Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le corps d'une reine

 | 
Sylvène Édouard

Deuxième partie. Le corps Livré

Chapitre 4. Une reine de la paix

Texte intégral

1Durant ses jeunes années, Élisabeth fut un objet de négociation et plus tard, un corps livré comme garant et incarnation de la nouvelle entente. Si le corps politique de la reine s’inscrit avant tout dans sa chair, qui est un indice matériel de sa beauté intérieure et extérieure, le support figuratif de sa grâce et de sa contenance, le signifiant de sa dignité de reine et de femme, d’épouse et de mère, il ne saurait être réduit à cette seule spécificité charnelle dans le contexte de la paix. Les négociations de mariages royaux, lorsqu’elles garantissaient des paix récentes, projetaient les nouveaux époux dans un imaginaire irénique et permettaient au corps de la reine d’échapper à sa seule dimension organique pour accéder au statut d’idée. Apanage du roi, l’idée du pouvoir et de ses ambitions permettait de rendre pérenne son corps. L’idée qui fait corps et dit le roi, au point de le remplacer, en devient l’image et par les mêmes moyens dont use la réputation, étend son nom et sa renommée au-delà du temps. La Paix, conclue en 1559 entre les couronnes de France et d’Espagne, fit entrer Élisabeth dans le mythe. Elle incarna dans le présent et pour la postérité une reine de la Paix.

Le corps négocié

Sceller les alliances par le corps

  • 1 La Ferrière H. de, Lettres de Catherine de Médicis, t. 1, Paris, 1880, lettre du 5 mai 1546.

2Le destin de la princesse Élisabeth, comme celui de chaque princesse, était de servir les intérêts de sa Maison. Elle fut d’emblée destinée un jour à être négociée. Le 5 mai 1546, Catherine de Médicis écrivait à son cousin le duc de Florence qu’elle venait d’avoir une fille qui sera fort utile pour l’avenir de la France : « […] grâces à Dieu, je suys accouchée d’une fille, il y a ung mois ou environ […] j’espère que ce sera le neud pour former et asseurer toutes les alliances en plus grande fermeté, par laquelle tous ceulx de nostre mayson seront plus resjouys et consollez1 ». Bien avant tout projet matrimonial, la petite princesse avait servi de caution à la paix signée le 7 juin 1546 avec Henri VIII en devenant la filleule du roi d’Angleterre. Elle devait encore être vouée à la politique anglaise de la couronne de France dans le grand conflit européen du premier XVIe siècle, qui opposait les ambitions françaises à l’hégémonie grandissante des Habsbourg.

  • 2 D’après Juan de Vega à l’empereur, le 16 juillet 1546, dans Calendar of letters, despatches and St (...)
  • 3 Calendar of State Papers, foreign series of the reign of Edward VI. 1547-1553 preserved at the Sta (...)
  • 4 Ibid., no 397, p. 139.
  • 5 « Statuts de l’ordre de Saint-Michel, du 1er août 1469 » par le comte Garden de Saint-Ange, Code d (...)

3Quelques semaines plus tard, à l’occasion d’une mission diplomatique de Claude de L’Aubespine à Rome en juillet 1546, il fut question d’une négociation de mariage entre la jeune princesse et Horace Farnèse, selon les dires de Juan de Vega, ambassadeur de l’empereur à Rome. Puis en mars 1551, Henri II avait caressé l’idée d’unir la maison des Valois à celle d’Este, en fiançant la princesse à l’héritier du duc de Ferrare2. Plus sérieusement, de 1551 à 1553, Élisabeth resta promise au jeune roi d’Angleterre Édouard VI. Le parti écossais avait d’abord été envisagé malgré l’annonce des fiançailles de Marie Stuart avec le Dauphin François. Le 20 mai 1551, Édouard VI donnait commission au marquis de Northampton pour négocier une alliance avec la France, et un mariage avec Marie Stuart ou avec Élisabeth en cas de refus de la première. Il était prévu dans le cadre des négociations, d’investir Henri II de l’ordre de la Jarretière. En retour, le 6 juin, Henri II faisait informer le roi d’Angleterre de son élection au sein de l’ordre de Saint-Michel3. Deux semaines plus tard, l’Angleterre entrait en négociations avec la France pour établir les conditions de l’alliance qu’allaient sceller Élisabeth et Édouard VI. Le traité devait prévoir le respect des droits des royaumes de France et d’Écosse, le maintien du catholicisme en Angleterre et pas moins de 600 000 couronnes de dot4. Dans le même temps, à Châteaubriant, Henri II était reçu dans l’ordre de la Jarretière. Un projet de mariage s’accompagnait de difficiles négociations comme autant de précautions pour assurer une parfaite entente. Non seulement la paix ainsi envisagée s’inscrivait dans la promesse d’union des corps princiers, mais elle impliquait aussi une adhésion au corps de la monarchie, inscrit virtuellement dans l’ordre de chevalerie du roi comme ordre sanctionnant la fidélité. L’ordre de Saint-Michel fondé en 1469 par Louis XI, réunissait ses membres sans distinction de rang, autour de la défense des valeurs chevaleresques et de la personne royale. Le chevalier se distinguait moins par son rang que par son adhésion au code chevaleresque de l’honneur, des « Gentilshommes de nom et d’armes, sans reproche5 ». Les rois réconciliés devenaient ainsi des rois chevaliers réunis dans un même ordre qui intégrait la notion de paix dans un code d’honneur. De même que François Ier avait reçu l’insigne honneur d’être nommé par Charles Quint chevalier de l’ordre de la Toison d’or, Henri II fut reçu dans l’ordre de la Jarretière lors de la cérémonie d’investiture tenue à Châteaubriant avant le 23 juin 1551. Le marquis de Northampton fut envoyé en France, avec un train superbe, pour remettre au roi la jarretière. Le roi et le connétable de Montmorency, portant tous deux l’habit de l’ordre, avaient ainsi été reçus en présence de la reine, du Dauphin, d’Élisabeth, de Claude, du duc de Lorraine et d’autres princes.

  • 6 Calendar… op. cit., no 10, p. 194.
  • 7 Ibid., no 72, p. 73.

4Malgré leur faveur déclinante, les ordres de chevalerie témoignaient encore de cet attachement à la notion de corps, surtout lorsque le corps en question était étroitement lié au corps du roi par des liens de fidélité. Intégrer l’autre dans son propre corps, c’était établir avec cet autre des liens de fidélité et le créditer des vertus du chevalier, vaillant et honnête, homme de foi et d’honneur. Le marquis de Northampton ayant remis la Jarretière à Henri II, les négociations du mariage purent commencer et aboutir au traité signé à Angers le 19 juillet 15516. Élisabeth devait épouser Édouard l’année de ses douze ans. L’alliance des rois chevaliers fut respectée le temps de la promesse de mariage. Henri II fut donc fidèle aux cérémonies de l’ordre de la Jarretière, comme celle qui se tint à Pontoise en avril 1553 et à laquelle assista la petite cour des enfants, quelques semaines avant la disparition du roi Édouard VI, mettant un terme au projet7. Libérée de ses engagements, Élisabeth serait encore associée à la politique de sa Maison mère dans le cadre des négociations de paix avec l’Espagne.

  • 8 C’est durant le siège de Thionville que le Maréchal Piero Strozzi trouva la mort le 20 juin 1558. (...)
  • 9 Giraud C., « Le mariage de Marie Stuart avec François II », dans Journal des savants, 1876, p. 555- (...)
  • 10 Ercole Strozzi au duc de Mantoue, le 17 décembre 1557, depuis Poissy, ASMa, Francia, cité par Romi (...)

5Tout se joua avec la conquête de Calais, le 13 janvier 1558, qui fut le triomphe de François de Lorraine, duc de Guise et d’Henri II, lequel se rachetait ainsi de la défaite de Saint-Quentin en août de l’année précédente. Cette victoire et les suivantes, à Thionville et à Dunkerque, permirent aux diplomates royaux d’engager des « pourparlers honorables8 ». Cette conjoncture favorable pour les Guises aurait précipité le mariage de leur nièce Marie Stuart avec le Dauphin François. En réalité, leur union avait été envisagée dès l’arrivée de la jeune reine d’Écosse à la petite cour des Enfants en octobre 1548, mais la rivalité du connétable de Montmorency en avait retardé la réalisation9. Dès novembre 1557, Henri II avait conforté les ambitions des Guises en l’absence du connétable, prisonnier en Flandre après la défaite de Saint-Quentin, et avait fixé la cérémonie du mariage pour le mois de janvier 1558. Or en décembre 1557, d’après Ercole Strozzi, ambassadeur de Mantoue, le roi aurait reçu longuement un émissaire espagnol du connétable depuis les Flandres, porteur d’une proposition de double mariage, celui du Dauphin François avec une sœur de Philippe II et celui d’Élisabeth de Valois avec l’infant d’Espagne don Carlos10.

  • 11 AN, série microfilmée de Simancas, Estado, K 1643, pièce no 13 et 14.
  • 12 Idem, K 1643, pièce no 11.
  • 13 Je restitue ce texte dans son intégralité, tiré de la série microfilmée de Simancas des AN, K 1643 (...)

6Le projet de mariage entre don Carlos et Élisabeth devait servir à créer les conditions d’une paix durable entre les deux maisons. Cette proposition retarda seulement les préparatifs du mariage du Dauphin qui fut finalement célébré le 24 avril 1558, la prise de Calais ayant conforté entre temps le parti des Guises. Le second projet du connétable semble avoir lui été retenu puisque le roi d’Espagne fit rédiger quelques conditions préalables à l’union des deux partis. Le prince recevrait une dot, payable en partie dès consommation du mariage, et celle de la princesse serait garantie par une rente versée par certaines villes de Castille11. Pour valoriser le parti du prince, Philippe II avait choisi de tourner son regard vers les Flandres où il se trouvait alors. L’idée était de confirmer la paix et l’amitié avec le roi et la reine de France par un moyen « sans inconvénient et aussi facile » que peut l’être un mariage. Cette paix scellée par les enfants pourrait alors s’étendre à une paix générale en mettant fin aux coalitions. Les Flandres seraient le cadre idéal de cette union, selon Philippe II qui comptait en faire le gouvernement du jeune couple. Il demandait donc, selon les termes de la négociation, que le mariage eût lieu dans ses terres du Nord dans un délai d’au moins deux ans pour permettre au prince don Carlos de visiter ses futures possessions et de gagner le cœur de ses sujets, sans « s’embarrasser » de la princesse dont la présence ralentirait la visite et pourrait le détourner de sa tâche, délaissant alors ses sujets12. Pour ne pas risquer une situation qui passerait pour du « désamour », Philippe II entendait maintenir son fils pendant deux ans à ses côtés afin d’en faire « plus un homme » et de le former, dans l’amour de ses sujets, à son métier de futur gouverneur. Ce temps serait aussi dévolu à la constitution de la maison du prince et de son personnel, tout cela supposant de solliciter financièrement les États de Flandres mais aussi la Castille. Cette mise en place réussie, le mariage viendrait confirmer la nouvelle stature d’homme du prince, prêt à gouverner et une grossesse de la princesse ne pourrait alors qu’entretenir la « grande démonstration » de ces États envers don Carlos. Le jeune couple contribuerait par leur union à établir la paix en démilitarisant les Flandres par le renvoi des garnisons. Cette tâche accomplie, le couple princier pourrait alors rejoindre l’Espagne en traversant sans crainte la France13.

Le parti espagnol

7Le projet ne résista pas longtemps face aux nouvelles exigences politiques de Philippe II, veuf de la reine d’Angleterre depuis le 17 novembre 1558, et qui avait désigné ses plénipotentiaires pour négocier la paix avec Henri II à Cercamp, dès le 7 octobre. Le duc d’Albe, Guillaume d’Orange, Ruy Gómez da Silva, le président Viglius et surtout le cardinal Antoine Perrenot de Granvelle allaient devoir négocier les termes de la paix avec des plénipotentiaires français très divisés ; le connétable de Montmorency, le cardinal de Lorraine, le maréchal de Saint-André et Sébastien de L’Aubespine. À partir de la mi-novembre, Henri II prit ouvertement position pour la paix au prix de nombreuses concessions comme le Luxembourg, les États de Savoie ou encore la Corse. Après de vaines tentatives auprès de la nouvelle reine d’Angleterre Élisabeth, le roi d’Espagne, quant à lui, se résigna à perdre le contrôle de l’Angleterre et opta pour le parti français dans le cadre des négociations de paix qui se poursuivirent le 6 février 1559 au Cateau-Cambrésis. Le 3 avril, la paix était enfin signée et d’après ses clauses, la monarchie hispanique recouvrait son contrôle sur l’Italie, le duc de Savoie récupérait son duché et la France, Calais. La question de Calais avait été au cœur des négociations. La place fut défendue par les Espagnols soucieux des intérêts de l’Angleterre tant que vivait Marie Tudor, et après sa mort tant que Philippe II gardait l’espoir de rallier Élisabeth 1re. Au mois de mars 1559, les relations avec l’Angleterre s’étant durcies, le roi renonça définitivement au parti anglais. Les Espagnols lâchèrent alors Calais et Philippe II consentit à prendre pour épouse Élisabeth de Valois.

  • 14 Discours des Triumphes du Roy catholique d’Espagne, et de madame Elizabeth, fille du Roy treschrest (...)

8Les deux rois jurèrent la paix par princes interposés. Henri II envoya au roi d’Espagne qui se trouvait à Bruxelles, une ambassade composée du cardinal de Lorraine, du duc de Guise et de « plusieurs autres, pour appoincter et jurer ladicte Paix et les convenances faictz en icelle14 ». Apprenant que la suite du duc d’Albe et de Guillaume d’Orange, venus en ambassade, approchait de Paris, le roi leur envoya quelques princes de sa cour accompagnés de leurs pages, chacun portant de magnifiques livrées. Les émissaires conduisirent l’ambassade espagnole jusqu’au Louvre en un grand cortège de pages qui fit merveille, donnant des allures de triomphe à cette entrée. Le duc d’Albe, qu’entretint le duc de Lorraine tout au long de cette étape, parvenait enfin au Louvre, laissant là sa monture pour en gagner la dernière porte, « avec sa suite, autant grande qu’admirable, car le nombre de deux cens gentilzhommes qui ont coustume de l’accompaigner, marchoient par ordonnance », précédés du connétable et des Suisses de la garde du roi qui étaient au nombre de trois cents. Arrivé devant le roi, ce dernier fit grande démonstration de sa faveur et amitié. Le récit de ce triomphe insiste en effet sur le fait que le duc « fut incontinent d’iceluy carasse, lequel s’efforça par trois fois de baiser les piedz du roy monstrant la bonne morigination de l’Espaignolle contree, le Roy, par autant de fois le soubzlevant l’embrassa, ne voulant le Roy permettre que tant envers luy il s’humilliast ». La caresse était alors un comportement, plus qu’un geste particulier, faisant la démonstration d’affection et de bienveillance. Le duc avait témoigné de sa capacité d’adaptation à une autre culture du corps dans l’espace aulique. Introduit à la cour française, il participa aux convenances du toucher et des signes ostensibles de la soumission, intégrant les règles d’une culture du corps platonicienne, qui se veut tout en proximité. L’influence italienne se faisait ressentir à travers cette pratique démonstrative du corps, d’un corps qui bouge, se tend et se tord, se dresse et s’abaisse, et exprime par là toutes les émotions induites par le langage politique des corps qui s’affrontent dans une apparente conciliation. Tout était dans l’apparence des formes, celle de corps expressifs, et tout autant dans la retenue qui en fixe les limites, une manière donc de sprezzatura.

9Le triomphe fut avant tout celui du roi de France qui recevait ainsi l’émissaire et procurateur espagnol dans son beau château du Louvre, faisant état de ses trésors et surtout du plus grand de tous lorsque le duc « vint à ce chef d’œuvre qui est madame Elizabeth, fille de France ». Il se présenta à elle au nom du roi d’Espagne et lui remit le fameux coffret à bijoux portant un camée à l’effigie du roi. Après les salutations d’usage aux dames de la cour, le duc fut conduit à son logis qui n’était autre que le logis de monsieur de Villeroy, dont la magnificence faisait honneur à un hôte de cette marque. Les jours suivants furent consacrés aux visites du palais et des chambres de ces dames ainsi qu’aux réjouissances en l’honneur des Espagnols. Peu de temps avant les noces, le duc de Piémont arriva en toute hâte sans faire d’entrée, seulement guidé par le duc d’Orléans jusqu’au Louvre où il fit la révérence à la reine et à ses filles ainsi qu’à Madame Marguerite, sœur du roi qu’il devait épouser le lendemain.

  • 15 AN, série microfilmée de Simancas, K 1643, pièce no 23.
  • 16 AAE, Correspondance politique, Espagne, no 9, fol. 152 r°, « Ratification de la Royne d’Espagne du (...)
  • 17 AN, série Simancas K 1643, no 30. Philippe II établit, pour la reine, une rente assignée sur les v (...)
  • 18 AN, idem, no 23.

10La paix avait été scellée par l’union des deux sangs et négociée pour un montant de quatre cent mille écus d’or, la dot d’Élisabeth. Deux jours avant la célébration des noces au Louvre, les termes du traité et contrat de mariage avaient été officiellement établis par les notaires, secrétaires et conseillers d’État de la maison et couronne de France, en présence du roi et de la reine de France, de Madame Élisabeth et du duc d’Albe, mais également des frères de Madame ; Charles Maximilien duc d’Orléans, Alexandre Édouard et Hercules-François, et ses sœurs la duchesse Claude de Lorraine, Madame Marguerite, sa tante Marguerite et les membres les plus éminents de la famille de Lorraine et de la cour. Henri II et Catherine de Médicis avaient promis et promettaient de donner en mariage leur fille Élisabeth au roi Philippe II et de la lui remettre, celle-ci étant présente le jour des noces, de « sa propre volonté, accord et consentement15 ». Ils promettaient également de lui verser une dot de quatre cent mille écus, payable au tiers après consommation du mariage, le tiers suivant avant la fin de l’année de ladite consommation, et le dernier tiers six mois plus tard. Par cette somme, Élisabeth devait renoncer à tout autre bien héréditaire de la Maison de France. Elle déclara donc, ce 20 juin 1559, renoncer à tout autre héritage et ne rien demander à l’avenir, promettant après son mariage, d’établir une renonciation officielle et faisant autorité, qui devait être confirmée par lettre patente du roi au moins quarante jours après les noces. La renonciation fut ratifiée le 3 mars 1560, à Tolède, la « reine et princesse » acceptant « par ces présentes de jamais ne demander, prétendre ni quereller chose quelconque esdits biens hoirie et succession collatérales16 ». Selon le contrat établi le 20 juin au Louvre, la future reine conserverait en propre, dans son héritage, ses bijoux et ceux remis par le duc pour une valeur de cinquante mille ducats. Philippe II s’engageait également à entretenir l’état de la reine sur la base de rentes assignées sur des villes de Castille et selon des termes financiers qui devaient être précisés par la suite en Espagne, en la présence de l’ambassadeur et de Louis de Saint-Gelais, seigneur de Lansac17. Le contrat poursuivait, à l’article 27, sur les termes de la livraison de la reine qui devait être « amenée et remise » par son père, comme sa dignité l’exigeait, jusqu’à la frontière d’Espagne ou des Flandres18 :

  • 19 Idem, no 28 : « Extraict des articles du traicte de la paix concernans le mariage du Roy et de la (...)

« Et sera ladite Dame conduicte et rendue aux fraiz dudit Seigneur Roy Treschrestien, accompagnée et traictée comme il convient a Dame de telle qualité et a lalliance quelle prend jusques aux frontières des Royaulmes despaigne dudit Seigneur Roy Catholicque ou celle du pays dembas […] Lequel la faira recevoir en lun ou en lautre pays honnorablement et la traictera comme requiert sadite qualité et appartient a Dame de si haulte maison et parentaige19. »

  • 20 Idem, no 28, article 31.
  • 21 Bély L., La Société des Princes. XVIe-XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 1999, voir le chapitre VIII, «  (...)

11L’article 31 prévoyait son retour en cas de décès du roi d’Espagne avec tous ses officiers et serviteurs, mais également avec tous ses biens meubles, vêtements et joyaux, et veillait à ce que rien ne retardât son départ ni ne l’empêchât de jouir de ses arrhes, hypothèques et assignations20. Cet article souligne le peu de poids politique de la reine, plus épouse et mère potentielle des héritiers que véritable gouvernante, ainsi appelée à n’exister qu’au côté de son époux et à disparaître avec lui. Le contrat de mariage fixant la dot et la renonciation à tout héritage français ainsi que le douaire d’Élisabeth fixé par Philippe II relevaient de pratiques alors courantes dans l’Europe des Princes21.

  • 22 Discours des Triumphes du mariage… op. cit.
  • 23 Ordre observé au mariage de Madame Elisabeth fille du Roy Henry deux avec le Roy d’Espagne. Extrait (...)
  • 24 Duquesa de Alba, Documentos escogidos del Archivo de la Casa de Alba, Madrid, 1891, p. 70 : « Cerem (...)

12Deux jours après l’établissement du contrat, le duc d’Albe représenta Philippe II au mariage célébré à Notre-Dame le 22 juin 1559. La nuit avant ses noces, Élisabeth avait dormi au palais archiépiscopal puis avait rejoint la cathédrale où avait été dressée une grande estrade couverte d’un dais, comme pour le mariage de Marie Stuart. Les premiers arrivés étaient le duc d’Albe, le mieux vêtu du monde d’un drap d’or entrelacé de pierreries, et sa suite flamande composée du prince Guillaume d’Orange, des comtes d’Egmont et de Melito, puis vinrent les représentants parisiens et ecclésiastiques. La troupe brillait de l’éclat de ses velours rouges et noirs, brodés d’or de même que les chausses, tandis que tous portaient une toque de velours noir et plumards de pendants rouges et noirs22. La jeune fiancée arriva plus tard au bras du roi. Elle avait une robe recouverte de pierres précieuses et une couronne close à l’impériale, enrichie de pierres et de vergettes d’or, du haut desquelles pendait un gros diamant23. Le duc devait lui remettre la procuration de Philippe II lui donnant pouvoir de l’épouser en son nom. La princesse, après avoir demandé le consentement de ses parents, répondit au duc d’Albe : « Moi, Élisabeth, je prends pour mari et loyal époux Philippe, Roi Catholique, et en son nom don Hernando de Toledo, duc d’Albe, son procurateur spécial à cet effet. » Après quoi, le prélat, leur prenant les mains, leur donna sa bénédiction24. Dans son Histoire de France, La Popelinière fit le récit du drame qui se joua ensuite :

  • 25 La Popelinière, L’Histoire de France enrichie des plus notables occurrances survenues ez Provinces (...)

« Mais apres les feux de joye pour la Paix et alliance, apres les esbatemens du peuple s’esjouïssant d’un repos tant désiré et de si long temps attendu : les largesses et proclamations faites, les danses mascarades et autres sortes desjouïssances : fut joué le dernier acte qui fit tourner toutes ces joyes, en si longues pleurs que l’humeur de la matiere en distille encor sur plusieurs de ce temps icy. Car le presque dernier jour de juin, sur la continue de tant rares magnificences, le Roy Henry qui au Tournoy par luy ordonné pour plus grand plaisir des noces aux Tournelles logis Royal de la ruë Sainct Anthoine prez la Bastille à Paris : avoit pour ses tenans le Duc de Guyse, Alphonse d’Esté Prince de Ferrare et Jaques de Savoye Duc de Nemours : avoir ja rompu quelques lances avec grand honneur : comme l’un des plus roides et mieux adroits à toutes armes de son Royaume : commanda au Comte de Montgommery (le pere duquel estoit un des juges du Camp) apres quelques excuses, de se mettre en lice. Mais la rencontre en fut si rude et malheureuse : que brisans leur lance en esclats : le Roy fut attaint d’un contrecoup si droit en la visiere : que le pieces du bois luy entrerent par l’un des yeux dans le test qui en resta feslé au derriere, et le cerveau si estonné que l’apostume qui s’y forma le rendit mort le 10 juillet onze jours apres sa blessure : en la fleur et plus grand bruit de son aage : quelques ordonnances et autres moyens qu’y sceussent appliquer tous les plus experts medecins et chirurgiens de la France : voire ceux que son gendre le Roy d’Espagne luy envoya de Bruxelles aussi tost : 12 ans trois mois et dix jours de son regne. Par ce deccez inopiné la joye publique fust aussi tost changée en tristesse generalle et particulière de tous ses sujets : qui l’avoient honoré comme Prince du meilleur et plus simple naturel que le Royaume eust jamais eu. Si que la salle de charpenterie dressée en la salle des Tournelles destinée aux danses tant du mariage (ja fait en l’Eglise cathedralle) du Roy Philippe que du Duc de Savoye servit de chapelle pour garder le corps et en icelle revestuë de dueil, estre ouïs jour et nuit les chants tristes et lugubres accoustumez par quarante jours aux obseques des Roys de France25. »

  • 26 Romier L., Les Origines politiques… op. cit., II, p. 388, cite l’extrait d’une lettre de Raviglio e (...)
  • 27 Nagle J., La Civilisation du cœur. Histoire du sentiment politique en France du XIIe au XIXe siècle(...)

13Tandis que le roi agonisait, la veille de sa mort, le 9 juillet, eurent lieu les noces d’Emmanuel-Philibert de Savoie avec Marguerite de Valois, sœur de Henri II, dans la chambre de la nouvelle reine d’Espagne, sans autre cérémonie et sans la reine Catherine de Médicis26. L’espace des festivités, dans la salle des Tournelles, devait être le lieu des corps exercés à la danse, de la démonstration publique d’un ordre festif, mais la mort inopinée du roi transforma les réjouissances en deuil. Dans ce moment tragique et solennel, l’espace de la cour devint l’espace de représentation du roi et de son effigie. Puis le corps fut embaumé et mis au cercueil sous le lit de l’effigie. Le cœur fut porté par le prince de Condé au couvent des Célestins pour y être inhumé dans la chapelle des ducs d’Orléans. Les obsèques furent célébrées le 13 août et le corps sans cœur d’Henri II rejoignit Saint-Denis27.

Le triomphe de la Paix

La livraison de la reine

  • 28 AGS Estado, Francia K 1492, no 81 et 83 (série microfilmée ANF).
  • 29 Prat A.-T. du, Histoire d’Élisabeth de Valois reine d’Espagne 1545-1568, Paris, Plon, p. 82.
  • 30 BnF, ms fr. 3 902, fol. 92 r° : Lettre autographe d’Élisabeth à sa mère, le 7 décembre 1559, à Bor (...)

14Ce fut seulement au mois de novembre que la jeune reine entama un long voyage festif à travers la France. Dans le bref récit que fait La Popelinière du voyage de la reine, celle-ci fut d’abord accompagnée de sa mère et du roi son frère, quittant Blois le 18 novembre en direction de Châtellerault et Poitiers, où ils se séparèrent dans une grande effusion de larmes. Le 23 novembre 1559, l’ambassadeur Chantonnay écrivait au roi que le royal équipage s’était arrêté tard dans la soirée à Châtellerault pour faire leur Entrée, en raison de l’abondance de neige. Afin de ne pas perturber le cours normal du voyage, il fut décidé que la reine mère l’accompagnerait encore trois ou quatre journées et que « toutes leurs Majestés » s’en retourneraient à Blois pour y passer l’hiver28. Élisabeth poursuivit son chemin, passant entre les mains du cardinal de Bourbon, accompagnée du prince de La Roche-sur-Yon et de plusieurs autres seigneurs, et à Bordeaux, le 6 décembre, elle fut accueillie par le roi de Navarre qui était chargé de la remettre aux émissaires espagnols29. Le séjour se prolongea trois jours dans cette ville pour attendre les effets personnels des dames de la suite de la reine dont elles étaient privées depuis leur passage par Verteuil30. Ils partirent ensuite pour Pau pour y passer Noël et divertir la reine, en attendant le retour de Lansac, chargé de rapporter les indications de lieu, jour et heure de la livraison de la reine.

  • 31 Ruble A. de, Antoine de Bourbon et Jeanne d’Albret, Paris, Adolphe Labitte, 1881, vol. II, p. 64-75
  • 32 BnF, ms fr. 3 902, fol. 92 r°.

15Le 10 décembre 1559, à Blois, le roi François II avait donné pouvoir au roi de Navarre et au cardinal de Bourbon pour escorter sa sœur la reine d’Espagne jusqu’en Navarre espagnole, en vertu de leur rang de princes du sang. Le roi de Navarre et Jeanne d’Albret avaient alors quitté Blois avant Élisabeth, avec un emprunt de quatre mille livres, pour accueillir la jeune reine en Angoumois, donnant leurs ordres pour les réceptions, soucieux de plaire à la fois au roi de France et au roi d’Espagne. Pour l’entrée bordelaise, Antoine de Bourbon avait même chargé le gouverneur Antoine de Noailles de préparer les plus beaux logis et d’obliger les présidents du Parlement à faire acte de soumission ostensiblement en s’agenouillant devant la reine, ce qu’ils refusèrent de faire31. Élisabeth écrivit cependant à sa mère, à propos de cette Entrée qui ne fut pas à la hauteur des espérances de son émissaire, qu’elle y fut reçue le mieux qu’il est possible et « quant se seroit le roy quils ne eusset ceu faire davantage32 ». La publication et communication officielle de ce pouvoir et le récit de la réception de la reine par l’imprimeur Michel Jove, à Lyon, rend compte d’une redondance des superlatifs pour signifier l’importance de cette union et la qualité du rang de la reine Élisabeth qui nécessitait une escorte digne d’elle :

  • 33 Discours de la delivrance et reception de la Royne Catholique Elizabeth de France, faicte par les d (...)

« Et pource qu’il est bien requis et necessaire la faire conduire et ainsi honnorablement accompaigner, que la grandeur de la maison dont elle est et celle là, ou elle a prins alliance, le requiert et merite, il nous a semblé que pour cest effect nous ne sarions faire meilleure election que des personnes de noz tres-chers et tresaimez oncles et cousin le Roy de Navarre et Cardinal de Bourbon : qui sont apres nous treschers et tresaymez freres germains, les premiers et plus prochains princes de nostre sang et lignage33. »

16Antoine de Bourbon, duc de Vendôme, était devenu roi de Navarre en 1555 par son mariage avec Jeanne d’Albret, héritière de Navarre, en 1548. Après la mort du roi Henri II, les Guises se rapprochèrent du jeune François II et le pouvoir de députation accordé à Antoine put être interprété alors comme une mesure d’éloignement du roi de Navarre de la cour. La mission devait aussi donner espoir à Antoine de Bourbon de régler enfin la question de la Navarre. Âgé de quarante et un ans, il conduisit Élisabeth jusqu’à la frontière de l’autre Navarre qu’il considérait comme sienne mais qu’il était bien seul à réclamer. Ses déceptions politiques, entretenues par son frère le duc de Condé, l’entraînèrent dans une valse hésitation confessionnelle, entre catholicisme et protestantisme. Ce ne fut pas le cas de son cadet de deux ans, Charles, cardinal de Bourbon, le cinquième fils de Charles de Bourbon-Vendôme qui fut conduit, bien plus tard, à épouser les ambitions de la Ligue. Les deux frères, en 1559, étaient « commis et deputez » pour accompagner et escorter la reine jusqu’au lieu fixé par Philippe II.

  • 34 Paris L., op. cit., le roi de Navarre à l’évêque de Limoges, p. 161.

17Le convoi de ses grands coffres et sa suite destinée à la servir en Espagne formaient un écrin pour cette reine, que les émissaires français étaient chargés de livrer aux Espagnols. La reine devait être livrée au 1er janvier 1560 en un lieu nommé « Le Pignon », à quelques lieues de Saint-Jean-Pied-de-Port, mais la rigueur de l’hiver et l’abondance de neige les obligèrent à rejoindre directement Roncevaux pour y attendre les plénipotentiaires du roi d’Espagne. Le roi de Navarre expliqua, dans ses missives, les raisons du retard de la « delivrance et consignation » de la reine. Les « mauvais chemins » ralentirent la marche pour la bonne conservation des bagages qui se trouvaient en danger « d’estre depessé et mal en ordre ». Le convoi participait de la grandeur et majesté de la reine, le roi de Navarre en prit donc grand soin pour ne pas le laisser « entrer plus indecentement qu’il n’appartenoit à sa grandeur et à la maison dont elle part ». Le roi de Navarre n’eut de cesse de préserver ce corps car sa mission l’en portait garant. Malgré les routes et les fatigues du voyage, il avait dû veiller à ce que le corps de la reine n’en subît aucune injure. Déjà, en décembre 1559, alors que le convoi se trouvait à Saint-Justin, le roi envoyait une missive à L’Aubespine pour le rassurer sur l’état physique de la reine, « si elle m’a esté mise entre les mains en très-bonne santé, j’espère de la rendre entre celles messieurs ses depputés en si bonne sorte, que l’on cognoistra que son âge, la longueur du voyage et la rigueur de la saison l’ont plutost amandés qu’empirée34 ».

  • 35 Ibid., p. 187, Relation de ce qui se passa depuis l’arrivée de la reine à Pied-de-Port jusques à Pa (...)

18Le retard fut en effet accentué par un soudain changement de temps et une abondance de neige qui ferma le chemin, contraignant le roi de Navarre à conduire la reine jusqu’au monastère de Roncevaux, en Haute Navarre. Elle fut logée par le Prieur, et son arrivée ayant été annoncée, une troupe bigarrée l’attendait ; les uns des grands seigneurs, « desguisez » sans doute pour dissimuler leur rang et éviter toute entorse au protocole, et les autres gentilshommes, pompeusement parés de velours cramoisi et couverts de chaînes d’or leur faisant plier le cou. Le soir, au souper, elle fut dérangée par cette troupe curieuse qui força sa chambre. La dame, qui en fit le récit, eut du mal à les faire sortir de là et jugea, non sans ironie, que « la témérité, importunité et indiscrétion ne régnoient pas seulement en France, ains la plus grand part en Espagne35 ». Dès le 2 janvier 1560, les députés français se tinrent prêts à livrer la reine mais les émissaires espagnols, le duc de l’Infantado et le cardinal de Burgos, tardèrent à venir, ce qui fut mis sur le compte de l’obséquiosité cérémonieuse des Espagnols.

  • 36 Colección de documentos inéditos para la Historia de España, Madrid, 1848, vol. III, p. 427.

19Les émissaires espagnols redoutaient cette entrevue en raison des prétentions du roi de Navarre sur la partie espagnole de son ancien royaume. L’archevêque de Burgos s’en était d’ailleurs ouvert à Eraso, secrétaire du roi, dans une lettre datée du 6 décembre 1559, soulignant qu’une seule difficulté s’était présentée à lui jusqu’alors, à savoir « Mosui de Vandoma », connu en France comme le roi de Navarre36. Le cardinal ne dissimulait pas son embarras quant à l’entrevue et au protocole, sachant, comment il l’écrit, que le cardinal de Bourbon devait passer avant son frère le roi de Navarre, et que lui-même plus élevé que le cardinal de Bourbon, devait le précéder. Il ne pouvait donc être question de permettre au roi de Navarre de s’avancer le premier, or celui-ci, comme l’avait entendu dire le cardinal de Burgos, « se laisse appeler Majesté », ce qui laissait penser qu’il refuserait de marcher derrière son frère. Le cardinal concluait qu’il « ne pense pas se laisser précéder par lui en raison du titre qu’il prétend détenir de son royaume » mais qu’il agira selon la volonté de son roi. La réception de la reine en Navarre espagnole laissait présager des incidents protocolaires, qui étaient à l’époque une pratique courante pour affirmer sa prééminence politique. Les corps étant au cœur du protocole, ils devaient agir les uns contre les autres et marquer la différence, en s’avançant en premier et surtout en sachant garder le premier rôle devant la reine.

  • 37 La Popelinière, op. cit., p. 150.
  • 38 Discours de la delivrance… op. cit., p. 8.
  • 39 Carta del Cardenal y Duque del aviso del entrego, AAE, mémoires et documents d’Espagne, vol. no 233 (...)

20La Popelinière rend compte des circonstances de l’événement qui devaient appartenir à l’histoire en soulignant lui aussi que « ceste Nation [espagnole] est plaine de Ceremonies » et que plusieurs jours passèrent avant de livrer la reine37. Le jeudi 4 janvier, enfin, le futur maître de salle de la reine, Lope de Guzman, se rendit auprès du roi de Navarre pour convenir de l’ordre à suivre pour sa livraison. Selon les attentes espagnoles, le duc et le cardinal, à leur descente de cheval, devaient être rejoints par les députés français pour se rendre ensemble au monastère, les deux cardinaux devant ouvrir la marche. Pour les Français, la question du protocole devait cependant être résolue en fonction de la qualité des émissaires, « estre honorés selon la preference de leurs maistres, pour la qualité qu’ilz tenoient en cest affaire : ou bien selon le degré de la particuliere qualité de leurs personnes38 ». Considérant que le roi de France Très-Chrétien l’emporte en préséance sur tous les autres princes de la chrétienté, ses députés et proches parents devaient précéder en tous actes et cérémonies les émissaires du roi d’Espagne. De même que par leur « particulière qualité », les deux frères de la maison de Bourbon, princes du sang, l’emportaient en dignité sur les deux frères de la maison de Mendoza et Grands d’Espagne. Quant à la dignité royale d’Antoine de Bourbon, elle était notoire et plaçait le roi au-dessus du duc. Le secrétaire L’Huillier, profitant du récit pour glorifier le camp français, insista sur la magnanimité du roi de Navarre qui consentirait, par courtoisie, à aller quérir le duc de l’Infantado à la porte du monastère. Après les salutations, le roi devait prendre le cardinal de Burgos par la main et le mener à l’étage, à la chambre de la reine, tandis que son frère conduirait le duc. Il était enfin prévu que le roi se tiendrait au côté de la reine, le temps de la livraison. Cette proposition ne reçut aucune réponse des émissaires espagnols qui exigeaient une rencontre en campagne. Le secrétaire interpréta cette mesure comme la volonté des Espagnols de mieux faire étalage « aux champs [de] la multitude d’homme et de chevaux, dont ilz nous pensoient nous surpasser » avec force couleurs tandis que la suite de la reine portait le deuil. Le mauvais temps eut raison d’eux, réduits à couvrir leurs mises magnifiques de cabans et manteaux de pluie. Finalement, trois jours après leur arrivée, le vendredi 5 janvier, les Français menacèrent de quitter Roncevaux pour Espinal, poussés par la faim. Le manque de vivres fut en effet rapporté par les émissaires espagnols au roi lorsqu’ils lui rendirent compte de la livraison de la reine, qui se fit donc à Roncevaux en raison des neiges abondantes et de la « falta de vituallas39 ». Pour éviter un tel incident, les deux émissaires espagnols annoncèrent leur arrivée au monastère où le roi fit aménager la grande salle d’entrée par des tentures noires et fit placer un dais au lieu le plus éminent.

  • 40 Certificaçion del Duque y Cardenal, del Resçibo de la Reyna nuestra Señora, 5 janvier 1560, AAE, Mé (...)
  • 41 Rellacion de lo que apasado en la entrega de la Reyna nuestra Señora, citée dans Alenda y Mira, Rel (...)
  • 42 Discours de la délivrance… op. cit., p. 13.

21À l’annonce de l’arrivée des Espagnols, le cardinal se rendit à la porte principale pour les accueillir et les mener jusqu’au dais avec un grand nombre de torches et de flambeaux. Les émissaires firent entendre l’objet de leur mission selon les termes du traité et leur pouvoir fut lu à haute voix puis ils le signèrent au dos40. Ils furent ensuite conduits par le cardinal de Bourbon, placé avec honneur entre les deux émissaires, jusqu’à la reine qui portait encore le deuil de son père, en robe de soie et de velours noirs41. Cette salle, aussi grande que la précédente, avait été aménagée avec une estrade supportant un poêle de velours cramoisi, bordé d’or, et sous lequel se trouvait le siège de la reine, recouvert du même velours. Un autre siège, à la droite de la reine, était réservé au roi de Navarre et à son côté, sur un escabeau ou siège bas, se tenait le prince de La Roche-sur-Yon. Les demoiselles et dames de la reine, Bourbon, Rieux, Clermont et les autres filles étaient assises par terre selon leur ordre. Don Lope de Guzman, maître de salle, se trouvait derrière la reine pour « l’advertir des noms et qualitez des personnes qui entreroyent, et de quelle reception elle devoit user42 ». Les chevaliers et les gentilshommes vinrent en premier s’agenouiller devant la reine et lui baiser les mains, « en quoy elle se conduisit avec toute la magnanimité et humanité qu’il est possible », puis la foule se retira et les Mendoza firent leur entrée, le duc de l’Infantado en tête, suivi des deux cardinaux. Dès qu’il les aperçut, le roi se leva tandis que la reine ne quitta son siège qu’à l’approche du duc venu lui baiser la main. Dans son mémoire au cardinal de Lorraine, Lansac donne plus de détails sur le comportement de la reine qui se leva à l’approche du cardinal, et tandis qu’il s’agenouillait pour lui baiser la main, « ce qu’elle refusa, mais l’embrassa et fit relever et couvrir » et fit aussi relever le duc. Lansac insiste sur la majesté et la douceur de la reine lorsqu’elle reçut « fort humainement » le duc et dans le propos court et plein de dignité qu’elle fit au cardinal de Burgos en réponse à sa harangue. Le discours d’Élisabeth, d’après Lansac, avait consisté à louer le roi son mari de lui avoir envoyé une telle ambassade et qu’elle garderait toujours en mémoire d’avoir pris possession de ses royaumes par la maison des Mendoza.

Le passage d’une frontière symbolique

  • 43 Reprenant le concept de « phénoménologie » du corps emprunté à Merleau-Ponty, comme rencontre de l (...)

22La rencontre entre les émissaires français et espagnols fut, à cette occasion, une confrontation symbolique autour du corps de la reine. La cour est un espace objectivant le corps, à la fois dans son intériorité, comme conscience de soi, et dans son extériorité, son rapport aux autres. Les pratiques curiales révèlent un corps agissant en conscience selon une mémoire des conduites à tenir pour être ce qu’il paraît, et comme un support de sens, un « lieu d’appropriation » du sens du monde. Roi, reine ou courtisans se pensent, se définissent et se montrent par des manières qui fixent leur rang. Cette phénoménologie du corps, dans le processus de civilisation, rend compte des manières d’être au monde qui soulignent ainsi les inégalités à la cour43. Le corps-majesté, quant à lui, ne fixe pas seulement ses manières selon l’étiquette, il fixe aussi les manières des courtisans comme s’il était ce monde-référent qui dicte aux autres corps leur propre conscience corporelle.

  • 44 BnE, ms 5 938, fol. 183 r°, tiré de la Relacion de la entrada de la Reyna nuestra señora.
  • 45 Paris L., op. cit., citant L’Huillier, p. 181. Louis Paris cite également une lettre du cardinal de (...)
  • 46 Zerner H., dans Le Corps à la Renaissance, Actes du XXXe colloque de Tours, Paris, Aux Amateurs de (...)

23D’après les récits amusés de Lansac et de L’Huillier, secrétaire de la reine, l’étiquette et les convenances avaient donné lieu à des scènes comiques soulignant le pouvoir ridiculisant du protocole sur ceux qui en usent comme d’une politique revendicatrice de leur supériorité. Un premier incident était rapporté par le secrétaire d’Elisabeth au moment de la réception de l’ambassade espagnole à Roncevaux. Pour éviter les débordements de la foule pressée autour de la reine, celle-ci avait été placée au centre de la pièce sous un dais et sur un siège protégé par une balustrade. Le roi de Navarre attendait à ses côtés en qualité de souverain d’un royaume auquel il n’abandonnait pas l’espoir d’agréger la Navarre espagnole. L’archevêque de Burgos n’apprécia pas d’ailleurs l’attitude du roi qui aurait dû venir les quérir et lui fit rappeler par Lansac, que par sa dignité il le devançait en rang44. Dès l’ouverture des portes, l’archevêque de Burgos et le duc de l’Infantado commencèrent par se disputer la préséance que le duc remporta finalement, étant plus prompte à s’approcher de la reine et avoir ainsi le privilège de lui baiser la main avant l’archevêque. Le duc n’eut cependant pas le temps d’apprécier cette infime avance qu’il reçut une virile accolade de la part d’Antoine de Bourbon. Ce geste n’avait rien de fraternel, il était hautement politique pour signifier la suzeraineté de Navarre, dont la dignité royale était plus élevée que la dignité ducale de l’Infantado. Ce fut donc par un geste symbolique de subordination que le roi de Navarre entama une guerre gestuelle, usant de l’étiquette et finalement de la majesté de la reine pour régler un problème de préséance. Dans un temps très court, l’accolade du roi fut immédiatement suivie de celle du duc qui prit de court le roi en se couvrant devant la reine comme l’autorise le protocole des Grands d’Espagne. L’acte de se couvrir renvoie à un signe de grandeur qui, du même coup, rabaissait au rang inférieur le roi de Navarre qui était resté découvert. La partie entre les deux protagonistes fut nulle pour aboutir car Antoine de Bourbon, qui n’était pas à court d’argument, n’eut qu’à feindre de s’adresser à la reine pour ne pas avoir à se couvrir en second45. Si certaines manières d’être à la cour diffèrent d’un côté et de l’autre des Pyrénées, il existe toutefois un langage commun du corps, une « sémiotique gestuelle » selon Henri Zerner, conduisant à des techniques de corps partagées46. L’existence même d’un langage commun corporel est la condition de la communication qui s’établit alors entre Antoine de Bourbon et le duc de l’Infantado. Celle-ci s’établit en effet à travers des gestes qui ont force de parole et efficacité de langage.

  • 47 Memorial que el duquel del infantado envió al Rey y de lo que por su mandado de secreto y respondió (...)
  • 48 Elias N., La Société de cour, Paris, Flammarion « Champs », 1985 (1969), p. 93.
  • 49 Ynstrucion que Su Magestad enbió al Cardenal don Francisco de Mendoza obispo de Burgos y Duque para (...)

24Le geste concurrent du duc se comprend mieux à la lecture d’un mémoire qu’il envoya au roi au sujet du voyage de la reine et dans lequel, il posa en plusieurs points sa volonté de diriger seul et souverainement le convoi jusqu’à Guadalajara et donc jusqu’au roi, le seul devant lequel le duc semblait vouloir s’incliner en tant que son primo, c’est-à-dire un Grand d’Espagne47. Même en cette période de transition, que fut le XVIe siècle en matière de « civilisation des mœurs », l’étiquette procédait d’une soumission au corps royal qui ne relevait pas d’un amour mystique mais permettait l’organisation scénique de la société de cour. L’étiquette permettait de révéler la connaissance d’une distance dans la hiérarchie des rangs48. Pour marque de sa préséance, le duc de l’Infantado exigeait d’être le padrino, c’est-à-dire le parrain de la reine durant le voyage et d’avoir pour cela la haute main sur toutes les affaires concernant son « service », de disposer de l’aide de deux alguaciles de corte et que toutes personnes au service de la reine fussent « sous sa main ». Soucieux de ne partager le premier rang avec aucun autre, il réclamait au roi de commander qu’il précédât tous les seigneurs de l’entourage de la reine, ce qui impliquait donc de placer en second le prince de La Roche-sur-Yon qui avait été autorisé à poursuivre le voyage en tant qu’ambassadeur extraordinaire, porteur de l’ordre de Saint-Michel à remettre au roi. Une exigence que Philippe II confirma ensuite dans son mémoire du 23 novembre 1559 au cardinal de Burgos, précisant que le prince de La Roche-sur-Yon devait cesser d’exercer su poder (son pouvoir) à partir du point de ralliement avec les Espagnols, pour passer ensuite au statut d’ambassadeur49.

  • 50 Ibid, p. 174.

25Faisant ses adieux au roi de Navarre et au cardinal de Bourbon, elle les embrassa avec une familiarité toute française. Pour ne point choquer les Espagnols, elle leur précisa, d’après le récit de Louis de Saint-Gelais de Lansac, son interprète, « qu’elle avoit commandement de la reyne sa mère d’ainsy le faire, parce qu’ils estoient seigneurs de son sang et princes, et que c’estoit la coutume de France50 ». Peu accoutumée à l’étiquette espagnole, la reine n’avait pas encore appris à maintenir son corps dans une certaine distance, tandis que la manière française dont la publicité se rapprochait davantage du don de soi, autorisait des manifestations moins contenues comme le toucher. Puis le temps du transfert approchant, quelques paroles furent prononcées pour la délivrance de la reine, en des termes qui la rendaient précieuse comme un rare joyau de vertus :

  • 51 Discours de la délivrance… op. cit., p. 15.

« […] pour recevoir une chose si chere et precieuse, il ne doute point qu’ilz ne s’en acquitent dignement : et à sa satisfaction, qu’il s’en decharge à ceste cause en leurs mains, et la leur livre, leur recommandant sa personne et sa santé, ne leur faisant autre commemoration de ses vertus, pource qu’elle leur en rendra si suffisant, et admirable tesmoignage, qu’il ne pense jamais estre advenu de Princesse si grand aornement et honneur à l’Espagne que cestuy-cy51. »

26La reine enfin prête à être livrée et les échanges de civilité étant finis, le roi de Navarre et le cardinal de Bourbon prirent congé de la reine, et l’instant « ne fut pas sans jetter de ses yeux beaucoup de larmes, qu’elle eust volontiers retenues ».

  • 52 Doña María de La Cueva, épouse du comte don Juan Téllez Girón le second, fut l’une des femmes illu (...)
  • 53 Paris L., op. cit., p. 174, d’après Lansac à Monsieur le cardinal de Lorraine en janvier 1560.
  • 54 BnE, ms 5938, fol. 120 v°-121 r°, tiré de la relation du voyage du prince Philippe en Angleterre e (...)

27La reine quitta le monastère entre les deux émissaires, sa main posée sur celle du cardinal de Burgos. Ils la conduisirent ainsi jusqu’à sa litière au bruit de hautbois, trompettes et tambourins. La musique lui fit escorte jusqu’à Espinal, accompagnée d’une troupe chamarrée en saies de toiles d’or, bandées de velours cramoisi, sur pourpoints de satin jaune et de chausses de velours cramoisi, bandées de toile d’or, portant au vent des bonnets cramoisis emplumés. La reine partait avec sa suite qui allait en partie constituer sa Maison et fut rejointe par Lope de Guzman, son maître de salle et Fadrique de Portugal [sic L’Huillier], son grand écuyer. Quelques jours seulement après sa livraison, elle arriva à Pampelune, accueillie par des effigies, des défilés et des arcs de triomphe. Au terme de son entrée, elle rejoignit sa résidence, demeure du duc, où l’attendait sur les marches du palais, la comtesse d’Ureña, doña María de La Cueva, sa première dame espagnole52. La reine, sans doute sujette à une vive émotion après ce premier accueil officiel dans son nouveau royaume, exprima cette joie mêlée d’appréhension en imposant à sa première dame la familiarité d’une embrassade peu protocolaire : « […] et après s’estre agenouillée et baisé la main de ladite dame, elle la releva et la baisa et embrasa bien fort, qui fut trouvé à très-grande faveur et non-accoutumée53 ». Un événement assez similaire s’était produit à Londres en 1554 pour le mariage du prince Philippe avec Marie Tudor lorsque cette dernière signifia à la duchesse d’Albe qu’elle était une grande dame de son sang, en l’embrassant sur la bouche et en s’asseyant sur un coussin à ses côtés et non sur son siège. La proximité de la reine d’Angleterre avait embarrassé la duchesse, qui eut du mal à gérer la situation54. Les embrassades de la jeune Élisabeth impliquaient aussi un rapport physique qui perdait sa qualité de don majestueux de soi de l’autre côté des Pyrénées. S’ajoutait à l’usage français du toucher qui favorise et a pouvoir de grâce, la maladresse probable d’une enfant en quête de démonstration d’affection après avoir quitté l’univers rassurant de la cour de ses parents et des amitiés qui s’y étaient forgées. Après cet incident, dont la teneur n’échappa à aucun témoin, la comtesse accompagna les dames françaises et la reine à sa chambre, où elle lui montra une lettre de recommandation de Philippe II qui la nommait camarera mayor ou première dame à la place de Madame de Clermont. La passation d’office fut accompagnée du serment de la comtesse de tenir « en sa disposition et puissance ce qui estoit en la maison de la reyne, pour y commander pour le service de sa majesté ». La comtesse allait régner sur le devenir de la jeune reine en réglant la mécanique d’un devoir de servir dont l’un des objectifs était de protéger la majesté de la reine, dépositaire d’un capital symbolique, celui de la sacralité monarchique. La comtesse, désormais au sommet de cette hiérarchie domestique, avait le privilège de prendre la queue de la reine et donc celui d’approcher un tabou par un toucher toléré car ritualisé. Cette primauté de la comtesse instaurait un protocole, soit un respect de sa position, qui ne s’imposa pas d’emblée. Il survint en effet un second incident au départ de Pampelune.

28Avant de quitter la ville, la reine avait commandé à Lansac de dire à la comtesse qu’elle serait très aise de l’accueillir en sa litière pour le voyage, poursuivant ainsi des démonstrations de faveur sans doute trop précipitées pour la comtesse. Pressentant un refus prévisible, Lansac avait également ajouté :

« […] que si ce luy estoit peine et incommodité, quelle en fist comme luy sembleroit, et que si elle n’y alloit, madame de Clermont ou madame de Rieux iroient comme elles avoient accoustumé ; dont ladite comtesse remercia grandement sa majesté et dit qu’elle recevoit cela au plus grand honneur qu’elle eût jamais, mais qu’elle ne l’acceptoit point pour cette heure. »

29L’incident survint au départ entre les litières de ces dames qui se heurtèrent, bousculant de la sorte les rangs. Il advint de cette bousculade que la comtesse fut obligée de rester en arrière après avoir essayé, en vain, de forcer le passage afin d’occuper la première position après la litière de la reine. Avertie par Lansac, la reine fit alors dire à la comtesse :

« […] elle la prioit d’estre contente que mesdites damoiselle et dame, pour estre princesses de son sang et de la masion royalle, étrangères en ce pays, et non ses subjettes, fussent honorées ainsy qu’elles avoient accoustumé et comme il leur apartenoit ; car sa majesté estimoit l’honneur qu’on leur faisoit estre faict à elle-mesme, comme aussy estant mesprisées, elle penseroit estre mesprisée. »

30Devant un si rapide revers de fortune, démontrant à quel point les gestes d’affectivité de la reine n’avaient jamais eu l’intention de signifier plus que de la reconnaissance, la comtesse, confuse et troublée, jura de châtier les cochers.

31Ce fut le dernier incident notoire, couronnant l’arrivée de la reine en Espagne, et il ne fut plus question que de l’honorer et de la fêter. À Pampelune, la reine avait fait son Entrée, passant par des arcs de triomphe, multipliant les effigies et les défilés en grande partie consacrés à la Paix. Elle résida ensuite deux jours dans la ville, en compagnie de la comtesse d’Ureña et même si, selon la coutume du lieu, elle ne reçut aucun cadeau pour l’entrée, elle fut ensuite divertie par de nombreuses fêtes, mascarades, danses, combats de taureaux et autres passe-temps.

Isabel de la Paz

  • 55 Ibid., Mémoire de Lansac de Saint Gelais, p. 177.
  • 56 Carta de Su Magestad para el Cardenal y Duque, 26 janvier 1560, Tolède, AAE, mémoires et documents (...)

32Avant même sa rencontre avec le roi à Guadalajara, Élisabeth avait été rejointe par quelques éminents représentants de la Grandesse d’Espagne, avec les Mendoza pour commencer puis avec le connétable de Navarre à Pampelune et avec le marquis de Cortes, Maréchal de Navarre qui avait la charge honorifique de pouvoir dormir en la chambre du roi en l’absence de son favori le prince d’Éboli55. Le 26 janvier, Philippe II se trouvant à Tolède, son secrétaire Francisco de Eraso adressait aux émissaires les félicitations du roi, pour tout le contentement qu’il avait eu en apprenant la bonne livraison de la reine, et le bon soin apporté à son voyage, par des « relations » qui lui étaient parvenues depuis Pampelune. Le roi montrait surtout de la satisfaction devant le « bon ordre » et les précautions prises pour le voyage de la reine, préservant ainsi sa santé56.

  • 57 LaynaSerrano F., Historia de Guadalajara y sus Mendozas en los siglos XV y XVI, Tomo III, p. 208.
  • 58 Horozco S., Relación de las bodas de los Reyes Don Felipe y Doña Isabel, celebradas en Guadalajara (...)
  • 59 Relaciones históricas de los siglos XVI y XVII, Madrid, Sociedad de Bibliófilos españoles, 1896 : « (...)

33Le 27 janvier, la reine passa un jour entier dans la résidence de chasse du duc de l’Infantado à Heras et le lendemain, après un frugal déjeuner à Taracena, elle arriva aux portes de l’antique cité des Mendoza, Guadalajara57. D’après les récits des noces de la reine, l’Entrée, à la surprise de la suite française habituée au raffinement de la cour des Valois, avait des allures plutôt rustiques, du moins jusqu’à ce qu’ils arrivassent enfin devant de magnifiques arcs de triomphe élevés Plaza del Mercado et Plaza Mayor, couverts de hiéroglyphes et d’inscriptions latines. Élisabeth fit une Entrée majestueuse, sur une haquenée blanche et sous un dais que tenaient les échevins du conseil, précédés des massiers et rois d’armes, et accompagnés des cris de bienvenue d’une multitude enthousiaste58. La reine fit une halte dans l’église San Andrés puis remonta sur sa jument pour passer un troisième arc qui l’amenait au palais de l’Infantado où l’attendait la sœur du roi, doña Juana de Portugal, et Philippe II devait ici la rejoindre. De retour en Espagne, ce dernier avait procédé à l’autodafé de Valladolid le 8 octobre 1559, puis avait séjourné à Madrid, Aranjuez et Tolède. Le 27 janvier, il se trouvait à Alcalá de Henares et décidait de rejoindre la reine. Le 28 au soir, tandis qu’il se rendait à son appartement dans le palais de l’Infantado, poussé par la curiosité peu protocolaire de voir la reine avant leurs noces officielles, ou par simple hasard, il l’aperçut se rendant au dîner public59.

  • 60 Alberi, le relazioni degli ambasciatori veneti, Tome I, volume V, p. 275.
  • 61 D’après Alenda y Mira J., Relaciones de solemnidades y fiestas públicas en España, I, Madrid, 1903 (...)
  • 62 Idem.
  • 63 Relaciones históricas… op. cit., p. 58.
  • 64 « según juzgaron los que en todas se avían hallado », dans Simón Díaz J., Fuentes para la historia (...)

34Le lendemain mercredi 29 janvier, le roi se vêtit de blanc, couleur réservée aux grandes cérémonies, d’un habit d’une telle richesse que l’ambassadeur vénitien n’en avait jamais vu de plus imposant60. Le roi portait une coiffe noire à plumes blanches, et si son pourpoint et ses chausses étaient blancs, bordés de cannetilles d’or, l’ample cape de mode française était en revanche de velours violet et portait tant d’or et de pierres précieuses, qu’elle pesait plus de cinquante kilos61. Vers les onze heures, le roi et sa suite de Grands et titrés, se rendirent à la chambre de la reine, non sans difficulté, en raison de la foule qui encombrait le couloir. L’apparence de la reine n’avait rien à envier à celle du roi, éblouissant les contemporains par la richesse de sa robe et de son manteau qui avaient fait le trajet dans ses coffres depuis Paris. Arrivés dans sa chambre, ils la trouvèrent assise au côté de doña Juana sous un dais de brocart, tandis que deux autres sièges attendaient le roi et le cardinal de Burgos. Élisabeth était vêtue à la française, portant une robe en toile d’argent très large ainsi qu’un manteau du même tissu, doublé de loups, ouvert sur le devant pour laisser voir la riche croix de diamant qu’elle portait en pendentif tandis que d’autres pierres et perles agrémentaient sa coiffe de velours noir62. Après avoir réitéré les épousailles, la cour se rendit à la chapelle pour la bénédiction puis se rendit dans le Salon des Lignages pour le banquet. Il dura deux heures pendant lesquelles le roi fut servi par Don Pedro Manuel et la reine par Mademoiselle de Montpensier, selon le cérémonial exigeant que le service fût effectué agenouillé. La reine et sa suite passèrent le reste de la journée dans sa chambre à jouer et sur le soir, elle regagna la salle du banquet, où un bal fut donné, rappelant ceux de sa cour française, avec des altas, allemandes, gaillardes, pavanes et pie de gibao63. Le bal fut ouvert par don Diego de Córdoba et doña Ana Fajardo avec une pavane puis le duc de l’Infantado fit danser doña Isabel Manrique et Mademoiselle de Montpensier. La fin fut pour le couple royal qui effectua une élégante danse à la torche. Ces noces furent grandioses et d’une plus grande magnificence que celles de Salamanque pour Marie de Portugal et de celles de Londres avec Marie Tudor, d’après ceux qui avaient eu le privilège d’assister aux trois64. La duchesse de l’Infantado, suivie de la marquise de Ceñete et d’autres dames de son lignage, bouda cette soirée pour ne pas avoir à céder sa place à Mademoiselle de Montpensier qui occupait le premier rang après la reine, pour être de sang royal.

  • 65 Lettres patentes retranscrites par le comte Garden de Saint-Ange, op. cit., p. 51-154.

35Le 1er février, le prince de La Roche-sur-Yon recevait le roi dans l’ordre de Saint-Michel, et lui remettait le collier de l’ordre qui se trouvait être un collier d’or fait à coquilles lacées l’une avec l’autre, d’un double las, assises sur chaînettes, au milieu duquel devait se trouver une image de saint Michel sur un roc. L’ordre avait alors perdu son éclat d’antan et ses références à l’honneur et à la probité des chevaliers, formant un corps de frères respectueux de ses valeurs, avaient sans doute aussi beaucoup perdu de leur valeur. Si le chancelier de Chiverny s’enorgueillit, en 1574, d’avoir été élu chancelier de l’ordre, il est difficile de croire en un regain de l’institution si peu de temps après les lettres patentes de Charles IX, datant du 3 avril 1565 qui visaient alors à réduire l’accès à l’ordre qui souffrait d’une pléthore de chevaliers aux mérites aléatoires. Les lettres patentes stipulaient que pour relever l’honneur et l’estime de l’ordre, les nouveaux chevaliers devraient être nommés « pour service signalé, faict en bataille, ou autre grand et notable exploit d’armes tournant au bien et utilité de ceste nostre couronne […] jusques à ce qu’il soit réduit au nombre de cinquante65 ».

  • 66 El recibimiento que la Universidad de Alcalá de Henares… op. cit.

36Après Guadalajara, la reine fit ses Entrées à Alcalá de Henares le 3 février, séjourna trois jours à Madrid, future capitale de la cour, puis à Tolède. À Alcalá de Henares, accompagnée de la princesse doña Juana, elle fit son entrée organisée par l’Université sur le thème de la Paix66. Le roi ayant quitté Élisabeth pour se consacrer à la chasse avec le comte de Benavente et quelques seigneurs de sa Maison, elle arriva dans la ville universitaire avec doña Juana, en compagnie de sa cour dont les Grands, titrés et chevaliers se distinguèrent par la magnificence de leurs costumes et de leurs livrées. Dans Alcalá, elle rejoignit, en litière, une esplanade aménagée par l’Université et où ses membres attendaient depuis deux heures déjà avec force musique. À sa vue, le Recteur quitta son siège accompagné du Grand Abbé de l’église collégiale des saints Juste et Pasteur, également chancelier de l’Université, et ils allèrent tous deux à sa rencontre pour lui baiser la main et lui faire entendre leur discours. Tous les collégiens attendaient pendant ce temps bien disposés de part et d’autre, en fonction de leur discipline. Ceux du collège de Grammaire portaient des manteaux bruns puis ceux de la Logique et de la Philosophie apparaissaient en violet tandis que ceux de la Métaphysique, tous bacheliers, portaient en plus leur bourse. Il en était de même pour les collégiens en Latin, Grec et Hébreu qui revêtaient le manteau violet, la bourse pour les bacheliers et le bonnet plat pour les licenciés. Les Maîtres ès Arts arboraient du noir avec un bonnet doublé de soie azur tandis que la doublure de soie blanche était réservée aux docteurs en Théologie, et les docteurs en Médecine se distinguaient par un bonnet de velours jaune. Les membres de l’Université contribuaient ainsi au décor de l’Entrée en s’inscrivant dans un espace qui rendait compte d’un ordonnancement rigoureux des rangs et des disciplines pour faire honneur à la reine. Le prestige de l’institution prenait forme ainsi en rendant hommage à l’épouse de celui qui avait choisi cette université pour y placer les fils des membres de sa Maison. Une quarantaine d’étudiants, tous issus des lignages servant le roi, avaient, selon les propos du chroniqueur, reçu cet insigne honneur de pouvoir bénéficier d’une bonne instruction, de même que les filles étaient placées par le roi dans le monastère de San Juan de la Penitencia, pour croître dans l’honnêteté et la religion.

37Abordant l’esplanade, Élisabeth croisa tout d’abord la statue d’un vieillard représentant le fleuve Henares lui offrant une couronne de fleurs tandis que sur le piédestal, une inscription latine rendait hommage au roi Philippe dont la puissance rayonne sur l’empire et à la reine Élisabeth propageant la paix dans le monde. Suivait un arc de trente pieds de haut (plus de huit mètres), reposant sur des colonnes aux figures de la France et de l’Espagne, vêtues à l’antique, couronnées de laurier et désarmées. D’après les inscriptions latines, le mariage devait répandre la paix mais tout en maintenant la domination de l’Espagne sur le monde pour la plus grande crainte des Turcs. Au sommet de cette porte trônait donc Charles Quint, les bras ouverts pour accueillir sa bru avec cette pensée Spes tanta nepotum, pour signifier que la paix repose aussi sur les enfants à naître de cette union. Au-delà de cette porte, des écussons et des cadres peints se faisaient face, faisant se répondre les armes du roi et celles de la reine, ou encore ce lion couronné recouvert d’une pluie de lys et en face, la reine assise, recevant la paix agenouillée, portant couronne de lys et rameau d’olivier. Puis succédèrent d’autres figures, celles de la Félicité, de l’Espérance, de la Sécurité ou encore Ferdinand et Isabelle, les Rois Catholiques tenant les regalia et une Grenade en évocation du royaume reconquis. Au terme de ce parcours de plus de cent mètres, la reine passa un dernier arc essentiellement dédié à l’Université, à l’histoire de la ville d’Alcalá et à ses saints célèbres comme Juste et Pasteur. À la fin de la journée, le roi et ses chasseurs rejoignirent la reine et le lendemain après maints remerciements, ils firent leurs adieux au Recteur.

La réconciliation des contraires

  • 67 Río Barredo M. J. del, Madrid, Urbs Regia. La capital ceremonial de la Monarquía Católica, Madrid, (...)
  • 68 González de Amezúa A., Isabel de Valois. Reina de España (1546-1568), Madrid, Gráficas Ultra, 1949, (...)
  • 69 El rrescibimiento y fiestas que se hizieron en Madrid a la rreina doña Ysabel nra. Señora, IVDJ, Ma (...)

38Le roi et la reine quittèrent Alcalá le dimanche 4 février au soir et passèrent la nuit dans une bourgade proche de Madrid. Le 5 au matin, ils firent leur entrée solennelle dans la petite ville de Madrid qui n’était pas encore la capitale des possessions espagnoles, et encore moins une place cérémonielle digne de la cour67. D’après les actes de la municipalité de Madrid, une assemblée du conseil avait été tenue le 6 novembre 1559 pour fixer les préparatifs de la réception, fixant les costumes d’apparat des échevins en toile d’or frisé. Deux jours plus tard, trois commissaires étaient nommés pour organiser les festivités : le licencié Saavedra, don Pedro de Herrera et Juan de Vitoria se répartirent les tâches et le 3 février 1560, ils décidèrent d’octroyer la récompense de trente ducats pour la meilleure invention. Pour accueillir la reine, les représentants les plus éminents de la ville devaient porter des pourpoints, chausses et bonnets de couleur blanche. Ils avaient aussi établi des contrats pour les ménestrels, l’achat de taureaux, l’ouvrage du palio, les illuminations, les jeux de cannes, etcetera68. En l’espace de trois mois, la porte de Guadalajara fut réédifiée à l’entrée de la Calle Mayor, où l’attendait le corregidor don Jorge de Beteta et les échevins. Un arc y fut élevé, haut de douze mètres cinquante et de cinq et demi de large, avec deux autres arcs contigus de huit mètres de haut et trois de large sur les côtés, soutenus par six colonnes de jaspe69. L’ensemble était très coloré et richement décoré avec une élégance soutenue par la présence, sur les deux petits arcs, de deux allégories féminines portant joyaux et fruits verts et surplombant chacune les armes royales de France et d’Espagne.

39Madrid recevait et honorait son roi et sa reine et c’était donc son blason qui surmontait l’ensemble de l’édifice. Il s’agissait d’une ourse dressée sous un arbousier surmonté d’une couronne royale. La juste proportion des formes, les petits arcs étant moins élevés d’un tiers que le principal, ainsi que la symétrie organisant la disposition des éléments signifiés, rendaient compte d’une parfaite illusion de perfection. Comme sur une page et en un texte très bref, les signes étaient autant de mots agencés selon une grammaire de l’espace visuel qui doit frapper le regard et l’amener à la compréhension rapide du message. Cette rhétorique visuelle devait conduire le regard autour de deux dispositifs triangulaires. Les éléments de la partie supérieure étaient structurés en deux triangles décalés dans le sens de la hauteur. Un premier ensemble repérable était constitué des écus portant au point le plus haut, au sommet de l’arc, les armes de Madrid, et les armes de France et d’Espagne, au sommet des deux arcs inférieurs. L’entrée se devait de célébrer dignement l’union de Philippe II et d’Élisabeth, en commençant par mettre en scène et en vedette une représentation de l’union des deux dynasties. Ce fut donc au cœur du premier espace visuel délimité par l’héraldique que les portraits du roi et de la reine rayonnaient, se tenant dans une courtoise étreinte insistant plus sur la réception des deux corps comme le souligne le commentaire de l’entrée, « se rresçibian », plutôt que sur l’intimité conjugale. Le portrait du couple était à la fois au cœur d’un premier dispositif visuel et au sommet d’un second, marqué par des figures humaines. Ce second triangle joignait le portrait du grand arc à deux figures masculines et bibliques situées sur les arcs latéraux et sous les armes de France et d’Espagne. Deux figures en mouvement représentaient Josué arrêtant la course du soleil et Samson mettant en pièces un lion. Le sens des deux figures renvoie, me semble-t-il, au mythe solaire philippien qui devait s’imposer quelques années plus tard avec l’emblème de Nicolo Nelli dans l’Imprese illustri de Ruscelli. Josué et Samson sont des figures bibliques rattachées au soleil, le premier parce qu’il a pu en arrêter la course et le second par l’étymologie même de son nom qui signifie « soleil ».

  • 70 Pérez de Tudela Gabaldón A., art. cit., p. 146.

40Les figures messianique et herculéenne, associées à Philippe II, signifiaient la toute puissance de l’empire, dominant par la guerre et faisant la démonstration de sa force sur un empire où le soleil ne se couche jamais. L’idée était sans doute aussi associée, dans une contradiction seulement apparente, à la douceur d’une figure féminine et bonne, apportant la paix. Le programme de l’arc était essentiellement consacré à cette dualité Guerre-Paix, à la fois opposées et inséparables, consubstantielles à l’exercice du pouvoir philippien. D’autres éléments affichaient clairement la dualité des contraires. Hors du discours identificateur proposé par les triangulations, trois parallèles semblaient couper horizontalement la partie supérieure de l’édifice, chacune passant par des figures humaines. Un premier axe horizontal passait par les deux figures bibliques, puis au-dessus d’elles, les deux figures féminines portant bijoux et fruits verts constituaient un second axe et enfin, plus haut, de part et d’autre du portrait royal, deux allégories accompagnées d’inscriptions latines et castillanes venaient compléter le discours général. Ces deux dernières figures représentaient la Prudence à deux visages, tenant un miroir et un faisceau, et la Discorde portant deux épées dans des mains repliées en croix sur la poitrine70. Des inscriptions latines et castillanes en éclairaient le sens signifiant à droite une figure que « Venga y sea muy bien venida la que la paz vino a dar, qual se pudo desviar », et à gauche « Venga y sea muy bien llegada – la qual del mundo destierra – con su venida la guerra ». Ces inscriptions étaient consacrées à la paix qui écarte ou bannit la guerre. Le mariage pouvait dès lors apparaître comme une victoire sur les contraires.

41Au-delà des façades principales, les passages intérieurs étaient peints d’autres figures offrant à la reine les regalia et chaque figure était accompagnée de deux vertus. Ce programme invitait la reine à gouverner pour imposer la paix dans un règne de guerre mais une guerre que les contemporains comprenaient comme nécessaire au pouvoir souverain et comme condition de l’hégémonie du roi. La Guerre faisait la grandeur de Philippe II et le programme ne pouvait l’ignorer. Tout en vantant les bienfaits de la Paix, incarnée par la jeune reine, la guerre était présentée comme son double, son anti-monde et tout se jouait dans une relation tendue entre les deux, une relation magnifiquement signifiée en conclusion du programme. En sortant de l’arc, et passant par un espace délimité par quatre piliers, une image tout en mouvement montrait Philippe II à cheval, semblant galoper en direction d’une fort belle et honnête demoiselle portant un rameau d’olivier, la Paix, tandis qu’il ne peut s’empêcher de tourner son regard en arrière vers une autre demoiselle, telle Pallas, qui semble l’inviter à la guerre. C’est aux pieds de cet arc de triomphe que le corregidor et les officiers de la ville attendaient la reine pour lui baiser la main et la conduire sous un dais jusqu’au vieil Alcazar où le roi et sa sœur doña Juana devaient la recevoir en compagnie de la grande noblesse d’Espagne. Le roi et la reine restèrent ensuite trois jours à Madrid, occupés par de nombreuses réjouissances.

  • 71 Gómez de Castro A., Recibimiento que la imperial ciudad de Toledo hizo a la magestad de la Reyna nr (...)

42Sur le chemin les menant ensuite à la ville impériale de Tolède, la jeune reine put jouir du spectacle des danses innombrables de morisques, gitanes, Indiens et « sauvages » exécutant des sagras, accompagnées avec force musique de timbales, de vielles, de pipeaux et de chants populaires. La reine approchait de l’antique cité lorsqu’un couple de jeunes mariés en sortit. Le spectacle fut distrayant et tout le monde rit beaucoup en voyant les mascarades des mariés, habillés à la façon du pays de même que leur nombreuse suite d’enfants, le parrain, le curé, le sacristain et les alcaldes. Ce furent ensuite quatre chars triomphaux accompagnés de danseurs qui vinrent accueillir la reine en lui chantant des airs de Paix pour la chrétienté, en louant Cupidon ou chantant encore à la façon de gens de guerre. Les enfants furent les principaux acteurs de toutes ces inventions et des défilés à forte connotation militaire. En ce 12 février, la reine fit enfin son entrée par la porte de Visagra. La ville avait pris l’apparence d’une ville antique, vouée aux dieux et aux Géants, ainsi qu’aux héros signifiant la grandeur et puissance des deux grandes Maisons réunies par la Paix, selon un programme en grande partie conçu par Alvar Gómez de Castro qui employa les services de l’artiste local Nicolas de Vergara71. L’auteur de cette entrée en a laissé une description de cent quatre-vingt-treize pages d’une richesse inouïe, si bien qu’il est impossible de tout en dire ici.

  • 72 Gómez de Castro A., op. cit., fol. 287 r°.

43L’Entrée fut un triomphe de la pensée humaniste mettant à l’honneur les classiques du genre mais ce que révélait avant tout l’auteur, moins que son érudition, c’était cette communion de tous les Tolédans et leur joie à fêter leur nouvelle reine. Plusieurs jours avant son arrivée, il n’avait cessé de pleuvoir, laissant les habitants au comble du désespoir de ne pouvoir lui offrir des réjouissances dignes de son rang. Signe de la divine providence, le temps s’était éclairci la veille de son arrivée et la fête fut réussie mêlant entre eux les langages divers des mots, des images et des corps. L’allégresse des corps dansant avait contribué à donner de la grâce à cette entrée, ravissant les regards devant ces jeunes filles innombrables dansant sur la pointe des pieds. Le sentiment de joie, bien perceptible sous la plume de Gómez de Castro, fut le lien entre les acteurs et les spectateurs qui étaient venus des environs, à près de trente lieues à la ronde72. Les notables institutions de la ville avaient préparé cette entrée : la Hermandad Vieja, la Maison des Monnaies, l’Université, l’Inquisition, le Collège de Escribanos dont les membres se distinguaient par leur mise particulière, rivalisant de luxe. Une grande figure de Bacchus, dressée devant l’hôpital, déversait son vin pour régaler et enivrer le plus grand nombre tandis que d’autres figures et grandes statues rendaient hommage à la ville, son fleuve et ses fondateurs. L’Entrée était en grande partie placée sous le signe des enfants, d’abord avec ceux qui avaient accueilli la reine sur le chemin, en bandes de soldats armés d’arquebuses, ou encore ces autres bandes masquées à l’espagnole ou à la française portant des écus à l’effigie du roi. Ils défilaient derrière une allégorie de la Renommée portant un château, comme celle décrite par Virgile dans l’Énéide, qui introduisait la reine dans Tolède après les baisemains des principaux représentants des grandes institutions tolédanes.

  • 73 Recebimiento que la Imperial ciudad de Toledo hieo à la Magestad de la Reyna nuestra señora doña Ys (...)

44Un premier arc de triomphe attendait la reine, traitant de sujets profanes pleins d’enseignement sur l’ancienneté du temps, l’astrologie, les figures et mouvement du ciel… Le registre était mythologique, évoquant les divinités de l’Olympe protectrices du couple royal, comme Neptune ou encore Pallas. Dans un cadre, Venus tenait un gouvernail, et Mercure son caducée, puis entre les deux, Cupidon signifiait le mariage héroïque au sens des vertus. La Discorde aussi était dépeinte terrassée par la Paix. D’autres cadres peints au-delà de l’arc participaient tous d’une même culture antiquisante, s’exprimant surtout par le truchement des allégories. La reine fit son entrée, non pas dans sa litière mais sur une haquenée blanche, assise sur un siège de velours violet, bordé d’or et couvert de perles et de pierreries. La reine était vêtue à la française avec une robe de velours noir bandée de soie noire tous les trois doigts et parsemée de rubans d’or doublés de toile d’argent et des ferrets en forme de petites étoiles. Une cape prolongeait la silhouette dans une toile d’argent bordé d’or et parsemée de perles. Sa coiffe était aussi française, couverte de perles et l’ensemble était rehaussé de diamants de grande valeur et de grosses perles sur la ceinture et sur le collier. Elle constitua elle-même un spectacle pour satisfaire la curiosité des Tolédans qui n’avaient d’autre désir que de la voir73.

45Au terme de ces trois Entrées, Élisabeth incarna cette ambition irénique au point de devenir, pour la postérité, Isabel de la Paz, incarnation vivante d’un moment de paix d’autant mieux ressentie par ses contemporains que le règne de guerre de Charles Quint se poursuivait avec Philippe II sous le signe de la Paix. Malgré cette forte aspiration générale à la paix, la guerre n’en restait pas moins la valeur essentielle et nécessaire de cette royauté. Charles Quint puis Philippe II depuis Saint-Quentin, étaient des rois de guerre pour affirmer leur souveraineté. Le mariage signifiait le triomphe de l’amour capable de réconcilier les contraires. Élisabeth incarna cette Paix, pour demeurer attacher à cette image et survivre à son corps de chair, lequel devait être soumis aux exigences de sa dignité.

Notes

1 La Ferrière H. de, Lettres de Catherine de Médicis, t. 1, Paris, 1880, lettre du 5 mai 1546.

2 D’après Juan de Vega à l’empereur, le 16 juillet 1546, dans Calendar of letters, despatches and State papers relating the negociations between England and Spain, vol. VIII, London, 1904, p. 428, et Romier L., Les Origines politiques des Guerres de Religion, Paris, Perrin, 1913., I, p. 73.

3 Calendar of State Papers, foreign series of the reign of Edward VI. 1547-1553 preserved at the State paper department, Turnbull W. B. (éd.), London, Longman, Green and Roberts, 1861, no 351 et 369.

4 Ibid., no 397, p. 139.

5 « Statuts de l’ordre de Saint-Michel, du 1er août 1469 » par le comte Garden de Saint-Ange, Code des ordres de chevalerie du royaume dédié au Roi, Paris, 1819.

6 Calendar… op. cit., no 10, p. 194.

7 Ibid., no 72, p. 73.

8 C’est durant le siège de Thionville que le Maréchal Piero Strozzi trouva la mort le 20 juin 1558. Quelques temps auparavant, il avait marié sa fille Clarisse, compagne de jeux et d’études d’Élisabeth et de Marie Stuart, à un neveu du connétable, Honorat de Savoie-Tende (voir Romier L., Les Origines… op. cit., Tome II, p. 219).

9 Giraud C., « Le mariage de Marie Stuart avec François II », dans Journal des savants, 1876, p. 555-559.

10 Ercole Strozzi au duc de Mantoue, le 17 décembre 1557, depuis Poissy, ASMa, Francia, cité par Romier L., op. cit., p. 221.

11 AN, série microfilmée de Simancas, Estado, K 1643, pièce no 13 et 14.

12 Idem, K 1643, pièce no 11.

13 Je restitue ce texte dans son intégralité, tiré de la série microfilmée de Simancas des AN, K 1643, no 11 (copie non datée) : « Casandose su Magestad con la hija del rey de françía. Como ha paresçido que lo deve hazer por las razones que sean apunctadas e a de considerar lo siguiente. Si su magestad se debria casar luego, aqui en flandes por estas razones. La primera por veerse, con el rey y reyna de françia que se podria hazer façilmente y sin inconveniente y seria afirmar mas la paz y amistad y poner en respecto a su santitad de que se seguiria a su magestad hartas utilidades para sus negoçios particulares que pretende, en favor despaña y los otros sus reynos y seria coyuntura para apretarlos. Item a los alemanes e Inglesses y todos los otros potentados de ytalia. Lo segundo haria su magestad una gran demostraçion con estos estados especialmente si dios fuesse servido que se empreñase la hija del rey y en qualquier casso, podria quedar a governarlos poniendole consejo y alguna persona prinçipal despaña questuviesse en su acompañamiento y endereçasse las cosas como convieniessen. Lo terçero con mas justa causa se podria pedir a estos estados un grueso serviçio que otorgarian con brevedad, de qual no solamente se podria pagar a los alemanes juncto con la docte pero havria consignacion para la guarniçion que huviesse de quedar por algun tiempo, porque de lo despaña no se deve hazer mucho fundamento, como su magestad save y seria Aliviar aquel reyno y lo que se truxesse, de sevilla que sera poco se occuparia en la paga de la casa y en la armada que sea de hazer y en otras cosas forçossas. Lo quarto esto no embaracaria la yda de su magestad a españa este año antes se sigueria, que su magestad yria desembaraçado a aquellos reynos por dos años para visitarlos y assentar las cosas dellos, y estar la hija del rey ausente daria tan largo tiempo como seria negocio, porque su magestad no la havia de llevar consigo, haviendo de Andar tanto porque embaraçaria mucho. Paresçeria desamor que a los prinçipios por lo menos se deve dar a enteder lo contrario. Lo quinto su magestad mas libremente podria attender a la criança del principe y assentarle su cassa y darle personas convinientes trayendole consigo. Lo sexto en estos dos años su magestad le habilitaria, y se haria mas hombre y despues la podria embiar al govierno destos estados, y daria mas esperanças de matrimonio despues se podria seguir muchos effectos y sobre todo çessaria los ynconvenientes qua al presente se offresçen en lo de la governaçion de aqui que sin dubda los ay, y despues la hija del rey podria yr façilmente por françia a españa a tiempo conveniente. »

14 Discours des Triumphes du Roy catholique d’Espagne, et de madame Elizabeth, fille du Roy treschrestien Henry II de ce nom, Paris, Olivier de Harsy, 1559.

15 AN, série microfilmée de Simancas, K 1643, pièce no 23.

16 AAE, Correspondance politique, Espagne, no 9, fol. 152 r°, « Ratification de la Royne d’Espagne dudict traité avec les renonciations stipulées par iceluy le 3 mars 1560 ».

17 AN, série Simancas K 1643, no 30. Philippe II établit, pour la reine, une rente assignée sur les villes et villages de ses royaumes, spécialement obligés et hypothéqués pour la sécurité de la dot et des arrhes. Il s’agissait de Molina, Aranda, Duero, Sepulveda, La Xara, Valaderey, leurs terres et juridictions. Plus de trente et un mille ducats étaient payables sur les rentes des alcalbalas, que le roi augmentait de plus de cinquante-huit mille ducats pour faire un compte rond de quatre-vingt-dix mille ducats de rente.

18 AN, idem, no 23.

19 Idem, no 28 : « Extraict des articles du traicte de la paix concernans le mariage du Roy et de la Royne Catholicque ».

20 Idem, no 28, article 31.

21 Bély L., La Société des Princes. XVIe-XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 1999, voir le chapitre VIII, « Négocier un mariage », et Nassiet M., « Les reines héritières : d’Anne de Bretagne à Marie Stuart », in Poutrin I. et Schaub M. K., Femmes et pouvoir politique. Les princesses d’Europe XVe-XVIIIe siècle, Bréal, 2007, p. 134-145, ainsi que Hugon A., « Mariages d’État et sentiments familiaux chez les Habsbourg d’Espagne », in Poutrin I. et Schaub M. K., op. cit., p. 80-101.

22 Discours des Triumphes du mariage… op. cit.

23 Ordre observé au mariage de Madame Elisabeth fille du Roy Henry deux avec le Roy d’Espagne. Extrait des registres de l’Hostel de Ville de Paris, BnF ms fr. 16 631, fol. 49-52 et 53-59, ordre retranscrit par Godefroy T., dans le Ceremonial françois, Paris, 1649.

24 Duquesa de Alba, Documentos escogidos del Archivo de la Casa de Alba, Madrid, 1891, p. 70 : « Ceremonial del casamiento que, por poder de Felipe II, celebró el duque de Alba con Isabel de Valois ».

25 La Popelinière, L’Histoire de France enrichie des plus notables occurrances survenues ez Provinces de l’Europe et pays voisins, soit en Paix soit en Guerre… Depuis lan 1550 jusques a ces temps, par Abraham H., 1581, vol. 1, p. 140.

26 Romier L., Les Origines politiques… op. cit., II, p. 388, cite l’extrait d’une lettre de Raviglio et Alvarotti au duc de Ferrare, datée du 10 juillet 1559 [archivio di Stato di Modena, Francia] : « Hieri di sera si fece lo sponsalitio di Madama Margherita che fu in camera della Reina catholica, ma molto privato, et scoprendosi nel viso di tutti uno estremo dolore. La Reina non ve si trovò, essendo lei in letto et molto indisposta ».

27 Nagle J., La Civilisation du cœur. Histoire du sentiment politique en France du XIIe au XIXe siècle, Paris, Fayard, 1998, p. 85.

28 AGS Estado, Francia K 1492, no 81 et 83 (série microfilmée ANF).

29 Prat A.-T. du, Histoire d’Élisabeth de Valois reine d’Espagne 1545-1568, Paris, Plon, p. 82.

30 BnF, ms fr. 3 902, fol. 92 r° : Lettre autographe d’Élisabeth à sa mère, le 7 décembre 1559, à Bordeaux.

31 Ruble A. de, Antoine de Bourbon et Jeanne d’Albret, Paris, Adolphe Labitte, 1881, vol. II, p. 64-75.

32 BnF, ms fr. 3 902, fol. 92 r°.

33 Discours de la delivrance et reception de la Royne Catholique Elizabeth de France, faicte par les deputez aux frontieres des Espaignes, Lyon, Michel Jove, s. d., in 8° (16 pages), p. 3. Ce récit, de la main de L’Huillier, secrétaire particulier d’Élisabeth, fut également publié à Paris chez Vincent Sertenas, le 9 février 1559, sous le titre de La Reception faicte par les deputez du Roy d’Espaigne, de la Royne leur souveraine Dame, à la delivrance qui leur en a esté faicte en l’Abbaye de Roncevaux, au païs de Navarrois, par les Roy de Navarre, et Cardinal de Bourbon : Et les triumphes, honneurs et solennitez qui y furent faictes et observées, tant d’une part que d’autre (in 8°, 32 pages). Le récit établi par l’interprète Lansac de Saint-Gelais, et publié par Paris L., op. cit., p. 171 et ss, est très fidèle à celui de L’Huillier, au point de douter que ce dernier, dont l’édition parisienne porte la signature, puisse en être l’auteur. La liste des Espagnols présents dans le cortège du duc de l’Infantado est même tirée d’un mémoire de Lansac envoyé au cardinal de Lorraine (dans Paris L., op. cit., p. 166). Lansac et L’Huillier écrivirent tous les deux un mémoire au cardinal de Lorraine, depuis Tudela, les 15 et 16 janvier 1560.

34 Paris L., op. cit., le roi de Navarre à l’évêque de Limoges, p. 161.

35 Ibid., p. 187, Relation de ce qui se passa depuis l’arrivée de la reine à Pied-de-Port jusques à Pampelune. Janvier 1559 [1560].

36 Colección de documentos inéditos para la Historia de España, Madrid, 1848, vol. III, p. 427.

37 La Popelinière, op. cit., p. 150.

38 Discours de la delivrance… op. cit., p. 8.

39 Carta del Cardenal y Duque del aviso del entrego, AAE, mémoires et documents d’Espagne, vol. no 233, fol. 236 r°.

40 Certificaçion del Duque y Cardenal, del Resçibo de la Reyna nuestra Señora, 5 janvier 1560, AAE, Mémoires et documents d’Espagne, vol. no 233, fol. 236 r°.

41 Rellacion de lo que apasado en la entrega de la Reyna nuestra Señora, citée dans Alenda y Mira, Relación de solemnidades y fiestas públicas, I, Madrid, 1903, p. 57. Une relation inédite [BPR Ms II/2299 fol. 94 r°, v°] confirme que le cardinal accompagna seul les deux émissaires tandis que le roi de Navarre attendait auprès de la reine. Voir la publication de ce manuscrit intitulé « Relación de la Entrada de la Reyna Nuestra Señora » dans Avisos. Noticias de la Real Biblioteca, Año XI, no 47 octubre-diciembre 2006. Je remercie Valentín Moreno Gallego de m’en avoir procuré un exemplaire.

42 Discours de la délivrance… op. cit., p. 13.

43 Reprenant le concept de « phénoménologie » du corps emprunté à Merleau-Ponty, comme rencontre de la conscience et du monde, Hong S. M., dans Habitus, corps, domination. Sur certains présupposés de la sociologie de Pierre Bourdieu, (Paris, L’Harmattan, 1999), retrace la genèse du concept d’habitus chez Pierre Bourdieu.

44 BnE, ms 5 938, fol. 183 r°, tiré de la Relacion de la entrada de la Reyna nuestra señora.

45 Paris L., op. cit., citant L’Huillier, p. 181. Louis Paris cite également une lettre du cardinal de Lorraine à l’évêque de Limoges, de novembre 1559, dans laquelle il précise que le roi de Navarre a été entretenu sur sa conduite à tenir pour ne pas déplaire au roi et ne créer aucun mécontentement. Une telle précaution rend bien compte de l’état d’esprit du roi de Navarre sur la question espagnole.

46 Zerner H., dans Le Corps à la Renaissance, Actes du XXXe colloque de Tours, Paris, Aux Amateurs de Livres, 1990, et Detrez C., La construction sociale du corps, Paris, Le Seuil, 2002, p. 126.

47 Memorial que el duquel del infantado envió al Rey y de lo que por su mandado de secreto y respondió en la margen, AAE Mémoires et documents, Espagne, no 233, fol. 232 r°

48 Elias N., La Société de cour, Paris, Flammarion « Champs », 1985 (1969), p. 93.

49 Ynstrucion que Su Magestad enbió al Cardenal don Francisco de Mendoza obispo de Burgos y Duque para la orden que avian de tener en yr a resçibir a la Reyna, depuis Aranjuez, le 23 novembre 1559. AAE, mémoires et documents, Espagne, no 233, fol. 233 v°-235 v° Une copie avait ainsi été donnée au roi de France par le comte de Buendia.

50 Ibid, p. 174.

51 Discours de la délivrance… op. cit., p. 15.

52 Doña María de La Cueva, épouse du comte don Juan Téllez Girón le second, fut l’une des femmes illustres de la cour de Philippe II, s’étant distinguée par sa vertu mais aussi par son esprit prompt à en faire une femme de tête capable de gouverner son état d’Ureña. Aux vues de ses qualités, elle fut choisie comme première dame d’Élisabeth, d’après Gudiel G., Compendio de algunas historias de España, s.l., s.d., fol. 120 r°.

53 Paris L., op. cit., p. 174, d’après Lansac à Monsieur le cardinal de Lorraine en janvier 1560.

54 BnE, ms 5938, fol. 120 v°-121 r°, tiré de la relation du voyage du prince Philippe en Angleterre en 1554 : La duchesse d’Albe, se présentant à la reine, s’était agenouillée mais celle-ci se baissa à son niveau et la prit dans ses bras puis la releva et l’embrassa sur la bouche. Elle la prit ensuite par la main et l’entretint de son voyage jusqu’à l’estrade où se trouvait son siège royal. La reine choisit cependant de s’asseoir sur un coussin priant la duchesse d’en faire de même. Mal à l’aise, la duchesse supplia la reine de prendre son siège, si bien que la reine finit par demander deux tabourets recouverts de velours pour faire bonne mesure. La reine put enfin s’asseoir mais la duchesse refusa de prendre le sien, préférant se mettre par terre, suivie de la reine qui regagna son coussin et qui à force de malmener la duchesse finit par obtenir d’elle d’occuper un siège identique au sien.

55 Ibid., Mémoire de Lansac de Saint Gelais, p. 177.

56 Carta de Su Magestad para el Cardenal y Duque, 26 janvier 1560, Tolède, AAE, mémoires et documents d’Espagne, vol. no 233, fol. 236 v°.

57 LaynaSerrano F., Historia de Guadalajara y sus Mendozas en los siglos XV y XVI, Tomo III, p. 208.

58 Horozco S., Relación de las bodas de los Reyes Don Felipe y Doña Isabel, celebradas en Guadalajara el año 1560, BnE ms 9 175 ; Casamiento del rey don Felipe II con la Reyna Doña Isabel de la Paz en la ciudad de Guadalajara… RAH, collection des Jésuites, tome 88, fol. 227-233.

59 Relaciones históricas de los siglos XVI y XVII, Madrid, Sociedad de Bibliófilos españoles, 1896 : « Relación de las bodas de los reyes don Felipe II y Doña Ysabel celebradas en Guadalajara el año 1560 », p. 54-59. Voir aussi Layna Serrano F., op. cit., citant la relation du frère Hernando Pecha.

60 Alberi, le relazioni degli ambasciatori veneti, Tome I, volume V, p. 275.

61 D’après Alenda y Mira J., Relaciones de solemnidades y fiestas públicas en España, I, Madrid, 1903, p. 60, reprenant le manuscrit de la collection des Jésuites cité précédemment : « El sacó calça y jubon blanco, quajados de oro de cañutillo y piezas de martillo, ropa francesa de terciopelo morado toda llena del dicho oro y muchas piedras por toda ella. Dicen que pesava un quintal y seis libras que es la más rica que se ha visto, gorra negra adereçada con plumas blancas. »

62 Idem.

63 Relaciones históricas… op. cit., p. 58.

64 « según juzgaron los que en todas se avían hallado », dans Simón Díaz J., Fuentes para la historia de Madrid y su provincia, Madrid, CSIC, 1967 : El recebimiento que la Universidad de Alcalá de Henares hizo a los Reyes nuestros señores, quando vinieron de Guadalajara tres días después de su felicíssimo casamiento, Alcalá de Henares, Juan de Brocar, 1560.

65 Lettres patentes retranscrites par le comte Garden de Saint-Ange, op. cit., p. 51-154.

66 El recibimiento que la Universidad de Alcalá de Henares… op. cit.

67 Río Barredo M. J. del, Madrid, Urbs Regia. La capital ceremonial de la Monarquía Católica, Madrid, Marcial Pons, 2000, p. 76-77 et J. M. LópezGarcía (éd.), El impacto de la Corte en Castilla. Madrid y su territorio en la época moderna, Madrid, 1998.

68 González de Amezúa A., Isabel de Valois. Reina de España (1546-1568), Madrid, Gráficas Ultra, 1949, Tome I, p. 128 cite les Libros de Actas del Ayuntamiento de Madrid, libro XIV, 1557-1560, fol. 350, 351, 367n 368, 372 à 388. Voir sur ce sujet, l’article de Pérez de Tudela Gabaldón A., « La entrada en Madrid de la reina Isabel de Valois en 1560 », dans Torre de los Lujanes, no 35, 1998, p. 141-166.

69 El rrescibimiento y fiestas que se hizieron en Madrid a la rreina doña Ysabel nra. Señora, IVDJ, Manuscritos 26-I-10, fol. 128-129.

70 Pérez de Tudela Gabaldón A., art. cit., p. 146.

71 Gómez de Castro A., Recibimiento que la imperial ciudad de Toledo hizo a la magestad de la Reyna nra señora doña Isabel quando nuevamente entró en ella a celebrar las fiestas de sus felicissimas bodas, BnE ms 7896, fol. 211 r°-287 r° Voir Redondo A., « Fiesta, realeza y ciudad : las relaciones de las fiestas toledanas de 1559-1560 vinculadas al casamiento de Felipe II con Isabel de Valois », dans La fiesta. Actas del II Seminario de Relaciones de Sucesos, La Coruña, 1998, p. 303-314.

72 Gómez de Castro A., op. cit., fol. 287 r°.

73 Recebimiento que la Imperial ciudad de Toledo hieo à la Magestad de la Reyna nuestra señora doña Ysabel, hija del Rey Henrico II de Francia : quando nuevamente entro en ella à celebrar les fiestas de sus felicissimas bodas, con el Rey don Philippe nuestro señor II deste nombre, en Toledo en cas de Juan de Ayala, 1561. Voir également « Relación y memoria de la entrada en esta ciudad de Toledo del rey y reina, nuestros señores, don Felipe y doña Isabela y del recibimiento y fiestas y otras cosas, año de 1561 », dans Horozco S., Relaciones históricas Toledanas, J. Weiner (éd.), Toledo, 1981.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540