Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'esclave et les plantations

 | 
Philippe Hroděj

Deuxième partie. Le long chemin de l'abolition : le doute, la crainte et la nécessité

Le journal du rancheador Francisco Estévez, chasseur d’esclaves à Cuba de 1837 à 1842

Anne-Marie Brenot

Texte intégral

  • 1 Traduction : « Le plus noir de l’esclavage n’est pas le nègre. »
  • 2 José de la Luz y Caballero commença des études au couvent de San Francisco à La Havane où il fut r (...)

Lo más negro de la esclavitud no es el negro1
José de la Luz y Caballero (1800-1862)2

  • 3 À paraître en 2008, aux éditions Tallandier à Paris, la traduction par nos soins du Diario del ran (...)

1Le Diario de Francisco Estévez, chasseur patenté d’esclaves marrons à Cuba de 1837 à 18423, raconte la traque menée cinq années durant par un capitaine chargé des battues contre les esclaves marrons de l’île, comme en témoigne le titre porté sur la page de garde du cahier manuscrit : Diario oficial de las batidas dadas en los montes del Cuzco, Vuelta Abajo, por don Francisco Estévez, Capitán de la partida perseguidora de negros cimarrones nombrada por este objeto, por disposición de la Junta de Fomento y Consulado de la Habana en 5 de enero de 1837

2Villaverde Cirilo, Diario del rancheador. Editorial Letras Cubanas, La Habana, Cuba, 1982, p. 25. Introduction de Roberto Friol.

  • 4 Selon le recensement de 1841, la population cubaine atteignait 1 007 233 habitants.
  • 5 Tardieu Jean-Pierre, « Morir o dominar ». En torno al reglamento de esclavos de Cuba (1841-1866). (...)

3À l’époque de Francisco Estévez, l’île de Cuba connaissait une réelle prospérité issue en partie des mesures prises durant l’occupation anglaise de 1763 et de l’arrivée des Blancs de Haïti fuyant les révoltes d’esclaves et les troubles de la fin du XVIIIe siècle. Grâce aux capitaux et au savoir-faire des nouveaux colons, l’île s’orienta définitivement vers les produits d’exportation, canne à sucre, tabac et café. Durant le XIXe siècle, les plantations ne cessèrent de progresser entraînant un accroissement régulier des productions et des exportations. Servie par une augmentation démographique importante, Cuba comptait un peu plus d’un million d’habitants en 18414 et devint l’un des premiers producteurs de sucre de canne. Ce succès avait toutefois son revers car il mettait en avant une double dépendance : la première, à l’égard de la main d’œuvre esclave – environ 436 000 en 18405 – et la seconde, vis-à-vis des importations de produits vivriers et de première nécessité qui n’étaient plus produits sur place. La société cubaine de l’époque était pour sa part travaillée en profondeur par les débats qui opposaient les élites de l’île, les unes restant favorables à l’esclavage qui assurait la prospérité des plantations, les autres prônant ouvertement son abolition. Dans le même temps, certains propriétaires songeaient à améliorer le sort des esclaves afin de rendre le système viable ou encore à recruter une main d’œuvre de substitution, chinoise ou indienne en provenance du Yucatan. Il restait que pour tous, le problème de l’esclavage, de son maintien ou de son abolition, voire de son aménagement, était devenu un problème crucial. Pourtant en 1837, hormis la signature des deux traités en 1817 et en 1835 interdisant la traite en provenance d’Afrique, le sort des esclaves dans l’île était demeuré inchangé. Il fallait donc composer avec la réalité, à savoir un manque de main d’œuvre et le renchérissement du prix des esclaves. Parallèlement, la peur d’une révolte de grande ampleur sur l’île devenait l’obsession des autorités qui ne pouvaient dissimuler le fait que la population noire représentait plus de la moitié de la population totale.

4À la confluence de tous les enjeux, le chasseur d’esclaves avait son rôle à jouer, celui de lutter contre un marronnage grandissant qui privait les plantations des bras nécessaires et surtout d’empêcher les relations entre esclaves et l’organisation de soulèvements. Apparu dès le XVIe siècle où il était nommé par l’alcalde mayor, le rancheador n’était pas un acteur nouveau mais le contexte du XIXe siècle en fit un personnage clé de la répression coloniale. Une lecture attentive du Diario de Francisco Estévez conduit à s’interroger sur son rôle. A-t-il réussi à juguler le marronnage ? À l’éradiquer ? Ou l’a-t-il simplement contenu ? Est-il parvenu à prévenir les révoltes ? En d’autres termes, quel bilan peut-on dresser de ces cinq années de chasse à l’homme ? Telles sont les questions auxquelles cet article tente de répondre.

Le Diario du rancheador Estévez

  • 6 Juez pedáneo de partido ou encore capitán de partido est un fonctionnaire chargé de l’administrati (...)
  • 7 Villaverde Cirilo, op. cit., Advertencia, p. 28.

5Les tribulations du Diario furent nombreuses et méritent d’être présentées. Rédigé dans la première moitié du XIXe siècle, le manuscrit du capitaine Estévez fut remis à un inspecteur de la Junta de Fomento de La Habana, le médecin Lucas Villaverde résidant dans le village San Diego de Núñez. À cette époque, la Junta de Fomento de La Habana avait couramment recours aux services de chasseurs d’esclaves tels que Francisco Estévez, qu’elle recrutait et surveillait de près. Le manuscrit fut retrouvé par Cirilo Villaverde dans les papiers de son père qui n’était autre que Lucas Villaverde, juez pedáneo6 et inspecteur pour le compte de la Junta de Fomento7.

Cirilo Villaverde (1812-1894) et le Diaro del rancheador

  • 8 Né au Venezuela à la fin du XVIIIe siècle, Narciso López s’engagea très tôt dans l’armée espagnole (...)
  • 9 Il est impossible de citer toutes les contributions faites par Cirilo Villaverde dans les nombreus (...)
  • 10 Cirilo Villaverde emprunta divers pseudonymes : Simón Judas de La Paz, Sansueñas et signa égalemen (...)

6Cirilo Villaverde (1812-1894) était un homme de lettres aux idées progressistes dont la célébrité dépassa rapidement les frontières de l’île de Cuba. Né à San Diego de Núñez dans la province occidentale en 1812, il fit de solides études à La Havane dans le collège dirigé par Antonio Vázquez avant de devenir Docteur en droit. Attiré de bonne heure par les Lettres, il abandonna la carrière de juriste et commença dès 1837 à publier ses premiers romans, La cueva de Taganana et La peña blanca. La célébrité arriva avec la publication du premier tome de Cecilia Valdés o La loma del Ángel qui fut saluée comme une œuvre magistrale à la confluence du romantisme et de la peinture de mœurs. Professeur durant un temps au collège Buenavista et plus tard au Real Colegio Cubano à La Havane, C. Villaverde poursuivit son œuvre littéraire tout en s’engageant dans le journalisme de combat. Hostile au statut colonial de Cuba, il fut le rédacteur en chef du journal militant, La Verdad pour lequel il écrivit de nombreux articles révolutionnaires. Son aspiration à secouer le joug espagnol le poussa à se joindre à la conspiration de Trinidad et Cienfuegos, à la suite de quoi il fut emprisonné en 1848 pour ses idées séparatistes. Parvenu à s’évader, il quitta clandestinement l’île pour se réfugier aux États-Unis où il rejoignit la Junta pública promovedora de los intereses políticos de Cuba et devint le secrétaire du président de la Junte, Narciso López8. Encouragé par C. Villaverde, ce dernier tenta de soulever à trois reprises les Cubains contre les autorités coloniales. C. Villaverde poursuivit son œuvre littéraire et journalistique tout en gagnant sa vie comme professeur d’espagnol à Philadelphie et à New York. En 1855, il épousa Emilia Casanova qui partagea non seulement sa vie mais aussi son combat révolutionnaire pour l’indépendance de Cuba. Amnistié en 1858, il put retourner et séjourner épisodiquement dans l’île. Il dirigea un temps l’imprimerie La Antilla et fut rédacteur de la revue littéraire La Habana. Mais en fait, sa vie était aux États-Unis où il retourna pour créer la Sociedad Republicana de Cuba y Puerto Rico et participer à deux revues La América et La Ilustración9. La guerre de Dix ans (1868-1878) à Cuba le vit soutenir à nouveau les efforts des patriotes cubains en lutte pour leur indépendance10. Il mourut le 24 octobre 1894 et selon ses vœux, sa dépouille fut ensevelie au cimetière de La Havane.

Le roman Cecilia Valdés o La loma del Ángel (1882) et le Diario

7En tant que Cubain progressiste, Cirilo Villaverde ne pouvait rester insensible au Diario del rancheador. En effet, le manuscrit en provenance des archives personnelles de son père traitait de sa province natale la Vuelta Abajo et confortait ses positions politiques anti-esclavagistes et anti-coloniales. L’influence du Diario est perceptible dans le roman intitulé Cecilia Valdés qui valut à Cirilo Villaverde sa notoriété littéraire. Publié la première fois en 1839, le roman ne comportait à l’époque aucun sous-titre. Cette première version fut complétée et retravaillée par l’auteur pendant près de quarante ans jusqu’à devenir une des œuvres majeures de la littérature cubaine. La version définitive qui parut en 1882 sous le titre, Cecilia Valdés o La loma del Ángel mettait toujours en scène les amours impossibles d’un jeune Blanc Leonardo avec Cecilia, une mulâtresse d’une grande beauté mais il s’y ajoutait une dénonciation du système esclavagiste des grands domaines sucriers cubains. Des scènes d’un réalisme troublant peignaient les châtiments des esclaves fouettés à mort par le contremaître tandis que le trafic négrier qui enrichissait les propriétaires-négociants s’incarnait magnifiquement dans le sombre personnage de Cándido Gamboa.

  • 11 Costumbrismo : peinture de mœurs.
  • 12 Villaverde Cirilo, Diario del rancheador, voir note p. 59 et dans Cecilia Valdés o La loma del Àng (...)

8Ce roman, à n’en pas douter tenait une place particulière dans le cœur de Cirilo Villaverde puisque les initiales de l’héroïne Cecilia Valdés correspondent à celles de l’auteur et que tous deux ont la même année de naissance, 1812, année marquée par un terrible ouragan et la révolte de Aponte à Cuba. L’oeuvre teintée de « costumbrismo11 » et anti-esclavagiste connut un succès extraordinaire. Elle rappelait L’Esclave Isaura (1875) de Bernardo Guimaraes et connut une audience comparable à La case de l’Oncle Tom de Harriet Beecher-Stowe (1852). Même si C. Villaverde s’en défendait, l’influence du courant anti-esclavagiste nord-américain de l’époque était perceptible de même que l’impact du Diario de Francisco Estévez. Les descriptions de la vie dans les domaines et les sucreries, celles des plantations de caféiers rejoignent les témoignages du rancheador. En outre, la vivacité des dialogues, le parler des Noirs ou encore leurs contacts avec les esclaves marrons, tous ces éléments qui donnent vie au récit s’inspirent directement du Journal de Francisco Estévez. Certains épisodes comme le suicide de l’esclave Pedro José qui en vient à s’étouffer en avalant sa langue se retrouvent dans les deux œuvres12. Mieux encore, le rancheador est présent et nominalement cité dans un chapitre où il est fait mention de son action comme chasseur d’esclaves :

  • 13 Villaverde Cirilo, Cecilia Valdés o La loma del Àngel, Edición Catedra, Madrid, 1992. Tercera part (...)

« ¿Quien le ha capturado? Preguntó el amo con mucha calma./La partía (sic) de Francisco Estévez, nombráa pa (sic) coger negros cimarrones13. » [Qui l’a capturé ? demanda le maître avec beaucoup de calme. La section de D. Francisco Estévez, nommée pour capturer les noirs marrons.]

9La correspondance personnelle de C. Villaverde témoigne également de l’intérêt constant qu’il porta au Diario. Pour autant, la copie du manuscrit commencée en 1843 et plus encore sa publication traînèrent en longueur. Le 31 janvier 1884, il écrivit à son ami Julio Rosas :

  • 14 Lettre du 31 janvier 1884, New York. In Villaverde Cirilo, op. cit., p. 5 et 6.

« Poseo el “diario” (copiado por mi mismo) de un capitán de rancheadores de negros cimarrones, en la Vuelta Abajo. » « Son una serie de oficios redactados por la hija del rancheador… y remitidos a mi padre en San Diego de Núñez, que era miembro delegado de la Junta de Fomento para fomentar e inspeccionar la partida rancheadora14. » [Je possède le Journal (copié par moi-même) d’un capitaine de chasseur de nègres marrons dans la Vuelta Abajo […] c’est une série de rapports rédigés par la fille du chasseur d’esclaves […]. et remis à mon père à San Diego de Nuñez, qui était membre délégué de la Junte de Développement pour former et inspecter la section.]

10Le 20 mars, il ajoutait :

  • 15 Villaverde Cirilo, op. cit., p. 6.

« [...] deseándolo ardientemente, no he tenido tiempo para principiar a poner en limpio el “Diario del Rancheador” de negros cimarrones. Abraza cosa de cinco años y le copié en uno, a fines de 1843. Le copié en letra casi de imprenta a fin de que cupiese en 80 págs manuscritas. Si no contuviese multitud de abreviaciones (sic) sólo inteligibles para mi, se lo remitiría… Mi padre fue uno de los inspectores de la partida que capitaneaba Francisco Estévez15. » [Bien que le désirant ardemment, je n’ai pas eu le temps de commencer à mettre au propre le « Diario del Rancheador » de noirs marrons. Il englobe environ cinq ans et j’en ai fait une copie, à la fin de 1843. Je l’ai copié en lettres d’imprimerie afin qu’il tienne en 80 pages manuscrites. S’il ne contenait pas une multitude d’abréviations intelligibles seulement par moi, je vous le remettrais […]. Mon père fut un des inspecteurs de la section dirigée par Francisco Estévez.]

  • 16 La Habana elegante, ano VI, num. 25, La Habana, 17 de junio de 1888.
  • 17 Roberto Friol indique dans la note 8, p. 11 : Palenques de negros cimarrones por Cirilo Villaverde (...)

11Ainsi la copie de 1843 ne fut finalisée qu’en 1888 et encore ne s’agissait-il que de l’introduction du Journal publiée dans la revue La Habana elegante sous le titre Paisaje cubano16. En 1890, l’introduction figura également dans un recueil intitulé La joven Cuba sous le titre : Palenques de negros cimarrones17 Dans les deux cas, il ne s’agissait que de publications partielles et les choses en restèrent là du vivant de Cirilo Villaverde.

Roberto Friol et le Diario del Rancheador (1982)

  • 18 Nous tirons ces informations du site internet consacré à Roberto Friol (www.cubaliteraria.cu/autor (...)
  • 19 Roberto Friol est l’auteur de Turbión, Tramontana, Tres, Kid Chocolate, Zodiakos. En 1998, il reçu (...)
  • 20 Notons que l’année 1842 est celle de la publication d’un nouveau Reglamento de esclavos de Cuba av (...)

12En 1920, María Eligio de la Puente fit l’acquisition des archives de l’écrivain mais ne trouva que la copie incomplète du Diario. La transcription du Journal dans sa version intégrale ne devait être réalisée que plus tard par Roberto Friol18. Né en 1928 à La Havane, ce poète noir d’origine modeste intégra l’École normale d’instituteurs en 1950 et publia dès 1953, Vida y obra de Martí qui obtint un prix de la direction du Ministère de l’Éducation. À partir de cette date, Roberto Friol ne cessa plus de publier poèmes et essais19. En 1964, il intégra les services de restauration de la Bibliothèque nationale José Martí à La Havane dirigée par María Teresa Freyre. Plus en accord avec ses goûts, ces nouvelles fonctions lui permettaient de mener de front une carrière littéraire de poète et de conférencier. Exhumé dans les années 1960 à la Bibliothèque nationale, le Diario dans sa version intégrale est publié pour la première fois avec une introduction et des notes par R. Friol dans la Revista de la Biblioteca Nacional José Martí. Enfin en 1982, le Diario fit l’objet d’une édition critique qui parut à La Havane sous couvert de l’Editorial Letras Cubanas. L’ouvrage intitulé Diario del Rancheador paraissait alors sous le nom de Cirilo Villaverde avec une introduction circonstanciée de R. Friol, c’est cette édition que nous avons utilisée pour la présente communication20.

Le Diario del rancheador (1837-1842)

  • 21 Villaverde Cirilo, op. cit., p. 137. (Acabado de copiar la noche del 21 de abril de 1843 a las 10 (...)

13Le Journal débute le 5 janvier 1837 et s’achève le 19 mai 184221. Dans sa forme initiale, il s’agissait d’un cahier ou plus exactement d’un registre in folio en usage à l’époque pour la comptabilité commerciale. C. Villaverde indique que le Journal a été dicté par Francisco Estévez à sa fille aînée, le soir venu, au retour des battues.

  • 22 Villaverde Cirilo, op. cit., p. 34.

« No sería completa, la explicación anterior, si olvidásemos decir que el original manuscrito de donde hemos sacado esta copia estaba escrito por mano y puño, cual suele decirse, de la hija mayor del Capitán Estévez, en un libro en folio de los que se usan en el comercio, a medida que él le dictaba, de vuelta en su casa, la gráfica relación de sus terribles batidas contra los negros cimarrones22. » [L’explication antérieure ne serait pas complète, si nous oubliions de dire que le manuscrit original d’où nous avons tiré cette copie était écrite de la main, (littéralement de la main et du poing) comme on a l’habitude de dire, de la fille aînée du Capitaine Estévez, dans un livre in folio comme ceux utilisé dans le commerce, à mesure qu’il lui dictait de retour à la maison sa relation graphique de ses terribles battues contre les nègres marrons.]

14Les notes prises sous la dictée introduisent le regard et l’écriture de l’Autre. De personnel, le Journal devient filial puisqu’il est de la main de la fille aînée du capitaine Estévez. Les interrogations silencieuses du lecteur sont multiples : quelle part la fille aînée tient-elle dans la rédaction ? C. Villaverde fait de Francisco Estévez un être fruste, ce qui laisse supposer une gène dans la rédaction écrite des opérations. La copiste a donc pu intervenir dans la mise en forme. Ni totalement écrit à quatre mains, ni réellement dicté à deux voix, le document procède d’un statut intermédiaire.

Le Diario, support, écriture et transcription

15Écrit hâtivement, le manuscrit comporte de nombreuses abréviations, des locutions proprement cubaines et la mention de lieux-dits relevant de l’usage courant. Lors de la transcription, Roberto Friol opta pour un respect du texte dans son ensemble, mais il renonça pour la clarté aux abréviations ainsi qu’à certaines anomalies orthographiques. Dans le même esprit, les dates furent clairement mises en exergue pour chaque expédition. La transcription complète de R. Friol se démarque donc de celle, partielle, faite par Cirilo Villaverde :

  • 23 Villaverde Cirilo, op. cit. p. 23.

« Excepto en dos o tres vocablos no se han mantenido irregularidades del propio Villaverde ni de su época. […]. En cuanto a la puntuación, el propósito de Villaverde de copiar la relación de Estévez en un limitado número de paginas, lo llevó a utilizar en la copia numerosas abreviaciones y a refundir a veces párrafos […] sin ninguna puntuación entre ellos o con puntuación insuficiente23. » [Excepté pour deux ou trois vocables, on n’a pas maintenu les irrégularités orthographiques de Villaverde lui-même ni celles de l’époque. Quant à la ponctuation, le propos de Villaverde de copier la relation d’Estévez en un nombre limité de pages le poussa à utiliser dans la copie de nombreuses abréviations et à refondre parfois des paragraphes… sans aucune ponctuation entre eux ou avec une ponctuation insuffisante.]

16Il reste enfin à mentionner les marques dessinées dans les marges du manuscrit, croix, œil ou main qui ponctuent certains passages.

Le Diario, genèse d’une écriture

  • 24 D’autres écrits témoignent des conditions de vie des esclaves, voir par exemple : Manzano Juan Fra (...)
  • 25 Raoul Valérie, Le Journal fictif dans le roman français, PUF, Paris, 1999, p. 124 (voir la réflexi (...)

17Le Diario est un carnet professionnel où se trouve consignée l’interminable litanie des battues et des expéditions meurtrières24. Dans tout cela rien de personnel, si ce n’est les plaintes répétées d’un rancheador qui vieillit et que ces sorties exténuent. La période couverte par le Diario est définie et chaque battue est introduite par une référence temporelle. L’écrit relève d’un processus de mémoire volontairement sélectif : la chasse à l’esclave marron. Le Journal témoigne ainsi d’une grande unité : unité de lieu, La Vuelta Abajo, d’action puisque les battues sont l’unique sujet du récit et de temps car il s’agit d’une période courte qui va seulement de 1837 à 1842. Au fil de la lecture, la segmentation chronologique du récit disparaît sous la continuité prégnante des battues successives. Outre la terrible activité à laquelle se livre F. Estévez, les données précédentes contribuent à l’atmosphère oppressante laissée par le Journal. Le lecteur n’a ici aucune échappatoire possible puisque les digressions n’existent pas et que le Diario le laisse seul, face aux tragiques réalités de la chasse à l’homme25. Écrites à la hâte, les battues font l’objet de notes brutales sans aucune recherche de style. Il s’agit d’un rapport en direct et dicté à chaud.

  • 26 Il revient au rancheador 4 pesos par esclave capturé et remis vivant à son propriétaire. Le montan (...)

18Quelle urgence pousse Estévez à écrire dès le soir venu ? Fourbu parfois trempé jusqu’aux os, le rancheador se contraint à tout mettre par écrit avec la plus grande précision : déroulement, lieux, heures, acteurs et prises, tout est consigné. Le Journal révèle ainsi une écriture contrainte qui veut rendre compte au plus vite avant que la mémoire ne fasse défaut. Il se veut une instance de référence qui s’inscrit à l’encontre de la fuite des jours. Toutefois, il reste avant tout un carnet professionnel qui s’ouvre sur la société esclavagiste de son temps. En dehors du capitaine Estévez et de sa fille, d’autres destinataires silencieux mais omniprésents, se glissent entre les lignes, à savoir les juges-inspecteurs de la Junta de Fomento qui ont recruté le rancheador et les hacendados – propriétaires terriens – qui le rémunèrent pour chaque prise26. Administrativement et pénalement, ce sont les jugesinspecteurs de la Junta qui assument le contrôle des battues de la troupe rancheadora. Ces derniers ont tout pouvoir pour convoquer Estévez, lui demander des comptes et le charger ponctuellement de missions particulières. A fortiori, aucune expédition punitive hors du territoire dévolu au rancheador ne pouvait être entreprise sans leur autorisation qui prenait alors la forme d’une habilitation spéciale faisant autorité. Tous les mois, Francisco Estévez devait en outre remettre un rapport concernant les opérations menées ou en cours.

Le Diario et la Junta de Fomento de La Havane

  • 27 Goncalvès Julia, « Los doce primeros anos de la Junta Económica y de Gobierno del Real Consulado d (...)

19La Junta de Fomento avait été créée le 10 avril 1795 lors d’une réunion présidée par le Capitaine général de l’île Luis de las Casas (1793-1796) sous le nom de Junta Económica y de Gobierno del Real Consulado. La création de la Junte prenait place dans un vaste plan de développement en particulier commercial qui datait de 1778. Pour cette raison, l’organisme prit couramment le nom de Real Junta de Fomento, c’est-à-dire chargé du développement de l’île. À Cuba, parler de développement revient à parler de la canne à sucre. La Junte était chargée de rentabiliser les atouts sucriers au double profit de l’oligarchie locale cubaine et de la couronne espagnole27. Elle intervenait partout où les intérêts des planteurs étaient en jeu, notamment dans le commerce négrier qu’elle souhaitait le plus libéral possible de façon à pourvoir les domaines en main d’œuvre et promouvoir la modernisation des installations sucrières.

  • 28 Ibidem., p. 176-177.
  • 29 Portuondo del prado, Fernando, Historia de Cuba. Editorial Pueblo y Educación, La Habana, 2000. Ca (...)

20La Junte recrutait ses membres surtout parmi les grands propriétaires sucriers auxquels s’ajoutaient quelques négociants qui participaient à la traite négrière. Dès l’origine28, les plus grands noms apparurent liés à l’institution et notamment ceux des O’Farril – dont les descendants sont mentionnés dans le Journal d’Estévez – ou encore ceux du marquis de Casa Peñalver. Les douze premières années d’exercice de la Junte reçurent l’aval des capitaines généraux qui se succédèrent et de la Couronne qui se montra satisfaite des services rendus. Les difficultés apparurent au moment où les Anglais prétendirent supprimer la traite négrière et où l’Espagne de Ferdinand VII dut souscrire une première fois à leurs exigences en 1817, puis une seconde fois sous Isabelle II en 183529. Le Journal de Francisco Estévez qui place l’esclave marron au centre des préoccupations de la Junte se fait l’écho d’une situation de plus en plus délicate.

Le Diario et le statut du rancheador

  • 30 Villaverde Cirilo, Diario del rancheador, p. 80. « cuya carta ha sido demostrada a los Sres Insp. (...)
  • 31 Ibidem, p. 112, 31 mars 1840. « Resultó que apenas me presenté en el pueblo que me salieron tres m (...)

21Compte tenu de la position subalterne du rancheador, le Journal a visiblement été conçu comme un justificatif. Écrit à bureau fermé et rédigé dans un style cru, il dresse un bilan précis des embuscades, chiffrant avec exactitude les prises effectuées lors de chaque expédition. La périodicité de l’écriture plaide pour cette hypothèse puisque seules, les battues dûment répertoriées et les captures font l’objet du récit. Le lecteur passe ainsi sans transition d’une expédition à une autre et entre ces sorties, c’est à peine si figurent les courts intermèdes de repos que s’octroie le chasseur d’esclaves. Recruté par la Junte mais dépendant des grands propriétaires dont la bonne foi était sujette à caution, Estévez se savait vulnérable et à la merci d’une dénonciation. De fait, certaines situations étaient délicates en particulier lorsque la battue se soldait par des blessés et pire encore par la mort d’esclaves. Dans ce cas, les propriétaires n’hésitaient pas à mettre en cause le rancheador qui devait se justifier devant les autorités. Il en fut ainsi en mai 1838 où le contremaître du domaine de Manantiales retrouve les restes de trois esclaves morts à la suite d’une précédente sortie du rancheador et où des coups de feu avaient été échangés. Francisco Estévez se hâta de préciser que la lettre relatant l’incident avait été portée en temps utile à la connaissance des inspecteurs30. En ce sens le Diario constitue bien une pièce à conviction susceptible de plaider en faveur du rancheador. Il obéit à la fois aux règles d’autocensure qui régissent le rapport professionnel et au principe de précaution qui permet à l’auteur de se mettre à couvert. La répétition des termes, comprobantes, recibos – justificatifs, reçus – du verbe demostrar – prouver – chaque fois que le capitaine remet un esclave à son propriétaire et qu’il perçoit la prime de capture, ne trompe pas. En dépit de sa prudence, F. Estévez ne pourra pas échapper à une dénonciation de la part d’un propriétaire d’esclaves Pedro Larín, et il sera emprisonné quelques jours en mars 184031. Partant, l’insistance mise à rendre compte des moindres incidents des battues ainsi qu’à leurs justifications préside à l’écriture du Diario.

  • 32 Ibid., p. 19.
  • 33 Citons la conspiration en 1812 de José Antonio de Aponte dans la région de Trinidad et Holguín sou (...)

22Comme on l’aura compris, le manuscrit n’est pas une réflexion philosophique sur l’esclavage dont l’existence n’est pas remise en question. Francisco Estévez n’a rien d’un intellectuel, c’est un homme de main et qui plus est, rompu aux basses œuvres. Il est de ceux qui reçoivent des ordres et les exécute. Aussi le Diario dans sa litanie des départs et des retours de battues ne cesse d’être une « la noria d’infamie32 » dont Estévez lui-même, ne sortira pas indemne. Bien des omissions et des silences pèsent sur le récit et en oblitèrent la valeur. Le lecteur d’aujourd’hui ne trouvera aucune allusion politique, aucune mention de conspirations33 ou de soulèvements d’esclaves, a fortiori aucune indication concernant la conjoncture internationale ou la politique intérieure de l’île. Dans une société coloniale où rumeurs, dénonciations et autoritarisme sont à l’ordre du jour, Francisco Estévez sait se montrer prudent. En l’état, le document est cependant une source de premier ordre pour appréhender sur le vif, dans la sueur et le sang, les réalités du marronnage cubain. Naturellement, il convient de mettre le document en perspective et de l’accompagner d’un appareil critique.

Esclavage et réalités cubaines à l’époque du rancheador

  • 34 Portuondo del prado Fernando, op. cit. cap. XX, p. 343.
  • 35 Madden, Richard Robert, La isla de cuba : sus recuerdos, progresos y perpectivas. Traducción de Sa (...)

23L’île de Cuba est à l’époque du rancheador Estévez tout ce qui reste de l’immense empire des Indes occidentales gouvernées par l’Espagne depuis le XVIe siècle après l’indépendance des grandes vice-royautés de la Nouvelle-Espagne, du Pérou et du Río de la Plata entre 1821 et 1824. L’île peuplée d’environ 1 007 624 habitants selon le recensement de 1841 comprenait 40 % d’esclaves et la population noire était majoritaire puisqu’en regroupant les Noirs libres et les esclaves elle représentait 58 %34 de la population totale. Cette situation inquiétait les Blancs qui comptaient sur la métropole pour assurer leur sécurité en cas d’insurrection générale35. La révolte en 1841 des esclaves qui travaillaient à la construction du palais Aldama dans le centre même de la capitale, raviva la peur de connaître le même sort que Saint-Domingue. Le climat politique s’en ressentit.

  • 36 Successivement Mariano Ricafort (1833), Miguel Tacón Rosique (1834-1838), Joaquín de Ezpeleta (183 (...)
  • 37 Perez Joseph, Cuba dans l’empire espagnol, Copyright clio. fr, mars 2003, p. 2.
  • 38 Sarmiento ramirez Ismael, Cuba entre la opulencia y la pobreza. Aldaba editores, 2004, cap. 1, p.  (...)

24Cuba était gouvernée par un capitaine général qui résidait à La Havane36 dont les pouvoirs économique, politique et militaire passaient pour être exorbitants. Le désordre général de l’administration, la pénurie des fonds publics ainsi que la vénalité des fonctionnaires, gouverneurs, intendants et juges étaient des maux anciens. L’une des fortunes les plus considérables était d’ailleurs celle du surintendant général et réformateur Claudio Martínez de Pinillos, propriétaire de nombreuses sucreries et devenu par la suite comte de Villanueva. La prospérité de Cuba reposait sur l’exportation de trois produits, le tabac, le café et le sucre de canne qui était de loin le secteur plus important. À partir de 1820, l’île de Cuba qui produisait le cinquième du sucre des Antilles accédait au rang des tout premiers producteurs de sucre37. En 1825, on dénombrait 1 000 ingenios à Cuba, en 1845, l’île en comptait 1 442, 735 dans la région occidentale, 404 dans la partie centrale et 303 dans la province orientale. Durant la moitié du XIXe siècle, la province occidentale fournissait 90 % de la production de sucre38. Dans le même temps, les exportations sucrières progressaient rapidement.

La traite négrière, un problème sensible

  • 39 Le prix moyen d’un esclave était de 400 pesos mais dans certains cas les prix pouvaient atteindre (...)

25Pour autant, le sucre restait lié à l’esclavage et la modernisation des sucreries n’empêchait pas l’entrée clandestine durant cette période d’environ 16 000 esclaves justifiée par le fait que les propriétaires estimaient nécessaire la présence minimale de cent esclaves pour assurer la rentabilité d’un domaine. Dans ce contexte, le problème de la traite négrière était une question sensible que la signature des deux traités de 1817 et de 1835 n’avait pas réglée. De toute évidence, l’engagement de la métropole mettait le capitaine général de Cuba dans l’embarras. Comment appliquer sur place un tel traité alors que l’aristocratie sucrière en émoi y voyait la ruine de l’île et en premier lieu la sienne propre ? Mais désobéir ouvertement aux ordres de Madrid était impensable. Toutefois, de l’Espagne à Cuba et du traité à son application, il y avait loin. Malgré les cinquante navires de guerre qui croisaient le long des côtes d’Afrique et dans le golfe du Mexique, les navires négriers en cheville avec les négociants cubains et la marine de l’île parvenaient à tromper l’ennemi. Sur place et au nom du « Bien commun », des « nécessités de l’agriculture » et des « dispositions du gouvernement », les autorités cubaines conseillaient aux officiers de marine d’ignorer les navires négriers et de changer de cap pour ne pas devoir les arraisonner. Par ailleurs, il était entendu que cette tolérance bien comprise rapportait à l’autorité militaire la perception d’un droit por vía de regalo. Il reste que l’étau se resserrait et que les arrivées se faisaient plus problématiques. Partant, les prix des esclaves augmentent, ils se situaient entre 300 et 500 pesos par tête dans les années 1830 ce qui équivalait aux prix pratiqués dans la lointaine vice-royauté du Pérou à la fin du XVIIIe siècle39. Dans ce contexte, Francisco Estévez et les autres rancheadores avaient leur rôle à jouer.

Le marché sucrier

  • 40 Voir à Trinidad le palais Brunet. La famille était originaire de Cadix et s’était installée à Trin (...)
  • 41 Tardieu Jean-Pierre, op. cit., Primera parte, cap. 1, p. 34-41. Les autorités cubaines parvinrent (...)

26Les problèmes de l’île ne se résumaient pas à l’abolition de la traite mais portaient également sur l’avenir du sucre de canne comme principal produit d’exportation. Cuba, au XIXe siècle se situait parmi les principaux producteurs sucriers du Nouveau Continent mais la concurrence était rude, le Brésil, la Louisiane et la Colombie ayant augmenté leurs productions. Écouler le sucre dont la production croissait d’année en année devenait un problème. En 1840, le prix du sucre de canne baissa et des faillites eurent lieu tant à aux États-Unis qu’à Cuba40. Les plus lucides parmi les Cubains s’en inquiétèrent : ne fallait-il pas diversifier les produits d’exportation en cultivant l’indigo, le vers à soie, le coton ou encore le riz ? La culture de la canne était-elle absolument liée au système de l’esclavage ? Au bout du compte cette main d’œuvre était-elle si rentable ? En bref, il s’agissait déjà d’une remise en question des fondements de l’économie cubaine. Avec la venue dans l’île en 1840 du nouveau consul anglais, David Turnbull, connu pour ses idées favorables à l’émancipation des Noirs, les tensions s’accrurent. Le nouveau consul mécontenta non seulement la Junta de Fomento mais également le capitaine général J. Valdés en dénonçant les débarquements clandestins d’esclaves et en préparant un nouveau traité plus strict encore que les précédents41. Le débat changea alors de nature et l’île se divisa entre les esclavagistes et à terme, les abolitionnistes, ces derniers mettant en avant les vices d’un système qui interdisait la petite propriété, n’instituait aucune incitation salariale et accentuait le déséquilibre démographique entre Blancs et Noirs. Il va sans dire que sur ces débats se greffait la mise en cause de la domination espagnole en faisant de l’esclavage, non pas une institution hispano-cubaine mais une institution espagnole. Être antiesclavagiste, c’était une manière d’être patriote et réformiste. Convoitises anglaises, pressions nord-américaines en vue d’acheter Cuba, crise sucrière due à l’effondrement passager des cours, abolition de la traite, tout semblait se liguer contre les autorités espagnoles en ce milieu du XIXe siècle.

Le rancheador Francisco Estévez en action

27En reprenant le projet de Cirilo Villaverde, Roberto Friol choisit de changer le titre du manuscrit et opta pour : Diario del rancheador. En l’occurrence, il s’agissait d’une mise en exergue d’un terme peu connu du public, celui de rancheador. Devant ce choix délibéré, il convient d’élucider le terme et de le replacer dans la lexicologie en usage à Cuba au milieu du XIXe siècle.

Le rancheador et la lexicographie cubaine

  • 42 Ortiz Fernando, « los negros esclavos », in Revista Bimestre Cubana, La Habana, 1916, p. 356.
  • 43 Dorigny Marcel, Gainot Bernard, Atlas des esclavages. Traites, sociétés coloniales, abolitions de (...)
  • 44 Laviña Javier, « Las visiones de los esclavos », in Cuba de colonia a república, Martín Rodrigo y (...)
  • 45 Villaverde Cirilo, Diario…, note 16, p. 17.

28Rancheador, ranchador ou arranchador sont trois vocables issus du même verbe ranchear dont les significations sont multiples. Il peut vouloir dire : camper, piller ou encore chasser des animaux sauvages en les pistant. De substantif, le terme peut se décliner en adjectif ainsi le Journal mentionne la troupe arranchadora pour évoquer la section armée qui pratique l’affût et la traque des esclaves. Quant au substantif rancheador, il fit très tôt son apparition puisque Fernando Ortiz le signale en 1528 pour parler des chasseurs qui capturaient les indiens fugitifs42, Taïnos et Arawak qui furent décimés par la suite. Les termes de rancheador et de cimarronada appliqués à la chasse aux esclaves indiens fugitifs ne disparurent pas pour autant mais s’appliquèrent dorénavant aux esclaves noirs. Le mot cimarrón désignant un esclave fugitif provenait des Antilles et plus précisément d’un mot arawak signifiant animal domestique échappé et retourné à l’état sauvage43. Partant, il opérait un rapprochement détonant entre l’esclave et l’animal. L’animalité de l’esclave fut à l’époque une idée récurrente derrière laquelle s’abritaient les propriétaires pour vanter le caractère « civilisateur » du travail et de l’évangélisation44. Une autre étymologie, en usage dans les Antilles, reliait le cimarrón à celui qui vit sur les cimes, c’est-à-dire en rupture de ban. Au cours des ans, la lexicologie se diversifia. C’est ainsi que le verbe ranchear s’enrichit d’un autre usage tel que buscar la ranchería, c’est-à-dire localiser les ranchos ou campements dans lesquels vivaient les marrons fugitifs de longue date pour les incendier et les détruire45. Le titre du Journal, Diario del rancheador, n’est donc pas neutre. Il plonge d’emblée le lecteur dans le monde de la chasse à l’homme.

Le rancheador Francisco Estévez

  • 46 L’alcalde mayor correspond au terme de corregidor qui était employé dans d’autres territoires du te (...)
  • 47 Humboldt A. de, op. cit., cap. VII, p. 211, note 2.
  • 48 Franco Luciano José, « Cuatro siglos de lucha por la libertad : los palenques », in Revista de la (...)

29Jusqu’en 1790, le droit de capturer les Noirs fugitifs était réservé à l’alcalde mayor46 de la province, charge transmise héréditairement dans la famille du comte de Barreto47. À la suite de la création de la Junta de Fomento, apparurent des rancheadores dûment recrutés et dont certains sont passés à l’histoire comme les terribles Riverones, père et fils, Domingo Armona48 ou encore Francisco Estévez qui, à l’époque, n’était pas un inconnu.

  • 49 Juez pedáneo : administrateur civil dans une juridiction appelée partido.
  • 50 Villaverde Cirilo, op. cit., p. 28.
  • 51 Lucas Villaverde, père de Cirilo Villaverde, possédait également des esclaves. Le Diario de Franci (...)
  • 52 Le Consulat est une association de marchands et un tribunal de commerce. Il en avait existé un à S (...)

30Estévez résidait en effet dans les monts de San Blas où il possédait des caféiers travaillés par quelques esclaves en sa possession. La région, âpre et montagneuse, faisait partie de la juridiction de San Diego de Núñez où Lucas Villaverde, médecin de formation, occupait les postes de juez pedáneo49 et d’inspecteur à la Junta de Fomento conjointement avec deux de ses collègues, Antonio Costa et Máximo Arozarena50. Ce dernier, propriétaire d’une sucrerie et d’une plantation de caféiers, était également administrateur civil à Bahía-Honda. Il s’agit là de personnalités appartenant aux élites locales d’une même province. Chacun des acteurs se caractérisait par une forte assise terrienne et une participation à l’économie de plantation ; tous ou presque étaient propriétaires d’esclaves51 impliqués dans les cultures d’exportation, café et canne à sucre. Médecin ou administrateurs, ils avaient suivi des études supérieures et n’hésitaient pas à s’investir dans la vie administrative locale. Peu nombreuses au niveau de la province, ces élites se connaissaient et entretenaient des liens de sociabilité étroits. La vie dans l’île étant un petit monde, les mêmes acteurs se côtoyaient dans les diverses instances municipales, provinciales ou encore auprès de la Junte. C’étaient également les mêmes acteurs qui se préoccupaient de la vente des produits coloniaux et de la bonne conduite des affaires dans l’île dont le Consulat puis la Junte eurent la charge52.

31La Real Junta de Fomento tout comme le Consulado del comercio étaient des institutions qui rassemblaient des hommes aux intérêts communs, mercantiles et économiques et dont les familles se connaissaient de longue date. Aussi ne doit-on pas s’étonner du choix des deux inspecteurs, Lucas Villaverde et Máximo Arozarena qui nommèrent comme rancheador un homme de la région et connu d’eux. Voici ce qu’en dit C. Villaverde :

  • 53 Villaverde Cirilo, op. cit., p. 28.

« Conocía este [Lucas Villaverde] personalmente a Estévez, sabía que era valiente, activo y práctico en los montes de la jurisdicción53. » [Celui-ci connaissait (il s’agit de Lucas Villaverde) personnellement Estévez, il savait qu’il était courageux, actif et expérimenté dans la connaissance des monts de la juridiction.]

32Plus intéressant, il souligne la communauté d’intérêts qui liaient ces hommes en tant que propriétaires terriens esclavagistes :

  • 54 Ibidem, p. 28.

« Y, sobre todo, que se hallaba en el número de los agraviados, no ya sólo por la fuga de dos o tres de sus mismos esclavos, a quienes se decía daba cruel trato, sino también por los robos de plátanos y de cerdos que junto con casi todos sus vecinos se venía sufriendo a manos de las osadas cuadrillas de cimarrones54. » [Et surtout, qu’il se trouvait dans le nombre des lésés, non seulement par la fuite de deux ou trois de ses propres esclaves, à qui on disait qu’il infligeait un traitement cruel, mais aussi en raison des vols de bananes et de porcs dont il souffrait avec presque tous les habitants de par l’audace des bandes de marrons.]

  • 55 Guajiro est un terme typiquement cubain qui s’applique au paysan qui cultive et récolte la canne à (...)

33Lésé par les vols continuels des marrons, frappé par la perte de ses propres esclaves, Francisco Estévez était l’homme de la situation. Les inspecteurs ne s’y étaient pas trompés en misant sur la concordance de leurs intérêts respectifs. Pour autant, Estévez est traité avec commisération comme le prouvent les termes de paysan55 ou de « semi-civilisé » employés à son égard. Promu aux basses œuvres, il apparaît comme l’homme de main des élites locales et même de son temps, le rancheador fut socialement méprisé. Ainsi se dessinent les contours des réseaux de pouvoir en place dont le Diario met en évidence les pratiques et les limites.

Le rancheador et son terrain de chasse

  • 56 Villaverde Cirilo, Cecilia Valdés o La loma del Àngel, Edición de Jean de Lamore, Catedra, Letras (...)
  • 57 Humboldt A. de, op. cit., cap. II, p. 65. On trouvera les termes de département ou gouvernement em (...)
  • 58 La superficie actuelle de la province de Pinar del Río est de 10,879 km².
  • 59 Villaverde Cirilo, Diario,. Advertencia, p. 30.
  • 60 Villaverde Cirilo, Cecilia Valdés… op. cit., tercera part, cap. 3, p. 421. Le rôle des paysages da (...)
  • 61 La Vuelta Abajo fournit le meilleur tabac du monde. D’après les Cubains, la composition du sol ass (...)

34La Vuelta Abajo comprend la partie occidentale de l’île de Cuba qui jouxte La Havane pour s’étendre à l’ouest jusqu’au cap San Antonio. Appelée Vuelta Abajo ou encore Vueltabajo, elle s’oppose à la partie orientale de l’île56 dite Vueltarriba. Officiellement et depuis 1827, l’organisation politico-militaire de l’île comprenait trois départements, oriental, central et occidental, organisation qui se maintint jusqu’en 1850 pour en revenir ensuite à l’ancienne division en deux départements placées sous l’autorité du capitaine général57. La Vuelta Abajo correspond aujourd’hui à la province de Pinar del Río qui est la troisième province de Cuba par sa superficie58. Il s’agit d’une région montagneuse articulée autour d’une chaîne centrale, la cordillera de Guaniguanico qui en constitue l’épine dorsale. Au Nord, se trouve une succession de collines pelées qui courent le long de la côte. Ce sont les monts Guajaibon, Guacamayas, Buenavista, les sierras de Linares de Rangel et de Rosario. Au sud, s’étendent des sierras âpres formant un labyrinthe parcouru de torrents entrecoupés de cascades ou encore de petits cours d’eau qui finissent en marécages. Les zones humides et insalubres sont celles de Mariel, Cabañas et de Bahía Honda. Par endroit, la montagne se dresse à pic telle une muraille dominant une zone de plaine couverte d’une épaisse forêt tropicale se découpant sur les eaux agitées du golfe59. L’ensemble en dépit des accidents du relief constitue une vaste rampe qui descend à l’ouest vers la mer60. Ainsi décrite, la province avec ses champs de cannes à sucre, ses installations sucrières, ses plantations de caféiers et surtout sa production de tabac d’excellente qualité était une région riche61.

  • 62 Ibid., Advertencia, p. 31

35Pour le rancheador en revanche, les réalités de terrain étaient dissuasives. Outre la fragmentation du relief en une multitude de monts et de gorges, la province au climat tropical vit au rythme de l’alternance d’une saison sèche qui va d’octobre à mars et d’une saison pluvieuse qui commence en avril. Cette dernière dure environ six mois et il ne se passe guère de jour sans averses diluviennes. C’est alors que l’eau jaillit en trombe et inonde tout : elle transforme les chemins de terre en torrents boueux et les ruisseaux en cours d’eau dévastateurs qui dévalent les pentes et bloquent tous les accès. Dans le même temps, l’obscurité s’abat sur les vallées et les gorges tandis qu’un brouillard humide s’élève au-dessus des arbres. À l’époque de Francisco Estévez, aucune route ne sillonne l’intérieur de la province. Les pistes étroites et pierreuses ne valent que pour le voyageur à pied ou au mieux à cheval62 et aucun attelage ne peut les emprunter. La végétation est souvent touffue et les fonds des vallées ainsi que les pentes montagneuses sont recouvertes d’une forêt tropicale. Les mangroves côtières sont pires encore, s’agissant d’une multitude d’épiphytes, de lianes et de palétuviers aux racines aériennes émergeant des zones amphibies ; y pénétrer était une gageure, la sillonner et tendre des embuscades, un véritable défi. C’est là que se réfugiaient les esclaves marrons. Tandis que la tempête faisait rage et mettait en péril le voyageur, elle favorisait l’esclave en rupture de ban. Il savait que les pluies diluviennes allaient dissiper son odeur, effacer ses traces et désorienter les chiens qui finiraient par abandonner sa piste.

  • 63 Zafra : nom cubain pour la récolte de la canne à sucre.
  • 64 L’expression espagnole utilisée dans ce cas là est : trabajar de sol a sol.

36La période pluvieuse était pour les grands propriétaires le temps des séjours en ville et notamment à La Havane où la vie sociale battait son plein. L’hiver et la saison sèche voyaient le retour des grands propriétaires sur leurs domaines, il s’agissait de surveiller les récoltes et notamment celles de la canne durant l’époque de la zafra63. Les domaines bourdonnaient alors d’activité, les travaux de la coupe mobilisaient toute la main-d’œuvre disponible. Majordomes et contremaîtres en tête encadraient la masse des esclaves qui, de l’aube à la nuit tombante64, travaillaient sans répit. L’alternance des deux saisons, sèche et humide, rythmait ainsi l’année civile, les travaux agricoles et la vie sociale des grands propriétaires. Pour le rancheador, la mission n’était pas aisée. Il se plaint avec amertume de toutes les difficultés rencontrées lors des battues : aspérités du terrain, pluies diluviennes, mangroves sans compter l’audace des fugitifs et l’hostilité de certains Blancs. Inlassablement réitérées, ces plaintes constituent l’argumentaire défensif que l’auteur du Diario ne cessa de mettre avant.

Le rancheador et sa patrouille

  • 65 Ibidem, cap. X, p. 75. « Estos hombres no tienen sueldos y sí grandes atribuciones : por manera qu (...)

37La zone d’intervention du rancheador Francisco Estévez regroupait plusieurs partidos. Il s’agit des partidos de Santa Cruz de los Pinos, de las Pozas, de San Diego de Núñez y Cabañas et de celui de los Palacios. À la tête de chaque partido se trouve en principe un fonctionnaire local appelé Juez pedáneo, c’est-à-dire un administrateur civil aux attributions larges en matière de police, de justice et de maintien de la paix publique. Ces fonctionnaires ne recevaient officiellement aucune rémunération de la part de l’État. Nommés par le capitaine général sur la base du clientélisme ambiant, ils étaient environ deux cent cinquante pour toute l’île65. C’est sur proposition de la Junte et sous le contrôle de ces administrateurs civils – notamment de Lucas Villaverde – que Francisco Estévez opéra dans la région. Appelée partida arranchadera, la section armée dirigée par Estévez était la cellule opérationnelle de toute action répressive à l’encontre des esclaves fugitifs. Difficile à constituer et plus encore à stabiliser compte tenu du grand nombre d’expéditions, la patrouille fait l’objet de toutes les attentions du rancheador.

  • 66 Villaverde Cirilo, Diario…, op. cit., p. 53. Ibidem, p. 52-53.
  • 67 À l’encontre du rancheador peint dans les années 1854 à Cuba par le peintre Víctor Patricio Landal (...)

38En tant que capitaine, Estévez a toute liberté pour choisir ses hommes et les recruter à sa convenance. La patrouille regroupait au minimum six hommes, sept en comptant le rancheador. Il s’agissait d’hommes entraînés, bons tireurs et connaissant parfaitement le terrain. Dans ce genre d’opérations, le mieux était en effet d’opérer par surprise en tombant sur les fugitifs sans crier gare. La résistance n’avait pas le temps de s’organiser et la fuite des esclaves se trouvait compromise. Pour ce faire, la patrouille devait donc être mobile et agir dans la discrétion. Réduire les bagages, partir de nuit, multiplier les heures d’affût, se déplacer silencieusement, tels étaient les impératifs de rigueur. Ce qui était possible pour une petite troupe habituée à quadriller le terrain, eut été impossible dans le cas d’une milice plus nombreuse. L’effectif minimal de sept hommes correspondait aux opérations de faible envergure. Pour les expéditions importantes, les effectifs étaient renforcés par l’arrivée d’un lieutenant et de deux hommes de troupe qui se mettaient sous les ordres du capitaine rancheador. Dans ce cas, la patrouille regroupait neuf ou dix hommes. Il arrivait enfin, qu’en prévision d’un coup de filet important, les inspecteurs fissent agir simultanément deux ou trois sections armées provenant de plusieurs partidos. C’est ce qui arriva le 31 mai 1837, où après avoir inspecté les rives du fleuve Santiago au nord-est, Estévez se rendit à une réunion présidée par Lucas Villaverde, Máximo Arozarena et Diego de Rebollar66. Là, il fut convenu qu’il joindrait ses forces à celles d’un autre rancheador, José Pérez pour inspecter une zone sensible située entre Torres, Lombillo et la Soledad. La battue commune eut lieu au début de juin 1837 et réunit une vingtaine d’hommes armés avec leurs chiens67.

Le rancheador et ses guides

  • 68 Ibid., p. 101-102.
  • 69 Ibid., p. 89.
  • 70 Il n’est pas rare que la troupe du rancheador doive affronter des bandes de Noirs fugitifs d’une c (...)
  • 71 Ibid., p. 89.
  • 72 Ibid., p. 85. À cette occasion, le lecteur apprend que le salaire du lieutenant est de 30 pesos.
  • 73 Ibid., p. 53.

39En plus des hommes de sa section, Estévez sollicite presque toujours les services d’un guide qui porte le nom de práctico, littéralement « homme expérimenté ». Pour autant il n’agit pas seul et fait appel à la collaboration de bergers ou de chasseurs quand ceux-ci ont repéré des traces68. Personnage clé, le guide assure la sécurité des hommes. Sans lui, la patrouille court le risque de s’égarer69 ou d’être surprise par une bande de fugitifs armés70. Toutefois un guide n’est opérationnel que pour une zone restreinte, une vallée ou une sierra précise d’où le souci permanent du rancheador de s’attacher les services d’un guide local. À chaque battue, son guide, qu’il faut convaincre, enrôler et payer. Peu loquace à ce sujet, Estévez lâche tout de même un nom, celui de Joaquín García dont il utilise les services dans la région de Limones, le 17 novembre 183871. Au-delà du silence de F. Estévez qui n’est pas de nature diserte, notons que les risques encourus par les guides étaient certains si jamais les marrons parvenaient à les identifier. Par définition instable, la section était à constituer à chaque sortie en fonction de la battue et des renseignements obtenus. Dans ce cadre, Estévez ne pouvait opérer qu’au coup par coup en s’assurant ponctuellement la collaboration de ses équipiers. Blessures, piqûres d’insectes, accidents, jambes cassées, chevilles tordues, et maladies, dysenterie, fièvre, étaient monnaie courante. À charge pour Estévez de prévoir des intérimaires qui remplaçaient les malades72 ou le guide indisponible. Abandons, maladies et désertions rendaient ainsi la tâche du rancheador particulièrement difficile73.

La patrouille rancheadora et ses chiens

  • 74 À l’époque de la conquête notamment du Mexique, des mâtins furent dressés pour dévorer les cacique (...)
  • 75 Ibid., p. 56.
  • 76 Ibid., p. 70-71.
  • 77 Carpentier Alejo, El reino de este mundo in Dos novelas, publicado en Caracas, 1955. Dans cette no (...)
  • 78 Ibid., p. 78.
  • 79 Ibid., p. 100.

40La section disposait en outre d’une meute laquelle résultait de la mise en commun des animaux appartenant aux hommes de la patrouille. Le rôle de la meute est capital, sans chiens, la patrouille ne sort pas. Pour autant, le Journal ne contient aucune précision ni sur leur nombre, ni sur leur race. Quoi qu’il en soit et depuis la conquête de l’Amérique, le chien dressé est le pire ennemi de l’Indien et du Noir. Ici, toutefois, le chien ne doit pas dévorer l’esclave mais l’immobiliser74, la finalité de la battue étant de restituer les esclaves à leurs maîtres et non de les tuer. Habituellement les animaux sont attachés, les maîtres-chiens ne les lâchant que lorsqu’ils ont identifié une trace75 ou en cas de poursuite. La meute compte trois sortes de chiens, les chiens de chasse, perros de busca – qui débusquent la trace ou rastro, les chiens courants – perros de alcance76 – et enfin les chiens d’attaque – perros de presa – qui immobilisent les fugitifs. Aucune indication précise n’est donnée quant à la race77, dogues, mâtins, braques ? Pour autant, ces molosses avaient acquis une funeste célébrité tant à Cuba qu’à Haïti ou à la Jamaïque où les propriétaires Blancs les avaient importés. Dressés à identifier une odeur et à suivre une piste, il arrive cependant aux chiens de se perdre, de se blesser ou d’être tués. Certaines battues se soldent par la perte de plusieurs chiens comme c’est le cas le 30 avril 1838 où au terme d’une poursuite terrifiante, deux chiens manquent à l’appel et les autres sont mal en point78. Le 11 mai 1839, neuf chiens sont tués79. La présence des chiens impose l’obligation de les nourrir aussi la troupe doit-elle prévoir en conséquence ou bien se ravitailler sur place. Si l’expédition dure plus que prévu, les chiens affamés ne sont plus d’aucune utilité et il ne reste plus qu’à les rapatrier au plus vite. Ainsi, le 15 juin 1837, les chiens qui n’ont pas mangé depuis plusieurs jours imposent l’arrêt de la battue :

  • 80 Ibid., p. 55.

« Y hallándose los perros enteramente imposibilitados de la necesidad de no haber comido en todo este tiempo, ni haber en estos parajes nada que darles, y ser tan fangoso, que con dificultad puede un hombre cargar comida para un día, determinamos salir a darles de comer y un día o dos de descanso80. » [Et les chiens se trouvant dans l’impossibilité (de continuer) du fait de ne pas avoir mangé durant tout ce temps, et ne pas avoir non plus de quoi leur donner à manger dans ces parages qui sont si boueux qu’un homme peut difficilement porter de la nourriture pour un jour, nous avons décidé de partir pour les nourrir et leur donner un jour ou deux de repos.]

41Inutiles, les chiens le sont aussi lorsque les esclaves se terrent dans les grottes ou lorsque le terrain escarpé ne permet pas à la meute d’opérer.

Le Rancheador, battues et salaires

  • 81 Ibid., p. 55. Il s’agit d’une battue qui a duré du 16 au 23 juin 1837.
  • 82 Ibid., p. 78. Il s’agit d’une battue opérée du 9 mai au 27 mai 1838.
  • 83 Estimations faites sur des cartes modernes et corroborées par les indications données dans le Diar (...)

42La vie de Francisco Estévez se borne donc à une succession des battues. On peut en dénombrer plusieurs par mois, la moyenne étant d’environ quatre battues mensuelles. La plupart sont de courte durée, trois jours, d’autres peuvent prendre toute une semaine81 et certaines peuvent même le mobiliser dix-huit jours durant82. Selon nos calculs, la patrouille parcourt entre 18 et 30 km par expédition83. Si l’on prend en compte la nature du terrain, la pluie, la présence des chiens, le port des bagages et des armes et la nature même des battues, la vie du rancheador est harassante. Francisco Estévez ne se fait pas faute de le dire et de le répéter. Invoquant son âge, il démissionnera le 19 mai 1842.

  • 84 Humboldt A. de, op. cit., cap. VII, p. 211, note 2. Le rancheador reçoit en sus le prix de la nour (...)
  • 85 Estimation faite à partir des données fournies dans le Diario sur la base de 8 esclaves capturés p (...)
  • 86 Estimations effectuées d’après les renseignements fournis dans le Diario. Compte tenu du fait que (...)
  • 87 Villaverde Cirilo, Diario…, op. cit., p. 68. Retard pour constituer la patrouille en raison d’une b (...)
  • 88 Environ 48 pesos.
  • 89 Ibidem, p. 78.

43Entre autres problèmes, il y a celui des salaires. Le rancheador est payé quatre pesos pour chaque esclave capturé et remis sain et sauf à son propriétaire84. L’esclave mort ou blessé gravement ne rapporte rien et en général, il n’est même pas réclamé par le propriétaire. Sur les fonds, le rancheador doit payer ses hommes qui s’équipent à leurs frais. L’achat, le dressage des chiens et leur entretien sont à leur charge. De retour d’une battue meurtrière, le rancheador avoue la perte de deux chiens qui lui avaient coûtés 75 pesos, soit 37,5 pesos chacun. À titre de comparaison, la capture d’un esclave est payée 4 pesos alors que l’achat d’un chien représente la prise de plus de neuf esclaves. Le rapport qui est de 1 à 9 montre la dévalorisation du statut de rancheador dans une société qui était pourtant l’une des plus esclavagistes de son temps. Pour les 520 esclaves capturés en 65 mois de service85, on peut estimer les gains du chasseur d’esclaves à 1 100 pesos auxquels il convient d’ajouter un salaire fixe ce qui donne entre 45 et 50 pesos mensuels86. L’estimation reste aléatoire car F. Estévez ne parvient pas toujours à toucher son dû. Une notation dans le Journal laisse entendre sa difficulté à constituer la section alors qu’il a été obligé de baisser les salaires de ses hommes87. Cinq d’entre eux ont démissionné et trouver des remplaçants n’a pas été chose aisée. Dans les faits, le paiement des esclaves capturés se révèle décevant. Pour un propriétaire qui gratifie Estévez de trois onces d’or88 pour la capture de deux esclaves le 30 avril 183889, nombreux sont ceux qui se dérobent et n’acquittent aucun versement.

Le rancheador en action

44Le Diario peint le rancheador en action. Or seul et réduit à ses propres forces, le capitaine Estévez comme tous les autres rancheadores n’est pas en mesure de capturer les marrons. Le succès des battues passe par la constitution d’un réseau local lui permettant de recruter les membres de sa patrouille et le cas échéant de les remplacer. Plus largement, il lui faut établir des contacts avec d’autres acteurs de la société coloniale afin d’obtenir les informations indispensables. Dans les faits, tout rancheador se trouve au centre d’un réseau d’informateurs.

Le rancheador entre fausses rumeurs et mouchards

  • 90 La rumeur est un vieux mot médiéval qui signifiait à l’origine réputation.
  • 91 Ibid., p. 73.
  • 92 Ibid., p. 85. 22 septembre 1838.
  • 93 Ibid., p. 78. 28 au 28 avril 1838.
  • 94 Ibid., p. 76. 26 mars 1838.
  • 95 Il s’agit des administradores ou mayordomos (régisseurs), des mayorales et contramayorales, contre (...)

45La rumeur90 fait partie de la vie du rancheador. Colportant selon les cas des nouvelles alarmistes, vraies ou fausses, la rumeur est un indicateur de l’état d’esprit de la société coloniale. Il appartient au rancheador d’en vérifier le bien-fondé et parfois à ses dépens. Dans une société esclavagiste, toute rumeur concernant des esclaves en fuite déclenche une peur immédiate. Colportée, la rumeur fondée ou non, enfle au fil des jours causant une panique irrépressible parmi les propriétaires isolés dans l’intérieur de la province. Par la peur qu’elle occasionne, la rumeur est préjudiciable à l’ordre colonial puisqu’elle accrédite l’idée que la sécurité des hommes et des biens n’est plus garantie. L’étude de la rumeur apparaît ainsi indissociable de l’espace et du temps dans laquelle elle se déroule. Dans l’île sucrière, toute information relative aux mouvements suspects d’esclaves est par principe prise au sérieux et vérifiée promptement. Partant, le capitaine de la patrouille est toujours sur la brèche ; le 6 février 1838, Estévez reçoit une lettre lui signalant une révolte dans la fabrique de sucre de La Conchita, il s’y rend aussitôt à marche forcée mais ce n’est qu’une fausse alerte91. Les preuves irréfutables de la présence d’esclaves fugitifs restent les vols opérés de nuit dans les grands domaines. Ils sont promptement dénoncés par les administrateurs vigilants ou inquiets et portés à la connaissance de Francisco Estévez. Il s’agit dans la plupart des cas de vols de nourriture effectués par des fugitifs vétérans pour ravitailler tout un campement avec femmes et enfants. Régimes de bananes, maïs en grains ou sous forme de farine, batterie de cuisine, hardes, animaux vivants, cochons, poules, mais surtout des armes, couteaux, poudre, balles, pierres à feu et machettes figurent parmi les produits les plus prisés92. Retrouvés dans les campements des marrons par les hommes du rancheador, tous font l’objet d’une destruction systématique93. Quant aux armes, elles sont inventoriées, récupérées et exhibées devant les inspecteurs94. Dans ce cadre, les contremaîtres et administrateurs des domaines et des fabriques de sucre de canne, constituent les premiers informateurs95. Lettres, rapports, nouvelles affluent et obligent le rancheador à se tenir prêt à tout moment. Au fil du récit surgissent les noms de certains informateurs tels : Julio Faxil, administrateur de la fabrique sucrière de La Candelaria, de Mauricio Urzainquin pour la fabrique de San Gabriel ou encore Sebastián de Lara pour celle de la Conchita.

  • 96 Ibid., p. 60. 22 août 1837.
  • 97 Littéralement Jean le manchot, l’esclave a dû perdre un bras en passant les cannes à sucre dans le (...)
  • 98 Ibid., p. 81.
  • 99 Ibid., p. 64. 23 septembre 1837.
  • 100 Ibid., p. 89. « interrogué al negro acerca de sus compañeros y declara que no tienen paradero fijo (...)

46Aux administrateurs des domaines s’ajoutent les bouviers, les chasseurs et surtout des informateurs noirs. Esclaves fugitifs repentis à qui F. Estévez a promis la vie sauve ou encore des esclaves cherchant à monnayer leur fidélité, ils sont ainsi quelques-uns à collaborer. Citons pour exemple Vicente, esclave de José B. de Torres96 qui trompa ses compagnons d’infortune en les conviant traîtreusement à manger. Il permit à la patrouille de s’emparer de quatre fugitifs de la bande du fameux Juan Manco97 et deux d’entre eux appartenait à Estévez. Il en coûta 62 pesos 5 au rancheador et le dit Vicente empocha une once d’or pour prix de ses services. On peut encore citer le Noir Canuto98 capturé par Estévez et qui lui servit de guide dans la région de Rangel au début de juillet 1838. Toutefois, les collaborations ne sont pas toutes fructueuses, il s’en faut de beaucoup. D’autres fugitifs promettent bien leur aide affirmant connaître les caches des esclaves en cavale mais les sorties ne donnent rien99. Jouant sur tous les registres, F. Estévez profite de l’état de choc des esclaves qui viennent d’être capturés pour les interroger « à chaud ». Ces derniers, lorsqu’ils consentent à parler, livrent pêle-mêle des informations ponctuelles et souvent de peu d’intérêt compte tenu de la mobilité des fugitifs qui ne séjournaient jamais longtemps dans une même zone100. Au bout du compte, les esclaves informateurs furent rares et le silence fut souvent la règle.

Le rancheador, action et limites

  • 101 Ibid., p. 80. 5 août 1838. Plantation de caféiers appartenant à Laboy.

47Entre fausse rumeur et danger réel, dénonciations fallacieuses et collaborations loyales, la patrouille de Francisco Estévez ne sait pas toujours où donner de la tête. Dans les moments difficiles, le rancheador utilise les services d’un mouchard qui, discrètement pénètre dans les plantations en vue d’espionner tant les allées et venues du propriétaire blanc que les bavardages des esclaves101. On touche ici aux limites de l’action du rancheador et de son réseau d’informateurs. Constitué d’une nébuleuse d’acteurs, grands propriétaires mais aussi petits Blancs, bergers et chasseurs, de Noirs, fugitifs repentis et esclaves des domaines, le réseau du rancheador est protéiforme. Mouvant et perméable à la fois, son réseau témoigne des contradictions et des fractures de la société coloniale.

  • 102 Ibid, p. 80. « […] siendo verifico por muchas pruebas consecutivas y declaraciones de los mismos q (...)
  • 103 Ibid., p. 92.
  • 104 Ibid., p. 80. 5 juillet 1838.

48Dans les faits, aucun acteur n’est totalement fiable même si a priori tous les Blancs participent à la lutte contre le marronnage. La multiplicité des sorties du rancheador, sa connaissance du terrain, les nombreuses enquêtes diligentées par ses soins, ne sont pas du goût de tous. Certains propriétaires vont jusqu’à lui refuser toute collaboration en interdisant l’entrée de sa section dans leurs domaines alors qu’il est de notoriété publique que des fugitifs s’y dissimulent. Acculés par les chiens, les esclaves marrons optent en général pour la dispersion en petits groupes n’hésitant pas à se mêler aux esclaves des plantations de caféiers ou des ingenios102. Les caches sont connues mais le capitaine Estévez ne peut pas opérer sans l’accord des propriétaires. Exaspéré par la mauvaise foi de certains, F. Estévez cite nominalement les domaines qui lui sont interdits d’accès : la sucrerie Duarte, La Encrucijada, San Nicolás, Le Rosario et San José entre San Salvador et Rubí. Parmi les propriétaires réfractaires, Francisco Laboy y Pluma, Lorenzo Cobarrubias et José B. de Torres figurent parmi les opposants les plus opiniâtres. Les administrateurs dûment tancés par les propriétaires opposent en retour une fin de non recevoir à toutes les sollicitations du rancheador. Plus de six demandes adressées à José B. Torres sont restées sans réponse dans le courant du mois de décembre 1838 alors que de fortes présomptions pèsent sur la présence de marrons dans la propriété103. Parfois le jeu est plus subtil, tel celui de l’administrateur de Lorenzo Cobarrubias qui fit semblant d’accéder à la demande du capitaine Estévez et qui, le moment venu, fit savoir que c’était impossible en raison d’un différent avec son maître104. À chaque fois, la rage au ventre, le rancheador est tenu de s’incliner par crainte des calomnies.

Le rancheador et les propriétaires blancs

  • 105 Villaverde Cirilo, Diario, op. cit., p. 98. 7 mars 1839.
  • 106 Ibidem, p. 71. Le terme employé à plusieurs reprises est madrigueras. 10 mars 1838.

49Les exemples précédents attestent de la complexité du fonctionnement du réseau répressif puisque ceux qui ont intérêt à contribuer à son efficacité ne collaboraient pas systématiquement. Le fait est incontestable et va au-delà des quelques exemples cités. La lecture attentive de l’ensemble du Journal montre que les marrons n’auraient pas pu survivre sans l’existence de complicités à l’intérieur même de la société esclavagiste. Concrètement, plantations, fermes d’élevage, sucreries sont autant de sources de ravitaillement, volé, donné ou échangé, de points de rencontre entre esclaves assujettis et fugitifs, enfin de bases de repli ou de camouflage lorsque sévissent les patrouilles rancheras. Un des esclaves capturés en mars 1839 avouait « faire une promenade avec sa bande » dans les fermes environnantes « pour bavarder avec ceux qu’il connaissait105 » quand il avait été surpris par la patrouille. Les faits étaient connus des autorités. F. Estévez n’hésite pas à écrire que les plantations de caféiers sont de véritables repaires pour fugitifs106. La complaisance que cela implique est compréhensible de la part des esclaves travaillant sur les domaines par contre, elle semble inexplicable venant des Blancs. Le constat n’est pas anodin, il induit le fait qu’être Blanc et propriétaire foncier n’implique pas nécessairement une collaboration avec le rancheador.

Une réalité mouvante

  • 107 Ibid., p. 95. 20 décembre 1839.

50C’est à des situations chaotiques et mouvantes que se heurtaient propriétaires et rancheador. Chaque domaine devait composer avec son environnement et les bandes de marrons qui y transitaient. La vie des esclaves en cavale était faite d’une course éperdue de caches en caches, de rencontres inopinées entre bandes et de coups de main audacieux. La mobilité faisait partie intégrante de la stratégie de survie des fugitifs, c’est pourquoi les campements ne constituaient souvent que des abris provisoires et qu’il fallait quitter à la moindre alerte. Leurs déplacements incessants s’effectuaient de nuit avec femmes, enfants et bagages empruntant un ancien réseau de chemins de terre appelés caminos reales107. Dans ces conditions, l’environnement pouvait évoluer d’un jour à l’autre. De zone troublée et dangereuse, une vallée pouvait devenir relativement sûre après le départ d’une bande de marrons (cuadrilla) jusqu’au moment où l’arrivée d’une autre bande remettait tout en question. Les Blancs, administrateurs et propriétaires, devaient donc s’adapter à des réalités changeantes d’où l’existence d’une multitude de stratégies locales. Partant, il incombait à chaque propriétaire d’évaluer sur le terrain les enjeux et d’en gérer les risques.

  • 108 Ibid., p. 95.
  • 109 Ibid., p. 95. 10 janvier 1839 : « capturamos… uno el famoso Mata-perro cimarrón antiquísimo que po (...)
  • 110 Ibid., p. 62. 27 août 1837.

51Certains indices fournis dans le Journal témoignent que telle était bien la réalité vécue. Au fil des pages surgissent les noms des bandes de marrons. Parmi les plus agressives, notons La Madre Melchora108 qui opère en janvier 1839 dans les environs de la sucrerie El Rosario et dont les vols et saccages sont notoires. Dans la même région sévit également le fameux Mata-Perro109, un fugitif de longue date, célèbre pour son astuce et son courage contre les assauts des chiens. Deux ans auparavant en 1837, la route de la patrouille avait croisé celle du redoutable capitaine Juan Manco et de sa troupe de fugitifs, mais les circonstances étant défavorables, Estévez n’avait rien pu entreprendre110.

  • 111 Palenque : vient du mot palo indiquant un endroit entouré d’une palissade. À l’origine, il s’agiss (...)
  • 112 Ibid., p. 68. 5 décembre 1837, partido de Santa Cruz.
  • 113 Ibid., p. 46-47. 20 mars 1837. Ce fut Estévez qui se chargea du bébé, c’était une petite fille. Il (...)
  • 114 Quand les esclaves ne donnent pas le nom de leur maître, soit parce qu’ils l’avaient parce qu’ils (...)

52En termes de dangerosité, deux indicateurs étaient à prendre en compte : la densité des palenques111 et la présence du grand marronnage. C’est pourquoi la découverte de campements faisait toujours l’objet d’une inspection approfondie. Vides ou abandonnées, les cases fournissaient des indices précieux quant au nombre d’esclaves, la durée de leur séjour, et l’état des installations. Par ailleurs, le matériel laissé sur place et notamment les armes, machettes, poignards, lances, armes à feu, sont scrupuleusement inventoriés. Dans la lexicologie coloniale, on distinguait les palenques qui étaient des installations quasi permanentes, socialement organisées et qui regroupaient plusieurs centaines de marrons, des rancherías qui n’étaient que des bivouacs provisoires. Estévez semble faire peu de cas de la distinction, par contre il calcule scrupuleusement le nombre estimé de fugitifs. Certains campements ne regroupaient qu’une dizaine d’hommes mais d’autres atteignent la cinquantaine112 voire la centaine comme celui découvert dans la juridiction de Santa Cruz de los Pinos en mars 1837. Estévez et ses hommes dénombrèrent vingt-deux huttes que les fugitifs avaient abandonnées en laissant de la nourriture en abondance, plus de trente lances, de la poudre, des sacs d’amulettes ainsi qu’un nouveau-né dont ils n’avaient pu se charger113. Le second indicateur était l’existence ou non dans la région d’un grand marronnage. Dans cette optique, Francisco Estévez n’omet jamais de s’enquérir auprès de ses prisonniers de la durée de leur cavale. Lorsqu’un fugitif fait état de plus de trente-sept ans de maquis et que d’autres ont un palmarès d’une vingtaine d’années de vagabondage114, il convient de s’inquiéter.

Enjeux, compromis et gestion des risques

53La collaboration entre propriétaires et rancheador se négociait au coup par coup car Estévez ne pouvait agir dans un domaine qu’avec l’autorisation du propriétaire. Les refus relativement nombreux méritent d’être explicités. Écartons d’emblée un angélisme qui conduirait certains propriétaires à protéger les fugitifs et qui ne nous semble pas de mise, pour tenter d’y voir plus clair. Analysant le jeu des divers acteurs, esclaves assujettis et fugitifs, administrateurs et propriétaires, patrouille et rancheador, nous prenons le parti de présenter ici un scénario plausible expliquant l’attitude des Blancs réfractaires à toute collaboration. Quelques éléments autorisent une réflexion, en premier lieu l’efficacité de la patrouille. Il est possible qu’elle ait été mise en doute car son action se limitait à une intervention ponctuelle dans des régions isolées dont le contrôle échappait traditionnellement aux autorités. Il est possible également que les dangers du marronnage aient été minimisés par certains Blancs. Dans les territoires hispaniques, il était habituel de distinguer le petit marronnage, fuite de quelques jours, du grand marronnage qui conduisait à la rupture de ban définitive. Le premier ne donnait pas vraiment lieu à des sanctions par contre, le second était durement réprimé. Tant que le marronnage était limité et tant qu’il s’agissait de quelques esclaves en cavale, il arrivait aux maîtres de fermer les yeux.

  • 115 Baraquements construits en dur et réservés aux esclaves. Ils étaient fermés à clef par le mayoral (...)

54Dans ces cas, la venue d’une section armée comportait tout compte fait plus d’ennuis que d’avantages : coups de feu, morts d’esclaves, blessés parmi les contremaîtres, saccage du domaine, tout était à craindre. Après quoi, survenait le retrait de la section laissant les Blancs en mauvaise posture et sans appui. Forts de ce constat, certains propriétaires pouvaient trouver plus avantageux de gérer la situation par eux-mêmes. Partant du fait qu’un mauvais compromis valait mieux qu’une fusillade, ils pouvaient opter pour une tolérance de fait. Administrateurs et propriétaires fermaient alors les yeux sur les menus larcins, sur les chapardages de toute nature, sur les rencontres nocturnes des esclaves dans les barracones115 moyennant quoi, ils obtenaient en contre-partie un calme relatif sur leurs domaines. Isolés et en milieu hostile, on peut imaginer qu’ils se souciaient peu de remettre en question un compromis qui avait fait ses preuves, d’où leur refus de toute intrusion du rancheador. La sortie effectuée par Estévez, un certain 27 septembre 1837 est à tous égards révélatrice. Elle eut lieu un dimanche à proximité de la caféière de Pedro Mantilla sur lequel pesaient de fortes présomptions de complaisance à l’égard des esclaves marrons. Estévez relate l’incident en ces termes :

  • 116 Ibid., p., 62.

« […] hasta que vino el joven D. Pedro Mantilla preguntando quiénes eran, a lo que satisfacimos diciéndole que habiamos tenido noticia de que en su barracón solía venir la mayor parte de la cuadrilla de Juan Manco y que trataba de sorprenderlos… se me opuso diciendo que en su casa no paraban cimarrones, ni que sus negros eran capaces de tener concomitancia con ellos ; pero me lo decía en voz tan alta que se impusieron los negros ; le supliqué el silencio y no fue posible conseguirlo, pues creo lo hacía a propósito ;...se retiró y volvió al instante soltándonos los perros y acometiéndonos con una lanza enastada en un palo muy grande de suerte que no pudimos hacer nada, por lo que nos retiramos116. » [Jusqu’à ce que vint le jeune D. Pedro Mantilla en demandant qui nous étions, à quoi nous avons répondu en disant que nous avions eu vent de ce que dans ses baraquements une grande partie de la bande de Juan Manco avait l’habitude d’y venir et que j’essayais de les surprendre. Il s’opposa en disant que dans sa maison il n’y avait pas de marrons et que ses nègres n’avaient pas de contact avec eux ; je lui demandai le silence et il ne fut pas possible de l’obtenir car je crois qu’il le faisait exprès ; […] il se retira et revint l’instant d’après en nous lâchant les chiens et en nous attaquant avec une lance emmanchée sur un très grand bâton de sorte que nous ne pûmes rien faire, ce que voyant nous nous sommes retirés.]

  • 117 Ibid., p., 63.

55Et d’ajouter : « no han sido capturados muchos más negros por algunos dueños de chicas posesiones que son los que se oponen117 ». [Beaucoup plus de nègres n’ont pas été capturés à cause de quelques petits propriétaires qui sont ceux qui s’opposent.

56Le lecteur retiendra la violence d’un conflit qui oppose le rancheador au propriétaire lequel n’hésite pas à prendre une arme et à lâcher ses chiens. La plantation se trouve pourtant dans une zone contrôlée par un capitaine marron redoutable, Juan Manco, dont on a déjà mentionné le nom. Le texte donne à penser que les fugitifs ont rejoint pour une soirée les esclaves du domaine et qu’il y a fort à parier que le maître est au courant. Non seulement il ne sévit pas mais prévient les marrons de la présence du rancheador par ses éclats de voix. Le dimanche, jour chômé tout comme les fêtes religieuses de Noël et de Pâques étaient en effet parmi les dates fréquemment choisies par les esclaves pour leurs festivités clandestines. En apparence, rien ne saurait expliquer l’attitude du maître si ce n’est une claire appréciation du rapport de force existant. La petite taille de la caféière et probablement le nombre réduit de ses esclaves et de son personnel ne permettait pas à Pedro Mantilla de résister dans la durée à la pression des marrons. Au vu de la situation, il a préféré trouver un modus vivendi avec les fugitifs plutôt que de compter sur l’action ponctuelle d’une patrouille de passage.

  • 118 Ibid., p. 72. C’est le cas dans l’hacienda San Isabel y Sabanalamar comme en témoigne le mayoral C (...)

57Toutefois, ce choix met en jeu un équilibre fragile. Le maître restait à la merci du bon vouloir du chef des marrons et de la prolifération ou non de nouveaux palenques. Du jour au lendemain, le banditisme pouvait prendre le pas sur le simple chapardage et les coups de main devenir chaque jour plus audacieux jusqu’à mettre en péril l’économie et la sécurité du domaine. Ce n’était plus le vol d’une poule ou d’un porc mais bien trois bœufs égorgés que l’administrateur découvrait le matin venu118. C’est alors que le spectre du grand marronnage sans idée de retour réapparaissait et pouvait se répandre d’un domaine à l’autre. Dans ce cas, il fallait en revenir aux services du rancheador et de sa section.

  • 119 Ibid., p. 96.

58Prompt à dénoncer le manque de collaboration de certains hacendados, F. Estévez ne manque pas toutefois de souligner l’accueil chaleureux qui lui est réservé par d’autres. Alors qu’il a passé une nuitée au Muelle de Tablas de Cabañas, il sollicite le 19 mars 1839, l’autorisation du comte de la Réunion pour patrouiller sur ses terres. Non seulement l’autorisation lui est donnée de bon gré mais l’accueil est des plus généreux. Le rancheador écrit : « […] no puedo menos que anotar la generosidad del Sr Conde y su administrador pues en estos días nada nos faltó119 ». […] je ne peux faire moins que de mentionner la générosité de M. le comte et de son administrateur car durant toutes ces journées nous ne manquâmes de rien.

  • 120 Ibid., p. 95.

59À la ligne suivante, Estévez ajoutait qu’ils avaient capturé treize esclaves tous appartenant au comte. Il est rare qu’en une seule battue, les captures soient aussi nombreuses, ce qui indique que le domaine était en proie à un marronnage de grande ampleur qui affectait également les installations sucrières de la côte120. Propriétaire et administrateur ne faisaient plus face acculés, ils ne leur restaient d’autre solution que de s’en remettre au rancheador et à sa patrouille. Dans le contexte cubain de l’époque, tous les appels à l’aide sont des cas d’espèce que Francisco Estévez et sa troupe sont appelés à juger, à pondérer parfois et à négocier le plus souvent. Rien n’est acquis, ni l’accord des propriétaires blancs, ni l’appui des inspecteurs de la Junta et partant, rien ne va de soi. C’est dans cette incertitude permanente qu’il convient de situer l’action du chasseur d’esclaves et sa démission.

Conclusion

  • 121 Sur la base de 8 esclaves vivants capturés en moyenne chaque mois. À titre d’exemple et de compara (...)
  • 122 La partie occidentale de l’île comptait 631 760 habitants en 1841, avec 244 023 Blancs soit 38,6 % (...)
  • 123 La section ou partida comptait en général six hommes plus le capitaine F. Estévez. Dans certains c (...)
  • 124 Nous avons évalué l’esclave à un prix moyen de 400 pesos.
  • 125 Lienhard, Martín, Disidentes, rebeldes, insurgentes. Resitencia indígena y negra en América Latina (...)

60Allant de 1837 à 1842, le Diario ne couvre qu’une période courte, il est toutefois révélateur des contradictions générées par la société coloniale et son économie de plantation. En pleine prospérité sucrière et modernisation de ses domaines, l’île restait prisonnière des effets pervers de l’esclavage : faible rentabilité de la main d’œuvre d’une part, et persistance d’un marronnage de grande ampleur, d’autre part. Pour autant, la répression exercée par le rancheador se révèle à l’examen peu efficace. Voyons d’un peu plus près et tentons de faire le bilan de « son tableau de chasse ». De 1837 à 1842, soit en 65 mois, Francisco Estévez capture environ 520 esclaves dans les partidos de la Vuelta Abajo qui relèvent de sa compétence121. Or la région qui regroupait le plus grand nombre de sucreries, était aussi la province dont la population noire était la plus élevée puisqu’elle atteignait 321 274 âmes122. Sachant qu’à l’époque, le marronnage avait tendance à croître, les prises apparaissent dérisoires. Si l’on fait le compte en termes de journées/hommes, c’est pire encore. La section comprenait en effet une moyenne de sept hommes123 qui ont effectué 1457 jours de battues, – environ 280 par an compte tenu de la démission du chasseur dans les premiers mois de l’année 1842 – ce qui établit un investissement en hommes/jours de 10 199. À quoi, il faut ajouter la mort d’une cinquantaine d’esclaves tués au cours des battues, ce qui représente « une perte sèche » d’environ 20 000 pesos124. Dans ces conditions, la « rentabilité » des opérations paraît douteuse. Cette assertion est toutefois à nuancer car l’efficacité du chasseur d’esclaves se situe ailleurs. Elle est à chercher dans l’occupation de l’espace et dans l’action incessante menée sur le terrain. C’est dans la réactivité de la patrouille que se mesure l’efficacité. Sans cesse sur la brèche, allant et venant au gré des appels des propriétaires, la section armée de F. Estévez n’empêche pas la fuite des esclaves mais interdit tout abcès de fixation des marrons dans un endroit donné. La destruction systématique des palenques perturbe les filières d’évasion en prohibant le maintien de campements permanents susceptibles de servir de bases d’accueil, d’attaque ou encore de repli. Estévez contraint ainsi les marrons à une mobilité constante avec pour seuls abris des relais de caches précaires. Certes les incidents sont nombreux : vols, dommages divers, altercations, fuites mais il ne se produit aucun soulèvement d’envergure. Dans les faits, les incidents mineurs sont traités au coup par coup et cette célérité exemplaire bloque toute velléité de propagation125. Bien rôdés, les mécanismes de renseignements, réseaux d’information et instances coloniales, ainsi que les administrateurs civils et la Junte parviennent à désamorcer à temps toute tentative de subversion avant qu’elle ne dégénère. C’est là, le vrai et le seul succès du rancheador dont il n’eut d’ailleurs pas conscience puisqu’il démissionna le 19 mai 1842.

Notes

1 Traduction : « Le plus noir de l’esclavage n’est pas le nègre. »

2 José de la Luz y Caballero commença des études au couvent de San Francisco à La Havane où il fut reçu bachelier en philosophie en 1817 ; il reçut les ordres mineurs puis abandonna la carrière sacerdotale pour entamer des études de droit (1820). Puis, il voyagea en Europe et aux Etats-Unis. De retour à Cuba, il fut le directeur de la Sociedad Económica de La Havane et défendit le consul britannique David Turnbull (abolitionniste) contre le capitaine général Miguel Tacón Rosique (1834-1837). Accusé ensuite d’avoir participé à la conspiration « La Escalera » en 1843, il revint à Cuba pour répondre des accusations portées contre lui. En 1848, il fonda le collège San Salvador et lutta toute sa vie contre l’esclavage et la traite négrière.

3 À paraître en 2008, aux éditions Tallandier à Paris, la traduction par nos soins du Diario del rancheador.

4 Selon le recensement de 1841, la population cubaine atteignait 1 007 233 habitants.

5 Tardieu Jean-Pierre, « Morir o dominar ». En torno al reglamento de esclavos de Cuba (1841-1866). Vervuert-Iberoamericana, 2003, Primera parte, cap. 1, p. 18. L’évaluation précise est de 436 495 esclaves pour 1841, le chiffre en 1927 étant de 286 942.

6 Juez pedáneo de partido ou encore capitán de partido est un fonctionnaire chargé de l’administration civile et de la justice pour les causes mineures dans une circonscription appelée partido. Cuba comptait trois provinces, orientale, centrale et occidentale et chacune était divisée en un certain nombre de partidos. Le chasseur d’esclaves F. Estévez n’intervient que dans quelques partidos seulement de la province occidentale. Après 1850, l’île ne compta plus que deux départements. En matière de finances, Cuba était divisée depuis 1812 en trois intendances et le superintendant général contrôlait l’ensemble de la Real Hacienda de l’île. Voir Humboldt A de, Ensayo político sobre la Isla de Cuba, Fundación Fernando Ortiz, 1998, cap. II, p. 64.

7 Villaverde Cirilo, op. cit., Advertencia, p. 28.

8 Né au Venezuela à la fin du XVIIIe siècle, Narciso López s’engagea très tôt dans l’armée espagnole où il lutta aux côtés des realistas fidèles à l’Espagne contre les libertadores partisans de l’indépendance de son pays. Marié à une cubaine de la haute société de La Havane, il ne rentra à Cuba qu’en 1841 après avoir participé en Espagne, aux guerres carlistes. Devenu brigadier, puis mariscal de campo, il accompagna le capitaine général Jerónimo Valdés lors de sa prise de mandat dans l’île de Cuba. Il occupa alors les postes de gouverneur de Trinidad et de président de la Commission militaire. À partir de 1843, il se brouilla avec le nouveau capitaine général Leopoldo O’Donnell et passa dans l’opposition politique condamnant la domination espagnole sur l’île. Aidé de Cirilo Villaverde et d’un groupe de cubains réfugiés aux États-Unis, il organisa trois expéditions pour envahir Cuba en 1848, 1849, et 1850 qui se soldèrent toutes par des échecs.

9 Il est impossible de citer toutes les contributions faites par Cirilo Villaverde dans les nombreuses revues qu’il anima. En voici quelques-unes : La Habana, Cuba literaria, La Américana, Ilustracion americana, el Espejo, La Familia, el Avisador Hispanoamericano, el Figaro, Revista cubana…

10 Cirilo Villaverde emprunta divers pseudonymes : Simón Judas de La Paz, Sansueñas et signa également avec la première lettre de son nom V.

11 Costumbrismo : peinture de mœurs.

12 Villaverde Cirilo, Diario del rancheador, voir note p. 59 et dans Cecilia Valdés o La loma del Àngel, voir tercera parte, cap. V et VII.

13 Villaverde Cirilo, Cecilia Valdés o La loma del Àngel, Edición Catedra, Madrid, 1992. Tercera parte, cap. V, p. 453. L’espagnol utilisé est celui parlé par un esclave noir. Le nom de Estévez est aussi cité à la p. 455.

14 Lettre du 31 janvier 1884, New York. In Villaverde Cirilo, op. cit., p. 5 et 6.

15 Villaverde Cirilo, op. cit., p. 6.

16 La Habana elegante, ano VI, num. 25, La Habana, 17 de junio de 1888.

17 Roberto Friol indique dans la note 8, p. 11 : Palenques de negros cimarrones por Cirilo Villaverde, « Introducción del diario oficial del rancheador de cimarrones D. Francisco Estévez, en el quinquenio de 1837 a 1842, cafetal Último esfuerzo, lomas de S. Blas, partido de S. Diego de Nunez, San Antonio, 1890 ». Imprenta La Protectora, folleto de La Joven Cuba, « galeria de escritores cubanos ». La revue était dirigée par un ami de C. Villaverde, Julio Rosas, avec qui il entretint une correspondance dont rend compte R. Friol dans son introduction.

18 Nous tirons ces informations du site internet consacré à Roberto Friol (www.cubaliteraria.cu/autor/roberto_friol/crono.html.)

19 Roberto Friol est l’auteur de Turbión, Tramontana, Tres, Kid Chocolate, Zodiakos. En 1998, il reçut le prix national de littérature.

20 Notons que l’année 1842 est celle de la publication d’un nouveau Reglamento de esclavos de Cuba avec une amélioration de leurs conditions de vie en matière d’hygiène, de nourriture, de soins et de vêtements. Ce nouveau Reglamento s’accompagne d’une enquête préalable faite auprès des grands propriétaires terriens. Un complément au Reglamento de 1842 verra le jour en 1844. Voir : Tardieu Jean Pierre, « Morir o dominar ». En torno al reglamento de esclavos de Cuba (1841-1866). Vervuert-Iberomericana, 2003, tercera parte, documentos, p. 200-265.

21 Villaverde Cirilo, op. cit., p. 137. (Acabado de copiar la noche del 21 de abril de 1843 a las 10 y media en punto). Traduction : « Achevé de le copier dans la nuit du 28 avril 1843 à 10 heures et demi. »

22 Villaverde Cirilo, op. cit., p. 34.

23 Villaverde Cirilo, op. cit. p. 23.

24 D’autres écrits témoignent des conditions de vie des esclaves, voir par exemple : Manzano Juan Francisco, Autobiografía del esclavo poeta y otros escritos, Edición, introducción y notas de William Luis, Madrid/Frankfurt, 2007, Iberoamericana/Vervuert, 352 p. (L’esclave poète, lassé par les mauvais traitements reçus finit par rejoindre les nègres marrons.)

25 Raoul Valérie, Le Journal fictif dans le roman français, PUF, Paris, 1999, p. 124 (voir la réflexion menée par l’auteur sur les données temporelles).

26 Il revient au rancheador 4 pesos par esclave capturé et remis vivant à son propriétaire. Le montant perçu par le rancheador sera confirmé dans le nouveau Reglamento de esclavos de 1842 puis dans le Reglamento de cimarrones promulgué par la Junta de Fomento en 1845.

27 Goncalvès Julia, « Los doce primeros anos de la Junta Económica y de Gobierno del Real Consulado de La Habana », in Comercio y poder en América colonial. Los consulados de comerciantes, siglos XVII-XIX, Bernd Hausberger, Antonio Ibarra (éd.), Madrid, Iberoamericana, 2003, p. 171-198.

28 Ibidem., p. 176-177.

29 Portuondo del prado, Fernando, Historia de Cuba. Editorial Pueblo y Educación, La Habana, 2000. Cap. XX, p. 339. Le nouveau traité de 1835 voulait assurer une fois pour toute, la suppression de la traite négrière dans les Antilles espagnoles. La marine anglaise était autorisée à patrouiller dans les Caraïbes et à arrêter les navires suspects. Les négriers appréhendés seraient déférés devant un tribunal mixte anglais-espagnol. Toutefois le traité n’empêcha pas la contrebande négrière de s’exercer mais compliqua la vie politique dans l’île notamment avec la venue en 1840 du nouveau consul britannique, David Turnbull, connu pour ses idées favorables à l’émancipation des Noirs.

30 Villaverde Cirilo, Diario del rancheador, p. 80. « cuya carta ha sido demostrada a los Sres Insp. de la Partida. »

31 Ibidem, p. 112, 31 mars 1840. « Resultó que apenas me presenté en el pueblo que me salieron tres ministros del gobierno con una orden la más bárbara y atroz que ha llegado a mis oídos para que me condujesen a la cárcel pública, » Traduction : « il s’avéra qu’à peine me présentai-je dans le village que je fus accueilli par trois ministres du gouvernement avec un ordre des plus barbares et atroces qui soit arrivé à mes oreilles pour être conduit à la prison publique […] ».

32 Ibid., p. 19.

33 Citons la conspiration en 1812 de José Antonio de Aponte dans la région de Trinidad et Holguín sous le gouvernement de Someruelos. Aponte et ses huit compagnons furent exécutés par les autorités de l’île. De cette conspiration, il reste une expression que l’on retrouve sous la plume de Cirilo Villaverde qui est : Más malo que Aponte ! Traduction : « Plus méchant encore que Aponte ! » De 1825 à 1843, les révoltes d’esclaves se multiplièrent dans les domaines sucriers et caféiers de l’île. La conspiration « La Escalera » qui devait éclater le jour de Noël 1843 est la plus célèbre. Elle doit son nom « Escalera » à l’échelle à laquelle on attachait les prisonniers durant les interrogatoires ponctués de coups de fouet. Le projet de révolte fut éventé par une esclave d’une sucrerie de la région de Matanzas appartenant à Esteban Santa Cruz de Oviedo. Le capitaine général Leopoldo O’Donnell réagit avec la plus grande brutalité et 16 esclaves furent condamnés à mort tandis que les arrestations se multipliaient. O’Donnell profita de l’occasion pour arrêter des mulâtres connus pour leur opposition politique tels : le poète Placido, le dentiste Andrés Dodge, le musicien José Miguel Román qui furent exécutés. L’ex-consul anglais David Turnbull, Socio Corresponsal de la Sociedad Económica fut également inquiété. Bien que défendu par José de la Luz y Caballero, directeur de la Sociedad Económica, il en fut exclu. Postérieure d’un an au Diario de F. Estévez qui s’achève en 1842, cette conspiration qui laissait planer le danger d’un soulèvement général des esclaves, témoigne de la situation tendue qui régnait dans l’île.

34 Portuondo del prado Fernando, op. cit. cap. XX, p. 343.

35 Madden, Richard Robert, La isla de cuba : sus recuerdos, progresos y perpectivas. Traducción de Sarah Méndez Capote, La Habana. Le chiffre avancé par l’auteur est de 400 000 esclaves en 1839. Tardieu Jean-Pierre, op. cit., p. 18. En 1827 le nombre d’esclaves dans l’île était estimé à 286 982 mais en 1841, il était de 436495 ce qui montre une nette progression due à la contrebande négrière qui persistait en dépit des traités conclus avec les Anglais.

36 Successivement Mariano Ricafort (1833), Miguel Tacón Rosique (1834-1838), Joaquín de Ezpeleta (1838-1840), le Prince de Anglona (1840-1841) et Jerónimo Valdés (1841-1843).

37 Perez Joseph, Cuba dans l’empire espagnol, Copyright clio. fr, mars 2003, p. 2.

38 Sarmiento ramirez Ismael, Cuba entre la opulencia y la pobreza. Aldaba editores, 2004, cap. 1, p. 59. L’augmentation de la production sucrière s’accompagne d’une tendance à la baisse du prix du sucre.

39 Le prix moyen d’un esclave était de 400 pesos mais dans certains cas les prix pouvaient atteindre jusqu’à 1 000 pesos. Voir Garcia Rodriguez Mercedes, « La fuerza de trabajo en los ingenios cubanos », in Alharilla y Rodrigo Martin (Éditeur), Cuba : de colonia a república, Biblioteca Nueva, Madrid, 2006, p. 130-131.

40 Voir à Trinidad le palais Brunet. La famille était originaire de Cadix et s’était installée à Trinidad en 1808 où elle possédait plusieurs haciendas ainsi que des installations sucrières ou ingenios dans la région. Richissime, le couple Brunet qui avait eu douze enfants, prêta même de l’argent au roi, ne sollicitant aucun remboursement mais demandant à être anoblis, ce qui leur fut accordé. Ils quittèrent l’île en 1840. Pour complément d’information, citons les autres propriétaires sucriers de Trinidad : les Iznaga, les Borrel et les Becquer. On peut encore visiter dans la région de Trinidad, el valle de los ingenios avec la fameuse hacienda que possédaient les Iznaga depuis la fin du XVIIIe siècle. La sucrerie avait été créée en 1750 et le visiteur peut encore monter au sommet de la tour de 45 m de haut qui permettait de surveiller les travaux des esclaves aux alentours. La voie ferrée serpentant dans la vallée et qui était utilisée lors de la récolte de cannes existe toujours.

41 Tardieu Jean-Pierre, op. cit., Primera parte, cap. 1, p. 34-41. Les autorités cubaines parvinrent en partie à neutraliser l’action de David Turnbull en obtenant sa destitution en 1842.

42 Ortiz Fernando, « los negros esclavos », in Revista Bimestre Cubana, La Habana, 1916, p. 356.

43 Dorigny Marcel, Gainot Bernard, Atlas des esclavages. Traites, sociétés coloniales, abolitions de l’Antiquité à nos jours. Editions autrement, collection Atlas Mémoires, 2006, p. 46.

44 Laviña Javier, « Las visiones de los esclavos », in Cuba de colonia a república, Martín Rodrigo y Alhajilla (éd.), Bibliotheca nueva, Madrid, 2006, p. 95.

45 Villaverde Cirilo, Diario…, note 16, p. 17.

46 L’alcalde mayor correspond au terme de corregidor qui était employé dans d’autres territoires du temps de la colonisation espagnole. Ses fonctions étaient celles d’un gouverneur de province.

47 Humboldt A. de, op. cit., cap. VII, p. 211, note 2.

48 Franco Luciano José, « Cuatro siglos de lucha por la libertad : los palenques », in Revista de la Biblioteca Nacional José Marti, La Habana, año 58, No 1, enero-Marzo de 1967, p. 5-44.

49 Juez pedáneo : administrateur civil dans une juridiction appelée partido.

50 Villaverde Cirilo, op. cit., p. 28.

51 Lucas Villaverde, père de Cirilo Villaverde, possédait également des esclaves. Le Diario de Francisco Estevéz nous apprend que le rancheador parviendra à capturer deux de ses esclaves en fuite et à les remettre à son propriétaire. Voir : Diario del rancheador, op. cit., p. 98, 30 avril 1839.

52 Le Consulat est une association de marchands et un tribunal de commerce. Il en avait existé un à Séville créé en 1539-1543. On en fonda deux autres du temps de la colonisation espagnole : le premier à Mexico en 1592 et le second à Lima en 1613. Leurs compétences étaient essentiellement commerciales. À Cuba cette institution se fondit dans la Real Junta de Fomento dès lors que celle-ci fut instituée.

53 Villaverde Cirilo, op. cit., p. 28.

54 Ibidem, p. 28.

55 Guajiro est un terme typiquement cubain qui s’applique au paysan qui cultive et récolte la canne à sucre.

56 Villaverde Cirilo, Cecilia Valdés o La loma del Àngel, Edición de Jean de Lamore, Catedra, Letras Hispánicas, 1992, tercera parte, cap. 1, p. 391.

57 Humboldt A. de, op. cit., cap. II, p. 65. On trouvera les termes de département ou gouvernement employés indifféremment. Il existait trois divisions, ecclésiastiques, politico-militaires et celles des rentas (les impôts). Trois intendances avaient été créées en 1812 : La Havane, Puerto Príncipe et Santiago de Cuba. Par contre, il n’existait qu’une seule audience dont le siège était à Puerto Príncipe depuis 1797.

58 La superficie actuelle de la province de Pinar del Río est de 10,879 km².

59 Villaverde Cirilo, Diario,. Advertencia, p. 30.

60 Villaverde Cirilo, Cecilia Valdés… op. cit., tercera part, cap. 3, p. 421. Le rôle des paysages dans le roman est important et l’auteur consacre de nombreuses pages à la description de la Vuelta Abajo.

61 La Vuelta Abajo fournit le meilleur tabac du monde. D’après les Cubains, la composition du sol associée à un microclimat qui rabat chaque nuit sur les terres surchauffées l’humidité ambiante en serait la raison.

62 Ibid., Advertencia, p. 31

63 Zafra : nom cubain pour la récolte de la canne à sucre.

64 L’expression espagnole utilisée dans ce cas là est : trabajar de sol a sol.

65 Ibidem, cap. X, p. 75. « Estos hombres no tienen sueldos y sí grandes atribuciones : por manera que es fácil conocer hasta qué punto es este sistema inmoral y absurdo. […]. Hasta qué grado la venalidad será un medio de conservación. » Traduction : « Ces hommes n’ont pas de salaires mais de grandes attributions de sorte qu’il est facile de connaître jusqu’à quel point ce système est immoral et absurde. […], jusqu’à quel point la vénalité sera un moyen de conservation. »

66 Villaverde Cirilo, Diario…, op. cit., p. 53. Ibidem, p. 52-53.

67 À l’encontre du rancheador peint dans les années 1854 à Cuba par le peintre Víctor Patricio Landaluze y Uriarte (1830-1889) et figuré à cheval entouré de ses chiens, Estévez et ses hommes opèrent à pied. La peinture se trouve au Musée nacional de Bellas Artes de La Havane.

68 Ibid., p. 101-102.

69 Ibid., p. 89.

70 Il n’est pas rare que la troupe du rancheador doive affronter des bandes de Noirs fugitifs d’une cinquantaine d’hommes armés de machettes et d’armes à feu.

71 Ibid., p. 89.

72 Ibid., p. 85. À cette occasion, le lecteur apprend que le salaire du lieutenant est de 30 pesos.

73 Ibid., p. 53.

74 À l’époque de la conquête notamment du Mexique, des mâtins furent dressés pour dévorer les caciques indiens rebelles et terroriser les populations indigènes. L’un d’entre eux est resté célèbre dans l’histoire de la conquête sous le nom de Leoncico.

75 Ibid., p. 56.

76 Ibid., p. 70-71.

77 Carpentier Alejo, El reino de este mundo in Dos novelas, publicado en Caracas, 1955. Dans cette nouvelle, l’auteur met en scène l’arrivée d’un navire à Haïti chargé de chiens destinés à écraser la révolte des Noirs, il s’agit de mâtins spécialement dressés à cet effet. Voir : cap. VII, p. 69. La présence des chiens est également attestée sur les domaines sucriers où l’administrateur se déplaçait toujours accompagné de ses chiens et muni de son fouet.

78 Ibid., p. 78.

79 Ibid., p. 100.

80 Ibid., p. 55.

81 Ibid., p. 55. Il s’agit d’une battue qui a duré du 16 au 23 juin 1837.

82 Ibid., p. 78. Il s’agit d’une battue opérée du 9 mai au 27 mai 1838.

83 Estimations faites sur des cartes modernes et corroborées par les indications données dans le Diario. À titre d’exemple F. Estévez dit p. 37. « En toda esta operación que llevo dicha, hemos gastado 6 días, distancia de 5 leguas ». Traduction : « Dans toute cette opération dont je parle, nous avons passé six jours, distance 5 lieues. »
Una legua : environ 5,572 m.

84 Humboldt A. de, op. cit., cap. VII, p. 211, note 2. Le rancheador reçoit en sus le prix de la nourriture donnée à l’esclave, dépense prise en charge par le propriétaire du fugitif.

85 Estimation faite à partir des données fournies dans le Diario sur la base de 8 esclaves capturés par mois.

86 Estimations effectuées d’après les renseignements fournis dans le Diario. Compte tenu du fait que le lieutenant de la section touche 30 pesos, on peut penser que F. Estévez touche environ de 45 à 50 pesos.

87 Villaverde Cirilo, Diario…, op. cit., p. 68. Retard pour constituer la patrouille en raison d’une baisse des salaires qui provoque le retrait de 5 de ses membres. 27 novembre au 5 décembre 1837.

88 Environ 48 pesos.

89 Ibidem, p. 78.

90 La rumeur est un vieux mot médiéval qui signifiait à l’origine réputation.

91 Ibid., p. 73.

92 Ibid., p. 85. 22 septembre 1838.

93 Ibid., p. 78. 28 au 28 avril 1838.

94 Ibid., p. 76. 26 mars 1838.

95 Il s’agit des administradores ou mayordomos (régisseurs), des mayorales et contramayorales, contremaîtres et de leurs assistants.

96 Ibid., p. 60. 22 août 1837.

97 Littéralement Jean le manchot, l’esclave a dû perdre un bras en passant les cannes à sucre dans les rouleaux du moulin (trapiche) pour en presser le jus sucré contenu dans les tiges. Cette infirmité était fréquente parmi les esclaves qui travaillaient dans les sucreries.

98 Ibid., p. 81.

99 Ibid., p. 64. 23 septembre 1837.

100 Ibid., p. 89. « interrogué al negro acerca de sus compañeros y declara que no tienen paradero fijo. » Traduction : « J’ai interrogé le Noir sur ses compagnons et il déclare qu’ils n’ont pas de refuge fixe. »

101 Ibid., p. 80. 5 août 1838. Plantation de caféiers appartenant à Laboy.

102 Ibid, p. 80. « […] siendo verifico por muchas pruebas consecutivas y declaraciones de los mismos que se capturaron que cuando los cimarrones se ven hostigados se reparten en pequeños grupos entre los ingenios y cafetales, los que son imposible capturar » Traduction : « […] étant vérifié par de nombreuses preuves et déclarations par les mêmes qui furent capturés que lorsque les esclaves marrons se voient acculés, ils se répartissent en petits groupes dans les ingenios et les plantations de caféiers et sont impossibles à capturer ».

103 Ibid., p. 92.

104 Ibid., p. 80. 5 juillet 1838.

105 Villaverde Cirilo, Diario, op. cit., p. 98. 7 mars 1839.

106 Ibidem, p. 71. Le terme employé à plusieurs reprises est madrigueras. 10 mars 1838.

107 Ibid., p. 95. 20 décembre 1839.

108 Ibid., p. 95.

109 Ibid., p. 95. 10 janvier 1839 : « capturamos… uno el famoso Mata-perro cimarrón antiquísimo que por su destreza y valor adquirió este título ». Traduction : « Nous avons capturé […] l’un d’eux est le fameux Tue-chien marron de très longue date qui par son habileté et son courage avait acquis ce titre. »

110 Ibid., p. 62. 27 août 1837.

111 Palenque : vient du mot palo indiquant un endroit entouré d’une palissade. À l’origine, il s’agissait d’un enclos pour le bétail puis le terme s’appliqua au campement ou ensemble de huttes – avec fossés et pièges – qui servait de lieux de vie aux bandes de marrons. Ces palenques, établis dans des lieux reculés pouvaient parfois regrouper plusieurs centaines de fugitifs organisés en sociétés et obéissant à des chefs. Au Brésil, on les appelait quilombos ou encore macombos.

112 Ibid., p. 68. 5 décembre 1837, partido de Santa Cruz.

113 Ibid., p. 46-47. 20 mars 1837. Ce fut Estévez qui se chargea du bébé, c’était une petite fille. Il dit à ce sujet : « J’ai dit que j’ai le droit pour moi car je sais que ma négresse se trouvait dans le dit palenque ». He dicho que me asiste derecho a ella por saber que mi negra se hallaba en dicho palenque.

114 Quand les esclaves ne donnent pas le nom de leur maître, soit parce qu’ils l’avaient parce qu’ils refusaient par crainte des représailles, ils étaient remis aux autorités coloniales qui les utilisaient à des travaux d’utilité publique.

115 Baraquements construits en dur et réservés aux esclaves. Ils étaient fermés à clef par le mayoral après le couvre-feu du soir afin d’éviter le marronnage.

116 Ibid., p., 62.

117 Ibid., p., 63.

118 Ibid., p. 72. C’est le cas dans l’hacienda San Isabel y Sabanalamar comme en témoigne le mayoral Candido Alfonso. 15 janvier 1838.

119 Ibid., p. 96.

120 Ibid., p. 95.

121 Sur la base de 8 esclaves vivants capturés en moyenne chaque mois. À titre d’exemple et de comparaison entre 1796 et 1815, les rancheadores de la juridiction de La Havane avaient capturé 15 975 cimarrones soit 840 fugitifs par an selon José Luciano Franco in « cuatro siglos de lucha por la libertad : los palenques », Revista de la Biblioteca Nacional José Martí 9, 1967, p. 5.

122 La partie occidentale de l’île comptait 631 760 habitants en 1841, avec 244 023 Blancs soit 38,6 % de la population, 66 463 Noirs Libres soit 10,52 % de la population tandis que les Noirs esclaves représentaient 50,85 % du total. Chiffres fournis par J.-S. Thrasher in Humboldt A. de, op. cit., cap. III, p. 86.

123 La section ou partida comptait en général six hommes plus le capitaine F. Estévez. Dans certains cas, elle pouvait être renforcée et compter neuf hommes armés quand il s’agissait de mener des opérations d’envergure.

124 Nous avons évalué l’esclave à un prix moyen de 400 pesos.

125 Lienhard, Martín, Disidentes, rebeldes, insurgentes. Resitencia indígena y negra en América Latina. Ensayos de historia testimonial. Iberoamericana-Vervuert, 2008. Voir : cap. 5, p. 113. l’auteur montre comment l’esclave poète, Juan Francisco Manzano (1835) pourtant privilégié puisqu’il ne travaillait pas dans une plantation sucrière, finit tout de même par prendre la fuite et devint à son tour un esclave marron.

Auteur

Professeur émérite de l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (chaire de Civilisation hispano-américaine). Elle a publié en 2003 Le corps et le divin, (Vericuetos Essai).

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540