Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Étrangers et sociétés

 | 
Pilar González-Bernaldo
, 
Manuela Martini
, 
Marie-Louise Pelus-Kaplan

Troisième partie. Mobilité, activités économiques, travail des étrangers

Voisins en conflit. Italiens et Portoricains à New York dans les années 1930

Judith Rainhorn

Texte intégral

  • 1 L’expression est due à Weil F., dans Histoire de New York, Paris, Fayard, 2000, p. 208.
  • 2 Sur Buenos Aires, où les Italiens vont jusqu’à constituer 20 % de la population totale de la ville (...)

1Le New-York de l’entre-deux-guerres apparaît comme un terrain exceptionnellement riche pour mettre en perspective la question de l’étrangeté des hommes les uns aux autres et des modes sociaux spécifiques que cette altérité génère au quotidien. « Rumeur qui parcourt l’Europe1 » depuis le milieu du XIXe siècle, la métropole new-yorkaise est, dès cette époque, le lieu d’un intense brassage de populations dont l’implantation en ville est souvent récente. Davantage encore que Paris ou Londres, autant que Buenos Aires2, New York connaît alors une diversité ethnique particulièrement importante puisque, dans les années 1920, deux habitants sur cinq sont nés hors du territoire des États-Unis : s’y rencontrent et s’y côtoient des individus et des groupes issus d’horizons géographiques extrêmement variés, Européens en majorité, mais également Américains, Caribéens, Asiatiques. Si elle met un terme à l’immigration de masse dans le pays et dans la ville, la fermeture brutale et presque complète des frontières américaines lors de l’instauration des lois de quotas (en 1921 et 1924) n’empêche pas le maintien de flux internes très importants au sein du territoire nord-américain, en particulier vers les grandes villes industrialisées du Nord-Est. Enfin, New York est le lieu de la stratification d’une partie de ces vagues migratoires successives dont une part s’est sédentarisée au cours du siècle précédent : telles des couches géologiques, elles constituent un empilement relativement chaotique de chronologies migratoires différentes, mais le plus souvent étroitement imbriquées.

  • 3 L’histoire de l’implantation des migrants italiens à East Harlem depuis la fin du XIXe siècle fait (...)
  • 4 Voir Chenault L. R., The Puerto Rican Migrant in New York City, New York, Columbia University Pres (...)

2Le grand port atlantique constitue par conséquent dans l’entre-deux-guerres un lieu d’observation privilégié pour envisager la question de l’altérité entre les hommes et les groupes. Au-delà des liens entre les « étranges étrangers » et la société dite « d’accueil », très largement étudiés dans la plupart des recherches historiques qui se sont penchées sur le phénomène des migrations internationales, nous souhaitons éclairer ici la question des rapports de coopération et/ou de confrontation qui s’établissent entre les différents groupes de migrants qui sont amenés à se rencontrer au sein de la métropole new-yorkaise. Au nord-est de Manhattan, l’arrivée et l’installation massive de migrants italiens depuis les années 1880 ont fait du quartier d’East Harlem l’une des principales « Petites Italies » du continent nord-américain (voir figure no 13). Or, dans les années 1920 et, surtout, 1930, la progressive dissolution de cet espace italien édifié dans la partie orientale de Harlem depuis la fin du XIXe siècle se conjugue à la naissance du « Barrio » hispanique en voie de formation à la même époque, à l’heure où les Portoricains deviennent l’une des composantes essentielles de l’immigration vers New York4. Envisagées à l’échelle locale, les évolutions divergentes de ces deux territoires ethniquement marqués, ainsi que les conflits violents qui découlent de leur évolution parallèle, éclairent l’importance des frontières physiques et symboliques érigées entre les groupes ethniques dans la grande ville américaine.

« Noria migratoire » à East Harlem dans les années 1930

3Au cours des années 1930, alors que se tarit très largement l’immigration européenne qui a profondément marqué l’histoire de la ville depuis le début du XIXe siècle, New York connaît d’intenses bouleversements démographiques. Le phénomène centrifuge qui voit une partie importante de la population citadine quitter l’île de Manhattan pour gagner les périphéries en est un trait fondamental : sous le coup d’une congestion inédite des logements, du vieillissement du parc immobilier urbain et de l’édification des programmes d’ensembles locatifs destinés à la classe moyenne dans les boroughs périphériques, de plus en plus nombreux sont les New-yorkais qui prennent le chemin de la banlieue. À East Harlem, sorte de cul-de-sac adossé à la rivière Harlem, entre la 96e et la 125e rue environ, ce mouvement prend des allures d’exode, transformant profondément le visage du quartier :

  • 5 Cimilucca S., The Natural History of East Harlem from 1880 to the Present Day, MA School of Educat (...)

« La troisième décennie [du siècle], de 1920 à 1930, a vu Harlem vivre des changements considérables. Les Allemands ont pratiquement disparu de la communauté qu’ils avaient contribué à construire. Les Italiens et les Juifs, qui ont envahi le quartier au début du nouveau siècle, quittent rapidement la région. […] Un voyage dans les rues d’East Harlem révèlera, à travers le nombre de pancartes ‘‘bail à céder’’ et ‘‘appartement à louer’’, que le quartier est en train de perdre une grande partie de sa population. […] Les gens qui ont connu une ascension économique, et notamment les enfants d’immigrants, recherchent désormais des quartiers d’habitation plus agréables5. »

  • 6 Gurock J. S., When Harlem was Jewish, 1870-1930, New York, Columbia University Press, 1979, 216 p.
  • 7 Chiffres du recensement cités par Covello L. dans « East Harlem Population, 1905-1940 », LCP, MSS (...)
  • 8 Notre-Dame-du-Mont-Carmel a eu l’honneur d’être officiellement couronnée par le Saint-Siège en 190 (...)
  • 9 L’étude des tracés successifs de ces processions annuelles au cours du XXe siècle permettrait de p (...)

4Implantés en masse dans le quartier depuis les années 1880, les Juifs russes6 ont entamé leur mouvement de départ dès le lendemain de la Première Guerre mondiale : au nombre de 128 000 dans cet espace en 1920, ils n’y sont plus que 4 000 une décennie plus tard7. Les migrants italiens et leurs enfants, également installés à East Harlem depuis le début des années 1880, tardent davantage à emprunter ce chemin « hors les murs ». Ils forment alors et ce, depuis l’aube du XXe siècle, le groupe d’origine étrangère le plus nombreux au nord-est de Manhattan. Les Italiens ont, par l’ancienneté de leur présence à l’échelle locale, par la vigueur de leur petit commerce et de leur vie sociale et religieuse, par le poids des institutions politiques qu’ils ont générées, imprimé à ce quartier une marque ethnique profonde qui fait alors d’East Harlem la première Little Italy de New York et des États-Unis. Dans les années 1920, la « Petite Italie » d’East Harlem, qui compte alors quelque 100 000 habitants – Italiens et Américains d’origine italienne confondus –, s’incarne très largement dans le culte de Notre-Dame du Mont-Carmel, une madone importée de la région de Naples et devenue le ciment communautaire des Italiens de Harlem. La célébration annuelle en son honneur, le 16 juillet, est une fête à laquelle se pressent des Italiens venus de toute la métropole new-yorkaise et même de tous les États-Unis, surtout après son couronnement par le pape Léon xiii en 19048. C’est lors de cette fête annuelle, célébrée de façon continue par les Italiens d’East Harlem de 1884 aux années 1960, que les limites géographiques et symboliques du quartier italien sont chaque année redessinées, redéfinies, par une immense procession qui parcourt les rues de Harlem et fait le tour de la « Petite Italie », afin de la délimiter aux yeux de tous et de donner une sanction divine au processus d’appropriation symbolique de l’espace urbain par les Italiens9.

5En 1930, touché par la vague de départs évoquée plus haut, le groupe d’origine italienne – qui englobe, dans les recensements américains, les Italiens de nationalité et les Américains d’ascendance italienne – compte encore alors quelque 80 000 individus dans ce quartier de New York, ce qui en fait, de loin, le groupe ethnique le plus important en nombre. Ils constituent alors encore l’écrasante majorité de la population du nord-est de Manhattan, notamment dans sa partie la plus orientale, sur les rives de la Harlem River et de l’East River (voir figure no 2). Cependant, outre les Juifs russes, les Italiens et quelques dizaines de milliers d’« Irlandais » et de « Slaves » (généralement de nationalité américaine), l’espace harlemite est devenu, depuis la fin de la Première Guerre mondiale, l’un des lieux d’implantation principaux de deux autres groupes de migrants. Il s’agit en premier lieu des Noirs américains, dont la « Grande migration » depuis les terres agricoles du Sud jusque vers la ceinture industrielle du Nord-Est du pays s’est brusquement accélérée dans les années 1920, et qui se sont majoritairement installés à Harlem (Central Harlem). Sous l’effet de la croissance rapide de leur nombre, l’espace investi par les Noirs américains déborde cependant progressivement à l’Est, vers le lieu primitif de l’implantation italienne, espace dans lequel ils sont déjà près de 30 000 à résider en 1930. En second lieu, on voit également apparaître dans la partie occidentale d’East Harlem – entre Central Park et la Troisième Avenue – l’embryon d’un Spanish Harlem que les Portoricains, majoritaires au sein de cette population hispanophone, nomment El Barrio.

6La mosaïque de 1930 est par conséquent l’héritage d’une stratification de couches ethniques qui a progressivement transformé le paysage humain de Harlem. Le groupe italien, très largement majoritaire en nombre à l’aube du XXe siècle, a grignoté, dans les années 1900-1920, sur l’implantation initiale des Irlandais. Il a, peu à peu, étendu l’aire de la « Petite Italie » au détriment des Allemands et des Anglo-Américains qui s’étaient installés à Harlem lors du boom économique et immobilier des années 1880, boom qui avait fait de cet espace une périphérie résidentielle bucolique à destination des classes moyennes et aisées fuyant les trépidations de la grande ville. Cette vocation initiale a fait long feu sous le coup de l’arrivée massive d’immigrants de toutes origines et, pour longtemps, East Harlem a gagné, dès la fin du XIXe siècle, ses lettres et sa réputation de quartier déshérité essentiellement destiné au logement des immigrants, où se conjuguent logements surpeuplés et conditions économiques et sanitaires déplorables.

7Les années 1930 voient ainsi se transformer rapidement les équilibres démographiques précaires décrits plus haut. D’une part, la dépression économique sans précédent qui frappe la population urbaine de plein fouet remet en cause le processus d’ascension socio-économique connu par nombre de migrants dans les décennies précédentes. D’autre part, la naissance de vastes programmes immobiliers destinés aux classes moyennes, notamment à Brooklyn et dans le Bronx, attire ceux des immigrants et de leurs enfants qu’une progression sur l’échelle sociale, fût-elle modeste, autorise à quitter leur quartier d’implantation originelle pour les banlieues américaines en pleine expansion. Même le plus lointain New Jersey connaît une véritable explosion démographique après l’inauguration du Holland Tunnel qui le relie à Manhattan à partir de 1927.

  • 10 Après l’instauration d’une série de restrictions à l’entrée et au séjour des étrangers sur le sol (...)

8Le Harlem italien, la plus importante des « Petites Italies » new-yorkaises en superficie comme en nombre d’habitants, est donc le théâtre d’un phénomène centrifuge similaire à celui qui affecte la plupart des quartiers de première implantation des migrants dans la métropole new-yorkaise. À mesure que Juifs russes et Italiens quittent, massivement pour les premiers, plus lentement pour les seconds, le nord-est de Manhattan, le flux d’installation des Portoricains dans le quartier croît rapidement. C’est bien une « noria » migratoire qui est ici à l’œuvre, les nombreux espaces résidentiels et commerciaux abandonnés par ceux des Italiens qui quittent le quartier étant partiellement investis par les nouvelles vagues d’« immigrants » qui s’installent à East Harlem ; le vocable « immigrant » n’est toutefois pas sans poser problème à l’égard des Noirs américains et des Portoricains, puisque ni les uns ni les autres ne sont étrangers au regard de la loi américaine. Citoyens de seconde zone pour les premiers, citoyens américains de plein droit pour les seconds en vertu du Jones Act de 1917, ils échappent cependant aux quotas par nationalités qui frappent l’immigration européenne de plein fouet à partir de 1921 et surtout 192410. Dès les années 1930, en effet, on estime qu’environ 1 000 Portoricains s’installent à East Harlem chaque mois : en 1940, ils sont environ 30 000 dans le quartier, constituant un groupe hispanophone qui compte également des migrants originaires d’Amérique du Sud, du Mexique, et même quelques récents réfugiés républicains espagnols. En une décennie, les Portoricains ont accédé au second rang des groupes d’origine dans le quartier, derrière les Italo-Américains.

  • 11 Leonardo Covello, originaire de Basilicate et immigré à New York à l’âge de 9 ans avec sa famille, (...)
  • 12 L’expression est employée par Robert Foerster à propos du remplacement des Irlandais par les Itali (...)

9La succession des strates ethniques dans le quartier d’East Harlem et le « grignotage » de la Petite Italie par les nouveaux arrivants au cours des années 1930 sont bien visibles dans certains documents contemporains, tels les plans du quartier méticuleusement dressés par l’équipe d’étudiants qui travaille sous la direction de Leonardo Covello entre les deux guerres11. Relevés systématiques de l’occupation des logements et des commerces dans plusieurs pâtés de maisons (blocks) d’East Harlem en 1934-35, ces documents indiquent clairement les frontières géographiques entre les espaces marqués par la présence des Juifs russes, des Irlandais et des Italiens. Le block situé entre les 114e et 115e rues Est (figure no 3) témoigne, en 1935 de l’exode en cours des Italiens vers la périphérie. Alors que les Italiens ont emboîté le pas aux Juifs russes dans le mouvement d’exode vers les périphéries banlieusardes, l’espace est encore très largement empreint de la présence italienne par les commerces et les boutiques : cafés, marchands de légumes et de fromages, facteurs de pianos ou coiffeurs appartiennent en quasi totalité au groupe « italien ». Dès cette date, pourtant, on observe que les espaces laissés vacants par le départ des Italiens sont rapidement investis par les Portoricains : la présence remarquable d’un concierge portoricain en face de l’église Notre-Dame du Mont-Carmel, lieu emblématique de l’italianité du quartier, est le symbole de cette « noria migratoire » à l’échelle micro-locale. Le phénomène de « déplacement ethnique12 » que connaît alors le quartier d’East Harlem n’est cependant pas sans conséquences et met en lumière tensions et rivalités entre les groupes qui se disputent le territoire.

L’extinction du Harlem italien, une « citadelle assiégée » ?

  • 13 C’est par exemple le cas à Paris, lorsque le quartier de La Villette se transforme progressivement (...)

10Le phénomène de « noria migratoire », on en conviendra, n’est en rien spécifique du terrain américain ou new-yorkais : combien d’espaces urbains, aux quatre coins du monde, ont connu ou connaissent encore ce processus de passage de vagues migratoires successives qui marquent, pendant un temps, le lieu de leur empreinte, pour poursuivre ensuite leur chemin dans la ville et se voir remplacées par d’autres migrants qui, à leur tour, édifient un territoire visible ? Dans la majeure partie des cas, cependant, la transformation plus ou moins lente de l’identité ethnique de l’espace urbain à l’échelle locale se produit pacifiquement13. C’est loin d’être le cas à East Harlem, où l’édifice social de la Petite Italie, fragilisé, voire mis en péril par l’exode progressif de ses membres et par l’arrivée des nouvelles vagues de population dans le quartier, se fissure douloureusement.

  • 14 « Italian Gang Battles Puerto Ricans : Nine Held After Skirmish in Harlem », The Harlem Home News, (...)

11La décennie 1930 est en effet celle de la remise en cause des équilibres construits au cours du demi-siècle précédent. Demeurant numériquement majoritaires en tant que groupe d’origine nationale dans la partie la plus orientale du quartier, les « Italiens » dominent encore très largement l’espace local en termes démographiques, on l’a dit, mais également en termes politiques, sociaux, culturels et économiques : associations de loisirs, sociétés de secours mutuel, salons funéraires, boutiques, banques, réseaux de clientèle électorale sont marqués par l’empreinte italienne exercée depuis plus de cinq décennies à l’échelle locale. De ce fait, les nouveaux équilibres démographiques contraignent le groupe d’origine italienne à redéfinir les frontières du territoire urbain dans lequel il s’inscrit et cette redéfinition ne va pas sans mal, allant même jusqu’à prendre des allures de guerre de tranchées : bornes réelles et bornes symboliques séparent désormais avec force la vieille Little Italy et le nouveau Barrio hispanique en formation (figure no 4). Le solide mur de granit gris et de maçonnerie qui soutient la voie ferrée sur Park Avenue et qui constitue, à la fin des années 1930, la ligne de démarcation entre ces deux espaces ethniques répond alors au doux surnom de « Grande Muraille de Chine » dans le voisinage, attestant le caractère infranchissable de la frontière. Le journal local (The Harlem Home News) est d’ailleurs témoin de l’importance de cette démarcation, qu’il désigne tour à tour comme la « frontière mythique entre les deux quartiers » ou comme une « racial deadline14 ». Comme toute ligne de cessez-le-feu, cette borne matérielle est aussi une ligne de combats : c’est en effet dans les alentours immédiats de cette frontière, entre la 105e et la 110e rue, qu’ont lieu la majorité des affrontements entre Italiens et Portoricains à la fin des années 1930, témoins du conflit que suscite la nouvelle délimitation des territoires respectifs des deux groupes.

  • 15 Ibid.

12En octobre 1938, ces conflits atteignent une ampleur inédite : des centaines de jeunes « Italiens » (souvent de la troisième génération…) et Portoricains se livrent à de véritables batailles rangées malgré l’intervention de la police new-yorkaise qui demeure impuissante. Initié parce qu’une cinquantaine de jeunes Portoricains ont traversé Park Avenue à hauteur de la 105e rue et, ce faisant, ont donc franchi la « Grande Muraille de Chine » – d’autres sources faisant également état d’un conflit à propos des faveurs des jeunes filles du quartier –, l’affrontement, à coup de jets de bouteilles, de pierres et de briques arrachées aux cheminées et lancées depuis les toits des immeubles, se solde par un blessé grave (un « Italien » de 16 ans a le poumon transpercé), une soixantaine d’arrestations, quatre condamnations à de lourdes peines d’amende et des centaines de vitrines de commerces portoricains brisées15.

  • 16 On pense également au fameux West Side Story, de Robert Wise et Jerome Robbins, sorti la même anné (...)

13Les émeutes urbaines entre groupes de jeunes de différentes origines émaillent continuellement l’histoire d’East Harlem entre la fin des années 1930 et le début des années 1950 et contribuent également à la détérioration de l’image du quartier aux yeux mêmes de ses habitants : il s’en trouve entre Italiens et Noirs américains (1941), entre Noirs et Juifs russes (1944), mais les plus récurrentes et les plus violentes mettent aux prises Italiens et Portoricains. Sorti en 1961 – alors que les tensions entre ces derniers se sont largement apaisées au gré de la redistribution géographique des groupes de migrants à l’échelle de la métropole –, le film de de John Frankenheimer, The Young Savages (Le Temps du Châtiment) se fait l’écho de ce qui dépassait alors le fait divers : le film met en scène, dans le Harlem des années 1930, Burt Lancaster (dans un rôle partiellement autobiographique), fringant policier d’origine irlandaise né à East Harlem, menant l’enquête à propos du meurtre d’un jeune Portoricain par trois « Italiens » dont l’un s’avère être le fils de l’ancienne petite amie du policier, à l’époque (1910) où Irlandais et Italiens se côtoyaient dans le quartier. Au-delà, donc, de l’intrigue policière et du dilemme sentimental, le film apporte un éclairage intéressant sur la succession des strates ethniques et sur les rapports extrêmement conflictuels entre les différents groupes de migrants à East Harlem à la veille de la Seconde Guerre mondiale, époque au cours de laquelle les équilibres démographiques et socio-politiques au sein de la société harlemite sont fortement ébranlés, remettant en cause la prééminence des Italiens, établie depuis un demi-siècle16.

  • 17 Sur la lente désagrégation de la « Petite Italie » de Harlem sous le coup des transformations démo (...)
  • 18 Une revendication dans laquelle ils sont d’ailleurs soutenus par le représentant au Congrès d’East (...)

14En effet, l’extrême violence de ces affrontements entre bandes rivales est le témoin de l’existence de véritables territoires ethniques bornés, dont les limites sont éminemment endogènes : auto-proclamés en tant que groupes ethniques distincts et reconnus comme tels par les autres groupes eux-mêmes, « Italiens » et Portoricains se trouvent pourtant dans une situation extrêmement contrastée. Les premiers assistent, depuis une décennie environ, sous le coup de l’exode d’une partie d’entre eux et de l’arrivée massive et rapide de nouvelles vagues de migrants, à la dissolution du territoire qu’ils se sont appropriés depuis un demisiècle. Le groupe italien, dont la cohérence a longtemps été renforcée par une origine régionale largement partagée – autour de l’Italie méridionale et de la Sicile, dont provenaient près de 90 % des Italiens implantés à East Harlem –, se délite dans un processus de dispersion géographique à l’échelle de la métropole newyorkaise. De plus, l’instauration des quotas d’immigration en 1921 et 1924, qui a quasiment mis terme à l’immigration européenne, ne permet plus de revivifier le courant en provenance de la péninsule italienne : avec la naissance de la troisième, voire de la quatrième génération d’enfants nés aux États-Unis, c’est l’italianité elle-même qui s’est progressivement dissoute, alors que disparaissaient les primo-migrants porteurs des structures sociales et de la tradition culturelle pré-migratoire. Le groupe perd également sa cohésion en raison du contexte politique italien et international : si « l’Italie nouvelle » de Mussolini a longtemps séduit la très grande majorité des Italiens installés aux États-Unis, la conquête de l’Ethiopie en 1935, la mise en place de l’Axe Rome-Berlin puis l’intervention des Italiens dans la guerre d’Espagne achèvent de diviser une communauté encore largement soudée une décennie auparavant. On peut enfin supposer que, dans le contexte local de « périphérisation » de la population new-yorkaise qui touche, on l’a dit, de nombreux ménages d’origine italienne d’East Harlem, ceux qui sont demeurés dans le quartier de première implantation sont en grande majorité ceux qui, n’ayant pas connu le phénomène d’ascension socio-économique qui a permis à certains d’acquérir un logement dans les banlieues en pleine expansion, n’ont pas la possibilité de partir : ils s’en trouvent par conséquent d’autant plus affectés par les transformations démographiques et par la mort annoncée de la « Petite Italie » de Harlem17. Face à l’entité italienne en voie de dissolution physique et symbolique, les Portoricains qui s’installent à East Harlem sont au contraire en pleine expansion. Expansion démographique, d’abord : n’étant pas affectés par les quotas d’immigration en raison du rattachement précoce de l’île de Porto Rico aux États-Unis, ils gagnent massivement New York et les grandes villes industrielles de la côte Est du pays. Expansion politique également, la revendication autonomiste de Porto Rico à l’égard des États-Unis contribuant à souder très largement la communauté hispanophone et caribéenne18. Expansion géographique à l’échelle locale, enfin, car la congestion de plus en plus forte qui règne dans le Spanish Harlem, entre Central Park et la Troisième Avenue (voir figure no 4), incite nombre de Portoricains à se déplacer vers le nord-est et à investir les immeubles et boutiques laissés vacants par le départ des Italiens. Les vieux immeubles de tenements de brique rouge, construits dans les années 1890 pour loger Italiens et Juifs russes et dont la Commission municipale du plan urbain estime en 1937 que plus de la moitié doit être démolie en raison de son état de délabrement avancé, constituent par conséquent le lieu d’implantation privilégié des Portoricains à la fin des années 1930. On observe donc une véritable concurrence spatiale entre les « installés » et les nouveaux arrivants, qui se traduit par des tensions extrêmement fortes.

  • 19 Barnes C., The Longshoremen, New York, 1915 (pour la citation), ou encore Foerster R., The Italian (...)
  • 20 L’historien américain David Roediger a bien montré l’importance de la « ligne de couleur » qui sci (...)
  • 21 Sur l’immigration des Haïtiens à New York, voir Laguerre M. S., American Odissey : Haitians in New (...)

15Enfin, il convient de ne pas négliger l’idée selon laquelle la frontière érigée entre les deux groupes ethniques à la veille de la Seconde Guerre mondiale est également symbolique. De la part des Italiens, tout du moins, la frontière entre ces deux groupes apparaît clairement comme celle de la « blanchitude » (whiteness) qu’ils estiment avoir acquise après un demi-siècle d’implantation dans la ville américaine – et qu’ils dénient catégoriquement aux Portoricains. Migrants d’origine rurale, provenant majoritairement d’un Mezzogiorno aux structures sociales et économiques archaïques, les Italiens ont en effet longtemps été considérés dans la société nord-américaine comme des individus inférieurs, des hommes à la peau sombre et aux mœurs sauvages : il n’est pas rare d’entendre dire, sur les docks de New York au début du XXe siècle, qu’« un homme blanc vaut deux à trois Italiens19 ». Les lendemains de la Première Guerre mondiale voient l’apparition et le renforcement d’une bourgeoisie new-yorkaise d’origine italienne, commerçante ou exerçant des professions libérales, d’hommes politiques de stature régionale, voire nationale (tels que le représentant au Congrès puis maire de New York, Fiorello La Guardia, ou encore le député Vito Marcantonio, déjà évoqué). En second lieu, l’arrêt presque total des courants d’immigration en provenance d’Italie permet de faire cesser, progressivement, l’assimilation entre Italiens et immigrants récents, sujets d’opprobre et de mépris. Enfin, le respect dont jouit, aux États-Unis et dans le monde, le régime mussolinien et sa propagande concernant la « modernisation » de la péninsule, permet aux Italiens de se hisser hors de l’image dépréciée d’une foule misérable fuyant la terre ingrate qui ne peut la nourrir. Ainsi, au cours de l’entre-deux-guerres, les Italiens de New York franchissent insensiblement la « ligne de couleur » qui sépare socialement et symboliquement les « Américains » des autres20. Prenant le chemin de la banlieue et témoignant, de ce fait, de leur conformité aux modes d’habiter des New-Yorkais, les Italiens ont en quelque sorte pris du même coup le chemin de l’identité blanche américaine qu’on leur avait longtemps déniée. Chèrement acquise, cette « blanchitude » revendiquée ne saurait être partagée sans dommage avec ceux qui ont trop de points communs avec les Italiens pour ne pas être considérés par eux comme une menace : la religion catholique, la langue latine, jusqu’aux cheveux noirs et au teint sombre… Élément emblématique : au début des années 1940, les Portoricains qui s’installent à East Harlem sont très explicitement maintenus à l’écart de la célébration annuelle en l’honneur de Notre-Dame du Mont-Carmel qui soude l’appartenance des anciens migrants à leur terre d’accueil américaine, alors même que, dans la décennie suivante, les catholiques haïtiens y seront progressivement associés, reprenant le flambeau d’une « Petite Italie » désormais totalement disparue21.

  • 22 « Sinatra at Franklin », 23 octobre 1945, Leonardo Covello Papers, MSS 40, VI, 54/16, 5 p.
  • 23 Au recensement de 1950, la population du quartier, en nette diminution globale, est dominée par le (...)

16Ainsi, la vieille « citadelle assiégée » du Harlem italien, telle qu’elle aime à se présenter, cède progressivement face aux brèches creusées par la ville-champignon portoricaine en pleine expansion. Contre ces conflits qui entraînent délinquance de rue et sentiment d’insécurité chez les habitants du quartier et qui, du même coup, accélèrent l’exode italien hors de Harlem, quelques initiatives isolées se font jour : Frank Sinatra, l’un des symboles de la « fierté ethnique » (ethnic pride) des Italo-Américains, vient même à Harlem, en octobre 1945, appeler les jeunes Italiens au calme22. Ce n’est qu’avec l’extinction quasi complète de la présence italienne que ces heurts vont cesser dans les années 1950, date à laquelle le Harlem italien est désormais devenu le Harlem hispanique et noir23.

17Entre ces deux groupes voisins qu’ont été les Italiens et les Portoricains dans les années 1930, se jouent donc des pratiques similaires d’appropriation symbolique du territoire, qui passent par la délimitation de celui-ci, par l’érection de frontières physiques visibles – la « Grande Muraille de Chine » – et de frontières symboliques au sein desquels la couleur de la peau, parfaitement réifiée, n’est pas la moindre. Harlem apparaît ainsi, à la fin des années 1930, comme un archipel, dont les enclaves ethniques sont autant d’îles fonctionnant comme des isolats fondés en grande part sur l’origine nationale ou ethnique. Dans cette situation, l’empiètement des uns sur les autres sous l’effet de la « noria migratoire » devient ainsi une question de survie du groupe, une occasion de compétition interethnique qui explique les heurts violents entre communautés voisines émaillant la fin des années 1930.

Figure 1. Les Italiens à New York en 1910 (première et seconde génération)

Figure 1. Les Italiens à New York en 1910 (première et seconde génération)

Source : John Mariano, The Italian Contribution to American Democracy, Boston, 1921, p. 19-22

Figure 2. Proportion des habitants d’origine italienne par district sanitaire à East Harlem en 1930

Figure 2. Proportion des habitants d’origine italienne par district sanitaire à East Harlem en 1930

Source : « East Harlem Population », 1930.
Casa Italiana Educational Bureau Columbia University, LCP, MSS 40, 79/18.

Figure 3. Le rôle du petit commerce dans l’italianisation d’un block d’East Harlem en 1935 106e /107e rues, entre la seconde et la Troisième avenue

Figure 3. Le rôle du petit commerce dans l’italianisation d’un block d’East Harlem en 1935 106e /107e rues, entre la seconde et la Troisième avenue

It : résidence de ménages d’origine italienne
Irl : résidence de ménages d’origine irlandaise
N.B. :la frontière avec le Harlem juif, sur la Troisième Avenue, est également visible dans le petit commerce

Figure 4. Composition ethnique des districts sanitaires à East Harlem en 1940

Figure 4. Composition ethnique des districts sanitaires à East Harlem en 1940

Source : Chiffres du recensement de 1940, cités dans « Racial and Ethnic Characteristics of East Harlem ; 1940 », LCP, MSS40, 79/18, dactyl., 2p.

Notes

1 L’expression est due à Weil F., dans Histoire de New York, Paris, Fayard, 2000, p. 208.

2 Sur Buenos Aires, où les Italiens vont jusqu’à constituer 20 % de la population totale de la ville en 1914, voir la contribution de Devoto F., « In Argentina », Bevilacqua P., De Clementi A., Franzina E., (dir.), Storia dell’emigrazione italiana, vol. 2, Arrivi, Rome, Donzelli, 2002, p. 25-54.

3 L’histoire de l’implantation des migrants italiens à East Harlem depuis la fin du XIXe siècle fait l’objet d’une recherche menée sur les périphéries parisiennes et new-yorkaises en perspective comparée : voir Rainhorn J., Paris, New York : des migrants italiens, années 1880-années 1930, Paris, CNRS Éditions, 2005, 233 p.

4 Voir Chenault L. R., The Puerto Rican Migrant in New York City, New York, Columbia University Press, 1938, 190 p. ; Handlin O., The Newcomers : Negroes and Puerto Ricans in a Changing Metropolis, Cambridge, Harvard University Press, 1959, 171 p.

5 Cimilucca S., The Natural History of East Harlem from 1880 to the Present Day, MA School of Education, New York University, 1931, Leonardo Covello Papers (désormais LCP), Balch Institute for Ethnic Studies Philadelphia, PA, MSS 40, VIII, 79/18, dactyl., p. 104-105.

6 Gurock J. S., When Harlem was Jewish, 1870-1930, New York, Columbia University Press, 1979, 216 p.

7 Chiffres du recensement cités par Covello L. dans « East Harlem Population, 1905-1940 », LCP, MSS 40, VIII, 79/18, dactyl., p. 7.

8 Notre-Dame-du-Mont-Carmel a eu l’honneur d’être officiellement couronnée par le Saint-Siège en 1904. Entre le XVIIe siècle et 1954, environ trois cents statues de la Vierge ont été couronnées, dont trois seulement en Amérique (East Harlem, La Nouvelle-Orléans et Mexico), toutes par le pape Léon xiii, qui s’est montré soucieux du sort spirituel des migrants européens dans le Nouveau Monde. Cet honneur de la papauté, qui s’inscrit dans le cadre du développement du culte marial, a été analysé comme un geste politique de la part de Souverain Pontife à l’égard des États-Unis, permettant d’affirmer la main-mise du Saint-Siège sur le catholicisme américain. La décision est accueillie avec une joie intense par les Italiens d’East Harlem, qui la vivent comme leur première victoire locale en tant que communauté italo-américaine et qui offrent une grande partie de leurs bijoux en or afin de fondre la couronne de la madone. La foule est telle, lors de la célébration du couronnement, que celle-ci ne peut avoir lieu dans l’église même mais prend place dans le Parc Jefferson (114e rue). Sur cette question, voir Orsi R. A., The Madonna of 115th Street, Faith and Community in Italian Harlem (1880-1950), Yale University Press, 1985, p. 60-65.

9 L’étude des tracés successifs de ces processions annuelles au cours du XXe siècle permettrait de prendre la mesure du mouvement d’expansion puis de rétractation territoriale de la Petite Italie.

10 Après l’instauration d’une série de restrictions à l’entrée et au séjour des étrangers sur le sol des États-Unis (criminels et prostituées en 1875, polygames en 1891, anarchistes en 1903, enfants non accompagnés d’un parent en 1907, analphabètes en 1917, etc.), les portes du pays se ferment progressivement à des catégories de population de plus en plus nombreuses. Pour la première fois en 1882, le critère de nationalité (« race ») fait son apparition avec le Chinese Exclusion Act qui interdit toute immigration chinoise dans le pays. De même, les quotas instaurés en 1921 visent particulièrement l’immigration du dernier demi-siècle (Europe orientale et méditerranéenne) : pour chaque groupe national, seront admis chaque année 3 % du nombre des nationaux de ce groupe recensés aux États-Unis en 1910. Trois ans plus tard, le Johnson-Reed Act favorise encore plus clairement les groupes d’immigrants les plus anciens, puisque seuls 2 % de chaque groupe national recensé en 1890 seront admis sur le sol américain. Ainsi, le quota annuel grec, qui s’élevait à plus de 3 000 avec la loi de 1921, s’effondre à 100 avec celle de 1924.

11 Leonardo Covello, originaire de Basilicate et immigré à New York à l’âge de 9 ans avec sa famille, est devenu l’une des personnalités les plus en vue du Harlem italien à partir des années 1920. Tour à tour professeur puis principal de l’un des plus grands collèges du quartier, il s’est attaché à conserver l’histoire et la mémoire de l’immigration italienne dans le nord-est de Manhattan en procédant à de très nombreux travaux d’enquête, entretiens avec d’anciens immigrants et leurs familles et direction de mémoires d’étudiants sur le sujet dans la décennie 1930. Ces documents constituent une source de premier ordre sur l’histoire de l’immigration italienne à New York et à East Harlem (Leonardo Covello Papers, Balch Institute for Ethnic Studies, Philadelphie, États-Unis).

12 L’expression est employée par Robert Foerster à propos du remplacement des Irlandais par les Italiens dans l’activité de débardage sur les quais du port de New York, dans les dernières années du XIXe siècle : voir Foerster R., The Italian Emigration of Our Times, Cambridge, Harvard University Press, 2e éd., 1924 (éd. orig. New York, 1919), p. 356.

13 C’est par exemple le cas à Paris, lorsque le quartier de La Villette se transforme progressivement de quartier « italien » en quartier « maghrébin » entre les années 1930 et 1950. La comparaison entre les deux espaces d’implantation italienne est à ce sujet particulièrement intéressante, voir Rainhorn J., Paris-New York : des migrants italiens, op. cit., notamment p. 165-196.

14 « Italian Gang Battles Puerto Ricans : Nine Held After Skirmish in Harlem », The Harlem Home News, 7 octobre 1938 ; « Youth Lies Near Death After Knifing by Gang at Harlem Racial Deadline », Id., 8 octobre 1938.

15 Ibid.

16 On pense également au fameux West Side Story, de Robert Wise et Jerome Robbins, sorti la même année (1961), mais qui ne concerne directement ni les Italiens ni East Harlem, quoique les problématiques abordées soient strictement identiques.

17 Sur la lente désagrégation de la « Petite Italie » de Harlem sous le coup des transformations démographiques, le fonds Leonardo Covello (Philadelphie) est particulièrement éclairant (comme il a été indiqué ci-dessus).

18 Une revendication dans laquelle ils sont d’ailleurs soutenus par le représentant au Congrès d’East Harlem, Vito Marcantonio, d’origine italienne, élu en 1934 grâce aux suffrages des « Italiens » et des Portoricains du quartier. V. Marcantonio dépose au Congrès, entre 1936 et 1950, cinq demandes d’examen de la question de l’indépendance portoricaine.

19 Barnes C., The Longshoremen, New York, 1915 (pour la citation), ou encore Foerster R., The Italian Emigration of Our Times, op. cit.

20 L’historien américain David Roediger a bien montré l’importance de la « ligne de couleur » qui scinde la société américaine et constitue l’horizon – temporairement – indépassable des migrants : voir notamment The Wages of Whiteness : Race and the Making of the American Working Class, Verso, 1999, ainsi que Working Toward Whiteness : How America’s Immigrants Become White. The Strange Journey from Ellis Island to the Suburbs, Basic Books, 2005.

21 Sur l’immigration des Haïtiens à New York, voir Laguerre M. S., American Odissey : Haitians in New York City, Ithaca (N. Y.), Cornell University Press, 1984, 198 p. À Harlem, ce sont très largement les Haïtiens catholiques qui, depuis la fin des années 1960, ont repris à leur compte la célébration en l’honneur de la Madone napolitaine dans le quartier d’East Harlem. Voir le site Internet de la paroisse, http://www.mountcarmelofeastharlem.com/.

22 « Sinatra at Franklin », 23 octobre 1945, Leonardo Covello Papers, MSS 40, VI, 54/16, 5 p.

23 Au recensement de 1950, la population du quartier, en nette diminution globale, est dominée par les Portoricains (41 %) et les Noirs américains (38 %), les individus d’origine italienne n’en constituant plus qu’une petite minorité (13 %).

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les Italiens à New York en 1910 (première et seconde génération)
Légende Source : John Mariano, The Italian Contribution to American Democracy, Boston, 1921, p. 19-22
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/97910/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Titre Figure 2. Proportion des habitants d’origine italienne par district sanitaire à East Harlem en 1930
Légende Source : « East Harlem Population », 1930.Casa Italiana Educational Bureau Columbia University, LCP, MSS 40, 79/18.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/97910/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Titre Figure 3. Le rôle du petit commerce dans l’italianisation d’un block d’East Harlem en 1935 106e /107e rues, entre la seconde et la Troisième avenue
Légende It : résidence de ménages d’origine italienneIrl : résidence de ménages d’origine irlandaiseN.B. :la frontière avec le Harlem juif, sur la Troisième Avenue, est également visible dans le petit commerce
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/97910/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Titre Figure 4. Composition ethnique des districts sanitaires à East Harlem en 1940
Légende Source : Chiffres du recensement de 1940, cités dans « Racial and Ethnic Characteristics of East Harlem ; 1940 », LCP, MSS40, 79/18, dactyl., 2p.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/97910/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 274k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540