Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'esclave et les plantations

 | 
Philippe Hroděj

Deuxième partie. Le long chemin de l'abolition : le doute, la crainte et la nécessité

Les tribulations de Paul Jean-François Le Mercier de la Rivière, ancien ordonnateur de la Marine, devenu habitant de Saint-Domingue, 1787-17911

Philippe Haudrère

Texte intégral

  • 1 La correspondance est publiée d’après un dossier conservé aux A.D. Sarthe 4 E 6/968.
  • 2 La Chapelle, commissaire ordonnateur de la Marine en Guadeloupe, cité par Paul Butel, Histoire des (...)

1« Les grandes fortunes d’un très petit nombre de particuliers éblouissent [les Blancs]. Ils n’ont en vue que d’avoir une [habitation] pour se mettre en état, disent-ils, de passer en France après quelques années. Nul engagement ne leur coûte pour y parvenir […], et la fin ordinaire de ces vastes projets est qu’ils meurent dans les îles, accablés de dettes et laissant leurs affaires dans un dérangement également préjudiciable à leurs enfants et à leurs créanciers », assure, en 1730, un administrateur des Antilles françaises2.

  • 3 Archives Nationales : Colonies E 276. Les noms propres ont été identifiés à l’aide de Moreau De Sa (...)

2La présente correspondance illustre ce propos. Son auteur, Paul Jean-François Le Mercier de la Rivière, dispose des atouts nécessaires pour mener à bonne fin la création d’une plantation. Il connaît la région du nord de Saint-Domingue, dans laquelle il séjourne depuis plus de dix ans ; né à Montsoreau en Anjou en 1747, élève commissaire à Brest en 1772, il est nommé sous-commissaire de la Marine au Cap Français en 1774, puis commissaire ordonnateur dans le même port en 1783. Il fait un riche mariage en épousant, le 26 août 1784, à Port-au-Prince, Marguerite Rose Bedout, native du Trou Bordet, veuve en premières noces de Jacques Perdreau, substitut à Léogane, et en secondes noces de Jean-Michel Lilavois, habitant du Cul-de-Sac. Il utilise une partie de la fortune de son épouse pour acheter des esclaves et un grand terrain au quartier d’Ennery, dans la paroisse de Marmelade, c’est-à-dire dans la zone montagneuse située au voisinage de la colonie espagnole. Ce terrain, une fois défriché, devrait convenir pour la production du café, dont la demande est forte en métropole, et dont l’envoi est facilité par la proximité du Cap3.

  • 4 Archives Nationales : séries anciennes X1A 8809, f° 189-191. Lettres de conseiller honoraire au Pa (...)
  • 5 Archives Nationales : colonies E 126.
  • 6 Les prisonniers saumurois transférés à Bourges, 1793-1794, Andegaviana, 10° série, 1911, p. 32-65.

3Paul Jean-François dispose aussi d’appuis en métropole. Il est le fils de Pierre Paul (né à Saumur en 1719 – mort à Grigny [Seine-et-Oise] en 1801), conseiller au Parlement de Paris de 1747 à 1757, intendant des îles du Vent de la Martinique de 1757 à 1766, puis conseiller du ministre de la Marine de 1774 à 1785, et donc bien en Cour4. À la suite du décès de sa mère, Paul Jean-François est propriétaire d’un domaine à Montsoreau ; celui-ci peut lui servir de gage pour faire un emprunt. Il a aussi des amis et des parents qui sont ses correspondants : 1° Georges Étienne Desmé, ancien commandant des milices du môle Saint-Nicolas, qui s’était distingué à plusieurs reprises en repoussant des descentes anglaises, puis à son retour en métropole avait acheté un office de commissaire des guerres à Saumur5 ; 2° l’abbé Pierre Philippe Le Mercier de la Rivière (Paris, 1750-Dampierre [Maine-et-Loire], 1816), chanoine du chapitre royal de Candes en Touraine6, son frère cadet. Il se trouve aussi dans le dossier des lettres écrites à l’abbé de la Rivière par sa sœur, épouse Demars, sur laquelle nous n’avons pas d’informations.

4En dépit de tous ces éléments favorables, Paul Jean-François échoue dans sa tentative de création d’une habitation. Pourquoi ? Il y a surtout la séparation d’avec sa femme, qui intervient peu après le mariage, et lui enlève une partie de la fortune attendue, tout en le contraignant à régler une pension alimentaire. Le revenu du domaine de Montsoreau ne suffit ni à couvrir l’intérêt de l’emprunt, ni la rente qu’il s’est engagé à verser à son frère pour le dédommager de la renonciation à sa part d’héritage. Aussi est-il contraint, en août 1787, de vendre la moitié de son habitation de Saint-Domingue.

5Sa situation ne s’améliore pas pour autant : « Le chien de métier […] que celui d’un habitant, et surtout d’un habitant qui s’établit », écrit-il le 17 août 1787. En raison d’une forte sécheresse, la récolte de café en 1789 est de 110 000 livres en poids au lieu des 200 000 livres attendues (11 décembre 1789). Il est mal secondé par un économe incapable, dont il doit finalement se séparer, tout en lui faisant une pension. Il doit remplacer un tiers des esclaves, à la suite d’une forte mortalité parmi ceux-ci. Les désordres du début de la Révolution ajoutent aux difficultés. Malade, il est contraint de se rendre en métropole pour faire réduire une hernie, et il meurt au cours de l’opération, à Paris, en juillet 1791, laissant une succession lourdement déficitaire.

6Sans doute, la détérioration de son état de santé et les événements révolutionnaires peuvent-ils expliquer, au moins pour une part, cette situation, cependant, dès le mois de décembre 1789, il assure : « Le déficit de mes revenus dérange tous mes projets. » Ainsi, même avec les conditions les plus favorables en apparence, la création d’une plantation n’est-elle jamais assurée de réussir.

Paul Le Mercier de la Rivière à Georges Desmé des Marais, contrôleur des guerres, à Saumur en Anjou

Canton d’Ennery ce 7 mai 1787

7« Je suis bien surpris, mon cher Desmé, de n’avoir pas un seul mot de vous depuis mon retour dans la colonie. Votre silence m’afflige, indépendamment des petits intérêts dont vous avez bien voulu vous charger ; je serais fort aise d’avoir de vos nouvelles.

8Malgré tout ce que j’ai pu faire, il m’a fallu plaider contre Mme de la Rivière. Elle a été déboutée de sa demande en séparation. Le lendemain de l’arrêt, elle s’est rendue au Port-au-Prince, et on me marque qu’elle se dispose à passer en France pour se pouvoir en cassation. J’espère que si elle fait cette bêtise, elle trouvera à qui parler.

9Je suis bien mécontent, mon cher Desmé, du fils de M. Nau. Je l’ai gardé chez moi. Mon projet était qu’il prit les connaissances nécessaires à la conduite des nègres et à la gestion d’une habitation. Il ne pouvait en prendre nulle part de plus étendues, que sur l’établissement que je forme, attendu que c’est un des plus considérables de la colonie, et que même peu de sucreries peuvent être mises en parallèle. Mon projet était qu’il se rendit capable d’être à la tête de ce bien, et de lui en confier la gestion, quand il serait en état de le mener. Pour l’encourager dans son apprentissage, je lui ai donné 2 000 livres d’appointements depuis le 1er janvier. Soit que le métier d’habitant, ou le séjour d’une habitation déplut à ce jeune homme, il y a mis une indolence qui m’a déplu. Je lui en ai fait des reproches qui n’ont servi à rien. À beaucoup de paresse, il joint infiniment de présomption, se croit déjà un docteur, et fait pour être chef, enfin ne veut aller à la place qu’autant qu’il y commande, il se retire même quand les économes y vont. Mes représentations ne l’ont pas corrigé, et depuis deux mois ce jeune homme, qui comme je vous l’ai dit gagne 2 000 livres par an, n’a pas mis le pied, ni à la place, ni à aucun des travaux quelconques. Il boit, mange, se promène, va jouer aux dames ou à d’autres jeux avec mes mulâtres, etc. Sans mes égards pour le père, il y a longtemps que je l’aurais mis dehors.

10Maintenant il me demande de le placer au Cap, chez un négociant. Je cherche à lui procurer une place. Si je réussis, je doute qu’il s’y maintienne, attendu qu’il est encore et très grossier et très indiscret. De tout ce que je vous marque mon cher Desmé, vous direz au père ce que vous voudrez. Je serais bien trompé si ce jeune homme fait ici quelque chose. Pour se tirer de presse dans la colonie il faut plus d’entre gens, plus d’intrigue qu’en France, et ce jeune homme manque absolument de ressort. Je crois que le père fera bien de le faire revenir.

11Vous me ferez plaisir mon cher Desmé de me donner des nouvelles de M. l’abbé de la Rivière. Il ne m’a pas fait l’honneur de m’écrire un mot depuis mon départ de France. Il a eu sans doute trop d’occupations.

12La récolte de 1786 a-t-elle été bonne ? Avez-vous pu vendre le vin un bon prix ? La suppression des droits de Bretagne a-t-elle donné un peu plus de valeur à nos vins ? Mon frère est-il payé de la pension ? Je vous fais bien des questions, mais comme je n’ai reçu de lettres ni de vous, ni de mon père, ni de mon frère, mon ignorance ne doit pas vous surprendre.

13Adieu mon cher Desmé, je vous embrasse de tout mon cœur.

14L.R.

15Mille amitiés à votre cousin. »

Du même au même

Quartier d’Ennery, ce 17 août 1787

16« Je n’ai reçu que depuis peu de jours, mon cher Desmé, votre lettre du 28 avril. Il n’y a rien que je n’aie tenté pour éviter l’éclat qui a eu lieu entre Mme de L.R. et moi. Tout ce qu’on peut proposer d’honnête, je l’ai offert. Cette femme abominable a bien senti que je ne me permettrais jamais de produire à la justice les preuves de son crime, et elle a abusé de la nécessité où j’étais d’en dérober les traces, par la crainte de voir rejaillir sur moi la honte d’un arrêt, qui lui aurait fait subir la peine due à de pareils forfaits. Ce malheureux événement mon bon ami, n’a pas peu contribué à déranger mes affaires. J’ai vu un moment où je désespérais de ne jamais me relever. Cependant je suis un peu revenu sur l’eau, et d’ici à deux ans je serais grandement au vent de toutes mes affaires.

17À mon arrivée de France, j’ai trouvé toutes mes plantations manquées, 68 nègres de moins, 16 cent mille livres d’engagements, et point de crédit. Je ne compte pas mes charges de France, qui sont bien lourdes, ne faisant pas de revenu. J’ai liquidé onze cent mille livres par la vente de la moitié de mon habitation, par ce qui m’est revenu de la succession Lilavois, etc. À l’époque de mon procès avec Mme de L.R., le feu s’était mis dans mes affaires, j’étais sous le coup des condamnations, des saisies, des exécutions. Quoiqu’il y ait quelques retards dans mes pensions de France, il est encore inimaginable que j’aie pu faire passer ce que j’ai envoyé, et à l’époque où j’ai envoyé les dernières lettres de change, j’étais obligé de vendre jusqu’à mes montres pour acheter de la farine. Enfin mon bon ami, j’ai rétabli le calme dans mes affaires, j’ai beaucoup payé, j’ai atermoyé, j’ai rétabli la confiance et mon crédit. Je ferai encore peu de revenu cette année, mais l’année prochaine je ferai près de cent milliers de café, et en 89 je passerai sûrement 200 milliers. Mes plantations sont de la plus grande bonté, mes cafés étant en plaine ne se dégradent pas, et tout me promet le succès le plus complet.

18J’ai encore deux ans de gène affreuse. Ma famille s’en ressentira un peu, mais il m’est impossible de mieux faire.

Je paye tous les ans en France

30000 livres argent de colonie

À Mme de L.R., une rente de

21 600 livres

Les gages, la dépense de l’habitation, sont au moins un objet de

36 000 livres

87 600

19Il faut tous les ans que je trouve cette somme en argent, étant surchargé de dettes, ne faisant pas de revenu, ainsi vous voyez qu’il ne me faut pas de faibles efforts, et que bien loin de m’en vouloir s’il y a du retard dans mes pensions en France, on doit me tenir grand compte de ce que je fais, qui est réellement au dessus de mes forces, d’autant que la majeure partie de mes établissements sont à faire, et que j’ai grand besoin de nègres. Quoique je ne fasse en établissements que ce qui est absolument nécessaire, que je le fasse avec toute l’économie possible, cela me coûtera encore beaucoup d’argent.

20Je vous ai parlé dans mes dernières lettres de M. Nau. Je ne puis que me plaindre de lui. J’avais gardé ce jeune homme sur l’habitation. Je lui donnais depuis le premier janvier 2 000 livres d’appointements. Je lui avais témoigné que mon dessein était de le mettre par la suite à la tête de mon bien, qui est sans contredit un des plus grands établissements de la colonie. Au bout de 6 mois de séjour dans la colonie, M. Nau s’est cru un docteur, ne voulant aller à la place, ni à aucun travail qu’autant qu’il soit le seul blanc. N’ayant pas assez de confiance en lui pour le laisser chef nulle part, je lui ai fait des représentations. Elles n’ont pas eu un heureux succès, il n’a plus voulu aller à la place, n’y s’occuper à rien. Il passait des après-midi toutes entières à jouer aux dames avec mes mulâtres. Je leur ai défendu de continuer cette partie, pour lors M. Nau passait toute la journée couché sur son lit ou à se promener. Révolté de la conduite de ce jeune homme, je lui ai témoigné mon mécontentement par des humiliations, n’ayant pour lui aucun égard, et le laissant comme s’il n’existait pas sur l’habitation. Il a été très choqué de ma conduite, mais ne m’a pas pour cela mis à même d’en changer.

21Je viens de passer le mois de juin et de juillet au Port-au-Prince où mes affaires m’ont appelé. J’avais laissé sur l’habitation plusieurs ouvriers blancs. M. Nau promenait son oisiveté de chantier en chantier, et non content de n’être bon à rien, m’a mis le désordre partout. Enfin sa conduite a été telle que j’ai été obligé de le renvoyer de l’habitation. Il y a quatre jours que je l’ai fait conduire au Cap. Je l’ai fortement recommandé à tout ce que j’ai d’amis, pour tâcher de le placer. En attendant qu’il le soit, je lui donnerai au Cap 2 000 livres par an. Il n’y a pas de quoi faire le Monsieur, mais il y a bien des honnêtes gens qui vivent de moins. Je l’ai bien prévenu que s’il faisait des dettes je ne les paierais pas, et que s’il faisait des sottises, je le renverrais en France. Je crains fort d’être forcé d’en venir là. Il n’y a pas la moindre ressource chez ce jeune homme. Il n’a ni ambition, ni amour propre, ni ressort d’aucune espèce. Il est difficile d’être plus malhonnête et plus grossier. Je serais bien trompé, s’il donne jamais à son père la moindre satisfaction. Je crois qu’un peu de misère pourrait lui donner de l’énergie. Il faut lui en faire tâter un peu.

22Ma santé, mon bon ami, est plus altérée depuis mon retour de France, qu’elle ne l’avait été pendant tout mon séjour dans la colonie. Sans maladie apparente, j’ai considérablement baissé, j’ai perdu mes cheveux et jusqu’à mes sourcils, j’ai la bouche pleine de scorbut, je perds mes dents, enfin depuis un an, j’ai vieilli au moins de dix années. Il m’est impossible d’aller en France, et si ma santé ne se rétablit pas, il faudra comme beaucoup d’autre crever à la peine.

23Le chien de métier mon bon ami, que celui d’un habitant, et surtout d’un habitant qui établit. Si M. de Castries se doutait de la moitié des embarras qui y sont attachés, il protégerait les colons, au lieu de les vexer par une foule d’ordonnances bien ridicules, et qui deviendront la perte de la colonie et du commerce, en faveur de qui la majeure partie est faite.

24Si mon père veut du vin et ne veut pas le payer, donnez-le lui, quoique je ne sois guère en état de faire des cadeaux.

25Je vous embrasse de tout mon cœur.

26De la Rivière

27J’oubliais de vous dire, que je n’ai pas mis M. Nau sur une autre habitation, parce qu’il ne veut pas absolument du métier d’habitant. Il ne veut même d’autre place que chez un négociant.

28La pension de 3 000 livres que je fais à mon frère court depuis le 1er juillet 1785. Il y aura donc 3 ans d’échus au 1er juillet 1788. Il a reçu quelque argent de moi à Paris. Marquez-moi ce qu’il a reçu de vous, pour que je sache au juste ce que je lui devrai à cette époque et que je prenne des mesures pour le lui faire passer. »

Paul Le Mercier de la Rivière à l’abbé Pierre Philippe de la Rivière, à Candes en Touraine, par Montsoreau

Quartier d’Ennery, ce 24 décembre 1787

29« Je suis bien surpris mon bon ami, que tu n’aies reçu qu’une lettre de moi, comme tu me le marques par celle que je viens de recevoir de toi du 16 septembre. Je t’en ai très certainement écrit plusieurs. Je t’ai marqué dans les temps que Mme de L.R. avait perdu son procès contre moi, dans sa demande en séparation. Depuis elle s’est pourvue contre ce jugement par requête civile, et elle a encore perdu. L’éclat qu’elle a donné à cette horrible affaire a forcé le ministère public d’en prendre connaissance. On instruit au Cap une procédure criminelle contre elle, et je suis dans ce moment dans la douloureuse appréhension de voir condamner ma femme comme empoisonneuse. J’attends des ordres de France à ce sujet.

30Je suis surpris que les biens d’Anjou ne suffisent pas à payer la pension. Suivant la lettre de M. Desmé, dans laquelle la tienne était renfermée, voici la manière dont j’établis mon compte avec toi.

31La pension que je te fais court depuis le 1er juillet 1785. Il y aura donc 3 ans d’échus au 1er juillet 1788, ce qui forme une somme de 9 000 livres, qui doit t’avoir été payée à cette époque.

Tu as reçus de moi à Paris

1 000

De M. Desmé suivant son compte

4 800

Total

5 800

32Il reste donc 3 200 à te compter jusqu’à cette époque, et la récolte de 1787 doit y suffire, puisqu’elle n’est grevée d’aucun autre frais, que les 900 livres qu’on doit payer tous les ans à mon père.

33Je sais bien mon ami, que le contrat que j’ai passé porte que je paierai les pensions d’avance, mais en examinant les pertes en tout genre que j’ai faites depuis deux ans, en réfléchissant sur la détresse affreuse où je me suis trouvé, et qui a été telle que je me suis vu au moment de faire banqueroute de 16 cent mille livres, je me trouve bien heureux d’avoir pu faire face aux termes échus. J’espère que dans deux ans je reprendrai l’avance, mais jusqu’à ce moment, il m’est de toute impossibilité de faire mieux. Ce fameux mariage, cette immense fortune que je croyais avoir épousée, et qui m’a fait tant d’envieux, s’est évaporée en fumée. Le bien de Mme de L.R. ne va pas à plus de 400 mille livres argent de colonie, et je rendrais bien quelque chose avec, pour n’avoir pas fait cet horrible mariage.

34Adieu mon bon ami, je t’embrasse de tout mon cœur.

35L.R.

36Je n’ai écrit ni à Billé, ni à personne, charge-toi de mes excuses et de mille compliments, pour lui, la maison, la plante, etc. »

Paul Le Mercier de la Rivière à Georges Desmé

Quartier d’Ennery, ce 24 décembre 1787

37« J’allais vous écrire mon cher Desmé, et je viens de recevoir votre lettre en date du 15 septembre. Le compte de Gasnaut ne me paraît pas d’accord avec celui qu’il a envoyé à mon père, et dont je vous envoie copie. J’ai quelque petit reproche à vous faire mon ami. À en juger par la lettre de mon père, il me paraît que M. Gasnaut reçoit et paie sans vos ordres. L’article que j’ai souligné dans la lettre de mon père, et en marge duquel il y a une note, est une tricherie de mon père. Il n’a jamais été convenu entre nous qu’il serait remboursé de cet objet. Du moins je n’en ai pas la moindre idée, et si j’eusse du faire ce remboursement, je vous en aurais prévenu.

38Je désire mon cher Desmé que Gasnaut ne paie absolument rien sans vos ordres, et vous m’obligerez d’y tenir la main. Ne vous donnez pas la peine de m’envoyer les comptes. Il me suffit que vous les régliez, et que vous me marquiez les résultats. Tout ce que vous ferez sera toujours très bien fait.

39Ma famille et particulièrement mon père, ont étrangement abusé de ma facilité. Vous en jugerez par ce que je vais vous marquer. Que ce soit pour vous seul. Mon frère me paraît bien indisposé contre mon père ; qu’il ait tort ou raison, il est inutile d’augmenter son aigreur.

  • 7 Jean-Michel Lilavois, mort à la Croix-des-Bouquets le 8 janvier 1781, laisse deux fils, Jean-Franç (...)

40Je me suis marié mon bon ami, au mois d’août 1784. On m’a fait épouser la veuve Lilavois comme un parti de douze à quinze cent mille livres. Jamais mariage n’a fait tant de bruit, et d’envieux. J’avais formé un établissement immense, contracté des engagements considérables, en raison de cette prétendue fortune. Peu de temps après je suis parti pour France, possesseur d’une belle habitation, sur laquelle je laissais 304 nègres, dont 240 à la place. Arrivé à Paris, j’ai pris avec ma famille des engagements bien lourds, et qui le sont devenus bien davantage par la perte de ma place d’ordonnateur. Pendant mon absence Mme de L.R. a perdu tous les procès contre les héritiers Lilavois7. Cette grande fortune s’est réduite à 400 mille livres de capital, et 21 600 livres de rentes viagères. Pendant cette même absence j’ai perdu 100 nègres, et en 85 et 86, on ne m’a planté avec un pareil mobilier que 40 mille pieds de café. Je suis arrivé trop tard en 86 pour réparer le mal.

41La perte de ma place, celle de mes nègres, le peu de réussite dans mes plantations, avaient tellement ruiné mon crédit, qu’à mon retour dans la colonie je n’avais pas celui d’un baril de farine, et que pour m’en procurer, j’ai été obligé d’envoyer vendre jusqu’à ma boite d’or.

42À mon arrivée au Cap, je me suis trouvé mon bon ami, avec 16 cent mille livres d’engagements dans la colonie, sans compter ceux de France, sans argent, sans revenu, sans crédit, et considéré par tout le monde comme un homme ruiné de manière à ne jamais s’en relever. C’est dans une pareille circonstance, que pour mettre le comble à ma détresse, Mme de L.R. a donné lieu à l’horrible affaire dont je vais vous entretenir.

43Pour me tirer de presse, pour faire face à une partie de mes engagements, j’ai été obligé de vendre la moitié de mon habitation, terre et nègres, et je suis resté en société avec l’acquéreur. Cette vente s’est montée à 640 mille livres, qui jointes à 300 mille livres que j’ai touchées des héritiers Lilavois, m’ont libéré de 200 mille livres. Indépendamment de ces paiements, j’ai réparé les désordres de mon habitation. J’ai au moins 300 mille pieds de café, bien plantés, bien réussis, et je passe pour avoir le plus d’établissement de la colonie dans ce genre de culture. Je compte augmenter de beaucoup mes plantations. Je n’ai fait cette année que 15 milliers de café. Je commencerai à en faire passablement la récolte prochaine, mais dans deux ans j’en ferai beaucoup, et j’irai toujours en augmentant. Si cette denrée se soutient non seulement je serai promptement liquidé, mais je serai riche. Ma façon de payer et de travailler a parfaitement rétabli mon crédit, et j’espère que je ne le perdrai plus.

44Vous voyez mon cher Desmé, que dans l’affreuse position où je me suis trouvé, ma famille doit se trouver bien heureuse que j’aie encore payé comme je l’ai fait.

45J’ai fait passer à mon père en bijoux vendus suivant son compte

20 824

en une traite l’année dernière

+ 15 000

en une autre envoyée depuis 2 mois

+ 15 000

total argent de France

50 824

Produit des vignes en 85 et 86, suivant la lettre de mon père

+ 12 000

62 824

46Je dois payer en France depuis le premier juillet 1785 les pensions suivantes

à mon père, pour pension, etc.

12 000

à mon frère pour pension

3 000

à ma sœur pour pension

4 000

19 000

il y aura 3 ans d’échus au 1er juillet 1788

X3

57 000

47indépendamment des 62824 de capital que j’ai fournies, j’avais payé 6 mois de pension à tout le monde sauf mon frère qui n’avait reçu que 100 pistoles. Il faut donc ôter des 57 000, que j’ai dû payer jusqu’au 1er juillet prochain, la somme de 9 000, restera 48 000 livres.

48Comme pour payer 48 000, j’en ai envoyé 62 000, je suis en avance de 14 000 livres. Il est vrai que j’avais laissé des dettes, pour 8 à 10 mille francs, que mon père a dû payer.

49Vous voyez mon cher Desmé, que je ne suis pas en retard, et que ma famille me doit quelque reconnaissance, de n’avoir pas partagé ma détresse, et d’avoir trouvé le moyen de venir à son secours, malgré la position critique où j’étais. C’est principalement dans l’emploi de ces fonds que j’ai à me plaindre de mon père. Je sais que ma sœur n’est pas payée. Elle devrait l’être et mon père aurait dû avoir de quoi faire l’appoint, pour ce qui manque à l’abbé. Je cherche depuis longtemps à me lier avec une maison de commerce qui se charge de mes affaires de France, et principalement qui paye à chacun séparément son affaire. Le désordre de mes affaires, le peu de revenu que j’ai fait, m’a rendu cet arrangement difficile jusqu’à ce moment. Je crois cependant que je vais m’arranger avec la maison Guilbaut et Duvergier. Si je réussis, je chargerai quelqu’un en France de régler avec mon père, mon frère et ma sœur, et de les payer exactement.

50Je ne presse plus à vendre mon bon ami. Encore un an, et je serai au-dessus de toutes mes affaires. Le genre de celles que j’ai eues dans la colonie m’en rend le séjour désagréable. Je pense à me retirer en France, le plus tôt que je pourrai. Si j’effectue ce projet, je vendrai ce qui me reste. Je n’ai point d’enfants, je n’en aurai jamais. Je veux jouir, et je ne vois pas pour qui je travaillerais. Si je vais en France, il peut être amusant d’aller quelquefois faire vendange, et se griser avec le mauvais vin de Morin.

51Je ne vous ai parlé que bien succinctement de l’affaire de Mme de L.R., en voici les détails. Mme de L.R. est une créole, qui par ses cruautés, sa jalousie, m’avait rendu la vie très dure. Femme de deux maris très âgés, elle les avait tenus dans un esclavage rigoureux. Elle aurait bien voulu me réduire au même état de nullité. Je ne vous ennuierai pas de toutes les manœuvres qu’elle a employées pour y parvenir. Désespérant du succès elle a voulu me tourner la tête par des idées de poison. N’ayant pas pu réussir à me convaincre de son existence, et à m’inspirer des craintes à ce sujet, elle en a employé elle-même. Elle a empoisonné avec du vers de gris dans du thé, un petit quarteron de cinq ans, né chez moi, et très gâté.

52Cette malheureuse femme a été si maladroite, que presque au même instant, son crime a été découvert, et à la connaissance de tous les blancs et nègres de l’habitation. Dans le moment de trouble que cela avait occasionné, j’ai éloigné Mme de L.R. Je lui ai écrit des lettres fort vives, ou lui reprochant son crime avec toute l’amertume et l’horreur dont elle m’avait pénétré, je lui marquais que nous ne nous verrions jamais. J’exigeais qu’elle partit pour France, et j’offrais de lui faire cautionner 25 mille livres de rente argent de colonie, etc. Enfin j’ai mis en œuvre tous les bons procédés, tout ce que la délicatesse la plus outrée peut faire employer, et le tout en pure perte.

53Cette femme est tombée entre les mains d’un forcené, qui lui a persuadé que munie des deux lettres que je lui avais écrites, elle devait plaider en séparation. Elle m’a effectivement attaqué. J’ai été forcé de me défendre, et j’ai eu assez de crédit pour empêcher le ministère public de se mêler de cette horrible affaire, et en dérober les affaires au public, en obtenant qu’on plaidât à huis clos, et qu’il fut défendu aux avocats d’imprimer. Il n’y a pas un juge qui n’ait été révolté de la conduite de cette femme, qui n’ait été convaincu de son crime, et elle a perdu son procès tout d’une voix. Après le jugement j’ai réitéré les mêmes offres à Mme de L.R. J’ai fait tout ce qu’il était possible pour l’engager à rester tranquille, je n’ai rien pu gagner. Elle s’est pourvue par requête civile. Pendant les délais de ces procédures la réunion des deux conseils a eu lieu au Port-au-Prince. Il a donc fallu qu’elle s’y rende pour suivre sa requête.

  • 8 Jean-Baptiste Estève, juge de police au Cap depuis 1768. Son neveu Estève, ancien secrétaire de M. (...)

54Mme de L.R. a profité de la circonstance du nouveau tribunal pour imprimer un mémoire. Elle a eu le front d’y transcrire d’un bout à l’autre les 2 lettres de reproche que je lui avais écrites, et comme ces lettres contenaient les plus grands détails sur son crime, le procureur général a été forcé de prendre son mémoire pour dénonciation, et a rendu plainte. Il est intervenu arrêt qui ordonne l’instruction de la procédure criminelle contre elle et il y a eu déjà plusieurs témoins d’entendus. M. Esteve8 me marque qu’il y a beaucoup à craindre qu’elle ne soit entachée. Je travaille maintenant à arrêter les suites fâcheuses que cela pourrait avoir pour elle. Je vous instruirai des événements qui suivront.

55Quand mes créanciers qui avaient comme tout le monde une idée fausse de la fortune de Mme L.R., l’ont vu plaider en séparation, ils se sont crus bien mieux frustrés. Le feu s’est mis dans mes affaires. Tout le monde m’est tombé sur le corps. Les condamnations, les haros, tout a été employé. C’était à qui arracherait un lambeau. J’ai fait face partout. Je m’en suis tiré, et comme vous voyez, ma famille dont les pensions devaient être payées d’avance, doit se trouver bien heureuse de l’être aux échéances des termes.

56L’embarras où je me suis trouvé est incroyable, et quand je reviens sur la suite d’événements désastreux dont je suis la victime depuis deux ans, je ne puis pas concevoir comment je suis parvenu à me sauver du naufrage. Mme de L.R. a perdu la requête civile, et je crois devoir être sans inquiétude sur les suites qu’elle veut donner en France à cette affaire.

57Vous voyez mon cher Desmé, d’après le détail de mes embarras, qu’il m’a été difficile de m’occuper de l’affaire dont M. Valat m’a chargé, surtout en joignant au détail que je viens de vous faire les embarras d’un nouvel établissement, dont les détails sont immenses, et dont il ne m’est pas possible de m’écarter, sans que la machine en souffre. Quand je serai débarrassé du procès criminel qui m’occupe je verrai cette affaire, et si quelqu’un veut s’en charger ; j’ai beaucoup trop des miennes et ne puis vaquer à celles des autres.

  • 9 Jean-Baptiste Roberjot-Lartigue, trésorier de la Marine à Saint-Domingue, propriétaire au Sale-Tro (...)

58M. Nau est au Cap depuis 5 mois, sans que j’aie pu réussir à le placer. Il a dégoûté par son indolence, son insouciance, toutes les personnes à qui je l’avais recommandé. Dans toutes les réponses qu’on me fait à son sujet, on s’accorde à me marquer que ce jeune homme ne fera jamais rien, et que je dois le renvoyer en France. Je vais l’envoyer au Port-au-Prince à M. Roberjot9 qui m’a promis de le placer sur une bonne sucrerie en payant la pension. Ce parti ne plaît pas au jeune homme. Mais en lui écrivant pour le lui proposer, j’ai prétexté une lettre de son père qui désire qu’il se fixe au métier d’habitant, et je lui ai marqué que s’il n’acceptait pas ma proposition, il pouvait arrêter son passage pour France. Je vous envoie sa réponse, où se peint son caractère indolent. La faiblesse de son tempérament est une chimère. Il est bien constitué, fort, vigoureux, et n’a eu chez moi que la maladie du pays, à laquelle tous les arrivants sont sujets.

59La grande maladie, dont il ne reviendra sûrement pas, est une paresse excessive, pas d’amour propre, pas le moindre ressort, et la tentative que je fais est très certainement infructueuse, et avant peu je serai obligé de le renvoyer à son père. Je n’ai pas répondu à la lettre qu’il m’a écrite. La cause de mon silence est que je n’avais que des choses désagréables à lui marquer. En voilà bien long, mon cher Desmé, pour quelqu’un comme vous, qui en écrit aussi court. Dans le paquet que je viens de recevoir de vous, il n’y a d’étendu que le compte de Gasnaut, et certainement je ne le lirai pas.

60D’après mes notes, voici comment j’établis mon compte avec mon frère,

61au 1er juillet 1788, il y aura 3 ans de pension échus, qui forment un total de 9 000 livres

il a reçu à Paris

1 000

de vous suivant votre note

4 800

5 800

il lui sera dû au 1er juillet 1788

3 200

62Je crois que la recette doit suffire à ce paiement. Je reprendrai l’avance dans deux ans au plus tard, mais jusqu’à ce moment, il faut le contenter des termes échus, car je ne puis pas mieux faire.

  • 10 Étienne Moreau de Champlais, ancien capitaine au régiment de Forez, chevalier de Saint-Louis, prop (...)

63Vous me demandez des nouvelles de la colonie. Pour vous répondre d’une manière satisfaisante, il me faudrait faire une lettre aussi longue pour le moins que celle-ci l’est déjà. Moreau10 avec qui vous êtes en correspondance, et qui est un des membres du comité, vous satisfera mieux que moi à ce sujet.

64Je vous embrasse de tout mon cœur.

65L.R.

66Vous verrez par la lettre de mon père, que d’après Gasnaut, il porte le revenu des vignobles à près de 6 000 livres net chaque année. Le résultat du compte de Gasnaut ne paraît les porter qu’à 4 000 livres, expliquez-moi cette différence. Quoi qu’il en soit, payez je vous prie exactement les 900 livres à mon père. C’est pour servir une rente viagère à un malheureux qui, pour toute fortune n’avait que 10 000 livres et me les a prêtées à Paris dans mon besoin. Mon père ne serait pas homme à payer s’il ne recevait pas. »

Du même au même

Quartier d’Ennery ce 12 mai 1788

67« Je charge mon cher Desmé, M. Lartigue de prendre pour moi des arrangements avec une maison de commerce, pour payer régulièrement les pensions que je fais.

68Si cette lettre vous parvient, c’est que ces arrangements seront faits. La maison avec laquelle traitera M. Lartigue vous fera toucher annuellement à commencer de cette année une somme de 2 000 livres tournois. Pour lors vous ne ferez plus toucher à mon père les 900 livres que je vous avais chargé, et vous n’aurez plus à payer que la pension de l’abbé. Il serait bien malheureux que le produit des biens de Montsoreau et Morin, tout mauvais qu’ils sont, joints aux 2 000 livres qui vous seront comptés, ne puissent pas faire face à cet objet. Si les arrangements dont je prie M. Lartigue de se mêler ont lieu, je vous demande en grâce de donner vos ordres de manière qu’il n’y ait que vous de qui Gasnaut en reçoive, qu’il ne compte qu’avec vous des recettes et dépenses, qu’il ne dispense de rien par les ordres de mon père, enfin qu’il ne connaisse que vous pour seul et unique propriétaire.

69Je viens de recevoir votre lettre du 18 février. Depuis l’arrangement avec ma famille, j’ai payé en France plus de 70 mille livres tournois. Il est affreux que je sois de l’arriéré de mes pensions.

70Adieu mon cher Desmé, je vous embrasse.

71L.R. »

Du même au même

Quartier d’Ennery ce 4 juin 1788

72« Depuis mon retour de France, mon cher Desmé, j’ai envoyé au moins 15 mille livres tournois de plus qu’il ne fallait pour payer les pensions. J’ignore comment cela s’arrange, mais je suis arriéré partout. Je viens d’écrire pour qu’on compte avec mon père, qu’on me mette à jour, avec lui et ma sœur. J’ai envoyé de l’argent pour cela, et je donne des ordres pour qu’ils soient payés séparément et régulièrement de 6 mois en 6 mois.

73Je marque mon bon ami, qu’on vous compte 2000 livres tournois tous les ans, à compter de la présente année. J’espère que cela sera suffisant pour que vous payiez régulièrement la pension de mon frère. Au moyen de cet arrangement, s’il a lieu, mon père n’aura plus rien à vous demander, et ce serait bien malheureux que le produit de Montsoreau et de Morin ne puisse pas compléter ce qu’il vous faudra pour parfaire la pension de l’abbé.

74Je commence cette année à faire un peu de revenu, mais je suis encore loin de suffire à mes charges. Je fais en France 30 mille livres de pension, argent de colonie, 22 mille à Mme de L.R. J’ai à payer tous les ans les gages et frais d’exploitation d’une habitation où il y a plus de 300 nègres, et vous savez aussi bien que moi ce que cela peut coûter. J’ai la majeure partie de mes établissements à faire, j’ai des engagements à payer, et je ne ferai cette année que 40 mille francs de revenu. J’espère que l’année prochaine j’irai à près de 200 milliers de café, et je dois m’attendre tous les ans à une augmentation considérable, parce que j’augmente tous les arbres. Si la denrée se soutient, je me tirerai, mais je serai encore longtemps à labourer pour les autres.

75Le jeune Nau est au Port-au-Prince. Je ne le crois absolument propre à rien. Je l’avais placé sur la sucrerie de Roberjot, où je payais la pension. Son indolence a dégoûté le procureur qui n’en a plus voulu. Il m’a écrit pour lui donner les moyens de faire le commerce étranger. Je m’y suis refusé. Ce commerce est misérable quand on le borne aux objets dont l’introduction est permise, et il est trop dangereux aujourd’hui quand on se mêle de contrebande. Il fait maintenant les écritures d’un avocat. Cela ne le mènera à rien. La seule chose que je crois lui convenir, et que je crois devrait faire son père, serait de le placer chez quelque négociant, dans un port de mer. Il ne fera pas une fortune rapide, mais il végétera comme tant d’autres, et ce jeune homme, qui n’a ni vices ni vertus, n’est propre qu’à végéter. Je ne lui paie plus de pension au Port-au-Prince. Ce retranchement va lui faire éprouver un peu de misère. Peut-être cela lui donnera-t-il de l’énergie, mais j’en doute. Je voulais le renvoyer en France, mais il ne veut pas partir. Je fais veiller sur lui, quoique j’aie eu l’air de l’abandonner. Si son père fait bien il le rappellera en me laissant le maître de le retenir, si jusqu’à l’arrivée des ordres, je vois un changement avantageux.

76Adieu mon bon ami, je vous embrasse de tout mon cœur.

77De La Rivière »

Du même au même

Quartier d’Ennery ce 6 décembre 1788

78« Je reçois mon bon ami, votre lettre du 20 septembre. Je présume que lorsque la mienne vous parviendra vous saurez à quoi vous en tenir sur les arrangements que Lartigue a dû prendre pour mes pensions. Je n’ai qu’une lettre de lui à ce sujet, dans laquelle il me marque que je suis fort arriéré. Je m’y attendais, quoiqu’à mon compte je dusse être de l’avant. Je sais encore qu’il a disposé de fonds que j’avais chez mon correspondant de Bordeaux, et j’envoie dans ce moment 20 milliers de café.

79D’après ce que vous me marquez mon cher Desmé, au sujet de Gasnaut, je vous laisse le maître de faire avec lui, comme vous le jugerez à propos. Si vous aperceviez cependant que les liaisons avec mon père nuisent à mes intérêts, je vous prie de m’en avertir, j’y mettrais bon ordre, sans vous commettre. J’ai fait pour ma famille beaucoup plus que je ne devais, plus même que je ne pouvais, je n’entends absolument aller au-delà.

80Je ne suis pas décidé à abandonner à mon frère les biens de France pour la pension. Je croyais vous avoir marqué que mon projet n’est plus de vendre. C’est la seule chose qui soit bien décidée dans mon esprit, quand au reste j’ignore si je me fixerai ici, ou si j’irai en France. Je me trouve à la tête d’un établissement colossal, et le plus considérable de la colonie dans ce genre de culture.

81Mon habitation est belle, dans un local agréable, une manufacture toute à l’eau, et d’une exploitation unique par la facilité du cabrouet, qui va partout dans l’intérieur. Quoique j’aie 300 mille pieds de café bien réussis, et aussi beaux que dans aucun quartier de la colonie, je suis loin d’avoir fini mes plantations et mes établissements. Je puis doubler et tripler mes plantations. J’en ai le projet, mais j’ignore si je pourrai le suivre jusqu’au bout. Le métier d’habitant à des dégoûts, qui prennent sur moi de plus en plus. La conduite seule des nègres rend ce métier horrible. La sévérité dont il faut toujours être armé pour maintenir dans l’ordre un grand atelier, est trop contraire à ma manière d’être, pour ne pas me fatiguer excessivement.

82Dans un aussi grand établissement, j’ai beaucoup de gens à gage. J’ignore si pendant votre séjour à la colonie, vous en avez trouvé de bons, mais je n’ai pas eu ce bonheur. Je n’en ai pas encore vu, dont il ne faille entretenir les soins et l’activité par une surveillance continuelle. Blancs comme nègres, tombent bien vite dans un relâchement funeste, pour peu qu’on laisse aller les rênes. Autre sujet d’ennui et de fatigue. Les établissements me donnent bien d’autres dégoûts. Il était impossible d’être plus ignorant que moi, sur tout ce qui concerne les bâtiments. Il m’a fallu devenir maçon, charpentier, forgeron, pour me mettre à même de suivre mes travaux, et voir si les ouvriers ne me trompaient pas, principalement sur la qualité de leur ouvrage. Enfin il m’a fallu étudier jusqu’aux livres de médecine et pharmacie, pour les besoins de mon hôpital.

83Le dégoût résultant de tout cela n’est comprimé par aucune jouissance. Vous savez combien celles d’une habitation sont bornées, et elles le sont encore plus à la Montagne qu’elles ne pouvaient l’être dans le quartier que vous habitiez. J’ai donc souvent le désir de m’en aller, mais je suis retenu par tant de considérations puissantes, que je suis très indécis sur le parti que je prendrai.

84Le voyage que j’ai fait en France me coûte si horriblement cher, que je craindrai toujours en m’en allant de laisser des intérêts dans ce pays. Accoutumé depuis longtemps à une très grande aisance, je ne pourrais pas vivre en France avec de petits moyens. Je pourrai vendre ici, partie en rente viagère, mais il faut vendre solidement et cela est difficile. C’est cependant le projet auquel je tiens le plus, et je le réaliserais si l’occasion se présentait.

85J’aime assez mon bon ami la position de Montsoreau. Je trouve bien agréable ce bord de Loire, et je voudrais faire là un petit endroit où l’on peut aller faire vendange, et passer agréablement un mois ou deux. Je désirerais me rendre propriétaire de tout le clos Morin, et relever les murailles du clos de Montsoreau. Je crois qu’il faudrait faire aussi à Montsoreau l’acquisition de quelques terres, qui me touchent, ou qui gêneraient mes clôtures.

86Je n’ignore pas que ce sera de l’argent mal employé, mais étant propriétaire de Morin, j’aurai toujours la défaite de mes vins. D’ailleurs si je ne les vends pas, j’en ferai de l’eau-de-vie, et si je me fixe en France, le plus ou moins de revenu que me donneront ces objets me sera à peu près indifférent.

87Voyez mon bon ami, s’il y aurait moyen de faire des acquisitions dans le clos Morin, et marquez-moi ce qu’il faudrait faire pour cela. Je m’arrangerais pour vous le faire passer de quelques manières que les choses tournent. Je suis encore ici pour trois ou quatre ans, ainsi nous avons le temps de former des plans et de les changer.

88Je vous embrasse de tout mon cœur.

89De La Rivière. »

Paul Le Mercier de la Rivière à l’abbé de la Rivière

Quartier d’Ennery ce 6 octobre 1789

  • 11 Bibliothèque Nationale : 8°-Lb39-7023, s. l. n. d., 6 p. Discours adressé par M. l’abbé Le Mercier (...)

90« Je reçois mon cher ami, ta lettre en date du 25 mai, qui renferme le discours que tu as prononcé à l’assemblée des députés11. J’en ai été fort satisfait et je t’en remercie. Dans cette même lettre tu me marques qu’il t’est dû près de deux années. Tu m’écris cela au 25 mai, et j’ai une lettre de MM. Boyer, Mesler et Zimermann mes correspondants de Bordeaux en date du 23 avril, qui me marquent avoir payé ce qui était dû.

91J’en ai une autre du 23 juillet, dans laquelle on m’envoie les reçus de mon père et de ma sœur jusqu’à la fin de décembre de la présente année. En me les envoyant on me dit que les reçus de M. Desmé ne sont pas encore parvenus, mais qu’on va me les faire passer. Ou toi mon ami, ou mon correspondant se trompe. Si ce n’est toi, dépêche-toi de m’éclaircir, et en attendant mes réponses, tu peux faire écrire par M. Desmé à mes correspondants que je viens de te nommer, et le prier de réclamer ce qui pourrait t’être dû.

92J’ai appris avec bien de la peine la maladie de M. Desmé. J’espère qu’elle n’aura pas eu de suite. Il me semble que depuis la lettre que je reçois de toi, tu aurais bien pu m’en donner des nouvelles en adressant tes lettres à Bordeaux à M. de Boyer, elles me parviendront plus sûrement et plus promptement.

93Je crois que Mme de L.R. a pris le parti de me donner la paix. Je n’entends plus parler d’elle. Je ne sais même pas où elle est.

94Adieu mon cher ami, je t’embrasse de tout mon cœur.

95L.R.

96Mille et mille amitiés à M. Desmé. »

Du même au même

Quartier d’Ennery ce 12 décembre 1789

97« J’apprends mon ami, par une lettre de mon père, la mort de M. Desmé. J’en ai été singulièrement peiné. J’aimais et j’estimais infiniment cet honnête homme, et me faisais un plaisir de l’espérance de passer temps en temps, quelques jours avec lui.

98Charge-toi mon ami des biens de Montsoreau et Morin. Le produit en sera appliqué à payer la pension. S’il y a de l’excédent, je te ferai part de l’emploi. Je joins ici une lettre pour Gasnaut. Tu lui feras remettre.

99Les troubles qui agitent la France ont gagné la colonie, principalement la ville du Cap. Les autres parties sont plus tranquilles. Je ne participe à rien et ne sort pas de mon habitation. J’ai eu une année affreuse par la sécheresse, et ma récolte a été réduite à plus de moitié de ce que j’aurais fait, si la saison n’eut pas été aussi contraire. Les troubles de France, ceux de la colonie, et le déficit de mes revenus dérangent tous mes projets.

100Adieu mon ami je t’embrasse de tout mon cœur.

101L.R. »

Du même au même

Quartier d’Ennery ce 28 décembre 1789

102« J’ai reçu hier mon ami la lettre où tu me fais part de la mort de M. Desmé. Je l’avais apprise, comme je te l’ai marqué, dans ma lettre du 12 de ce mois, par mon père. C’est à ce sujet que je t’ai écrit dernièrement. Sans t’envoyer de procuration, je te prie dans cette lettre de te charger de mes biens de France, et je t’envoie une lettre pour Gasnaut, à qui je marque de prendre tes ordres, et de te rendre compte.

103Je ne répondrai pas mon ami, à tout ce que tu me dis pour charger tel ou tel de mes affaires. La méfiance est un sentiment que je n’ai jamais connu, et on m’a toujours trompé longtemps avant de me l’inspirer. Dans le moment de l’acquisition de mes biens, des raisons particulières m’en ont fait charger M. Desmé. Elles n’avaient aucun rapport à toi.

104Nous sommes toujours dans le trouble et la confusion. On veut même nous inspirer des inquiétudes sur nos nègres. Je ne puis plus aller en France, il faut voir la fin de tout ceci avant de quitter la colonie.

105Je t’embrasse.

106L. R. »

Du même au même

Quartier d’Ennery, ce 16 février 1790

107« J’ai reçu il y a deux jours mon ami, ta lettre du 2 octobre dernier. Tu me marques dedans qu’à la fin du même mois, je te serai redevable de 2 407 livres 16 sols. Je suis surpris que la recette de 88 qui a été vendue avantageusement n’ait pas suffi à te remplir. Gasnaut ne m’a encore envoyé qu’un compte depuis mon retour de France. Je désire que tu me fasses passer tous les ans un compte exact de recette et de dépense. Je n’ai pas besoin du détail volumineux que m’a fait Gasnaut. Il me suffit que tu énonces les dépenses par article, comme il suit :

108gages…

109façon de vignes…

110pensions…

111dépenses de Gasnaut…

112rentes…

113droits…

114etc…

115Total de la dépense…

116Recette…

117Partant la recette excède la dépense ou la dépense excède la recette de la somme de…

118J’ai éprouvé l’été dernier le sec le plus violent qu’on ait encore ressenti dans ce quartier. Ma récolte qui à l’époque de la fleuraison avait été estimée au-delà de 200 milliers, a été réduite par le sec à 110 milliers. J’ignore encore ce que je ferai cette année.

119La colonie est aussi agitée que la France. Nous sommes dans la plus cruelle anarchie. On a été ici bien plus loin qu’en France. On a créé des tribunaux, levé des troupes, on a même fait des lieutenants généraux, des maréchaux de camp, des colonels, etc. Les affaires en souffrent considérablement. On ne paie pas, et il est à craindre que les troubles n’augmentent encore. Tous ces événements ont changé mes projets. Je comptais partir ce printemps, mais j’attendrai le résultat de tout ce qui se passe avant de prendre un parti.

120Adieu mon cher ami, je t’embrasse de tout mon cœur.

121L.R.

122M. Nau est toujours dans les bureaux au Port-au-Prince. On ne peut penser à rien pour lui dans ces moments de troubles. Mes compliments à son père.

  • 12 Jean-Bernard Girault, époux de Marie-Geneviève Bancio-Piémont, fille de l’ancien trésorier princip (...)

123Envoie-moi si tu peux 2 caisses de 25 bouteilles de Morin, bon, bien net, et adresse-les pour moi, au Cap, à M. Girault12, trésorier de la Marine. Je veux 2 caisses de 25 bouteilles, pour qu’elles soient portatives sur des mulets. »

Madame Demars, née Lemercier de la Rivière, à l’abbé de la Rivière

De Paris, le 11 juillet 1791

124« Je ne sais mon cher ami, si mon père t’a mandé le malheur affreux que nous éprouvons. Mon frère est mort en 3 jours de temps des suites d’une opération que l’on lui a faite de la descente. Juge de ma douleur. Cette mort macabre, et dans quel embarras nous allons tomber pour nos intérêts avec la veuve. On dit qu’elle est à Paris. Je ne sais encore que dire et que faire parce qu’il est mort vendredi, et que depuis ce moment je n’ai pas pu sortir, ni même voir mon père, à qui j’ai fait demander quelques louis pour mon deuil, parce que je suis sans le sol. Il m’a refusé, et je vais voir ce que je pourrai faire, et je t’engage mon ami, à te joindre à moi pour arranger les choses à l’amiable. Évitons les protêts, nous ne sommes pas assez riches pour plaider. Nous sommes seuls, réunissons nos intérêts pour moins perdre. Adieu mon bon ami, mon cœur est si accablé que je n’ai pas la force de t’en dire davantage.

125Je t’embrasse de tout mon cœur.

126Ta sœur. »

La même au même

De Paris le 25 août 1791

127« Il y a 8 jours mon cher ami, que je suis revenue de chez moi, et je n’ai pas été peu surprise de ne pas trouver de tes nouvelles. Cependant il n’est pas de ton intérêt, ni du mien, de mettre de la lenteur dans nos démarches. Mon père, qui est à la campagne, revient ce soir. Il m’avait annoncé sa procuration pour Saint-Domingue et j’ai fait faire la mienne pour toi, pour les biens d’Anjou. Comme je compte partir par Nantes, mon intention est de descendre chez toi, pour avoir le plaisir de te voir, et en même temps pour convenir ensemble de nos intérêts, car je regarde cela comme absolument nécessaire, ne pouvant douter par ce que je vois et ce que j’entend que tu ne peut être instruit de l’état des choses, et je ne pouvais exactement te mettre au fait par écrit. Je cherche dans ce moment les fonds pour partir. Voila ce qui me retarde. Comme l’on regarde ici la succession de mon frère comme très mauvaise, je ne trouve pas grande ressource, et je ne te peux faire une idée des peines et contrariétés que j’éprouve. L’on épargne rien pour me dégoûter de mon voyage, et pour m’engager à donner ma procuration à un étranger. Mais mon parti est pris. Si l’un de nous n’était pas sur les lieux nous perdrions tout. Je sais qu’à cause de la veuve et des créanciers la tâche est difficile à remplir, mais cela ne m’effraye pas, et quoique dans le moment l’arrivée du décret des colons de couleur met dans ce pays tout à feu et à sang, je ne me décourage pas, persuadée que l’on ne fera rien aux femmes.

128Je compte donc te porter toutes les pièces relatives aux affaires présentes. En attendant répond moi et envoie-moi ta procuration, parce que si elle n’était pas telle qu’elle doit être on aurait le temps de la refaire.

129Adieu, je t’embrasse et suis tout à toi.

130Ta sœur. »

La même au même

Au Cap ce 4 août 1792

  • 13 Gérard aîné (Sauveur), notaire au Cap et receveur de l’Amirauté aux Cayes.

131« J’ai reçu mon cher ami, ta lettre en date du 16 avril. C’est la première que je reçois ici de toi. Ce que tu me mandes de la position de la France ne m’étonne point, je le savais. Celle de la colonie est bien plus affreuse. Les chemins sont toujours obstrués par les brigands, ce qui nuit beaucoup à nos intérêts par la raison que je ne puis lever encore les obstacles que mon associé a mis à l’inventaire des biens de mon frère, ce qui rend toutes mes démarches et procédures actuelles presque nulles. Ma position présente est d’avoir obtenu que les revenus de l’habitation seraient versés dorénavant dans une maison de commerce au Cap, car ceux de la présente année sont mangés par le S. Gerard13 de qui je ne puis avoir aucun compte. On m’a accordé 4 000 livres tournois de provision que je puis toucher avant la nouvelle récolte et encore suis-je contrainte de fournir une caution que je ne puis trouver. Tu vois mon ami que ma position est pire que la tienne puisque je suis réduite à vivre de la vente de mes effets et de mon travail. Je n’en néglige pas plus pour cela tes intérêts. Je n’ai pas pu faire régulariser ta procuration par M. Ozanne, attendu que tu l’avais fait signer comme témoin. Il a été remplacé par un M. Floris, propriétaire en ce pays, non incendié. Le fondé de procuration de mon père, le Sr. Busson est celui qui s’est le plus déclaré contre mes intérêts en s’opposant à la provision, quoiqu’il n’ignorât point que j’étais sans aucun moyen d’exister. La recommandation que tu me fais de ne me fier à personne est, je te jure, bien inutile, car non seulement personne ne s’est jeté à mon col, mais je n’ai reçu que des malhonnêtetés de la part même de ceux à qui mon père m’avait recommandée et je n’ai pas encore pu découvrir un ami de mon frère, il ne s’en était pas fait un grand nombre.

  • 14 Maison de commerce et d’armement maritime de Nantes ayant une succursale au Cap.

132Je ne m’attendais pas à un compte aussi favorable des biens d’Anjou et suis fort surprise que M. Montaudoin14 ait manqué de parole. L’emprunt que je lui avais fait ne courait aucun risque par les troubles de la colonie puisqu’il était hypothéqué sur mes biens en France, et il ne courait que celui d’un retard dans le remboursement. Quant à mon père je ne vois de quel droit il disposera du revenu des biens de France, les intérêts étaient saisis, il reste dans la classe des créanciers, et ne doit donc disposer de rien.

133En arrivant au Cap, j’ai fait remettre au Sr. Nau la lettre de son père. Il ne m’a pas honoré d’une visite, je ne sais que par ouï dire qu’il lui est dû 4 000 livres. Je crois même qu’il n’a aucun titre. Il ne s’est point présenté comme les autres créanciers et sa créance n’est point hypothéquée. Je doute qu’il en soit jamais payé par la masse énorme de dettes. Les frais de justice ici sont immenses, et pour peu que le procès dure la plus forte partie de la succession y passera. Je n’ai point trouvé ici le fils aîné de M. Hudot mais bien un cadet à qui j’ai remis ta lettre. Le Sr. Nau lui a été utile en le faisant entrer copiste à l’intendance. Il me serait impossible en ce moment de t’envoyer les madriers que tu me demandes ne pouvant les prendre que sur des habitations dont les brigands sont les maîtres.

134Tu n’ignores sûrement pas que mon mari n’est plus en France, il m’a flatté de venir me rejoindre. Je ne te dirai rien de ma santé, mon ami, elle est toujours mauvaise. Tâche de me donner des nouvelles de la tienne plus souvent. Écris-moi par duplicata, l’une à M. Bernard, l’autre par la poste en l’affranchissant jusqu’au port.

135Je voudrais que tu me fisses un grand plaisir, bien utile pour ma santé, qui est de m’envoyer deux pièces de vin en bouteilles, l’une en rouge et l’autre en blanc, si tu ne peux pas me les envoyer toutes deux en blanc, surtout en bouteille, dans la crainte qu’on ne la change. La cherté où il est dans ce pays fait que je ne puis en acheter et l’on y boit que du vin de Bordeaux que je ne puis boire. Je te tiendrai compte et du vin et des frais. Je te recommande en grâce de ne point m’oublier. Je prendrai ma revanche avec grand plaisir lorsque les circonstances de la colonie le permettront.

136La barrique de vin passable de Bordeaux vaut argent des îles 528 livres, 352 livres argent tournois ; le savon pesant un quintal 160 livres, 106,13 livres sols 4 deniers argent tournois. Tous les autres objets en ce pays suivant cette proportion. L’argent y est fort rare. L’administration ne paye plus qu’en traites sur France, si on ne vient bientôt au secours de la colonie, on ne verra plus que du papier. Adieu, mon cher ami, écris-moi souvent, et ne m’oublie point. Je t’embrasse de tout mon cœur.

137Ta sœur. DeMars

138M. Ozanne te remercie infiniment de ton souvenir et te prie d’accepter l’assurance respectueuse de son attachement pour toi.

  • 15 Pour Pezet de Corval, notaire à Paris depuis 1789.

139Je reçois à l’instant, mon ami, des nouvelles de mon mari et de son fils, ils se portent bien. Je viens de recevoir copie de l’inventaire qui a été fait à la mort de mon frère. Par cet inventaire j’ai vu qu’il existait une correspondance qui pourrait m’être utile pour les comptes du Sr. Gérard, associé de mon frère, et Simon, mulâtre, procureur de l’habitation. Cette correspondance doit être restée chez M. Pezé de Corval15 notaire, ou chez mon frère. Il serait essentiel qu’on me les fit passer.

140Adieu, je te rembrasse une seconde fois dans l’espoir que je recevrai les deux poinçons de vin ou mieux si tu veux.

141DeMars. »

Notes

1 La correspondance est publiée d’après un dossier conservé aux A.D. Sarthe 4 E 6/968.

2 La Chapelle, commissaire ordonnateur de la Marine en Guadeloupe, cité par Paul Butel, Histoire des Antilles françaises, Paris, Perrin, 2002, p. 107.

3 Archives Nationales : Colonies E 276. Les noms propres ont été identifiés à l’aide de Moreau De Saint-Méry Médéric-Louis-Élie, La description topographie, physique, civile, politique et historique de la partie française de l’Isle Saint-Domingue, Nouvelle édition reprenant l’édition de la version revue et complétée en 1958 de l’ouvrage de Moreau de Saint-Méry par Blanche Maurel et Étienne Taillemite, Paris, Société française d’histoire d’Outre-mer, 2004.

4 Archives Nationales : séries anciennes X1A 8809, f° 189-191. Lettres de conseiller honoraire au Parlement de Paris en faveur du Sr. Le Mercier de la Rivière, Versailles, 28 décembre 1757. Daire Eugène, Physiocrates… Mercier de la Rivière, Paris, 1846, rééd. Genève, Slatkine, 1971.

5 Archives Nationales : colonies E 126.

6 Les prisonniers saumurois transférés à Bourges, 1793-1794, Andegaviana, 10° série, 1911, p. 32-65.

7 Jean-Michel Lilavois, mort à la Croix-des-Bouquets le 8 janvier 1781, laisse deux fils, Jean-François, habitant au Cul-de-Sac et Jean, négociant au Port-au-Prince.

8 Jean-Baptiste Estève, juge de police au Cap depuis 1768. Son neveu Estève, ancien secrétaire de M. de la Rivière lorsqu’il était intendant de la Martinique, est nommé écrivain principal des colonies en 1785.

9 Jean-Baptiste Roberjot-Lartigue, trésorier de la Marine à Saint-Domingue, propriétaire au Sale-Trou (Cayes de Jacmel).

10 Étienne Moreau de Champlais, ancien capitaine au régiment de Forez, chevalier de Saint-Louis, propriétaire et habitant aux Cayes, marguillier de la paroisse en 1782, membre de la Chambre d’agriculture.

11 Bibliothèque Nationale : 8°-Lb39-7023, s. l. n. d., 6 p. Discours adressé par M. l’abbé Le Mercier de la Rivière, Député du Chapitre Royal de la ville de Candes, à l’assemblée générale des Trois ordres du Ressort de la Sénéchaussée de Saumur & Pays Saumurois, tenu en cette ville le 9 mars 1789.

12 Jean-Bernard Girault, époux de Marie-Geneviève Bancio-Piémont, fille de l’ancien trésorier principal de Saint-Domingue.

13 Gérard aîné (Sauveur), notaire au Cap et receveur de l’Amirauté aux Cayes.

14 Maison de commerce et d’armement maritime de Nantes ayant une succursale au Cap.

15 Pour Pezet de Corval, notaire à Paris depuis 1789.

Auteur

Professeur émérite à l’Université d’Angers. Travaille sur l’histoire de l’expansion européenne dans le monde aux XVIIe et XVIIIe siècles. Il a publié en 2006 Les Compagnies des Indes orientales. Quatre siècles de rencontre entre les Orientaux et les Occidentaux (Desjonquières).

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540