Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le corps d'une reine

 | 
Sylvène Édouard

Introduction

Texte intégral

1Née en avril 1546 au château de Fontainebleau, la princesse Élisabeth était le second enfant de Henri II et de Catherine de Médicis. Avec son frère François, sa petite sœur Claude et Marie Stuart, la jeune reine d’Écosse, elle passa son enfance le plus souvent au château de Saint-Germain-en-Laye et rejoignit la cour de ses parents vers 1554. Cinq ans plus tard, elle épousait le roi d’Espagne Philippe II, pour sceller la paix du Cateau-Cambrésis et l’alliance franco-espagnole, que seules des naissances pouvaient rendre pérenne. Elle mit au monde deux filles et souffrit dans sa chair de nombreuses fausses couches comme elle souffrit en son âme de n’avoir pu donner un fils. À vingt-deux ans, elle s’éteignit en accomplissant son devoir de perpétuation de la dynastie, accouchant d’une fille mort née.

  • 1 Reinhart K., Jene Lilien von Valois. Eine spanische königin in der Geschichte des 16. Jahrhunderts, (...)

2Le corps de la reine, celui d’Élisabeth de Valois, princesse de France et reine d’Espagne, fut l’objet d’une mise en scène, d’une représentation permanente, successivement en France, dans les châteaux royaux du Louvre, de Fontainebleau, de Saint-Germain-en-Laye et d’autres, puis en Espagne à la cour dite austère de Philippe II. La princesse avait quitté une cour festive et légère, mais récemment endeuillée par la mort de son père, lors du tournoi des Tournelles en juin 1559, à l’occasion de son mariage avec le roi d’Espagne, pour devenir ensuite reine d’une nation jugée cérémonieuse par ses contemporains. Dès son arrivée en Navarre espagnole, la jeune reine de treize ans incarna la Paix et eut ce privilège, rarement concédé aux reines consortes, d’être plus qu’un corps de chair, puisqu’elle fut de son vivant, la garante d’une paix enfin retrouvée. Les neuf années écoulées entre le palais de Madrid et les résidences agrestes du roi passèrent ainsi pour les plus heureuses du « sombre » Philippe II. Si Élisabeth bénéficia après sa mort d’une renommée certaine en Espagne, elle fut cependant le moyen, en France, de régler de vieux comptes avec la puissance ennemie, et elle devint pour les contempteurs français de l’Espagne du XVIIe siècle, le modèle même de l’innocence sacrifiée sur l’autel de la politique. La thèse du sacrifice odieux fut vite démontrée, entre autres par l’abbé de Saint-Réal dans son Don Carlos en 1672, lequel s’appuyait sur des documents avérés, mais dont l’interprétation fut très personnelle et reprise ensuite par Friedrich Schiller en 1787, puis dans l’opéra de Giuseppe Verdi en 18671.

  • 2 Prat A. T. du, Histoire d’Élisabeth de Valois reine d’Espagne 1545-1568, Paris, Plon, 1859 ; Forner (...)
  • 3 GonzálezdeAmezúa A., Isabel de Valois. Reina de España (1546-1568), 3 vol., Madrid, Gráficas Ultra, (...)
  • 4 Martínez Llamas A., Isabel de Valois, Barcelona, Círculo de Lectores, 2001, réédité en 2003.
  • 5 Rodríguez Salgado M. J., « « Una perfecta princesa ». Casa y vida de la reina Isabel de Valois (155 (...)

3Échappant aux fantasmes romantiques mais pas encore à son propre mythe, la jeune reine n’intéressa pas le genre biographique avant le milieu du XIXe siècle. Le marquis du Prat en 1852, et surtout Martha Walker Freer en 1857, avaient jeté les bases pour des approches qui gardaient toutefois un sérieux parti pris contre l’Espagne de Philippe II, comme l’ouvrage d’Henri Forneron édité en 18922. La publication de la remarquable biographie établie par González de Amezúa en 1949, fut la première à fournir un outil de recherche incomparable par son abondante documentation3. Malgré cette richesse documentaire et les précautions prises par l’historien, Élisabeth restait prisonnière de sa légende de reine aimée, une icône de la paix à laquelle fit récemment écho une biographie rédigée à la première personne4. Ce n’est que récemment, en 2003, que María José Rodríguez Salgado a dressé un portrait plus nuancé d’Élisabeth, insistant sur le peu de poids qu’elle eut dans sa propre Maison, dans les affaires diplomatiques et dans le cœur du roi5. Elle eut d’autant plus de mal à sortir de sa légende rose, de cette longue tradition historiographique, qu’elle était précocement entrée dans son propre mythe. Moins qu’une véritable reine, elle fut l’épouse du roi d’Espagne, une reina consorte dont le rôle politique ne devait pas dépasser les limites de son propre corps, et rester avant tout biologique. Sa mère Catherine de Médicis tenta bien de la faire peser dans les négociations entre les deux Maisons, mais elle se révéla peu efficace. Quant à son devoir d’enfanter un héritier, il n’en fut rien puisqu’elle mit au monde deux infantes et devait mourir lors d’une ultime fausse-couche.

  • 6 Wilson-Chevalier K. et Viennot E. (dir.), Royaume de fémynie. Pouvoirs, contraintes, espaces de lib (...)
  • 7 Dans la perspective des travaux d’Ernst Kantorowicz, et pour cerner le nombre de corps de la reine (...)
  • 8 Le domaine français n’est pas oublié grâce aux travaux actuels, dont ceux de Jean-François Dubost (...)

4Cet ouvrage s’intéresse à une femme qui fut proche du pouvoir mais ne l’exerça pas, au contraire de sa mère, Catherine de Médicis. Femme, mais avant tout reine ; reine, mais sans pouvoirs. Il est difficile d’inscrire Élisabeth dans une histoire du genre dont les nombreux travaux, surtout ceux des études médiévales, font rarement écho au sujet du corps de la reine6. Plus récemment, outre La reine de France de Fanny Cosandey, quelques études se sont intéressées aux reines, à leur corps et à leur rôle politique7. Le florilège de reines soumises à l’étude et la diversité des sujets sont autant de points de comparaison possibles avec Élisabeth pour écrire une histoire de son corps8.

  • 9 Cette école américaine était pluridisciplinaire, rassemblant des spécialistes tant de la psychiatr (...)

5Faire une histoire politique du corps consiste à retrouver les traces d’une communication des rapports de domination, induisant des techniques de mise en scène, des statuts mais surtout des acteurs et des espaces d’expression des corps. Cette histoire investit les questionnements d’autres disciplines comme la philosophie, la sociologie, l’anthropologie, la linguistique et surtout la sémiologie, comme l’avaient souligné les actes du colloque de Tours, consacrés au Corps à la Renaissance. Si Marcel Mauss exprima le premier l’idée de techniques corporelles dans l’acte de communiquer, celle-ci fut systématisée, en particulier dans les années cinquante et soixante, par les sociologues et les anthropologues américains du « collège invisible », dont les travaux portent les titres évocateurs de « rites d’interaction » ou encore de « présentation de soi9 ». Ils permirent une approche de cette mise en système des acteurs sociaux qui communiquent, impliquant une référence première, un espace premier, celui de la norme et de ses règles qui fixent une adaptation permanente du comportement. La norme n’est alors valable que pour l’individu désireux de s’y conformer, pour ne pas déroger au groupe auquel il appartient. Les traités de civilité du XVIe siècle, depuis Il Corteggiano de Castiglione (1528) jusqu’au Galatée de Giovanni Della Casa (1558), en passant par Le traité de civilité puérile d’Érasme (1530) et La Civile conversation de Stefano Guazzo (1574) n’ont fait qu’exprimer la préoccupation de l’époque pour les gestes pacificateurs, capables de maintenir la cohésion sociale.

  • 10 Mcclelland J., « Le corps et ses signes : aspects de la sémiotique gestuelle à la Renaissance », da (...)
  • 11 Crouzet D., Charles de Bourbon. Connétable de France, Paris, Fayard, 2003.
  • 12 Le Person X., « Practiques et practiqueurs ». La vie politique à la fin du règne de Henri III (1584 (...)
  • 13 Hong S. M., Habitus, corps, domination. Sur certains présupposés philosophiques de la sociologie de (...)

6Le corps est un puissant vecteur d’information et de communication qui agit selon les modes du paraître et des apparences, de la gestuelle, et s’inscrit dans des espaces qui lui confèrent des efficacités propres. Le corps est un langage, à la fois producteur et récepteur de signes par ses organes sensoriels. Or le geste est sans doute l’un de ces langages le plus perceptible et par conséquent le plus fréquemment relevé, dans le cadre de ce que John McClelland a appelé la sémiotique gestuelle, entendant par geste le mouvement du corps qui fait sens10. Toute la communication réduite au corps élabore un « habitus social » dans son contexte. Il communique des affects qui ont puissance de communication, comme l’a démontré Denis Crouzet à propos du corps malade du connétable Charles de Bourbon face au désamour de François Ier11. Cette démarche se retrouve ensuite au cœur de la thèse de Xavier Le Person avec plusieurs portraits de « pratiqueurs » qui usèrent des mots et de leur corps comme une stratégie de l’éloquence12. La tradition philosophique de réflexion sur le corps, de Bergson à Foucault, a inscrit le corps dans son rapport à autrui pour établir son habitude entre obligation sociale et conscience de soi. Pierre Bourdieu, à la suite de Michel Foucault, devait à sa façon circonscrire le corps communiquant aux rapports de domination13. Dans le cas des corps royaux, dont certains champs restent à explorer, le corps de la reine avait cette fonction d’être le miroir d’une dignité incarnée, capable d’exprimer sa majesté et sa grandeur d’âme. Il avait aussi une fonction d’éloquence pour communiquer un ordre royal en aménageant des espaces symboliques, voire ritualisés autour de lui. Surtout, les corps royaux fabriquaient du sens et devenaient une fiction engendrée par leur désir politique.

  • 14 Schmitt J.-C., La Raison des gestes dans l’Occident médiéval, Paris, Gallimard, 1990.

7Le corps, ses gestes compris, relève de dispositifs visuels qui ont laissé des traces propres à devenir un matériau de l’histoire14. La documentation repose essentiellement sur des correspondances, des lettres et des mémoires, sources d’information précieuses mais parfois biaisées et nécessitant de nombreux recoupements. Ces lettres, d’une mère et de sa fille, d’une reine et de ses ambassadeurs (Sébastien de L’Aubespine jusqu’en 1562, Jean Ébrard seigneur de Saint-Sulpice de 1562 à 1565, et enfin le Toulousain Raymond de Beccarie, sieur de Fourquevaux, de 1565 à 1572), puis de ces autres ambassadeurs avec leur cour d’origine, sont avant tout politiques pour informer mais aussi pour contrôler. D’autres pièces plus officielles furent aussi des productions de la cour, comme les documents comptables, les pièces juridiques, les inventaires, et les règlements pour la Maison de la reine. Cette histoire du corps royal doit aussi beaucoup aux chroniques, puisqu’il fut en grande partie déterminé par la chronologie des événements de son règne, aux mémoires personnels des témoins de son temps comme Brantôme. Enfin, cette étude repose aussi sur les ouvrages imprimés dans la première moitié du XVIe siècle, qui abordèrent les manières du corps pour réprimer, éduquer ou soigner. Les sujets traités par ces imprimés sont utiles pour contextualiser les préoccupations de l’époque à l’égard du corps mais en aucun cas, ils ne permettent de banaliser celui de la reine, car elle ne saurait être une femme comme les autres.

  • 15 Agamben G., Homo Sacer. Le pouvoir souverain et la vie nue, Paris, Le Seuil, 1997.

8Le problème qui est posé par la question du corps d’Élisabeth renvoie à sa nature première, qui est avant tout politique dans sa chair. Sa « vie nue » biologique ne faisait qu’une avec la vie qualifiée, celle du bios, définie par Aristote, dans La Politique. L’intégration de l’une dans l’autre, concernant la reine, n’a donc sans doute rien à voir avec le « bio-politique » mis en évidence par Michel Foucault en 1976, dans La Volonté du Savoir, lequel avait repéré le moment de cette intégration au seuil de la modernité, lorsque le simple corps vivant devint un enjeu du politique. De même, le philosophe italien Giorgio Agamben, dans un essai intitulé Le pouvoir souverain et la vie nue, partant d’une hypothèse contraire à celle d’Aristote, considérait les deux vies comme originairement confondues, pour démontrer l’implication de la « vie nue » comme « noyau originaire du pouvoir souverain15 ». Le philosophe, amateur des grandes thèses dont il se plaît à montrer les faiblesses, s’en prend cette fois aux Deux Corps du roi d’Ernst Kantorowicz. Il se fait le détracteur de cette théologie politique du corps perpétuel de la dignité royale, qui survit à la personne physique par le rite de l’effigie. Dans une perspective théologico-politique, ce rite pourrait être rattaché à l’apothéose des empereurs romains comme le souligna aussi Kantorowicz, mais Agamben en tire une signification très différente. D’après le rite romain, l’effigie ne remplacerait pas l’empereur mais le re-présenterait, c’est-à-dire qu’elle doublerait son corps et cette image ne servirait alors qu’à capter ou à neutraliser la vie sacrée du souverain, libérée par le corps-mort. Non pas deux corps, mais deux vies en un seul corps ; une vie naturelle et une vie sacrée transmise au successeur. L’effigie, selon Agamben, signifierait un transfert de sacralité plus qu’une continuité du pouvoir.

  • 16 Kantorowicz E., Les Deux Corps du roi, Paris, NRF Gallimard, 1989 ; Louis Marin, Le Portrait du roi(...)

9Le corps d’une reine, creuset à la fois d’une vie naturelle et d’une vie sacrée, offre une illustration parallèle de cette totalité de la « vie nue » dans le politique. La reine est politique par la majesté sacralisatrice de son corps et par sa fonction biologique d’enfantement. Corps de reine dans les portraits, l’apparence, le maintien et l’étiquette, mais aussi dans sa chair, elle fut un enjeu politique de la paix scellée en 1559 au Cateau-Cambrésis. L’instrumentalisation de son corps avait abouti ensuite à sa « livraison » en Navarre espagnole pour accomplir sa destinée. Tel fut le corps de la reine d’Espagne, Élisabeth de la Paix, princesse de France et troisième épouse de Philippe II. Ce corps de reine n’était pas celui du roi, le double corps juridique et physiquement mortel analysé par Ernst Kantorowicz, voire même le corps triple, selon Louis Marin, qui rajoutait aux deux précédents, le corps « sacramentel » ou symbolique, c’est-à-dire celui de la représentation signifiante16. Le corps de la reine était un paradigme vivant, animé par la « civilité en procès », selon la formule de Norbert Elias, et devint de cette façon un corps unique, emblème de ce que doit être un corps maîtrisé, contenu et livré à sa seule fonction politique. Cet essai sur le corps d’une reine ne saurait être une simple biographie d’Élisabeth de Valois, si bien que la trame chronologique est volontairement incertaine. Ce parcours, autour du corps royal, s’effectue par étapes non linéaires, n’hésitant pas parfois à revenir sur certains événements pour en appréhender tous les enjeux et privilégier les problématiques du corps, par lequel la reine communiqua et pratiqua l’autre.

10Par cet autre qui est la condition même de la communication, c’est-à-dire ses parents, ses frères et sœurs, les autres membres de ses cours et son royal époux, tout devient affaire de regards. Les sources épistolaires en rendent compte en dévoilant un corps qui fut l’objet de toutes les attentions et de tous les soins depuis sa naissance, pour assurer ses chances d’être le gage d’une alliance profitable à sa Maison mère. La première partie est donc consacrée au corps majestueux qui apprend d’abord à le devenir par l’éducation du corps qui se dresse et par celle de l’esprit qui prépare à la dignité de reine. La majesté du corps qui a appris à se maintenir, se manifeste ensuite à travers toute une liturgie qui le sacralise en révélant des pratiques différentes du corps d’une cour à l’autre, la reine devant apprendre la distance, s’hispaniser en devenant reine d’Espagne. Cette majesté corporelle n’était cependant pas que mécanique, elle s’exprimait aussi à travers la gravité d’Élisabeth, passant par la beauté de ses traits physiques pour dire toute la beauté de son âme. Le corps fut préparé à occuper dignement son rang pour sceller un jour une Paix et servir les intérêts de sa Maison. La seconde partie est celle de ce corps livré, qui fut d’abord l’objet de nombreuses négociations pour triompher enfin dans un mariage royal, celui de 1559 avec Philippe II, et incarner la Paix. Élisabeth devint Isabel de la Paz pour accomplir la difficile tâche de contenter à la fois sa mère et son époux, révélant ainsi la soumission de son corps à la Maison. Il fut appelé à se dépasser lui-même pour apprendre à ne plus s’appartenir et devenir par les mécaniques de l’étiquette, un corps machine. Tout en ayant eu le privilège de devenir une Idée, celle de la Paix, Élisabeth fut cependant reine avant tout dans sa chair. Son corps scella l’alliance franco-espagnole et ce fut encore son corps qui devait pratiquer pour pérenniser cette alliance. La troisième partie est celle du don de la chair, par le devoir de séduction de la reine qui devait agir sur le roi pour donner à leurs relations toute l’apparence de l’amour et assurer ainsi ses chances au premier de ses devoirs, celui d’enfanter jusqu’à en mourir.

Notes

1 Reinhart K., Jene Lilien von Valois. Eine spanische königin in der Geschichte des 16. Jahrhunderts, in Schillers Don Karlos und in Verdis Don Carlos, Frankfurt am Main, Peter Lang, 1998.

2 Prat A. T. du, Histoire d’Élisabeth de Valois reine d’Espagne 1545-1568, Paris, Plon, 1859 ; Forneron H., Histoire de Philippe II, Paris, Plon, vol. 1, 1881, p. 224.

3 GonzálezdeAmezúa A., Isabel de Valois. Reina de España (1546-1568), 3 vol., Madrid, Gráficas Ultra, 1949.

4 Martínez Llamas A., Isabel de Valois, Barcelona, Círculo de Lectores, 2001, réédité en 2003.

5 Rodríguez Salgado M. J., « « Una perfecta princesa ». Casa y vida de la reina Isabel de Valois (1559-1568) », dans Cuadernos de Historia Moderna, Première partie, Anejo II, 2003, p. 39-96 et deuxième partie, 28, 2003, p. 71-98.

6 Wilson-Chevalier K. et Viennot E. (dir.), Royaume de fémynie. Pouvoirs, contraintes, espaces de liberté des femmes, de la Renaissance à la Fronde, Paris, Honoré Champion, 1999. L’historiographie anglo-saxonne fut cependant pionnière dans le domaine avec les travaux de Axton M., en 1977, sur la fabrication du corps politique d’Élisabeth d’Angleterre, suivi des travaux de Zanger A. sur Marie-Thérèse d’Autriche en 1997. Depuis la fin des années 1990, les études médiévales ont mis en lumière un certain nombre de figures politiques féminines, de leur éducation à leurs pratiques politiques (voir Reines et princesses. Actes du 5e colloque international de Montpellier, 2001 ; Lett D. et Mattéoni O., « Princes et princesses à la fin du Moyen Âge », Medievals, no 48, 2005), ou encore Fradenburg O., Woman and sovereignty, Edinburgh University Press, 1992, et Motta G., Regine e soverana. Il potere, la politica, la vita privata, Milan, Franco Anglei, 2002.

7 Dans la perspective des travaux d’Ernst Kantorowicz, et pour cerner le nombre de corps de la reine à travers ses représentations, voir Schulte R. (dir.), Der Körper der Königin. Geschlecht und Herrschaft in der höfischen Welt, Francfort, Campus Verlag, 2002 ; López-Cordón M. V. et Franco G. (coord.), La Reina Isabel y la reinas de España : realidad, modelaos e imagen historiográfica, Madrid, Fundación Española de la Historia Moderna, 2005.

8 Le domaine français n’est pas oublié grâce aux travaux actuels, dont ceux de Jean-François Dubost consacrés à Marie de Médicis, démontrant comment une reine et une autre histoire singulière peuvent différemment éclairer le sujet en privilégiant le « corps propre » selon l’expression d’Alain Boureau, celui d’une individualité affirmée dans le traitement de son intimité : voir Dubost J.-F., « Le corps de la reine, objet politique : Marie de Médicis », Poutrin I. et Schaub M. K. (dir.), Femmes et pouvoir politique. Les princesses d’Europe XVe-XVIIIe siècle, Bréal, 2007, p. 235-266.

9 Cette école américaine était pluridisciplinaire, rassemblant des spécialistes tant de la psychiatrie, de la linguistique, de l’anthropologie, que de la sociologie comme Gregory Bateson, Erving Goffman, Edward Hals, ou encore Paul Watzlawick. Ils ont établi un « modèle orchestral de la communication », pour écrire la complexe partition des échanges, sur le modèle du télégraphe, reliant l’émetteur au destinataire, par un message contextualisé, et selon un code et des formes de contact. Voir Winkin Y. (éd.), La Nouvelle communication, Paris, Le Seuil, 1981.

10 Mcclelland J., « Le corps et ses signes : aspects de la sémiotique gestuelle à la Renaissance », dans Le Corps à la Renaissance, actes du XXXe colloque de Tours, Paris, Aux Amateurs de Livres, 1990, p. 267-277.

11 Crouzet D., Charles de Bourbon. Connétable de France, Paris, Fayard, 2003.

12 Le Person X., « Practiques et practiqueurs ». La vie politique à la fin du règne de Henri III (1584-1589), Genève, Droz, « Travaux d’Humanisme et Renaissance », 2002.

13 Hong S. M., Habitus, corps, domination. Sur certains présupposés philosophiques de la sociologie de Pierre Bourdieu, Paris, L’Harmattan, 1999.

14 Schmitt J.-C., La Raison des gestes dans l’Occident médiéval, Paris, Gallimard, 1990.

15 Agamben G., Homo Sacer. Le pouvoir souverain et la vie nue, Paris, Le Seuil, 1997.

16 Kantorowicz E., Les Deux Corps du roi, Paris, NRF Gallimard, 1989 ; Louis Marin, Le Portrait du roi, Paris, éd. de Minuit, 1981.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540