Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'esclave et les plantations

 | 
Philippe Hroděj

Première partie. L'esclavage, élément moteur de la plantation

Les esclaves à Saint-Domingue aux temps pionniers (1630-1700) : la rafle, la traite et l’interlope

Philippe Hroděj

Texte intégral

  • 1 Pluchon Pierre, Histoire de la colonisation française, Paris, Fayard, 1991, p. 1015. Ces chiffres s (...)

1À considérer les quelque 405 000 esclaves et 22 000 affranchis que compte la Partie française de Saint-Domingue en 17881, il est difficile d’imaginer que cette impressionnante marée humaine ne soit le résultat d’une traite négrière de longue haleine. Pourtant, dans l’histoire de la grande plantation industrielle à vocation exportatrice et spéculative, le siècle des Lumières s’est quasiment seul chargé de trouver une main d’œuvre servile pour permettre à l’offre de satisfaire la demande. La colonie de la Tortue et côte de Saint-Domingue a, auparavant, tenu une route qui peut paraître originale au regard de ses consœurs tant anglaises ou néerlandaises que françaises. Le plus étrange est qu’elle aurait pu devenir une véritable colonie de peuplement blanc si les premiers gouverneurs avaient été écoutés avec une politique volontariste de l’engagement à la clé, si une poignée d’habitants n’avait pas décidé de s’enrichir en concentrant les terres et le pouvoir pour générer le cycle de l’or blanc qui fera de la colonie la Perle des Antilles. Autre point significatif, les esclaves qui arrivent à la Tortue ou à la côte ont été dans la plupart des cas l’objet d’une rafle ou d’achats plus ou moins officiels auprès d’une autre colonie. C’est dire si la flibuste maintient son rôle de pourvoyeur de bois d’ébène jusqu’à Ryswick.

La Grande Île avant les boucaniers

  • 2 Chaunu Huguette et Pierre, Séville et l’Amérique aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, Flammarion, p.  (...)
  • 3 Hernandez Tapia Concepción, « Despoblaciones de la isla de Santo Domingo en el siglo XVII », Anuar (...)
  • 4 Devèze Michel, Antilles, Guyanes, la mer des Caraïbes de 1492 à 1789, Paris, SEDES, 1977, p. 74, 8 (...)
  • 5 Moreau De Saint-méry Médéric-Louis-Élie, Description topographique et politique de la Partie espag (...)
  • 6 Ropa Denis L., « La société coloniale de Santo Domingo à la veille de l’occupation française », Re (...)
  • 7 Moreau de Saint-Méry, op. cit., tome II, p. 60.

2Il ne s’agit pas d’affirmer qu’il n’y avait pas d’esclaves dans les temps pionniers, mais de montrer que leur nombre était limité voire contrôlé. Les premiers établissements datent de 1630, peut-être avant, le tout est de savoir quand un lieu fréquenté par des navires en maraude passe de l’état de havre à celui de base : repaire ou résidence selon le vernis adopté par les uns et les autres. La grande île espagnole est alors dans un triste état. Michel Devèze parle de « période de dépression » pour les Antilles espagnoles dès 1550. Les espaces et les mines continentaux du Mexique ou du Pérou ont aspiré une grande partie des colons. Quant aux 30 000 esclaves qui ont été importés en 1550 sur la Grande Île, les chiffres de Las Casas pourraient bien marquer un apogée. À relire Pierre Chaunu, les productions majeures de l’île sont le sucre et les cuirs. Bien que loin derrière le Brésil, Hispaniola représente « le plus gros producteur [sucrier] du monde hispano-américain », entre 1570 et 1630. Pour autant, en 1575, il ne reste déjà plus que 20 000 Noirs2. Le taux de mortalité effroyable est responsable de cette diminution, les coups de boutoir des corsaires français et des sea dogs tout au long du XVIe siècle aussi. En 1585, le pillage opéré par Sir Francis Drake vise entre autre les sucreries : la plantation est alimentée par l’esclavage. Le dénombrement de 1606 mentionnent 9 648 Noirs dont 1 400 serviteurs domestiques, celui de 1609 12 0003. La population blanche s’est elle stabilisée. En 1575, ne resteraient sur Hispaniola que 10 000 Blancs dont 5 000 massés dans la capitale Santo Domingo4. En appliquant au tableau 1 la même règle de 10 sur les foyers (vecinos), ce nombre resterait inchangé en 1610. Le fait marquant est le repli sur la capitale5 qui tend à s’accentuer (6 500 habitants en 1610 ?), de quoi générer des déserts (Nord et Ouest), ce de façon durable puisqu’il faut attendre les années 1720 pour voir la population croître à nouveau avec l’arrivée de familles entières depuis les Canaries6. Les productions ont considérablement diminué. Le sommet atteint pour les cuirs en 1584 (49 645 soit 25 % de la production antillaise) selon Pierre Chaunu n’est plus que de 25 100 en 1606 selon Concepción Hernandez Tapia. Avec 12 sucreries concentrées autour de Santo Domingo, le niveau d’emploi des esclaves dans ces plantations n’est plus de 95 % comme l’affirmait Velasco pour le siècle précédent mais de 8 %. Non seulement les esclaves sont répartis dans les places à gingembre, à maïs, à tabac ou à manioc, mais une partie a préféré la fuite. L’esclavage côté espagnol n’aura ni la forme ni l’ampleur de ce qui se rencontre dans la Partie française. Moreau de Saint-Méry à la fin du XVIIIe siècle écrit, sans qu’il faille le prendre au pied de la lettre que « tant que la quantité des nègres sera aussi petite, tant qu’elle se trouvera répandue sur une surface immense, il ne pourra s’en rencontrer que quelques-uns çà et là ; et dès lors, ne pouvant être assujettis à une discipline exacte, qui n’est utile que dans les grands ateliers, leur sort sera toujours analogue à celui de leur maître, dont ils sont plutôt les compagnons que les esclaves7 ».

Tableau no 1 : Les exploitations agricoles à Santo Domingo en1606

Tableau no 1 : Les exploitations agricoles à Santo Domingo en1606
  • 8 Moreau Jean-Pierre, Un flibustier français dans la mer des Antilles 1618-1620, Paris, Seghers, 199 (...)
  • 9 Charlevoix R. P. Pierre-François-Xavier, Histoire de l’île espagnole ou de Saint-Domingue, Paris, (...)

3Le marronnage est un problème déjà ancien pour les autorités espagnoles. Dans tous les cas, ces cimarrones entrent naturellement en contact avec les autres Européens qui fréquentent la côte. Sont-ils nombreux ? Durant son périple (1618-1620), le capitaine Charles Fleury rencontre des Noirs, marrons ou non, à deux reprises. Près de Léogane, ce sont d’abord deux masters venus de Cuba qui chassent avec leurs chiens des bœufs et des pourceaux pour les flibustiers. Le long des côtes cubaines, cinq rescapés dont une femme sont recueillis puis relâchés avec des outils8. Ces rencontres ne sont pas isolées, les masters avaient été abandonnés par un autre navire français. Charlevoix, pour l’année 1665, estime la population libre à 14 000 personnes y incluant les Métis et les Mulâtres libres. Le nombre d’esclaves serait supérieur. Surtout, il mentionne la présence de 1 200 Nègres fugitifs à sept lieues de la capitale « qui s’étaient cantonnés et retranchés sur une montagne presque inaccessible et qui faisaient contribuer tout le pays et la ville même9 ».

Les premiers établissements à la Tortue (1629-1665)

  • 10 Camus Michel-Christian, « Histoire de l’Île de la Tortue (1492-1803) », Conjonction, Port-au-Princ (...)
  • 11 Ibidem, p. 29, qui cite BN : ms. fr. 8992, Histoire de Saint-Domingue par le père Le Pers, f° 74-7 (...)
  • 12 Ordahl Kupperman Karen, Providence Island 1630-1641 The other Puritan Colony, Cambridge, Cambridge (...)
  • 13 Ibidem, p. 169.
  • 14 L’année suivante l’amiral Francisco Diaz de Pimienta reprend Providence faisant un gros butin dont (...)

4Bientôt le bois de teinture, la chasse et la perspective de vendre leur pétun aux Hollandais font de la Tortue un point de convergence pour les aventuriers de tous poils, surtout après l’attaque de l’île de Saint-Christophe par l’amiral espagnol Frederico de Toledo, à la fin de 1629. D’emblée, des esclaves sont présents. Michel-Christian Camus a fourni le résultat de ses précieuses recherches à propos de l’île de la Tortue10. Pour reprendre ses données, lorsque, quelques mois plus tard, les Espagnols sont alertés par la présence renforcée de ces aventuriers, ils apprennent que quatre quartiers ont été formés où du tabac est cultivé « grâce à un nombre indéterminé de nègres abandonnés dans l’île par un capitaine français, nommé Baradel, venu couper du bois de brésillet11 ». Les Espagnols délogent une première fois les Français et les Anglais, les esclaves nègres capturés sont vendus à Santo Domingo pour « payer les frais du voyage ». Le retour des aventuriers est immédiat, sous l’égide de la Company of Adventurers for the plantation of the island of Providence. La main est passée aux Anglais. Le gouverneur nommé par la compagnie britannique achète une quarantaine d’esclaves pour couper du bois et cultiver le pétun. Dès 1632, les investisseurs puritains ont décidé de favoriser l’esclavage sur l’île de Providence et par voie de conséquence sur Association Island (la Tortue) : ils arguent que les Anglais ne sont physiquement pas faits pour les travaux de plantation12. Des femmes esclaves arrivent également. En décembre 1634, une deuxième expédition espagnole permet à Ruy Fernandez de Fuenmayor de massacrer 195 des 300 occupants et de s’emparer d’une partie des esclaves (30 ou 40). Les rescapés reprennent leurs activités, au début de 1636, ils ont 150 esclaves pour les aider. Ces derniers se révoltent probablement à la fin de cette année obligeant leurs propriétaires à gagner la côte13. Après une nouvelle descente espagnole en 1638, un contingent britannique de 300 hommes, 40 femmes et 20 esclaves nègres quitte Nièves pour la Tortue, ce qui n’empêche pas les Français de reprendre le contrôle de l’île, au mois d’août 164014.

  • 15 Guerrero Cano María Magdalena, « Europeos en la isla de La Tortuga. Un testigo de excepción : André (...)
  • 16 Camus Michel-Christian, op. cit., p. 40. L’auteur cite BN : Clairambault 441, f° 6 ; British Libra (...)

5François Le Vasseur, dépêché par le gouverneur de Saint-Christophe, Philippe de Lonvilliers de Poincy, favorise le peuplement non seulement en ayant recours à l’engagement mais aussi en incitant des familles à s’établir. La population va à 1 000 âmes, la moitié sur le « continent » comme boucaniers, l’autre à la Tortue pour produire du tabac, des haricots, de la cassave et des ignames. Que ce soit sous Le Vasseur ou, après l’assassinat de celui-ci en 1651, sous son successeur Timoléon Hotman de Fontenay, une véritable escadre flibustière est présente en rade qui multiplie les descentes sur les côtes espagnoles, celles de Campêche particulièrement, afin d’y enlever des Indiens vendus ensuite comme esclaves. Cet état de chose est confirmé par le récit de Andrés Núñez de Torra. Dans la situation de la Tortue qu’il donne en 1653, la population s’élèverait à 700 Français y compris les femmes et les enfants. À quoi s’ajoutent 200 Noirs petits et grands et 250 Indiens en familles. Ces derniers ont été raflés sur les côtes du Yucatan tandis que les esclaves nègres proviennent de La Havane, de Carthagène et de la Terre-Ferme. L’auteur mentionne encore la présence de villages de cimarrones à la côte après le naufrage d’un négrier hollandais15. En janvier 1654, Gabriel Roxas Valle y Figuerisa oblige Fontenay à capituler. Aux côtés des 385 hommes portant l’arme, les Espagnols trouvent 200 esclaves nègres, tant adultes que femmes et enfants et 250 esclaves indiens, ce qui corrobore le témoignage précédent16. Les Français, qui se retirent avec les honneurs de la guerre, en emmènent avec eux. La présence espagnole ne dure pas, la menace que fait peser l’escadre de William Penn sur Santo Domingo oblige la garnison à quitter l’île en détruisant les fortifications (1655).

  • 17 Il n’est pas à propos ici de traiter du problème des engagés. Voir à ce sujet Debien Gabriel, Les (...)
  • 18 Dutertre R. P. Jean-Baptiste, Histoire générale des Antilles habitées par les François, Paris, T. (...)
  • 19 Bibliothèque Nationale (BN) : n. a. fr. 9325, f° 80 et Archives Nationales d’Outre-Mer (ANOM) :  c (...)
  • 20 ANOM : colonies C9 A1, f° 11. La Tortue 6 juin 1665.
  • 21 Dujarric-Descombes A et Durieux J, « Deschamps du Rausset, boucanier et gouverneur de la Tortue au (...)

6La main d’œuvre servile demeure numériquement inférieure à la population européenne, qu’elle soit africaine ou indienne. Elle est un apport pour la production et pas encore l’outil même de la production. Les engagés venus de France incarnent alors la véritable force de travail qui plus est, susceptible de faire souche à la fin du contrat17. Lorsque Ogeron, futur gouverneur demande à s’établir au Cul-de-Sac ou lors de son premier établissement au Port-Margot et plus tard au Petit-Goave, ce sont des engagés qui l’accompagnent. Cet état de chose persiste jusqu’à la fin de cette période. Que ce soit sous Jérémie Deschamps du Rausset (1657-1662) ou sous son neveu Frédéric Deschamps de La Place (1662-1665), peu de chiffres nous sont parvenus. Dans l’expédition de représailles réalisée par 400 boucaniers et flibustiers contre la ville de Santiago de los Caballeros en 1659, le butin se compose de 300 piastres pour chaque homme. Le récit qu’en fait Dutertre ne laisse apparaître que de l’argent, des ornements d’église et des cuirs, pas d’esclaves18. Ce thème n’est pas plus abordé dans les mémoires rendus au Roi par le gouverneur de la Tortue en 166319, dans le procès-verbal de prise de possession de l’île au nom de la Compagnie des Indes occidentales20 : le sieur La Place a pourtant une plantation à la Montagne « moitié plantée en cannes de sucre et l’autre en friche », mais elle est abandonnée depuis deux ans. L’acte de vente stipule que Deschamps du Rausset vend, cède et transporte à la Compagnie « toutes armes, canons, munitions de guerre et de bouche, provisions, meubles, bestiaux de quelque espèce et nature que ce fût, nègres, engagés, et généralement tout ce qu’il avait ou pourrait avoir dans l’île et ses dépendances21 ». Le prix fixé à 15 000 livres ne laisse imaginer la propriété de beaucoup d’Africains.

  • 22 Il s’agit du gouverneur particulier de la Martinique, avec lequel Ogeron s’est associé pour une Ha (...)
  • 23 ANOM : colonies C9A 1, f° 3. De la côte de Saint-Domingue, le 15 septembre 1664.

7Cependant, avec le gouvernement de Bertrand Ogeron de la Bouère, on dénombre 25 habitations sur la petite île (1667). Chacun sait, à la lumière de ce qui se produit aux Petites Antilles, que les esclaves, quoique d’un coût encore supérieur à celui des engagés, permettront le passage à d’autres cultures comme l’indigo. Simplement, le pétun n’est pas encore menacé, le gibier reste abondant. Dans une lettre adressée à son ami Robert Le Frichot de Clodoré22, le nouveau gouverneur montre bien que les Noirs ont aussi leur place dans ses projets. « Ne croyez pas, quoi que je vous dise, que mon dessein soit d’amasser des trésors et que, s’il me vient du bien, je ne l’emploie à envoyer en Guinée chercher des nègres, à faire bâtir des vaisseaux et à rechercher toutes sortes de bétail. C’est là où consiste ma plus grande passion23. » Le père Le Pers va dans ce sens montrant l’évolution attendue avec l’arrivée des esclaves, même si l’on a vu que des esclaves étaient présents depuis les prémices.

  • 24 Le Pers R. P. Jean-Baptiste, La tragique histoire des flibustiers. Histoire de Saint-Domingue et d (...)

« Mais ce qui commença à donner un nouveau lustre à cette colonie naissante fut une prise de nègres que les flibustiers firent sur les Espagnols, et qu’ils conduisirent à la Tortue, où l’on ne connaissait guère encore cette sorte d’esclaves, quoiqu’on en eût déjà fait glisser quelques-uns, du temps de M. Le Vasseur et de M. de Fontenay. Les engagés continuèrent encore fort longtemps à y être plus en vogue et il s’est vu des particuliers qui en avaient jusqu’à deux et trois cents ; mais enfin par l’arrivée de ces nègres, la colonie se trouva composée d’un cinquième corps qui, pour être le plus vil, ne laisse pas d’être en soi très considérable puisqu’il est aujourd’hui trois fois plus nombreux que tous les autres réunis et qu’un homme n’est ici estimé riche et opulent que par le nombre de ses noirs, la terre étant encore à la discrétion de ceux qui en demandent des concessions aux gouverneurs qui la donnent gratis et sans aucune redevance ou servitude24. »

8Quel comportement adopté à l’égard de ce cinquième corps ? La voie choisie aurait pu être singulière. Finalement, les hésitations occasionnent un retard d’une à deux décennies avant que la colonie ne rentre dans le rang.

Le temps des hésitations à l’époque des gouverneurs angevins (1665-1691)

  • 25 Soit 1,2 million de livres pesant ; la Virginie en 1660 en fournit 7,8 millions.
  • 26 ANOM : colonies C9 A1, f° 52. De la Tortue le 23 septembre 1669.
  • 27 La Compagnie connaît aussi des difficultés pour la traite. L’arrêt du conseil d’État du 26 août 16 (...)
  • 28 ANOM : colonies C9A 1, f° 6. S. l., du 20 septembre 1666.
  • 29 BN : mélanges Colbert 135, f° 685. 1666.

9En 1665, le nombre d’esclaves présents dans la colonie en lente gestation n’a atteint au plus que trois à quatre centaines d’individus. Aucun négrier n’a fait de la Tortue sa destination sauf à être victime d’une fortune de mer malheureuse. Le glissement opéré depuis longtemps sur la Grande Terre, hors la ressource cynégétique qui inquiète fortement les autorités, permet une multiplication des places à pétun que l’esclavage comme l’engagement peuvent satisfaire indifféremment, sachant que les trente-six mois sont payés en tabac. D’ailleurs, en 1669, Ogeron fait remarquer à Colbert que « quoique nous n’ayons point de nègres, j’espère que nous ferons plus de 24000 rolles [de tabac]25. Ainsi, il nous faudrait une flûte de 200 tonneaux dès l’année prochaine26 ». La Compagnie des Indes occidentale permet aux marchands métropolitains d’aller négocier aux Îles, à charge de lui payer 6 livres tournois par tonneau de port au départ de France et 5 % en espèces des marchandises ramenées au retour. À la fin de 1669, les marchands français sont déchargés de la taxe et le droit est ramené à 3 %. Sans doute l’intention de Messieurs de la Compagnie était entre autres choses de favoriser le transport des engagés27. En 1666, Ogeron se plaint à Colbert de l’arrivée d’un navire de la Compagnie où ne se trouvaient que 16 engagés. Le gouverneur entend retourner en France « pour lever les gens à quoi je m’oblige28 ». Il demande à ce que l’intérim soit confié à Louis de Logerie, le même à qui Colbert a donné des instructions pour faire passer des engagés à la Tortue29. Tout concourt à faire de l’esclavage des Noirs un objet non prioritaire. La correspondance n’y fait pas même allusion tant la sécurité passe au premier plan. Dans sa lettre du 20 septembre 1666, Ogeron insiste sur l’extrême précarité où se trouve sa colonie.

« Il serait nécessaire de faire passer de France à la Tortue et à la côte de Saint-Domingue tous les ans 1 000 à 1 200 personnes dont les deux tiers seraient capables de porter les armes, l’autre tiers serait des enfants de 13, 14 et 15 ans, duquel nombre une partie serait distribuée aux habitants qui pourraient en faire passer sur ce nombre, à leur frais, et aller en France pour cet effet. L’autre partie serait envoyée en flibuste et je puis assurer que le passage desdits 1 000 ou 1 200 personnes est bien plus nécessaire que toute autre chose. Pourvu qu’on eût soin d’armer et discipliner ceux qui seraient en état de l’être et en envoyer en flibuste, comme je viens de le dire, le plus qu’on pourrait, je réponds que dans 18 mois, nous serons aussi forts par mer que les Anglais, qui font tout trembler, et que dans trois ou quatre ans, nous aurons suffisamment de gens pour faire une grande entreprise […]. »

10À se demander à quoi sert une entreprise quand on voit le résultat de celle de la Vera Cruz, de la Jamaïque ou de Carthagène des Indes.

  • 30 ANOM : colonies C9A 1, f° 44. Mémoire sur les dépenses à faire à Saint-Domingue, joint à la lettre (...)
  • 31 ANOM : colonies F3 164. Le 4 juin 1671.
  • 32 BN : n.a.fr. 9 325. Mémoire concernant la colonie de la côte de Saint-Domingue dont le Roi peut ti (...)

11Une autre explication consisterait à remarquer que les moyens pécuniaires ne permettent pas d’envisager la mise en place d’un système servile à grande échelle. D’où la volonté de disposer au préalable d’outils offensifs : la flibuste que convoite aussi la Jamaïque. En attendant, le plus pressé est de faire venir des soldats, des armes, des munitions, des charpentiers, des calfats, des filles à marier, des pièges pour détruire les chiens sauvages, des bêtes à cornes de la Bermude et des îles Vierge, des cabrites d’Aruba et des moutons de Saint-Christophe30. En poursuivant dans le temps, le Mémoire sur la révolte de Saint-Domingue et l’état de cette colonie que Gabaret remet au ministre en 1671 n’aborde toujours pas l’esclavage31. Pourtant, y sont dénombrés les habitants, les boucaniers et les flibustiers. Après la mort à Paris du père fondateur de la colonie, le 31 janvier 1676, il est simplement fait allusion au fait que la colonie « compte 4 000 à 5 000 âmes tant Blancs que Nègres, qui font tous les ans pour deux millions de livres de tabac […]32 ».

  • 33 Ly Abdoulaye, L’évolution du commerce d’Afrique Noire dans le dernier quart du XVIIe : la Compagni (...)

12Il faut dire que les compagnies à monopole qui se succèdent sont particulièrement inactives. Dès 1672, la compagnie des Indes occidentales est déclarée en faillite. Ce n’est que le 8 novembre 1673 que trois bourgeois de Paris, les sieurs Égrot, François et Ragueneau, rachètent son établissement de l’île Saint-Louis pour 75 000 livres (une perte de 50 % par rapport au prix d’achat de 1664). Aucun monopole ne s’abat sur les Îles d’Amérique : comme le remarque Abdoulaye Ly, « la vente de novembre 1673 n’a, en fait, d’autre effet sur le régime de la traite négrière française demeurée libre que de lui fermer le marché sénégalais33 ». En 1675, Jean Oudiette cumule comme fermier du Domaine d’Occident un bail l’autorisant à percevoir, moyennant 350 000 livres par an, l’ensemble des droits seigneuriaux perçus aux Îles et l’exclusivité de la vente des nègres. C’est la conclusion logique au peu de motivations des particuliers à assurer ce commerce, qui fait cruellement défaut aux colonies. Mais rien ne retient l’attention, dans la correspondance officielle, sur un mouvement d’humeur au Cap français qui pousserait les colons à prendre les armes. En revanche, la mise en parti du tabac à la fin de 1674, qui réduit à la misère et à l’exil nombre d’habitants de Saint-Domingue, débouche, au mois de mars 1680, sur la sédition du Cap. Le bail d’Oudiette est entre temps arrivé à terme, les résultats n’ont guère été heureux. Des 800 Noirs qui devaient être livrés aux Îles chaque année durant quatre ans, 500 seulement ont été acheminés, soit 15 %. Le 21 mars 1679, le Domaine d’Occident traite avec la Compagnie du Sénégal pour l’exclusivité du commerce négrier. Cette dernière s’engage à livrer 2 000 Noirs par an et reçoit ses lettres patentes en juin de la même année.

  • 34 ANOM : colonies C6 1, non fol., complété par le registre des assurances de Paris, AN : séries anci (...)
  • 35 ANOM : colonies C6 1, non fol. État général des biens, effets et dettes actives de la Compagnie du (...)
  • 36 BN : ms. fr. 15 528, f° 548. Mémoires de la Compagnie de Sénégal et côtes d’Afrique sur le droit q (...)
  • 37 AN : marine B7 492, f° 145. Extrait du mémoire sur le commerce de France du sieur Chauvel, marchan (...)
  • 38 Minchinton Walter E, « The bristish slave fleet 1680-1775, the evidence of the naval office shippi (...)
  • 39 Inikori Joseph E, « The sources of supply for the atlantic slave exports from the Bight of Benin a (...)
  • 40 Postma Johannes, « The Dutch and the Asiento slave trade : african slaves to the spanish american (...)

13L’état des navires appartenant ou frétés par la Compagnie du Sénégal démontre sa volonté de mener ses affaires tambour battant. Elle possède 17 navires et en a obtenu 4 du Roi. 16 sur 21 sont destinés à la traite négrière dont 4 pour les chiourmes marseillaises, 4 pour les galions de Cadix, les 8 restants pour les Îles afin de ramener du tabac et du sucre (tout comme 2 autres bâtiments partis en droiture aux Antilles). Les 3 derniers vont au Sénégal pour porter en France des cuirs, des cires, de la gomme, des défenses d’éléphant et de la poudre d’or34. On décèle rapidement, dans ce mécanisme qui semble si bien huilé, quelques signes d’essoufflement. S’agissant de Saint-Domingue, il n’y a pas trace de la venue d’un navire depuis l’Afrique : la Vierge (qui sombre lors de son retour), le Normand (ce pourrait être un négrier) et le Moïse effectuent leur retour de Saint-Domingue sur la Hollande, Hambourg ou Brême, y vendre à meilleur prix leur tabac, et dissimuler le montant du revenu vrai. Au moment de sa faillite, la Compagnie signale pour 174 000 livres tournois d’effets demeurés aux Îles, Saint-Domingue semble concernée à hauteur de 15 % « en main de Monsieur Jean Du Casse35 ». Peu avant la création de la Compagnie de Guinée et pour éviter le partage désavantageux du monopole de la traite en Afrique, le fermier général Claude Dappougny tente de justifier les mauvais résultats. La Compagnie du Sénégal avait en moins de trois ans livré 4 561 Nègres aux Îles, 1 100 autres avaient péri à cause de l’échouage de la Baleine et du Chariot. Elle n’avait recouvré que trois millions de livres de sucre sur six qui lui restaient dus36. On lui rétorque que les Anglais envoient chaque année 50 vaisseaux, les Portugais 15 à 20, les Hollandais 25 et « les Suédois, Danois et Brandebourg en ont en permanence37 ». Les historiens anglo-saxons mentionnent, durant la décennie 1680-1689, 109 négriers de Londres, sans comprendre Bristol et Liverpool et uniquement à destination de la Jamaïque et de la Barbade38. Au cours des trois années dont parle Dappougny (1681-1683), l’English Royal African Company aurait arraché aux côtes d’Afrique 21 738 esclaves et, malgré une mortalité moyenne de 26 %, en aurait livré 15 97139, soit trois et demi fois plus que la Compagnie du Sénégal. Pour la même période, la Compagnie des Indes occidentales hollandaise faisait traverser l’Atlantique à 5 788 Nègres sensiblement mieux que la compagnie française, mais sans plus40.

  • 41 ANOM : colonies C9A 1. 1681

14La correspondance de Jacques Nepveu de Pouancey, gouverneur de 1676 à 1683 n’ouvre aucun dossier sur les esclaves. Comme quoi le plus intéressant est ce qui n’est pas dit. Dans un Mémoire du sieur de Pouancey concernant la colonie de l’île de la Tortue et côte de Saint-Domingue sur lequel Monseigneur est très humblement supplié de donner ses ordres, est joint un dénombrement, le premier qui soit précis, complet (il faut bien l’admettre) et officiel41.

Tableau 2 : Dénombrement général de l’île de Saint-Domingue et de la Tortue (mai 1681)

Tableau 2 : Dénombrement général de l’île de Saint-Domingue et de la Tortue (mai 1681)

15Mais Pouancey n’en démord pas : il est vital que la colonie continue de recevoir les engagés. L’extrait qui suit est éclairant.

« Le soin que les habitants ont pris de faire passer à la côte grand nombre d’engagés est ce qui a le plus contribué à la peupler de Français. Si on y avait porté quantité de nègres, les habitants s’en seraient fournis et auraient négligé de faire venir de France des engagés qui leur coûtent beaucoup plus que des nègres ; ainsi la colonie serait demeurée faible et exposée aux insultes des Espagnols. J’estime donc que pour la conserver, il est nécessaire d’obliger les habitants à tenir toujours la même conduite et pour cela de faire deux choses. La première d’empêcher Messieurs de la Compagnie d’Afrique d’envoyer à ladite côte de Saint-Domingue plus de 150 nègres tous les ans. Et la seconde d’ordonner qu’aucun habitant ne pourra avoir plus de nègres que d’engagés, à la réserve des officiers et gentilshommes auxquels Monseigneur en pourra régler tel nombre qu’il avisera. »

  • 42 ANOM : colonies F3 164. Mémoire pour Monseigneur le marquis de Seignelay, Le Cap le 18 octobre 168 (...)

16Son successeur Tarin de Cussy (1683-1691) renchérit sur le même credo en 1685 : « Je crois devoir vous informer, Monseigneur, que si Messieurs de la Compagnie du Sénégal envoient à cette côte plus de 150 nègres par an, que ce sera l’unique moyen de diminuer cette colonie au lieu de l’augmenter, ne s’étant établie que par le grand nombre d’engagés que l’on a fait passer […]42. » Pour le gouverneur, faire venir des Français coûtent à proportion beaucoup plus que les Nègres et la colonie risque d’être exposée aux insultes ennemies. La menace n’est pas imaginaire. Certains esclaves sont trop heureux de se mettre au service des Espagnols lorsque ceux-ci font des descentes le long de la côte avec leurs demi-galères.

Il faut garder raison : du discours à la réalité

  • 43 Dessales Adrien, Histoire générale des Antilles, Paris, France Librairie, 1847-1848, 5 vol. Rensei (...)

17Pourtant les chiffres sont là. La population servile a beaucoup augmenté. Le rapport entre Blancs/Noirs + Mulâtres n’a jamais été aussi élevé : 35 % en 1681. En 1687, la situation a peu évolué pour les Blancs, ce n’est pas le cas des Noirs : 7 993 personnes soit 3 358 Noirs, 224 Mulâtres et 4 411 Blancs43. Les Gens de couleur représentent désormais 45 % de la population totale. Il n’existe malheureusement pas un recensement plus détaillé, mais ces chiffres suffisent pour remarquer deux choses. D’abord, les esclaves arrivent, même en faible nombre. La population noire est en effet passée de 2 172 âmes à 3 358, sans d’ailleurs que puisse se traduire ici une forte mortalité qui est pourtant certaine. Cette évolution de près de 55 % est cependant peu sensible au regard du petit effectif d’esclaves en 1681. Sur ordre de Du Casse, un nouveau recensement est réalisé en 1692 dans les quartiers du Cap et dépendances : 2 343 personnes dont 386 hommes, 268 femmes, 490 enfants, 175 garçons armés, 120 garçons non armés, 311 Nègres, 243 Négresses, 254 enfants nègres, 32 Mulâtres et 42 Mulâtresses. Par rapport à 1681, la population de couleur a stagné (877 en 1681/882 en 1692), mais les Espagnols ont ravagé le Cap français l’année précédente et une épidémie de vomito negro a ajouté ses effets destructeurs. En 1681 les Gens de couleur du Centre et de la Bande du Sud représentaient 63 % du total. En reportant ce ratio, avec toutes les précautions d’usage, sur les populations de ces quartiers, on peut raisonnablement estimer la population de couleur à plus de 4 000 individus en 1692, peut-être 4 500. Comment s’est produite cette hausse et pour quelle raison ?

  • 44 ANOM : colonies C9A 2. Du Port-de-Paix le 27 août 1687.
  • 45 ANOM : colonies F1A 9, f° 202. Du 16 janvier 1696 à Versailles. « Gratification aux intéressés de (...)

181° La traite, longtemps absente, s’oriente timidement vers la Grande Terre. Précisément en 1687, Cussy apprend à Seignelay l’arrivée de deux navires de la Compagnie du Sénégal avec 230 Noirs « dont ils ont trouvé facilement à se défaire en tabac dans ce quartier, la Tortue et celui du Cap44 ». Il s’agit du Pierre de la Victoire (capitaine Renaud) qui en mène 97 au Port-de-Paix, le 2 août 1685 et la Sirène (capitaine Camus) 103 au même lieu, le 9 juillet 1687. L’année suivante, le même navire (capitaine Brue) en porte 43. Par rapport aux 1318 esclaves passés alors aux Îles moins de 20 % du trafic est donc destiné à Saint-Domingue45. La Sirène avait la première fois chargé à la rivière de Gambie. S’y était embarqué le sieur de la Courbe, inspecteur de la Compagnie dont le témoignage souligne l’intérêt des Domingois.

  • 46 Camus Michel-Christian, « À Saint-Domingue en 1687 », Revue de la Société haïtienne d’Histoire et (...)

« Les habitants vinrent pour acheter nos nègres qu’ils visitèrent comme on ferait des chevaux. L’on en vendit la meilleure partie en tabac qui est la marchandise la plus commune de ce pays et l’on en donnait trois milliers (de livre pesant) pour chaque nègre ; les autres furent vendus en indigo qu’on achetait sur le pied de 40 sols la livre ou en argent d’Espagne qui n’était pas de poids ou en cuirs de bœuf et en coton ; et les pièces d’Inde, c’est-à-dire les nègres sans défaut et de bon âge, se vendaient sur le pied de 300 à 350 livres chacun46. »

19C’est bien peu et cela n’explique en rien la hausse constatée. Cussy qui voulait limiter la traite en est quitte pour changer de bord :

  • 47 ANOM : colonies C9A 2. Du Port-de-Paix le 23 avril 1689.

« À la vérité, Monseigneur, je ne puis me dispenser de vous représenter que la compagnie a été, en cette rencontre d’une extrémité à l’autre et qu’autant que je l’ai vue dans le sentiment d’envoyer une trop grande quantité de nègres dont j’ai eu l’honneur de représenter à Votre Grandeur le tort que cela eut fait à l’augmentation de cette colonie, autant ai-je remarqué de refroidissement par quelques mauvais voyages qu’ils ont faits faute d’être bien servis dont ils pourraient à l’avenir se dédommager voyant toutes les apparences dans tous les quartiers d’un négoce avantageux pour les noirs que les habitants demandent avec empressement47. »

  • 48 Moreau De Saint-méry Médéric-Louis-Élie, Description topographique, physique, civile, politique et (...)
  • 49 ANOM : colonies C9A1. Ogeron à Colbert, la Tortue le 4 mars 1671.
  • 50 Calendar of States Papers (CSP) : 1675-1676, p. 411.
  • 51 AN : séries anciennes Z1d 85. Registre alphabétique par bâtiment.
  • 52 AN : marine B2 64, f° 242. Arrêt du Conseil du 18 décembre 1688.
  • 53 Archives Départementales (AD) de Rouen : 2E 36/436, f° 615.

202° Une ordonnance du Roi interdit aux Français des Îles d’acheter des Noirs aux Indiens insulaires ou continentaux qui les volent aux Anglais et Hollandais car ce trafic porte préjudice à la Compagnie du Sénégal48. L’interlope fait office de complément nécessaire dans le cadre de compagnies défaillantes. En 1671, les Jamaïcains n’hésitent pas à proposer aux Domingois un vaisseau de 22 canons et de 300 tonneaux pour enlever leurs marchandises et les porter en Hollande afin « de leur fournir tous les ans quantité de nègres et toutes sortes de marchandises dont ils auront besoin49 ». Deux ans plus tard, ils se font fort de vendre à la Tortue ou à la Côte £ 24 (330 livres tournois environ) des esclaves achetés £ 17 à la Barbade50. Il n’est pas dit que le Saint-Pierre de 100 tonneaux, appartenant à Du Casse et qui effectue en 1686 un retour de Saint-Domingue à Amsterdam ne soit pas passé par l’Afrique51. Plus sûrement, la Reine des Cieux et la Diligente effectuent un voyage triangulaire qui passe par Saint-Domingue en profitant du retrait de la concession de la Compagnie du Sénégal des littoraux allant de la rivière de Serraleone jusqu’au cap de Bonne-Espérance. La Grande Terre n’était pas la destination. Monségur, au service de Du Casse, avec le consentement de la nouvelle compagnie, dite de Guinée, s’est procuré des Nègres en Angole avec l’intention de les traiter dans les colonies espagnoles. Lors d’une escale au Port-de-Paix, le major la Boulaye le fait arrêter afin d’acheter la cargaison entière, pour lui et d’autres habitants. En définitive, Cussy permet de débarquer 39 Noirs trop malades52. Pardieu de Franquesnay, lieutenant de Roi dans la Partie du Nord, passe avec Du Casse un contrat à Dieppe le 31 octobre 1686 qui prévoit la livraison de 40 à 50 Nègres à 300 livres pièce avec paiement en un ou deux ans, intérêts au denier du Roi53. Dans cet acte du tabellionage, il est stipulé que « comme le sieur Du Casse doit débarquer à la Martinique et qu’il pourrait arriver qu’il n’y aurait point d’occasion de vaisseaux, ledit sieur de Franquesnay consent que ledit sieur Du Casse en affrète un », les risques sont à la charge de l’officier du Roi.

  • 54 Charlevoix R. P. Pierre-François-Xavier, op. cit., p. 123.
  • 55 AN : AE B1 644, f° 347. Mémoire joint à la lettre de Monsieur de Saint-Romain, ambassadeur de Fran (...)
  • 56 ANOM : colonies B4, f° 101. Lettre de Colbert à Ogeron, de Versailles le 18 novembre 1672. Les 130 (...)
  • 57 ANOM : colonies F3 164, f° 327. Relation de la prise de la Guayra par Grammont, mai 1680.
  • 58 ANOM : colonies C9A 1. Cussy à Seignelay, le Cap le 24 août 1684.
  • 59 AN : marine B4 9, f° 389. Relation du voyage des flibustiers à la Vera Cruz.
  • 60 ANOM : colonies C9A 1. Cussy à Seignelay, le Cap le 18 octobre 1685. C’était la seule solution pou (...)

213° La rafle, le butin issu du pillage lors de descentes à terre ou de captures en mer sont d’évidence la source même de l’approvisionnement de la colonie en esclaves. Charlevoix le confirme à propos de la révolte d’un Libre de couleur au Port-de-Paix en 1679 : « Il y avait en ce temps-là assez peu de nègres dans la colonie et ceux qui y étaient avaient été presque tous enlevés aux Espagnols54. » Dès 1670, François Trébutor ramène « malencontreusement » un négrier portugais perdu devant l’île de Grenade55. Le gouverneur de la Tortue propose de rembourser 54 des 71 Nègres vendus à la Tortue pour mille piastres (ce qui est très peu de chose56). Si Grammont ne ramène apparemment pas de captifs à Saint-Domingue, la prise de la Guayra est aussi liée à la présence d’un navire de 40 canons qui vient de traiter 800 Nègres, à Porto Caballo57. Une expédition déterminante est la prise de la Vera Cruz en 1683. Nicolas Van Horn dirige les opérations. Le Flamand est flibustier depuis peu. Venu aux Antilles sur un négrier britannique qu’il vient d’acquérir, une partie de sa cargaison est confisquée à Santo Domingo, d’où son désir de vengeance et le fait qu’il liquide au Petit-Goave ce qui lui reste de pièces d’Inde : 135 esclaves58. La descente produit entre autres choses 1 200 captifs noirs et Mulâtres (Le Pers et Charlevoix disent 1 500), notamment de Mulâtresses qui trouvent à se marier dans la colonie et laissent une nombreuse postérité59. Cet apport est spectaculaire pour Saint-Domingue même si tous les esclaves n’y sont pas vendus. Cela ne doit pas faire oublier les plus petites mais plus fréquentes captures. « Il y a une chose de la dernière conséquence que je ne veux pas omettre de représenter à Votre Grandeur, écrit Cussy, qui est la grande quantité de nègres, indiens, mulâtres et mulâtresses que l’on a pris en diverses courses sur les Espagnols […]60. »

  • 61 Hroděj Philippe, « L’établissement laborieux du pouvoir royal à Saint-Domingue au temps des premie (...)
  • 62 Hroděj Philippe, « Les premiers gouverneurs angevins de Saint-Domingue », Archives d’Anjou, Mélang (...)

22Quel cheminement de pensée a été celui des planteurs dont font partie les gouverneurs, les officiers du Roi, ceux des milices et les magistrats du conseil souverain (créé en 1685) et des différents greffes ? Cela a été dit, il convient de préserver le potentiel de défense si fragile en assurant le peuplement blanc61. Sauf que la boucane est moribonde, le gibier marron se raréfie ; le pétun produit sature le marché français, il est normalement interdit de le mener en Hollande, les fraudes réitérées sur la qualité font se multiplier les protestations. Le coup de grâce est la mise en parti du tabac en 1674. Ceux qui ont le pouvoir profitent de la débandade vers la flibuste des petits Blancs pour concentrer les terres et passer à l’indigo, culture transitoire en attendant la canne à sucre, mais qui nécessite une main d’œuvre déjà plus nombreuse. En Virginie ou au Maryland, l’herbe à Nicot est l’objet d’une activité devenue très vite capitaliste, ce qui n’empêche pas les défricheurs sur le front pionnier de privilégier de petites exploitations. Au contraire, Saint-Domingue entend, pour assurer sa défense, conserver une forme quasi familiale, vouée à l’échec, faute de capitaux, de moyens de régulation et de contrôle… et faute d’esclaves62.

  • 63 ANOM : colonies C9A 1, f° 887. De la Tortue le 4 mars 1671.
  • 64 Debien Gabriel, « Les engagés des Antilles au travail (XVIIe siècle) », Bulletin de la Société d’h (...)
  • 65 De Ville Winston, St. Domingue Census records and military lists 1688-1720, Ville Platte, 1988, p. (...)
  • 66 Hroděj Philippe, « Saint-Domingue en 1690. Les observations du père Plumier, botaniste provençal » (...)

23En voulant préserver ce type d’exploitation, les Habitants comme les autorités précipitent la fin du cycle du tabac. Cette élite de la première heure multiplie les hattes, scellant le sort de la boucane et ouvrant en grand les portes de la flibuste. C’est tout le problème de la constitution d’une classe sociale nantie qui ne veut pas se couper de sa base, de ses racines (beaucoup de flibustiers ont réussi, se sont sédentarisés en achetant une Habitation), mais qui désire ardemment aller de l’avant. D’où une correspondance où l’on affirme qu’il faut des engagés quitte à atermoyer et surseoir à l’exécution dès qu’il s’agit de restreindre le nombre des esclaves. Cussy avoue, après Pouancey, que l’esclavage est plus rentable que l’engagement sur la longue durée. Le dixième alloué aux gouverneurs sur le montant des prises comprend aussi les esclaves : Ogeron ne se prive pas de cette opportunité tout en contribuant, il est vrai, à la venue de centaines d’engagés. Le père fondateur possède des esclaves, à Saint-Domingue mais aussi à la Martinique. Il en expédie en cadeau, à Charles Colbert du Terron, intendant général des armées navales du Ponant : « Je prends la liberté de vous envoyer une petite négresse qui paraît n’avoir aucune mauvaise inclination. Elle est du nombre des huit qui me furent données de cette dernière prise que je vous ai mandé avoir été contraint de recevoir en cette rade […]63. » Si l’on est mal renseigné sur Ogeron, le cas de Pouancey livre plus d’informations. Quand le neveu d’Ogeron demande à ce que les planteurs ne possèdent pas plus d’esclaves qu’ils n’ont d’engagés, il a pris garde d’en exclure les gentilshommes et les officiers. Dans l’inventaire de ses biens, l’Angevin laisse une place à tabac avec 22 esclaves pour 3 engagés, une indigoterie comportant un atelier de 55 Noirs et 4 engagés et une hatte et un corail servis par 9 esclaves et 2 engagés : 86 Noirs pour 9 engagés64, la parité est foulée du pied. Cussy, pour concentrer autant de critiques n’a pas été en reste, qui utilise les vaisseaux du Roi pour porter son coton et son indigo. L’épilogue, à mots couverts, est que l’esclavage est devenu central, indispensable pour qui prétend évoluer. Les 164 indigoteries depuis la Bande du Sud jusqu’aux Gonaïves, englobant donc les quartiers du Centre, comptabilisées dans le dénombrement de 1692, sont à cet égard révélatrices65. Il y a un revers à la médaille, en janvier 1691, dans la savane de Limonade, Tarin de Cussy, Pardieu de Franquesnay et quelque 300 Habitants sont tués par un corps espagnol sans que les petits Blancs ne viennent les aider à défendre des terres dont ils ont été spoliés66. La colonie est bien près de disparaître. Jean Du Casse est nommé au gouvernement. L’ancien négrier saura tirer les conclusions qui s’imposent malgré l’isolement, le dénuement de Saint-Domingue et l’environnement hostile.

Des esclaves pour les sucreries (1692-1700)

  • 67 ANOM : colonies C9A 2, f° 192. Du Casse à Pontchartrain, le Cap, avril 1692.

24La politique de Du Casse découle du constat dressé peu après son arrivée. « Ce qu’il y a de plus fâcheux, déplore le Gascon, c’est que les compagnie n’y fournissent aucun nègres et depuis qu’elles sont fondées, il n’en est pas venu mille, et ceux qui y sont viennent de l’industrie des habitants qu’ils ont eu des étrangers ou de rapine des corsaires67. »

  • 68 Hroděj Philippe, L’Amiral Du Casse, l’élévation d’un Gascon sous Louis XIV, thèse de Doctorat Sorb (...)
  • 69 ANOM : colonies C9 A2, f° 335 et f° 306. Du Casse à Pontchartrain, en avril 1692 et novembre 1692. (...)

25Il n’est pas question de développer un sujet déjà traité mais plutôt de le résumer par quelques chiffres68. La période correspond à la guerre de la Ligue d’Augsbourg, long et coûteux conflit. Du Casse, en fin connaisseur du problème, se fait donner des moyens légaux pour approvisionner la colonie en esclaves en profitant de ce que Versailles ne lui enverra aucun secours et ne saurait lui refuser quoi que ce soit, du moment que cela n’exige pas d’investissement. Il obtient l’autorisation de tirer des Noirs « de tous les endroits où [les habitants] pourront en avoir » à condition de n’employer aucun moyen « qui puisse être contraire au service ou au bien de la colonie », ce qui est suffisamment flou pour laisser une très large interprétation quant aux moyens à utiliser69. La colonie avait déjà reçu une centaine d’esclaves de Saint-Christophe, raflés « volontairement ». La permission du Roi va autoriser les flibustiers à agir sur une plus grande échelle, du moins permet-elle à Du Casse d’annoncer ses gains à voix haute.

26Deux sources principales. D’abord l’approvisionnement depuis l’île danoise de Saint-Thomas, négocié le plus souvent avec le produit des prises anglaises ou hollandaises, ou par l’intermédiaire des frégates de Saint-Malo qui y vendent leurs marchandises. Les flibustiers repèrent quelques frégates hollandaises en traite dans une rivière américaine, les portent directement à Saint-Thomas avant que de ramener au Petit-Goave les Nègres obtenus avec le produit de la vente des prises. La correspondance officielle mentionne en 1693 la livraison de 17 Noirs par les Danois, de 300 par Montauban, flibustier de la Martinique, et au début de 1694, de 374 par les flibustiers et 400 par les Malouins. Certes des quantités assez importantes d’indigo sont vendues à Saint-Thomas. Là, commence l’illégalité, mais toute allusion à ce type d’interlope est absente des lettres du gouverneur.

27La Jamaïque, si proche, est l’autre source d’approvisionnement. Elle représente pour les Français un objet de forte convoitise. Les Habitants y possèdent des esclaves en grand nombre, et on s’y arrête pour requinquer et rafraîchir ceux qui viennent d’Afrique, avant de les aller vendre aux Indes espagnoles. D’où le nom de « petite Guinée » donné à l’île. En deux ans, Du Casse parle de 800 à 900 esclaves capturés le long de ses côtes, chiffre certainement réel. Les prises sont faibles en quantité mais fréquentes. L’île anglaise se remet péniblement du tremblement de terre qui a causé de lourds dégâts humains et matériels. L’ensemble des côtes ne peut constamment être surveillé, d’autant que les deux ou trois navires de guerre, laissés à la garde-côte, sont de trop fort tonnage pour suivre les petits flibustiers. Leur état est souvent déplorable par la longueur du séjour dans des eaux tropicales. Les Anglais éprouvent les plus grandes peines à les armer convenablement.

  • 70 Buisseret David J., « Slaves arriving in Jamaica, 1684-1692 », Revue française d’Histoire d’Outrem (...)
  • 71 Curtin Philip D., The Atlantic Slave Trade: a Census, Milwaukee et Londres, University of Wisconsi (...)

28En revanche, alors que la traite française est en panne, les négriers britanniques sont très actifs. Entre 1683 et 1692, plus de 12 185 Noirs sont débarqués à la Jamaïque par 57 navires. Avec une moyenne de 214 esclaves par navires ajoutée aux 7 négriers sans état de cargaisons, on arrive à 13 700 esclaves environ et une moyenne de 1 370 esclaves par an70. Entre 1655 et 1673, la population servile de la Barbade a augmenté de + 13 200 individus passant à 33 200 (X1, 66) ; celle de la Jamaïque, juste après la conquête a augmenté de + 8 100 individus mais le taux multiplicateur est de 6,871. Par rapport au dénombrement de 1703, une règle de trois permet d’obtenir des données très proches de celles de David Buisseret, soit 1 200 esclaves par an de quoi porter la population noire à plus de 34 300 personnes en 1694. Plus en prenant les chiffres de Curtin qui prône une moyenne annuelle de 1 900 esclaves, avec l’avantage de montrer un fort taux de mortalité. Bref, les esclaves sont entre 7,5 et 8,5 fois plus nombreux qu’à Saint-Domingue.

  • 72 ANOM : colonies F3 132, f° 250. Notes de Moreau de Saint-Méry.
  • 73 Labat R. P. Jean-Baptiste, Nouveau voyage aux Isles de l’Amérique, Paris, 3e éd., T. Legras, 1742, (...)

29La rafle et l’interlope ont pour résultat de faire entrer plus de 2 000 esclaves à Saint-Domingue en deux ans, de quoi commencer à rêver à autre chose qu’à des indigoteries. La descente faite en divers points de la Jamaïque durant l’année 1694 a pour objectif non seulement de démonter des sucreries, mais aussi de capturer à grande échelle cette force de travail indispensable aux moulins. Tout en avouant 1 300 à 1 400 Noirs dans le butin, les avis vont jusqu’à 3 000 et 4 000. Même exagérés, ces chiffres permettent de comprendre comment la Partie française est passée de l’indigoterie qui demande une dizaine d’esclaves à la sucrerie qui en absorbe rapidement dix fois plus. Et ce malgré la perte de près de 600 esclaves lors de la descente, l’année suivante, d’une force anglo-espagnole dans les quartiers du Cap et du Port-de-Paix. En 1696, le chevalier Desaugiers transporte à Saint-Domingue la colonie de Sainte-Croix. Les colons viennent avec leurs esclaves : quelque 623 Nègres auxquels il faut ajouter 60 à 80 déjà débarqués72. Parmi les migrants, le père Labat. « Nous [sa congrégation] embarquâmes nos esclaves qui étaient au nombre de 84 grands ou petits avec ce que nous pûmes des attirails de notre sucrerie. Cela a servi à faire l’établissement que nous avons à Léogane73 [...]. »

  • 74 ANOM : colonies B18, f° 591.
  • 75 ANOM : colonies C9A 3, f° 325. Du Casse à Pontchartrain, Léogane le 17 août 1697. À noter que Du C (...)

30Le point d’orgue de ce gouvernement reste la prise de Carthagène des Indes en 1697, à la faveur de la venue d’une puissante escadre sous les ordres du baron de Pointis. La cité espagnole est à peine tombée que les dissensions naissent entre les deux chefs à propos du partage. Du Casse finit par avoir gain de cause. L’arrêt royal du 2 décembre 1697 fixe à 1 400 000 livres « la part qui revient aux habitants et flibustiers de Saint-Domingue et aux armateurs du Pontchartrain et de la Françoise dans les effets enlevés à Carthagène74 ». Le pouvoir royal considère que les flibustiers ont pu ramener 600 000 livres au Petit-Goave à l’issue du second pillage : officiellement le butin s’élève donc à deux millions de livres. Cependant pour le secrétaire d’État de la marine Louis de Pontchartrain, il n’est pas question que cette somme soit remise intégralement aux habitants75.

  • 76 ANOM : colonies C9A 4, f° 256.
  • 77 BN : n. a. fr. 9339, f° 61. Mémoire du 10 février 1700.
  • 78 ANOM : colonies C6 3, non fol.

31Un premier traité est conclu à Paris le 21 janvier 1698, avec les principaux directeurs et intéressés de la Compagnie du Sénégal, pour la livraison de mille Noirs dont il est précisé sur l’acte qu’il y aura « deux tiers de mâles et un tiers de femelles pièces d’Indes » à 250 livres par tête. Un chirurgien ou autre devra être présent au débarquement « pour régler lesdites pièces d’Inde et les déclarer recevables ou de rebu ». La cargaison est à la charge des armateurs (gens de Saint-Domingue) trois jours après l’arrivée des esclaves. D’après ce contrat, les intéressés perçoivent immédiatement 150 000 livres, le trésorier général de la marine de Vanolles versera les 100 000 restantes aux premiers certificats de livraison76. Ces liquidités permettent à la Compagnie d’acheter deux navires ainsi qu’une dizaine d’esquifs pour remonter les rivières. La Princesse (Rodon et Benoist) porte 395 pièces d’Inde à Saint-Domingue, la Vigilente (Cordeil) 103, l’Eléonor de Roye (Dufay) 132,5, le Saint-François de Paul (Herpin) 188,5 et divers navires 8077. Combien furent acceptés sur les 899 ? Un arrêt rendu le 6 juillet 1701 oblige la Compagnie à envoyer une dernière cargaison dont 115 pièces seront prélevées comme restant dues78. Ce traité est, malgré le retard considérable, relativement respecté.

  • 79 ANOM : colonies F2A 7, pièce no 4. Désignation d’arbitres, Paris le 14 octobre 1701.
  • 80 ANOM : colonies C9A 4, f° 85. Du Casse à Jérôme de Pontchartrain, Léogane le 26 juin 1699 ; f° 92 (...)
  • 81 ANOM : colonies C8A 12, f° 190. Robert à Pontchartrain, le 28 juin 1700.

32Le second traité est signé entre Galiffet, représentant de Du Casse à Paris d’une part, les sieurs Aufroy, d’Amon et intéressés d’une autre79 et est avalisé par la compagnie de Guinée, le 22 août 1698. Cette dernière autorise en effet Aufroy à envoyer 8 navires et 1 corvette à la côte de Guinée (4 en 1698, 4 en 1699) pour une charge de 3 500 Noirs – dont 2 000 pour la masse de Carthagène – contre versement de 30 000 livres. Pour accroître son bénéfice, Aufroy expédie 3 navires de 500 tonneaux, 1 corvette et, selon la Compagnie de Guinée, un navire qui s’échappe sans autorisation de Brest. Appât du gain ou inconscience, l’affaire sombre rapidement. Espérant, en une seule expédition, rafler la mise, ces navires traitent plus de 3 000 Noirs, et font route sous divers prétextes, justifiés ou pas, vers la Martinique. Un premier navire conduit 180 Noirs en juin 1699, en ayant perdu 300 en route. Un second 250, qui sombre après un ouragan sévissant durant la nuit du 3 au 4 août80. La corvette la Mignonne arrive à la Martinique ce même mois d’août 1699, et d’Amon qui la commande y vend partie de sa cargaison pour acheter des vivres. L’Europe qui porte près de 1 000 Noirs gagne le Fort-Royal faisant de l’eau, son équipage, épuisé à pomper depuis deux mois, à court de vivres, ayant couru des mois à acheter des captifs, eux-mêmes touchés par le scorbut : 253 sont morts avant et pendant la traversée, 116 entre l’arrivée et la vente (17 février, 1er avril 1700). Les habitants de la Martinique, d’après Robert, ne font pas une bonne affaire, nombre d’autres sont emportés après l’achat81. L’autorisation de vente donnée par l’intendant déclenche la colère de Du Casse. L’intendant des Îles ajoute un peu plus tard :

  • 82 Archives des Affaires étrangères (AAE) : MD 3 Amérique, f° 94. Robert à Pontchartrain, le 10 août (...)

« Ils ont voulu faire des cargaisons de près de 1 000 nègres, s’étant imaginés qu’à cause qu’ils avaient de grands vaisseaux, ils en devaient traiter beaucoup et que cela rendrait leur affaire bien meilleure, et ils se sont fortement abusés car pour vouloir traiter beaucoup de nègres, ils ont demeuré longtemps à la côte. Ils ont eu des nègres dans leurs navires pendant plus d’un an, ce long séjour à la côte des nègres depuis longtemps dans les vaisseaux a mis la maladie parmi l’équipage et les nègres, et pour vouloir trop profiter, ils ont beaucoup perdu, et ces vaisseaux sont arrivés ici par ces raisons tous délabrés et en très mauvais état82. »

33Un dernier navire, le Neptune touche la Martinique en juillet 1700, son capitaine, l’un des intéressés, René Lemaire est mort en Afrique comme ses commis et une partie de l’équipage. De 869 Noirs embarqués, 250 ont péri durant la traversée, 619 sont vendus dans l’île. Le premier lieutenant Fornillier ramène le navire en France. Un autre navire, peut-être le clandestin de Brest, se serait perdu en revenant de Hollande.

Une nouvelle ère commence

34Ces deux traités se montent à 750 000 livres, n’apportent à la colonie que 1 315 Noirs sur 3 000 escomptés. Mais en reprenant l’ensemble des données, il est visible qu’à partir de Ryswick, la Partie française, à présent soutenue par le négoce ponantais, a définitivement rompu avec son passé petit blanc. L’ère de la plantation en grand peut commencer, que n’interrompra pas la guerre de Succession d’Espagne.

  • 83 ANOM : G1 509.

Tableau 3 : Recensement de la population de Saint-domingue en 170083

Catégories

Le Cap

Port-de-Paix

Léogane

Total

Hommes

449

133

554

1 136

Femmes

373

125

410

908

Garçons

408

95

335

838

Filles

342

103

307

752

Garçons à louage

114

78

201

393

Filles à louage

22

10

15

47

Engagés

241

84

138

463

Hommes portant l’arme

854

295

967

2 116

Nègres

1 333

301

2 145

3 779

Négresses

877

200

1 000

2 077

Négrillons

778

175

1 373

2 326

  • 84 De Ville Winston, op. cit., p. 14.

35La population blanche, en deux décennies, augmente de 10 % seulement. La Partie française, même si a priori il est impossible de quantifier ce facteur, s’est considérablement enrichie et le nombre des Habitants s’est, par conséquent, accru. Il est avéré que plus les colons aisés augmentent, plus la population blanche totale diminue ; les terres mises en culture sont rassemblées par les plus riches, au détriment des petits propriétaires. Les plantations d’indigo et de cannes écrasent les places à tabac qui, malgré les tentatives insistantes de Du Casse, ne peuvent occuper que peu de gens. Le commerce de la viande avec les Espagnols voisins prive les chasseurs de leur revenu. Les désespérés continuent de fuir, il s’en trouve qui se mêleront aux forbans ex-flibustiers. Malgré cela, en 1700, la colonie peut être optimiste. On commence à envisager le défrichage des mornes. Du Casse s’occupe, avant son départ, de faire réoccuper les terres proches de la Partie espagnole, laissées à l’abandon. Il fait publier un ordre selon lequel les hattes désertées depuis six mois seront concédées au premier qui se présentera pourvu qu’il entretînt cent vaches. Les terres qui pour ces raisons de sécurité restaient inexploitées sont rendues à la culture. La Compagnie de Saint-Domingue s’applique à porter un petit contingent pour peupler la bande du Sud. Là où le recensement de 1700 ne mentionne que 300 Blancs, celui établi par la Compagnie, en incluant celui du quartier de Jacmel et dépendances trois ans plus tard dénombre 488 Nègres esclaves, 8 libres ; 305 Négresses esclaves et 6 libres, 110 Négrillons et Négrittes esclaves et 18 libres soit 935 Noirs libres (3,5 %) ou esclaves, à quoi s’ajoutent 19 Mulâtres et Mulâtresses dont un seul est esclave84.

  • 85 Hroděj Philippe, « Et le sucre fut : l’apparition de l’or blanc à Saint-Domingue à la fin du XVIIe(...)

36Du Casse, dans le prolongement de ses prédécesseurs, défend l’idée d’un équilibre permanent entre Blancs et Noirs. Pourtant, le gouverneur, au moment de la paix, favorise la traite par tous les moyens. Le ministre devant les résultats pitoyables des compagnies bat en arrière, Paty, lieutenant de Roi, reçoit l’autorisation d’acheter des Nègres à Curassol pour commencer le fort de Saint-Louis. En plus des 1 315 reçus par les deux traités, au minimum 600 sont livrés en deux ans par des barques danoises, négriers anglais, frégates malouines. Aucun recensement parmi la population noire qui soit d’une fiabilité absolue, on donne le chiffre de 9 082 en 1700 soit une multiplication par 2 depuis le début de la guerre. Les sucreries roulent, sont en roulaison et se garnissent85, mais il faut encore selon le gouverneur 3 000 Nègres par an, moitié pour les habitants, moitié pour les Espagnols. On comptera effectivement 24 156 Noirs en 1713.

  • 86 ANOM : colonies E 197. Dossier Donon de Gallifet.
  • 87 AN : MC/ET/XCIX/346, étude Robillard, procuration du 1er novembre 1697. Trois flibustiers, Gabriel (...)
  • 88 ANOM : Col. C9A 3, f° 329. Du Casse à Pontchartrain, Léogane le 14 septembre 1697. L’article IX de (...)
  • 89 ANSOM : colonies F3 166. De Brach à Pontchartrain. En 1700, on signale que des Nègres, estimés à 6 (...)

37Du Casse, négociant et négrier certes, mais homme d’État et homme de guerre plus que planteur, a dû composer avec la nouvelle élite. Il y avait 1 565 engagés et 477 serviteurs en 1681, en 1700, avec 463 engagés et 393 garçons à louage (certains ont 15 ans), et malgré l’obligation faite au début de 1698 pour les navires en droiture de transporter quatre trente-six mois ou ouvriers, 70 % des effectifs ont disparu. Du Casse a bien tenté d’établir dans la colonie d’anciens soldats. Le système esclavagiste a les coudées franches. Avant que la morale ou la raison éclairée ne survole l’horrible oppression, l’aspect militaire ne laisse pas d’être angoissant. La flibuste n’est plus que l’ombre d’elle-même. Les planteurs ne se préoccupent que de préserver leurs biens. Les boucaniers relèvent d’une époque révolue. Les soldats tombent comme des mouches à leur arrivée, victimes du climat impitoyable. L’idée d’établir des milices de Libres de couleur et donc de favoriser l’affranchissement fera long feu au siècle suivant. C’est Du Casse qui la met sur la table. Après la terrible défaite de Limonade en 1691, cinq esclaves reçoivent la liberté pour s’être bien battus. Sous son gouvernement, le doublement des affranchis s’explique en grande partie parce que le Gascon a tenu sa promesse à l’égard des Noirs envoyés à Carthagène, comme il avait, par convention avec le gouverneur de la Vera Cruz, fait libérer les Mulâtres et les Nègres libres capturés lors du sac de la cité mexicaine par les flibustiers86. 180 esclaves ont été envoyés à Carthagène, sans oublier ceux qui étaient dans les rangs des flibustiers87. Du Casse en a 16. Il a obligé les principaux officiers à l’imiter. Ces hommes se sont illustrés tant dans le travail que dans l’action, figurant souvent en première ligne. Au retour, le gouverneur adopte un parti radical, tous les survivants seront affranchis, les propriétaires étant indemnisés. Il tient les engagements pris avant le départ pour Carthagène. Il rédige en septembre 1697 un mémoire au sujet des nègres qui vont et viennent de France et les mulâtres que l’édit de 1685 [le code noir] rend esclave contre la bonne et saine politique88. Pour l’ancien négrier qui va bientôt donner à la France l’asiento des Noirs à la faveur de l’union des Deux Couronnes mais qui affranchit tous ses esclaves en quittant son gouvernement, l’octroi de la liberté est intimement lié au système servile : l’État doit contrôler les planteurs, favoriser la défense des colonies grâce à des hommes acclimatés et tentés par la récompense suprême. En même temps, seule cette possibilité est susceptible d’éviter les révoltes. Et puis la Partie espagnole voisine accueille et affranchit les esclaves français en fuite ; il n’y avait jusqu’alors pas d’esclaves marrons à Saint-Domingue, du moins pas assez pour le remarquer. Au début du siècle suivant, ce phénomène sera plus sensible89. La réponse de Pontchartrain renseigne.

  • 90 ANOM : colonies B21. Lettre du 5 février 1698.

« J’ai rendu compte au Roi du mémoire que vous m’avez envoyé au sujet des nègres. Sa Majesté m’ordonne de vous expliquer que tous ceux qui seront amenés des Îles en France par leur maître, seront libres suivant les lois et l’usage du royaume et ne pourront être contraints ni forcés d’y retourner. Et à l’égard de ceux lesquels ayant été amenés en bas âge en France sont envoyés aux Îles pour y être vendus, Elle n’en veut point que vous y souffriez qu’ils perdent la liberté qu’ils ont une fois acquise. J’en fais part à monsieur d’Amblimont (gouverneur général des Îles) afin qu’il s’y conforme. Je lui communique en même temps ce que vous proposez pour les mulâtres, et j’attendrai son avis avant de proposer au Roi de déroger au règlement de 1685 qui n’a point été rendu avant d’avoir examiné à fond cette question90. »

  • 91 Voir le texte placé en annexe.

38Du Casse tente de prolonger le débat sur la liberté des Mulâtres91.

  • 92 ANOM : colonies C9A 4, f° 313. Du Casse à Pontchartrain, Léogane le 13 juin 1698.

« Si, répond-t-il, Monsieur d’Amblimont consulte la justice et la sûreté des colonies pour l’avenir, il trouvera que les mulâtres doivent être libres après 21 ans, s’il ne consulte que les habitants qui n’ont en vue que leurs intérêts présents, la pensée passera pour défectueuse et l’objet présent est très fort du goût de tous les hommes. Je suis persuadé que l’on n’a pas donné un édit sans examiner les conséquences de chaque article, mais je suis convaincu qu’on n’a pas réfléchi sur la conséquence des mulâtres non plus que sur le bien d’autrui. L’on a fait de l’Amérique un pays de chicanes comme la Normandie et il l’eût fallu bannir comme une contagion. Je ne vois dans la justice que rapine et intérêts sordides92. »

  • 93 ANOM : colonies C8A 10, f° 356. Robert à Pontchartrain, le 11 juillet 1698 ; AN : marine B7 66, f° (...)

39Il ne se trompe guère lorsqu’il craint que l’avis des habitants ne s’impose. Amblimont et l’intendant Robert s’en rapportent, concernant les Mulâtres, au règlement de 1685, et surtout proposent des restrictions : le retour volontaire au lieu d’esclavage annulerait le privilège de la liberté donnée en touchant la terre française93.

40Le futur amiral de la flotte océane espagnole et lieutenant général des armées navales du Roi voyant les temps changer a essayé de prendre des dispositions pour humaniser en amont l’énorme machine à broyer les humains qui prend une ampleur irrésistible. Il lui reste à tenir sa promesse.

  • 94 ANOM : colonies C9A 4, f° 313.

« Ayez la bonté de statuer pour les nègres embarqués pour cet armement dont une grosse portion est perdue, d’autres qui reviennent journellement de France, quelques-uns qui sont revenus avec moi, et tous se flattent de la liberté, on ne les a entretenus d’autre chose à Carthagène, comme il n’appartient qu’au Roi d’ordonner sur de pareils cas, faites-moi l’honneur de me dire ses intentions. Comme le maître n’a point droit de vie sur son esclave, il ne peut le mener à la guerre, que pour son service, et l’esclave ayant combattu et essuyé le péril, sa condition serait très dure de n’en recevoir aucun bienfait, et de plus ces esclaves ayant passé en main de l’ennemi, leur industrie ou la bonté du Roi les ayant retirés, il est juste de décider à qui Sa Majesté veut faire grâce. L’habitant ne perd rien, il aura deux esclaves, quelque argent et sa portion des marchandises et ne se pourra jamais plaindre quand son nègre sera affranchi. Pour moi, Monseigneur, je prendrai la liberté de vous dire que je suis intéressé pour 15 ou 16, que je les affranchis de très bon cœur, chaque particulier ayant ce droit par les lois, mais l’avarice des maîtres n’a aucun égard aux raisons des esclaves94. »

  • 95 Moreau de Saint-Méry Médéric-Louis-Élie, op. cit., p. 210 et 229. Trois au moins passeront grâce à (...)

41La supplique de Du Casse est jugée fondée par Louis XIV, tous les Nègres pris par l’ennemi seront affranchis, ordre qui est étendu à tous les combattants noirs95. Malgré quelques voix çà et là, comme celle de Larnage ou de Bory, l’idée ne fera pas son chemin dans un siècle où, il est vrai, l’économie prime sur la conquête.

Annexes

Annexe

Le passage96 éclaire à la fois sur l’idée de justice et sur la religiosité du gouverneur. Cette affaire n’a été rapportée que plus tard à la suite d’un placet présenté par le procureur des missions des Jacobins.

« Un religieux appelé le Père Larmandié, homme de sainte vie à ce qu’ils disent, acheta il y a dix à quinze ans, une mulâtresse qui ne devait servir que jusqu’à l’âge de 21 ans. Ce bon religieux demanda au cessionnaire de lui vendre pour esclave, lui faisant entendre qu’il l’a contiendrait mieux. Le vendeur ayant eu de la répugnance, le Père lui donna un billet de sa main comme il reconnaissait qu’elle était libre après son temps, lequel billet il alla faire enregistrer au greffe et le remit entre les mains d’une autre mulâtresse, libre, sœur de celle en question. Le Père Larmandié, deux mois après cet achat la maria avec un de ses nègres, esclave, acte contraire à la pratique de l’Église qui défend d’unir le serf et le franc. Le Père Larmandié étant décédé, la mulâtresse a servi de longues années, tenue pour esclave par les autres religieux qui peut-être ignoraient qu’elle ne l’était pas.

Enfin, l’année 1697, la sœur de cette malheureuse étant venue à moi réclamer mon autorité, m’ayant rapporté le billet original et la minute de l’enregistrement, me disant que les Pères n’avaient aucun égard à cela, je les fis appeler et après leur avoir reproché l’énormité de cette action, j’ordonnai à sa sœur de la ramener. Ils me firent un cas de conscience du sacré du mariage et moi je leur fis connaître que le cas ne regardait qu’eux, et que je savais que je ferai casser le mariage quelque temps.

Je fis un voyage au Nord. Ce même père procureur qui m’avait dit ces méchantes raisons, eut l’insolence d’aller au Petit-Goave, là où elle était chez sa sœur, la prendre et la fit embarquer dans une barque et lui mit les fers aux pieds à l’insu de Monsieur de Beauregard qui y commandait, dont il me fit ses plaintes à mon retour.

Sur quoi je fis appeler ce religieux qui me soutint que l’acte privé ne pouvait pas détruire un acte par devant notaire, raison impie dans ce fait. Je lui dis que s’il n’était pas prêtre, et qu’il ne portât pas l’habit de religieux, je le ferais pourrir dans un cachot pour le mépris qu’il avait fait de l’autorité. C’est ce même religieux dont j’ai eu l’honneur de vous parler l’année passée, et que j’ai renvoyé en France. Le fait est dans la droite vérité et l’acte est encore dans son entier et il faut être barbare, pour vouloir usurper la liberté à une pauvre malheureuse. »

Notes

1 Pluchon Pierre, Histoire de la colonisation française, Paris, Fayard, 1991, p. 1015. Ces chiffres sont à relever dans le sens où les Libres de couleurs sont réputés plus nombreux que les Blancs (27 700) et qu’il convient, selon les administrateurs de l’île, d’augmenter le nombre des esclaves de 20 %, soit 486 000.

2 Chaunu Huguette et Pierre, Séville et l’Amérique aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, Flammarion, p. 89.

3 Hernandez Tapia Concepción, « Despoblaciones de la isla de Santo Domingo en el siglo XVII », Anuario de estudios americanos, t. XXVII, 1944, p. 281-320. Le tableau no 1 est réalisé d’après les informations données par l’auteur qui cite les Archives Générales des Indes (AGI) : Santo Domingo 83. Enquête réalisée pour le président de l’audience Osorio le 2 octobre 1606 ; 52 R-2, Osorio au roi d’Espagne le 1er novembre 1606 ; 52 R-3. Le président Sandoval au roi le 8 mai 1609. En 1606, 11 navires ont été chargés amenant en Espagne 10 000 arrobes de sucre (120 à 150 tonnes), 25100 cuirs, 13 300 rhizomes de gingembre, 1.900 troncs de gayac et 17 000 livres de tabac.

4 Devèze Michel, Antilles, Guyanes, la mer des Caraïbes de 1492 à 1789, Paris, SEDES, 1977, p. 74, 82 et 94.

5 Moreau De Saint-méry Médéric-Louis-Élie, Description topographique et politique de la Partie espagnole de l’isle de Saint-Domingue, Philadelphie, 1796, tome I, p. 223. Parmi les causes de la dépopulation de l’arrière-pays, l’ordonnance de Charles Quint de 1525 « pour exciter à aller habiter Santo Domingo promettant […] la faculté d’avoir jusqu’à six nègres par blanc, au lieu d’un seul qui était permis alors ».

6 Ropa Denis L., « La société coloniale de Santo Domingo à la veille de l’occupation française », Revue d’Histoire des Colonies françaises, t. XLVI, no 163-164-165, 1959, p. 155-198.

7 Moreau de Saint-Méry, op. cit., tome II, p. 60.

8 Moreau Jean-Pierre, Un flibustier français dans la mer des Antilles 1618-1620, Paris, Seghers, 1990, p. 258 et suiv.

9 Charlevoix R. P. Pierre-François-Xavier, Histoire de l’île espagnole ou de Saint-Domingue, Paris, J. Guérin, 1730, 2 vol., t. II, p. 37.

10 Camus Michel-Christian, « Histoire de l’Île de la Tortue (1492-1803) », Conjonction, Port-au-Prince, Revue franco-haïtienne, no 174-175, 3e et 4e trimestres 1987, p. 15-151.

11 Ibidem, p. 29, qui cite BN : ms. fr. 8992, Histoire de Saint-Domingue par le père Le Pers, f° 74-77.

12 Ordahl Kupperman Karen, Providence Island 1630-1641 The other Puritan Colony, Cambridge, Cambridge University Press, 1993, p. 166.

13 Ibidem, p. 169.

14 L’année suivante l’amiral Francisco Diaz de Pimienta reprend Providence faisant un gros butin dont 600 esclaves. Les rescapés s’échappent à St Kitts, Tabago, Roatan et sur la Moskito Coast.

15 Guerrero Cano María Magdalena, « Europeos en la isla de La Tortuga. Un testigo de excepción : Andrés Núñez de Torra », Dans le sillage de Christophe Colomb : l’Europe du Ponant et la découverte du Nouveau Monde 1450-1650, Jean-Pierre Sánchez (dir.), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1995, p. 73-81.

16 Camus Michel-Christian, op. cit., p. 40. L’auteur cite BN : Clairambault 441, f° 6 ; British Library (BL) : Additional 13 992, f° 499 et AGI : Patronado 273, R-7.

17 Il n’est pas à propos ici de traiter du problème des engagés. Voir à ce sujet Debien Gabriel, Les engagés pour les Antilles (1634-1715), Abbeville, Paillart, 1951, 271 p. ; VIGNOLS Léon, « L’institution des engagés (1626-1774) », Revue d’histoire économique et sociale, janv. 1928, p. 12-45. ; Elisabeth Léo, « Les engagés », Les cahiers du patrimoine, Fort-de-France, mai 2000, t. I, p. 102-121.

18 Dutertre R. P. Jean-Baptiste, Histoire générale des Antilles habitées par les François, Paris, T. de Jolly, 1667-1671, 4 vol., t. III, p. 113 et suiv.

19 Bibliothèque Nationale (BN) : n. a. fr. 9325, f° 80 et Archives Nationales d’Outre-Mer (ANOM) :  colonies C9 B1.

20 ANOM : colonies C9 A1, f° 11. La Tortue 6 juin 1665.

21 Dujarric-Descombes A et Durieux J, « Deschamps du Rausset, boucanier et gouverneur de la Tortue au XVIIe siècle », Bulletin de la section de Géographie, Paris, 1925, p. 25-44.

22 Il s’agit du gouverneur particulier de la Martinique, avec lequel Ogeron s’est associé pour une Habitation dite de la Montagne qui rapporte quelque 400 000 livres de sucre par an. Ogeron en possède un quart.

23 ANOM : colonies C9A 1, f° 3. De la côte de Saint-Domingue, le 15 septembre 1664.

24 Le Pers R. P. Jean-Baptiste, La tragique histoire des flibustiers. Histoire de Saint-Domingue et de l’île de la Tortue, repaires des flibustiers, écrite vers 1715, recueillie par P.-B. Berthelot, Paris, G. Grès, p. 46.

25 Soit 1,2 million de livres pesant ; la Virginie en 1660 en fournit 7,8 millions.

26 ANOM : colonies C9 A1, f° 52. De la Tortue le 23 septembre 1669.

27 La Compagnie connaît aussi des difficultés pour la traite. L’arrêt du conseil d’État du 26 août 1670 décharge du droit de 5 % les Nègres de Guinée amenés en Amérique (AN : marine B2, f° 184v°).

28 ANOM : colonies C9A 1, f° 6. S. l., du 20 septembre 1666.

29 BN : mélanges Colbert 135, f° 685. 1666.

30 ANOM : colonies C9A 1, f° 44. Mémoire sur les dépenses à faire à Saint-Domingue, joint à la lettre d’Ogeron à Colbert, de Paris, le 12 janvier 1669.

31 ANOM : colonies F3 164. Le 4 juin 1671.

32 BN : n.a.fr. 9 325. Mémoire concernant la colonie de la côte de Saint-Domingue dont le Roi peut tirer de grands avantages sans faire aucune avance, sans doute François Delaunay, avocat, à Mme de Montespan, Paris, le 8 juillet 1677.

33 Ly Abdoulaye, L’évolution du commerce d’Afrique Noire dans le dernier quart du XVIIe : la Compagnie du Sénégal de 1673 à 1696, thèse de doctorat, Université de Bordeaux, 1955, p. 120.

34 ANOM : colonies C6 1, non fol., complété par le registre des assurances de Paris, AN : séries anciennes Z 1d 80.

35 ANOM : colonies C6 1, non fol. État général des biens, effets et dettes actives de la Compagnie du Sénégal, le 30 juin 1681.

36 BN : ms. fr. 15 528, f° 548. Mémoires de la Compagnie de Sénégal et côtes d’Afrique sur le droit qu’elle a de faire seule le commerce dans l’étendue de ladite côte depuis Arguin jusqu’au Cap de Bonne-Espérance. 1685.

37 AN : marine B7 492, f° 145. Extrait du mémoire sur le commerce de France du sieur Chauvel, marchand de Dieppe, 1686.

38 Minchinton Walter E, « The bristish slave fleet 1680-1775, the evidence of the naval office shipping lists », Actes du colloque sur la traite des Noirs, Nantes, 1985, p. 395-423.

39 Inikori Joseph E, « The sources of supply for the atlantic slave exports from the Bight of Benin and Bight of Bonny », Actes du colloque sur la traite des Noirs, Nantes, 1985, p. 25-43.

40 Postma Johannes, « The Dutch and the Asiento slave trade : african slaves to the spanish american colonies 1662-1715 », Actes du colloque sur la traite des Noirs, Nantes, 1985, p. 299-324. Contrairement à ce que laisse entendre Olivier Pétré-Grenouilleau, les études récentes vont dans le même sens. EMMER Pieter C., Les Pays-Bas et la traite des Noirs, Paris, Karthala, 2005, p. 44 et suiv. L’auteur relativise l’importance de la traite négrière au sein des Antilles britanniques à cette époque, mais aussi au sein du dispositif colonial français, arguant de la demande restreinte et des difficultés financières de la WIC après 1650. De Saint-Domingue, il n’en est pas même question !

41 ANOM : colonies C9A 1. 1681

42 ANOM : colonies F3 164. Mémoire pour Monseigneur le marquis de Seignelay, Le Cap le 18 octobre 1685.

43 Dessales Adrien, Histoire générale des Antilles, Paris, France Librairie, 1847-1848, 5 vol. Renseignements extraits des cartons Martinique.

44 ANOM : colonies C9A 2. Du Port-de-Paix le 27 août 1687.

45 ANOM : colonies F1A 9, f° 202. Du 16 janvier 1696 à Versailles. « Gratification aux intéressés de la Compagnie du Sénégal pour 1 318 nègres qu’ils ont fait passer aux Isles et pour supplément de 2 825 autres nègres. »

46 Camus Michel-Christian, « À Saint-Domingue en 1687 », Revue de la Société haïtienne d’Histoire et de Géographie, vol. 47, no 171, décembre 1991, p. 1-16. Récit de Michel Jajolet de la Courbe.

47 ANOM : colonies C9A 2. Du Port-de-Paix le 23 avril 1689.

48 Moreau De Saint-méry Médéric-Louis-Élie, Description topographique, physique, civile, politique et historique de la partie française de l’île de Saint-Domingue, Paris, SFHOM, 3e éd., 2004, vol. 1, p. 386.

49 ANOM : colonies C9A1. Ogeron à Colbert, la Tortue le 4 mars 1671.

50 Calendar of States Papers (CSP) : 1675-1676, p. 411.

51 AN : séries anciennes Z1d 85. Registre alphabétique par bâtiment.

52 AN : marine B2 64, f° 242. Arrêt du Conseil du 18 décembre 1688.

53 Archives Départementales (AD) de Rouen : 2E 36/436, f° 615.

54 Charlevoix R. P. Pierre-François-Xavier, op. cit., p. 123.

55 AN : AE B1 644, f° 347. Mémoire joint à la lettre de Monsieur de Saint-Romain, ambassadeur de France à Lisbonne, du 1er avril 1671.

56 ANOM : colonies B4, f° 101. Lettre de Colbert à Ogeron, de Versailles le 18 novembre 1672. Les 130 esclaves restants sont portés à la Jamaïque.

57 ANOM : colonies F3 164, f° 327. Relation de la prise de la Guayra par Grammont, mai 1680.

58 ANOM : colonies C9A 1. Cussy à Seignelay, le Cap le 24 août 1684.

59 AN : marine B4 9, f° 389. Relation du voyage des flibustiers à la Vera Cruz.

60 ANOM : colonies C9A 1. Cussy à Seignelay, le Cap le 18 octobre 1685. C’était la seule solution pour le gouverneur à peine de prendre le risque d’un grand libertinage voire de la débauche de certains esclaves pour passer du côté espagnol. Certes, la légende est dorée. « J’assurerai Votre Grandeur qu’il y a dans tous ces gens-là un si grand changement depuis cinq ou six ans que l’on ne les reconnaîtrait plus. Ils font tous les ans, à l’exception d’un petit nombre, leur devoir de chrétien, en sorte que les curés en sont édifiés, et il y en a plusieurs qui communient quatre fois l’an. Il y a peu de concubinages, et lorsqu’il y en a qui porte scandale, l’on lui fait quitter ou épouser, et c’est à quoi j’excite les procureurs du Roi des quartiers de tenir la main avec sévérité sans en épargner ce qui a fait tout l’effet que j’en devais attendre, puisque depuis quatre mois, il s’est fait plus de vingt mariages d’habitants avec leur mulâtresse et négresse, qu’ils ont mieux aimé épouser que de les quitter » (ANOM : colonies C9A 2, mémoire pour Seignelay du Port-de-Paix le 19 avril 1688).

61 Hroděj Philippe, « L’établissement laborieux du pouvoir royal à Saint-Domingue au temps des premiers gouverneurs », Actes du colloque international Pouvoirs et Littoraux XVe-XXe siècles, PUR, Rennes, 2000, p. 157-169.

62 Hroděj Philippe, « Les premiers gouverneurs angevins de Saint-Domingue », Archives d’Anjou, Mélanges d’histoire et d’archéologie angevines, no 9, 2005, p. 62-81.

63 ANOM : colonies C9A 1, f° 887. De la Tortue le 4 mars 1671.

64 Debien Gabriel, « Les engagés des Antilles au travail (XVIIe siècle) », Bulletin de la Société d’histoire de la Guadeloupe, no 55, 1983, p. 10-12

65 De Ville Winston, St. Domingue Census records and military lists 1688-1720, Ville Platte, 1988, p. 3.

66 Hroděj Philippe, « Saint-Domingue en 1690. Les observations du père Plumier, botaniste provençal », Revue française d’Histoire d’Outre-Mer, Paris, 1997, p. 93-117.

67 ANOM : colonies C9A 2, f° 192. Du Casse à Pontchartrain, le Cap, avril 1692.

68 Hroděj Philippe, L’Amiral Du Casse, l’élévation d’un Gascon sous Louis XIV, thèse de Doctorat Sorbonne-Paris IV, Librairie de l’Inde, Paris, 1999, 2 vol., 730 p.

69 ANOM : colonies C9 A2, f° 335 et f° 306. Du Casse à Pontchartrain, en avril 1692 et novembre 1692. B 14, f° 399. Pontchartrain à Du Casse, en août 1692.

70 Buisseret David J., « Slaves arriving in Jamaica, 1684-1692 », Revue française d’Histoire d’Outremer, t. LXIV, no 234, 1977, p. 85-88.

71 Curtin Philip D., The Atlantic Slave Trade: a Census, Milwaukee et Londres, University of Wisconsin Press, 1970, table 14, p. 59.

72 ANOM : colonies F3 132, f° 250. Notes de Moreau de Saint-Méry.

73 Labat R. P. Jean-Baptiste, Nouveau voyage aux Isles de l’Amérique, Paris, 3e éd., T. Legras, 1742, t. II, p. 291.

74 ANOM : colonies B18, f° 591.

75 ANOM : colonies C9A 3, f° 325. Du Casse à Pontchartrain, Léogane le 17 août 1697. À noter que Du Casse, c’est la seule fois, mentionne l’embarquement de 200 Nègres de Carthagène à bord des navires flibustiers.

76 ANOM : colonies C9A 4, f° 256.

77 BN : n. a. fr. 9339, f° 61. Mémoire du 10 février 1700.

78 ANOM : colonies C6 3, non fol.

79 ANOM : colonies F2A 7, pièce no 4. Désignation d’arbitres, Paris le 14 octobre 1701.

80 ANOM : colonies C9A 4, f° 85. Du Casse à Jérôme de Pontchartrain, Léogane le 26 juin 1699 ; f° 92 à Louis de Pontchartrain, le 19 août.

81 ANOM : colonies C8A 12, f° 190. Robert à Pontchartrain, le 28 juin 1700.

82 Archives des Affaires étrangères (AAE) : MD 3 Amérique, f° 94. Robert à Pontchartrain, le 10 août 1700.

83 ANOM : G1 509.

84 De Ville Winston, op. cit., p. 14.

85 Hroděj Philippe, « Et le sucre fut : l’apparition de l’or blanc à Saint-Domingue à la fin du XVIIe siècle », Actes du colloque Techniques et Colonies, Philippe Hroděj et Sylviane Llinares (dir.), Paris, SFHM, 2005, p. 202-223.

86 ANOM : colonies E 197. Dossier Donon de Gallifet.

87 AN : MC/ET/XCIX/346, étude Robillard, procuration du 1er novembre 1697. Trois flibustiers, Gabriel Fouët (mulâtre), Scipion et François Mine (ou François, nègre mine), tous deux Nègres libres demeurant au Cap et logés à Paris, hôtel Saint-François, rue de l’Hirondelle, donnent procure à Paty pour ce qui doit leur revenir de la masse de Carthagène.

88 ANOM : Col. C9A 3, f° 329. Du Casse à Pontchartrain, Léogane le 14 septembre 1697. L’article IX de ce code indique que sont seuls esclaves les enfants d’un Blanc marié ; celui-ci étant condamné à une amende de 2 000 livres de sucre et doit se séparer de la mère et des enfants au profit de l’hôpital s’il était propriétaire de l’esclave. S’il n’est pas marié, il devra épouser l’esclave, l’affranchir, les enfants étant libres.

89 ANSOM : colonies F3 166. De Brach à Pontchartrain. En 1700, on signale que des Nègres, estimés à 600, débauchent dans les montagnes ; ce chiffre est exagéré.

90 ANOM : colonies B21. Lettre du 5 février 1698.

91 Voir le texte placé en annexe.

92 ANOM : colonies C9A 4, f° 313. Du Casse à Pontchartrain, Léogane le 13 juin 1698.

93 ANOM : colonies C8A 10, f° 356. Robert à Pontchartrain, le 11 juillet 1698 ; AN : marine B7 66, f° 486 et 507. Jérôme de Pontchartrain à Galiffet, les 20 septembre et 7 octobre 1698.

94 ANOM : colonies C9A 4, f° 313.

95 Moreau de Saint-Méry Médéric-Louis-Élie, op. cit., p. 210 et 229. Trois au moins passeront grâce à l’auteur à la postérité : le capitaine Vincent Ollivier mort en 1780 (à 120 ans ?), qui après son retour de captivité sert sous le maréchal de Villars en Allemagne ; Pierre d’Imba, commandant la compagnie des Nègres libres du Cap et Jean Eustache Lamondière, son adjoint.

96 ANOM : colonies C9A 4, f° 12. Du Casse à Pontchartrain, Léogane le 13 janvier 1699.

Table des illustrations

Titre Tableau no 1 : Les exploitations agricoles à Santo Domingo en1606
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/97649/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Tableau 2 : Dénombrement général de l’île de Saint-Domingue et de la Tortue (mai 1681)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/97649/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 209k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540