Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Étrangers et sociétés

 | 
Pilar González-Bernaldo
, 
Manuela Martini
, 
Marie-Louise Pelus-Kaplan

Première partie. Les étrangers dans la cité : normes et pratiques

L’étranger à Rome au Haut-Empire, ou des vertus et des limites d’un questionnement anachronique

Yves Perrin

Texte intégral

  • 1 Gracq J., Autour des sept collines, Paris, 1988, p. 108.

« Quelle étrangeté d’enclore l’idée d’empire universel dans un nom de ville »
J. Gracq1.

  • 2 Les sources littéraires, qui émanent des milieux dominants, ne sont pas plus disertes sur les étra (...)
  • 3 Voir Brunet R., Les mots de la géographie, dictionnaire critique, Paris, 1992 : l’étranger est cel (...)
  • 4 Sur les catégories romaines pour penser l’autre : Gaudemet J., « L’étranger dans le monde romain » (...)

1Parler de l’étranger à Rome au Haut-Empire est une entreprise délicate voire dangereuse. Les sources susceptibles d’être exploitées sont peu nombreuses et d’interprétation problématique2. Le monde romain n’a ni mot ni concept qui corresponde à notre substantif « étranger3 ». Même si l’empire constitue la première expérimentation historique de l’État moderne, il ignore les notions d’état, de nation et d’identité collective4. On y chercherait en vain une contiguïté entre sentiment identitaire et intérêts économiques ou religieux. À ces difficultés conceptuelles s’en ajoute une autre, proprement historique : Rome étend sa domination sur l’oikoumène et la majorité de ceux qui pourraient être qualifiés d’étrangers sont installés dans l’empire dont ils sont les hommes les plus nombreux.

  • 5 À l’exception de l’article de Gaudemet J., op. cit.
  • 6 Noy D., op. cit. L’intérêt de l’ouvrage est certain, mais ses critères géographiques et la distinc (...)
  • 7 Nicolet C., La fabrique d’une nation. La France entre Rome et les Germains, Paris, 2003, p. 52.
  • 8 Weil S., Réflexions sur les origines de l’hitlérisme, texte écrit en 1939, publié à Paris en 1960 (...)
  • 9 Suétone, Auguste, 40.

2Le mot « étranger » n’apparaît donc guère dans les études des antiquistes. Il est absent des manuels de droit romain comme des indices de l’Année Philologique5. La seule monographie où il figure dans le titre est récente ; encore s’agit-il d’un livre en langue anglaise dont le vocabulaire sur le sujet est plus riche que le français6. En revanche l’impérialisme militaire et la politique de Rome à l’égard des vaincus qu’elle a annexés ont engendré une immense littérature qui illustre la forte charge idéologique de la question. Soit pour critiquer la violence des Romains à l’égard des autres, soit pour ériger leur aptitude à l’intégration en modèle. Bodin dénonce les Allemands qui, comme les Romains, confondent étranger et ennemi alors que les Gaulois ont le sens de l’hospitium7. S. Weil établit un parallélisme entre la xénophobie et le racisme de l’empire romain et de l’Allemagne nazie8. Les productions académiques illustrent le poids des idéologies. On le voit dans les traductions : en 1931, H. Ailloud édite la Vie des douze Césars de Suétone dans la Collection des Universités de France : il traduit ab omni colluvione peregrini ac servilis sanguinis servare populum par : « il (Auguste) jugeait important de conserver à la race romaine sa pureté et de ne pas la laisser corrompre par le moindre mélange de sang étranger et servile ». La traduction de populus par race est pour le moins surprenante9 … On le voit dans les travaux historiques, notamment dans le domaine colonial où le poids des idéologies est le plus directement perceptible : la présence romaine en Afrique est un modèle des relations qu’une puissance coloniale doit entretenir avec les étrangers qu’elle a vaincus (J. Carcopino développe son schéma en trois temps sur l’impérialisme romain érigé en modèle : conquête violente, colonialisme, colonisation…). Dans le contexte de la Ve république, la majorité des antiquistes choisit de voir dans l’empire romain un modèle d’intégration, voire d’assimilation.

  • 10 Voir l’introduction (et l’ensemble du volume), Nourrisson D. et Perrin Y. (éd.), Le barbare, l’étr (...)

3Lacunes des sources, catégories de pensée, structures territoriales et politiques, contexte économique et religieux, soulèvent donc de sérieux problèmes d’heuristique : est-il légitime de poser la question de l’étranger à Rome ? A priori, la réponse est négative. Pourtant, la nature des sources ne doit pas déterminer celle des interrogations, même si elle limite le champ des questions susceptibles de trouver une réponse satisfaisante et l’historien peut ne pas formuler ses questionnements en fonction des seules spécificités de la société qu’il étudie. La définition de l’étranger et la représentation qu’on s’en fait sont historiques. L’inexistence du mot « étranger » dans les champs lexicaux et l’outillage conceptuel romains ne signifie pas que la question de l’étranger est absente de l’histoire de l’Urbs : elle signifie qu’elle est posée en d’autres termes que ceux de notre temps10. Rome distingue ceux qui n’appartiennent pas à son entité selon des critères juridiques, ethniques et culturels. J’aborderai donc successivement ces trois points.

Approche juridique et institutionnelle

Citoyen et non-citoyen11

  • 11 La relation étrangers-citoyenneté-démocratie est l’une des préoccupations du colloque, mais l’empi (...)
  • 12 Et donc aussi à la religion civique romaine. Mais l’opposition religio-superstitio n’est pas un ré (...)

4L’étranger se définit par sa non-participation au ius et à la civitas de Rome12. La catégorie est vaste et hétérogène puisqu’elle regroupe les hommes extérieurs à l’empire, les externi, mais aussi la population non-citoyenne de l’empire, peregrini et deditices. En dépit ou en raison de leur statut juridique, on y ajoutera les esclaves, des étrangers vaincus ou descendant de vaincus.

  • 13 Ils les connaissent à travers les prismes déformants des soldats qui ont eu l’occasion de les affr (...)

5Les externi vivent hors de l’aire de l’imperium romanum ; autant que géographique, leur définition est culturelle : ce sont les barbares. J’y reviendrai. Par nature, ce sont des ennemis réels ou potentiels, les plus redoutables étant les Germains, les Daces et les Parthes, mais l’empire entretient avec eux des relations diplomatiques et commerciales. Dans l’ensemble, les Romains les connaissent peu et la représentation qu’ils s’en font est nourrie de stéréotypes13. Employer le terme étranger pour les désigner n’est donc pas trop anachronique.

  • 14 Les Germains Naharvales célèbrent une antique religion dont le lieu de culte n’a aucune trace de s (...)
  • 15 Les préteurs pérégrins gèrent les affaires entre cives et pérégrins et entre pérégrins.
  • 16 Voir les entrées stationes extarum civitatum (E. Papi) et stationes municipiorum (C. Lega), Lexico (...)

6Il en va tout différemment des pérégrins : le mot peregrinus désigne celui qui n’appartient pas à la collectivité, quelle qu’elle soit14. L’occurrence la plus fréquente du terme désigne les provinciaux non-citoyens mais libres. Descendants d’étrangers qu’elle a vaincus, Rome a fixé leur statut. Dans la mesure où il ne met pas en cause sa supériorité, elle reconnaît leur droit, le ius gentium15. Citoyens de leur cité, ils jouissent en apparence au moins d’une certaine autonomie dans la gestion de leurs affaires. La terminologie qui exprime leur relation à Rome est celle de l’extériorité : les cités pérégrines sont des socii, des alliés ; lorsqu’elles envoient une délégation à Rome, c’est une legatio. Certaines y ont des représentations officielles16. Ce constat conduit à voir dans l’empire une confédération de cités liées par une acceptation commune de leurs relations avec Rome. Si l’on s’en tient à ces critères, traduire peregrinus par étranger n’est donc pas injustifié.

7Aux pérégrins, il faut ajouter la catégorie hétérogène et mal connue des déditices qui associe des pérégrins et des affranchis. Les pérégrins déditices sont des barbares installés dans l’empire, des ruraux (comme les fellahs égyptiens ?) ou des communautés montagnardes. Il semble qu’on doit voir en eux des hommes qui vivent dans l’empire, mais ignorent le cadre de la cité. Quant aux affranchis déditices, ils regroupent les esclaves qui ont reçu la liberté selon la lex Aelia Sentia de 4 ap. J.-C., autrement dit des esclaves qui ont commis de graves fautes, notamment des criminels. Libres, les déditices évoluent hors de toute protection juridique puisqu’ils n’appartiennent à aucune organisation civique. En 212, ils sont explicitement exclus du bénéfice de la citoyenneté romaine que Caracalla donne à tous les libres. On peut voir en eux des sortes d’apatrides sans protection juridique.

  • 17 Tacite, Ann., XIV, 44.

8Les esclaves posent un problème spécifique. Juridiquement placés dans la catégorie des res, ils sont étrangers au monde même des hommes ; vaincus ou descendants de vaincus, étrangers à la société romaine, ils sont des ennemis de l’intérieur dont la masse fait régner la « peur servile ». Dans un discours prononcé en 61 devant le sénat, Thrasea apeure ses collègues17 : « nous comptons des nations dans nos familles serviles dont chacune a conservé ses habitudes et ses cultes étrangers (externa sacra). On ne peut tenir cette marée puante que par la crainte ».

9Ce tableau sommaire montre l’hétérogénéité de ceux qu’on pourrait éventuellement qualifier d’étrangers si Rome connaissait le terme. On y trouve des libres et des esclaves, des peuples indépendants et la majorité des hommes de l’empire. Leur point commun est de ne pas être citoyen et d’être des ennemis potentiels ou réels, deux caractéristiques qui fondent les relations que Rome entretient avec eux.

  • 18 Voir Virgile, énéide, VI, 851 : « tu regere imperio populos, Romane, memento ».
  • 19 Res Gestae 3, 2.
  • 20 Tacite, Ann., XII, 16-17.

10Ces relations sont d’abord celles de la violence militaire envers l’ennemi. L’imperium romanum assure l’hégémonie de Rome sur des vaincus ou futurs vaincus18. Les Res Gestae rappellent le droit du vainqueur de détruire l’autre, et sa toute puissance dont le signe ultime est précisément de ne pas les détruire : « j’ai préféré laisser vivre les peuplades étrangères aux quelles on pouvait pardonner en toute sécurité plutôt que les anéantir19 ». La proclamation est significative, même si elle couvre d’un noble voile la cuisante défaite de Varus face aux Germains. Lorsque Rome est en mesure de détruire l’étranger, elle le fait : sous Claude, la conquête de la Bretagne s’accompagne de massacres. On connaît la harangue que Tacite prête au roi Galgacus : « Enlever, massacrer, piller, voilà, usant du mensonge, ce qu’ils appellent l’empire, et, là où ils font un désert, ce qu’ils appellent la paix. » (Vie d’Agricola, 30). Certains ont cru que Tacite prêtait au chef breton sa vision personnelle de l’impérialisme romain, nourrie de culpabilité. En réalité l’historien formule au premier degré l’opinion romaine : le discours de Galgacus montre l’aveuglement dont sont capables les barbares, qui légitime la violence romaine. Sous Néron, lors d’une expédition dans le royaume du Bosphore, les légions assiègent Uspé ; la ville envoie des députés demander la grâce des libres en échange de 10 000 esclaves. Après avoir repoussé la proposition, l’état-major donne aux soldats le signal du carnage20. Il en va de même face aux provinciaux et pérégrins ; les révoltes de Tacfarinas, de Boudicca, des Juifs, des Gaulois et des Bataves (en 70) sont réprimées dans le sang. Qu’on voie en elles l’expression de la résistance des peuples ou des révoltes fiscales qui ne sont pas fondamentalement antiromaines ne change rien au constat : qui résiste à l’imperium romain est un étranger hostile qui doit être châtié.

  • 21 Tacite, Ann., IV, 13.
  • 22 Voir Porte D., Les donneurs de sacré, Paris, 1989, p. 96. Le sacrifice que le gouverneur en partan (...)
  • 23 Suétone, Aug., 42.

11Les relations entre Rome et les « étrangers » sont ensuite celles qui organisent la domination du populus sur les autres. Si l’empire peut apparaître comme une confédération de cités, c’est une confédération d’un genre particulier : le seul lien qui unisse les cités entre elles est l’accord bilatéral que chacune a avec Rome. Une seule, Rome, conserve son droit et exerce une prééminence incontestée sur les autres. L’opposition du citoyen et du non-citoyen définit l’essence du gouvernement et de son administration. En 23, ne sachant quelle attitude adopter pour faire taire la rumeur qu’il a empoisonné son fils Drusus, Tibère affecte de se consacrer aux affaires publiques de la manière la plus banale, c’est-à-dire, dit Tacite, en rendant justice aux citoyens selon le ius civium d’un côté et en écoutant les plaintes des socii de l’autre21. Le citoyen résidant dans la péninsule italienne ne paie pas d’impôts directs alors que le pérégrin doit le stipendium, qui est l’expression de la sujétion des vaincus. Les cérémonies accompagnant le départ d’un gouverneur pour sa province montrent qu’il y sera le représentant de la puissance victorieuse ; reprenant le rite de déclaration de guerre de haute époque, le gouverneur arrache une motte du Capitole pour l’emmener avec lui, signe qu’il se rend dans un pays étranger22. Elle se manifeste au gré des événements. En 6, pour protéger les citoyens de Rome de la disette, Auguste expulse de la ville les esclaves qui y sont en vente, une partie des esclaves, les gladiateurs et tous les pérégrins (sauf les médecins et les professeurs), bref l’ensemble des non-citoyens sans distinction de leur statut23. Dans les Histoires, Tacite distingue toujours soigneusement les cives, les peregrini et les externi qui composent les troupes des guerres civiles de 69.

  • 24 Garnsey P., Saller R., L’empire romain, économie, société, culture, Londres 1987, trad. fr., Paris (...)

12Les provinciaux sont conscients de cette situation, y compris ceux qui célèbrent l’éloge de Rome. Si Aelius Aristide insiste sur la générosité de celle-ci (« vous protégez les Grecs, vous les ressuscitez en accordant la liberté et l’autonomie aux meilleurs d’entre eux »), il reconnaît dans la même phrase que « les cités grecques prospèrent sous votre domination24 ».

  • 25 Tacite, Hist. II, 21

13Bien qu’il soit schématique, le tableau que je viens de brosser autorise une conclusion provisoire : dans ses conceptions comme dans ses pratiques, un Romain reconnaît comme étrangers ceux qui ne relèvent pas du ius romain ; il n’en fait pas une catégorie abstraite : il ne connaît pas l’Étranger. À ses yeux existent différentes catégories et sous-catégories de non-citoyens : il y a des hommes libres et des esclaves, des peuples extérieurs à l’empire et les cités constitutives de l’empire. Il les met dans le même sac : en 6, Auguste les expulse tous ; en 69 les légionnaires de Vitellius, des citoyens donc, injurient les soldats d’Othon qu’ils traitent de pérégrins et d’externi, confondant dans le même mépris les barbares et les habitants de l’empire25. Le paramètre civique peut donc paraître pertinent pour définir l’étranger dans la Rome du Haut-Empire. Il est pourtant un critère d’extranéité ambigu et potentiellement gros de malentendus.

Insuffisance des critères juridiques

  • 26 Voir ci-dessous et note 31.
  • 27 Voir Giardina A., L’Italia romana. Storia di un’identità incompiuta, Rome, 2000.
  • 28 Ainsi la Maurétanie jusqu’à Claude, les Hermondures et l’Arménie au moins dans le discours. Sous N (...)

14D’abord parce que la citoyenneté romaine ignore le droit du sol. Ensuite parce que préciser où finit le territoire romain, où commencent les terres étrangères, s’avère arbitraire. En dépit de leur forte valeur historique et religieuse, les limites du pomerium ne sont pas pertinentes pour définir l’étranger ; sous l’empire, elles ne séparent pas l’Urbs du reste du monde26 ; l’ager romanus (dont les limites ont été fixées en 268 av. J. C.), appartient à un passé sans incidence sur la définition de l’étranger. Quant à l’Italie où tous les libres sont citoyens depuis César, son identité demeure incomplète et ne peut fonder une définition de l’étranger27. Par ailleurs, l’empire admet la liberté de circulation et de résidence de tous. Comme l’écrit Cicéron (Off, III, 28), il est inhumain d’interdire aux pérégrins le séjour d’une ville. Il y a des citoyens partout hors de Rome et des pérégrins à Rome même. Quant aux limites de l’imperium romanum, elles sont floues ; l’imperium recouvre l’oikoumène et s’exerce sur une aire qui déborde les limites des provinces pour englober les royaumes ou tribus clients28 ; dans le discours officiel, il est sine fine ; Rome n’a pas de ministère des affaires étrangères. Les seuls vrais étrangers sont les externi dont le centre de gravité géographique est très éloigné de l’empire et que Rome n’a pu dominer, en l’occurrence les Germains et les Parthes. Encore les Germains ne sont-ils pas radicalement exclus de la romanité, j’y reviendrai.

15Rome donne généreusement quoique prudemment sa citoyenneté et cette ouverture est constitutive de son histoire. Réfléchissant sur l’aptitude d’accueil des immigrés par les États-Unis, Tocqueville avance l’idée que toute nation est marquée par les conditions de sa formation. Ce théorème est pertinent pour Rome : l’élaboration de son identité inclut dès ses origines l’accueil des étrangers et leur intégration est contemporaine de sa formation. Les fondateurs de l’Urbs descendent d’expatriés troyens et Romulus fait citoyens les migrants qui se réfugient dans l’asylum du Capitole. Les ennemis sabins deviennent co-fondateurs en donnant quelques-uns des premiers rois. Les étrusques, notamment Servius Tullius, font de Rome une grande puissance. Le don de la citoyenneté aux Italiens au Ier siècle est une réussite. La capacité d’intégration des vaincus, qu’ils aient été laissés libres sur leurs terres ou réduits en esclavage, frappe le monde grec. Pour Philippe v de Macédoine, la puissance des Romains vient de ce qu’ils savent libérer leurs esclaves – leurs ennemis vaincus – pour en faire des citoyens. À l’opinion du roi fait écho celle de Claude, pour qui le déclin de Sparte et Athènes vient de leur rejet de ceux qu’ils ont vaincus.

  • 29 Tacite Ann., xiii, 26. Ils passent cette origine sous silence au premier siècle, mais n’hésitent p (...)
  • 30 Par exemple, Pline, NH., 23, 39. Cette ouverture s’accompagne de la gestation philosophique d’un d (...)

16Le Haut-Empire amplifie le mouvement : le don de la citoyenneté aux provinciaux caractérise les Ier et IIe s. ap. JC. En 212, Caracalla fait de tous les hommes libres de l’empire (sauf les déditices) des citoyens romains. Par le biais des affranchissements, le monde servile renouvelle le corps civique. Les milieux dirigeants ont une claire conscience du processus. Comme Tacite le fait dire à un sénateur de l’époque néronienne, les affranchis – donc les descendants des étrangers vaincus – « sont une grande part des tribus, des décuries, des collaborateurs des magistrats et des prêtres, et des cohortes recrutées dans la Ville ; la plupart des chevaliers et beaucoup de sénateurs ne tirent pas d’ailleurs leur origine29 ». Pline, Sénèque, Aelius Aristide célèbrent en Rome l’unique patria des nations du monde30. Le mot romain n’appartient plus à une cité, il est le nom d’une sorte de race collective. Les modernes transcrivent l’idée dans leur vocabulaire : l’empire est une « machine à intégrer ».

  • 31 Voir Ferrary J.-L., « Les pouvoirs d’Auguste : l’affranchissement de la limite du pomerium », Bela (...)
  • 32 Pour bénéficier de la frumentatio, il ne suffit pas d’être citoyen, il faut résider à Rome. Le cri (...)
  • 33 Voir Grimal P., Sénèque ou la conscience de l’Empire, Paris, 1978, p. 4-10.
  • 34 L’argumentation est spécieuse : cet expatrié espagnol définit Rome comme sa patrie, mais dénie aux (...)

17La nature du régime joue un rôle majeur dans le processus. Les pouvoirs du prince transcendent légalement ou de facto les catégories sociales et les limites territoriales attachées aux magistratures républicaines. Sa puissance tribunicienne et son imperium s’exercent dans le pomerium, en Italie, dans les provinces31. Le culte impérial – qui n’est pas un culte civique – est célébré par tous, citoyens, affranchis et pérégrins. L’importance de la citoyenneté change de nature dans la mesure où, n’étant plus un enjeu électoral, ses composantes politiques sont secondaires. Au débat politique, le principat substitue des préoccupations administratives. Les procédés du recensement mis en place par César et Auguste font de Rome une circonscription administrative et une agglomération au sens moderne ; elle n’est plus (ou plus seulement) une cité au sens classique32. La patrie que se donne Sénèque n’est pas Cordoue où il est né et honoré, mais Rome où il réside33. Pour lui, l’origo géographique compte moins que le lieu de résidence et les fonctions qui lui sont associées34.

  • 35 Tacite, Ann., IV, 15.

18Si les empereurs tiennent toujours un discours sur la grandeur du populus romanus, obligation leur est faite de prendre toute la population en compte car se soucier du seul populus ne suffit pas à garantir la paix civile. L’idéologie impériale, notamment celle formulée dans le De clementia, le proclame : le princeps est le Père de la patrie et le dispensateur de l’âge d’or pour tous les habitants de l’oikoumène. Tibère rabroue des gouverneurs de province qui lui conseillent d’augmenter le tribut et donne raison aux cités d’Asie qui accusent le procurateur de la province d’outrepasser ses droits35. C’est en vertu d’un droit régalien qu’il défend les socii contre les représentants du pouvoir romain. À Rome, mégapole d’1 million d’habitants où la paix civile est cruciale pour la stabilité du pouvoir, la frumentatio réservée à 200 000 plébéiens atteste la supériorité du populus, mais les services de l’annone ont pour mission la sécurité alimentaire de tous. L’évergétisme impérial affirme le droit de tous à vivre selon le même idéal, l’idéal romain : tous les habitants de la capitale ont le droit de jouir des grands équipements collectifs, thermes, théâtre, cirque, amphithéâtre.

  • 36 On retrouve ici Tocqueville pour qui un groupe humain adopte les valeurs d’une civilisation étrang (...)
  • 37 Aelius Aristide, 59.

19Quant aux provinciaux, ils cessent progressivement de se considérer comme dominés par des étrangers ; ils reconnaissent la légitimité de l’empereur et acceptent leur situation d’autant plus facilement qu’en entrant dans la romanité, leurs communautés ne se retrouvent pas au dernier rang du système : elles en deviennent une pièce constitutive36. Pour Aelius Aristide, une démocratie commune à la terre est instaurée sous l’autorité unique du meilleur gouvernant37.

  • 38 Sous cet angle, il fonctionne comme les empires ottoman et austro-hongrois. Voir Walzer M., Traité (...)

20Pour le prince, il n’y a donc en un sens ni pérégrins, ni citoyens, mais des sujets. S’il est un membre de l’élite sénatoriale, il est au-dessus des sénateurs comme il est au-dessus du populus, des pérégrins, des déditices et des esclaves. Les mutations du premier siècle transforment non sans heurts la société républicaine en une société monarchique. L’organisation centralisée de l’empire en fait une entité territoriale en voie d’homogénéisation. Aucun des hommes qui y vit n’est un étranger. Les pérégrins en sont les hommes les plus nombreux et les modalités de leur sujétion – paiement de l’impôt, fourniture de troupes – et leur droit, voire leur vocation à accéder à la citoyenneté attestent qu’ils en sont les membres. Le régime s’avère apte à incorporer les différences, à ménager ou plutôt exiger la coexistence pacifique parce qu’il est personnel et autoritaire38.

  • 39 Gaudemet J., op. cit., p. 37-47.

21Si la citoyenneté demeure le meilleur des statuts et donc un statut recherché, la dilatation de la cité romaine à l’oikoumène et la nature du régime amoindrissent l’importance des critères juridiques. La question de l’étranger se trouve transférée au sein de la société impériale39.

Un double transfert des clivages

22Recevoir la citoyenneté ne provoque pas mécaniquement le changement du regard des autres. Selon des modalités qui lui sont propres, le monde romain connaît des processus comparables à ceux du monde contemporain : je pense aux citoyens des États-Unis dont on dit qu’ils sont hispano ou italo-américains et aux citoyens français au sein desquels certains distinguent les « français de souche » (ou réputés tels) et les français d’origine maghrébine de telle ou telle génération. Cette forme d’ostracisme intérieur touche les provinciaux et les affranchis.

  • 40 Tacite, Ann., xv, 20.

23En 62, le riche crétois Claudius Timarchus se vante de faire et défaire les proconsuls de sa province. Le sénat s’empare de l’affaire. Thrasea convainc l’assemblée qu’elle doit briser la morgue des provinciaux. Aujourd’hui, dit Thrasea, nous honorons les externos ; il faut se soucier de leur droit, mais ne pas leur en donner un plus grand que celui de Rome40. Claudius Timarchus a beau être citoyen, il n’est aux yeux de l’orateur, par ailleurs éminent représentant du stoïcisme, qu’un représentant exécrable des socii et même des externi.

24L’intégration des affranchis est aussi délicate et anime de façon chronique l’histoire du populus. En affranchissant un esclave, le maître en fait un citoyen ; des hommes de souche étrangère sont ainsi agrégés au corps civique. Or l’affranchissement est l’acte d’un particulier. La multiplication des affranchissements remet donc en cause les grands équilibres du corps civique sans que les responsables de la république puissent exercer leur contrôle. Denys d’Halicarnasse écrit des phrases très violentes contre eux. De nos jours, dit-il, quantités de voleurs, de maquereaux, de meurtriers, de spéculateurs, de complices de leurs maîtres reçoivent la citoyenneté. Ils souillent le populus romanus. L’amalgame entre ceux qui ont acquis la citoyenneté par leur corruption et leur violence – il y en a au cours des guerres civiles après lesquelles Denys écrit – et l’ensemble des affranchis (et provinciaux) et le raisonnement pars pro toto ne sont pas propres à son époque pour dénoncer l’invasion des étrangers. Les effets sont connus : exclus de la société des citoyens ingenui, les affranchis forment une société parallèle à celle des cives. Seuls leurs fils et petits-fils s’intègreront. Inquiet du nombre des affranchissements, Auguste légifère pour les limiter. Il interdit aux liberti l’accès au ius honorum. Sous Tibère, la lex Visellia les écarte des responsabilités municipales. Mais ces lois n’ont pas les effets escomptés.

  • 41 Voir Aelius Aristide 59.
  • 42 Quelques décennies plus tard, Pline le Jeune (Ep.vi, 19) stigmatise les sénateurs provinciaux qui (...)
  • 43 Voir notamment Tacite, Ann., XIV, 42-45.
  • 44 Dans une mégapole, les effets du nombre sont multiples. L’ingenuus, l’affranchi et le pérégrin pau (...)

25Selon Aelius Aristide, les Romains ont divisé la population de l’empire en deux parts : la plus noble, ils l’ont faite partout citoyenne et même parente, l’autre, ils l’ont gardée sujette et administrée. Ils ont tout mis à la portée de tous, nul n’est étranger s’il mérite une charge ou la confiance41. L’élite sociale est faite citoyenne et participe à ce qu’il appelle la démocratie impériale, les autres sont des sujets, des étrangers car ils ne méritent pas qu’on leur confie une charge. Sénèque partage le même point de vue : les provinciaux qui viennent dans la Ville comme ambassadeurs d’une cité ou responsables d’un collège professionnel ne sont pas des étrangers car ils sont acteurs des collectivités constitutives de l’empire42. En revanche la masse des provinciaux et le bas-peuple de Rome qui ne peuvent exercer une charge publique sont ressentis comme des étrangers potentiellement dangereux. L’évolution du vocabulaire social des auteurs sénatoriaux est riche d’enseignement : ils usent quasi indifféremment des termes populus, plebs, plebs infima, sordida, multitudo et turba qui désignent pourtant des catégories distinctes43. Pour les primi ordines, les milieux inférieurs forment une masse indistincte au sein de laquelle les statuts juridiques comptent peu44. Qu’ils soient ingenui, affranchis, esclaves même, tous sont perçus comme les atomes de la turba dépourvue par nature de toute structure et soumise aux passions, autrement dit comme des barbares au sein de la cité. D’un côté, il y a donc les élites qui appartiennent à la cité ; d’un autre, des sujets et un bas-peuple atomisé que les élites ressentent comme des étrangers de l’intérieur.

Approche ethnique : le sang et les ethnotypes

La référence au sang

26Que la différence de sang et d’origine contribue à définir l’identité des groupes humains et à les distinguer est une idée présente dans la pensée grecque. Pour Hérodote et Aristote, l’unité – et la supériorité – des Grecs proviennent de leur souche unique. Les Romains formulent la chose différemment : ils insistent sur l’idée de consanguinitas, qui prédispose à appartenir à la même entité politique. Le principe a une application immédiate : qui naît d’un père ou d’une mère citoyens s’enracine dans le genus romanum et est promis à la citoyenneté ; le droit du sang permet donc de définir l’étranger. Mais les modalités historiques de l’application de ce principe imposent plus que des nuances.

  • 45 Suétone, Auguste, 40.
  • 46 Voir Giardina A., op. cit., n. 27, p. 18.
  • 47 Le prouvent leurs caractéristiques physiques : ils sont grands, blonds (roux) et ont les yeux bleu (...)
  • 48 Tacite, Hist., v, 5.

27La consanguinitas est au centre de la question du don de la citoyenneté aux socii italiens sous la république. Pour les sénateurs les plus conservateurs, on ne saurait donner la citoyenneté à ces gens-là parce qu’ils sont étrangers. Pour leurs adversaires, la sungeneia admise depuis longtemps entre Romains et Latins est également valable pour les Italiens et justifie qu’on leur donne la citoyenneté. Après la guerre sociale, les Italiens libres reçoivent la citoyenneté. Ce don reconnaît la parenté biologique des Romains et des Italiens. Cependant, tout en admettant cette consanguinité, Virgile reprend de vieux stéréotypes pour proclamer la supériorité des Romains et Auguste en fait un critère : inquiet de la multiplication des affranchissement, il aurait selon Suétone jugé « important de conserver incorrompu le sang du populus et de ne pas le laisser corrompre par le moindre mélange de sang peregrini ac servilis45 ». La question revient sur le devant de la scène sous Claude dont les mesures à l’égard des affranchis et des notables pérégrins provoquent la colère du sénat. Aux dires de Sénèque, il voulait voir tous les peuples porter la toge. L’épisode le plus célèbre se place en 48 : Claude invite le sénat à accueillir les notables gaulois dans ses rangs ; il avance des arguments historiques montrant que la grandeur de Rome vient de ses osmoses avec d’autres peuples. Les sénateurs s’y opposent en raison de l’absence de consanguinitas entre Romains et Gaulois de la Comata et en soulignant que ceux-ci demeurent des externi vaincus46. Quelques décennies plus tard, Tacite nourrit une réflexion dans le même registre : le mélange des sangs affaiblit un peuple comme le montrent à ses yeux les Germains et les Juifs. Si les premiers sont redoutables, c’est qu’ils forment une natio dont l’ancêtre est le dieu Tuisto né de la terre et qui est pure de tout mélange avec d’autres gentes47. Si les seconds conservent une identité collective, c’est qu’ils s’abstiennent de tout commerce avec des femmes étrangères (alienigena48).

  • 49 Voir Dench E., « Images of Italian Austerity from Cato to Tacitus », Cébeillac Gervasoni M., (éd.) (...)

28La référence au sang contribue donc à définir l’étranger, mais elle n’occupe qu’une place secondaire dans la pensée et la politique du Haut-Empire. On peut même dire que l’identité historique de Rome s’affirme contre elle. Les princes ne prennent pas le sang en compte dans leurs décisions politiques et n’en font pas un critère pour donner citoyenneté. Le discours de Claude en 48 est emblématique à cet égard : la grandeur de Rome vient de sa capacité d’intégration des étrangers. Les fondateurs de la Ville sont venus de Troie et ont épousé des filles du Latium (et les Julio-Claudiens qui en descendent sont eux-mêmes les enfants de cette lointaine immigration). Romulus fonde sa ville avec des étrangers. Rome ne devient une cité qu’en mêlant son sang à celui des ennemis sabins qui lui donnent ses filles. Tarquin l’ancien a du sang corinthien, Servius Tullius a des racines à la fois étrangères et serviles... La première puissance de Rome vient donc de rois domestici, alieni et externi. Au cours des siècles républicains, Romains et Italiens se mêlent. Depuis le Ier siècle av. J.-C., il est admis que les liens d’amicitia peuvent avoir la même valeur que la parenté de sang. En opposition avec ceux des cités grecques, les légendes et mythes romains des origines revendiquent donc l’éclectisme des fondateurs et rendent vaine toute référence à une race. Les Romains se vivent comme des étrangers installés en Italie et le produit de mélanges avec d’autres peuples ; ils font une place à l’autre dans leur imaginaire et vont jusqu’à situer à l’extérieur de leur cité une partie de ce qu’ils tenaient pour la vraie romanité. Dans les Sabins, la tradition finit par voir le paradigme du mos maiorum49.

  • 50 Je reprends ici librement Hennig J.-L., Martial, Paris, 2002, p. 423.
  • 51 Voir Gourevitch D. et Rapsaet-Charlier M.-T., La femme dans la Rome antique, Paris, 2001, p. 58.
  • 52 Tacite, Ann., XIII, 26.

29Les légendes insistent sur les osmoses passées propres aux milieux dirigeants, mais ces osmoses caractérisent aussi les autres catégories sociales et l’époque contemporaine. Les notables pérégrins poursuivent des stratégies matrimoniales qui permettront à leur famille de mêler leur sang à celui des vieux romains ou réputés tels. Les principaux acteurs du métissage sont sans doute les affranchis et les esclaves. Dans son épigramme 6, 39, Martial vise un certain Cinna : « Marulla t’a rendu, Cinna, sept fois père, mais nul de tes enfants n’est de sang libre : car aucun d’eux n’est de toi, non plus d’ailleurs que d’un ami ou d’un voisin. Conçus sur des grabats ou des nattes, ils trahissent par leurs traits les fautes de leur mère. Celui-ci, ce maure qui s’avance avec ses cheveux frisés, porte sur la figure qu’il est le rejeton du cuisinier Santra. Celui-là, avec son nez épaté et ses lèvres lippues, est tout le portrait du lutteur Pannychus. Comment ignorer que le troisième est le fils du boulanger, quand on connaît et que l’on considère le chassieux Dama ? Le quatrième, avec son air vicieux et son teint pâle, t’est né des œuvres de ton mignon Lygdus… Cet autre, avec sa tête en pointe et ses longues oreilles, mobiles comme celles des ânons, comment se refuser à voir en lui le fils du bouffon Cyrta ? Les deux sœurs, l’une noire et l’autre rousse, sont les filles du flûtiste Crotus et du fermier Carpus… » Ailleurs, il ironise sur Caelia qui ne veut que de la verge des Parthes, des Germains, des Daces, des Siciliens, des Cappadociens, des égyptiens de Memphis, des noirs Indiens, des Juifs circoncis50. Caelia n’est pas unique ; le cas des femmes romaines vivant avec des esclaves est suffisamment répandu pour émouvoir le sénat : un senatus consulte de 52 veut mettre un frein à ces pratiques en réduisant la femme romaine à la condition servile à laquelle elle s’est abaissée. La liberté des mœurs avec le personnel servile et les couples esclaves-libres engendrent des enfants. La majorité de ceux-ci doit rester de condition servile, mais le concubinage aboutit souvent à un mariage pour la légalité duquel le maître affranchit sa conjointe et sa descendance51. D’autre part, combien d’enfants nés des amours du maître sont affranchis et se trouvent à la source de familles de citoyens ? Si on passe des amours ancillaires au milieu des affranchis, on soupçonne l’ampleur des osmoses. J’ai déjà cité Tacite : « la plupart des chevaliers et beaucoup de sénateurs ne tirent pas d’ailleurs leur origine. Si l’on mettait à part les affranchis, l’insuffisance des citoyens nés libres sauterait aux yeux52 ».

30Que l’empire soit le cadre de processus de métissage paraît certain. On manque trop de données démographiques et sociales (taux de natalité, nombre d’esclaves et d’affranchissements, etc.) pour le mesurer statistiquement. Même si son interprétation est délicate, la remarque de Tacite sur l’insuffisance des citoyens nés libres suggère un mouvement important. Elle s’inscrit dans la vision de l’histoire de l’humanité de Sénèque : celle-ci est le fruit d’un métissage général ; il n’y a pas de contrées, pas de cités – y compris Rome – où subsiste une population primitive.

31De ces processus de métissage, il ne convient pas de tirer des conclusions iréniques sur la société impériale. Si le sang ne constitue pas un vrai paramètre de l’étranger, elle connaît ce que les modernes appellent les ethnotypes, voire une forme de racisme.

Ethnotypes et « racisme »

  • 53 Ep.x, 65 (cf. Ep 10, 78) ; mais les Ibères sont des gens bien, c’est du moins ce que dit le tarrac (...)
  • 54 Sur les égyptiens, voir récemment Rodriguez P., « Les élites égyptiennes et Ptolémée » et Baslez M (...)
  • 55 Ep. V, 1 ; V, 70 ; IX, 32 ; XIV, 128.

32Les ethnotypes des externi ont été assez bien étudiés. Les Germains sont horridi et feroces, les Parthes violents et corrompus, etc. Les ethnotypes des peuples de l’empire conservent le souvenir des représentations que Rome se faisait de leurs ancêtres au moment de leur annexion, mais modulées selon le degré de romanité qu’ils ont atteint. Des siècles après leur intégration, les étrusques sont toujours des gens mous et les Samnites des gens rudes... Les Grecs sont pommadés, parfumés, décadents53, les égyptiens fanatiques, turbulents54, les Gaulois grossiers, crédules, goinfres, stupides. II n’y a pas de différence entre eux et le singe à longue queue, un animal d’amusement malicieux, mais laid à faire peur et d’une lubricité rare55. Cette typologie se concrétise de manière spécifique à Rome vers laquelle, comme le dit Sénèque, confluent les hommes du monde entier. La mégapole fournit l’exemple suprême d’une loi générale : une grande cité ne peut qu’être le creuset de tous les vices, cosmopolitisme est synonyme de crise morale. La plupart des auteurs cultivent le topos et s’inquiètent par-dessus tout de l’influence perverse des gréco-orientaux. Juvénal en donne l’expression la plus outrée (« l’Oronte se déverse dans le Tibre ! »). À le lire, on a le sentiment d’une invasion de la cité par des étrangers barbares ou corrompus.

  • 56 Sénèque condamne les violences de la guerre, mais avec un ethnocentrisme qui montre que l’Énéide ( (...)
  • 57 Voir Isaac B. H., The Invention of Racism in classical Antiquity, Princeton, Oxford, 2004. Parler (...)

33Les chercheurs décryptent ces leitmotive en recourant aux concepts des sciences humaines contemporaines. Ethnocentriques, Virgile, Sénèque, Martial, Pline l’Ancien, Juvénal chantent la seule gloire du populus romanus et dévalorisent les autres. Construits d’après quelques traits jugés représentatifs et/ou selon des raisonnements spécieux sans considérations de classe sociale, de cultures et de tempéraments individuels, leurs ethnotypes situent les non-romains dans un monde inférieur56. Dans un livre récent, B. Isaac va plus loin. Définissant comme raciste toute pensée qui attribue collectivement à un groupe humain les mêmes traits de caractère et de comportement transmis de génération en génération sans qu’un individu du groupe puisse y échapper, il conclut que le monde romain connaît une forme de protoracisme57.

34Les ethnotypes contribuent donc à définir des figures de l’étranger. Cependant, en ce domaine plus que dans les autres, les idées reçues donnent une image déformante de la réalité. Les ethnotypes ne sont pas spécifiquement romains. Ils sont empruntés au monde grec ; gréco-latins, ils opposent le monde de la cité classique aux barbares plus qu’ils ne définissent l’étranger aux yeux des Romains. S’il va de soi que plusieurs ethnies coexistent dans l’empire, elles n’apparaissent pas ès qualités dans son histoire. Celle-ci ne connaît pas de conflits interethniques au sens moderne (du moins nos sources ne le formulent-elles pas en ces termes). Les responsables politiques ne prennent pas la notion en compte. Si les Gaulois sont des rustres, Claude n’en souhaite pas moins donner la citoyenneté à leurs notables. L’invasion de Rome par les étrangers est un discours idéologique. En dépit des lacunes de nos sources, il ressort des travaux récents que les familles de citoyens constituent la majorité des habitants et que les « étrangers » libres y sont au maximum 100 000. Même si on ajoute les esclaves, on est loin de l’invasion que suggère Juvénal. La diversité et l’exotisme des manifestations publiques de ces minorités font qu’elles sont ressenties comme plus grosses qu’elles ne sont, ce qui n’est pas propre à la société romaine.

  • 58 Suétone, César, 39.
  • 59 Voir Brunet R., Les mots de la géographie. op. cit. n. 2, article « communauté », p. 117.
  • 60 Si les inscriptions en grec, hébreu ou palmyrénien attestent l’existence d’hommes conservant leur (...)
  • 61 Voir Nicolet C., « De la ville à la « mégapole », l’inversion des signes : le cas de Rome », Nicol (...)

35Ces minorités forment-elles ce que nous appelons des communautés ? Nombreux sont les indices qui incitent à répondre positivement. La communauté juive de Rome est bien attestée. Les sanctuaires de divinités tels qu’Epona, le Héros thrace ou les divinités gréco-orientales sont vraisemblablement le centre de vie de groupes ethniquement définis. Les provinciaux établis à Rome parlent leur langue dans la vie quotidienne ; lors de son triomphe en 49, César offre des représentations théâtrales dans tous les quartiers : les acteurs parlent toutes les langues58. Il est plausible de penser qu’ils se marient entre eux. Il semble donc que Rome abrite des communautés rassemblant des immigrés d’origine, de culture, de croyances communes en quête d’une sécurisation matérielle et morale59. Mais ces groupes ne fournissent pas à nos sources l’occasion de faire parler d’eux, n’apparaissent jamais comme un danger pour la paix civile. Les auteurs sénatoriaux n’hésitent pas à mentionner un mouvement de foule lorsqu’il met l’ordre en danger ; ils n’eussent pas manqué de rapporter les affrontements intercommunautaires et les conflits opposant étrangers et citoyens romains s’ils avaient quelque importance. L’empire ignore les ferments nationalistes et religieux et les pouvoirs ne font rien qui puisse faire germer des ersatz de même nature. Les gouvernements ne sous-traitent pas leurs responsabilités à des représentants de groupes ethniques et n’établissent pas de distinctions susceptibles d’engendrer des formes de ce qu’on appelle aujourd’hui le communautarisme. On émettra l’hypothèse apparemment paradoxale que les groupes ethniques ne sont pas facteur de repli et d’affrontement, mais au contraire d’une propédeutique à l’« intégration60 ». Ceci contribue à expliquer que le cosmopolitisme de Rome soit régulièrement porteur d’une appréciation positive : il donne à voir la puissance unique d’une capitale qui est une métropole œcuménique61. D’où le sentiment – illusoire ? – d’une assimilation réussie, dont la définition est qu’elle n’est plus aisément perceptible.

36Vouloir décrypter la figure de l’étranger dans le monde romain en lui appliquant les critères du sang et de l’ethnie pose dans toute son ampleur la question des concepts pertinents pour comprendre un monde différent du nôtre. Les ethnotypes expriment une forme de détestation quotidienne remplie d’idées reçues qu’on peut situer avec R. Brunet entre folklore anodin et racisme sournois. Ce sont des représentations et toute représentation est concomitante de systèmes de classement qui inscrivent la « figure » de l’autre dans un dispositif de reconnaissance. Ce dispositif est social et culturel plus qu’ethnique. Les charges de Martial ou de Juvénal contre le Gaulois ou le Syrien visent le provincial qui est méprisable parce qu’il appartient à la turba ou qui est un danger pour leur propre place dans la société parce qu’il est riche et entreprenant. S’il est inévitable de formuler les analyses en termes modernes pour comprendre le monde romain, on parlera métaphoriquement de racisme ordinaire (comme on dit aujourd’hui de manière ambiguë racisme « anti-bronzés » et même « anti-jeune » ou « anti-féminin »).

Approche culturelle

Le barbare

37Pour les hommes de l’empire, l’étranger porte un nom : c’est le barbare. C’est un des domaines les mieux connus, je serai bref. Rome reprend la définition culturelle du barbare élaborée par les Grecs en la modulant selon ses propres valeurs.

  • 62 Voir notamment le Panégyrique d’Isocrate (380 av. J.-C.).
  • 63 Voir Gros P., « Le Barbare humanisé ou les limites de l’humanitas. », Dupont F. et Auvray-Assayas (...)

38Pour Isocrate et Eratosthène, les Hellènes ne se définissent pas par une origine commune, mais par la participation à un mode de vie et une culture supérieurs. Tout homme qui a été formé selon les principes de la paideia, qui agit selon la philanthropia et en parle la langue est hellène62. Il a vocation à participer à une vie collective dont les institutions substituent le dialogue et la raison à la force et à la violence63 Il connaît la ville et l’urbanité. Plus fondamentalement, il appartient à une population stable qui pratique l’agriculture. Autrement dit, il évolue dans le cadre de la cité. Ce mode de vie est en partie déterminé par la géographie : selon la théorie esquissée par Posidonios, les conditions naturelles déterminent les mœurs et les qualités des hommes. Le climat de la Grèce est le meilleur de tous, aussi les hommes qui y vivent sont-ils les meilleurs.

  • 64 Suétone, Tibère, 71, 2.
  • 65 Suétone, Claude, 16, 4.
  • 66 Pline, NH., III, 5, 39.

39Rome cultive des conceptions voisines, son empire est gréco-latin mais son discours est celui d’une puissance hégémonique. Cœur de l’oikoumène, l’Italie est par excellence la terre de l’équilibre, un locus amoenus que chantent les Laudes Italiae et Vitruve. Aussi ses hommes sont-ils les plus doués. Leur humanitas légitime leur supériorité sur l’oikoumène où leurs princes établissent le meilleur des mondes, un monde stable fondé sur l’agriculture et ordonné selon les valeurs poliades. Un monde qui a deux langues, le latin et le grec. Le latin est la langue officielle ; les discours des ambassadeurs devant le sénat sont traduits en latin même s’ils sont prononcés en grec que tous les sénateurs comprennent. S’exprimer en latin est une condition pour faire carrière : Tibère interdit à un soldat originaire d’une province orientale de répondre autrement qu’en latin64. Claude raye de la liste des citoyens un grec pourtant « fort considérable » ignorant le latin65. Pour Pline, l’Italie est « una cunctarum gentium in toto orbe patria » parce que sa langue est porteuse d’« humanitas » et fonde un dialogue avec tous les peuples66. Mais le grec conserve tout son prestige : outre qu’il est la langue de l’administration en Orient, il est par excellence la langue de la culture, y compris à Rome.

  • 67 Ils forment une catégorie hétérogène où se côtoient les externi et les populations de l’empire ign (...)
  • 68 Voir Tacite, Ann., XII, 11.
  • 69 Voir par exemple Tacite, Hist., I, 11, III, 5 ou Agric., 11 ; Josèphe, BJ., VII, 4, 77 ; on ne sai (...)

40Les peuples qui sont étrangers au mode vie et aux valeurs gréco-romains, qui ignorent la cité et ne parlent ni latin ni grec, sont barbares67. Ils évoluent dans un monde encore à l’état de nature et lui sont soumis. Des excès du climat et de la pauvreté de leurs sols – sécheresse des confins sahariens et syriens, froideur et pluviosité de la Germanie – découlent leur mode de vie plus ou moins itinérant, la primitivité de leurs structures politiques et les excès de leurs moteurs. Ignorant la cité et la ville, ils vivent regroupés en gentes et nationes au sein desquelles et entre lesquelles les décisions sont soumises à l’arbitraire de la force ; des conflits permanents les opposent68. Leurs langues sont des borborygmes sans intérêt (rares sont les membres de l’élite dirigeante qui connaissent les langues des provinciaux). Marqués par l’iracundia, la discordia, l’immanitas de la nature, les Germains sont horridi, feroces, ignoti, barbari. Ils font litière des lois divines et humaines, ignorent justice et clémence et ne connaissent pas leur propre histoire. Les descriptions que font les auteurs latins de la Germanie sont parentes de celles des enfers69.

41Il est inutile de développer davantage L’opposition monde romain-barbaricum se décline sur plusieurs registres : civilisation-barbarie, culture-nature, humanité-bestialité, ordre-chaos, familier-inconnu. Mais ce jeu de couples antithétiques est passablement académique. Car, historiquement et anthropologiquement, tout homme est un barbare et tout barbare est un homme.

Tout homme est un barbare, tout barbare est un homme

  • 70 De ira, III, 26, 2. Mais cette vision de l’autre est peu répandue, cette ouverture d’esprit n’est (...)

42Le stoïcisme impérial contribue à systématiser une conception de l’humanité déjà entrevue : le genre humain est unique, tous les hommes appartiennent à la même espèce. Les différences qui les distinguent ne sont ni importantes ni irréductibles. Pour Sénèque, « il n’y a rien de ce que tu juges bizarre ou honteux à Rome qui ne soit d’usage général chez un peuple ; il faut regarder la condition de l’humanité pour être juge équitable70 ». L’histoire illustre cette donnée fondamentale : aucune cité n’est d’un seul sang, tout est mélange. De ce double constat biologique et historique découlent des valeurs « naturelles » recevables par tous, un ius gentium simplement humain. La romanité en représente l’élaboration la plus achevée ; aussi est-elle universelle, apte à être acceptée par tous et Rome offre à tous la garantie de son épanouissement.

  • 71 Les Parthes incarnent une véritable altérité et engendrent uniquement un discours de victoire mili (...)

43Comme Y. Daugé l’a montré, la différence séparant le barbare du romain est de l’ordre de l’aliénité, non de l’altérité. Le barbare n’est pas inférieur par nature, mais par culture. C’est un homme inachevé dont le peuple reproduit à l’échelle collective l’évolution de l’individu : où qu’on naisse, on naît barbare et soumis à ses pulsions et on n’accède à la civilisation qu’avec l’éducation. Tous les barbares de l’extérieur – à l’exception des Parthes71 – et a fortiori ceux qui ont été intégrés dans l’oikoumène, mais aussi les esclaves ont vocation à s’intégrer à la culture supérieure parce qu’elle est universelle. Par la diffusion de la romanité en son sein, l’empire est un laboratoire pour l’humanité entière et sa réussite parmi les anciens barbares que sont les pérégrins fonde sa légitimité. Comme l’écrit Aelius Aristide : « vous (les Romains) ne séparez plus les grecs et barbares, mais vous avez divisé les peuples entre romains et non romains ». Tous les peuples de l’empire sont romains – du moins, on l’a vu, leurs élites – mais les non-romains ne le sont pas irréductiblement…

  • 72 Voir Valette-Cagnac E., dans Dupont F. et Valette-Cagnac E., (dir.), Vtraque Lingua, Façons de par (...)
  • 73 Momigliano A., Sagesses barbares, les limites de l’hellénisation, Paris, 1984 et les remarques de (...)

44Les signes de la paideia et de la barbarie vacillent donc. Lorsque Cicéron attaque Catilina et Marc Antoine – purs fruits de la paideia hellénistique – il les traite de barbares. Parler grec change de signification selon le contexte de l’énonciation. Le grec d’un aristocrate témoigne de son standing, celui d’un esclave ou d’un syrien de son infériorité72. Par ailleurs, selon des topoi connus qu’on se bornera à évoquer, il est des barbares admirables. L’état de nature où ils vivent préserve chez eux les vertus que la civilisation corrompt. On connaît le tableau que Tacite brosse des Germains : la simplicité de leurs mœurs les met à l’abri des vices ; ils ont des vertus que la luxuria a fait perdre aux Romains. Enfin, depuis A. Momigliano, on sait que Rome montre une sensibilité croissante aux sagesses barbares73.

45La notion de barbare glisse donc du domaine de la géographie et de la culture collective à l’éthique individuelle et sociale ; une longue évolution amène à désigner comme barbare, comme « étranger », tous ceux qui troublent l’harmonie collective que Rome prétend faire régner.

  • 74 Pour d’autres angles d’approche, je me permets de renvoyer à ma contribution sur Sénèque et la mod (...)

46Au terme de cette contribution, il apparaît que les précautions formulées en introduction ne sont pas une coquetterie oratoire. Les Romains n’ignorent pas des paramètres de nature juridique, ethnique et culturelle qui leur permettent de définir ceux qui leur sont « étrangers », mais, parce qu’ils sont attachés à des concepts modernes et donc anachroniques, ces paramètres induisent en erreur. Le monde romain connaît des catégories hétérogènes de non-romains qu’il définit négativement. Il connaît l’autre, ou plutôt les autres, mais ignore ce qu’est un étranger au sens moderne. Entre la période tardorépublicaine et les Sévères, il définit de manière croissante ces autres selon des critères sociaux et culturels et de moins en moins selon leurs statuts juridiques. Pour les élites (dont nous sommes tributaires pour notre information) d’une cité dilatée au monde habité, qui ne connaît guère les autres grandes entités politiques et culturelles contemporaines (Iran, Chine, Indes, Axoum) et ne manifeste pas de curiosité à leur égard, l’autre est autant l’individu perdu dans la turba des milieux inférieurs de la société impériale que l’étranger évoluant à l’extérieur de son aire74. étendu à l’oikoumène et présentant ses valeurs comme universelles, l’empire constitue paradoxalement un monde clos dont l’universalisme n’est alors dans le fond qu’un particularisme de la « tribu » gréco-romaine. Historiquement explicable, l’absence du concept d’étranger apparaît avec le recul des siècles comme une faiblesse qui prive l’empire d’un moteur majeur pour continuer à évoluer car il n’a plus à définir son identité par rapport aux autres.

47En dernier ressort, l’expérience impériale de l’autre est historiquement spécifique, ce qui ne signifie pas qu’elle ne soit pas d’actualité au début du XXIe siècle où la mondialisation et la gestation de l’Europe unie remettent en cause l’état-nation et donc la notion d’étranger tels qu’ils ont été définis depuis le XIXe siècle.

Notes

1 Gracq J., Autour des sept collines, Paris, 1988, p. 108.

2 Les sources littéraires, qui émanent des milieux dominants, ne sont pas plus disertes sur les étrangers que sur les couches sociales inférieures. La documentation épigraphique est peu importante (Noy D., Foreigners at Rome. Citizens and Strangers, Londres, 2000, p. 4-10, recense 521 inscriptions pour quatre siècles). En général, les épitaphes ne mentionnent pas l’origine du mort et les nomina et cognomina d’origine grecque, ibère ou gauloise peuvent induire en erreur. Faute de documents chiffrés, toute approche quantitative est vouée à l’approximation, mais le pouvoir romain a un minimum d’informations sur la population non-citoyenne y compris à Rome (cf. par exemple ce qu’écrit Suétone, Néron, 44, sur les inquilini de la Ville).

3 Voir Brunet R., Les mots de la géographie, dictionnaire critique, Paris, 1992 : l’étranger est celui qui relève d’un autre État ; il perd sa qualité par naturalisation. Le mot étranger a une acceptation plus large qui désigne celui qui vient d’ailleurs, n’est pas de la famille, n’appartient pas à un groupe, autrement dit l’« autre ».

4 Sur les catégories romaines pour penser l’autre : Gaudemet J., « L’étranger dans le monde romain », Studi classice, no 7, 1965, p. 37-47 ; Balsdon J. P. D. V., Romans and Aliens, Londres, 1979 ; Daugé Y. A., Le barbare, Recherches sur la conception romaine de la barbarie et de la civilisation, Bruxelles, Latomus, 1981 ; Dubuisson M., « La vision romaine de l’étranger : stéréotypes, idéologie, mentalités », Cahiers de Clio, no 81, 1985, p. 82-98. Identitas n’apparaît qu’au IVe siècle comme une catégorie de pensée au service de la définition de Dieu.

5 À l’exception de l’article de Gaudemet J., op. cit.

6 Noy D., op. cit. L’intérêt de l’ouvrage est certain, mais ses critères géographiques et la distinction foreigner – stranger, que ne peut rendre le français « autre » suscitent quelques interrogations.

7 Nicolet C., La fabrique d’une nation. La France entre Rome et les Germains, Paris, 2003, p. 52.

8 Weil S., Réflexions sur les origines de l’hitlérisme, texte écrit en 1939, publié à Paris en 1960 sous le titre écrits historiques et politiques.

9 Suétone, Auguste, 40.

10 Voir l’introduction (et l’ensemble du volume), Nourrisson D. et Perrin Y. (éd.), Le barbare, l’étranger : images de l’autre, actes du colloque organisé par le CERHI, Saint-Étienne, mai 2004, Saint-Étienne, 2005, « Travaux du CERHI », 2.

11 La relation étrangers-citoyenneté-démocratie est l’une des préoccupations du colloque, mais l’empire romain n’étant pas une démocratie, je la laisse de côté.

12 Et donc aussi à la religion civique romaine. Mais l’opposition religio-superstitio n’est pas un révélateur de l’étranger car chaque citoyen peut cultiver en privé la superstitio de son choix. Celle-ci n’est condamnable que dans la mesure où elle conduit le citoyen à abandonner le culte poliade, à déserter la cité (voir Tite Live, 39, 13, 14 à propos des bacchanales de 186). Les superstitiones des esclaves et des pérégrins, souvent associées péjorativement aux sacra externa, sont admises dans la mesure où elles ne troublent pas l’ordre public (Tacite, Ann., XIV, 44) ; ces sacra ont quelque chose de spécialement inquiétant quand ils menacent l’ordre romain (voir Turcan R., Sénèque et les religions orientales, Bruxelles, Latomus, 1967).

13 Ils les connaissent à travers les prismes déformants des soldats qui ont eu l’occasion de les affronter, des esclaves qu’ils fournissent, des ambassades qu’ils envoient et des transfuges et otages qui séjournent momentanément dans l’Urbs. Les relations avec les plus éloignés – Inde, Chine, Axoum – sont réduites et n’ont pas de place dans l’imaginaire. Mais Tacite (Germ, 33) sait que la stabilité de l’empire dépend des divisions des Germains.

14 Les Germains Naharvales célèbrent une antique religion dont le lieu de culte n’a aucune trace de superstitions peregrinae (Tacite, Germ, 43, 4-5).

15 Les préteurs pérégrins gèrent les affaires entre cives et pérégrins et entre pérégrins.

16 Voir les entrées stationes extarum civitatum (E. Papi) et stationes municipiorum (C. Lega), Lexicon Topographicum Urbis Romae, vol. IV, p. 349-351.

17 Tacite, Ann., XIV, 44.

18 Voir Virgile, énéide, VI, 851 : « tu regere imperio populos, Romane, memento ».

19 Res Gestae 3, 2.

20 Tacite, Ann., XII, 16-17.

21 Tacite, Ann., IV, 13.

22 Voir Porte D., Les donneurs de sacré, Paris, 1989, p. 96. Le sacrifice que le gouverneur en partance célèbre sur le forum d’Auguste renforce cette symbolique. Images de la servitude, les caryatides du niveau supérieur du portique sont – vraisemblablement – des portraits allégoriques des nations vaincues.

23 Suétone, Aug., 42.

24 Garnsey P., Saller R., L’empire romain, économie, société, culture, Londres 1987, trad. fr., Paris, 1994, p. 34.

25 Tacite, Hist. II, 21

26 Voir ci-dessous et note 31.

27 Voir Giardina A., L’Italia romana. Storia di un’identità incompiuta, Rome, 2000.

28 Ainsi la Maurétanie jusqu’à Claude, les Hermondures et l’Arménie au moins dans le discours. Sous Néron, T. Plautius Silvanus Aelianus transplante 100 000 Roxolans, Daces et Bastarnes, des externi, au sud du Danube (ILS, 986). Aucun vide sanitaire ne sépare empire et barbaricum. Les limites de l’imperium sont déterminées par sa logistique militaire.

29 Tacite Ann., xiii, 26. Ils passent cette origine sous silence au premier siècle, mais n’hésitent plus à la mentionner au deuxième. Voir d’une manière générale Badel C., La noblesse de l’Empire romain, Paris, 2005.

30 Par exemple, Pline, NH., 23, 39. Cette ouverture s’accompagne de la gestation philosophique d’un droit naturel universel, d’un ius gentium commun aux humains.

31 Voir Ferrary J.-L., « Les pouvoirs d’Auguste : l’affranchissement de la limite du pomerium », Belayche N., (éd.), Rome, les Césars et la ville, Rennes, 2001 p. 9-21.

32 Pour bénéficier de la frumentatio, il ne suffit pas d’être citoyen, il faut résider à Rome. Le critère introduit une distinction administrative entre le civis de Rome et le civis d’Italie ou de province perçus comme extérieurs.

33 Voir Grimal P., Sénèque ou la conscience de l’Empire, Paris, 1978, p. 4-10.

34 L’argumentation est spécieuse : cet expatrié espagnol définit Rome comme sa patrie, mais dénie aux autres expatriés établis dans la Ville le droit d’avoir les mêmes revendications que lui. Voir Perrin Y., « À propos de Sénèque. Modernité de la question de l’étranger à Rome au Haut-Empire », Le barbare, l’étranger : images de l’autre, op. cit., p. 123.

35 Tacite, Ann., IV, 15.

36 On retrouve ici Tocqueville pour qui un groupe humain adopte les valeurs d’une civilisation étrangère s’il ne se retrouve pas au dernier rang de cette civilisation.

37 Aelius Aristide, 59.

38 Sous cet angle, il fonctionne comme les empires ottoman et austro-hongrois. Voir Walzer M., Traité sur la tolérance, Yale, 1997, trad. fr., Paris, 1998 qui établit un rapprochement entre Rome, Bagdad, Vienne et Budapest.

39 Gaudemet J., op. cit., p. 37-47.

40 Tacite, Ann., xv, 20.

41 Voir Aelius Aristide 59.

42 Quelques décennies plus tard, Pline le Jeune (Ep.vi, 19) stigmatise les sénateurs provinciaux qui considèrent Rome comme un lieu de passage.

43 Voir notamment Tacite, Ann., XIV, 42-45.

44 Dans une mégapole, les effets du nombre sont multiples. L’ingenuus, l’affranchi et le pérégrin pauvres habitent les mêmes insulae, rencontrent les mêmes problèmes pour payer le loyer, doter leur fille, enterrer leurs parents. Le vécu gomme les clivages du droit.

45 Suétone, Auguste, 40.

46 Voir Giardina A., op. cit., n. 27, p. 18.

47 Le prouvent leurs caractéristiques physiques : ils sont grands, blonds (roux) et ont les yeux bleus (Tacite, Germ., 2, 38 et 4).

48 Tacite, Hist., v, 5.

49 Voir Dench E., « Images of Italian Austerity from Cato to Tacitus », Cébeillac Gervasoni M., (éd.), Les élites municipales de l’Italie péninsulaire des Gracques à Néron, Rome/Naples, 1996, p. 247, « Collection du Centre Jean Bérard » 13 ; « Collection de l’école Française de Rome », 215.

50 Je reprends ici librement Hennig J.-L., Martial, Paris, 2002, p. 423.

51 Voir Gourevitch D. et Rapsaet-Charlier M.-T., La femme dans la Rome antique, Paris, 2001, p. 58.

52 Tacite, Ann., XIII, 26.

53 Ep.x, 65 (cf. Ep 10, 78) ; mais les Ibères sont des gens bien, c’est du moins ce que dit le tarraconais Martial.

54 Sur les égyptiens, voir récemment Rodriguez P., « Les élites égyptiennes et Ptolémée » et Baslez M.-F., « Les Alexandrins, les Juifs et l’Empereur », Nourrisson D. et Perrin Y., (dir.), Le barbare, l’étranger, op. cit., n. 10 respectivement p. 33-66 et 93-110.

55 Ep. V, 1 ; V, 70 ; IX, 32 ; XIV, 128.

56 Sénèque condamne les violences de la guerre, mais avec un ethnocentrisme qui montre que l’Énéide (VI, 851) reste d’actualité (« Toi Romain, souviens-toi de ranger les peuples sous ton empire. Voilà ta science : être l’arbitre de la paix, pardonner aux vaincus et dompter les superbes »).

57 Voir Isaac B. H., The Invention of Racism in classical Antiquity, Princeton, Oxford, 2004. Parler de protoracisme semble dangereux car le terme peut suggérer qu’il n’y a pas de différences radicales entre l’antiquité et le monde contemporain. Or il y en a au moins une qui est fondamentale : les considérations des anciens sur le sang sont dépourvues de toute référence pseudoscientifique. L’utilisation que le nazisme fait de Tacite est un détournement dramatique.

58 Suétone, César, 39.

59 Voir Brunet R., Les mots de la géographie. op. cit. n. 2, article « communauté », p. 117.

60 Si les inscriptions en grec, hébreu ou palmyrénien attestent l’existence d’hommes conservant leur identité linguistique, la majorité sont en latin. Une épitaphe en latin ne permet pas de déduire que le dédicataire et/ou le dédicant utilisent exclusivement cette langue. Mais il est significatif que, s’ils s’expriment dans une autre langue dans la vie quotidienne, ce soit le latin qu’ils choisissent pour un document destiné à être lisible par tous.

61 Voir Nicolet C., « De la ville à la « mégapole », l’inversion des signes : le cas de Rome », Nicolet C., Ilbert R., Depaule J.-C., (éd.), Mégapoles méditerranéennes, Paris, 2000, p. 895, « Collection de l’école Française de Rome », 261.

62 Voir notamment le Panégyrique d’Isocrate (380 av. J.-C.).

63 Voir Gros P., « Le Barbare humanisé ou les limites de l’humanitas. », Dupont F. et Auvray-Assayas C., (éd.), Images romaines, actes de la table ronde, école Normale Supérieure, 24-26 octobre 1996, Paris, Presses de l’école Normale Supérieure, 1998, p. 143-152, « études de littérature ancienne », 9.

64 Suétone, Tibère, 71, 2.

65 Suétone, Claude, 16, 4.

66 Pline, NH., III, 5, 39.

67 Ils forment une catégorie hétérogène où se côtoient les externi et les populations de l’empire ignorant les bienfaits de la romanité. Les sources ne permettent pas de savoir quelle proportion de ruraux et de citadins ne parle que l’araméen, le celte, l’ibère ou le punique. Irénée doit apprendre le celte pour que les paysans de la région lyonnaise comprennent ses prêches.

68 Voir Tacite, Ann., XII, 11.

69 Voir par exemple Tacite, Hist., I, 11, III, 5 ou Agric., 11 ; Josèphe, BJ., VII, 4, 77 ; on ne sait pas si les Bretons sont des indigenae ou des adventi. Sur la parenté du monde germain et des enfers, voir Borca F., Confrontarsi con l’altro. I Romani e la Germania, Milan, 2004.

70 De ira, III, 26, 2. Mais cette vision de l’autre est peu répandue, cette ouverture d’esprit n’est ni aveugle ni sans limites. Voir Gros P., op. cit., n. 63.

71 Les Parthes incarnent une véritable altérité et engendrent uniquement un discours de victoire militaire.

72 Voir Valette-Cagnac E., dans Dupont F. et Valette-Cagnac E., (dir.), Vtraque Lingua, Façons de parler grec à Rome, Paris, 2005, p. 7-35.

73 Momigliano A., Sagesses barbares, les limites de l’hellénisation, Paris, 1984 et les remarques de Souza M. De, « La religion des autres à Rome à la fin de la République et au début de l’Empire : Celtes et Germains en parallèle », Nourrisson D. et Perrin Y., (dir.), Le barbare, l’étranger : images de l’autre, op. cit., n. 10, p. 111-122.

74 Pour d’autres angles d’approche, je me permets de renvoyer à ma contribution sur Sénèque et la modernité de la question de l’étranger à Rome, Le barbare, l’étranger, op. cit., n. 10, notamment p. 135-136.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540