Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le corps d'une reine

 | 
Sylvène Édouard

Deuxième partie. Le corps Livré

Chapitre 5. La soumission du corps à la Maison

Texte intégral

  • 1 Ruble A. de, Le Traité du Cateau-Cambrésis, Paris, Adolphe Labitte, 1889.
  • 2 Romier L., Les Origines politiques des Guerres de Religion, Paris, Perrin, 1913, p. 343.
  • 3 Paris L., Négociations, lettres et pièces diverses relatives au règne de François II, Paris, Imprim (...)

1La question religieuse avait été au cœur des négociations de paix au Cateau-Cambrésis en même temps que le projet d’union des deux maisons1. Vers le 15 mars 1559, les plénipotentiaires espagnols avaient abordé le problème du salut de la religion catholique en France et celui de la répression de l’hérésie, négociant les conditions idéales pour une alliance des princes catholiques. Henri II ne fut pas insensible aux préoccupations de Philippe II et promit, avec lui et en tête du traité, de s’employer avec le même zèle et avec la même volonté à l’union de l’Église chrétienne et à la convocation d’un concile universel2. La Réforme semblait alors pénétrer jusqu’aux cercles étroits de l’élite politique, tant en France qu’en Espagne, si bien que Philippe II avait hâté son retour pour y remédier et assister à l’autodafé de Valladolid le 8 octobre 15593. En France, la mort inopinée du roi anéantit la politique catholique des Valois et Élisabeth allait être amenée à jouer un rôle pour maintenir une relation cordiale entre les deux Maisons.

Une reine d’Espagne

Sous la férule catholique

  • 4 Cité par Romier L., op. cit., p. 364.

2Henri II s’était engagé dans la répression et, par l’édit d’Écouen du 2 juin 1559, il enjoignait ses officiers de justice, invoquant les termes du traité signé avec son frère le roi catholique, de procéder à l’expulsion, punition et correction des hérétiques. Il avertissait les officiers complices des hérétiques, qu’ils seraient recherchés et punis pour ce crime et qu’ils seraient même « les premiers ausquels Nous nous addresserons pour vous fayre punir et chastier, affin de servir d’exemple aux aultres4 ». Le 10 juin 1559, la grande salle et Chambre du Palais étant apprêtées pour les noces d’Élisabeth et de Madame Marguerite avec le duc de Savoie, Henri II se rendit au couvent des Augustins à l’assemblée générale des chambres pour constater la résistance de la majorité des parlementaires à l’enregistrement des lettres de naturalité de la Compagnie de Jésus. Cette résistance durait depuis huit ans et ce jour-là, le roi fit arrêter six conseillers du Parlement, dont le conseiller Anne Dubourg :

  • 5 La Popelinière, L’Histoire de France enrichie des plus notables occurrances survenues ez Provinces (...)

« Aprez ce le Roy dist que par les raports qu’on luy avoit faits : il avoit beaucoup de soupçon qu’il y eust en sa Cour des gens desvoiez de la foy, luy desplaisoit grandement ce qu’il en avoit conneu presentement, ayant ouy parler les uns. Sçavoit qu’il y en avoit de bons lesquelz il entendoit maintenir : et faire punir les autres comme il devoit pour servir d’exemple. Et sur l’heure apelant le Connétable luy commanda de saisir le second et tiers de ceux qui avoient opiné en sa présence qui estoient Louys du Faur et Anne du Bourg et les mettre és mains du Capitaine de ses gardes [le comte de Montgomery]5. »

3Les deux hommes et quelques conseillers du Parlement furent embastillés, isolés et étroitement surveillés tant le courroux du roi était grand et « qu’en autres propos il dit qu’il verroit de ses deux yeux brusler du Bourg ». Au terme du procès, le mois suivant, l’évêque de Paris, du Bellay, déclarait du Bourg hérétique. Henri II ne put cependant assister au supplice, l’arrêt de la Cour le condamnant au bûcher ne datant que du 21 décembre. Ce jour-là, l’ancien conseiller au Parlement fut conduit dans une charrette par quatre cents hommes armés jusqu’à la place Saint-Jean-en-Grève, puis dépouillé de ses vêtements et livré aux flammes, mais les juges lui avaient fait la grâce d’être auparavant étranglé.

  • 6 Sur ce sujet de la paix, voir l’ouvrage de Christin O., La paix de religion. L’autonomisation de l (...)

4La mort d’Henri II en juin de la même année devait signifier, au regard des historiographes, la fin d’un seul parti de Dieu et le début des affrontements confessionnels. Élisabeth, après son mariage avec le roi Catholique, appartenait encore à cette royauté de l’exclusive catholique et elle partait rejoindre une cour épargnée par les dissensions, tandis qu’en France, sa mère avait choisi la voie de la conciliation. La pratique de la concorde fut le principal sujet de politique entretenu entre la mère et la fille. Philippe II restait très attentif au progrès de la Réforme en France, non sans grand mécontentement, tandis que Catherine de Médicis tentait de sauver une paix difficile et lourde d’enjeux, par des compromis qu’il fallait faire accepter de l’autre côté des Pyrénées, pour préserver l’entente entre les deux Maisons et donc la paix aux frontières6. Dans ce contexte, l’entrevue de Bayonne mit en scène une double appartenance de la reine, celle d’un corps désormais dévolu à l’époux étranger et celle d’un sang qui demeure celui des Valois et qui ne saurait trahir. Mon propos n’a donc pas l’ambition de résoudre le mystère « Bayonne », de démêler le vrai de l’imaginaire du complot préméditant la Saint-Barthélemy, mais de saisir les enjeux des relations transactionnelles autour du corps de la reine durant les quelques jours de l’entrevue qui se situa dans un temps de menaces pour l’équilibre des forces catholiques en Europe.

  • 7 Selon les termes employés par le roi lui-même dans une lettre à sa tante Marguerite de Parme, alor (...)
  • 8 Voir Parker G., Felipe II, Madrid, Alianza, 1994 [1979], p. 107.

5Depuis l’assassinat de François de Guise par Poltrot de Méré en février 1563, Philippe II doutait de plus en plus de pouvoir intervenir dans la politique confessionnelle de Catherine et restait d’autant plus préoccupé par la politique de tolérance de la reine mère, que Guillaume d’Orange avait prononcé un vibrant discours contre les lois anti-hérétiques, devant le conseil de Bruxelles en décembre 1564. La situation devenait périlleuse dans le Nord, entre France et Pays-Bas, et Philippe II, malgré l’ambassade du comte d’Egmont au printemps 1565, avait opté pour une ligne politique dure, ne pouvant tolérer d’être seigneur d’hérétiques, et invitant le jeune Charles IX et sa mère à une même fermeté7. Les semaines qui précédèrent l’entrevue ne furent cependant pas décisives pour les Pays-Bas, et le roi avait laissé espérer le comte d’Egmont qui était reparti confiant le 6 avril. Philippe II attendait une meilleure conjoncture pour faire connaître sa position, car dans le même temps Malte était assiégée et il ne fut assuré de sa sécurité que le 24 septembre. Jusqu’à cette date, le roi avait esquivé le problème et s’était montré très soucieux et maladif. Durant ces quelques mois, il fut pris fréquemment de douloureux maux de tête qui l’avaient empêché souvent de poursuivre les négociations avec le comte d’Egmont et à chaque mauvaise nouvelle, il tombait malade et était pris de fréquentes diarrhées8. La maladie du roi fut alors une habile pratique de la prudence et le moment opportun, il signa les fameuses lettres du « bois de Ségovie » au château de Valsaín, entre le 17 et le 20 octobre, qui affirmaient sa volonté de ne point modifier les lois anti-hérétiques aux Pays-Bas. Ces lettres furent au commencement des tragiques événements qui allaient provoquer à terme, la perte du Nord des Pays-Bas et le déclin irréversible de l’empire espagnol.

Les préparatifs de l’entrevue de Bayonne

  • 9 BnF, ms fr. 3163. Lettre secrète de Saint-Sulpice, fol. 19 v° : « Jay tenu plusieurs aymables prop (...)

6Revenons-en aux préparatifs de l’entrevue. Le temps très proche entre les deux négociations accapara le roi qui devait d’un côté faire patienter le comte d’Egmont en lui faisant de douces promesses, tout en désirant ardemment son départ, et préparer la rencontre de Bayonne en faisant de ses émissaires, des messagers fiables. Le prince d’Éboli devait accompagner Élisabeth, mais étant le plus favorable au parti français à la cour, le roi le remplaça in extremis en mars par le duc d’Albe dont la renommée en disait long sur les véritables intentions de Philippe II9. L’entrevue de Bayonne se préparait dans une odeur de soufre qui n’échappa pas aux contemporains et lorsque, des années plus tard, La Popelinière évoquait la rencontre en bon historien réformé, il rendit parfaitement compte des craintes des huguenots et replaça l’événement dans le contexte de la montée des tensions dans les Flandres :

  • 10 La Popelinière, op. cit., vol. 1, fol. 380 r°.

« Plusieurs eurent deffiance fort grandes, que cest abouchement ne fut une conspiration contre les Protestans veu la haine que l’Espagnol portoit aux reformez. Et que le Roy n’estoit guere accompagné que de Catholiques. Joinct qu’il sembla que ce voyage fut dressé pour eslongner de sa Majesté les Seigneurs de la Ligue Protestante. Lesquels à ceste cause se mirent aussi à pratiquer entr’eux et s’asseurer au mieux qu’ils peurent. Ce fut environ ce temps que les Flamens pour maintenir, disoyent ils, les libertez et franchises de leur pays : supplierent le Roy catholique qu’il luy pleust oster celle forme d’Inquisition commancée d’introduire en Flandres par feu Empereur Charles cinquième. Et ensemble retirer les Garnisons Espagnolles y laissées par ce mesme Prince10. »

  • 11 Il s’agirait vraisemblablement du diplomate Paul de Foix (1528-1584).
  • 12 BnF, ms fr. 3163, fol. 72 r° : Lettre secrète de Saint-Sulpice au roi, du 29 mars 1565.
  • 13 BnF, ms fr. 17830, fol. 188 v° : Jean Ébrard, seigneur de Saint-Sulpice, à Catherine de Médicis, l (...)

7Les préparatifs ne se firent pas, en effet, sans quelques intrigues, ce que Saint-Sulpice laissa entendre dans une lettre secrète à Charles IX, sollicitant la présence de monsieur de Foix11, le seul, selon lui, qui pouvait être capable de déjouer les intrigues à Bayonne et entre autres, celles bien involontaires de la reine catholique « pour avoir sceu les menees qui se font, jusques a practiquer la Royne Catholique, pour faire changer la Royne sa mere d’opinion12 ». Pour des raisons qui ne sont que des hypothèses, Philippe II avait gardé ses distances physiques avec l’entrevue qui avait alors pris le caractère officiel d’une réunion de famille entre la reine, son frère le roi et sa mère. Un an avant l’entrevue, l’ambassadeur Jean Ébrard, seigneur de Saint-Sulpice, avait d’ailleurs informé Catherine de Médicis que le roi serait absent de cette rencontre pour ne pas mettre « en soupçon ny jalousie » les princes et potentats, mais qu’il était favorable à une rencontre entre la mère et la fille13. L’ambassadeur avait plaidé pour l’entrevue de Bayonne, qui avait d’abord été fixée au 8 avril, en arguant des effets à espérer, propres à émouvoir les « princes et potentatz de la chrestienté », « estant cette entreprise toute differente des autres pour estre entre personnes si prochaines ». Pour émouvoir les cours étrangères et faire « cesser tous soupçons », il comptait sur les retrouvailles d’Élisabeth, partie si jeune, et de son frère qu’elle avait à peine connu, et de sa mère, dont elle avait sans doute oublié les vertus. Le voyage serait aussi l’occasion de faire connaître « la bonté et vertu qui sont si evidentes en la Royne Catholique » grâce à la compagnie du roi. Ce furent donc bien le corps et le sang de la reine, épouse et fille, qui furent dépêchés en ambassade pour servir au mieux la politique catholique du roi. Mais le voyage s’annonçait difficile à préparer, du fait des atermoiements du roi et des problèmes d’intendance.

  • 14 BnF, ms fr. 3163, fol. 162 r° : Saint-Sulpice au roi, le 26 mars 1565.
  • 15 Ibid.
  • 16 Kamen H., Felipe de España, Madrid, Siglo XXI de España Editores, 1997, p. 105 : AGS, Estado, legaj (...)

8En mars 1565, Saint-Sulpice prévenait Charles IX que le départ n’en finissait plus malgré l’empressement du roi, car la cour semblait si peu habituée aux voyages que « toutz sy trouvent longs, et empescher a preparer les choses qui leur sont besoing14 ». La reine se montrait impatiente de revoir les siens, au point d’être en bien meilleure santé « et en plus belle disposition quelle ne fust oncques en sa vie15 ». Le roi lui avait laissé toute liberté pour l’organisation de son voyage et elle consacra une véritable fortune à l’achat de robes et de bijoux au grand dam de son majordome, Juan Manrique, qui s’en inquiéta auprès du roi dans une lettre du 18 mai 1565, soulignant que la reine avait déjà dépensé une part importante de son budget pour des vêtements de grands prix16. Cela faisait trois jours seulement que le roi avait laissé Élisabeth au départ de Cigales pour rejoindre Bayonne, accompagnée d’une longue escorte.

9L’itinéraire de la reine ne se fixait que très rarement plusieurs jours dans un même lieu pour éviter des dépenses trop importantes aux villes qui la recevaient. Elle avait quitté Madrid le 9 avril où, sur la place de l’Alcazar, une foule était venue lui dire au revoir avec :

  • 17 BnF, ms fr. 3163, fol. 81 r°, lettre de l’ambassadeur Saint-Sulpice à Catherine de Médicis, le 12 (...)

« […] ung grand pleur et ung extreme regret aux gens du lieu, et en toutz ceulx qui demeuroient, qui s’estoient assemblez en nombre infini au palais pour la veoir partir, et la princesse sa belle sœur la conduysit jusques a monter a cheval, et le prince et petitz princes et don Jehan d’Austriz et toutz les grandz jusques bien pres du logis quelle feit ce premier soir, tant ya quil me semble que le plus general desir de lespaigne la conduict a ce voiage17. »

  • 18 Ibid.
  • 19 ASMo, Busta 7, Comte Taddeo Manfredi au duc de Ferrare, Madrid, le 5 mai 1565.

10Un équipage de grands seigneurs l’accompagna pour sa première journée mais la princesse, les princes et les ambassadeurs allaient devoir attendre à Madrid le retour de ce voyage. Les étapes suivantes furent courtes, rendant le voyage jusqu’à Bayonne très long mais aux pleurs madrilènes, succédèrent les effusions de joie puisque « nous trouvons grand appareil par les chemins pour le passage de ladicte Royne vostre fille, et une grande rejouissance et infinie affection en ce peuple de la veoir, et la bien recepvoir partout18 ». La reine ne faisait jamais plus de trois lieues sur sa haquenée et arrivant dans une ville d’étape, les aposentadores (maréchaux des logis) devaient préparer ses appartements et ceux de sa suite de Dames et des principaux seigneurs. À Guadarrama, le 12 avril, elle demanda à son despensero mayor, un trésorier chargé des dépenses, d’acheter des chaînes d’orfèvrerie et de la verroterie à offrir. Chaque étape fut l’occasion de belles réceptions souvent coûteuses comme celle de Medina del Campo où les dépenses s’élevèrent à soixante mille ducats. D’après le récit de l’émissaire du duc de Ferrare, le comte Taddeo Manfredi, le roi et la reine avaient été reçus très solennellement à Medina puis avaient fait leur entrée à Valladolid avec faste et « allegria da quei popoli », ce que confirma également Saint-Sulpice, évoquant les démonstrations d’amour du peuple. L’accueil fut festif avec des joutes, des jeux de cannes, des courses de taureaux, des simulacres, de ce « che quelle Maestà hebbero gran piacer et contento19 ». Le roi quittait ensuite la reine à Cigales et la cour espérait alors son retour à Valsaín pour la Saint Jean.

  • 20 BnF, ms fr. 3163, fol. 81 r°, op. cit.
  • 21 BnF, ms fr. 3163, fol. 91 r°, Lettre de Saint-Sulpice à Catherine de Médicis, le 23 mai 1565.
  • 22 IVDJ, Ms envío 7, no 10 : Relación del Rescibimiento que está ordenado en la ciudad de Burgos a la (...)

11La plupart des Grands d’Espagne, selon Saint-Sulpice, avaient offert d’accompagner la reine à Bayonne mais le roi, plutôt que de leur faire cette faveur, s’était contenté de leur fixer rendez-vous à Burgos pour la semaine sainte20. Un incident, rarement rapporté, vint ralentir le voyage. Élisabeth dut attendre trois jours avant d’entrer dans cette ville pour ce que plus de vingt personnes venaient d’y mourir de la peste. L’ambassadeur avait alors rejoint la reine pour l’entrée prévue le dimanche et fut épouvanté par cette nouvelle. Bien que soucieux pour sa santé, il ne put vaincre l’opinion du majordome Manrique qui ne voulait modifier le trajet pour faire honneur aux préparatifs de la ville21. Finalement la reine fit son entrée à la nuit tombée et assista à des jeux de cannes. Sept arcs de triomphe avaient été édifiés dans de riches matériaux occasionnant de fortes dépenses22. Le premier arc rendait hommage au fondateur de la ville et à sa descendance, celle du comte don Diego Porcelos. Le second arc était pour le Cid Ruy Diaz et sa femme Ximena Gómez, sa maison et sa famille. Le troisième rendait hommage au comte Fernán González et à sa maison puis le quatrième, enfin, évoquait Charles Quint, ses batailles victorieuses et son retrait à Yuste. Le cinquième était pour Élisabeth avec toute la généalogie de sa Maison, tandis que les deux derniers furent dédiés au roi Philippe II et au prince don Carlos. Les représentants les plus éminents de la ville vinrent accueillir le royal cortège suivi des habitants qui avaient préparé de grands appareils et inventions pour le divertissement de la reine. Le défilé se poursuivit avec mille cinq cents soldats, piquiers et arquebusiers, qui prirent d’assaut un château à la sortie de la ville, puis avec deux cents gentilshommes en velours noir accompagnés de dames richement vêtues.

Accueillir une sœur devenue reine

  • 23 BnF, ms fr. 20647, fol. 9-10, Avis de Bayonne.
  • 24 Boutier J., Dewerpe A. et Nordman D., Un tour de France royal. Le voyage de Charles IX (1564-1566), (...)

12Le 9 juin, tout sembla se préciser à l’approche de la Bidassoa. Tandis que la reine séjournait à Segura, son frère cadet Henri, duc d’Orléans âgé de quatorze ans, quittait Bayonne menant une troupe d’une centaine de chevaux pour la retrouver à Hernani23. Le protocole des personnes allait se jouer dans un incessant chassé croisé dans l’espace de la frontière. Les auteurs du Tour de France royal ont parfaitement bien démontré que Bayonne ne fut que le point d’aboutissement d’une rencontre qui avait débuté à Hernani et devait atteindre son point culminant le 14 juin sur la Bidassoa24. La rencontre familiale fut grave derrière le masque des larmes de joie comme si l’appartenance du corps était plus forte que le sang de la Maison, les nouveaux liens de pouvoir plus forts que les anciens liens familiaux. Le samedi 9 juin, la reine fut accueillie à Segura par les neuf députés de la province du Guipuzcoa, portant chausses de velours blanc et pourpoints de soie avec une courte cape noire, et accompagnés d’une compagnie de sept cents soldats. Le lendemain, le Prieur de Saint-Jean, don Fernando de Toledo, fils naturel du duc d’Albe, quittait Segura accompagné de grands seigneurs pour aller recevoir le duc d’Orléans à Irun, lequel avec sa suite, vêtue de velours rouge cramoisi, avait quitté Bayonne un jour plus tôt pour passer la nuit à Saint-Jean-de-Luz. La journée suivante avait été consacrée aux dévotions pour la Pentecôte et le 11, la troupe gagna Irun, en territoire espagnol. Elle était fort belle, portant de grands noms comme Guise, Damville, et Carnavalet tandis que les rejoignaient des Velada, Toledo, Mendoza, Uloa, Osorio ou encore Pacheco. Le 12 juin, les deux troupes gagnèrent Hernani où Élisabeth attendait son frère Henri, mais ce dernier :

  • 25 BnF, ms fr. 19595, Nouvelles de larryvee de la Royne catholique en la ville de Bayonne.

« ne pouvant tenir plus longtemps sans voir sa sœur, il alla à sa rencontre et l’apercevant à une demi-lieue de là, il descendit de cheval et deux compagnons, Ampuille et Carnavalet le hissèrent à hauteur de sa sœur, qui était restée sur sa monture, pour se faire embrasser de la reine, ce qu’elle fit deux fois, lui ne le pouvant pour ne pas déroger au protocole des cérémonies d’Espagne25. »

13La spontanéité du frère envers sa sœur peut paraître douteuse dans la mesure où ils avaient cinq ans de différence, cela impliquant qu’ils avaient dû mener des existences séparées au château de Saint-Germain-en-Laye puis au Louvre à partir de 1554. Néanmoins, ils n’étaient pas des étrangers l’un pour l’autre et la séparation au moment délicat de la mort du père avait sans doute été plus cruellement ressentie. En revanche, la question du protocole semble beaucoup plus crédible, interdisant le duc d’embrasser sa sœur qui est reine et ne peut se rabaisser à un toucher irrévérencieux. Seul le toucher de la reine était autorisé, même si il pouvait être considéré comme de trop grande faveur, comme à Pampelune avec la comtesse d’Ureña en 1560, ou trop familier comme à Roncevaux avec le roi de Navarre la même année. La reine pouvait embrasser mais elle ne pouvait l’être. Le duc s’en tint donc aux baisers de sa sœur et les seigneurs de sa troupe vinrent ensuite baiser les mains de la reine. Les retrouvailles se firent en trois temps dans un apparent désordre, un simulacre de spontanéité. Succédèrent ainsi aux élans du frère, ceux de la fille pour sa mère.

14Après avoir déjeuné à Hernani, les deux troupes rejoignirent le duc d’Albe à San Sebastián, pour passer la nuit dans le palais de Juan de Idiáquez, et le lendemain 13 juin, Élisabeth se rendit à Irun pour y passer la nuit. Le 14, le roi Charles IX, les princes et seigneurs de sa cour, quittèrent Saint-Jean-de-Luz pour rejoindre « une rivière Lou Margueri qui fait la séparation de la France et de l’Espagne » :

  • 26 Ibid.

« Sachant le roi son frère au rendez-vous, Élisabeth partit soudainement sur une haquenée donnée par Orléans et arnachée de velours noir où se trouvait le chiffon du roi henri II son père. A sa vue, le roi, la princesse de la Roche-sur-Yon et les cardinaux de Guise et Strozzi traversèrent la rivière ainsi que la reine mère, portée par la maréchal de Bourdillon. Les retrouvailles de la mère et de la fille se firent en embrassade et baisement par quatre fois26. »

15Cette nouvelle scène de feinte spontanéité renvoie encore aux effusions familiales très respectueuses de la préséance. Lors de la rencontre entre Henri et sa sœur, cette dernière avait su garder de sa gravité et c’est le jeune frère, inférieur en rang, qui avait pris l’initiative d’avancer jusqu’à elle et même de descendre de cheval pour marquer la distinction des rangs.

  • 27 BnF, ms fr. 17830, fol. 189 v° : Lettre de Jean Ébrard, seigneur de Saint-Sulpice, à Catherine de (...)
  • 28 Ample discours de l’arrivee de la royne catholique sœur du roy à Sainct Jehan de Lus : de son entre (...)
  • 29 Relacion del rreçibimiento… op. cit.
  • 30 Ample discours… op. cit.

16Deux jours plus tard, c’était au tour de la reine de prendre l’initiative « soudainement », en réalité la scène était préméditée jusqu’à la couleur noire du harnachement du cheval d’Élisabeth, en signe d’un deuil qu’elle avait dû abandonner dès son transfert à la cour espagnole. Le souvenir d’Henri II, porté jusqu’au fétichisme, rappelait aussi les liens familiaux et les circonstances de la séparation comme si le cours de la vie reprenait à ce moment-là et effaçait les années de séparation. La reine d’Espagne prit donc l’initiative de devancer la rencontre mais ce fut sa mère, accompagnée de quelques hauts personnages, qui parcourut le reste de la distance jusqu’à traverser la rivière du côté espagnol. Le protocole avait été tranché, la mère et la fille firent chacune la moitié du chemin. Au duc d’Albe qui avait préconisé de faire déplacer la reine mère pour aller à la rencontre de sa fille, l’ambassadeur avait répondu que même si la reine catholique était une grande reine, « il était inconvenant de déplacer ainsi sa mère27 ». Quant aux récits des retrouvailles, ils divergent. La version manuscrite insiste sur le fait que la traversée se serait faite à pieds, sans doute pour renforcer l’impression de spontanéité, alors que d’autres versions mentionnent une barque28. Les embrassades qui suivirent furent sans aucun doute d’une profonde sincérité. À cet effet, la reine avait posé pied à terre et demanda par deux fois les mains de sa mère, se mit à genoux et fut autant de fois relevée pour l’étreindre et l’embrasser sur la joue, ce qui fut trouvé très émouvant par les témoins de la scène, de voir tant de « cérémonies entre mère et fille29 ». Selon une autre version, Élisabeth serait venue en litière et voulant se prosterner pour baiser le genou de sa mère, celle-ci l’en aurait empêché et elles se seraient amplement embrassées30. Élisabeth put ensuite rejoindre la rive française.

17Le roi Charles IX, en raison de sa dignité à laquelle même les circonstances familiales ne pouvaient déroger, attendait du côté français. Tandis que Catherine et ses compagnons avaient traversé la rivière sans appareil (détail fort improbable), un bateau fut apprêté pour la reine, sa mère et son frère Henri puis ils abordèrent la rive française où, par une planche jetée sur la barque, le connétable vint le premier à leur rencontre, suivi du roi qui embrassa deux fois sa sœur. Au moment de passer la rivière, Élisabeth, vêtue de toile d’argent, s’était couverte d’un drap azur et d’or, aux couleurs du roi de France. Elle affichait ostensiblement un corps aux couleurs de sa Maison mère, sans doute autant pour signifier sa dignité de sœur et de fille de la Maison de France que pour faire acte de soumission symbolique au territoire qu’elle venait visiter en ambassadrice. Les récits insistent plus souvent sur les personnages royaux et les quelques personnages dignes d’être nommés à leur suite mais ils occultent, pour la plupart, la foule nombreuse des dames et des gentilshommes ainsi que les soldats en armures dont la présence ajoutait mouvements, piétinements, bruits et encombrements à une scène de retrouvailles qui ne sembla rien avoir d’intime. À son arrivée, la reine fut aussi accueillie par des seigneurs français qu’elle devait être bien aise de retrouver. Outre les cardinaux de Guise et de Strozzi, Monsieur de Vendôme et le duc de Montpensier, que la reine avait moins bien connus, elle retrouvait le cardinal de Bourbon et le prince de La Roche-sur-Yon qui l’avaient accompagnée, le premier jusqu’à Roncevaux, et le second jusqu’au roi. Ces deux personnages exprimèrent sans doute à la reine le plaisir qu’ils avaient alors de la revoir. En cette journée d’une chaleur accablante, Élisabeth, sa mère, ses frères et leurs suites se reposèrent un moment sous une ramée pour prendre une collation. Le cadre n’était champêtre qu’en apparence puisque cinquante soldats français surmontés de salades bourguignonnes, tous vêtus de hauts de chausse très colorées, de taffetas blanc et azur, tirèrent la salve deux fois entre la ramée et la rive. Quand ils arrivèrent à Saint-Jean-de-Luz, à la nuit tombée, une centaine de gardes du roi Charles IX les escortèrent à leurs appartements.

  • 31 BnE, ms 6176, fol. 127 r°-136 r°.

18La petite Marguerite, de sept ans la cadette d’Élisabeth, l’attendait ce soir-là au pied des escaliers pour dîner. Les deux sœurs se connaissaient peu mais grâce aux portraits envoyés à la cour d’Espagne par Catherine de Médicis, Élisabeth avait pu suivre l’évolution de ses plus jeunes frères et sœurs, et de fait se sentir encore proches, comme si le portrait avait véritablement ce pouvoir de présence ou du moins le pouvoir de maintenir l’image dans le cœur. Elle devait se souvenir, en revoyant cette sœur qui n’avait que six ans quand elle quitta la France, de ce fameux portrait de Marguerite reçu à la cour en janvier 1561 et dont la beauté, celle de ses huit ans, avait ravi le roi et le prince don Carlos. Les relations entre les deux sœurs semblent ténues surtout en raison des sources d’information qui sont pauvres, les contemporains leur accordant peu d’importance. Dans la relation manuscrite datée du 28 juin 1565, conservée à Madrid, l’auteur semble en revanche plus particulièrement intéressé par les acteurs, leur paraître, et leurs comportements les uns envers les autres31. Les gestes deviennent ainsi, sous sa plume, comme les signes évidents d’une fraternité retrouvée voire même d’une intimité commune, tendant à isoler ses personnages, les parant d’une humanité qui n’était pas la leur, faisant oublier la cour qui les entoure. À le lire, la famille royale semble seule, entourée seulement de quelques Dames et seigneurs, n’accordant que peu d’importance aux nombreux chevaliers français et espagnols, restant allusif pour mieux omettre le fracas des troupes, la présence bruyante des suites, de cette foule qui nécessite, à chaque déplacement, le convoi de trois à quatre mille chevaux. Il est toutefois possible d’imaginer des temps de solitude enlevés au protocole durant lesquels les retrouvailles étaient vraiment possibles et les échanges autorisés. Élisabeth fut sans doute séduite par cette petite sœur que l’on disait belle et avec laquelle elle avait en commun cette éducation du devoir, la vocation commune de servir un grand dessein. Sans doute la reine s’était-elle retrouvée dans la jeune Marguerite et vint tout naturellement à lui faire le cadeau qu’elle-même aurait attendu, c’est-à-dire une robe magnifique de satin cramoisi toute bordée d’or et de cannetilles, avec des boutons de riches pierres et des dentelles de perles, ainsi qu’une ceinture faite à l’espagnole. Le luxe des apparences annonçait le faste des fêtes à venir pour étourdir les courtisans et occulter la part politique de l’événement.

Bayonne, un simulacre de concorde

Les fastes « idolâtres » de Bayonne

  • 32 Marin L., Le Portrait du roi, Paris, éditions de Minuit, 1989.
  • 33 La Popelinière, L’Histoire de France enrichie des plus notables occurrances survenues ez Provinces (...)

19Après le temps des fêtes laudatrices, vint le temps pour l’histoire de faire ses comptes et de laisser la parole aux contempteurs du culte monarchique. L’historien protestant La Popelinière, dans son Histoire de France, jugea l’entrevue de Bayonne et le voyage de Charles IX en général, comme un moment d’idolâtrie nationale autour des corps royaux. Il écrivit à propos des fastes de l’entrée de Bordeaux pour Charles IX, que les dépenses occasionnées et les images glorifiant le roi étaient « façons ordinaires aux Chrestiens plus que circoncis et idolatres ». Bien avant Félibien pour Louis XIV, La Popelinière évoquait malgré lui le pouvoir dévotionnel d’une image royale, comparable à l’hostie qui fait du roi un corps sacramentel, comme l’avait souligné Louis Marin32. Mais selon l’auteur, les corps royaux magnifiés au cours des deux semaines passées à Bayonne relevaient d’une stratégie propre surtout à éblouir et convaincre les imbéciles. Et les princes eux-mêmes se montraient coupables de gouverner avec publicité, oubliant « les occasions et moiens qu’ils devroient cercher plustost qu’en ces vainement vaines magnificences ». Ces princes furent coupables de se prendre pour leurs reflets flatteurs, plutôt que de s’inspirer des vertus des personnages représentés dans les programmes des fêtes, « lesquelles encor seroient aucunement tolerables aux plus avisez, si nos Princes d’eux mesmes, ou par les remonstrances de leurs conseillers, s’y affectionnoient pour en tirer profit et se conformer aux vertueux exemples de ces grans personnages y representés33 ». Cette critique de l’historien protestant inscrit avec pertinence l’entrevue de Bayonne dans un moment de culte monarchique auquel participa Élisabeth comme le signe fort d’une ambition irénique. Les événements suivants sont donc à saisir dans cette optique d’une performance du corps sacramentel qui ambitionne avec artifices, de rassembler la communauté des chrétiens.

  • 34 Godefroy T., Le Cérémonial françois, Paris, Sébastien et Gabriel Cramoisy, 1649, p. 763-764, BnF, m (...)

20Tout commença avec l’entrée de la reine à Bayonne. Le vendredi 15 juin 1565, Charles IX et Catherine laissèrent la reine pour rejoindre Bayonne les premiers. Élisabeth devait faire son entrée seule, sans le roi de France34. En fin de journée, la reine, portant une robe de velours violet richement décorée de cannetilles et de perles, était aux portes de Bayonne, attendant les nombreux cavaliers chargés de la recevoir et de l’escorter dans la ville. Ce fut au bruit d’une salve que la reine approcha de la première porte, donnant à voir de chaque côté arquebusiers et piquiers, puis elle fut accueillie par le gouverneur qui lui fit une belle harangue en français avant de lui remettre les clés. Le premier arc était entièrement consacré à la Paix incarnée par la reine, rappelant les dispositifs visuels employés pour ces premières réceptions en Espagne. En effet, la reine occupait le cœur de l’arc par un portrait éloquent de sa personne tenant à ses pieds le dieu Mars tandis que des nymphes lui tendaient des rameaux d’olivier. De nouveau, l’héraldique en complétait le sens, rappelant l’union des deux territoires par la présence des armes de France et d’Espagne.

21Élisabeth poursuivit son entrée jusqu’au palais, sous un dais de brocard dont les montants avaient été recouverts de velours azur et blanc. Elle avançait sur un cheval blanc, encadrée par le cardinal de Bourbon et le duc d’Orléans, sous une lumière douce filtrée par les draps blancs qui servaient de dais tout au long de la rue menant à l’église, rue ponctuée çà et là des armes de France et d’Espagne. La reine était suivie de sa sœur Marguerite toute vêtue de blanc, et de la comtesse d’Ureña à sa droite tandis que les autres dames de sa cour, plutôt vêtues de noir, fermaient sa suite. Devant elle, avançaient les musiciens et les rois d’armes pour ouvrir la marche. Arrivée à l’église, la reine s’agenouilla sur un prie-Dieu pour une édifiante prière publique accompagnée d’un Te Deum, puis le cardinal Strozzi la mena à l’autel pour la bénédiction. Après cette halte, la reine poursuivit jusqu’au palais et passa par un arc dédié à sa mère, représentée en veuve et accompagnée de ses deux fils couronnés et de ses trois filles portant également couronne. L’archétype de la veuve régente ayant fait couronner ses enfants devait en imposer aux Espagnols. Ce dernier arc transposait parfaitement les ambitions de Catherine et la gloire qu’elle tirait du prestige de sa Maison. Dès le lendemain, la succession étourdissante de jeux, simulacres et festins débuta avec un bal dans la grande salle du palais, décorée d’une tapisserie d’or, de soie et d’argent représentant l’histoire de la guerre des Carthaginois et d’Hannibal. Le roi et sa sœur la reine ouvrirent le bal, suivis de Marguerite et du duc d’Orléans puis de toute la cour. Le lendemain soir, dimanche 17 juin, tout le monde se plut encore à danser et le lundi suivant, ce fut encore un festin.

  • 35 Un tour de France royal… op. cit., p. 98 : Brûlart note dans son journal « que toute cette despense (...)
  • 36 Ibid., p. 317.
  • 37 Ibid.
  • 38 BnE, ms 6176, fol. 136 v° : Relacion del rreçibimiento y fiestas que se hizieron a la reyna nra. S (...)

22Les récits du séjour de la reine à Bayonne sont remplis de cette atmosphère de fêtes continuelles qui voulaient alors être perçues comme un moment de paix plurielle, d’une paix confirmée avec l’Espagne et d’une paix restaurée dans le royaume. La reine et sa cour, plus sobre dans ses atours que la suite française, avaient été au cœur de la rencontre dans un temps de diplomatie nécessitant un grand respect des préséances pour la plus grande gloire des deux partis. À partir de Bayonne, les retrouvailles étant achevées, la politique intérieure du roi de France sembla l’emporter sur la diplomatie. Les récits accordent beaucoup moins d’attention à la partie espagnole à partir de Bayonne. Ne comptent plus alors que la reine, vêtue à la française ou à la piémontaise dans un paraître déshispanisé, et le roi, tous deux acteurs principaux des bals et spectateurs-destinataires des fêtes. Les Espagnols sont rarement évoqués, si ce n’est pour souligner leur allure austère tandis que les Français brillent35. Les grands seigneurs convoqués par le roi et Catherine devaient être les acteurs de la rencontre, formant un écrin de belles parures pour recevoir la reine et participant aux tournois, aux mascarades et aux simulacres. Mais les acteurs ainsi magnifiés ne servaient pas seulement à éblouir par un éclat qui doit aussi illuminer la figure royale. En mettant en scène sa noblesse, Charles IX avait le désir de faire la démonstration de sa fortune qui dépendait ainsi, et de façon heureuse, d’une cour fastueuse et de belle renommée, qu’il étourdissait par les fêtes pour la détourner des guerres civiles. L’affrontement entre les deux partis confessionnels était d’ailleurs suspendu pendant la rencontre puisque les grands seigneurs présents à Bayonne, à l’exception de Philippe de Salm, comte de Rhingrave, étaient tous catholiques36. Au-delà du spectacle quotidien des bals et des joutes, la rencontre de Bayonne fut l’occasion d’un simulacre unique, celui d’une utopie de Concorde. Ronsard ne parlait-il pas des divertissements comme d’un « artifice de plaisir » pour « joindre et unir davantage » les nobles37 ? Le correspondant anonyme du manuscrit espagnol déjà cité avait aussi perçu l’enjeu de Bayonne comme un enjeu de paix, concluant « qu’il plaise à Dieu nous maintenir en cette paix et cette concorde38 ». Les récits ne furent pas seulement ce qui était attendu d’eux, c’est-à-dire des discours circonstanciés, ils apparaissent aussi comme le résultat d’une certaine fascination pour une harmonie retrouvée, une paix des peuples, comme étourdis eux aussi par les festivités, au point que seuls les divertissements comptent.

  • 39 Voir Édouard S., op. cit., p. 35-40.

23Et en effet, les divertissements étaient capables de restaurer un ordre ancien de fraternité des armes au nom de laquelle tous se battaient pour défendre des vertus communes. Ce fut le temps des chevaliers bravant la mort et triomphant par leur vertu comme ce jeudi saint de juin 1565, lorsque sur le soir, le roi et la reine assistèrent à la libération des prisonniers d’un château enchanté. L’aventure n’était pas sans rappeler celle du beau « Ténébreux » durant les fêtes de Binche en 154939. D’une couronne à l’autre, voire d’une génération à la suivante, les références à l’Amadis de Gaule et à l’Orlando furioso étaient toujours aussi fréquentes, fixant la trame des tous les scénarios dignes d’une fête royale. À Bayonne, la grande salle réservée aux bals avait été aménagée avec une estrade élevée sur huit gradins pour le roi, la reine et leurs suites afin d’assister à un simulacre de siège, celui d’un château enchanté qui retenait plusieurs demoiselles et chevaliers prisonniers. Dans le douzième chant de l’Orlando furioso, les chevaliers Roland et Roger étaient retenus dans un château par l’enchantement d’Atlante. À Binche, le prince Philippe, futur Philippe II, avait lui-même participé à une aventure dite de « l’épée enchantée », à forte réminiscence arthurienne, qui devait aboutir à la libération de chevaliers emprisonnés par le mage Norabroch. De même à Bayonne, l’enchanteur Merlin avait désigné le chevalier victorieux comme le plus brave et le plus vaillant, n’ayant jamais porté d’armes, celui dont les vertus en feraient l’élu comme pour l’épée du roi Arthur qui ne devait revenir qu’au fils de Lancelot. D’un simulacre à l’autre, de Binche à Bayonne, le château était pris d’assaut à plusieurs reprises mais sans succès. À Bayonne, ce sont des nains, comme dans les aventures d’Amadis de Gaule, qui annonçaient les joutes : un chevalier se présente aux portes du château, un nain vient s’enquérir de ses volontés, lui expose ce qu’il doit faire puis crie « Bataille », cri suivi de la sortie d’un chevalier en armure prêt à combattre et à rompre la lance. Après avoir vaincu le cavalier, le chevalier victorieux devait entrer dans le château et affronter des diables crachant du feu, mais l’épreuve principale, consistant à franchir une roue en mouvement, plongeait les chevaliers dans une illusion telle qu’ils en perdaient tout sens. Pour pouvoir atteindre le pont, au-delà de la roue, il fallait enfin affronter un géant portant une massue, ce que parvint à faire le duc d’Orléans, délivrant quelques demoiselles, mais la victoire finale devait revenir à Charles IX qui passa l’épreuve du pont, et put atteindre la tour renfermant l’enchantement, le brisa et délivra ainsi tous les chevaliers. De même qu’à Binche, en 1549, le privilège de délivrer les chevaliers avait été réservé à l’élu, celui pouvant manier l’épée enchantée, c’est-à-dire le prince Philippe.

  • 40 Relaciones históricas de los siglos XVI y XVII, Madrid, Sociedad de Bibliófilos españoles, 1896, p. (...)

24Cette journée du jeudi saint avait été placée sous le signe de la chevalerie puisque le simulacre du siège du château enchanté, fête éminemment chevaleresque, avait succédé à la cérémonie de la remise de la Toison d’or. Après la messe, les chevaliers de l’ordre de Saint-Michel et le duc d’Albe étaient sortis en procession pour rejoindre Élisabeth dans sa chambre et y déjeuner, puis sur les quatre heures de l’après-midi, le duc avait prié tous les chevaliers et serviteurs du roi de le rejoindre dans la grande salle où ils se mirent en bon ordre. Le duc d’Albe arrivait en dernier, avec à ses côtés le cardinal et le duc de Guise, et devant lui quatre rois d’armes ouvraient la marche en direction du roi qui venait recevoir la Toison d’or40. Le duc prononça un discours bref sur l’honneur que l’ordre recevait en intégrant le roi de France pour le plus grand bien de la Chrétienté puis il lui donna son habit et son collier. La fête donnée le soir dans la même salle magnifiait le jeune roi et ses vertus chevaleresques qui en faisaient un chevalier digne de l’ordre bourguignon. Il était une heure du matin lorsque la fête se termina, le spectacle avait duré près de trois heures, mais la journée de Charles IX n’était pas terminée puisqu’il alla souper avec le duc d’Osuna et fit de même tous les soirs avec un membre éminent de la suite espagnole.

Des fêtes étourdissantes

25Les festivités ne reprirent que le lendemain dans l’après-midi, conviant toute la cour et son nombreux équipage à une fête au bord de l’eau, voire sur l’eau puisqu’il s’agissait de rejoindre l’île d’Aiguemeau en passant à côté de plusieurs inventions flottantes, évocatrices des divinités maritimes comme Neptune, Triton ou encore des sirènes.

  • 41 Ce passage révèle le goût de cette culture courtisane pour la moquerie et il est regrettable que l (...)

26Rejoignant l’île en bateau pour le déjeuner champêtre, Élisabeth fut donc abordée par Neptune qui lui chanta quelques sonnets à sa gloire puis plus loin, Triton sur trois dauphins, chanta en son honneur, en s’accompagnant à la vielle. La traversée se fit en musique et la journée s’annonça des plus galantes. Sur l’île, la première table, placée sous un dais et élevée sur une estrade, fut réservée à la famille royale, puis avec sept autres tables, fermait un carré ombragé par une ramée autour d’un grand arbre central aménagé en fontaine. La famille unie par le sang, dominait un espace caractérisé par la mixité, chaque table comprenant Français et Espagnols. De part et d’autre de la table royale, se trouvaient le cardinal de Bourbon et trois dames françaises, accompagnés des évêques de Calahorra et de Pampelune puis à l’autre table, le duc de Najera, le comte de Saldaña et trois dames de la reine. Les grands officiers de sa Maison étaient présents mais séparés, Juan Manrique accompagnant le prince de La Roche-sur-Yon et don Fadrique de Portugal, son grand écuyer, étant à la table d’un Mantouan et de trois dames françaises. Quant au duc d’Albe, il occupait la dernière table, en face de la famille royale. Le repas fut accompagné de mascarades qui s’achevèrent sur les onze heures du soir. Tandis que la reine regagnait l’autre rive, deux incidents relevés par le chroniqueur espagnol, vinrent perturber, voire décontenancer le camp espagnol. Tout d’abord, le Prieur de Saint-Jean, don Fernando de Toledo, fils naturel du duc d’Albe, voulant accéder à la barque, manqua la planche et tomba dans l’eau. Il se releva tout trempé, ce qui fit beaucoup rire l’assistance et leurs majestés. Arrivant enfin sur l’autre rive, le comte de Benavente, à son tour, emprunta la planche pour quitter la barque mais il glissa et au lieu de finir dans l’eau, il atterrit dans un bourbier et en fut bien crotté, le terme espagnol « enlodado » signifiant tout aussi bien crotté que déshonoré. Le ridicule de ces deux situations eut des conséquences certaines pour ces deux malheureux personnages que le chroniqueur ne relève pas, se contentant d’en rire avec toute l’assistance, sur le mode du motejar41. L’humeur était légère et allait le demeurer les jours suivants grâce aux divertissements prévus pour la reine. Ce fut donc de nouveau un simulacre de siège le lendemain 24 juin, près de la rivière, suivi d’un festin.

  • 42 Ce fut dans cette optique d’interprétation que Ferdinand de Saussure avait rapproché la sémiologie (...)
  • 43 Sanders Pierce C., Écrits sur les signes, Paris, Le Seuil, 1978. Selon la théorie du sémiologue Cha (...)

27Le lundi suivant fut donnée la représentation d’un tournoi allégorique entre Amour et Vertu, dans la grande salle du palais. Un roi d’armes avait annoncé le programme qui reposait sur un différend opposant deux chevaliers, un Breton et un Irlandais. Les deux chevaliers soutenaient l’un contre l’autre, lequel de l’Amour ou de la Vertu était le principal. Ils furent autorisés à venir se justifier devant le roi avec force musique et éloquence, et réglèrent le différend par cartels, en désignant deux personnes de rang royal pour commander les quadrilles qui devaient s’affronter. Ce furent le roi et le duc d’Orléans qui les menèrent pour le tournoi. Ce tournoi, dans la tradition des mascarades, était chorégraphié en mettant en scène des personnages tirés de la mythologie, des romans de chevalerie et des comtes fantastiques. Tous ces personnages dont le succès reposait sur l’ingéniosité des costumes et de la mise en scène, dansaient et déclamaient des vers au roi et à la reine, dans un but tout à fait flatteur. Les discours convenus de ce genre de spectacle consistaient à élever les personnes royales dans un imaginaire de grandeur, un univers de l’improbable où les Idées peuvent prendre formes. Les mascarades reposaient sur la performance de signes formant un système cohérent, un langage capable de communiquer42. Dans ce cas, l’Amour et la Vertu deviennent des allégories personnifiées, créant deux mondes parallèles indissociables, celui des valeurs dont elles sont porteuses et qui élèvent leur destinataire dans la sphère de la quintessence, et celui de leur humanité apparente allégorisée, qui établit un lien physique entre le signe et le destinataire. Le langage des mascarades consistait à créer une osmose entre les images et le spectateur auquel elles étaient destinées. Lorsque Charles IX prend la direction du quadrille de la Vertu, il est associé au contenu même du discours de la Vertu, à la fois déclamé et représenté sur le char, où dominaient des allégories de la Prudence, de la Vaillance, de la Justice et de la Tempérance. La dynamique des signes ainsi mis en scène était capable de créer des liens avec leur destinataire, en tant que signifiant (l’apparence première, comme ici l’humanité du signe allégorique renvoie à l’humanité du roi), référent (ce que l’allégorie représente, c’est-à-dire la Vertu qui caractérise le roi et l’élève au rang d’Idée) et signifié ou interprétant qui renvoie à la Vertu comme valeur légitimatrice du Prince43. Le roi et la Vertu, par ce langage visuel et conceptuel, ne faisaient plus qu’un.

28Avant que n’entrassent en lice les chevaliers, les deux chars portant Amour et Vertu, pénétrèrent donc dans la place. Tandis que le char de la Vertu était marqué du signe de l’eau, s’écoulant ingénieusement du char, celui de l’Amour crachait du feu et portait à son bord des nymphes munies d’arcs et de flèches ; Vénus et Cupidon. Arrivé près de la reine et de sa mère, le char de l’Amour leur distribua de nombreux présents à elles et à leurs Dames. Le combat entre les cavaliers fut une belle prestation et le tournoi terminé, la soirée se prolongea au palais.

L’envers de Bayonne

29La Popelinière livra un récit très critique des festivités données lors du voyage de Charles IX, sans doute pour souligner l’indécence des propos flatteurs laissant imaginer la grandeur d’un royaume, en réalité accablé par les divisions, tandis que son voisin espagnol a su conquérir un empire. Son approche souligne la distance qui sépare le récit présent, celui qui fait entrer l’événement dans le mythe, et le discours historicisant établi avec du recul. Le regard critique de l’historien rompt la magie, ou, pourrait-on dire, la performance des images produites pour sublimer le corps du roi. Tout devient simulation d’une grandeur et d’une excellence « sans en voir les effets toutesfois, qu’en parade, montres, piaffes et aparences exterieures ». Si l’éloquence des vers poétiques et la force des images produisent un effet merveilleux sur l’imagination, il reste toutefois que ces mises en scène de l’absolue puissance d’un roi ne sont que « vrais tesmoignages d’une vanité naturelle, du tout eslognée de la vraie pratique d’une entiere et sollide vertu ». Le danger souligné par La Popelinière est la force de persuasion de l’image sur le roi lui-même, en flattant sa vanité et en satisfaisant l’ego de ces monarques « seulement curieux d’y repaistre la veuë, tournans l’esprit ailleurs, ils ne se plaisent qu’en la diversité des formes et couleurs : et en la riche étoffe de ce qu’on leur fait admirer comme simples et nouvelles creatures ». L’historien fournit une intéressante interprétation de l’éloge royal qui n’est pas seulement un discours du pouvoir pour forcer l’opinion mais aussi un discours pour convaincre le roi lui-même de sa puissance. L’éducation du prince prévoyait d’ailleurs de nombreuses mises en garde contre la flatterie, toutefois la force de persuasion des éloges conduisait au mal inévitable :

« Mais le plus grand mal toutesfois, qu’on y remarque, est que la plupart des Princes, faute de jugement et de bonne instruction, enflez de ces flateuses et imaginaires grandeurs : se persuadent jouïr de ces mesmes sur-naturelles magnificences qu’on leur fait regarder. Mesmes estre plus que ceux là. Voire avoir ja couru le rond de l’un et l’autre vieil et nouveau monde. Si qu’arrestez en la seule considération de leur fantastique fortune : montent si haut que desdaigneux de jetter la veuë sur ce bas, sur ce vil et tant abjet populaire, comme aucuns l’appellent : plusieurs ne font conte que d’entretenir ces vaines imaginations d’extraordinaires excellances. »

  • 44 Un tour de France royal… op. cit., p. 309.

30La Popelinière dénonce une royauté simulatrice d’une puissance qui n’est que faiblesse pour pouvoir régler les différends confessionnels mais aussi une royauté dissimulatrice des malheurs des guerres civiles en donnant l’illusion d’une parfaite concorde et d’une grande richesse. L’historien en vient alors à condamner les dépenses indécentes occasionnés par le voyage « comme elle [Bordeaux] rendit bon tesmoignage aux grands frais et despences excessives qu’elle fit au Roy Charles » ou encore la fontaine aménagée pour le festin sur l’île d’Aiguemeau qui coûta dix mille livres. Mais cela n’est rien comparé aux dépenses de l’année 1565 pour l’Argenterie et les costumes qui s’élevèrent à plus de deux cent vingt mille livres44. Devant cet étourdissement produit par la vanité du Valois, dans la simulation des vertus et la dissimulation des faiblesses, La Popelinière en vient à magnifier la vertu guerrière de Philippe II, car :

« C’est luy qui hors de telles fanfares et vrais masques de valleur, à bien sceu pratiquer la vraie et solide vertu guerriere et politique, pour eslever le nom Espagnol au Periode d’un honneur immortel par le moien des nobles, voire non pareilles conquestes du nouveau monde comme ceste histoire vous fera voir. »

  • 45 La Popelinière, op. cit., fol. 380 v°

31C’est avec regret néanmoins que l’historien conclut sur le déclin des Valois, victimes de « tels et autres accidens de plaisirs imaginaires45 ».

  • 46 AGS Estado – Francia, K 1503, no 6 (microfilm ANF).

32La fin du séjour de la reine approchant, il y eut encore un simulacre de combat, une représentation théâtrale puis la veille du départ, les deux camps s’échangèrent de nombreux cadeaux. Le lundi 2 juillet, la reine quittait enfin Bayonne, en compagnie du duc d’Orléans qui fit la route avec elle jusqu’à Segura, tandis que Catherine les avait laissés à Irun. On ne retint de Bayonne que le faste de ses fêtes mais rien de ses entrevues dont le vide remplit l’imagination du temps. L’information avait été biaisée, omettant d’insister sur les tensions précédant la rencontre, comme celles suscitées par la rencontre entre le Turc et Charles IX, à la mi-juin, à une lieue de Bayonne. Une relation française et anonyme de cette entrevue a été néanmoins conservée pour rendre compte, non plus des réjouissances, mais des chassés-croisés infructueux entre les émissaires46. Le duc d’Albe et le majordome Juan Manrique, selon cette relation, avaient recherché les moyens de s’entretenir avec la reine mère mais celle-ci semblait toujours se dérober à leur volonté. Les consignes du roi d’Espagne avaient été claires, il fallait encourager la couronne de France dans la voie du catholicisme et utiliser Élisabeth pour faire pression sur sa mère et son frère. Elle était aussi mandatée par le roi pour pratiquer auprès des principaux émissaires français et obtenir leur fermeté :

  • 47 González de Amezúa A., Isabel de Valois. Reina de España (1546-1568), Madrid, Gráficas Ultra, 1949. (...)

« La Roine d’Espaigne prendra et admonestera a part me dits seigneus les Cardinaulx, Duc de Montpensier, Prince de la Roche sur Yon, Connestable et marescal de Bordillon, conte de Villars, D’Anvuille et Cypierre de tenir tousjours la main et soustenir les catolicques au Conseil du Roy, sans respatir personne, et entretenir l’amytié du Roy d’Espaigne et de nostre Roy, ce que je m’asseure bien d’autre part qu’elle fera en l’endroit de la Royne sa mere et du Roy son frere47. »

  • 48 Lettres du duc d’Albe et de Manrique à Philippe II, les 15 et 21 juin 1565, AGS Estado leg. 1504, (...)
  • 49 AGS Estado – Francia K 1503, no 6 (microfilm AN).
  • 50 Kamen H., op. cit., p. 106.
  • 51 González de Amezúa A., op. cit., vol. III, p. 335 : Il cite une lettre de Juan Manrique au secrétai (...)

33Mais une fois sur place, les relations apparurent très tendues malgré l’allégresse des retrouvailles et des festivités. Le duc d’Albe et Juan Manrique rendirent compte au roi de la méfiance des Français, soulignant le parti de Charles IX contre une prise d’armes qui ruinerait davantage son royaume mais surtout le refus de Catherine de rencontrer le duc. Il n’était plus alors question d’amitié mais d’une grande défiance de la reine mère considérant le voyage de Bayonne comme un chemin bien court pour aller à la guerre48. Tandis que les Espagnols tentaient de jouer leur atout principal en la personne d’Élisabeth, celle-ci dut essuyer les remarques assassines de sa mère qui trouvait alors qu’elle était « devenue bien espagnole ! ». Elle lui aurait répondu qu’elle était en effet devenue espagnole, comme l’exigeait la raison, mais qu’elle était encore la même fille qui l’avait quittée en novembre 155949. Quand sa fille lui demandait sans comprendre, pourquoi la France refusait les décrets du concile de Trente, elle lui répondait « que en este reyno era diferente » et que les affaires se discutaient mieux dans les colloques, comme pour mieux souligner ce qui désormais les séparait. Surtout la reine mère refusait l’option espagnole de la violence qui consistait à décapiter la tête du parti protestant50. À l’issue de cette entrevue, les émissaires espagnols se résignèrent à cette impasse, jusqu’à qualifier de farce ce non événement51.

Servir qui ?

  • 52 Voir l’article de Rodríguez Salgado M. J., « « Una perfecta princesa » Casa y vida de la reina Isa (...)
  • 53 Ibid., p. 73. Trois missives font état de l’inefficacité de la reine : celle d’Antonio Rota, le 15 (...)
  • 54 Antonio Rota écrit en effet que « ne si crede che si sia per poter negotiar cosa alcuna sino alla (...)

34Les sources, peu nombreuses et peu éloquentes, rendent difficilement compte du poids politique de la reine, en dehors de son rôle dans la politique française du roi d’Espagne52. Il semblerait cependant qu’à ses débuts la jeune reine ait tenté de peser dans les négociations diplomatiques ou ne serait-ce pas plutôt les ambassadeurs qui tentèrent de l’utiliser comme intermédiaire ? Au printemps 1561, Claudio Ariosto, secrétaire et ambassadeur du duc de Ferrare à Madrid, négocia en vain un mariage entre le duc et la princesse Juana. Aux négociations prirent part les Français importants à la cour, comme le souligne Ariosto lui-même en se référant à « Madama di Vinoi [Vineux] govenatrice della Regina […] a tutta sua casa con una Madama di Claramont [Clermont] l’ambassatore di francia ensieme tenero proposis con la medessima Regina ». Demandant à la reine si elle était disposée à discuter du mariage entre le duc et la princesse, elle répondit aussitôt qu’elle pensait l’affaire réalisable et qu’elle interviendrait « piu che volontieri » pour favoriser le duc. Ariosto croyait alors que le roi, laissant la parole à ses ministres pour les négociations, consentirait au mariage. Malgré le bon vouloir de la reine, les négociations échouèrent et elle se révéla aussi inopérante, d’une influence nulle, lorsque Antonio Rota, autre émissaire du duc de Ferrare, la sollicita pour un logement à Madrid53. Quelques années plus tard, le même Rota expliquait au duc que la reine et la cour séjournant à Aranjuez sans le roi, toutes négociations étaient vaines, ne tentant même plus de se servir d’Élisabeth comme intermédiaire54.

Deux devoirs inconciliables

  • 55 La Ferrière H. de, Lettres de Catherine de Médicis, Paris, 1885, Tome III (1567-1570), lettre de Ca (...)

35Si la reine ne put agir sur les questions de diplomatie autres que françaises, elle devait au moins pouvoir remplir son rôle de reine de la Paix. Le corps de la reine Élisabeth devait doublement servir cet enjeu, en réalisant l’union et en sachant l’utiliser pour gouverner, ce qu’attendait d’elle Catherine de Médicis qui se montrait très soucieuse, en 1567, tandis que le roi devait se rendre aux Pays-Bas, de voir sa fille confirmée dans le rôle de régente : « que la royne ma fille doibt demeurer seulle par-delà gouvernante55 ». Catherine aurait souhaité, à n’en pas douter, voir sa fille réussir dans les tâches qu’elle lui assigna. Tout au long de sa correspondance avec Élisabeth, on ne peut être que saisi par la marque impérieuse de la mère qu’elle savait enrober de douceur maligne. Que penser de tous ces mots d’amour si convenus à l’époque, ces « si vous m’aimez », « aimez-moi » qui sous-entendaient de pratiquer pour la Maison de France si elle voulait garantir en échange l’amour de sa mère ?

  • 56 Lettres de Catherine de Médicis… op. cit., Tome I, p. 571, lettre de Catherine de Médicis à Élisabe (...)
  • 57 BnF, ms fr. 15875, fol. 403 r° : Claude de Vauperge à Catherine de Médicis, lettre autographe non (...)

36Elle devait donc agir sur le roi pour les intérêts de sa Maison mère au nom de cet amour qui les unit et dont la reine mère use par chantage pour opérer un transfert d’affection entre Philippe II et Élisabeth sur la Maison de France, surtout après la mort de François II, soucieuse d’établir une amitié, dans la continuité, avec Charles IX : « […] pour vous dyre, ma fille m’amie, que d’aultent que vous nous aymés, que métyés pouyne d’entretenyr le Roy, vostre mari, en la bonne volonté, laquele y portet au feus Roy, vostres pere et frere56… » Elle rappelait ainsi sans cesse à sa fille les devoirs qui étaient les siens à la cour de son mari, et devaient surtout servir sa Maison mère, comme savoir se faire apprécier pour entretenir les bonnes relations entre les deux cours, mais aussi savoir séduire pour conserver l’amitié du roi et sans doute, comme elle devait l’espérer, étendre son empire sur son époux et lui permettre de jouer un rôle politique. Mais c’était méconnaître Philippe II et surestimer les dispositions de la jeune reine en matière de négociations. Élisabeth elle-même devait être consciente des limites imposées à son rôle et ce fut toujours avec la meilleure volonté qu’elle servit les ambitions de sa mère, cette volonté évoquée précédemment par l’ambassadeur de Ferrare ou encore par Madame de Vineux lorsqu’elle écrit à Catherine « je ni ai point veu faire chose de meilleure volonté57 ». Dans cette même lettre, la dame évoque la fidélité de la reine au sang dont elle est sortie, prenant les affaires de sa mère « a cœur et ni oblie rien de sa faveur ». Depuis son arrivée en Espagne, « tout est por lanvie quelle a de vous randre treshumble obeisansse », mais la dame, tout en exprimant clairement le lien de soumission de la reine, souligne avec lucidité la situation à la cour d’Espagne, où la reine doit aussi fidélité au roi et se trouve donc limitée dans ses actions, et « ce nest sans poine por la crainte quelle a dimportuner le Roy son mary ».

  • 58 Sarpi P., Histoire du Concile de Trente (édition originale de 1619), traduction française de Pierre (...)
  • 59 BnF, ms fr. 3902, fol. 76 r°-79 v°, lettre autographe d’Élisabeth à sa mère, non datée.

37Cette lettre concernait le passage de Louis d’Auzances à Madrid, en septembre 1561, pour justifier la politique de tolérance de la reine mère et la tenue du colloque de Poissy à cette même date58. Depuis mars 1560, la grande persécution ordonnée par Henri II était suspendue et nul n’était désormais arrêté pour « le fait de la foi et religion ». L’édit de Romorantin, en mai 1560, prévoyait cependant d’interdire toutes réunions publiques ou privées des protestants sans pouvoir néanmoins interdire la liberté de conscience individuelle. Catherine de Médicis poursuivit cette politique d’équilibre des partis avec le cardinal de Lorraine et le roi envisageait, à cette même époque, la tenue d’un concile national pour réformer l’Église et rétablir l’unité chrétienne. La politique de conciliation, loin de convaincre le roi d’Espagne, l’inquiétait, car les nobles protestants se montraient de plus en plus virulents et les troubles avaient repris dès le printemps, avec toutes ses manifestations iconoclastes. Les revendications de liberté de culte public et le manque de fermeté de la régente inquiétaient aussi Philippe II de voir se constituer un nouvel État protestant aux portes de ses Flandres où la situation risquait aussi de basculer. Il confia donc le soin à Élisabeth d’écrire à sa mère pour lui exposer tous les risques qui l’amèneraient légitimement à soutenir le camp catholique car « il luy touche autant qua personne car estan France entre Flandres et Espagne ne sont pas loin59 ».

  • 60 Ibid. Madame de Vineux écrivit à la reine mère à la même époque, qu’Élisabeth avait été fort réjoui (...)

38La lettre d’Élisabeth, une des plus longues qu’elle ait jamais écrite, est une lettre politique. Si la reine prit elle-même la plume, ce fut sans doute sur la demande du roi ou selon son inclination à donner plus de poids à l’information dans l’espoir de la rendre efficace. En trois actes d’une pièce dramatique, la Reine Catholique présentait sa bonne volonté d’aider d’Auzances alors que les rumeurs les plus folles discréditaient le gouvernement de la France, et lui rappelait qu’étant catholique elle-même, cette embarrassante affaire la touchait autant que son royal époux ; enfin, les rumeurs s’en prenant à sa propre famille, il était temps d’agir et de « chastier », pour sauver au moins l’honneur de la Maison. Élisabeth commençait donc sa lettre en dressant un tableau des plus noirs concernant la réception des affaires de France à la cour d’Espagne, aussi catastrophique d’ailleurs que l’arrivée de l’émissaire, monsieur d’Auzances, « en si movaise heure en cette court que javois grand peur quil nauroit pas si bonne odiense ». Il semblait difficile à l’émissaire de se faire entendre du roi qui était fort « embouches de tout ce qui s’estoit passe en France », « si scandalises de l’assemblee des evesques et du conge que lon avoit donne aux lutheriens ». Élisabeth pouvait alors faire valoir, dans ces conditions extrêmes, et avec une habileté inédite, que ce fut grâce à elle que d’Auzances put finalement avoir audience avec le roi : « si vous diresge bien madame que sens les ofisses que mosieur lambassadeur et moy avons faits je ne say sil eut si bon visage60 ». En effet, non seulement le roi le reçut mais il fit aussi très bonne impression, ce qui sembla grandement le contenter. En bonne fille, Élisabeth soulignait aussi que ce fut l’autorité même de sa mère qui fit fléchir le roi, et rappelait combien son commandement avait de poids sur elle :

« Ce commandement que vous aves sur moy est si grant que encores que ne luy portisse point la volonté que je sois cestoit asses pour man faire parler avec telle afection comme vous pouvez penser mais outre votre commandement madame je desire tant quil connoyse combien je desire faire voir luy que jen suplie le roy monseigneur avec toute lintansse quil ma este possible.

  • 61 Paris L., Négociations, lettres et pièces relatives au règne de François II, Paris, Imprimerie roya (...)
  • 62 Lettres de Catherine de Médicis… op. cit., p. 326, lettre de Catherine de Médicis à Fourquevaux, du (...)

39En 1564, Brantôme rendit compte de cette espèce de tyrannie exercée par Catherine de Médicis, une mère crainte de sa fille qui pourtant l’honorait, la respectait mais la craignait tellement qu’elle ne recevait jamais une de ses lettres sans trembler à l’idée de l’avoir mécontentée61. Catherine de Médicis rappelait fréquemment à sa fille par l’entremise de ses ambassadeurs, qu’elle devait toujours se souvenir de ses liens de parenté et le lui fit d’ailleurs dire explicitement au moment de l’incident du massacre des Huguenots en Floride par des Espagnols, craignant par la suite une rupture diplomatique, « qu’elle ne sçauroit pour chose qui advienne rien oublier de ce qui apartient au sang dont elle est sortie62 ». Cependant, avec l’affaire du colloque de Poissy, Élisabeth en était venue à exercer elle-même un chantage.

  • 63 La Ferrière H. de, Rapport sur les recherches faites à la Bibliothèque impériale de Saint-Petersbou (...)

40Le deuxième acte relevait de la pratique de la dissimulation, l’ombre de Philippe II planant sur les mots. La reine feignit l’innocence en rappelant à sa mère que « vivans tous comme bons catholiques vous ne sauries rien demande qui manssoit refuser ». Si, comme le soutenait Élisabeth, sa mère et elle étaient bien toutes deux de bonnes catholiques avec les mêmes désirs de voir triompher leur religion, alors elle la suppliait « de ne vouloir dissimuler chastier les meschans ». Et si jamais ils étaient trop nombreux, alors il suffirait à la reine de demander pour obtenir de sa fille et du roi toute l’aide nécessaire, « car nous vous baillerons tous nos biens nos gens et se que nous avons pour soutenir la religion ». L’aide proposée ne pouvait être refusée au point que, écrit-elle encore à sa mère : « vous ne treuverez point movais que ceux qui demanderont secours audit roy monseigneur pour guarder la foy il luy donne car il luy est oblige et davantage ». Il était donc dit en substance que l’Espagne était prête à jouer le jeu des dissensions, comme le roi le fit plus tard en soutenant les efforts de la Ligue. La réponse de Charles IX, sous la dictée de Catherine de Médicis, ne s’était pas fait attendre et dès le retour de Louis d’Auzances, le roi avait écrit à L’Aubespine que le roi d’Espagne pensait certes agir en « parfait amy » mais qu’il n’était pas licite à ses sujets, même catholiques, « de s’eslever contre son prince », trouvant une telle requête déplacée car elle n’était pas sans rappeler, selon le roi, la part de certains Espagnols dans la conjuration contre François II63.

  • 64 BnF, ms fr. 3163, lettre secrète de Saint-Sulpice à Catherine de Médicis, datée sans doute du 18 s (...)

41Après les démonstrations d’amour et de chantage, Élisabeth s’avança sur le terrain de l’honneur en troisième acte. L’ultime tentative touchait le point sensible de la contamination hérétique de la famille royale. La reine évoquait les rumeurs qui accablaient son oncle le roi de Navarre et surtout son entourage, ce qui lui faisait assurément grand tort au regard de tous « les preschemens et autres choses qui se font ordinairement en la mesme cour ». Devant l’énormité de la situation, elle usait encore de l’innocence, soutenant qu’à la cour d’Espagne, elle s’évertue à soutenir le contraire de toutes les rumeurs qui circulent mais qu’elle « avoit beau prescher du contraire », les faits étaient accablants. Elle exigeait donc de sa mère de fournir les preuves de sa détermination à rétablir le catholicisme, « qui me fait vous suplier de les enfins faire bien chastier », « car issy nous ne croyons que se que nous voyons ». Pour toucher le cœur de sa mère, elle alla jusqu’à se mettre en position de victime de ses manquements. Tout en se faisant l’avocate de sa famille, contre les rumeurs, elle fit état des pratiques dont elle était l’objet. Le duc d’Albe, homme dangereux qui tenait la politique du roi dans sa main et incarnait ici l’opinion de la cour, assurait la reine que sa mère était seule responsable de la politique royale envers les « luthériens », en maître absolu du gouvernement. Élisabeth en fut si bien persuadée qu’elle avouait à sa mère ne plus pouvoir lui « trover descuses » la suppliant de ne plus la faire passer pour une « manteuse ». La question de la duplicité de Catherine de Médicis fut certainement un sujet de conversation à la mode et Élisabeth eut de nombreuses occasions, par la suite, de s’en alarmer64. La dissimulation de la mère était ainsi dévoilée, tout n’était que mensonge dont personne à la cour d’Espagne n’était dupe à l’exception (sans doute feinte) d’Élisabeth. Il lui restait alors à conclure sur le devoir de sa mère de cesser de temporiser, puisqu’il « y aura tousiours plus de meschans » et « issy » en Espagne, « ils savet bien que du tamps du feu roy monseigneur et pere que lon les chatioit ».

42Le maître mot de cette longue lettre était de « chastier » les « luthériens » et Élisabeth mit tant d’ardeur à persuader sa mère qu’elle prit la précaution de mettre le tout sur le compte de l’amour qu’elle lui portait et de sa volonté de la servir au mieux ainsi que son devoir envers le roi :

« Je prans la hardiesse de vous dire tout sessy massurant que vous ne le treuveres movais […] se que jen dis est pour lafection que jay a vostre cervice […] et aussy que outre l’honneur que jay destre vostre fille jay tant dautres obligations que je ne vous ferois mon devoir si je ne vous descrivois tout se que jay et que je pance. »

43Il semble qu’en la circonstance, la fille pratiquait comme sa mère, mais sans grands résultats.

Maintenir l’amitié entre les deux Maisons

  • 65 BnF, ms fr. 17830, fol. 23 v°-30 v° : Instruction à monsieur d’Oisel envoyé de la part du roi vers (...)
  • 66 Sarpi P., op. cit., p. 698 : selon le même propos contenu dans l’instruction de d’Oisel, Sarpi soul (...)
  • 67 BnF, ms fr. 17 830, fol. 160 r° : Lettre de Charles IX à Saint-Sulpice.

44Deux ans plus tard, au terme de la première guerre et de l’édit de pacification d’Amboise (19 mars 1563), un nouvel émissaire, Henri Clutin d’Oisel, fut envoyé à la cour d’Espagne pour faire entendre au roi « les grandes et justes causes qui ont […] déterminé les maux et calamitez de ce Royaume par le moyen d’une paix » et l’assurer de la « bonne et sincère intention au bien et conservation de la ligue catholique65 ». Concernant cette ambassade et la compétition entre la France et l’Espagne pour le droit de présidence au concile de Trente, en juillet 1563, Élisabeth n’est jamais mentionnée, totalement absente des comptes rendus d’ambassade. Pourtant, la mission de d’Oisel n’était pas sans rappeler celle de Louis d’Auzances deux ans plus tôt. Il s’agissait là encore de convaincre le roi d’Espagne de la nécessité de pacifier le royaume ruiné par la guerre « en accordant à ceux de la nouvelle religion une partie de ce qu’ilz demandoient », sachant, comme le roi d’Espagne le croyait, que le « cœur du mal » n’étant coupé, il referait vite surface. D’Oisel devait donc convaincre Philippe II de trouver une solution en profondeur, c’est-à-dire de convoquer un concile qui fût général, ce que n’était pas le concile de Trente, « d’autant que la moitié de la chrestienté n’y est comparüe et ne l’approuve pour libre et general Concile ». Il était question de transférer au moins le concile de Trente « en quelques lieux de Germanie » afin de ne plus marginaliser les pays réformés66. La mission eut toutes les apparences de la réussite puisque d’après d’Oisel, le roi s’était montré satisfait de cette paix67.

  • 68 BnF, ms fr 3162, fol. 69 v° 70 r° : Lettre secrète de Saint-Sulpice à Catherine de Médicis, non da (...)
  • 69 Sarpi P., op. cit., p. 981 : l’incident débuta avec les prétentions du comte de Luna, Claudio Ferná (...)

45L’amitié entre les deux maisons semblait alors déterminante et Élisabeth permit sans aucun doute de la favoriser dans le cœur du roi. D’Oisel a pu confirmer l’amitié et la loyauté du roi malgré les intrigues de « quelques dissimulateurs de leurs passions » qui auraient voulu ruiner l’influence française et saper l’amitié du roi. Une source permet d’en percevoir les éventuelles pratiques sur la reine. Il s’agit d’une lettre secrète de Saint-Sulpice à Catherine de Médicis, datant du début de l’année 1564, dans laquelle il rend compte de son opinion, qu’il partage avec Lansac, sur les pratiques des ministres de la cour qui mettent « grand peyne d’user de tous les artifices » pour « intimider » la reine et la mettre en quelque « soupçon68 ». L’ambassadeur dénonçait « les ministres si malicieux » qui cherchaient à rompre le lien de sang, à « brouiller » la reine et son parti français, l’invitant alors à se méfier de ceux qui, pour leur propre intérêt, cherchaient à « luy restraindre la liberté » de peser dans les négociations, soit « de commander ». L’amitié elle-même passait pour un artifice, une pratique du roi pour dissimuler les tensions comme au moment du conflit pour la présidence lorsque le 29 juin 1563, le comte de Luna, ambassadeur d’Espagne à Trente, se plaça lors d’une cérémonie, de sorte à recevoir l’encens et la paix en même temps que les représentants français qui quittèrent alors la cathédrale Saint-Vigile et menacèrent même de quitter Trente69.

  • 70 BnF, ms fr. 17830, fol. 162 r°, op. cit.
  • 71 Ibid, fol. 169 r° : Lettre de Saint-Sulpice au roi Charles IX, le 13 janvier 1564.
  • 72 Ibid, fol. 175 r° : Lettre de Saint-Sulpice au roi Charles IX, le 2 mai 1564.
  • 73 BnF, ms fr. 17830 : Extrait de l’instruction du sieur de l’Aubespine Le jeune anvoyé par le Roy en (...)

46Pour sauver la bonne entente, toute l’affaire fut portée par les Français au crédit du pape Pie IV, soupçonné de vouloir saper le concile avec des questions de préséance. Charles IX présentait donc l’affaire comme une malsaine mise « en competence pour le droit de presedence70 », ce que confirmait Philippe II l’année suivante, en janvier 1564, lors d’une conversation avec l’ambassadeur Saint-Sulpice venu le visiter à Monzón. Les deux hommes avaient convenu que les papes précédents avaient pour la plupart dégradé l’image de Rome et favorisé les dissensions mais qu’il fallait laisser agir ce dernier, Pie IV, pour remédier aux maux71. Les tensions étaient en fait bien réelles puisque Philippe II chercha à se faire couronner empereur des Indes, ce qui aurait placé l’ambassade française en troisième rang72. Finalement, tout le monde mit beaucoup d’ardeur à l’emporter sur l’autre tout en feignant de n’y accorder aucune importance et ce fut finalement le pape qui s’en excusa au roi d’Espagne73. L’incident fut néanmoins important, créant pour longtemps de profonds ressentiments en France. À la cour d’Espagne, il eut sans doute aussi des répercussions sur l’entourage français de la reine.

Peser dans les négociations

  • 74 Cocula A.-M., Brantôme. Amour et gloire au temps des Valois, Paris, Albin Michel, 1986, p. 192.

47Cette digression un peu longue du côté de la diplomatie franco-espagnole met en évidence le peu de poids de la reine d’Espagne dans les négociations malgré toute sa bonne volonté. Catherine était consciente des nombreux handicaps de sa fille mais aussi des qualités qui pouvaient lui permettre de l’emporter. Les émissaires de la reine avaient souvent pour mission de faire des rapports détaillés non seulement sur l’état de santé de la reine mais aussi sur les intrigues de la cour, en plus de quelques missions d’espionnage. Après son retour d’une expédition pour libérer Peñon de Velez en août 1564, Brantôme avait fait un long séjour à la cour de la reine Élizabeth, pour ne la quitter qu’au départ pour Bayonne. Il devait espionner pour le compte de Charles IX, l’état des armées de Philippe II et de sa flotte, tout en visitant la reine le plus souvent possible pour prendre note de sa santé, et la pousser à soutenir les projets matrimoniaux de sa mère, auprès du roi son époux74. Catherine de Médicis comptait beaucoup également sur les ambassadeurs pour achever la formation politique d’Élizabeth, écrivant à L’Aubespine sans doute en cette année 1561, qui marqua le début des discordances avec l’Espagne :

  • 75 La Ferrière H. de, Rapport… op. cit., p. 28.

« Bien que Dieu mercy, elle ait le naturel bon et l’entendement tel que quand elle le voudra appliquer à quelque chose je m’assure qu’elle le fera bien, si est-ce que pour la jeunesse qu’elle a elle ne peult avoir tant de cognoissance que l’âge et l’expérience des choses du monde luy pourront apporter, et je scay combien vos sages discours et advis luy sont venus en ayde75. »

  • 76 BnF, ms fr. 10 751, fol. 33 r° : Lettre de Fourquevaux à Catherine de Médicis, le 3 novembre 1565.
  • 77 Rodríguez Salgado M. J., art. cit., p. 80.

48Il semble en effet qu’avec le temps et l’expérience, Élisabeth se soit davantage imposée à la cour, surtout après l’entrevue de Bayonne. Fourquevaux en rendit compte à la reine mère dès le mois de novembre 1565, indiquant que depuis l’entrevue et le retour de la reine à Madrid, elle était toute occupée « à donner audience, et la main aux Sieurs et dames » qui l’avaient visitée. Elle semblait même pressée, d’après l’ambassadeur, d’intervenir dans les affaires de sa mère en commençant par se faire sa voix auprès du roi, se montrant « soigneuse et desirente de participer à ses travaux, et soucis par la communication de ses affaires » avec la satisfaction de pouvoir la seconder et d’alléger ainsi sa peine. La lettre allait même jusqu’à dévoiler le nouveau rôle de quasi-espionne que la reine comptait jouer et qui démontrait les effets de Bayonne sur elle, à savoir que les liens anciens avaient été renoués et qu’Élisabeth se sentait prête à agir pour les intérêts de son sang. Elle était donc désireuse d’avoir connaissance de toutes les affaires de France pour être en mesure de « fonder si rien se brasseroit [en Espagne] dont le Roy son frere peust estre interessé […] et qu’elle feroit tout devoir à elle licite, et possible de l’empescher76 ». Elle fit si bien qu’en 1568, l’ambassadeur du roi d’Espagne en France se plaignait des lettres et des indiscrétions de la reine77.

  • 78 Lettres de Catherine de Médicis… op. cit., Tome II, p. 320 : Lettre de la reine mère à L’Aubespine, (...)
  • 79 Ibid. : « mais il fault que ce enfournement soit saigement et prudemment conduict, afin aussy que l (...)

49Ce fut un temps propice aux négociations de mariage auxquelles la reine participa non sans quelque plaisir. Tandis qu’Élisabeth tardait à être « grosse », et donc enceinte, un incident survint à Alcalá de Henares où le prince don Carlos poursuivait ses études en compagnie de don Juan d’Autriche et d’Alexandre Farnèse. Le 9 mai 1562, le prince fit une très grave chute dans les escaliers, dit-on en poursuivant une fille de mauvaise vie, et se fendit le crâne au point que toute la cour et les médecins le crurent perdu. Sa guérison allait être alors assurée par l’heureuse intercession du merveilleux corps du frère don Diego de Alcalá. Mais en attendant cet heureux dénouement, la nouvelle de l’état critique de don Carlos, qui parvint en France rapidement, avait ouvert des perspectives inattendues à Catherine. En cas de décès du Prince, sa fille allait enfanter du futur souverain de la monarchie hispanique. Ses inquiétudes à ne point voir sa fille enceinte redoublèrent et ce fut alors que l’idée d’un nouveau mariage germa dans son esprit. Aussitôt, elle confia à l’ambassadeur L’Aubespine sa volonté de marier Charles IX à la princesse Juana, « ayant bien considéré l’inconvénient que tiens pour certain du prince d’Espagne » mais « encores que je ne fasse doubte que ma fille ne soit pour avoir des enfans avec la grace de Dieu, qu’il m’a semblé que je ne puis sur ceste occasion faire chose plus utille au royaume que de trouver moien de conduire le mariage de la princesse de Portugal et du Roy, encore que les ages soient assez dissemblables78 ». Le roi Charles IX n’avait pas encore douze ans alors que la princesse en avait déjà vingt-sept. Catherine espérait ainsi prendre une autre précaution pour consolider les liens avec l’Espagne et maintenir la paix, voire obtenir pour la princesse et future bru, après disparition du roi, les Pays-Bas et le duché de Milan. La reine mère mesurait les difficultés d’une telle négociation et en avait donc appelé à la discrétion et « dextérité » de sa fille, pour ne pas froisser le roi en évoquant toutes ces funestes hypothèses, et faire penser que sa fille n’aurait jamais de descendance79.

  • 80 BnF, ms fr. 3162, fol. 22 v° : Lettre secrète de Fourquevaux à Catherine de Médicis.
  • 81 Lettres de Catherine de Médicis… op. cit., T. III, p. 150.

50Le projet échoua et il ne fut presque plus question de mariage tant que le rôle d’Élisabeth parut dérisoire à la cour. Fin 1563, cependant, Élisabeth et Saint-Sulpice tentèrent de mettre en œuvre un mariage entre le prince don Carlos et Marie Stuart80. Mais ce fut à Bayonne surtout que Catherine se remit à ses projets, échouant encore à tenter de marier Juana avec Henri d’Orléans, Charles IX avec la fille aînée de l’empereur, et Marguerite avec le prince don Carlos. Dès septembre 1567, elle poussa encore sa fille à convaincre le roi d’autoriser le mariage de sa cousine Anne avec Charles IX81. Un an plus tard, en octobre 1568, la jeune reine Élisabeth mourait en couches et sa mère, exprimant au roi toute sa peine, lui faisait part aussi de son inquiétude à voir s’éteindre cette flamme de la paix, ce corps n’étant plus « pour le bien que c’étoyt de la conservation de la pays et amytié entre le Roy vostre frère et Vostre majesté ». Catherine ne perdait pas de vue l’alliance, cherchant à remplacer Élisabeth par son autre fille Marguerite et de poursuivre les négociations pour Charles IX. Mais ce fut finalement Philippe II qui épousa sa jeune cousine Anne et laissa à Charles IX, Élisabeth d’Autriche, la sœur cadette de la cousine autrichienne. Les deux mariages furent célébrés en 1570 pour maintenir la paix, mais en réalité les espoirs d’une paix durable s’étaient éteints avec la perte d’Élisabeth de Valois, comme le laissait supposer cette épitaphe de Brantôme dans ses Mémoires :

  • 82 Brantôme, Mémoires contenant les Vies des Dames illustres de France de son temps, Leyde, Jean Sambi (...)

« Dessous ce marbre gist Elizabeth de France,
Qui fut Reyne d’Espagne et reyne du repos,
Chrestienne et catholique : sa tres-belle presence,
Nous fut utile à tous : or que ses nobles os,
Sont du tout asseichez et gissent dessous terre,
Nous n’aurons rien que mal, que trouble, et que guerre82. »

51Le corps d’Élisabeth, malgré ses difficultés à peser dans la politique du roi et dans les négociations, avait su néanmoins garantir la paix. La reine assura cette entente en grande partie par son pouvoir de séduction. Un pouvoir qui fut aussi son devoir.

Notes

1 Ruble A. de, Le Traité du Cateau-Cambrésis, Paris, Adolphe Labitte, 1889.

2 Romier L., Les Origines politiques des Guerres de Religion, Paris, Perrin, 1913, p. 343.

3 Paris L., Négociations, lettres et pièces diverses relatives au règne de François II, Paris, Imprimerie royale, 1841, p. 79 : Lettre de L’Aubespine en août 1559 à propos de la religion, en Espagne, qui se trouble même chez les plus grands d’où le retour du roi. Relación del Auto que hizo en Valladolid el dia de la Sanctissima Trinidad Año de 1559 por mandado de los señores Inquisidores contra los luteranos y judios y de la Majestad con que se hiço de los Palanques y Tablados, Bibliothèque Royale Albert Ier, Bruxelles, ms 1417-49, voir également mon ouvrage L’Empire imaginaire de Philippe II, Paris, Honoré Champion, 2005, p. 120-124.

4 Cité par Romier L., op. cit., p. 364.

5 La Popelinière, L’Histoire de France enrichie des plus notables occurrances survenues ez Provinces de l’Europe et pays voisins, soit en Paix soit en Guerre… Depuis lan 1550 jusques a ces temps, par Abraham H., 1581, vol. 1, p. 134.

6 Sur ce sujet de la paix, voir l’ouvrage de Christin O., La paix de religion. L’autonomisation de la raison politique au XVIe siècle, Paris, Le Seuil, 1994.

7 Selon les termes employés par le roi lui-même dans une lettre à sa tante Marguerite de Parme, alors gouvernante des Pays-Bas, dans Gachard L. P., Lettres écrites par les souverains des Pays-Bas aux Etats de ces provinces depuis Philippe II à François II, Bruxelles, 1851, p. 27. D’après la thèse de Reinbold M., la politique de Philippe II envers la France n’aurait cependant pas été déterminée par des questions confessionnelles, voir son ouvrage Jenseits der Konfession. Die Frühe frankreichpolitik Philipps II von Spanien 1559-1571, Ostfilder (Thorbecke), 2005.

8 Voir Parker G., Felipe II, Madrid, Alianza, 1994 [1979], p. 107.

9 BnF, ms fr. 3163. Lettre secrète de Saint-Sulpice, fol. 19 v° : « Jay tenu plusieurs aymables propos au prince d’Eboly, de la part de la Royne, de la recongnoissance quelle a de la bonne volonte et affection quil a tousjours monstre qui portoit a elle, et a ce qui la touche, et des bons offices qu’ils faisoit ».

10 La Popelinière, op. cit., vol. 1, fol. 380 r°.

11 Il s’agirait vraisemblablement du diplomate Paul de Foix (1528-1584).

12 BnF, ms fr. 3163, fol. 72 r° : Lettre secrète de Saint-Sulpice au roi, du 29 mars 1565.

13 BnF, ms fr. 17830, fol. 188 v° : Jean Ébrard, seigneur de Saint-Sulpice, à Catherine de Médicis, le 16 février 1564, fol. 188 v°.

14 BnF, ms fr. 3163, fol. 162 r° : Saint-Sulpice au roi, le 26 mars 1565.

15 Ibid.

16 Kamen H., Felipe de España, Madrid, Siglo XXI de España Editores, 1997, p. 105 : AGS, Estado, legajo 145, fol. 196. Voir également Cuentas y recaudos de lo pagado por Francisco de Villalpando contralor de la Reina, por los gastos de la jornada de Bayona y vuelta a Segovia, 1565-1566, AGS CSR leg. 41, no 2.

17 BnF, ms fr. 3163, fol. 81 r°, lettre de l’ambassadeur Saint-Sulpice à Catherine de Médicis, le 12 avril 1565.

18 Ibid.

19 ASMo, Busta 7, Comte Taddeo Manfredi au duc de Ferrare, Madrid, le 5 mai 1565.

20 BnF, ms fr. 3163, fol. 81 r°, op. cit.

21 BnF, ms fr. 3163, fol. 91 r°, Lettre de Saint-Sulpice à Catherine de Médicis, le 23 mai 1565.

22 IVDJ, Ms envío 7, no 10 : Relación del Rescibimiento que está ordenado en la ciudad de Burgos a la Reyna Nra. Señora en este presente mes de mayo de mil e quinientos y sesenta y cinco años.

23 BnF, ms fr. 20647, fol. 9-10, Avis de Bayonne.

24 Boutier J., Dewerpe A. et Nordman D., Un tour de France royal. Le voyage de Charles IX (1564-1566), Paris, Aubier, 1984, p. 98.

25 BnF, ms fr. 19595, Nouvelles de larryvee de la Royne catholique en la ville de Bayonne.

26 Ibid.

27 BnF, ms fr. 17830, fol. 189 v° : Lettre de Jean Ébrard, seigneur de Saint-Sulpice, à Catherine de Médicis, le 16 février 1564.

28 Ample discours de l’arrivee de la royne catholique sœur du roy à Sainct Jehan de Lus : de son entree à Bayonne, et du magnifique recueil qui luy a esté faict…, Paris, J. Dallier, 1565, également le récit manuscrit Relacion del rreçibimiento y fiestas que se hizieron a la reyna nra. Señora muger del rrey don Felipe nro. Señor, quando el año de Quinientos y sesenta e cinco fue a ver la reina de Françia su madre y al rey de Françia su hermano a Françia en Vayona que [es] tres leguas de la Raya de Castilla, BnE, ms 6176, fol. 127-136.

29 Relacion del rreçibimiento… op. cit.

30 Ample discours… op. cit.

31 BnE, ms 6176, fol. 127 r°-136 r°.

32 Marin L., Le Portrait du roi, Paris, éditions de Minuit, 1989.

33 La Popelinière, L’Histoire de France enrichie des plus notables occurrances survenues ez Provinces de l’Europe et pays voisins, soit en Paix soit en Guerre…, par Abraham H., 1581, vol. 1., fol. 380 v°.

34 Godefroy T., Le Cérémonial françois, Paris, Sébastien et Gabriel Cramoisy, 1649, p. 763-764, BnF, ms fr. 3159, Pour la réception d’Élisabeth Reyne d’Espagne, sœur de Charles 9 a bayonne l’an 1565, fol. 133 r°-134 v°, et Ample discours de l’arrivee de la royne catholique sœur du roy à Sainct Jehan de Lus : de son entree à Bayonne, et du magnifique recueil qui luy a esté faict…, Paris, J. Dallier, 1565.

35 Un tour de France royal… op. cit., p. 98 : Brûlart note dans son journal « que toute cette despense et magnificence estoient du costé du Roy ; car quant aux Espagnols, ils vindrent aussi simplement accoustrés et habilles que l’on les vit jamais. Au contraire, du costé du Roy, vous eussies dit que chacun combattoit a qui avoit le mieux en ordre », p. 316. Forneron H., dans l’Histoire de Philippe II, Paris, Plon, 1881, t. 1, p. 323, cite également une dépêche de l’ambassadeur anglais William Pheyre, du 12 mai 1565, signalant que seule la dame Magdalena Girón était jolie et qu’une partie de la compagnie (piteuse) de la reine fut laissée en arrière pour lui éviter l’humiliation de se présenter à la cour de France.

36 Ibid., p. 317.

37 Ibid.

38 BnE, ms 6176, fol. 136 v° : Relacion del rreçibimiento y fiestas que se hizieron a la reyna nra. Señora muger del rrey don Felipe nro. Señor, quando el año de Quinientos y sesenta e cinco fue a ver la reina de Françia su madre y al rey de Françia su hermano a Françia en Vayona que [es] tres leguas de la Raya de Castilla.

39 Voir Édouard S., op. cit., p. 35-40.

40 Relaciones históricas de los siglos XVI y XVII, Madrid, Sociedad de Bibliófilos españoles, 1896, p. 99 : « Fiestas que se hicieron en Bayona, cuando estuvo allí la Reyna doña Isabel de Valois, mujer de Felipe II », p. 97-109.

41 Ce passage révèle le goût de cette culture courtisane pour la moquerie et il est regrettable que l’auteur n’ait pas jugé bon de nous livrer quelques bons mots qui circulèrent certainement après les incidents. Voir Chevalier M., Quevedo y su tiempo. La agudeza verbal, Barcelona, editorial Crítica, 1992 ainsi que Bouza F., Corre manuscrito. Una historia cultural del siglo de Oro, Madrid, Marcial Pons, 2002.

42 Ce fut dans cette optique d’interprétation que Ferdinand de Saussure avait rapproché la sémiologie de la linguistique dans son Cours de linguistique générale, Paris, Payot, 1974.

43 Sanders Pierce C., Écrits sur les signes, Paris, Le Seuil, 1978. Selon la théorie du sémiologue Charles Sanders Pierce, qui avait élargi la théorie des signes au-delà du modèle linguistique, un signe est solidaire de trois pôles avec lesquels il forme une triangulation d’interaction.

44 Un tour de France royal… op. cit., p. 309.

45 La Popelinière, op. cit., fol. 380 v°

46 AGS Estado – Francia, K 1503, no 6 (microfilm ANF).

47 González de Amezúa A., Isabel de Valois. Reina de España (1546-1568), Madrid, Gráficas Ultra, 1949., vol. III, p. 308.

48 Lettres du duc d’Albe et de Manrique à Philippe II, les 15 et 21 juin 1565, AGS Estado leg. 1504, fol. 15-17, citées par Kamen H., The Duke of Alba, New Haven and London, Yale University Press, 2004, p. 106. Voir l’article de Ribera J.-M., « L’entrevue de Bayonne (1565) d’après la correspondance de Jean Ébrard, ambassadeur du roi de France à Madrid », dans Annales du Midi, vol. 118, no 254, 2006.

49 AGS Estado – Francia K 1503, no 6 (microfilm AN).

50 Kamen H., op. cit., p. 106.

51 González de Amezúa A., op. cit., vol. III, p. 335 : Il cite une lettre de Juan Manrique au secrétaire Francisco de Eraso, fin juin 1565.

52 Voir l’article de Rodríguez Salgado M. J., « « Una perfecta princesa » Casa y vida de la reina Isabel de Valois », dans Cuadernos de Historia moderna, vol. 28, 2003, p. 73.

53 Ibid., p. 73. Trois missives font état de l’inefficacité de la reine : celle d’Antonio Rota, le 15 août 1561 et celles de Claudio Ariosto, les 12 et 25 septembre 1561, dans ASMo, Busta 7.

54 Antonio Rota écrit en effet que « ne si crede che si sia per poter negotiar cosa alcuna sino alla venuta di Sua Maiesta », ASMo, Busta 7, 6 mai 1564, Antonio Rota au duc de Ferrare.

55 La Ferrière H. de, Lettres de Catherine de Médicis, Paris, 1885, Tome III (1567-1570), lettre de Catherine de Médicis à Fourquevaux, le 31 juillet 1567.

56 Lettres de Catherine de Médicis… op. cit., Tome I, p. 571, lettre de Catherine de Médicis à Élisabeth, datée du 19 décembre 1560.

57 BnF, ms fr. 15875, fol. 403 r° : Claude de Vauperge à Catherine de Médicis, lettre autographe non datée.

58 Sarpi P., Histoire du Concile de Trente (édition originale de 1619), traduction française de Pierre-François Le Courayer (1736), édition introduite et commentée par Viallon M. et Dompnier B., Paris, Honoré Champion, 2002, p. 732 : l’auteur évoque la mission de Jacques de Montheron et non de D’Auzances.

59 BnF, ms fr. 3902, fol. 76 r°-79 v°, lettre autographe d’Élisabeth à sa mère, non datée.

60 Ibid. Madame de Vineux écrivit à la reine mère à la même époque, qu’Élisabeth avait été fort réjouie de la venue de monsieur D’Auzances et qu’elle avait bon espoir de voir aboutir sa mission « moyanant la bone aide que luy faictes et la Royne vostre fille », fol. 86 r°.

61 Paris L., Négociations, lettres et pièces relatives au règne de François II, Paris, Imprimerie royale, 1841, p. 707 : « C’étoit sa bonne fille qu’elle aymoit par dessus touttes ; aussi elle luy rendoit bien la pareille, car elle l’honoroit, respectoit et craignoit tellement que je luy ay ouy dire que jamais elle n’a receu lettre de la reyne sa mere qu’elle ne tremblast et ne fût en alarme qu’elle se courrouçast contre et luy dist quelque parole fascheuse. […] Et Dieu sçait, jamais elle ne luy en dit une depuis qu’elle fut mariée, ny se fascha jamais contre elle ; mais elle craignoit tant, qu’elle avoit cette appréhension ».

62 Lettres de Catherine de Médicis… op. cit., p. 326, lettre de Catherine de Médicis à Fourquevaux, du 28 novembre 1565.

63 La Ferrière H. de, Rapport sur les recherches faites à la Bibliothèque impériale de Saint-Petersbourg, Paris, 1863, concernant le volume LIII, de soixante-douze lettres originales de Catherine de Médicis, Charles, Philippe II et Élisabeth, p. 24, il cite un extrait de la lettre de Charles IX à L’Aubespine : « La fin de ma lettre sera de vous parler dung propos que m’a tenu l’ambassadeur du Roy mon bon frère et qui m’a esté confirmé par le sieur Dauzances, qui est qu’il me prioit m’asseurer que si j’avois besoing de son ayde pour l’establissement de mon obeissance qu’il y emploieroit tout ce qu’il sera en sa puissance, et en cela ne faire difficulté a toute occasion de l’employer comme le meilleur et plus parfait amy que j’eusse en ce monde. »

64 BnF, ms fr. 3163, lettre secrète de Saint-Sulpice à Catherine de Médicis, datée sans doute du 18 septembre 1564, à propos des rumeurs circulant à la cour d’Espagne et procédant « du cœur d’aulcuns passionnez joinct les discours daulcuns italiens » que la reine s’inquiéterait pour la santé de sa fille plus par intérêt que par affection. De même que la reine mère suscitait des sentiments passionnés, Élisabeth ne manquait pas de s’inquiéter pour sa sécurité jusqu’à l’avertir même d’une tentative d’empoisonnement contre elle, le roi et ses frères : voir le manuscrit de la BnF, ms 3902, fol. 82 r°. La lettre n’est pas datée mais est classée avec celles concernant la visite de d’Auzances en septembre 1561.

65 BnF, ms fr. 17830, fol. 23 v°-30 v° : Instruction à monsieur d’Oisel envoyé de la part du roi vers le Roy d’Espagne.

66 Sarpi P., op. cit., p. 698 : selon le même propos contenu dans l’instruction de d’Oisel, Sarpi souligne la proposition française de déplacer le concile à Constance, Trèves, Spire, Worms ou Hagueneau et que celle-ci passa pour une manœuvre luthérienne.

67 BnF, ms fr. 17 830, fol. 160 r° : Lettre de Charles IX à Saint-Sulpice.

68 BnF, ms fr 3162, fol. 69 v° 70 r° : Lettre secrète de Saint-Sulpice à Catherine de Médicis, non datée.

69 Sarpi P., op. cit., p. 981 : l’incident débuta avec les prétentions du comte de Luna, Claudio Fernández Vigil de Quiñona, ambassadeur du roi d’Espagne à Trente, à se placer avant les Français. Les ambassadeurs français répondirent que malgré leur respect envers le roi d’Espagne et « tout le service qu’exigeoient l’amitié et la parenté qui le lioit au Roy de France », ils ne sauraient perdre leur rang sans risquer de « protester de la nullité des Actes du concile ». Sur ce point, voir Tallon A., La France et le concile de Trente (1518-1563), Paris, École Française de Rome, 1997, p. 32-40.

70 BnF, ms fr. 17830, fol. 162 r°, op. cit.

71 Ibid, fol. 169 r° : Lettre de Saint-Sulpice au roi Charles IX, le 13 janvier 1564.

72 Ibid, fol. 175 r° : Lettre de Saint-Sulpice au roi Charles IX, le 2 mai 1564.

73 BnF, ms fr. 17830 : Extrait de l’instruction du sieur de l’Aubespine Le jeune anvoyé par le Roy en Espagne l’an 1564. Le problème de la présidence fut jugée à Rome au bénéfice de la France et L’Aubespine reçut pour instruction de minimiser l’événement, de feindre l’indifférence pour signifier « qu’estoit chose dont il [le roi] ne se soucioit plus » mais qu’il n’avait eu que ce qu’il lui revenait de droit. Pour cette raison, il implorait le roi d’Espagne de ne pas traiter trop durement son ambassadeur qui n’avait agi que pour son autorité comme doit le faire tout ambassadeur pour servir la grandeur de son maître mais en devant « prudemment mener leurs affaires pour ne pas diminuer l’amitié ». Dans une lettre de Saint-Sulpice au roi, du 2 novembre 1564 (fol. 184 r° du même manuscrit), l’ambassadeur informe Charles IX que le nonce est venu présenter au roi d’Espagne les excuses du pape sur la question de la présidence.

74 Cocula A.-M., Brantôme. Amour et gloire au temps des Valois, Paris, Albin Michel, 1986, p. 192.

75 La Ferrière H. de, Rapport… op. cit., p. 28.

76 BnF, ms fr. 10 751, fol. 33 r° : Lettre de Fourquevaux à Catherine de Médicis, le 3 novembre 1565.

77 Rodríguez Salgado M. J., art. cit., p. 80.

78 Lettres de Catherine de Médicis… op. cit., Tome II, p. 320 : Lettre de la reine mère à L’Aubespine, le 18 mai 1562.

79 Ibid. : « mais il fault que ce enfournement soit saigement et prudemment conduict, afin aussy que le Roy catholique ne print pas umbre que l’on feist estat de sa succession, ne ma fille aussi que l’on voulist qu’elle n’eusse poinct d’enfans ; ».

80 BnF, ms fr. 3162, fol. 22 v° : Lettre secrète de Fourquevaux à Catherine de Médicis.

81 Lettres de Catherine de Médicis… op. cit., T. III, p. 150.

82 Brantôme, Mémoires contenant les Vies des Dames illustres de France de son temps, Leyde, Jean Sambix, 1665, p. 200.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540