Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le corps d'une reine

 | 
Sylvène Édouard

Première partie. Le corps majestueux

Chapitre 2. La liturgie du corps royal

Texte intégral

  • 1 La Ferrière H. de, Lettres de Catherine de Médicis, Paris, Imprimerie nationale, 1880, t. I, p. 81.

1Le corps de la reine, soumis au cérémonial de cour, était un corps organisant autour de lui l’espace dévolu à son autorité, à sa majesté, réglant ainsi la place et le comportement de chacun autour de son corps, cœur tabou d’une majesté à la fois protégée par les convenances et soumise à elles. Le passage de l’étiquette française, basée sur une publicité de la proximité, à l’étiquette espagnole, publicité de la distance, se fit dans le même temps que la livraison de la reine aux émissaires du roi à Roncevaux puis à Pampelune. La reine fut en effet « livrée », soulignant une dépossession de ce corps devenu diplomatique dans l’enjeu de la paix franco-espagnole. Un autre enjeu fut l’hispanisation de la reine, par l’apprentissage de nouvelles manières d’être et par le renvoi d’une part importante des Français de sa Maison. Soucieuse de savoir sa fille à la hauteur de son rang, Catherine de Médicis demandait à son ambassadeur L’Aubespine, en juillet 1560, de l’avertir « de toutes choses qui passent à l’entour de la Reyne ma fille et me descouvrir de toutes ses actions tant par le menu, [ ] et de sçavoir qu’elle s’y comporte de telle façon que tant luy que ses principaulx ministres en ayent tant de contentement et de satisffaction1 ». En quelques mois, la jeune reine apprit les convenances espagnoles sans se départir d’un naturel dû à son âge et à ses origines, qui faisait d’elle une princesse platonicienne.

Le corps protocolaire

L’héritage platonicien de la cour des Valois

  • 2 Tommaseo M.-N., Relation des ambassadeurs vénitiens sur les affaires de France au XVIe siècle, vol. (...)

2Michel Suriano, ambassadeur vénitien à la cour de France en 1561, évoquait la proximité entre le roi et ses sujets dans le cadre d’une mystique du pouvoir que soulignera plus tard l’historiographe d’Henri IV, Pierre Matthieu, comme condition de l’amour des sujets qui est dans la connaissance visible et non secrète du roi. Imaginant une figure d’amour et de don, commandant pour le bien public selon la loi de Dieu contre l’usage de la ruse et de la violence, dans une tradition anti-machiavélienne, l’ambassadeur en déduit la logique de familiarité entre le roi et ses sujets, qu’il traite tous en compagnons, n’excluant personne de sa présence, pas même les laquais ou les gens de plus basse condition qui peuvent venir écouter le roi en son cabinet. La proximité de leur souverain fonde une visibilité sans mystère apparent, et « tout cela sert de fondement à l’amour et à l’obéissance des Français pour leurs rois » qui ont toujours su gouverner sans « user ni de ruse ni de violence », en inspirant crainte et amour, obéissance et respect. La pratique du don physique donne une transparence de la royauté qui serait sans dissimulation, au point d’instaurer une familiarité qui « rend, il est vrai, les sujets insolents, mais elle les rend en même temps fidèles et dévoués à leur roi2 ». Même si cet idéal d’harmonie mystique s’érode à l’époque, du fait de la radicalisation des partis religieux à la cour, Élisabeth a néanmoins hérité de cette pratique de la proximité, gage d’amour et de fidélité, se souvenant également des leçons de Marie Stuart durant l’année 1554.

3La jeune reine d’Écosse l’avait alors invitée à se munir des vertus qui sont nécessaires au bon gouvernant, agitant le spectre terrifiant de la tyrannie, terrifiant en ce qu’il délie le lien d’amour entre les sujets et leur roi :

  • 3 Idem.

« Si en notre jeune age, ma sœur, nous apprenons les vertus ainsi que je vous écrivoi hier, le peuple ne nous appellera jamais loups, ni ours, ni lions, mais nous honorera et aimera comme les enfants ont coutume aimer les pères et mères. Le propre d’un bon prince est de ne blesser personne, profiter à tous mesmement aux siens, et que cette vois tyrannique soit loin de son entendement : je le veuil ainsi, je le commande ainsi, et pour toute raison ma volonté soit ; car, ma sœur, cette voix est vraie qui jà est allée en proverbe ; ils haient quand ils craignent. Adieu, Compiègne, 17 août [1554]3. »

  • 4 Crouzet D., dans Le Haut Cœur de Catherine de Médicis, Paris, Albin Michel, 2005, p. 583, rend comp (...)

4Dans une perspective platonicienne, Marie Stuart évoquait les figures parentales aimées de leurs enfants pour élever ce modèle d’amour au-dessus de la raison politique dépourvue de cette source première de l’exercice du pouvoir et qui, dans la suite des critiques contre le machiavélisme, condamne la force dont le bestiaire devint un paradigme. La proximité non feinte du souverain revêt en elle l’idée du sacrifice, du don de soi comme gage d’amour, condition de l’obéissance des sujets et du contentement des nobles comme l’indiquait Catherine de Médicis dans une lettre adressée à Henri III4. Revenant sur un âge d’or d’avant les troubles de religion, Elle associait la paix civile à l’obéissance des sujets et à la connaissance de leur souverain, lequel doit s’ériger en modèle de raison. La reine mère n’évoquait pas les vertus opérant habituellement, comme la prudence et la sagesse, mais elle insistait surtout, aux prises avec un monde de désordres et de chaos, sur la nécessité de restaurer ordre et raison, à commencer au sein de la cour :

  • 5 Lettre de Catherine de Médicis à Henri III, publiée par La Ferrière H. de, dans Lettres… op. cit., (...)

« […] et recouvrer par là votre autorité et obéissance entière, encore que tout cela serve, et soit le principal pilier et fondement de toutes choses, si est-ce que je crois que vous voyant réglé en votre personne et façons de vivre, et votre cour remise avec l’honneur et police que j’y aie vue autrefois, que cela fera un exemple pour tout votre royaume et une reconnaissance à chacun du désir et volonté qu’avez de remettre toutes choses selon Dieu et la raison5. »

5Comme les pratiques curiales étaient censées être à l’image du prince qui les inspire, Catherine fixa un programme, heure par heure, pour régler la vie du monarque selon un ordre rigoureux susceptible de restaurer la cour selon l’usage de François Ier et d’Henri II. Ce que proposait Catherine n’était en fait rien d’autre qu’une ritualisation de la vie de cour autour du corps du roi qui aurait permis un rapprochement avec la noblesse. La visite au roi, dès son lever, devait permettre de réactiver une familiarité et un don d’amour pratiqués sous Henri II, le don étant seul capable de restaurer la fidélité des nobles, « et il parlait à eux, et le voyaient, ce qui les contentait beaucoup ». Du lever à la promenade à cheval dans l’après-midi, le roi devait être visible et partager son temps avec sa noblesse « à quelque exercice honnête, sinon tous les jours, au moins deux ou trois fois la semaine ; cela les contentera beaucoup ». La visibilité semble sacraliser une relation de la noblesse à son roi, procurant un contentement fédérateur tandis que l’éloignement démythifie la royauté et dissout les fidélités. La ritualisation même de la proximité du roi n’a pas pour seul but de maintenir un lien d’amitié, elle permet aussi, par la présence physique du roi, d’exercer un contrôle canalisateur des énergies nobiliaires :

  • 6 Ibid.

« [… ] les tenir joyeux, et occupés à quelque exercice ; pour cet effet, souvent il fallait combattre à cheval et à pied, contre la lance ; et le roi votre père aussi, avec des autres exercices honnêtes èsquels il s’employait et les faisait employer ; car les Français ont tant accoutumé, s’il n’est guerre, de s’exercer, que qui ne leur fait faire, ils s’emploient à autres choses plus dangereuses. [… ] Je vous ai bien voulu mettre tout ceci de la façon que je l’ai vu tenir aux rois votre père et grand-père, pour les avoir vus tant aimés et honorés de leurs sujets, et en étaient si contents que pour le désir que j’ai de vous voir de même, j’ai pensé que je ne pouvais donner meilleur conseil que de vous régler comme eux6. »

  • 7 Voir à ce propos l’article de Crouzet D., « Désir de mort et puissance absolue de Charles VIII à H (...)

6La proximité devait aussi être très réglementée par l’étiquette qui permet de poser des limites nécessaires à la conservation de la majesté et de son mystère. François Ier et Henri II mêlaient savamment le retrait et une proximité relevant, comme le suggère la reine mère, d’une camaraderie de troupe forgée au combat et qui par le don du sang, impose une nécessaire familiarité, mais une familiarité « minutée » et programmée dans le cadre de la vie de cour. Un simulacre de camaraderie militaire en temps de paix que les combats festifs réinventent par un autre simulacre, celui de la guerre et par là, celui du don que manifestent les participants et le roi lui-même dans la recherche aventureuse des coups7.

  • 8 Le Roux N., dans La Faveur du roi. Mignons et courtisans au temps des derniers Valois (vers 1547-ve (...)
  • 9 Matthieu P., Histoire de France sous les règnes de François I, Henry II, François II, Charles IX, H (...)

7Quant au retrait du roi, nécessaire au mystère de sa dignité, il s’imposait par l’étiquette qui est le reflet d’un ordre imposé dans le temps, l’horaire strict de la journée du roi, et dans l’espace organisé autour de lui, fermé la nuit, surveillé et surtout réservé aux personnes de sa maison. L’étiquette renvoie à une maîtrise spatio-temporelle du corps du roi dont le mystère renvoie, même en France, à un tabou sacralisé, signifiant une autre forme du don de soi, le don par l’acceptation de sa solitude, le roi étant le premier parmi ses pairs et seul dans la souveraineté8. Cette dimension plus stoïcienne de la royauté, marquée par la maîtrise solitaire de sa dignité, n’était donc pas exclusivement philippienne encore que le roi hispanique l’eût portée à son paroxysme. Dans son Histoire de France, Pierre Matthieu, historiographe d’Henri IV, reprit les instructions de Catherine de Médicis, insistant à la fois sur l’ordre nécessaire contre les « demandes importunes » et la nécessité de contenter la noblesse par la proximité du roi Henri II au point d’être « pressé », suscitant l’étonnement des étrangers ignorants de ce que cette noblesse « se pressoit dans les combats de la mesme affection qu’au Louvre9 ». Dans un autre écrit, polémique cette fois, Pierre Matthieu comparait, sur le mode de l’ironie, les pratiques curiales des souverains de France et d’Espagne, opposant le retrait espagnol, source de crainte, à la visibilité du roi de France, source de fidélité :

  • 10 Elogio a la vida y muerte del rey Cathólico don Phelipe 2°, texte manuscrit non daté, BPR Ms II/867 (...)

« Il [Philippe II] vendait si chère sa vue à ses vassaux, qu’aucun aussi grand fût-il, ne le voyait ni ne lui parlait sans l’avoir sollicité longtemps à l’avance. Il fut si grave et si sévère que même à ses domestiques il ne laissait jamais une occasion de diminuer la crainte et le respect. La gravité sied toujours à un Prince ; mais ce qui est bon sur une terre et pour un peuple ne l’est pas sur une autre. Si un roi de France se comportait ainsi avec ses sujets, s’il se cachait quinze jours à Saint-Germain, ils en ressentiraient de l’affliction10. »

8Dans une tradition cicéronienne de la vertu fondatrice du bon gouvernement, le roi se rend visible à travers une transparence physique qui relève du don de sa personne mais dans le cas contraire d’un mystère total de son être et de sa dignité, il se comporterait comme un tyran oriental, déifié par ses sujets. Le don de soi est un signe de vertu tandis que le retrait s’apparente à des pratiques dignes des tyrannies.

  • 11 Le Roux N., op. cit., chap. 1.
  • 12 Matthieu P., op. cit. : « Los Franceses quieren tener delante de sus ojos a su Príncipe, no menos e (...)

9Michel de L’Hospital, dans la harangue qu’il prononça à l’ouverture des États généraux d’Orléans le 13 décembre 1560, démontra l’efficacité gouvernementale de la proximité, condamnant les pratiques distanciées qui sont celles des despotes de Perse ou d’Assyrie. Pierre Matthieu poursuivait dans la même idée pour valoriser le modèle français au détriment du modèle espagnol philippien comparable au despotisme oriental des « premiers Rois » comme les Assyriens qui voulaient vivre retirés sans se laisser voir plus d’une fois dans l’année. La proximité étant gage de fidélité et d’amour, les rois assyriens « furent très respectés de leurs sujets, mais l’amour était moindre que le respect ». Les théories modernes sur le bon gouvernement du royaume de France forgèrent un mythe de la faveur et du don gratuit du souverain durant les années difficiles de rupture des liens d’amitié à la cour des derniers Valois11, mais une faveur qui toujours révélatrice de la vertu du roi, devait s’effectuer avec tempérance, « les grandeurs aussi élevées fussent-elles » perdant « beaucoup de la vénération qu’on leur doit, quand elles étaient trop familières12 ».

  • 13 González de Amezúa A., Isabel de Valois. Reina de España (1546-1568), Madrid, Gráficas Ultra, 1949, (...)

10La distance n’était pas absente à la cour de France, elle était nécessaire au bon ordre qui rend compte du mystère de nature christique qui est source de la majesté. La proximité n’était donc pas synonyme de familiarité mais une manifestation de cette majesté qui s’accomplit par le don. Élevée dans l’esprit de cette cour platonicienne dont elle fut le témoin quotidien pendant près de cinq années, Élisabeth était en mesure de pratiquer le don d’elle-même dans une geste d’amour qu’exprimèrent ses embrassades, à son arrivée en Navarre espagnole en janvier 1560. Ses manifestations d’amour ne choquèrent pas toujours au-delà des Pyrénées, contribuant à l’image de bonté qui fit d’elle une reine d’amour et de paix pour la postérité. Être reine, à la façon d’Élisabeth, c’était aussi savoir dépasser les convenances de l’étiquette pour s’élever par la démonstration de sa magnanimité. Ainsi lors de son entrée à Tolède, en février 1560, la reine se rendit à l’Alcazar sous la lumière des torches éclairant le jour finissant. D’après un des chevaliers de sa suite, elle rencontra l’infant don Carlos, en compagnie de don Juan d’Autriche et d’autres jeunes courtisans. Le prince, voulant lui baiser les mains selon l’étiquette, en fut empêché par Élisabeth qui l’embrassa puis le prit par la main pour gravir l’imposant escalier menant à la chambre du roi. En chemin, elle rencontra doña Juana et elles s’embrassèrent, faisant une grande démonstration d’amour et se dirigèrent main dans la main vers le roi13.

  • 14 Paris L., Négociations, lettres et pièces diverses relatives au règne de François II, Paris, Imprim (...)
  • 15 Bourdeille P. de, seigneur de Brantôme, Les vies des Dames illustres de France de son temps, Jean S (...)

11À la cour de Philippe II, la majesté de la reine dépendait du principe de distanciation induit par l’étiquette espagnole, en réalité étiquette bourguignonne, instaurée en 1548 à la cour princière du futur Philippe II. C’est ce nouvel apprentissage qui lui donna cette gravité, gravitas habsbourgeoise, mais une gravité naturelle qu’elle acquit par nécessité dans les moments de représentation, comme en janvier 1559 à Roncevaux, tandis qu’elle est « droitement » assise sous un dais, attendant les émissaires espagnols. L’Huillier nota à ce propos, « qu’elle se maintenoit avec une contenance si grave et asseurée, entremeslée de sa douceur naturelle14 » que les comtes et les marquis venus lui baiser la main n’en avaient pas tant espéré d’une jeune étrangère. Gravité également remarquée par Brantôme à son passage par Madrid en 1564, une gravité espagnole qu’elle mêlait, remarqua-t-il également, à la douceur française15.

L’écrin de la Maison

  • 16 Carta de Su Magestad para el Duque y la orden de lo que avia de hazer en la jornada, par le secréta (...)
  • 17 Ynstrucion que Su Magestad enbió al Cardenal don Francisco de Mendoza obispo de Burgos y Duque para (...)

12Durant le voyage de la jeune reine jusqu’à Guadalajara, son époux par procuration avait donné des ordres pour son service et ses entrées. Ces instructions avaient été transmises aux émissaires par le nouveau maître de salle de la reine, Lope de Guzman. La plus importante, datée du 23 novembre 1559, signifiait aux émissaires l’ordre à tenir pour la première entrée de la reine. Selon cet ordre, ils devaient mettre pied à terre pour la saluer et lui prendre la main, faisant « démonstration et soumission » qui se doivent en telle circonstance afin de montrer aux Français tout le « contentement » du roi. En échange, la reine devait leur témoigner de la courtoisie et devait autoriser le duc à se couvrir selon la coutume des Grands. Durant le voyage, ils devaient également respecter son intimité en ne s’attardant pas dans ses appartements d’étapes et que chacun avait droit à un siège particulier, signifiant sa dignité. En effet, à chacune de leur visite dans sa chambre ou en son lieu, Élisabeth devait se lever pour les accueillir et leur signifier un siège approprié à leur dignité, soit un siège en noyer pour le cardinal, un siège ras de velours pour le duc, un tabouret pour le comte d’Ureña et un coussin pour sa mère la comtesse16. D’après les instructions envoyées depuis Aranjuez en novembre 1559, au duc et au cardinal de Burgos, le roi avait souhaité éviter toute nouveauté dans l’organisation de la maison de la reine jusqu’à son arrivée à Guadalajara17. Par souci de préserver l’entourage français de toutes « confusions » et retard par un remaniement de la Maison, il n’avait dépêché auprès de la reine que Lope de Guzman, jugé indispensable par le roi pour la bonne tenue de ses repas publics durant son voyage. En l’absence du grand majordome, le comte d’Albe de Liste et du grand écuyer, don Fadrique de Portugal, Lope de Guzman était chargé d’imposer un ordre de représentation « selon la coutume d’Espagne ». Il devait être accompagné de trois aides ainsi que d’un trésorier flamand de la Maison du roi, choisi pour sa pratique du français et qui avait ordre de satisfaire aux besoins de la Maison de la reine et de son entourage.

  • 18 Ibid.
  • 19 Pérez Samper M. A., « La figura de la reina de la Monarquía española de la Edad Moderna : Poder, sí (...)
  • 20 González de Amezúa A., op. cit., vol. 3, annexe 13, p. 90-92. AGS Estado, Francia, K 1643, no 47.

13Lope de Guzman était de la sorte chargé de veiller au bon ordre de l’étiquette et des cérémonies jusqu’à Guadalajara où le roi confierait ensuite ces tâches aux autres officiers de la Maison18. L’ordre des cérémonies avait aussi été fixé pour les Entrées de la reine. Le cérémonial observait la coutume impérative de l’Entrée sous un dais, l’obligation de se rendre en l’église du lieu mais sans avoir à prêter serment d’en respecter les privilèges, car cela n’avait été en Navarre ni l’usage de l’impératrice ni des autres reines. L’ordre des cérémonies, non inscrit, s’expérimentait davantage dans les possessions périphériques, s’établissant au gré des Entrées précédentes19. En Castille, la reine devait se conformer à un ordre également fixé par la tradition. En cas d’absence d’Entrées officielles, elle devait être accompagnée du duc à sa gauche, et du cardinal à sa droite, tandis que la comtesse d’Ureña devait rester en arrière. Dans les Entrées royales, l’ordre était plus cérémoniel. La reine devait faire son entrée sous un dais, précédée du duc, du cardinal et du prince de La Roche-sur-Yon. Tout ce qu’elle devait dire ou répondre aux représentants venant lui baiser la main lui était dicté par les deux émissaires, de même que la comtesse fixait l’ordre des journées et du fonctionnement de la Maison. Les émissaires espagnols devaient veiller à ce qu’aucun incident ne vînt nuire à son autorité et aux convenances. Le duc, comme il l’avait souhaité, était chargé de veiller au bon ordre du voyage, faisant déblayer les routes, aménager et ordonner les rues pour les entrées, avec l’aide d’un juge ou alcalde et d’alguaciles, c’est-à-dire des officiers de police. Dans ce même mémoire, le roi insistait sur l’importance de la courtoisie des Espagnols envers les Français de la Maison de la reine, qu’aucune différence ne fût faite et que le moindre incident lié à des injures fût exemplairement puni par le juge. De cette façon, Élisabeth continuait à être servie par son entourage français et le roi pourvoyait son émissaire de douze mille ducats pour les frais de ses gens20.

  • 21 Voir les tableaux établis par Rodríguez Salgado M. J. dans « « Una perfecta princesa ». Casa y vid (...)
  • 22 García Barranco M., « La Casa de la Reina en tiempo de Isabel de Valois », dans Chronica Nova, no 2 (...)
  • 23 Officiers domestiques ordonnez pour le service de Madame Elizabeth de France Reyne d’Epsagne fille (...)
  • 24 AGS, CSR, 41, no 6 : Le serment prononcé était le suivant, « habeis sacramendo de servir a su mage (...)
  • 25 GonzálezdeAmezúa A., op. cit., tome III, p. 120-122, reprend la liste exhaustive des membres de la (...)
  • 26 Wilkinson Zerner C., « Woman’s Quarters in Spanish Royal Palace », dans Architecture et vie sociale (...)

14Le cérémonial de cour et l’étiquette, fixant les comportements comme une espèce de liturgie, dépendaient en premier lieu de la Maison21. Celle d’Élisabeth fut constituée à Tolède en mars 1560 dès son arrivée et non sans difficulté22. Elle avait fixé une liste des membres français parmi les cent soixante-deux de son état, qu’elle souhaitait garder à son service, comme ses médecins, apothicaire et chirurgien, ses nombreux musiciens et tous ceux en charge de ses affaires personnelles et d’elle-même23. Le roi avait ainsi donné des instructions pour que le grand majordome veillât à toutes les choses touchant la reine, le gouvernement et l’administration de sa maison, en recevant les serments des autres personnes en charge comme le guarda royas, le gardien des joyaux, en charge des bijoux à donner à la reine selon sa demande ; le guarda ropa son maître de la garde-robe, sous les ordres de la camarera mayor ou première dame de la reine, chargée de veiller aux robes de la reine et de la faire vêtir24. La porte de la chambre de la reine devait être gardée par des portiers et ne devait pas être ouverte en l’absence du majordome25. Après le coucher de la reine, ce dernier fermait à clé ses appartements et remettait la clé à la camarera26.

  • 27 González de Amezúa A., op. cit., p. 151, voir Ruble A. de, Le Traité du Cateau-Cambrésis, p. 341-34 (...)
  • 28 Paris L., op. cit., p. 353-356 : Double du petit estat que la royne catholique a faict bailler à so (...)
  • 29 BnF, ms fr. 15 874, fol. 29 r° et 38 r° : Lettres autographes de Burgensis et Vermont à Catherine (...)
  • 30 AGS CSR leg. 383, Villete de la casa de la reyna nuestra Señora para el aposento que sea de hazer (...)

15La magnanimité toute relative de Philippe II autorisa la présence des dames françaises dans l’entourage de la reine. Les dames de sang royal étaient Madame de Rieux (fille de Louis de Bourbon, prince de La Roche-sur-Yon et nièce du connétable par sa mère), Mademoiselle Anne de Bourbon-Montpensier (du même âge qu’Élisabeth et partageant ses jeux jusqu’à son retour en France en 1561, elle était fille du duc de Montpensier, Louis de Bourbon), et Madame de Clermont, Louise de Bretagne, (petite-nièce naturelle d’Anne de Bretagne et épouse du baron de Castelnau depuis 1542). La liste des dames constituant sa maison s’élevait au nombre de treize, petit nombre en comparaison des cent soixante-deux membres de la Maison de la reine ayant quitté Paris avec elle pour la servir jusqu’en Espagne27. Élisabeth avait particulièrement tenu à ce que « l’on ne touche point à son estat en ce qui touche les dames, damoyselles et femmes » et espérait qu’il en fût de même concernant les officiers et gentilshommes de sa Maison qu’elle souhaitait favoriser. Parmi eux se trouvaient André de Vermont, son maître d’hôtel, six officiers de bouche, deux officiers d’écurie, l’aumônier Claude de Sublet et les deux chapelains Louis Maquignes et maître Paquier Vigault ainsi que deux clercs de la chapelle et pour finir son confesseur. La Maison recommandée par Élisabeth comprenait également trois secrétaires, deux médecins, un apothicaire et un chirurgien, sept valets de chambre, les huissiers de son appartement pour la chambre, pour l’antichambre et pour la salle, un maître de la garde-robe, un valet de la garderobe, un tapissier et brodeur et son aide, un passementier et un orfèvre, deux maréchaux des logis, deux fourriers français, Émery le trésorier de la Maison et un autre pour les menus plaisirs, un contrôleur, six violons et un joueur de musette. La reine souhaitait également conserver les officiers de bouche qui connaissaient « son goût et sa façon de vivre28 ». Tous les officiers qui furent licenciés dès la fin du mois de mai 1560, comme le chirurgien Simon Burgensis ou encore Vermont le maître d’Hôtel, prirent soin de prévenir la reine mère des circonstances de leur licenciement pour préparer leur retour et obtenir une charge à la cour de France29. Le nouvel état de la Maison de la reine, dressé en mai 1561, rendait bien compte alors de son caractère désormais espagnol, puisque sur les deux cent onze membres, moins d’une vingtaine étaient français et n’occupaient aucune charge d’importance, à l’exception de Madame de Vineux la camarera menor30.

  • 31 BnF, ms fr. 15 874, fol. 30 r° : Lettre de L’Aubespine du 3 juin 1560.
  • 32 BnF, ms fr. 6614, fol. 91 v°, lettre secrète non datée et non signée (entre décembre 1560 et mars (...)
  • 33 BnF, ms fr. 15874, fol. 7 r° : L’Aubespine, dans une lettre non datée (début 1561), rapporte à Cat (...)

16La comtesse d’Ureña fut la première dame d’honneur espagnole de l’entourage de la reine, sa camarera mayor, à la place de Madame de Clermont. La place de la dame française était déjà menacée avec cette ronde des licenciements qui se firent avec « d’honnêtes presents », car la dame comprenant mal l’espagnol et se trouvant confrontée à un majordome « rude et peu civil », elle eut toutes les peines du monde à s’accommoder à leurs mœurs31. Malgré une bonne entente avec la comtesse d’Ureña, Madame de Clermont fut vite déconsidérée et, au printemps suivant, elle fut à son tour congédiée. Un an auparavant, en février 1560, le roi avait mandé au comte d’Albe de Liste d’être le grand majordome de la maison de la reine : un homme qui passait, d’après la reine elle-même et L’Aubespine, pour être dur et tracassier, mais il en allait de sa Maison et de sa réputation ! L’ambassadeur français ne portait pas le premier majordome de la reine dans son cœur. Appartenant à la grande famille de Toledo, c’est-à-dire la maison du duc d’Albe, le comte obéissait en tout à son parent pour mieux servir les intérêts de sa maison, aux dépens du bien-être de la reine, selon l’opinion de L’Aubespine qui se plaint, dans une lettre secrète, des « coups de becq » de cette cour. L’antipathie qui a pu grandir entre les deux hommes venait d’une lutte âpre pour garder le contrôle sur la reine et de l’avis de l’ambassadeur, le comte d’Albe de Liste était « un tiran de bouche et outtraigieux en ambition de seul gouverner et quasi commander a sa princesse32 ». Les relations furent d’emblée tendues avec la jeune reine, cette dernière ne tolérant aucune faute de la part de son majordome jusqu’à s’en plaindre au roi qui devait ensuite les réconcilier33.

  • 34 Alberi E., Le Relazioni degli ambasciatori veneti al Senato, Firenze, 1861, série I, vol. 5, Paolo (...)
  • 35 González de Amezúa A., op. cit., p. 157, cette maison tenait une comptabilité des gages versés à se (...)

17Le maintien des Français auprès de la reine fut un combat en grande partie perdu d’avance. Les ambassadeurs vénitiens, Paolo Tiepolo en 1563 et Giovanni Soranzo en 1565, notèrent avec exagération que le roi avait non seulement licencié tous les serviteurs français, au point que toute la Maison était entre les mains des Espagnols, mais encore que cette Maison « tiene poca forma di casa regia » puisque la reine ne disposait que d’un seul officier, le grand majordome. Malgré ses plaintes répétées, l’ambassadeur reçut chaque fois des promesses sans effet34. En plus des serviteurs français, Élisabeth allait donc disposer d’un escadron castillan composé du grand majordome, de trois maîtres de salle, Lope de Guzmán, don Diego de Guzmán et don Alonso de Silva, du grand écuyer Fadrique de Portugal et du grand aposentador ou maréchal des logis don Juan Puerto Carrero, ainsi que les deux balayeurs Juan Moreno et Pedro de Valdivieso. Son secrétariat était confié à Pedro de Hoyos et sa trésorerie à Luis de Villa. Le médecin italien Vincent Montguyon, en réalité Mugnoni, était secondé d’autres médecins de la Maison et de la famille ; les physiciens Juan de Santiago et Santa Cruz, rejoints plus tard par le chirurgien Juan Fragoso. La Maison de la reine était aussi animée par la jeunesse issue des plus grands lignages. Cette perfection nécessitait, pour son équilibre, la présence déformante de la beauté de cette cour en la personne de nains et d’un bouffon, François Montaigne35. À la cour, tout ce beau monde constituait la trame bien ordonnée d’un réseau de serviteurs participant à la grandeur de la reine tout en la protégeant par le respect de l’étiquette.

L’étiquette au service du corps

  • 36 La orden que nuestra voluntad, guarden los criados y criadas de la Serenisima Reyna Doña Ana, yllus (...)

18L’étiquette réglemente les existences d’Élisabeth et de sa suite, en public et en privé, comme une scénographie des satellites gravitant autour du corps physique de la reine ou du roi pour en faire les centres de l’univers aulique, mais des centres distants, presque tabous au point d’être traités comme des objets cultuels propres à la dévotion. L’étiquette de la Maison d’Élisabeth fut élaborée sur le modèle de son homonyme l’impératrice, et sans doute pour cette raison. Le caractère fortement portugais de la Maison impériale fut sans doute atténué sous Élisabeth mais il ne reste aucun document pour en témoigner. Elle devait cependant être entièrement servie et accommodée à la façon du pays comme ce fut le cas pour la Maison d’Anne d’Autriche, quatrième épouse de Philippe II, dont l’étiquette fut consignée par écrit, le seul document pouvant donc nous renseigner36. Un total de cent trente-six instructions fixe l’ordre à tenir dans la maison à commencer par la camarera mayor de la reine dont la charge spéciale de superviseur obligeait à une présence permanente, jusqu’à dormir dans la chambre de la reine quand celle-ci y était seule. Un lit de fortune était alors installé tant que le roi ne partageait pas sa chambre et dans cette éventualité, la première dame devait occuper la chambre la plus proche, ce qui n’était pas possible dans le palais madrilène. La première dame n’avait pas seulement pour fonction de diriger la vie domestique et ainsi d’ordonner les services de la Maison, elle devait aussi veiller au maintien de la bonne tenue des dames. Cet ensemble formait un corps solidaire avec le corps de la reine comme une excroissance digne de lui appartenir par la conformité de ses mœurs et la beauté harmonieuse de ses dames. La Maison était le miroir de la reine qui établissait aux yeux de la cour sa bonne réputation. Philippe II tenait donc particulièrement à la bonne conduite de l’entourage féminin, donnant devoir à la guardamayor de les réprimander :

  • 37 « en caso que no estén con la reverencia y respeto que deven o dieren causa para ello, assí en lo (...)

« Au cas où elles ne se comporteraient pas avec la révérence et le respect qui se doivent ou lui porteraient préjudice, comme par exemple en manquant à la tempérance ou par la façon de parler et de rire et de marcher, comme en tant d’autres choses qui pourraient se faire, sans donner lieu aux excès ni les permettre37. »

19Le devoir de surveillance s’étendait aussi au personnel masculin dont elle devait signaler les écarts au grand majordome. Hors du palais, le grand écuyer était en charge d’organiser et de veiller sur les sorties de la reine, à cheval, en voiture ou en litière. Les dames de sa suite devaient, en théorie, la suivre sur des mules, la reine devant occuper la seule voiture. Il semblerait que la règle n’ait pas été toujours respectée, surtout dans le cas de sorties officieuses. Mais lors de ces sorties, seules les dames, la première dame ou en son absence, la dame d’honneur, étaient autorisées à approcher la reine pour l’aider à tenir sa robe. Il revenait encore à la première dame de rendre compte au grand majordome de toutes les demandes de dépenses auprès des trésoriers. Ses faits et gestes étaient épiés, sous contrôle de la première dame et du grand majordome.

20Ce corps asservi par l’étiquette était tout autant asservissant car les dames ne disposaient que d’une relative liberté. Leur conduite était aussi surveillée et leurs allées et venues nécessitaient des autorisations, accordées par la reine et transmises à la première dame. Elles ne pouvaient quitter l’enceinte du palais que sous l’escorte d’un des plus anciens officiers de la Maison, d’un huissier ou d’un gentilhomme d’honneur. D’après les instructions du roi, les sorties représentaient un moment de danger pour la réputation de la Maison de la reine d’où le souci de les encadrer mais aussi de les mettre en une espèce de quarantaine à leur retour. Après une sortie, les dames n’avaient en effet pas l’autorisation d’entrer dans la chambre de la reine, comme si le contact avec le monde extérieur, hors contrôle, représentait une pollution. La chambre était un lieu quasiment tabou car touchant à l’intimité secrète de la reine, à sa pleine humanité. Ses servantes, après avoir enlevé les draps, roulé les matelas et les couvertures, devaient quitter la chambre et laisser place aux serviteurs chargés de nettoyer, de dresser le lit et de parer la chambre sous la surveillance de la première dame. L’habillage de la reine se faisait aussi sous sa surveillance, mais en cas d’absence, le roi avait instruit, pour les servantes, « le respect et la décence » requis pour ne pas nuire à la solennité de tout acte entourant le corps royal, encore plus lorsqu’il s’agit de revêtir le corps nu de son humanité par des gestes consacrant sa majesté. Les dames d’honneur, qui avaient d’ordinaire leurs heures d’entrée, devaient être particulièrement vigilantes et prudentes en l’absence de la première dame, devant assumer le rôle délicat de l’organisation du service mais aussi de la surveillance du personnel. L’appartement de la reine, comprenant sa chambre et son cabinet de toilette où se trouvaient ses coffres, était étroitement gardé, fermé à clé aux heures convenues et la clé confiée à l’une des dames du cabinet. Celles-ci prenaient leur repas avec les servantes de la chambre. Un personnel féminin de rang moindre, mais dont la fonction était tout aussi importante, composé des servantes du cabinet, des lavandières et des femmes de service, devait veiller au bon ordre et à la propreté des habits de la reine et de son appartement.

21Les Dames, servantes, portiers, maître de salle et autres officiers étaient placés sous la juridiction de la guardamayor qui devait avertir le grand majordome de tout manquement à leur devoir ou excès devant entraîner un châtiment. Elle, ou une sous-surveillante, devait régulièrement inspecter les appartements du personnel féminin de la Maison, veiller à la fermeture des fenêtres et des portes par des cadenas pour ne les ouvrir ensuite que sous sa surveillance. Précaution et vigilance sont les termes revenant le plus souvent sous la plume de Philippe II, soulignant la difficulté de contrôler les personnels des Maisons royales et d’établir l’étiquette même entre les services. Ils ne devaient pas communiquer entre eux au moment de leur exercice et ainsi les officiers du repas de la reine ne devaient pas s’adresser aux dames, et les lavandières en charge des robes des dames ne devaient pas entrer dans les appartements, laissant aux servantes le soin de récupérer les vêtements à laver. L’écuyer de cuisine et le chef de chaque office de bouche ne se présentaient pour les collations de la reine que lorsqu’elle était habillée par ses dames, qui ne devaient recevoir aucune visite dans l’appartement de la reine sans son autorisation et que, placées sous la police de la guardamayor, elles ne devaient rien recevoir ni rien donner. Les hommes n’étaient pas admis dans les appartements des dames hormis les fils et les frères aux heures convenues, car une fois la grande porte fermée, aucune visite n’était plus tolérée.

  • 38 La orden que nuestra voluntad…, op. cit., fol. 86 r° : « El Mayodormo Mayor de quien principalmente (...)

22Le grand majordome, premier dans les rangs mais dont la charge figure dans les dernières instructions, devait tout ordonner dans la maison jusqu’à assister au repas de la reine dont la publicité nécessitait un ordonnancement très précis38. En cas d’absence du roi, il veillait sur elle, dormant au palais, assistant aux danses données en sa chambre. Les prérogatives et responsabilités nombreuses nécessitaient l’intervention de majordomes secondaires, dits « de semaine » car ils prenaient leur quartier de façon hebdomadaire. Ces nobles, le plus souvent de grande naissance, devaient prêter serment au grand majordome de veiller au bon ordre de la Maison de la reine, se rendant en premier en cuisine, le matin, pour prendre note des menus. Les repas publics, pris seule ou avec le roi, théâtralisaient un acte intime et privé sous le regard d’un public sélectionné d’ambassadeurs et de grands dignitaires. Cette cérémonie publique marquait un temps de rupture dans les usages de la cour pour révéler la part du politique dans les gestes royaux les plus simples. Comme dans tout rite, la réalité acquérait un sens qui la sublimait par la pratique répétée de gestes fixés dans le cérémonial. Les plats et les couverts étaient apportés par des pages, accompagnés du majordome que précédaient les massiers. Le majordome restait ensuite à proximité de l’estrade où était levée la table, pour diriger le service. La serviette de la reine était posée par l’écuyer tranchant devant elle, sur la table. La dame, chargée de servir la reine, devait ensuite s’agenouiller au côté droit de l’écuyer. Avant chaque repas, la reine se lavait les mains dans une vasque que lui présentait une dame, genou à terre et ensuite les plats se succédaient sans jamais encombrer la table, seuls les plateaux de fruits restaient en permanence. Une autre dame était chargée de veiller à la coupe de la reine. Les dames officiant aux repas publics n’étaient pas autorisées à parler, devant scrupuleusement respecter la décence et le decorum requis. L’extrême révérence des serviteurs de la reine insistait sur le respect envers ce corps royal et le majordome, grand ou « de semaine », devait y veiller. En temps ordinaire, un protocole minimal devait aussi être respecté, n’autorisant que les pages établis dans la Maison pour servir la reine et allumer les torches.

23Selon une instruction de Philippe II, les déplacements de la reine ne devaient occasionner aucun incident et il revenait au majordome de veiller à ce que personne ne se trouvât malencontreusement devant elle. L’idée, selon laquelle le corps de la reine doit faire place autour de lui, revient souvent dans les instructions concernant ses déplacements. Par exemple, lors des offices religieux, le majordome devait se tenir, portant le bâton, à l’endroit convenant le mieux pour empêcher tout présence importune devant la reine. Elle était alors accompagnée de son propre personnel religieux, possédant une chapelle, avec son aumônier l’abbé Claude de Sublet, et un grand aumônier chargé de ses aumônes auprès des cures pour subvenir aux plus démunis, mais les chapelains, en revanche, appartenaient à la chapelle royale. La reine semblait disposer librement d’un budget fixe, mais toute dépense supplémentaire, comme le versement d’aumônes extraordinaires, devait être demandée auprès du grand majordome.

  • 39 AGS, CSR, leg. 382, no 11, Quenta de las carrettas y azemilas de guya que sirvieron a la casa de l (...)

24À l’intérieur du palais comme à l’extérieur, l’espace dévolu à la reine était un espace de dignité qui ne pouvait être transgressé. Hors du palais, les sorties de la reine étaient organisées par le grand écuyer du roi et placées sous sa surveillance. L’exposition publique, lors des déplacements, devait rendre compte de sa majesté et le grand écuyer devait particulièrement veiller au bon entretien des chevaux de l’écurie de la reine. Lorsque des circonstances extraordinaires l’exigeaient, le grand écuyer devait prévoir des selles agrémentées d’or ou d’argent et des housses richement garnies et brodées. Plus communément, les sorties nécessitaient une organisation très comptable de tous les chevaux, voitures et litières nécessaires à la reine, à sa suite de dames, aux chevaliers afin qu’il ne manquât personne, pas même les laquais. Les déplacements, d’une résidence à l’autre, mobilisaient un grand nombre de charrettes, de voitures et de mules louées pour l’occasion quelques réaux par jour. La reine ne se déplaçait pas sans sa suite de Dames et de serviteurs chargés de quelques effets personnels, leur ropa, pour exercer leur office. Les listes comptables des locations font apparaître toujours en premier les charrettes nécessaires au transport des effets précieux de la reine, sous la rubrique guardajoyas, puis les deux suivantes consacrées à la ropa de Madame de Vineux, puis celles nécessaires aux Dames, aux lavandières, aux officiers de bouche, au médecin, à la chapelle et à l’aumônier ou encore aux violons, constituant un impressionnant convoi de plus de cinquante charrettes qui avançaient péniblement au pas de mule pendant plusieurs jours, sur les routes de la meseta, du Bois de Ségovie à Madrid, de Madrid à Aranjuez39. Comme il revenait alors aux officiers de l’écurie de servir le corps de la reine, ils faisaient office d’écrin, formant une escorte à pied, autour du royal équipage. Les instructions de Philippe II témoignent d’un souci de sacraliser le corps de la reine, d’en préserver la dignité par l’observation rigoureuse d’une attitude respectueuse, mais la gestuelle cérémonielle n’était pas seulement un principe de précaution visant à protéger la majesté. Elle était aussi une composante de cette majesté, participant à la démonstration de sa grandeur. La Maison n’était pas le seul écrin de cette grandeur, le palais royal constituait lui aussi un espace propre à la représentation et au contrôle.

L’espace palatin de l’étiquette

  • 40 Barbeito J. -M., El Alcázar de Madrid, Madrid, Colegio oficial de arquitectos de Madrid, 1992.
  • 41 Alberi E., op. cit., série I, vol. 5 : voir les relations de Paolo Tiepolo en 1563, p. 71 et celle (...)
  • 42 Wilkinson Zerner C., art. cit., p. 127.

25Un an après son arrivée, Élisabeth et toute la cour partirent s’installer à Madrid qui n’était alors qu’une petite bourgade, bordée à l’Ouest par un affluent du Tage, le Manzanares, prenant sa source au Nord dans la Sierra de Guadarrama. L’ancien alcazar des Trastamare fut réaménagé par une pléthore d’architectes espagnols aussi renommés que Luis de Vega, Alonso de Covarrubias et Juan Bautista de Toledo. À partir de 1537, les deux premiers avaient repris l’unique patio, l’avaient agrandi et divisé en deux par un escalier central, donnant lieu aux « patio du Roi » et « patio de la Reine », plus grand que le précédent. L’ancienne chapelle des Trastamare, dans l’axe de l’édifice, était maintenue au côté de l’escalier. Un grand souci de symétrie fut respecté dans la disposition des appartements, ceux du roi et de la reine se répondant exactement. Dans les années 1540, l’aménagement de l’alcazar porta essentiellement sur la « Grande Salle », le « Patio de la Reine », qui se terminait par un corridor donnant au Nord sur un jardin, et la façade extérieure. Le nouvel aménagement devait rendre visible à la fois la dimension symbolique du palais, par la présence des armes royales sur les chapiteaux des colonnes, et la fonctionnalité même de la cour et de ses rangs. L’agencement des appartements et des salles de réception devait permettre le bon déroulement de l’étiquette, et les appartements royaux étaient ainsi aménagés de façon identique, comprenant une chambre, une alcôve, une garde-robe, une anti-chambre, voire une galerie. Il est difficile de fixer un plan définitif des appartements royaux car la disposition et le nombre des pièces évoluèrent durant cette décennie 1560 riche en aménagements40. Ces appartements étaient disposés en général dans les palais royaux du roi d’Espagne, face à face comme par un jeu de miroir mais les usages de ces mêmes espaces différaient selon qu’il s’agissait de l’exercice de gouvernement du roi ou de la vie quasi recluse de la reine. Les ambassadeurs vénitiens ont souvent souligné sa solitude et l’absence du roi, montrant bien que la séparation des appartements, mêmes proches, agissaient sur les corps41. Dans un même palais, le roi et la reine évoluaient dans des mondes parallèles qui ne pouvaient se croiser sauf exception faite des lieux communs de leur représentation, comme la chapelle ou la Grande Salle42.

  • 43 Archives du Palais Royal, Cédules Royales, tome II, fol. 52 v°-55 v°, cité par Barbeito J.-M., « F (...)

26De l’autre côté, dans le « patio du Roi », l’espace était consacré au roi et aux affaires du royaume, puisque dans la partie basse, se réunissait le Conseil du roi. Cet espace fut ordonné dès le début de l’année 1559, dans l’aile Ouest de l’ancien patio, bénéficiant ainsi de la meilleure vue, sur la rivière, la Casa de Campo et la Sierra… Depuis Bruxelles, le roi avait commandé aux architectes Luis et Gaspar de Vega ce nouvel appartement, indiquant avec beaucoup de précisions qu’il « serait opportun de bâtir à cet angle de l’édifice, un bon appartement avec des fenêtres en vitraux donnant sur la campagne43 ». La commodité personnelle du roi passait avant tout critère de représentation et les deux architectes n’eurent alors d’autre solution que d’ajouter un nouveau bâtiment, la fameuse « tour dorée ». Au premier étage, le roi disposait d’une grande salle lumineuse pour travailler, puis il pouvait se rendre à sa bibliothèque à l’étage suivant et accéder enfin à une chambre où étaient conservés les papiers d’État. L’ensemble extérieur, d’une remarquable simplicité, était l’expression de la distanciation du roi hispanique. Incomparable avec la richesse décorative des palais français ou italiens, le palais-résidence espagnol rejetait toute ostentation. Les voyageurs français de cette époque ne manquèrent pas de s’en étonner, contraints à ne pouvoir comparer la sécheresse de ces lieux non dépourvus de charme et la beauté rayonnante de Paris. En 1582, Jean Sarrazin, abbé de Saint-Vaast, découvrait Madrid lors de son ambassade en Espagne et s’étonnait de sa modestie :

  • 44 Bennassar L. et B., Le voyage en Espagne. Anthologie des voyageurs français et francophones du XVIe(...)

« La magnificence toutefois des lieux publics ne correspond pas à sa grandeur, les maisons ordinaires n’étant aussi fort exquises, pour être ordinairement assez basses et guère élevées. Je n’ai pas vu aussi d’église ou de maison de ville qui pût égaler en bâtiment, lustre, grandeur ou beauté, celles de nos quartiers, mais le palais peut amplement suppléer à ce défaut ; lequel situé du côté du Ponant, regarde une vallée revêtue de belle verdure, et quelques maisons de plaisance avec les jardinages, qui le fait mieux paraître, étant autrement de ce quartier, du tout dénué de forteresse, non ceint d’eau ni de fossés creusés en profondeur, non fortifié de murailles, non orné de pont ni de tours, excepté une seule qui, seulement pour la beauté, se jette en carrure sur la dite place, de sorte que de cet endroit le palais surpasse de bien peu la juste modestie des bâtiments privés […]44. »

27Dans ce qui allait devenir la principale résidence de la reine, ses appartements faisaient partie d’un ensemble réaménagé selon les indications de Philippe II.

  • 45 AGS, CSR, leg. 383 : Memorial de las cosas que se traxeron de françia para el serviçio de la Reina (...)
  • 46 González de Amezúa A., vol. III, p. 535 : Inventario aprecio de los bienes muebles, joyas, oro y pl (...)
  • 47 AGS, CSR, leg. 383, Idem.
  • 48 Betegón Díez R., Isabel Clara Eugenia. Infanta de España y soberana de Flandes, Barcelona, Plaza Ja (...)
  • 49 Wilkinson Zerner C., « Women’Quarters in Spanish Royal Palaces », dans Architecture et vie sociale (...)
  • 50 González de Amezúa A., op. cit., p. 227, lettre de Mr Durand à Mgr Antoine de Noailles : « Le chast (...)

28Avec l’arrivée d’Élisabeth et de sa suite constituée de deux cents personnes françaises et espagnoles, le palais devait être réorganisé. Chaque membre de la famille, le roi, la reine, la princesse Juana et l’infant don Carlos, avait son appartement. Ceux des deux dames étaient séparés par une grande pièce dont les murs étaient recouverts des fameuses tapisseries représentant la prise de Tunis, ce qui en faisait une pièce à haute teneur politique, réservée aux actes importants, une estrade étant d’ailleurs aménagée pour recevoir le trône royal sous un dais de toile d’or bordé de velours rouge. Le soir, cette pièce était éclairée par trois grands candélabres. L’espace politique n’étant jamais bien loin de l’espace sacré, se trouvait tout à côté la chapelle royale, recouverte de tapisseries représentant la passion du Christ et comprenant les sièges royaux sous dais. De part et d’autre de cette salle de réception, se trouvaient donc les appartements de la reine et de la princesse. Celui d’Élisabeth était composé d’une petite pièce où elle prenait ses repas ordinaires, et qui était recouverte de toiles de soie, tentures d’or et d’argent, avec une estrade couverte d’un dais, un petit fauteuil d’argent et un candélabre. Parmi les objets nécessaires pour le service à la table de la reine, figurent nombre de couteaux, de fourchettes et de cuillères, des salières, des vasques et autres récipients pour les aliments et l’hygiène des mains, des tasses, des verres, des candélabres et du linge blanc en profusion45. De sa salle à manger, elle passait dans une autre pièce aussi richement tendue de tapisseries, dont celles sans doute racontant l’histoire de Diane, avec au milieu, se dressant majestueusement, le lit haut de la reine, avec ses colonnes sculptées et ses lourds rideaux violet et or. Le ciel de lit était également en toile d’or comme la tenture de la grande cheminée qui éclairait et chauffait la chambre. Cette pièce devait fourmiller d’une grande partie des objets figurant dans l’inventaire après décès46. Les fauteuils n’étaient pas rares malgré le protocole qui imposait le coussin ou le tabouret aux rangs inférieurs. Le fauteuil de la reine était particulièrement riche, tout incrusté d’or et de perles, si bien qu’il fut estimé plus de sept mille ducats. S’y trouvaient également de nombreux candélabres en cristal et une petite table recouverte où la reine avait sans doute disposé cette médaille représentant le roi à l’endroit et une aigle à l’avers, puis également ce miroir à trois pans qui se refermaient avec les portraits de ses parents, Henri et Catherine. D’autres objets de dévotion devaient aussi se trouver dans la chambre ou dans son oratoire, tandis que de nombreux tableaux de la vierge et des parents de la reine étaient suspendus aux murs de sa chambre. La reine disposait cependant de sa propre chapelle équipée des objets cultuels amenés de France avec elle, et que le roi avait proposé d’enrichir en y ajoutant quelques-uns de l’empereur décédé47. La pièce comportait une alcôve qui servait de cabinet avec deux petites tables drapées où la reine venait s’habiller et jouer, d’où la présence de ces nombreux peignes, petits et grands miroirs incrustés ou damasquinés, bouteille de parfum en argent ouvragé, bassin d’argent aux armes d’Espagne mais aussi un crachoir avec son couvercle cadenassé. Cette alcôve renfermait un petit cabinet de toilette avec une grande jarre d’eau pour l’hygiène personnelle de la reine48. Une autre petite chambre dépendait de ce cabinet avec des buffets pour entreposer les plats d’argent et d’ébène, le pot d’eau en argent ainsi que les boissons du soir et pour la nuit. De l’autre côté de cet appartement, au-delà de la grande salle, se trouvait l’appartement de doña Juana avec la même distribution de pièces. Et en face, se trouvait celui du roi composé d’une grande chambre, d’une plus petite et d’une alcôve avec son lit sans colonnes ni courtines. Les dames de la cour résidaient à l’étage inférieur et en dessous encore, le personnel des Maisons. La circulation était alors verticale et Philippe II avait d’ailleurs cherché à aménager son palais d’un étage supérieur pour y loger tout le personnel49. Il n’eut le temps que d’en assurer le confort, meublant richement le château dans la perspective du transfert de la cour50.

  • 51 Paris L., op. cit., p. 273.

29La réglementation de l’étiquette donne un cadre au corps de la reine, plus rigoureux sur le papier que dans la réalité. À maints égards, le corps de la reine ne fut pas qu’un objet ritualisé et les instructions n’évoquent pas les circonstances de liberté durant lesquelles la gestuelle fabriquant sa majesté disparaît, seul le majordome veillant tout de même, mais sans cérémonial, lors des promenades ou des danses en la chambre de la reine. Certaines dames françaises de l’entourage d’Élisabeth disposaient parfois des privilèges de la première dame mais au point de générer des conflits entre elles, et rendre leur présence gênante pour le bon déroulement de l’étiquette. Il fut alors demandé à la jeune reine de se défaire du plus grand nombre de Français de sa suite, ce qu’elle accepta pour ne pas donner « mauvaise opinion » surtout après les incidents survenus dans sa suite à la fin de l’année 1560, opposant Mesdames de Clermont et de Vineux51. Cette dernière revendiquait de pouvoir dormir dans la chambre de la reine, comme le faisait parfois Madame de Clermont alors qu’en principe seule la camarera mayor, première dame (la comtesse d’Ureña puis la duchesse d’Albe), y était autorisée en l’absence du roi. Madame de Vineux, pourtant intime de la reine souffrait de cette exclusion. Malgré les règlements fixant l’étiquette et le souci du roi de maintenir un contrôle absolu sur le corps de la reine, grâce à la vigilance du personnel officiant, il dépendait d’elle seule de faire régner l’ordre dans sa Maison. La dispute entre ses deux dames françaises révéla une certaine incapacité d’Élisabeth qui pouvait porter préjudice à sa réputation et l’affaire prit une ampleur diplomatique.

La vie imparfaite

Le préjudice de la faveur

30L’opinion est fondamentale dans la société de cour comme condition sociale de survie car la rumeur qui dit l’impossibilité d’accéder à un rang désiré peut nuire à l’honneur même d’une dame. La proximité de Madame de Clermont avec la reine portait préjudice à Madame de Vineux qui avait l’amitié d’Élisabeth mais n’avait pas le privilège de la servir comme elle le désirait. Dès le mois de novembre 1560, les relations entre les deux dames se détériorèrent et ce fut le début d’une cabale qui fit couler beaucoup d’encre, et devint le signe d’une incapacité de la reine à régler les différends entre elles, désordre d’autant plus préjudiciable qu’il pouvait entamer sa bonne réputation. Catherine de Médicis rappela alors à sa fille le devoir qu’elle avait de faire respecter les rangs et ne pas favoriser l’une plus que l’autre :

  • 52 Paris L., op. cit., p. 760, lettre de Catherine de Médicis à Élisabeth en novembre 1560.

« Pour ce, suivés set que je vous dis au partir, car vous savés comment y vous ynporteret que l’on seut set que vous avés ; car set vostre mari le savest, aseuré-vous qui ne vous voyret jeamès. Et ancore que je panse qu’ele vous suit fidèle, si ay-se que j’é entendu qu’el ayme fort la faveur et les byens ; et puisque sela ayst, l’ons oublie quelque fouis set que l’on douit à sa mestresse pour compère à son mestre, qui a plus de moyen de luy en faire que vous n’avés. Et aussi j’é heoy dyre à seus qui aunt aysté auprès de vous, que vous ne faystes cas de pas heune de vos femmes tant que de Vineulx ; et que de ma cousine, ni de madame de Clermont, ni même de sa mère, vous n’an tenés conte au prys d’elles : si bien que tous les Ayspagnol et vostre mari mesme s’en moquet. Et de vray, au lieu que vous tenés et heoù vous aystes, sela syest très-mal, et monstre trop de avoyr ancore de l’anfant, d’entretenir et fayre cas, devant le jeans, de vos filles. Quant vous aystes seule en vostre chambre, en privé, pasé vostre temps et vous jouays avecques aylle et touttes, et devant le jeans faistes cas et bonne chère à vostre cousine et à madame de Clermont, et les entretenés souvent, et croyés-les, car y sont toutte deus sages, et n’éme ryen tent que vostre hauneur et vostre contentement. Et ses aultres jounes garses ne vous pouvent aprandre que folye et des sotises. Pour se, faystes set que je vous mende, si vous volés que je saye contente de vous […]52. »

  • 53 Elias N., La société de cour, Paris, Flammarion « Champs », 1985 (1969), p. 107.

31La reine mère voulait, par l’insinuation, éclairer sa fille sur les mobiles des courtisans, et en particulier sur ceux de Madame de Vineux dont la fidélité n’était pas remise en question mais qui, comme l’avait « entendu » dire Catherine de Médicis comme pour mieux sous-entendre une rumeur, « ayme fort la faveur et les byens ». La manipulation est claire et en quelques phrases, la mère fait se succéder l’accusation, le doute sur la fidélité de ceux trop attachés à leur avancement, la compassion pour les dames délaissées, le chantage affectif d’une mère qui en est blessée, mais aussi la menace du discrédit. Usant de la rumeur, avérée ou non comme invention de sa propre main, Catherine touche au cœur de sa fille qu’elle sait jeune et encore dépendante de ses conseils. En reine platonicienne, Élisabeth voulait satisfaire ses deux Maisons mais cette ambition d’harmonie difficile sous-entendait le sacrifice de son naturel aux impératifs de l’étiquette. Elle désirait être digne de sa fonction pour mieux plaire. Un désir que sa mère mesurait grâce à leur correspondance, et dont elle usa avec le plus grand effet pour détourner la faveur de sa fille envers Madame de Vineux. Elle évoqua donc une rumeur qui ne pouvait être que blessante pour Élisabeth, à savoir que toute la cour, y compris le roi, s’amusait fort de ces querelles. Sa mère porta l’estocade en signifiant que ses démonstrations de faveur soulignaient qu’elle avait encore trop de l’enfant. Selon les modèles de courtoisie très en vogue, la reine mère reprochait à sa fille ce manquement à la règle de la maîtrise et au contrôle des affects53.

  • 54 BnF, ms fr. 6614, fol. 62 r°.

32Accablée par ces reproches, Élisabeth n’avait plus qu’à suivre les conseils prodigués à la fin de la lettre, soit favoriser Madame de Clermont pour sa sagesse propre à élever la reine dans la dignité de sa fonction au lieu de ses « garses », les jeunes dames de sa suite, qui ne peuvent lui apprendre que sottises et folies. Catherine de Médicis n’en attendait pas moins de sa fille pour en être contente, condition dernière de cette remontrance scellée par le chantage affectif de ce « si vous volés que je saye contente de vous » qui doit lui assurer une bonne issue. Parmi les dames de l’entourage de la reine, Louise de Bretagne faisait figure de « sage » et Catherine de Médicis devait sans doute beaucoup attendre de ses services auprès de sa fille pour former celle-ci à son métier de reine et lui servir de tuteur pour grandir. La jeune reine était donc sincèrement attachée à la dame et l’ambassadeur L’Aubespine ne tarissait pas d’éloges à son propos. La qualité de son service fut d’autant plus soulignée que sa position à la cour devenait précaire. Au point que l’ambassadeur, la reine et même Madame de Clermont pratiquèrent la reine mère pour l’accueillir dignement à son retour en France, comme le lui écrit L’Aubespine le 9 février 1561, depuis Tolède : « Quant à madame de clairmont elle est fort bien venue et continue a faire si diligemment son devoir que avec grande raison madame en devez vos avoir singulier contentement et vos en servir estant hors dicy54. »

33Le mal à éviter était de faire passer la reine pour une personne manipulable. Un mois après la lettre accablante de Catherine à sa fille, en décembre, l’ambassadeur lui faisait part des suites de cette intrigue qui n’était plus seulement française, la comtesse d’Ureña s’étant jointe à la cabale contre Madame de Clermont avec qui elle devait à son goût, trop souvent partager ses prérogatives. Dans une lettre secrète, l’évêque de Limoges rendait compte à Catherine de Médicis des intrigues à la cour d’Espagne et désigna Madame de Vineux comme la responsable de toute cette affaire, à laquelle, « sans pardonner », la reine mère semble avoir envoyé ses plus dures remontrances. Le rapport de L’Aubespine était d’ailleurs accablant à son sujet puisqu’il mettait toute cette affaire sur le compte de l’obstination de Claude de Vauperge, la dame de Vineux à « entrer aux affaires de la Royne et succeder a la nourrice », malgré ses rappels à l’ordre « par toutes les honnestes et douces remonstrances quil a este possible jusques en fin men courroucer a elle et luy dire a plat quelle sabbusoit dy penser ainsi a coup forcer sa maistresse pour amener le trouble en sa maison ».

34L’affaire apparaît beaucoup plus compliquée qu’une simple histoire de jalousie entre les deux dames françaises, il en allait du maintien du personnel français à la cour d’Espagne. Les motivations de Madame de Vineux « estoient quelle scavoit tous les secretz de la Royne, quelle luy estoit fidelle jusques a la mort, et que la servant si privement de nuict les espagnols la tenoient en peu de respect si de cours on la reculoit de ceste privaulte ». La dame agissait moins contre Madame de Clermont que pour le maintien de sa réputation dans une cour où la position des Françaises semblait fragile. Dès lors, les deux dames se donnèrent en spectacle, échangeant des pics pour le plus grand plaisir des Espagnols qui ne semblaient attendre que ce genre d’incidents pour se défaire d’elles et « de la est procedde que souvent il sont eschappez force coups de becq que ceste nation est bien aise de veoir et entendre car quelle bonne quelle face aux unes et aux autres ils naiment que par force et nattendent que les occasions de sen deffaire petit a petit ». Catherine n’avait pas été dupe dans cette affaire et si elle avait tant veillé à la bonne réputation de la Maison de sa fille, ce n’était pas tant pour la faire aimer de son roi et de sa cour que pour y maintenir l’escadron français.

  • 55 Fernando Álvarez de Toledo, troisième duc d’Albe, était un homme puissant qui avait la haute main (...)

35L’ambassadeur s’attachait d’ailleurs à faire passer le cas de Madame de Vineux en second plan, insistant sur le déplaisir que celle-ci avait pu avoir de la « deffiance » de la reine à son égard, ce « dont elle se plainct fort pour avoir toute sa vye voue son service et obeissance a ce qui vos touche ». L’Aubespine plaidait en sa faveur et conseillait à la reine mère de la « doucement conserver afin que chacun face son estat et se contente de sa condition ». Après ce préambule de deux pages, dans une lettre qui en comporte dix, il était entendu que la dispute entre les Dames avait certes troublé l’ordre de la Maison de la reine mais que tout cela relevait finalement d’une faiblesse bien humaine qui ne devait pas prêter à conséquence. La véritable affaire était ailleurs, recoupant des intrigues de cour bien plus importantes. Entrait alors en scène le duc d’Albe, pièce maîtresse du jeu qui allait être fatal à Madame de Clermont55.

« Hispaniser » la reine

36L’Aubespine rend compte dans sa lettre de la duplicité du personnage qui sans se plaindre de Madame de Clermont et de sa famille, se contentait de répondre que son seul désir était « que la Royne continuast a estre et toute sa maison tousjours conforme a ce qui estoit necessaire en ce pais ». L’ambassadeur tenta en vain d’obtenir plus d’informations du duc qui semblait en avoir fini avec cette affaire, affirmant par son silence le désir qu’il avait de faire renvoyer Madame de Clermont. Son cas devenait désespéré car le duc d’Albe n’agissait pas tant au nom du roi qu’en celui de sa maison, dont certains membres étaient désireux de prendre place dans le personnel de la reine :

« saschant bien que le conte dalve son frere (qui est ung tiran de bouche et outtraigeux en ambition de seul gouverner et quasi commander a sa maistresse) vouldroit ladite dame de Clermont esloignee et assez dautres hespaignols afin de mieulx posseder et regner seulz »

37Le comte d’Albe de Liste, grand majordome de la reine, appartenait à la grande maison de Tolède, dirigée par le duc d’Albe et d’après l’ambassadeur, ce fut toute cette Maison qui favorisa cette menée avec tant de pratiques qu’il en concluait que « les races pardeca sont plaines de pars de dissimulations et calomnies ». Les Toledo désiraient occuper les postes clés de la Maison de la reine et donc s’imposer à elle, projetant de placer la duchesse d’Albe, qui devait arriver à la cour vers Noël 1561. Le duc d’Albe s’en était clairement ouvert à l’ambassadeur, non « sans grand desir de la veoir pres de la Royne aymee et favorisee et scay bien de ses gens quon ne la faict pas venir a autre intention ». L’Aubespine en fut d’autant plus choqué que le duc n’avait même pas pris la peine de ménager Madame de Clermont ayant ainsi « soubs main faict ses offices sans premierement avoir daigne une fois advertir madame de clermont de ce quelle devoit faire si elle deffailloit ».

38Dans ce jeu de cour où les puissantes Maisons rivalisent pour occuper l’espace de la reine, même sa propre Maison n’était pas en mesure de s’opposer au duc d’Albe, si bien qu’il ne restait plus que la solution d’en référer au puissant rival du duc, le prince d’Éboli : « Je [L’Aubespine] me deleberay den communiquer au prince devoly lequel layme [le duc d’Albe] bien peu et qui me semble aller plus franchement au service de la Royne estant estranger et en mesmes condition que les autres tant aucuns seigneurs de pardeca luy font la guerre ». Ruy Gómez da Silva, prince d’Éboli, était lié au roi depuis son enfance alors que récemment venu du Portugal dans l’entourage de l’impératrice, il l’avait servi comme page. Il accompagna son maître, fidèle à son amitié, lorsque celui-ci se rendit en Angleterre pour épouser Marie Tudor en 1554. Depuis lors, l’ancien page était devenu l’un des personnages les plus influents de la cour, à la tête du parti dit « éboliste », seul capable de tenir tête au parti « albiste ». Leur rivalité allait durer près de vingt ans. Dans l’affaire de Madame de Clermont, le prince d’Éboli confessa secrètement à l’ambassadeur « la menee qui se faisoit par ceux de toledo » et que le duc d’Albe cherchait à persuader le roi que « ladite dame de Clermont estant icy empeschoit que la royne ne se formast tant a leurs meurs et conditions espaignoles quilz eussent desir qui est madame tout ce quils luy peuvent faulcement mectre sus mais par calomnie et sans autre particularite et fondement ».

39Sur les conseils du prince, désireux d’empêcher les pratiques du duc, L’Aubespine s’était résolu à en parler « franchement » au roi, après en avoir informé la reine et « avant que le mal feust quelque grand et que ceulx cy eussent possible imprime a sa Majesté ce qui ne seroit par apres facile de luy arracher ». L’ambassadeur plaida en effet quelques jours plus tard auprès du roi, soulignant l’intérêt de la reine mère pour la Maison de sa fille, veillant :

« […] à ce que le comportement de la Royne sa femme et de la compaignie que luy aviez donnée feust tel quil en receut le service obeissance et humilite quil estoit raisonnable et que pour ceste cause voz lettres ordinaires estoient plaines de les advertir et semondre souvent de leur devoir vous enquerant au surplus de tous ceulx qui arrivoient et passoient par France pour en apprendre davantaige et que entre autre ayant il y a quelques jours sceu par aucuns de ses ministres que lon accusoit madame de Clermont comme ne conseillant pas assez a la Royne de se conformer à ses meurs et à ceulx du pais voz navez peu avoir repos desprit que cela ne feust esclarcy feust pour la remettre au bon chemin. »

40L’ambassadeur rend bien compte de l’attention redoublée de la reine mère, se procurant par toutes les ambassades possibles des témoignages récents sur sa fille. Les Français en mission en Espagne se devaient d’évoquer à Catherine les circonstances de la vie de la reine sa fille à la cour du roi d’Espagne comme le fit plus tard le sieur de Brantôme. L’Aubespine, durant l’audience avec le roi, ne manqua pas d’ailleurs d’opposer la franchise qui inspirait sa démarche et « l’amour singulier » que lui portait la reine mère à « la menterie et calomnie de ceulx qui avoient este aucteurs » de la cabale contre la dame française. Pour prouver ses dires, il n’avait qu’à lui compter par le menu tous les bons offices de la dame envers la reine et l’amitié de celle-ci, tentant par là de toucher le roi au cœur qui le liait à son épouse. La solution présentée était de conserver la dame pour ne pas laisser les intrigants, qui « comme chacun aux courtz vouloir chasser son compaignon pour avoir place », calomnier des étrangères qui étaient désormais les sujettes du roi, « venues icy pour se transformer a sa seulle volunte et facons du pais ». Le roi sembla prendre le parti de la reine et de sa dame, d’autant plus que son épouse lui fit une « harangue » sur ce sujet, le suppliant de défendre sa « chambre ». Sentant la situation se retourner en faveur de madame de Clermont, la comtesse d’Ureña « feist nouvelle alliance avec ladite dame » et sur cela, l’ambassadeur pensa en avoir fini, voulant rassurer la reine mère sur l’issue heureuse de cette affaire et que désormais la dame était à l’abri des calomnies « car maintenant ils auront la bouche close ».

41Cependant le remède proposé par le duc d’Albe, qui était le renvoi de Madame de Clermont, n’était pas sans fondement au regard du roi. Le renvoi s’imposait pour empêcher le délitement de la Maison de la reine et de sa réputation, mais il n’était pas du goût de Catherine qui venait, un mois auparavant, de signifier à sa fille de favoriser ladite dame. L’Aubespine tenait aussi cette position à la cour, affirmant qu’il valait mieux faire le sourd et laisser passer cette « fumée de court » qui ne saurait avoir de suites sérieuses. Du point de vue de la cour espagnole, la situation était bien différente que celle exposée par Catherine dans sa lettre à Élisabeth. La faveur accordée à Madame de Vineux ne sembla pas susciter la désapprobation, et les Grands d’Espagne se montrèrent plutôt scandalisés du poids de Madame de Clermont auprès de la reine, avec cette « envye et façons terribles de leurs seigneurs et princes qu’ils appellent icy grands, et de leurs femmes, estant par toute l’Espagne si scandalizés et attérés de veoir qu’à une estrangère, comme est madame de Clermont, la royne se laissoit manier ». Le duc d’Albe proposa une autre version que celle de Catherine. Comme le rapporta L’Aubespine, le roi était effectivement au courant de la cabale et loin de se moquer de la jeune reine, sans se soucier de Madame de Vineux, il consentit à sacrifier Madame de Clermont sur l’autel des revendications courtisanes comme un prince sait agir selon la volonté de son royaume : « que le roy en ouyt souvent plainctes à son regret, saichant que c’est sans grand propos, mais qu’il fault donner quelque chose à sa nation, mesmes à ceste-cy, qui se rendoit assez contumace d’ailleurs et difficile si son prince ne les beffloyt et contentoyt en ceste vanité ». Le roi agirait ainsi par devoir d’accomplir la parole de ses sujets mais aussi pour accomplir l’hispanisation de la reine.

42Madame de Clermont apparaissait en effet à la cour comme une influence française préjudiciable à la reine, retardant l’accomplissement de sa vocation hispanique par le maintien d’une tradition et peut-être même pis, d’une mémoire française :

  • 56 Paris L., op. cit., p. 723, lettre de l’évêque de Limoges à Catherine de Médicis, le 9 décembre 156 (...)

« […] pour la seconde raison aussi, adjoustant que, recevant le roy son seigneur ung infini contentement de la royne, et tel que l’on peult dire, veoir et croire qu’oncques prince ne chérist plus sa femme, aymant ce païs, les meurs et façons d’icelle, pour estre son naturel et deliberation d’y vivre et passer tant que Dieu luy donnera le moyen et repos, il juge que le comble de son heur est que ladite dame, comme elle commence fort bien, se convertisse du tout aux guises et complexions, oubliant les autres ; […] j’advisasse des moyens afin qu’avec tout l’honneur du monde […] elle fust tirée dextrement d’icy56. »

  • 57 González de Amezúa A., Isabel de Valois. Reina de España (1546-1568), Madrid, Gráficas Ultra, 1949, (...)

43La raison du roi est politique, parce que dynastique, en ce que la reine est appelée à faire corps avec la Maison d’Espagne. L’incident est ainsi révélateur de l’importance des conditions culturelles dans l’élaboration de l’habitus. La pratique espagnole des manières de cour, même si elle participe d’un langage des gestes commun, procède selon d’autres déterminants qui relèvent d’une plus grande intériorisation du sujet et par là même d’une plus grande solitude de son corps. Celle-ci se manifeste par la gravitas comme moyen pour le corps royal de révéler une forme de viduité de son humanité, pour n’être plus que majesté, et repousser ainsi plus loin encore les limites de son espace sacralisé. Quant à Madame de Clermont, obstacle à la condition de l’habitus espagnol, le duc d’Albe préconisait d’agir avec tout l’honneur du monde pour qu’« elle fust tirée dextrement d’icy57 ».

  • 58 La Ferrière H. de, Rapport sur les recherches faites à la Bibliothèque de Saint-Petersbourg, Paris, (...)
  • 59 BnF, ms fr. 15 874, fol. 6 r° : Lettre non datée de L’Aubespine à Catherine de Médicis, de Tolède.

44La dame quitta la cour au printemps 1561 avec les demoiselles de Curton, Guitenière, Montal et Fumel. Élisabeth perdait encore un peu plus de ses attaches françaises et en exprima son profond « ennuy » à sa mère58. Quant à L’Aubespine, il se fit une raison de toute cette affaire au point d’écrire à Catherine que « estant ia la Royne catholique tant accoustumée et quasi tournée à la façon du pais qui semble quelle navoit besoin d’autre compagnie ne assistance que des siens [espagnols]59 ». La reine apprit rapidement à avoir une contenance espagnole, cette fameuse gravité mêlée de douceur évoquée par Brantôme, et avant lui, par L’Huillier, secrétaire de la reine au moment du passage en Navarre. Mais cet apprentissage de la contenance espagnole, instaurant une nouvelle politique du corps, se fit aux dépens de ses dames françaises. La rigueur de l’étiquette ne fut pas totale cependant, car de nombreuses occasions libéraient la reine de cette gestuelle et des conflits qui s’y institutionnalisaient, créant alors un moment de fragilité de la majesté du corps de la reine.

Le corps qui doit se contrôler

  • 60 Huguet E., Dictionnaire de la langue française du seizième siècle, t. IV, Paris, Didier, 1961.

45Entre les fêtes de Binche de 1549 et l’installation à la cour espagnole d’Élisabeth de Valois en 1560, Philippe II avait opté pour une austérité grandissante de ses manifestations physiques et les bals avaient plus d’éclat, de l’autre côté des Pyrénées, à la cour des Valois qui passèrent maîtres dans l’art des ballets. La jeune reine, selon les dires de ses contemporains, quittait donc une cour festive, bien que récemment endeuillée, pour une cour austère. Elle ne cessa pour autant d’aimer la danse et de la pratiquer à en perdre le souffle, dans l’intimité de sa chambre, et avec ses dames que Catherine de Médicis nommait les « garses », pour fustiger leur légèreté et leur impudence60.

  • 61 Paris L., op. cit., L’Aubespine au roi, 23 février 1560, p. 272.
  • 62 Ibid, Mme de Clermont à Catherine de Médicis, en novembre 1560, p. 718.
  • 63 Ce journal, relatant les journées de la reine du 29 avril au 6 juin 1560, fut rédigé par Madame de (...)
  • 64 Ibid., voir aussi González de Amezúa A., op. cit., vol. 3, p. 116.
  • 65 Ibid., p. 18.
  • 66 Ibid., p. 20.

46Le dimanche 18 février 1560, Sébastien de L’Aubespine, évêque de Limoges et ambassadeur de François II à Madrid, fut le témoin attentif et amical des premiers mois de la reine à la cour espagnole jusqu’à son rappel en France en mai 1563. Très proche d’Élisabeth, qu’il visitait fréquemment avec l’autorisation du roi, il assista à l’une de ses danses « en sa chambre enfermée avec les dames, quelle faisoit danser les unes après les aultres, et elle-même dansa deux ou trois fois, estant bien disposte et gaillarde qu’il estoit possible, si ce n’est que les serviteurs la trouvoient fort en couleur61 ». La reine, « gaillarde » donc au sens de vive et vigoureuse, a gardé de la légèreté de ses quatorze ans jusqu’à organiser, en novembre 1560, une mascarade sur le thème d’un grand bal de France. Elle prit en charge de masquer ses dames et de les revêtir « aus atours du tans passé », de « robes des ungnes de velours cramoisi, les autres de damas blans, les autres de toilles d’or et forses piereries ». La fête fut réussie puisque tout cela les « faisoit bons voir » et bien qu’il « y avoit fort peu de jans, qui est chose que le roi aimet bien, et dura le pase-tans plus de trois eures ». Le roi, pourtant avare de sa personne et ayant délaissé les démonstrations publiques pour des divertissements plus privés, n’en mena pas moins « danser la royne62 ». La danse et les jeux avec ses dames étaient les passe-temps favoris de la reine après son dîner et son souper. Madame de Clermont en témoigne dans l’un de ses journaux adressés à Catherine de Médicis63. Elle évoque les occupations de la jeune reine, retirée dans sa chambre avec ses dames, avec lesquelles elle partage ses danses, comme les branles, « au son de la musette ». Quelle que fût l’austérité de la cour de Philippe II, la jeune reine ne semblait pas manquer d’occasions de se divertir et la danse était pratiquée, sans doute sans l’éclat des bals de France, au point même qu’elle prenait des cours avec un « balladin espaignol ». Séjournant à Aranjuez, le jeudi de l’Ascension 23 mai 1560, elle joua aux cartes avec la princesse après leur déjeuner, jusque vers quatre heures, comme à l’accoutumée, pendant la sieste du roi. Accompagnées du roi et de leur suite, elles allèrent voir ensuite plusieurs villageoises danser, et assistèrent à un combat de taureaux. Ils retournèrent tous au palais et avant le souper, « ils fyrent dancer toutes les filles en la gallerye des dances à la françoyse et à l’espaignolle64 ». Le roi partageait ces moments festifs avec la reine, lorsqu’il n’était pas à la chasse. Quelques jours plus tard, une des filles de la suite de la princesse doña Juana, sœur du roi, se maria et un bal fut donné en la salle du roi après souper. Don Juan d’Autriche ouvrit le bal, emmenant danser la mariée et « chascun celle qui leur pleut ». Pour les dernières danses, qui furent un branle à la torche et des allemandes, le roi mena la reine danser65. Les occasions de se divertir ne manquaient pas. Les mêmes divertissements distillaient le temps et les jours passant, la reine ne faisait « aultre-chose que jouer, accoustrer son cabinet et faire des confitures66 ».

  • 67 Ibid., p. 18 : « Ce jour-là la reyne vostre fille avoyt une robbe de taffetas viollet toutes chamar (...)

47Si la danse apprenait une certaine maîtrise du corps, elle pouvait, par abus, nuire au maintien du corps royal. Élisabeth n’a alors que treize ans et certains comportements trahissent son jeune âge. Le corps maîtrisé de la reine ne peut souffrir aucun écart et doit rester l’image fidèle de la majesté qui l’habite, celle d’une personne grave, capable de gouverner, devant pour cela commencer par se gouverner elle-même. Le passage de l’enfance fut donc une préoccupation pour Catherine de Médicis. Lorsque la jeune reine, qui avait épousé le roi par procuration en juin 1559, quitta la France pour la cour espagnole en novembre de la même année, elle demeurait encore une enfant, passant « le temps à accoustrer ses poupées67 », à jouer aux osselets, aux martres et avait l’habitude avec ses frères et les princes du sang d’« estriller » ceux qui ne se levaient pas les premiers le jour des saints Innocents comme Henri de Guise, alors âgé de sept ans, le raconte à son père François de Lorraine en janvier 1557 :

  • 68 Lettre d’Henri de Guise à François de Lorraine, le 22 janvier 1557 dans laquelle il est question d (...)

« […] le jour des innocens nous a fait belle peur ; car madame Isabeau estoit venue pour nous donner les innocens, mais j’étions déjà levé, et le duc de Bavière qui est venu aussi pour nous les donner a esté bien estrillé, et si je les avons donnés à monsieur de Lorraine dedans son lit. Je ferons bon guet à l’avenir de peur des coups68. »

  • 69 Paris L., op. cit., p. 706 : Lettre de Catherine de Médicis à Élisabeth, en novembre 1560.

48Elle passait de cet état de l’enfance et du jeu à celui d’une reine devant gouverner sa maison dignement, c’est-à-dire maîtresse de sa suite, respectueuse de l’étiquette. À plusieurs reprises, Catherine de Médicis lui adressa de vives critiques, l’invitant à cesser ses jeux d’enfant avec ses « garses » écervelés qui ne lui apprenaient que folies et sottises, la mettant en garde de « trop de avoyr ancore de l’anfant, d’entretenir et fayre cas, devant les jeans, de vos filles69 ».

  • 70 La Ferrière H. de, Rapport… op. cit., p. 20.
  • 71 Voir Huguet E., Dictionnaire de la langue française du seizième siècle, t. V, Paris, Didier, 1961.

49Les activités solitaires de la reine rendent compte surtout de l’enfant qu’elle était restée dans l’intimité de son cabinet, s’occupant de ses poupées, ou « à jouer aux martres et à accoustrer des escorces de cytrons pour confire70 ». Les martres étaient alors un jeu d’adresse ressemblant à celui des osselets, très courant à l’époque pour évoquer les jeux d’enfants comme le soulignait Ronsard dans son Hymne de l’automne (IV, 315) : « Il est temps de laisser tes jeux et ta simplesse, Martes, chevaux de bois : ce qui sied en jeunesse, Ne sied quand on est grand.71 » Malgré l’éducation rigoureuse de ces enfants princiers pour en faire des corps politiques maîtrisés, il n’en restait pas moins des enfants en accédant à des dignités plus élevées.

L’étiquette menacée

  • 72 La Ferrière H. de, Lettres de Catherine de Médics… op. cit., t. II, p. 351, lettre à Fourquevaux, (...)
  • 73 Ibid.

50La reine devait savoir faire respecter les convenances à son égard. Ainsi, malgré son jeune âge mais ayant déjà appris la valeur de sa position, doit-elle s’indigner, en mars 1566, de son majordome, don Juan Manrique, irrespectueux envers la France, au moment du massacre des Protestants français en Floride, qui abusa en faisant un esclandre public à sa table. Catherine, avertie de l’incident par son ambassadeur Fourquevaux, l’avertit en retour qu’elle a « bien notté » et donc donné de l’importance à cet incident, ou plutôt ces « disputes » qui ont pris, dans le cours de la conversation, le sens d’une contestation. La faute en revenait à don Juan Manrique, le nouveau grand majordome qui eut le dessein d’une pratique de calomnie, faute impardonnable quand la calomnie touche la Maison d’origine de la reine, avec des « propos mal fondez qu’il montre par là avoir très mauvaise intention »72. La reine mère attendait de sa fille réparation par la parole pour reprendre l’indélicat courtisan, mais sans envenimer la situation, juste pour lui faire comprendre « que ce sont choses à quoy elle ne prend pas grand plaisir » surtout « ainsi publiquement à sa table73 ». Catherine attend, en retour, de savoir la réponse faite par sa fille après avoir souligné l’injure qui lui avait été faite comme une profanation de son lieu, « sa table », et de sa personne par cette adresse publique.

51Ou cet autre familier de la reine, un bouffon, oublieux du respect dû à la reine, qui reçut le fouet pour lui avoir manqué de respect. Brantôme fut le témoin de cette scène qui se passa en la chambre de la reine :

  • 74 Ce nom n’apparaît pas dans la liste établie par Moreno Villa J. en 1939, dans Locos, enanos, negro (...)
  • 75 Brantôme, Les Dames galantes, Paris, Garnier, 1967, p. 327.

« Les bouffons mesme, qui ont tout privilège de parler, s’ils touchent les dames, en patissent ; ainsi qu’il en arriva à un qui s’appeloit Legat74, que j’ay cogneu. Un jour nostre reine Elizabeth de France, en devisant et parlant des demeures de Madrid et Valladolit, combien elles estoyent plaisantes et delectables, elle dit que de bon cœur elle voudroit que ces deux places fussent si proches qu’elle en pust toucher l’une d’un pied, et l’autre de l’autre ; et ce disoit en eslargissant fort les jambes. Le bouffon, qui ouit cela dit : “Et moy je voudrois estre au beau mitan, con un carraco de bourico, para encargar y plantar la raya [Avec un cas de bourricot, pour charger et planter la raie] Il en fut bien fouetté à la cuisine75.” »

  • 76 Bouza F., Locos, enanos y hombres de placer en la corte de los Austrias, Madrid, Temas de Hoy, 1991 (...)
  • 77 Le frère Iñigo de Mendoza avait censuré, dans un sonnet, les dépenses faites par les nobles pour l (...)
  • 78 Bouza F., op. cit., p. 18.

52Les bouffons étaient les moyens d’une catharsis indispensable dans le monde sous tension de la cour d’où l’appellation de hombres de placer qui eurent la faveur de partager l’intimité de la famille royale d’Espagne depuis Charles Quint. L’empereur avait d’ailleurs mis en garde son fils, dans ses instructions, de ne point trop en abuser pour ne pas oublier le devoir sérieux de gouverner76. La reine avait son propre bouffon français, le nain François Montaigne, qui partageait son intimité pour effectuer toutes sortes de tâches et en particulier celles de jouer aux cartes et aux dés avec elle. Philippe II consacrait lui aussi des temps de récréations avec ses bouffons qui le distrayaient par le jeu mais sans doute pas au point des pratiques de la reine qui perdait des fortunes aux cartes. Ces hommes étaient dévolus au divertissement des personnes de sang royal ou des aristocrates seuls capables d’entretenir ces personnes étranges dont l’anormalité les fixait dans un monde parallèle de libertés et de dérisions, sans règles77. En effet, cette société parallèle ne se distinguait pas seulement par la folie éloquente de certains de ses membres, ou la capacité d’autres à se jouer des convenances par la plaisanterie, certains trouvaient leur place par leur difformité physique, plus souvent le nanisme, tel un contre point à la beauté et harmonie des êtres désignés par la faveur, les courtisans et les membres de la famille royale78. Ces nains et ces bouffons rehaussaient la majesté de la cour, une présence intentionnelle dont témoigne le portrait de l’infante Isabel Clara Eugenia avec Magdalena Ruiz, la naine de doña Juana.

  • 79 AGS, CSR leg. 41, no 3 : Gastos que yo Francisco de Villalpando grefier de la rreina nuestra señor (...)
  • 80 Alcoçer A. de, Tratado del Juego, compuesto por…, de la orden del bien aventurado sant Francisco, d (...)
  • 81 Ibid., p. 2 : « entre los cuydados y trabajos que nos rodean y cercan, es razon mezclar algunos reg (...)
  • 82 Ibid., p. 279 : « Entre otras maneras de regozijos que se usan, es uno el que algunas personas con (...)

53Les lieux communs de l’étiquette espagnole, fixant pour normes l’austérité et la mélancolie, obscurcissent la réalité d’une cour sachant se divertir et d’une reine s’adonnant à de nombreux divertissements comme les danses et les jeux. La reine jouait tant que ses dettes de jeu jalonnent les livres de compte de sa Maison, comme en ce début d’année 1561, tandis qu’Élisabeth voyage pour se rendre au monastère de Castañal, et qu’elle doit cent à cent cinquante réaux à ses Dames à chaque partie perdue, et près de vingt-six fois en deux mois79. En 1559, un ouvrage condamnant la licence des jeux, avait été imprimé à Salamanque, et son auteur, le Franciscain Francisco de Alcoçer, y dénonçait le vice du jeu lorsque celui-ci devient excessif, condamnable par les hommes et au regard de Dieu comme péché véniel80. Les occasions ludiques du roi ne semblaient pas condamnables, au contraire, le frère considérait que se divertir était « licite, honnête » lorsque le divertissement venait soulager le roi de ses soucis de gouvernement. Le roi pouvait alors prendre « quelque plaisir » en leur lieu et en leur temps, et toujours de façon « modérée81 ». Le problème était très différent lorsque le jeu s’accompagnait de gains, entrant par conséquent dans d’autres considérations morales qui amenèrent le frère franciscain à douter de la bienséance de fréquenter les truhanes ou bouffons de cour. Les modes de divertissement proposés par les bouffons étaient le rire et la dérision que le frère franciscain condamnait pour ce qu’ils avaient de malhonnête et de malicieux. En dépit du goût des princes pour les bouffons, le frère dénonçait une pratique de la diffamation qui faisait offense à Dieu82. Si les antiques ne condamnaient pas la condition du fou qui opère, comme le jeu, un moment licite de distraction, néanmoins, au regard de la dignité et de la gravité de l’habit religieux, certaines paroles blasphématoires transformaient la condition du fou et de celui qui l’entretient, en état de péché mortel. Les libertés prises par la reine étaient donc autant de menaces pour l’intégrité de sa majesté.

  • 83 Formica M., La Infanta Catalina Micaela en la corte alegre de Turin, Madrid, Fundación universitari (...)

54Le corps de la reine, parce qu’il fut avant tout politique, appartenait à la Maison pour ne faire plus qu’un avec elle. Cette symbiose sous-entendait une présence permanente du majordome pour veiller au respect de l’étiquette et celle des dames qui servaient d’écrin au corps pour en faire un signe puissant et persuasif de la grandeur royale. Le respect de l’étiquette était un enjeu de gouvernement et dans le cas contraire, pouvait conduire à la déconsidération. Si Élisabeth se montra respectueuse du protocole, il en fut tout autrement de sa fille Catalina Micaela à la cour savoyarde du duc Charles Emmanuel. Son grand majordome Cristóbal Briceño de Valderrama se plaignit souvent à don Juan de Zuñiga, ambassadeur espagnol à Rome, du peu de cas que la duchesse faisait du protocole83. Non seulement elle ne se souciait pas de marquer les rangs entre ses dames de chambre et ses dames d’honneur mais elle les laissait souvent pour rejoindre le duc en toute intimité, renonçant ainsi à son écrin, au decorum censé marquer sa majesté. Le majordome éprouvait surtout de l’amertume en se voyant exclu par la duchesse des divertissements du soir avec le duc, passés en jeux et en mascarades. La duchesse, contre son majordome, avait établi de nouvelles règles pour son plaisir. Sa mère, quant à elle, s’était montrée beaucoup plus docile sans doute parce que Philippe II, tenant à toujours maintenir une distance, ne lui avait laissé aucun autre choix.

Notes

1 La Ferrière H. de, Lettres de Catherine de Médicis, Paris, Imprimerie nationale, 1880, t. I, p. 81.

2 Tommaseo M.-N., Relation des ambassadeurs vénitiens sur les affaires de France au XVIe siècle, vol. 1, Paris, Imprimerie royale, 1838, p. 509.

3 Idem.

4 Crouzet D., dans Le Haut Cœur de Catherine de Médicis, Paris, Albin Michel, 2005, p. 583, rend compte des travaux d’A. Grün et de Jean H. Mariéjol qui faisaient de Henri III le destinataire de ces instructions, entre 1576 et 1578.

5 Lettre de Catherine de Médicis à Henri III, publiée par La Ferrière H. de, dans Lettres… op. cit., t. II, p. 90-93.

6 Ibid.

7 Voir à ce propos l’article de Crouzet D., « Désir de mort et puissance absolue de Charles VIII à Henri IV », dans Revue de Synthèse, IVe s., no 3-4, juillet-décembre 1991, p. 424-441. L’auteur révèle une sur-nature du roi, source de son absoluité, acquise dans le don de soi par la guerre, un désir de mort sacralisateur disparaissant à l’âge de la Raison absolutiste au XVIIe siècle.

8 Le Roux N., dans La Faveur du roi. Mignons et courtisans au temps des derniers Valois (vers 1547-vers 1589), Seyssel, Champ Vallon, 2001, p. 26, définit la faveur du roi telle qu’elle fut pensée aux temps de François Ier et d’Henri II par Claude de Seyssel et les théoriciens du second ordre, s’inspirant de la morale aristotélicienne et de la vertu cicéronienne de l’amitié. Dans la tradition aristotélicienne, la faveur pose la question de la nature des relations entre le roi et son entourage dans l’exercice du pouvoir. Le roi étant « profondément seul » par sa nature même de souverain soumis seulement à la loi divine, il ne peut que gouverner en donnant l’exemple de ses propres vertus et la direction d’un bon gouvernement à ceux qu’il a favorisés.

9 Matthieu P., Histoire de France sous les règnes de François I, Henry II, François II, Charles IX, Henry III, Henry IV, Louys XIII, Paris, veuve Nicolas Buon, 1631, p. 41.

10 Elogio a la vida y muerte del rey Cathólico don Phelipe 2°, texte manuscrit non daté, BPR Ms II/867, qui circula sous forme manuscrite et sous divers auteurs présumés, dont l’abbé de Saint-Réal. Le texte ne fut publié qu’en 1788, voir Felipe II. Exterior e interior de una vida, Pedro Martin Gómez (préf.), Madrid, Torreblanca, 1998. La citation en espagnol est la suivante : « El vendia tan cara su vista à los vasallos, que ninguno por grande que fuese, le vió ni habló sin solicitarlo mucho antes. Fue tan grave y tan severo, que aun à sus domesticos dió jamás ocasion de disminuir el temor y respeto un punto. La gravedad asienta siempre bien en un Príncipe ; pero lo que es bueno en una tierra, y para una gente, no es bueno en otra. Si un Rey de Francia tratase à sus subditos de esta manera, si se escondiera quince dias en San German, tendrian gran desconsuelo. »

11 Le Roux N., op. cit., chap. 1.

12 Matthieu P., op. cit. : « Los Franceses quieren tener delante de sus ojos a su Príncipe, no menos en la paz, que en la guerra. Y no se puede negar que las grandezas tan levantadas sobre las otras, pierden mucho de la veneracion que se les deba, quando se familiarizan demasiado ».

13 González de Amezúa A., Isabel de Valois. Reina de España (1546-1568), Madrid, Gráficas Ultra, 1949, p. 137. Lettre adressée à Antoine de Noailles, Gouverneur de Bordeaux, BnF, ms fr. 6911, fol. 290. Voir aussi Gómez De Castro A., Recibimiento que la imperial ciudad de Toledo hizo a la magestad de la Reyna nra señora doña Isabel quando nuevamente entró en ella a celebrar las fiestas de sus felicissimas bodas, BnE ms 7896, fol. 285 r° : « Cansada ya de ver la Reyna cosas admirada de la variedad dellas entró en el Alcaçar donde el Principe don Carlos heredero destos Reynos la salió a recibir descendiendo por la escalera hasta algunos pasos del patio, pidióle la mano con mucha reverencia, ella le abraçó, subióla de braço por la escalera, salió al corredor la serenissima princesa Doña Joana hermana del rey, la qual le hizo muy gran cortesia haziendoze entrambas primero desde aparte algunas reverencias, y besandose sus propias manos y despues abraçandose con mucho amor, entraron asi de las manos al aposento del Rey que ya salia a recebillas… »

14 Paris L., Négociations, lettres et pièces diverses relatives au règne de François II, Paris, Imprimerie royale, 1841, p. 181.

15 Bourdeille P. de, seigneur de Brantôme, Les vies des Dames illustres de France de son temps, Jean Sambix le jeune, 1665, p. 179.

16 Carta de Su Magestad para el Duque y la orden de lo que avia de hazer en la jornada, par le secrétaire Eraso, le 9 décembre 1559, de Tolède, AAE, Mémoires et documents, Espagne, no 233, fol. 233 r°.

17 Ynstrucion que Su Magestad enbió al Cardenal don Francisco de Mendoza obispo de Burgos y Duque para la orden que avian de tener en yr a resçibir a la Reyna, depuis Aranjuez, le 23 novembre 1559. AAE, mémoires et documents, Espagne, no 233, fol. 234 r°

18 Ibid.

19 Pérez Samper M. A., « La figura de la reina de la Monarquía española de la Edad Moderna : Poder, símbolo y ceremonia », dans López-Cordón M. V. et Franco G. (coord.), La Reina Isabel y la reinas de España : realidad, modelos e imagen historiográfica, Fundación Española de Historia Moderna, Madrid, 2005, p. 275-307. L’auteur souligne l’absence de règlements généraux concernant les reines et que sa figure est comme la toile de Pénélope, qui se fait et se défait.

20 González de Amezúa A., op. cit., vol. 3, annexe 13, p. 90-92. AGS Estado, Francia, K 1643, no 47.

21 Voir les tableaux établis par Rodríguez Salgado M. J. dans « « Una perfecta princesa ». Casa y vida de la reina Isabel de Valois (1559-1568), Primera parte », dans Cuadernos de Historia moderna, Anejo II, 2003, p. 39-96.

22 García Barranco M., « La Casa de la Reina en tiempo de Isabel de Valois », dans Chronica Nova, no 29, 2002, p. 85-107.

23 Officiers domestiques ordonnez pour le service de Madame Elizabeth de France Reyne d’Epsagne fille du Roy Henry II Depuis le 17 juin 1559 jusques au 3 janvier quelle entra en Espagne, BnF ms fr. 7856, fol. 1247 r°-1251 v°. Dames : Mademoiselle Anne de Bourbon, demoiselle de Montpensier ; Madame Louise de Bretagne, dame de Clermont ; Me Claude de Vauperges dame de Vineux ; Catherine Gazet Damoiselle de la Motte au Groing (dame d’atour). Gouvernante des filles : Magelaine de Ramefort damoiselle de la cour. Filles et damoiselles : Leonore de la Rouere damoiselle de Vineux ; Catherine de Malesec Melle de Chasteleu ; Gilberte de Chabannes Melle de Curton ; Anne d’Aydie Melle de la Guiteniere ; Jehanne de La Celle Melle de Chassincourt ; Philippes de Fumel l’aînée ; Magdelaine de Jubert Melle de Noyent ; Melchivre de Thorigny ; Marthe Tanne Melle de Santena ; Marie de Fumel la jeune ; Françoise de Montal ; Perrette de Corbon Melle de Saint Leger ; Isabeau de Sarcilly Melle de Darne ; Françoise de Ramefort gouvernante de Melle de Montpensier. Femmes de chambre : Catherine Clabault, Guillemette de Marie, Louise d’Auxerre dite Gironnille, Louise Bois, Marie Burgensis femme de l’apothicaire, Claire du Chesne, Angélique de Canillac, Aymée Dourière nourrice et Françoise L’Huillier pour Melle de Montpensier. Femmes des filles, lavandières. Aumôniers : Claude Sublet Abbé du palais Saint-Etienne, don Diego Rogez. Confesseur Jehan Courcillon. Chapelains, clercs de chapelle, chantres et violons, maistre d’hostel André de Vermond. Pannetiers François Salviatty, Louis Malineau seigneur de Vaux ; Echançons écuyers tranchans Charles Gondy fils de Mme du Perron et Antoine d’Espernay ; Ecuyers d’écurie le marquis de Bourdelan, seigneur de Lanta, seigneur de Chaulnes. Secrétaires : Jérôme Berziau, Daniel Durand, Jérôme L’Huillier, Jehan Bonacoursy. Contrôleur général : Aignan du Four. Clercs d’offices Etienne du Four et Pierre Signac. Maître de la garde-robe. Médecins : Simon Burgensis, Vincent Montguyon. Apothicaire, chirurgiens. Valets de garde-robe, valets de chambre, tailleur, huissiers de chambre, huissiers de salle, tapissiers, gens de métier, maréchaux des logis, fourriers, panneterie, aides, boulanger, échanéchançonnerie ; aides, écuyers de cuisine, gueux, potagers, hasteux, enfants de cuisine, galopins, porteurs, huissiers, patissiers, verduriers, gardevaisselle, fruiterie, sommier, fourriere, aides, maréchaux de salle, sert d’eau, portiers, valets des filles, gens de Melle de Montpensier (dont un Guillaume Doson valet de chambre), trésorier : Aymery Tizart.

24 AGS, CSR, 41, no 6 : Le serment prononcé était le suivant, « habeis sacramendo de servir a su magestad en tal offiçio bien y fiel y lealmente y que procurareis todo su bien yla, apartareis el mal y si alguna cosa supierdes que sea en su perjuiçio que no lo podais rremediar avisareis dello a su magestad, o a su mayordomo mayor, o a la persona que entendierdes que lo podra rremediar. Jurais lo asi – a de rresponder – si juro ; y despues le buelve a dezir : si asi lo hizierdes dios, os ayude y sino, os lo demande – a de rresponder : amen ».

25 GonzálezdeAmezúa A., op. cit., tome III, p. 120-122, reprend la liste exhaustive des membres de la Maison de la reine, d’après le document des AGS, Casa Real, leg. 52, no 1 ; fol. 153 et ss. Claude de Sublet, le grand aumônier, apparaît en premier avec le garçon de chapelle Jacques Ledel. Viennent ensuite les Dames avec la Guarda Mayor doña Isabel de Castilla, suivie de Mme de Vineux, et des dames de la plus illustre noblesse d’Espagne comme doña Magdalena de Giron (fille de la comtesse d’Ureña), Leonor de Toledo, Magdalena de Guzman, Maria de Padilla, Luisa Manrique, Juana de Aragon, Ana Felix de Guzman, Sofonisba « Angusola », Catalina de Sandoval et les Dames françaises aux noms hispanisés ou plutôt les mademoiselles ou madamiselas comme Ana de Catiloy, Leonor de la Ruviere, Juan Chasnieurt, Isabel de Sursily, Luisa de San Ligier et Ana de Riberac. Outre quatre Dames, la reine disposait de six caméristes espagnoles et de quatre caméristes françaises dont « Luisa Douçiera », son ancienne nourrice. Les femmes de moindre rang étaient ensuite les lavandières, Juliana pour le corps et Beatriz de Rosa « lavandera de boca ». Les hommes étaient beaucoup plus nombreux, à commencer par le Grand majordome, le comte d’Albe de Liste, et les maîtres de salle, Lope de Guzman, Diego de Guzman et Alonso de Silva, puis le Grand écuyer don Fadrique de Portugal, les sept pages et les serviteurs de l’écurie au nombre de onze et tous espagnols. Pedro de Quintanilla était « sumiller de la panateria » et Gonzalo Muñoz de Castañeda, « sumiller ». Le personnel de bouche comptait environ vingt serviteurs, tous espagnols. La maison comptait également du personnel pour les bougies, les tapisseries, la pharmacie…, comme l’aposentador mayor don Juan de Puertocarrero (maréchal des logis), un secrétaire comptable Pedro de Hoyos, un trésorier Luis de Villa, un guardajoyas (gardien des joyaux de la reine) et guardarropa (costumier) Cristobal de Oviedo, un médecin de chambre Vincent de Montguyon (Mugnoni), un greffier, deux aposentadores de palacio (fourriers) et guardadamas, des huissiers en binôme pour la chambre et le cabinet, huit fourriers et 4 aides pour les gardiens des joyaux et les costumiers, des balayeurs, un médecin de la chambre du roi en la personne de Santa Cruz, Edouart de La Cate son couturier, Miguel de Fuenllana le musicien de chambre et Diego Hernandez le maître de danse. La maison de la reine employait 149 personnes dont 35 femmes seulement.

26 Wilkinson Zerner C., « Woman’s Quarters in Spanish Royal Palace », dans Architecture et vie sociale à la Renaissance, Paris, Picard, 1988, p. 133.

27 González de Amezúa A., op. cit., p. 151, voir Ruble A. de, Le Traité du Cateau-Cambrésis, p. 341-344, liste provenant d’un manuscrit de la collection Clairambault de Paris, vol. 836, fol. 2795 : Liste d’officiers domestiques ordonnés pour le service de Madame Elisabeth de France Royne d’Espagne, fille du Roy Henry II, depuis le 17 juin 1559 qu’elle a demeuré en France jusqu’au 3 jenvier ensuivant qu’elle entra en Espagne.

28 Paris L., op. cit., p. 353-356 : Double du petit estat que la royne catholique a faict bailler à son grand maistre [le comte d’Albe], pour, s’il est possible, à tout le moins, conserver ceux qui y sont mentionnés [1560]. Outre l’ensemble existant de dames qu’elle souhaite conserver, la liste des officiers est la suivante : André de Vermont, son maître d’hôtel, les officiers de bouche (le chevalier de Salviati, les sieurs Devaulx, de Vasseur, d’Épernay, Duperon et le marquis de Bourdelau son premier écuyer du service), les officiers d’écurie (les sieurs de Lantal, de Chaulne), l’aumônier Claude Gobelet et les deux chapelains Louis Maquignes et maître Paquier Vigault ainsi que deux clercs de la chapelle (Michel Renouard et Jacques Ledel) et pour finir son confesseur maître Consilii. Les secrétaires (Jean de Buonacorci, Jérôme Bertheau, Ferdinand de Galinas), des médecins (Burgensis et Vincent de Montguyon), l’apothicaire Jacques Bobuffe et le chirurgien Maximilien Dunoir, les valets de chambre (Charles de Louzelle, fils de sa nourrice, Joualmes dit Naples, François Dupuys, Bastien Danisy, Pierre Séguin, Édouard Lacathe son tailleur, le nain Montaigne), les huissiers de son appartement (Claude de Lestain, pour la chambre, Giovanni Paolo pour l’antichambre, Claude Dupin pour la salle, David Odian maître de la garde-robe, Jean-Jacques dit Limousin valet de la garde-robe, Anis Vespier, tapissier et brodeur et son aide Nicolas Belamy, Guillaume Daguin le pelletier, Pierre Malvoys le passementier et l’orfèvre Arnaud Duverger), les maréchaux des Logis (Antonio Rusca, le sieur de Boisvens à remplacer par l’Espagnol Perolas en raison de son grand âge), deux fourriers français (Remond des Hostels et Nicolas Gentil), le trésorier de la maison Emery Tissart et celui des menus plaisirs, Daniel Durant, le contrôleur Aignan Dufour, les six violons et le joueur de musette François Guillaume. Gentilshommes à pourvoir : Paolo de Flavin, le sieur de Carbonières, Nicolas Duguilles dit Montagu et Robert Boureau dit de l’Espine.

29 BnF, ms fr. 15 874, fol. 29 r° et 38 r° : Lettres autographes de Burgensis et Vermont à Catherine de Médicis.

30 AGS CSR leg. 383, Villete de la casa de la reyna nuestra Señora para el aposento que sea de hazer a Madrid. Dase a los aposentadores en ocho de mayo de mill y quinientos y sesenta y una años.

31 BnF, ms fr. 15 874, fol. 30 r° : Lettre de L’Aubespine du 3 juin 1560.

32 BnF, ms fr. 6614, fol. 91 v°, lettre secrète non datée et non signée (entre décembre 1560 et mars 1561, de la main de L’Aubespine sous couvert du curé de Porquerolles à Bourges).

33 BnF, ms fr. 15874, fol. 7 r° : L’Aubespine, dans une lettre non datée (début 1561), rapporte à Catherine de Médicis un incident survenu entre la reine et son majordome. Élisabeth avait commandé plusieurs litières pour une promenade matinale hors de la ville de Tolède, avec ses dames et la princesse Juana. Au moment du départ, les litières n’étaient pas en assez grand nombre et Madame de Clermont, déjà tombée en disgrâce, n’avait pu se joindre au groupe. L’ambassadeur rapporte qu’Élisabeth s’en prit avec colère à son majordome, lui reprochant sa négligence et elle alla s’en plaindre auprès du duc d’Albe et du roi qui durent organiser une réconciliation le lendemain matin.

34 Alberi E., Le Relazioni degli ambasciatori veneti al Senato, Firenze, 1861, série I, vol. 5, Paolo Tiepolo, p. 71 : « Ha con molta pazienza ancora sopportato che il re abbia fatti non solamente licenziare tutti i gentiluomini, servitori e ministri che erano venuti con lei di Francia, ma ancora rimandar tutte le dame che avea seco menate, le quali erano la sua compagnia » et Giovanni Soraneo, p. 118 : « La casa sua tiene poca forma di casa regio ; ha un maggiordomo maggiore, che è Don Giovanni Manrique, nè altri officiali di grado vi si trovano. Molte volte l’ambasciatore del re duo fratello ha fatto ufficij accio le sia fatta la casa come si conviene ; sempre ha avuto per riposta parole generali che si faria, e non si mancheria a quello che si ridieche, ma ancora l’effetto non è seguito. »

35 González de Amezúa A., op. cit., p. 157, cette maison tenait une comptabilité des gages versés à ses membres, rendant compte avec précision des charges de chacun : Relación de los gages ordinarios y extraodinarios que en cada un año se pagan a los criados y criadas y otras personas de la cassa y servicio de la Reyna nuestra señora, AGS, Casas y Sitios Reales, leg. 52, no 1 et 53.

36 La orden que nuestra voluntad, guarden los criados y criadas de la Serenisima Reyna Doña Ana, yllustrissimas ynfantes, mis muy charas y muy amadas muger e hijas ; en lo que toca a su serviçio usa y exercicio de sus officios y las gajas y raciones que cada uno dellos a de haver en cada un año de los que sirvieren es la siguiente, BnE, ms 10 129, fol. 75 r°-91 r° Il existe toutefois, aux Archives générales de Simancas, quelques ordonnances pour le service de la reine, comme dans la liasse 383, Ordenanças hechas por el muy Illustrissimo don Juan Manrique mayordomo mayor de la rreina nuestra señora las quales se publicaron y mandaron guardar.

37 « en caso que no estén con la reverencia y respeto que deven o dieren causa para ello, assí en lo que toca a la templança y modo de hablar y reyr y andar, como en las demás cosas que se offrecieren », dans La orden que nuestra voluntad…, op. cit., fol. 79 r° ; cité également par D. Dalmiro de la Válgoma y Diáz-Varela D. dela, dans Norma y ceremonia de las reinas de la Casa de Austria, Madrid, 1958, p. 34.

38 La orden que nuestra voluntad…, op. cit., fol. 86 r° : « El Mayodormo Mayor de quien principalmente depende el buen govierno administraçion y disçiplina de la casa, y distribuçión y buen recaudo de la hazienda à de tener cuydado, con que aya buena cuenta y razon con ella, y muy grande, y especial cuydado de todo lo tocante a esto, y al serviçio de la Reyna e Infantas, y con que sean servidas con la auctoridad y respecto que se deva, y es razon, teniendo assi mismo quenta con lo que toca a la guarda de la casa, assi dentro como de fuera, speçialmente despues que las puertas estuvieren entregadas a los porteros advirtiendo a la Reyna de lo que llegare a su noticia, tocante a las mugeres, para que ella lo mande remediar. »

39 AGS, CSR, leg. 382, no 11, Quenta de las carrettas y azemilas de guya que sirvieron a la casa de la Reyna a la vuelta del Bosque de Segovia a Madrid, en el mes de settiembre 1562 años ; Carruajes y mulas de alquiler que sirvieron el viaje darachuez en los meses de mayo y junio 1563.

40 Barbeito J. -M., El Alcázar de Madrid, Madrid, Colegio oficial de arquitectos de Madrid, 1992.

41 Alberi E., op. cit., série I, vol. 5 : voir les relations de Paolo Tiepolo en 1563, p. 71 et celle de Giovanni Soranzo en 1565, p. 118.

42 Wilkinson Zerner C., art. cit., p. 127.

43 Archives du Palais Royal, Cédules Royales, tome II, fol. 52 v°-55 v°, cité par Barbeito J.-M., « Felipe II y la arquitectura. Los años de juventud », in Felipe II. Un monarca y su época. Un príncipe del Renacimiento, Exposition du Musée du Prado, 13 octobre 1998-10 janvier 1999, Sociedad estatal para la Conmemoración de los Centenarios de Felipe II y Carlos V, Madrid, 1999, p. 91 : « Sería muy a proposito hazer en aquella esquina un muy buen aposento con ventanas de vidrieras que miren al campo… »

44 Bennassar L. et B., Le voyage en Espagne. Anthologie des voyageurs français et francophones du XVIe au XIXe siècle, Paris, Robert Laffont, 1998, p. 322.

45 AGS, CSR, leg. 383 : Memorial de las cosas que se traxeron de françia para el serviçio de la Reina nuestra Señora y de lo que presente sera neçesario añadir.

46 González de Amezúa A., vol. III, p. 535 : Inventario aprecio de los bienes muebles, joyas, oro y plata, bestidos y otras cosas que quedaron de la Magestad de la rreina nuestra señora que esta en gloria hecha por mandado de su Magestad e por las personas que para ello fueron nombradas, el qual se hizo en la forma y orden siguiente [AGS, CSR, leg. 24, no 2].

47 AGS, CSR, leg. 383, Idem.

48 Betegón Díez R., Isabel Clara Eugenia. Infanta de España y soberana de Flandes, Barcelona, Plaza Janés, 2004, p. 32.

49 Wilkinson Zerner C., « Women’Quarters in Spanish Royal Palaces », dans Architecture et vie sociale à la Renaissance. L’organisation intérieure des grandes demeures à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance, Guillaume J. (coord.), Paris, Picard, 1994, p. 127-136.

50 González de Amezúa A., op. cit., p. 227, lettre de Mr Durand à Mgr Antoine de Noailles : « Le chasteau est fort beau et bien commode pour les offices et autres necessitez. Il n’estoyt si grand lors de la prision du feu Roy François comme il est a ceste heure. Le Roy y festoya la Royne comme chez luy, ou sont les plus beaulx et riches meubles qu’il est possible de veoyr et en grande quantité, car chacune chambre et autres pieces ont leurs tapisseryes et meubles tout apropriez. » (BnF, ms fr., no 6911, fol. 290).

51 Paris L., op. cit., p. 273.

52 Paris L., op. cit., p. 760, lettre de Catherine de Médicis à Élisabeth en novembre 1560.

53 Elias N., La société de cour, Paris, Flammarion « Champs », 1985 (1969), p. 107.

54 BnF, ms fr. 6614, fol. 62 r°.

55 Fernando Álvarez de Toledo, troisième duc d’Albe, était un homme puissant qui avait la haute main sur toutes les maisons royales et désirait aussi l’avoir sur le gouvernement, ce que ne lui permit pas le roi, rendant leurs relations parfois tumultueuses. Voir Kamen H., The Duke of Alba, New Haven and London, Yale University Press, 2004, p. 54-55.

56 Paris L., op. cit., p. 723, lettre de l’évêque de Limoges à Catherine de Médicis, le 9 décembre 1560. BnF ms fr. 6614, fol. 92 r°.

57 González de Amezúa A., Isabel de Valois. Reina de España (1546-1568), Madrid, Gráficas Ultra, 1949, p. 166, cite le médiocre sonnet d’un courtisan à une dame de la maison de la reine, qui pourrait être, selon lui, Madame de Clermont car le sonnet évoque le drame de la disgrâce : « A una criada de Isabel de la paz, doncella y un poco melancólica – Melancólica estais, puti-donzella,/Cobertor de la paz, buen gusto y trato,/La casa como empeyne de çapato/Quando, de muy traydo, se desvella./ ¡O, quién te uviese avierto como armella/Pasada con la broca de un mulato,/Haziendo de tu fruta a todos platos!/Mas llieve el diablo a quien comiese della./¡Válate Barrabas!, de qué te enfadas,/Virgen ympertinente, del putesco/Atalaya que acecha carretillas?/Y pues tu ama tiende sus fraçadas,/Tiéndelas tú también, mari-sobaco,/Que no son para menos tus faldillas. » British Library ms 70 328, fol. 106 v°.

58 La Ferrière H. de, Rapport sur les recherches faites à la Bibliothèque de Saint-Petersbourg, Paris, 1863, p. 29.

59 BnF, ms fr. 15 874, fol. 6 r° : Lettre non datée de L’Aubespine à Catherine de Médicis, de Tolède.

60 Huguet E., Dictionnaire de la langue française du seizième siècle, t. IV, Paris, Didier, 1961.

61 Paris L., op. cit., L’Aubespine au roi, 23 février 1560, p. 272.

62 Ibid, Mme de Clermont à Catherine de Médicis, en novembre 1560, p. 718.

63 Ce journal, relatant les journées de la reine du 29 avril au 6 juin 1560, fut rédigé par Madame de Clermont. D’après La Ferrière H. de, Rapport sur… op. cit., p. 17-21.

64 Ibid., voir aussi González de Amezúa A., op. cit., vol. 3, p. 116.

65 Ibid., p. 18.

66 Ibid., p. 20.

67 Ibid., p. 18 : « Ce jour-là la reyne vostre fille avoyt une robbe de taffetas viollet toutes chamarée de large passement d’or ; la cotte de satin blanc couverte de broderie d’or et coyfée à l’italienne de rubis et diamants. Elle et Madame la Princesse furent ensemble en lytière ouyr la messe en une église appelée Saint-Pierre-le-Martyr. Puis après disnée sa Majesté passa le temps a accoustrer ses poupées en son cabinet. »

68 Lettre d’Henri de Guise à François de Lorraine, le 22 janvier 1557 dans laquelle il est question de « donner les innocens », c’est-à-dire une plaisanterie consistant à donner le fouet au matin du troisième jour après Noël. Ce jour-là la princesse Élisabeth avait pour complice Guillaume V, duc de Bavière, futur beau-frère d’Henri de Guise. Quant à la victime, Monsieur de Lorraine, né en 1543, il est le cousin germain d’Henri de Guise. Manuscrit tiré de la collection Gaignières, vol. 348, fol. 151-153, publiée par Croze J. de, dans Les Guise, les Valois et Philippe II, Paris, Amyot, 1866, p. 332.

69 Paris L., op. cit., p. 706 : Lettre de Catherine de Médicis à Élisabeth, en novembre 1560.

70 La Ferrière H. de, Rapport… op. cit., p. 20.

71 Voir Huguet E., Dictionnaire de la langue française du seizième siècle, t. V, Paris, Didier, 1961.

72 La Ferrière H. de, Lettres de Catherine de Médics… op. cit., t. II, p. 351, lettre à Fourquevaux, le 6 mars 1566, BnF, ms fr. 10 751, fol. 194 r°.

73 Ibid.

74 Ce nom n’apparaît pas dans la liste établie par Moreno Villa J. en 1939, dans Locos, enanos, negros y niños en la corte española de los Austrias, Mexico, Presencia, p. 45 : le fou Miguel de Antona (1563-1575 ?), le nain Estevanillo (1563-1568), le fou du prince, Luis López (1563-1568), le nain Estanislao (1563-1571), le bouffon ou hombre de placer Serojas (1565), la folle de l’infante Isabela, Magdalena Hernández (1565), La naine et folle Magdalena Ruiz (1565-1605), le nain de la reine, François Montaigne (1567).

75 Brantôme, Les Dames galantes, Paris, Garnier, 1967, p. 327.

76 Bouza F., Locos, enanos y hombres de placer en la corte de los Austrias, Madrid, Temas de Hoy, 1991, et Moreno Villa J., Locos, enanos, negros y niños palaciegos. Gente de placer que tuvieron los Austrias en la Corte española desde 1563 a 1700, Mexico, Editorial Presencia, 1934.

77 Le frère Iñigo de Mendoza avait censuré, dans un sonnet, les dépenses faites par les nobles pour leurs bouffons : « Traen truhanes vestidos/de brocados y de seda,/llámanlos locos perdidos,/mas quien les dà sus vestidos/por cierto màs loco queda », dans Moreno Villa J., op. cit., p. 24.

78 Bouza F., op. cit., p. 18.

79 AGS, CSR leg. 41, no 3 : Gastos que yo Francisco de Villalpando grefier de la rreina nuestra señora hize por servicio y por mandado de su magestad en el camino que su magestad hizo al monasterio de el Castañal, en treinta y uno de diziembre fin del año pasado de mill y quinientos y sesenta.

80 Alcoçer A. de, Tratado del Juego, compuesto por…, de la orden del bien aventurado sant Francisco, de la Provincia de Dantiago de la Observancia, en el qual se trata copiosamente, quando los jugadores, pecan, y son obligados a restituyr assi de derecho divino, como de derecho comun, y del Reyno, y de las Aouestas, Suertes, Torneos, Iustas, juegos de Cañas, Toros, y Truhanes con otras cosas provechosas et dignas de saber, Salamanca, Andrea de Portonarijs, 1559.

81 Ibid., p. 2 : « entre los cuydados y trabajos que nos rodean y cercan, es razon mezclar algunos regozijos, para poder los passar y sufrir. Y assi tomar algun placer, descanso, y regozijo, no solamente no es malo, mas antes es licito, honesto y bueno, si se toma templademente y en su tiempo y lugar ».

82 Ibid., p. 279 : « Entre otras maneras de regozijos que se usan, es uno el que algunas personas con sus graciosos gestos y palabras de burla y risa y donayres que dizen, dan à las personas con quien tratan y conversan : y a los que esto tienen por officio los llaman en nuestro vulgar chocarreros y truhanes. Suelen los Principes y los grandes señores preciarse de tener en sus casa personas semejantes y hazerles largas mercedes por que les hablan à sabor de su paladar lisonjeandolos y alabandoles todo lo que hizen y hazen aunque sea malo y offensa de nuestro señor, y poñiendo tacha en lo que hablan y hazen los contrarios de los tales señores, y contandoles quantas cosas passan en la corte sin tener cuenta si tocan en la fama de sus proximos, y diziendo veynte deshonestidades y malicias que llegan à lo bivo del coraçon. »

83 Formica M., La Infanta Catalina Micaela en la corte alegre de Turin, Madrid, Fundación universitaria española, 1976 : ces lettres sont conservées dans le fonds Jean Favre de la Bibliothèque universitaire de Genève, provenant des archives d’Altamira.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540