Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'esclave et les plantations

 | 
Philippe Hroděj

Première partie. L'esclavage, élément moteur de la plantation

L’origine des esclaves des habitations Laborde

Bernard Foubert

Texte intégral

  • 1 Durand Yves, « Mémoires de Jean Joseph de Laborde ». Bulletin de la Société de l’Histoire de France (...)

1Jean Joseph de Laborde, béarnais originaire des Pyrénées françaises, était né en 1724 à Jaca en Espagne. Fils d’un petit commerçant sans fortune, il fit ses débuts à Bayonne où il fonda sa propre maison en 1751. Frontalier hispanisé (« hispanolizado »), il participa très tôt au négoce international de l’époque. Le début de sa fortune date de l’importation des piastres espagnoles qu’il achetait à Cadix et revendait à la Compagnie des Indes et aux hôtels des monnaies. Devenu un intermédiaire influent et l’ami du ministre Choiseul, il sera banquier de la cour de 1759 à 17671. À la tête d’une immense fortune, Laborde, au cours des vingt années suivantes, place ses capitaux dans le lotissement des nouveaux quartiers parisiens, l’achat d’un vaste domaine beauceron et celui d’habitations sucrières à Saint-Domingue. Négociant international engagé dans le grand commerce maritime, il est intéressé dès le début des années soixante dans l’armement et la traite négrière, en association notamment avec la famille malouine des Magon Delalande.

  • 2 Foubert Bernard, Les habitations Laborde à Saint-Domingue dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, (...)
  • 3 La livre coloniale, simple monnaie de compte, valait un tiers de moins que la livre tournois d’où (...)

2Acheté entre 1 768 et 1771, le domaine Laborde était situé au sud de l’île dans la plaine des Cayes. Il était formé de trois habitations contiguës couvrant 1 665 hectares dont près de 750 en plaine2. À la veille de la Révolution, elles faisaient travailler 1 400 esclaves et comptaient parmi les plus grandes plantations de Saint-Domingue. On avait opté pour la production de sucre blanc (« terré ») d’une qualité supérieure au sucre brut sous un moindre volume. La devise que Laborde s’efforçait d’imprimer dans l’esprit de ses procureurs résume bien l’objectif que l’on s’était fixé : « cultures, revenus, remises ». Pour y parvenir, le banquier n’avait pas lésiné sur les moyens. Au total, on acheta 2 273 têtes de nègres pour un montant global de quatre millions et demi de livres tournois3. Une partie de la somme était d’ailleurs incluse dans le prix d’acquisition des habitations Conflans et Grimaud mais à partir de 1769 et jusqu’en 1791 on acheta deux mille esclaves soit à des habitants, soit à des négociants ou des capitaines négriers.

3En fait ces achats répartis sur une vingtaine d’années avant et après la guerre d’Indépendance américaine (1778-1782) correspondent à une moyenne annuelle de 105 têtes pour une valeur de 220 000 livres coloniales. Le quart, soit 493 têtes, provenait d’ateliers cédés à Laborde par des habitants désireux de se liquider avant de rentrer en France. Les trois quarts, soit 1 507 têtes, étaient imputables à des achats aux négriers appartenant, tantôt à Laborde, tantôt à des consignataires locaux ou d’autres négociants de France.

Les ateliers coloniaux

4On a peu de renseignements sur les conditions dans lesquelles se traitèrent ces acquisitions où les procureurs jouèrent un rôle primordial. Toutefois, certains vendeurs n’hésitèrent pas, le cas échéant, à faire directement des offres à Laborde. Trois ateliers se détachent par l’importance de leurs effectifs ; il s’agit de Champigny, Bertrand et Lautier.

L’atelier Champigny4

  • 4 Arch. du château de Mouchy-le-Chastel dans l’Oise (ACM) : MY 461-8. Compte de régie de la petite h (...)

5Il fut acheté par Dantan en 1773, pour la troisième habitation, il se composait de :

30 nègres vendus

85 100

soit 2 837 livres par tête.

31 négresses vendues

74 900

2 416 livres par tête.

5 négrillons vendus

4 200

840 livres par tête.

5 négrittes vendues

4 000

800 livres par tête.

Au total 71 têtes vendues

168 200 livres coloniales.

  • 5 Public Record Office (PRO) : High Court of Admiralty (HCA) 30-284. Laborde à B. Lavignolle, La Fer (...)

6Le prix en était élevé par comparaison avec celui des bossales envoyés du Cap et payés 1 700 à 1 800 livres par nègre et 1 600 à 1 700 livres par négresse. Laborde en fit l’observation à Lavignolle sans chercher apparemment à en savoir plus : « Il m’a acquis pour l’habitation qu’il régit soixante et onze têtes de noirs appartenant à M. de Champigny. Ils sont acclimatés, en état de servir, un peu chers mais l’opération a été bien vue et décide l’établissement parfait de cette habitation dans les quatre années que j’ai données à M. Dantan5. »

L’atelier Lautier

  • 6 ACM : MY 427-11. État des nègres vendus par les Sieurs Jean-Baptiste Lautier et Delle Magdeleine V (...)

7Acheté par Dantan le 14 février 1775 à Jean-Baptiste Lautier, habitant indigotier du quartier de l’Asile, il se composait de 73 têtes6 :

35 nègres vendus

74 300

soit 2 123 livres par tête

27 négresses vendues

52 300

soit 1 937 livres par tête

7 négrillons vendus

5 100

soit 729 livres par tête

4 négrittes vendues

3 300

soit 825 livres par tête

  • 7 Les six autres restaient provisoirement auprès de leur ancienne maîtresse et le septième qui « ne (...)

8Son prix était sensiblement moins élevé que celui du précédent et les 135 000 livres payables en trois termes de 45 000 livres, argent d’Amérique, à quatre, huit et douze mois. Les frais s’élevèrent à 989 livres dont une partie paya le transport par mer de 66 nègres depuis Aquin jusqu’aux Cayes sur le caboteur de Ferdouillard7. Assez curieusement, l’un des deux commandeurs, La Rochelle, était un Tiamba, seul représentant de cette nation, l’autre dit « l’Africain » étant un Congo.

L’atelier Bertrand

  • 8 Arch. Nat. : Minutier Central (MC), étude XLVIII, liasse 225. Vente de nègres le 13 septembre 1774 (...)
  • 9 ACM : MY 451-2. Du 29 décembre 1774. Remise faite à M. Gérard pour M. de Laborde des nègres à lui (...)
  • 10 État des nègres achetés de M. Rourke, Prudhomme et Heurteloup le 19 avril 1768 (maison de commerce (...)

9Le 13 septembre 1774, Gilles Bertrand vendait à Laborde 101 têtes de nègres pour la seconde habitation à 1 500 livres tournois la pièce soit 151500 livres8. Le 29 décembre suivant, J.-B. Gérard qui s’était rendu sur l’habitation Bertrand, prenait possession de l’atelier et remettait au gérant, Joseph André Rigaud, une lettre de change à huit jours de vue que Laborde acquitta le 20 mars 17759. Cet atelier se composait de 33 nègres, 37 négresses, 14 négrillons et 17 négrittes. Selon les informations et les listes fournies par le vendeur, il aurait été formé d’éléments achetés entre 1768 et 177210. L’atelier Bertrand comprenait 35 Congo et 37 créoles, les deux tiers du total. Venaient ensuite 10 Mondongue, 5 Ibo, 3 Nago, 2 Sénégalais, 2 Tiamba, 2 Takoua, 1 Canga, 1 Adia, 1 Arada, 1 Portugais et 1 Coromanti.

10Les conditions de la vente étaient là encore particulièrement contraignantes en ce qui concerne les aléas du marronage ou des maladies pouvant survenir avant la livraison dont le vendeur se déchargeait par avance sur le dos de l’acheteur :

  • 11 Vente de nègres du 13 septembre 1774, déjà citée.

« Dans la présente vente et conséquemment dans l’état de livraison et délivrance des esclaves seront compris tous ceux qui sont attachés à la dite habitation tant petits que grands, jeunes et vieux, sains ou malades de quelque maladie que ce soit, connue ou inconnue, même d’épilepsie ou autres, estropiés ou non, nés et à naître jusqu’au dit temps et en l’état qu’ils se poursuivront sans que leur âge ni maladie puisse être considéré ni former cas rédhibitoire11. »

  • 12 Remise du 29 décembre 1774, déjà citée. À noter que les nègres Bertrand furent transportés eux aus (...)

11De fait, le jour de la remise, il se trouva une négresse nago de 35 ans, attaquée de la lèpre : « ayant les doigts des mains et des pieds presque entièrement rongés » que Gérard préféra abandonner sur l’habitation : « ne pouvant absolument s’en charger attendu les risques de contagion et l’état désespéré de la dite négresse et néanmoins aux termes de ce qui a été convenu pour la dite vente entend la payer suivant et conformément à ce qui a été stipulé12 ».

12La vente Bertrand tirait-elle parti d’une pénurie d’esclaves sur le marché ? Par ailleurs, le désengagement de Bertrand survenant cinq mois avant celui des Lautier, tous deux habitants de l’Asile, pourrait avoir été la conséquence d’une crise affectant les indigoteries de ce quartier (sécheresses, mauvaises récoltes etc.).

Les avantages et les inconvénients

  • 13 Les ateliers Monrepeaux, Buisson et Lacroix venaient de la plaine du Fond de l’Île-à-Vaches, Bertr (...)

13La part des acquisitions locales dans la composition des ateliers fut variable. À cet égard, celui de la seconde habitation est d’autant plus intéressant qu’il a été formé dès l’origine par la réunion de deux cents individus dont les sept huitièmes provenaient de cinq ateliers achetés sur place ou dans les quartiers voisins13.

Répartition par nation des nègres et des négresses

Répartition par nation des nègres et des négresses

14La composition de ces ateliers fait ressortir la prépondérance des Congo et Mondongue qui représentent entre la moitié et les deux tiers du total, tandis que les créoles ne sont que 16 à 17 %, le reste se dispersant entre une douzaine de « nations » différentes. Les Congo et les Mondongue en représentaient plus du quart, les Côte d’or (Nago, Arada, Tiamba, Mina, etc.) 30 % et les créoles environ 20 %. Mais surtout l’équilibre entre nègres et négresses apparaît d’autant mieux respecté qu’il existait déjà dans les acquisitions les plus importantes comme l’atelier Bertrand, avec 36 femmes pour 33 hommes. La distribution des âges n’était pas non plus défavorable puisque les trois quarts des hommes et quatre femmes sur cinq avaient moins de trente ans. Pourtant, le déracinement d’ateliers habitués aux travaux moins pénibles des indigoteries ou des caféières présentait des inconvénients tels que les régisseurs y renoncèrent.

  • 14 Lieutenant colonel commandant pour le roi au département du Petit-Goave.
  • 15 PRO : HCA. 30-284. Copie de la lettre écrite à Laborde, du Petit-Goave, le 20 juin 1779.

15À plusieurs reprises, le procureur Lavignolle écarta les offres faites à Laborde par des habitants intéressés. Une première fois, un officier nommé Doumet de Siblas14 possédant une indigoterie à une lieue de l’Anse-à-Veau dans le quartier de Nippes, proposa à Laborde un atelier de cent nègres : « tous ne passant pas trente ans, beaucoup de quinze à vingt, une quantité de créoles et presque point d’enfants. Cet atelier est sans défaut ni vices, jamais de nègres marrons, il est connu dans le quartier pour un des mieux disciplinés15 ».

16L’intéressé, veuf sans enfant et malade, aspirait à prendre sa retraite et à rentrer en France après trente-quatre années de service. Laborde transmit la demande à ses régisseurs en leur enjoignant de prendre des renseignements secrets et en précisant ses conditions :

  • 16 Ibidem. Laborde à Doumet de Siblas au Petit Goave, de Paris, le 24 octobre 1779. HCA. 30-88. Labord (...)

« bien entendu que si M. Doumet a aux environs de soixante ans la moitié de la somme à laquelle l’emplette sera fixée, je ne paierai que neuf pour cent en viager. Quant à l’autre moitié, soit nègres soit bestiaux, s’ils sont absolument utiles à mes habitations, je ne peux payer que : un quart dans trois ans, un quart dans quatre ans, un quart dans cinq ans et un quart dans six ans, sans intérêt16. »

  • 17 PRO : HCA. 30-884. B. Lavignolle à Laborde, le 31 mai 1780.

17Renseignements pris, sur les 82 nègres retrouvés par l’informateur au lieu des cent annoncés se trouvaient une quinzaine d’individus âgés, huit mauvais sujets achetés en partie à la barre de l’audience et une douzaine d’enfants. On présumait que les absents étaient des domestiques attachés à la suite du vendeur « que leur vie oisive et les vices qu’elle entraîne rend peu propres aux cultures17 ».

  • 18 Ibidem, B. Lavignolle à Laborde, les 31 mai et 30 juin 1780. MY. 460-74. Fraisse à Laborde, le 28 j (...)
  • 19 PRO : HCA. 30-284. Laborde à B. Lavignolle, le 30 janvier 1783.
  • 20 PRO : HCA. 30-884. B. Lavignolle à Laborde, le 31 mai 1783.

18En résumé, il n’y avait pas plus de 60 nègres ou négresses convenant aux habitations. Malgré la pénurie due à la guerre il était exclu de traiter dans de pareilles conditions et les choses en restèrent là18. Quatre ans plus tard, un habitant de Jacmel proposa un atelier de 120 nègres dont 90 en état de travailler et 5 à 10 « surâgés »19. Laborde transmit sa proposition mais le régisseur impressionné par « le silence de M. Lhermitte sur l’âge des 90 [...] les dispositions où je le vois de faire valoir ou payer la convenance et tout l’avantage qu’il imagine que vous devez trouver à cette acquisition » n’envisageait même pas de se déplacer, « regardant d’avance que des nègres habitués à une culture douce avec immanquablement quantité de surâgés ne pouvoir équivaloir ceux que vous pouvez vous procurer arrivant de la Côte20 ».

  • 21 ACM : MY 460-74. M-E. Fraisse à Laborde, le 28 juillet 1781.

19Cette opinion était partagée par tous les régisseurs, notamment celui de la troisième habitation. « Les partis de nègres faits au pays ont leurs inconvénients. Ils sont la plupart chargés de vieux, d’enfants, de domestiques inutiles et qui se font difficilement au travail de sorte qu’une très grosse mise dehors ne procure souvent que peu de bras effectifs21. » Uniquement préoccupés de faire du revenu en réunissant des équipes de jeunes nègres, les régisseurs n’étaient plus disposés à payer le prix fort pour s’embarrasser de charges inutiles. Le temps des ateliers était révolu et la traite négrière allait désormais pourvoir à leurs besoins.

L’importance de la traite

  • 22 Voir en annexe le tableau des acquisitions en provenance des négriers de Laborde.

20La traite représente 1507 têtes dont 540, c’est-à-dire le tiers, provenaient de navires négriers appartenant à Laborde ou dans lesquels celui-ci avait un intérêt. Les deux autres tiers22, soit 967 têtes, furent achetés à des maisons du Cap, du Port-au-Prince ou des Cayes, consignataires aux négriers des négociants de France. Sur 48 armements ayant fourni des Noirs aux habitations on compte une douzaine de malouins, une dizaine de havrais, autant de rochelais et de nantais, quatre bordelais, deux honfleurais, etc.

Place de Laborde dans le trafic négrier

  • 23 Mettas Jean, Répertoire des expéditions négrières françaises au XVIIIe siècle, tome II, Saint Malo (...)
  • 24 Rinchon Dieudonné, Le trafic négrier, Bruxelles, 1938, p 84 et 93. Cabinde est à 60 km au nord de (...)

21Il est probable que Laborde était intéressé depuis 1763 dans des armements négriers en association avec des maisons malouines comme celle de Lalande, Magon fils et Villegille. Le 25 novembre 1763, trois bâtiments, l’Amitié, la Duchesse de Gramont et la Rosalie23 partent ensemble à la côte d’Angole faire leur traite à Cabinde ou Malimbe. De là, ils transportent leurs cargaisons au Cap Français pour en faire la vente et charger en retour des denrées coloniales à destination de Saint-Malo, c’est le voyage triangulaire classique24. Les rotations étaient de deux ans en moyenne mais certains navires comme la Rosalie ne font pas moins de six voyages.

  • 25 Dont : 1 441 têtes pour l’Amitié en quatre voyages
    2 554 têtes pour la Duchesse de Gramont en quatr (...)

22À partir de 1774, le Prince de Conti et la Pauline remplacent l’Amitié et la Duchesse de Gramont. Au total, entre 1763 et 1777, les négriers de Laborde et de ses associés malouins transportèrent près de dix mille têtes de nègres à Saint-Domingue25. Laborde apportait une attention toute particulière à la préparation et à l’organisation de ces expéditions. Il adressait à ses capitaines comme à ses régisseurs des « ordres et instructions » détaillés sur la marche à suivre à la côte d’Afrique comme à Saint-Domingue.

  • 26 ACM : MY 502-34. Ordres et instructions pour M. Paul Hardy, capitaine de la frégate la Rosalie etc (...)

« Comme vous pourrez trouver encore à la côte soit ma frégate le Prince de Conti, capitaine Corbillé, soit ma corvette la Pauline, capitaine Carré, mon intention est qu’aussitôt votre arrivée, vous consultiez ces capitaines pour vous informer de l’état de la côte et que vous preniez avec le capitaine Corbillé les arrangements et les dispositions qui pourraient le plus avantager mes intérêts. Vous commandez chacun un de mes navires mais vous devez envisager que ces trois navires ne font, pour ainsi dire, qu’une même entreprise. Sur ce principe, j’exige que vous rendiez au capitaine Corbillé ou au capitaine Carré tous les secours qui dépendront de vous et si, pour finir leur expédition et les faire partir plus promptement pour Saint-Domingue, ils avaient besoin de quelques nègres, vous leur fourniriez ceux que vous auriez les premiers traités afin d’abréger leur séjour à la côte26. »

  • 27 ACM : MY 744-87. La maison Foäche à Laborde, du Cap le 20 août 1782.
    PRO : HCA 30-884. B. Lavignoll (...)
  • 28 Au Port-au-Prince, une liaison existe avec la maison Camfrancq-Thezan.

23Après une interruption de cinq ans due à la guerre, le trafic reprend avec l’arrivée au Cap en août 1782 du négrier malouin la Duchesse de Polignac, capitaine Bernède, arrivant de la côte d’Angole avec cinq cents Congo. Des 103 têtes que la frégate devait fournir aux habitations Laborde, 53 sont pour des raisons inconnues débarquées et vendues à la Grenade et le régisseur renonce à faire venir les autres en raison des risques du trajet, tant par mer que par terre27. Les associés en métropole et les consignataires à la colonie avaient changé. À Saint-Malo, c’est la maison Marion et Brillantais, Marion frères, qui se charge dorénavant des intérêts de Laborde. Par ailleurs, ce dernier accorde une place de plus en plus grande au havrais Charles Poullet, tant pour la traite des Noirs que le chargement des sucres de ses habitations. Au Cap, ce sont les rochelais Poupet frères qui remplacent la maison Foäche28.

  • 29 PRO : HCA 30-283. Laborde à B. Lavignolle, le 1er mai 1783.
  • 30 Ibidem, Laborde à B. Lavignolle, 18 juin 1783.

24Dès 1783, Laborde est intéressé dans cinq expéditions dont les départs s’échelonnent entre avril et juillet. Au Havre, il participe pour un tiers dans l’Homme Instruit et pour moitié dans la Joséphine, tous deux armés par Poullet, plus un seizième dans la Belle Pauline armée par Marion à La Rochelle. Enfin, il a aussi trois seizièmes dans la Duchesse de Polignac et une part dans la Victoire qui appareillent le 17 juillet de Bordeaux, l’une pour la côte d’Angole et l’autre pour l’océan Indien. Les quatre premiers doivent fournir chacun 30 « têtes d’élite » aux habitations soit 120 Congo29. Pourquoi ces derniers alors que les régisseurs réclamaient des Côte d’Or avec insistance. C’est, disait Laborde parce que « j’ai des intérêts considérables sur les quatre expéditions par une suite de circonstances30 ».

  • 31 METTAS Jean, op. cit., tome I, p. 630, tome II, p. 75, 345 et 477.
  • 32 ACM : MY 744-126. Foäche à Laborde, le Cap le 22 décembre 1784.
  • 33 ACM : MY 744-141. Foäche à Laborde, le Cap le 20 décembre 1785.
  • 34 ACM : MY 744-157. Foäche à Laborde, le Cap le 5 juin 1786.
  • 35 ACM : MY 744-92. Foäche à Laborde, le Cap le 16 avril 1783. Le vicomte de Belzunce, gouverneur de (...)

25Ces quatre navires livrent à eux seuls plus de deux mille têtes sur les marchés du Cap et du Port-au-Prince31. Le 1er décembre 1784, l’état des débiteurs aux négriers d’avant la guerre s’élève chez Foäche à 494 485 lt col.32. Un an plus tard, il ne représente plus que 6 % du montant des ventes, « ce qui est peu en comparaison de bien d’autres33 », s’agissant du « résidu de 5 900 000 livres de ventes34 ». Ce bilan plutôt satisfaisant n’empêche pas Laborde de presser les recouvrements avec une âpreté qui indispose ses correspondants. « Nous avons demandé des ordres contre des personnes pour lesquelles vous-même auriez des égards si vous veniez à Saint-Domingue, entr’autres M. Dalcourt de Belzunce qui est propriétaire d’une sucrerie à la lisière de Mme de Lalive et qui, en bon voisin, a rendu beaucoup de services à son habitation35. »

  • 36 ACM : MY 502 non inventorié. Laborde à Marion et Brillantais, à Méréville les 21 juillet et 26 aoû (...)

26En 1786, à la demande de Marion, il consentira une dernière fois à garder ses trois seizièmes sur la Duchesse de Polignac pour deux autres voyages en y plaçant 93 750 livres tournois. Outre son âge et sa santé, Laborde invoque « la résolution que j’ai prise de ne plus avoir aucune affaire36 ».

  • 37 Arch. Nat. : série T 1 097 (II). Journal, du 1er février 1785 au 31 décembre 1789. 50 % dans la Jo (...)

27Sans doute y avait-il du vrai dans les raisons avancées par le banquier mais ces dispositions ne l’empêchent pas pour autant de rester en affaires avec la maison Poullet. Cette dernière venait d’ailleurs de perdre coup sur coup à un an d’intervalle deux bâtiments dans lesquels Laborde avait de fortes participations37.

  • 38 PRO : HCA 30-284. Laborde à B. Lavignolle, le 14 décembre 1781. METTAS Jean, op. cit., tome I, p.  (...)

28– La Joséphine, considérée comme « la meilleure voilière de l’Europe » est portée disparue dans l’Atlantique à son retour du Cap après y avoir transporté 650 Noirs38.

  • 39 PRO : HCA 30-381 (cote C). Jean Joseph de Laborde, François Nogué et Charles Poullet fils étaient (...)

29– L’Homme Instruit, devenu le Mentor, armé en février 1785 pour la côte d’Angole, qui fait naufrage dans la Manche huit jours après son départ mais l’équipage et une grande partie de la cargaison peuvent être sauvés39.

  • 40 PRO: HCA 30-381, cote C. Ch. Poullet fils à B. Lavignolle, Le Havre le 27 février 1785.

« Je comptais, d’après les prix de chez vous le faire passer à Monsieur de Malval mais huit jours après son départ, après avoir déjà éprouvé une tempête horrible qui l’obligeait de relâcher, j’ai eu la douleur de le voir périr à dix lieues d’ici dans une autre tempête avec huit autres navires dont le Comte d’Albon venant du Cap40. »

  • 41 PRO : HCA 30-284. Laborde à B. Lavignolle, le 2 juillet 1784.

30– Le Héros remplace la Joséphine et effectue deux rotations en 1785 et 178741. La première au Port-au-Prince où il livre 309 Noirs à la maison Camfrancq et Thezan et la seconde au Cap où il remet 430 Noirs à la maison Poupet.

  • 42 PRO : HCA 30-284. Laborde à B. Lavignolle, les 30 avril 1786, 15 et 20 février 1787. METTAS Jean, (...)
  • 43 PRO : HCA 30-284. Laborde à B. Lavignolle, le 6 juillet 1787.
  • 44 PRO : HCA 30-284. Laborde à B. Lavignolle, le 20 février 1787.
  • 45 Le 24 février 1788, aux atterrages de La Rochelle.
  • 46 METTAS Jean, op. cit., tome II, p. 771. C’est le quatrième et dernier voyage de ce navire.
  • 47 PRO : HCA 30-284. Laborde à B. Lavignolle, à Méréville le 25 octobre 1788.
  • 48 ACM : MY 744-141. Foäche à Laborde, le Cap le 20 décembre 1785. Public Record Office : HCA 30-884. (...)

31– Le Comte de Mercy, appartenant à Laborde et armé par Poullet, est le seul navire à avoir fait sa traite à Sao Tomé et ramené des Côte d’or42. Il arrive au Cap le 22 mai 1787 avec 317 têtes attaquées par la variole, contraignant le capitaine Poulavec à y faire sa vente43. Laborde avait envisagé de le renvoyer « peu de temps après son retour pour verser par le second voyage cent têtes sur mes habitations44 ». Il ne peut s’agir à l’évidence que de Côte d’or mais ces projets doivent être abandonnés car le Comte de Mercy ne retourne à Saint-Domingue qu’en 1790 pour charger aux Cayes les sucres des habitations. Peut-être faut-il voir dans ce renoncement l’effet des déboires essuyés par Laborde avec le naufrage de la Natalie45. Il ne reste plus que la Duchesse de Polignac dans laquelle Laborde garde encore un intérêt46. Son capitaine, Lefer de la Motte, s’était engagé avant son départ pour la Côte d’Angole à livrer aux habitations 24 hommes et 12 femmes. « Ils sont payés d’avance par mon intérêt sur ce navire, le seul qui me reste47. » Ainsi, Laborde aurait été associé à l’armement d’une douzaine de navires et intéressé dans une trentaine d’expéditions portant sur près de 15 000 têtes48.

  • 49 À l’exception de celui provenant du Comte de Mercy.

32Ces facilités d’approvisionnement en main-d’œuvre expliquent l’intérêt porté par Laborde à la production sucrière. Au total, les négriers de Laborde et de ses associés ont fourni dix-sept envois portant sur une trentaine de nègres chacun. Tous étaient formés de Congo49 : quatorze sont partis du Cap, deux du Port-au-Prince et un est arrivé directement aux Cayes. Parmi les consignataires les plus connus se détachent les maisons capoises de Poupet frères, Stanislas Foäche, Gauget Mazois et Vaultier, et loin derrière, Camfrancq Thezan au Port-au-Prince et Malval aux Cayes.

Les autres sources négrières

  • 50 Parmi lesquels on peut citer Nairac, Fisson et cie ou Delaire, Chaudruc et Dumontier.
  • 51 Marion et Camfrancq au Port-au-Prince, Prudhomme et Heurteloup à Léogane.
  • 52 Le honfleurais Letestu (la Marie Louise) en 1785 ou le nantais Leroux (l’Uni) en 1789. Voir en ann (...)

33Près d’un millier de têtes achetées par les régisseurs et livrées aux habitations sont arrivées sur une trentaine de négriers dans lesquels Laborde n’avait aucun intérêt. On retrouve souvent les mêmes maisons comme celles de Foäche ou de Poupet mais l’éventail des fournisseurs s’élargit. On y voit figurer à l’occasion d’autres maisons du Cap50, du Port-au-Prince ou de Léogane51. Enfin, il n’était pas rare que les régisseurs traitent directement avec des capitaines sans intermédiaires52.

  • 53 Outre Maleval, Champel et Bouffard, consignataires à la Pauline en 1777, on voit figurer les maiso (...)
  • 54 TARRADE Jean, Le commerce colonial de la France à la fin de l’Ancien Régime, tome II, p. 517, 521. (...)

34Depuis la fin du conflit on s’adresse de plus en plus souvent aux courtiers du Sud pour se procurer les Côte d’or qui étaient les nègres les plus prisés53. Les besoins étaient tels que le roi autorisa par arrêt du conseil du 28 juin 1783 l’admission des négriers étrangers pour une durée de trois ans. Un droit d’entrée de cent livres tournois établi sur chaque tête de Noir introduit par la traite étrangère devait servir à verser des primes d’un montant équivalent pour chaque noir de traite française54.

  • 55 PRO : HCA 30-884. B. Lavignolle à Laborde, le 18 janvier 1783.
  • 56 ACM : MY 763-134. Gérard aîné à Laborde, le 14 décembre 1785. Les deux négriers nantais arrivés da (...)

35Dès le début de 1783, le régisseur de la première habitation signale la reprise des ventes et la baisse des cours. « Il est arrivé environ deux cent cinquante nègres de traite étrangère dans le nombre desquels il y en avait cependant de bien beaux mais qui se sont vendus, ce qui jamais n’était arrivé ici, jusqu’à 2 500 livres à la vérité au détail. Je n’ai pu me déterminer à y mettre au-delà de 2 100 sur un petit choix55. » Trois ans plus tard, Gérard aîné, à propos de négriers nantais qui avaient ouvert leur vente le même jour constate que l’affluence de Noirs ne fait pas baisser les prix : « ils ont encore été vendus fort chers et enlevés avec une rapidité étonnante ce qui prouve bien le grand besoin du quartier56 ».

36En France, les négociants multiplient leurs interventions pour obtenir l’élargissement des facilités octroyées par l’édit de 1783 à la traite étrangère. Les colons du sud adressent le 6 décembre 1785, un mémoire imprimé demandant l’importation de Noirs et de mulets pendant dix ans par le commerce étranger en échange de denrées coloniales. Après avoir opposé durant des mois le contrôleur général Calonne au ministre Castries, le nouvel arrêt sur la traite est signé le 10 septembre 1786. Une prime de deux cents livres est accordée pour chaque Noir introduit par la traite française. Aux Cayes, la principale bénéficiaire de ces mesures est la maison Bontant et Fruchard, établie en société sous ce nom par Joseph Monneron Dupin qui lui adressait trois négriers tous les ans. Celui-ci, attribue à Laborde le mérite d’avoir favorisé l’essor de la traite dans le sud :

  • 57 PRO : HCA 30-284. Copie d’une lettre de Joseph Monneron Dupin adressée à Laborde de Nantes, le 4 j (...)

« les navires négriers qui, ci-devant, n’osaient se montrer dans la partie des Cayes vont actuellement s’y présenter. C’est une obligation que l’habitant et le négociant vous doivent en grande partie parce que vos lumières et vos représentations ont éclairé le gouvernement et vous fondez par là un riche et grand pays frappé de stérilité par l’abandon où il se trouvait du commerce57. »

  • 58 PRO : HCA 30-884. F. Lavignolle à Laborde, le 27 novembre 1790.
  • 59 Ibidem, Monneron Dupin à Laborde. Le Benin était situé au sud-ouest de la Nigeria, c’était le pays (...)
  • 60 PRO : HCA 30-884. B. Lavignolle à Laborde, 30 décembre 1787. Tarrade a cherché à chiffrer l’introd (...)
  • 61 Ibidem, B. Lavignolle à Laborde, 10 octobre 1787.

37De l’avis des régisseurs, la maison Bontant était la seule à recevoir des nègres de la Côte d’Or58. En 1787, non seulement elle vend les cargaisons de deux négriers havrais mais elle en attend encore huit autres dont quatre de la Côte d’Or, deux de la côte d’Angole, un du Benin et un du Kalbar59. Lavignolle mentionne l’arrivée en décembre sur quatre bâtiments de 1 300 nègres « qui ont été assez promptement vendus60 ». En revanche, il ne paraît nullement impressionné par les effets des nouvelles dispositions commerciales : « de toutes les cargaisons que la prime accordée par le gouvernement a attiré aux Cayes, aucune n’est venue du bon canton, au contraire la plupart sont composées de nègres que l’on assure et qui ne paraissent que trop être le rachat des comptoirs anglais qui se gardent bien de donner ce qu’ils ont de meilleur61 ».

La répartition des achats

Par habitation

38On retrouve dans cette répartition, la hiérarchie des ateliers et le rapport de un à deux entre hommes et femmes à l’origine du déséquilibre démographique. Les achats de garçons et de filles ne représentent qu’une centaine de têtes, à peine 5 % du total et sont groupés en général autour des années 70 comme les ateliers auxquels ils appartenaient pour la plupart.

Par ethnie ou « nation »

  • 62 Debien Gabriel, « Les origines des esclaves des Antilles », Bulletin de l’Institut français d’Afriq (...)

39Sur 2 273 Noirs entrés sur les habitations Laborde, il est établi que 40 % étaient des Congo, 39 % des Côte d’or, 5 % venaient du Sénégal et de l’arrière pays soudanais, 5 % des « rivières du sud » correspondant à la Guinée/Sierra Leone et 9 % des créoles. Par contre, ces derniers étaient trois fois plus nombreux dans les ateliers achetés dans l’île, représentant 27 % du total soit 209 têtes sur 76662.

Répartition par provenance

Zones Géographiques

Ateliers

Négriers

Total

%

Cameroun, Gabon, Congo, Angola, Côte d’Ivoire, Côte d’Or, Togo

230

678

908

40

Dahomey, Nigeria

229

660

889

39

Guinée, Sierra Leone, Liberia

19

89

108

5

Sénégal, Gambie, Mali

46

80

126

5,5

Saint-Domingue, Petites Antilles

207

207

9

Indéterminé

35

35

1,5

Total

766

1 507

2 273

100

  • 63 PRO : HCA 30-884. B. Lavignolle à Laborde, les 2 juillet 1787 et 10 décembre 1789. Juda ou Ouidah (...)

40Le rapport entre les deux principaux groupes apparaît stable quelle que soit la provenance. Par contre la composition des achats aux négriers s’est inversée après la guerre d’Amérique et les quatre cinquièmes des Côte d’or sont arrivés entre 1782 et 1791. La distinction établie entre Congo et Côte d’or n’avait d’ailleurs qu’une signification avant tout commerciale. Dans l’esprit des régisseurs qui tenaient leurs informations des capitaines négriers, elle correspondait à des zones ou des sites de traite bien précis. À diverses reprises, le procureur Lavignolle recommande avec insistance de choisir de préférence des Noirs en provenance du Dahomey : « Il serait à souhaiter que vos ateliers achèveraient de se compléter en nègres traités dans cette partie de l’Afrique, Juda, Porto Novo ou Badagri, avec lesquels nous avons eu pour ainsi dire un entier succès63. »

Répartition des achats d’esclaves par ethnie

Nations

Ateliers

Nègriers

Total

Congo

209

678

887

Mondongue

21

21

Total

230

678

908

Arada

39

250

289

Nago

44

149

193

Ibo

65

54

119

Mina

29

27

56

Aoussa

1

29

30

Tiamba

15

10

25

Moco

6

12

18

Takoua

4

11

15

Quiamba

8

8

Barba

5

5

Bouriche

5

5

Bibi

5

5

Adia

3

3

Dangoma

3

3

Cotocoli

2

2

Banguia

2

2

Adami

2

2

Bada

2

2

Caure

2

2

Coromanti

1

1

Foeda

1

1

Côte d’Or

3

100

103

Total

229

660

889

Canga

19

40

59

Sosso

34

34

Téméné

15

15

Total

19

89

108

Bambara

26

44

70

Mandingue

1

8

9

Sénégal

13

24

37

Poulard

2

4

6

Timbou

1

1

Portugais

3

3

Total

46

80

126

Créoles

199

199

Mulâtres

8

8

Indéterminé

35

35

Total

766

1 507

2 273

  • 64 Debien Gabriel, Les esclaves aux Antilles, Basse-Terre et Fort-de-France, 1974, p. 50.
  • 65 ACM : MY 463-12. Gérard l’aîné à Laborde, le 15 août 1780. Également, les 12 et 30 janvier 1780.
  • 66 PRO : HCA 30-884. B. Lavignolle à Laborde, les 20 juin 1785 et 10 décembre 1789.

41Les Congo formaient la nation dominante. Ils venaient de la côte équatoriale d’Afrique depuis le Cameroun jusqu’à l’Angola. Les avis étaient partagés à leur sujet mais en général ils étaient peu appréciés sur les sucreries en raison de leur manque d’entrain et de résistance au travail64. Pour leur part, les régisseurs de Laborde faisaient les plus expresses réserves à leur sujet. « Les Congo sont paresseux, libertins, efféminés ayant la fibre extrêmement molle et sujets pour cette raison à une maladie presque toujours mortelle, la cachexie qu’on nomme ici mal d’estomac Ils sont enclins au vol et au marronage et l’on observe qu’ils sont déjà vieux à quarante ans65. » Le procureur Lavignolle estimait pour sa part que cette nation avait « mal réussi » sur les habitations en raison des lourdes pertes qu’elle avait essuyées66.

  • 67 Degrandpré L., Voyage à la côte occidentale d’Afrique fait dans les années 1786 et 1787, Paris, an (...)
  • 68 PRO : HCA 30-884. B. Lavignolle à Laborde, le 31 mai 1785.

42Les Mondongue ne représentaient que 1 % du total. Venus du Congo ou du Nord Cameroun, ils avaient les dents limées et de larges incisions sur le visage, on leur prêtait un penchant pour le cannibalisme67. Ceux qu’on trouvait sur les habitations appartenaient tous à des ateliers achetés dans l’île, notamment celui de Bertrand placé sur la seconde habitation. À lire les régisseurs, il semblerait que les Noirs des latitudes équatoriales aient eu une résistance physique inférieure à ceux des régions tropicales situées plus au nord. « Ils ne soutiennent pas aux travaux durs d’une sucrerie et ont une constitution qui les expose à bien des maladies qui les conduit bientôt au tombeau et qui, en général, ne leur laisse jamais une vie aussi longue que les côte d’or68. »

43Les Côte d’or représentaient 39 % des achats, à égalité avec les Congo, mais les régisseurs qui avaient tout loisir de les comparer leur donnaient la préférence.

  • 69 ACM : MY 463-12. Gérard l’aîné à Laborde, le 15 août 1780.

« J’ai toujours cru que les nègres de la Côte d’Or soit Arada, Nago, Ibo, Tacoua, Aoussa, Mandingue méritaient d’être préférés aux nègres Congo pour toutes sortes de raisons. Les premiers aiment naturellement le travail, sont rangés dans leur ménage et très attachés à leur femme et leurs enfants. Ils ont le goût de la propriété qui leur donne de l’aversion pour le vol et le marronage. Ils sont de forte constitution et vivent longtemps69. »

44L’appellation de Côte d’or recouvrait en fait bien des groupes particuliers souvent malaisés à localiser mais dont l’aire d’extension allait du Cameroun au Liberia.

  • 70 Debien Gabriel, « Les origines des esclaves », BIFAN, tome 23, 1961, p. 376.

45Les Moco et les Ibo traités à Bonny ou à Calabar venaient du golfe du Biafra. Des premiers, « on faisait peu de cas à cause de leur caractère fermé et de leur santé précaire70 ». Par contre, les seconds étaient recherchés comme le soulignait le gérant de la troisième habitation.

  • 71 ACM : MY 460-63. M. E. Fraisse à Laborde, no 33 du 19 août 1780.

« Il y a bien des risques à courir en se chargeant de beaucoup de nègres faits, à la fois de cette nation. Ils sont trop orgueilleux et mutins ; quelques précautions qu’on puisse prendre, il n’est pas toujours possible d’éviter que quelques-uns ne se portent à des extrémités fâcheuses mais on n’a pas cela à craindre en ne prenant que des enfants. Cette nation avec tous ses défauts dont on peut encore tirer parti est la plus intelligente, aimant le travail et la moins sujette aux maladies, parvenant à une très grande vieillesse71. »

  • 72 Achat de 24 têtes de Côte d’or en décembre 1784 à la maison Castets et Adelon dont 15 Ibo, 3 Bourr (...)
  • 73 Huit nègres Ibo achetés à Detchegaray aux Cayes en janvier 1784 pour la seconde habitation : Mahom (...)
  • 74 Debien Gabriel, Les esclaves aux Antilles, Basse-Terre et Fort-de-France, 1974, p. 49.
  • 75 PRO : HCA 30-884. B. Lavignolle à Laborde, le 20 juin 1785.

46Les cargaisons dont ils faisaient partie comprenaient aussi des Bibi et des Bouritche ou Bourriche qui paraissent de même provenance mais tous passaient pour des Côte d’or72. Certains devaient être musulmans ou avoir été vendus par des traitants arabes à en juger par les noms qu’ils portaient73, à moins qu’on les ait confondus avec les Aoussa, agriculteurs et éleveurs islamisés venus du nord de la Nigeria et qu’on trouvait en petits groupes sur de nombreuses plantations de Saint-Domingue74. La côte des esclaves qui s’étendait du Ghana oriental au golfe du Benin était le centre principal de la traite. C’est de là que venaient les Arada et les Nago considérés par les régisseurs comme l’élite des nègres de la côte d’Afrique : « aucune autre nation ne les égale pour les travaux auxquels ils sont destinés ni ne les surpasse en docilité, sobriété et en bonne constitution75 ».

  • 76 On y rattache les Cotocoli, groupe Yorouba qui s’était avancé et établi au Moyen-Togo.
  • 77 Aujourd’hui Allada au Bénin.
  • 78 Labat R. P. Jean-Baptiste, Voyages aux Isles de l’Amérique, La Haye, 1724, tome II, p. 46.
  • 79 Debien Gabriel, op. cit., p. 47. Les Adia et les Foeda étaient originaires des côtes du Dahomey et (...)
  • 80 Conflans (6) Lincoln (1) Lautier (1).
  • 81 Ils tiraient leur nom du comptoir portugais de Sao Jorge de Mina (1482) devenu Elmina.

47Les Nago ou Yorouba venaient de la Nigeria occidentale à l’ouest du Niger76. Ils représentaient 8 % de l’ensemble des achats et le cinquième des Côte d’or. Ils tiraient peut-être leur nom du royaume d’Ardres ou Arda situé au Dahomey77. En fait, on rangeait sous ce nom des captifs embarqués à Juda, aujourd’hui Ouidah, qui parlaient ou entendaient la langue arada ou ewe. « La plus étendue de toutes ces langues est celle qui se parle au royaume d’Arda et de Juda. Nous appelons Arada les nègres qui viennent de cette côte et j’ai vu que tous ceux des environs de ce pays à soixante ou quatre-vingt lieues à l’est comme à l’ouest entendaient ou parlaient la langue qu’on parle à Arda78. » À eux seuls, ils représentaient sur les habitations le tiers des Côte d’Or et 13 % de l’ensemble des achats. Le Togo et le Dahomey livraient aussi des Adia, Foeda et Barba79. Ces groupes ne sont représentés ici que par une dizaine d’individus venus avec les ateliers dont ils faisaient partie à l’origine80. La Côte d’Or (Côte d’Ivoire et Ghana) était le pays des Mina qui formaient 6 % des côte d’or, venus sur les habitations en égales portions par la voie des ateliers ou des négriers81. Le Coromanti ou Cramenti venait également du Ghana côtier.

  • 82 Debien Gabriel, « Les origines des esclaves », BIFAN, tome 24, 1963, p. 9.
  • 83 Cap Laou ou Lahou, situé en Côte d’Ivoire.

48Tiamba et Quiamba sont une source de confusions fréquentes chez les colons, ils étaient originaires de Bondoukou, au nord-est de la Côte d’Ivoire. On les reconnaissait à leurs scarifications en forme d’x sur les joues82. Avec les Takoua venus du pays Senoufo, ils représentaient 5 % de l’ensemble des Côte d’or. Il reste tout de même cent trois individus, soit 12 %, dont l’origine demeure imprécise. On a émis l’hypothèse qu’ils seraient venus de pays situés à l’ouest du royaume d’Ardres et qu’il pourrait s’agir de Cap Laou : « là était avant 1770 le véritable centre de la traite négrière française83 ».

  • 84 Moreau de Saint-méry Médéric-Louis-Élie, Description topographique, physique, civile, politique et (...)
  • 85 Du cap Mesurado situé près de Monrovia au Liberia.
  • 86 ACM : MY 488. Laborde de Méréville à son père, aux Cayes le 2 septembre 1783. François de Laborde (...)
  • 87 ACM : MY 463-101. Gérard l’aîné à Laborde, le 7 mars 1784.

49On comptait une soixantaine de Canga sur les habitations, environ 3 % du total des achats. Ils provenaient de la région située entre la côte de Malaguette et la Côte d’Ivoire. On les disait prompts à la révolte et enclins au marronage84. On les appelait aussi Mesurades ou Miserables85. La maison Castets et Adelon en avait vendu une quarantaine en septembre 1783 aux régisseurs des première et seconde habitations en présence de Laborde de Méréville, le fils aîné de Laborde. On les avait payés 1 850 livres chaque : « Je crois, qu’il serait difficile d’avoir un plus bel assortiment, ils ont été choisis sur quatre-vingts têtes achetées à Saint-Thomas86. » Ce qui confirme l’introduction de ces Noirs par l’entremise de la traite danoise ou d’interlopes anglais. Le régisseur de la seconde habitation précisait à leur sujet que : « les nations dont ils sont ne fournissent guère que des nègres fiers mais laborieux pour qui le travail de la terre n’est pas désagréable et qui, dans un atelier, se font toujours remarquer par leur sagesse et leur aisance87 ».

  • 88 En six mois, le prix des nègres passa de 2 100 à 2.300 livres tant la demande était forte.
  • 89 Mettas Jean, op. cit., tome II, p. 532. Le Jérémie, capitaine Garet, armé par la maison Foäche frè (...)
  • 90 ACM : MY 463-131 et 132. Gérard l’aîné à Laborde, le 23 novembre 1785 (état des 21 Côte d’or).

50Les habitations reçurent également une cinquantaine de Sosso et de Téméné en 1785 et 1791. Ces nations étaient originaires de la côte occidentale d’Afrique depuis le Liberia jusqu’à la Guinée, considérée comme zone de traite anglaise. C’est pourtant un négrier d’Honfleur, la Marie Louise, qui en vendra à deux reprises la même année à la seconde habitation88 et un négrier havrais qui livrera les derniers en mars 179189. Du premier achat, Gérard aîné se déclarait enchanté considérant comme une faveur qu’on lui ait laissé faire son choix avant tout le monde : « le capitaine a bien voulu me permettre de faire un choix en cachette avant l’ouverture de la vente. C’est une acquisition excellente90 ».

  • 91 ACM : MY 460-79. M.E. Fraisse à Laborde, au Fond, le 15 janvier 1782. Ils étaient recrutés dans le (...)
  • 92 Debien Gabriel, op. cit., tome 26, 1964, p. 670.
  • 93 Delcourt A., La France et les établissements français au Sénégal, mémoire de l’IFAN, 1959, p. 49. (...)

51Les Mandingue étaient rares sur les habitations, une dizaine de sujets environ dont la moitié de traite anglaise ou danoise achetés aux Cayes par le régisseur de la troisième habitation qui les considérait comme : « une assez bonne nation91 ». Les Bambara, sept fois plus nombreux (3 % du total), venaient du Haut-Sénégal et du Moyen-Niger en passant par Galam et Saint-Louis. De haute taille ils remplissaient souvent les tâches d’ouvriers de plantation, tonneliers, cabrouettiers. On les tenait pour superstitieux mais bons travailleurs92. On comptait une demi-douzaine de Poulard ou Peuhl, éleveurs employés comme gardiens de troupeaux et un Timbou venant de l’atelier Monrepeaux93.

  • 94 Le négrier ostendois l’Expédition, capitaine Hercouët, amena aussi des Bambara en mars 1783.
  • 95 PRO : HCA 30-884. B. Lavignolle à Dumontet, Plaine-à-Jacob le 5 avril 1783, avec copie de la lettr (...)
  • 96 ACM : MY 459-22. M.E. Fraisse à Laborde, le 28 mars 1783. L’arrivée du négrier eut lieu le 27 mars (...)

52Les achats de Sénégalais n’ont représenté que 2 % du total soit 37 têtes dont 24 imputables à la traite94. En dépit de leur belle apparence physique, ils n’avaient pas très bonne réputation auprès des colons qui les considéraient comme impropres à la culture. À la demande de Laborde, le gouverneur du Sénégal avait adressé aux Cayes dès la fin de la guerre un négrier dont la provenance avait suscité des réserves de la part des régisseurs. Lavignolle estimait pour sa part que : « la prévention où l’on est du peu de disposition aux cultures des nègres traités au Sénégal m’a empêché d’en prendre un plus grand nombre95 ». Quant au régisseur de la troisième habitation, il trouvait la cargaison de l’Expédition assez belle « mais chargée de diverses nations dont quelques-unes ennemies du travail comme il s’en trouve dans toutes les cargaisons du Sénégal [...] si nous n’avons pas fait une très bonne affaire, il n’en faut jamais faire dans des cargaisons de cet endroit96 ».

  • 97 PRO : HCA 30-884. F. Lavignolle à Laborde, au Fond, le 26 juillet 1790.

53En définitive, Congo, Nago et Arada représentèrent 60 % des achats à raison de deux Congo pour un Côte d’or. La longue prééminence des premiers s’explique sans doute par la place prépondérante occupée par la côte d’Angole dans les expéditions où Laborde avait des intérêts. Sur les 540 Noirs livrés aux habitations par ces négriers, 510 étaient des Congo. Mais l’insistance des régisseurs finit par avoir gain de cause car « la différence est aussi grande comme si on voulait obtenir les mêmes services dans la Norvège des soldats du pape comme de ceux du roi de Prusse. Les Congo ne sont propres que pour l’état d’ouvrier et non pour résister à des veilles et au travail de la culture de la canne97 ».

  • 98 Canton de la plaine des Cayes où se trouvaient les Habitations Laborde

54Quant à la provenance des ateliers, il est intéressant de noter que deux cinquièmes étaient de souche congolaise et deux autres d’origine guinéenne. En définitive, il y a donc eu sur les habitations Laborde un véritable équilibre entre ces deux grands rameaux africains dont les caractéristiques anthropologiques et culturelles ont fini par se fondre pour donner le paysan actuel de la Plaine-à-Jacob98.

Acquisitions de Noirs pour les habitations en provenance des négriers de Laborde

Acquisitions de Noirs pour les habitations en provenance des négriers de Laborde

Notes

1 Durand Yves, « Mémoires de Jean Joseph de Laborde ». Bulletin de la Société de l’Histoire de France, Paris, 1971, p. 92. Le banquier de la cour était chargé de faire passer aux ambassadeurs français dans les cours étrangères les subsides fournis par le roi de France. Étienne François de Choiseul, comte de Stainville, (1719-1785), dirigea la politique du gouvernement de Louis XV de 1758 à 1770.

2 Foubert Bernard, Les habitations Laborde à Saint-Domingue dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, thèse, Paris IV, 1990. Les archives des habitations font partie des papiers Mouchy, à Mouchy le Châtel (60). Voir plan des habitations. Arch. Nat. : NII, Saint-Domingue 1.

3 La livre coloniale, simple monnaie de compte, valait un tiers de moins que la livre tournois d’où la nécessité de convertir l’argent d’Amérique en argent de France.

4 Arch. du château de Mouchy-le-Chastel dans l’Oise (ACM) : MY 461-8. Compte de régie de la petite habitation, année 1773. Alexandre Antoine Lepère, chevalier de Champigny, passé à Saint-Domingue en 1749. Aide major de la paroisse des Cayes en 1761. Major des milices du quartier en 1768, commandant du bataillon des milices en 1776 puis lieutenant colonel en 1778. Protégé du gouverneur Dargout qui l’avait nommé commandant a. i en 1777 en remplacement du chevalier de Brueys. A. N. Colonies E. 69. Louis François Dantan, procureur de la troisième habitation Laborde de 1771 à 1777. FOUBERT Bernard, op. cit., chapitre IX, titre I, p. 670/700.

5 Public Record Office (PRO) : High Court of Admiralty (HCA) 30-284. Laborde à B. Lavignolle, La Ferté Vidame, 9 novembre 1773. Bernard Lavignolle (1750-1790) est le procureur de Laborde de 1780 à 1790.

6 ACM : MY 427-11. État des nègres vendus par les Sieurs Jean-Baptiste Lautier et Delle Magdeleine Viard, son épouse, habitants au quartier de l’Asile, paroisse de l’Anse-à-Veau, par acte passé le 14 février 1775 au rapport de maître Senebier, notaire (lettre de Dantan à Laborde du 5 mars 1775).

7 Les six autres restaient provisoirement auprès de leur ancienne maîtresse et le septième qui « ne s’est pas encore rendu », était sans doute marron.

8 Arch. Nat. : Minutier Central (MC), étude XLVIII, liasse 225. Vente de nègres le 13 septembre 1774 par devant Duclos, notaire. Les 151 500 livres tournois produisant 227 250 livres coloniales. Gilles Bertrand possédait une habitation établie en café et indigo au quartier de l’Asile.

9 ACM : MY 451-2. Du 29 décembre 1774. Remise faite à M. Gérard pour M. de Laborde des nègres à lui vendus par le sieur Bertrand suivant l’acte du 13 septembre précédent par acte passé devant Sibire de Morville, notaire à Aquin.
MY. 491-37. Également compte de régie de l’habitation Conflans (7 mars 1774-20 avril 1775). J.-B. Gérard, procureur de l’habitation Conflans de 1769 à 1780. cf. Maurel Blanche, Le vent du large, ou le destin tourmenté de Jean-Baptiste Gérard, colon de Saint-Domingue, Paris, 1952.

10 État des nègres achetés de M. Rourke, Prudhomme et Heurteloup le 19 avril 1768 (maison de commerce établie à Léogane, depuis 1764). Autre état daté du 9 février 1772 fourni par Bertrand jeune, frère du vendeur. Nègres achetés de M. Ferrand et autres appartenant à la succession du Colombier, dans vente de nègres, déjà citée.

11 Vente de nègres du 13 septembre 1774, déjà citée.

12 Remise du 29 décembre 1774, déjà citée. À noter que les nègres Bertrand furent transportés eux aussi par mer entre Aquin et les Cayes sur le bateau de Lacroix aidé de deux matelots de la Duchesse de Gramont. Compte de régie de Gérard, déjà cité.

13 Les ateliers Monrepeaux, Buisson et Lacroix venaient de la plaine du Fond de l’Île-à-Vaches, Bertrand du quartier de l’Asile et Dabbadie de Saint Louis du Sud.

14 Lieutenant colonel commandant pour le roi au département du Petit-Goave.

15 PRO : HCA. 30-284. Copie de la lettre écrite à Laborde, du Petit-Goave, le 20 juin 1779.

16 Ibidem. Laborde à Doumet de Siblas au Petit Goave, de Paris, le 24 octobre 1779. HCA. 30-88. Laborde à Lavignolle, le 24 octobre 1779 avec un modèle du contrat de vente à utiliser.

17 PRO : HCA. 30-884. B. Lavignolle à Laborde, le 31 mai 1780.

18 Ibidem, B. Lavignolle à Laborde, les 31 mai et 30 juin 1780. MY. 460-74. Fraisse à Laborde, le 28 juillet 1781. « Des habitants du Cul-de-Sac sont venus l’année dernière mettre jusqu’à 2 780 livres à des ateliers semblables à celui acheté de Lottier en 1775. » Marie-Étienne Fraisse, régisseur de la troisième habitation Laborde de 1777 à 1783. cf. FOUBERT Bernard, op. cit., tome I, chap. IX, titre II, p. 700-750.

19 PRO : HCA. 30-284. Laborde à B. Lavignolle, le 30 janvier 1783.

20 PRO : HCA. 30-884. B. Lavignolle à Laborde, le 31 mai 1783.

21 ACM : MY 460-74. M-E. Fraisse à Laborde, le 28 juillet 1781.

22 Voir en annexe le tableau des acquisitions en provenance des négriers de Laborde.

23 Mettas Jean, Répertoire des expéditions négrières françaises au XVIIIe siècle, tome II, Saint Malo, p. 729 et 730.

24 Rinchon Dieudonné, Le trafic négrier, Bruxelles, 1938, p 84 et 93. Cabinde est à 60 km au nord de l’embouchure du Congo, principal site de traite et entrepôt du Bas-Congo. Malimbe, un peu plus au nord près de l’estuaire du Shiloango, était moins accessible.

25 Dont : 1 441 têtes pour l’Amitié en quatre voyages
2 554 têtes pour la Duchesse de Gramont en quatre voyages
2 875 têtes pour la Rosalie en six voyages
1 639 têtes pour le Prince de Conti en deux voyages
800 têtes environ pour la Pauline en deux voyages.

26 ACM : MY 502-34. Ordres et instructions pour M. Paul Hardy, capitaine de la frégate la Rosalie etc. appartenant à M. de Laborde et armée pour son compte par MM. Delalande, Magon fils et Villegille pour la traite des Noirs à la côte d’Angole. Paris, le 3 août 1774.
Des instructions identiques avaient déjà été établies à la Ferté-Vidame le 3 novembre 1772 pour le premier voyage de ce navire (MY. 502-28) et d’autres suivirent le 13 juillet 1776 pour son sixième et dernier voyage (MY. 502-64).

27 ACM : MY 744-87. La maison Foäche à Laborde, du Cap le 20 août 1782.
PRO : HCA 30-884. B. Lavignolle à Laborde, le 21 septembre 1782.

28 Au Port-au-Prince, une liaison existe avec la maison Camfrancq-Thezan.

29 PRO : HCA 30-283. Laborde à B. Lavignolle, le 1er mai 1783.

30 Ibidem, Laborde à B. Lavignolle, 18 juin 1783.

31 METTAS Jean, op. cit., tome I, p. 630, tome II, p. 75, 345 et 477.

32 ACM : MY 744-126. Foäche à Laborde, le Cap le 22 décembre 1784.

33 ACM : MY 744-141. Foäche à Laborde, le Cap le 20 décembre 1785.

34 ACM : MY 744-157. Foäche à Laborde, le Cap le 5 juin 1786.

35 ACM : MY 744-92. Foäche à Laborde, le Cap le 16 avril 1783. Le vicomte de Belzunce, gouverneur de Saint-Domingue en 1762, était mort au Trou en 1763.

36 ACM : MY 502 non inventorié. Laborde à Marion et Brillantais, à Méréville les 21 juillet et 26 août 1786. Voir également le journal (Arch. Nat. : série T 1097 [11]). Les armateurs malouins estimaient à 500 000 lt « la mise hors » nécessaire pour réarmer chaque navire (la Duchesse de Polignac et la Belle Pauline).

37 Arch. Nat. : série T 1 097 (II). Journal, du 1er février 1785 au 31 décembre 1789. 50 % dans la Josephine et un tiers sur l’Homme Instruit.

38 PRO : HCA 30-284. Laborde à B. Lavignolle, le 14 décembre 1781. METTAS Jean, op. cit., tome I, p. 630. La Joséphine quitta le Cap le 12 février 1784.

39 PRO : HCA 30-381 (cote C). Jean Joseph de Laborde, François Nogué et Charles Poullet fils étaient intéressés chacun pour un tiers sur l’Homme Instruit. Sur les 178 Noirs, 93 furent transférés aux Cayes à l’adresse de Lavignolle qui chargea la maison Malval d’en faire la vente. Charles Poullet fils à B. Lavignolle, Le Havre les 28 août et 13 octobre 1784.

40 PRO: HCA 30-381, cote C. Ch. Poullet fils à B. Lavignolle, Le Havre le 27 février 1785.

41 PRO : HCA 30-284. Laborde à B. Lavignolle, le 2 juillet 1784.

42 PRO : HCA 30-284. Laborde à B. Lavignolle, les 30 avril 1786, 15 et 20 février 1787. METTAS Jean, op. cit., tome II, p. 477.

43 PRO : HCA 30-284. Laborde à B. Lavignolle, le 6 juillet 1787.

44 PRO : HCA 30-284. Laborde à B. Lavignolle, le 20 février 1787.

45 Le 24 février 1788, aux atterrages de La Rochelle.

46 METTAS Jean, op. cit., tome II, p. 771. C’est le quatrième et dernier voyage de ce navire.

47 PRO : HCA 30-284. Laborde à B. Lavignolle, à Méréville le 25 octobre 1788.

48 ACM : MY 744-141. Foäche à Laborde, le Cap le 20 décembre 1785. Public Record Office : HCA 30-884. Lavignolle à Laborde, le 8 avril 1782. À l’exclusion d’autres expéditions dans l’Océan Indien dont il n’est pas fait état dans sa correspondance ni dans les livres de comptabilité de sa maison sauf la Victoire, navire malouin armé à Bordeaux par la maison Féger pour aller traiter des Noirs à Quiloa sur la côte du Mozambique. Cette maison arme la même année le Maréchal de Mouchy qui se rend à l’Ile de France et à Pondichéry avant de faire sa traite au retour sur la côte d’Angole à Malimbe.

49 À l’exception de celui provenant du Comte de Mercy.

50 Parmi lesquels on peut citer Nairac, Fisson et cie ou Delaire, Chaudruc et Dumontier.

51 Marion et Camfrancq au Port-au-Prince, Prudhomme et Heurteloup à Léogane.

52 Le honfleurais Letestu (la Marie Louise) en 1785 ou le nantais Leroux (l’Uni) en 1789. Voir en annexe le bon à payer consenti à ce dernier par le régisseur Lavignolle.

53 Outre Maleval, Champel et Bouffard, consignataires à la Pauline en 1777, on voit figurer les maisons Tapiau, Castet et Adelon, Formon et Clerc, Delmas et Jogues, et les bordelais Journu.

54 TARRADE Jean, Le commerce colonial de la France à la fin de l’Ancien Régime, tome II, p. 517, 521. Arrêt préparé par le marquis de Castries, secrétaire d’Etat de la marine de 1780 à 1787.

55 PRO : HCA 30-884. B. Lavignolle à Laborde, le 18 janvier 1783.

56 ACM : MY 763-134. Gérard aîné à Laborde, le 14 décembre 1785. Les deux négriers nantais arrivés dans les premiers jours de décembre 1785 étaient la Princesse noire, capitaine Lelièvre, avec 368 Noirs dont 102 étaient morts en route et l’Uni, capitaine Leroux, avec 308 Noirs. Voir METTAS Jean, op. cit., tome I, p. 656 et 659. Gérard aîné a été procureur de la seconde habitation Laborde de 1780 à 1789.

57 PRO : HCA 30-284. Copie d’une lettre de Joseph Monneron Dupin adressée à Laborde de Nantes, le 4 juillet 1787 avec la réponse de Laborde du 20 juillet 1787, jointe à une lettre adressée à Lavignolle le lendemain. Les frères Monneron Dupin étaient trois : Joseph, Jean et Alexis. Voir Tarrade Jean, op. cit., tome II, p. 626.

58 PRO : HCA 30-884. F. Lavignolle à Laborde, le 27 novembre 1790.

59 Ibidem, Monneron Dupin à Laborde. Le Benin était situé au sud-ouest de la Nigeria, c’était le pays des Nago, le Kalbar, à l’est du Bas Niger, correspondrait au Biafra, le pays des Ibo.

60 PRO : HCA 30-884. B. Lavignolle à Laborde, 30 décembre 1787. Tarrade a cherché à chiffrer l’introduction d’esclaves noirs dans le sud de Saint-Domingue. Les entrées auraient quadruplé passant de 1 258 têtes en 1786 à 4 792 en 1787 et la part du sud serait passée de 4,5 à 15,5 %. TARRADE Jean, op. cit., p. 631.

61 Ibidem, B. Lavignolle à Laborde, 10 octobre 1787.

62 Debien Gabriel, « Les origines des esclaves des Antilles », Bulletin de l’Institut français d’Afrique Noire (BIFAN), Dakar, 1961 à 1965. On trouve aussi dans les ateliers des créoles originaires de la Martinique ou de Curaçao. Quant aux « Portugais », ils pourraient venir des îles du Cap Vert qui servaient d’entrepôt aux négriers portugais. Du même, Les esclaves aux Antilles françaises, Basse-Terre, 1974.

63 PRO : HCA 30-884. B. Lavignolle à Laborde, les 2 juillet 1787 et 10 décembre 1789. Juda ou Ouidah et Porto Novo se trouvent au Dahomey. Badagri est au Nigeria à l’est de Porto Novo.

64 Debien Gabriel, Les esclaves aux Antilles, Basse-Terre et Fort-de-France, 1974, p. 50.

65 ACM : MY 463-12. Gérard l’aîné à Laborde, le 15 août 1780. Également, les 12 et 30 janvier 1780.

66 PRO : HCA 30-884. B. Lavignolle à Laborde, les 20 juin 1785 et 10 décembre 1789.

67 Degrandpré L., Voyage à la côte occidentale d’Afrique fait dans les années 1786 et 1787, Paris, an IX (1801), tome II, p. 39.

68 PRO : HCA 30-884. B. Lavignolle à Laborde, le 31 mai 1785.

69 ACM : MY 463-12. Gérard l’aîné à Laborde, le 15 août 1780.

70 Debien Gabriel, « Les origines des esclaves », BIFAN, tome 23, 1961, p. 376.

71 ACM : MY 460-63. M. E. Fraisse à Laborde, no 33 du 19 août 1780.

72 Achat de 24 têtes de Côte d’or en décembre 1784 à la maison Castets et Adelon dont 15 Ibo, 3 Bourriche, 2 Bibi et 4 Arada. Achat au capitaine Leroux, en décembre 1785 pour les deux premières habitations de 5 nègres et 4 négresses dont 5 Ibo, 3 Bibi et 1 Bourriche.

73 Huit nègres Ibo achetés à Detchegaray aux Cayes en janvier 1784 pour la seconde habitation : Mahomet, Calife, Ali, Omar, Lowendal, Almanzor, Turban, Aza.

74 Debien Gabriel, Les esclaves aux Antilles, Basse-Terre et Fort-de-France, 1974, p. 49.

75 PRO : HCA 30-884. B. Lavignolle à Laborde, le 20 juin 1785.

76 On y rattache les Cotocoli, groupe Yorouba qui s’était avancé et établi au Moyen-Togo.

77 Aujourd’hui Allada au Bénin.

78 Labat R. P. Jean-Baptiste, Voyages aux Isles de l’Amérique, La Haye, 1724, tome II, p. 46.

79 Debien Gabriel, op. cit., p. 47. Les Adia et les Foeda étaient originaires des côtes du Dahomey et du Togo. Les Barba seraient des Bariba du Haut-Dahomey.

80 Conflans (6) Lincoln (1) Lautier (1).

81 Ils tiraient leur nom du comptoir portugais de Sao Jorge de Mina (1482) devenu Elmina.

82 Debien Gabriel, « Les origines des esclaves », BIFAN, tome 24, 1963, p. 9.

83 Cap Laou ou Lahou, situé en Côte d’Ivoire.

84 Moreau de Saint-méry Médéric-Louis-Élie, Description topographique, physique, civile, politique et historique de la partie française de l’île de Saint-Domingue, Paris, 1958, tome I, p. 52.

85 Du cap Mesurado situé près de Monrovia au Liberia.

86 ACM : MY 488. Laborde de Méréville à son père, aux Cayes le 2 septembre 1783. François de Laborde (1761-1802) séjourna sur les habitations du 8 juin au 2 septembre 1783. Saint Thomas est l’une des îles Vierges appartenant au Danemark.

87 ACM : MY 463-101. Gérard l’aîné à Laborde, le 7 mars 1784.

88 En six mois, le prix des nègres passa de 2 100 à 2.300 livres tant la demande était forte.

89 Mettas Jean, op. cit., tome II, p. 532. Le Jérémie, capitaine Garet, armé par la maison Foäche frères. On sait qu’une révolte éclata à bord le 9 novembre 1790 au large des îles de Los près de Conakry et que deux marins furent tués.

90 ACM : MY 463-131 et 132. Gérard l’aîné à Laborde, le 23 novembre 1785 (état des 21 Côte d’or).

91 ACM : MY 460-79. M.E. Fraisse à Laborde, au Fond, le 15 janvier 1782. Ils étaient recrutés dans le Haut-Saloum (Senégambie) et la Haute-Gambie (sud du Sénégal actuel).

92 Debien Gabriel, op. cit., tome 26, 1964, p. 670.

93 Delcourt A., La France et les établissements français au Sénégal, mémoire de l’IFAN, 1959, p. 49. Le nom Timbut ou Timbou était employé parfois pour Tombouctou.

94 Le négrier ostendois l’Expédition, capitaine Hercouët, amena aussi des Bambara en mars 1783.

95 PRO : HCA 30-884. B. Lavignolle à Dumontet, Plaine-à-Jacob le 5 avril 1783, avec copie de la lettre écrite par Dumontet au régisseur, le 30 janvier 1783. Dumontet fut gouverneur général des possessions françaises à la côte d’Afrique de 1780 à 1783.

96 ACM : MY 459-22. M.E. Fraisse à Laborde, le 28 mars 1783. L’arrivée du négrier eut lieu le 27 mars, une semaine après l’annonce de la signature des préliminaires de paix survenue le 20 février.

97 PRO : HCA 30-884. F. Lavignolle à Laborde, au Fond, le 26 juillet 1790.

98 Canton de la plaine des Cayes où se trouvaient les Habitations Laborde

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/97658/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre Répartition par nation des nègres et des négresses
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/97658/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/97658/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Acquisitions de Noirs pour les habitations en provenance des négriers de Laborde
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/97658/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 323k

Auteur

Docteur es lettres et proviseur honoraire. Sa thèse d’État Les habitations Laborde à Saint-Domingue dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, soutenue en 1990, offre un aspect de ses recherches sur l’histoire domingoise avant 1804.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540