Version classiqueVersion mobile

Étrangers et sociétés

 | 
Pilar González-Bernaldo
, 
Manuela Martini
, 
Marie-Louise Pelus-Kaplan

Deuxième partie. Désignations, représentations et regard des autres

Image des Noirs dans les manuscrits enluminés de l’Orient médiéval

Anna Caiozzo

Texte intégral

  • 1 Braude B., « Ham and Noah : Sexuality, Servitudism, and Ethnicity », Collective Degradation : Slav (...)

1En 2003, lors d’un congrès organisé à Yale, Collective Degradation : Slavery and the Construction of the Race dédié à l’esclavage, Benjamin Braude a mis en lumière le rôle déterminant joué par certains encyclopédistes et traditionnistes du monde musulman dans l’élaboration d’une vision négative de la peau noire ; son article « Ham and Noah : Sexuality, Servitudism, and Ethnicity1 » est remarquable à cet égard.

  • 2 Lewis B., Race et couleur en Islam, Paris, Payot, 1982, repris sous le titre, Race et esclavage au (...)
  • 3 Lewis B., Race, op. cit., 1990, p. 144. Propos qu’il venait de contredire quelques paragraphes plu (...)

2À l’origine de la présence des Noirs, l’esclavage, une pratique massive et constante dans l’Orient médiéval ; un contingent important d’individus venus d’Afrique peuplent ainsi les grandes demeures proche-orientales à partir du IXe siècle. Dans Race et couleur en Islam, repris sous le titre Race et esclavage au Proche-Orient2, Bernard Lewis fait un tour d’horizon assez exhaustif sur les positions scolastiques et l’attitude des intellectuels musulmans vis-à-vis des Noirs. S’il met en lumière quelques poncifs bien connus, il précise pourtant, après avoir analysé quelques miniatures, que « l’immense majorité des Noirs que l’on voit dans les peintures islamiques ne sont […] [ni monstrueux, ni lascifs, ni fainéants, etc.] – ce sont des personnages ni sacrés, ni monstrueux, ni exotiques, ni érotiques mais tous simplement des esclaves et des serviteurs3 ». Même s’il nuance cette position, il est intéressant d’examiner, à la lueur du témoignage iconographique, l’imaginaire de la négritude, qui n’est pas éloigné de celui de la noirceur, dans les manuscrits de l’Orient médiéval.

  • 4 Ouvrage populaire enluminé au XIIIe siècle, mettant en scène la société musulmane et ses éléments (...)
  • 5 Çağman F., « Glimpses into the Fourteenth-Century Turkish World of Central Asia : The Paintings of (...)

3En fait, si l’on retient les exemples de quelques corpus littéraires illustrés – Maqâmât (Séances) de Harîrî4, littérature épique en persan (poèmes de Nizâmî, Shâh Nâmeh) –, d’ouvrages pseudo-scientifiques (astrologie, cosmographies), et d’albums de dessins d’époque timouride5 (XIVe siècle), tous montrent d’emblée le sujet noir comme relevant soit de la catégorie des domestiques, soit de la catégorie des monstres. Par ailleurs, on peut observer que si certains de ces hommes à peau noire font aussi partie de l’‘umma, c’est souvent de façon marginale ou à contre-emploi.

4Dans tous les cas, l’homme noir n’étant pas géographiquement identifiable, on peut s’interroger à la fois sur l’identité des catégories d’individus à carnation sombre, dont il est difficile d’identifier l’origine – il n’est pas question de se limiter à celles qui semblent issues du seul continent africain –, et sur leurs fonctions supposées dans l’image, d’autant plus que si des hommes à peau noire sont présents dans l’art du livre, art princier par excellence, d’autres catégories sont visuellement absentes : Européens et Asiatiques (autres que les peuples turco-mongols).

Les Noirs au sein du Dâr al-islâm

La couleur noire dans la miniature : les choses et les êtres

  • 6 Richard F., Splendeurs persanes, Manuscrits du XIIe au XVIIe siècle, Exposition de la Bibliothèque (...)

5La couleur noire est très peu employée dans la miniature orientale médiévale : on la voit réservée au voile de la Ka’ba (Shâh Nâmeh (Livre des rois), Bibl. nat. de Fr., Ms. sup. persan 493, XVe siècle, fol. 342ro) ou au cercueil des rois mongols (Jâmi‘ al-Tawârîkh (Histoire universelle), Ms. sup. persan 1113, XVe siècle, fol. 159, 192, 198, 2066).

  • 7 Lewis B., Race, op. cit. p. 35.
  • 8 Ibn Khaldûn, Discours sur l’Histoire universelle, Al-Muqaddima, Monteil V. (trad.), Paris, Sindbad, (...)

6Certes, une partie des individus représentés dans la miniature, hommes ou démons, sont de carnation foncée, ce qui nous renvoie à la définition à la fois des peuples noirs mais aussi des espaces qui leur sont dévolus dans la géographie de l’islam médiéval. D’une façon générale, à partir du VIIe siècle, on note dans la littérature arabe une tendance à généraliser l’emploi du terme al-Bilâd al-Sûdân pour désigner le « pays des Noirs » mais aussi les peuples Nûba (Nubiens), les Zanj (terme à connotation péjorative traduisible par « nègre »), les Éthiopiens, les Berbères, les Sindhind (Sind), les Indiens (Hind), mais aussi, les Coptes, les gens du Fezzan, les Zaghawa, les peuples de Merv, et même les Chinois et les gens de Bougie, voire les Arabes eux-mêmes ; en d’autres termes, tous les peuples du monde dont la carnation n’est pas blanche. L’appréhension des carnations foncées n’est pas nécessairement connotée de manière négative et, comme le signale Arnold Toynbee7, les Arabes préféraient les bruns aux blancs et se qualifiaient eux-mêmes de peuples basanés (comme blanc sombre, adam, ou asmar), ce qui est confirmé par les diverses théories sur l’origine climatique des races, celle d’ibn Khaldûn, par exemple, qui assure que les blonds aux yeux bleus, comme les Noirs, sont des êtres inférieurs de par leur complexion en raison des climats froids ou chauds qui les rendent peu actifs8.

  • 9 Goldenberg D., « Early Jewish and Christian Views of the Blacks », Collective Degradation : Slaver (...)
  • 10 Lewis B., Race, op. cit., p. 8.
  • 11 Ibid., p. 80.
  • 12 Devic L. M., Le pays des Zendjs, ou la côte orientale d’Afrique au Moyen Âge, Paris, 1883.

7Pourtant, certains auteurs, tels Jâhiz, Ya‘qûbî, Tabarî, Mas‘ûdî et Ibn Rusteh, parlent des sûdân comme étant uniquement des gens de couleur9. Dans cette catégorie s’inscrivent les Noirs d’Afrique directement concernés et qualifiés de : habash ou sûdân pour les Éthiopiens ; de nûba pour les Nubiens et les peuples du Nil (Soudan actuel) ; de Zanj pour les Africains en général, voire les Bantous du sud éthiopien10. Cet ordre défini par les penseurs et géographes indique une hiérarchie de la négritude11, mais dans laquelle les peuples de l’Océan indien ne sont pas cette fois intégrés et, comme l’avait autrefois bien défini Marcel Devic, le Zanj, originaire de la côte orientale de l’Afrique et des îles de l’Océan indien, est, dans l’imaginaire des peuples arabes, le « Noir » par excellence12.

8Sans entrer dans la nomenclature propre aux géographes, et si l’on s’en tient strictement, cette fois, à l’observation de la miniature, exception faite des conventions et des modes relatives aux écoles de peinture, les populations orientales représentées (Arabes ou Persans) ont en règle générale la peau claire, voire très claire, pour ne pas dire blanc rosé.

9Ainsi, le sujet brun ou noir de peau est presque systématiquement signalé par le peintre pour son identité ou ses pratiques sociales et culturelles, surtout dans les scènes autres que privées où il n’est pas un membre de la maisonnée. La carnation brun foncé en effet, mais aussi les teintes grisâtres, et bien sûr le noir, apparaissent globalement comme le signe de l’infériorité, voire de la déviance ou de la marginalité.

L’individu noir dans la miniature, l’être en marge

  • 13 Grabar O., « Islamic Art and Byzantinium », Studies in Medieval Islamic Art, Londres, Variorum Rep (...)
  • 14 Grabar O., « Pictures or commentaries : the illustrations of the Maqamat of al-Hariri », Studies i (...)

10Parmi toutes les œuvres enluminées représentant des Noirs, il faut signaler les Maqâmât de Harîrî, ces Séances mises en images au XIIIe siècle qui racontent les aventures d’un vagabond et escroc de génie, Abû Zayd qui vit en abusant puissants et naïfs13. La principale qualité de cet ouvrage est la mise en scène de catégories peu représentées dans les ouvrages princiers. Les miniatures de ces ouvrages, fort appréciés des catégories bourgeoises et urbaines cultivées, sont présentées comme de petites scènes de théâtre de marionnettes14.

  • 15 Voir la base Mandragore de données iconographiques de la Bibl. nat. de Fr.
  • 16 De Bagdad à Ispahan, manuscrits islamiques de l’Institut d’Études Orientales de Saint-Pétersbourg,(...)

11Le marché aux esclaves, situé à Zabîd au Yémen (sûq al-raqîq), représenté dans deux miniatures du XIIIe siècle, montre l’origine d’une partie du cheptel : si l’une des miniatures signale des Africains aux cheveux crépus et teint d’ébène (Paris, Bibl. nat. de Fr., Ms. arabe 5847, Wasîtî, 1237, fol. 10515), l’autre pourrait représenter des Indiens plus émaciés et de carnation plus claire (Saint-Pétersbourg, Ermitage, Ms. E3, Iraq, 1240, fol. 13216). L’esclavage est un fait répandu dans l’Orient médiéval : esclaves issus des conquêtes et de la guerre sainte mais aussi d’achats, ou alors reçus sous forme de tributs versés par certains rois, tel le roi de Nubie jusqu’au XIIe siècle.

  • 17 Ibid., p. 28-39.

12L’esclavage est permis par le Coran qui reconnaît l’inégalité entre le maître et l’esclave (XVI/71, XXX/28), il recommande cependant au maître d’être bon envers lui et de l’émanciper pour expier ses péchés (IV/92, v/92, LXX/30) ; l’esclave est ainsi encouragé à gagner sa liberté par le rachat et, une fois converti à l’islam, il est considéré comme au-dessus du païen libre (II/221). L’esclavage des musulmans libres fut interdit et aucun homme ne put se vendre ou vendre ses enfants. Or, parmi les Noirs razziés et vendus par certains rois d’Afrique, et qui furent réduits en esclavage, certains étaient musulmans17.

  • 18 Lewis B., Race, op. cit., p. 20-23.
  • 19 Ibid., p. 28.

13Au sein du contingent d’esclaves, les Noirs d’Afrique et les Slaves étaient d’ailleurs les moins qualifiés, comparés à ceux importés d’Asie centrale, d’Iran, d’Espagne, d’Inde ou d’Afrique du Nord18. Les esclaves noirs étaient affectés à d’autres tâches, tous n’avaient pas les mêmes traitements et conditions de vie, et il existait des disparités notables entre les esclaves du commerce, les domestiques et ceux travaillant dans les plantations (coton, canne à sucre) ou dans les marais salants du Bas Irak comme les Zanj19.

  • 20 Ibid., p. 76.

14Si nous n’avons pas la certitude que tous les Noirs représentés sont des esclaves, tous ont cependant en commun d’être des travailleurs manuels ou des domestiques, que ce soit dans les Séances de Harîrî ou ailleurs. D’ailleurs, la plupart des miniatures semblent respecter la distribution théorique des tâches, définie par le médecin ibn Butlân au XIe siècle20 : Indiens et Nubiens affectés à la garde des biens et des personnes ; Zanj aux travaux agricoles, et comme serviteurs et eunuques ; Turcs et Slaves comme soldats.

  • 21 Ettinghausen R., La peinture arabe, Genève, Skira, 1977, p. 61 : New York, Metropolitan Museum of (...)
  • 22 Renault F., La traite des Noirs au Proche-Orient médiéval, VIIe -XVe siècles, Paris, Geuthner, 198 (...)

15Les catégories paysannes sont peu représentées. Dans l’Anthologie scientifique de Badr Jajarnî, Mu’nis al-Ahrâr, peinte à Shirâz en 134121, le moissonneur est de carnation foncée. Généralement, les paysans du Livre de la Thériaque ou des Maqâmât ne semblent pas issus des contingents Zanj envoyés dans les campagnes, or, beaucoup de paysans des grandes exploitations de canne à sucre ou des marais du Bas Irak étaient en réalité des populations noires esclaves, importées et achetées en raison de la chaleur et des conditions difficiles ; d’où aussi leur révolte au IXe siècle, de 868 à 883, qui tint ainsi en échec l’autorité abbasside22.

  • 23 Bernus-Taylor M. et Jail C. (éd.), L’étrange et le merveilleux en terre d’islam, Exposition du mus (...)
  • 24 Ettinghausen R., La peinture, op. cit., fol. 123, p. 125, et De Bagdad à Ispahan, op. cit., p. 125

16En revanche, des hommes noirs apparaissent dans les scènes de navigation des Maqâmât ou dans les copies du Livre des rois (voyages du roi Kay Khusraw23) et, en effet, les équipages (marins et vigie) étaient souvent recrutés parmi les Indiens ou les Zanj, car habitués à la navigation difficile de l’Océan indien (Paris, Ms. ar. 5847, fol. 119v. et Saint-Pétersbourg, Ms. E3, fol. 132v.24).

  • 25 Ibid., p. 93, manuscrit dispersé de 1315, New York, Metropolitan Museum of Art, Legs Cora Timken B (...)

17Un autre exemple notoire est celui du Mahout, le conducteur d’éléphant, que l’on présente toujours, à partir du XIIIe siècle, dans les copies des manuscrits du Livre des automates de Jazarî (début XIIIe siècle), sous les traits d’un Indien25.

  • 26 Lewis B., Race, op. cit., p. 88-89.
  • 27 Lentz T. W., Lowry G. D., Timur and the Princely Vision, Persian art and Culture in the Fifteenth (...)
  • 28 Ibid., p. 290, Londres, The British Library, Oriental 6810, Khamsa, Nizâmî, Herât, 1494-95, fol. 2 (...)

18Peu de Noirs apparaissent avant la fin du XVe siècle dans la grande catégorie des domestiques, des artisans, des mineurs. Selon Ya‘qûbî26, les Noirs étaient cependant utilisés comme travailleurs spécialisés, surtout dans les mines de Haute Égypte. De même dans les salines de Bassora, ils décapaient la surface du sol de ses nitrates pour en faire des champs de canne à sucre. C’est tardivement, à la fin du XVe siècle, dans la miniature de l’école de Bihzad, que l’on voit apparaître maçons et manœuvres qui construisent à la fin du XIVe siècle pour Timur Leng la grande mosquée de Samarkand ou le palais de Khawarnaq27. On peut également observer dans le personnel du hammam, trois hommes, certes très basanés, mais pas nécessairement noirs africains28.

  • 29 Ettinghausen R., La peinture, op. cit., Maqâmât, Paris, Bibl. nat. de Fr., Ms. 5847, fol. 33, Maqâ (...)
  • 30 Lentz T. W., Lowry G. D., Timur, op. cit., p. 261, Le Caire, General Book Organisation, Adab Farsi (...)
  • 31 Ibid.

19Ce sont les serviteurs, hommes et femmes, utilisés comme domestiques, personnel de cour, voire dames de compagnie, qui sont les plus nombreux dans la miniature. Pourtant, ils sont représentés de façon marginale : soit inférieurs en taille aux autres personnages29, placés de façon excentrée, presque en intrus dans la scène30, soit noyés au milieu d’autres domestiques dans les scènes de cour31. Notons que le texte ne mentionne jamais ces catégories de façon directe. Les seuls serviteurs noirs à être nommés sont celui qui, par jalousie, tua Humâyûn dans le poème Humây et Humâyûn, ou celui qui tua Darab, le père d’Iskandar. Généralement, le costume des domestiques noirs est pratiquement identique à celui des maîtres, avec une nuance, le port du turban pour les eunuques, ou du bonnet pour les domestiques à partir du XVe siècle. Dans les Maqâmât, le costume est clairement discriminant (personnage à demi vêtu et pieds nus).

  • 32 Ibid., p. 277, Londres, The British Library, Oriental 6810, Khamsa, Nizâmî, Herât, 1494-95, fol. 3 (...)
  • 33 Ibid., p. 275, Londres, The British Library, Oriental 6810, Khamsa, Nizâmî, Herât, 1494-95, fol. 1 (...)
  • 34 Lentz T. W., Lowry G. D., Timur, op. cit., p. 285, Soudavar Collection, Saadî, Bûstân, Herât, 1486 (...)
  • 35 Renault F., La traite, op. cit., p. 56.

20Les eunuques noirs sont fréquemment représentés dans les scènes parmi les serviteurs masculins noirs ; ils sont généralement placés aux côtés de leur maîtresse32 et surtout à l’entrée des appartements féminins, armés d’une hallebarde, tels qu’on les voit, entre autres, dans les miniatures de la Khamsa d’Amîr Khusraw conservée à Berlin33 (Ms. Or. Fol. 187, Shirâz, 1495, fol. 47, fol. 154vo) ou dans le Bûstân de Saadî34. Les esclaves qui ravitaillaient les palais comme eunuques devaient être issus de régions autres que musulmanes en raison de l’interdiction faite aux musulmans de procéder à la mutilation de leurs coreligionnaires ; ces individus provenaient donc du pays des Slaves (bilâd al-Saqaliba), de l’Éthiopie (Habash), d’Afrique occidentale (Takrûr), mais aussi d’Inde. Seuls les Noirs étaient complètement châtrés alors que les autres étaient seulement mutilés35.

  • 36 Flemming B., Luft P., Sohrweide H., Stchoukine I., Illuminierte, op. cit.

21Par ailleurs, l’une des activités de prédilection de l’aristocratie iranienne étant la chasse, on peut parfois voir le cavalier aidé de son rabatteur noir à pied (Amîr Khusraw, Khamsa, Shirâz, 1495, Berlin, Staatsbibliothek, Ms. Or. Fol. 187, fol. 19vo36).

  • 37 Gray B., La peinture persane, Genève, 1979, p. 89, Londres, RAS, Ms. 239, Shâh Nâmeh, Herât, 1440, (...)

22D’une façon générale, les guerriers noirs ne sont pas représentés dans les miniatures, sauf pour signaler les combats entre Alexandre et le roi de l’Inde ou les combats fratricides du Shâh Nâmeh entre les rois indiens Gav et Talhend37.

  • 38 Renault F., La traite, op. cit., p. 50 et p. 99.
  • 39 Ibid., p. 50-53.
  • 40 Ibid., p. 56.
  • 41 Ibid., p. 100-102.

23Les esclaves soldats dont l’empire abbasside fit la base de son armée étaient, certes, essentiellement blancs et turco-mongols38. Néanmoins, les Abbassides recrutèrent des gardes noirs en grand nombre, utilisés comme garde personnelle ou pour mater les émeutes39. Cette garde était souvent composée d’eunuques africains, les ghurabiyya (les corbeaux), comme celle d’Amîn en 809-81340. Certains Noirs appartenaient à la garde d’honneur des ghilmân, des jeunes gens qui faisaient la haie comme pages jusqu’en 93041.

24Pourtant, la miniature demeure muette sur ces catégories (militaires) comme sur les paysans noirs, ou sur les concubines africaines, nombreuses et particulièrement prisées. En revanche, il apparaît clairement que la domesticité est l’apanage des Africains, représentés comme des membres de plus en plus visibles des maisonnées aristocratiques à partir du XVe siècle.

La rareté de la représentation des Noirs membres de l’‘umma

  • 42 Lewis B., Race, op. cit., p. 41-42.
  • 43 Istanbul, Topkapi Saray Museum, Hazine 1222, Siyer al-Nâbi, Turquie, 1594-5, fol. 406.
  • 44 Soucek P., « An Illustrated Manuscript of al-Bîrûnî’s Chronology of Ancient Nations », Chelkowski P (...)

25L’un des premiers membres noirs de l’‘umma fut Bilâl ibn Rabâh, affranchi abyssin d’Abû Bakr et compagnon du prophète, célébré comme l’un des purs du paradis42. Pourtant, il n’est pas représenté jusqu’à l’époque ottomane43. De la même façon, dans une copie des Vestiges des anciennes nations de Bîrûnî, conservée à Paris et datant de 1550, on peut voir à de nombreuses reprises des hommes ou des femmes noirs, ainsi dans la scène où des guerriers musulmans, dont un Noir, attaquent la forteresse du rebelle Muqanna (Paris, Ms. arabe 1489, fo 112vo). Pourtant, ils sont absents du manuscrit d’origine du XIVe siècle conservé à Édimbourg44.

26On peut noter que lorsque l’individu noir semble intégré à l’‘umma par son costume (robe et turban) ou son attitude, le personnage central est alors un marginal, un fou, un ermite, ou un ressortissant des races monstrueuses. On peut ainsi voir un homme noir aux côtés d’Alexandre et de ses compagnons observer un géant mort des Gog et Magog (Paris, Bibl. nat. de Fr., Ms. sup. persan 332, fol. 193v.). Dans une autre miniature, Alexandre visite un ermite. Dans les diverses scènes relatives à des épisodes du poème Majnûn et Layla, face à Majnûn, fou d’amour, les visiteurs, dont un homme noir, sont témoins de sa déchéance. Dans la Khamsa d’Amîr Khusraw de Berlin, (Staatsbibliothek, Ms. Or. Fol. 187, fol. 79v., fol. 83), un homme noir rend visite à Majnûn et un autre l’observe.

Les étrangers à peau noire, monstres ou héros

27La miniature représente parfois des étrangers noirs dans leur milieu propre en dehors du monde musulman. Ces derniers sont de deux types : des peuples des îles et des confins du monde associés à la transgression et aux valeurs inverses de celles de l’islam, mais aussi des hommes, souverains ou héros parfois amis de l’islam.

La couleur des races des confins du monde

  • 45 Ferrand G., Relations de voyages et textes géographiques arabes, persans et turcs relatifs à l’Ext (...)

28Les populations des îles de l’Océan indien sont décrites par les géographes et cosmographes comme noires et souvent de petite taille : « ce sont les peuples des îles de la côte des Zanj tels que les décrit Qazwînî : certains noirs et de petite taille, vivant du troc, d’autres plus dangereux pour les marchands car attaquant leurs cargaisons45 ».

  • 46 Mellinkoff R., Outcasts : Signs of Otherness in Northern European Art of the Late Middle Age, 1 : (...)

29Ces êtres sont parfois décrits comme arboricoles et hybrides (ailés, nus ou vêtus de feuilles) ; privés de raison, au langage incompréhensible, parfois aux cheveux roux et noirs de peau, combinaison que l’on retrouve aussi dans la peinture médiévale occidentale46, ou au corps noir marqué de points blancs. Ces populations de petite taille et à la carnation foncée seraient également présentes, selon Qazwînî, à proximité de la muraille des Gog et Magog contenant les peuples de l’Antéchrist.

  • 47 L’Abrégé des merveilles, Carra de Vaux B., (trad.), Paris, Sindbad, 1984, p. 78-79.
  • 48 Voyage du marchand arabe Sulaymân en Inde et Chine rédigé vers 851, suivi de remarques par Abû Zay (...)
  • 49 Ferrand G., Relations de voyage, op. cit., p. 300.
  • 50 L’Abrégé, op. cit., p. 77.
  • 51 Ibid., p. 84.
  • 52 Ibid., p. 74.
  • 53 Al-Dimishqî, Manuel de la cosmographie du Moyen Âge traduit de l’arabe de Shems éd.-dîn Abou Moham (...)

30On remarque à plusieurs reprises, dans les récits de marins ou dans la littérature des merveilles, tel l’Abrégé, la violence des populations des îles contre les navires commerçants, y compris les Zanj, qui soumettent une peuplade en l’enchaînant47. Les peuples noirs d’Asie ou d’Afrique sont vus comme des races étranges, surtout pour leurs pratiques alimentaires contre nature, dont le cannibalisme que décrit le marchand Sulaymân au IXe siècle48. Les anthropophages sont légions dans la mer de Chine où vivent les habitants de l’île de Niyân49, ou encore l’île de Khaljân entre Sérendib et Kalah (Nicobar), dont parle également le marchand Sulaymân50, ou encore ceux des îles du camphre en Occident51. Concernant les peuples pygmées de Sumatra (Ramânî), L’Abrégé précise qu’ils ont pour voisins « des nègres aux cheveux crépus, qui mangent des hommes en vie et les dissèquent dès qu’ils les ont fait prisonniers52 ». Dans la cosmographie mongole de 1388 de la Bibl. nat. de Fr. (Ms. sup. persan 332), les populations Zanj d’Afrique sont aussi évoquées pour être anthropophages et, au XIIIe siècle, Dimishqî explique que « […] parmi (les tribus nègres) idolâtres, il y a les Lemlem, les Tamîm et les Demdem, ceux qui sont limitrophes des musulmans se couvrent les parties honteuses de peaux mais les plus éloignées, surtout les Demdem, sont féroces et mangent les étrangers qui viennent chez eux53 ».

  • 54 Caiozzo A., « Les monstres dans les cosmographies de l’Orient médiéval », Caiozzo A. et Demartini (...)

31Mais en dehors des peuples insulaires ou d’Afrique, les races monstrueuses sont la plupart du temps représentées comme ayant la peau très sombre, à l’image des Gog et Magog de la cosmographie de Munich, mais aussi du siamois du Yémen dans le même manuscrit54.

Les étrangers noirs célébrés par la miniature

32Deux types d’étrangers sont mis en valeur par l’image : les souverains noirs amis de l’islam, au demeurant peu nombreux, et les héros combattants.

  • 55 Talbot-Rice D., Gray B., The Illustrations to the « World History of Rashîd al-Din », Edinburgh, U (...)
  • 56 Lewis B., Race, op. cit., p. 40-42.

33Le négus d’Éthiopie en est l’exemple le plus remarquable dans le Jami’al-Tawârîkh de Rashîd al-dîn, conservé à Édimbourg, où il est représenté recevant l’ambassade des premiers musulmans55. Les Noirs d’Éthiopie sont considérés avec bienveillance pour avoir accueilli les premiers musulmans persécutés. Les éthiopiens étaient par ailleurs connus à l’époque du Prophète car ils intervenaient aux côtés des Chrétiens d’Arabie qui se battaient contre les Romains au VIe siècle ; dans l’entourage du Prophète on trouve mention d’esclaves ou concubines noires d’origine habash, et certains de ses proches, tel ‘ Umar al-Khattab, avaient une mère éthiopienne56.

  • 57 Paris, Bibl. nat. de Fr., Ms. arabe 5847, fol. 122v., dans Ettinghausen R., La peinture, op. cit., (...)

34Parmi les étrangers amis de l’islam ou valorisés par la représentation, on trouve le prince indien du Maqâmât dans la scène d’accouchement, pour la femme duquel Abû Zayd confectionna un talisman57, mais aussi le sage indien Bidpaï qui écrivit les fables de Kalîla wa Dimna, dont le roi Khusraw Anushirwân fit rapporter la version indienne afin de la traduire en persan (Kalîla wa Dimna, Paris, Ms. persan 376, Shiraz, XIVe siècle, fol. 224vo).

  • 58 Mohl J. (éd.), Le livre des rois, par Abou’l-kasim Firdousi, vol. 5, Paris, Jean Maisonneuve, 1976 (...)
  • 59 Ibid., p. 201.

35Par ailleurs, quelques combattants noirs sont signalés dans le Shâh Nâmeh où ils apparaissent à deux reprises : lorsque le roi de l’Inde, Four, affronte Iskandar58, et lorsque est mis en scène le combat entre Iskandar et les Zanj abyssins (Paris, Bibl. nat. de Fr., Ms. sup. persan 1112, fol. 220vo). Firdawsî décrit ces Abyssins : « (Ils) étaient noirs, et leurs yeux brillaient comme des flambeaux. Ils formaient une armée d’hommes grands et forts, nus de corps, puissants de muscles et de taille. […] ils avaient des os en guise de javelots59. »

36Dans les deux cas, l’armée perse est victorieuse conformément au texte, mais sans discrimination visible dans les représentations.

Blanchir les rois et les reines

  • 60 L’Étrange et le merveilleux, op. cit., p. 60, no 40, Qazwînî, ‘ Ajâ’ib al-Makhlûqât, Iran, Shirâz, (...)
  • 61 Lentz T. W., Lowry G. D., Timur, op. cit., p. 100, Los Angeles County Museum of Art, 73-5-412, Hâf (...)
  • 62 Mohl J., Le livre, op. cit., p. 161, p. 169 et Berlin, Staatsbibliothek, Firdawsî, Shâh Nâmeh, Ms. (...)

37En revanche, il apparaît parfois que certains personnages noirs de l’épopée sont représentés « blanchis » : ainsi, la reine du Waq Waq, reine du Japon ou de Madagascar que l’on peut parfois observer dotée d’une carnation blanche60 ; le Bouddha mort et très pâle présenté à ses fidèles qui eux sont noirs, car la couleur des élus au paradis selon l’islam est le blanc61, mais aussi la reine Kaidafeh, reine d’Éthiopie promue par Firdawsî reine d’al-Andalûs, et représentée blanche62.

Les origines et la signification de la peau noire

38À l’exception des miniatures à vocation astrologique, les images sont muettes sur les facteurs prétendus de la négritude, mais en étendant l’usage de la couleur noire aux êtres et aux entités nuisibles, il s’instaure de fait une connotation négative liée à ce que Benjamin Braude nomme le préjudice de la couleur noire.

Les causes astrologiques : les enfants de Saturne

  • 63 Selon Corbin H., Temple et contemplation. Essai sur l’islam iranien, Paris, 1980, p. 49.
  • 64 Corbin H., « Réalisme et symbolisme des couleurs en cosmologie shi‘ ite », Eranos-Jahrbuch (1972-1 (...)

39Toutes les couleurs n’ont pas la même valeur dans l’imaginaire et dans la pensée mystique de l’islam, et selon certains penseurs shi‘ ites les couleurs connues seraient la manifestation visible (épiphanie) des quatre piliers du Trône divin (‘Arsh) dont aucun ne porte la couleur noire. En revanche, lorsqu’il met en relation les planètes et les couleurs, ibn ‘Arabî explique qu’en redistribuant les couleurs en fonction des divers niveaux hiérarchisés du ta’wîl (monde de l’apparence littérale engendré par les archétypes représentés par les sphères planétaires63), nous retrouvons alors, non les couleurs intrinsèques des planètes (celles des piliers), mais celles observées dans la majorité de leurs représentations, dont le noir, couleur des Corps matériels et de Saturne64. Ainsi, le noir est en quelque sorte la couleur de l’incarnation. Et de fait, évoquer le Noir ou les Noirs dans le monde musulman médiéval renvoie inévitablement à la géographie astrologique : les régions patronnées par Saturne, à savoir l’Afrique, les pays dits des Zanj ou de l’Océan indien, et l’Inde.

  • 65 Miquel A., La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du XIe siècle – Géographie arab (...)

40Dès le IXe siècle, sur le modèle de la géographie astrologique grecque, l’astrologue Abû Ma‘shar évoque les liens entre microcosme et macrocosme : les planètes patronnent les régions de la terre selon la théorie des analogies hermétiques. Noires sont la bile et la mélancolie, le noir est la couleur de Saturne, planète qui patronne les pays des Noirs (La Nubie, l’Abyssinie, le pays des Zanj et les régions avoisinantes du sud de l’Inde), comme l’explique Hamadhânî : « ici on est plus près de la bête fauve que de l’homme, on aime les querelles, les inimitiés, les litiges, les haines, on fait peu cas de la vie, on n’a ni pitié ni compassion, et parfois même on en a si peu pour soi qu’on se suicide par le feu, la pendaison ou la chute dans le vide65 ».

Les facteurs climatiques

  • 66 Goldenberg D., Early Jewish, op. cit.

41Dans l’Antiquité, il était commun de penser que le Soleil avait changé la couleur de peau des Noirs, et du fait de l’évolution de leur semence, ce caractère était devenu transmissible. C’est ce que laissent entendre Hippocrate ou Strabon66. Avicenne, ibn Sa’îd ou ibn Khaldûn évoquent de la même façon les climats comme déterminants à la fois sur la couleur de la peau et sur les traits de caractères des peuples et, de là, sur l’état d’avancement des civilisations.

  • 67 Lewis B., Races, op. cit., p. 81.
  • 68 Ibn Sa’îd Al-Andalûsî, Livre des catégories des nations, Blachère R. (trad.), Paris, 1935, p. 35-38
  • 69 Ibid., p. 37.

42Avicenne note que Dieu a placé dans les régions de grands froids ou de grande chaleur des peuples esclaves, les Turcs et les Noirs d’Afrique. Ces théories sont parfois reprises par des théologiens tel Kirmânî (mort en 1020) en Égypte fatimide, et appliquées aux Turcs, Zanj, berbères67. Selon ibn Sa’îd dans le Livre des catégories des nations68, un certain nombre de peuples appartenant à la quatrième nation sont exclus des nations ayant une aptitude pour la science, et sont nommés les Chinois, les Gog et Magog, les Soudanais, Abyssins, Nubiens, Zanj « qui n’ont pas cultivé les sciences [et] sont plus semblables aux animaux qu’aux hommes », car ceux qui « habitent près de la ligne équinoxiale et au-delà jusqu’aux confins du monde, connaissent un climat rendu brûlant et un ciel surchauffé par une longue présence du soleil au zénith. De ce fait, leur tempérament est devenu bouillant et leurs humeurs ardentes, leur teint a noirci, leurs cheveux sont devenus crépus. Aussi l’empire des vertus pondératrices et la stabilité des vues leur faisant défaut, la turbulence est-elle dominante chez ces peuples, la sottise et l’ignorance générales parmi eux. Telles sont celles des populations du Soudan qui habitent sur les confins du pays des Abyssins, des Nubiens, des Zanj, etc.69 ».

  • 70 Al-Dimishqî, Manuel, op. cit., p. 396-397.
  • 71 Ibn Khaldûn, Discours, op. cit., p. 81-89, p. 128-134.

43Au XIIIe siècle, Dimishqî reprend les propos à son compte70, relayé par ibn Khaldûn au XIVe siècle qui disserte sur la couleur de la peau résultant bien de l’exposition au soleil, ou des traits de caractères dépendant amplement de la rigueur du climat qui permet aux hommes de travailler ou non71.

  • 72 Lewis B., Races, op. cit., p. 73 : « [les Noirs] sont laids et mal bâtis, parce qu’ils vivent dans (...)
  • 73 Ibid., p. 72-73.

44Signalons que ces théories, astrologiques ou climatiques, n’ont pour but que de valoriser les régions tempérées, c’est-à-dire ce que nous nommons aujourd’hui les latitudes moyennes, afin de centrer la civilisation sur le cœur de l’ancien empire abbasside, la Syro-Mésopotamie. À l’image des propos d’ibn Qutayba (828-889)72, le déterminisme climatique permet, dans une perspective arabo-centriste, de situer le monde arabo-musulman comme « idéal, ni trop foncé ni trop clair, bien construit mentalement et physiquement73 ».

Le préjudice de la couleur noire, ou le noir marque du péché et du mal

  • 74 Durand G., Les structures anthropologiques de l’imaginaire, Paris, Dunod, 1992, p. 82, p. 99.
  • 75 Strickland D. H., Saracens, Demons, Jews, Making Monsters in Medieval Art, Oxford, Princeton Unive (...)
  • 76 Fée ou sorcière.
  • 77 Christensen A., Essai sur la démonologie iranienne, Copenhague, 1941, p. 57.
  • 78 L’Abrégé des merveilles, op. cit., p. 48-49.
  • 79 Christensen A., Essai, op. cit., p. 61-78.

45La couleur noire est, dans l’imaginaire, connotée négativement74, mais le préjudice de la couleur noire n’est pas le seul fait de l’art occidental ; il se retrouve en Orient où les créatures maléfiques l’ont en partage avec les peuples d’Afrique et des îles75. D’après les croyances zoroastriennes, les Noirs seraient en effet le produit de l’hybridation entre une humaine et un dîv ou un jeune homme et une pârî76, union qui aurait eu lieu sous le règne du tyran Azî Dahâk77. Dans le monde musulman, le premier démon fut Iblîs, dont le péché fut de désobéir et de refuser d’honorer Adam, l’homme comme créature parfaite. En punition, Iblîs devint laid ainsi que sa descendance78. Si la couleur noire n’est pas explicitement attribuée aux démons, on peut noter que lorsque les miniaturistes représentent Iblîs ou d’autres démons, ils leur attribuent, outre la laideur et l’incomplétude, une carnation foncée voire noire79.

  • 80 Paris, Bibl. nat. de Fr., Ms. sup. turc 190, Mi‘ râj Nâmeh, Herât, 1436, Séguy M.-R., Mirâj Nâmeh,(...)

46On observe enfin que cette carnation foncée (du brun au noir) est systématiquement, dans les miniatures persanes des XIVe et XVe siècles, l’attribut des sujets coupables et des suppliciés, qui portent ainsi en leur chair la marque du péché. Un autre fait remarquable est l’usage du brun foncé dans un manuscrit du récit de l’Ascension du Prophète80, couleur de tous les damnés de l’enfer, mais aussi des anges bourreaux, dont certains sont clairement identifiables comme des Africains, et d’autres comme des Européens blonds à carnation rouge !

  • 81 Braude B., Ham and Noah, op. cit.

47La justification de la race noire apparaît non dans le Coran81, mais chez les traditionnistes tel Wahd ibn Munabbih, dès le VIIIe siècle (730). Tous font du péché de Cham la cause principale de la négritude :

« Hâm le fils de Noé était un homme blanc avec une belle figure et Dieu changea sa couleur et celle de ses descendants en réponse à la malédiction de son père. Il partit suivi par ses fils et ils s’installèrent de par les mers où Dieu les fit croître et multiplier. Ce sont les Noirs (Sûdân). »

  • 82 Al-tabarî, The History of al-Tabarî, General Introduction and From the Creation to the Flood, Rose (...)
  • 83 Perbal A., « La race nègre et la malédiction de Cham », Annales de l’Université d’Ottawa, 1940, 10 (...)
  • 84 Al-Dimishqî, Manuel, op. cit., p. 384-385
  • 85 L’Abrégé des merveilles, p. 105-107.

48Tabarî n’est pas en reste : la semence de Cham fut altérée et apporta les Noirs82 ; et, dans son sillage, les encyclopédistes et autres auteurs qui, depuis le Xe siècle, avancent l’explication du péché pour expliquer la couleur noire83 : celui-ci, s’étant approché de sa femme dans l’arche, attira sur lui la malédiction de Noé, au point que son sperme fut changé par Dieu ; par suite, sa femme mit au monde des nègres. D’après une autre tradition, Cham s’approchant de son père, le trouva dormant, les parties sexuelles découvertes par le vent ; et ayant plaisanté, ses frères, Sem et Japhet se levèrent pour couvrir leur père, marchant à reculons, de sorte que leurs visages étaient détournés de sa nudité. Noé informé de ce fait dit : « Maudit soit Cham, béni soit Sem et que dieu multiplie la postérité de Japhet84. » L’Abrégé des merveilles, au Xe siècle, est très explicite sur ce point85, l’auteur explique :

  • 86 Ibid., op. cit., p. 129.

« Le premier qui régna parmi eux fut le premier Nemrod, fils de Kouch, fils de Cham. Il avait le teint noir, les yeux rouges, le corps difforme ; des cornes lui poussaient sur le front. Il fut le premier nègre après le déluge. Il le fut de naissance, à cause de la malédiction prononcée par Noé contre son fils Cham dans les circonstances suivantes : Noé dormait un jour découvrant sa nudité. Cham le vit et rit. […] Noé […] maudit Cham, en demandant à Dieu que ses descendants fussent noirs et difformes, et esclaves des fils de Sem86. »

  • 87 Goldenberg D., Early Jewish, op. cit., p. 3-5. Une étiologie relative à la couleur de peau des hum (...)

49Ainsi l’origine de la couleur noire, reposant sur la punition, à travers la procréation, d’un péché sexuel, à quoi s’ajoute, dans la littérature rabbinique à partir du IIIe siècle, l’idée d’un changement de nature séminale, proviendrait de la nécessité de justifier l’existence de Cham comme ancêtre des Égyptiens à peau sombre et des Koushites persécuteurs des Hébreux. La punition résultant du péché s’adresse donc en priorité aux Africains noirs, ce que retiennent les auteurs arabes ayant eu connaissance du Midrash87.

  • 88 Al-Tabarî, La Chronique, Histoire des prophètes et des rois, Zotenberg H. (éd.), Paris Sindbad, 19 (...)
  • 89 Mas‘ûdî, Les prairies d’or, Barbier de Meynard, Pavet de Courteille, corrigé par Pellat C., Paris, (...)

50Pourtant, une volonté de réconcilier les races apparaît curieusement chez Tabarî88 et Mas‘ûdî89 qui disent explicitement que Dieu utilisa une argile tricolore, noire, rouge et blanche pour façonner Adam…

  • 90 Hamadhani, Abrégé du Livre des pays, Pellat C. (trad.), Damas, IFEA, 1973, p. 7 : « On dit aussi q (...)

51L’image des Noirs dans la miniature révèle qu’en dehors de la vie quotidienne, les représentations mises en scène par les miniaturistes sont l’expression des imaginaires religieux (mythes, légendes) et de l’influence de la géographie astrologique qui utilisent les carnations foncées pour clairement désigner la marginalité, de la même façon que les teintes grises, rouges ou bleutées, entachées des mêmes a priori. Certains peuples à carnation foncée sont cependant des amis respectés du monde musulman, tels les Indiens qui ont un statut à part chez les géographes et les encyclopédistes90. Quant aux Noirs, ils regroupent deux catégories : les domestiques perçus et représentés comme inférieurs et utilitaires et que seuls quelques géographes (Idrîsî ou Jean Léon l’Africain) tentèrent de réhabiliter pour leur sagesse, surtout lorsqu’ils étaient Africains et musulmans, et les peuples des îles et des confins du monde, réputés étranges, dangereux, mais dotés d’une dimension plus imaginaire que réelle.

Notes

1 Braude B., « Ham and Noah : Sexuality, Servitudism, and Ethnicity », Collective Degradation : Slavery and the Construction of the Race, 7 novembre 2003, Yale University.

2 Lewis B., Race et couleur en Islam, Paris, Payot, 1982, repris sous le titre, Race et esclavage au Proche-Orient, Paris, NRF, Gallimard, 1990.

3 Lewis B., Race, op. cit., 1990, p. 144. Propos qu’il venait de contredire quelques paragraphes plus haut où, cette fois, il ne parlait pas des images mais des textes, ibid., p. 141.

4 Ouvrage populaire enluminé au XIIIe siècle, mettant en scène la société musulmane et ses éléments les plus populaires.

5 Çağman F., « Glimpses into the Fourteenth-Century Turkish World of Central Asia : The Paintings of Muhammad Siyah Qalam », Roxburgh D. J., (dir.), The Turks, A Journey of Thousand Years, 600-1600, Londres, 2005, p. 148.

6 Richard F., Splendeurs persanes, Manuscrits du XIIe au XVIIe siècle, Exposition de la Bibliothèque nationale de France, Galerie Mazarine, 27 novembre 1997-1er mars 1998, Paris, Imprimé en Italie, 1997, p. 80, p. 76. Ces miniatures sont visibles sur Mandragore, la base de données iconographiques de la Bibl. nat. de Fr. accessible sur le net.

7 Lewis B., Race, op. cit. p. 35.

8 Ibn Khaldûn, Discours sur l’Histoire universelle, Al-Muqaddima, Monteil V. (trad.), Paris, Sindbad, 1968, 3e édition, p. 81-89.

9 Goldenberg D., « Early Jewish and Christian Views of the Blacks », Collective Degradation : Slavery and the Construction of Race, Proceedings of the Fifth Annual Gilder Lehrman Center International Conference at Yale University. 7-8 novembre 2003, Luce Hall, Yale University, p. 8.

10 Lewis B., Race, op. cit., p. 8.

11 Ibid., p. 80.

12 Devic L. M., Le pays des Zendjs, ou la côte orientale d’Afrique au Moyen Âge, Paris, 1883.

13 Grabar O., « Islamic Art and Byzantinium », Studies in Medieval Islamic Art, Londres, Variorum Reprints, 1976, p. 19-88. Rice D. S., « The Illustrated Maqâmât of the Thirteenth Century, the Books and the Arts », Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 1959, p. 22. Grabar O., « A Newly Discovered Illustrated Manuscript of the Maqâmât of Harîri », Ars Orientalis, 1963, p. 97-109.

14 Grabar O., « Pictures or commentaries : the illustrations of the Maqamat of al-Hariri », Studies in art and literature of the Near East in honour of R. Ettinghausen, 1974, p. 85-104. Grabar O., « The illustrated Maqamat of the thirteenth century : the bourgeoisie and the arts », Hourani A. H. et Stern S. M., (éd.), The Islamic City, 1970, p. 207-222.

15 Voir la base Mandragore de données iconographiques de la Bibl. nat. de Fr.

16 De Bagdad à Ispahan, manuscrits islamiques de l’Institut d’Études Orientales de Saint-Pétersbourg, Académie des Sciences de Russie, Paris – Musées, Venise, 1994, p. 124.

17 Ibid., p. 28-39.

18 Lewis B., Race, op. cit., p. 20-23.

19 Ibid., p. 28.

20 Ibid., p. 76.

21 Ettinghausen R., La peinture arabe, Genève, Skira, 1977, p. 61 : New York, Metropolitan Museum of Art, no 57-51-25.

22 Renault F., La traite des Noirs au Proche-Orient médiéval, VIIe -XVe siècles, Paris, Geuthner, 1989, p. 44-47.

23 Bernus-Taylor M. et Jail C. (éd.), L’étrange et le merveilleux en terre d’islam, Exposition du musée du Louvre, Paris, Réunion des Musées Nationaux, 2001, p. 153, no 112 ; Shâh Nâmeh, Qazwîn, vers 1590, Londres, British Library, Oriental and India Office, inv. Add. 27257, fol. 245ro.

24 Ettinghausen R., La peinture, op. cit., fol. 123, p. 125, et De Bagdad à Ispahan, op. cit., p. 125.

25 Ibid., p. 93, manuscrit dispersé de 1315, New York, Metropolitan Museum of Art, Legs Cora Timken Burnett, No 57.51.23, 31× 21,9 cm.

26 Lewis B., Race, op. cit., p. 88-89.

27 Lentz T. W., Lowry G. D., Timur and the Princely Vision, Persian art and Culture in the Fifteenth Century, Los Angeles County Museum of Art, Smithsonian Institution Press, Washington, 1989, p. 288-299 : Baltimore, John Hopkins University, John Work Garett Collection, Zafarnâma, Sharafuddin ‘ Alî Yazdî, Herât, 1467-68, fo 359-360, et Londres, The British Library, Oriental 6810, Khamsa, Nizâmî, Herât, 1494-95, fo 154vo,

28 Ibid., p. 290, Londres, The British Library, Oriental 6810, Khamsa, Nizâmî, Herât, 1494-95, fol. 27ro.

29 Ettinghausen R., La peinture, op. cit., Maqâmât, Paris, Bibl. nat. de Fr., Ms. 5847, fol. 33, Maqâmât 12, la danseuse de la taverne.

30 Lentz T. W., Lowry G. D., Timur, op. cit., p. 261, Le Caire, General Book Organisation, Adab Farsi 908, Saadî, Bûstân, Herât, 1488, fol. 2.

31 Ibid.

32 Ibid., p. 277, Londres, The British Library, Oriental 6810, Khamsa, Nizâmî, Herât, 1494-95, fol. 39vo.

33 Ibid., p. 275, Londres, The British Library, Oriental 6810, Khamsa, Nizâmî, Herât, 1494-95, fol. 190 et Khamsa d’Amîr Khusraw, Berlin, Staatsbibliothek, Ms. Or. Fol. 187, (1495). Flemming B., Luft P., Sohrweide H., Stchoukine I., Illuminierte islamische Handschriften, Wiesbaden, 1971, p. 30-34.

34 Lentz T. W., Lowry G. D., Timur, op. cit., p. 285, Soudavar Collection, Saadî, Bûstân, Herât, 1486, fo 55.

35 Renault F., La traite, op. cit., p. 56.

36 Flemming B., Luft P., Sohrweide H., Stchoukine I., Illuminierte, op. cit.

37 Gray B., La peinture persane, Genève, 1979, p. 89, Londres, RAS, Ms. 239, Shâh Nâmeh, Herât, 1440, fol. 430vo.

38 Renault F., La traite, op. cit., p. 50 et p. 99.

39 Ibid., p. 50-53.

40 Ibid., p. 56.

41 Ibid., p. 100-102.

42 Lewis B., Race, op. cit., p. 41-42.

43 Istanbul, Topkapi Saray Museum, Hazine 1222, Siyer al-Nâbi, Turquie, 1594-5, fol. 406.

44 Soucek P., « An Illustrated Manuscript of al-Bîrûnî’s Chronology of Ancient Nations », Chelkowski P., (éd.), The Scholar and the Saint, Studies in Commemoration of Abû’l Rayhan al-Bîrûnî and Jalal al-Din Rûmî, New York, 1975, p. 103-168.

45 Ferrand G., Relations de voyages et textes géographiques arabes, persans et turcs relatifs à l’Extrême Orient du VIIIe au XVIIIe siècle, Paris, E. Leroux, 1913-1914 (2 vol.), vol. 1, p. 302.

46 Mellinkoff R., Outcasts : Signs of Otherness in Northern European Art of the Late Middle Age, 1 : Text, Berkeley, University of California Press, 1993, p. 156.

47 L’Abrégé des merveilles, Carra de Vaux B., (trad.), Paris, Sindbad, 1984, p. 78-79.

48 Voyage du marchand arabe Sulaymân en Inde et Chine rédigé vers 851, suivi de remarques par Abû Zayd Hasan (vers 916), Ferrand G., (trad.), Paris, Brossard, 1922, p. 35.

49 Ferrand G., Relations de voyage, op. cit., p. 300.

50 L’Abrégé, op. cit., p. 77.

51 Ibid., p. 84.

52 Ibid., p. 74.

53 Al-Dimishqî, Manuel de la cosmographie du Moyen Âge traduit de l’arabe de Shems éd.-dîn Abou Mohammed de Damas et accompagné d’éclaircissements par A. F. Mehren, Paris, E Leroux, 1874, p. 388.

54 Caiozzo A., « Les monstres dans les cosmographies de l’Orient médiéval », Caiozzo A. et Demartini A.-E., (dir.), Monstre et imaginaire social. Approches historiques, Paris, Créaphis, 2008, p. 47-64.

55 Talbot-Rice D., Gray B., The Illustrations to the « World History of Rashîd al-Din », Edinburgh, University Press, 1976, pl. 34.

56 Lewis B., Race, op. cit., p. 40-42.

57 Paris, Bibl. nat. de Fr., Ms. arabe 5847, fol. 122v., dans Ettinghausen R., La peinture, op. cit., p. 121.

58 Mohl J. (éd.), Le livre des rois, par Abou’l-kasim Firdousi, vol. 5, Paris, Jean Maisonneuve, 1976, p. 123, p. 149.

59 Ibid., p. 201.

60 L’Étrange et le merveilleux, op. cit., p. 60, no 40, Qazwînî, ‘ Ajâ’ib al-Makhlûqât, Iran, Shirâz, XVe siècle, Musée du Louvre, A4239.

61 Lentz T. W., Lowry G. D., Timur, op. cit., p. 100, Los Angeles County Museum of Art, 73-5-412, Hâfiz-i Abrû, Majma‘ a al-Tawârîkh, Herât, 1425.

62 Mohl J., Le livre, op. cit., p. 161, p. 169 et Berlin, Staatsbibliothek, Firdawsî, Shâh Nâmeh, Ms. Or. 4255, fol. 197vo.

63 Selon Corbin H., Temple et contemplation. Essai sur l’islam iranien, Paris, 1980, p. 49.

64 Corbin H., « Réalisme et symbolisme des couleurs en cosmologie shi‘ ite », Eranos-Jahrbuch (1972-1974), p. 34.

65 Miquel A., La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du XIe siècle – Géographie arabe et représentation du monde, Paris, 2001, réimp. EHESS, vol. 2, p. 44.

66 Goldenberg D., Early Jewish, op. cit.

67 Lewis B., Races, op. cit., p. 81.

68 Ibn Sa’îd Al-Andalûsî, Livre des catégories des nations, Blachère R. (trad.), Paris, 1935, p. 35-38.

69 Ibid., p. 37.

70 Al-Dimishqî, Manuel, op. cit., p. 396-397.

71 Ibn Khaldûn, Discours, op. cit., p. 81-89, p. 128-134.

72 Lewis B., Races, op. cit., p. 73 : « [les Noirs] sont laids et mal bâtis, parce qu’ils vivent dans un pays chaud. La chaleur les cuit par trop dans la matrice, et frise leurs cheveux. Les mérites des peuples de Babylone sont dus au climat tempéré. »

73 Ibid., p. 72-73.

74 Durand G., Les structures anthropologiques de l’imaginaire, Paris, Dunod, 1992, p. 82, p. 99.

75 Strickland D. H., Saracens, Demons, Jews, Making Monsters in Medieval Art, Oxford, Princeton University, 2003, p. 79-80, « Ethiopians and demons are even more dramatically allied in pictorial works of art. », Hunter G. K., « Shakespeare Lecture. Othello and the Colour Prejudice », Proceedings of the British Academy, LIII, 168, 139-163.

76 Fée ou sorcière.

77 Christensen A., Essai sur la démonologie iranienne, Copenhague, 1941, p. 57.

78 L’Abrégé des merveilles, op. cit., p. 48-49.

79 Christensen A., Essai, op. cit., p. 61-78.

80 Paris, Bibl. nat. de Fr., Ms. sup. turc 190, Mi‘ râj Nâmeh, Herât, 1436, Séguy M.-R., Mirâj Nâmeh, Le voyage miraculeux du prophète, Paris, Bibliothèque Nationale, Ms. Sup. Turc 190, Paris, Draeger éd., 1977, fol. 55 et 65.

81 Braude B., Ham and Noah, op. cit.

82 Al-tabarî, The History of al-Tabarî, General Introduction and From the Creation to the Flood, Rosenthal F. (éd.), New York, 1989, vol. 1, p. 365.

83 Perbal A., « La race nègre et la malédiction de Cham », Annales de l’Université d’Ottawa, 1940, 10, p. 156-177.

84 Al-Dimishqî, Manuel, op. cit., p. 384-385

85 L’Abrégé des merveilles, p. 105-107.

86 Ibid., op. cit., p. 129.

87 Goldenberg D., Early Jewish, op. cit., p. 3-5. Une étiologie relative à la couleur de peau des humains se trouve dans la littérature rabbinique dans les Antiquités bibliques du Pseudo-Philon au Ier ou IIe siècle ; il ajoute un élément qui est absent dans l’histoire de la tour de Babel (Genèse 11) : « Dieu divisa leur langage et changea leur apparence et un homme ne reconnut plus son propre frère et personne ne comprit le langage de son voisin ». Ceci fait référence au changement de couleur de peau, comme Louis Ginzberg le reconnut. Ainsi, alors que la bible parle de langue, lui rajoute la couleur de peau. Dans un midrash rabbinique commentant Isaïe 66-18, on évoque encore la couleur de la peau. C’est la même idée que l’on retrouve dans une ode au dieu Soleil au XIVe siècle av. J.-C. Dans les textes de Saint Ephrem, religieux syriaque mort en 373, est avancée une explication tirée du Pentateuque : « Dieu maudit Canaan et fit noircir sa figure, et immédiatement sa figure changea ainsi que celle de son père Ham, et de blanche, leurs figures devinrent noires et sombres. » En effet, les descendants de Canaan n’auraient pas été noirs, mais c’est Kush qui fut le premier concerné. Et même plus : à cette époque il semblerait que la racine hébraïque de Ham voulait dire sombre, brun ou noir. Et, de ce fait, les Rabbins expliquaient à la fois l’origine des gens à peau noire, mais aussi l’étymologie du nom Ham.

88 Al-Tabarî, La Chronique, Histoire des prophètes et des rois, Zotenberg H. (éd.), Paris Sindbad, 1984, vol. I,. p. 74.

89 Mas‘ûdî, Les prairies d’or, Barbier de Meynard, Pavet de Courteille, corrigé par Pellat C., Paris, 1962, vol. 1, § 38, p. 189 : « il [l’ange de la mort] prit de la terre noire, rouge, blanche et c’est pour cette raison que les fils d’Adam sont de différentes couleurs ».

90 Hamadhani, Abrégé du Livre des pays, Pellat C. (trad.), Damas, IFEA, 1973, p. 7 : « On dit aussi qu’il y a sept climats : un aux Arabes, un aux Rûms, un aux Abyssins, un aux Indiens, un aux Turcs, un aux Chinois, un au peuple de Gog et Magog. »

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search