Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'esclave et les plantations

 | 
Philippe Hroděj

Première partie. L'esclavage, élément moteur de la plantation

Genre et esclavage aux Antilles françaises1. Bilan de l’historiographie

Arlette Gautier

Texte intégral

  • 1 Cet article reprend en l’actualisant une communication prononcée au Collège de France le 7 juin 19 (...)
  • 2 Perrot Michelle, Une histoire des femmes est-elle possible ?, Marseille, Rivages, 1984, p. 8.
  • 3 Ibidem.
  • 4 Sohn Anne-Marie et Thelamon Françoise, L’histoire sans les femmes est-elle possible ? Paris, Perri (...)

1Michelle Perrot interrogeait en 1984 : Une histoire des femmes est-elle possible ? « Apparemment vouées au silence de la reproduction et à l’infinie répétition des tâches quotidiennes, à une division sexuelle du monde qu’on croirait parfois immobile, au point qu’on en recherche l’origine dans la nuit des temps, les femmes n’appartiennent-elles pas davantage à l’anthropologie2 ? » Après Michelet, qui voyait dans le rapport de sexes un des moteurs de l’histoire mais qui situait les femmes du côté de la nature, les historiens positivistes ont opéré un refoulement du thème féminin et plus largement du quotidien, en se vouant au politique et aux affaires de l’État. Les hommes seuls feraient l’histoire, comme religieux, guerriers, administrateurs, colons ou encore révolutionnaires. Occultation perpétuée par l’école braudélienne des Annales qui se préoccupe surtout de l’économique et des catégories sociales. « L’essor de l’anthropologie et l’accent mis sur la famille, celui de l’essor des “mentalités”, plus attentive au quotidien ont contribué à (sortir les femmes de l’ombre de l’histoire). Plus encore le mouvement des femmes et les interrogations qu’il a suscitées3. » Plus tard, la question a été retournée : L’histoire sans les femmes est-elle possible4 ? En effet, il est apparu en recherchant la présence des femmes dans l’histoire qu’elles ne sont pas absentes mais seulement oubliées, non prises en compte, et qu’il faut réparer cet oubli qui déforme la réalité. Et cela ne suffit pas : il faut aussi changer le regard pour ne plus voir l’histoire seulement du point de vue masculin, mais aussi de celui des femmes, parfois proche, parfois différent. Enfin, ce changement de perspective transforme aussi les objets étudiés et conduit à de nouvelles conceptualisations, issues de ce regard féminin sur le monde. Ainsi, à l’étude de la maternité, dans ses aspects matériels et symboliques, sera ajoutée celle de la fécondité.

  • 5 Duby Georges et Perrot Michelle, « Écrire l’histoire des femmes », préface à L’histoire des femmes (...)
  • 6 Scott Joan, « La travailleuse », dans Duby Georges et Perrot Michelle, L’histoire des femmes. Pari (...)

2L’histoire « des femmes » a toujours été relationnelle ; elle interroge la société toute entière et est, tout autant « histoire des hommes », mais d’un point de vue qui n’est pas androcentrique5. Aussi ce terme a-t-il été remplacé par celui de « genre » qui souligne le fait qu’il s’agit d’un système de relations entre deux pôles qui sont des constructions sociales, variables d’une société à l’autre comme l’a déjà montré Margaret Mead. Puis, avec le « tournant linguistique », les historiens ont étudié les discours producteurs des catégories de perception des différences entre les sexes, lesquels s’imposeraient aux acteurs. Ainsi, la construction sociologique et statistique de l’opposition entre hommes producteurs et femmes au foyer a eu lieu alors que les femmes constituaient une partie très importante de la classe ouvrière6. Cette histoire du genre a connu un développement éditorial considérable sans que ses apports soient institutionnalisés dans l’enseignement et sans qu’ils soient appropriés par l’ensemble des historiens, et cela encore plus en France que dans le monde anglophone.

  • 7 Thébaud Françoise, Écrire l’histoire des femmes. Fontenay-aux-Roses, Presses de l’École normale su (...)
  • 8 Thébaud Françoise (éd.), « Le XXe siècle », tome 5 de Duby Georges et Perrot Michelle, Histoire de (...)
  • 9 Belmessous Saliha, « Assimilation and Racialism in Seventeenth and Eighteenth-Century French Colon (...)
  • 10 On peut citer notamment : Lerner Gerda, De l’esclavage à la ségrégation, les femmes noires dans l’ (...)
  • 11 Beckles Hilary dans Shepherd Verene, Brereton Bridget et Bailey Barbara, Engendering history. Cari (...)

3De plus, cette histoire est restée celle des femmes blanches natives en Occident7. Ainsi les cinq tomes de L’histoire des femmes en Occident ne comportent aucun chapitre sur l’esclavage, qu’il soit antique ou moderne, bien que la forme historique de l’esclavage de plantation ait été une création occidentale8 et ait contribué à la configuration spécifique de la Nation française9. En revanche, de nombreuses études anglophones ont porté sur les femmes pendant l’esclavage10 puis sur « la production idéologique des femmes » comme « Autre » dans une optique post-moderniste. Elles ont questionné: « What does it mean that the representation of women reproduced during the slavery period says more about the origins and character of representation than about the actual lives, experiences and identities of women11? » Cette histoire des femmes et du genre a irrigué de nombreux travaux historiques qui ont étudié l’intersection des rapports sociaux de genre, de classe et de « race ».

4Pourtant des historiens français ont écrit sur les esclaves femmes et le genre, que ce soit comme sujet central ou dans le cadre d’une recherche sur un autre thème. Cette historiographie sera donc présentée et permettra de s’interroger sur les transformations opérées par le point de vue du genre sur les analyses du travail des esclaves et sur le lien tissé entre sexualités et résistances.

L’historiographie française

L’historiographie sur les esclaves évoquant les femmes

  • 12 Debien Gabriel, Les esclaves aux Antilles françaises (XVIIe-XVIIIe siècles). Fort-de-France/Pointe (...)
  • 13 Vanony-Frisch Nicole, « Les esclaves de la Guadeloupe à la fin de l’ancien régime », Bulletin de l (...)

5En France, l’histoire de l’esclavage est longtemps restée peu fournie (seuls 14 livres ont été publiés avant 1980) et confidentielle, malgré l’œuvre de quelques pionniers, dont Pierre Pluchon, spécialiste de l’histoire coloniale sous l’Ancien Régime, et Gabriel Debien. Cet historien a consacré sa vie à l’étude des esclaves aux Antilles françaises et particulièrement à Saint-Domingue au XVIIIe siècle12. Grâce à une remarquable connaissance des archives, tant publiques que privées, et à un souci du détail qui n’est jamais pris en défaut, il a décrit précisément les changements de politiques natalistes, la mise en place de la division sexuelle du travail, les résistances des femmes et des hommes. Il a refusé toute synthèse car chaque situation lui paraissait particulière. Nicole Vanony-Frisch a constitué une base de données sur 8 820 esclaves, soit 10 % des esclaves guadeloupéens de 1770 à 1789, à partir des inventaires après décès, des contrats de mariage et des ventes incluses dans les registres notariaux de la Guadeloupe. Puis, elle croisé le sexe et l’origine ethnique de chaque esclave avec l’âge, le prix, le type d’habitation, la qualification, la natalité et la mortalité, les maladies13. Le mode d’explication est donc de type ethnique et sexuel et non pas de type économique et social.

  • 14 Perotin-Dumon Anne, Être patriote sous les tropiques, Basse-terre, Société d’histoire de la Guadel (...)
  • 15 Perotin-Dumon Anne, La ville aux îles, la ville dans l’île : Basse-Terre et Pointe-à-Pitre, Guadel (...)

6Anne Pérotin-Dumon, après avoir étudié la période révolutionnaire en Guadeloupe14, a changé le regard sur l’esclavage, auparavant essentiellement centré sur les plantations, en étudiant deux villes guadeloupéennes15. Les esclaves citadines travaillaient comme domestiques, vendeuses, blanchisseuses et couturières. L’étude des minutes notariales a permis de retracer les destinées de plusieurs de ces femmes.

  • 16 Oudin-Bastide Caroline, Travail, capitalisme et société esclavagiste. Guadeloupe, Martinique (XVII(...)

7Caroline Oudin-Bastide16 confronte, à partir de livres de l’époque ou de correspondances administratives, l’ethos des grands planteurs à l’esprit du capitalisme décrit par Max Weber et montre que la classe dominante des colonies antillaises peut être identifiée à une classe de loisirs. Puis elle analyse la division sociale et technique du travail, surdéterminée par les variables du sexe, de la « race » et du « lieu de naissance ». Elle se demande, à la suite de l’anthropologue marxiste Claude Meillassoux, si l’esclavage a désexualisé les esclaves, prenant donc pour acquis l’idée d’une division sexuelle du travail qui serait naturelle et que l’esclavage viendrait brouiller. Elle tente ensuite de cerner la capacité de l’esclave à accéder à un travail pour soi puis de déchiffrer le rapport maître/esclave.

  • 17 Régent Frédéric, Esclavage, métissage et liberté. La révolution française en Guadeloupe 1789-1802,(...)
  • 18 Idem, p. 13.
  • 19 Idem, p. 28.
  • 20 Régent Frédéric, La France et ses esclaves. De la colonisation aux abolitions (1620-1848). Paris, (...)
  • 21 Prince Mary, La véritable histoire de Mary Prince, racontée par elle-même, commentée par Daniel Ma (...)

8Frédéric Régent a étudié l’esclavage et le métissage en Guadeloupe de 1789 à 180217. Il explique qu’une minorité de colons d’origine européenne a pu dominer une large majorité d’esclaves grâce aux divisions instituées aussi bien au sein de la population servile qu’entre celle-ci et les libres de couleur. Curieusement, il oublie le genre parmi ces facteurs de divisions bien qu’il souligne son importance pour déterminer le prix des esclaves. C’est une étude très fouillée, fondée sur les descriptions de 9 133 esclaves, 10 % de la population servile, dans les registres notariaux. Toutefois, certaines affirmations tendent à occulter la présence de femmes dans cette population. Ainsi, il écrit que : « Les esclaves de la Guadeloupe sont majoritairement des hommes18. » Ceux-ci ne sont que 50,8 %19, il serait donc plus juste de dire qu’il y a presque autant de femmes que d’hommes. Dans son histoire croisée de l’esclavage dans les colonies françaises sur la période 1620 à 1848, il prétend qu’Elaudah Equiano, né en Afrique, est le seul captif antillais qui ait laissé une autobiographie20, oubliant celle de Mary Prince21, publiée en 1831.

L’historiographie sur les esclaves femmes et le genre

  • 22 On peut y ajouter le livre de Moitt Bernard, Women and slavery in the French West Indies, 1635-184 (...)
  • 23 Memel-Fotê Harris, 1997, « La traite des négresses au XVIIIe siècle », dans Fauré Christine, Encyc (...)
  • 24 « Les femmes dans la traite et l’esclavage », Cahiers des Anneaux de la mémoire, no 5, Nantes, 200 (...)
  • 25 Gautier Arlette, Les sœurs de Solitude. La condition féminine pendant l’esclavage, Paris, éditions (...)
  • 26 En moyenne la traite a déporté un tiers de femmes pour deux tiers d’hommes. Gautier Arlette, « Les (...)
  • 27 Gautier Arlette, « La mouche dans le lait et le bon sauvage », dans Nordman et Raison, Sciences de (...)

9Quatre livres22, plusieurs articles23 et recueils24 ont été publiés spécifiquement sur les esclaves femmes, avec des approches très différentes. Le livre le plus ancien est celui d’Arlette Gautier, publié en 198525. Il met en perspective les relations de genre en Afrique26 et en Europe dans les zones d’où venaient les migrants aux Antilles dans le but de comprendre les schémas interprétatifs et les habitus dont ces migrants étaient porteurs et la nouveauté qu’a représentée la formation d’une société créole. Puis il s’interroge sur le rôle des inégalités entre les sexes, au profit des femmes ou des hommes, dans la mise en place et le maintien de l’esclavage. Il souligne que le pouvoir disciplinaire n’a pas totalement remplacé les supplices. Des sources multiples ont été croisées pour répondre à ces questions. L’analyse des récits de missionnaires et de voyageurs, des manuels pour planteurs, de délibérations des administrateurs a permis de montrer que la définition des devoirs des esclaves n’est pas restée uniforme pendant toute la période esclavagiste car elle a changé en fonction des modifications des productions coloniales et des aléas de la traite. Les descriptions et les points de vue diffèrent d’ailleurs fortement selon la catégorie sociale à laquelle appartient l’écrivain27. L’étude systématique, notamment démographique, de recensements, de minutes notariales dans le Sud de Saint-Domingue de 1720 à 1770 et en Guadeloupe de 1759 à 1835, concernant respectivement 8 000 et 2 000 esclaves, de dossiers de plantations et de registres de naturalité aux Abymes (Guadeloupe) et à Fort-Royal (Martinique) en 1848 a permis de mettre au jour les pratiques réelles des planteurs mais aussi des esclaves.

  • 28 Deveau Jean-Michel, Femmes esclaves d’hier à aujourd’hui, Paris, France Empire, 1998, p. 226.
  • 29 Pago Gilbert, Les femmes dans la liquidation du système esclavagiste à la Martinique 1848 à 1852, (...)

10Au moment du 150e anniversaire de l’abolition de l’esclavage, Jean-Michel Deveau a écrit une synthèse sur l’esclavage des femmes depuis l’antiquité jusqu’à aujourd’hui. « Beaucoup plus douloureux que celui des hommes, il pose à la fois le problème du travail et celui de l’exploitation sexuelle28. » Le chapitre sur les esclaves antillaises est intitulé « frustrées dans leurs amours et dans leurs maternités » et s’appuie sur les travaux déjà cités, bien que la dimension du travail et des résistances y soit absente. Gilbert Pago29 s’est intéressé au rôle des femmes dans la liquidation du système esclavagiste à la Martinique de 1848 à 1852, en montrant la complexité des rapports de classes, de « race », de sexes qui conditionnent la vie des différentes catégories de femmes, et en étudiant les relations entre maîtresses et esclaves. Il analyse ensuite la présence et l’intervention des femmes dans le contexte d’abord d’intense activité sociale puis d’insurrection. Tous les esclaves gagnent la liberté mais les femmes n’obtiennent pas le droit de vote et ne le demandent d’ailleurs pas. Pourtant, elles sont actives dans la préparation des élections et dans le débat entre Bissettistes et Schoelcheristes.

  • 30 Dorlin Elsa, La matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la nation française, Paris (...)
  • 31 Paris Myriam et Dorlin Elsa, « Genre, esclavage et racisme : la fabrication de la virilité », Cont (...)
  • 32 Garrigus John, « Sons of the same father. Gender, race and citizenship in French Saint-Domingue, 1 (...)
  • 33 Gautier Arlette, « Sexualisation/Désexualisation des esclaves antillais », dans Chetculi Natacha, (...)
  • 34 Saint-Louis Vertus, « Femmes et familles dans la société esclavagiste de Saint-Domingue », Revue h (...)

11Plus récemment, la philosophe Elsa Dorlin étudie la construction des genres dans les livres de médecine et montre que le racisme scientifique utilise l’argument d’une différence entre les « races » qui ne serait plus seulement physique (couleur, forme des lèvres ou des cheveux) mais constitutionnelle, liée à des tempéraments distincts, lesquels se manifestent sexuellement. Ces livres de médecine indiquent que : « Seuls les esclaves et les femmes souffrent de maladies spécifiques qui sont le fait d’un tempérament pour le moins pathogène30. » Ainsi, l’homme blanc se distingue par sa constitution physique même de la Blanche. La sexualité supposée des Africaines permet de réintroduire alors une différentiation entre les femmes blanches et noires. En effet, la sexualité féminine affirmée, le goût du libertinage, ne seraient pas des caractéristiques du Beau sexe, donc les femmes noires et métisses ne seraient pas – ou pas encore, selon les auteurs – pleinement des êtres humains. En effet, le tempérament des esclaves femmes serait proche de celui des prostituées, ce qui permet de justifier l’appropriation physique des esclaves femmes en la légitimant doublement : non seulement elles aimeraient toutes le sexe mais, de plus, elles en tireraient un bénéfice économique. On peut douter cependant qu’elles ne soient pas perçues comme des femmes. C’est plutôt que dans la catégorie femmes, il y a les « femmes bien », forcément blanches, et les « prostituées », blanches et noires. Parallèlement, seuls les hommes blancs seraient virils, les esclaves étant efféminés31, tout comme le sont les Mulâtres32. Cette interprétation n’est guère corroborée par les textes de l’époque pour ce qui est de son versant sexuel, car ils évoquent plutôt l’invincible penchant des Africaines pour leurs compatriotes33. En revanche, selon l’historien haïtien Vertus Saint-Louis, les mots employés par les recensements la confirme dans son versant anthropologique. « Le recensement (de Saint-Domingue) de 1788, mentionne, dans la population blanche des hommes, des femmes, des régisseurs, économes, raffineurs. Ces trois dernières catégories regroupent des individus de sexe masculin qui ne seraient donc pas des hommes. En réalité, le mot homme veut dire blanc propriétaire et le concept de femme ne s’étend pas toujours aux noires et aux mulâtresses34. » Masculinité et féminité sont donc bien des constructions à la fois sexuelles, ethniques et sociales.

Spécificités et proximités des trois colonies

  • 35 Gautier Arlette, « Les esclaves femmes du Nouveau Monde : étude comparative », Revue haïtienne d’h (...)

12Ces publications portent sur une, deux ou trois des Antilles françaises. Debien et Gautier traitent des trois Antilles françaises alors que Oudin-Bastide évoque les deux petites Antilles, Régent et Vanony-Frisch la Guadeloupe, Cottias la Martinique. Pour certains en effet, chaque territoire a une spécificité si forte qu’elle interdit toute généralisation. D’autres considèrent que les textes qui traitent de la Guadeloupe ou de la Martinique s’appliquent à l’une ou l’autre, du fait d’une taille et d’une histoire proche. Saint-Domingue aurait connu la forme la plus virulente de l’esclavage du Nouveau Monde car il n’y a duré qu’un siècle, à la différence des autres sociétés, et que plus de captifs y ont été déportés que partout ailleurs, souvent pour travailler dans les plantations de sucre35.

13Le fait que les Antilles ne disposent pas des mêmes sources, sauf les recensements, rend difficile de trancher cette question. En Guadeloupe, les registres notariaux ont été bien étudiés pour la fin du XVIIIe siècle et plus succinctement pour le XIXe siècle mais il y a peu de papiers de plantations. En revanche, seuls les recensements, quelques dossiers de plantations et des registres paroissiaux sur quelques années ont été investigués en Martinique. À Saint-Domingue il y a de nombreux papiers de plantations, car les planteurs étaient souvent absents, et des sources importantes sur la période révolutionnaire, mais les registres notariaux ont rarement été analysés.

14Les recensements permettent cependant d’étudier le rapport de masculinité (le nombre d’hommes pour cent femmes), lequel montre effectivement des différences entre chaque île, plus importante entre la grande Antilles et les deux petites. Saint-Domingue a connu l’écart le plus important entre les hommes et les femmes esclaves, rendant difficile « à chacun d’avoir sa chacune ». En Martinique, l’équilibre a été atteint pendant la deuxième moitié du XVIIIe siècle, puis perdu au détriment des hommes quand la traite s’est interrompue au XIXe siècle. Le rapport de masculinité guadeloupéen a été légèrement déséquilibré tout au long de la période, sauf au début du XVIIIe siècle. Fortement affecté par les guerres révolutionnaires et le rétablissement de l’esclavage, où de nombreux hommes ont péri, il remonte lorsque la traite reprend.

Tableau 1. Le nombre d’hommes esclaves pour 100 femmes esclaves.

Tableau 1. Le nombre d’hommes esclaves pour 100 femmes esclaves.

Sources : Archives nationales. Section Outre-Mer. Guadeloupe : G1 468, G1 469, G1 497 ; Martinique : G1 470, G1 470 bis, G1 499 ; Saint-Domingue G1 509.

15Nous serons donc sensible aux différences entre les trois îles. Néanmoins, la relation esclavagiste induit une certaine proximité d’expériences, qu’il s’agira de vérifier.

La double production des esclaves antillaises

  • 36 Oudin-Bastide Caroline, op. cit.
  • 37 Devreux Anne-Marie, La double production. Les conditions de vie professionnelle des femmes enceint (...)
  • 38 Gautier Arlette, « Genre et fécondité », dans Condon S., Bozon M. et Locoh T. Démographie, sexe et (...)

16Depuis Smith, le travail productif est défini comme un « travail qui s’échange directement contre le capital » alors que le travail improductif est celui « qui ne s’échange pas contre du capital, mais contre du revenu ». Pour Oudin-Bastide36, les multiples domestiques dont aiment à s’entourer les planteurs antillais, installés dans la consommation ostentatoire, s’adonnant au jeu et aux plaisirs, seraient des travailleuses improductives. Elle ne considère pas les enfants nés de mères esclaves, pourtant comptés comme des biens meubles (définition juridique des esclaves) et éventuellement vendus, comme des productions et ne pense pas la procréation comme un travail bien qu’il s’échange contre du capital. Nous considérerons au contraire que les esclaves antillaises assuraient une double production, d’objets et d’enfants37. Traiter de cette production dans la seule perspective de la fécondité est insuffisant car l’expérience vécue par les femmes enceintes et les mères est alors occultée38.

Une pléthore d’esclaves domestiques indolents ?

  • 39 Face au problème des oublis, certains inventaires ne détaillant aucun esclave qualifié, j’ai chois (...)
  • 40 Siguret Roselyne, « Esclaves d’indigoteries et de caféières au quartier de Jacmel, 1757-1791 », Re (...)
  • 41 Geggus David, « Slave and free colored women in Saint-Domingue », dans Gaspar David et Hine Darlen (...)
  • 42 Vanony-Frisch Nicole, op. cit.

17Tous les historiens de l’esclavage ont reconnu, à la suite de Debien, le caractère éminemment sexué du travail esclave. Certes, femmes et hommes, Noirs et Blancs, qu’ils soient engagés ou habitants, travaillent côte à côte les premiers temps mais très vite se met en place une organisation du travail, fondée sur la couleur et le sexe, qui deviendra vite intangible. Dans le cadre de l’atelier, on trouve d’un côté un personnel ouvrier et d’encadrement purement masculin et de l’autre une majorité de travailleurs de houe, où les femmes sont souvent majoritaires. Bien que les esclaves agriculteurs fassent ensemble de nombreuses tâches et que leurs conditions de vie et de travail soient tout aussi dures, une certaine différentiation sexuelle s’opère fondée sur des critères physiques ou symboliques. D’importantes différences existent selon les régions et les périodes, comme le montrent trois exemples domingois. Dans le quartier de Nippes de 1721 à 1770, 9 % des femmes et 16 % des hommes sont qualifiés pour un total de 3 112 esclaves adultes dans les listes qui comprennent des esclaves qualifiés39. À Jacmel, quartier de petites indigotières et de caféières, femmes et hommes sont à égalité40. En 1780, étaient qualifiés : 40 % des hommes travaillant sur les plantations de sucre, 15 % de ceux travaillant le café et seulement 5 % des femmes41. En revanche, en Guadeloupe de 1770 à 1789, 19 % des esclaves hommes et 5 % des femmes sont qualifiés42. Bref, entre 5 % et 9 % des femmes sont qualifiées alors que les pourcentages varient de 15 à 40 % pour les hommes. L’emploi des femmes est déterminé par la richesse du colon, l’absence ou la présence de sa famille, son train de vie et sa volonté d’ostentation alors que celui des hommes dérive de la taille de la plantation et du type de culture.

  • 43 Perotin-dumon Anne, op. cit., 2000.

18La différence entre « nègres de houe » et esclaves qualifiés est bien réelle, car ouvriers et domestiques sont souvent mieux logés, mieux nourris et mieux habillés que les autres esclaves. De plus, on leur accorde des gratifications monétaires qui permettront à quelques-uns d’entre eux de payer leur affranchissement. Certains esclaves ont une position de pouvoir très forte sur les plantations : ce sont les commandeurs et principalement le premier d’entre eux. On trouve de rares femmes commandeurs de l’atelier des enfants. Une « ménagère » (gouvernante) commande la domesticité lorsque celle-ci est nombreuse, atteignant à des positions de pouvoir. Le calcul des prix des esclaves, toujours plus élevés pour les hommes, sauf pour de rares mulâtresses couturières ou ménagères (gouvernantes) met en évidence qu’aux Antilles françaises, le postulat selon lequel les esclaves femmes auraient été plus valorisées n’est guère vérifié. Ce qui n’empêche pas certaines d’entre elles, comme la marchande, pointoise et mulâtresse, Marie-Jeanne43, d’obtenir leur libération grâce à leur intelligence autant qu’à leur charme, mais ce ne fut pas la généralité.

  • 44 Il y a trois cuisiniers pour une cuisinière à Nippes alors qu’il y en a dix pour une dans la Guade (...)

19La domesticité est la voie quasi unique de qualification pour les femmes. Ainsi, en Guadeloupe, 93 % des femmes qualifiées sont domestiques ; elles ne constituent cependant que 55 % du personnel de service car les femmes et les hommes ont des fonctions séparées, sauf les cuisiniers (hommes ou beaucoup plus rarement des femmes)44. Les hommes sont valets, cochers, barbiers, perruquiers, alors que les femmes sont servantes, blanchisseuses, lavandières, couturières.

  • 45 Pago Gilbert, op. cit., p. 53.
  • 46 Vanony-Frisch Nicole, op. cit., p. 125.

20Tous les historiens soulignent que les domestiques sont souvent choisis parmi les enfants illégitimes des Blancs. Une Martiniquaise rapporte ainsi que son père lui dit que le « meilleur moyen d’avoir de bons domestiques, c’est de les fabriquer soi-même45 ». Ainsi dans la Guadeloupe de 1770 à 1789, parmi les domestiques 38 % des hommes et 63 % des femmes sont des sang mêlé46. Cela veut dire que cette « carrière » est ouverte aux esclaves femmes sur des critères physiques ou généalogiques, contrairement aux qualifications masculines qui font la part belle aux talents masculins.

  • 47 Ibidem.

21Ce choix selon la couleur semblerait indiquer une stabilité, voire un traitement préférentiel. Pourtant, comme le notait déjà Debien, l’état de domestique est nettement lié à l`âge et n’a pas la stabilité de la position d’ouvrier. Ainsi, l’âge moyen des domestiques est de 25 ans en Guadeloupe alors que celui des ouvriers est de 39 ans47. Les hommes domestiques disparaissent de la « grand case » vers trente ans et se reconvertissent souvent comme ouvrier, alors que les servantes, qui ont commencé plus tôt à servir dans la maison du maître, la quitteront le plus souvent pour le travail des champs.

  • 48 Régent Frédéric, op. cit., 2004, p. 144. Voir l’iconographie dans Pluchon Pierre, Histoire des Ant (...)
  • 49 Selon un ancien magistrat, Rouvellat de Cussac, dans la Martinique de 1842 sur 76 672 esclaves, 30 (...)

22Oudin-Bastide décrit des domestiques, extrêmement indolents, négligents, somptueusement vêtus, alors que Régent souligne qu’hommes et femmes domestiques étaient nus à presque tous les âges, comme les lavandières martiniquaises dont il reste des esquisses48. On peut penser que les récits de voyageurs ou d’administrateurs, utilisés sans recul critique par l’historienne, portent sur les gros planteurs, qui seuls ont les moyens de vêtir richement les esclaves et de les employer dans un but purement ostentatoire. Or, des esclaves domestiques sont utilisés par toutes les strates de la population libre49.

  • 50 Rouvellat de Cussac, cité par Pago Gilbert, op. cit., p. 39.
  • 51 Prince Mary, op. cit.

23La vie des servantes est contraignante. Elles sont souvent obligées de dormir près de leur maîtresse pour leur servir un verre d’eau si elles en ont besoin ou pour garder les enfants quand ils sont petits. Des textes de l’époque soulignent que les domestiques sont souvent en butte à de la violence et à des brutalités50. Mary Prince51, raconte comment elle été séparée de force de son mari et a été brutalisée par les trois-quarts de ses maîtres, verbalement et physiquement, bien qu’elle ait la responsabilité de la tenue de la maison des maîtres et de leurs enfants. Il n’y a donc pas lieu d’idéaliser le sort des esclaves domestiques. Certaines mulâtresses indolentes, revêtues de parures luxueuses, ont été affranchies. Il est néanmoins excessif de prétendre que leur sort fut celui de la majorité des esclaves domestiques qui n’y vécurent que quelques années avant de retourner travailler les champs.

  • 52 Oudin-Bastide Caroline, op. cit., p. 275.
  • 53 Pago Gilbert, op. cit., p. 54, 1998.

24Les nourrices et les gardiennes d’enfants blancs seraient souvent affranchies52. En fait, les listes d’inventaires ont laissé peu de traces de ces Das (nourrices) qui, dans la mythologie esclavagiste, manifestent l’amour des Noirs pour les Blancs. On peut se demander, comme certains historiens américains, si elles ont été aussi nombreuses qu’on le dit : cette fonction aurait été plutôt réalisée par des libres de couleur, voire par les mères elles-mêmes, soucieuses d’éviter un contact impur. Ainsi, Carina, traité d’éducation créole promeut l’allaitement par les mères blanches elles-mêmes, ce qui serait généralement le cas dans la Martinique de 1806, il est vrai après les massacres de Saint-Domingue53.

La production d’enfant

  • 54 Cottias Myriam, « La Martinique : Babylone fertile ou terre stérile ? Des discours sur la fécondit (...)
  • 55 Morgan Jennifer L., Laboring Women: Reproduction and Gender in New World Slavery, University of Pe (...)
  • 56 Meillassoux Claude, Anthropologie de l’esclavage. Le ventre de fer et d’argent. Paris, PUF, 1986.

25Au XVIIe siècle, les récits insistent sur la Babylone fertile que serait la Martinique, où les esclaves femmes enfanteraient sans difficulté aucune54. Ce thème fréquent, chez les voyageurs en Afrique, renvoie à des sous-entendus bien particuliers. En effet, les femmes accouchant dans la douleur depuis le péché d’Ève, l’absence de douleur indique que les Africaines ou les « Sauvagesses » ne descendent pas d’Ève et font donc partie d’une autre espèce humaine, voire d’une espèce non humaine55. Plus tard cependant, administrateurs et planteurs insisteront sur la faible fécondité des esclaves femmes. L’anthropologue Claude Meillassoux56 considère d’ailleurs que l’esclavage se définit par une reproduction marchande assurée par la capture et l’achat de captifs, le ventre de fer et d’argent, et non par l’enfantement sur place. De fait, même dans l’esclavage américain ou antillais, les plantations ont été des tombeaux pour les captifs déportés d’Afrique, sauf après l’interdiction de la traite dans la confédération américaine.

  • 57 Régent Frédéric, op. cit., 2007, p. 9.
  • 58 Régent Frédéric, op. cit., 2004, p. 15.

26Pourtant, sur les 4 millions d’esclaves ayant vécu dans les colonies françaises, la moitié serait née sur place57. En 1789, seuls 25 % des esclaves guadeloupéens sont nés en Afrique, ce qui n’est plus le cas que de 14 % au moment de l’abolition, 20 ans après la fin de la traite illégale58. C’est dire que l’importance démographique et sociale de la reproduction sur place ne peut pas être ignorée par les historiens de l’esclavage et que les esclaves femmes ont joué un rôle essentiel dans la fabrication des esclaves. Or, ceux-ci étant comptés dans le capital des maîtres, la procréation est donc un travail productif au sens de Smith. Son poids est cependant variable selon les époques et les colonies.

  • 59 Gautier Arlette, « Les esclaves de l’habitation Bisdary, 1763-1817 », Bulletin de la Société d’his (...)
  • 60 En Martinique en 1680, le bilan des naissances et des décès est tel que la population esclave mart (...)
  • 61 Houdaille Jacques, « Les esclaves de la zone d’occupation anglaise de Saint-Domingue », Population (...)
  • 62 Gautier Arlette, op. cit., 1985, p. 75 et 123. Un tiers des propriétaires guadeloupéens en 1671, l (...)

27La fécondité des esclaves est difficile à établir du fait du caractère parcellaire des sources. En effet, les recensements comme les listes des minutes notariales ne couvrent jamais tous les esclaves et omettent souvent les nouveau-nés. Il n’y a pas d’enregistrement des naissances des enfants esclaves, sauf à de brèves périodes et, même dans ce cas, le sous-enregistrement est important, ce qui est d’autant plus dommageable que la mortalité infantile est très forte. Il faut donc en premier lieu mesurer cette mortalité en construisant des tables de mortalité, comme cela a été fait pour les esclaves de la plantation Bisdary en Guadeloupe et en comparant ces dernières aux tables-types de Lederman (1969)59. Les résultats sont effrayants60 puisque la pire des tables correspond encore mal à la mortalité de l’ordre de 51‰ qui sévissait à Bisdary, qui n’est pourtant pas la pire des plantations : certaines d’entre elles voient leur population totalement renouvelée en 10 ans. Cette forte mortalité est imputable à la difficile acclimatation des bossales (captifs africains), mais aussi à la dureté de la condition d’esclave, encore accrue par les mauvais traitements de certains gérants ou propriétaires. L’intégration de la mortalité infantile permet de calculer un taux de natalité, qui est en général comparable à celui de la France de l’époque, lequel est déterminé par un mariage tardif. Certains quartiers ou plantations atteignent des taux plus élevés, notamment lorsque les mariages chrétiens y sont nombreux, d’autres de bien plus faibles. En revanche, l’indice apparent de fécondité, qui rapporte le nombre d’enfants de moins de cinq ans aux femmes d’âge reproductif61, montre clairement que la reproduction n’est pas assurée, du fait de la très forte mortalité infantile62. Cela veut dire que les femmes portent de nombreux enfants mais que peu d’entre eux survivent. C’est donc une fatigue supplémentaire ajoutée en pure perte à celle de leur travail quotidien. Au XIXe siècle, l’arrêt de la traite a été positif pour les populations esclaves, qui n’ont plus décru, peut-être aussi à cause d’un meilleur traitement et d’une attention plus particulière portée aux femmes et aux enfants, mais aussi à cause de la créolisation de la population.

  • 63 Cauna Jacques de, Au temps des Isles à sucre, Histoire d’une plantation de Saint-Domingue au XVIII(...)
  • 64 Gautier Arlette, op. cit., p. 121, 1985.
  • 65 Gautier Arlette, op. cit., 1986.
  • 66 Pétré-Grenouilleau Olivier, L’argent de la traite : milieu négrier, capitalisme et développement. (...)

28La natalité a été promue de 1650 à 1670 par des missionnaires, des maîtres et des administrateurs coloniaux qui élaborent des politiques favorisant la reproduction des esclaves par le mariage, puis oubliée quand la monoculture du sucre se développe et que la traite s’organise. Lorsque les guerres rendent la traite plus difficile et qu’en Europe même des inquiétudes se font jour quant à l’essor démographique, de nouvelles politiques sont élaborées, qui combinent incitations financières, souci sanitaire avec la création de salles d’accouchement et la formation de sages-femmes, répression de l’avortement, fourniture de services de garde, et même célébration de la fête des mères. Cependant, à Saint-Domingue, les gérants n’ont pas toujours mis en œuvre les politiques natalistes lorsqu’elles étaient contraires à leurs intérêts, étant payés au rendement, et donc au volume de cannes coupées et non en fonction de l’augmentation du nombre des esclaves63. D’ailleurs, l’indice apparent de fécondité n’augmente pas, au contraire de celui de la Guadeloupe64. Au XIXe siècle, la moralisation et l’incitation au mariage sont à nouveau mises en avant. Ce n’est qu’après 1 838 que les allègements des horaires de travail et une prise en charge des enfants quand les mères sont aux champs se généralisent et deviennent significatifs. En langage contemporain, on peut qualifier de familiale la politique menée de 1650 à 1680 et de 1830 à 1848, et de nataliste celle qui a prévalu de 1763 à 1793. Pour le reste de la période esclavagiste, soit plus de la moitié, les maîtres se désintéressent pour la reproduction sur place65. De plus, l’État subventionne la traite dès 1672 ; les primes sont fréquemment renouvelées et ne cessent d’augmenter tout au long du XVIIIe siècle66. Il favorise ainsi nettement la reproduction marchande par la traite plutôt que la reproduction naturelle sur place.

29Ce désintérêt aggrave la situation des femmes enceintes car elles doivent travailler jusqu’au dernier moment avec la fatigue correspondante, elles sont fouettées si elles n’arrivent pas à suivre le rythme et elles doivent retourner aux champs immédiatement. De plus, elles ne sont pas assez nourries et l’enfant pour se développer prend sur leurs ressources vitales, ce qui provoque de nombreux décès de femmes et d’enfants. Si l’enfant survit, ce qui est relativement rare sur les plantations antillaises, les mères ne peuvent allaiter l’enfant que lorsque le commandeur le permet. Bref, l’absence de reconnaissance de la maternité est, sans qu’il y ait forcément intentionnalité, un fardeau supplémentaire ajouté aux peines de l’esclavage. Il redouble le désavantage dont les esclaves femmes souffrent sur les plantations du fait de l’absence de promotion par le biais des qualifications ouvrières.

  • 67 Selon les termes de Duchet Michèle, Anthropologie et histoire au siècle de lumières, Paris, Maspér (...)
  • 68 Gautier Arlette, op. cit., 1985, p. 113-114 et p. 134.
  • 69 Savage John, « Black magic and white terrors. Slave poisoning in 19th century Martinique », Journa (...)

30Quant à la politique dite « d’humanité et d’intérêt67 » qui se développe à partir des années 1760, si elle facilite la vie des femmes sur certains points, elle l’aggrave sur d’autres. Certains planteurs sont en effet persuadés que les mères donnent le tétanos à leurs enfants pour qu’ils ne les dérangent pas dans leurs plaisirs ou pour ne pas mettre au monde des esclaves, aussi imposent-ils des colliers de fer hérissés de longues branches, des nabots, des carcans de fer, des poupons de bois à figure humaine aux femmes accusées d’avoir avorté68. Cela n’empêche pas l’avortement de rester la deuxième cause de punition au XIXe siècle. En 1827 encore, deux esclaves martiniquaises soupçonnées d’avoir avorté, sans que cela soit prouvé, sont envoyées au travail forcé au Sénégal69.

31Malgré son poids économique, la procréation a donc été une activité généralement peu valorisée et souvent dangereuse, que ce soit à cause de la mortalité maternelle ou de la répression de l’avortement.

Sexualités et résistances

  • 70 David Bernard, « La paroisse de Case-Pilote, 1760-1848, notes d’histoire sociale », Mémoires de la (...)
  • 71 Régent Frédéric, op. cit. 2004, p. 58.
  • 72 Mulot Stéphanie, « Le mythe du viol fondateur aux Antilles françaises », Ethnologie française, no (...)

32Les relations entre les hommes blancs et les esclaves femmes sont un élément essentiel du rapport spécifique des femmes à l’esclavage. On ne peut guère les mesurer qu’à travers le nombre d’enfants, ce qui constitue une sous-estimation importante puisque tous les rapports ne sont pas féconds, que tous les enfants ne sont pas enregistrés et que l’avortement est fréquent. De plus, ce renseignement est peu noté. Les esclaves issus de pères blancs sont 15 % dans un village martiniquais de 1760 à 1762 puis 13 % de 1783 à 179770, et 14 % dans la Guadeloupe de 1789 à 179471. Au XIXe siècle, la proportion de pères blancs d’enfants esclaves baisse très nettement dans un autre village martiniquais : 7 % en 1807-1808, 4 % en 1815-1817. On voit donc que ces relations sont loin d’être majoritaires même si elles ont conduit peu à peu à un métissage généralisé. Elles sont analysées par certains comme un élément supplémentaire d’oppression, voire de viol. Pour d’autres, elles reposent sur la séduction et expliquent aussi bien les affranchissements des femmes, plus nombreux que ceux des hommes, que leur faible participation aux marronnages72.

« Ces coquines de négresses et de mulâtresses73 »

  • 73 Leblond Jean-Baptiste, Voyage aux Antilles et en Amérique méridionale, commencé en 1767 et fini en (...)
  • 74 Dutertre Jean-Baptiste, Histoire générale des Antilles habitées par les Français, Paris, vol. II, (...)

33La perception de ces relations a beaucoup varié selon les époques. Au début de la rencontre entre Blancs et Noirs, les premiers écrivent que les seconds ressemblent à des démons lubriques, ce qui ne les empêchent pas de les avoir comme seules partenaires sexuelles en l’absence de Blanches. Bientôt, les prêtres et les administrateurs se plaignent de la fréquence du libertinage et évoquent, comme Dutertre en 1667, de véritables viols obtenus par « la terreur des menaces dont ils (les maîtres) les épouvantent ou par la force dont ces hommes passionnés se servent pour les corrompre74 ». D’autres déclarent dès les années 1 680 que les Négresses préfèrent le concubinage avec des libres qu’avec des esclaves dans l’espoir d’avoir des enfants libres. C’est ce point de vue qui se généralise au XVIIIe siècle : les Négresses et Mulâtresses sont désormais décrites comme des coquines lascives et intéressées qui attirent les Blancs par toutes sortes de séduction et qui ruinent leur santé et leur bourse. Ces discours permettent à la fois de justifier un accès sexuel illimité et de supputer une différence essentielle entre Blanches et Noires, pierre angulaire du nouveau racisme scientifique. Il faut attendre l’arrivée de quelques abolitionnistes pour que les voix de femmes se plaignant de viols soient à nouveau entendues. Ces paroles sont parfois disqualifiées parce qu’abolitionnistes mais ne faudrait-il pas tout autant, et même plus, puisqu’ils ont un intérêt direct à cacher d’éventuelles turpitudes, se méfier des récits des planteurs et de leurs visiteurs lorsqu’ils entament le couplet de la lascivité naturelle des Négresses et Mulâtresses ?

  • 75 Lerner Gerda, op. cit., p. 12.

34Lerner et Gautier développent l’idée d’une pluralité d’expériences par les femmes esclaves : « Quelques femmes noires tiraient le maximum d’une obligation à laquelle elles ne pouvaient se soustraire, d’autres essayaient de conclure des marchés avantageux, beaucoup étaient violées. L’essentiel était que cette exploitation était toujours possible et que les femmes ne pouvaient ni lutter contre elles, ni y échapper75. » D’autres auteurs voient surtout des aspects positifs à ces relations et refusent l’idée de contrainte physique au profit d’une contrainte structurelle.

  • 76 Régent Frédéric, op. cit. 2004, p. 59 et 147.
  • 77 En considérant que chaque homme blanc a une concubine esclave.

35Nombre de femmes utiliseraient leurs liaisons avec les blancs comme une source de liberté, les esclaves mères de mulâtres parvenant fréquemment à se procurer leur liberté ou celle de leurs enfants76. Certes, les affranchissements des esclaves femmes sont plus nombreux que ceux des hommes, du triple à la fin du XVIIIe siècle et du double au XIXe siècle. Néanmoins, les chiffres totaux des manumissions restent très faibles, sauf à la fin de la période esclavagiste où elles sont favorisées dans le cadre de la préparation à la liberté générale. Ainsi à Nippes, de 1720 à 1770, seules 4 % des femmes sont libérées. Les affranchissements atteignent à peine 100 en Martinique en 1776 et 845 à Saint-Domingue en 1785, 130 par an en Guadeloupe de 1789-1794. Même à Saint-Domingue, cela représenterait moins de 10 % des concubines estimées77, en forte augmentation depuis 1776 où 3 % auraient été libérées. Est-ce qu’un pourcentage aussi faible est suffisant pour justifier que les femmes ne marronnent pas ou subissent des avances ?

  • 78 Régent Frédéric, op. cit., 2004, p. 58.
  • 79 Tanc Xavier, De l’esclavage aux colonies et particulièrement en Guadeloupe, Paris, 1831, p. 27.
  • 80 Beckles Hilary, Centering woman. Gender discourses in Caribbean slave society, Kingston, Princeton (...)

36Selon Régent, toutes les relations avec des Blancs relèvent du concubinage78. C’est là une hypothèse forte qu’il ne justifie nullement or cet enfant peut aussi bien être né d’une rencontre furtive. D’ailleurs, ces relations duraient rarement car les enfants suivants étaient le plus souvent d’une autre couleur. Le magistrat Tanc propose une autre interprétation : « Dès l’âge de onze ou douze ans, ils (les maîtres) cherchent à cueillir cette fleur qui était réservée à l’amour… Du reste les rangs des négresses sont parcourus à volonté79. » Le journal d’un gérant jamaïcain confirme cette pratique : tout en vivant 33 ans avec une esclave, il a tenu un compte précis des relations sexuelles qu’il a eues avec toutes ses jeunes esclaves, même si elles étaient mariées, leur passant allégrement ses diverses maladies vénériennes80. Des esclaves américaines ont vécu cette expérience comme une des pires de l’esclavage, une de celles qui rendait celui-ci « bien plus terrible pour les femmes » car elle implique une dégradation profonde, selon les mots d’Harriet Jacobs publiés en 1860. Elle raconte ainsi :

  • 81 Minges Patrick, Far more terrible for women. Personal accounts of women in slavery. Winston-Salem, (...)

« Il a peuplé mon jeune esprit d’images sales, que seul un vil monstre peut penser. Je me suis détournée de lui avec dégoût et haine. Mais il était mon maître. J’étais obligée de vivre sous le même toit que lui, où je voyais un homme de 40 ans plus âgé que moi violer les commandements les plus sacrés de la nature. Il me disait que j’étais sa propriété, que je devais me soumettre en tout. Mon esprit se révoltait contre sa tyrannie odieuse. Mais où pouvais-je me tourner pour trouver une protection81 ? »

  • 82 Cité par Pluchon Pierre, La route des esclaves. Négriers et bois d’ébène au XVIIIe siècle, Paris, (...)

37Les « faveurs » exigées par le maître n’en sont pas moins un viol ou une tentative de viol pour la femme. Cette « liberté sexuelle », certains propriétaires l’offrent à leurs ouvriers et à leurs visiteurs, à Saint-Domingue du moins en les laissant se servir dans les rangs des Négresses. En 1781 : « Le soir on vous prépare un bain et le maître vous fait passer en revue les plus belles de ses esclaves, vous faites votre choix et ces négresses par vous choisies vont vous servir au bain et au lit82. »

  • 83 Oudin-bastide Caroline, op. cit., p. 277 et p. 28-32.
  • 84 Pluchon Pierre, « Les populations libres », dans Pluchon Pierre, Histoire des Antilles et de la Gu (...)
  • 85 Cottias Myriam, « La séduction coloniale. Damnation et stratégies des femmes antillaises (XVIIe-XI (...)

38L’intérêt purement financier peut être le motif de ces relations, qui auraient été ruineuses pour les Blancs. « Les femmes esclaves sont aussi somptueusement parées que les femmes libres83. » Elles reçoivent de nombreux cadeaux, « d’inconvenantes donations », allant jusqu’à l’enlèvement des biens aux héritiers du sang. Cette description, issue des textes esclavagistes, est en totale contradiction avec les conclusions de la plupart des historiens qui dépeignent les esclaves comme mal nourris et presque nus. Elle s’applique sans doute à certaines domestiques des plus riches propriétaires et particulièrement aux concubines des Blancs. Comment peut-on la généraliser alors que les Blancs représentaient de 8 à 13 % de la population et que des milliers étaient eux-mêmes plutôt pauvres ? En Guadeloupe, il y aurait 300 à 400 de riches colons, à Saint-Domingue pas plus de 50084, 1 500 petits propriétaires, une centaine de négociants, une classe moyenne urbaine formée et quelques milliers de petits Blancs sans argent. Beaucoup plus souvent le bénéfice monétaire consiste en une pièce, comme la distribuait le gérant jamaïcain déjà cité. De même en Martinique, d’après les journaux du planteur Dessales, son neveu paie un domestique esclave pour que celui-ci serve d’entremetteur auprès d’une jeune esclave, également rémunérée. Il parait quelque peu abusif d’évoquer une « séduction coloniale85 » car la femme n’a, semble-t-il, pas joué un rôle actif. Par ce « cadeau », on assimile les esclaves femmes à des prostituées, en miroir des représentations médicales qui se diffusent alors. Est-ce que cela les empêchait toujours d’être dégoûtées alors qu’il était dangereux de se refuser ?

  • 86 Petit Émilien, le Patriotisme américain, p. 32, cité par Oudin-Bastide Caroline, op. cit., p. 278.
  • 87 Pluchon Pierre, « Introduction », dans Wimpffen Alexandre-Stanislas de, Haïti au XVIIIe siècle. Ri (...)
  • 88 Gautier Arlette, « Droits du mariage et violences envers la conjointe », Prochoix, no 36, avril 20 (...)
  • 89 France Joseph, La Vérité et les faits ou l’esclavage mis à nu dans ses rapports avec les maîtres e (...)
  • 90 Gautier Arlette, op. cit., 1985, p. 163.

39« Bien que l’abus sexuel s’inscrit d’emblée dans la relation esclavagiste, le recours à la force physique n’est pas la norme86. » Cette insistance mise à affirmer qu’il n’y avait pas de violence surprend alors que l’esclavage lui-même est caractérisé par le fouet et la possibilité d’une extrême violence. Il n’y a pas d’autre relation sociale où la personne risque d’être tuée, mutilée, torturée à la moindre désobéissance, comme le souligne justement Pierre Pluchon en décrivant les barèmes des punitions87. Or, on sait que dans le monde contemporain la violence physique et sexuelle contre les femmes reste bien présente et cela d’autant plus que leur statut, notamment juridique, est bas88. Il serait donc logique que les esclaves femmes soient battues si elles se refusent. Croit-on vraiment que de tous les récits de femmes persécutées, aucun ne s’explique par le refus d’avances sexuelles ? Ainsi, Coralie, 29 ans, arrêtée au Fort-Royal ayant des fers aux pieds de trois à quatre kilos et des marques récentes d’un collier au cou : elle a le corps en sang parce que son maître la maltraite journellement et elle préférerait mourir que de retourner chez lui89. Certes, toutes les femmes n’ont pas le courage insensé de se refuser. Le magistrat Tanc souligne en Guadeloupe au XIXe que « la crainte seule des châtiments et de la colère des tyrans font qu’elles s’abandonnent à la seule manifestation de leur volonté90 ». Cette menace est suffisante parce que la répression est fréquente, elle est déjà constitutive d’un viol.

40Cette insistance sur les relations entre hommes blancs et femmes de couleur laisse supposer qu’elles seraient les plus significatives et les plus importantes pour ces dernières. Les relations entre esclaves seraient peu nombreuses, les esclaves n’étaient-ils généralement pas célibataires ? Ainsi, les recensements puis les minutes notariales énumèrent souvent les esclaves en famille au XVIIe siècle, puis par blocs « femmes et enfants » au début du XVIIIe et enfin séparément. Cependant, il serait faux d’y voir le reflet de la vie familiale des esclaves car ces relations ne sont pas toujours notées. En effet, les maîtres n’y ont pas intérêt car ils ne pourraient plus séparer les esclaves comme ils l’entendent. La volonté de conversion religieuse n’a été réelle qu’au milieu du XVIIe siècle comme le montre la forte diminution du nombre de religieux par esclave par la suite : il y avait en 1685 1 religieux pour 290 esclaves en Guadeloupe, 1 pour 450 en Martinique, 1 pour 315 à Saint-Domingue alors qu’il y avait dans la première île 1 prêtre pour 4062 esclaves en 1839. Le fait que les esclaves n’étaient pas mariés ne signifie pas qu’ils ne vivaient pas en couple. La prise en compte des listes d’esclaves de la plantation guadeloupéenne de Bisdary sur 30 ans ainsi que celle des registres d’état-civil de 1848 aux Abymes et à Fort-de-France montre au contraire que les esclaves habitant sur des plantations anciennement installées vivaient dans des familles nucléaires.

  • 91 Et la moindre de vivre en famille monoparentale.
  • 92 Gautier Arlette, « Les familles esclaves aux Antilles françaises, 1635-1848 », Population, vol. 55 (...)

« Dans les autres habitations, un quart des esclaves vivrait dans de telles unités alors qu’un quart vivrait une conjugalité non cohabitante parce qu’ils appartiennent à des maîtres différents, un autre quart vivrait dans des familles monoparentales, les autres étant isolés. Les deux tiers des enfants connaîtraient leurs deux parents. Les isolés seraient plus souvent Africains (qui auraient néanmoins une plus forte propension à vivre en couple91), ce qui pourrait aussi être une conséquence de la très forte mortalité qui sévissait sur les plantations. En dépit des séparations et de la concurrence avec les Blancs, les esclaves ont donc pu maintenir une vie familiale. Toutefois, ce sont les esclaves qualifiés qui ont pu le mieux faire reconnaître leur rôle de père et d’époux92… »

Des résistances moindres ou différentes ?

  • 93 Beckles Hilary, Natural rebels. A social history of enslaved black women in Barbados, Londres et N (...)

41Hilary Beckles93 décrit les esclaves femmes de la Barbade comme des « rebelles naturelles », parce qu’elles subissent une triple oppression et ont donc une triple raison de lutter.

  • Elles subissent une exploitation économique encore accrue puisqu’elles sont moins qualifiées que les hommes.
  • Bien que toutes les relations avec les Blancs ne relèvent pas forcément de l’exploitation sexuelle, celle-ci a aussi existé et a ajouté un fardeau supplémentaire aux souffrances des esclaves.
  • La maternité est doublement exploitée : elle est souvent imposée, comme le montre la fréquence des punitions pour avortement et elle est utilisée comme moyen de contrôler les mères puisqu’elles sont punies lorsque des enfants marronnent.
  • 94 Jacquot Jocelyne, « La femme dans le marronnage à la Martinique d’après le Journal Officiel de la (...)
  • 95 Meslien Sylvie, « Les femmes noires dans les sociétés esclavagistes des petites Antilles française (...)

42Ces résistances se sont moins souvent manifestées par des marronnages, qui leur étaient plus difficiles, que dans les actes individuels (suicides, éclats de violence, empoisonnements) que les femmes posèrent plus fréquemment que les hommes. Il faut rappeler que le marronnage se vit différemment selon les périodes. Il est familial au XVIIe siècle car l’homme part défricher un terrain pour y planter des vivres puis, lorsque ceux-ci sont arrivés à maturité, il va chercher femme et enfant. En revanche, au XVIIIe siècle, les femmes qui partent en couple sont extrêmement rares, on peut donc évaluer leur participation au marronnage. Tous les documents disponibles attestent que les femmes s’enfuirent moins que les hommes, que ce soit en Guadeloupe, en Martinique94 ou à Saint-Domingue95. Elles représentent un tiers des marrons guadeloupéens décrits dans les minutes Mollenthiel au XIXe siècle, bien qu’elles soient un peu plus nombreuses que les hommes.

43Toutefois, les marronnages furent toujours très minoritaires, que ce soit parmi les hommes ou parmi les femmes. Ainsi à Nippes, de 1721 à 1770 seules 2 % des femmes et 5 % hommes sont décrits comme marrons dans les listes d’inventaires. Il parait donc peu objectif de gloser sur la faible propension au marronnage des femmes alors que le phénomène significatif est la très faible fréquence des marronnages en général, du fait de leur très grande dangerosité. En effet, les esclaves risquaient des coups de fouet et des tortures, comme la coupe du jarret, car il était très difficile de ne pas être repris. Blancs et Libres de couleur pouvaient toujours demander un papier signé du maître s’ils trouvaient une personne de couleur hors de la plantation.

  • 96 Manigat Sabine, « Les femmes au cours de la période révolutionnaire (1790-1804). Le regard de quel (...)
  • 97 Gautier Arlette, op. cit., 1985, p. 255.

44La participation féminine prit une forme différente de celle des hommes dans les guerres. Les historiens haïtiens la décrivent pendant la révolution de Saint-Domingue sous quatre rubriques : des victimes ou des objets de chantage, des appendices (informatrices, exécutantes mineures ou ambassadrices), des ornements ou des symboles et de façon exceptionnelle comme des actrices, agissant de façon autonome ou ayant un rôle dirigeant ou inspirateur96. Les discours, proclamations et lettres des chefs noirs (Jean-François, Toussaint Louverture) et mulâtres (Rigaud) permettent d’entrevoir quelles interprétations ils font du rôle des femmes. Or, elles n’interviennent que comme enjeux, objets, victimes à protéger, simples appendices d’eux-mêmes97. Pourtant, elles combattent lors des premières insurrections mais les armées régulières d’anciens esclaves qui se constituent ensuite sont exclusivement masculines. Elles ont la charge des cultures pendant que les hommes deviennent officiers ou corsaires. De façon générale, la hiérarchie entre les esclaves est respectée lors des insurrections : ce sont les commandeurs, les ouvriers et les domestiques qui organisent les autres esclaves. Enfin, les esclaves hommes, à la différence des femmes, savent se servir des armes, qu’ils fabriquent eux-mêmes ou qui leur sont données par les maîtres pour chasser ou pour défendre les plantations lors des guerres avec les Anglais. Les administrateurs ont bien perçu le danger de cette pratique et ils ont essayé de s’y opposer, mais en vain, car les propriétaires trouvaient un avantage financier à n’employer que des esclaves.

  • 98 Gazette de la Guadeloupe, p. 1, 5 janvier 1826.
  • 99 Gautier Arlette, op. cit., 1984.

45Plus généralement, la faible participation des femmes aux résistances publiques s’expliquerait par leurs relations avec les Blancs. Pourtant, si l’on voit bien que les ménagères pencheraient sans doute plus du côté de leurs amants, on a du mal à croire que le même raisonnement puisse s’appliquer aux relations épisodiques, voire uniques et de toute façon la grande majorité des femmes n’avaient aucun contact avec les Blancs, sinon pour le travail. D’autres motifs semblent plus crédibles. Les charges maternelles expliquent en partie cette participation différenciée des sexes aux résistances parce que les enfants seraient punis si les mères laissaient leurs enfants sur les plantations et qu’elles seraient tout de suite repérées si elles les emmenaient sur les routes, car ce sont généralement les hommes et non les femmes qui se déplacent. Or, la moitié des femmes a un ou des enfants, la moitié est gênée dans sa fuite. Certaines partent cependant avec leurs enfants, comme en 1826 la Guadeloupéenne Robertine avec ses deux filles ayant respectivement quatre et cinq ans98. Néanmoins, leur proportion est plus faible que le nombre des mères sur les plantations : ainsi, sur la plantation Bisdary, 20 % des marronnes partent avec des enfants alors que les deux tiers en ont99. La division du travail intervient également : les hommes ont plus d’occasions de sortir des plantations dans l’exercice de leurs métiers. Ces trajets les familiarisent avec les chemins à suivre et leur permettent de préparer leur fuite.

  • 100 Schnackenbourg Christian, La crise du système esclavagiste à la Guadeloupe, 1835-1847, Paris, L’Ha (...)
  • 101 Escott Paul, Slavery remembered, Chapel Hill, university of North Carolina Press, 1978, p. 86-93.
  • 102 Bush Barbara, « Toward emancipation: slave women and resistance to coercive labour regimes in the (...)
  • 103 Tanc Xavier, op. cit., p. 5-6.

46Il existe toutefois d’autres formes de résistance, qui échappent le plus souvent à l’historien parce qu’elles n’affleurent que rarement dans les papiers officiels, et où les femmes sont très présentes. Leur efficacité n’en est pas moins réelle : ainsi ce sont les multiples actions individuelles d’opposition qui expliqueraient la chute de la rentabilité des sucreries et l’abolition de l’esclavage en Guadeloupe100. Les travaux anglophones confirment que les femmes étaient plus rétives au sein des plantations, sans doute parce qu’elles ne pouvaient pas y améliorer leur sort par des qualifications ni marronner. Ainsi, l’étude systématique des récits d’esclaves américains prouve que les femmes étaient plus nombreuses que les hommes à engager des confrontations verbales ou physiques avec les blancs101. De même, les journaux de plantations ou les listes de punitions à la Grenade, en Dominique et à l’actuel Guyana, révèlent des femmes plus insolentes, plus paresseuses, plus désobéissantes et querelleuses que les hommes102. Dans la Guadeloupe de 1828, une mulâtresse de quinze ans est battue par sa maîtresse « parce qu’elle est insolente et se permet toujours des observations103 ».

47L’esclave femme des Antilles françaises est encore et toujours présentée comme une concubine voluptueuse et légère qui attire les hommes blancs, leur extorque des biens et des somptueux costumes, voire la liberté. Elle n’aurait donc pas eu besoin de résister et aurait ainsi participé au maintien du système esclavagiste. Pourtant, bien peu de femmes avaient la possibilité d’être des concubines et encore moins furent affranchies de ce fait. Les chiffres indiquent que les marronnages comme les affranchissements furent très faibles pour les hommes et pour les femmes. Le traitement objectif des sexes dans la recherche nécessiterait donc ne pas exagérer des différences minimes pour en tirer des conclusions qui occultent la similitude des positions des esclaves là où elle existait.

Ain’t I a woman ?104

  • 104 White Deborah, Ain’t I a woman? Female slaves in the plantation South, New York, Norton, 1985.

48Cette brève recension historiographique montre que l’occultation des esclaves femmes persiste dans la représentation même de l’esclavage guadeloupéen ou dans le seul récit autobiographique qui en fut fait. Il y a aussi forclusion de l’expérience même des femmes puisque leur histoire est racontée à travers les écrits des hommes blancs, sans que soient interrogés leurs biais, parfois volontaires, parfois inconscients. La femme qui est décrite, c’est la jeune Mulâtresse que les Blancs rencontraient dans les grand’cases, et ce qui en est dit est très différent des récits autobiographiques des esclaves. L’esclavage était-il si différent aux Antilles françaises que nulle esclave n’aurait pu y écrire le récit poignant d’Harriett Jacobs ? Non, puisque des auteurs du XVIIe siècle et du XVIIIe siècle ont raconté des histoires identiques. Le XVIIIe siècle a-t-il été si différent des siècles précédents et suivants ? Non, ce qui a changé, c’est que les religieux étaient moins nombreux et moins motivés par l’évangélisation des esclaves, que tous les contradicteurs étaient rejetés loin des Antilles. Les récits sur les Antilles esclavagistes n’évoquent pas toutes les autres femmes : les concubines d’esclaves, les mères d’enfants qui trop souvent mourraient, les Africaines, les agricultrices, toute cette diversité que les minutes notariales permettent seulement d’approcher. Il est pour le moins osé de réduire ainsi l’expérience de l’esclavage féminin à l’image unique de la jeune et jolie Mulâtresse, calculatrice et comblée de cadeaux par son amant ! Cette résistance à reconnaître la diversité des situations et des réponses féminines au profit d’une généralisation sur la nature forcément salvatrice de la sexualité masculine montre la profondeur de ce mythe français et explique bien des résistances aussi bien à l’histoire des femmes et du genre qu’à l’étude des violences faites aux femmes.

49Cette image de l’esclave femme acceptant les relations sexuelles sans résistance, prostituée par nature plus que par condition, est reproduite, plus que produite par les livres de médecine, puisqu’on en trouve la première occurrence en 1680 dans une délibération du Conseil souverain de la Guadeloupe. Elle va bientôt justifier le racisme scientifique car elle produit l’esclave femme comme l’Autre absolu. L’Autre de l’homme blanc, bien sûr, et de la femme blanche puisque, plus cette dernière devient prude, plus la sexualité de la femme noire s’affiche. Mais aussi l’Autre de l’esclave homme puisqu’elle ne vivrait que pour obtenir la liberté, des enfants et des cadeaux du Blanc. Image fausse puisque la femme esclave a surtout vécu avec l’homme esclave, en a eu des enfants, a été peu affranchie et a peu marronné, tout comme lui. Image qui cache aussi le commun régime de terreur qui, tout autant que les divisions, a permis le maintien de l’esclavage. En effet, dès que le système de répression a faibli, des insurrections ont éclaté. Selon cette représentation, les esclaves femmes ne sont pas des êtres humains souffrant de la négation de leur intégrité physique. Ain’t I a woman ? demandait l’ancienne esclave et abolitionniste Sojourner Truth. Une femme, c’est-à-dire un être humain qui, tout comme les levellers anglais, souhaitaient la propriété de leur corps, l’habeas corpus, y compris dans leur sexualité.

Notes

1 Cet article reprend en l’actualisant une communication prononcée au Collège de France le 7 juin 1998 dans le cadre du séminaire du professeur Harris Mémel-Fotê, Chaire internationale « L’esclavage en Afrique sub-saharienne ».

2 Perrot Michelle, Une histoire des femmes est-elle possible ?, Marseille, Rivages, 1984, p. 8.

3 Ibidem.

4 Sohn Anne-Marie et Thelamon Françoise, L’histoire sans les femmes est-elle possible ? Paris, Perrin, 1998.

5 Duby Georges et Perrot Michelle, « Écrire l’histoire des femmes », préface à L’histoire des femmes en Occident, Paris, Plon, 1991, p. 8-9.

6 Scott Joan, « La travailleuse », dans Duby Georges et Perrot Michelle, L’histoire des femmes. Paris, Plon, édité par Fraisse Geneviève, tome 4, 1991, p. 419-444.

7 Thébaud Françoise, Écrire l’histoire des femmes. Fontenay-aux-Roses, Presses de l’École normale supérieure, 1998.

8 Thébaud Françoise (éd.), « Le XXe siècle », tome 5 de Duby Georges et Perrot Michelle, Histoire des femmes, Paris, Plon, 1992.

9 Belmessous Saliha, « Assimilation and Racialism in Seventeenth and Eighteenth-Century French Colonial Policy », American Historical Review, vol. 110, no 2, 2005. http://www.historycooperative.org/journals/ahr/110.2/belmessous.html

10 On peut citer notamment : Lerner Gerda, De l’esclavage à la ségrégation, les femmes noires dans l’Amérique des Blancs, Paris, Denoël-Gonthier, 1975. Jones Jacqueline, Labor of love, laborof sorrow. Black women and the family fron slavery to the present, New York, Basic Books, 1985. Gaspar David Barry et Hine Darlene Clark (eds), More than chattel. Black women and slavery in the Americas. Bloomington and Indianapolis, Indiana university press, 1996. Ingersoll Thomas, Mammon and Manon in early New Orleans. The first Slave Society in the Deep South, 1718-1819, Knoxville, university of Tennessee Press, 1999.

11 Beckles Hilary dans Shepherd Verene, Brereton Bridget et Bailey Barbara, Engendering history. Caribbean women in historical Perspective, Kingston, Ian Randle Publishers, 1995, p. 131. Plusieurs de ces articles ont été traduits dans Diouf Mamadou et Bosma Ulbe (eds), Histoires et identités dans la Caraïbe. Trajectoires plurielles, Paris, Karthala, 2004.

12 Debien Gabriel, Les esclaves aux Antilles françaises (XVIIe-XVIIIe siècles). Fort-de-France/Pointe-à-Pitre, Société d’histoire de la Guadeloupe et de la Martinique, 1974.

13 Vanony-Frisch Nicole, « Les esclaves de la Guadeloupe à la fin de l’ancien régime », Bulletin de la société d’histoire de la Guadeloupe, no 63-64, 1985.

14 Perotin-Dumon Anne, Être patriote sous les tropiques, Basse-terre, Société d’histoire de la Guadeloupe, 1985.

15 Perotin-Dumon Anne, La ville aux îles, la ville dans l’île : Basse-Terre et Pointe-à-Pitre, Guadeloupe, 1650-1820, Paris, Karthala, 2000.

16 Oudin-Bastide Caroline, Travail, capitalisme et société esclavagiste. Guadeloupe, Martinique (XVIIe-XIXe siècles), Paris, la Découverte, 2005.

17 Régent Frédéric, Esclavage, métissage et liberté. La révolution française en Guadeloupe 1789-1802, Paris, Bernard, éditions Grasset et Fasquelle, 2004.

18 Idem, p. 13.

19 Idem, p. 28.

20 Régent Frédéric, La France et ses esclaves. De la colonisation aux abolitions (1620-1848). Paris, Grasset, 2007, p. 74, note 4.

21 Prince Mary, La véritable histoire de Mary Prince, racontée par elle-même, commentée par Daniel Maragnès, Paris, Albin Michel, 2000.

22 On peut y ajouter le livre de Moitt Bernard, Women and slavery in the French West Indies, 1635-1848, Bloomington, Indiana university Press, 2001.

23 Memel-Fotê Harris, 1997, « La traite des négresses au XVIIIe siècle », dans Fauré Christine, Encyclopédie politique et historique des femmes. Paris, PUF : 1997, p. 233-276.

24 « Les femmes dans la traite et l’esclavage », Cahiers des Anneaux de la mémoire, no 5, Nantes, 2001.

25 Gautier Arlette, Les sœurs de Solitude. La condition féminine pendant l’esclavage, Paris, éditions caribéennes, 1985.

26 En moyenne la traite a déporté un tiers de femmes pour deux tiers d’hommes. Gautier Arlette, « Les origines ethniques des esclaves déportés à Nippes, Saint-Domingue, de 1721 à 1770 d’après les archives notariales », Canadian Journal of African Studies, vol. 23, no 1, 1989, p. 28-39.

27 Gautier Arlette, « La mouche dans le lait et le bon sauvage », dans Nordman et Raison, Sciences de l’homme et conquête coloniale. Paris, Presses de l’école normale supérieure, 1980, p. 183-203.

28 Deveau Jean-Michel, Femmes esclaves d’hier à aujourd’hui, Paris, France Empire, 1998, p. 226.

29 Pago Gilbert, Les femmes dans la liquidation du système esclavagiste à la Martinique 1848 à 1852, Ibis rouge éditions, 1998.

30 Dorlin Elsa, La matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la nation française, Paris, La découverte, 2006.

31 Paris Myriam et Dorlin Elsa, « Genre, esclavage et racisme : la fabrication de la virilité », Contretemps, no 16, mai 2006, p. 96-105.

32 Garrigus John, « Sons of the same father. Gender, race and citizenship in French Saint-Domingue, 1760-1792 », dans Adams C. (éd.), Visions and revisions of the French Eighteen-Century France, The Pennsylvania State university Press, 1997, p. 137-153.

33 Gautier Arlette, « Sexualisation/Désexualisation des esclaves antillais », dans Chetculi Natacha, Normes/Contre-normes. Dés/humanisation des femmes et sexualités, Paris, éditions de l’Université de Paris VII, à paraître.

34 Saint-Louis Vertus, « Femmes et familles dans la société esclavagiste de Saint-Domingue », Revue haïtienne d’histoire et de géographie, no spécial « Les femmes et l’esclavage », vol. 76, no 210, janvier-mars 2002, p. 2-12, particulièrement p. 2.

35 Gautier Arlette, « Les esclaves femmes du Nouveau Monde : étude comparative », Revue haïtienne d’histoire et de géographie, vol. 76, no 210, janvier-mars 2002, p. 28-47.

36 Oudin-Bastide Caroline, op. cit.

37 Devreux Anne-Marie, La double production. Les conditions de vie professionnelle des femmes enceintes. Paris, CNRS, 1988.

38 Gautier Arlette, « Genre et fécondité », dans Condon S., Bozon M. et Locoh T. Démographie, sexe et genre. Bilan et perspectives, Dossiers et recherches de L’INED, vol. 83, 2000, p. 13-20.

39 Face au problème des oublis, certains inventaires ne détaillant aucun esclave qualifié, j’ai choisi de noter toutes les mains d’œuvre quand un esclave au moins était qualifié.

40 Siguret Roselyne, « Esclaves d’indigoteries et de caféières au quartier de Jacmel, 1757-1791 », Revue française d’histoire d’Outre-mer, no 199, 1968.

41 Geggus David, « Slave and free colored women in Saint-Domingue », dans Gaspar David et Hine Darlene op. cit., 1996, p. 262.

42 Vanony-Frisch Nicole, op. cit.

43 Perotin-dumon Anne, op. cit., 2000.

44 Il y a trois cuisiniers pour une cuisinière à Nippes alors qu’il y en a dix pour une dans la Guadeloupe de 1770 à 1789. Gautier Arlette, op. cit., p. 204. Vanony-Frisch Nicole, op. cit., p. 125.

45 Pago Gilbert, op. cit., p. 53.

46 Vanony-Frisch Nicole, op. cit., p. 125.

47 Ibidem.

48 Régent Frédéric, op. cit., 2004, p. 144. Voir l’iconographie dans Pluchon Pierre, Histoire des Antilles et de la Guyane, Toulouse, Privat, 1982.

49 Selon un ancien magistrat, Rouvellat de Cussac, dans la Martinique de 1842 sur 76 672 esclaves, 30 % travaillent chez des particuliers, essentiellement comme domestiques, louées éventuellement chez d’autres comme blanchisseuses, servantes ou couturières. Cité par Pago, op. cit., p. 39.

50 Rouvellat de Cussac, cité par Pago Gilbert, op. cit., p. 39.

51 Prince Mary, op. cit.

52 Oudin-Bastide Caroline, op. cit., p. 275.

53 Pago Gilbert, op. cit., p. 54, 1998.

54 Cottias Myriam, « La Martinique : Babylone fertile ou terre stérile ? Des discours sur la fécondité aux indicateurs démographiques et sociaux (XVIIe-XIXe siècle) », Annales de démographie historique : 199-215, 1992.

55 Morgan Jennifer L., Laboring Women: Reproduction and Gender in New World Slavery, University of Pennsylvania Press, 2004.

56 Meillassoux Claude, Anthropologie de l’esclavage. Le ventre de fer et d’argent. Paris, PUF, 1986.

57 Régent Frédéric, op. cit., 2007, p. 9.

58 Régent Frédéric, op. cit., 2004, p. 15.

59 Gautier Arlette, « Les esclaves de l’habitation Bisdary, 1763-1817 », Bulletin de la Société d’histoire de la Guadeloupe, no 60, 2e trimestre, 1984, p. 13-50.

60 En Martinique en 1680, le bilan des naissances et des décès est tel que la population esclave martiniquaise diminuerait de 10 % tous les 3 ans sans importation de captifs.

61 Houdaille Jacques, « Les esclaves de la zone d’occupation anglaise de Saint-Domingue », Population, no 1-2, 1971, p. 152-158.

62 Gautier Arlette, op. cit., 1985, p. 75 et 123. Un tiers des propriétaires guadeloupéens en 1671, le quart des propriétaires martiniquais en 1 680 et la moitié à Nippes, un bourg de la partie française de Saint-Domingue de 1721 à 1770, ne déclarent pas d’enfants esclaves.

63 Cauna Jacques de, Au temps des Isles à sucre, Histoire d’une plantation de Saint-Domingue au XVIIIe siècle, Paris, Karthala, 1987.

64 Gautier Arlette, op. cit., p. 121, 1985.

65 Gautier Arlette, op. cit., 1986.

66 Pétré-Grenouilleau Olivier, L’argent de la traite : milieu négrier, capitalisme et développement. Paris, Aubier, p. 69, 1996.

67 Selon les termes de Duchet Michèle, Anthropologie et histoire au siècle de lumières, Paris, Maspéro, 1971.

68 Gautier Arlette, op. cit., 1985, p. 113-114 et p. 134.

69 Savage John, « Black magic and white terrors. Slave poisoning in 19th century Martinique », Journal Of Social History, vol. 40, no 3, printemps 2007.

70 David Bernard, « La paroisse de Case-Pilote, 1760-1848, notes d’histoire sociale », Mémoires de la société d’histoire de la Martinique, n 4, 1975, 113 p.

71 Régent Frédéric, op. cit. 2004, p. 58.

72 Mulot Stéphanie, « Le mythe du viol fondateur aux Antilles françaises », Ethnologie française, no 111, 2007, p. 517-524.

73 Leblond Jean-Baptiste, Voyage aux Antilles et en Amérique méridionale, commencé en 1767 et fini en 1802, Paris, 1813, p. 50.

74 Dutertre Jean-Baptiste, Histoire générale des Antilles habitées par les Français, Paris, vol. II, 1667-1671, p. 512.

75 Lerner Gerda, op. cit., p. 12.

76 Régent Frédéric, op. cit. 2004, p. 59 et 147.

77 En considérant que chaque homme blanc a une concubine esclave.

78 Régent Frédéric, op. cit., 2004, p. 58.

79 Tanc Xavier, De l’esclavage aux colonies et particulièrement en Guadeloupe, Paris, 1831, p. 27.

80 Beckles Hilary, Centering woman. Gender discourses in Caribbean slave society, Kingston, Princeton et Oxford, Ian Randles, Warkers-Wiener et James Currey Publishers, 2001.

81 Minges Patrick, Far more terrible for women. Personal accounts of women in slavery. Winston-Salem, John F. Blair, 2006.

82 Cité par Pluchon Pierre, La route des esclaves. Négriers et bois d’ébène au XVIIIe siècle, Paris, Hachette, 1980, p. 256.

83 Oudin-bastide Caroline, op. cit., p. 277 et p. 28-32.

84 Pluchon Pierre, « Les populations libres », dans Pluchon Pierre, Histoire des Antilles et de la Guyane, Toulouse, Privat, 1982, p. 184.

85 Cottias Myriam, « La séduction coloniale. Damnation et stratégies des femmes antillaises (XVIIe-XIXe) », in Dauphin Cécile et Farge Arlette, Séduction et sociétés, Paris, Le Seuil, 2001, p. 125-140.

86 Petit Émilien, le Patriotisme américain, p. 32, cité par Oudin-Bastide Caroline, op. cit., p. 278.

87 Pluchon Pierre, « Introduction », dans Wimpffen Alexandre-Stanislas de, Haïti au XVIIIe siècle. Richesse et esclavage dans une colonie. Voyage à Saint-Domingue fait les années 1788, 1789 et 1790. Paris, Cochers, réédition Paris, Karthala, 1993, p. 30.

88 Gautier Arlette, « Droits du mariage et violences envers la conjointe », Prochoix, no 36, avril 2006, p. 109-134.

89 France Joseph, La Vérité et les faits ou l’esclavage mis à nu dans ses rapports avec les maîtres et les agents de l’autorité, Paris, Moreau, 1846, p. 60.

90 Gautier Arlette, op. cit., 1985, p. 163.

91 Et la moindre de vivre en famille monoparentale.

92 Gautier Arlette, « Les familles esclaves aux Antilles françaises, 1635-1848 », Population, vol. 55, no 6, 2000, p. 975-1001.

93 Beckles Hilary, Natural rebels. A social history of enslaved black women in Barbados, Londres et New Brunswick, Zed books ltd et Rutgers university Press, 1989.

94 Jacquot Jocelyne, « La femme dans le marronnage à la Martinique d’après le Journal Officiel de la Martinique 1834-1848 » dans Dorigny Marcel, Esclavage, résistances et abolition, actes du 123e congrès national des Sociétés historiques et scientifiques, section histoire moderne et contemporaine, Paris, éd. du Comité des Travaux historiques, 1999, p. 99-108.

95 Meslien Sylvie, « Les femmes noires dans les sociétés esclavagistes des petites Antilles françaises et des petites Antilles anglaises du XVIIe et du XVIIIe siècles » dans Dorigny Marcel, op. cit., p. 35-44.

96 Manigat Sabine, « Les femmes au cours de la période révolutionnaire (1790-1804). Le regard de quelques historiens », Revue haïtienne d’histoire et de géographie, vol. 76, no 210, janvier-mars 2002, p. 13-18.

97 Gautier Arlette, op. cit., 1985, p. 255.

98 Gazette de la Guadeloupe, p. 1, 5 janvier 1826.

99 Gautier Arlette, op. cit., 1984.

100 Schnackenbourg Christian, La crise du système esclavagiste à la Guadeloupe, 1835-1847, Paris, L’Harmattan, 1980, p. 185.

101 Escott Paul, Slavery remembered, Chapel Hill, university of North Carolina Press, 1978, p. 86-93.

102 Bush Barbara, « Toward emancipation: slave women and resistance to coercive labour regimes in the British West Indian colonies, 1790-1838 », Slavery and Abolition, vol. 9, no 3, décembre 1981, p. 222-243.

103 Tanc Xavier, op. cit., p. 5-6.

104 White Deborah, Ain’t I a woman? Female slaves in the plantation South, New York, Norton, 1985.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Le nombre d’hommes esclaves pour 100 femmes esclaves.
Légende Sources : Archives nationales. Section Outre-Mer. Guadeloupe : G1 468, G1 469, G1 497 ; Martinique : G1 470, G1 470 bis, G1 499 ; Saint-Domingue G1 509.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/97667/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 67k

Auteur

Professeure de sociologie à l’Université de Bretagne Occidentale. Elle travaille sur les femmes et la construction des genres, de l’esclavage à la post-colonie, aux Antilles et au Mexique.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540