Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le corps d'une reine

 | 
Sylvène Édouard

Première partie. Le corps majestueux

Chapitre 1. Le maintien

Texte intégral

1Le maintien fut une vertu civilisatrice enseignée aux Enfants de France. Dès leur naissance, ils entraient dans un processus de politisation de leur corporéité pour devenir une chose publique. Le baptême les consacrait en premier à ce devenir du don de tout leur être, que leur enseignaient ensuite leurs précepteurs. L’esprit bien éduqué gouvernait le corps bien exercé pour rendre compte de la grâce qui devait les rendre majestueux. Cet apprentissage se fit au sein de la petite cour des Enfants, le plus souvent à Saint-Germain-en-Laye, entre 1548 et 1554, après quoi les Enfants et leurs pages intégrèrent la cour des parents pour y tenir leur rang.

Une entrée en matière

Genèse du corps en politique

  • 1 Paris L., Négociations, lettres et pièces diverses relatives au règne de François II, Paris, Imprim (...)
  • 2 Les Mémoires de Mess. Martin du Bellay Seigneur de Langey, Paris, L’Olivier de P. L’Huillier, 1569 (...)
  • 3 Bourdeille P. de, seigneur de Brantôme, Mémoires contenant les Vies des Dames illustres de France d (...)
  • 4 Calendar of letters, despatches and State papers relating the negociations between England and Spa (...)

2Claude de L’Aubespine releva avec précision les naissances des Enfants de France, celle de François, le samedi 19 janvier 1543 (1544) suivie de celle d’une sœur, Élisabeth, l’aînée des filles de France : « Le vendredy 2 d’apvril 1545, audict Fontainebleau, entre onze et douze heures du soir, elle accoucha de madame Élizabet, depuis mariée avec le roy des Espaignes. Ses parrains, le roy Henry d’Angleterre, et marraine, la royne Léonor et madame la princesse de Navarre1. » La nouvelle année commençant à Pâques, jusqu’en 1563, les dates nécessitent une correction qui ne fut pas toujours faite. La naissance de la princesse remonte de fait au 2 avril 1546. Celle-ci n’avait que treize ans lorsqu’elle partit pour la Navarre, confirmant l’opinion des contemporains d’avoir livré une enfant à la cour austère de Philippe II. Cette date est également confirmée par les circonstances de la naissance, contemporaine de la paix avec Henri VIII, négociée durant cette année 1546. Au cours de l’ultime guerre de François Ier menée contre l’empereur Charles Quint dans le Milanais, la France du Nord avait été menacée par une action commune des armées impériales et d’Henri VIII. Tandis que la reine de France Éléonore, sœur de Charles Quint, avait travaillé à rétablir la paix qui fut signée le 18 septembre 1544 à Crépy-en-Artois, Henri VIII maintenait ses troupes dans Boulogne et Calais. Les offensives françaises répétées et meurtrières, ainsi que la diminution des finances d’Henri VIII, selon Martin du Bellay, eurent raison de l’opiniâtre roi d’Angleterre qui négocia la restitution de Boulogne au début de 1546 contre une forte somme payable en huit ans en dédommagement des fortifications effectuées2. En signe de réconciliation, Henri VIII fut choisi pour parrain de la fille aînée du Dauphin Henri, âgée de deux mois. La petite princesse servait déjà de caution à une ambition politique et non la dernière, élevée avec exagération par Brantôme en instrument de la providence qui associait sa naissance à Fontainebleau au temps immédiat de la paix comme si « vous eussiez dit que c’estoit un Astre heureux envoyé du ciel pour apporter tout bonheur à la France3 ». L’inquiétude du camp impérial fut grande devant la nouvelle de la paix signée le 7 juin et que les ambassadeurs à Londres et à Paris s’empressèrent de faire connaître à l’empereur et au prince Philippe4.

  • 5 La cour du Donjon avait été depuis peu réaménagée pour satisfaire « aux exigences de la vie de Cou (...)
  • 6 Godefroy T., Le Ceremonial françois, Paris, Sébastien Cramoisy, 1649, t. II, p. 147. Théodore Godef (...)

3La cérémonie et les festivités pour le baptême de la princesse eurent lieu à Fontainebleau, le 4 juillet, dans la cour du Donjon, tout ornementée de tapisseries aux motifs d’or, d’argent et de soie5. Au milieu, était dressée une estrade de belle architecture avec des portiques rehaussés de feuillages et d’inscriptions en lettres dorées, empruntant au Livre de Samuel, le motif de l’espérance du peuple d’Israël contre les Philistins. Des armoiries portant les armes de France et d’Angleterre étaient suspendues à des rinceaux et l’ensemble formait un écrin de verdure et d’héraldique autour de l’estrade, au milieu de laquelle s’élevait un mât également recouvert de lierres et de lames d’or, soutenant par des cordages, avec le plus bel effet, une grande voile bleu azur parsemée d’étoiles dorées servant ainsi de ciel à l’architecture. Au pied du mât se trouvait une pyramide de neuf étages, recouverte d’un riche poêle de drap d’or frisé. Chaque étage de la pyramide servait de plateau pour la vaisselle d’or royale « et de tant de vases, et diverses pieces antiques, aussi toutes d’or et en si grand nombre, qu’il sembloit qu’on eust là eu rassemblé l’eslite des buffets de tous les Princes de l’Europe ». Ces pièces, rares et magnifiques, certaines ayant été exécutées par Cellini, provenaient des cabinets royaux et des personnes désignées étaient chargées d’en expliquer la provenance et la signification aux spectateurs, surtout étrangers6. La présence des interprètes démontre que le langage allégorique en usage lors des manifestations ostentatoires de la royauté, bien que tiré d’une culture commune des tropes, n’en produisait pas moins des discours différents et personnalisés, propres à devenir chacun des mystères.

  • 7 Detrez C., La Construction sociale du corps, Paris, Le Seuil, 2002, p. 181.
  • 8 Schilling R., Rites, cultes, dieux de Rome, Paris, Klincksieck, 1979, p. 49 : c’est par un rituel b (...)

4À l’occasion de cette fête, le corps de la princesse livré à la politique devenait le gage tangible d’une promesse de paix, dont la puissance résidait en cette même puissance de vie qui allait être consacrée. La cérémonie débuta avec la procession depuis l’appartement du roi, où défilèrent les princes, la noblesse ordonnée puis les ambassadeurs anglais, Sir John Dudley et Sir Thomas Cheney, ce dernier portant l’enfant, suivi de la reine, des princesses, des dames et demoiselles de la cour. Ayant passé la petite galerie, le cortège se rendit dans l’église de la Sainte Trinité où attendaient les cardinaux accompagnés de plusieurs hauts dignitaires ecclésiastiques. Le petit corps de la princesse, une première fois voué à la paix dans les bras de l’Angleterre, en reçut la marque indélébile par le prénom que ses parrains anglais lui donnèrent et que ses marraines Éléonore d’Autriche et Jeanne de Navarre approuvèrent. Le baptême et le choix du prénom sont inscrits dans un champ politique qui permet à la chair de faire corps, non seulement avec la société de cour qui l’accueille, mais également avec lui-même, en s’individualisant pour participer désormais au devenir du groupe auquel il appartient, et pour lequel il est consacré. L’intextuation du corps, par le nom donné lors du baptême, est le premier signe du pouvoir politique exercé sur le corps de l’enfant, lequel, dès son individualisation, cesse d’exister pour lui-même, de s’appartenir, pour devenir serviteur des intérêts de sa Maison7. La princesse entrait ainsi en politique au cri des hérauts d’Armes de France et d’Angleterre, qui proclamèrent son prénom et l’instituèrent, comme si le cri lui-même, par sa force décuplait la valeur du nom, et l’étendait au-delà de l’espace cérémoniel vers un espace sans limites, celui de la connaissance et de la renommée. Le bruit ou plutôt sa fureur, devenant une performance qui agit sur la puissance d’un événement, transforme l’ordinaire d’une parole en acte extraordinaire de la majesté. Le nom d’Élisabeth, crié par les hérauts mais aussi acclamé par les trompettes, les clairons et les hautbois acquit également une part de majesté politique par la puissance des décharges d’escopettes. Le baptême ne consacrait-il pas pour la première fois le corps de tout enfant princier, placé sous le double signe de la religion et de la politique, et faisait du corps voué à Dieu, un devotus qui projette, au-delà du signe qui l’investit et le sacralise, le sacrifice de sa personne au service de sa Maison8. Le corps politisé de cette enfant de France portait la promesse de contribuer à la prospérité de sa Maison tout comme le corps du devotus est rédempteur, pour sauver la Cité par la promesse du sacrifice de sa personne.

  • 9 D’après un manuscrit de la BnF, receuilli par Guiffrey G., Chronique du Roy Françoys premier de ce (...)

5La solennité du moment s’accompagnait d’une grande joie marquée par les fêtes qui suivirent. À la cour magnifique des Valois, les mascarades et les ballets s’étaient imposés comme un passe-temps raffiné et aucune cérémonie ne manquait d’être fêtée selon la mode profane du divertissement musical. Un bal fut donc donné, ou plutôt une mascarade donnant à voir des figures prodigieuses, des bêtes furieuses et étranges et des oiseaux de rapine, griffons, aigles et vautours. La réjouissance se poursuivit, le lendemain, par un tournoi ouvert par le Dauphin, futur Henri II, et le comte de Laval qui menaient chacun une troupe. La première était habillée de blanc, portant l’emblème du roi, un croissant de lune sur l’armet, au lieu du timbre, et les chevaux caparaçonnés de la même parure. La seconde troupe était de couleur incarnat, portant un phénix pour cimier, et cette joute dura tout un jour, les chevaliers démontrant leur adresse et leur courage, recherchant les coups et à frapper l’adversaire. Le Dauphin se distingua parmi tous en se montrant le plus vaillant. L’honneur, puissant code de chevalerie, négligeait la vertu prudentielle du bon gouvernant, et le Dauphin allait à la rencontre des coups comme pour forcer la Fortune à le reconnaître pour le plus vaillant, à l’image des paladins du Roland furieux de l’Arioste qui rivalisent en combats singuliers, dans un apparent désordre continuel de bravades et de provocations, de joutes et d’estocs mais où le fracas des armes ne fait que répondre à un ordre précis qu’impose l’honneur nécessaire à la Renommée. L’écrin de verdure et d’héraldique, évoqué pour la décoration de la cour du Donjon à Fontainebleau, semble être une réminiscence de l’expérience arthurienne par laquelle le chevalier est amené à saisir son destin dans la profondeur obscure d’un bois. L’héraldique est présente pour accompagner, comme identifiant, le chevalier dans cette quête intérieure et solitaire de lui-même. Le bois signifie le chemin difficile, au sens éthique, par les dangers et menaces qu’il renferme, tout en étant la voie d’une possible purification de l’âme qui a trouvé son destin. Une fête qui n’était donc pas sans rappeler la course de bague et les combats « furieux » donnés en l’honneur du mariage de la princesse de Navarre avec le duc de Clèves en juin 1541, à Châtellerault9. Tandis qu’à Fontainebleau, le combat terminé et la fête touchant à sa fin, les ambassadeurs quittèrent les lieux, chargés de somptueux présents, et le roi partit chasser à courre le cerf dans la forêt d’Orléans.

La petite cour des Enfants

  • 10 La Ferrière H. de, Lettres de Catherine de Médicis, T. I, Paris, Imprimerie nationale, 1880, p. 26.
  • 11 Ibid, I, p. 39 et 53.
  • 12 Aymée Daucière apparaît des années plus tard dans les comptes de la maison d’Élisabeth en rembours (...)

6La cour des Enfants de France fut établie à Saint-Germain-en-Laye dès 1548, loin des miasmes des grandes villes et des contagions, évitant les contacts avec les étrangers comme l’ordonnait Catherine dans une lettre au gouverneur des Enfants, Jean d’Humières, le 4 septembre 1548, le danger étant grand à Paris et « que l’on si meurt bien fort10 ». Les résidences agrestes de la cour n’étaient pas toujours épargnées. Lorsque début 1551, la jeune Élisabeth fut prise d’une violente attaque de scarlatine, dite de pourpre, les enfants se trouvaient à Blois où ils restèrent jusqu’en avril 1552 sous la surveillance de madame d’Humières. La « peste » ayant alors gagné les alentours de Blois, Henri fit ordonner dans l’urgence, le départ des enfants pour le château d’Amboise11. À Saint-Germain-en-Laye, où ces derniers résidaient le plus souvent, chacun avait ses propres serviteurs sous la direction de Jean d’Humières, dès 1546, et de celle de son épouse, Françoise de Contay : Élisabeth avait pour nourrice Aymée Daucière, épouse de Guillaume Louzelles, et Claude Nau, son habilleuse puis surtout Madame de Clermont, Louise de Bretagne, qui était sa gouvernante et sa première dame, charge qu’elle occupa encore à son arrivée en Navarre en janvier 156012.

  • 13 Trésorerie de Messeigneurs les enfants de France pour l’année 1550 et 1551…, BnF ms fr. 11207 (368 (...)
  • 14 Trésorerie… op. cit., fol. 81 v o.

7D’après les comptes des Enfants de France établis par leur trésorier Jacques Bochetel pour l’année 1551, le personnel s’élevait à moins de trois cents personnes, pour l’ensemble des maisons princières dont l’importance était proportionnelle au rang occupé par l’enfant dans la hiérarchie dynastique13. Marie Stuart, qui devait arriver en octobre 1548, allait tenir le second rang après le Dauphin François et fut dotée d’un état de vingt-six membres, représentant un total de gages de 4 100 livres pour l’année 1551. Les dépenses pour chaque quartier font apparaître essentiellement des frais d’argenterie et de tissus de velours, de satin, de taffetas et de toiles de Hollande aux couleurs dominantes de violet cramoisi, jaune paille, rouge cramoisi, incarnat ou blanc, plus rarement écarlate ou bleu. Ces tissus étaient surtout destinés à l’habillement, pour faire des robes, des manteaux, des devants de cotte et des manchons, des brassières, des coiffes et des bonnets, des écharpes noires mais aussi, et surtout, des hauts et paires de chausses, et des doublures de pourpoint. Les comptes font également apparaître les besoins quotidiens des enfants pour eux-mêmes et leur confort, comme un velours pour couvrir une chaise ou des toiles de Hollande pour les murs de la chambre d’Élisabeth, ou encore pour calfeutrer des carreaux cassés avec du maroquin14.

  • 15 Chatenet M., La Cour de France au XVIe siècle. Vie sociale et architecture, Paris, Picard, 2002, p. (...)
  • 16 Chatenet M., « Le corps et le logis au XVIe siècle. L’exemple du château royal de Saint-Germain-en- (...)
  • 17 Lettres inédites de Diane de Poitiers d’après les manuscrits de la Bibliothèque impériale, par Guif (...)

8En septembre 1548, Henri II avait fait parvenir à Jean d’Humières, par l’entremise de Diane de Poitiers, un mémoire touchant le logis à aménager à Saint-Germain-en-Laye pour la reine d’Écosse et les deux princesses, Élisabeth et Claude. Les châteaux royaux étaient organisés pour figurer la hiérarchie des corps depuis le « logis du corps » du roi, attaché à la personne royale, et ne pouvant de fait, souffrir une proximité inconvenante avec des membres de rang inférieur. Le château de Saint-Germain-en-Laye comptait alors cinquante-cinq logements destinés au roi et à la reine au deuxième étage, à Diane de Poitiers à l’étage inférieur, le partageant avec d’autres membres éminents de l’entourage royal, tandis que la maison des Enfants se situait au troisième étage. Les pièces étaient petites à l’exception de celle du Dauphin qui donnait sur une chapelle selon une disposition similaire à celle de l’appartement de sa mère à l’étage inférieur15. Le reste de la cour logeait dans les vingt-cinq appartements de la basse-cour16. Ces logements devaient servir d’écrin à l’étiquette que le roi entendait fixer et dont il fit part à d’Humières au mois d’août 1548, lui signifiant son désir de voir sa « dicte fille » Marie Stuart tenir le second rang, et « qu’elle marche devant mes filles », en raison du mariage programmé avec le Dauphin et de sa dignité de reine17.

  • 18 ASMa, Gonzaga, dossier 625, fol. 64 r° : Une instruction, non datée mais probablement de 1553, con (...)

9Au gré des naissances successives, ces Maisons multipliaient à l’envi les chambellans et les maîtres d’hôtel dirigeant une domesticité consacrée aux repas, comme les panetiers, les échansons, les maîtres queux, les marmitons, les rôtisseurs, les pâtissiers et les fruitiers mais aussi des personnels pour les chambres des enfants veillant à la propreté des lieux et à l’habillement, requérant à cet effet de nombreux portemanteaux, maréchaux des logis, maîtres de la garde-robe, tapissiers, lavandières et brodeurs. Pour les soins du corps, l’état des officiers faisait figurer des médecins, des chirurgiens, des barbiers et des apothicaires et pour ceux de l’âme, des aumôniers, des chapelains, des confesseurs et aussi des précepteurs. Certains membres du personnel de la Maison des Enfants étaient attachés plus spécifiquement à l’un d’entre deux, comme André Fuyart qui était le meneur de litière de Madame Élisabeth. Les officiers restaient en fonction jusqu’à l’entrée en cour. Lorsque le Dauphin et la reine Marie Stuart quittèrent la petite cour vers 1554, les officiers reçurent une investiture nouvelle18.

  • 19 De 1549 à 1559, Louis de Gonzague, son gouverneur Leonardo Arrivabene, son chapelain et quelques-u (...)
  • 20 ASMa, Gonzaga, dossier 625, fol. 25 et 38.
  • 21 Trésorerie… op. cit., fol. 11 r° : La gouvernante touchait des gages de 1200 livres, exactement la (...)

10S’ajoutaient à cet aréopage domestique, de nombreux garçons et filles d’honneur, au nombre de vingt-huit pour l’année 1551. Ils étaient issus de grandes familles et dignitaires comme les deux fils du connétable, ceux du maréchal de Bouillon et ceux encore issus des familles de Tende, Brienne, Maillé, Chambray, Entragues, Guiche, Strozzi, d’autres et en particulier Louis de Gonzague, futur duc de Nevers, qui arriva à la petite cour de Saint-Germain-en-Laye en septembre 1549, à l’âge de dix ans. Il fut intégré à cette cour en tant que page d’honneur, et comme les autres, résidait sur place avec son gouverneur faisant office de précepteur, son chapelain et d’autres serviteurs19. En tant que garçon d’honneur du Dauphin, Louis de Gonzague devait ainsi veiller au bon ordre des convives à la table de François, et refuser toute personne qui n’aurait pas reçu cet honneur. Selon les instructions de sa mère, il devait tenir son propre rang en veillant toujours à être élégant, portant souliers et hauts de chausse, pourpoint et casaque à larges manches pendant son service, après lequel il ne devait jamais s’attarder dans la chambre du Dauphin pour pouvoir se consacrer à sa propre éducation20. Tandis que le gouverneur d’Humières supervisait le bon fonctionnement de ces maisons, Madame d’Humières dirigeait les nourrices et les gens de service21.

Soigner le corps

  • 22 Le gouverneur d’Humières était chevalier de l’ordre de Saint-Michel (à ce titre, il participa le 1 (...)
  • 23 Diane de Poitiers, après la mort de Jean d’Humières en juillet 1550, s’adressait à Madame d’Humièr (...)
  • 24 Bourdeille P. de, Mémoires contenant les Vies…, op. cit., p. 42. Voir également Wanegffelen T., Cat (...)
  • 25 Coste H. de, Les Eloges de nos Rois et des Enfans de France qui ont esté Daufins de Viennois, Comte (...)

11L’enfance des princes et des princesses de la Maison de France se passait donc souvent sans leurs royaux parents, loin de Paris, à Saint-Germain-en-Laye, à Fontainebleau et dans d’autres châteaux encore. Catherine s’entretenait de leur santé fréquemment auprès du gouverneur Jean d’Humières, qui devait cette place honorifique aux bons soins de sa parente Diane de Poitiers, future duchesse de Valentinois et favorite d’Henri II, qui ne manqua pas elle aussi, de correspondre avec le gouverneur de la Maison du petit François, pour s’enquérir des soins et de l’éducation des enfants, les recevant parfois dans son château d’Anet22. Leur santé fragile, passant par nombre de fièvres et de toux, requérait des personnes expérimentées comme Monsieur et Madame d’Humières, qui avaient eu dix-huit enfants mais aussi d’un médecin attitré, Jean Fernel, qui devait sa fortune au temps de la première grossesse de la Dauphine Catherine23. Brantôme, dans ses Vies des Dames illustres, évoquait une race de femmes (celle des Médicis) « tardives à enfanter » mais il faisait également allusion à une torsion du sexe du Dauphin (futur Henri II), qu’il « avoit son fait tort, et qu’il n’estoit pas bien droit, et que pour ce la semence n’alla pas bien droit dans la matrice, ce qui empeschoit fort de concevoir24 ». François Ier et le Dauphin Henri, s’inquiétant de la stérilité de la Dauphine après dix ans de mariage, « firent chercher des médecins par tout le Roiaume, et principalement à Paris, où il y en avoit lors un bon nombre de doctes et experimentez, afin de voir s’il y auroit moien que la Daufine eust lignée du daufin son mary ». Le choix se porta sur la personne de Jean Fernel, « Picard, qui a esté de son temps l’Hypocrate et le Galien des François » et recommandé sans doute par Diane de Poitiers. Peu de temps après, tandis que Fernel, en toute sagesse, n’avait que préconisé la pratique du Dauphin, aidé de la volonté divine, la Dauphine se sentit grosse dès le mois d’avril 1543. Elle lui envoya dix mille écus et le couvrit de prodigalités après la naissance25.

  • 26 Vallambert S. de, Cinq Livres, De la manière de nourrir et gouverner les enfans des leur naissance, (...)
  • 27 Ibid., Livre 1, chapitre 2.

12Dans le cadre de chaque naissance, des nourrices étaient affectées auprès des enfants royaux et bénéficiaient encore des largesses du couple royal ou de leur protectrice Diane de Poitiers, une fois leur mission accomplie. Elles jouaient un rôle essentiel pour l’enfant et l’accouchée. D’après le médecin Simon de Vallambert, qui dédia en 1565 à Catherine un traité sur La Manière de nourrir et gouverner les enfants dès leur naissance, l’allaitement par la mère pouvait représenter un danger « par la sentence des ordures qui sortent de l’enfant », ordure contagieuse mais aussi une nuisance fatigante en raison des cris et des pleurs, sans compter la menace pesant sur la vie conjugale, réduite à l’abstinence et au dégoût physique de ces « mamelles augmentées et pendantes et baveuses de lait26 ». Les nourrices avaient donc cette fonction de préserver le couple et la santé de la mère. Mais leur devoir était surtout envers l’enfant, auquel elles devaient prodiguer toutes sortes de soins. Elles devaient ainsi éveiller les sens des nourrissons, leur odorat comme leur ouïe, et surtout fournir un bon lait pour leur croissance. Le choix était donc important, déterminé d’abord par l’âge, entre 25 et 35 ans pour la « vigueur de jeunesse, de santé et de perfection », et la complexion du corps était une information suffisante sur sa bonne santé : un cou fort, une poitrine puissante et large voire assez ferme pour garantir sa « vertu lactifiante », de gros muscles, bien en chair mais point trop. Le physique devait inspirer confiance tout autant que les bonnes mœurs devaient être louables pour apporter à l’enfant tout l’équilibre nécessaire à sa croissance, au contact d’une nourrice diligente, allègre, gracieuse, sobre, joyeuse et chaste avant tout27. Diane de Poitiers, dame d’honneur de la reine, assista aux accouchements puis attribua des nourrices aux enfants et contrôla les officiers des Maisons.

  • 28 Guiffrey G., Lettres inédites de Diane de Poitiers… op. cit., p. 85.

13Madame d’Humières veillait sur leurs bonnes mœurs, contrôlant leur alimentation et leur lait. La substance du lait devait se situer dans la moyenne, entre le fin et l’aigre ou encore entre le léger et l’épais. Un mauvais lait entraînait le plus souvent un changement de nourrice comme en mai 1551, tandis que le duc d’Orléans, Charles-Maximilien, manifestait des « émotions » liées à celui de sa nourrice. Diane de Poitiers conseilla alors de lui en donner une autre ou d’améliorer son lait, en lui faisant reprendre de bonnes habitudes alimentaires, « par faute de ce qu’elle n’a pas vescu comme elle avoit acoustumé faire », et encore de la soigner à la bière ou au « sitre28 ». La nourrice devait en effet mener une vie saine, faisant modérément de l’exercice, se nourrissant de viandes et de pain de froment mais en évitant les poissons de « vase », les œufs trop cuits, les épices, la moutarde, ou encore la roquette.

14Après sa naissance, l’enfant était baigné, malaxé et emmailloté de façon lâche mais sans trop. Dormant dans une pièce à l’air tempéré et peu claire, il était attaché par une bande dans son berceau. Simon de Vallambert, dans son traité de puériculture, attribuait deux missions aux nourrices, celles de favoriser l’endormissement et de mettre à la bouche, pour nourrir avec du lait, pour conforter avec de la thériaque ou pour purger avec du miel ou de l’huile d’amande douce sucrée. La nourrice devait allaiter l’enfant à la demande et lui prodiguer des soins quotidiens. Le bain était fortement conseillé, entre autres pour ramollir les membres et favoriser ainsi leur croissance. Le moment le plus propice était le matin après une bonne nuit, l’estomac étant reposé, mais Vallambert le préconisait deux à trois fois par jour tant que l’enfant ne marchait pas, après quoi il fallait veiller à les laver de leurs « sueurs » jusqu’à sept ans. Le bain devait être suivi d’un massage de tout le corps pour en façonner les membres. De la même façon, la tête devait être frottée avec un linge souple les premiers jours après la naissance puis peignée dès l’apparition des cheveux. Le corps restait emmailloté jusque vers trois ou quatre mois puis ses bras étaient libérés pour prendre des brassières ou une chemise. La tête devait être couverte et bandée d’un béguin ou d’une petite coiffe pour le préserver des rhumes. Vers un mois, un bonnet devait être mis sur le béguin, en taffetas ou satin en été et en fine laine l’hiver. La tâche des nourrices ne consistait pas seulement à soigner le corps mais aussi à en éveiller les sens en le faisant rire, chanter, danser, sauter et en lui prodiguant de la tendresse, « le dorelottant ». Pour Vallambert, il s’agissait d’exercer et de « récréer » l’enfant pour stimuler ses parties sensitives tout en prenant garde de le « bien considerer », c’est-à-dire d’être attentif à ses besoins pour éviter à tout prix cris et pleurs.

  • 29 Ibid., p. 73, lettre de Montmorency, (BnF ms fr., 3116, fol. 85).
  • 30 Ibid., p. 21.

15Les bons soins des nourrices et de la gouvernante n’empêchaient pas le pire de se produire. Le petit duc d’Orléans, Louis, âgé de 20 mois, était mort le 24 octobre 1550, et la gouvernante recevait l’ordre de disposer à sa guise des meubles de sa chambre. Le connétable de Montmorency l’assurait que le roi et la reine, malgré leur « ennuy », lui savaient « fort bon gré de la continuelle peine et sollicitude qu’ilz sçavent que vous avez prise alentour de sa personne jusques à sa mort29 ». La mort frappa en bas âge trois des dix enfants du couple royal. Or après le décès d’un enfant ou après son sevrage, la nourrice était en principe maintenue sur l’état de la maison princière, continuant à recevoir les prodigalités de leur maîtresse, Diane de Poitiers, qui adressait des présents aux anciennes nourrices de François et d’Élisabeth en février 1548. Elle aurait souhaité alors retenir l’ancienne nourrice de la princesse pour Madame Claude mais Catherine de Médicis s’était empressée de faire son choix30.

  • 31 Ibid.
  • 32 BnF, ms fr., 3116, fol. 5.
  • 33 BnF, ms fr. 3128, fol. 20.

16Le gouverneur et son épouse entretenaient la favorite de la santé des enfants, et elle se trouve tantôt fort aise quand « Messieurs et Mesdames se portent si bien », tantôt préoccupée de leurs maux et de leurs remèdes mais sans atermoiements31. Le 27 décembre 1547, elle écrit à Jean d’Humières, son « allyé », pour le réprimander de ne pas avoir averti le roi de la rougeole d’Élisabeth, ce dont il a été bien étonné. La nouvelle provient alors de Madame du Perron, épouse d’Antoine de Gondi, maître d’hôtel du roi. Elle fut attachée à la maison des enfants sous l’autorité de Madame d’Humières, en considération des alliances de la maison de Gondi avec celle des Médicis, fait rare puisque la reine n’avait pas la haute main sur la Maison des enfants. Le moindre incident pouvait être l’occasion de révéler les tensions entre la reine et la favorite par serviteurs interposés. La situation, embarrassante plus que dangereuse, nécessita une intervention de Diane qui s’empressa de rassurer son ami et allié qu’elle avait dit au roi que ses lettres, l’avertissant de la rougeole de la princesse, avaient dû être perdues. Les partis ne manquèrent pas d’utiliser les moindres failles, et voilà le rival de la favorite, le connétable de Montmorency, écrivant à Humières à la même date pour lui reprocher d’avoir trop tardé à informer le roi qui « a entendu que madame Elizabet a la rougeolle32 » et en a éprouvé du ressentiment. Montmorency et Diane, sans s’être concertés, envoyèrent au gouverneur le même jour, de la « licorne » (corne du narval) pour soigner le mal tandis que Diane dépêcha un autre de ses fidèles, le docteur Fernel et d’autres médecins de Paris « pour donner ordre qu’il n’en puisse venir inconvéniant33 ».

17Tout en s’entretenant des enfants, Diane de Poitiers semble aussi entretenir sa clientèle, réconfortant le gouverneur d’Humières à propos de la mésalliance de son fils ou lui prodiguant ses conseils sur la carrière ecclésiastique d’un autre. La même lettre renseigne sur les suites d’une maladie de la nourrice d’Élisabeth qui a abouti au sevrage de la princesse au début du mois de février 1549. Le roi, toujours attentif aux questions de santé touchant ses enfants, s’en était lui aussi informé, écrivant le 4 février 1549, depuis Nemours :

  • 34 BnF, ms fr. 3120, fol. 10 r°.

« Mon cousin, j’ay veu par les lectres que vous m’avez escriptes du jour de la Chandelleur, comme mon fils et ma fille estoient en bien bonne santé et que combien ma dicte fille eust esté sevrée à cause de la malladie de sa nourrice, laquelle outre cela avoit perdu le tétyn, néantmoins elle ne lessoit de faire bonne chère34. »

18Henri II insiste pour finir sur le plaisir qu’il a d’avoir des nouvelles de ses enfants et demande qu’on lui en envoie le plus souvent, avertissant le gouverneur de lui faire parvenir ses prochaines lettres à Fontainebleau où il se rend pour le baptême de la petite Claude. Le roi manifeste parfois, dans sa correspondance, l’impatience qu’il a de retrouver ses enfants et se montre souvent très soucieux de leur santé, attendant du gouverneur et de sa femme qu’ils agissent toujours au plus vite sans attendre ses recommandations. L’éloignement impliquait une correspondance nombreuse pour rendre compte de l’état des enfants au roi, à la reine, à la favorite et au connétable. Pour conserver la faveur du roi envers ses protégés, Diane de Poitiers ne cessait de rappeler cette impérieuse nécessité à ses « allyés », utilisant la petite cour pour y favoriser ses proches.

L’apprentissage de la civilité

L’esprit du don

  • 35 Paris L., op. cit., p. 354, reprenant le « petit estat » dressé par Élisabeth pour sa maison à Tolè (...)

19La reine parvint à imposer le choix du précepteur, Claude de Sublet, abbé du Palais Saint-Étienne35. Sous sa férule, les princesses ne reçurent pas une instruction moindre que celle de leurs frères, comme l’encourageait Ronsard dans cette ode dédicacée aux filles du roi ; Élisabeth, Claude et Marguerite. Le poète, évoquant la jeunesse par l’image de « trois arbrisseaux » « qui dessous leur mere croissent », flatte leur beauté naissante sous l’apparence de « trois beaux lys qui naissent à la frescheur des ruisseaux ». L’appartenance à la Maison de France, évoquée par les lys, est soulignée plus loin par la « race » rimant avec « grace ». La grandeur de leur majesté ne saurait cependant s’en tenir à leur beauté, d’où l’exhortation du poète à encourager les filles du roi à s’instruire :

« Mais que sert d’estre les filles
D’un grand Roy, si vous tenez
Les Muses comme inutiles,
Et leurs sciences gentiles
Dès le berceau n’apprenez ? »

  • 36 Ronsard, Œuvres complètes, I, Paris, Gallimard, 1993, p. 750-753.
  • 37 BnF, ms fr. 11 207, fol. 208-214. Le pupitre fut payé quatre livres et dix sous au menuisier Marce (...)

20La beauté et les riches atours ne durent qu’un temps tandis que la connaissance, « le sçavoir de la Muse », est éternelle, trompant la mort par la possible Renommée qui « trompette les renoms » et « Par tout espandra sans cesse/Les louanges de vos noms36. » La véritable réputation est celle de l’esprit qui traverse les siècles. Il fallait éduquer l’esprit, même celui d’une princesse. Élisabeth disposait à cet effet d’un pupitre en « bois de noyer pour servir à ladite dame quand elle étudie » et qui lui avait été confectionné en 1551, de même que les comptes de la petite cour pour cette même année font apparaître une dépense de cinq sous pour le calfeutrage d’une croisée du cabinet d’études de la princesse37. Élisabeth avait alors à peine cinq ans et les conditions matérielles de ses études étaient déjà en place. Trois ans plus tard, la jeune princesse poursuivait ses études avec assiduité, les partageant avec Claude et parfois avec Marie Stuart.

  • 38 L’historiographie méconnaît, en général, l’importance accordée à l’éducation des princesses qui ne (...)
  • 39 Céard J., « Liste des femmes savantes au XVIe siècle », dans Femmes savantes, savoirs de femmes. Du (...)
  • 40 Lettres latines de Marie Stuart Reine d’Écosse et Dauphine de France, BnF ms fonds latin Réserve 86 (...)

21Dans les lettres latines qu’elle adresse à Élisabeth, la reine d’Écosse confirme l’exhortation du poète en montrant à sa jeune « sœur » de huit ans, la renommée des savantes Élisabeth du temps passé38. Sur les cinquante-six lettres adressées à la princesse entre juillet 1554 et le 1er janvier 1555, quinze étaient consacrées à l’éloge de femmes instruites. Marie Stuart devait disposer de l’ouvrage de Ravisius Textor, l’Officinae publié en 1538, puisqu’elle reprit exactement l’ordre des femmes savantes citées par l’auteur dans les quelques pages de son livre consacrées aux muliares doctae. La jeune reine d’Écosse, âgée alors de douze ans, tentait de convaincre Élisabeth de l’utilité de s’instruire et des bienfaits qu’une femme pouvait en retirer, prenant ainsi position dans la querelle des femmes savantes39. Les modèles d’une possible renommée féminine devaient l’endurcir pour faire front aux garçons de la cour des Enfants, comme ses frères, qu’elle nomme les « mauvais deviseurs » ou « babillars » à prétendre que « c’est affaire aus femmes à ne rien sçavoir40 ». Elle apprend à la princesse les conditions de sa dignité, qui sont de servir par l’exercice des vertus apprises chez Érasme, Cicéron, ou Plutarque. Le message de la reine d’Écosse est clair : seule l’érudition peut apprendre à Élisabeth la véritable vertu du gouvernant, une vertu du don de sa personne à travers une geste d’amour. La portée platonicienne des lettres de Marie Stuart révèle la maturité politique d’une enfant de douze ans, éduquée pour être reine. Marie a l’intuition d’être une reine symphonique, accordant ses sujets mais aussi le devoir des gouvernants.

  • 41 Crouzet D., dans Le Haut Cœur de Catherine de Médicis, Paris, Albin Michel, 2005, souligne cette «  (...)
  • 42 Salazar P.-J., préface du Projet d’éloquence royale, Paris, les Belles Lettres, 1992, p. 14.

22Sa parole qui renvoie à un monde dont l’harmonie dépend des vertus du prince, a sans doute subi l’influence de Jacques Amyot, présent à la cour en 1554, pour y remplacer brièvement le précepteur Pierre Danès41. La coïncidence chronologique entre l’arrivée de Jacques Amyot à la cour des Enfants et la rédaction des lettres latines de Marie Stuart, peut sans doute permettre de voir une influence de l’helléniste sur la pensée politique de la jeune reine dont certains arguments sont repérables dans le Projet d’éloquence royale, rédigé par Amyot pour enseigner la parole royale aux jeunes ducs d’Orléans et d’Anjou, lorsqu’il devint officiellement leur précepteur en 155742. Marie Stuart, s’adressant à Élisabeth qui n’a que huit ans, a le désir sincère de lui communiquer sa soif d’apprendre, de se parfaire et bien souvent, il lui arrive d’admonester sa jeune « sœur » lorsque celle-ci se montre opiniâtre avec son précepteur, rechignant à suivre sa leçon ou à obéir, car la première vertu de celui qui commande est d’avoir appris à obéir. Les leçons de Marie sont pleines d’érudition humaniste, révélant l’usage précoce, chez les enfants royaux, du langage des tropes inspirés des fables d’Ésope et aussi, sans doute, des Métamorphoses d’Ovide. Mais, par-dessus tout, c’est une éloquence d’amour dont la jeune reine use pour faire don à Élisabeth de son expérience de la connaissance, elle qui signe ses lettres d’un « m’aimes autant que vous pourrez », « pour toujours », « celle qui vous aime ».

  • 43 ASMa, Gonzaga, dossier 647 : Stefano Guazzo à la duchesse de Mantoue, le 9 mars 1555.
  • 44 La vie, mort, et tombeau, de haut et puissant seigneur Philippe de Strozzi, chevalier des deux ordr (...)

23La « petite cour », comme il se disait alors, devait former une joyeuse compagnie de jeux mais aussi de civiles conversations. L’éducation du corps était certes très importante mais pas aux dépens de l’esprit, et chacun disposait de son précepteur, même les pages. Louis de Gonzague recevait une partie de ses leçons de son gouverneur Leonardo Arrivabene, qui n’était certes pas le seul à compter dans la formation du prince car en 1555, Stefano Guazzo, originaire de Casale, entra au service du prince mantouan et le conforta sans doute dans la pratique de l’aimable conversation, dont il publia un recueil en 1574 à Brescia, sous le titre bien connu de La Civil Conversazione. Les Italiens présidaient à de nombreux divertissements courtois, tout comme les poètes français. Stefano Guazzo se plaisait à informer la duchesse de Mantoue des comédies données par des Italiens à la cour de France ; une Ludici, comédie d’Agnolo Firenzuola ou encore cette Flora de Luigi Alamanni qui se joua huit jours de suite tant elle régala le roi et sa cour43. La culture dominante des garçons de la petite cour était chevaleresque, préférant sans doute aux comédies inspirées de l’Arioste, les simulacres de combats aventureux, dignes des romans de chevalerie dont leur culture était tout imprégnée. Torsay, gouverneur du jeune Philippe Strozzi qui a rejoint le Dauphin vers 1547, rend compte aimablement des divertissements de la petite cour, soulignant la profonde affection du futur François II pour le fils du Maréchal, « Strozze », de deux ou trois ans son aîné44. Le Maréchal Strozzi avait obtenu du roi de placer son fils auprès du Dauphin et lui avait donné pour gouverneur le sire de Torsay. À Saint-Germain-en-Laye, la cour des Enfants comprenait une suite nombreuse de jeunes nobles, des « plus illustres maisons de France » :

  • 45 Ibid., p. 408.

« Il faisoit beau voir ceste petite cour (car ainsy l’appeloit-on par différence de celle du Roy), non ambulatoire comme la grande de Sa Majesté, mais sédentaire et séparée, et le plus du temps resseante [habitant] à Saint-Germain-en-Laye, qui estoit d’ailleurs une vraye escole de gentillesse et généreux exercices ; mesmement, après que monseigneur le Daufin et cette jeune noblesse commençèrent à avoir de la force, y ayant maistres enseignans à danser, à voltiger et tirer des armes, sans les particulières estudes des lettres, musique, mathématiques, voire la peinture ; mesmemant pour l’ingenierie, et semblables sciences bien séantes, voire necessaires à tels escoliers45. »

  • 46 Le Roman de Giron le Courtois fut publié en prose à Paris, en 1519. La BnF en possède une version m (...)

24Le gouverneur évoque les jeux des enfants, surtout ceux des garçons, sous la houlette de trois gentilshommes portés à la gaieté et aux exercices, simulant des combats de chevaliers dans le parc du château, des combats et des aventures dignes de chevaliers errants, tirés de l’Amadis de Gaule, des romans de la Table ronde, du Roland furieux, de Giron le Courtois et d’autres romans46. Plus aguerris, les jeunes hommes allaient jusqu’à se provoquer en duel (factice), et le gouverneur Torsay donne l’exemple d’un cartel sur le sujet d’un duel entre Strozzi et Jacques de Crussol, alors âgés de douze ou treize ans, sur le mode d’une déclaration d’amitié concurrente.

Dresser le corps

  • 47 Dubost J.-F., La France italienne, Paris, Aubier, 1997, p. 108.
  • 48 ASMa, Gonzaga, dossier 643, Leonardo Arrivabene à la duchesse de Mantoue, le 15 janvier 1550, Sain (...)
  • 49 ASMa, Gonzaga, dossier 643, idem ainsi que la lettre de Francesco Borsieri à la duchesse du 13 fév (...)
  • 50 ASMa, Gonzaga, dossier 645, lettre de Leonardo Arrivabene à la duchesse, le 22 février 1553, d’Amb (...)

25D’après les correspondances entre Leonardo Arrivabene, gouverneur de Louis de Gonzague, et sa mère Marguerite, duchesse de Mantoue et marquise de Montferrat, le jeune prince italien semblait dépasser les autres par son habilité et sa force physique. Il avait dix ans en arrivant à la cour des Enfants en 1549 et faisait figure d’aîné. Sa mère se montrait soucieuse de ses dévotions et le petit garçon ne témoignait que de cela avec déférence dans ses lettres autographes. Cependant, en grandissant, les goûts du prince allèrent plutôt aux jeux de la guerre. Dès 1550, Henri II avait d’ailleurs commis un maître d’armes de Mantoue, Ettore ou Hector Didasson47, pour enseigner le maniement de toutes les armes à Louis et aux autres pages48. Il était de tous les tournois, portant les couleurs du Dauphin, à la tête de bandes armées de jeunes pages. Durant ces trois ou quatre années, il eut souvent l’occasion de démontrer son habileté dans les combats à la lance ou à l’épée mais aussi lors des danses qui concluaient ces jeux guerriers. Bien souvent alors, le jeune Louis avait le privilège d’être le cavalier d’Élisabeth. La première fois, elle n’avait que trois ans et demi et fit cet honneur au prince de lui confier son voile pendant le tournoi, après quoi, il la fit danser49. Pendant ce temps, Henri II veillait à parfaire l’éducation de ses futurs lieutenants, et malgré les craintes avérées de Marguerite de Mantoue, sa mère, le jeune prince allait se mettre au service du roi dès 1554. En janvier 1553, en signe de grande faveur et alors que le prince n’avait pas quatorze ans, il participa pendant trois jours à des combats fictifs et mena une troupe assiéger un bastion pour fêter la prise de Metz et le retrait de l’empereur. Avant le combat, le roi lui avait fait ce grand honneur de rabaisser lui-même sa visière50.

  • 51 Duerr H.-P., Nudité et pudeur. Le mythe du processus de civilisation, Paris, Maison des Sciences de (...)
  • 52 Foucault M., Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975, p. 34, cité par Detrez C., op. cit., p. 1 (...)

26La cour des Enfants de France formait une petite société de princes où se forgeaient les amitiés et les solidarités à venir à la cour royale de leurs pères. Ce monde éclairé, dictant les modes, ne laissait pas les princesses dans l’ignorance de leur condition et bien au contraire les formait par une éducation attentive. Un bel esprit ne suffisait cependant pas à tenir le rang qui était le leur, il fallait également apprendre à régler leur conduite physique, acquérir la grâce de leur majesté. L’importance des conduites corporelles est à inscrire dans ce processus de civilisation décrit par Norbert Elias dans La Société de Cour. Dans sa volonté d’historiciser ce fait social, restreint à la cour, Elias entrevoyait l’incorporation de manières civilisatrices aboutissant à la maîtrise des pulsions, comme une forme de pacification des comportements inscrite dans l’histoire plus large de l’affirmation monarchique, une conséquence du monopole de la violence légitime par l’« État ». La sociologie historique de Norbert Elias, évolutionniste, s’appuyait sur une société de cour tardive, celle de Louis XIV et sur des traités de civilité qui auraient moins manifesté un renforcement du contrôle social sur l’individu, qu’un desserrement des contraintes, rendant nécessaire le rappel des règles de maintien qui appartiennent à toute société cherchant à refouler ou effacer les traces d’animalité, comme le démontre l’approche anthropologique de Hans Peter Duerr51. L’incorporation assujettissante décrite par Elias devint aussi le signe de l’affirmation monarchique, une sémiotique du genre, en créant un second corps qui est chargé de sens, une métaphore de la majesté. La corporéité des Enfants de France devait être soumise au même processus d’intériorisation de valeurs civilisatrices pour une maîtrise de leur être dans chaque acte quotidien. La discipline était alors enseignée, en grande partie, par l’exercice physique qui tend à redresser le corps pour lui donner toute son efficacité, ne devenant une « force utile que s’il est à la fois corps productif et corps assujetti52 ».

  • 53 Clarisse Strozzi était arrivée à la cour des Enfants, avec son frère Philippe, en 1547, voir La vi (...)
  • 54 Tommaseo M.-N., Relations des ambassadeurs vénitiens sur les affaires de France au XVIe siècle, Par (...)
  • 55 BnF, Estampes, Rés. Ad 105. Voir Ehrmann J., Antoine Caron, Paris, Flammarion, 1986 [1955].
  • 56 Orgel S., The Illusion of Power : Political Theater in the English Renaissance, Los Angeles Univers (...)
  • 57 Ffolliott S., « Catherine de’Medici as Artemesia : Figuring the powerful widow », dans Ferguson M. (...)
  • 58 Castiglione B., Le Livre du Courtisan, Paris, GF Flammarion, d’après la traduction de Gabriel Chapp (...)

27Élisabeth partagea cette éducation avec Clarisse Strozzi, la fille du Maréchal, s’adonnant aux jeux et aux exercices corporels, pour les préparer à assumer leur rang à la cour53. L’exercice physique était à la mode, comme le soulignait l’ambassadeur vénitien Jean Cappello à propos d’Henri II qui aimait monter à cheval après avoir dîné et tenu conseil, « aussi bien pour distraire son esprit que pour exercer son corps54 ». L’art équestre et les arts martiaux occupaient une place importante dans l’éducation du prince, portant la promesse de la grandeur du futur roi. Les témoins de l’époque, courtisans mémorialistes ou les étrangers, s’intéressaient peu aux faits et gestes des princes et des princesses qui ne passaient eux-mêmes que de brefs séjours à la cour. Le faible intérêt des contemporains contraste avec l’importance accordée par ailleurs à cette éducation et à la publicité éventuelle qui pouvait en être faite, comme c’est le cas avec le manuscrit illustré par Antoine Caron, l’Histoire de la reine Artémise, entre 1563 et 1570, et consacré entre autres à l’éducation corporelle de Charles IX. Les neufs dessins évoquent L’équitation, L’Escrime, La Prise d’un fort, Les Manœuvres d’armée, Les Manœuvres navales, La Natation, La Barre et le saut, La Chasse au cerf, La Chasse au sanglier55. Le manuscrit était dédié à la reine mère Catherine, comme un éloge à la valeur et à la sagesse de la mère qui ressortent à travers l’éducation donnée au fils. Croyant dans le pouvoir de l’art de persuader, Catherine de Médicis, devenue la veuve du feu roi Henri II, devint une icône endeuillée et son habit noir donna une consistance à sa légitimité56. Ce fut sans doute pour établir un signe fort de la légitimité de la reine mère, que Nicolas Houel, apothicaire parisien, lui présenta son histoire d’Artémise, connue à la Renaissance par le De Claris mulieribus de Boccace. Il s’agissait de mettre Catherine en miroir avec la reine Artémise, toutes deux veuves et femmes de pouvoir. Les dessins d’Antoine Caron démontraient la capacité de la reine mère à gouverner, dans des postures de maître officiant à l’éducation physique de son fils. La leçon d’équitation rétablit d’ailleurs la figure paternelle avec la statue monumentale d’Hercule tandis que la reine, de dos, a la posture du maître et que le jeune Charles IX fait faire la courbette à son cheval57. Il est roi depuis décembre 1560, seulement âgé de neuf ans. L’œuvre manuscrite, préparée pour la majorité effective en juin 1563, est aussi un discours légitimateur des capacités du roi à assumer le gouvernement, faisant la publicité d’une éducation porteuse d’espérance, et les dessins d’Antoine Caron rendent compte par l’imagination, de la puissance physique de ce roi montré en un âge qu’il n’a pas encore atteint, tel un demi-dieu dont la force égale la vertu. Cette force emblématisait l’autorité nécessaire pour s’affirmer auprès des Guises qui avaient investi l’autorité royale. L’éducation physique du prince n’était pas sans rappeler celle du courtisan préconisé par le comte Ludovico de Canossa dans Le Courtisan de Baldassar Castiglione, insistant sur « la principale et profession du courtisan [qui] doit être celle des armes » ou encore « qu’il sache tous les exercices du corps qui appartiennent à un homme de guerre ». La chasse était alors « un plaisir de grand seigneur » et un moyen de faire la démonstration de toute son habilité, celle d’un corps parfaitement exercé sachant « nager, courir, sauter, jeter la pierre58 ».

  • 59 LaFerrière H. de, Rapport sur les recherches faites à la Bibliothèque de Saint-Petersbourg, Paris, (...)

28L’équitation et la chasse n’étaient pas seulement des exercices masculins puisque les princesses, dès l’âge de six ans, possédaient déjà leur propre haquenée. Les femmes d’alors chassent et sont habiles, comme Diane de Poitiers ou encore Catherine de Médicis, qui importa la mode de monter à cheval une jambe sur l’arçon et non plus sur la planchette. Élisabeth fut elle-même une bonne cavalière, chassant le daim à l’arbalète dans les bois d’Aranjuez en compagnie de la sœur du roi Philippe II, doña Juana. Madame de Clermont, qui resta à son service dans sa maison, en témoigne, évoquant ses fréquentes promenades avec le roi, doña Juana, ou encore la princesse d’Éboli qu’elle fit monter à la française pour galoper ensuite longtemps après souper. La pratique française était alors inaccoutumée pour les femmes « qui ne vont jamais que sur mulle », si bien que le jour où Élisabeth fit venir deux haquenées pour faire monter la princesse à la façon française, celle-ci tomba, sans se blesser, « puis remonta sur une aultre où elle se tint un peu mieulx, la galopant assez bien, sur laquelle elle tyra de l’arbaleste à ung daim qu’elle blessa59 ». Les promenades à cheval étaient fréquentes et le roi possédait un haras de trois cents juments, selon Madame de Clermont, où les poulains, à la date du journal de la dite dame, furent marqués d’un « P et dun E couronnéz ».

Acquérir la grâce

  • 60 Castiglione B., op. cit., p. 51.
  • 61 Walker Freer M., op. cit., p. 10.

29Hormis l’équitation comme exercice du corps, la danse surtout, était un exercice devenu l’art de cour par excellence. Comme tout autre exercice physique, la danse permettait au corps de faire la démonstration de sa force, de sa maîtrise et par-dessus tout de sa grâce. Maître mot de l’éducation du corps, la grâce en était l’objectif ultime en tant qu’éloquence du beau. Le comte de Canossa ne préconisait-il pas au courtisan « d’aller au bal et qu’il danse, de telle manière toutefois que toujours il se montre homme d’esprit et discret, et qu’il ait de la grâce dans tout ce qu’il fait et dans tout ce qu’il dit » ? À quoi Cesare Gonzaga lui répondait que si « le Courtisan doit accompagner ses actions, ses gestes, ses manières, en somme tous ses mouvements, de grâce », c’est que « celui qui est pourvu de grâce est agréable60 ». Élisabeth et Marie Stuart rivalisèrent de grâce et d’élégance dans la pratique de cet exercice aulique. Le maître de danse était Paul de Rege, appointé par Henri II lui-même, et adressé à Monsieur d’Humières, gouverneur du Dauphin. Le roi le décrit comme un bon danseur, et mieux encore, comme il a entendu dire, un homme honnête et de bonne condition61.

  • 62 Mcgowan M. M., L’Art du ballet de cour en France. 1581-1643, Paris, cnrs, 1963, p. 30.

30Les recueils de musique abondent à cette époque. Ceux d’Attaignant, datant de 1529, comptaient des gaillardes, des pavanes, des basses danses et des branles, sans oublier l’accompagnement instrumental des luths, des guitares et des cistres, dont Adrian le Roy publia nombre des airs pour accompagner ces divertissements entre 1551 et 155862. La danse était alors liée à la musique, comme sa « modulation », mêlant le plaisir physique du corps en mouvement à celui de l’art musical. Les corps s’exercent car :

  • 63 Arbeau T., Orchésographie, metode et teorie en forme de discours et tablature pour apprendre a danc (...)

« Dancer c’est à dire saulter, saulteloter, caroler, baler, treper, trepiner, mouvoir et remuer les pieds mains et corps de certaines cadences, mesures et mouvementz, consistans en saultz, pliement de corps, divarications, claudications, ingeniculations, elevations, jactations de piedz, permutations et aultres contenances63. »

31La danse n’avait pas seule vertu d’exercice, elle apprenait le maintien du corps tout comme l’équitation ou encore les arts martiaux pour les garçons.

  • 64 Franko M., « Théâtralité du corps dansant », in Le Corps à la Renaissance, Actes du colloque de Tou (...)
  • 65 Franko M., « Théâtralité… », art. cit, p. 248. Voir également du même auteur « The notion of Fantas (...)
  • 66 Arbeau T., op. cit., fol. 3 v°.
  • 67 Ibid.
  • 68 Ibid., fol. 5 r°.

32Le maintien était la condition de la maîtrise de soi et la danse faisait œuvre de civilité en exprimant par la courtoisie des échanges dansés, un ensemble de comportements contrôlant les conduites brutales pour les rendre douces et affables. Le corps dansant propose une « théâtralisation » des mœurs polies comme une forme de dissimulation des pratiques souterraines de cour qui sont comme « autant d’indices de la vanité, de la folie ou même de la mélancolie ». La dissimulation des passions de cour proscrit les mouvements « impétueux et brusques64 ». Au-delà de codes convenus, la danse dressait le corps pour lui enseigner et faire paraître sa vertu et sa prudence, selon le principe de la Fantasmata, évoqué pour la première fois par Domenico da Piacenza, en 141665. Thoinot Arbeau, cité plus haut, maître de danse et d’exercices physiques en général, rendait habilement compte de cette nécessaire civilité par le corps pour intégrer toute société honnête. Son traité fut l’occasion d’un dialogue imaginaire avec un ancien élève, Capriol, qui se repent, auprès de son maître, de ne pas avoir persévéré dans les exercices corporels, autrement dit, de n’avoir appris la « civilité » dont, dit-il, « plusieurs escoliers se munissent, pour accompaigner leur scavoir, car estant de retour, je me suis treuvé ez compaignies, où je suis demeuré tout court sans langue et sans piedz, estimé quasi une buche de bois66 ». Le maître Arbeau sait que la solution pour un honnête homme de se faire apprécier de la compagnie est à portée de main par l’éducation de l’esprit et du corps « […] lisant les livres françois pour vous aiguiser le beq, et aprenant l’escrime, la dance, et le jeu de paulme, pour avoir familiarité avec les hommes, et les dames67 ». Mais l’ancien élève Capriol hésite, car s’il a acquis la certitude que la danse est indispensable pour plaire aux demoiselles, il n’ignore pas qu’elle est mal considérée par ceux qui lui reprochent de nuire à la gravité. Dans une société où la cour fixe les modes, celle des ballets par exemple, la pratique singée des mœurs aristocratiques n’efface pas les limites des mondes qui s’y adonnent, limites souvent rappelées par les moralistes condamnant les excès qui font perdre la décence. Et Arbeau de répondre à son ancien élève, se faisant l’écho des propos moralisateurs : « La dance ou saltation est un art plaisant et proffitable, qui rend et conserve la santé, convenable aux jeunes, aggreable aux vieux, et bien seant à tous, pourveu qu’on en use modestement en temps et en lieu68. »

  • 69 Ménestrier P., Des ballets anciens et modernes selon les règles du théâtre, Paris, René Guignard, 1 (...)
  • 70 Ibid., p. 31.
  • 71 Ibid., p. 41.
  • 72 Arbeau T., op. cit., fol. 5 r°

33Un siècle plus tard, le Père Ménestrier, dans un traité très platonicien, rendit à la danse ses vertus civilisatrices, et en fit le signe distinctif de l’éducation, à l’égal de la connaissance des sciences et de la musique. La danse est un exercice nécessaire à la santé et conservation du corps, si bien que Platon lui-même préconisait des temps de réjouissances et de fêtes pour délasser les corps mais sans les considérer comme de simples amusements sinon nécessaires « pour donner la grâce aux actions, et à tous les mouvemens, […] et qu’avant qu’on formât l’esprit par l’étude des sciences, on apprit la musique pour regler la voix, et la dance, pour donner à toutes ces actions un air noble et une certaine grace qu’on trouve rarement en ceux qui n’ont jamais appris cet exercice69 ». La civilité platonicienne est ce contrôle de soi, cette « justesse de l’Harmonie » que l’exercice règle en libérant « les faillies impetueuses » de la jeunesse « qu’il seroit malaisé de retenir ». La danse permet en effet, d’après Ménestrier, de modérer quatre passions dangereuses : la crainte et la mélancolie sont modérées par la souplesse et légèreté acquises par le corps dansant, tandis que la colère et la joie sont tempérées par la cadence des mouvements réglés70. Elle acquiert cette importance dans les conduites de soi par sa fonction de faire croire au paraître de civilité par un discours scénographié. Pour les théoriciens de la danse, celle-ci est une rhétorique de l’âme, exprimant « la nature des choses, et les habitudes de l’âme71 ». Elle est une éloquence intérieure, selon Ménestrier, par la souplesse et l’adresse qui donnent un air noble et une certaine grâce, tout comme pour Arbeau, glosant les doctes, « la dance est une espece de Rhetorique muette, par laquelle l’Orateur peult par ses mouvements, sans parler un seul mot, se faire entendre, et persuader aux spectateurs, qu’il est gaillard digne d’estre loué, aymé et chery72 ». Une oraison pour soi-même en genre démonstratif.

  • 73 Jonge K. de, « El emperador y las fiestas flamencas de su época (1515-1558) », in La fiesta en la E (...)

34La danse comme art comportemental enseigne cette compétence de la maîtrise de son corps, compétence nécessaire pour vivre à la cour. Cette expérience quotidienne de l’univers aulique, aux côtés de la reine mère Catherine de Médicis, était le devenir des princesses vers dix ans. Elles devaient dès lors démontrer la valeur de leur rang en s’adonnant à la danse lors des nombreux bals donnés à la cour des Valois. Les bals faisaient en général partie d’un ensemble festif qui durait plusieurs jours, les danses achevant généralement les journées dépensées en tournois, en aventures chevaleresques puis en banquet comme à Binche en 1549, fête renaissance par excellence qui devint un modèle du genre pour finalement renaître en France en 1565 à Bayonne. Ces fameuses fêtes de Binche s’étaient déroulées autour d’un événement principal, celui de la libération, par le prince Philippe, de chevaliers prisonniers de la « Torre peligrosa » dans le château enchanté du mage Norabroch. Cette aventure avait donné lieu à des tournois, des combats et des joutes pour enfin venir à bout du mage au terme de deux journées. La fin de l’aventure donna lieu, le 28 août 1549, à une mascarade dans le grand salon du palais bruxellois, qui consistait en un groupe de sauvages vêtus de peau faisant chacun le rapt d’une dame. Loin de signifier la fin des festivités, la mascarade annonçait l’aventure suivante, celle de l’assaut du bastion des sauvages, installé dans le pavillon de chasse de Marie de Hongrie à Mariemont. Le 30 au soir, la cour impériale fit medianoche et ce banquet mit un terme aux six jours de festivités73. Les fêtes de la Renaissance exprimèrent aussi ce procès de la civilité en opposant, dans l’esprit des romans de chevalerie, la barbarie des sauvages et des géants au monde civilisé du prince. À la cour des Valois, les fêtes ne se passaient pas non plus sans opposer la fureur des combats au raffinement métaphorique des ballets.

Les apparitions publiques

  • 74 Prunières H., Le Ballet de cour en France avant Benserade et Lully, Paris, Ianore, 1982, p. 38.

35Les expériences italiennes du début du siècle influencèrent les passetemps de la cour de France. Des représentations nouvelles empruntèrent aux mascarades florentines l’art des momeries sous forme de processions masquées, les canti, ou avec des chars, les trionfi, tandis que la mascherate, plus théâtrale, associait danse, musique et poésie. François Ier, ébloui par la culture italienne, avait fait venir artistes, baladins et musiciens tandis que la mode des masqueries à grand spectacle, joignant masques, chars et autres inventions, fit fureur sous Henri II74. À cette époque, la mise en scène s’est développée aux dépens de l’élément musical. Désormais la mascherate apparaît comme un long cortège de chars et de groupes travestis qui figurent des allégories ou des scènes mythologiques diverses. Ce défilé passe devant le roi et sa famille pour les saluer et au passage, leur déclamer des louanges. L’intervention des poètes de cour fut déterminante dans la conduite des ballets en leur donnant un sens métaphorique visant l’emblématisation qui élève à une réalité supérieure. La réalité crue de ce qui est sublimé par l’allégorie est comme élevée à une totalité souveraine du sens. Cette élévation par le discours allégorique ou par des tropes divers, accède à la compréhension du public en empruntant à la culture emblématique tirée de la Bible, des mythes et des fables ou encore des romans de chevalerie, tout un lexique de figures qui deviennent les masques des ballets.

36En 1554, Catherine de Médicis ordonna une mascarade pour le retour du roi de Saint-Germain-en-Laye. Mellin de Saint-Gelais (vers 1487-1558), poète par excellence des fêtes de cour sous Henri II, organisa cette mascarade de « six dames jeunes et petites », habillées en sibylles « pour donner passe-temps au Roy ». Madame Élisabeth de France qui tenait, avec la dignité de ses huit ans environ, le rôle de « Sibylle Cumane Amalthée » s’adressa au roi son père en ces termes poétiques :

  • 75 Saint-Gelais M. de, Œuvres poétiques, Lyon, Antoine de Harsy, 1574, p. 13. Brantôme, dans ses Mémoi (...)

« De quoy peut mieux honnorer Amalthée
L’heureux retour du grand Roy de la France,
Que d’un octroy de paix et d’abondance
Apres victoire en tous lieux exaltées75. »

37Élisabeth n’est pas Amalthée mais la voix de cette figure mythique, ou plutôt de cette chèvre qui nourrit autrefois Zeus et dont l’une des cornes devint la corne d’abondance. La princesse prête son corps à une mythification dont le sens est la prospérité et félicité acquises par les victoires des sièges des trois évêchés de Metz, Toul et Verdun, et plus récemment de la ville de Dinant au printemps 1554. Vinrent ensuite, empruntant leur nom à des sites enchanteurs, la signora Clarisse Strozzi – âgée de douze ans – célébrant les vertus de la reine sous le nom de « Sibylle Tiburtine », pour évoquer Tivoli, avec un discours placé sous le signe de la félicité, et la jeune Marie Stuart, âgée de douze ans également, prédit au Dauphin mille prospérités en sibylle delphique. Marguerite de Valois, sœur du roi, fut haranguée par Mademoiselle de Flamy en Sibylle Erythrée qui fit l’éloge de ses vertus comparables aux perles rares de ses rivages, et Monsieur de Lorraine par Madame Claude de France – (sept ans) – en Sibylle Libyque lui promettant bientôt la couronne de Jérusalem après celle de la Sicile. Enfin la Sibylle Phrygienne parla à Catherine de Médicis « pour l’enfant dont elle étoit grosse », et qui allait naître en mars de l’année suivante.

  • 76 Discours du grand et magnifique triumphe faict au mariage de tresnoble et tresexcellent Prince Fran (...)

38Les occasions de garder en mémoire des manifestations publiques d’Élisabeth furent rares. Elle aurait été appelée auprès de sa mère à la cour, ainsi que Claude, en 1554, mais elle ne tint véritablement sa première représentation que lors de la bénédiction nuptiale du Dauphin François, son frère, avec Marie Stuart, reine d’Écosse, à Paris, le dimanche 24 avril 1558. Dans la procession menant à la cathédrale, Élisabeth et ses sœurs, suivies des dames et demoiselles en grand nombre qui fermaient la marche royale, accompagnaient la reine de Navarre en se tenant derrière la reine Catherine, elle-même conduite par Condé. Ils précédaient le roi et la reine d’Écosse, derrière le Dauphin, le roi de Navarre et ses frères. La marche était ouverte par les cardinaux, les musiciens et les gentilshommes de la Maison du roi. Durant l’offertoire, les hérauts jetèrent des pièces d’or et d’argent, depuis l’endroit où se trouvaient le duc d’Anjou, Marguerite de Valois et les enfants. Après la bénédiction, le roi présenta au peuple la Dauphine, qu’il fit monter sur l’estrade dressée devant la cathédrale puis l’assemblée s’en alla dîner en la grande salle de la maison épiscopale. Vers les quatre heures, quittant le palais, un magnifique cortège passa le long du pont Notre-Dame pour retourner au palais par le Pont-au-Change. Les princes et les seigneurs étaient montés sur de grands chevaux parés de drap d’or et de toile d’argent, tandis que les princesses étaient portées en litières ou dans des coches découvertes, parées de même. La reine occupait la même litière que la Dauphine, escortées par les cardinaux de Lorraine et de Bourbon, et suivies du Dauphin, accompagné du duc de Lorraine et d’une suite de princes, de princesses et de damoiselles montées sur des haquenées accoutrées de velours cramoisi bordé d’or76. Au palais, à l’heure du souper, la famille royale était assise autour de la Table de Marbre et les maîtres d’hôtel firent les trois services au son des trompettes, des clairons, des tambourins et autres instruments de musique. Ce soir-là les viandes furent bonnes « sans trop de superfluité » et Élisabeth occupa une place de choix, à la droite de son père, son frère le duc d’Orléans et la reine de Navarre se trouvant assis entre eux deux.

39Le souper fut suivi d’un bal composé d’une mascarade de douze chevaux (artificiels) et de six navires, de « momeries », de balades et autres jeux et passe-temps :

  • 77 Godefroy T., op. cit., p. 8.

« Et les tables levées, la reine d’Ecosse… commença la danse, et prit Madame Elisabeth fille du Roy, et avoit ladite Espousée une queuë longue de bien six toises, que portoit après elle un Gentil-homme : Après elle dansoit la Reyne de France, Madame Marguerite sœur du Roy, la Reyne de Navarre, Mesdames filles du Roy, et autres Duchesses et Princesses, qu’il faisoit si bon voir pour leur beauté extérieure, grace, maintien, et richesse d’accoustremens d’or et de soye, que c’estoit chose admirable à la veuë. Après ladite danse finie, sortirent de la Chambre du Plaidoyé, appellée la chambre dorée, des Triomphes plus grands que ceux de Cesar, comme un chacun qui y estoit present a pû voir77. »

  • 78 Walker Freer M., op. cit., p. 39.

40Après le souper, Élisabeth fit sa première danse avec le marié montrant la dextérité avec laquelle elle maîtrisait sa longue traîne. Elle dansa ainsi une courante puis un menuet78. Les danses furent suivies d’un défilé, avec en premier les sept planètes habillées selon ce que les Poètes en dirent : Mercure, ailé et vêtu de satin blanc portant son caducée ; Mars en armes ; Vénus, etc., dansant et chantant le long de la salle sur une musique mélodieuse. Puis vinrent vingt-cinq chevaux, recouverts de draps d’or et d’argent montés chacun d’un prince vêtu de drap d’or, monsieur d’Orléans, monsieur d’Angoulême, les petits-fils de messieurs de Guise et d’Aumale, accompagnés d’un grand nombre de gentilshommes tirant des chars musicaux. Deux belles haquenées blanches, menées par un gentilhomme, traînaient un char à l’antique portant des musiciens, suivis de licornes montées par des princes et de nouveau un char triomphant sur lequel, neuf muses des plus belles précédaient une nouvelle série de chevaux d’osier et tout ce spectacle dura deux heures. Après quoi, les princesses dansèrent de nouveau une demi-heure. Sortant ensuite de la salle des Requêtes, six navires bien agrémentés poussés par un vent artificiel, ayant mat et voile d’argent et passant devant la Table de Marbre, les princes d’or et d’argent firent monter à leur bord, tout à tour, les membres de la famille royale et les emmenèrent se coucher.

41La majesté acquise par l’éducation et l’exemple de la cour fut récompensée par quelques vers de Ronsard qui célébra les trois princesses par un éloge des trois grâces :

« Mais de quels vers pleins de grace
Vous iray-je decorant ?
Chanteray-je vostre race,
Ou l’honneur de vostre face
D’un teint brun se colorant ?

Divin est votre lignage ;
Et le brun que vous voyez
Rougir en vostre visage
En rien ne vous endommage
Que très belles ne soyez.

  • 79 Ronsard, À mes Dames filles du Roy Henry Deuxième, Le troisième Livre des Odes, VI, Paris, Gallimar (...)

Les Charités sont brunettes ;
Bruns les Muses ont les yeux,
Toutefois belles et nettes,
Reluisent comme planettes
Parmy la troupe des Dieux79. »

42Ronsard fait l’éloge d’une cour olympienne où les rois sont des Dieux et leurs enfants, les héritiers d’un lignage divin dont Ronsard hésite à louer la « race » ou la beauté qui elle-même élève les princesses au rang de divinités, étincelantes malgré, souligne le poète, le teint mat et les yeux bruns de ces Muses royales qui inspirent les poètes de cour en un temps où la blancheur est reine. Admises à la cour de leur parent, les princesses entrent de plein droit dans cette rhétorique poétique de la louange et participent aux événements récréatifs programmés par les poètes comme Ronsard ou encore Mellin de Saint-Gelais.

43Malgré l’éducation rigoureuse de ces enfants princiers pour en faire des corps politiques maîtrisés, il n’en restait pas moins des enfants en accédant à des dignités plus élevées. Tout l’enjeu de leur éducation consistait alors en leur capacité à devenir ce qu’ils avaient toujours été : des rois et des reines renonçant à une grande part de leur humanité, consentant au don de leur personne pour gouverner. Élisabeth allait devoir apprendre à devenir espagnole et son transfert en Espagne, au début du mois de janvier 1560, la confronta à des pratiques réglées par le cérémonial espagnol, autre source de sa majesté.

Notes

1 Paris L., Négociations, lettres et pièces diverses relatives au règne de François II, Paris, Imprimerie royale, 1841, p. 893.

2 Les Mémoires de Mess. Martin du Bellay Seigneur de Langey, Paris, L’Olivier de P. L’Huillier, 1569, fol. 347-349.

3 Bourdeille P. de, seigneur de Brantôme, Mémoires contenant les Vies des Dames illustres de France de son temps, Leyde, Jean Sambix le Jeune, 1665, p. 176.

4 Calendar of letters, despatches and State papers relating the negociations between England and Spain… Henry VIII – 1545-1546, London, 1904, vol. VIII, p. 393 et 409.

5 La cour du Donjon avait été depuis peu réaménagée pour satisfaire « aux exigences de la vie de Cour » : en 1546, « l’escalier du roi détruit, les offices évacués, la chapelle achevée et la salle de bal édifiée, Fontainebleau possédait enfin une cour intérieure digne du programme palatial voulu par François 1er ». Voir Boudon F. et Blécon J., Le Château de Fontainebleau de François 1er à Henri IV : les bâtiments et leurs fonctions, Paris, Picard, 1998, p. 45.

6 Godefroy T., Le Ceremonial françois, Paris, Sébastien Cramoisy, 1649, t. II, p. 147. Théodore Godefroy reprend sans doute le récit conservé aux archives nationales de France, sous la cote K 1715, no 10. Il existe également un récit des fêtes du baptême de la main de l’ambassadeur espagnol Juan de Saint Mauris pour le prince Philippe, portant la date du 16 juillet 1546, AGS Estado, Francia, K 1486, no 456.

7 Detrez C., La Construction sociale du corps, Paris, Le Seuil, 2002, p. 181.

8 Schilling R., Rites, cultes, dieux de Rome, Paris, Klincksieck, 1979, p. 49 : c’est par un rituel bien défini que le devotus était consacré. Ce dernier, assisté par un pontife, prononçait une prière solennelle pour consacrer par exemple, l’armée ennemie à la défaite, et lui-même se consacrait comme gage de la parole divine. La promesse de sa mort devait permettre la réalisation de sa prière et la faveur des dieux se réaliserait par sa mort, scellant ainsi la consécration.

9 D’après un manuscrit de la BnF, receuilli par Guiffrey G., Chronique du Roy Françoys premier de ce nom, Paris, Jules Renouard, 1860, p. 365-383 : La fête dura une dizaine de jours, commençant dans une forêt où fut aménagé un théâtre pour le jeu de la bague, suivi de combats à l’épée. Quatre jours plus tard, d’autres festivités eurent lieu dans un grand pavillon de toile d’azur, confortablement aménagé à Châtellerault pour les noces. Ce fut une succession de neuf momeries consistant en des mascarades ou déguisements divers de cordeliers, Turcs, Autruches, etc. et dont chaque entrée était suivie d’un bal. Le lendemain, sur le soir, princes et seigneurs entrèrent en lice pour un tournoi qui dura quatre heures. Les jours suivants se passèrent en procession solennelle, combats profanes et festin dans la salle du château aménagé de façon sylvestre pour évoquer l’univers des chevaliers errants combattant après avoir provoqué l’adversaire sur son perron (base carrée ou colonne portant une devise que chaque combattant devait toucher de sa lance pour entamer le combat). L’univers festif de ces noces évoquait les bois, lieu de prédilection des combats singuliers et des aventures non moins singulières de chevaliers errants et autres paladins des romans de chevalerie comme l’Amadis de Gaule ou Le Roland Furieux de l’Arioste. Sur l’importance de la forêt dans la mythographie chevaleresque, voir Girlot V., Figuras del destino. Mitos y símbolos de la Europe medieval, Madrid, Ediciones Siruela, 2005.

10 La Ferrière H. de, Lettres de Catherine de Médicis, T. I, Paris, Imprimerie nationale, 1880, p. 26.

11 Ibid, I, p. 39 et 53.

12 Aymée Daucière apparaît des années plus tard dans les comptes de la maison d’Élisabeth en remboursement des frais de voyage de son mari et de leur fils Isaac qui vinrent deux fois lui rendre visite en Castille, dans AGS, CSR, Obras y Bosques, dossier 52, d’après González de Amezúa A., Isabel de Valois. Reina de España (1546-1568), Madrid, Gráficas Ultra, 1949, p. 17. Élisabeth semblait porter un intérêt affectueux à cette famille, prenant de leurs nouvelles dans sa correspondance avec sa mère, voir Paris L., Négociations…, p. 359, 704, 727, 813. WalkerFreer M., Elizabeth de Valois. Queen of Spain and the Court of Philip II, London, Hurst and Blackett, 1857, p. 9.

13 Trésorerie de Messeigneurs les enfants de France pour l’année 1550 et 1551…, BnF ms fr. 11207 (368 folios). Ruble A. de, dans La Première Jeunesse de Marie Stuart (Paris, 1891), avançait un nombre plus important de gagés, de trois cents à cinq cents.

14 Trésorerie… op. cit., fol. 81 v o.

15 Chatenet M., La Cour de France au XVIe siècle. Vie sociale et architecture, Paris, Picard, 2002, p. 214.

16 Chatenet M., « Le corps et le logis au XVIe siècle. L’exemple du château royal de Saint-Germain-en-Laye », in Le Corps à la Renaissance, Actes du colloque de Tours, 1987, Céard J., Fontaine M.-M. et Margolin J.-C., Paris, Aux Amateurs de Livres, 1990, p. 31-38.

17 Lettres inédites de Diane de Poitiers d’après les manuscrits de la Bibliothèque impériale, par Guiffrey G., Paris, Renouard, 1866., p. 35, note (I). Voir BnF ms fr. 3134, fol. 12 et pour les appartements de Saint-Germain-en-Laye, ms fr. 3120, fol. 69.

18 ASMa, Gonzaga, dossier 625, fol. 64 r° : Une instruction, non datée mais probablement de 1553, concerne le transfert de la maison du Dauphin à la cour, selon la résolution du roi, et les mesures à prendre pour permettre à Louis de Gonzague de tenir son rang dans la Chambre du Dauphin, soit de veiller au placement de chacun des serviteurs de sa suite. Louis de Gonzague était le troisième fils de Frédéric II de Gonzague, marquis de Mantoue, fait duc par Charles Quint, et de Marguerite Paléologue, marquise de Montferrat, parente des Valois par Anne d’Alençon. Mort prématurément en 1540, le duc Frédéric laissa son duché successivement à ses deux fils François et Guillaume tandis que le troisième fut envoyé à la cour de France selon les vœux de sa mère. Les correspondances datées de 1554 ne sont plus émises depuis Saint-Germain-en-Laye et désormais le prince écrit davantage à sa mère, des lettres plus longues marquées d’un style désormais plus personnel pour l’entretenir de ses projets auxquels le connétable semble fréquemment associé. Surtout, à partir de 1554 et ce jusqu’en 1560, certains serviteurs des Enfants sont inscrits sur l’état de la Maison de la reine et au titre de « gouvernante d’Élisabeth et de Claude » pour Françoise de Contay ou encore l’aumônier et précepteur Claude Millot [sic], « précepteur et maître d’école d’Élisabeth et Claude », dans BnF, Ms Clairambault 836, p. 2537-2631, mes remerciements à Marie-Ange Souriac pour cette dernière information. Ruble A. de, La Première jeunesse… op. cit., Paris, E. Paul, 1891.

19 De 1549 à 1559, Louis de Gonzague, son gouverneur Leonardo Arrivabene, son chapelain et quelques-uns de ses serviteurs entretinrent une abondante correspondance avec la duchesse de Mantoue : voir les onze dossiers no 625, puis 642 à 651 de la section « Gonzaga » des Archives d’État de Mantoue (ASMa).

20 ASMa, Gonzaga, dossier 625, fol. 25 et 38.

21 Trésorerie… op. cit., fol. 11 r° : La gouvernante touchait des gages de 1200 livres, exactement la moitié des gages touchés par le gouverneur son mari. Elle dirigeait alors un ensemble de vingt-cinq dames, demoiselles et femmes de chambre, parmi lesquelles Madame de La Marche était dame d’Élisabeth, ainsi que des nourrices, une lingère et le trésorier Jacques Bochetel, notaire et secrétaire du roi, receveur général de la maison de messeigneurs.

22 Le gouverneur d’Humières était chevalier de l’ordre de Saint-Michel (à ce titre, il participa le 10 février 1538, à la réception du nouveau connétable de France, Anne de Montmorency, voir Guiffrey G., Lettres inédites… op. cit., p. 237), gouverneur de Péronne, lieutenant général du roi en Dauphiné, Savoie et Piémont, choisi en 1546 comme l’un des gouverneurs de François duc d’Orléans, le futur Dauphin. Duchein M., Marie Stuart, (Paris, Fayard, 1987), dans son second chapitre, décrit la cour des Enfants de France, passant rapidement sur le rôle joué par la favorite du roi.

23 Diane de Poitiers, après la mort de Jean d’Humières en juillet 1550, s’adressait à Madame d’Humières, Françoise de Contay, la gouvernante des enfants. Dans sa correspondance, elle lui témoigne une confiance totale quant à sa capacité à régler les soucis de santé. Lorsqu’en mai 1551, Claude souffre d’une mauvaise toux, Diane rassure son « allyée » que la maladie n’est pas dangereuse puisque Élisabeth a souffert de la même, peu de temps auparavant et qu’en cette affaire, elle doit prendre ses résolutions seule et ne point douter. Diane de Poitiers la rassure en réitérant sa confiance dans une lettre du 11 mai 1551 : « Je me fieray plus en vostre oppinion que en celle des médecins, veu mesmement la quantité des enfans que vous avés heue. », Guiffrey G., Lettres inédites de Diane de Poitiers… op. cit., p. 83.

24 Bourdeille P. de, Mémoires contenant les Vies…, op. cit., p. 42. Voir également Wanegffelen T., Catherine de Médicis. Le pouvoir au féminin, Paris, Payot, 2005.

25 Coste H. de, Les Eloges de nos Rois et des Enfans de France qui ont esté Daufins de Viennois, Comtes de Valentinois et de Diois, Paris, Sebastien Cramoisy, 1643, p. 129. Figard L., Un médecin philosophe au XVIe siècle. Étude sur la psychologie de Jean Fernel, Paris, 1903.

26 Vallambert S. de, Cinq Livres, De la manière de nourrir et gouverner les enfans des leur naissance, Poictiers, Marnets et Bouchetz freres, 1565, p. 4.

27 Ibid., Livre 1, chapitre 2.

28 Guiffrey G., Lettres inédites de Diane de Poitiers… op. cit., p. 85.

29 Ibid., p. 73, lettre de Montmorency, (BnF ms fr., 3116, fol. 85).

30 Ibid., p. 21.

31 Ibid.

32 BnF, ms fr., 3116, fol. 5.

33 BnF, ms fr. 3128, fol. 20.

34 BnF, ms fr. 3120, fol. 10 r°.

35 Paris L., op. cit., p. 354, reprenant le « petit estat » dressé par Élisabeth pour sa maison à Tolède, ne cite pas Claude de Sublet, comme il se trouve fréquemment, mais « Maître Claude Gobelet, abbé du palais Saint-Estienne, qui a esté maître et précepteur de sa majesté, et pour ceste cause désire qu’il soyt retenu et continué en son estat de premier aumosnier, tant en prééminence et authorité que pour ses gaiges et nourriture. » L’état de la maison de la reine, conservé aux AGS, CSR, leg. 52, no 1, fol. 153 r°, fait mention d’un « Claude Subletz, Limosnero mayor » et l’aumônier signe d’ailleurs « Claude de Sublet ».

36 Ronsard, Œuvres complètes, I, Paris, Gallimard, 1993, p. 750-753.

37 BnF, ms fr. 11 207, fol. 208-214. Le pupitre fut payé quatre livres et dix sous au menuisier Marcel Frerot. Mes remerciements à Marie-Ange Souriac.

38 L’historiographie méconnaît, en général, l’importance accordée à l’éducation des princesses qui ne fut pas toujours donnée à l’ombre des frères. Voir par exemple Lazard M., « Femmes, littérature, culture au XVIe siècle en France », in Femmes et pouvoirs sous l’Ancien Régime, Haase Dubosc D. et Viennot E. (dir.), Paris, Rivages, 1991, p. 101-119.

39 Céard J., « Liste des femmes savantes au XVIe siècle », dans Femmes savantes, savoirs de femmes. Du crépuscule de la Renaissance à l’aube des Lumières, Genève, Droz, « Travaux du Grand Siècle », no XI, 1999, p. 85-94.

40 Lettres latines de Marie Stuart Reine d’Écosse et Dauphine de France, BnF ms fonds latin Réserve 8660, fol. 26 v°.

41 Crouzet D., dans Le Haut Cœur de Catherine de Médicis, Paris, Albin Michel, 2005, souligne cette « vertu des mots », l’importance de la parole comme politique d’amour de Catherine de Médicis à travers sa riche correspondance.

42 Salazar P.-J., préface du Projet d’éloquence royale, Paris, les Belles Lettres, 1992, p. 14.

43 ASMa, Gonzaga, dossier 647 : Stefano Guazzo à la duchesse de Mantoue, le 9 mars 1555.

44 La vie, mort, et tombeau, de haut et puissant seigneur Philippe de Strozzi, chevalier des deux ordres du Roy, Conseiller en ses Conseils d’État et privé, Capitaine de cinquante hommes d’armes, Colonel General de l’Infanterie française et depuis Amiral en l’armee de Mer, dressee par la Roine, Catherine de Medici, en faveur du Roy Don Antoine de Portugal, en l’an mil cinq cens quatre vingt deux Ou par occasion, se voit la bonne et genereuse nourriture de la jeune noblesse Françoise, sous les Roys Henry et François second, pendant son bas aage… par Torsay H. T. S. de, A Paris, Guillaume le Noir, 1608, dans Archives curieuses de l’histoire de France, par Cimber et Danjou, t. IX, Paris, 1836, p. 403-460.

45 Ibid., p. 408.

46 Le Roman de Giron le Courtois fut publié en prose à Paris, en 1519. La BnF en possède une version manuscrite enluminée datant du XVe siècle, ms 5243.

47 Dubost J.-F., La France italienne, Paris, Aubier, 1997, p. 108.

48 ASMa, Gonzaga, dossier 643, Leonardo Arrivabene à la duchesse de Mantoue, le 15 janvier 1550, Saint-Germain-en-Laye, Sur ce sujet, voir l’ouvrage de Pascal Brioist, Hervé Drévillon et Pierre Serna, Croiser le fer, Seyssel, Champ Vallon, 2002, p. 63 entre autres, sur la présence des maîtres d’armes italiens à la cour des Valois.

49 ASMa, Gonzaga, dossier 643, idem ainsi que la lettre de Francesco Borsieri à la duchesse du 13 février 1550, de Saint-Germain-en-Laye et dans le dossier 645, la lettre de Leonardo Arrivabene à la duchesse, du 19 janvier 1553, d’Amboise.

50 ASMa, Gonzaga, dossier 645, lettre de Leonardo Arrivabene à la duchesse, le 22 février 1553, d’Amboise.

51 Duerr H.-P., Nudité et pudeur. Le mythe du processus de civilisation, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1998, préface d’André Burguière.

52 Foucault M., Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975, p. 34, cité par Detrez C., op. cit., p. 112. Vigarello G., Le Corps dressé : histoire d’un pouvoir pédagogique, Paris, A. Colin, 2001 [1978].

53 Clarisse Strozzi était arrivée à la cour des Enfants, avec son frère Philippe, en 1547, voir La vie, mort, et tombeau… op. cit., par Torsay H. T. S.

54 Tommaseo M.-N., Relations des ambassadeurs vénitiens sur les affaires de France au XVIe siècle, Paris, Imprimerie royale, 1838, p. 373.

55 BnF, Estampes, Rés. Ad 105. Voir Ehrmann J., Antoine Caron, Paris, Flammarion, 1986 [1955].

56 Orgel S., The Illusion of Power : Political Theater in the English Renaissance, Los Angeles University of California Press, 1975, p. 40.

57 Ffolliott S., « Catherine de’Medici as Artemesia : Figuring the powerful widow », dans Ferguson M. W., Quilliga M., et Vickers N. J. (éd.), Rewriting the Renaissance. The Discourses of Sexual Difference in Early Modern Europe, Chicago and London, The University of Chicago Press, 1986, p. 175-190.

58 Castiglione B., Le Livre du Courtisan, Paris, GF Flammarion, d’après la traduction de Gabriel Chappuis (1580), 1991, p. 42-48.

59 LaFerrière H. de, Rapport sur les recherches faites à la Bibliothèque de Saint-Petersbourg, Paris, 1863, p. 20.

60 Castiglione B., op. cit., p. 51.

61 Walker Freer M., op. cit., p. 10.

62 Mcgowan M. M., L’Art du ballet de cour en France. 1581-1643, Paris, cnrs, 1963, p. 30.

63 Arbeau T., Orchésographie, metode et teorie en forme de discours et tablature pour apprendre a dancer battre le tambour en toute sorte et diversité de batteries, joüer du fifre et arigot, tirer des armes et escrimer, avec autres honnestes exercices fort convenables à la jeunesse, affin d’estre bien venue en toute joyeuse compagnie et y montrer sa dexterité et agilité de corps, Lengres, Jehan des Preyz, 1597 (1588), fol. 4 r°.

64 Franko M., « Théâtralité du corps dansant », in Le Corps à la Renaissance, Actes du colloque de Tours 1987, Céard J., Fontaine M.-M. et Margolin J.-C., Paris, Aux Amateurs de Livres, 1990, p. 246. Du même auteur, voir « Renaissance conduct Literature and the Basse Dance : The Kinesis of Bonne Grâce », in Persons in Groups. Social Behavior as Identity Formation in Medieval and Renaissance Europe, éd. Richard Trexler, Binghamton, Medieval and Renaissance Texts and Studies, 1985, p. 55-66.

65 Franko M., « Théâtralité… », art. cit, p. 248. Voir également du même auteur « The notion of Fantasmata in Fifteenth-Century Italian Dance Treatises », in Dance Research Annual, 17, New York, Congress on Research in Dance, 1987, p. 68-86.

66 Arbeau T., op. cit., fol. 3 v°.

67 Ibid.

68 Ibid., fol. 5 r°.

69 Ménestrier P., Des ballets anciens et modernes selon les règles du théâtre, Paris, René Guignard, 1682, p. 30.

70 Ibid., p. 31.

71 Ibid., p. 41.

72 Arbeau T., op. cit., fol. 5 r°

73 Jonge K. de, « El emperador y las fiestas flamencas de su época (1515-1558) », in La fiesta en la Europa de Carlos V, cat. Exposition du Real Alcázar de Sevilla, 19 septembre-26 novembre 2000, Sociedad estatal para la conmemoración de los centenarios de Felipe II y Carlos V, 2000, p. 49-71, p. 64.

74 Prunières H., Le Ballet de cour en France avant Benserade et Lully, Paris, Ianore, 1982, p. 38.

75 Saint-Gelais M. de, Œuvres poétiques, Lyon, Antoine de Harsy, 1574, p. 13. Brantôme, dans ses Mémoires, fait allusion à une autre mascarade de Saint-Gelais, intitulée « Sofonisba » du Trissino.

76 Discours du grand et magnifique triumphe faict au mariage de tresnoble et tresexcellent Prince François de Vallois Roy Dauphin, filz aisné du treschrestien Roy de France Henry second de ce nom : avec tresexcellente Princesse Madame Marie d’Estrevat Roine d’Escosse, n.d., n.f.

77 Godefroy T., op. cit., p. 8.

78 Walker Freer M., op. cit., p. 39.

79 Ronsard, À mes Dames filles du Roy Henry Deuxième, Le troisième Livre des Odes, VI, Paris, Gallimard, 1993, p. 751-752.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540