Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La proximité en politique

 | 
Christian Le Bart
, 
Rémi Lefebvre

Conclusion

15. La thématique de la proximité

Composante d’une épistémè, expression d’une idéologie ou bien symptôme d’une certaine vision du monde ?

Philippe Genestier

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1La thématique et l’argument de la proximité sont aujourd’hui omniprésents dans le discours des pouvoirs publics. Bien sûr, cela est habituel chez les élus locaux pour qui la rhétorique du proche et du terrain constitue un élément central de l’idiome professionnel. Toutefois, et cela est nouveau, cette rhétorique imprègne également les propos des responsables nationaux, notamment de J.-P. Raffarin, Premier ministre. En effet, lors de sa prise de fonction ce dernier a semblé ériger la proximité au statut de fondement de sa politique. Il a ainsi affirmé que la proximité constituait en elle-même un facteur de validation générale de l’action publique, au point que, selon ses propres termes, il conviendrait d’instaurer une « République des proximités ». En 2002 et 2003 la rhétorique proximitaire a donc atteint une sorte de paroxysme puisque le chef du gouvernement en avait fait une quasi-doctrine.

2Il faut cependant remarquer que sous le gouvernement précédent le phénomène était déjà largement perceptible. Daniel Vaillant, par exemple, ministre de l’Intérieur de la « gauche plurielle », fit voter en février 2002 la loi « démocratie de proximité ». Certes, quelques réticences s’exprimèrent alors dans le camp même de la majorité à la Chambre des Députés et au Sénat. Celles-ci tenaient certainement au poids des élus locaux dans ces assemblées, qui reste déterminant. Les élus dont la carrière politique dépend d’un ancrage local ont alors réaffirmé leur attachement à la légitimité et à l’autorité que leur confère la démocratie représentative, de sorte qu’ils ont pu ressentir comme une menace l’imaginaire de la démocratie participative véhiculé par la loi Vaillant. Il en résulta la limitation de l’obligation de constituer des « conseils de quartiers », la mesure la plus symbolique de ce texte, aux seules communes de plus de 80000 habitants.

  • 1 Voir Sfez (L.), 1977, L’objet Local, Paris, UGE 10/18 ; Bachmann (C.), Le Guennec (N.), 1999, Viol (...)
  • 2 Donnons, à titre d’exemples, quelques citations obtenues grâce au logiciel d’analyse lexicologique (...)
  • 3 « Je compte donc engager, cette année, une refonte de notre organisation administrative, avec la c (...)
  • 4 « L’équation de la politique de sécurité a été fermement posée. Il faut tenir le cap fixé et donne (...)

3Depuis plus de deux décennies, des deux côtés de l’hémicycle, la thématique du local fut convoquée à de multiples occasions. Elle fait en quelque sorte partie du « patrimoine génétique » du Parti socialiste fondé au congrès d’Épinay1. Mais le thème du local resta longtemps minoritaire dans la mesure où la posture volontariste et interventionniste indexée à la figure de l’État central prédominait. Jusqu’à la fin des années quatre-vingt, une espèce de sur-moi jacobin imprégnait les idéaux de la gauche française, même si la décentralisation fut un grand chantier du premier septennat de François Mitterrand. La tendance proximitaire, entendue comme ouverture sur la société civile locale, prit vraiment de l’ampleur sous le gouvernement de Michel Rocard puis fut relancée après 1997. L’analyse des discours gouvernementaux de « la gauche plurielle » dans leur ensemble montre que la thématique du local et de la proximité était alors prégnante2, y compris dans les déclarations de ministres tels C. Allègre3 ou J.-P. Chevènement4 qui se présentaient pourtant eux-mêmes comme de « purs » républicains.

  • 5 Dont figurent, peut-être, au premier rang les journaux télévisés de FR3 et le journal de 13 h de T (...)
  • 6 À titre d’exemple la loi du 30 juillet 2003 sur « la prévention des risques naturels et industriel (...)

4Partant de là, on pourrait diagnostiquer l’existence d’une idéologie (au sens intéressé et manipulatoire du terme) nouvelle bien qu’enracinée dans une ancienne tradition réformiste mais qui se voit réactivée et rehaussée par le portage gouvernemental. Cela conduit à lire l’idée (voire l’idéal) de proximité comme un des piliers d’une vision partisane et d’une stratégie de domination développées par des gouvernants et des militants, et adossées à des relais d’opinion5. Il faudrait alors poser la question suivante : au service de quels intérêts matériels la notion de proximité est-elle brandie ? Quelles forces, voulant conquérir ou conserver le pouvoir et assurer leur position sociale, avancent là masquées ? Mais référer l’actualité du thème de la proximité à la mise en avant d’une idéologie est trop simple, trop réducteur. Certes, il y a bien des enjeux et des tactiques dans les usages de l’argument de la proximité et dans ses diverses mises en pratique6, mais il faut aller plus loin. La proximité n’est peut-être pas qu’un mot lourdement connoté participant d’une certaine idéologie, ni qu’un moyen au service de l’exercice de la domination permise par cette idéologie. La proximité paraît être également un élément constitutif d’un certain rapport au monde, d’une certaine forme d’expérience du réel dotée de postulats concernant la nature du bien, du juste et de l’efficace. Autrement dit, la proximité comme cadre et focale cognitifs procéderait peut-être d’un paradigme articulant représentations et valeurs, options épistémologiques et orientations praxéologiques. Ainsi assisterait-on à l’émergence d’un « référentiel global », pour reprendre cette terminologie proposée par B. Jobert et P. Muller. Si l’on suit cette hypothèse, la question posée devient la suivante : comment définir ce paradigme et/ou ce référentiel, quelle est sa structure interne et sa logique de fonctionnement ?

Proximité : dénotation, connotations

5Traditionnellement, le vocable « proximité » énonce une position consistant à « être proche des gens » (proche de leurs idées et de leurs préoccupations autant que proche physiquement, en partageant leurs conditions de vie – pour les candidats de gauche, y compris quand ce sont de vieux professionnels de la politique, un des grands arguments lors de campagnes municipales ou législatives, reste de mettre en avant leur communauté de lieu de résidence avec leur électorat). Ce vocable désigne également un « esprit pratique » et une capacité à concevoir et à appliquer des « mesures concrètes ». Ainsi, J.-P. Raffarin, qui au début de son gouvernement s’est montré très soucieux de se présenter comme en phase avec les préoccupations de « la France d’en bas », adopta une posture de refus des « normes générales et standardisées », des « procédures abstraites et impersonnelles ». Et, dans la mesure où la thématique de la proximité se présentait comme antithétique à ces dernières, elle lui permettait d’afficher cette posture, d’exprimer ce rejet.

  • 7 Voir Gaudin (J.-P.), 1999, Gouverner par contrat : l’action publique en question, Paris, Presses d (...)
  • 8 Voir Gaudin (J.-P.), 2002, Pourquoi la gouvernance ?, Paris, Presses de Science Po.

6En outre depuis une décennie, les observateurs ont pu percevoir que ce vocable a pris de nouvelles significations ou tout au moins de nouvelles tonalités, qui sont fréquemment repérables dans l’argumentaire des politiques publiques. Cet argumentaire valorise les modalités contextuelles, partenariales et négociées de l’action7, c’est-à-dire des modalités post-jacobines et post-régaliennes inhérentes à la « gouvernance » (si on retient l’idée que le vocable gouvernance ou Good Governance s’écarte de la conception souverainiste, stato-centrée et top-down qui en France nourrissait le modèle républicain de gouvernement8). Une volonté de s’adapter aux situations et aux publics visés s’exprime ainsi, qui prend notamment les traits du « ciblage », de « la discrimination positive », de la « subsidiarité ». Toutefois, il s’agit là de termes techniques, voire entachés de connotations technocratiques et à ce titre susceptibles d’être électoralement contre-productifs. Les vocables « proximité » et « terrain » peuvent alors avantageusement les remplacer dans le discours médiatique car ils permettent une formulation plus familière.

7De plus, le fait que le mot « proximité » soit porteur simultanément de plusieurs idées ne lui nuit pas. Au contraire, cela semble contribuer à son succès actuel. En effet, on peut distinguer, d’une part une notion relevant d’un lexique moral (la proximité comme mode d’appréhension du monde selon une attitude empathique, comme capacité d’être à l’écoute des gens, i. e.rejet de « la condescendance élitiste » et de « la suffisance institutionnelle ») et, d’autre part, un mot désignant une échelle de conceptualisation des problèmes. Cette échelle relève notamment de la volonté de privilégier une approche concrète, précise et nuancée « des réalités », entraînant de facto l’abandon de la position surplombante et de la vision statistique et synthétique qui caractérisaient les grands commis de l’État, bien sûr, mais aussi, dans une moindre mesure, les élus issus de la démocratie représentative.

  • 9 Voir Rosanvallon (P.), 1993, L’État en France, de 1789 à nos jours, Paris, Seuil.

8Selon cette dernière acception, la proximité constitue un cadre-registre de compréhension et de construction des problèmes et, par conséquent, un échelon-moyen de préfiguration des solutions pouvant leur être apportées. Ainsi, par exemple, la question sociale se voit aujourd’hui formulée en termes de « services publics dont la proximité et l’accessibilité doivent être assurées à tous ». En ce sens, on a affaire à un terme qui relève d’un certain mode de faire s’imposant à l’action publique. Il s’agit d’inscrire cette dernière dans le registre de l’empirisme et du pragmatisme qui sont aujourd’hui présumés garantir plus d’équité et d’efficacité. Il se définit ainsi une praxéologie pour laquelle la réalité est conçue sur le mode de la pluralité, c’est-à-dire d’une irréductible diversité de situations face auxquelles il faut bien désigner des priorités (d’où la récurrence dans les sensibilités politiques et médiatiques des années 1990-2000 des thèmes de « l’exclusion », de « la discrimination » et la focalisation sur les plus faibles : les femmes seules, battues, mariées de force, les enfants face à la pédophilie, les jeunes issus de l’immigration stigmatisés…). Localisme, compassion et moralisme se soutiennent alors mutuellement et nous font évoluer vers un imaginaire en rupture avec le modèle de « l’État instituteur9 », avec l’idéologie universaliste et volontariste, avec les idéaux de la République une et indivisible.

  • 10 Selon Wittgenstein « la plus grande ruse du langage est de nous faire croire que derrière des subs (...)

9On peut remarquer, en effet, que le discours de la proximité est très majoritairement au pluriel. Il énonce « des cas à traiter », « des problèmes à régler », « des intérêts et des enjeux » qu’il faut, au mieux, « concilier » par « le partenariat », « la délibération », « la construction du consensus ». Il affirme l’existence « des groupes » à qui il faut apprendre à « vivre ensemble », de « territoires » qui sont « riches de leurs particularités » et non plus d’un territoire au singulier qu’il faut équilibrer et homogénéiser. Ce discours se vide des grands substantifs (« la société », « la nation », « la solidarité », « le peuple »…) qui nourrissaient la parole politique antérieure. De fait, la conception holiste et substantialiste véhiculée par ces substantifs10 disparaît. Le discours proximitaire renonce alors à parler au nom des instances unitaires, des entités hypostasiées corrélatives d’une pensée subsumante et téléologique, telle que l’énonçaient conjointement la pensée républicaine et les sciences sociales durkheimiennes. De telle sorte qu’un ethos de la modestie et de la petite échelle imprègne aujourd’hui le discours politique et travaille à l’affaiblissement des entités englobantes et déterminantes sur lesquelles l’État prétendait avoir prise et à partir desquelles il prétendait pouvoir agir structurellement.

  • 11 Selon M. Gauchet, le répertoire ultime de la légitimité dans le monde occidental étant fourni par (...)

10Cette attribution au pluralisme d’une valeur de principe moral11 est corrélative d’une forte sensibilité à la pluralité et à la complexité du réel. Le terme « complexité », si usité aujourd’hui, affirme par lui-même implicitement l’impossibilité pratique et/ou théorique de trouver ou d’appliquer des solutions globales et unitaires. Si la vision nationale et stato-centrée de la vie sociale et les idéaux universalistes et rationalistes constituèrent jadis un corps cohérent de doctrines, l’introduction récente dans l’histoire idéelle française à la fois de la pluralité et de la valorisation de l’échelle locale s’avère un facteur de blocage du système sociopolitique. En effet, la localité et la pluralité se conjuguent et concourent à rendre les problèmes indécidables dans la mesure où les termes mêmes des problèmes posés et les diverses solutions envisageables relèvent chacun d’une légitimité propre et différenciée. Cette égalité entre des légitimités différentes, voire contradictoires, secrète de véritables dilemmes qui aboutissent à la paralysie de la puissance publique : comment trancher entre des buts divergents si l’on se refuse par principe à poser une hiérarchie des valeurs et des intérêts ?

  • 12 Voir les développements par M. Walzer sur le principe de pluralité des Sphères de justice, in Walz (...)
  • 13 Sur un point particulier de la faible gouvernabilité des sociétés contemporaines, cf. Jouve (B.), (...)

11Cela n’est pas pour rien dans le remplacement de l’action par de la communication, auquel nous assistons souvent. Cette tendance témoigne sans doute que n’a plus cours un cadre général d’intelligibilité permettant de ramener le réel à une question (en l’occurrence sociale), à un problème (socio-économique). En outre, si par principe la pluralité des groupes et de leurs normes impose une logique procédurale et une démarche de délibération visant à définir de manière concertée un « bien commun » (et non plus un « intérêt général » transcendant par rapport aux opinions en présence), en pratique la déhiérarchisation entre les acteurs et entre les instances, associée à l’incommensurabilité des enjeux légitimement exprimés12 produisent de l’indécidabilité et une tendance à l’ingouvernabilité globale des sociétés démocratiques13.

  • 14 Voir Ascher (F.), 2000, Ces phénomènes nous dépassent, feignons d’en être les organisateurs, La To (...)

12Face à ce grippage, l’invocation de la proximité apparaît comme une réponse incantatoire, qui propose en quelque sorte de « faire contre mauvaise fortune bon cœur », c’est-à-dire de se satisfaire d’une tendance que l’on n’arrive pas à contenir14. Le fait que l’UMP, se voulant le parti des héritiers du gaullisme (et peut-être d’une forme de bonapartisme), soutienne la politique de J.-P. Raffarin, pur produit de la droite orléaniste, apporte sur ce point un témoignage éclairant.

  • 15 Voir Genestier (P.), 1999, Les fondements de la solidarité familiale et la solidarité familiale co (...)

13Le vocable proximité relève également d’une éthique : la proximité se présente comme une valeur en elle-même, portée par une parole optative et à visée performative. Le vocable proximité acquiert par là le statut d’argument au service d’une énonciation proprement politique. En outre, la catégorie désignative « proximité » se voit conférer un statut d’échelon quasi autonome de la vie sociale ; un échelon postulé important voire primordial, à partir duquel, « de proche en proche » il serait possible de « retisser du lien social ». Cette valeur symbolique attribuée à la proximité, en tant que base et fondement, au même titre que la famille par exemple15, facteur potentiel de ressourcement empirique d’une socialité en crise, fait que l’échelon ainsi désigné est à la fois quasi naturalisé et tout à fait instancié. Cela apparaît dans le fait que la proximité est érigée dans les discours politiques actuels à la fois au rang de thème (ce dont on parle, ce qui fait question) avec lequel s’effectue la circonscription et la définition du contenu des débats (argument de cadrage) et au rang de rhème (ce que l’on dit du thème, ce qui dans l’énoncé sert de conclusion ou de solution) puisque, de par ses attributs postulés, la proximité est posée comme facteur opératoire, comme vertu résolutoire.

  • 16 Breton (P.), 1996, L’argumentation dans la communication, Paris, La Découverte.

14En fait, la proximité sert également d’argument de communauté (la coexistence dans la proximité créerait des liens constitutifs d’une communauté de destin) et d’argument analogique en incitant à confondre les ordres de réalité (ainsi le partage d’un même lieu de résidence producteur d’identité, l’appartenance à un même « territoire » doté de ses spécificités à la fois particularisantes et identificatoires seraient suffisants pour homogénéiser les populations et les problèmes, pour les rendre justiciables des mêmes mesures). Et si la thématique de la proximité peut servir à construire plusieurs types d’argumentaire16, c’est à la fois parce que la largesse de ses conditions d’usage est inversement proportionnelle à la précision de son contenu sémantique et parce qu’elle est chargée de connotations et fait résonner des valeurs et des représentations qui alimentent l’air du temps.

15De fait, le vocable « proximité », avec ses expressions dérivées et les termes qui lui sont associés, semble participer d’une culture dont elle émane et qu’elle révèle. De la sorte, au-delà de la pluralité sémantique et du jeu des connotations dont le vocable est porteur, quatre hypothèses peuvent être avancées pour expliquer sa forte présence dans les discours politiques et médiatiques actuels.

  • Première hypothèse : le vocable « proximité » et sa grande fréquence d’utilisation au sein d’une « formation discursive17 » relativement cohérente et à large diffusion témoignent du déploiement actuel d’une idéologie, énonçant et camouflant tout à la fois des intérêts et des pratiques de domination (comme toute idéologie, il s’agirait tant d’une théorie implicite du social que d’un système de préférences politiques). Cette idéologie d’inspiration réformiste serait à la fois conservatrice sur le fond, c’est-à-dire fataliste quand à la philosophie de l’histoire qui l’imprègne et activiste dans sa démarche caritative.
  • Deuxième hypothèse : l’engouement pour le vocable « proximité » participe d’une tendance de fond, exprimant la diffusion d’un paradigme ou d’une nouvelle vision du monde dépassant les clivages sociaux et les luttes partisanes, et imposant à tous une conception redéfinie de ce qu’est le fait collectif et, corrélativement, ce que peut et doit être l’action publique ; le tout en rupture avec la conception antérieure de l’ordre sociopolitique. Autrement dit, il s’agit d’un vocable exprimant l’imposition d’un nouveau « référentiel global » post-régalien et post-holistique (les adeptes de la démocratie participative défendent volontiers cette position).
  • Troisième hypothèse, inverse de la seconde : l’actualité du terme proximité ne relève que d’un phénomène de mode, superficiel et passager, imposé par le simple mouvement de balancier des mots et des idées en vogue (après la chute du mur de Berlin l’heure serait à la désaffection vis-à-vis des grands récits, des conceptions matérialistes et du déterminisme structurel).
  • Quatrième hypothèse, l’actualité de la notion de proximité témoigne moins de l’émergence et de la diffusion d’un véritable paradigme ou de l’avancée d’un processus de renouvellement de la pensée sociopolitique, que de la montée de culture et la sensibilité intrinsèques à « une société de la communication18 » en train de s’instaurer.
  • 19 L’actualité de la thématique du « développement durable », par exemple, peut être lue comme la ten (...)

16Selon moi, la quatrième hypothèse paraît la plus valide. Parce que la thèse de l’engouement passager pour la proximité ne tient guère dans la mesure où même si des prises de position souverainistes et des incantations en faveur d’un renouveau du volontarisme d’État se font régulièrement entendre (qui, de fait, prennent le contre-pied de la rhétorique de la proximité) leur faible écho et la modestie de la crédibilité qui leur est accordée conduisent à penser que l’approche proximitaire procède d’une logique profonde. Mais aussi parce que la thèse de l’affirmation d’un nouveau paradigme est contre-battue par le fait que d’autres modes d’appréhension du monde, dans le domaine des sciences dures notamment, se déploient qui prétendent aujourd’hui modéliser le complexe et l’instable (pensons aux travaux de la physique contemporaine sur les fractales ou sur la matière mal condensée). Des discours « experts » à tonalités scientistes et à prétentions surplombantes qui s’appuient sur ces connaissances se font parfois entendre, témoignant que le paradigme moderne, objectiviste et à visée universaliste perdure dans le domaine des « sciences dures », avec peut-être la capacité de réimprégner l’imaginaire social-historique dans son ensemble19.

La proximité : cadre et outil cognitifs

  • 20 Certains présentateurs font des Schémas de cohérence territoriale ou de la lutte contre l’étalemen (...)

17En fait, il me semble que la thématique de la proximité et ses multiples occurrences dans les discours actuels sont moins à considérer pour elles-mêmes qu’en tant que symptômes. Il s’agit en effet d’aller au-delà des raisons de ce qui fait le succès de la thématique de la proximité, mais aussi des raisons de son éventuel désaveu (des propos contraires à la sensibilité proximitaire sont fréquemment tenus – parfois par les mêmes locuteurs –, notamment dans le domaine de la politique de la ville qui est simultanément le lieu d’émission de propos où « le terrain », « le local », « le quartier » sont sur-sollicités et où des propos régaliens, holistiques se font également entendre, pour justifier de la démolition des grands ensembles HLM en particulier). Bien que le domaine des politiques sociales et urbaines soit celui où la rhétorique de la proximité est née et où elle reste très utilisée, on peut observer que s’y énoncent aussi des discours construits autour d’expressions à fortes connotations volontaristes20 voire démiurgiques : « Grands projets de ville », « Agence nationale de rénovation urbaine », « l’action sur la cité en tant que mission civilisatrice »…

18Les politiques publiques s’énoncent en des discours aux tonalités contrastées, de sorte qu’il me semble nécessaire de distinguer plusieurs lignes d’analyse : celle qui étudie comment la proximité s’insère dans un type de narration idéologique dont on peut faire la sociologie de ses énonciateurs, celle qui étudie l’agencement interne des idées et des arguments, et celle qui appréhende la proximité plus par l’extérieur, c’est-à-dire en tant que symptôme d’un cadre cognitif actuellement en vigueur, dont il faut discerner les réquisits et la logique épistémique.

19Dans cette troisième perspective, le thème de la proximité constituerait à la fois un trait constitutif et la conséquence de l’infléchissement de notre système de représentations sous l’effet du déploiement d’une culture médiatique, communicationnelle et phénoménologique. Sans doute subissons-nous aujourd’hui la perte de plausibilité du cadre antérieur d’intelligibilité qui se composait de données substantielles et de logiques structurelles auxquelles on rapportait les événements pour les ordonner et les rendre signifiants. Leur inscription dans des processus de détermination les éclairait et était conçue comme révélatrice de leur fonction profonde, explicite ou cachée. Ainsi un schème vectoriel permettait hier de lire l’enchaînement des faits historiques, à partir duquel il devenait possible de formuler un récit quasi téléologique sur l’Histoire et qui fournissait un sens au passé, une raison au présent et un horizon à l’avenir. L’activité de prévision et de planification constituait alors dans le registre de l’action publique la traduction immédiate d’une telle vision « balistique » du temps.

20Aujourd’hui, à la perte de ce cadre d’intelligibilité, à l’évanouissement de ce schème, s’associe la prolifération dans « la vidéosphère » (telle que l’ont définie Serge Daney et Régis Debray) des images, des stimuli, des informations. La multiplication à l’infini des messages, conjuguée à la disparition d’un cadre permettant de les trier, de les inscrire dans un récit cohérent sur le monde font que, par contre-coup, nous nous rabattons sur le proche, sur le tangible, sur l’immédiat, sur ce dont nous pouvons faire l’expérience concrète. La phénoménalité du monde devient synonyme de sa réalité puisqu’une théorie des déterminations de fond, qui conférait hier aux événements leur intelligibilité d’ensemble, fait aujourd’hui défaut. Le monde en devient confus et semble alors « immaîtrisable », seul le local peut représenter un échelon où une réduction des incertitudes peut encore être espérée (mais cette réduction des incertitudes par le local accroît le degré de complexité de l’ensemble dans la mesure où se distinguent des échelons et des logiques autonomes).

21Plus structurellement, quand le discours politique fait à la fois l’éloge de la proximité et calibre son action sur cette échelle, il s’inscrit dans une culture où les idées simples, où les événements faisant image et où les réalités qui « touchent les gens » paraissent seuls intelligibles. Précisons le propos : quand une grille de lecture déterministe ne permet plus d’inscrire la multiplicité des faits qui adviennent dans un récit qui en assure le sens général, la force de conviction des données d’évidence et des phénomènes à forte charge émotionnelle se trouve automatiquement renforcée. Hier la lecture matérialiste du monde conduisait à dénoncer les approches compassionnelles du réel. Aujourd’hui la tendance est inversée : référer des faits aux logiques du capitalisme et de l’impérialisme semble fournir une explication des accidents historiques peu convaincante car insuffisante, trop simple, ce qui a pour conséquence que les phénomènes concrets, visibles et qui se déroulent sur le pas de sa porte – les phénomènes de proximité donc – se voient attribuer beaucoup d’importance. On assiste ainsi au déploiement d’une culture de la communication fondée sur le factuel et le tangible, et souvent sur une mise en scène spectaculaire qui joue la carte de l’identification aux victimes. De sorte que l’engouement pour la thématique et le registre de la proximité dans le discours politique témoignerait moins – ou pas seulement – du renversement d’une logique centralisée, hiérarchique et descendante de gestion des affaires publiques, qu’elle serait le révélateur d’un trait constitutif de la sensibilité collective. Une sensibilité non pas proximitaire en elle-même mais médiatique et événementielle, gouvernée par la phénoménalité du réel et par la temporalité courte de l’urgence. Une sensibilité corrélative à la fois d’une conception de l’action immédiate et de faible portée et d’une appréhension non structurelle et non dialectique du monde social. Selon cette sensibilité la proximité n’est qu’une modalité, qu’un effet induit d’une vision du monde sans perspectives longues, ni lignes de force et surtout dans laquelle les idées d’entité substantielle, d’identité stable, d’instance ordonnatrice semblent en voie d’élimination. Dans un monde de la profusion informationnelle, du pullulement des messages, du renouvellement incessant des expressions symboliques au point d’entraîner la désymbolisation du monde, le sujet a naturellement tendance à se référer à soi et aux proches qui constituent le prolongement de soi. Il en résulte une logique de relativisation des idées, des valeurs, des situations, des intérêts, qui s’associe à un modèle pragmatique et auto-organisationnel d’appréhension des phénomènes sociaux ; cela s’exprime notamment au travers de notions telles que celles de « réseau », de « trajectoire », « d’interaction »…

  • 21 Voir Taguieff (P. -A.), 2004, Le sens du progrès, une approche historique et philosophique, Paris, (...)
  • 22 Le réseau d’agences immobilières franchisées « La forêt » affiche ce slogan publicitaire très expl (...)

22Face au relativisme axiologique, à l’incertitude ou à l’insécurité ontologique (comme le dit Anthony Giddens), et à la fluidité processuelle du monde, face à la montée de la contingence et à la disparition du nécessitarisme (comme le dit Pierre-André Taguieff21) qui sous-tendait toute vision historiciste, le rabattement sur le proche et le local peut apparaître comme une solution de repli. Une solution pour le sujet lui-même, qui va se chercher des « racines22 » dans un « lieu » grâce auquel il va tenter de s’inscrire dans une « authenticité » particulière, renforçant par-là la logique particulariste qui dissout le modèle universaliste.

23Le local constitue également une solution apparente pour le détenteur de l’autorité publique, pour l’énonciateur du destin collectif souhaitable. Le responsable politique est en effet aujourd’hui bien mal armé pour répondre aux injonctions qui incombent à son rôle et se conformer aux attentes qui pèsent sur lui, pour se prêter aux attitudes et aux attendus prescrits par le statut qu’il a endossé. Faute de pouvoir émettre une parole démiurgique et se trouvant dans l’obligation malgré tout de continuer à proférer un message à visée performative, il cultive la spécificité du local (spécificité qui va de « l’identité du terroir » à « l’exception culturelle nationale »). Mais, ce faisant, il ne se place pas sur l’axe du futur, il tient un discours de la résistance de ce qui jadis faisait la valeur du lieu face à la dégradation présente et aux menaces futures. C’est pourquoi la logique proximitaire s’avère également être tout à la fois une logique patrimoniale, particulariste et passéiste : ce que l’on peut espérer faire en se plaçant sur le registre du terrain et du proche c’est résister, conserver ou au mieux rétablir, et non pas instaurer, inaugurer.

24Le mode de pensée propre de la thématique proximitaire est celui de la rétroprojection. On rompt de la sorte avec la démarche projective qui avait défini la conception de l’action publique durant l’époque moderne. (Voir infra la figure Mutation des cadres cognitifs de définition des politiques publiques).

  • 23 En fait, concernant le fordisme, Pierre-Noël Giraud parle de modèle social-démocrate, national et (...)
  • 24 Paul Rabinow, pour sa part, parle de « rationalisme constructionniste français » pour désigner cet (...)

25Il apparaît qu’aujourd’hui la formation discursive bâtie autour de la thématique de la proximité exprime un certain désarroi dû à la remise en cause de la structuration du social par l’État-providence et par le mode de production fordokeynésien qui lui était associé23. Cette remise en cause entraîne la perte de crédibilité des régulations institutionnelles et des droits sociaux garantis à l’échelle nationale sur lesquels était calée l’appréhension des problèmes sociaux et par conséquent était calibrée l’action publique. Quand la nation, en tant que figure subsumante et englobante, et le politique, en tant qu’instance structuratrice des identités et des appartenances, se voient pour une part vidés de leur crédibilité, il ne reste qu’à tenter de reconstruire de la mise en ordre et en récit de ce que peut être l’action publique par l’inversion systématique des schèmes de raisonnement antérieurs. Et c’est bien cela qui apparaît dans le discours proximitaire. La visée performative de l’énonciation politique s’exprime actuellement par le retournement littéral de la doxa antérieure. Comme lorsque l’on retourne un gant, on fait changer la texture de ce qui est en surface tout en entendant conserver la forme et la fonction de la chose. Selon cette analyse, la proximité, comme référent et comme mot connoté servirait à réassurer, à relégitimer, à recrédibiliser une énonciation politique démonétisée par la crise de la conception souverainiste, étatiste, volontariste du politique. Le changement d’échelle de référence obtenu par rabattement sur le local participerait d’une tentative de maintien d’une conception forte du politique, c’est-à-dire une conception édificationniste24. Autrement dit, la rhétorique proximitaire serait pour ses utilisateurs intéressante parce qu’elle permettrait d’exprimer une réponse possible aux questions posées à la légitimité et à la crédibilité de l’action publique. Être plus « modeste », « réaliste », « pragmatique », « participatif », « partenarial », « itératif » et « incrémental »… serait une façon de changer de profil ou de posture sans changer de rôle ; pour ne pas changer de statut. Pour une action publique qui se débat dansune situation de crise idéelle affectant la plausibilité et l’acceptabilité de ses projets, voire qui atteint la crédibilité du politique en lui-même et de sa prétention à énoncer des finalités collectives et à les faire advenir, le discours proximitaire permet de continuer à dire « nous », même s’il s’agit d’un petit nous.

MUTATIONS DES CADRES COGNITIFS DE DÉFINITIONS DES POLITIQUES PUBLIQUES

MUTATIONS DES CADRES COGNITIFS DE DÉFINITIONS DES POLITIQUES PUBLIQUES

26Toutefois, il n’existe sans doute pas un cadre unique de compréhension du monde par les acteurs institutionnels. En effet, « la seconde modernité » chère à Anthony Giddens, se caractérise par le fait qu’il n’y a plus un mode de pensée hégémonique, même à l’intérieur d’une communauté institutionnelle ou professionnelle, ni un système unanime de valeurs et de représentations structurant l’intelligibilité collective du monde. Selon cet auteur on a plutôt affaire à une pluralité de codes, à un feuilletage de conceptions et d’attestations, à une diversité de répertoires de compréhension et de validation, tous partiels et fragmentaires. De sorte que nous vivons dans un univers marqué par des individus et des sphères de plus en plus autonomes et de plus en plus auto-référentiels, échappant de ce fait à l’emprise d’un paradigme et d’un cadre épistémique forts. Nous ne sommes soumis qu’à la logique d’un paradigme pluraliste se définissant par une variété de « registres de véridicité », comme le disait Michel Foucault, chacun n’étant doté que d’une force relative et ne se voyant activé que de manière opportuniste en fonction des impératifs propres à chaque configuration dans laquelle se trouve engagé l’acteur.

Faire feu de tout bois pour conférer une portée minimale à la parole politique

27Si une telle hypothèse énonce une part de la réalité du monde contemporain, alors les discours politiques ne peuvent qu’être ambivalents et contradictoires. Privés de principes directeurs clairs capables de prédéfinir un système de préférences et d’arbitrages, la moindre contradiction intra-sociétale prend la dimension d’un jeu inextricable. Le discours politique, en tant que paroles de proposition et de décision, s’en trouve déstabilisé. Il lui faut alors faire « feu de tout bois » pour tenter d’énoncer un propos qui puisse prétendre avoir quelque capacité à « mordre » sur le réel ; un réel complexe et souvent insaisissable, aux enjeux multiples et aux contradictions indépassables car relatives à des données hétérogènes et à des finalités à la fois valides et divergentes. Dans ce contexte, une des façons possibles de se comporter à l’égard de groupes sociaux différents, que l’on ne peut agréger, et de faire face à des revendications antithétiques que l’on n’arrive pas à hiérarchiser, est de s’affirmer « ouvert aux inquiétudes des gens », « partageant leurs préoccupations et leurs soucis »… Ce discours tenu sur le mode du pathos et de l’empathie, qui remplace le décisionnisme par la compréhension et la compassion, renforce automatiquement l’actualité de la thématique de la proximité mais en même temps la vide de tout contenu précis. De surcroît, ce type de discours renforce le déficit de crédibilité du politique par l’aveu implicite qu’il représente de la perte de capacité à tenir un discours d’ordre supérieur entendable et crédible.

28Pour travailler sur les différentes hypothèses énoncées, et particulièrement sur celle qui me paraît la plus vraisemblable, il faut développer une analyse précise des discours de et sur la proximité, mettant en lumière les vocables par lesquels ils s’énoncent et les schèmes de pensée dans lesquels ils s’inscrivent.

Mutation cognitive, renouvellement discursif

29Le tableau ci-dessous tente d’exposer de manière quelque peu systématique la mutation qui affecte depuis les années 1975-1980 les catégories analytiques et désignatives et les cadres de raisonnement et d’argumentation propres à l’imaginaire de l’action publique.

  • 25 Ce tableau a été établi grâce à deux méthodes différentes. La partie contemporaine est issue d’une (...)
  • 26 Voir Genestier (P.), 2004, « Les conséquences urbanistiques du post-progressisme », in Chalas (Y.) (...)
  • 27 Complexe au sens que Niklas Luhmann attribue à cette notion : l’autonomisation systémique des sphè (...)

30Ce tableau25 tente de récapituler, au moyen du changement des vocables et des syntagmes, les glissements de sens, de valeurs et de références qui ont eu lieu. Il apparaît que cette mutation nous fait passer du règne d’un idéal progressiste, universaliste et édificationniste, visant à mettre en œuvre une action de contrôle volontaire des transformations socio-historiques structurelles, au règne d’une pensée procédurale et processuelle, localiste, contextuelle et sans doute « post-progressiste26 ». Il s’agit d’un réel bouleversement, qui a transformé en profondeur nos conceptions du plausible et du souhaitable, produisant de la sorte un glissement – certainement inachevé – de l’ancien ordre régalien vers un ordre nouveau multidimensionnel, protéiforme et complexe27 mais dont une logique d’ensemble émerge peut-être.

Idéalités politiques et axiomes de l’action publique

Idéalités politiques et axiomes de l’action publique
  • 28 Il s’agit ici moins de prendre le terme « postmodernité » au sens philosophique qu’a pu lui donner (...)

31Note28

  • 29 La pensée libérale étant ici entendue en tant que rupture vis-à-vis de la tradition « illibérale » (...)

32Ce tableau cherche à présenter de manière systématique le changement de termes, de valeurs et de représentations qui configure notre paysage idéel. Il est affecté, de ce fait, par toutes les limites et tous les travers d’une présentation schématique et dichotomique qui mêle plusieurs ordres de réalité. En outre, chacune des colonnes est à lire sur un double plan : celui de l’action et celui de la réaction, celui du diagnostic, du problème ou du malaise et celui de la thérapeutique ou de la solution à apporter, celui des significations positives et des connotations négatives. Malgré ses défauts, peut-être permet-il de caractériser une tendance globale qui, pour une part, semble pouvoir être définie à la fois comme le produit d’une culture communicationnelle et comme l’imposition d’un système de représentations de type libéral29, d’un « référentiel de marché ».

33Mais, face à cette tendance une volonté réactive se fait entendre. Il s’agit d’une tentative de résistance de la part des pouvoirs publics et du monde institutionnel.Ces acteurs tentent de contrevenir à l’évolution des mentalités, à contrecarrer la transformation de l’imaginaire collectif, notamment en opposant à l’imaginaire libéral (i. e. plus démocratique que républicain, plus individualiste qu’holiste, plus négociatif que souverainiste) un imaginaire de « la régénération » du « lien social » par et dans l’espace de « proximité ».

34Aussi, il est peut-être possible de dire que face à l’épuisement du référentiel moderne, du modèle républicain ou régalien, du paradigme progressiste et structural, des éléments d’un nouvel univers du pensable, du dicible et du plausible émergent. Mais ces éléments, parmi lesquels figure le modèle proximitaire, font l’objet d’usages contradictoires, tant actifs que réactifs. Ainsi, le local va de pair avec le moral et le compassionnel, rabattant le politique sur le plan de la subjectivité, de l’émotivité et de l’instant vécu, mais c’est aussi par le local que le politique tente aussi de se remettre en selle symboliquement pour retrouver ses atours de puissance instauratrice, et cela en se rendant plus concret et plus efficace sur le terrain. Autrement dit, le politique est à la fois emporté par un grand mouvement d’évolution des sensibilités collectives et en situation de tenter de réagir contre cet emportement tout en ne trouvant pour réagir que des moyens relatifs à ce mouvement lui-même.

35Ces usages ambigus tiennent fondamentalement, comme nous l’avons vu, à la double nature de la thématique proximitaire. D’une part ce vocable prend sens dans un discours de résistance à l’évolution des choses et à la décomposition (réelle ou crainte) du cadre collectif d’identification et d’action que fut la nation. Dans ce cas, il s’agit surtout de continuer à affirmer une conception traditionnelle du politique, qui pourrait être maintenue intacte dans sa nature même par un simple changement d’échelle de formulation des problèmes et des réponses. D’autre part, l’idée de proximité s’inscrit dans une sensibilité positive et énonce une idéalité (démocratie participative, souci de la situation concrète et de l’action pertinente, éthique de la responsabilité, subsidiarité…). Dans ce cas elle participe d’une tendance de fond.

La focale proximitaire, expression d’une lecture mésoscopique du réel

36La thématique éthico-politique de la proximité se situe alors dans une logique épistémique dont elle participe et dont elle est un des révélateurs. Cette logique se caractérise par une nouvelle focale de perception du monde et une nouvelle grille de conceptualisation des problèmes : une focale et une grille de type mésoscopique.

Mutation des modèles de conceptualisation et des axiomatiques de l’action

Mutation des modèles de conceptualisation et des axiomatiques de l’action

37Le fait que l’on puisse (avec une pertinence minimale, je l’espère) établir la troisième colonne de ce tableau implique qu’il existe une convergence de tendances relevant pourtant de domaines de réalité très variés. Une forme de pensée se trouve ainsi énoncée, qui rompt avec l’épistémologie du soupçon et le paradigme de la surdétermination des phénomènes par des structures agissant en profondeur.

***

  • 30 Le façonnement de la matière est la métaphore théologico-politique la plus canonique qui soit. On (...)

38À l’issue de cette analyse, je crois que l’on peut déplacer la question de savoir si la proximité est un simple argument idéologique de circonstance visant à reformuler à la marge les pratiques de domination dans le but que rien de fondamental ne change dans les mécanismes d’exercice de l’autorité, ou bien si à l’inverse le modèle proximitaire témoigne d’un nouveau paradigme, d’une intelligibilité émergente du fait sociétal allant de pair avec une logique de réorganisation de l’agir collectif. Plus que la question de la pertinence de telle ou telle échelle de lecture des problèmes et de définition des solutions, l’analyse des usages de la notion de proximité par des acteurs politiques et intellectuels fait apparaître que ce qui est en jeu c’est la crédibilité d’un travail cognitif de subsomption et de substantialisation. En effet, la question se pose : est-il encore possible d’envisager le social en tant que réalité appréhendable et saisissable sur laquelle traditionnellement ces deux catégories d’acteurs prétendaient avoir prise ? Alors que le monde contemporain semble échapper au travail d’agrégation et de fusion que traditionnellement les États prétendaient réaliser, du fait soit de son éclatement en granulats qui s’autonomisent à l’échelle mondiale soit de la fragmentation individualiste qui rend le social pulvérulent, coulant entre les doigts des gouvernants comme du sable sec, alors les concepts de processus, de réseaux, de flexibilité, de complexité, s’avèrent a priori plus adaptés pour en rendre compte. Contre cette dissolution d’un ordre ancien, le discours proximitaire permet de construire une rhétorique de résistance qui réaffirme une possible construction volontaire du social. Or cette construction dépend de la possibilité de modeler le « corps social ». Pour que ce dernier soit modelable, encore faut-il qu’il soit constitué d’un matériau plastique et cohésif, comme la glaise30, sur lequel le pouvoir peut appliquer une force de façonnement. La question de l’existence même d’un matériau appréhendable par l’agir politique se trouve ainsi posée. Cependant que l’idée de politique, en tant que volonté et capacité de maîtrise, semble s’évanouir de notre horizon mental, la thématique de la proximité offre au premier abord le mérite d’une tentative de ressaisissement par le bas, comme si par le local on pouvait à nouveau pétrir la communauté, nouer du lien social. Mais par l’effet de fragmentation qu’elle entérine la proximité ne va-t-elle pas à l’encontre du but poursuivi ?

Notes

1 Voir Sfez (L.), 1977, L’objet Local, Paris, UGE 10/18 ; Bachmann (C.), Le Guennec (N.), 1999, Violences urbaines. Ascension et chute des classes moyennes urbaines, Paris, Albin Michel ; Bourdin (A.), 2000, La question locale, Paris, PUF.

2 Donnons, à titre d’exemples, quelques citations obtenues grâce au logiciel d’analyse lexicologique Weblex appliqué au discours de la majorité plurielle.
– Lionel Jospin, Premier ministre : « On doit aborder les problèmes à la fois dans un esprit de sanction, de répression et de prévention. On doit insister sur le travail policier, il est nécessaire, un travail de proximité, au moins autant que d’ordre public. » (Le Monde, 15 décembre 1999).
– Elisabeth Guigou, ministre de la Justice : « La justice de proximité : l’accès au droit, la simplification de la procédure pénale […] Dans ce domaine, comme dans beaucoup d’autres, nous serons aidés par les emplois de proximité lancés par Martine Aubry. » (Le Monde, 15 décembre 1999).
– Martine Aubry, ministre de la Solidarité : « C’est justement ce travail de proximité, cette présence dans les quartiers, dans les transports, dans les immeubles d’agents d’ambiance, de policiers qui permettent à un jeune d’éviter de faire une bêtise, d’aider une personne âgée… » (Entretien France, 20 juin 1998).
– Marie-George Buffet, ministre des Sports : « Nous allons créer d’autres emplois, de proximité, notamment des emplois qui permettent d’aider les associations. » (Entretien TF1, 29 juillet 1998).
– Dominique Voynet, ministre de l’Environnement et de l’Aménagement du territoire : « On revient désormais à des approches concrètes, mesurables, avec une volonté : la proximité avec le terrain. Tout le monde est d’accord sur l’importance du sujet, et ce sera l’objet du prochain CIADT. » (Le Monde, 17 septembre 1997).

3 « Je compte donc engager, cette année, une refonte de notre organisation administrative, avec la création progressive d’un nouvel échelon de proximité. Le but est de fournir, à l’échelon pertinent c’est-à-dire proche du terrain, de nouveaux services à la fois aux enseignants, aux personnels, aux parents, bref à tous les acteurs et partenaires de la communauté éducative… » (Vœux, 13 janvier 2000).

4 « L’équation de la politique de sécurité a été fermement posée. Il faut tenir le cap fixé et donner tout son sens au triptyque « citoyenneté, proximité, efficacité ». Comment donner à la sécurité de proximité l’impulsion nécessaire, tel est l’objet de notre réunion […] J’évoquerai seulement aujourd’hui la sécurité de proximité. Celle-ci constitue un des volets opérationnels essentiels de toute politique de la ville […] La proximité doit être le mode d’intervention privilégié des acteurs de la sécurité, et d’abord de la police… » (Conférence de presse du 19 janvier 1998).
« C’est d’ailleurs ainsi que le gouvernement a conçu les deux priorités nationales que sont l’emploi des jeunes et la sécurité de proximité. Dans les deux cas, c’est une démarche décentralisée qui a été arrêtée. Pour ma part, en tant qu’élu local et ministre de l’Intérieur, je ne suis ni girondin ni jacobin ; je m’efforce d’être efficace. » (Vœux, 18 janvier 1998).

5 Dont figurent, peut-être, au premier rang les journaux télévisés de FR3 et le journal de 13 h de TF1. Des analyses des représentations du local véhiculées par ces JT sont consultables, mais existe-t-il des analyses de l’effet de ces JT sur la constitution chez les téléspectateurs de ce que l’on pourrait appeler « un esprit de clocher » ?

6 À titre d’exemple la loi du 30 juillet 2003 sur « la prévention des risques naturels et industriels et sur la réparation des dommages » est éclairante sur ce point. Entre le texte préparé par Yves Cochet et le texte voté au parlement après présentation par Roselyne Bachelot, il y a plus qu’une nuance. Bien que les deux textes se réclament d’une même « gestion de proximité des risques », on est passé d’une procédure de concertation et de codécision à une procédure de simple information auprès des habitants.

7 Voir Gaudin (J.-P.), 1999, Gouverner par contrat : l’action publique en question, Paris, Presses de Science Po.

8 Voir Gaudin (J.-P.), 2002, Pourquoi la gouvernance ?, Paris, Presses de Science Po.

9 Voir Rosanvallon (P.), 1993, L’État en France, de 1789 à nos jours, Paris, Seuil.

10 Selon Wittgenstein « la plus grande ruse du langage est de nous faire croire que derrière des substantifs se cachent des substances », cf. Wittgenstein (L.), 1961, Tractatus Logicophilosophicus, Paris, Vrin.

11 Selon M. Gauchet, le répertoire ultime de la légitimité dans le monde occidental étant fourni par les droits de l’homme, l’autonomie et le libre-arbitre de chacun prévalent sur le vouloir collectif et, de la sorte, conduisent à une atomisation du social en même temps qu’à un affaissement du statut du politique, cf. Gauchet (M.), 2002, La démocratie contre elle-même, Paris, Gallimard.

12 Voir les développements par M. Walzer sur le principe de pluralité des Sphères de justice, in Walzer (M.), 1997, Sphères de justice. Une défense du pluralisme et de l’égalité, Paris, Seuil.

13 Sur un point particulier de la faible gouvernabilité des sociétés contemporaines, cf. Jouve (B.), Lefebvre (C.) (dir.), 2002, Métropoles ingouvernables. Paris, Elsevier.

14 Voir Ascher (F.), 2000, Ces phénomènes nous dépassent, feignons d’en être les organisateurs, La Tour d’Aigues, Éd. De l’Aube.

15 Voir Genestier (P.), 1999, Les fondements de la solidarité familiale et la solidarité familiale comme fondement, Enquête sur la quête d’appartenance et ses incertitudes contemporaines, Rapport de recherche pour la CNAF.

16 Breton (P.), 1996, L’argumentation dans la communication, Paris, La Découverte.

17 Voir Foucault (M.), 1969, Archéologie du savoir, Paris, Gallimard.

18 Voir Neveu (E.), 2001, Une société de la communication ?, Paris, Montchrestien. Au-delà de l’aspect utopique et libertaire d’une société ouverte, transparente, fluide, innovante et caractérisée par l’abondance culturelle… il s’agit peut-être d’une société individualo-centrée, cf. Gauchet (M.), 2002, La démocratie contre elle-même, op. cit., soumise à une logique médiatique (où le medium devient le message), correspondant elle-même à un « Nouvel esprit du capitalisme », tel que Luc Boltanski et Ève Chiapello l’analysent dans leur ouvrage, cf. Boltanski (L.), Chiapello (È.), 1999, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, coll. NRF essais.

19 L’actualité de la thématique du « développement durable », par exemple, peut être lue comme la tentative de réintroduire dans les champs scientifique, économique et politique une vision globalisante et systématique (ou plutôt systémique). De plus, l’impératif du développement durable sous-tend une posture dirigiste, exprime une conception techno-scientifique surplombante articulée à une injonction à agir selon les normes et les critères du bien public ou de « l’intérêt des générations futures ». En ce sens les discours du développement durable vont dans le sens d’un possible retour de la technocratie.

20 Certains présentateurs font des Schémas de cohérence territoriale ou de la lutte contre l’étalement urbain des arguments au service d’une possible revalorisation du volontarisme régalien.

21 Voir Taguieff (P. -A.), 2004, Le sens du progrès, une approche historique et philosophique, Paris, Flammarion.

22 Le réseau d’agences immobilières franchisées « La forêt » affiche ce slogan publicitaire très explicite : « Nous vous aidons à vous trouver des racines. »

23 En fait, concernant le fordisme, Pierre-Noël Giraud parle de modèle social-démocrate, national et autocentré, cf. Giraud (P.-N.), 1996, L’inégalité du monde, Paris, Folio Gallimard.

24 Paul Rabinow, pour sa part, parle de « rationalisme constructionniste français » pour désigner cette pratique de l’appareil d’État républicain visant, au nom de la science et de l’intérêt général, à édifier un pays moderne, à renouveler l’appareil productif et à réorganiser le territoire, à moderniser les relations sociales et à réformer l’organisation institutionnelle ; pratique qui fut d’abord testée aux colonies puis appliquée à grande échelle en métropole après la seconde guerre mondiale.

25 Ce tableau a été établi grâce à deux méthodes différentes. La partie contemporaine est issue d’une recherche lexicologique sur le discours de la politique de la ville et des politiques sociales urbaines (logiciel Weblex appliqué à des énoncés gouvernementaux, techniciens, associatifs et journalistiques émis durant la période 1997-2000). La partie historique (des Lumières à 1975) est pour partie de seconde main dans la mesure où les notions et les catégories de pensée retenues sont celles qui émergent de la lecture de textes de l’époque, certes, mais qui ont été sélectionnés par le travail historiographique. La nature du corpus et la méthodologie sont donc discutables. Cependant, si ce tableau vaut quelque chose, c’est dans sa capacité à susciter chez le lecteur une systématisation et une réorganisation des observations qu’il peut effectuer spontanément.

26 Voir Genestier (P.), 2004, « Les conséquences urbanistiques du post-progressisme », in Chalas (Y.), L’imaginaire aménageur en mutation, Paris, L’Harmattan, p. 157-210.

27 Complexe au sens que Niklas Luhmann attribue à cette notion : l’autonomisation systémique des sphères constitutives de l’existence sociale, cf. Luhmann (N.), 2000, Politique et complexité, Paris, Éd. Cerf.

28 Il s’agit ici moins de prendre le terme « postmodernité » au sens philosophique qu’a pu lui donner J.-F. Lyotard, que de l’utiliser comme le terme qui désigne une période postérieure à la modernité conçue elle même comme idéologie de la production industrielle et du progrès scientifique et socio-économique. C’est d’ailleurs à ce sens factuel que se réfèrent Padioleau (J.-G.), 1999, « L’action publique post-moderne : le gouvernement politique des risques », Politiques et management public, n° 4 et Chevallier (J.), 2003, L’État post-moderne, Paris, LGDG.

29 La pensée libérale étant ici entendue en tant que rupture vis-à-vis de la tradition « illibérale » française, selon l’expression de Rosanvallon (P.), 2002, La démocratie inachevée, Paris, Gallimard.

30 Le façonnement de la matière est la métaphore théologico-politique la plus canonique qui soit. On la trouve chez les Grecs (voir les titans Prométhée et Épiméthée) ou chez les Hébreux (avec du limon Yahvémodèle les animaux et le premier homme).

Table des illustrations

Titre MUTATIONS DES CADRES COGNITIFS DE DÉFINITIONS DES POLITIQUES PUBLIQUES
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9720/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Titre Idéalités politiques et axiomes de l’action publique
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9720/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 701k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9720/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 587k
Titre Mutation des modèles de conceptualisation et des axiomatiques de l’action
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9720/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 458k

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540