grands mythes de l’histoire d’Élisabeth échafaudé par Saint-Réal.

89 Elias N., La Civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy, 1973 (1969), chap. IV.

90 La Ferrière H. de, Journal… op. cit., p. 114.

91 Ibid., p. 109.

92 Alberi E., op. cit., série I, vol. 5, p. 118, par Giovanni Soranzo : « Nel tempo di tutta la sua malattia il re le fece molt carezze, visitandola molte volte al giorno, e procedendo con lei molto amorevolmente ».

93 Paris L., op. cit., p. 718.

94 De Saint-Sulpice à Catherine de Médicis de M, Ségovie, 9 septembre 1565, BnF, ms fr., no 3163, fol. 111.

95 BnF, ms fr. 6614, fol. 99 r° : Lettre non datée de L’Aubespine à Catherine de Médicis.

96 BnF, ms fr. 3 902, fol. 86 v° : Lettre de Claude de Vauperge à Catherine de Médicis, septembre 1561.

97 BnF, ms fr., 16 985, fol. 86-87 : Lettre de L’Aubespine à la reine-mère Catherine de Médicis en mars 1562.

98 BnF, ms fr. 3163 ; Lettre de Saint Sulpice à Catherine de Médicis, le 9 décembre 1564 : « La santé de la Royne vostre fille es telle qu’il ne peult desirer aultre chose s’il n’est qu’il plaise à Dieu la conserver longuement en cest estat ; et me semble que depuis le partement de monsieur de Meru, elle est bien augmentée en son bon poinct, ce que je pense procéder de la privaulté et grande amytié que le Roy continue a luy monstrer de plus en plus, non faillant de la venir veoir tous les jours et estre deuxheures ensemble ; et bien souvent il se derobe avec elle pour luy monstrer des painctures, cartes et marbres qu’il a faict mettre en diverses pieces qu’il tient soubz sa clef. »

99 Idem, Ségovie, 11 août 1565, fol. 99 v° : « Et cependant, je puis vous assuerer, Madame, que la Royne vostre fille vit au plus grand contentement du monde pour la perfection d’amitié dont elle veoit le Roy son mary continuer de plus en plus envers elle, de luy user chacun jour de privée communicquationet de tant de gracieuses familiarités, qu’elle n’en pourroit desirer davantage. Et n’est sans qu’ung chascun pour ce regard ne luy en porte beaucoup de respect. »

100 Bouza F. (éd.), Cartas de Felipe II a sus hijas, Madrid, 1999.

101 La Ferrière H. de, Rapport… op. cit., p. 16 : Extrait non datée d’une lettre de François II à Philippe II.

102 Forneron H., Histoire de Philippe II, T.1, Paris, Plon, 1881, p. 317 : « Ces détails [concernant sa maladie d’août 1564] sont nécessaires. Ils ne sont pas seulement justifiés par l’intérêt qu’inspire cette délicate fille de France poussée avant sa puberté dans les rudesses de cette étiquette et les implacables travers de ces préjugés. Ils font comprendre aussi comment mouraient prématurément ces jeunes femmes, comment vont mourir les enfants, et comment ceux qui ne meurent pas sont aliénés ou infirmes. Plus Philippe multiplie ses mariages, plus il accroît le nombre des cercueils dans la sépulture royale. »

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540