Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'esclave et les plantations

 | 
Philippe Hroděj

Première partie. L'esclavage, élément moteur de la plantation

La forêt antillaise, lieu de souffrance et d’espérance

Françoise Hatzenberger

Texte intégral

1Dans l’esprit de chacun, les esclaves antillais plantent et coupent les cannes à sucre, récoltent les fleurs de coton ou les graines rouges de caféiers. Une minorité d’entre eux sont cuisiniers, valets, chambrières, lingères ou garçons d’écurie. Hommes, femmes et enfants de plus de dix ans sont dans les plantations. Pourtant, une fraction non négligeable d’esclaves, variable selon les époques, ont fléchi sous le joug de la servitude dans les forêts antillaises. Si les Africains ont été les plus nombreux, ce n’est pas la seule population asservie. Des Européens, ont été vendus à d’autres, pour assurer le développement des défrichements et de la colonisation au cours du XVIIe siècle, cent ans après que les indigènes Indiens aient été décimés en exploitant le sous-sol. La forêt caribéenne a été un lieu de souffrance. Elle a été aussi source de mieux-être et d’espérance en une vie meilleure, lieu d’intervention auprès des Ancêtres, d’espoir d’amélioration du quotidien, de protection et de liberté face à l’oppression.

La forêt antillaise, lieu de souffrance

  • 1 Hatzenberger Françoise, Paysages et végétations des Antilles, Paris, Karthala, 2001.
  • 2 Moreau Jean-Pierre, Un flibustier français dans la mer des Antilles, Paris, Seghers, 1990.
  • 3 Le fromager ou mapou Ceiba pentendra (L.) Gaertn., les acajous Cedrela mexicana M. J. Roem., C. od (...)
  • 4 Viré Armand, « La préhistoire en Haïti », Bulletin de la Société Préhistorique Française, Le Mans, (...)

2Lorsque C. Colomb découvre les Antilles en 1492, Haïti offre à son regard de larges plaines parcourues de cours d’eau. De hautes chaînes de montagnes coupent l’île sur toute sa longueur1. Les indigènes Taïnos pratiquent de petits défrichements dans les forêts côtières ou à la base des mornes, pour y établir de nouvelles places à vivres dans de petits jardins non enclos. Les Indiens cultivent du maïs sur leurs terres issues du brûlis. Les arbres de haute futaie sont coupés, puis brûlés cinq ou six mois plus tard, quand le bois est sec. La technique a l’avantage d’épargner du temps et d’éviter de débiter les troncs et les souches, ainsi que la peine de les transporter plus loin. En fait, les champs ne sont pas entièrement défrichés, ils sont simplement débroussaillés quand la souche subsiste. Cependant, abattre un arbre entier dans un but particulier, pour réaliser une pirogue par exemple, est un rituel, presque une cérémonie. Tout d’abord, cet honneur est réservé au capitaine ou ancien du village possédant une nombreuse famille. Le premier acte est de convoquer une sorte d’assemblée ou caouynage pour définir son intention. Plusieurs semaines s’écoulent avant de chercher dans la montagne, l’arbre correspondant au dessein. De retour, il faut se reposer et ensuite parcourir les villages pour prier les hommes de concourir à la future besogne. Ceux qui possèdent des haches les aiguisent et les autres les empruntent. Arrivés sur place, chacun fête l’événement en buvant et abat l’arbre qui lui est désigné. Le travail peut durer sept à huit jours pour abattre les espèces qui nuisent au transport du tronc choisi, et faire place nette du côté où l’arbre doit tomber2. Le fromager, l’acajou, le galba et le gommier3 sont les plus prisés pour leur bois tendre facile à travailler et leur diamètre pouvant atteindre plus d’un mètre. Les bois durs réservés pour les poteaux destinés à la construction des cases ou aux meubles, sont toujours de petit diamètre comme le gayac. Pour l’abattage, les Indiens utilisent des haches et des sortes d’herminettes, mais aucun instrument en fer. Les matériaux de ces outils sont très divers, du silex, au grés en passant par des roches éruptives telles que le basalte. Les roches sont taillées selon des formes différentes. La hache, à la fois outil de travail et de guerre, est divinisée. Gravée ou sculptée de figure de zémis, elle devient un insigne noble, consacrée à un dieu créateur tout puissant mais détachée des choses terrestres, elle est elle-même Zémi. Les Zémis sont des génies immatériels, intermédiaires entre l’homme et la divinité. La roche tranchante, d’une vingtaine de centimètres de long, est maintenue par des gommes et des ligatures4. Un autre rite, pour les Indiens, est la recherche de l’or. Pour « recueillir l’or », ils se séparent de leurs femmes et restent chastes. La quête du métal précieux est réalisée avec soin. Ils se contentent le plus souvent de petits grains qu’ils trouvent au bord des rivières qu’ils aplatissent un peu. Ils les utilisent en pendants aux narines ou les transforment en lingots en les martelant. C’est « avec cérémonie et superstition », que l’or est amassé, dans les mines de Cibao, dans l’eau sans fouiller ! L’arrivée des Européens va bouleverser les équilibres établis.

L’exploitation du sous-sol par les esclaves indiens sous le joug des Européens

  • 5 Heers Jacques, Christophe Colomb, Paris, Hachette, 1981.
  • 6 Colomb Christophe, La découverte de l’Amérique – relations de voyage 1493-1504, Paris, La Découvert (...)
  • 7 Mesure de longueur qui représente l’intervalle compris entre l’extrémité du pouce et celle du peti (...)
  • 8 Watts David, The West Indies – Patterns of Development, Culture and Environmental Change since 149 (...)

3Malgré ces défrichements et ponctions, à la fin du XVe siècle, la forêt haïtienne est presque vierge dans son architecture, la main de l’Homme y est peu visible. Dans ce milieu inconnu, les Espagnols vont jouir dans un premier temps des apports aborigènes, puis vont chercher à tirer profit des ressources en or du sous-sol en exploitant la main d’œuvre locale. Dès février 1494, lors de son deuxième voyage, Colomb analyse les difficultés de la future exploitation. Ses hommes sont peu nombreux et disposent de peu de vivres. Les régions minières sont éloignées au cœur du pays. Il faudrait convoyer du matériel d’exploitation très lourd à travers des montagnes boisées, difficiles d’accès par de hauts défilés et franchir des fleuves. Les chemins sont rares et peu praticables et il n’y a pas de bêtes de somme. Il faut tout porter à dos d’homme, aussi bien à l’aller pour les outils et les provisions, qu’au retour pour l’or recueilli dans le lit des rivières. En mai 1495, il impose un dictat aux Indiens soumis. Tout Indien âgé de 14 à 70 ans est contraint de fournir tous les trois mois, un grelot de faucon, « à la mesure de ceux fabriqués en Flandre » et chaque cacique rebelle, tous les deux mois, une grande calebasse, remplie de poudre d’or5. Ce tribut doit être apporté chez les Espagnols, dans leurs « villes » ou dans leurs forts, ce qui permet d’entreposer immédiatement le précieux métal dans un magasin fortifié. À chaque versement, l’Indien reçoit une marque de cuivre ou de laiton qui atteste du paiement et qu’il doit porter autour du cou. On consent que ceux qui vivent loin des régions aurifères s’acquittent en coton ou en épices. Cependant, les grands bijoux et les masques de métal jaune tant convoités par les Espagnols, dès le premier voyage et à l’origine de cette soif d’or, représentent le fruit de ramassages accumulés depuis des années. Les rivières en contiennent peu, les Indiens ne savent pas exploiter de carrière et ne possèdent pas d’outils pour fouiller « la profondeur d’un empan6 »7. Rapidement, C. Colomb exige la mobilisation de tous les bras et l’abandon des travaux de culture, de cueillette et de chasse pour améliorer le rendement. Il s’ensuit un profond déséquilibre du mode de vie et du rythme de travail des Indiens. Certaines mines sont situées dans les montagnes boisées comme celle d’Ouanaminthe, ou du canton de la Mine, d’autres dans des régions arides comme celle du canton du Bois de Lance. Le sol du Dondon riche en mines d’or, d’argent, de cuivre est peu hospitalier. Rapidement, les Espagnols instaurent alors un mode d’exploitation différent, les repartimientos ou encomiendas. Chaque colon espagnol reçoit un lot de terre et le droit d’y faire travailler les Indiens. Les administrateurs, à la fois seigneurs et patrons des paroisses, ont sur ces derniers le droit de percevoir les tributs, commuables en corvées, à charge pour eux d’assurer leur instruction religieuse et de leur payer un juste salaire ! Dès lors, l’exploitation « coloniale » commence. De nouveaux emplacements aurifères sont découverts sur le versant sud de la cordillère Centrale. L’ancienne voie défrichée à partir de la côte nord est prolongée vers la région minière du Sud ce qui nécessite le drainage du bassin du Rio Haina. Il faut défricher la mangrove qui occupe la vallée. La partie Ouest de cette région déjà exploitée par les Arawacks, est désignée par les Espagnols sous le terme de Minas Viejas, Vieille Mine. La partie Est est nommée Minas Nuevas8. En 1501, 276 kg d’or sont exportés vers l’Espagne, dont une énorme pépite de 15 kg extraite des mines du Rio Haina. La plus grande partie a été extraite dans la province de Cayabo, par les esclaves Arawacks.

4Conduite par les Espagnols eux-mêmes, l’extraction devient plus rationnelle et continue. Certains petits orpailleurs ont à leur service « quelque nombre d’Indiens ou esclaves, qui leur appartiennent, ou appartiennent à autrui ». Les hommes sont souvent rassemblés de force dans les villages et envoyés, à grande échelle, dans les mines d’or et de cuivre pendant que les femmes doivent labourer et cultiver les champs. Les conditions de travail deviennent de plus en plus harassantes. Les mines sont éloignées des ports d’où provient le matériel d’extraction. Initialement, l’exploitation espagnole de ces emplacements est seulement sporadique, et doit se résumer à une collection de petites surfaces reliées entre elles. Il faut tout d’abord défricher des chemins. Quelle que soit la région aurifère, savanes arborées ou bois épais, les Indiens doivent nettoyer la surface du sol de ses herbes, arbres et rochers pour creuser des carrés de huit à dix pieds de longs et profonds d’une à deux paumes. Si l’or est là, tout est abattu pour suivre la veine. Sinon, le sol est creusé jusqu’à la roche-mère. Le long des rives d’un fleuve deux, trois ou dix mines peuvent être excavées pour trouver le bon filon. Dès lors, ce dernier est suivi sur toute sa longueur, jusqu’à ce qu’il soit épuisé. Les esclaves doivent creuser jusqu’à épuisement du filon et de leur propre force.

  • 9 Fernandez De Oviedo Y Valdes Gonzalo, Histoire naturelle et générale des Indes, isles et terre fer (...)

5Cibao est situé dans la cordillère Centrale. Cet ensemble de massif montagneux est recouvert au Nord d’une savane arborée composée de pins et de petits arbres tortueux. Sur le versant Sud, la végétation change en fonction de l’altitude. À partir de 1 300 mètres commence à s’installer la forêt tropicale humide très riche en fougères de toutes espèces. Les arbres atteignent quarante mètres de haut, dominés de plus de vingt mètres par certains palmiers. La chaleur est moite, la lumière atteint à peine le sol. Tous les arbres sont reliés entre eux par des lianes qui s’entrelacent dans tous les sens. Les branches sont couvertes d’épiphytes de toutes sortes, fougères, orchidées ou broméliacées aux magnifiques fleurs de couleurs vives. De nombreux arbres sont maintenus au sol par de très larges contreforts. Les arbustes sont peu nombreux, excepté lorsque la canopée laisse passer la lumière, le long des sentiers et des cours d’eau. Là, un enchevêtrement de lianes, d’arbustes et de plantes plus ou moins grandes émergent pour former une sorte de jungle. C’est dans cette atmosphère que les esclaves doivent défricher avec des haches lourdes et difficiles à manœuvrer, et creuser le sol. Le travail est continuel, les muscles peu accoutumés à ce travail de force prolongé n’arrivent plus à soulever la cognée. Pour atteindre les forts d’Isabella et plus tard de Santo-Domingo, il faut tracer de nouveaux chemins. La marche est souvent entravée par des arbres déracinés, cassés, entassés les uns sur les autres par les tornades et les pluies torrentielles qui surgissent régulièrement comme en 1508 et 1509. « On ne peut cheminer entre les arbres à cause de l’épaisseur des petits arbrisseaux verts, si touffus et entremêlés de tant d’épines, bexucos, et autres branches, il faut ouvrir le chemin avec beaucoup de travail et à force de haches et de poignards. C’est comme une grande mer9. » Les gorges sont nombreuses et obscurcies par les arbres et des milliers de lianes qui épaississent encore le feuillage. Tous les arbres doivent être déracinés, sans prendre le temps de les assécher. Les montagnes sont abruptes et hérissées de rochers âpres et rudes. Le fond des vallées est argileux, glissant par temps de pluies, les coteaux sableux entravent la marche sous les lourds fardeaux, les pentes sont telles que les « affalages » ou avalanches de roches sont des phénomènes courants. Les vallées sont très chaudes alors que les nuits des collines humides glacent le sang. Malgré cela, dans la région de Terre-Neuve, située à plus de 30 kilomètres au Sud de Port-de-Paix, pour exploiter des mines d’or ou d’argent et installer une forge, les Indiens transportent sur le dos des soufflés, des enclumes « pesant 45 livres », des « bouteilles de mercure cru, des ustensiles de mineurs, des creusets » mais aussi des haches, des marteaux, des lingotières, le matériel nécessaire à la construction d’une sorte de tamis, sur un « métier large d’une demi-aune française moins un pouce, dont les fils de cuivre bien uni sont entrelacés de biais comme une étoffe croisée, mais assez transparente pour cribler le sable fin ».

  • 10 Fernandez De Oviedo Y Valdes Gonzalo, op. cit., p. 5.

6Dans certains cas, le filon n’est pas superficiel, il s’enfonce profondément dans le sous-sol. Il faut alors creuser des cavernes ou des puits en étayant les parois. Là, le danger est omniprésent et nombreux sont les mineurs indiens ensevelis sous les roches effondrées. Le long des rivières, le travail est organisé « à la chaîne ». Il faut creuser et fouir la terre aurifère, c’est-à-dire « écoper ». D’autres esclaves transportent au fleuve ou à la rivière située plus ou moins loin, la roche excavée dans des « bateas », sortes de bassines. Sur la berge, ils déversent leur contenu, non pas dans des tamis, mais dans de plus grandes bassines tenues par des femmes indiennes qui ont le plus souvent la charge de laver la roche meuble. Assise au bord de la rivière et les jambes dans l’eau jusqu’au genou, elles prélèvent de l’eau d’un côté du récipient et le vident de l’autre avec le plus de dextérité possible malgré la fatigue. L’eau doit entraîner la terre et laisser, à la fin du travail, l’or non souillé. Une fois mis à part, la laveuse doit se remettre à la besogne. L’or accumulé est transporté dans des sacs, à dos d’hommes. Les Indiens, transporteurs, reprennent le chemin inverse de celui qu’ils avaient emprunté pour apporter le matériel. Ils parcourent des dizaines de lieues à travers bois, le long de sentiers à peine tracés où la végétation reprend sans cesse possession des lieux. Les lianes pendent des arbres, il faut enjamber les arbres déracinés par le dernier ouragan, supporter de marcher les pieds ouverts et envahis par les chiques, petits insectes qui s’insinuent entre les orteils et provoquent des démangeaisons insupportables. L’exploitation est primitive, archaïque, sans animaux de trait, pas de bœufs, pas de chevaux encore moins de charrue. Selon Las Casas, les charges atteignent trois ou quatre arrobes, c’est-à-dire environ quarante kilogrammes. Les plaies se multiplient sur les épaules et dans le dos. À cela, s’ajoutent quand le travail est jugé trop lent, « les coups de fouet, de bâton, les soufflets, les coups de poing, les injures et mille autres tourments ». En trois mois, dans une mine, sur trois cents Indiens travaillant à l’extraction des métaux, il n’en reste que trente. Les Indiens sont accusés d’être « oiseux, de peu de travail, mélancoliques, couards, sales, de mauvaise condition10 ». Pendant ce temps, d’autres Indiens travaillent dans les champs. La viande manque, si les colons se réservent les quelques espèces de quadrupèdes sauvages présentes dans l’île, la population indienne meurt de faim, au travail, ou de maladie. Les Taïnos, habitués à vivre d’une agriculture très rentable en travaillant modérément, ne supportent pas le choc ni physiquement, ni mentalement et se suicident par vagues successives, en absorbant des plantes vénéneuses comme le yucca ou se pendent aux arbres. Certains réussissent à se cacher dans les montagnes.

Le développement de l’esclavage et des grands défrichements

  • 11 Debien Gabriel, Les premiers trafics des îles : flibuste, chasse et pêche, Annales des Antilles, 1 (...)

7Rapidement, se développe une économie fondée sur le profit. La constitution d’un prolétariat servile, indigène puis africain, transforme profondément la zone littorale haïtienne. Celle-ci est défrichée, les premières maisons sont édifiées à quelques encablures de la mer, au bord de rivières, dans les lieux abrités par des rochers abrupts. Les animaux venus d’Europe, s’échappent des prairies où ils étaient parqués et se multiplient rapidement. Si au XVIe siècle, le bois brésillet compose le but principal des campagnes maritimes françaises qui partent vers les « îles et les Indes du Pérou », le cuir vert est un vieux commerce de marchandise dont la France a un besoin permanent11 qui aboutit au développement des premières Habitations et des premiers grands défrichements.

  • 12 Camus Michel-Christian, L’île de la Tortue au cœur de la Flibuste caraïbe, Paris, L’Harmattan, 199 (...)

8Pour les navires français, anglais ou hollandais qui veulent constituer leur réserve de viande, d’eau, de bois, d’oranges et de sel pour le voyage, il est difficile de tuer plus de trois ou quatre bœufs en deux jours, au cours de leurs aiguades, malgré la quantité, car le plus souvent les animaux s’enfuient dans les montagnes et dans les bois. Les plus habiles essaient de reconnaître les lieux habituels de passage des animaux ou achètent les bêtes abattues par des esclaves libres ou fugitifs appelés Nègres marrons qui chassent aussi pour leur propre compte. Deux hommes peuvent abattre près de vingt bêtes en deux matinées. Depuis 1607, des rebelles espagnols, qui n’ont pas voulu partir de la bande du Nord d’Haïti, l’occupent avec quelques Nègres marrons et font des échanges de viande et de cuirs avec les interlopes12.

  • 13 Calendar of State papers, Colonial series, America and West Indies. Public Record Office. vol. I ( (...)

9En 1629-1630, des Français et des Anglais chassés par les Espagnols de l’île de Saint-Christophe et de Nevis, prennent terre sans aucune opposition, sur les côtes d’Hispaniola et à la Tortue. Certains décident de devenir chasseurs, d’autres Habitants. Des contrats s’effectuent entre les chasseurs et les colons de la Tortue : les premiers s’engagent à fournir jusqu’à deux cents peaux de bœufs par mois13. Pour échapper à l’autorité des Espagnols installés à l’est de Saint-Domingue, les nouveaux arrivés n’ont pas d’établissement fixe. Ils s’assemblent dans des sortes de rendez-vous de chasse : des « boucans ». Ce sont de petits champs défrichés, souvent à plus de deux lieues de la mer. Les boucaniers français sont en grande majorité des Normands. Les chasseurs parcourent les montagnes.

  • 14 Bibl. Nat. : ms fr 8990, f° 217 (suppl. fr. 3828). Mémoire pour l’Histoire de l’île de Saint-Domin (...)
  • 15 Moreri Louis, Le grand dictionnaire historique ou le mélange curieux de l’Histoire sacrée et profa (...)
  • 16 Bibl. Nat. : suppl. fr. 3828, op. cit.
  • 17 Il peut aussi recevoir un fusil, douze livres de plomb et dix de poudre.

10Progressivement, des hommes viennent de toutes les régions côtières de France. Leur nombre atteint plus de cinq cents vers 1652, vivant par groupe de dix à cinquante14. Les boucaniers s’associent avec un ami avec lequel ils vivent en communauté de biens. Ils appellent cela s’amateloter et se nomment entre eux matelot. Petit à petit, ils acquièrent des valets qu’ils font venir de France, dont ils paient le passage, avec l’obligation de les servir trois ans. Ils les appellent engagés15. « Chacun selon le moyen qu’ils avaient d’en acheter16. » Les « valets » employés par les boucaniers ont pour rôle une fois la bête abattue, de lever le cuir avec un bon morceau de viande, de le porter au boucan pour y préparer à dîner pour le retour de la compagnie, qui pendant ce temps continue sa route, jusqu’à ce que le boucanier ait tué autant de bêtes qu’il a de personnel avec lui. Après quoi, il retourne le dernier au boucan, chargé aussi de cuir, où il trouve « table » dressée. Chacun tend son cuir sur le sol. S’il fait encore jour, les maîtres se promènent et fument leur pipe de tabac. Ils vont chercher des « avenues », c’est-à-dire des chemins tracés dans les bois par les taureaux. Pendant ce temps, les engagés hachent du tabac ou étendent la peau des jambes des taureaux pour faire des souliers. Si leurs rapports sont bons avec leurs engagés, ils les laissent aussi s’exercer au tir. Le lendemain ressemble au jour précédent. Après leur service de trois ans, les boucaniers donnent à leurs engagés au mieux un fusil, deux livres de poudre, six livres de plomb, deux chemises, deux caleçons et un bonnet ou encore 300 livres de pétun17. Certains s’associent avec leur ancien maître ou créent eux-mêmes une hatte, c’est-à-dire des « maisons de campagne » qui abritent de nombreuses bêtes parquées et gardées par des esclaves noirs. Ces logements servent de retraite aux chasseurs.

  • 18 Labat R. P. Jean-Baptiste, Nouveau voyage aux isles de l’Amérique, contenant l’histoire naturelle (...)

11Mais, le plus souvent, les conditions de travail et le rapport avec le maître sont difficilement supportables. Obligés de traverser les marécages sous des pluies qui tombent souvent de mars à décembre, ils souffrent fréquemment de fièvres dont ils font peu de cas. La solitude des bois est profonde, si quelques oiseaux tels que les dames-anglaises ou les caleçons-rouges, des perroquets ou des coucous n’interrompent pas le silence, tout sépare du monde. Les chemins sont particulièrement difficiles, car tracés dans la forêt, serpentent continuellement sans donner l’impression d’avancer : pas plus de quelques dizaines de mètres d’échappée devant et derrière soi. Le soleil, qui se fait jour à travers les feuilles et qui les dessine sur le chemin, forme un contraste d’ombre et de lumière, que l’agitation causée par le vent et le mouvement même du marcheur rend très pénible à la vue. Les arbres renversés par le vent, les terrains éboulés, les pierres glissantes, les sols argileux que l’humidité et la moindre pluie transforment en bourbier, exigent qu’ils avancent toujours aux aguets. Pas un seul mètre sans une racine ou une pierre ! Certains tuent des taureaux six jours de la semaine. Le dimanche, ils transportent pour la vente, les cuirs au bord de la mer ou bien vont tuer et cuire à la broche un sanglier pour le régal du maître. Les occasions de s’échapper sont rares et difficiles. Ce ne sont que bois et montagnes où les Espagnols les exécutent sans chercher à savoir s’ils sont esclaves et fugitifs. Le cuir que chacun reçoit pèse au moins cinquante kilos. Il le porte quelquefois sur douze à vingt kilomètres à travers les bois et les halliers pleins d’épines et de ronces. Plus de deux heures sont parfois nécessaires pour effectuer un kilomètre ! « La condition des engagés dans les îles était un esclavage fort dur et fort pénible qui ne diffère de celui des Nègres que parce qu’il ne dure que trois ans18. » Cependant, leur sort est souvent plus enviable que celui des employés par les planteurs.

  • 19 La Porte abbé Joseph de, Le voyageur français ou la connaissance de l’Ancien Monde, Paris, 1772, t (...)

12À partir de 1667-1668, les marchands traitants, qui recrutent les chasseurs engagés, sont des « Habitants » souvent associés par deux ou trois qui font le troc le long des côtes. Ils peuvent encore chasser sur de courtes périodes. Ils se répartissent le long des chaînes littorales, chacun avec son embarcadère, ses canots et dans l’arrière-pays se trouvent les secteurs de leurs propres chasseurs. Le terme « d’Habitant » montre qu’ils sont établis, maîtres au moins d’une place à vivres, c’est-à-dire d’une pièce de culture. La sédentarisation se confirme. Progressivement, le tabac est cultivé par tous sauf par quelques anciens engagés qui refusent de se mettre au travail de la terre. Les recrutés ne sont plus des chasseurs mais des laboureurs, des bêcheurs et des torqueurs de tabac. Après leur séjour en Europe, les associés « dressent au travail les nouveaux venus. Ils en font commerce les uns avec les autres, et se les vendent pour trois ans moyennant une somme convenue », de l’ordre de trente écus. Les acheteurs en tirent « les mêmes services que les Nègres19 ».

« Si un seul Habitant en possède plusieurs, il ne travaille plus par lui-même ; mais il désigne un commandeur pour les surveiller, moyennant deux mille livres de tabac qu’on lui abandonne, ou une part des produits quelconques de l’Habitation. Dès que le jour paraît, ce commandeur éveille ses gens par un coup de sifflet, il permet à ceux qui fument d’allumer leur pipe »

  • 20 Exquemelin Alexandre-Olivier, Histoire des Aventuriers flibustiers, qui se sont illustrés dans les (...)

13et il les conduit au travail qui consiste à cultiver le tabac ou à abattre du bois dans une « Habitation », ou « aux bons soins du gouverneur » pour défricher le terrain autour du fort. Armé d’un bâton, il frappe, comme un maître de galère sur des forçats, sur ceux qui cessent d’abattre de la besogne. « Malades ou non, il faut qu’ils travaillent. J’en ai vu battre quelques-uns au point que ces malheureux ne pouvaient plus se relever. On les jette alors dans un trou, et il n’en est plus question20. » La plupart ne leur donne rien à manger, ils cherchent la nuit des crabes et le jour quelques fruits dans les bois. Le scorbut est maladie courante, comme les maux d’estomac, la colique, les enflures des jambes, la fièvre. Des engagés malades sont tués à coup de hache, des centaines auraient été exterminés car trop paresseux ou souffrant de la faim. Les Anglais ne sont pas plus humains envers leurs hommes. Les engagés sont retenus pour sept ans au bout desquels on les enivre pour leur faire signer un nouveau bail de servitude. L’esclavage d’un individu peut ainsi se prolonger près de trente ans. Selon Oexmelin, Cromwell aurait vendu plus de dix mille Écossais ou Irlandais aux colons de la Barbade.

  • 21 Debien Gabriel, La société coloniale aux XVIIe et XVIIIe siècle - Les engagés pour les Antilles (1 (...)
  • 22 Smith Abbot Emerson, Colonists in Bondage - White servitude and convict labor in America (1607-177 (...)
  • 23 Revert Eugène, La Martinique, Paris, Nouvelles Éditions Latines, 1949, 559 p.

14À l’issue de leur engagement, si le sort leur a été favorable, certains engagés restent entrepreneurs de défrichements : ce sont presque toujours d’anciens bûcherons ou ouvriers du bois. Ils ont le gain du bois qu’ils abattent et débitent, et celui d’une ou deux récoltes sur un sol jeune et plein de feu21. Ils peuvent ensuite spéculer sur la valeur d’une terre proposée à des voisins désirant s’agrandir, ou désirée par de nouveaux venus de France qui veulent sans tarder se mettre à la culture. Mais, dans les colonies anglaises, un septième au plus des engagés deviennent propriétaires ou colons22. Dans les colonies françaises, les pourcentages ne sont guère meilleurs. Par exemple, à la Martinique, selon Revert, pour une des compagnies de l’île, « en sept ans, seuls deux engagés sont devenus maîtres de cases23 ». Les manœuvres agricoles, ouvriers professionnels peuvent penser devenir colon, mais pour les laboureurs, les journaliers, les bêcheurs et hommes de peine qui forment les gros rangs des engagés l’avenir est loin d’être assuré.

  • 24 Arch. Nat. : C9B 1. Mémoire envoyé à M. Bellinzani sur les boucaniers et l’état des établissements (...)
  • 25 Moreau de Saint-méry Médéric-Louis-Élie, Description topographique, physique, civile, politique et (...)

15Jusqu’en 1670, la main d’œuvre ne cesse d’arriver. Tous les colons qui n’ont pas de gros capitaux préfèrent les engagés aux esclaves parce que l’achat d’un Noir demande un plus grand débours. Mais lorsque les engagés se sont raréfiés, leurs préférences ont changé de couleur. En 1677, Saint-Domingue est séparée en établissements composés d’hommes armés « tant boucaniers que Habitants » et d’engagés sans arme. Mais, le nombre des engagés représente encore près de la moitié des individus. Par exemple, le quartier du Trou Charles Morin, établi depuis trois ou quatre ans, compte 450 hommes armés et 250 à 300 engagés ; celui du Grand-Goave, 80 hommes armés et 50 à 60 engagés pour cultiver la terre et chasser le sanglier ou le bœuf24. En 1685, dans la paroisse de La Limonade, bien qu’on commence à cultiver l’indigo et à défricher les mornes, près de cinq cents engagés sont encore sous les armes aux revues. Un seul navire transporte quelquefois dans la colonie « deux cents de ces hommes, que la flibuste, la débauche ou les travaux de la culture ont presque tous détruits ». Eux seuls, font produire la terre, les vivres et les denrées, car à cette époque, « il n’y avait point encore de Nègres à Limonade25 ».

  • 26 Girod de Chantrans Justin, Voyage d’un Suisse dans les différentes colonies de l’Amérique, 1782, P (...)

16Lors de la création d’une Habitation, le premier travail des esclaves est d’abattre les arbres pour commencer à bâtir la maison du maître. Une partie du bois abattu sert à construire leurs baraques et une autre est mise en réserve pour les divers bâtiments. Le reste est séché pour y mettre le feu et le consumer. Les premières exploitations sont implantées sur le bord de la mer, là où la forêt secondaire apparue après le départ des Espagnols est plus facile à défricher. La plupart des surfaces attribuées sont éclaircies sommairement pour permettre l’établissement. La technique utilisée est identique à celle utilisée par les Indiens. Mais pour maintenir un rendement correct de tabac, il faut défricher de nouvelles surfaces tous les trois ou quatre ans et laisser la première retrouver sa fertilité sous la forêt secondaire. Les espaces abandonnés par les planteurs de tabac sont occupés progressivement par les indigotiers. Cette culture est plus contraignante que la précédente. Le terrain doit être entièrement dessouché, le sol fait l’objet d’un soin minutieux de la part d’une main d’œuvre servile plus ou moins nombreuse. Pour procéder à la cuisson et à la cristallisation du sucre, le seul combustible est le bois. Il est donc indispensable qu’une certaine partie reste en bois debout et soit régulièrement abattue par les esclaves. Au fil des ans, les sucreries s’approprient toutes les plaines, tandis qu’apparaissent les premières plantations caféières, au cours de la deuxième moitié du XVIIIe siècle, qui se transforment en grandes exploitations. Les exigences du caféier, en ce qui concerne la chaleur et l’humidité, correspond à un étage écologique particulier, compris le plus souvent entre 300 et 800 mètres, voire 1 200 mètres d’altitude, c’est-à-dire celui de la forêt humide qui surplombe le domaine des Habitations sucrières. Le café est cultivé à découvert, sur de grandes surfaces déboisées, sans ombrage. Selon Girod de Chantrans26, en 1782, en moins de vingt ans, le quart de la superficie de ces montagnes est défriché.

  • 27 Debien Gabriel, « Dans un quartier neuf de Saint-Domingue ; un colon, une caféière (1743-1799) », (...)
  • 28 Debien Gabriel, « Plantations et esclaves à Saint-Domingue – sucrerie Foäche », Notes d’Histoire c (...)

17Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, lorsqu’un Habitant souhaite implanter une caféière dans les mornes, il engage pour quelques mois, voire un an un artisan charpentier, entrepreneur de défrichement à l’occasion, généralement ambulant, assisté de quelques esclaves noirs. Il jouera aussi le rôle d’économe et commandera tous les Noirs venus de la plaine et appartenant au maître d’Habitation. À Saint-Domingue, comme dans les îles anglaises, on préfère les « Noirs de Guinée », les « Bossales » plus aptes aux durs travaux de défrichements. Tous les bûcherons et défricheurs en sont. Sur la plantation caféière des Guiton de Maulévrier dans les hauts de l’Artibonite au quartier des Matheux, en 1779, l’atelier compte 77 esclaves, neuf hommes et femmes sont trop âgés pour les tâches ordinaires, cinq sont « défectueux », incurables ou infirmes. Il reste 53 travailleurs dont 9 domestiques employés dans la « grand-case ». Dix enfants de moins de dix ans ne sont pas encore mis « au jardin ». Sur les 43 esclaves « produisant », 19 sont « Nègres de hache » soit près de la moitié des individus valides travaillent en forêts, les autres assurent la plantation, le sarclage et la récolte du café. Tous ces hommes et femmes ont été acquis par petits groupes depuis quatre ans seulement ou amenés en dot par la maîtresse de maison. Le nombre de vieux et d’infirmes est important, ce qui montre la difficulté de trouver des bras à la fin du XVIIIe siècle, et surtout la rapide usure des travailleurs. Les colons comptent sur une moyenne de 15 ans de travail par esclave. Le « revenu demande de les mener dur27 ». Les nouvelles plantations de caféiers se font souvent à partir de « bois neufs » pris sur la forêt. Les techniques n’ont pas évolué au cours des siècles : pour l’abattage des arbres, on se contente d’une grosse équipe du « grand atelier ». Le feu et la hache sont utilisés couramment. Pour une habitation de 500 esclaves, le petit outillage comprend 314 serpes, 291 houes, 90 haches et truelles, masses piquoirs, barres28. Les petits arbres sont abattus, les gros sont brûlés sur pied pour qu’ils dessèchent sur place. On fait vite : on dégarnit de leurs branches basses les arbres que l’on veut tuer, on accumule ces branchages autour du tronc et l’incendie est mis au début de la saison sèche, en avril. Les arbres abattus sont très nombreux et de longs et durs dessouchages s’échelonneront sur les années suivantes pour faire une place à peu près nette. Mais, les gorges profondes et reculées des montagnes renferment des habitations éloignées de toutes communications et des grandes routes.

L’ouverture des communications à travers les Îles

18La plupart des îles antillaises sont entièrement boisées lors de l’arrivée des Européens. Les moyens de communications dans les îles sont très rares et très difficiles. Le plus souvent, le cabotage le long des côtes est le seul moyen de voyager d’une région à l’autre, en raison des chaînes de montagnes élevées qui traversent la plus grande majorité des terres. Seuls les chasseurs savent et osent s’y aventurer. C’est encore le cas de Saint-Domingue au début du XVIIIe siècle. Petit à petit, des voies sont ouvertes, de simples sentiers pour circuler à pied, à cheval, en chaise puis dans le meilleur des cas en voiture. Les grands chemins mesurent de 80 à 60 pieds, ceux de communication de 30 à 40. Le plus souvent, ce sont les corvées de Nègres ou les Nègres du Roi employés aux travaux d’intérêts généraux pour les Îles qui assurent le travail.

19Les hauteurs sont couvertes de deux sortes de bois : les « grands bois » des croupes, restes probables de la végétation primaire et les « bois tendres » des pentes, la forêt secondaire, plus touffus mais moins hauts. Les difficultés sont nombreuses, l’éloignement, la difficulté d’accès, dans les hautes terres négligées, aux pentes rudes qui n’ont pas connu la phase première des bûcherons en quête d’acajous ou de bois-chandelles, faute de chemins pour descendre les madriers ou même les merrains. Ici pas de vie pastorale pour débroussailler. L’entrée est une infiltration. Le titre de concession en poche après l’arpentage, les limites de la concession correspondent le plus souvent au « droit de hache ».

  • 29 Moreau de Saint-méry Médéric-Louis-Élie, op. cit., p. 11.
  • 30 Ibidem, p. 11.

20Le môle Saint-Nicolas est le premier port découvert par Colomb, le 6 décembre 1492. Il est resté pendant toute l’occupation espagnole, c’est-à-dire pendant près d’un siècle et demi, un simple lieu de relâche sûre. L’aridité de l’arrière-pays ne pousse guère les colons à s’y installer. Le port isolé devient le repère des bâtiments ennemis et des pirates. Ce sont les premiers habitants qui sont chargés de percer les chemins : 400 Acadiens « auxquels on donnait une ration29 » et des outils, des « hommes épars sans abri, mourant en grand nombre sous des buissons ». Nourris uniquement de biscuit et de vivres salés, ils sont incapables d’utiliser les haches. On fait appel aux esclaves du Roi logés hors de la ville, à la naissance des gorges, dans une trentaine de cases. Pendant vingt-cinq ans, trois cents Noirs sont utilisés pour les travaux de défrichements et de construction du port. Ils « sont d’une extrême économie […] quelques-uns de ces Nègres servent au Port-au-Prince à des travaux publics ; on en a employé des détachements à l’ouverture de divers chemins30 ». En 1766, le Môle a encore « pour population, 147 officiers ou employés du roi, 387 Acadiens, 106 hommes des régiments du Quercy, de Forez et d’Angoumois et 189 Nègres appartenant au Roi ».

21Les défrichements ont lieu dans des conditions difficiles. Dans la région du Môle, aucun grand arbre, mais uniquement des forêts claires d’arbres rabougris au bois très dur. Des gayacs, des bois de fer et du bois stercoraire sont mélangés à des cierges épineux de différentes espèces. Des colonies d’opuntias, buissonnants et arborescents dressent de toutes parts leurs touffes d’épines acérées. Sur ce sol aride et hérissé de cactus rampant, on voit à peine les branches grêles des mimosas ou des parkinsonia aux petites fleurs jaunes dissimulant les branches épineuses. Dans un premier temps, l’atelier dans son entier doit effectuer les premiers abattis, les premières constructions et un chemin pour se rendre au travail. Par la suite, sept Nègres sont laissés en permanence pour assurer la culture des vivres nécessaires aux défricheurs. À cet effet, les administrateurs réservent aux esclaves à plusieurs kilomètres du port, un terrain « plus fertile ». L’atelier étant augmenté en 1768, trente Noirs cultivateurs sont cantonnés à l’Habitation jusqu’en 1770. À partir de cette date, les limites de l’Habitation du Roi sont portées à 200 carreaux, mais seuls seize Noirs assurent tant bien que mal les cultures, parce que le surplus est jugé plus utile aux travaux. Cinq ans plus tard, quarante carreaux ont été mis en culture sur le total, dès lors on ne laisse que sept individus sur place pour entretenir uniquement la vaste bananeraie. En 1772, quatre esclaves charpentiers, six de haches, deux maçons et six manœuvres construisent l’établissement thermal public de Boynes, constitué de six cases de bois du pays et six bains de maçonnerie. Un particulier, M. Brabant se charge de fournir tous les bois de charpente nécessaires à la construction des bâtiments. Le plus gros de la main d’œuvre est composé par ses propres esclaves qui charrient tous les matériaux et ouvrent les voies d’accès. D’autres ateliers du Roi concourent à l’amélioration des conditions de vie des colons dans l’île. À Port-au-Prince, c’est à proximité du cimetière et de l’espace de la Providence qui sert d’exercice pour les troupes, que sont dressés les cases et les jardins des Nègres de l’atelier du Roi.

22Pour améliorer les communications entre la partie du Nord de Saint-Domingue et celle du Sud séparée par les montagnes de l’Ouest, les esclaves sont encore mis à contribution. En 1716, pour aller du Dondon au Mirebalais, il faut passer par le territoire espagnol.

« Les chemins étant quasi impraticables, il faut faire dix lieues sur les terres espagnoles, y coucher une nuit, et les six autres, être à la belle étoile, après avoir marché tout le jour, à l’ardeur du soleil. Il y a même des montagnes à passer, qu’il faut monter et descendre à pied, si l’on n’y veut pas courir le risque de la vie, les chevaux ne pouvant pas quasi s’y tenir. »

  • 31 Ibid., p. 11.

23En 1719, on ouvre quelques sentiers dans la partie française avec d’effroyables difficultés. Jusqu’en 1726, on ne peut parvenir au quartier de Plaisance, éloigné de douze lieues au Sud-Ouest de la ville du Cap, que par un sentier que « les chasseurs eux-mêmes ne connaissaient pas toujours ». D’épaisses forêts, des pluies abondantes, les obstacles de l’entrée et de la sortie de ce bassin, tout conspire contre ce séjour et en écarte les colons les plus hardis. En 1746, M. de Vaudreuil, gouverneur de la partie Nord de Saint-Domingue, décide de faire communiquer Plaisance au Cap. Mais ce n’est qu’en septembre 1750, qu’il fait travailler « les Nègres des diverses paroisses environnantes au chemin depuis le bas de la coupe de Plaisance, dans le Limbé, jusqu’à celle des Gonaïves ». Ce travail est conduit avec tant d’activité, qu’au mois de septembre 1751, le chemin du Cap aux Gonaïves est entièrement ouvert. Il servira jusqu’en 1 787 où il sera agrandi pour permettre le passage des voitures attelées. En 1750, cent esclaves noirs, issus encore de la corvée, sont rassemblés dans le Mirebalais, pour défricher à coups de haches, les huit lieues qui ne permettront que le passage d’un cheval. Trente ans plus tard, dans les montagnes de Vallières, une ordonnance demande que les chemins aient dix pieds francs de largeur pour permettre l’exportation du café et des autres denrées. Mais cette entreprise laisse perplexe, car « l’emploi de tous les Nègres à ce seul travail ne l’accomplirait pas en dix ans31 ».

24Au milieu du XVIIIe siècle, les montagnes domingoises sont encore considérées comme le refuge des Nègres marrons. Les pitons des Nègres, des Flambeaux, des Ténèbres et la crête à Congo sont des lieux où se cantonnent les fugitifs car ils sont jusqu’alors inaccessibles. Les concessionnaires sont effrayés par l’entreprise de défricher dans des montagnes où il faut gravir les pentes, à pied. Au cours des décennies suivantes, la création de nouveaux chemins à travers les régions boisées est toujours à l’ordre du jour pour « charrier les merrains, des essentes et même du bois à bâtir qu’il faut brûler sur place pour en être débarrassé ». En 1767, 600 Nègres sont proposés par les 40 nouveaux concessionnaires du canton des Anses-à-Pitre pour permettre la communication entre la Plaine du Cul-de-Sac et le Fond-Parisien.

25En 1770, pour le futur chemin du Fond-du-Diable reliant le Mirebalais à Port-au-Prince, les balisages sont effectués par des chasseurs mais ce sont cent Nègres de corvée qui travaillent pendant plus d’un mois au défrichement. Constamment, des ordonnances font appel à la corvée publique des Nègres : en 1762, pour faire des retranchements sur la côte de Limonade, ce qui nécessite de défricher la mangrove ; trois ans plus tard pour rétablir les batteries aux deux extrémités du bourg ainsi que les redoutes, ce qui coûte « 32 050 journées de Nègres » ! En 1781, pour ouvrir le chemin de la Brande, 75 soldats du régiment du Port-au-Prince et 60 du régiment du Cap, cent Nègres de l’atelier du Roi, cent de la paroisse de Plaisance et cent de celle des Gonaïves composent les ouvriers. En trois mois et demi, le travail est terminé et M. de Reynaud parcourt à cheval toute la route, accompagné de trente-deux personnes. Cependant, de nombreux Habitants se plaignent au ministre de la rapidité avec laquelle les travaux ont été entrepris et du prix que représentent pour eux les corvées. Ainsi, le projet d’un chemin de voiture est-il abandonné étant jugé inutile. Ce n’est qu’en 1787 qu’une route de voiture franchit les monts séparant la riche partie du Nord à celle de l’ouest qui se peuple de plus en plus. En montagne, la plupart des chemins anciens empruntent des ravines qu’il faut élargir, libérer des branches et des lianes des arbres environnants, débarrasser des tronc couchés et amoncelés à même le sol, jusqu’à la prochaine avalasse qui engorgera à nouveau de tous ces débris végétaux le chemin qui avait été débarrassé au cours des mois précédents. Dans le meilleur des cas, ce sont des « routes royales de chaises » qui se transforment lorsque le relief s’accentue, en chemin de cheval, avec une pente de quatre pouces par toise. Ce sont les esclaves noirs qui, à la serpe et à la hache, ont ouvert ces chemins escarpés. Si les voies d’accès se multiplient, les bords de mer sont de plus en plus peuplés, les villes s’agrandissent. Ces dernières, telle Port-de-Paix, sont sujettes à des maladies annuelles, qu’on ne peut s’empêcher d’attribuer aux marais et aux lagons qui les environnent. Les bourgades côtières sont les égouts des montagnes environnantes, si le débit des ruisseaux qui s’y jettent n’est pas suffisant. Les eaux dormantes croupissent et les émanations fétides sont apportées par les vents jusqu’au centre des villes. Lorsque la température augmente, les mangroves s’assèchent, l’air devient immobile et sa surface se couvre d’un nuage grisâtre dont l’infection avertit de ne pas approcher. L’idée surgit vite de couper les palétuviers qui gênent la circulation de l’air. Les conditions de travail des esclaves sont particulièrement pénibles dans ces régions marécageuses. En 1742, ils doivent défricher un chemin entre la mer d’un côté et les marais de l’autre. Le terrain est sablonneux couvert de mangliers. Les jours de haute mer, les vagues sont si fortes qu’elles entraînent hommes et chevaux. À marée basse, les eaux putrides des marais se déchargent vers la mer. La réflexion du soleil sur les eaux, la chaleur, la mobilité du sable et les exhalaisons de ces marais, rendent le travail particulièrement inhumain. À cette atmosphère de sous-bois nauséabond, s’ajoute l’air « converti en moustiques, en maringoins et en autre bigaille ». Dans les mêmes conditions, la même année, sera dégagé le chemin menant au bac de la Petite-Anse près de la ville du Cap, par la corvée des Nègres des paroisses qui doivent s’en servir. Six ans plus tard, les habitants de Port-Margot, obtiennent de M. d’Ennery, l’autorisation de réparer l’embarcadère, mais 14 000 journées de Nègres et 18 000 livres d’argent ne produisent qu’un très piteux résultat.

26Pour effectuer leurs corvées, les esclaves viennent d’Habitations plus ou moins éloignées. En 1739, un groupe de 30 Nègres a seize kilomètres de chemin à réaliser de Nippes à la Grande-Anse. Trois ans plus tard, le travail est loin d’être terminé car les esclaves consomment « tout leur temps à venir de chez leur maîtres et à y retourner. Dès lors, il est décidé que les hommes seront nourris sur les lieux et munis d’outils aux dépens de la caisse publique ». Les corvées représentent une « très grande charge » pour les Habitants, aussi certains essaient-ils d’en être exemptés en se proposant de construire eux-mêmes les voies pour un certain nombre de livres à condition qu’on leur accorde pour l’avenir, pour eux, leurs femmes et leurs enfants, l’exemption de tous droits et de toutes corvées.

L’exploitation des bois précieux

  • 32 Heers Jacques, Christophe Colomb, Paris, Hachette, 1981.
  • 33 Moreau de Saint-méry Médéric-Louis-Élie, op. cit., p. 11.

27À partir du XVIe siècle, les défrichements prennent de plus en plus d’importance, en particulier le long du littoral. De magnifiques forêts descendent vers la mer. Les palmiers sont nombreux, mais aussi les bois précieux. Au bord de la mer et à proximité de plages de chargement, les arbres offrent un profit immédiat. Ils sont exploités jour après jour dès l’arrivée des Européens. Pour C. Colomb, le bois brésil est « très demandé en Castille, en Aragon, à Gênes, à Venise et davantage encore en France, en Flandre, et en Angleterre ». En 1497, dans la convention signée par l’Amiral pour la préparation de son nouveau voyage, la couronne se réserve tous les métaux précieux et les bois de teinture. Rapidement, le brésillet ou bois de campêche qu’on trouve à Yaquimo dans la région d’Aquin, au sud de la presqu’île méridionale d’Haïti, disparaît. Découvert en 1494, il a été exploité dès 149932. C’est la première exploitation coloniale du Nouveau Monde. La ville de port du Brésil, située dans la plaine des Cayes, sera rapidement abandonnée en 160633.

  • 34 Bois-Saint Guaiacum sanctum L.
  • 35 Chaunu Huguette et Pierre, Séville et l’Atlantique (1504-1650), Paris, SEVPEN, t. IV (1 et 2), 195 (...)

28La coupe du bois d’œuvre et de teinture prend des proportions conséquentes. De 1569 à 1608, 404 tonnes de bois tinctoriaux sont envoyés vers les ports espagnols, 45,5 tonnes de « palo-brasil » sont en provenance de Cuba, 10,7 de Saint-Domingue et 3,6 de Puerto Rico ; du « palo-campêche » dont 7 tonnes sont issues de la Jamaïque et 150 tonnes de Cuba. De la même île, sont exportées, 34 tonnes de « palo-tinta » et 107 tonnes de bois tinctoriaux divers. Saint-Domingue en exportera 3 tonnes. En 1585, plus de 44 tonnes d’ébène de Cuba partent vers Séville, deux ans plus tard, près de 25 tonnes et en 1589, 50,6 tonnes sont expédiées de La Havane et 0,2 tonne de Saint-Domingue. Le bois d’ébène ou gras de galle est un arbrisseau de deux mètres à deux mètres cinquante de haut dont la tige rameuse souvent tortueuse est un peu plus grosse qu’une canne à sucre. Son bois dur, d’un pourpre noir jaspé de jaune, est recherché pour les ouvrages de marqueterie. Cet arbrisseau colonise les lieux pierreux, secs et arides ainsi que les bois. Il constitue souvent l’espèce dominante des groupements végétaux arbustifs. Mais les plus forts tonnages expédiés vers l’Europe sont atteints par le bois de gayac. De grandes quantités de bois-saint34, « propre à guérir les bubons » et la syphilis, se développent en telle abondance que 800 tonnes naviguent vers la péninsule ibérique de 1568 à 1608, dont près de 40 % sont expédiés entre 1581 et 159635, 1 % de Cuba, 1 % de Puerto-Rico et plus de 6 % de la Jamaïque. Les chiffres précédents ne couvrent qu’une partie du commerce transatlantique.

  • 36 Arch. Nat. : Colonies, F3 54, f° 1bis. Mémoire sur l’île de Saint-Martin, 1638.
  • 37 Hatzenberger Françoise, op. cit., p. 1.

29Le gayac et les bois de teinture représentent un tel intérêt économique, que les Hollandais au début du XVIIe siècle essaient de détruire « les bois de gayac et de charpente36 » de Saint-Martin et les Anglais parachèvent leur destruction avant 1750. La propriété de ces arbres fait partie de clauses des traités de paix37.

  • 38 Pluchon Pierre, Histoire de la colonisation française, des origines à 1815, Paris, Fayard, 1991.

30Dès 1501, les rois espagnols autorisent l’importation de captifs africains38. Indiens et Africains sont employés aux défrichements et à l’abattage des arbres servant à la menuiserie. La nature est hostile, Les plaines sont marécageuses. Les exploitations de bois brésil dans la presqu’île sud demandent davantage d’hommes serviles. Les surfaces exploitées et défrichées se multiplient. Ce ne sont jamais de grandes parcelles. Les esclaves sont employés à défricher les espèces d’arbustes ou d’arbres peu élevés, et ceux bons combustibles, utilisés pour alimenter les chaudières. Les moyens techniques de l’époque ne permettent ni un abattage intensif d’espèce de haute futaie, ni le transport sur de longues distances des arbres abattus. La plupart des essences abattues appartiennent à la forêt sèche primitive. Aucune des espèces expédiées vers l’Europe n’atteint dix mètres de haut. Il s’agit davantage d’arbustes que d’arbres.

  • 39 Acajou franc Cedrela odorata.
  • 40 Bois marie ou bois dame-marie Calophyllum calaba L.
  • 41 Bois trompette Cecropia peltata L.
  • 42 Arch. Nat. : Colonies, C9B 1666, Mémoire du feu Sieur du Clodoré, gouverneur de la Martinique touc (...)

31Au cours des siècles, les bois d’œuvre sont de plus en plus appréciés. Le bois est en outre utile pour les constructions, pour la machinerie et la tonnellerie. L’acajou39 est utilisé pour faire des essentes, c’est-à-dire des bardeaux dont on couvre toutes les maisons faute de tuiles ou d’ardoise, ou bien encore mis en planches pour fabriquer des meubles ou des plateformes à canons et des affûts. Les troncs des dame-maries40 donnent les mâts de la plupart des navires des « mers du Sud ». Dans les établissements où l’on manque d’huile ou de bois de chandelle, le bois-trompette41 est brûlé pendant la nuit sur une plaque en fer posée au milieu de la sucrerie pour éclairer les Noirs au travail. Si le bois vient à manquer à proximité des ports à la fin du XVIIIe siècle, il reste des arbres sur les hauteurs des mornes les plus reculés. « Il faut une centaine de Nègres avec des coutelas pour faire un chemin par ces broussailles42 » pour atteindre les parcelles exploitables. La mangrove est aussi de plus en plus exploitée. Les mangles du rivage servent de combustible. Les palétuviers qui couvrent les récifs de la rade du Cap-Français, située au Nord de Saint-Domingue, donnent du bois à brûler ou du bois de fardage.

  • 43 Dardel Pierre, Navires et marchandises dans les ports de Rouen et du Havre du XVIIIe siècle, Paris (...)

32Progressivement, les espèces recherchées se diversifient. Les bois exotiques recherchés comprennent un grand nombre de variétés depuis le bois de Sainte-Marthe et les bois de buis les plus répandus, jusqu’au bois de rose. Les ports de Rouen et du Havre enregistrent des importations comprises entre 1 100 000 à 1 400 000 livres pesant par an, au XVIIIe siècle43.

33Les montagnes de Baradères sont renommées pour la qualité de leurs bois servant aux constructions de la partie Ouest de la colonie. On y trouve de l’ébène et de très beaux chênes. La paroisse du Petit-Trou fournit une quantité prodigieuse de bois de campêche. Les esclaves le transportent au Cap, où il est vendu jusqu’à 180 livres le millier, « un Nègre pouvait donner ce millier dans une semaine ». Mais le transport n’est pas sans risque. Dans les mornes environnant, de très nombreuses pièces de bois sont perdues dans les crevasses. La chute résonne longtemps avec fracas sans donner une idée précise des profondeurs. Cependant, les îles relativement plates restent longtemps d’excellents lieux pour l’extraction du bois, facilement transportable jusqu’à la mer. C’est le cas de l’Île-à-Vache qui recèle beaucoup de bois de construction et d’ameublement. Le bois devenant rare, un Habitant, M. Lully de Fromencourt, décide d’en chercher, dans la petite île de la Gonave, située au large de Port-au-Prince. Les coupes sont tellement abusives qu’en 1767, les permissions sont abrogées en arguant que le bois est nécessaire aux troupes et au service du Roi. Une amende du quadruple de la valeur qu’on en tire et la confiscation des Nègres et des barques qui l’enlèvent sont les sanctions encourues. Cependant, pendant la guerre de 1778, M. Lully occupe encore 25 Nègres à la coupe du bois. Son bail étant expiré, quatre associés se proposent de fournir au Roi une quantité considérable d’espèces incorruptibles à la moitié du prix du cours mais avec 45 esclaves de l’atelier royal avec des vivres, des outils et des piqueurs. Le marché n’est maintenu qu’un an.

  • 44 Centre des Arch. d’Outre-Mer (CAOM), DFC Antilles étrangères no 99, carton 117, pièce 137, 1779. L (...)
  • 45 Arch. Nat. : Colonies, C9A 95. La Porte Lalanne au Ministre, du Port-au-Prince, le 31 mars 1754 : (...)
  • 46 Camus Michel-Christian, L’île de la Tortue au cœur de la flibuste caraïbe, Paris, L’

34L’exploitation de ces arbres demande beaucoup de main-d’œuvre servile. Quand la marine royale souhaite s’approvisionner en bois à brûler, poiriers-pays, angelin, olivier-pays, simarouba ou laurier-pays situés à 400 pas du bord de mer, pour ses bordages, courbes, mâtures, elle fait appel aux « Habitants riches ». Le travail nécessite des appareils, des chemins, des palans et des hommes. Contre « quelques propositions » du Roi, les arbres doivent être fournis « à tant le pied ». « Les Nègres sont plus propres à ce travail que nos Blancs européens et mal acclimatés, employés pendant trois jours à couper du bois dans les endroits les plus hostiles, dans les mangroves et dans des endroits, où le transport consomme un temps prodigieux ». À la crête des mornes, il est toujours difficile de tirer le bois à la mer. « Le hallage des pièces depuis l’endroit de la coupe jusqu’au bord de la mer est une exploitation pénible et coûteuse en hommes et en argent. » Rapidement, les esclaves sont exténués et malades. Des soldats sont sollicités, payés eux tant par corde44. En 1754, 70 milliers de bois de gayac sont envoyés de Port-au-Prince vers la France pour la Marine royale45. En 1771, l’île de la Tortue est affermée par le vicomte Choiseul-Praslin à un certain Labatut. Un brevet prévoit que tous les bois de gayac de l’île soient destinés à la Marine. Tous les autres bois peuvent être exploités au profit de Labatut. Deux cents esclaves encadrés par des contre-maîtres blancs débitent aussitôt les bois précieux, gayac et acajous ainsi que le bois de chauffage. Pendant sept ans, les ventes de bois à la marine et à l’artillerie rapportent des sommes considérables qui permettent à Labatut d’acheter l’île au vicomte46.

35Les quantités de bois sont si considérables qu’il « pourrait être vendu à très bon marché, si l’exploitation n’en était pas aussi difficile que dispendieuse ». Au Cap, les acajous constituent un excellent marché car ils sont proches de la mer. Ailleurs, « tous les transports se font à tête de nègres, ce qui oblige à équarrir et débiter les pièces sur les lieux sans pouvoir employer de moulins à scier, parce que les arbres des bois utiles sont presque toujours fort éloignés les uns des autres ». À la Martinique, dans l’anse du Céron et dans les environs du Fort-Royal, l’acoma, le balata, le noyer-pays et la savonnette jaune payés jusqu’à 12 pied-cube argent de France sont aussi « transportés à tête de Nègre dans l’intérieur du pays ». Pendant de longues décennies, ce type de transport va perdurer jusqu’à l’aube du XXe siècle. Le bûcheron débite à la hache les arbres pour obtenir des bûches d’environ 40 kg qu’il transporte ensuite sur sa tête en faisant, sur les longs parcours, des arrêts tous les 300 à 400 mètres, là les morceaux de bois sont déposés et l’esclave repart chercher les autres rondins un à un. Un esclave peut porter jusqu’à 10 tonnes de bois par mois.

  • 47 Acajou de Cuba Swietenia macrophylla King.
  • 48 Arch. du Serv. Hist. de l’Armée de Terre (SHAT) : 1M-1107, 1774. Mémoire relatif au quartier des G (...)

36Connu depuis le XVIe siècle, l’acajou n’est véritablement utilisé en Europe qu’à partir du XVIIe. Dès 1720, l’acajou se substitue au noyer pour la beauté de ses veinures flammées. On utilise d’abord une variété de Saint-Domingue, le Swietenia mahagoni, Réfractaire aux piqûres de vers, il présente un autre avantage appréciable : ses énormes billes permettent de débiter de grands panneaux d’un seul tenant ; de plus, il se fend ou se déforme rarement. À partir de 1750, l’acajou de Cuba47 tend à supplanter la variété de Saint-Domingue. Mais, près du Port-à-Piment, où les acajous à planches, sont encore extrêmement nombreux, les habitants les envoient à l’embarcadère par un chemin très difficile et en tirent un très grand profit malgré les travaux nécessaires pour tracer le sentier. Dans le quartier des Gonaïves, l’acajou est encore estimé. Quelques Habitants en font commerce avec beaucoup de bénéfice, mais vingt-cinq ans plus tard, l’exploitation devient très pénible en raison du grand éloignement de la mer48. Cependant Port-au-Prince est encore approvisionné par les Gonaïves, la Gonave, les Baradères. 1 500 000 livres-poids de gayac, acajou et campêche sont exportés de Saint-Domingue vers la France. À la fin du XVIIIe siècle, le bois manque dans les plaines. Il faut le chercher de plus en plus haut. En 1791, les Habitants hésitent à exploiter les bois des mornes. Il en est descendu tous les jours par des chemins dont la pente avoisine souvent les 15 %. Ce ne sont que montées et descentes, où les virages se suivent les uns après les autres, sans offrir un rayon suffisant pour permettre un passage aisé des plus longues pièces. Sur une Habitation, 16 000 pieds auraient pu rapporter 16 000 livres au Cap, mais qui apporteront un bénéfice inférieur à 6 000 livres en raison du « charrois ». La descente des troncs des arbres du morne de Jean Rabel est une exception. Le transport est réalisé par des chevaux et des bœufs jusqu’au môle Saint-Nicolas. Les esclaves noirs servent à éclaircir la forêt pour essayer de la parcourir et en connaître les ressources. Il faut « y employer beaucoup de temps et de Nègres ».

  • 49 Carmichael et Vidal, Notice sur les acajous de la baie du Honduras, Paris, Imp. Rue du conservatoir (...)

37L’acajou se vend d’autant plus cher, que l’arbre qui l’a fourni est vieux, parce que, plus il est âgé, plus il est compact, plus il est coloré et plus il est susceptible d’un beau poli. Plus vieux veut dire aussi plus imposant et difficile à exploiter. Son exploitation au Honduras, en 1845, donne une idée du travail des esclaves noirs dans les forêts antillaises puisque les hommes employés en Amérique Centrale sont des « Nègres caraïbes ». La difficulté première consiste à localiser les spécimens dans une forêt épaisse et ardue d’accès car les arbres sont isolés en îlots. Au début du mois d’août, ces hommes partent chacun dans une direction assignée avec un minimum de nourriture, farine et sel et la possibilité de chasser à l’aide d’un chien. Arrivés au point le plus élevé ; ils grimpent au sommet d’un arbre. Les feuilles de l’acajou, à cette époque de l’année, d’un jaune rougeâtre, leur indiquent les directions où les arbres sont localisés. Sans autre indication que les astres et leur propre instinct, ils se frayent à travers la forêt un chemin en ligne directe vers l’endroit où se trouvent les acajous, imprimant dans leur course, au moyen d’un bâton, des marques dans l’écorce tendre des arbres, afin de retrouver leur route. Ils sont particulièrement doués pour laisser des traces uniquement repérables par eux-mêmes. Arrivés aux arbres recherchés, ils les comptent et marquent leur nombre sur leur bâton. Leurs diverses observations une fois faites, sur les dimensions et la position des arbres, ils rejoignent le coupeur en chef qui attend le rapport des émissaires. L’exactitude des dires est vérifiée par des hommes de confiance à cheval, envoyés pour reconnaître le terrain conduis par le pisteur. Ils examinent la nature du terrain, pour évaluer les difficultés du transport. Celui-ci s’effectue grâce à des chariots à bœufs. Des escouades de 40 coupeurs sont composées, disposant de 6 chariots et 7 paires de bœufs par chariot, soit 84 bœufs et 12 conducteurs, 2 par chariot, 16 hommes pour couper la nourriture pour les bœufs et 12 pour charger l’acajou. Alors l’abattage commence. L’acajou, comme la plupart des espèces antillaises, est coupé très haut en raison de leur énorme diamètre de base. Pour l’acajou, trois ou quatre mètres du sol au moyen d’un échafaudage dressé par les coupeurs. Cette opération est très dangereuse. Quand une quantité suffisante d’arbres est abattue, le travail de transport commence. Une grande route est taillée dans la forêt reliant les différents chemins de traverse. C’est le travail le plus pénible des esclaves coupeurs d’acajou. Un certain nombre d’individus enlèvent d’abord les buissons et les taillis : ils doivent faire 100 mètres de route par jour. Une seconde compagnie vient ensuite, abat les plus grands arbres et nivelle le terrain en coupant les troncs au ras du sol ; ils sont souvent obligés pour y arriver complètement, d’avoir recours au feu. La tâche de ces derniers est aussi de 100 mètres par jour, bien que ce dernier travail soit le plus long et le plus difficile. Pour arriver à frayer ces routes, il faut abattre quantité d’arbres de bois précieux qui, pour la plupart, auraient de la valeur s’ils étaient transportés en Europe, on les laisse pourrir dans la forêt. Les routes sont terminées vers la fin décembre. On coupe les arbres en longueur convenable aux transports, et on charge les chariots. La grande chaleur oblige à faire les transports de nuit, à l’aide de torches. Les six chariots occupent avec leurs bœufs une étendue de route d’environ un demi-kilomètre. Le grand nombre de bœufs, les conducteurs à moitié nus, tous Nègres de stature herculéenne, portant à la main une torche ; le claquement des fouets, leurs cris, le bruit des chaînes résonnent dans le calme de la nuit. Quand la saison des pluies arrive et inonde les routes, les chariots doivent parvenir aux rivières devenues navigables. Là, les grumes sont guidées par des Noirs en barque49.

38En dehors de la pénibilité du transport, les esclaves craignent aussi le travail sur certains arbres dangereux. Le sablier est redouté en raison de ses propriétés vénéneuses. Une écharde est très douloureuse et leur suc particulièrement agressif pour les yeux. Certains bois sont très durs et difficiles à travailler comme l’acacia, le balata et le gayac.

39À la fin du XVIIIe siècle, la plupart des îles sont défrichées dans leurs régions côtières et dans une grande partie des mornes. Ce travail a été réalisé par les esclaves indiens, européens mais surtout africains. Travail obscur, jugé de peu de rapport par les Habitants et peu valorisant, il a été oublié mais sans lui aucune sucrerie, aucune caféterie n’aurait vu le jour.

La forêt, lieu d’espérance

40Quand le scandale du mal, incompréhensible, inexplicable surgit dans les sociétés traditionnelles, médecine et religion sont associées. Les soins du corps et de l’âme se rejoignent dans la forêt. La forêt apporte les nourritures temporelles et spirituelles. Lorsque les esclaves souffrent de l’âpreté de leur existence, la forêt leur fournit à la fois un espoir et un refuge. Elle est aussi un moyen de retrouver le passé, de rejoindre l’univers des Ancêtres et les souvenirs d’un Monde trop éloigné, mais toujours présent : l’Afrique.

Les arbres de la forêt, objet de culte

41Malgré la dégradation de leur humanité, les esclaves parviennent à reconstituer la mémoire de leur passé pour retrouver leur dignité. Ils font appel aux dieux de l’Afrique toute entière identifiée souvent à la Guinée, qui va représenter l’ensemble des tribus africaines. La religion vaudou, développée aux Antilles, dès les débuts du commerce triangulaire, permet aux esclaves de garder le contact avec l’Afrique et de recomposer un espace où ils s’efforcent d’échapper au pouvoir du maître.

  • 50 Juhé-Beaulaton Dominique, « Arbres et bois sacrés de l’ancienne Côte des Esclaves », Histoire d’Afr (...)
  • 51 Chatillon Marcel, « Évangélisation des esclaves au XVIIe siècle d’après les lettres du RP Jean Mon (...)
  • 52 Verger Pierre, Dieux d’Afrique – Culte des orishas et vodouns en Afrique et à Bahia, la baie de to (...)
  • 53 Boabab Adansonia digitata L.

42Le culte vaudou est une transposition d’une religion africaine issue de la côte des Esclaves située dans le golfe de Guinée (dans le sud du Togo et du Bénin) et du Congo. Cette région regroupe des populations appartenant à une même aire culturelle dénommée Aja-tado, pratiquant le culte Vodun où le règne végétal occupe une place fondamentale. La plupart des populations sont issues, au XVe siècle, du Nigeria. Après une étape à Kétou au Bénin puis à Tado au Togo, des migrants créent à Allada un royaume. Des querelles de succession, vers 1600, entraînent leur dispersion pour former les royaumes Fon au Nord et Gun au Sud50. Dès 1682, le R. P. Mongin précise à propos des esclaves antillais venus du golfe de Guinée : « Ils croient qu’il y a un être qui a tout fait et qui envoie la pluie pour faire mûrir leurs vivres […]. C’est quelque chose de caché et qui est fait comme nous. Ceux qui sont d’Ardres (Dahomey) ou Arada l’appellent Boudou (vaudou)51. » Chez les Fons, au Dahomey, patrie du vaudou, ce dieu suprême s’appelle Mahou. En Afrique, selon Verger, « l’orisha ou vodoun est une force de la nature, une chose d’aspect surnaturel, un phénomène puissant, qui a été établi, fixé par les soins d’un être humain en un lieu déterminé52 ». La fixation du vodoun demande des éléments très nombreux comme des terres et des feuilles. Les plantes sont considérées comme les enfants du ciel et chaque divinité ou vodoun a ses plantes et ses autels, eux-mêmes indiqués par des plantes caractéristiques. Un certain nombre d’espèces végétales sont prédestinées à abriter des vodoun. Les arbres « sacrés » se reconnaissent à la présence d’un pagne blanc accroché à leur tronc et aux poteries où sont disposées des offrandes. En Afrique, parmi d’autres arbres, le baobab53, le plus gros d’entre eux, aux grandes fleurs blanches et au bois très léger, sert de résidence au vodun.

  • 54 Meslin Michel, Connaissance et richesse des religions des sociétés traditionnelles, Mission de l’E (...)

43Les dieux sont en relation avec les Ancêtres. Ces derniers sont des esprits humains. Ce sont des personnes adultes décédées d’une « bonne mort ». Mourir d’une maladie impure comme la lèpre ou d’épilepsie, d’un accident comme la chute d’un arbre empêche d’entrer au lieu des Ancêtres. Une personne accusée de sorcellerie ne peut avoir une bonne mort. La dernière condition est d’avoir mené une vie irréprochable. Ceux qui ont les qualités pour devenir Ancêtres vont dans un lieu particulier où il n’existe aucune difformité, ni souffrance d’aucune sorte. Le corps doit donc arriver entier. Les Ancêtres ne sont pas des Dieux, mais sont vénérés. Il leur est simplement demandé des faveurs. La vie éternelle est une succession de générations « où les Ancêtres viennent guider l’action de leurs descendants, les vivants54 ».

  • 55 Appellation courante des divinités d’origine yoruba. À Cuba, orixa est le nom donné aux divinités (...)
  • 56 Bastide Roger, Le candomlé de Bahia - rite nago, La Haye, Mouton & C°, 1958.
  • 57 Les loa ou Lwa sont encore appelés anges ou des mystères.

44Esclaves, isolés de leur patrie d’origine, les Africains croient, en général, à deux divinités, l’une bonne qui favorise les hommes et qui a enseigné à leurs ancêtres la culture des terres. Ils regardent la seconde comme l’auteur de tous les maux qui affligent l’humanité. Les dieux sont censés suivre un itinéraire précis en traversant les mers pour finalement débarquer aux Amériques. Cette liaison est représentée par « le mythe symbolique d’un arbre dont les racines traversent les océans pour rejoindre les deux mondes ». C’est le long de ces racines que les orixa55, les divinités, viendraient lorsqu’on les appelle56. Les loa57 ou Ancêtres les plus importants vivent en « Guinée », sorte de Walhalla non localisé que les loa quittent quand ils sont appelés sur Terre, pour une cité dominguoise mythique : Ville-aux-camps qui se situerait près de Saint-Louis-du-Nord. Les loa sont des divinités, des esprits ou des génies du panthéon vaudou et vont avoir progressivement leur doublet parmi les saints de l’Église catholique. Le Loa-racine est le Loa qu’on hérite de la famille.

  • 58 Métraux Alfred, Haïti : la terre, les hommes et les dieux, Neufchatel, La Baconnière, 1957.

45Les loa fréquentent aussi les montagnes, les rochers, les cavernes, les sources et les mares. Ils sont également présents dans les arbres-reposoirs. Chaque loa a son essence favorite : le médecinier-béni est voué à Legba, le palmiste à Ayisan et aux Jumeaux, l’avocatier à Zaka, le manguier à Ogou, le bougainvillier à Damballah58, etc. On reconnaît que l’arbre est le « reposoir » d’une divinité aux cierges qui brûlent à son pied et aux offrandes déposées entre ses racines ou accrochées à ses branches. La déesse Ayizan s’occupe de toutes les plantes et le dieu Loko règne sur la végétation, protège les bois et est sensée enseigner la connaissance des propriétés médicinales des herbes.

46Tous les esclaves ont les mêmes espérances. Ils n’ont d’autre idée du bonheur céleste que le plaisir de revoir leur patrie, où chacun retournera après la mort. Cette pensée les console et rend leur misère plus supportable. Ceci explique l’importance des cérémonies mortuaires. À la Martinique et à Saint-Domingue se développent, au XVIIIe siècle, de gros baobabs dont la croissance est rapide. Ce sont des espèces introduites. Cela laisse supposer que les premiers esclaves ont emporté et caché, avec probablement des espèces comestibles, des graines dont le poids empêche tout transport par le vent, au cours de leur traversée de l’Atlantique. C’est le seul moyen, pour ces êtres qui n’ont aucun espoir de retour, de rester en contact avec leurs Ancêtres et leurs dieux. Cependant, il a probablement fallu pour les premiers arrivés, trouver sur place une espèce proche pour attendre un éventuel développement des semences divinisées. On peut expliquer ainsi, le rôle important qu’a pris le fromager ou mapou dont l’imposante taille n’est pas sans rappeler celle du baobab. Mais, dès le XVIIIe siècle, les esclaves du Sénégal réussissent à creuser les véritables baobabs et en font des caveaux de sépulture pour déposer leurs « cadavres ». L’arbre, est alors appelé à Haïti, arbre-zombi.

  • 59 Conyse odorante Pluchea odorata L.
  • 60 Les Gédé, divinités des morts, règnent sur les cimetières. Leur chef de file est Baron Samdi, (ou (...)
  • 61 Verger Pierre, Flux et reflux de la traite des Nègres entre le golfe de Bénin et Bahia de todos os (...)

47En même temps, s’organisent dans des lieux retirés, généralement des forêts, de grandes réunions mystiques. Certains Nègres de Guinée offrent la conyse odorante59, arbrisseau aux fleurs purpurines à leurs dieux et en brûlent en se prosternant ou proposent à chaque assistant une tige de palmier nain pour donner plus de majesté à l’événement. À Souvenance, aux environs de la ville des Gonaïves, les esclaves marrons d’origine Fon et Yoruba, ont coutume de prendre des bains curatifs dans la rivière au pied d’un mapou, résidence du Iwa Dambala Wedo, génie qui sait accorder des richesses et des protections à ses serviteurs. Dans la plaine du Nord, un autre arbre sacré, se dresse à l’endroit où un étang boueux s’étale une fois par an sur un terrain desséché, près du centre du village. On dit que la boue de cet étang a, comme l’eau de Saut d’eau, des vertus curatives. Le mapou est la résidence symbolique des divinités du vaudou, en particulier des divinités de la mort60. Les âmes de ces colosses errent la nuit sur les routes, et leur forme monstrueuse terrorise les voyageurs. Certaines nuits de l’année, les « âmes » des « mauvaises plantes » se réunissent au pied de ces derniers et y tiennent une sorte de sabbat pendant lequel elles discutent de crimes à perpétuer. Aussi comprend-on pourquoi le bûcheron qui s’apprête à abattre un arbre frappe le tronc du revers de sa hache afin d’avertir l’âme qui l’habite, pour lui donner le temps de s’en aller. En honorant les dieux, les esclaves cherchent à accroître et à maintenir la fertilité de leurs champs de vivres. Les chants et les danses appelées danses-loa « qu’ils peuvent pratiquer en public ne sont autres que ceux qu’ils ont amenés de leur pays natal et qui s’adressent à leurs dieux, rituellement dans leur langage, à l’insu de leurs maîtres qui ne voient là que les Nègres dansant joyeusement au son de tambours et de clochettes61 ».

  • 62 Robart Guy, Végétation de la république d’Haïti, Thèse doctorat ès Sciences, Université scientifiq (...)
  • 63 Fromager ou mapou Ceiba pentandra (L.) Gaertn.
  • 64 Adan signifie colère.

48Pour éloigner les esprits mauvais, le malheur, rompre le pacte entre complices au royaume des esprits, il faut empaqueter le symbole de la coalition et l’enterrer au pied d’un arbre. Après conciliabule, l’objet sera déterré et détruit ce qui mettra fin au problème. On peut aussi attacher les mauvais esprits, à travers leurs symboles, en les suspendant aux arbres dans des lieux désignés ou en les jetant dans les buissons du malheur. Aujourd’hui, la survivance d’arbres isolés dans les mornes haïtiens, dans des régions entièrement défrichées, ne peut s’expliquer que par un respect d’ordre religieux62, qui rappelle les bois sacrés de l’Ancienne Côte des Esclaves. La forêt, objet de culte, est source de bienfaits, de résolution des maux en étant un lien avec les Ancêtres. C’est le moyen de retrouver la patrie d’origine après la mort. Certains Africains ont certainement réussi à retourner vers leur terre d’origine de leur vivant, car les savanes guinéennes contiennent de nombreux fromagers ou mapou. Ce n’est pas une espèce locale mais introduite. À Allada, un fromager63 a été également planté afin « d’enterrer la colère », l’arbre s’appelle Adanhunsa64, l’arbre de la colère. Les Ancêtres antillais ont peut-être ainsi rejoint ceux du continent d’origine !

La forêt fournit les poisons pour échapper au quotidien

49Vers le milieu du XVIIIe siècle, les esclaves disposent de ressources symboliques suffisantes pour entrer dans une confrontation directe avec le système esclavagiste. Des leaders rebelles apparaissent au cœur de diverses confréries du vaudou ; ils se déclarent invulnérables grâce aux puissances magiques que leur procurent les « esprits » qu’ils honorent. Des rumeurs d’empoisonnement emplissent la vie quotidienne ; des maîtres périssent et certains esclaves tenus pour magiciens et sorciers, connaissant plantes vénéneuses et maléfices, sont accusés. Le nom de Makandal est celui d’un esclave devenu manchot au cours de son travail dans une sucrerie. Leader célèbre en 1758, il passe pour disposer du pouvoir des poisons. Ainsi estropié, il ne peut pas devenir Ancêtre, à moins qu’il ne sauve son peuple. Makandal va devenir synonyme de « magicien » et de « sorcier », pour lui et ceux considérés comme ses disciples. L’empoisonnement représente une vengeance, un moyen d’assouvir sa haine, de mieux supporter le quotidien et d’acquérir l’éternité. Plutôt que de tuer leurs maîtres, le plus souvent, les Noirs vont préférer supprimer leurs esclaves. Pour ne pas être soupçonnés, ils tuent leur propre famille. Rarement, ils essayent leurs breuvages sur les Blancs, car ils sont persuadés que leurs effets dépendent uniquement de la puissance de leurs dieux et n’ont aucun pouvoir sur les Européens.

50La manipulation des poisons demeure un trait constant, un trait uniforme de toutes les cultures africaines. Makandal fait naître l’espoir dans le peuple. Des esclaves marrons deviennent des maîtres d’école dont les élèves, assis devant eux apprennent à manipuler les végétaux, les champignons et les glandes à venin pilées. Les hommes ont pour eux un respect mêlé de crainte. Ils parcourent les îles et rapportent des herbes aux poils vénéneux, des animaux marins, des serpents, des crapauds. Tous ensemble plongent dans leur mémoire collective, essayant de percer les brumes du passé pour se remémorer les leçons apprises dans leur jeunesse, les formules, préparations et ingrédients qui pourraient être retrouvés avec les plantes et les animaux de leur nouvelle terre. Ils sont les élèves des anciens, des hommes et des femmes vivant retirés dans les grottes et les forêts, qui ont conservé la science apprise en Afrique, et aussi celle acquise auprès des descendants de ceux qui ont connu les derniers Arawaks et Taïnos. Des Indiens fugitifs ont diffusé leurs connaissances de la flore locale auprès des premiers esclaves africains. Chez les Taïnos, des prêtres étaient les interprètes de la volonté divine. Les Buhiti ou appelés aussi Zémis servaient d’augures et de devins. La plupart d’entre eux étaient de « grands herblitis », connaissant les propriétés de plusieurs herbes et arbres et parce qu’ils guérissaient leurs congénères. Ils portaient toujours un zémi comme objet de culte. À l’abri des grottes des régions forestières, les esclaves africains étudient les ingrédients, les fruits au jus rouge qui noircissent à l’air, les lézards desséchés, les insectes venimeux. Ceux dont ils ont, après des années d’expérience, observé les effets, ils les mettent dans un vieux mortier, les écrasent pour en faire la « mort ».

51Lorsqu’au XVIIIe siècle, des bêtes sont mortes, les unes après les autres, des planteurs consternés ont fait appel aux meilleurs savants, des herboristes, pour qu’ils parcourent les pâturages à la recherche des herbes toxiques des champs. Des jours et des semaines ont été nécessaires pour trouver la plante coupable. Mais, la rumeur s’est répandue : « Du poison est entré dans les maisons. » Le poison est partout, dans le pain, dans les fioles de remèdes, dans les barils de bière arrivant tout droit du port et que l’on boit car on n’a pas confiance en l’eau du puits. Petit à petit, la terreur des Blancs se transforme en condamnation des Noirs, condamnation de ceux soupçonnés de connivence avec les empoisonneurs. Un édit royal interdit à tout esclave de confectionner des remèdes, ou de soigner quoi que ce soit à l’exception des morsures de serpent. Cependant rien n’arrête le fléau ; des centaines d’esclaves meurent. On ne parle que de complots séditieux, de meurtres mystérieux et de catastrophes à venir.

52Dès 1704, à Saint-Domingue, Auger, gouverneur, statue sans révéler de motifs profonds et véritables :

  • 65 Moreau de Saint-méry Médéric-Louis-Élie, Lois et constitutions des colonies françaises de l’Amériq (...)

« Sa Majesté ayant fait des règlements et ordonnances contre les danses et assemblées de Nègres, qui se font de nuit, les dimanches et fêtes pendant le service divin ; à quoi nous trouvons peu d’exactitude de la part des habitants et maîtres d’esclaves, c’est pourquoi il est du service du roi et d’utilité publique de renouveler la publication desdites ordonnances65. »

  • 66 Labat R. P. Jean-Baptiste, op. cit., p. 9.

53À la suite de quoi, il est interdit que les esclaves battent le tambour pendant le service divin ou pendant la nuit, ou tiennent des assemblées tumultueuses. Cette mesure purement formelle, sera répétée sans cesse. En 1772, une nouvelle ordonnance interdit encore une fois « toutes espèces d’assemblée et d’attroupement d’esclaves » ainsi que « les danses de nuit ou kalendas ». Les Kalendas appartiennent au cérémonial vaudou et sont déjà apparues dans la législation de la colonie en 1 765. Le quartier de la Marmelade devient le théâtre des faux prodiges d’un prétendu magnétisme. « Les Nègres s’y rassemblent la nuit en des lieux écartés, et, ce qui est plus illicite, en troupes très nombreuses. » En 1786, un nommé Jérôme ou Poteau, initie les esclaves à des mystères chimériques dans des assemblées nocturnes, tenues dans des endroits secrets. Il leur vend des maman-bila (petites pierres calcaires) contenues dans des sacs appelés fondas, des graines rouges et noires d’une espèce d’acacia qu’il nomme poto, mais surtout des bâtons appelés mayombo, où l’on introduit de la poudre des mamans-bila, au moyen d’une vrille, ce qui leur donne la vertu de battre, sans danger pour soi, un autre Nègre dont le bâton n’a pas de mayombo. Le père Labat donne, beaucoup plus tôt une origine à ce comportement, dans un faitdivers répété en Afrique. « Ceux qui sont sorciers, note le Père, font des bâtons auxquels ils attachent un sort, qui a la vertu d’imprimer une douleur violente et continuelle à la partie qui a été touchée sans qu’on ait trouvé jusqu’à présent aucun remède contre ce mal66. » Parallèlement, en 1779, le lieutenant-colonel Desdorides, dans la partie sud de Saint-Domingue, voulant montrer le caractère craintif des Africains écrit dans un mémoire destiné au secrétaire d’État à la Guerre :

« Les Nègres et les Négresses sont si peureux que leur imagination seule les effraie. Qu’une Négresse entende derrière elle le bruit de son jupon, dans un moment où elle pense aux zombis, elle n’ose plus regarder derrière elle et se met à courir de toutes ses forces jusqu’à ce que ses esprits se soient rassis. Les zombis sont ceux que nos nourrices et nos bonnes nomment des revenants. »

54À Saint-Domingue, un zombi est un individu dépourvu d’âme, mis en état cataleptique par un sorcier sachant utiliser des substances toxiques. Cet homme ou cette femme, est enterré vivant, pour ensuite être déterré.

  • 67 Davis Wade, Vaudou ! Paris, Presses de la Cité, 1987.
  • 68 Ibidem.

55Les zombis sont des « morts vivants ». Mais, les morts ne ressuscitent pas, c’est une apparence de mort produite par une drogue. Parmi les Africains, un petit groupe d’initiés connaissent les effets d’une drogue et de son « antidote ». Le toxique détruit la partie du cerveau qui commande la parole et la volonté. La victime peut se mouvoir et agir, mais ne peut formuler aucune pensée, provoquant un état léthargique indiscernable de la mort. La connaissance des plantes et des formules est un secret conservé dans certaines familles. Le poison permettant de créer les « zombis est constitué à base de crapauds et de vers marins mais aussi des fruits de deux plantes, une espèce d’albizzia appelé par les Haïtiens tcha-tcha qui pousse partout dans le pays, et le pois-gratter qui appartient à l’espèce du Mucuna pruriens et dont la gousse est hérissée de poils très urticants donnant l’impression d’avoir des éclats de verre sous la peau67 ». Ces espèces appartiennent à la famille des légumineuses dont plusieurs sont toxiques. Les graines de mucuna seraient psychotropes et il existe en Afrique centrale, une espèce de mucuna employé comme poison pour les flèches. L’Albizzia lebbeck vient d’Afrique occidentale et a été introduite aux Antilles comme arbre d’ombrage68. Certaines tribus africaines emploient les graines pour perturber la respiration des poissons pour qu’ils remontent à la surface et soient plus faciles à prendre sans que la chair ne soit affectée. Si le poison est efficace, « l’antidote » ne l’est pas ! Le zombi est un individu qui a été reconnu fautif d’un acte grave. Son cas a été étudié auprès d’une assemblée secrète. Jugé coupable, il n’est pas condamné à mort, mais à entrer dans le monde des zombis.

56Des hautes forêts des Antilles, les « Nègres empoisonneurs » ont ainsi tiré « un parti funeste » à la fois pour punir leurs maîtres, rendre justice dans la population blanche mais aussi dans celle des Noirs. Pour Makandal, elles ont été un lieu d’espoir de rachat, sorte de « rédemption », d’espérance d’être un Ancêtre malgré l’amputation d’une partie de son corps. Pour cela, il fallait essayer de sauver ses congénères de l’emprise de leurs maîtres.

La forêt produit vivres et médecines

57Certaines plantes mortelles peuvent, à faible dose, être de grand intérêt pour soulager les malades. C’est le cas d’une belle liane aux couleurs jaspées, l’aristoloche, aux propriétés délétères et du gouaré abondant dans les forêts vierges des Grandes Antilles. Mais, la forêt fournit aussi la nourriture que les maîtres avares ne donnent qu’avec parcimonie. Les esclaves vont chercher dans les bois, des simples, des résines, des feuillages pour envelopper leurs denrées.

58Les Noirs pratiquent tout d’abord la cueillette des fruits sauvages. À cela, s’ajoutent d’autres parties recherchées des plantes. Les jeunes bourgeons de l’anacardier qui se rencontre fréquemment sur le bord des rivières, fournissent une fois cuits un aliment qu’ils joignent à leurs calalous. Les noyaux sont rôtis sous la cendre pour en récupérer l’amande au goût agréable et les fruits mûrs sont mangés une fois candis avec de la canne à sucre. Les fruits du caïmitier sont rafraîchissants et désaltérants, grâce à leur pulpe laiteuse au goût sucré. Ils ne sont pas les seuls ! Les jeunes esclaves sont friands des fruits du goyavier qu’ils mangent avec gloutonnerie accroupis au pied des arbres que l’on trouve facilement dans les forêts où ils se multiplient facilement grâce à leurs grandes facultés végétatives. Ils apprécient aussi les amandes qui succèdent aux fruits du bois-trompette qui apparaît dans toutes les clairières, et les baies acides et jaunes du moureiller qu’ils disputent aux oiseaux dans les forêts sombres. Les créoles apprécient la saveur douceâtre et mucilagineuse de la baie du corossolier qu’estiment moins les nouveaux Bossales débarqués. De juin à septembre, quand ils le peuvent, les esclaves s’échappent pour récolter les fruits de l’icaquier.

  • 69 Descourtilz Michel-Étienne, Flore médicinale des Antilles, Paris, Casimir, 8 vol. 1821-1829.

59Mais la forêt permet aussi de soulager les ulcérations externes et internes. Le rocou fournit aux esclaves le moyen de se débarrasser d’une des causes de leurs infirmités, les chiques, petits insectes qui se logent sous les ongles des pieds et provoquent des démangeaisons douloureuses et insupportables. Non extirpées, elles se multiplient, causent des plaies et quelquefois la gangrène. Les Noirs recherchent la conyse odorante pour l’utiliser en cas de blessures faites par des animaux venimeux. Pour soigner d’autres affections cutanées, les dartres vives et les ulcères, les esclaves laissent infuser dans du vinaigre des graines de stramoine-trompette qu’ils se procurent dans les mornes frais. Quant au suc qui s’écoule du tronc du bois-trompette, il leur permet de panser leurs blessures courantes. Les esclaves attribuent à la pellicule interne du tronc, la propriété de guérir en moins de neuf jours les chancres qui ne sont pas vénériens69, en renouvelant son application matin et soir. Le fruit vénéneux de la noix de serpent, est employé à la dose de deux grains pour soigner leurs crises de fièvre quarte. Les Nègres marrons recherchent dans les épaisses forêts humides, le fruit du corossolier à maturité, comme remède contre la dysenterie en le coupant en rondelles dans une tisane. Ils apprécient aussi les fruits mûrs du génipayer qui leur permettent de se désaltérer après de longues marches. Les feuilles de l’icaquier qui se développe près des rivières des mornes humides, fournissent aux jeunes filles, prostituées aux nouveaux débarqués, une décoction. Elles l’utilisent en bain de siège pour sa propriété de resserrer le « conduit de la pudeur » et de promettre une conquête difficile au soupirant. Ainsi livrée à leur nouvel amant, leur innocence est mise à l’abri et les reproches de « filles faciles » sont écartés. Pour se débarrasser du fruit d’une relation illicite, les esclaves qui redoutent la fureur d’un Blanc avec lequel elles vivent, absorbent des extraits d’osmonde, une fougère de la forêt dense humide. Pour endormir un amant embarrassant, les Négresses utilisent la stramine ou datura pour voler vers d’autres bras. En cas de maladies vénériennes comme la gonorrhée, les esclaves guérisseurs proposent des tisanes à base de racines d’acomas qui poussent naturellement dans les forêts antillaises. Les esclaves qui ne souhaitent pas allaiter leurs enfants, emploient le fruit écrasé du bois-corail appelé aussi mort aux rats, saupoudré de sel comme cataplasme « anti-laiteux » appliqué sur les seins. Elles trouvent l’arbrisseau dans les mornes escarpés, sur le bord des ravins.

  • 70 Dutertre R. P. Jean-Baptiste, Histoire générale des Antilles habitées par les Français, Fort-de-Fra (...)

60La forêt fournit aussi les ustensiles, le matériel et les matériaux qui soulagent l’âpreté de la vie quotidienne. Le calebassier à feuilles longues offre ses fruits mûrs que chacun peut transformer en ustensiles émaillés de rocou, ou d’indigo préparé avec de la gomme d’acajou. Les arbustes épineux qu’on rencontre dans les mornes permettent de produire du charbon de bois, qui peut être revendu sur les marchés. Les feuilles de balisier des forêts denses humides améliorent le couchage. Après que la grosse côte ait été retirée, elles sont placées sur une sorte de claie de branches d’arbres entrelacées et servent de paillasse, une fois surmontées de haillons70. Ce procédé est identique à celui adopté dans les cases africaines ! Pour protéger les aromates rangés dans leur panier, les esclaves les emballent dans des feuilles de gomart, le plus beau et le grand arbre des îles, dont ils utilisent le bois pour s’éclairer. Le panier est souvent confectionné avec les lianes souples de la bignone. Les autres lianes leur servent de cordage. En revanche, la cacone qui court d’arbre en arbre dans les montagnes, fournit des fruits dont les Noirs vident les graines de leur amande pour confectionner des bourses pour leurs petites pièces d’argent en adaptant à l’ouverture du haut un liseré de bois d’acajou ou de citronnier, qui ferme l’entrée au moyen d’une coulisse. Avec le bois très dur du gayac, les Noirs confectionnent des pilons et des mortiers pour y préparer leur maïs et leur mil journaliers.

61La terre fournit aussi « un tuf rouge, jaunâtre, très commun ». Récolté ou acheté secrètement sous le nom de couac, il rappelle la terre qu’ils absorbaient en Afrique. Les esclaves n’oublient pas le continent d’origine et font souvent appel aux superstitions et aux amulettes pour conjurer le sort et se protéger de différents maux. Certains portent mystérieusement sous leur tanga deux graines de bonduc, à une certaine distance l’une de l’autre pour éviter les hernies. Mais les esclaves auraient aussi apporté d’Afrique aux Antilles la téphrose qui s’est acclimatée dans les forêts sèches et ensoleillées. Poison mortel mélangé aux mets de leurs maîtres, elle leur aurait permis de se venger ! Les vieux Nègres de la côte de Guinée emploient le bétel, un poivre âcre issu des hautes forêts des Grandes Antilles, pour parfumer leur calalou, les bouillons et les ragoûts à cause de ses propriétés stimulantes.

62Plusieurs espèces d’ignames, l’igname Saint-Martin en particulier, l’igname-bois, l’igname oua-oua peuvent pousser spontanément comme les choux caraïbes, tel le chou milon ou malanga cochon à la saveur brûlante. Le médicinier à cassave croît dans les clairières bien exposées. Dans toutes les forêts, le sol est panaché de la couleur variée des différents haricots qui s’entremêlent aux lianes au dessus des ravins. Le rhizome de l’osmonde appelé goira est râpé et mis à macérer dans de l’eau pendant vingt-quatre heures en remuant pour obtenir une matière visqueuse jaunâtre et féculente qui surnage. Étalée sur une plaque de fer, elle est cuite comme le manioc pour améliorer le quotidien.

  • 71 Delaporte abbé Joseph de, op. cit., p. 9.

63Les crabes de terre, de mer ou de rivière sont une ressource ordinaire en protéine des Noirs. Ils les appellent cériques ou tourlouroux. Ces derniers sont des espèces d’écrevisses amphibies plus ou moins rouges. Les cériques vivent dans l’eau douce ou de mer. Gros comme le poing, ces crabes coupent racines et feuilles dont ils se nourrissent. Ces derniers descendent des montagnes aux premières pluies pour aller pondre dans l’eau. Ils quittent le creux des arbres, les souches pourries, le dessous des rochers et les trous où ils demeurent en terre. Mais la plus grande partie reste dans les montagnes jusqu’aux grandes pluies et descende en bandes de plusieurs kilomètres de long. Ils circulent la nuit ou les jours de pluies. La plupart se cantonnent le long des rivières et des ravines les plus humides pour se mettre à l’abri de la chaleur. Pendant six semaines, ou plus si la saison est sèche, les esclaves peuvent bénéficier de cette amélioration du quotidien, le temps du voyage vers la mer. Quand les crabes ont disparu, les grosses grenouilles sont avidement chassées et peuvent être fricassées comme des poulets71. Les palétuviers des mangroves offrent des huîtres exquises sur leurs racines aériennes. La forêt est alors un secours précieux, mais le plus souvent, le temps d’une simple escapade !

Conclusion

  • 72 Debien Gabriel, « Les débuts de la révolution à Saint-Domingue, vus des plantations Bréda », Études (...)

64La forêt est un milieu mystérieux source à la fois de peur, de souffrance et de bienfait. Souvent oubliée par les historiens, elle est un milieu riche d’événements aussi graves qu’importants. C’est le départ de l’histoire antillaise. Après avoir été le port d’attache pour les premières populations indigènes venues du continent américain, elle a été le théâtre des premiers affrontements avec les populations européennes. Objet de convoitise, de désintéressement, puis de colonisation, elle a progressivement disparu au fur et à mesure que se développait l’esclavage lié à l’économie de plantation. Chaque arbre disparu correspond à une souffrance humaine. Cette douleur a engendré des fortunes mais aussi des désillusions ; des paysages structurés, cultivés et enrichis de nombreuses espèces introduites mais aussi des disparitions d’espèces végétales et animales, de la sècheresse, des érosions et la famine. On ne peut oublier Haïti, ce « paradis terrestre », transformé en Quart-Monde ! Mais la forêt a aussi représenté l’espoir en un avenir meilleur, le rêve de rejoindre l’Afrique à travers les Ancêtres ou dans la mort. L’espérance la plus grande a probablement été celle des esclaves marrons qui se sont échappés, le plus souvent, pour de courtes fuites de leur enfer. À la fin du XVIIIe siècle, le marronage est de plus en plus étendu. Les fugitifs accusés de nombreux marronages sont voués à la mort. Les Noirs s’évadent surtout pour marauder. Ils fuient le travail régulier, mais ils restent dans le voisinage de leur plantation d’origine et des cases à nègres ou à négresses. Ils vivent en symbiose avec la plantation. Les fugitifs sont alors sans chef et ne vivent pas par bandes. Il s’agit de va-et-vient, d’échappées temporaires72. Des gratifications sont offertes aux Noirs permettant leur capture. Sur une même plantation, on peut enregistrer jusqu’à onze essais de fuites en l’espace de deux ans ou plutôt de reprises, à proximité de la plantation ou dans le quartier même. Il n’est pas question des esclaves non repris. Ceux-là sont repliés dans la forêt qui leur sert de refuge, utilisant tous les stratagèmes que les bois peuvent leur offrir pour échapper aux colons qui les traquent. En 1761, dans la paroisse des Cayes, ils creusent des fosses dont le fond desquelles ils placent des pointes de bois de pin recouvertes de lianes et d’herbes rampantes. Placés derrière des épaulements, ils défient leurs adversaires en dansant pour que ces derniers s’y précipitent en courant vers eux. La forêt est assez inaccessible pour que certains y restent retranchés plusieurs dizaines d’années et donnent naissance à des enfants et des adultes qui ne connaissent que la vie de fugitifs. Ils creusent des puits, créent des plantations, chassent les animaux sauvages, des bœufs, des porcs, des chèvres sauvages qui se déplacent par troupes dans les bois, mais aussi des rats. Ils emploient pour cela des flèches enduites d’un poison composé à partir du mancenillier et du suc laiteux des camériers qui croissent dans la forêt humide. Ils enferment aussi ce toxique dans des feuilles de balisier et le transmettent à leur famille pour des usages homicides. Beaucoup vivent sous des ajoupas et ont pour sentinelle des chiens. Quand les conditions sont difficiles, ils vivent de feuilles d’arbres et de fruits sauvages. Soumis à de pénibles dysenteries, à la petite vérole, ils sont décimés par la maladie en attendant la « Révolution ».

Notes

1 Hatzenberger Françoise, Paysages et végétations des Antilles, Paris, Karthala, 2001.

2 Moreau Jean-Pierre, Un flibustier français dans la mer des Antilles, Paris, Seghers, 1990.

3 Le fromager ou mapou Ceiba pentendra (L.) Gaertn., les acajous Cedrela mexicana M. J. Roem., C. odorata L. ou Sweitenia mahogani (L.) Jacq., le gommier Dacryodes excelsa Vahl.

4 Viré Armand, « La préhistoire en Haïti », Bulletin de la Société Préhistorique Française, Le Mans, Imp. Ch. Monnoyer, no 4-5, 1940.

5 Heers Jacques, Christophe Colomb, Paris, Hachette, 1981.

6 Colomb Christophe, La découverte de l’Amérique – relations de voyage 1493-1504, Paris, La Découverte, 1991.

7 Mesure de longueur qui représente l’intervalle compris entre l’extrémité du pouce et celle du petit doigt, lorsque la main est ouverte le plus possible.

8 Watts David, The West Indies – Patterns of Development, Culture and Environmental Change since 1492, Cambridge, Cambridge University Press, 1987.

9 Fernandez De Oviedo Y Valdes Gonzalo, Histoire naturelle et générale des Indes, isles et terre ferme de la grand mer océane, Paris, M. de Vascosan, 1556.

10 Fernandez De Oviedo Y Valdes Gonzalo, op. cit., p. 5.

11 Debien Gabriel, Les premiers trafics des îles : flibuste, chasse et pêche, Annales des Antilles, 1955, no 3-4.

12 Camus Michel-Christian, L’île de la Tortue au cœur de la Flibuste caraïbe, Paris, L’Harmattan, 1997.

13 Calendar of State papers, Colonial series, America and West Indies. Public Record Office. vol. I (1574-1660), Londres, 1860.

14 Bibl. Nat. : ms fr 8990, f° 217 (suppl. fr. 3828). Mémoire pour l’Histoire de l’île de Saint-Domingue. En 1660, ils seraient 3 000 boucaniers, le plus grand nombre jamais vu.

15 Moreri Louis, Le grand dictionnaire historique ou le mélange curieux de l’Histoire sacrée et profane, Paris, Les Libraires associés, 1754, t. II.

16 Bibl. Nat. : suppl. fr. 3828, op. cit.

17 Il peut aussi recevoir un fusil, douze livres de plomb et dix de poudre.

18 Labat R. P. Jean-Baptiste, Nouveau voyage aux isles de l’Amérique, contenant l’histoire naturelle de ces pays, l’origine, les mœurs, la religion et le gouvernement des habitans anciens et modernes, les guerres et les événements singuliers qui y sont arrivés… le commerce et les manufactures qui y sont établies, Paris, G. Cavelier, 1722, t. I.

19 La Porte abbé Joseph de, Le voyageur français ou la connaissance de l’Ancien Monde, Paris, 1772, t. XI.

20 Exquemelin Alexandre-Olivier, Histoire des Aventuriers flibustiers, qui se sont illustrés dans les Indes, Paris, 1686, t. I.

21 Debien Gabriel, La société coloniale aux XVIIe et XVIIIe siècle - Les engagés pour les Antilles (1634-1715), Paris, Société de l’Histoire des colonies françaises, 1952.

22 Smith Abbot Emerson, Colonists in Bondage - White servitude and convict labor in America (1607-1776), Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1947.

23 Revert Eugène, La Martinique, Paris, Nouvelles Éditions Latines, 1949, 559 p.

24 Arch. Nat. : C9B 1. Mémoire envoyé à M. Bellinzani sur les boucaniers et l’état des établissements, 1677.

25 Moreau de Saint-méry Médéric-Louis-Élie, Description topographique, physique, civile, politique et historique de la partie française de l’isle de Saint-Domingue, Paris, Société française d’Histoire d’Outre-Mer, 1984, 3 vol.

26 Girod de Chantrans Justin, Voyage d’un Suisse dans les différentes colonies de l’Amérique, 1782, Paris, Tallandier, 1980.

27 Debien Gabriel, « Dans un quartier neuf de Saint-Domingue ; un colon, une caféière (1743-1799) », Études antillaises – XVIIIe siècle, Paris, 1956, p. 11-137.

28 Debien Gabriel, « Plantations et esclaves à Saint-Domingue – sucrerie Foäche », Notes d’Histoire coloniale, Dakar, 1962, no 67.

29 Moreau de Saint-méry Médéric-Louis-Élie, op. cit., p. 11.

30 Ibidem, p. 11.

31 Ibid., p. 11.

32 Heers Jacques, Christophe Colomb, Paris, Hachette, 1981.

33 Moreau de Saint-méry Médéric-Louis-Élie, op. cit., p. 11.

34 Bois-Saint Guaiacum sanctum L.

35 Chaunu Huguette et Pierre, Séville et l’Atlantique (1504-1650), Paris, SEVPEN, t. IV (1 et 2), 1956.

36 Arch. Nat. : Colonies, F3 54, f° 1bis. Mémoire sur l’île de Saint-Martin, 1638.

37 Hatzenberger Françoise, op. cit., p. 1.

38 Pluchon Pierre, Histoire de la colonisation française, des origines à 1815, Paris, Fayard, 1991.

39 Acajou franc Cedrela odorata.

40 Bois marie ou bois dame-marie Calophyllum calaba L.

41 Bois trompette Cecropia peltata L.

42 Arch. Nat. : Colonies, C9B 1666, Mémoire du feu Sieur du Clodoré, gouverneur de la Martinique touchant la ville de Saint-Domingue.

43 Dardel Pierre, Navires et marchandises dans les ports de Rouen et du Havre du XVIIIe siècle, Paris, SEVPEN, 1963, 787 p.

44 Centre des Arch. d’Outre-Mer (CAOM), DFC Antilles étrangères no 99, carton 117, pièce 137, 1779. Le comte d’Estaing, Vice-Amiral et Généralissime des forces du Roy dans les mers de l’Amérique. Note pour les bois de la Dominique et qu’on peut trouver dans les environs de la Grande Anse, particulièrement à la Baye de Malalia et sur la pointe du Capucin.

45 Arch. Nat. : Colonies, C9A 95. La Porte Lalanne au Ministre, du Port-au-Prince, le 31 mars 1754 : facture des bois de gayac embarqué sur le Chariot Royal. (Un millier équivaut à 480 kilogram

46 Camus Michel-Christian, L’île de la Tortue au cœur de la flibuste caraïbe, Paris, L’

47 Acajou de Cuba Swietenia macrophylla King.

48 Arch. du Serv. Hist. de l’Armée de Terre (SHAT) : 1M-1107, 1774. Mémoire relatif au quartier des Gonaïves, le sous-sol et ses producteurs.

49 Carmichael et Vidal, Notice sur les acajous de la baie du Honduras, Paris, Imp. Rue du conservatoire, 1857.

50 Juhé-Beaulaton Dominique, « Arbres et bois sacrés de l’ancienne Côte des Esclaves », Histoire d’Afrique – Les enjeux de mémoire, Paris, Karthala, 1999.

51 Chatillon Marcel, « Évangélisation des esclaves au XVIIe siècle d’après les lettres du RP Jean Mongin », Bulletin de la Société Historique de la Guadeloupe, 3e -4e trim. 1984, no 61-62, 136 p.

52 Verger Pierre, Dieux d’Afrique – Culte des orishas et vodouns en Afrique et à Bahia, la baie de tous les Saints au Brésil, Paris, Paul Hartmann, 1954, 400 p.

53 Boabab Adansonia digitata L.

54 Meslin Michel, Connaissance et richesse des religions des sociétés traditionnelles, Mission de l’Eglise, UPM, Belgique-France, sup. 130, janv. 2 001.

55 Appellation courante des divinités d’origine yoruba. À Cuba, orixa est le nom donné aux divinités de la santeria qui est une pratique et des croyances d’origine africaine similaire au vaudou.

56 Bastide Roger, Le candomlé de Bahia - rite nago, La Haye, Mouton & C°, 1958.

57 Les loa ou Lwa sont encore appelés anges ou des mystères.

58 Métraux Alfred, Haïti : la terre, les hommes et les dieux, Neufchatel, La Baconnière, 1957.

59 Conyse odorante Pluchea odorata L.

60 Les Gédé, divinités des morts, règnent sur les cimetières. Leur chef de file est Baron Samdi, (ou samedi) (gardien des cimetières) représenté par la grande croix située à l’entrée des cimetières.

61 Verger Pierre, Flux et reflux de la traite des Nègres entre le golfe de Bénin et Bahia de todos os Santos, du dix-septième au dix-neuvième siècle, Paris, 1968.

62 Robart Guy, Végétation de la république d’Haïti, Thèse doctorat ès Sciences, Université scientifique et médicale de Grenoble, 2 vol., 1984.

63 Fromager ou mapou Ceiba pentandra (L.) Gaertn.

64 Adan signifie colère.

65 Moreau de Saint-méry Médéric-Louis-Élie, Lois et constitutions des colonies françaises de l’Amérique sous-le-Vent, Paris, 1784-1790, t. II.

66 Labat R. P. Jean-Baptiste, op. cit., p. 9.

67 Davis Wade, Vaudou ! Paris, Presses de la Cité, 1987.

68 Ibidem.

69 Descourtilz Michel-Étienne, Flore médicinale des Antilles, Paris, Casimir, 8 vol. 1821-1829.

70 Dutertre R. P. Jean-Baptiste, Histoire générale des Antilles habitées par les Français, Fort-de-France, Horizons Caraïbes, 1667-1671.

71 Delaporte abbé Joseph de, op. cit., p. 9.

72 Debien Gabriel, « Les débuts de la révolution à Saint-Domingue, vus des plantations Bréda », Études antillaises-XVIIIe siècle, Paris, 1956, no 11, p. 143-173.

Auteur

Docteur en paléo-écologie, enseigne la Science et Vie de la Terre à la Maison d’Éducation de la Légion d’Honneur de Saint-Germain-en-Laye, Spécialiste de la botanique et de l’évolution des paysages aux Antilles.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540