Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'esclave et les plantations

 | 
Philippe Hroděj

Deuxième partie. Le long chemin de l'abolition : le doute, la crainte et la nécessité

La Fayette et l’abolition de l’esclavage

Étienne Taillemite

Texte intégral

1La passion de la liberté fut, on le sait, une des dominantes de la vie de La Fayette à laquelle il consacra toujours le meilleur de son activité. « Cette liberté que j’idolâtre », écrivait-il à sa jeune femme lors de sa première arrivée en Amérique en 1777. Il nourrissait de cette liberté une notion totale n’excluant personne, il est donc naturel que la question de l’esclavage ait fait l’objet de sa préoccupation constante.

Militant de l’abolitionnisme

  • 1 Smith Adam, Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, Paris, Germain Garn (...)
  • 2 Pétré-Grenouilleau Olivier, Les traites négrières, Paris, Gallimard, 2006, p. 350.

2La Fayette n’était ni un intellectuel, comme on ne disait pas à l’époque, ni un théoricien, n’oublions pas qu’il n’a que vingt ans lorsqu’il part rejoindre les Insurgents, mais il a lu quelques bons auteurs : Montesquieu, Rousseau, Voltaire, Mably, Condorcet qui avaient attiré son attention sur cet esclavage alors à son apogée dans les colonies des Antilles mais qui se trouvait fortement contesté par tout un courant de pensée grandissant dans les années qui précéderont 1789. Il en sera un des éléments les plus actifs. Rappelons aussi que, dès ce moment, le principe même de la colonisation se trouvait lui aussi remis en cause notamment par Turgot. En 1776, Adam Smith, dans son ouvrage intitulé Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, posait la question de savoir si les sommes considérables investies dans les colonies d’Amérique n’étaient pas préjudiciables à l’essor économique de la métropole1. Arthur Young, dans son Voyage en France, écrit en 1788, remarquait : « on ne voit pas que la culture de la Martinique a pour rançon les landes de Bordeaux, la culture de Saint-Domingue les déserts de la Bretagne, la richesse de la Guadeloupe la misère de la Sologne2 ». Mais ce n’est pas cet aspect économique qui va faire l’objet de l’action de La Fayette mais la nécessité humanitaire d’abolir un système qui, bien qu’aussi ancien que l’humanité, devenait de plus en plus intolérable.

  • 3 Levasseur Auguste, La Fayette en Amérique en 1824 et 1825 ou Journal d’un voyage aux États-Unis, P (...)
  • 4 Badinter Elisabeth et Robert, Condorcet, Paris, Fayard, 1988, p. 171.
  • 5 Taillemite Étienne, La Fayette, Paris, Fayard, 1989, p. 125 et suiv. Voir aussi Krebs Albert, « La (...)
  • 6 Ibidem.
  • 7 Idem.

3Ce fut à son arrivée en Amérique que le jeune officier découvrit la réalité de l’esclavage et aussi sa contestation puisque, dès 1774, s’était constituée à Philadelphie une Société pour l’abolition de la traite des Noirs présidée par Franklin. L’année suivante Thomas Paine publiait dans le Pennsylvania Journal un article sur L’esclavage africain en Amérique développant une argumentation très vigoureuse en faveur d’une émancipation générale des esclaves3. Les nécessités de la longue guerre de l’indépendance ne permirent pas à La Fayette, absorbé par la conduite des opérations militaires, de se préoccuper de cette question. Dès la paix revenue en 1783 et dès son retour en France au contraire, la lutte contre l’esclavage viendra au premier rang de ses préoccupations et il sera certainement très influencé dans ce combat par son ami Condorcet, auteur en 1781 de Réflexions sur l’esclavage des nègres dans lesquelles il se prononçait pour une abolition progressive, par étapes, ce qui permettrait d’initier les victimes du système à l’obéissance aux lois par une instruction basée sur une morale fondée sur la raison4. Avant même la signature du traité de paix de Versailles, La Fayette écrivit à Washington le 3 février 1783 pour lui proposer de s’associer à lui afin de mettre en route un processus d’émancipation progressif des esclaves. Il lui suggérait un plan qui « deviendrait franchement bénéfique pour la portion noire de l’humanité5 ». Il s’agissait d’acheter un petit État dans lequel on ferait l’expérience de libérer les esclaves et de les faire travailler comme fermiers. Un tel exemple, expliquait-il, « pourrait faire école et ainsi devenir une pratique générale6 ». Emporté par son enthousiasme, il ajoutait : « Si nous réussissons en Amérique, j’emploierai avec joie une partie de mon temps à rendre cette méthode utilisable aux Antilles7. »

  • 8 Idem.

4Le 5 avril, Washington adressait à son ami une réponse aimable dans laquelle il louait ses intentions démontrant à l’évidence la bonté de son cœur, réponse aimable mais dilatoire. Le projet lui paraissait fort louable et il se proposait d’en reparler lors d’une prochaine rencontre. La Fayette décida alors d’agir seul et de se lancer dans une expérience qui eut pour cadre, non pas la nouvelle république américaine mais une colonie française : la Guyane. En 1785, il acheta pour 125 000 livres, deux habitations dans ce pays : la Gabrielle et Saint-Régis et en confia le soin, sous la direction de sa femme, à un ingénieur géographe Henri de Richeprey, dont il avait fait la connaissance grâce à Condorcet, qui entreprit aussitôt de développer la culture des plantes à épices récemment introduites dans la colonie avec des spécimens venant de l’Ile de France mais surtout de mettre en œuvre le programme d’instruction et d’évangélisation des esclaves avec le concours des pères du Saint-Esprit8. La condition servile fut adoucie par la suppression des châtiments corporels, l’attribution de salaires et l’application aux esclaves de la législation applicable aux Blancs. Richeprey mourut de la fièvre jaune le 9 février 1787 mais l’expérience ne fut pas interrompue. Le ministre de la Marine et des Colonies, le maréchal de Castries, prescrivit à l’intendant de la colonie Daniel Lescallier d’accorder le même traitement aux esclaves appartenant au domaine royal et d’autres planteurs suivirent cet exemple.

  • 9 Idem, p. 126. Voir aussi Mémoire, correspondances et manuscrits du général La Fayette, publiés par (...)

5Le 8 février 1786, La Fayette avait annoncé à Washington le lancement de son entreprise : « Je vais travailler à affranchir mes nègres, expérience qui est, vous le savez, mon rêve favori. » Il espérait certainement que cet exemple serait suivi aux États-Unis car il avait reçu l’approbation et les encouragements de plusieurs éminentes personnalités : John Adams, Franklin, Jefferson, Madison et naturellement Washington mais ce dernier ne lui laissa guère d’illusions. Le 10 mai 1786, il écrivait en effet à son ami : « Plût à Dieu qu’un semblable esprit vint animer tout le peuple de ce pays ! Mais je désespère d’en être témoin. Quelques pétitions ont été présentées à l’Assemblée, pendant la dernière session, pour l’abolition de l’esclavage ; elles ont pu à peine obtenir une lecture. » Le futur premier président des États-Unis ajoutait : « Une émancipation subite amènerait, je crois, de grands maux, mais certainement elle pourrait, elle devrait être accomplie graduellement et cela par l’autorité législative9. » La Fayette partageait d’ailleurs cette vision. Il ne préconisa jamais une abolition immédiate et nous verrons que son combat avait d’abord pour objet l’interdiction de la traite négrière de manière à tarir la source de l’esclavage.

6La Révolution ne permit pas à l’expérience tentée en Guyane de se poursuivre dans les meilleures conditions mais La Fayette et son épouse restèrent persuadés que cet essai entraîna des effets bénéfiques en évitant à cette colonie les violences sanglantes dont Saint-Domingue et la Guadeloupe furent le théâtre à partir de 1790-1791. Ils avaient sans doute raison mais il faut aussi tenir compte du fait qu’à ce moment, la Guyane n’était qu’une petite colonie, faiblement peuplée et où les problèmes en tous genres ne présentaient pas l’ampleur qu’ils connaîtront, en particulier à Saint-Domingue.

7Dans ces années précédant la Révolution, La Fayette ne cessa de militer activement en Europe pour faire prévaloir les idées abolitionnistes. En 1786, il se lia avec les acteurs anglais de ce mouvement, en particulier avec Thomas Clarkson qui deviendra pour lui un ami fidèle. Clarkson, de compagnie avec Granville Sharp et William Wilberforce, créa à Londres en mai 1787 une Société des Amis des Noirs. L’exemple sera rapidement suivi à Paris. Le 19 février 1788, une association du même nom voyait le jour sous la direction de Brissot et de Mirabeau. La Fayette et son épouse y adhérèrent immédiatement et ils y retrouvèrent Condorcet, l’abbé Grégoire, Loménie de Brienne, Pétion, le duc de La Rochefoucauld. Le règlement et la déclaration de principe furent rédigés par Condorcet avec lequel La Fayette entretenait des relations de fidèle amitié. Il fut ainsi le premier témoin au mariage du philosophe avec Sophie de Grouchy le 28 décembre 1786. Condorcet ayant été nommé Inspecteur des Monnaies, s’installa dans l’Hôtel du quai Conti où Sophie tenait un salon fréquenté par la fine fleur des esprits libéraux français et étrangers. La Fayette en devint un des piliers et il y retrouvait Adam Smith, Beccaria, Jefferson, Thomas Paine, le petit-fils de Franklin, Cabanis, Garat, Volney, Benjamin Constant, André Chénier, Roucher, Beaumarchais.

8La Fayette ne dut pas toujours être à l’aise au sein de cette Société Française des Amis des Noirs dont le radicalisme assez utopique préconisait une abolition immédiate et sans conditions de l’esclavage, ce qui lui aliéna les sympathies de ses homologues anglais plus réalistes. Clarkson, venu à Paris en juillet 1789, souligna les divergences entre les deux sociétés, bien typiques de celles des mentalités française et anglaise. À Londres, on s’était fixé pour premier objectif l’interdiction de la traite, tarissant ainsi l’esclavage à sa source.

9Toujours dans ces années précédant la Révolution, La Fayette correspondait avec Franklin et l’Américan Philosophical Society de Philadelphie et était nommé membre de la New-York manumission Society qui militait en faveur de l’affranchissement des esclaves. Il fut aussi admis comme correspondant du British Comittée for the abolition of the Slave Trade. Son action se développait donc sur le plan international. Il ne se bornait pas à siéger ou à participer à l’action de ces groupes. À la fin de 1789, il décida d’affranchir tous les esclaves de ses plantations de Guyane.

  • 10 Mémoire, correspondances et manuscrits… op. cit., p. 363.

10Accaparé à partir de juillet 1789 par ses activités politiques de député aux États généraux devenus Assemblée nationale et par son commandement de la Garde nationale de Paris, La Fayette n’oublia pas pour autant ses préoccupations humanitaires. Il assura ainsi la protection de son ami Clarkson dont la vie fut un moment menacée car il fut considéré par certains comme un espion, lors de son séjour à Paris pendant lequel il s’efforça de convaincre l’Assemblée nationale de décréter, dans le train de réformes qu’elle préparait, l’abolition de la traite mais il se heurta au puissant lobby des planteurs groupés dans le Club Massiac et ses plaidoyers n’eurent aucun succès au vif désappointement de son ami et protecteur. La tournure prise par les événements accapara l’activité du général pendant une longue période, ce qui ne lui permit pas de poursuivre son action, mais aux pires moments de sa captivité, il n’oublia jamais ses protégés de Guyane. Le 15 mars 1793, de sa prison de Magdebourg, il écrivait à son amie la princesse d’Hénin et s’inquiétait du sort de ses plantations. « J’espère que Madame de La Fayette veillera à ce que les Nègres qui la cultivent puissent préserver leur liberté10. » Il ignorait évidemment que toutes ses propriétés avaient été mises sous séquestre et échappaient ainsi totalement à l’action de son épouse, elle-même emprisonnée pendant la Terreur et qui ne dut vraisemblablement la vie qu’aux interventions répétées du ministre des États-Unis à Paris, Gouverneur Morris.

11Les diplomates américains furent moins heureux dans leurs efforts pour faire libérer leur ami qui va passer plus de cinq ans en captivité, d’août 1792 à septembre 1797. Il ne sera rendu à la liberté qu’en vertu du traité de Campo-Formio sur les instances de Bonaparte. Encore dut-il séjourner à Hambourg puis en Hollande et ne put rentrer à Paris qu’à la fin de novembre 1799, peu après le 18 brumaire. L’un des tous premiers à le féliciter de sa libération fut Clarkson et leur correspondance reprit son cours. La Fayette expliqua à son ami que la France de 1789 n’était pas prête à traiter de la question de l’esclavage car d’une part, les aristocrates étaient liés par leurs gros intérêts dans leurs propriétés coloniales, surtout à Saint-Domingue et d’autre part les Jacobins faisaient preuve, selon lui, d’une incompétence totale pour tout ce qui concernait les colonies. Explication un peu simpliste dans laquelle La Fayette oubliait un élément important : les négociants et armateurs des ports métropolitains dont les intérêts dans le commerce colonial étaient bien supérieurs à ceux de l’aristocratie et tous les planteurs n’étaient pas, loin de là, aristocrates.

Déceptions en chaîne

12Hostile au régime autoritaire établi par Bonaparte, La Fayette se tiendra depuis son retour en France jusqu’à la fin de l’Empire dans une sorte d’exil intérieur et ne se mêla en aucune manière à la vie politique. Mais il ne se désintéressait pas pour autant des questions qui lui tenaient à cœur, au premier rang desquelles figurait l’esclavage. Il aurait naturellement souhaité une disparition complète car, pour lui, la liberté ne pouvait se diviser pour ne concerner que les Blancs mais il ne se dissimulait pas les obstacles. « Mon premier intérêt a sans doute été pour la cause de l’humanité, écrit-il, mais j’ai toujours pensé que l’intérêt des colonies et du commerce exigeait : l’abolition de la traite, les droits civiques des Noirs libres et l’affranchissement graduel des esclaves. » Il déplorait vivement la résistance obstinée aussi bien en France qu’en Angleterre et en Amérique des groupes de pression et aussi des opinions publiques dans lesquelles les idées émancipatrices ne progressaient qu’avec une extrême lenteur. Ainsi, à son vif désappointement, en 1798, le Premier ministre anglais Pitt, rallié personnellement à l’abolitionnisme, ne put réussir à réunir une majorité dans ce sens à la Chambre des Communes. Autres déceptions, le traité d’Amiens du 10 octobre 1801, qui mettait une fin très provisoire à la guerre franco-anglaise, ne contenait aucune disposition contre la traite et ce fut pratiquement sans opposition que Bonaparte fit voter, le 20 mai 1802, la loi rétablissant l’esclavage dans les colonies françaises.

13La situation politique en France n’était pas à l’heure de la contestation, la Société des Amis des Noirs disparut et le mouvement abolitionniste tomba en sommeil. Il est vrai que la guerre maritime, marquée après Trafalgar, par une écrasante supériorité anglaise, se traduisit par la quasi destruction du pavillon français sur les océans, ce qui suspendit pratiquement la traite. La Fayette ne cessait pas, malgré tout, de suivre le cours des événements et cet idéaliste impénitent ne perdait pas espoir. Ainsi, lors des négociations de paix de 1807 après Tilsit, il espérait toujours voir apparaître l’interdiction tant attendue mais il n’en fut rien. Cependant, le mouvement abolitionniste restait très vigoureux en Angleterre, appuyé par un certain nombre de personnalités de premier plan comme Pitt, Fox, Burke, Granville. Ce dernier réussit, le 25 mars 1807, à faire voter une loi interdisant enfin la traite sous pavillon anglais. Le 1er janvier 1808, il était imité par le gouvernement américain de sorte que la France se trouvait à la traîne tout au moins sur le plan législatif. La chute de l’Empire allait accélérer les choses sous la vive impulsion des abolitionnistes anglais. Il semble, en effet, que lors des négociations secrètes menées au printemps 1814 pour le rétablissement de la monarchie avec Louis XVIII, le gouvernement britannique exerça une forte pression, mettant comme condition à son appui l’interdiction de la traite. Talleyrand fit une réponse évasive, demandant un délai qui sera prévu par le traité de Paris le 30 mai 1814. Le roi lui-même était favorable à l’abolition mais il expliqua à Wellington que l’opinion française ne partageait pas ses vues.

14Ces tractations furent l’occasion pour La Fayette de renouer des relations avec son ami Clarkson venu à Paris en août 1814 pour appuyer les abolitionnistes français dans leur lutte contre le lobby esclavagiste. Le 8 février 1815, une déclaration du Congrès de Vienne condamnait la traite en termes vagues et généraux et laissait la solution du problème à des négociations entre les puissances intéressées, à la grande déception de La Fayette qui attendait une position beaucoup plus ferme. Napoléon, revenu de l’île d’Elbe, publia le 29 mars 1815 un décret abolissant la traite dans les colonies françaises, espérant ainsi se gagner les bonnes grâces du gouvernement britannique, en quoi il se trompait. La Fayette ne fut pas dupe de cet opportunisme. Après Waterloo, les Alliés accrurent la pression sur Louis XVIII. Castelreagh et l’empereur Alexandre obtinrent ainsi, le 30 juillet 1815 confirmation de l’interdiction absolue de la traite. Une ordonnance royale du 3 janvier 1817 et la loi du 15 avril 1818 allaient dans le même sens mais il fallait faire appliquer ces textes, ce qui souleva bien des difficultés. La marine avait été la grande victime des traités de Vienne et se trouvait réduite à des moyens très limités avec un budget squelettique qui ne permettait pas d’armer suffisamment de navires pour mener une chasse efficace à la traite illégale qui va se prolonger pendant des années.

Reprise du combat pour l’abolition

15La Seconde Restauration donna à La Fayette la possibilité de reprendre une vie politique active, naturellement dans l’opposition car ses espoirs d’une monarchie constitutionnelle dont il rêvait depuis son retour d’Amérique après la guerre d’Indépendance, furent rapidement déçus. Élu député de la Sarthe en octobre 1818, puis de Seine-et-Marne en septembre 1819, il sera battu aux élections de décembre 1823 mais retrouvera en juin 1827 le siège qu’il conservera jusqu’à sa mort, le 20 mai 1834. Cette dernière période de sa vie sera marquée par un combat ininterrompu en faveur de toutes les libertés et naturellement celle des esclaves qui fera l’objet de nombreuses interventions parlementaires.

  • 11 Archives Nationales : 510 AP2, no 255 à 267. Lettres de La Fayette à l’abbé Grégoire. Une copie ex (...)

16Il avait repris aussi une vie mondaine partagée entre son hôtel de la rue d’Anjou et son château de La Grange, en Seine-et-Marne, où il accueillait libéralement tous les opposants et les proscrits. Les lettres qu’il adressait à cette époque à son ami l’abbé Grégoire, conservées dans les Archives de l’Académie des Sciences d’outre-mer nous donnent une idée de ses actions multiples11. Il organisait de temps en temps chez lui des déjeuners d’Amis des Noirs auxquels participaient, outre Grégoire, le comte de Broglie, Madame de Staël, Sismondi.

17Malgré traités et législation, la traite continuait de manière clandestine et ce sera une des préoccupations constantes de La Fayette d’obtenir le renforcement des textes et surtout leur mise en application. Dès 1818, il était entré en relations avec un officier d’administration en service au Sénégal, Joseph Morenas qui adressa en 1820 une pétition à la Chambre des députés dans laquelle il accusait l’administration de cette colonie de fermer les yeux sur la traite clandestine. Le 4 juin 1819, La Fayette était intervenu à la Chambre à ce sujet lors de la discussion du budget de la Marine, demandant au Ministre, le baron Portal, d’intensifier la répression de la chasse aux esclaves et des embarquements clandestins. Le 12 juin, il écrivait à Grégoire pour lui préciser qu’il était

  • 12 Ibidem.
  • 13 Idem.

résolu à suivre les intérêts des Noirs avec une sévère persévérance12. La réponse du ministre à la tribune a été un aveu des crimes commis par des Français et des Anglais, ce qui, soit dit en passant, avertira les Amis des Noirs nos voisins et en même temps un désaveu de toute connivence, une promesse de vigilance qui du moins apprendra aux partisans de cet infâme trafic qu’il y aura dans la Chambre, des députés pour la dénoncer et qu’il n’y aura, dans le gouvernement, personne pour les défendre13.

  • 14 Idem.
  • 15 Broglie Achille Léonce Victor Charles duc de, Souvenirs (1785-1870), Paris, C. Lévy, 1886, 4 vol., (...)

18La Fayette souhaitait lancer à ce sujet une campagne de presse pour que « les journaux périodiques et semi-périodiques retentissent de dénonciations positives à cet égard. Si nous pouvions poursuivre quelques coupables devant les tribunaux, ce serait une bonne affaire. Vous observerez que j’ai indiqué la mesure d’une nouvelle loi si la loi actuelle est insuffisante14 ». Imprimé et assez bien diffusé, le discours de La Fayette connut un certain succès mais l’opinion parlementaire restait rétive comme en témoigne le duc de Broglie dans ses Souvenirs. Le 22 mars 1822, après avoir étudié toute la documentation anglaise, il était intervenu à la Chambre des Pairs. « Je mis sous ses yeux le tableau fidèle des horreurs et des turpitudes que couvrait notre pavillon [...], tout fut dit, rien ne fut contesté ni ne pouvait l’être, mais ce fut en vain. Je n’obtins aucun succès, mon discours fut trouvé long, ennuyeux, interminable [...]. Personne ne vint à mon aide et ma proposition fut écartée presque sans débat15. » Il y avait donc fort à faire pour remonter un tel courant.

  • 16 Mémoire, correspondances et manuscrits… op. cit., t. IV, p. 159.
  • 17 Archives Nationales : 510 AP2, no 255 à 267. Lettres de La Fayette à l’abbé Grégoire.

19Dans ces mêmes années 1820, La Fayette se préoccupait aussi de l’avenir d’Haïti, devenu indépendant depuis 1804 et sur lequel régnait depuis 1811 le roi Henri Christophe. Celui-ci, victime d’une insurrection et abandonné de tous, s’était suicidé le 8 octobre 1820. La Fayette en fut fort ému mais ne perdit pas pour autant espoir dans l’avenir de ce pays. Le Il mai 1823, il écrivait à son ami Clarkson : « au milieu de tant d’horreurs s’est élevée la République d’Haïti. Les fils de l’Afrique y atteindront, je l’espère, un degré avancé de civilisation et de prospérité16 ». Quelque temps auparavant, en 1818, il avait soutenu un projet établi par un médecin français M. Montègle qu’il recommanda à l’abbé Grégoire. Il s’agissait « d’un projet philanthropique de passer à l’île d’Haïti, pour y établir une institution d’enseignement et surtout d’enseignement médical. » La Fayette conseilla à ce médecin de s’adresser au duc de Richelieu « qui devait voir avec plaisir un Français distingué contribuer par ses services philanthropiques à diminuer les préventions des Noirs contre nous17 ».

  • 18 Ibidem.

20Toujours favorable à tout ce qui pouvait améliorer la condition des Noirs, La Fayette s’intéressa aussi, en 1821, à la création par l’Américan Colonization Society, de l’état du Liberia, sur la côte de Guinée, destiné à accueillir des Noirs américains libérés. Il entretint à ce sujet une correspondance avec l’ancien président James Madison, lui-même propriétaire d’esclaves, qui ne semblait guère espérer pour cette entreprise qu’un succès limité. La Fayette sera nommé vice-président à vie de la Société pour la création en Afrique d’un État libre dont il espérait qu’il deviendrait « un foyer de lumières et d’industrie d’où s’élancera un jour la civilisation de cette partie du monde18 ».

  • 19 Idem.

21Il continuait son combat contre la traite clandestine. En 1821 avait été fondée en Angleterre une Society of Christian morality animant un Comittée on the Slave trade auquel La Fayette ne semble pas avoir participé personnellement mais dont son fils Georges-Washington, son gendre Lasteyrie et son petit-fils Charles de Rémusat furent des adhérents actifs. Les antiesclavagistes prononcèrent une nouvelle offensive en 1823 à l’occasion du Congrès de la Sainte Alliance à Vérone et La Fayette salua avec enthousiasme la création de la British and Foreigh antislavery Society. Le 20 septembre 1823, il écrivait à son ami Clarkson : « ainsi vous vous attaquez maintenant à l’esclavage lui-même. Que Dieu vous bénisse et vous donne le succès19 ».

  • 20 Planchot-Mazel Françoise, Un général français aux États-Unis de 1816 à 1831 : Simon Bernard, thèse (...)

22Battu aux élections de la fin de 1823, La Fayette se consola en effectuant, sur l’invitation du président James Monroe, d’août 1824 à octobre 1825, un voyage triomphal aux États-Unis au cours duquel il fut reçu comme un chef d’État dans un enthousiasme populaire qui l’accompagna dans tout son parcours. Ce fut naturellement pour lui l’occasion d’exprimer ses conceptions antiesclavagistes. En septembre 1824, il visita à New-York l’École libre des jeunes Africains, fondée et administrée par la Société pour l’affranchissement des Noirs dont il fut élu membre d’honneur à l’unanimité. Le discours de bienvenue fut prononcé par un enfant noir. Lors de ses rencontres avec les anciens présidents Jefferson et Madison, l’un et l’autre propriétaires d’esclaves, il évoqua la question pour constater que l’Amérique n’était nullement prête pour l’abolition. Il sera personnellement confronté au problème car, le 6 décembre 1824, le Congrès lui attribua une immense concession de terres en Floride. Il en confia la gestion à un officier du Génie français, le général Simon Bernard, installé en Amérique depuis la chute de l’Empire, ce qui provoqua un échange de correspondance du plus vif intérêt. La Fayette exposait à Bernard qu’il souhaitait revendre ses terres à des capitalistes européens pour que ceux-ci les mettent en valeur en y pratiquant des cultures possibles sans recours à l’esclavage. Il précisait qu’il ne manquait pas de sympathie pour les Blancs du Sud dont il connaissait les difficultés mais il déplorait leur aveuglement qu’il comparait à celui des aristocrates d’avant la Révolution. « De toutes les aristocraties, celle des planteurs est la plus difficile à persuader20. »

  • 21 Ibidem.

23Bernard, aux prises avec les réalités, tenait une position moins dogmatique. Le 25 juin 1828, il expliquait que, dans le Sud, l’esclavage « nous est malheureusement imposé par la loi irrésistible d’une nécessité impérieuse ». Pour lui, les vues généreuses de La Fayette « rencontrent une barrière d’airain que je ne crois pas pouvoir jamais être franchie », et il concluait que « la résignation était le seul parti qu’il soit possible d’accepter ». Bernard considérait les projets de La Fayette comme utopiques. De même il ne croyait pas du tout à la possibilité du retour en Afrique qui eut un moment la faveur de La Fayette. Mais celui-ci persistait dans son projet de culture libre et écrivait encore dans ce sens à Bernard le 15 juin 1830. Le 10 août, celui-ci lui répondait et, tout en admettant que le principe de l’esclavage était inadmissible, il considérait qu’un établissement d’émigrants en Floride « n’aurait aucun résultat utile et en outre, je le crois absolument impraticable21 ». En réalité, dès le début de 1829, La Fayette avait décidé de vendre ses terres à un groupe franco-suisse qui tenterait d’y introduire la culture de la vigne, de l’olivier et l’élevage des vers à soie.

  • 22 Idem.

24Dès son retour en France et surtout après sa réélection à la Chambre, La Fayette ne cessa de batailler contre la traite clandestine. Une nouvelle loi de 1827 renforçait les mesures de répression et la très relative renaissance de la flotte, sous la pression des nécessités internationales, permettait de lutter plus efficacement sur les côtes occidentales d’Afrique contre les trafiquants. Jusqu’à la fin de sa vie aussi, il militera en faveur de l’abolition totale de l’esclavage et continua à correspondre avec ses amis américains à ce sujet, en particulier avec Madison. Il déplorait l’extrême lenteur des progrès obtenus en raison de la résistance obstinée des assemblées américaines, pour lesquelles, écrit-il à l’ancien président en 1830, « toute allusion à ce sujet qui vous tient tant à cœur serait comme une étincelle dans un baril de poudre22 ».

  • 23 Archives Nationales : 510 AP2, no 255 à 267. Lettres de La Fayette à l’abbé Grégoire.

25La Fayette continua aussi à s’intéresser à l’avenir de la République d’Haïti. Le 10 février 1830, il envoyait ses vœux au général-président Boyer et espérait que « malgré le peu de succès des premières émigrations, les enfants du sang africain venant des États-Unis trouvassent dans le République haïtienne la liberté, le travail et le bonheur23 ».

26Le 1er mai 1834, quelques jours avant sa mort, La Fayette écrivait encore au Président de la Société anglaise d’émancipation des Noirs, M. Murray, une longue lettre consacrée entièrement à la question de l’esclavage. Il y affirmait son espoir de le voir enfin aboli dans les colonies françaises comme aux États-Unis. Il ne vécut pas assez longtemps pour assister à la réalisation de son vœu mais les idées et les conceptions qu’il avait soutenues depuis près de cinquante ans ne cessèrent de progresser pour aboutir enfin à l’abolition de 1848. On néglige trop souvent le fait que la Monarchie de Juillet mit en place, sous l’impulsion de ministres de la Marine résolument abolitionnistes, comme les amiraux Duperré et de Mackau, une législation très inspirée des idées de La Fayette, qui aurait abouti à une extinction progressive de l’esclavage avec une interdiction enfin effective de la traite donc tarissement de la source et politique d’encouragement accéléré aux affranchissements. L’abolition de 1848 n’a donc été, en fait, que l’aboutissement, l’accélération d’un processus très largement entamé.

27Le long combat de La Fayette contre l’esclavage, s’il fut trop souvent décevant de son vivant, aboutira enfin après sa mort avec des délais qui lui auraient paru interminables. Dans ce domaine comme dans bien d’autres, dans celui, par exemple, des idées constitutionnelles, La Fayette eut un grand tort, celui d’avoir des conceptions très en avance sur celles de son temps. S’il avait pu se faire entendre à temps, bien des drames auraient sans doute été évités. Il est toujours difficile et inconfortable d’avoir raison trop tôt.

Notes

1 Smith Adam, Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, Paris, Germain Garnier, 1822, 6 vol.

2 Pétré-Grenouilleau Olivier, Les traites négrières, Paris, Gallimard, 2006, p. 350.

3 Levasseur Auguste, La Fayette en Amérique en 1824 et 1825 ou Journal d’un voyage aux États-Unis, Paris, Baudouin, 1829, 2 vol., t. 1, p. 324.

4 Badinter Elisabeth et Robert, Condorcet, Paris, Fayard, 1988, p. 171.

5 Taillemite Étienne, La Fayette, Paris, Fayard, 1989, p. 125 et suiv. Voir aussi Krebs Albert, « La Fayette et le problème de l’esclavage », Annuaire-Bulletin de la Société de l’Histoire de France, BNF, 1956-1957, p. 48-60.

6 Ibidem.

7 Idem.

8 Idem.

9 Idem, p. 126. Voir aussi Mémoire, correspondances et manuscrits du général La Fayette, publiés par sa famille, Paris, François Corcelle, 1877, 6 vol., t. II, p. 154.

10 Mémoire, correspondances et manuscrits… op. cit., p. 363.

11 Archives Nationales : 510 AP2, no 255 à 267. Lettres de La Fayette à l’abbé Grégoire. Une copie existe à l’Académie des Sciences d’Outre-Mer.

12 Ibidem.

13 Idem.

14 Idem.

15 Broglie Achille Léonce Victor Charles duc de, Souvenirs (1785-1870), Paris, C. Lévy, 1886, 4 vol., t. II, p. 231-236.

16 Mémoire, correspondances et manuscrits… op. cit., t. IV, p. 159.

17 Archives Nationales : 510 AP2, no 255 à 267. Lettres de La Fayette à l’abbé Grégoire.

18 Ibidem.

19 Idem.

20 Planchot-Mazel Françoise, Un général français aux États-Unis de 1816 à 1831 : Simon Bernard, thèse d’État de Paris I, 2 vol., 1988, 553 p., restée inédite. L’auteur a utilisé la correspondance échangée entre La Fayette et le général Bernard, conservée dans le fonds La Fayette de l’Université Cornell.

21 Ibidem.

22 Idem.

23 Archives Nationales : 510 AP2, no 255 à 267. Lettres de La Fayette à l’abbé Grégoire.

Auteur

Inspecteur général honoraire des Archives de France, membre de l’Académie de Marine. Il travaille actuellement à la préparation d’une biographie de Bougainville.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540