Version classiqueVersion mobile

Étrangers et sociétés

 | 
Pilar González-Bernaldo
, 
Manuela Martini
, 
Marie-Louise Pelus-Kaplan

Troisième partie. Mobilité, activités économiques, travail des étrangers

Entre étrangers. Transmission du métier et échanges au travail dans le BTP (fin XIXe-première moitié du XXe siècle)

Manuela Martini

Texte intégral

  • 1 Pour une revue de la littérature sociologique, voir Rea A. et Tripier M., Sociologie de l’immigrat (...)

1L’histoire des migrations a porté un regard attentif sur le monde du travail dès ses origines. Syndicats, conditions de vie, conflits sociaux, niches et secteurs d’activité investis par les immigrants occupent une place centrale dans les travaux qui ont enrichi ce domaine depuis une trentaine d’années. Les grandes questions qui ont mobilisé cette floraison d’études en France (le rôle de l’état et des institutions publiques, l’intégration économique et sociale, les motivations et les logiques de la mobilité) ont cependant éloigné l’attention des historiens de l’observation des rapports entre individus d’origine différente au sein du monde du travail. Rares ont été leurs remarques sur ce qu’une littérature sociologique abondante appelle diversité ethnique dans les lieux de travail1.

  • 2 Voir Pitti L., « Catégorisations ethniques au travail. Un instrument de gestion différenciée de la (...)

2Si le champ de l’histoire des relations interethniques est peu développé2, celui des rapports entre étrangers, qu’ils soient d’une même origine ou qu’ils appartiennent à des groupes de provenance différente, est, quant à lui, quasiment vierge. La question de l’insertion des migrants a été appréhendée surtout en focalisant l’attention sur les relations entre étrangers et autochtones. Du coup, par un réflexe ethnocentrique, la perception d’autres contacts en a été affectée. Or, ces échanges entre étrangers sont très variés, aussi bien dans la sphère privée que professionnelle. Dans certains secteurs de l’industrie française ils sont anciens. Cet article a été conçu dans le but de montrer le poids de la dimension historique dans l’étude du vaste domaine des contacts et des interactions entre migrants dans les espaces sociaux et matériels de la production. L’articulation entre hiérarchies professionnelles et ethniques est le fruit en France d’un processus qui s’inscrit dans la durée.

  • 3 Sur la grande entreprise de travaux publics, voir Barjot D., La grande entreprise française de tra (...)
  • 4 Zancarini-Fournel M., « Coexistence, tensions et confrontations entre ouvriers étrangers dans les (...)
  • 5 Sur ce point fondamental, sur lequel on reviendra à plusieurs reprises dans cet article, les étude (...)

3Dans une profession comme la maçonnerie où l’apprentissage sur le tas est la règle, le recrutement de travailleurs migrants non qualifiés est une donnée constante tout au long du XXe siècle3. La cohabitation d’individus issus de flux migratoires différents et ayant un niveau d’acculturation et de qualification professionnelle hétérogène peut engendrer certes des conflits mais également des formes de coopération multiples. Sans négliger le poids des différends, voire des affrontements4, on voudrait ici insister sur l’ensemble des échanges et interactions, positives ou négatives, qui font partie du quotidien des chantiers dans le passé. Transmission du métier ou organisation du travail en équipe, maîtrise des chantiers ou réception des consignes, impliquent la mise en place de relations de travail efficaces et d’un niveau de communication minimal, indispensables à la réussite de l’activité de construction, éminemment collective5. Dans cette optique, j’avancerai quelques réflexions sur deux aspects interconnectés : l’organisation du travail et la transmission du métier dans les chantiers. Il s’agit de centrer l’attention sur les échanges « interethniques » dans la sphère de la production, sans cependant ignorer la difficulté de séparer nettement espace de travail et espace privé lorsqu’on aborde la question des relations entre travailleurs. Il suffit par exemple de songer à la cohabitation des ouvriers dans les logements temporaires et les baraquements, à la lisière du chantier. Cet « habitat de chantier » prolonge les échanges dans le même environnement productif, souvent physiquement éloigné des services publics, au delà du temps de travail. S’il n’est pas possible de traiter ici cet aspect de manière détaillée, on retiendra cependant ses implications, qui seront analysées ailleurs, parmi les pistes d’exploration possibles proposées par cet article.

  • 6 Ministère du Travail, Résultats Statistiques du recensement général de la Population du 4 mars 1906 (...)
  • 7 Commissariat général du plan. Rapport du comité bâtiment et travaux publics, Préparation du 7e pla (...)

4La diversité des provenances dans l’univers du bâtiment est une réalité que l’on peut saisir à des échelles différentes dès la fin du XIXe siècle. La simple mesure quantitative de la population étrangère à la grande échelle des recensements montre que les chiffres de la présence d’immigrés non nationaux dans la population active s’accroissent sensiblement, tout particulièrement lorsqu’on se place au niveau de la branche, dès le début du XXe siècle. La part des étrangers dans le bâtiment double en 20 ans entre 1906 et 1926 au niveau national, en passant de 10,8 à 23 %. La crise des années 1930 fait reculer légèrement des pourcentages qui restent pourtant très élevés : en 1936 les étrangers représentent encore 17 % des ouvriers et employés du bâtiment6. Pour mieux saisir l’importance de la sur représentation des non nationaux, il suffira de rappeler qu’en 1931 ceux-ci constituent 7,3 % de la population active, et seulement 6 % 5 ans plus tard, en pleine crise. Après la guerre, dans les années 1950, les taux reviennent rapidement aux valeurs des années 1920 et en chiffres absolus, les étrangers doublent : en 1961 les salariés non nationaux sont 211 000. À peine deux décennies plus tard, cette courbe ascendante va toucher son sommet. En 1969 les étrangers ont doublé à nouveau en chiffres absolus et représentent 28 % des salariés du BTP (31,3 % des ouvriers), en 1974 ils sont environ un tiers des salariés (30 % du total et 35 % des ouvriers7).

  • 8 Jounin N., « L’ethnicisation en chantiers. Reconstructions des statuts par l’ethnique en milieu de (...)
  • 9 Brusseau E. et Rallet A., « Efficacité et inefficacité de l’organisation du bâtiment : une interpr (...)
  • 10 Sur les spécificités organisationnelles du BTP, voir Du Tertre C., Technologie, flexibilité, emplo (...)

5Ce simple constat ouvre toute une série de questions qui ont trait aux problèmes complexes de la coordination des équipes « multiethniques » dans cette branche8. Du point de vue organisationnel, la prise en charge de tâches de coordination doit être assurée à deux niveaux, celui des relations entre entreprises et celui des rapports entre les ouvriers travaillant dans des équipes confrontées, qui plus est, à des conditions environnementales changeantes. L’incapacité de dépasser le cadre informel de l’oralité dans la transmission des consignes, la résistance à adopter des formes « modernes » d’encadrement ont été considérées par certains économistes comme cause principale de l’archaïsme de la branche dans le secteur industriel9. En renversant la perspective, des études plus attentives aux aspects organisationnels spécifiques du secteur ont récemment mis l’accent sur la souplesse nécessaire à la coordination d’activités changeantes, centrées autour d’un projet dont il faut assurer non seulement la logistique mais aussi la mise en relation, l’harmonisation des activités des différents intervenants. Dès lors, on a fait de cette spécificité un atout en lui conférant une valeur expérimentale pour la solution de certains types de problèmes de logistique et de coordination10. La dimension précocement multiculturelle des équipes, de ce point de vue, ajoute un élément supplémentaire d’intérêt à l’analyse de l’organisation du travail de ce secteur. À côté de la gestion et de la sociologie du travail, l’analyse historique des rapports « interethniques » aide à éclairer les dynamiques en œuvre dans les lieux de travail en montrant leur plasticité et leurs points de rupture.

Organisation du travail et interactions dans l’entreprise

  • 11 Amat F. et al., L’industrialisation du gros œuvre du Bâtiment. Conséquences sur le travail des ouv (...)
  • 12 Nous nous permettons d’utiliser comme sources des travaux de collègues et de professionnels du sec (...)

6Si l’équation organisationnelle à résoudre est celle de la coordination, il est tout d’abord intéressant d’observer à quel moment et de quelle manière la succession des flux migratoires intervient dans l’organisation du travail dite « traditionnelle ». Bien avant que le secteur ait connu la modernisation unanimement datée des années 1960-1970, grandes et petites entreprises ont été confrontées à la nouveauté de la gestion des diversités de leurs ressources humaines11. Pour appréhender de quelle façon les groupes sont rentrés en contact et ont coexisté, il est nécessaire de repérer, à côté des sources démographiques nominatives, des sources qualitatives capables de nous renseigner sur les échanges, les contacts, les modalités effectives de la cohabitation entre migrants. À défaut de pouvoir observer directement les chantiers du passé, cette enquête a été conçue tout d’abord à partir de témoignages d’ouvriers et d’entrepreneurs actifs pendant les Trente Glorieuses. Pour couvrir l’ensemble de la période ici traitée, ont été ensuite utilisés, à côté de cette source fondamentale, les descriptifs que syndicalistes, sociologues et médecins du travail font des terrains sur lesquels sont fondés leurs travaux dès le début du XXe siècle à nos jours12.

  • 13 Waldinger R.D., Still the Promised City ? African-Americans and the New Immigrants in Postindustri (...)
  • 14 Cette étude s’inscrit dans une recherche plus vaste, voir Martini M., « Les limites de l’ethnicité (...)

7La sociologie économique, en présentant la dynamique entre les différentes vagues migratoires en fonction de leur arrivée comme un jeu de chaises musicales, nous suggère la première question à poser à l’ensemble de ces sources13. Est-ce que l’enchevêtrement des flux migratoires se traduit, dans la hiérarchie interne à l’entreprise, par une position relative plus ou moins avancée selon l’ancienneté individuelle et collective d’arrivée ? À travers l’analyse, par coupes successives, des listes nominatives de recensements de trois communes de la banlieue est, Nogent-sur-Marne, Le Perreux-sur-Marne et Champigny-sur-Marne, ce travail a eu pour but dans un premier temps de saisir la mise en place de hiérarchies plus ou moins modelées par l’impact de vagues successives de migrants14. L’ancienneté joue sans doute un rôle dans la distribution des maçons immigrés dans les différentes catégories professionnelles recensées pour la maçonnerie. À Champigny, par exemple, dès le début du XXe siècle les maçons provinciaux sont les plus âgés, particulièrement chez les Limousins. Sans surprise, aucun d’entre eux n’est manœuvre ; on remarque au contraire une sur représentation de ces derniers parmi les patrons maçons ou les entrepreneurs maçons et les chefs de chantier.

  • 15 Archives départementales du Val de Marne, Listes nominatives des recensements de la population, Ch (...)

8Parallèlement, on trouve à la même époque des Italiens dans toutes les catégories, des jeunes manœuvres aux patrons et chefs de chantier. Les trajectoires de certains sont suffisamment rapides pour diversifier socialement le milieu de la maçonnerie italienne, où toutes les qualifications professionnelles sont représentées. Les hiérarchies professionnelles, bien que sommairement restituées par les recensements, sembleraient donc répondre à une logique de succession chronologique des flux migratoires : le temps d’acquérir une qualification et voici que s’ouvrirait la porte de la mobilité sociale ascendante. Tel n’est pas toujours le cas. Les Polonais, une petite vingtaine sur une population de 410 maçons dans les années 1930, de même que les quelques Nord-africains, sont cependant tous exclusivement manœuvres et terrassiers d’un recensement à l’autre. Cette réalité n’est pas seulement liée à leur faible effectif ou à la durée du séjour, car les Portugais sont également peu nombreux (41 au total) et aussi récemment installés que les Polonais et les Marocains, mais parmi eux on trouve déjà un chef d’équipe et un entrepreneur maçon en 193115. La prudence s’impose face à des effectifs si modestes mais l’exception reste néanmoins digne d’être remarquée.

Le chantier et l’équipe

  • 16 Guffond J.-L. et Leconte G., « Le pilotage », op. cit.

9Des éléments d’explication de ces trajectoires de mobilité professionnelle précoce, partiellement déconnectées de l’ancienneté des flux, émergent de l’analyse du fonctionnement des chantiers que nous livrent sociologues et syndicalistes du début du siècle à nos jours. La hiérarchie qui préside à l’organisation du travail est strictement liée à la coordination d’unités pour partie autonomes dans le déroulement de l’activité productive. Le personnel affecté à cette fonction de supervision doit à la fois connaître plusieurs « métiers », traiter avec les fournisseurs et être capable de mettre en relation des travailleurs relativement indépendants. On a justement parlé de « flexibilité organisationnelle » et « prescriptions floues » pour indiquer la nature souple des injonctions destinées aux travailleurs, ou encore de « pilotage d’activités distribuées », en reprenant des notions utilisées en informatique pour définir la répartition entre applications automatisées et activités humaines16. On pourrait ajouter à ces compétences multiples la capacité de résoudre les problèmes de communication et de transmission de l’information auxquels les économistes qui se sont intéressés au bâtiment semblent moins sensibles.

  • 17 Il s’agit de Bousquet M., Traité pratique du maçon, du terrassier, du paveur et du conducteur de t (...)

10Aussi, comment s’articulent organisation du travail dans le chantier et gestion des ressources humaines issues de migrations anciennes et nouvelles ? Avant la taylorisation du gros œuvre, la structure organisationnelle est tout d’abord fondée sur la dyade compagnon-garçon maçon. Cette cellule organisationnelle de base reste incontournable dans la petite et moyenne entreprise, mais à y regarder de près même dans la grande, notamment dans le second œuvre, jusqu’à nos jours. Selon un manuel du début du XXe siècle réédité à plusieurs reprises, elle s’intègre ensuite dans une équipe de taille variable, guidée par un chef de chantier dont le but est de faire avancer harmonieusement les différentes parties du projet17. Dans les entreprises plus importantes, un conducteur de travaux ou un commis font fonction d’interface entre architecte, entrepreneur et personnels.

  • 18 Brécourt S., « Sur les chantiers », Informations sociales, 1966, no 6, p. 17-25, p. 19 (l’auteur re (...)
  • 19 Il s’agit en même temps d’une relation juridique ; sur ces aspects voit Lemercier C., « Apprentiss (...)

11Le compagnon a le droit d’être embauché avec un aide qu’il choisit personnellement, instituant ainsi un rapport de dépendance qui va s’adjoindre à celui qui lie les deux à l’employeur principal. La dyade garçon et compagnon est hiérarchisée aussi par l’âge. L’assistant du compagnon est également un apprenti qui, au bout de cinq ans, doit savoir exécuter un travail de manière autonome. À 17-18 ans, les meilleurs aides-maçons deviennent compagnons18. La transmission du métier s’effectue à travers cette relation de travail fondamentale19. Tous les témoignages, et les rares enquêtes de terrain dont on dispose mettent l’accent sur l’importance du transfert de compétences sur les chantiers. Benigno Cacères, éminent acteur de l’éducation populaire des années 1950, décrit avec intensité ce rapport en mettant en scène deux plâtriers italiens.

  • 20 Cacères B., op. cit., p. 95-96. Une enquête sociologique très récente a mis en lumière l’importanc (...)

« Luigi paraît aussi petit qu’Alberto paraît grand. Alberto est toujours sur l’échafaudage ; Luigi est toujours au sol. L’un monte la cloison, l’autre transporte, toute la journée, les matériaux. […] Il a de la chance, Luigi. Alberto est un vrai plâtrier et ils s’entendent bien tous les deux. Quand Luigi a mal aux mains à force de les écorcher à transporter des paquets de briques, il peut se reposer. Pour cela, il change de genre de fatigue. Il transporte des sacs de plâtre… Peu à peu, à force de servir, à force de transporter des matériaux, à force de regarder, Luigi deviendra un ouvrier. Son apprentissage c’est d’abord d’être manœuvre, il n’y a pas d’autre possibilité20. »

  • 21 Toussaint M. et Magnier M.-D., Nouveau manuel complet du maçon, op. cit.

12Ces couples ne sont pas toujours homogènes par origine entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle. Faute d’aides, les maçons de la Creuse, les compagnons expérimentés commencent à s’adresser à de jeunes Italiens, tel le jeune Dominique Taravella qui part d’un petit village des Apennins émiliens et se présente, après la mort de son père, victime d’un accident du travail, à son ancien employeur sans même les outils du métier (truelles, marteau, niveau, règle). Le chef de chantier limousin auquel il est confié lui prête l’argent nécessaire pour l’achat du matériel que chaque maçon est censé apporter avec lui21. Cinq ans plus tard, au dire de son fils, le jeune montagnard inexpérimenté devient à son tour chef de chantier, en franchissant point par point les étapes d’une carrière exemplaire, digne de celles décrites dans les manuels de l’époque. À ce moment, dans le secteur de la banlieue où Taravella s’installe, les équipes sont principalement composées d’Italiens provenant de filières géographiquement homogènes. Rien d’étonnant, dès lors, qu’on retrouve à leur tête des « chefs » de la même région et s’exprimant dans le même dialecte, à la condition qu’ils aient appris suffisamment à parler et écrire le français pour assurer également le lien avec l’environnement extérieur au chantier. Dans des contextes favorables, ces mêmes hommes peuvent aussi franchir le seuil de l’indépendance et devenir eux-mêmes d’abord tâcherons et ensuite entrepreneurs, comme c’est le cas pour Dominique Taravella, installé à son compte à l’âge de 25 ans.

  • 22 Martini M., « Ajustement des effectifs et migrations dans une petite entreprise du bâtiment (régio (...)

13L’histoire de cette entreprise, active de 1920 à 1985 et employant en moyenne 25 ouvriers sur l’ensemble de la période, nous permet de repérer trois moments différents, mais parfois superposés, dans les modes de transmission du métier via les tâches de coordination : la première entre Limousins et Italiens, puis entre différentes générations d’immigrés italiens et enfin entre Italiens et « étrangers » de différentes origines, surtout Espagnols, Maghrébins et Portugais22. Le dernier chef de chantier de cette petite firme caractérisée par une remarquable longévité est un jeune Italien embauché à l’origine comme compagnon maçon qui s’impose à la concurrence d’un chef de chantier français, mais dont la « main droite » est un ancien manœuvre portugais.

  • 23 Entretien avec Louis Taravella, 1920-2007, Nogent-sur-Marne, 4 septembre 1998.

14Le seul Algérien employé durablement dans l’entreprise, parmi la vingtaine d’ouvriers qui composent cette PME dans l’après deuxième guerre mondiale, accède de manœuvre à la qualification de maçon, mais étant donné le nombre limité de postes de coordination, déjà pris par des Italiens, il peut difficilement aspirer à une promotion ultérieure au sein de cette entreprise. De plus, des raisons « politiques » sont invoquées pour expliquer son changement d’attitude après la guerre d’Algérie : il aurait déclaré explicitement poursuivre un combat individuel contre l’état français qui refuse de réparer ses fautes coloniales, à travers l’exploitation de son système de protection sociale23.

  • 24 La plupart s’inspirent de la théorie des jeux : voir par exemple Fearon J. D. et Laitin D. D., « E (...)
  • 25 Ibid., p. 21. Voir Cacérés B., op. cit., et Brécourt S., op. cit., p. 21.
  • 26 Amat F. et al., op. cit.
  • 27 L’enquête a été réalisée par les services de médecine du travail de Grenoble, Marseille, Nantes, N (...)
  • 28 Une étude récente basée sur les données des enquêtes Emploi (2002) et Mobilité géographique et ins (...)

15La plupart des études sur la coopération interethnique, qu’elles émanent des sciences politiques, de l’anthropologie ou des sciences économiques, insistent sur le rôle crucial des intermédiaires24. Indépendamment des discours élaborés a posteriori sur les attitudes des uns et des autres, la simple donne de la composition de la main-d’œuvre, en bonne partie originaire d’une même vallée des Apennins du Nord de l’Italie, suffirait à expliquer le choix de chefs de chantier provenant de cette région. Dans ce type d’entreprise, le chef de chantier a une autonomie considérable, il donne ses instructions aux compagnons, qui distribuent le travail aux hommes. Mais chaque chantier, même dans le cas des entreprises de plus grande taille, est unique par ses conditions environnementales, de même que par les difficultés rencontrées dans ses réalisations25. Dans les années 1960, la rationalisation et la construction par assemblage de modules préfabriqués, réduisent considérablement la dimension artisanale dans les grandes entreprises26. Les chefs d’équipe deviennent, dans ces grands chantiers, les hommes qui « tiennent », pour utiliser les mots des leurs employeurs, les membres du groupe, dont les tâches sont plus parcellisées, et assurent le niveau indispensable de communication entre eux. Le suivi des aspects logistiques (arrivée et distributions des matériaux), le contrôle et la supervision se couplent aux fonctions de coordination notamment dans le gros œuvre. La maîtrise de la langue française et de toute la partie technique du planning devient indispensable. Or, c’est dans ces années que les Nord-Africains arrivent massivement sur le marché du travail et sont embauchés dans les grandes entreprises pour les travaux du gros œuvre qu’elles prennent en charge directement. Selon une vaste enquête de 1978, basée sur les 43 000 dossiers de travailleurs immigrés ayant été examinés en 1974 par quatre services de médecine du travail, 81 % des Nord-africains contre 23 % des Portugais ne s’exprimaient pas en français27. Les quelques études récentes dont on dispose sur l’éducation et la connaissance de la langue par les immigrés montrent de manière plus approfondie et détaillée que les Portugais ont été scolarisés davantage dans leur pays d’origine que les Nord-Africains et s’approprient plus rapidement la langue française28. Toutes choses égales par ailleurs, la scolarisation non seulement a des conséquences significatives sur l’apprentissage de la langue dans le pays d’arrivée mais aussi sur les conditions de travail des immigrés, et ce également pour les non diplômés.

  • 29 Martini M., « Carrières », op. cit., p. 122-123.
  • 30 Liauzu C., Histoire des migrations en Méditerranée occidentale, Bruxelles, Complexe, 1996.
  • 31 Pitti L., op. cit.

16L’étude d’une dizaine de trajectoires de chefs de chantier d’origine italienne en région parisienne entre les années 1930 et 1950 montre, par exemple, que ces parcours ont été précédés systématiquement par un niveau de scolarisation légèrement supérieur à l’obtention du certificat29. À cette donnée de départ incontournable, s’ajoutent également des expériences variées et demandant des capacités non purement manuelles aussi bien dans le pays de départ que dans celui d’arrivée. Certaines étapes, demandant notamment l’utilisation de l’écriture, des carrières professionnelles des ouvriers promus ensuite à des tâches d’encadrement apparaissent, à la lumière de ces quelques trajectoires, comme particulièrement significatives. La structure de la formation scolaire et professionnelle dans l’Italie de l’époque était certainement plus favorable à ses émigrés que celle des pays du Maghreb, et nous permet d’évoquer un cadre explicatif général30. D’autres causes, liées à l’histoire coloniale de la France, sans être leur simple transposition, ont certainement joué, avant et après les années 196031.

Communiquer dans les chantiers

  • 32 Borzeix A. et Fraenkel B. (dir), Langage et travail. Communication, cognition, action, Paris, CNRS (...)

17Actions et paroles, coordination efficace et partage d’un même langage, vont de pair, comme nous l’apprend la sociologie de la communication au travail32, mais se déclinent de manière différente selon la taille de l’entreprise.

  • 33 Bentabet E., Michun S., Trouve P., Gestion des hommes et formation dans les très petites entrepris (...)

18Dans les petites entreprises, le contact entre groupes différents est inévitable, les rapports personnels sont forcés, c’est là où les échanges sont les plus intenses, car il y a une sorte d’obligation de communication33. Comme le métier, on apprend le plus souvent la langue sur le tas. Certains camarades, arrivés depuis plus longtemps, se chargent de la traduction des mots indispensables pour effectuer une opération ou mener à bien une tâche. Ces passeurs sont eux mêmes parfois en situation de maîtrise incertaine de la langue du pays d’origine, surtout lorsque, dans le lieu de départ, ils parlaient le patois de leur région.

19Antonio Morisi, employé dans l’entreprise de son beau-frère à Champigny, prend un ton amusé lorsqu’il en parle : « C’était de la débrouille. On parlait avec les mains. Une fois j’ai retrouvé un Français assis tout seul. – Qu’est que tu fais ? Qu’est ce que tu veux que je fasse ? Je ne comprends rien. Je ne comprends pas le portugais, je ne comprends pas l’italien, je ne comprends pas l’arabe, je ne comprends pas le noir… »

  • 34 De Luca E., Première heure, Paris, éditions Rivages, 2004.
  • 35 Brécourt S., « Sur les chantiers », op. cit., p. 17.

20Une Babel de langues est le plus souvent évoquée comme typique de la communication dans le cadre du chantier. Ainsi, membre illustre de la dernière génération d’immigrés politiques italiens embauchés dans les chantiers français, Erri de Luca rappelle que « l’écriture sainte est pleine de maçons. Les plus célèbres et les plus habiles furent ceux qui se mirent à construire une tour-montagne capable d’atteindre le ciel34 ». Mais on évoque aussi la création d’un langage partagé, le « sabir, cette sorte d’espéranto professionnel impénétrable » pour les outsiders, les non-initiés. Il s’agit d’un langage qu’on apprend rapidement : on remarque, dans certaines enquêtes, une adaptation plus facile à la communication au travail que dans la vie en dehors du chantier35.

  • 36 Ibid.

21Dans l’espace de travail trouvent place également des formes de sociabilité et de partage de moments non productifs. La hiérarchie n’exclut pas des pratiques de camaraderie, dont la plus répandue est sans doute le litre de vin passé à la ronde, tous « buvant au même goulot36 ». Les repas en commun en lisière du chantier, les banquets pour fêter l’achèvement de la bâtisse, constituent autant d’occasions pour des échanges moins contraints par les besoins de la production.

  • 37 Ibid.
  • 38 Tripier M., L’immigration dans la classe ouvrière en France, Paris, CIEMI-L’Harmattan, 1990, p. 20 (...)
  • 39 Jounin N., « Ethnicisation », art. cit.

22Dans les grandes entreprises, en revanche, on remarque une certaine séparation des équipes selon des critères linguistiques (avec tout de même quelques compagnons capables de maîtriser deux ou plusieurs langues37). Au contraire de ce qui se passe dans d’autres industries, où on mélange les origines pour empêcher la communication et accélérer le rythme productif38, dans le bâtiment, pour assurer une certaine efficacité à la coordination des tâches, les équipes sont assez homogènes par origine « ethnique39 ».

  • 40 Ducourneau M., Rudder-Praud V. de, Habitat de chantier, Paris, Secrétariat général du groupe centr (...)

23Par conséquent, la fusion entre les groupes est plus limitée. On se partage par groupes communautaires aussi dans les moments de pause ; les buvettes, lorsqu’elles existent, restent vides, « les exigences du rendement laissent moins de temps et on préfère déjeuner dehors, à proximité du chantier », où on est moins contrôlé40. Une pratique qui unit des hommes de diverses origines dans la petite entreprise peut devenir, dans un contexte différent, une pratique de recherche de la proximité ethnique.

  • 41 http://www.bouygues.fr/fr/groupe/hommes.asp. Information en ligne en juin 2006. Pour une analyse d (...)
  • 42 Barjot D., La grande entreprise, op. cit. et, pour un cas d’entreprise familiale dotée d’une cultu (...)

24Dans ce contexte, les ouvriers qualifiés se distinguent non seulement par leurs capacités professionnelles mais aussi par leurs compétences langagières et sociales. Certains groupes, tel Bouygues, utilisent la culture d’entreprise pour distinguer et homogénéiser les élites ouvrières de la « maison », toute origine confondue. Dans un esprit corporatiste, les Compagnons du Minorange ont été créés en 1963 par Francis Bouygues « pour valoriser les métiers du BTP ». Dans le site Internet de l’entreprise, cet organisme, doté d’un statut et d’organes propres, « est emblématique de la culture Bouygues. Il véhicule sur les chantiers le respect de la sécurité, le goût du travail bien fait, la fraternité et l’attachement à l’entreprise41 ». La construction d’une identité d’entreprise forte, typique de plusieurs grands groupes familiaux du BTP, devient, entre autres, un instrument de gestion des diversités culturelles42.

Conclusion

  • 43 Duc M., op. cit., p. 65-73 et du Tertre C., op. cit., p. 184-194.

25La coexistence et les interactions entre migrants d’origines différentes sont une réalité ancienne dans le bâtiment. Pour comprendre la configuration actuelle des hiérarchies professionnelles et ethniques dans le monde du travail, il est nécessaire de chercher son point de départ loin dans le temps, au moins au tout début du XXe siècle. À l’issue de cette première exploration de la multiculturalité qui nous frappe aujourd’hui par sa visibilité et sa diversité dans les chantiers du bâtiment, ce qui émerge est la spécificité organisationnelle du secteur. La modernisation des années 1960 et 1970 et la parcellisation des tâches qui l’a accompagnée a diversifié la structure de l’organisation du travail du bâtiment sans toutefois réussir à altérer les principes de base de son fonctionnement43. Dans les PME surtout, mais également dans les grandes entreprises, elle reste centrée d’un côté sur la coordination d’équipes chargées de réaliser des étapes précises du produit final, et de l’autre sur la dyade compagnon-aide maçon. Dans ce cadre éminemment coopératif inhérent au processus de production dans des chantiers toujours divers, où des produits uniques sont bâtis, l’expérience de l’échange et de la transmission des consignes ou des compétences entre groupes et cultures du métier « étrangères » est une réalité quotidienne et précoce. Les Creusois, qui, au XIXe siècle, privilégient des formes de recrutement « ethniques » dans leurs activités implantées dans la banlieue est de Paris, commencent à vivre l’expérience du contact avec des immigrés au travail et à leur transmettre métier et pratiques professionnelles dès le début du XXe siècle. Dans l’entre-deux-guerres, dans les microcosmes pluriethniques que sont déjà les entreprises du bâtiment de la banlieue parisienne, on remarque parmi les personnels d’encadrement et les « patrons » un nombre croissant d’étrangers qui, à leur tour, tout en adoptant des comportements économiques endogamiques, se trouvent confrontés à la diversité des origines de leur main-d’œuvre. Il s’agit surtout d’Italiens, qui domineront la scène régionale jusqu’aux années 1970, mais se font remarquer également dès cette époque les premiers Espagnols et Portugais dans des positions de responsabilité, à la différence des Polonais et Nord-africains, employés dans des tâches moins qualifiées.

26En filigrane, une distinction marquée entre petites et grandes entreprises s’est imposée dans la perspective de longue durée qu’on a privilégiée ici. Dans les petites entreprises, les échanges sont plus intenses et le mélange des cultures est une condition nécessaire à la bonne marche du chantier aussi bien au début du XXe siècle que de nos jours. Bien qu’elles soient ouvertes à la diversité, leurs choix restent plus circonscrits en termes de recrutement, faisant apparaître des préférences plus marquées pour certains groupes. Dans les grandes entreprises, les groupes sont plus variés dans leurs origines, mais homogènes ethniquement et plus séparés sur le terrain. Toutefois, des formes de coexistence, le plus souvent forcée du fait de l’installation par les employeurs de logements temporaires pour la main-d’œuvre, apparaissent à la lisière du chantier.

27Modalités de sélection de la main-d’œuvre et formation des équipes varient selon la taille de l’entreprise et articulent différemment les rapports entre les groupes de provenances diverses. Cependant, à un moment ou à un autre, la grande diversité de la main-d’œuvre qui caractérise au XXe siècle toute entreprise du bâtiment, indépendamment de sa taille, impose aux travailleurs migrants un exercice d’adaptation dont l’enjeu mérite toute notre attention.

Notes

1 Pour une revue de la littérature sociologique, voir Rea A. et Tripier M., Sociologie de l’immigration, Paris, La Découverte, 2003. Sur l’articulation entre « diversity, gender and race » dans le monde anglosaxon, voir Ditomaso N. et Post C. (dir), Diversity in the workforce, numéro spécial, Research in the Sociology of Work, vol. 14, 2004 et Prasad P., Mills A. J., Elmes M., Prasad A. (dir), Managing the Organisational Melting Pot. Dilemmas of Workplace Diversity, Thousand Oaks, Londres, New Dehli, Sage Publications, 1997.

2 Voir Pitti L., « Catégorisations ethniques au travail. Un instrument de gestion différenciée de la maind’œuvre », Histoire et mesure, 2005, vol. 20, no 3-4, p. 69-101.

3 Sur la grande entreprise de travaux publics, voir Barjot D., La grande entreprise française de travaux publics, 1883-1974, Paris, Economica, 2006 mais elle est valable pour le secteur du Bâtiment, PMI et PME comprises : voir pour l’après deuxième guerre, Campinos-Dubernet M., Emploi et gestion de la main-d’œuvre dans le BTP, Paris, La Documentation française, 1984.

4 Zancarini-Fournel M., « Coexistence, tensions et confrontations entre ouvriers étrangers dans les usines de guerre du bassin stéphanois en 1914-1918 », dans ce volume et Dornel L., La France hostile, sociohistoire de la xénophobie 1870-1914, Paris, Hachette Littératures, 2004.

5 Sur ce point fondamental, sur lequel on reviendra à plusieurs reprises dans cet article, les études de sociologie du travail ne sont pas nombreuses, voir Duc M., Le travail en chantier, Toulouse, Octarès, 2002 et ses références bibliographiques.

6 Ministère du Travail, Résultats Statistiques du recensement général de la Population du 4 mars 1906, t. 1, 3e partie, Paris, Imprimerie nationale, 1906 ; Ministère du Travail, Résultats Statistiques du recensement général de la Population du 5 mars 1911, t. 1, 3e partie, Paris, Imprimerie nationale, 1911 ; Ministère du Travail, Résultats Statistiques du recensement général de la Population du 7 mars 1926, t. 1, 1re et 3e parties, Paris, Imprimerie nationale, Paris Imprimerie nationale, 1926 ; Ministère des Finances, Résultats Statistiques du recensement général de la Population du 8 mars 1936, t. 1, 3e partie, Paris, Imprimerie nationale, 1936.

7 Commissariat général du plan. Rapport du comité bâtiment et travaux publics, Préparation du 7e plan, Annexe VII, Incidences sur l’emploi dans le bâtiment et les travaux publics de différentes politiques économiques et sociales, rapporteur Jean Vibert, délégué général de la Fédération nationale du bâtiment, avec la collaboration de Marie-Madelaine Krust et Patrick Schmidt, février 1976.

8 Jounin N., « L’ethnicisation en chantiers. Reconstructions des statuts par l’ethnique en milieu de travail », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 20, 2004, 3 et Id., « Une articulation entre hiérarchies professionnelles et classements ethniques. Le cas du Bâtiment en Ile-de-France », Cahiers du Ceriem, 12, 2003, p. 1-16.

9 Brusseau E. et Rallet A., « Efficacité et inefficacité de l’organisation du bâtiment : une interprétation en termes de trajectoire organisationnelle », Revue d’économie industrielle, no 74, 1995, p. 9-30.

10 Sur les spécificités organisationnelles du BTP, voir Du Tertre C., Technologie, flexibilité, emploi. Une approche sectorielle du post-fordisme, Paris, L’Harmattan, 1989, chap. 2 ; Guffond J.-L. et Leconte G., La professionnalisation en chantier, Grenoble, Ministère de l’équipement-Plan Construction Architecture, 1990 ; Campagnac E., Bobroff J. et Caro C., Approches de la productivité et méthodologie d’organisation dans les grandes entreprises de la construction, Ministère de l’équipement-Plan Construction Architecture, 1990 ; Guffond J. L. et Leconte G., « Le pilotage d’activités distribuées – Le cas du chantier », Sociologie du Travail, no 43, 2001, p. 197-214.

11 Amat F. et al., L’industrialisation du gros œuvre du Bâtiment. Conséquences sur le travail des ouvriers de chantier, Paris, La documentation française, 1980 ; Campinos-Dubernet M., Emploi et gestion de la main-d’œuvre dans le BTP. Mutations de l’après-guerre à la crise, Paris, La Documentation française, 1985.

12 Nous nous permettons d’utiliser comme sources des travaux de collègues et de professionnels du secteur. Des réflexions particulièrement pertinentes sur l’utilisation de sources produites avec des fins autres que celles des chercheurs figurent dans Ginzburg C., « L’inquisitore come antropologo », id., Il filo e le tracce, Milan, Feltrinelli, 2006, p. 270-280 ; pour un exemple de réutilisation des enquêtes de l’INED, voir Martini M., « Carrières ouvrières dans le Bâtiment : la mobilité professionnelle des immigrés italiens à l’aune des enquêtes de l’INED des années 1950 », Blanc-Chaléard M. C., (dir), Les Italiens en France depuis 1945, Rennes/Paris, Presses Universitaires de Rennes-Génériques, 2003, p. 113-129.

13 Waldinger R.D., Still the Promised City ? African-Americans and the New Immigrants in Postindustrial New York, Cambridge, MA, Harvard University Press, 1996 ; Waldinger R. et Bozormeher M. (dir), Ethnic Los Angeles, New York, Russel Sage Foundation, 1996. Une discussion critique de ce modèle dans Rath J., « A Game of Ethnic Musical Chairs ? Immigrant Businesses and the Formation and Succession of Niches in the Amsterdam Economy », Body-Gendrot S. et Martiniello M., (dir), Minorities in European Cities. The Dynamics of Social Integration and Social Exclusion at the Neighbourhood Level, Houndmills, Basingstoke, Hampshire, Macmillan Press, 2000, p. 26-43.

14 Cette étude s’inscrit dans une recherche plus vaste, voir Martini M., « Les limites de l’ethnicité. Les entrepreneurs immigrés du bâtiment en région parisienne au XXe siècle », Fraboulet D. et Rivière D., (dir), La ville sans bornes, la ville et ses bornes, Paris, Nolin, 2006. Certes les catégories du recensement concernant la maçonnerie permettent de distinguer les quatre grandes catégories (chef de chantier ou d’équipe, maçon, aide-maçon et manœuvre), mais non la distribution des migrants parmi les spécialisations qui, en région parisienne, sont plus diversifiées au début du siècle. Parmi les compagnons, on distingue limousinants, briquetiers, plâtriers, bardeurs, cimentiers, Toussaint M. et Magnier M.-D., Nouveau manuel complet du maçon, du couvreur, du paveur et du carreleur, Paris, Librairie Encyclopédique de Roret, 1864. Voir Borie F., L’ouvrier maçon, Paris, Librairie, Octave Doin, 1924, chap. 2 Le métier, p. 65-72.

15 Archives départementales du Val de Marne, Listes nominatives des recensements de la population, Champigny, 1921, Mi 1511, 1931, Mi 1509-Mi 1510, Portugais et Polonais sont absents en 1921.

16 Guffond J.-L. et Leconte G., « Le pilotage », op. cit.

17 Il s’agit de Bousquet M., Traité pratique du maçon, du terrassier, du paveur et du conducteur de travaux publics, Paris, Garnier Frères, 1909, p. 70-74, réédité en 1920 et 1922.

18 Brécourt S., « Sur les chantiers », Informations sociales, 1966, no 6, p. 17-25, p. 19 (l’auteur remarque cependant qu’à l’époque l’apprentissage se faisait de plus en plus à l’école, et les jeunes arrivaient sur les chantiers au niveau du CAP).

19 Il s’agit en même temps d’une relation juridique ; sur ces aspects voit Lemercier C., « Apprentissage », Stanziani A., (dir.), Dictionnaire historique de l’économie-droit, XVIIIe-XXe siècles, Paris, Maisons des Sciences de l’homme/Réseau européen droit et société, 2007, p. 23-34.

20 Cacères B., op. cit., p. 95-96. Une enquête sociologique très récente a mis en lumière l’importance, encore aujourd’hui, du temps consacré par les ouvriers expérimentés aux débutants dans le bâtiment (à la différence d’autres secteurs), Jalaudin C. et Moreau G., « Transmettre le métier : les complexités de la relation maître/apprenti », Piotet F., (dir), La révolution des métiers, Paris, PUF, 2002, p. 53-76, p. 70.

21 Toussaint M. et Magnier M.-D., Nouveau manuel complet du maçon, op. cit.

22 Martini M., « Ajustement des effectifs et migrations dans une petite entreprise du bâtiment (région parisienne, milieu du XXe siècle) », Entreprises et histoire, no 26, décembre 2000, p. 89-105.

23 Entretien avec Louis Taravella, 1920-2007, Nogent-sur-Marne, 4 septembre 1998.

24 La plupart s’inspirent de la théorie des jeux : voir par exemple Fearon J. D. et Laitin D. D., « Explaining Interethnic Cooperation », The American Political Science Review, vol. 90, 1996, no 4, p. 715-735.

25 Ibid., p. 21. Voir Cacérés B., op. cit., et Brécourt S., op. cit., p. 21.

26 Amat F. et al., op. cit.

27 L’enquête a été réalisée par les services de médecine du travail de Grenoble, Marseille, Nantes, Nice et Reims et portait sur 173 939 dossiers de travailleurs du BTP, dont 43 055 d’étrangers. Suivent 13 % des Espagnols et 6 % des Italiens, Fecci R., « Résultats de la surveillance, par dossier informatique, de 40 000 travailleurs immigrés dans les professions du bâtiment et des travaux publics », Revue de médecine du travail, t. IV, 1976, no 1, p. 55-65.

28 Une étude récente basée sur les données des enquêtes Emploi (2002) et Mobilité géographique et insertion sociale (1992) de l’INSEE a montré que les Portugais sont moins souvent au chômage et sont mieux payés que les Maghrébins, et même que les Français si on observe plus précisément les trajectoires des non diplômés. Sans exclure l’existence de pratiques de discrimination positive vis-à-vis de Portugais, l’auteur insiste également sur certaines caractéristiques communautaires, souvent mal observées ou inobservées selon lesquelles 40 % des Maghrébins n’étaient jamais allés à l’école contre 10 % de Portugais, et que 13 % ne parlaient pas le français contre 2 % des Portugais, ce qui explique selon l’auteur la faible probabilité des premiers d’être employés, voir Domingues Dos Santos M., « Travailleurs maghrébins et portugais en France : le poids de l’origine », Revue économique, vol. 56, 2005, p. 447-464.

29 Martini M., « Carrières », op. cit., p. 122-123.

30 Liauzu C., Histoire des migrations en Méditerranée occidentale, Bruxelles, Complexe, 1996.

31 Pitti L., op. cit.

32 Borzeix A. et Fraenkel B. (dir), Langage et travail. Communication, cognition, action, Paris, CNRS éd., 2001 ; Filliettaz L. et Bronckart J.-P. (dir.), L’analyse des actions et discours en situations de travail. Concepts, méthodes, application, Louvain-la-Neuve, Peeters, 2005. Pour le travail en chantier, voir Duc M., op. cit., ch. « Interactions langagières et coopération », p. 145-156, concernant les consignes pour le repérage de l’équipe dans le temps et l’espace.

33 Bentabet E., Michun S., Trouve P., Gestion des hommes et formation dans les très petites entreprises, Marseille, Céreq, 1999, « études », 72.

34 De Luca E., Première heure, Paris, éditions Rivages, 2004.

35 Brécourt S., « Sur les chantiers », op. cit., p. 17.

36 Ibid.

37 Ibid.

38 Tripier M., L’immigration dans la classe ouvrière en France, Paris, CIEMI-L’Harmattan, 1990, p. 200.

39 Jounin N., « Ethnicisation », art. cit.

40 Ducourneau M., Rudder-Praud V. de, Habitat de chantier, Paris, Secrétariat général du groupe central des villes nouvelles, 1975.

41 http://www.bouygues.fr/fr/groupe/hommes.asp. Information en ligne en juin 2006. Pour une analyse détaillée de la création de l’ordre et des objectifs de la direction, voir Campagnac E., Culture d’entreprise et méthodes d’organisation : l’histoire de Bouygues, CERTES-École nationale des ponts et chaussées, 1987.

42 Barjot D., La grande entreprise, op. cit. et, pour un cas d’entreprise familiale dotée d’une culture d’entreprise marquée, voir Id., Fougerolle : deux siècles de savoir-faire, Cormelles-le-Royal, IHMC/Ed. du Lys, 1992. Voir Deck-Chaumont E., Culture d’entreprise et stratégie économique, le cas des groupes français du BTP, 1945-1985, CERTES-École nationale des ponts et chaussées, 1987. Pour une mise en perspective historique de la gestion des relations interculturelles, voir Maitte C. et Martini M. (dir), « Introduction » au numéro spécial de la revue Migrations société, Pratiques migratoires, gestion des diversités et cultures de l’entreprise du XVe au XXe siècle, no 6, 2006, p. 23-27.

43 Duc M., op. cit., p. 65-73 et du Tertre C., op. cit., p. 184-194.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search