Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Étrangers et sociétés

 | 
Pilar González-Bernaldo
, 
Manuela Martini
, 
Marie-Louise Pelus-Kaplan

Deuxième partie. Désignations, représentations et regard des autres

Universalisme revendiqué ou cosmopolitisme forcé ? Les exilés français et l’Étranger durant le second Empire

Sylvie Aprile

Texte intégral

  • 1 Coulmas P., Les citoyens du monde. Histoire du cosmopolitisme, Paris, Albin Michel, 1995, p. 241.
  • 2 Sur ce sujet, voir Wahnich S., L’impossible citoyen, l’étranger dans le discours de la Révolution (...)

1Contraints à l’exil par le coup d’État de 1851, de nombreux Français, républicains, hommes de lettres, avocats, célèbres ou anonymes, se sont réfugiés en Suisse, en Belgique et surtout en Grande-Bretagne et dans les îles anglo-normandes. Ce séjour forcé qui, pour certains, a duré près de vingt ans a provoqué de multiples confrontations avec l’altérité, celle des habitants du pays d’accueil (population et élites intellectuelles), mais aussi celle des multiples composantes de la mosaïque des exilés du Printemps des peuples. Cette expatriation a-t-elle fait de ces Français en exil des « citoyens du monde », terme qui définit le plus communément le cosmopolite ? La rencontre des Français et des révolutionnaires étrangers n’a, semble-t-il, guère retenu l’attention des contemporains et suscité l’intérêt des historiens. Hormis l’éclat de certains poèmes ou discours de Victor Hugo et quelques références aux banquets révolutionnaires londoniens, plus exceptionnellement aux congrès de la paix en Suisse, les Français semblent poursuivre ce que Peter Coulmas a défini comme « une rechute dans l’universalisme national1 ». L’article Cosmopolitisme est l’un des articles politiques les plus courts du Grand Dictionnaire du XIXe siècle de Pierre Larousse et ce n’est pas le bref développement consacré au terme de cosmopolite qui l’éclipse. Les raisons en sont connues. Les exilés français sont, contrairement à la majorité des autres révolutionnaires du Printemps des peuples, les proscrits d’une construction nationale achevée et non d’un mouvement d’émancipation politique, comme les réfugiés allemands, italiens ou hongrois. Ils sont les héritiers de la Révolution française et de ses revirements face à l’étranger devenu l’impossible citoyen2. Les hommes de 1793, après avoir proclamé l’universalité de la citoyenneté, ont, dans les circonstances que leur imposait la défense nationale, exclu l’étranger. Leurs successeurs ont développé leurs idées dans le cadre d’un universalisme français, flou, généreux et quelque peu condescendant. Ils témoignent le plus souvent, dans leurs actes et leurs écrits, d’une « douce xénophobie » et exaltent a contrario un patriotisme en pleine expansion.

  • 3 . Michelet Jules, Correspondance générale, (1848-1852), Paris Librairie Honoré Champion. 1997. Lett (...)

2L’ambition de cette contribution n’est pas de contredire cette vision mais d’analyser comment, dans le cadre d’une situation d’exil, peuvent subsister ou se modifier ces discours, ces échanges d’idées et surtout les contacts personnels entre ces hommes issus d’une culture partagée, ou qu’ils croient commune. Cette confrontation à l’expérience du cosmopolitisme et au nationalisme des autres conduit-elle à de nouveaux usages ? Ce voisinage, à la fois contraint et volontaire, de l’autre produit, surtout dans les écrits polémiques et les souvenirs, l’expression d’un repli communautaire. Est-il la traduction sociale de la pensée politique française3 ?

3Au quotidien, les proscrits paraissent, en effet, exprimer une difficulté, voire une incapacité à supporter la rupture à la fois géographique et linguistique avec la France et surtout avec Paris. Le Français, vu par l’exilé russe Herzen, est de tous les proscrits, celui qui met le plus en scène sa nostalgie et refuse toute intégration. Cette spécificité – voire cette exception – française est aussi soulignée par Daniel Stern, écrivain, voyageuse, amie et confidente des révolutionnaires du Printemps des peuples, qui écrit à propos des exilés français :

  • 4 . Stern D., Esquisses morales, pensées, réflexions et maximes, rééd. Paris l’Harmattan, 2005, p. 31 (...)

« De là, pour le Français, un isolement absolu, que l’on a peine à se figurer dans l’état présent de la civilisation européenne, dès qu’il se voit jeté, fût-ce à quelques heures seulement, hors de sa frontière ; de là le sentiment d’une sorte de captivité intellectuelle qu’il porte partout, même au sein de l’hospitalité la plus large, une pesanteur à monter l’escalier d’autrui qui contraste avec son naturel, alerte et intrépide ; de là, enfin, une sorte d’étonnement triste, toujours renouvelé, qui fait de l’exil la peine la plus contraire à ses instincts, un châtiment qui ne saurait se tempérer par l’habitude, et comme une douloureuse suspension de la vie4. »

4Si comme l’indique la définition du Grand Larousse du XIXe siècle, le cosmopolitisme est, par extension, la facilité à s’acclimater partout, le Français n’est alors guère cosmopolite, ce qui mérite pourtant enquête et pratique d’histoire comparée. Car au-delà du discours, ce sont les parcours qui doivent être pris en compte dans une histoire politique et sociale de l’exil qui déjoue au jour le jour le cloisonnement des postures politiques. J’évoquerai donc tout d’abord le cosmopolitisme comme refus puis comme refuge pour l’exilé, et en dernier lieu, la variété des pratiques cosmopolites de « ceux qui, ne se fixant pas dans un endroit, s’accommodent de tous les usages ».

L’impossible cosmopolitisme français ?

  • 5 Kupiec A., « L’ici et l’ailleurs. Anarcharsis Clootz et le cosmopolitisme », Tumultes, no 4, 2005. (...)
  • 6 Azimi V., « Le droit d’asile : ‘‘doctrine’’ et réalités de la Révolution française », Blanc-Chaléa (...)

5La réflexion française sur le cosmopolitisme renvoie, depuis l’époque moderne, à une double acception qu’il faut rappeler : l’une, doctrinale, autour de la conception d’une citoyenneté mondiale reposant sur trois axes, l’unité, la paix et la liberté, l’autre plus pratique et empirique, témoignant d’un état d’esprit ou d’une conduite humaine souvent individuelle. Le cosmopolitisme, jusqu’à l’époque contemporaine, est une pratique aristocratique autant qu’une attitude philosophique. Sa dimension politique héritée de Jean-Jacques Rousseau et d’Anarchasis Clootz est celle qui est le plus souvent envisagée dans le cadre de l’exil, minorant ses aspects culturels mais aussi sociaux et économiques. Evoquer le cosmopolitisme des idées, aujourd’hui mais plus encore au XIXe siècle, conduit à reprendre le débat autour de ce que l’on a nommé les cosmopolitiques. Débat déjà amorcé par les réflexions de Jean-Jacques Rousseau, qui ouvrent la définition du Grand Larousse du XIXe siècle, faisant immédiatement pencher le cosmopolitisme vers son versant négatif : celui du rejet de la patrie : « Méfiez-vous de ces cosmopolites qui vont chercher au loin, dans leurs livres, des devoirs qu’ils dédaignent de remplir autour d’eux. » Largement développée par Anarchasis Clootz pendant la Révolution, la citoyenneté du monde aboutit – on le sait – à la construction d’un discours sur l’étranger qui se traduit dans les faits par une législation et une réaction pour le moins hostiles5. L’émigration qui prolonge, de façon contrainte, la circulation des élites des Lumières incarne, bien au delà de la période révolutionnaire aux yeux des républicains, leur refus du cosmopolitisme. En d’autres termes, le cosmopolite : c’est l’autre. La pensée contre-révolutionnaire revendique d’ailleurs toujours cette pratique aristocratique et en fait également une spécificité idéologique. Pour De Bonald, être « patriote » est une tare, le monarchiste vivant encore sur le modèle d’une Europe d’élites cosmopolites dépourvues du sentiment national. Il développe l’idée que seul l’animal a un territoire, la supériorité de l’homme étant justement dans sa capacité à dépasser cette référence au sol6.

  • 7 Plumyene J., Les nations romantiques, le XIXe siècle, Paris, Fayard, 1979.

« Le sol, écrit De Bonald, n’est la patrie que de l’animal... pour l’homme en société publique, le sol qu’il cultive n’est pas plus la patrie que pour l’homme domestique la maison qu’il habite n’est la famille. L’homme civilisé ne voit la patrie que dans les lois qui régissent la société, dans l’ordre qui y règne, dans les pouvoirs qui la gouvernent, dans la religion qu’on y professe, et pour lui son pays peut n’être pas toujours sa patrie7. »

6La métaphore animale est d’ailleurs largement présente dans les images qui sont données en négatif du cosmopolite. On peut citer ainsi Bernardin de Saint Pierre : « le genre des insectes est seul cosmopolite » et Maury : « le cosmopolitisme d’aucun animal ailé n’est comparable à celui du corbeau commun ».

  • 8 Cet aspect est mieux connu et a donné lieu encore récemment à une mise au point à travers l’ouvrag (...)
  • 9 Darriulat P., Les patriotes, la gauche républicaine, op. cit.

7La confusion est donc possible entre les deux définitions et le terme est, désormais, dépréciatif ou employé de façon péjorative. Dans la pensée républicaine, il n’est guère envisageable de célébrer un mode de vie étroitement lié à celui des élites, où les parcours des artistes rencontrent les trajectoires économiques et politiques de leurs protecteurs et mécènes. Pour l’époque contemporaine – la période charnière de la Révolution française incluse –, la seule réflexion possible sur le cosmopolitisme est d’ordre théorique, à travers l’élaboration d’une définition de la notion de patriotisme. Il a une portée englobante ou stigmatisante, il définit progressivement des groupes et des comportements politiques8. Les proscrits du second Empire, plus particulièrement étudiés ici, participent largement par leurs engagements politiques en exil à ces considérations sur le primat de l’universalité et/ou de la citoyenneté française au lendemain du Printemps des peuples. Il est alors tout naturel que ces « exilés », qui craignent d’être perçus comme des « déracinés », défendent et affichent leur attachement à la France. D’où la faiblesse d’un cosmopolitisme énoncé et plus encore revendiqué, et je parlerai ici plutôt d’un cosmopolitisme au mieux consenti, voire contraint. Rares sont les proscrits qui emploient le terme lui-même. Ce rejet s’est accru tout au long du premier XIXe siècle par la construction progressive d’un nationalisme de gauche, et la mise en place parallèle d’une citoyenneté française construite sur la définition, voire l’exclusion de l’autre. Les travaux de Philippe Darriulat, concernant le patriotisme naissant de la gauche républicaine, et ceux des nombreux spécialistes, sur la construction juridique et administrative de ce qu’est un « Français », ont montré combien le rejet de l’autre était constitutif de cette identité9. Tout au long du siècle, se construit un patriotisme de gauche, disons républicain pour aller vite, qui doit à la fois gérer l’héritage de la Grande Nation et élaborer une conscience nationale qui glorifie la seule France.

8Parallèlement, s’élabore aussi, hors de France, et au sein même des exilés européens installés en France, une réflexion qui minore voire critique le rôle universel de la France, en lui déniant justement son cosmopolitisme. Louis Blanc avait déclaré dans un banquet en 1847 que « La France ne pourrait jamais faire triompher une idée si ce n’était dans l’intérêt du monde entier. » Friedrich Engels s’en indigne dans la presse anglaise et écrit :

  • 10 Engels F., The Northern Star, 13 novembre 1847. Cité par Darriulat P., op. cit. p. 154.

« Un Français est nécessairement cosmopolite, affirme Monsieur Blanc. Certes, dans un monde où ne régneraient que l’influence française, les us et coutumes français, les mœurs françaises, les idées et les institutions françaises !... Or c’est exactement ce que ne veulent pas les démocrates des autres pays. étant eux-mêmes tout à fait disposés à abandonner leur propre nationalité, ils attendent que les Français en fassent autant10. »

  • 11 Dufraisse M., Histoire du droit de guerre et de paix de 1789 à 1815, Paris, Le Chevalier, 1867/7/p (...)

9Ceci aboutit à un patriotisme parfois exacerbé et revendiqué, surtout hors du territoire français. Parmi les proscrits, l’un d’entre eux, Marc Dufraisse, n’hésite pas à écrire : « Le cosmopolitisme, ainsi que la philanthropie, m’a toujours paru une tactique trop commode et trop peu compromettante pour être jamais une qualité et un mérite. L’amour de tout le monde est la vertu facile de quiconque veut se dispenser de faire ce qu’il doit à la patrie11. » Sa réflexion théorique le conduit aussi à des considérations personnelles puisqu’elle aboutit à réclamer de ses enfants qu’ils n’abandonnent jamais la nationalité française :

  • 12 Dufraisse M., op. cit., p. XX.

« Je laisserai à mes fils l’ordre testamentaire de rester, quoi qu’il arrive, les enfants de la France où ils sont nés… Je préfère la France au monde entier. Et dès lors, j’estime que son sang ne doit plus couler que pour venger un outrage à son honneur ou pour repousser une agression12. »

  • 13 Lettre de Barbès à George Sand. Perrot M. (éd.), Sand-Barbès, correspondance d’une amitié républic (...)

10Armand Barbès, dans ses lettres à George Sand, exprime un véritable chauvinisme qui peut surprendre. Armand : « Je suis chauvin, très chauvin et je m’en fais gloire. Ne pas aimer la patrie, c’est pis que de ne pas aimer sa mère… Tant qu’il y aura des Anglais trafiquants de toutes haines contre ce qui n’est pas leur commerce et des Prussiens rêvant de conquêtes, je ne comprends pas pourquoi la France égalitaire voudrait se mutiler de son énergie guerrière13. »

  • 14 Aprile S., « Qu’il est dur à monter et à descendre l’escalier d’autrui », Romantisme, no 110, 2000 (...)
  • 15 Espagne M. et Werner M., « La construction d’une référence culturelle allemande en France, genèse (...)

11On le voit, par le rejet d’un cosmopolitisme d’idées, c’est surtout des formes de constructions politiques qui sont en jeu, des loyautés et des appartenances qui se jouent. Le refus ou la revendication du cosmopolitisme fonctionne comme l’anglophobie, dont témoignent de façon quasi obligatoire les proscrits dès leur arrivée sur le sol britannique14. Il est un élément paradoxal – dans une situation d’exil – mais stable d’acculturation et reste, dans bien des cas, un enjeu interne au parti républicain15. C’est un lieu commun, au sens où il est fédérateur. Il maintient une connivence, une complicité entre les exilés, et aussi entre l’exilé et le pays d’origine. Le séjour en Angleterre ne doit pas entraîner de rupture supplémentaire, et l’anglophobie affichée est alors une des formes de cette continuité.

12Les exilés entretiennent pourtant, au cœur de cette étroite collusion entre pratiques et discours, un curieux et ambivalent dialogue avec la figure double de Madame de Staël. Elle est tout à la fois l’incarnation de l’Emigrée exécrée, mais aussi de l’exilée, poursuivie par la vindicte acharnée de l’empereur, cosmopolite par la naissance mais aussi parce qu’elle est contrainte comme eux à errer en Europe. Paradoxalement, leur construction identitaire – de façon qui peut sembler parfois anecdotique – passe par un positionnement et plus souvent par une mise en garde ou à distance de ce qu’ils définissent comme la posture singulière de l’auteur de Corinne. L’histoire des représentations a ici très largement sa place pour montrer comment le sentiment d’appartenance entre les proscrits peut être constitué par cette référence au passé. Tous critiquent Madame de Staël, mais intègrent à leurs échanges épistolaires « le petit ruisseau de la rue du Bac », expression même de la nostalgie à l’égard de la France et de Paris qu’ils acceptent de partager avec elle. L’article « ruisseau » du Grand Larousse en témoigne curieusement par une longue digression sur cet exemple.

13Il faut aussi prendre en compte non seulement le contexte idéologique du républicanisme en exil et en France, mais aussi la politique impériale et plus encore l’image même que l’Empereur et l’Empire entendent se donner. S’il est un cosmopolite français, c’est l’Empereur. Sa politique à l’égard des nationalités embarrasse les républicains car il reprend à son compte la politique émancipatrice de la Révolution française. Ils sont plus à l’aise lorsqu’ils critiquent l’étrangeté du personnage et soulignent sa méconnaissance de la France. Son enfance a été marquée par le nomadisme auquel il a été contraint : il a vécu en Allemagne, en Italie, puis en Angleterre, avant son arrivée en France. Parmi les critiques qui lui sont adressées, sa citoyenneté sugdovienne, son statut d’esquire à Londres sont constamment brocardés par ses détracteurs. Son mariage avec Eugénie de Montijo, « l’Espagnole », alimente encore cette image. Le Paris des expositions universelles, de l’hausmannisation, est aussi un Paris qui attire et retient les étrangers. Certes l’image ne date pas d’hier, déjà utilisée par Balzac, mais elle devient de plus en plus un argument touristique et commercial. Les guides de voyage en effet font de Paris la ville cosmopolite par excellence.

  • 16 Kracauer S., Jacques Offenbach ou le secret du second empire, Paris, Le promeneur, 1994, p. 261.
  • 17 Asseo H. (dir.), « Circulation et cosmopolitisme en Europe », Revue de synthèse, cinquième série, (...)

14Comme le rappelait Siegfried Kracauer : « De même que le prolétariat était international, de même les couches supérieures étaient cosmopolites. Depuis l’exposition universelle de 1855, Paris était envahi par de riches étrangers qui, en dehors de leurs affaires, couraient surtout au plaisir, et, d’accord avec la politique économique officielle, la société leur faisait fête. L’impératrice accueillait volontiers les étrangers, le duc de Morny fréquentait la communauté russe. On trouve dans le bal monstre, qui fut donné par le ministre de la marine au début de 1866, un indice très net de la sympathie que rencontraient les étrangers dans les milieux les plus choisis ; le clou de ce bal fut un cortège des quatre parties du monde auquel prirent part des représentants de tous les pays16. » Dans la vie parisienne, le baron de Gondremlarck « veut s’en fourrer jusque là », et le brésilien chante les délices de Paris, Paris… La fête impériale incarne cette stigmatisation des identités cosmopolites qui a succédé en un siècle à la valorisation des pratiques cosmopolites17.

Le cosmopolitisme nouveau : du refus au refuge

  • 18 L’attitude de Coeurderoy rappelle celle de Joseph Roth, « Heitmalos » avant même l’exil. Traverso (...)

15Rien de surprenant alors que la revendication du cosmopolitisme soit tout aussi exagérée ou qu’elle surgisse hors des marges politiques, et constitue une forme de contestation à la fois idéologique et identitaire18. Ce sont tout d’abord ceux qui crient « à bas les chefs » et récusent l’autorité des leaders de la proscription, qui défendent une forme de cosmopolitisme mais souvent sans employer directement – il faut le dire – le terme. Il est assimilé à toutes les formes de citoyenneté qui dépassent et récusent le cadre national. Comme le dit, avec une formule aussi surprenante que pertinente dans ce contexte, Ernest Coeurderoy, « je ne suis pas un chauvin de l’exil ». Il développe largement sa pensée dans son autobiographie, Jours d’exil, où il exalte le voyage et la fin de frontières :

« Que ne me parlez-vous d’étrangers, de Saxons, de Germains, de Français et de Russes. Il n’en est plus, vous dis-je. L’humanité comprend trois grandes familles : les ouvriers, les artistes et les philosophes. […] Les douanes sont rasées, les frontières labourées, les passeports mis en pièce. Dans les lieux où l’on séjourne, on rencontre des gens amenés par le même attrait que soi, ceux-là dans les villes, ceux-ci dans les campagnes ; les uns au bord des fleuves, les autres au haut des monts. L’inégalité des conditions ne met plus d’obstacles à l’échange des sympathies, ni le prix des voyages à leur fréquence. »

16Joseph Déjacque, autre proscrit, transcende cette analyse à travers une forme de fiction utopique, qu’il intitule l’Humanisphère. La provocation ultime de leurs publications est d’en appeler à l’étranger, c’est-à-dire plus précisément à une invasion de « cosaques », image même de la sauvagerie pour changer le monde. Déjacque écrit :

  • 19 Déjacque J., La Question révolutionnaire : l’humanisphère. à bas les chefs !, Paris, éditions Cham (...)

« Que le progrès s’opère par le sceptre arbitraire des tsars ou par la main indépendante des républiques ; que ce soit par les cosaques de la Russie ou par les prolétaires de France, d’Allemagne, d’Angleterre ou d’Italie ; d’une manière quelconque, que l’unité se fasse, que la féodalité nationale disparaisse, et je crierai bravo19. »

17Moins extrême est la revendication de la république universelle comme forme d’union qui resurgit dans le malheur. Philippe Darriulat rappelle que le contact permanent entre les dirigeants révolutionnaires, qui s’établit en exil, permet d’éprouver tous les jours la nécessité d’établir des liens forts et une solidarité active. Elle s’exprime dans la presse :

  • 20 Darriulat P., op. cit. p. 236.

« Proscrits de toutes les nations qui nous trouvons ensemble, au foyer de l’étranger, que cette cruelle expérience nous soit une leçon : qu’il n’y ait entre nous désormais qu’une communion, un sentiment, un amour, celui de la délivrance universelle. Que nous importent les latitudes, les races, les origines, les couleurs ? N’avons-nous pas tous la grande empreinte humaine, et l’unité de famille ne doit-elle pas entraîner l’effet commun de l’espèce vers le plus haut des destinées20 ? »

18La républicanisation du patriotisme n’occulte que partiellement un renouveau politique de la citoyenneté universelle. Dans les milieux de l’exil, en Angleterre, se développe un certain nombre de projets autour de la notion d’États-Unis d’Europe. Le patriotisme n’empêche pas des formes d’engagement qui apparaissent dans la presse et sous forme de manifestes, et, surtout, dans le cadre des congrès de la paix des années 1860. Mais en comparaison des autres communautés d’exilés, les Français ne s’y arrêtent guère. Ces réunions à l’étranger ne séduisent guère la jeune génération républicaine en France et sont souvent caricaturées, elles ne constituent pas un lien entre les proscrits et les républicains de France. Il faudrait, bien entendu, faire une place plus large à la construction en parallèle – mais qui n’est pas le fait de nos exilés – de l’Internationale, qui se construit aussi en termes d’appartenances, de réseaux et d’identifications a-nationaux.

19Au cours des années 1860, c’est surtout l’antimilitarisme et le pacifisme de gauche qui remettent à l’honneur l’un des axes majeurs du cosmopolitisme doctrinal, la paix. Grâce à l’Empire qui conjugue sa politique des nationalités avec une politique belliqueuse, les républicains se réapproprient le pacifisme, et par là même une part du cosmopolitisme d’idées qui avait disparu.

Le cosmopolitisme : une circulation des hommes et des idées21

  • 21 Turgeon L., Delage D., Ouellet R., (dir), Transferts culturels et métissages, Amérique/Europe XVIe(...)

20Si, on l’a vu, le cosmopolitisme devenu un déterminant politique évolue au cours des années 1850, la référence sociale semble, elle, stable. Le modèle aristocratique reste un repoussoir. Pourtant, si le cosmopolitisme est redéfini comme une pratique de circulation des hommes et des idées, il en résulte des formes nouvelles de citoyenneté et de nouvelles pratiques. Une réflexion en terme de genre nuance déjà le propos. La répression du coup d’État s’est abattue uniformément sur les hommes et les femmes.

21Jeanne Deroin, exilée en Grande-Bretagne, s’abstient désormais de participer aux activités des proscrits, et ce retrait politique semble surtout justifié par ses difficultés matérielles qui la condamnent à vivre en marge des milieux intellectuels. On montre, à travers son parcours en exil, le courage des femmes et leur ténacité. Jeanne Deroin tente en effet de créer une institution pour les enfants déshérités de l’exil. Sa position a été plus récemment relue et assimilée à un refus clairement exprimé à l’égard de la façon dont les hommes ont fait de la politique et continuent à la penser après l’échec des années 1848-1851. À partir de 1852, si elle renonce ouvertement à tout dialogue avec les républicains, c’est qu’elle considère qu’ils sont, sinon complices, du moins responsables du nouveau régime. Son silence n’est pas total, au contraire elle publie L’almanach des femmes – seul journal bilingue de la proscription française – qui s’intéresse alors aux performances artistiques, scientifiques, religieuses et pacifistes des femmes du monde entier. Cette réflexion sur la régénération du monde par les femmes est l’effet d’une exclusion qui amène, comme le dit Michèle Riot-Sarcey, à se réfugier dans une féminité différente, hors des valeurs imposées, à l’écart des pratiques politiques, et surtout à l’encontre des doctrines masculines. Ceci conduit Jeanne Deroin à inscrire le politique dans une perspective religieuse. Elle définit en effet le socialisme comme :

  • 22 Primi A., « Die Frauen-Zeitung et l’Almanach des Femmes, dernières tribunes des “femmes de 1848” : (...)

« … de la religion sociale qui a pour base et pour dogme la solidarité, c’est-à-dire la responsabilité mutuelle, la fraternité universelle, et pour culte le travail solidaire, c’est-à-dire le travail de tous les membres de la famille sociale, unis dans le but de rendre hommage à Dieu dans ses œuvres […]. Enfin la morale du socialisme a pour but la régénération de l’Humanité et le triomphe de la fraternité et de l’harmonie universelle, c’est-à-dire le règne de Dieu sur la terre22. »

22Cette revendication spiritualiste est mal comprise et caricaturée par les militants français, elle n’est donc pas relayée dans la presse et dans leurs écrits.

23D’autres figures féminines traduisent un renouveau sexué du cosmopolitisme. Bon nombre de figures de militantes féminines témoignent d’une autre circulation, parfois plus intense d’ailleurs, des idées entre la France et le monde anglo-saxon.

  • 23 Offen K. M., « Qui est Jenny D’Héricourt ? Une identité retrouvée », 1848 révolutions et mutations (...)

24Jenny d’Héricourt contredit ainsi à sa manière l’image de ce soi-disant « silence » des femmes après 1848. Si elle n’a pas été condamnée ou poursuivie après le coup d’État, elle a choisi l’exil en 1864, après avoir publié en France La femme affranchie. Elle disparaît au sens propre du terme, et c’est l’historienne Karen Offen qui a retrouvé sa trace et publié un article reconstituant son itinéraire d’après un texte autobiographique paru le 8 mai 1869 dans l’Agitator, journal édité par les féministes de Chicago23. L’éloignement ancre l’ancienne activiste française dans un mouvement féministe international, et en fait une médiatrice discrète et efficace des relations entre les Américaines comme Elisabeth Cady Stanton, Susan B. Anthony et Kate Doggett, et les Françaises. Elle prononce, à la même date, un discours au congrès de l’American Equal Rights Association à New-York où elle propose la création d’une ligue internationale des femmes.

  • 24 La Libre Recherche, no 1.
  • 25 Reinhardt M., « Mazzini et les Suisses », Gilli M. (dir.), L’idée d’Europe, vecteur des aspiration (...)

25C’est aussi sur les marges géographiques du centre londonien que se maintiennent des pratiques communes. C’est en Belgique que Pascal Duprat publie la Libre recherche à laquelle collaborent, aux côtés des républicains français, l’allemand Ruge, le polonais Lelewel, le hongrois Klapka, l’italien Petrucelli. Tous témoignent de la poursuite d’un « cosmopolitisme républicain » porté par des juristes plus que par des polémistes24. En Suisse, à Genève et à Zurich autour de l’école Polytechnique, subsiste également une tradition ancienne, faite de relations nées dès avant le Printemps des peuples, marquée par une forte présence allemande, italienne et hongroise25. Marc Dufraisse et Paul Challemel-Lacour y rencontrent le poète Georges Herwegh, ou le carbonaro Filippo Boni, et entament un dialogue avec eux. C’est à Jersey que siège, jusqu’en 1855, la rédaction du journal l’Homme, journal dont le sous-titre est Journal de la démocratie universelle.

26Mais le cosmopolitisme est aussi une attitude, et dans une histoire sociale du politique, c’est autour des pratiques et usages du cosmopolitisme comme mode de vie qu’il est lié à l’exil. C’est en analysant des trajectoires individuelles que le discours « chauvin » commun apparaît pour ce qu’il est : un lien avec la France, une solidarité entre exilés, et que l’image aristocratique du cosmopolite d’Ancien régime peut s’estomper.

  • 26 Truc G., « Simmel, sociologue du cosmopolitisme », Tumultes, no 24, 2005, p. 49-77 : « l’enjeu du (...)
  • 27 Esquiros A., Passard F. L. (pseud. Arthur Delanoue, Louis Delanoue, Eugène Le Gai, Hilaire Le Gai, (...)
  • 28 Esquiros A., La Néerlande et la vie hollandaise, Paris, Lévy frères, 1859, vol. 1, p. 3.

27À partir de nombreux parcours de proscrits, il est possible de montrer comment les exilés peuvent concilier la communauté et l’altérité, leur identité française et les différentes appartenances culturelles nées de la proscription26. La langue est devenue une barrière mais elle fonde aussi tout une série de relations et d’échanges que l’on peut percevoir à travers l’enseignement et la pratique de la traduction… Les proscrits sont alors des hommes doubles, des passeurs, des médiateurs de ces transferts culturels multiples et variés. Contraints au nomadisme, ils sont les analystes de « l’étrangeté » des pays et des hommes qui les entourent. Alphonse Esquiros, qui publie La Néerlande et la vie hollandaise et L’Angleterre avant les hommes, s’interroge longuement sur les liens entre la géologie et la civilisation27. Pour lui, « jusqu’ici, les voyageurs et les moralistes ont trop négligé de reconstruire le théâtre physique sur lequel les diverses civilisations de l’Europe sont venues s’établir28 ».

28L’exil qui conditionne ce nouveau regard peut devenir aussi l’occasion d’une véritable vocation de géographe, comme celle qui naît chez Élisée Reclus. L’exilé, voyageur du XIXe siècle, endosse une partie du regard du cosmopolite du XVIIIe siècle, chargé de décrire, d’analyser les paysages, et les mœurs de ce qui l’entoure. De dilettante, il devient un professionnel de l’éloignement et de l’étude des autres. Camille Barrère a ainsi tiré bénéfice de son enfance en exil pour acquérir les manières et la connaissance des Anglais qui lui serviront ensuite à devenir un journaliste international puis à entrer dans le monde « cosmopolite » et encore aristocratique du Quai d’Orsay.

Conclusion

  • 29 Laurent F., « L’exil comme épreuve fondatrice d’une conscience européenne », L’année Victor Hugo a (...)

« Les témoignages des exilés de l’après 1848, les travaux qui portent sur leur existence et leur action tendent à montrer combien, malgré l’internationalisme proclamé, les regroupements se faisaient d’abord sur des bases nationales, bien difficiles à articuler. Même à Londres, la plupart des proscrits fréquentaient essentiellement leurs compatriotes. Et ceux qui, parmi eux, peuvent vraiment être qualifiés de cosmopolites, tel Alexandre Herzen, montrent que leur expérience les conduisit le plus souvent à accentuer leur perception des différences nationales, à grand renfort de généralisations hâtives et de clichés autorisés, plutôt qu’à dégager les formes et les mots de la solidarité européenne29. »

29Mais il faut, malgré tout, déconstruire le discours de l’exil, interroger toutes les formes d’expression, envisager les parcours sur plusieurs générations, même pour nuancer, voire contredire parfois cette image. Je citerai encore le Dictionnaire du XIXe siècle qui donne une longue citation de Louis Blanc invitant à prolonger vers d’autres « étranges étrangers », les colonisés, la réflexion sur le cosmopolitisme : « Par son tempérament, plus encore que par sa situation géographique, La France est une puissance des mers ; à sa nature communicative, à ses passions cosmopolites, il faut des issues. »

  • 30 Asseo H., (dir), op. cit., Revue de synthèse ; Truc G., op. cit.

30Loin d’être assimilable au XIXe siècle aux seules questions d’élaboration de projets et programmes tels ceux des états-Unis d’Europe, qui sont certes au cœur des préoccupations des militants européens en exil, le cosmopolitisme engage à se tourner vers la diversité et la pluralité des appartenances, les formes de nomadisme et de métissage, de circulation des hommes et des idées. Il consiste à reconnaître et à apprécier « l’autre en tant qu’autre ». « Le désir ou le refus d’appartenir au monde » doit s’éprouver concrètement dans des champs d’expériences et de représentations qui lient l’individu à des communautés particulières et variées. La pratique et l’apprentissage de la langue de l’autre, la mobilité entre les différents lieux d’exil, la publication d’ouvrages en langue étrangère ou sur l’étranger, et enfin la rédaction de guides de voyage peuvent témoigner d’un regard et d’une réflexion sur l’autre qui est déjà une manière d’appréhender le cosmopolitisme. C’est aussi en travaillant sur d’autres types d’approches, notamment de sociologie politique (par exemple les études sur les diasporas), que cette analyse d’une intrusion forcée ou du moins présentée comme telle dans une culture nouvelle de la mobilité peut devenir fructueuse et s’inscrire dans un renouveau de l’histoire socio-politique des relations internationales30.

Notes

1 Coulmas P., Les citoyens du monde. Histoire du cosmopolitisme, Paris, Albin Michel, 1995, p. 241.

2 Sur ce sujet, voir Wahnich S., L’impossible citoyen, l’étranger dans le discours de la Révolution française, Paris, Albin Michel, 1997.

3 . Michelet Jules, Correspondance générale, (1848-1852), Paris Librairie Honoré Champion. 1997. Lettre 5075, Lettre de Watripon, 1er février 1850 : « Cette appréciation de l’Angleterre que j’aie lue et relue dernièrement à Londres, pendant les quelques mois que j’y suis resté, m’a paru la plus vraie et la plus fine de toutes celles dont j’ai pris connaissance. Je l’ai trouvée parfaitement en rapport avec mes observations particulières. Avant mon départ de France, j’abandonnais l’antipathie contre l’Anglais, aux culottes de peau et aux chauvins. J’avoue que j’y suis revenu avec une douce anglophobie. Votre mot est particulièrement juste et il est profond : “peu d’étude en éloigne, beaucoup y ramène”. »

4 . Stern D., Esquisses morales, pensées, réflexions et maximes, rééd. Paris l’Harmattan, 2005, p. 312. Elle explique « Mais c’est à l’exilé français surtout que la terre étrangère réserve ses rigueurs les plus intolérables ; à ce joyeux enfant de la Gaule, que la nature a fait, par une contradiction étrange, le plus sympathique, le plus expansif dans le monde idéal, mais aussi le moins cosmopolite, en réalité, de tous les hommes », ibid, p. 311.

5 Kupiec A., « L’ici et l’ailleurs. Anarcharsis Clootz et le cosmopolitisme », Tumultes, no 4, 2005. Elle réunit en annexe de nombreux textes de Clootz sur le cosmopolitisme, dont celui-ci, adressé aux habitants des Bouches-du-Rhône en 1792 : « Les Français ne veulent pas être Bourguignons, les Européens ne veulent pas être Français, les cosmopolites ne veulent pas être Européens. Eh bien la république universelle mettra tout le monde d’accord ! » Voir également Bélissa M., Fraternité universelle et intérêt national (1713-1795), Les cosmopolitiques du droit des gens, Paris, Kimé, 1997.

6 Azimi V., « Le droit d’asile : ‘‘doctrine’’ et réalités de la Révolution française », Blanc-Chaléard M.-C., Dufoix S. et Weil P., L’étranger en questions du Moyen Âge à l’an 2000, Paris Le manuscrit, 2005, p. 63-139.

7 Plumyene J., Les nations romantiques, le XIXe siècle, Paris, Fayard, 1979.

8 Cet aspect est mieux connu et a donné lieu encore récemment à une mise au point à travers l’ouvrage de Philippe Darriulat sur les patriotes et la construction du patriotisme en France au XIXe siècle. Darriulat P., Les patriotes, la gauche républicaine et la nation 1830-1870, Paris, Seuil, 2001.

9 Darriulat P., Les patriotes, la gauche républicaine, op. cit.

10 Engels F., The Northern Star, 13 novembre 1847. Cité par Darriulat P., op. cit. p. 154.

11 Dufraisse M., Histoire du droit de guerre et de paix de 1789 à 1815, Paris, Le Chevalier, 1867/7/p. XLIII.

12 Dufraisse M., op. cit., p. XX.

13 Lettre de Barbès à George Sand. Perrot M. (éd.), Sand-Barbès, correspondance d’une amitié républicaine, 1848-1870, Le capucin, 1999, lettre XLII.

14 Aprile S., « Qu’il est dur à monter et à descendre l’escalier d’autrui », Romantisme, no 110, 2000, p. 89-101. Aprile S., « Translations politiques et culturelles : les proscrits français et l’Angleterre », Genèses, Figures de l’exil, no 38, mars 2000.

15 Espagne M. et Werner M., « La construction d’une référence culturelle allemande en France, genèse et histoire (1750-1914) », Annales ESC, juillet-août 1987, p. 975-988.

16 Kracauer S., Jacques Offenbach ou le secret du second empire, Paris, Le promeneur, 1994, p. 261.

17 Asseo H. (dir.), « Circulation et cosmopolitisme en Europe », Revue de synthèse, cinquième série, 2002, t. 123, 346 p.

18 L’attitude de Coeurderoy rappelle celle de Joseph Roth, « Heitmalos » avant même l’exil. Traverso E., La pensée dispersée, figures de l’exil judéo-allemand, Lignes, éditions Léo Scheer, 2004, 214 p.

19 Déjacque J., La Question révolutionnaire : l’humanisphère. à bas les chefs !, Paris, éditions Champ Libre, 1970. Le titre même de l’ouvrage de Coeurderoy est sans appel : Hurrah ! ! ! ou la Révolution par les Cosaques, rééd. Grenoble, éditions Cent pages, 2000, 414 p.

20 Darriulat P., op. cit. p. 236.

21 Turgeon L., Delage D., Ouellet R., (dir), Transferts culturels et métissages, Amérique/Europe XVIe-XXe siècle, Paris, L’Harmattan, 1996.

22 Primi A., « Die Frauen-Zeitung et l’Almanach des Femmes, dernières tribunes des “femmes de 1848” : Les mondes de l’écrit : circulations et mobilisations », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2005, vol. 52, no 1, p. 129-146.

23 Offen K. M., « Qui est Jenny D’Héricourt ? Une identité retrouvée », 1848 révolutions et mutations au XIXe siècle, no 3, 1987, p. 87-100. Son autobiographie, publiée dans le journal The Agitator du 8 mai 1869, se conclut ainsi : « Depuis La femme affranchie, Mme d’Héricourt n’a rien publié sur la question des femmes. La cause est tellement bien servie partout maintenant, qu’elle pense qu’on n’a plus besoin d’elle. Elle ne refuserait pas certainement, une nouvelle tâche dans cette direction mais elle attend que cette tâche la réclame, elle ne la chercherait pas elle-même. Depuis cinq ans, elle est en Amérique parmi nous, et va y rester quelques années encore probablement si on ne l’appelle pas en France, son vrai terrain d’utilité. »

24 La Libre Recherche, no 1.

25 Reinhardt M., « Mazzini et les Suisses », Gilli M. (dir.), L’idée d’Europe, vecteur des aspirations démocratiques : les idéaux républicains depuis 1848, actes du colloque international organisé à l’Université de Franche-Comté les 14, 15 et 16 mai 1992, Besançon, Les Belles Lettres, 1994, p. 201-215.

26 Truc G., « Simmel, sociologue du cosmopolitisme », Tumultes, no 24, 2005, p. 49-77 : « l’enjeu du cosmopolitisme réside précisément dans le mode de gestion et de composition des rapports quotidiens à ce lointain qui s’est fait proche, à l’étranger qui est devenu voisin ».

27 Esquiros A., Passard F. L. (pseud. Arthur Delanoue, Louis Delanoue, Eugène Le Gai, Hilaire Le Gai, Bon de La Pointe, Prosper Vallerange), L’Angleterre avant les hommes, le quinzième déluge ou 40 000 squelettes humains antédiluviens. Paris Levy frères, 1864, p. 63.

28 Esquiros A., La Néerlande et la vie hollandaise, Paris, Lévy frères, 1859, vol. 1, p. 3.

29 Laurent F., « L’exil comme épreuve fondatrice d’une conscience européenne », L’année Victor Hugo au Sénat, [colloque, 20 février-16 novembre 2002], Paris, éd. du Sénat, 2003, p. 118.

30 Asseo H., (dir), op. cit., Revue de synthèse ; Truc G., op. cit.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540