Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'esclave et les plantations

 | 
Philippe Hroděj

Deuxième partie. Le long chemin de l'abolition : le doute, la crainte et la nécessité

Des officiers napoléoniens, planteurs esclavagistes en Alabama et en Louisiane

Éric Saugera

Texte intégral

  • 1 Sur cet aspect et les autres éléments de cette étude, nous renvoyons à notre thèse, Renaître en Am (...)

1La défaite de Waterloo anéantit les espoirs des partisans de l’Empereur revenu de l’île d’Elbe et ramena à Paris Louis XVIII de sa retraite de Gand. Le roi garda de cet intermède de cent jours un goût amer et ne tarda pas à régler ses comptes. Malgré les promesses de clémence qu’il fit à Cambrai le 28 juin 1815, il laissa l’épuration, la proscription et la terreur, se substituer au pardon1.

2Fouché, ministre de la Police générale qui se succédait à lui-même, fut chargé de dresser la liste de ceux dont l’intervention avait favorisé de manière décisive le retour de Napoléon et sa réinstallation aux Tuileries. Il en résulta l’ordonnance du 24 juillet 1815, qui renvoya devant les conseils de guerre dix-huit officiers généraux et un civil coupables de trahison et assigna à résidence, loin de la capitale, trente-huit autres individus également blâmables d’avoir servi l’usurpateur, mais dont la responsabilité avait été jugée moindre. Le 12 janvier 1816, le vote des députés ultras de la Chambre introuvable compléta l’ordonnance par la loi dite d’amnistie, qui, notamment, bannit de France les ex-conventionnels ayant voté la mort de Louis XVI et occupé des fonctions officielles sous les Cent-Jours.

3Condamnés à mort, proscrits, adversaires ou dégoûtés du régime des Bourbons, ce furent au total des milliers de Français (souvent qualifiés de bonapartistes, mais il y avait aussi des républicains et des libéraux) qui, de 1815 à 1818, prirent la route de l’exil, à destination du royaume voisin de Belgique et des Pays-Bas et outre-Atlantique. C’était aux États-Unis, terre de liberté, que ces émigrés avaient la meilleure chance d’être bien accueillis, soit par les autorités américaines au nom du devoir d’hospitalité, soit, au nom du devoir de solidarité, par les Français réfugiés de Saint-Domingue. Depuis deux décennies, ceux-ci étaient principalement établis sur la côte Est, mais aussi sur le golfe du Mexique, à La Nouvelle-Orléans, où l’on parlait français et où Napoléon faisait l’objet d’un culte sans borne.

4Au mois d’août 1816, à Philadelphie, sous l’impulsion de Jean-Simon Chaudron, orfèvre réputé et éditeur du journal francophone l’Abeille Américaine, réfugiés anciens et nouveaux exilés créèrent une société à nom collectif, la Société coloniale des émigrants français. Elle compta environ quatre cents membres fondateurs, des hommes jeunes surtout, d’origines géographiques et socio-professionnelles très diverses : davantage du sud de la France que du nord, de la ville que de la campagne, du monde du commerce et de l’artisanat que de l’agriculture, de la société civile que de l’armée – les officiers formant un groupe évalué à soixante-cinq individus.

5Comme l’attestent ses diverses appellations successives, Compagnie agricole et manufacturière du Tombigbee ou Société pour la culture de la Vigne et de l’Olivier, le but de la Société était de constituer une colonie française de peuplement et de travail. En fonction du type de cultures envisagées et de l’inspiration rousseauiste de la Société, il fallait en trouver l’emplacement loin de la corruption des villes, dans une nature encore vierge, et sous un climat propice. À partir du mois de septembre 1816, des commissaires-explorateurs furent mandatés par l’assemblée des sociétaires pour trouver le lieu idoine, à l’ouest ou au sud du pays : les généraux Lefebvre-Desnoëttes et Lallemand jeune, Joseph Garnier de Saintes, le premier président de la Société, et ses deux anciens collègues de la Convention, Pénières-Delzors et Lakanal, parcoururent les régions riveraines de l’Ohio et du Mississippi, mais aucun d’entre eux ne découvrit la terre, en définitive retenue sur les indications d’un dénommé Samuel Brown, médecin, et planteur en Alabama.

6L’Alabama dépendait alors du Territoire du Mississippi dont la création remontait à 1798 et s’apprêtait à devenir à son tour un Territoire (15 août 1817), avant d’être un État à part entière de l’Union en 1819. Une série de traités, signés avec les Indiens Creeks, Choctaws et Chickasaws, aboutit à les repousser progressivement hors de l’Alabama, vers le Mississippi. Le dernier en date était le traité de Fort Saint Stephens, signé le 24 octobre 1816 avec les Choctaws, qui cédaient un million deux cent mille hectares à l’est du Tombigbee pour cent trente mille dollars, payables en vingt ans. Les Choctaws franchirent la rivière et s’établirent à l’ouest. Leurs terres étaient à prendre. C’est une infime partie, soit 92 000 acres (36 800 hectares) réparties sur quatre townships de six miles de côté chacune, que le Congrès américain concéda à la Société coloniale, par la loi du 3 mars 1817. James Madison achevait ses deux mandats présidentiels et laissait la place à son secrétaire d’État James Monroe.

  • 2 Smith Winston, Days of Exile, Demopolis, Marengo County Historical Society, 1967, p. 30.

7La vente des terres se fit en contrepartie de l’obligation de planter de la vigne et des oliviers pour tenter de favoriser l’émergence d’une industrie viticole domestique et du principe de solidarité pour éviter tout risque de spéculation : aucun actionnaire ne pouvait vendre son lot à titre individuel avant le paiement total. Les historiens américains ont répété à l’envi que la vente des 92 000 acres, à deux dollars l’acre (0,4 ha), payables en quatorze ans, sans intérêt, « était presque un cadeau2 ». Le prix de la terre très inférieur à la réalité d’un marché porteur, la durée du crédit, trois fois et demie celle en usage depuis 1800 (Harrison Act), et sa gratuité, sont des données accréditant la thèse d’une générosité congressiste, mais qu’on peut expliquer : l’empathie du peuple américain pour les exilés, le soutien des dirigeants politiques actifs, ou retirés de la vie publique comme Thomas Jefferson, la portée des lettres de recommandation d’un La Fayette, l’introduction de nouvelles branches de culture profitables à l’économie nationale, la colonisation d’une région vidée de son peuplement indigène…

8L’avant-garde de la Société coloniale quitta Philadelphie le 4 mai 1817 sur une petite goélette. Le secrétaire de la Société, Nicolas-Simon Parmentier, un Lorientais de 45 ans naturalisé américain en 1808, était à la tête d’une vingtaine de passagers tout au plus. Le navire toucha le port de Mobile le 25 mai 1817, après un voyage de trois semaines. L’escale fut de courte durée ; les sociétaires remontèrent la rivière de la Mobile, puis celle du Tombigbee, jusqu’à sa jonction avec le Black Warrior, au lieu-dit « White Bluff », en raison de hautes falaises blanches bordant là le méandre du Tombigbee. Parmentier data du 14 juillet 1817 l’établissement des pionniers sur le site. Dans les mois qui suivirent, des dizaines d’autres sociétaires les rejoignirent, soit jusqu’à Mobile ou La Nouvelle-Orléans par la même voie maritime, soit par la voie terrestre à travers la nation Creek, soit par la voie fluviale en descendant l’Ohio et le Mississippi. Mais beaucoup ne vinrent jamais en Alabama et cédèrent très tôt le lot qui leur avait été attribué.

9Chaque sociétaire possédait en effet un lot principal dont la superficie variait de 40 acres à 480 acres et un lot de 12 acres situé près de la ville dont la fondation ne tarda pas. Située sur une hauteur surplombant Tombigbee, on l’appela Demopolis, la ville du peuple. Elle fut suivie tout à côté de la fondation d’Aigleville, puis d’Arcola, incorporées au comté de Marengo, dont le siège fut nommé Linden, forme raccourcie de Hohenlinden, autre succès contre les Autrichiens. En baptisant aussi les rues du nom de leurs victoires, Austerlitz ou Iéna, les colons entendaient marquer leur territoire de l’empreinte napoléonienne ; ce fut moins difficile que de le mettre en valeur. Les agriculteurs véritables se comptant sur les doigts d’une main, les colons durent affronter une réalité à laquelle ils n’étaient pas préparés.

10Remplaçant le sabre ou la plume par la hache et la bêche, il leur fallut défricher des terres où les forêts de cèdres rouges disputaient la place aux prairies, labourer, semer, en prévision de récoltes vivrières qui, au détriment de la culture de vignes et d’oliviers, furent privilégiées en raison de la cherté de l’approvisionnement. Cette préparation du sol fut d’autant plus pénible que les colons eurent à supporter des températures estivales très élevées et des périodes de longue sécheresse. Ils eurent également à partager leur nouveau domaine avec une faune dangereuse, dont les loups, les ours, et les serpents à sonnettes n’étaient pas les pires, mais bien les moustiques, transmetteurs du virus de la fièvre jaune.

11Écrasés par la chaleur moite de ces latitudes méridionales, les mains calleuses et le corps cassé par l’effort physique, la santé ruinée par toutes sortes de maux et de maladies, trop miséreux pour réussir une installation qui demandait des moyens, un grand nombre d’apprentis colons mit fin à l’expérience et rejoignit les ports de la Mobile ou de La Nouvelle-Orléans où ils pouvaient notamment se reconvertir dans le commerce. Pour survivre et se réimplanter dans un milieu si différent du leur, ceux qui restèrent durent s’adapter et adopter les pratiques esclavagistes de leurs voisins et fermiers américains.

12Pour les colons, nés à Saint-Domingue, ou établis avant d’en avoir été chassés par la révolution noire, le recours aux esclaves était chose naturelle : certains d’entre eux ou leurs parents en avaient possédé plusieurs centaines dans leurs habitations sucrières ou caféières. Pour les autres, la chose aurait pu déclencher un problème de conscience, mais il n’en fut rien, pour autant qu’on puisse le savoir. Les émigrés français, que la dureté ou l’immoralité des Américains en affaires choquaient souvent, ne firent aucune objection à leur pratique de l’esclavage. Le nombre des bras noirs qu’ils acquirent dépendit seulement de leur capacité financière.

  • 3 Baskin Lilian T., « Helpless without slaves » in The Birmingham News, October 9, 1967.

13À l’occasion du cent cinquantième anniversaire de la naissance de Demopolis, un quotidien de Birmingham (Ala.) titra en gros caractères : « Helpless without slaves3. » L’auteur s’inscrivait dans la tradition historiographique qui imputait partiellement l’échec des colons français au fait qu’ils n’avaient pas eu d’esclaves pour les aider parce qu’ils étaient trop pauvres pour en acheter et que, surtout, leur éthique leur défendait d’en avoir.

Ombres et Lumières

14Le 4 février 1794, la Convention avait fait de la République française la première nation à supprimer l’esclavage. Comment penser que les anciens conventionnels abolitionnistes, présents en Amérique, ou que des généraux sortis du rang à la Révolution, comme Clauzel ou Desnoëttes, auraient pu se compromettre dans une activité aussi vile ? L’imagerie d’Épinal, qui mit en scène les soldats-laboureurs de la Vigne et de l’Olivier et du Champ d’Asile, insista sur leurs tenues chamarrées au milieu des champs et des palmiers pour le cadre exotique, mais oublia les Noirs. Entre des hommes qui avaient fait souffler le vent de la liberté, et l’esclavage des nègres, il y avait une incompatibilité.

  • 4 Saugera Éric, « Pour une histoire de la traite négrière française sous le Consulat et l’Empire », R (...)

15Le caractère spectaculaire de l’abolition révolutionnaire avait sans doute fait oublier la suite. L’altruisme des conventionnels avait en partie puisé sa force dans l’esprit des Lumières ; le réalisme des négociants français et des réfugiés de Saint-Domingue puisa la sienne dans les nécessités de l’économie et convainquit le Premier consul que les « temps déplorables de la démagogie » étaient passés. Le 20 mai 1802, le Corps législatif aux ordres rétablit l’esclavage à la satisfaction de ses partisans et dans l’indifférence des autres4. Le vote de la loi n’avait vraiment de sens qu’avec la reconquête de la grande île, mais l’expédition militaire de Leclerc échoua. La grande île perdue, la paix d’Amiens rompue, la Royal Navy omniprésente, la traite et l’esclavage disparurent du champ des préoccupations impériales. Elles réapparurent sous la Restauration.

  • 5 Daget Serge, La répression de la traite des Noirs au XIXe siècle. L’action des croisières français (...)

16Les années 1814-1815 furent l’occasion d’un chassé-croisé franco-français arbitré par l’Angleterre. Celle-ci avait aboli la traite en 1807 et obtenu du futur roi de France en exil qu’il ferait de même une fois sur le trône, mais il n’en fit rien, et c’est Napoléon, aussi peu motivé, mais plus opportuniste, qui abolit la traite des Noirs sous les Cent-Jours. Pour son second retour, Louis XVIII fut sommé d’en finir avec la traite, ce qu’il fit mollement5. Bref, la France de ces années-là était une nation esclavagiste et réfractaire à l’idée d’abolir la traite. Il n’y avait aucune raison que les exilés fussent sensibilisés à un problème qui ne mobilisait pas le gouvernement français ni l’opinion publique. Leur arrivée aux États-Unis eut même le résultat inverse.

17En effet, les premiers compatriotes rencontrés à Philadelphie ou à La Nouvelle-Orléans furent les réfugiés domingois, qui avaient souffert de la perte de leurs plantations et de leurs esclaves. Ce ne sont pas ces gens qui persuaderaient les nouveaux venus de se passer des esclaves pour cultiver la vigne, l’olivier, le maïs ou le coton en Alabama ; en retournant à la terre, ils n’auraient d’autre but que de recréer un système pareil à celui qu’ils avaient dû quitter, cette fois dans un territoire sans passé esclavagiste, mais qui ne demandait qu’à se forger un avenir dans un contexte très favorable.

  • 6 Farrow Anne, Lang Joel, Frank Jenifer, How the North promoted, prolonged, and profited from Slavery (...)
  • 7 Negro population, 1790-1815. Department of Commerce, Bureau of the Census, Washington, 1918, tab. 2 (...)

18Les Français découvraient dans les années 1815 un pays profondément enraciné dans l’esclavage, surtout dans les États méridionaux où la culture du tabac, de l’indigo, du riz, du coton et de la canne à sucre, requerrait une main-d’œuvre servile que les ports négriers septentrionaux, Providence ou Newport, leur livraient volontiers : l’appât du gain lia longtemps les puritains nordistes et les planteurs sudistes6. Après deux siècles de traite, on recensait 1 700 000 Noirs aux États-Unis, dont 87 % d’esclaves, soit 18 % environ de la population7. Le nombre des esclaves avait doublé entre 1780 et 1810, puis très fortement augmenté jusqu’en 1820, malgré l’interdiction de la traite. Presque tous vivaient dans les États du Sud.

  • 8 Wood Gordon, The Radicalism of the American Revolution, cité par Fohlen Claude, Histoire de l’escl (...)

19La Révolution française, libérée du joug monarchique et en accord avec ses principes, avait aboli l’esclavage. La Révolution américaine, libérée du joug colonial et forte de son antériorité, aurait pu faire des États-Unis la première nation abolitionniste. Mais le peuple américain, devenu après cet événement majeur de son histoire, « le plus démocratique, le plus libéral, le plus tourné vers les affaires, et le plus moderne du monde8 », manqua l’occasion, par une anomalie qui n’a cessé depuis de produire les mêmes questions : comment concilier ces superlatifs et la négation de leurs droits à des millions d’individus oubliés du progrès politique, social et économique ? Comment parler de démocratie quand, de la citoyenneté, en sont exclus les peaux rouges et les bras noirs ?

  • 9 Washington, Jefferson, Madison et Monroe, tous Virginiens et réélus ; Jackson (réélu) et Polk, du (...)

20La démocratie américaine est celle des Blancs, dont les grands noms à ses débuts venaient du Sud. Sept propriétaires d’esclaves sudistes furent portés à la présidence avant la guerre civile, et cinq d’entre eux furent réélus9 : Washington libéra sur son lit de mort ses trois cents esclaves ; Jefferson en avait lui quelque deux cents.

21Les Lumières n’éclairèrent pas vraiment les Pères fondateurs, qui préférèrent n’en retenir que les projections politiques et constitutionnelles. La position équivoque des philosophes se retrouve dans la Déclaration d’Indépendance et la Constitution. Jefferson, rédacteur de la première, rappelle l’égalité des hommes à la naissance et l’inaliénabilité des droits individuels, la vie, la liberté, et la recherche du bonheur, auxquels on ne sait si les Noirs, créatures divines de seconde main et esclaves par nature, peuvent prétendre. Leur couleur de peau est la marque visible et indélébile d’une infériorité biologique et intellectuelle faisant qu’ils ne seront jamais les égaux des Blancs. L’esclavage est un mal, l’émancipation un vœu. Mais, comment faire avec des êtres rendus irresponsables ?

22Les quarante ans écoulés n’avaient guère fait avancer la cause abolitionniste, jamais mise au rang de priorité nationale. Pas plus que la Déclaration de 1776, la Constitution n’avait, onze ans après, ébranlé la pratique esclavagiste. En la reconnaissant implicitement, elle faisait même preuve d’un beau conservatisme que justifiaient des préoccupations jugées autrement vitales, comme la construction de l’État fédéral avec un Sud, pesant de toute la masse de ses esclaves. Il n’était pas question de désorganiser un système séculaire, tant l’Union primait sur toute autre considération, fûtelle humanitaire. Malgré tout, les auteurs de la Constitution firent un geste en déplaçant le débat de l’extinction de l’esclavage à celle de la traite prévue en 1807, ultime rallonge de vingt années, le temps de mettre les bouchées doubles pour nourrir le pays de nègres frais. On pensait que la fin de la traite amènerait à terme celle de l’esclavage, mais on se mettait en situation de voir venir.

  • 10 Il s’agit de la Pennsylvania Abolition Society. Cf. FO Claude, chap. 7 : L’abolitionnisme.

23Les Américains auraient pu, après la guerre de 1812 contre l’Angleterre, rattraper l’occasion manquée de la première guerre d’indépendance, mais il n’en fut rien, et le front abolitionniste connut encore des années de grand calme. Il avait été ouvert très tôt au sein des sectes religieuses liées au puritanisme et révélées à l’occasion du Great Awakening qui avait affecté les colonies au milieu du XVIIIe siècle et fait souffler un vent d’humanisme. Dès 1758 à Philadelphie leur quartier général, les Quakers étaient montés en première ligne en décidant d’exclure leurs membres qui feraient la traite. Confortés dans leur position par les Méthodistes et d’autres groupes évangélistes, ils participèrent à la première association anti-esclavagiste, devenue en 1784 la première société abolitionniste américaine10. Mais ce courant ne bénéficia pas de la dynamique libératrice, desservi par l’attitude pacifique ou loyaliste des dénominations protestantes anti-esclavagistes à l’égard de la métropole pendant la guerre, et parce que les résistances au Sud étaient extrêmes. En dépit de nouvelles sociétés dénonçant le trafic négrier, plus que l’esclavage, le combat fléchit d’intensité, et les États-Unis, en lutte pour leur survie, firent l’économie d’une pomme de discorde intérieure en votant la loi du 3 mars 1807 qui mettait fin à la traite légale, mais ne changeait rien à l’esclavage, dont le contrôle restait toujours le domaine réservé des États. Ceux du Nord l’avaient graduellement presque tous aboli ; ceux du Sud, où le nombre des esclaves croissait à la vitesse de la propagation du coton, ou de la canne à sucre le long du Mississippi, n’entendaient absolument pas suivre le même chemin. Il faudra attendre les années 1850 pour que l’émancipation des Noirs devienne un enjeu politique majeur et débouche sur la guerre civile.

  • 11 Archives des Affaires Étrangères (AAE) : CP États-Unis, vol. 78, fol. 152-153 ; DAGET Serge, Le ré (...)

24Les immigrants français étaient donc dans un pays, encore très loin de cette ébullition et où on faisait tout pour l’éviter. En 1816, l’American Colonization Society cherchait moins à abolir l’esclavage qu’à faire affranchir les esclaves pour les renvoyer en Afrique afin de les y réinsérer et à empêcher l’introduction des Noirs de traite illégale en capturant les négriers à la source, même non américains. En 1820, les États-Unis firent de la traite un acte de piraterie et créèrent une croisière navale de répression. Ils n’avaient encore signé aucune convention avec les pays européens engagés dans la chasse internationale aux négriers récalcitrants, mais ils s’autorisaient à saisir les contrevenants étrangers. En 1821, la prise par un navire de guerre américain de quatre négriers français11 sur la côte d’Afrique déchaîna l’ire des autorités françaises et de leur ambassadeur à Washington : Hyde de Neuville eut beau jeu en cette occasion de stigmatiser la contradiction d’un pays esclavagiste à l’intérieur et philanthrope à l’extérieur :

  • 12 AAE : CP États-Unis, vol. 79, fol. 196, Hyde à Pasquier, Washington, 11 octobre 1821.

« Les Américains ne cessent de nous accuser aujourd’hui de favoriser la traite des nègres : c’est selon eux le pavillon blanc qui couvre cet odieux trafic. Ces amis chauds de l’humanité qui vivent entourés d’esclaves et qui ont recours aux plus odieux sophismes pour prouver qu’ils ont le droit d’enchaîner leurs semblables12. »

  • 13 Ibid., fol. 220, le même au même, 20 octobre 1821.

25Poursuivant les États-Unis de sa vindicte, Hyde cita le Moniteur Louisianais du 11 septembre 1821 affirmant « qu’au long des côtes de l’État de la Louisiane, on y amène des esclaves par douzaines et cela, pendant que nos vaisseaux de guerre croisent dans les parages d’Afrique, pour empêcher la traite13 ». Dans ce contexte, entre des Français criant au scandale quand on touchait à leurs négriers et des Américains qui faisaient la loi loin de chez eux, mais toléraient l’esclavage dans leurs frontières, les immigrants avaient peu de repères sûrs, sinon celui qu’aurait pu leur dicter leur conscience. Mais cette dernière abdiqua face à une institution si intimement liée à la culture du Sud.

« Des nègres, rien que des nègres »

  • 14 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes (CADN) : consulat de France à Philadelphie, registre 6 (...)
  • 15 Mobile, 1er mai 1830, Lakanal à Geoffroy Saint-Hilaire, cité par Jouin Henry, dans Lakanal en Amér (...)

26La quasi-totalité des colons susceptibles d’avoir des esclaves, du fait même de leur présence en Alabama en eurent, des lieutenant-généraux Clauzel et Lefebvre-Desnoëttes, comtes d’Empire, à Joseph Lakanal, membre de l’Institut, père de l’instruction publique, pour citer les noms les plus prestigieux. Seul, le manque d’argent pouvait s’y opposer, non la religion, ni la morale, quoi qu’ils en disent : « On réclame généralement et avec raison contre l’esclavage des noirs14 », écrit en 1817 Lakanal. Celui-ci acquit pourtant quelques années plus tard « dix forts et bons esclaves15 » pour sa plantation à Mobile, se justifiant par le fait qu’il les traitait « comme des amis malheureux » et qu’au fond, il ne faisait que suivre les lois américaines.

27Les colons idéologiquement réfractaires à la possession d’esclaves pouvaient se fonder sur les Écritures prêchant d’aimer son prochain comme soi-même ou sur la déclaration des droits de l’homme et du citoyen décrétant les hommes libres et égaux en droits. Mais les idéaux de la Révolution avaient été depuis bafoués et une lecture littérale de la Bible rendait possible d’admettre l’esclavage ici-bas et d’attendre la liberté dans le monde d’en haut. Les esclavagistes trouvaient dans l’Ancien Testament matière à argumenter et la position de l’Église qui ne voyait pas dans l’esclavage une pratique incompatible avec les valeurs évangéliques les confortait dans leur dogme. Les protestants menèrent le combat abolitionniste, mais l’appartenance à ceux-là plutôt qu’aux catholiques ne fut en rien un motif valable pour dénoncer l’esclavage. Les Français étaient de diverses confessions et il y avait des agnostiques. Cela ne fit pas de différence. La raison économique l’emporta sur le devoir humanitaire.

28On peut s’en persuader grâce au cas de Jacques Lajonie Lapeyre. Né en 1787 à Gensac, en Gironde, dans une famille de la petite noblesse terrienne protestante, il fit ses études au lycée de Bordeaux, avant de choisir la carrière d’officier et d’entrer à l’École Spéciale militaire de Fontainebleau. Sous-lieutenant au 7e régiment de dragons, il fut blessé d’un coup de feu le 10 juillet 1809, quatre jours après Wagram, et contraint de démissionner en 1812. Dans le contexte de la Terreur blanche qui frappa la France méridionale après les Cent-Jours, Lajonie fut accusé à tort d’avoir tué un gendarme de Sainte-Foy-la-Grande, et contraint de fuir en Amérique pour échapper à l’échafaud. En janvier 1817, il acheta à Philadelphie une action de la Société coloniale dont il devint un membre actif ; en octobre, il foulait les terres françaises d’Alabama. Lajonie était huguenot d’éducation, mais athée de conviction. Ses lettres ne disent jamais assez la nécessité d’avoir des esclaves.

  • 16 Papiers privés Lajonie (Gironde), première référence, La Nouvelle-Orléans, 27 avril 1818, lettre 5 (...)

29À aucun moment, Lajonie, totalement néophyte en la matière, ne remet en cause le système esclavagiste. Tout au plus, à un an d’intervalle, laisse-t-il échapper deux phrases dans lesquelles il esquisse un jugement critique. Dans la première, il écrit à propos du voisinage du Maryland esclavagiste avec la Pennsylvanie où les Noirs sont libres : « Cette proximité donne souvent occasion aux nègres de se soustraire au joug de la barbarie des blancs16. » Dans la seconde, il relève le contraste américain entre le concept de république et l’achat des nègres. Mais ces réserves ne diffèrent en rien son adhésion à l’institution particulière, au mieux, font-elles espérer de sa part un comportement humain avec ses propres esclaves.

  • 17 Ibidem, Philadelphie, janvier 1817, Lajonie à sa famille au château du Soulat, à Juillac (Gironde)

30Ce silence sur l’iniquité du monde esclavagiste est d’autant plus parlant que ses allusions aux nègres sont légion, et ce, dès la première année, avant même d’être en situation. À peine débarqué en Amérique et ignorant jusqu’à l’existence de l’Alabama, Lajonie expose son « système campagnard » en trois parties : « Je voudrais acheter des terres dans un pays où les noirs sont esclaves, où l’on pourrait cultiver la vigne qui est très rare aux États-Unis et où la langue française fut de front avec l’anglaise17. » Probablement pensait-il alors à la Louisiane.

31Rien n’atténua sa résolution d’avoir des esclaves, parce que dans les terres vierges et sous le soleil brûlant du Sud, il fallait une main-d’œuvre capable de défricher et de cultiver sans se plaindre des conditions de travail ni de rémunération. Ce qui ne pouvait être le cas des Blancs, engagés français ou journaliers américains.

32Arrivé à La Nouvelle-Orléans en mai 1817, Lajonie dut attendre, avant de gagner la colonie du Tombigbee, dix engagés de la Gironde, paysans et artisans, qu’il avait réussi à convaincre de le rejoindre. Mais la plupart le dégoûtèrent très vite de les avoir fait venir, bientôt accablés de panaris, furoncles, gale ou fièvres, souvent infidèles et ingrats, prêts à l’abandonner à la première bonne occasion. Il ne récuse pas le principe de l’engagement, mais la qualité des engagés : il faut une sélection plus rigoureuse, éliminant les inconnus, aventuriers et militaires, au profit de jeunes gens connus, voisins ou parents, seuls ou en couple, pas très dégourdis, même sourds, pourvu qu’ils aient du linge et des outils et qu’ils sachent un métier : menuisier, forgeron ou maçon.

  • 18 Ibid., Demopolis, novembre 1817, Lajonie au Soulat.
  • 19 Ibid., Aigleville, 2 mars 1819, Lajonie au Soulat.

33En février 1818, deux nouveaux renforts arrivèrent de la Gironde : l’un donna satisfaction malgré son jeune âge, mais l’autre déserta très vite, et Lajonie dut s’employer pour le reprendre. Cela conforta son sentiment initial : « Les engagés donnent trop de peine à un cœur saignant. Malgré que nous n’y ayons pas perdu, ce genre de spéculation n’est pas de mon goût. On n’a jamais que des ingrats18. » Les journaliers recrutés localement n’étaient pas la panacée, en raison de leur rareté et donc de leur prix. Les terres étant abondantes et bon marché dans un Sud en expansion, les Américains préféraient labourer pour leur propre compte plutôt que de louer leur bras, sinon contre un bon salaire. En 1819, pour compenser la défaillance des engagés, Lajonie embaucha un Américain pour labourer, auquel il donna 85 francs par mois logé et nourri : « Jugez des dépenses de ce pays et quels doivent être les revenus dans les bonnes années19. »

  • 20 Ibid., Aigleville, 22 novembre 1819, Lajonie au Soulat.
  • 21 Ibid., 2 janvier 1821, Lajonie au Soulat.
  • 22 Ibid., 18 septembre 1821, Lajonie au Soulat.
  • 23 Ibid., Aigleville, 1er avril 1820, Lajonie au Soulat.

34Le moyen de faire autrement ? Travailler soi-même. Mais jusqu’à un certain point et pendant un certain temps. La vie des planteurs sans nègres est trop laborieuse, elle est « bien triste et bien pénible20 », tandis qu’elle est facile « quand on a des nègres21 » et que « les femmes n’ont presque rien à faire quand elles ont des négresses22 », écrit Lajonie. Sa sœur aînée s’apprêtant à franchir l’océan, il la conjure d’apporter assez d’argent pour qu’elle puisse s’acheter « une négresse au moins, au moins une23 ». Ce qu’il songe alors à faire pour lui-même :

  • 24 Ibid., Mobile, 16 août 1819, Lajonie au Soulat.

« Il nous faut au moins une petite négresse. Je ne trouve pas du tout plaisant quand Mademoiselle Élise est indisposée, d’être cuisinier, ménager, porteur d’eau, coupeur de bois, meunier, boulanger, charpentier, charretier et gérant tout à la fois. Je ne hais pas le travail, cependant j’en pourrais trouver de plus nobles que celui de traire les vaches comme cela m’arrive tous les matins24. »

  • 25 Ibid., Aigleville, 1er avril 1819, Lajonie au Soulat.

35Acheter quelques nègres, c’est la certitude « de n’avoir pas à faire tout par nous-mêmes25 », résume-t-il, avant d’asséner : « Des nègres, rien que des nègres. »

  • 26 Ibid., 17 décembre 1826, Lajonie au Soulat.

36Engagés instables, journaliers ruineux, travail harassant, soleil de plomb, santé menacée, vie sans plaisirs, avenir d’indigents, tel est le monde des Blancs sans le secours des Noirs. Or, supposés être durs au mal et mieux acclimatés, les Noirs sont nés pour cela, pour décharger les Blancs de leurs peines, mieux que les bêtes de somme ou les chevaux de trait, dont les maladies occasionnent de grands frais, se plaint Lajonie, assimilant les nègres aux animaux, comme dans les inventaires des plantations. En 1826, après s’être dessaisi d’une partie de son patrimoine américain, Lajonie compte qu’il lui reste encore « deux nègres, deux chevaux, quelques vaches et cochons, dont je n’ai pu me passer. Leur valeur est, en comptant les outils et ustensiles de ménage, à peu près 1200 gourdes comptant26… » Ce bilan négro-animalier était loin des espérances, que Lajonie caressait neuf ans plus tôt :

  • 27 Ibid., Philadelphie, janvier 1817, Lajonie au Soulat.

« Achetons pour vingt mille francs de terres, employons-en trente mille à bien nous établir, achetons pour vingt mille francs de nègres que nous marierons et plaçons-en trente mille autres à la Banque des États-Unis. Dans vingt ans, nos terres vaudront quarante mille francs et nos nègres trente mille et nous aurons joui des trente mille francs placés à 8 % par an suivant les affaires politiques. Nos enfants auront donc trente mille francs, et si par nécessité ou par spéculation nous faisons commerce de nos propres denrées et que nous élevions quantité d’animaux, nous pourrons encore ajouter aux capitaux. Voilà à peu près les avantages des planteurs27. »

  • 28 Ibid., Demopolis, 19 janvier 1818, Lajonie au Soulat.

37Un an après, quelques déboires commerciaux et les accrocs dans la distribution des lots incitèrent Lajonie à se détourner des affaires et des opérations foncières pour relancer le point de vue dont il n’avait cessé d’entretenir les siens : « Il faut sérieusement songer à mettre des capitaux en nègres. C’est la meilleure spéculation pour un planteur28. » À quoi il ajouta bientôt la spéculation sur les animaux domestiques. Les nègres ne sont pas seulement des esclaves dont Lajonie a besoin pour le soulager dans ses travaux, mais des objets spéculatifs. De La Nouvelle-Orléans, il livre de nouvelles réflexions sur le sujet :

  • 29 Ibid., La Nouvelle-Orléans, mai 1818, Lajonie au Soulat.

« Si dans six ans, les affaires restent en paix, ce qui est présumable pour l’Amérique, un capital employé en nègres, dans ce moment sera doublé à l’expiration du temps, et le travail des nègres aura produit outre l’entretien de la maison, un revenu égal au premier déboursé. Je pense donc qu’avec un déboursé de cinquante mille francs, de l’économie et du travail, dans six ans nous aurons un capital de cent cinquante mille, toutefois, pourvu que les affaires ne changent pas trop et qu’il n’y ait pas mortalité dans la race noire. Comptez seulement le produit de vingt truies et de vingt vaches au bout de six ans et vous me répondrez. Le coton est à trente sols, un acre peut en donner trois cents livres. Un bon noir peut cultiver avec un cheval vingt acres. Six mille francs que ce nègre vous rapporte quitte parce qu’il fait venir en outre assez de maïs et de pommes de terre pour lui. Six nègres, cent acres et six chevaux donnent trente mille francs par an nets29. »

38Si le travail des nègres est par lui-même une source de revenus, leur commerce en est une autre, qu’on pratique, soit en les achetant à bon marché pour les revendre à profit, soit en en faisant l’élevage. Lajonie songea aux deux.

Acheter ou élever ?

39L’Alabama n’est pas le premier pays où Lajonie entend acheter des nègres ; sa récente ouverture à la colonisation n’a pu en laisser venir des États voisins un flux suffisant. Parti de presque rien à la création du Territoire du Mississippi, le nombre des esclaves était passé à 2 600 en 1810 et s’était accru après 1815, pour frôler les 42 000 en 1820. Mais cette hausse ne signifiait pas pour autant qu’on pouvait y puiser à loisir, la quasi totalité des Noirs avaient suivi leurs maîtres migrant avec leur famille et leur bétail du Tennessee, de la Géorgie ou des Carolines, et n’étaient donc pas nécessairement disponibles à la vente, sinon à un coût prohibitif. Mais les zones d’approvisionnement sur le marché américain ne manquaient pas.

  • 30 Gehman Mary, The Free People of Color of New Orleans, New Orleans, 1994, p. 49.

40Lajonie pensa d’abord à La Nouvelle-Orléans qu’il connaissait pour y avoir séjourné et rencontré un marchand au grand savoir esclavagiste. Jean Quessart appartenait à la vague des réfugiés domingois chassés de Cuba en 1809 et arrivés en Louisiane avec leurs esclaves. Le long du fleuve, de Baton Rouge à Natchez, les planteurs français avaient donné un grand essor à la canne à sucre et corollairement au nombre des esclaves. Quand la France céda la Louisiane, un habitant sur deux était Noir et un habitant sur trois était esclave30. En 1820, le nombre des Louisianais avait quintuplé, et la part des quinze mille esclaves était montée à 36 %. Dans cette masse esclave, il était facile de puiser lors des mises en vente à l’encan : il suffisait de lire les gazettes, l’Ami des Lois ou le Courrier de la Louisiane, pour être prévenu du lieu et de la nature de la vente.

  • 31 L’Ami des Lois et Journal du Soir, 4 octobre 1817 : « ventes à l’encan ».
  • 32 Papiers Lajonie, Lajonie au château du Soulat, La Nouvelle-Orléans, 15 juillet 1817.
  • 33 Ibid., La Nouvelle-Orléans, 1er septembre 1817, Lajonie au Soulat.

41Le 20 octobre 1817 à la Nouvelle Bourse Maspéro, trois nègres, jeunes, forts et robustes, élevés chez le vendeur et n’ayant jamais eu d’autre maître que lui, étaient offerts contre paiement à six mois de terme31. Huit jours plus tard, même lieu, six esclaves, tous Français, de différents âges et des deux sexes, bonnes pioches, garantis de tous défauts et des maladies prévues par la loi, étaient mis en vente. Du coupeur de canne à la mulâtresse blanchisseuse, l’offre répondait à la demande, et on ne bradait pas les esclaves : « Deux bons nègres se vendent jusqu’à vingt mille francs dans cette ville. Cependant quelquefois il arrive qu’avec dix mille francs on peut en avoir deux passables ; deux jeunes nègres de quinze ans ne connaissant aucun métier coûtent quatre mille francs la pièce32 », tempère Lajonie. En revanche, une qualification faisait grimper les enchères : « Un nègre coûte de quatre mille à dix mille francs suivant son mérite. Les charpentiers sont les plus chers. On en a vu vendre quelquefois quinze mille francs33. »

42Lajonie quitta La Nouvelle-Orléans sans esclaves, car leur prix dépassait ses possibilités. Ce ne furent jamais des considérations éthiques qui le retardèrent d’avoir des nègres, mais le manque d’argent. De novembre 1817 à juillet 1818, Lajonie mentionne régulièrement une somme de vingt-six mille francs que doit un certain Barthe aux siens et qu’il leur demande d’escompter au plus tôt pour dégager des liquidités nécessaires à l’achat de nègres. Sans résultat, il se retourna vers des options négrières plus attractives, dans le Maryland et en Virginie.

  • 34 Ibid., Demopolis, 10 janvier 1818, Lajonie au Soulat.
  • 35 Ibid., Mobile, 7 avril 1818, Lajonie au Soulat.

43Le premier État jouxtait au sud la Pennsylvanie où l’esclavage était depuis longtemps aboli. C’est à Baltimore, dit Lajonie, que « s’achètent les nègres », et des nègres « assez bon marché34 ». Si sa famille ou sa femme s’étaient décidées à venir l’y retrouver, Lajonie aurait pu concilier affaires et retrouvailles : « Mon voyage pour aller vous recevoir aurait été doublement avantageux, des nègres achetés quatre mille francs à Baltimore se vendront quelquefois six mille francs à La Nouvelle-Orléans. Il nous en faut si nous voulons vivre tranquille. C’est un revenu souvent très lucratif35. » Cette solution précocement envisagée garde son actualité :

  • 36 Ibid., La Nouvelle-Orléans, 27 avril 1818, Lajonie au Soulat.

« Indépendamment de quelques petites traites sur La Nouvelle-Orléans, si vous en avez à tirer d’une somme assez considérable pour faire l’achat de nos nègres, prenez alors sur Baltimore où je me rendrai pour acheter par moi-même. Sachez que c’est à Baltimore que sont les nègres les moins chers parce que cette ville est dans un état où règne l’esclavage des noirs et que cet état est limitrophe avec celui de Pensilvanie où les noirs sont libres36. »

  • 37 Ibid., La Nouvelle-Orléans, mai 1818, Lajonie au Soulat.

44Il réitère ses avis le mois suivant, réclamant l’envoi de trente mille francs en traites sur Baltimore, où il pourra acheter les « jeunes nègres37 » dont il a besoin. Ce choix resta prioritaire jusqu’en 1820, avant d’être abandonné quand il ne fut plus question de la venue des siens. Ce fut également l’idée des généraux Clauzel et Lefebvre-Desnoëttes.

  • 38 Cunz Dieter, The Maryland Germans: A History, Princeton University Press, 1948 FURER Howard B., Th (...)
  • 39 AAE : consulat de France à Philadelphie, 19 août 1817, rapport de Pétry, fol. 144.
  • 40 Papiers Lajonie, Aigleville, 12 février 1818, Lajonie au Soulat.

45L’achat des nègres ne fut semble-t-il pas leur première intention, mais celui des « Redemptioners » émigrés d’Allemagne et de Suisse selon un système proche de celui de l’engagement. Par contrat, le capitaine du navire leur assurait le passage dont il attendait le paiement après un délai, en général très court, aux États-Unis. Ces gens n’étaient pas des esclaves, mais dans la pratique, les termes très durs du contrat les faisaient souvent vendre ou devenir tels38. D’après le consul français qui la jugeait hors d’usage, Clauzel avait affrété à Philadelphie en août 1817 une goélette, « pour transporter à Tombigby des familles allemandes, que lui et Desnoettes ont achetées pour cultiver les terres qu’ils ont dans l’association française qui s’y établit39 ». Sans autre précision, Lajonie annonça que les deux généraux étaient arrivés dans la colonie avec « des hommes engagés à vil prix40 ». Les archives des comtés de Marengo et de Greene attestent la présence d’Allemands et de Suisses dès 1818.

  • 41 CADN : consulat de France à New York, série B, no 122, Angelucci, consul de Baltimore, au consul g (...)

46Comme tous les colons français, les deux généraux vérifièrent qu’exploiter des terres sans esclaves en Alabama relevait de la gageure. À l’été 1818, ils s’embarquèrent à Mobile pour Baltimore où ils arrivèrent le 8 octobre : « Ils viennent ici acheter des nègres et des instruments d’agriculture. Ils doivent repartir sous peu pour la Mobile41 », écrivit le consul. Les généraux avaient profité de leur séjour sur la côte Est pour s’enquérir de l’éventualité d’un retour en France compte tenu de leur bonne conduite, mais c’était encore trop tôt. En 1821, Lefebvre-Desnoëttes était toujours en Alabama, quand il tirait avec Lajonie des plans sur la comète négrière :

  • 42 Papiers Lajonie, plantation de Sainte-Hélène, Greene County, 18 septembre 1821.

« Nous comptions l’autre jour avec le général Lefebvre que cinquante mille francs suffiraient pour acheter trente nègres, un tiers de tout âge, et il me disait qu’un monsieur que je connais faisait avec cette quantité d’esclaves, année ordinaire et en récolte seulement pour douze mille à quinze mille francs de revenus42. »

  • 43 American Philosophical Society (APS) : Victoire Georges à Stephen Girard, Demopolis, 8 févr. 1820  (...)
  • 44 Cité par Fohlen Claude, Histoire de l’esclavage aux États-Unis, p. 141.

47La même année, le général Lallemand jeune, d’abord distrait par son mariage avec Harriet Girard, nièce du brasseur d’affaires Stephen Girard, puis par l’épisode du Champ d’Asile au Texas, enfin par la publication d’un ouvrage sur l’artillerie, se rappela de sa concession dans la colonie et songea à l’occuper. Selon Victoire George, réfugiée de Saint-Domingue et sociétaire du Tombigbee, Lallemand « comptait aller en Virginie acheter des nègres pour les amener ici, [car] ils sont dans cet État cinquante pour cent meilleur marché que dans l’Alabama43 ». Par l’intermédiaire de Girard, elle lui demanda de lui en prendre pour deux mille dollars, puisque la Virginie était le meilleur marché des nègres. Bien qu’ils étaient nombreux, un demi-million, selon lui, Lajonie affirmait qu’ils restaient chers : il fallait compter trois mille à quatre mille francs pour les nègres, deux mille à trois mille francs pour les négresses. La fin de la traite légale en 1808 n’avait pas pris de court l’État virginien, au contraire ; à la Convention de Philadelphie en 1787, ses représentants avaient prôné l’abolition de la traite – pour valoriser leurs propres esclaves et non pour sauver ceux à venir. Avec le Maryland ou la Caroline du Nord, la Virginie s’était mise à favoriser la reproduction des nègres dont la vente, ainsi conçus et élevés jusqu’à leur maturité, était pour les planteurs du Sud une très importante source de revenus. Cela donna lieu jusqu’en 1860 à une traite intérieure, des États du Sud historique vers les terres vierges qui s’offraient toujours plus vastes aux colons américains. Dans cette « redistribution interrégionale des esclaves44 », la Virginie fut le premier État exportateur, vers l’Alabama, le Mississippi, et la Louisiane.

48Ce qui étonne chez Lajonie, compte tenu de son absence de passé avec l’esclavage, ce sont ses dispositions à vouloir imiter ce qui se faisait sur place. Dans sa première lettre où il considère l’achat d’esclaves, il évoque déjà l’idée d’en avoir pour les marier. C’est pourquoi, à de nombreuses reprises par la suite, il insiste sur sa préférence pour de jeunes nègres propres à la reproduction :

  • 45 Papiers Lajonie, La Nouvelle-Orléans, 27 avril 1818 ; citation suivante, 6 mai 1818.

« L’achat de huit ou dix nègres de douze à quatorze ans fera le meilleur effet, parce qu’à l’expiration du temps des engagés, nous nous trouverons avoir des nègres en état de travailler, et des petits rejetons, si bien qu’après dix ans de vie active il est vrai, mais assez douce, nous devrons avoir triplé nos capitaux de nègres45… »

49Ou encore :

« Veuillez donc, mes pauvres amis, faire à quel prix que cela soit, assez d’argent pour acheter huit ou dix jeunes nègres ou négresses qui remplaceront, à 16-17 ans, les engagés dont le temps sera expiré ; à cet âge ils seront bien en état de cultiver nos terres et de faire des enfants qui nous seront d’un grand produit. Tout le monde, particulièrement M. Quessart, approuve ce plan. »

50Lallemand annula finalement son passage en Virginie au profit de la Floride où on lui proposait des terres à très bas prix et à de longs termes, mais la validité des titres lui paraissant suspecte, il préféra rejoindre la colonie française en septembre 1821. Il visita la plantation de Desnoëttes qui l’hébergea et fit le tour de son lot. L’impression était bonne, le lieu propre à s’y établir, à condition d’y mettre les moyens. Renseignements pris, il se persuada « qu’un planteur laborieux ayant douze nègres, les bestiaux et instrumens aratoires, sera dans peu très à son aise, et par la suite sera riche ou au moins dans une grande aisance ». Mais il constata aussi

  • 46 APS : Girard papers, Tombigbee, 20 septembre 1821, général Henri Lallemand jeune à Stephen Girard.

« que celui qui aura beaucoup moins de nègres ne fera que végéter, les revenus n’étant pas alors dans un rapport assez grand avec les frais. Les nègres sont ici dans les prix de six à sept cents dollars, et encore on en trouve rarement un ou deux à acheter, ainsi je dois partir à Philadelphie46 ».

  • 47 Ibid., Cap Vincent, bords du fleuve Saint-Laurent, 18 novembre 1821, le même au même.

51Lallemand annonçait son arrivée dans le nord à la fin octobre en compagnie de Desnoëttes pour y acheter des nègres. Le temps du voyage fut propice à la réflexion, car Lallemand renonça au Tombigbee, convaincu de ne pouvoir y vivre convenablement47.

  • 48 Papiers Lajonie, Mobile, 29 août 1819, Lajonie au château du Soulat.
  • 49 Ibid., Aigleville, 2 janvier 1821, Lajonie au château du Soulat.
  • 50 Ibid., Sainte-Hélène, Greene County, 13 juin 1822, Lajonie au château du Soulat.
  • 51 Ibid., 20 décembre 1823.

52C’est finalement en Alabama que Lajonie acheta ses esclaves. Au début de l’année 1820, ils n’auraient jamais été si bon marché, notamment à Saint Stephens où le shériffen avait un grand nombre à faire vendre. L’afflux des esclaves expliquait la baisse des prix : à cette époque déjà, un habitant sur trois en Alabama était esclave. Moins chers certes, mais tout de même au-dessus des moyens de Lajonie, qui ne put jamais faire aboutir son projet de multiplier les Noirs et d’en faire le trafic. Il se contenta, comme la majorité des colons américains, d’en avoir un petit nombre. Après en avoir tant parlé, c’est en août 1819, à Mobile, qu’il se trouva pour la première fois en situation « d’acheter une mulâtresse avec ses deux enfants, l’aîné a six ans. On en veut cinq mille francs, et ce n’est pas cher. J’ignore encore si je terminerai. Vous devez vous rappeler que bientôt nous n’aurons plus d’ouvriers, et que vous ne voulez pas sans doute que je bûche toute ma vie48. » L’affaire ne se réalisa pas. Ce n’est qu’avec l’arrivée de sa femme, qu’il prit une petite négresse de dix ans qu’il se plaint de payer vingt francs par mois, pour pallier l’absence de ses enfants qui auraient pu remplir les mêmes tâches49. En juin 1822, Lajonie acheta son premier esclave, un nègre de 18 ans, pour la somme de 2 800 dollars : « J’en suis très content, il me rend le plus grand service dans ce moment où les chaleurs sont excessives50. » Jusqu’en 1823 au moins, il n’en eut pas d’autres : « Mon nègre est suffisant pour m’aider dans tout ce qui est possible51. » On sait qu’il en acquit d’autres plus tard, qu’il lui fallut revendre à l’occasion de son retour à Bordeaux en 1829.

53Lajonie s’adapta sans difficulté à un environnement humain totalement nouveau pour un Français récemment émigré de la métropole. Dans le voisinage immédiat des Indiens, au contact quotidien de fermiers américains si différents des agriculteurs du Sud-Ouest, et en accord parfait avec le système esclavagiste, il assimila les gens et les pratiques en même temps qu’il les découvrait. Sa fraternité avec les premiers ne l’empêcha pas de vouloir leurs terres et sa conscience de la barbarie des Blancs ne l’empêcha pas de posséder des esclaves. Décontenancé par leur mentalité capitaliste dénuée de sens moral, c’est finalement avec les planteurs anglo-américains, dont il adoptait pourtant l’attitude vis-à-vis des autochtones et des Noirs, qu’il eut les relations les plus difficiles. De ce point de vue, le cas Lajonie est assurément extrapolable à l’ensemble des colons français.

54L’expérience de la Vigne et de l’Olivier fit long feu en Alabama : les plants de vigne importés d’Europe s’acclimataient mal, quand ils n’avaient pas péri en route, et les gelées eurent raison chaque hiver de la résistance des oliviers. Dès la fin des années 1820, il ne restait plus que quelques colons français en place, qui, à l’exception de deux ou trois excentriques, s’étaient depuis longtemps tournés vers la culture du coton, la plus appropriée et la plus lucrative localement.

55Jacques Lajonie rentra en France en 1829, après avoir vendu ses terres, son nombreux bétail, et le peu d’esclaves que ses moyens limités lui avaient permis d’acquérir. Beaucoup d’autres l’avaient précédé sur le chemin du retour, mais beaucoup aussi choisirent de rester, se dispersant essentiellement entre les États d’Alabama, du Mississippi, ou de la Louisiane, où ils devinrent planteurs de coton, marchands de bois, artisans, commerçants ou négociants… Installés à l’intérieur des terres ou dans les ports de Mobile et de La Nouvelle-Orléans, ils firent souche, épousèrent des créoles louisianaises ou des Anglo-américaines, et se fondirent dans la culture du Sud. Les recensements de 1830 à 1860 montrent que tous avaient des esclaves, une ou deux négresses servantes, ou plusieurs dizaines de travailleurs. Les enfants de ces officiers arrivés après 1815 étaient en âge de combattre quand la guerre civile éclata. Enrôlés dans les régiments de cavalerie ou d’infanterie, ils défendirent la cause sudiste et durent, après la défaite, se résoudre à libérer leurs esclaves.

  • 52 CADN : consulat de France à La Nouvelle-Orléans, série D, carton 45, dossier 33, Mandeville, paroi (...)

56Charles-Louis Coquillon n’était pas un fils d’émigré, mais lui-même un officier qui avait quitté la France en 1817. Né en 1795 dans le Lot-et-Garonne, il avait intégré en 1813 le 3e régiment des gardes d’honneur de la garde impériale, puis combattu jusqu’à la première abdication de Napoléon. Naturalisé américain dès 1818, il épousa deux ans plus tard, à La Nouvelle-Orléans, une veuve, réfugiée de Saint-Domingue, et en eut trois enfants. En 1826, Coquillon s’installa en famille près de Mandeville dans le comté de Saint Tammany et y vécut plus de soixante ans. En 1857, il reçut la médaille de Sainte-Hélène, attribuée par le Second Empire aux vétérans des guerres napoléoniennes, et, à ce titre, en 1870, il demanda à bénéficier de la pension afférente, instituée par la loi du 5 mai 1869. Pour l’obtenir, il dut prouver la précarité de sa situation économique. Il était alors maître de poste, mais c’était une place qui ne lui rapportait rien, tandis qu’avant la guerre civile, dit-il, il avait eu des moyens. La guerre lui avait fait tout perdre : sa maison et tout ce qu’elle contenait avaient été incendiés ; l’émancipation des esclaves l’avait dépossédé de « vingt mille piastres en peaux noires52 ». Le gouvernement français fut insensible à ses malheurs et lui renvoya une réponse négative. Coquillon, qui mourut presque nonagénaire, fut probablement le dernier officier de Napoléon à avoir eu des esclaves aux États-Unis.

Notes

1 Sur cet aspect et les autres éléments de cette étude, nous renvoyons à notre thèse, Renaître en Amérique ? Réfugiés et exilés français aux Etats-Unis : l’aventure de la Vigne et de l’Oliver (1815-1865), Université de Nantes, 2007. Voir aussi Blaufarb Rafe, Bonapartists in the Borderlands, Tuscaloosa, The University of Alabama Press, 2005.

2 Smith Winston, Days of Exile, Demopolis, Marengo County Historical Society, 1967, p. 30.

3 Baskin Lilian T., « Helpless without slaves » in The Birmingham News, October 9, 1967.

4 Saugera Éric, « Pour une histoire de la traite négrière française sous le Consulat et l’Empire », Revue française d’Histoire d’Outre Mer, t. LXXVI, 1989, p. 203-229.

5 Daget Serge, La répression de la traite des Noirs au XIXe siècle. L’action des croisières françaises sur les côtes occidentales de l’Afrique (1817-1850), Paris, Karthala, 1997, 625 p.

6 Farrow Anne, Lang Joel, Frank Jenifer, How the North promoted, prolonged, and profited from Slavery Complicity, Ballantine Books, New York, 269 p.

7 Negro population, 1790-1815. Department of Commerce, Bureau of the Census, Washington, 1918, tab. 2, p. 25, « Negro, white, and other population at each census: 1820. » ; p. 53; tab. 5, Negro population, Census 1820.

8 Wood Gordon, The Radicalism of the American Revolution, cité par Fohlen Claude, Histoire de l’esclavage aux États-Unis, Paris, Perrin, 1998, p. 93.

9 Washington, Jefferson, Madison et Monroe, tous Virginiens et réélus ; Jackson (réélu) et Polk, du Tennessee ; Taylor, de la Louisiane. Cf. Claude Fohlen, op. cit., p. 222.

10 Il s’agit de la Pennsylvania Abolition Society. Cf. FO Claude, chap. 7 : L’abolitionnisme.

11 Archives des Affaires Étrangères (AAE) : CP États-Unis, vol. 78, fol. 152-153 ; DAGET Serge, Le répertoire des expéditions négrières françaises à la traite illégale, Nantes, 1988, p. 190-191, 166, 197-198, 169-170 ; du même, La répression de la traite des Noirs au XIXe siècle, op. cit., p. 207-210.

12 AAE : CP États-Unis, vol. 79, fol. 196, Hyde à Pasquier, Washington, 11 octobre 1821.

13 Ibid., fol. 220, le même au même, 20 octobre 1821.

14 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes (CADN) : consulat de France à Philadelphie, registre 6, fol. 328, s. l., s. d. (1817), Lakanal au comte de Survilliers alias Joseph Bonaparte.

15 Mobile, 1er mai 1830, Lakanal à Geoffroy Saint-Hilaire, cité par Jouin Henry, dans Lakanal en Amérique, d’après sa correspondance inédite (1815-1837), p. 28-30.

16 Papiers privés Lajonie (Gironde), première référence, La Nouvelle-Orléans, 27 avril 1818, lettre 52 ; seconde référence, Aigleville, 2 mars 1819.

17 Ibidem, Philadelphie, janvier 1817, Lajonie à sa famille au château du Soulat, à Juillac (Gironde).

18 Ibid., Demopolis, novembre 1817, Lajonie au Soulat.

19 Ibid., Aigleville, 2 mars 1819, Lajonie au Soulat.

20 Ibid., Aigleville, 22 novembre 1819, Lajonie au Soulat.

21 Ibid., 2 janvier 1821, Lajonie au Soulat.

22 Ibid., 18 septembre 1821, Lajonie au Soulat.

23 Ibid., Aigleville, 1er avril 1820, Lajonie au Soulat.

24 Ibid., Mobile, 16 août 1819, Lajonie au Soulat.

25 Ibid., Aigleville, 1er avril 1819, Lajonie au Soulat.

26 Ibid., 17 décembre 1826, Lajonie au Soulat.

27 Ibid., Philadelphie, janvier 1817, Lajonie au Soulat.

28 Ibid., Demopolis, 19 janvier 1818, Lajonie au Soulat.

29 Ibid., La Nouvelle-Orléans, mai 1818, Lajonie au Soulat.

30 Gehman Mary, The Free People of Color of New Orleans, New Orleans, 1994, p. 49.

31 L’Ami des Lois et Journal du Soir, 4 octobre 1817 : « ventes à l’encan ».

32 Papiers Lajonie, Lajonie au château du Soulat, La Nouvelle-Orléans, 15 juillet 1817.

33 Ibid., La Nouvelle-Orléans, 1er septembre 1817, Lajonie au Soulat.

34 Ibid., Demopolis, 10 janvier 1818, Lajonie au Soulat.

35 Ibid., Mobile, 7 avril 1818, Lajonie au Soulat.

36 Ibid., La Nouvelle-Orléans, 27 avril 1818, Lajonie au Soulat.

37 Ibid., La Nouvelle-Orléans, mai 1818, Lajonie au Soulat.

38 Cunz Dieter, The Maryland Germans: A History, Princeton University Press, 1948 FURER Howard B., The Germans in America 1607-1970, Dobbs Ferry, Oceana Publications, Inc., 1973.

39 AAE : consulat de France à Philadelphie, 19 août 1817, rapport de Pétry, fol. 144.

40 Papiers Lajonie, Aigleville, 12 février 1818, Lajonie au Soulat.

41 CADN : consulat de France à New York, série B, no 122, Angelucci, consul de Baltimore, au consul général de Philadelphie, Baltimore 10 octobre 1818 ; voir aussi la lettre du 30 oct. 1818.

42 Papiers Lajonie, plantation de Sainte-Hélène, Greene County, 18 septembre 1821.

43 American Philosophical Society (APS) : Victoire Georges à Stephen Girard, Demopolis, 8 févr. 1820 ; cf. aussi 18 février 1820.

44 Cité par Fohlen Claude, Histoire de l’esclavage aux États-Unis, p. 141.

45 Papiers Lajonie, La Nouvelle-Orléans, 27 avril 1818 ; citation suivante, 6 mai 1818.

46 APS : Girard papers, Tombigbee, 20 septembre 1821, général Henri Lallemand jeune à Stephen Girard.

47 Ibid., Cap Vincent, bords du fleuve Saint-Laurent, 18 novembre 1821, le même au même.

48 Papiers Lajonie, Mobile, 29 août 1819, Lajonie au château du Soulat.

49 Ibid., Aigleville, 2 janvier 1821, Lajonie au château du Soulat.

50 Ibid., Sainte-Hélène, Greene County, 13 juin 1822, Lajonie au château du Soulat.

51 Ibid., 20 décembre 1823.

52 CADN : consulat de France à La Nouvelle-Orléans, série D, carton 45, dossier 33, Mandeville, paroisse St. Tammany (La.), 29 février 1870, Louis Coquillon, au consul de France à La Nouvelle-Orléans.

Auteur

Docteur en histoire de l’Université de Nantes, enseignant dans le secondaire. Vient de passer plusieurs années en Alabama sur les traces des officiers napoléoniens émigrés après Waterloo. Sa thèse sera publiée aux États-Unis et en France début 2009 sous le titre Renaître en Amérique.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540