Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La proximité en politique

 | 
Christian Le Bart
, 
Rémi Lefebvre

Troisième partie. Une action publique de proximité?

10. Les maires et la sécurité quotidienne : rhétoriques et pratiques de proximité

Tanguy Le Goff

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 De Robien (G.), 2001, 25 propositions pour restaurer la confiance, Rapport pour l’Association des (...)
  • 2 Pour une critique de cette catégorie de classement des faits jugés déviants qui, par une criminali (...)

1« Les élus doivent redevenir les vrais patrons de la sécurité de proximité1. » Cette déclaration de Gilles de Robien, alors député-maire d’Amiens, est significative de l’étroite connexion entre le retour des maires sur le terrain de la sécurité quotidienne et la valorisation actuelle, dans ce champ des politiques publiques, du registre de la « proximité ». Nombreux sont en effet les nouveaux dispositifs de traitement de la petite et moyenne délinquance et des « incivilités2 » mobilisant la locution « proximité » ou de termes faisant partie de ce champ lexical (proche, terrain, local). Citons les plus emblématiques : justice de proximité, police de proximité ou encore contrats locaux de sécurité, groupes locaux de traitement de la délinquance et plus récemment conseils locaux de sécurité et de prévention de la délinquance.

  • 3 Rey (H.), 1996, La peur des banlieues, Paris, Presses de Sciences Po.
  • 4 Sur un exemple d’un dispositif de « justice de proximité », cf. Donzelot (J.), Wyvekens (A.), 1999 (...)

2L’usage du vocable « proximité » dans ces dispositifs d’action publique signale la volonté des institutions en charge de la sécurité (police, justice) de modifier leurs pratiques pour se rapprocher de la population et mieux ajuster leurs réponses à la délinquance de masse (vols, cambriolages) comme aux désordres locaux de type infra-pénaux (bris de vitres, souillures et dégradations des espaces publics, comportements agressifs…). Ainsi, la réforme de la police de proximité, engagée par le gouvernement Jospin en 1998, vise à remettre les agents de police sur le terrain pour sécuriser, par un travail de surveillance dissuasive, les populations inquiètes. De même, la « justice de proximité » recouvre l’idée d’une institution judiciaire cherchant à modifier ses modes d’action en vue de réduire sa distance géographique, sociale et intellectuelle avec les justiciables, notamment ceux des quartiers populaires (la justice traditionnellement se rend symboliquement au centre de la Cité, loin des quartiers dits « sensibles » premiers touchés par les problèmes d’insécurité3). La « justice de proximité » vise à donner l’image d’une justice sortant des « murs de ses palais », une justice prenant en considération les spécificités des territoires d’une ville, répondant sur un mode plus réactif aux doléances des victimes des petites infractions quotidiennes et coopérant avec les acteurs de la sécurité dans la ville. En somme, il s’agirait de passer d’une « justice notabiliaire », enfermée dans ses murs, à une « justice en situation », mobile et mobilisatrice4.

3C’est dire si la distance avec le local, soigneusement entretenue jusqu’ici parce que considérée comme la garantie d’une police à l’abri des pratiques clientélistes et comme le gage d’une justice impartiale, s’avère aujourd’hui fortement mise en question avec la rhétorique de la « proximité ». Celle-ci apparaît comme le nouvel axiome, l’impératif catégorique, que doivent suivre les acteurs chargés de la sécurité afin d’améliorer leur efficacité et de restaurer leur légitimité. Tout se passe comme si une nouvelle équation s’était imposée « plus de proximité = moins de crime ». Ainsi, alors même que les politiques de sécurité se sont, depuis la Libération, construites en se coupant du local, en lui déniant tout pouvoir, ce même local et ses représentants se voient aujourd’hui fortement valorisés. De manière significative, on assiste à un retour en force des maires sur ce terrain d’action publique. Ils réactivent, en effet, pour les plus entreprenants d’entre eux, un rôle social du métier d’élu local, éclipsé depuis la nationalisation des polices urbaines en 1941 : celui de garant de la tranquillité publique. Après un rappel historique du rôle de patron de la sécurité quotidienne endossé par les maires sous la IIIe République, nous voudrions montrer comment, pour re-légitimer ce rôle, ils déclinent le registre de la proximité dans leur politique de lutte contre l’insécurité et le mobilisent dans leurs discours aussi bien dans les arènes politiques locales que nationales.

Comment la sécurité quotidienne redevient une affaire des maires

Quand les maires étaient les patrons des polices urbaines

4Parler de réactivation d’un rôle politique signifie qu’il y avait un avant, une période où les maires se posaient et étaient reconnus comme les patrons de la sécurité quotidienne dans leur ville. Cet « avant », dépeint aujourd’hui sur un mode nostalgique par les plus fervents partisans de la municipalisation de la police urbaine, est la période de la IIIe République. Il ne faut pas oublier que, dans une optique de consolidation du pouvoir local, la loi du 5 avril 1884 sur laquelle reposent encore aujourd’hui les pouvoirs de police des maires leur a attribué la tâche d’assurer dans leur commune « le bon ordre, la sûreté, la sécurité et la salubrité publiques », par répression des atteintes à la tranquillité publique qui troublent l’ordre public local. Sur cette base juridique, les maires des grandes et moyennes villes se sont dotés, à l’exception de certaines villes où la police urbaine se trouvait sous un régime juridique d’État (Paris, Lyon, Marseille), d’une police municipale assumant des missions de police du quotidien à finalité de prévention et de répression de la petite et moyenne délinquance.

  • 5 Loi du 23 avril 1941 portant organisation générale des services de police en France (dans les comm (...)
  • 6 De manière révélatrice, l’Association des Maires de France s’est toujours opposée, sous la IIIe(...)

5Ce n’est que sous le régime de Vichy que va se réaliser, par la loi Darlan du 23 avril 19415, l’étatisation de l’ensemble des polices urbaines. Une étatisation à laquelle s’étaient jusqu’ici opposés la majorité des élus locaux6 attachés à leur police urbaine qui constituait un instrument de contrôle social, notamment en direction du monde ouvrier et de l’extrême gauche. Issue d’un coup de force du syndicat des commissaires de police et du corps préfectoral dont les intérêts correspondaient à la stratégie répressive du gouvernement, cette loi autoritaire et centralisatrice nationalise en effet l’ensemble des polices locales (les polices municipales et les quelques polices d’État sous l’autorité du préfet) sans cependant mener ce processus à son terme. Les maires conservent encore aujourd’hui le pouvoir de créer des polices municipales, mais les compétences de ces dernières sont strictement cantonnées. Elles n’ont, en aucun cas, pour mission de réprimer la petite et moyenne délinquance.

  • 7 Monjardet (D.), 1996, « Le maire, le commissaire et la sécurité urbaine », Pouvoirs locaux, n° 28, (...)
  • 8 Prenant appui sur leur étude de la police municipale de Bordeaux sous la IIIe République, M. Bergè (...)

6On ne saurait donc considérer que le dogme de la sécurité des personnes et des biens comme fonction régalienne est un attribut immuable de l’État. Il s’agit bien plutôt, comme le montre une perspective temporelle de longue durée (un peu plus d’un siècle), d’une « nouveauté historique7 ». La nationalisation de la police urbaine n’est en effet qu’une solution, parmi d’autres, qui s’est imposée à la faveur d’un régime politique policier profondément hostile à l’égard des pouvoirs locaux. Elle s’est consolidée à la Libération, période où l’État est apparu comme un gage de modernité et de rationalisation face au local tenu pour espace archaïque et clientéliste. Seule, en effet, une police nationale uniforme et centralement administrée, à l’écart des pressions des élites politiques locales, était alors considérée comme le gage d’une professionnalisation de ce corps de métier et d’une protection contre les éventuelles pratiques arbitraires et clientélistes des maires. Des pratiques qui, si elles existaient, étaient toutefois limitées8 par la logique professionnelle défendue par un acteur clé du système policier local, situé au cœur de l’interaction entre le maire et le préfet, le commissaire de police. Chef du service municipal de police, ayant à ce titre sous ses ordres des fonctionnaires municipaux, il était également un agent de l’État, mis à disposition de la ville, pour veiller à la bonne application des directives émanant de la Sûreté générale à laquelle il était statutairement rattaché. Patrons de la sécurité quotidienne dans leur ville, les maires demeuraient donc néanmoins « sous surveillance » des agents du pouvoir central.

  • 9 Marie-Thérèse Vogel, sur la base d’une analyse socio-historique des polices municipales, démythifi (...)
  • 10 Berlière (J.-M.), 1987, « La professionnalisation de la police en France : un phénomène nouveau au (...)

7En dépit du caractère récent de cette responsabilité dévolue à l’État, la croyance, voire le mythe d’un État patron de la sécurité quotidienne, est fortement ancrée dans le sens commun. Cette croyance s’est d’autant plus aisément imposée qu’à la Libération, les tenants d’une gestion étatique de la police urbaine ont su construire et diffuser une légende noire sur les polices municipales9 de la IIIe République, légende mettant en accusation les dérives vers des polices politiques à la solde des maires. Couplée à l’action du corporatisme policier10, cette légende a contribué à discréditer le rôle assumé par les maires sous la IIIe République, à le placer dans l’ombre de la mémoire nationale. Plus fondamentalement encore, la prise en main des polices urbaines par l’État, par le centre, a transformé le local en un simple lieu de mise en œuvre des directives et orientations nationales. Logique de dé-territorialisation du pilotage de la sécurité donc, qui a conduit à l’effacement de la figure des maires comme acteurs de premier plan de ce champ d’action publique… et pour longtemps.

De la violence politique à la violence de droit commun

  • 11 Cité par Gleizal (J. -J.), 1985, Le désordre policier, Paris, PUF, p. 147.
  • 12 Sommier (I.), 1998, La violence politique et son deuil. L’après 68 en France et en Italie, Rennes, (...)

8Il faut attendre le milieu des années 1970 pour voir les maires des grandes villes se re-mobiliser sur les problèmes de sécurité quotidienne en y consacrant du temps, des ressources financières, des discours de campagne mais aussi en revendiquant, dans les arènes politiques nationales, une extension de leurs pouvoirs de police. Au cours de la décennie 1970, les élites politiques nationales et locales « s’éveillent » à un phénomène qui s’est amorcé dès le début des Trente Glorieuses, à savoir l’accroissement d’une petite et moyenne délinquance dite « de masse ». De manière révélatrice, en 1974, Michel Poniatowski, alors ministre de l’Intérieur, déclare qu’il se veut le ministre de la « Sécurité des Français11 ». Cette déclaration signale un déplacement dans la perception de la violence et des réponses à y apporter. Il ne s’agit plus de considérer la violence dans sa seule dimension politique mais de faire une place à sa dimension interpersonnelle, infrapolitique, celle qui vise les individus et non les institutions. Bien sûr, le maintien de l’ordre public reste une préoccupation centrale du gouvernement, mais l’essoufflement de la violence politique lié au déclin du gauchisme révolutionnaire en France12 conduit les pouvoirs publics à porter leur attention sur la violence de droit commun qui affecte les individus dans leur vie quotidienne : cambriolages, agressions, vols de voitures…

  • 13 Rapport Guichard, 1976, La commission de développement des responsabilités locales, Paris, La Docu (...)
  • 14 Plenel (E.), 1983, « Les urnes de la peur », Le Monde, 12 mars.

9Politisation à l’échelle nationale mais aussi locale où, lors des élections municipales de 1977, la question de la sécurité quotidienne fait son apparition aux côtés de nouveaux thèmes : le développement des transports collectifs, des activités et équipements culturels et l’environnement. Bâtisseurs durant les années 1950-1960, années d’expansion urbaine, les maires veulent désormais aller plus loin dans leur emprise sur la société locale en réendossant « leur rôle traditionnel d’animateurs de la vie locale13 ». Celui-ci passe, estiment-ils dans le rapport Guichard de 1976, par le plein exercice de leurs pouvoirs de police. La politisation de la sécurité quotidienne s’affirme plus encore lors des élections municipales de 1983 qualifiées, à l’époque, par un journaliste du Monde « d’urnes de la peur14 ». Marquées par la percée du Front national, ces élections consacrent l’insécurité comme l’un des enjeux politiques prioritaires, au niveau local, sur lequel les maires doivent se positionner. Dans la foulée de ces élections dominées par un discours « sécuritaire », le gouvernement socialiste initie une politique de prévention sociale – dite Bonnemaison – qui reconnaît les maires comme partenaires de l’État dans sa lutte contre l’insécurité sur tout le volet de la prévention de la délinquance. En revanche, pas question d’octroyer aux maires plus de compétences sur la police du quotidien qui reste l’affaire de l’État, l’affaire de la police nationale.

  • 15 Lapeyronnie (D.), Dubet (F.), 1992, Quartiers d’exil, Paris, Seuil.
  • 16 Monjardet (D.), 1999, « Réinventer la police urbaine. Le travail policier à la question dans les q (...)
  • 17 Mouhanna (C.), 2002, « Au-delà des controverses stériles », Sociologie du travail, vol. 44, p. 571 (...)
  • 18 Une surestimation des pouvoirs des maires entretenue par les maires eux-mêmes, et ceci, d’une doub (...)

10Une police nationale dont les réponses au traitement de la petite et moyenne délinquance (vols, agressions, dégradations) et des sporadiques émeutes urbaines qui affectent les « quartiers d’exil15 » s’avèrent pourtant inadaptées. Aucune des réformes engagées par les gouvernements de droite comme de gauche, depuis le début des années 1980, n’a en effet réussi (si tant est qu’il y ait eu une volonté politique !) à opérer la nécessaire « révolution culturelle » et technique (régionalisation des recrutements) susceptible de conduire à la réinvention d’une police urbaine, une police plus soucieuse des demandes de la population que des priorités qu’elle se fixe, et mieux insérée dans la ville dont elle s’est progressivement coupée16. Selon Dominique Monjardet, cette distanciation de la police par rapport à la ville est double. Elle est d’abord fonctionnelle. Centralement administrée par le ministère de l’Intérieur depuis son étatisation en 1941, la police urbaine n’a plus de comptes à rendre ni à la population, ni à son représentant : le maire. Elle est ensuite sociale. Les agents de police étant recrutés à l’échelle nationale, ils se trouvent affectés dans des villes qu’ils ne connaissent pas où, bien souvent, ils ne résident pas et dont ils souhaitent le plus rapidement possible partir. Il en résulte, estime Christian Mouhanna, une « faible implication des (fonctionnaires) dans le tissu social local […] qui encourage une prise de distance croissante avec la population et une vision stéréotypée des publics17 » avec lesquels ils entrent en contact, ceci conduisant à des relations conflictuelles (le contrôle d’identité se substituant au dialogue). Dès lors, jugeant les réponses des forces de police inadaptées à leurs requêtes, se sentant même abandonnées par celles-ci, les populations inquiètes tendent à se tourner vers leur maire en lui attribuant, bien souvent, des « compétences » et un pouvoir d’influence largement surestimés18. Elles attendent qu’en qualité de premier magistrat de leur commune, « nécessairement » doté de compétences ou tout au moins de moyens pour agir, il remédie à leurs doléances et pèse positivement sur la sécurité dans leur ville.

La proximité au cœur des politiques municipales de prévention-tranquillité publique

11Sous la contrainte de cette demande de sécurité, nombre de maires des grandes et moyennes villes vont, au cours des années 1980 et plus encore dans la décennie suivante, développer des discours se voulant adaptés aux attentes (supposées ou réelles) de leurs administrés, et inventer leurs propres politiques de prévention-tranquillité publique. Celles-ci sont guidées par un triple objectif : rassurer la population par une surveillance accrue de l’espace public, refaire du lien social par la médiation et répondre sur un mode réactif par le développement de dispositifs techniques dont le plus emblématique et le plus controversé est la vidéosurveillance. Ces trois objectifs renvoient à trois déclinaisons pratiques de la proximité : une proximité spatiale, une proximité relationnelle et une proximité temporelle.

La proximité spatiale : rassurer et redonner confiance

  • 19 Les signes de ce sentiment d’insécurité sont multiples : pétitions, vote protestataire, stratégies (...)
  • 20 En 1984, il y avait 5641 agents pour 1748 polices municipales, tandis qu’en 1998, on en comptait 1 (...)

12Proximité spatiale tout d’abord. Pour pallier le sentiment d’insécurité exprimé19 par une partie de leurs administrés, les maires développent des services visant à assurer une présence rassurante sur le terrain susceptible de réduire l’inquiétude et de redonner confiance à la population. La création de polices municipales, au nombre croissant depuis le début des années 198020, est la première traduction concrète de ce souci d’une proximité spatiale. Si l’orientation de leur travail diffère sur certains points, elles se rejoignent sur leur finalité : assurer, par une présence régulière sur la voie publique, une surveillance dissuasive délaissée par la police urbaine au profit de ses missions répressives plus gratifiantes socialement et professionnellement.

  • 21 Sur l’usage de la proximité comme mode de construction d’une identité professionnelle par les poli (...)
  • 22 Discours du député-maire Gilles de Robien pour l’inauguration du poste de police Prince Noir, juin (...)
  • 23 Au début des années 1980, quelques polices municipales ont défrayé la chronique et fait l’objet de (...)
  • 24 « À Amiens, la police municipale fait du cocooning », Le Monde, 4 janvier 2002.
  • 25 Entretien avec le Maire de Combs-la-Ville, janvier 2001.

13Par opposition à la police nationale, centrée sur le travail judiciaire, les polices municipales estiment en effet représenter un véritable service public de prévention, de résolution des problèmes quotidiens (qu’il s’agisse des conflits de voisinage, de la lutte contre les tags, de la violence domestique ou encore d’assurer la sortie des écoles). À la différence de la police nationale, en raison de l’ancrage social de leurs agents dans la ville qui facilite l’interconnaissance et la maîtrise spatiale, elles s’estiment également plus expertes dans le dialogue21 et le travail de médiation sociale traditionnellement dévolus à la police urbaine. Autrement dit, elles incarneraient la véritable « police de proximité », celle initiée par la police nationale n’étant qu’une pâle copie. C’est du moins le discours défendu par les maires à l’instar du député-maire d’Amiens, Gilles de Robien, qui, lors de l’inauguration d’un poste de police municipale dans l’un des quartiers de la capitale picarde, rappelle avec force que sa police municipale « n’est pas une police parallèle mais un service public de proximité qui offre un plus aux Amiénois : plus d’intervention auprès des voisins, plus d’îlotage durant les vacances, plus de présence dans les rassemblements, les réunions sportives, les marchés, plus de disponibilité et donc plus d’humanité22 ». En soulignant que sa police n’a rien à voir avec les polices tant décriées dans les années quatre-vingt en raison de leurs pratiques douteuses23, de leurs méthodes musclées et de leurs missions très politiques, il se présente, non pas comme le « shérif », mais comme le patron d’une police « cocooning24 ». L’usage de cette épithète marque bien symboliquement la volonté de cet élu de donner de sa police l’image d’une police proche, recouvrant de sa chaleureuse protection ses administrés. Il cherche ainsi à se présenter comme un maire protecteur, attentif et présent, qui veille sur « la paix sociale d’Amiens ». L’association police municipale/police proche/police rassurante utilisée par le maire de la capitale picarde n’est pas isolée, le député-maire de Combs-la-Ville (commune de la ville nouvelle de Sénart située dans la troisième couronne parisienne), Guy Geoffroy, nous justifiait lui aussi le maintien de sa police municipale par le fait qu’elle est : « celle qui représente aux yeux des habitants l’image de la première police, de la plus proche25 ».

  • 26 Garraud (P.), 1990, « Discours des maires et construction locale du politique », Mots, n° 25.

14La proximité spatiale, c’est aussi une politique d’implantation d’équipements au plus près de la population, en particulier de celle des quartiers populaires dits « sensibles ». Postes de police de quartiers, maisons de services publics et maisons de justice et droit (souvent financées par les municipalités) participent d’une recherche de visibilisation de l’action des maires et de démultiplication de leur présence sur le terrain. Ces réalisations municipales possèdent en effet « une dimension fonctionnelle mais aussi symbolique26 » d’affirmation d’une présence, d’une chaleur humaine, d’une humanité. Significativement, pour marquer cette volonté d’un rapprochement des institutions avec les usagers, le terme à connotation chaleureuse de « maison » est désormais utilisé de manière prolifique ; pensons aux maisons de justice et du droit, aux maisons des parents (école de parents de mineurs délinquants) ou encore aux maisons de service public qui abritent, parfois, des services de police municipale. Les maires n’hésitent pas d’ailleurs à insister sur cette dimension symbolique lorsqu’ils inaugurent ce type d’équipement. Prenons l’exemple de Gilles de Robien qui, lors de l’inauguration d’un des cinq postes de police municipale de sa ville, ouvert jour et nuit, estimait que :

  • 27 Discours de Gilles de Robien pour l’inauguration du poste de police municipale Prince Noir, juin 1 (...)

« la police municipale retrouve dans les quartiers sa vocation de protection et d’accueil. Au Moyen Âge, les habitants d’Amiens craignaient beaucoup les incendies. Le veilleur de nuit circulait dans les rues, muni d’une lanterne, pour rassurer et donner l’heure. Ce poste de police est cette lumière dans la nuit qui donne plus d’humanité27 ».

15Par un effet de métonymie, la présence de ces équipements et agents (policiers municipaux, mais aussi on va le voir nouveaux agents de médiation) accrédite l’idée que le maire est aux côtés de la population, qu’il garantit leur tranquillité publique, qu’il prend en compte leurs doléances et qu’il en est proche.

  • 28 Sur l’opération de communication politique que constitue la création d’une police municipale, cf. (...)

16Rassurer, protéger, veiller sur la tranquillité publique, faire preuve de sollicitude pour réduire le sentiment d’inquiétude de leurs administrés-électeurs sont les finalités recherchées par les maires lorsqu’ils créent ce type de services et d’équipement dits de proximité, dont la dimension symbolique28 n’est pas négligeable. Ces équipements se veulent autant de preuves tangibles de leur sollicitude à l’égard des administrés, autant de marques de leur présence sur le terrain de la sécurité, autant de signes qu’ils ne les abandonnent pas, qu’ils se soucient de leur sort.

La proximité relationnelle : construire des médiations

  • 29 L’objectif, inscrit dans la circulaire d’application des CLS du 28 octobre 1997, était de créer «  (...)

17Proximité relationnelle ensuite. Depuis le milieu des années 1990, une palette de nouveaux professionnels spécialisés dans des tâches de médiation et de surveillance dissuasive ont essaimé dans les villes françaises : agents locaux de médiation sociale, correspondants de nuit, médiateurs urbains, grands frères, agents de proximité, agents de paix sociale… la liste est loin d’être exhaustive ! Le recrutement de ces médiateurs municipaux s’est considérablement intensifié avec la politique « nouveaux services, nouveaux emplois » initiée, en 1997, par le gouvernement Jospin29. Cette dernière a généré une diffusion des expériences locales pionnières de médiation à de nombreuses autres villes, parfois même de taille très modeste. Les maires ont en effet profité du financement à hauteur de 80 % par l’État de ces emplois de médiation, désormais regroupés sous l’appellation générique d’agents locaux de médiation sociale (ALMS), pour renforcer ou créer à moindre frais leur propre politique de tranquillité publique. C’est ainsi un « néo-prolétariat » de la surveillance dissuasive, peu qualifié et peu coûteux, qui se trouve chargé de donner corps à une « proximité relationnelle » que les services de la police nationale ne souhaitent pas assurer en raison du caractère peu valorisant de ces tâches.

  • 30 Robert (P.), 1999, Le citoyen, le crime et l’État, op. cit. p. 259.
  • 31 Circulaire du 15 décembre 1997 relative au statut et aux missions des ALMS.
  • 32 Ces pratiques sont également fortement présentes dans le milieu de la sécurité privée où l’on trou (...)
  • 33 Lapeyronnie (D.), « Contre-monde », Les annales de la recherche urbaine, n° 83-84, p. 53-58.
  • 34 De Maillard (J.), Faget (J.), 2001, « Les ALMS : les flous de l’intervention sociale », Les Cahier (...)
  • 35 Ce déficit de reconnaissance les place, comme le montre Eric Macé dans sa monographie des politiqu (...)

18Affectés aux transports en commun, à un quartier d’habitat social ou encore à des équipements sportifs, les missions de ces nouveaux agents de sécurité sont avant tout de réinvestir l’espace public en affirmant, par « leur seule présence, que personne ne peut confisquer la rue, le bus, le parking30 » et, ensuite, de tenter de désamorcer les conflits d’usage de ces espaces ; conflits entre les jeunes des quartiers sensibles et les institutions, conflits entre résidents d’immeubles ou entre communautés ethniques. Conformément à la circulaire sur les ALMS qui préconisait que ces agents reflètent « le plus fidèlement possible, la diversité des habitants des villes et des quartiers sensibles où (ces agents) seront amenés à exercer leurs missions31 », il n’est pas rare que les maires les recrutent en tenant compte de leur quartier d’origine, de leurs caractéristiques culturelles voire phénotypiques (couleur de la peau, beauté, taille32). Ce type de discrimination positive est motivé par la recherche d’un effet « grand frère » dont l’objectif est, par une proximité sociale (affective, ethnique et identitaire), de dissuader les fauteurs de troubles virtuels et à faciliter le contact des agents municipaux avec ces derniers. Cependant, si cette proximité sociale constitue une ressource au travail de dialogue et de conciliation des médiateurs, elle peut aussi se révéler être un handicap ; l’agent municipal issu du quartier se voyant étiqueté comme « une balance » à la solde des autorités policières. La difficulté de positionnement de ces nouveaux « professionnels » de la médiation, à l’égard des jeunes aux comportements violents qui se réfugient dans un « contre-monde33 », se double d’une difficulté à définir la spécificité de leur rôle au regard d’autres professions34 aux missions voisines comme celles d’animateur social ou d’éducateurs de rue. S’y ajoute une absence de reconnaissance par les autres services municipaux et par leurs partenaires locaux35, notamment les policiers de la nationale, qui tendent à les considérer sous l’angle de simples informateurs des faits illégaux repérés dans leur territoire d’intervention.

  • 36 Sur l’ethnicisation des métiers liés à la sécurité, cf. Body-Gendrot (S.), Duprez (D.), 2001, « Le (...)
  • 37 Sur le travail de construction statistique, de ces handicaps et déficits sociaux, à partir duquel (...)
  • 38 David Lepoutre a décrit avec finesse, dans son étude ethnographie de la culture de rue des banlieu (...)

19On le voit donc, les maires, dans l’espoir d’assurer la « paix sociale », s’efforcent d’adapter le recrutement de leurs agents de médiation aux spécificités culturelles des populations composant les quartiers de leur ville. Levier de leur politique de lutte contre l’insécurité, cette forme d’ethnicisation des fonctions de médiation (et plus largement de sécurité36) n’en est pas moins, dans la plupart des cas, déniée par les acteurs politiques et administratifs lorsqu’on les interroge sur ce point. Sans doute par crainte de s’inscrire en porte-à-faux avec le principe de neutralité républicaine ou par crainte de stigmatiser des populations, cette pratique reste indicible… bien qu’encouragée ! De manière révélatrice, sur le plan rhétorique, les élites politiques et administratives locales préfèrent parler de politiques de discrimination positive territoriale (reposant sur un ciblage des territoires caractérisés par des handicaps et des déficits sociaux37) plutôt que de politiques « ethniques ». Le territoire, comme catégorie d’action publique, masque ainsi habilement les critères ethniques retenus par certains maires, dans leurs stratégies de recrutement de leurs agents de médiation, en vue de favoriser la régulation des rivalités inter-ethniques ou inter-culturelles dans les quartiers sensibles38.

La proximité temporelle : réagir vite pour protéger les victimes

  • 39 Ce modèle d’action publique, Gilles de Robien s’y est familiarisé lors d’un voyage initiatique eff (...)
  • 40 Pour une approche détaillée de la réforme de la police de New-York, cf. Silverman (E.), « New-York (...)
  • 41 Cité par de Maillard (J.), 2005, « Sans angélisme. De la lutte contre l’insécurité dans une ville (...)

20Proximité temporelle enfin. La proximité temporelle signifie une réduction des délais entre la commission d’un acte et sa résolution, mieux encore, la recherche de l’immédiateté dans la réponse. Elle est indissociable de la volonté affichée par les autorités publiques, dans une perspective de réaffirmation symbolique de leur autorité, d’une politique de traitement systématique de tous les actes mettant en question l’ordre public local. C’est dans cette perspective qu’il faut comprendre le succès du modèle new-yorkais auprès des maires français qui, à l’instar de Gilles de Robien39, sont fascinés par l’obligation de résultats imposée aux fonctionnaires de police placés sous la responsabilité du maire. Ils ne retiennent cependant de ce « modèle » que le slogan fortement médiatisé – « tolérance zéro » – qui masque les stratégies de réforme du NYPD40 ayant favorisé la baisse de la délinquance constatée dans cette ville. Cette politique de la « tolérance zéro » s’accompagne, sur le plan des discours, du recours à la thématique de « l’urgence ». Contentons-nous de citer ici, l’ex-maire des Mureaux, Alain Etoré, qui déclarait en 1998 lors des Rencontres nationales des acteurs de la ville organisées par la Direction interministérielle à la ville (DIV) : « Nous n’avons plus le temps. Nous parlons depuis 15 ans de la politique de la ville et des quartiers en difficulté alors que ça brûle tous les jours. Les jeunes me laissent 6 secondes et non 6 ans pour répondre41. »

  • 42 Les théories criminologiques sur la défense des espaces ont été développées par les chercheurs ang (...)

21La quête d’une proximité temporelle met en lumière le déplacement affectant les modes d’intervention des politiques de lutte contre l’insécurité. Contrairement à l’objectif des politiques de prévention sociale, menées dans les années 1980 et au début des années 1990, qui était d’agir sur les causes sociales de la délinquance en privilégiant le temps long, ce sont désormais le court terme, le traitement de l’urgence, la protection et la gestion émotionnelle des victimes (potentielles ou avérées) qui sont privilégiées. À la prévention sociale, les maires tendent désormais à privilégier une prévention centrée sur l’évitement des risques, sur la protection des espaces et des victimes. Cette conception défensive s’inspire du modèle anglo-saxon dit de la « prévention situationnelle » ou de « l’espace défendable42 ». Rappelons rapidement ce que recouvre ce modèle préventif. Au principe de cette philosophie d’action préventive, qui se démarque de la traditionnelle prévention française à caractère social initiée par la politique Bonnemaison en 1983, se trouve l’idée que le délit doit être considéré comme un risque parmi d’autres. Il est une activité ordinaire de la vie en société dont il faut chercher à se prémunir par la dissuasion. Dans cette optique, il importe de « durcir les cibles » susceptibles d’attirer les délinquants en développant des dispositifs techniques (vidéosurveillance, boxage des parkings…) qui dissuadent le passage à l’acte délictuel, ou tout au moins, en réduisent les chances de succès. Au fondement de « la prévention situationnelle » se trouve en effet l’idée que le délinquant est un acteur rationnel calculant les bénéfices qu’il peut tirer d’un acte délictuel par rapport aux coûts des risques qu’il comporte. Dès lors que les espaces sont protégés, les tenants de cette approche estiment que le délinquant évitera de s’en prendre à ceux-ci.

  • 43 Garland (D.), 1996, « The limits of the sovereign state : Strategies of crime control in contempor (...)
  • 44 Sur la genèse de la prévention situationnelle dans les pays anglo-saxons, cf. De Calan (J.), 1995, (...)
  • 45 On a montré ailleurs l’influence des cabinets de conseils en sécurité dans l’orientation des polit (...)

22Par cette approche, qualifiée par David Garland de « criminologie de la vie quotidienne43 » ou « criminologie de soi » – soulignant par-là que le délinquant n’est pas fondamentalement un individu possédant des caractéristiques sociales particulières, il s’agit donc davantage de centrer les moyens sur « la situation et la victime44 » (propriétaires privés ou publics) que d’agir en amont sur les facteurs sociaux de la délinquance. C’est cet objectif théorico-pratique d’une « gestion des risques » d’atteintes aux biens ou d’actes de « malveillance » qui guide les recettes d’action publique, fortement inspirées par les cabinets privés de conseils en sécurité45, privilégiées aujourd’hui par les maires. Qu’on en juge par exemple par le succès, aussi bien auprès des maires de droite que de gauche, de la vidéosurveillance. En conséquence, les politiques municipales de sécurité s’intéressent désormais moins au corps et à l’âme du délinquant potentiel ou avéré, à sa vulnérabilité sociale, qu’aux territoires qu’il faut protéger et aux victimes dont il faut gérer les inquiétudes. Les déclinaisons pratiques de la « proximité » apparaissent ainsi comme un vecteur d’infléchissement des réponses à l’insécurité et, plus encore, d’un glissement dans les modèles d’action publique dominants en ce domaine. Certes, la prévention sociale ne disparaît pas totalement, mais elle se voit fortement concurrencée par le paradigme de la prévention situationnelle porté par les nouveaux experts et marchands de sécurité.

Proximité et construction du rôle de « maire garant de la tranquillité publique »

23Déclinée dans leurs politiques municipales de lutte contre l’insécurité, la proximité est aussi fortement mobilisée par les maires dans leurs discours pour légitimer et mettre en scène leur rôle de « garant de la tranquillité publique ».

  • 46 La distinction entre la « peur du crime » et la « peur personnelle », reprise par les sociologues (...)
  • 47 Roché (S.), 1991, Le sentiment d’insécurité en France, thèse de doctorat en science politique, uni (...)
  • 48 Roché (S.), 1998, « Expliquer le sentiment d’insécurité. Pression, exposition, vulnérabilité et ac (...)

24La dimension de représentation constitutive du travail politique des édiles s’opère à travers leurs gestes symboliques (déplacements dans un quartier, remise de médailles à des policiers municipaux attestant de leur rôle de patron de la police municipale), et surtout, à travers leurs discours. Les prises de paroles des maires sont, en ce domaine, déterminantes. La perception de l’insécurité dans une ville est en effet liée aux catégories cognitives et normatives véhiculées, aussi bien au niveau national que local, par les producteurs des valeurs morales et des normes au premier rang desquels se trouvent les maires. Franck Furstenberg a ainsi établi, dans ses travaux désormais classiques, que le sentiment d’insécurité renvoie à deux dimensions bien distinctes : la « peur personnelle46 » et la « préoccupation sociale pour le crime ». La peur personnelle ou « peur vécue » pour soi et pour ses proches est liée à des éléments objectifs : faits délictuels ou désordres dont un individu a été victime ou dont il a eu un écho par un proche. La préoccupation sociale pour le crime – ou « préoccupation pour l’ordre47 » – dépend, elle, de l’état général de la société, et notamment, de son système politique. Autrement dit, elle ne renvoie pas à une expérience vécue mais au « monde conçu qui est celui des valeurs morales et politiques (ce à quoi l’on croit) et des normes (ce qu’il faut pour la société). L’inquiétude n’y est plus déclinée à la première personne, mais sur le registre de la morale, du « il faut », « il n’est pas acceptable48 ». D’où le caractère déterminant des discours des élites politiques locales lorsqu’elles se positionnent sur les enjeux locaux de sécurité. En fonction des valeurs, des principes et des normes d’action défendus par les maires, la préoccupation pour l’ordre dans une ville peut sensiblement varier. Le sens que les maires confèrent aux problèmes de sécurité, l’image qu’ils donnent de leur action possèdent, même s’il est difficile d’en mesurer la portée, une incidence sur la perception du problème de l’insécurité qu’on ne saurait négliger. Dans ce souci d’assurer la confiance publique et de légitimer, dans les arènes politiques nationales, leur rôle de « garant de la tranquillité publique », les maires instrumentalisent le registre de la proximité.

La « proximité » supposée du maire : gage de sa connaissance de la demande de sécurité

  • 49 Ces statistiques qui reflètent plus, il est vrai, l’activité des forces de police que la délinquan (...)

25Le registre de la proximité est tout d’abord exploité par les maires afin d’accréditer la croyance selon laquelle, en raison de leur statut d’élu local, de leurs contacts avec la population, de leur ancrage dans leur ville, ils sont les plus aptes à saisir la demande de sécurité de leurs administrés. L’accumulation des témoignages directs par les maires, les lettres et pétitions reçues en mairie, les coups de téléphone auxquels ils répondent, les rapports quotidiens et les informations que leur transmet leur police municipale ou leur service de médiation sociale, toutes ces relations interpersonnelles ou médiatisées donneraient aux maires une connaissance objective du terrain, au-delà de celle que possèdent les représentants de l’État local à travers les statistiques de la délinquance49.

  • 50 Comme le remarque Christian Le Bart, dans cet ouvrage, « les politiques expriment toujours par leu (...)

26Cette image d’un maire présent sur le terrain et le connaissant, les maires sont particulièrement attentifs à la valoriser lors de périodes de tensions liées, par exemple, à des altercations entre forces de l’ordre et jeunes des quartiers « sensibles ». Au regard de l’émotion que suscite ce genre d’événement, ils tiennent en ces moments-là à témoigner de leur indignation et de leur sollicitude à l’égard des victimes par leur présence « en chair et en os50 ». Sur ce point, on peut citer cet exemple du maire de la capitale picarde qui, à « la suite de violences urbaines dans les quartiers Nord d’Amiens provoquant l’inquiétude et la colère chez les riverains concernés et au-delà », tient à affirmer son rôle de garant de la tranquillité publique en se déplaçant sur le terrain. Par sa présence dans les quartiers touchés par ces incidents, présence mise en image et diffusée par son bulletin municipal, il témoigne de l’importance qu’il accorde à ces faits, de sa volonté de ne pas abandonner les habitants et de la qualité de son écoute. Il s’efforce d’incarner la figure d’un maire proche par opposition à la figure d’un État distant, inefficace parce que débordé par des missions qu’il ne pourrait assumer. Au geste, il joint la parole fustigeant l’absence des institutions policières sur le terrain :

  • 51 Journal des Amiénois, « L’État doit prendre ses responsabilités. Mais chacun à un rôle à jouer », (...)

« La vérité oblige à dire que depuis dix, quinze ou même vingt ans, l’État et tous les gouvernements successifs ont laissé la sécurité se dégrader dans certains quartiers au point qu’aujourd’hui un petit nombre de voyous s’y considèrent comme chez eux, y font régner, auprès des adultes et des autres jeunes, la loi de la terreur et du silence et ne comprennent pas que, du jour au lendemain, lorsque les limites du tolérable ont été franchies, on rétablisse le droit républicain en menant des opérations de remise en ordre. Faute de moyens, juges et policiers sont submergés par une multitude d’affaires à régler. Mais que l’État redécouvre, depuis deux ans, les mérites d’une police de proximité qu’il avait peu à peu démantelée me sidère ! Quand va-t-on enfin donner aux maires des pouvoirs en matière de police de proximité ? Il faudra bien un jour poser le débat51…»

27De la même manière, en 1997, le maire de Nantes, Jean-Marc Ayrault, au lendemain d’échauffourées entre la police et les jeunes dans l’un des quartiers classés « sensibles » de Nantes (Les Dervallières), convoque la symbolique de la proximité attachée au mandat d’élu local pour critiquer le déficit de connaissance de la « réalité du terrain » du représentant de l’État local.

  • 52 Ouest-France, « Jean-Marc Ayrault allume le préfet », 2 février 1997.

« Le Préfet, je peux l’emmener aux Dervallières pour qu’il m’explique pourquoi des policiers mettent autant de PV (faisant référence à une protestation des habitants de ce quartier au zèle verbalisateur des policiers) alors que la cité est touchée par des problèmes de violences urbaines autrement plus préoccupants. […] Contrairement à M. Charles-Noël Hardy (le Préfet), ajoute-t-il, je n’ai pas été nommé, moi52. »

Une proximité invoquée par les maires pour étendre leurs pouvoirs en matière de sécurité

28Maire proche, figure rassurante du « bon père de famille », voilà le rôle que ces maires tendent à endosser en attestant, par le recours à la rhétorique de la proximité, de leur présence sur le terrain. Pour renvoyer une image rassurante de leur action, les maires jouent donc sur l’idée dominante selon laquelle l’efficacité de l’action publique, en matière de sécurité comme dans d’autres domaines d’action publique, serait indissociable d’une capacité à voir, à écouter, à toucher les administrés. Plus encore que les chiffres, pourtant parés des vertus de l’objectivité, la présence sur le terrain vaudrait connaissance des difficultés rencontrées par la population en matière de tranquillité publique, elle vaudrait légitimité à agir. Ainsi, alors qu’il n’y a pas si longtemps encore, les maires en raison même de leur insertion dans la communauté locale, étaient soupçonnés de « clientélisme », cette même proximité, aussi artificielle soit-elle, apparaît aujourd’hui gage de leur légitimité à intervenir sur les questions de sécurité quotidienne.

29Mieux encore, le fétichisme de la proximité dans le champ de la sécurité est utilisé par les maires pour revendiquer un accroissement de leurs pouvoirs par municipalisation de la police urbaine (actuelle police de proximité). À titre d’exemple, lors d’une conférence de presse, où il présente un rapport (réalisé avec le député-maire socialiste de Tourcoing, Jean-Pierre Balduyck) visant à définir la position que défendra l’AMF lors de son 84e congrès quant au rôle du maire en matière de sécurité, Gilles de Robien déclare que :

  • 53 Conférence de presse de Gilles de Robien à l’hôtel de ville d’Amiens sur ses 25 propositions pour (...)

« Les élus locaux doivent redevenir les vrais patrons de la sécurité de proximité. […] Nous ferons de ce retour à la plus élémentaire des traditions républicaines l’un des éléments de fond des débats à venir, non pour transformer les élus en shérifs mais pour assurer comme dans la quasi-totalité des pays du G7 ou de l’Union européenne, le retour à un pouvoir confisqué et que légitime à nouveau l’attente de nos concitoyens53. »

  • 54 L’Express, décembre 1998.
  • 55 Parmi les membres de cette association, on trouve le maire de Saint-Herblain (Charles Gautier), ce (...)
  • 56 Libération, « Ils ont souhaité plus de pouvoirs pour combattre l’insécurité », 17 novembre 1997.

30Certains maires de gauche, sans aller jusqu’à défendre une telle réforme, sont néanmoins proches de ces positions et n’hésitent pas également à revendiquer plus de pouvoirs. Il en est ainsi de Jean-Marie Bockel54 (maire de Mulhouse) qui déclarait, en décembre 1998, dans le magazine l’Express : « Laissons sa chance aux CLS. Mais, si c’est un échec, je dirai que De Robien a raison » de préconiser un transfert de compétences aux maires de la police urbaine. On peut également évoquer l’initiative de 57 maires de banlieues étiquetées « difficiles » qui, en novembre 1997, se constituent en une association spécialisée – l’Association des maires pour des villes sûres55 et réclament « plus de responsabilités pour lutter contre l’insécurité56 ». Faisant part de leurs inquiétudes et de leurs impatiences sur les effets de la politique des « contrats locaux de sécurité » lancée à cette époque, ils se montrent toutefois plus discrets sur la municipalisation de la police nationale et plus soucieux de ne pas aller à l’encontre de la ligne du gouvernement socialiste qui s’est clairement opposée à l’idée d’une municipalisation de la police urbaine. Pas question, en effet, estime alors le Premier ministre Lionel Jospin, de « shérifiser » la police urbaine.

31Les revendications portées par ces élus locaux, dont on ne saurait négliger la dimension stratégique de démarcation politique, témoignent de l’importance que les maires accordent au rôle de « garant de la tranquillité publique ». Parce qu’il a partie liée avec l’idée de proximité, valeur en hausse aujourd’hui, parce qu’il s’inscrit dans le souci prêté au quotidien, au confort social, les maires le perçoivent comme indissociable de leur métier d’élu local. Ce rôle qui leur est prescrit par leurs administrés contribue fortement, pensent-ils, à les imposer, comme des maires compétents. Les propos que nous a tenus un maire de l’agglomération sénartaise sont à cet égard très significatifs.

  • 57 Entretien avec Geoffroy (G.), maire de Combs-la-Ville, janvier 2001.

« Je ne conçois pas d’être maire sans avoir cette responsabilité permanente de la sécurité des biens et des personnes sur la commune. La sécurité préfigure la manière dont un maire est capable de conduire une municipalité. S’il est capable de gérer la sécurité, il acquiert une reconnaissance dans la capacité à gérer d’autres domaines57. »

32En écho, l’ancien adjoint à la sécurité de Gilles de Robien nous déclarait que :

  • 58 Entretien avec D. Ricquart, ancien-adjoint du maire d’Amiens chargé des questions de sécurité, jan (...)

« Lorsque les gens sauront que le maire est responsable de la sécurité, si un jour il devient réellement le responsable de la sécurité, cela sera un des points forts de son mandat de maire. Et personne ne pourra y échapper… parce que le reste c’est de l’amuse public. La sécurité, c’est du quotidien, c’est du traumatisme pour les gens qui la subissent… Il faut donc identifier les responsabilités dans ce domaine, et la première, c’est qui commande quoi, qui est le responsable global de la lutte contre l’insécurité. Pour moi, c’est le maire […] L’important c’est la démocratie locale, le retour au pays, le retour dans la rue, le retour à l’immeuble. Si on n’est pas là, cela ne peut pas marcher. S’il n’a pas cette liaison permanente visant à prendre le pouls, le climat des gens, cela ne peut pas marcher et, cette liaison, seul le maire peut l’assurer58. »

  • 59 Ferret (J.), 2002, « Y aura-t-il des élections cette année ? Technologie des partenariats et oubli (...)

33Ces revendications des maires en faveur d’un accroissement de leurs responsabilités en matière de sécurité quotidienne, au nom de leur supposée proximité, ne sont cependant pas sans risque sur le plan politique. Certes, un maire, en se construisant l’image d’un maire compétent en ce domaine et en s’attribuant, par des discours d’imputation positive, plus de pouvoirs qu’il n’en a réellement, peut espérer en tirer profit sur le plan électoral. Mais, en cas de détérioration de la délinquance dans sa ville, il perd la possibilité de se défausser de sa responsabilité sur l’État qui, jusqu’ici, constituait un bouc émissaire bien commode. D’un autre côté, Jérôme Ferret considère à juste titre que les maires « ne peuvent, sous peine de perdre leur crédibilité, continuer à plaider leur manque de ressources. L’image du maire “entrepreneur” n’y survivrait pas59. »

***

  • 60 Grémion (C.), Muller (P.), 1990, « De nouvelles élites locales ? », Esprit, n° 164, p. 46.

34Les maires s’efforcent donc d’agir ou, à tout le moins, d’accréditer par leurs discours l’idée qu’ils ne sont pas indifférents à cette préoccupation (la sécurité) supposée majeure de leurs administrés et déterminante pour l’image d’une ville. Difficile en effet pour un maire d’attirer les investisseurs et les cadres susceptibles d’accompagner les nouvelles entreprises si sa ville possède l’image d’une ville aux prises avec ses « violences urbaines » ou d’une ville qui a peur. Ainsi, le rôle du maire entrepreneur apparaît aujourd’hui indissociable du rôle de maire « garant de la tranquillité publique ». Autrement dit, dans l’exercice de son métier d’élu local, un maire doit désormais savoir habilement combiner une « légitimité managériale (celle qui l’autorise à gérer sa commune comme une entreprise) et une légitimité traditionnelle (celle de l’élu qui gère sa commune en bon père de famille)60 ». Toute la force précisément du rôle de « garant de la tranquillité publique » est d’accréditer cette image d’un maire proche, d’un maire protecteur, d’un maire rassurant, d’un maire soucieux de répondre en « bon père de famille » aux préoccupations quotidiennes de ses administrés et veillant sur sa cité. Un maire, lorsqu’il réactive ce rôle traditionnel, peut de cette manière donner une plus-value symbolique à sa fonction, en susciter une perception valorisante par les connotations positives désormais attachées à la rhétorique de la proximité… tout en étendant le contrôle social sur la communauté politique qu’il administre.

Notes

1 De Robien (G.), 2001, 25 propositions pour restaurer la confiance, Rapport pour l’Association des Maires de France présenté lors du 84e congrès de cette association, novembre.

2 Pour une critique de cette catégorie de classement des faits jugés déviants qui, par une criminalisation des comportements ordinaires, tend à abaisser le seuil de la déviance, voir Collovald (A.), 2000, « Violence et délinquance dans la presse », in Bailleau (F.), Gorgeon (C.), Prévention et sécurité : vers un nouvel ordre social ? », Paris, Les Éditions de la DIV, p. 39-53.

3 Rey (H.), 1996, La peur des banlieues, Paris, Presses de Sciences Po.

4 Sur un exemple d’un dispositif de « justice de proximité », cf. Donzelot (J.), Wyvekens (A.), 1999, « Magistrature sociale et souci du territoire : les groupes locaux de traitement de la délinquance », Les Cahiers de la sécurité intérieure, n° 33, p. 149-174.

5 Loi du 23 avril 1941 portant organisation générale des services de police en France (dans les communes de plus de 10000 habitants).

6 De manière révélatrice, l’Association des Maires de France s’est toujours opposée, sous la IIIe République, aux revendications d’étatisation des polices locales portées par les organisations syndicales policières, cf. Robert (P.), 1999, Le citoyen, le crime, l’État, Genève-Paris, Librairie Droz, p. 52.

7 Monjardet (D.), 1996, « Le maire, le commissaire et la sécurité urbaine », Pouvoirs locaux, n° 28, p. 82.

8 Prenant appui sur leur étude de la police municipale de Bordeaux sous la IIIe République, M. Bergès et J.-C. Thoenig estiment en effet que « si les recrutements sont souvent des exemples de pratiques clientélistes – allégeance personnelle au maire ou à ses adjoints – ou de clan partisan – on écarte les adversaires politiques, les abus extrêmes sont rares ». Ils en concluent que le système républicain d’administration de la police (par opposition au modèle centralisé) a bien fonctionné et a favorisé la modernisation policière : Bergès (M.) et Thoenig (J.-C.), 1993, L’étatisation des polices municipales. Bordeaux et le pouvoir central 1884-1941, Rapport « Études et Recherches », IHESI.

9 Marie-Thérèse Vogel, sur la base d’une analyse socio-historique des polices municipales, démythifie avec rigueur la vision longtemps incontestée du caractère défaillant de la gestion de la sécurité quotidienne par les polices municipales sous la IIIe République. Dans sa thèse, elle montre que ces polices municipales, à l’origine de l’invention d’une police urbaine – police du quotidien – n’étaient nullement moins performantes, moins professionnalisées, moins impartiales que les polices urbaines étatisées de l’époque : Les polices des villes entre local et national : l’administration des polices urbaines sous la Troisième République, thèse de doctorat en science politique, IEP de Grenoble, mars 1993.

10 Berlière (J.-M.), 1987, « La professionnalisation de la police en France : un phénomène nouveau au début du XXe siècle », Déviance et société, n° 11 (1), p. 100-141.

11 Cité par Gleizal (J. -J.), 1985, Le désordre policier, Paris, PUF, p. 147.

12 Sommier (I.), 1998, La violence politique et son deuil. L’après 68 en France et en Italie, Rennes, PUR.

13 Rapport Guichard, 1976, La commission de développement des responsabilités locales, Paris, La Documentation française, septembre, p. 27.

14 Plenel (E.), 1983, « Les urnes de la peur », Le Monde, 12 mars.

15 Lapeyronnie (D.), Dubet (F.), 1992, Quartiers d’exil, Paris, Seuil.

16 Monjardet (D.), 1999, « Réinventer la police urbaine. Le travail policier à la question dans les quartiers », Les Annales de la recherche urbaine, n° 83-84, p. 15-22.

17 Mouhanna (C.), 2002, « Au-delà des controverses stériles », Sociologie du travail, vol. 44, p. 571-579.

18 Une surestimation des pouvoirs des maires entretenue par les maires eux-mêmes, et ceci, d’une double manière, d’une part, parce qu’ils maîtrisent bien souvent mal quels sont les pouvoirs de police dont ils disposent, d’autre part, parce que désireux de s’imputer plus de pouvoirs qu’ils n’en ont réellement, les maires entretiennent la confusion autour de l’étendue de leur pouvoir dont ils escomptent tirer profit. Pour une analyse plus détaillée, on se permet de renvoyer le lecteur au chapitre 3 de notre thèse, Le maire garant de la tranquillité publique. Réactivation d’un rôle politique et recomposition de l’action publique en matière de sécurité quotidienne, thèse de doctorat en science politique, Université Rennes I, 11 décembre 2003.

19 Les signes de ce sentiment d’insécurité sont multiples : pétitions, vote protestataire, stratégies des individus (quand ils le peuvent !) de fuite géographique, ou encore logique de « sécession » pour les populations les plus aisées qui se regroupent dans des bulles de sécurité sur le modèle des gated communities anglo-saxons.

20 En 1984, il y avait 5641 agents pour 1748 polices municipales, tandis qu’en 1998, on en comptait 13098 pour 3030 polices municipales (Rapport du Sénateur Delevoye sur le projet de loi n° 414 [1997-1998] relatif aux polices municipales présenté à la commission des Lois du Sénat le 27 mai 1998). Malgré cette croissance des effectifs des agents de police municipale, nettement plus rapide que celle de la police nationale, ils ne représentent aujourd’hui encore qu’un dixième des forces de police. Pour plus détails sur l’évolution comparative des effectifs des forces publiques (locales et nationales) et de celle des forces privées de sécurité, cf. Simula (P.), « Offre de sécurité et forces publiques régaliennes », Les Cahiers de la sécurité intérieure, n° 37, p. 135-159.

21 Sur l’usage de la proximité comme mode de construction d’une identité professionnelle par les policiers municipaux, cf. Malochet (V.), 2002, « Les policiers municipaux entre hiérarchie municipale et partenaires locaux », Les Cahiers de la sécurité intérieure, n° 48, p. 103-125.

22 Discours du député-maire Gilles de Robien pour l’inauguration du poste de police Prince Noir, juin 1999.

23 Au début des années 1980, quelques polices municipales ont défrayé la chronique et fait l’objet de nombreuses dénonciations par les élus de gauche qui en ont pourtant, pour bon nombre, également doté leur ville !

24 « À Amiens, la police municipale fait du cocooning », Le Monde, 4 janvier 2002.

25 Entretien avec le Maire de Combs-la-Ville, janvier 2001.

26 Garraud (P.), 1990, « Discours des maires et construction locale du politique », Mots, n° 25.

27 Discours de Gilles de Robien pour l’inauguration du poste de police municipale Prince Noir, juin 1999.

28 Sur l’opération de communication politique que constitue la création d’une police municipale, cf. Chambron (N.), 1995, « Les polices municipales en France : concurrence, complémentarité ou coopération avec la police nationale ? », Politiques et management public, 13 (4).

29 L’objectif, inscrit dans la circulaire d’application des CLS du 28 octobre 1997, était de créer « 35000 emplois de proximité » (adjoints de sécurité, ALMS aides-éducateurs).

30 Robert (P.), 1999, Le citoyen, le crime et l’État, op. cit. p. 259.

31 Circulaire du 15 décembre 1997 relative au statut et aux missions des ALMS.

32 Ces pratiques sont également fortement présentes dans le milieu de la sécurité privée où l’on trouve une majorité de « Noirs africains » assurant des fonctions de vigile : HUG (P.), 2000, « Les agents de sécurité privée noirs : un exemple de discrimination dans le monde de la sécurité », Les Cahiers de la sécurité intérieure, n° 40, p. 93-117.

33 Lapeyronnie (D.), « Contre-monde », Les annales de la recherche urbaine, n° 83-84, p. 53-58.

34 De Maillard (J.), Faget (J.), 2001, « Les ALMS : les flous de l’intervention sociale », Les Cahiers de la sécurité intérieure, n° 46.

35 Ce déficit de reconnaissance les place, comme le montre Eric Macé dans sa monographie des politiques de lutte contre l’insécurité au Havre, dans des situations d’isolement : Macé (E.), 1999, « Un système politique en panne : Le Havre », in Wieviorka (M.) dir., Violence en France, Paris, Seuil, p. 177-208.

36 Sur l’ethnicisation des métiers liés à la sécurité, cf. Body-Gendrot (S.), Duprez (D.), 2001, « Les politiques de sécurité et de prévention dans les années quatre-vingt-dix en France », Déviance et Société, 25 (4), p. 377-402.

37 Sur le travail de construction statistique, de ces handicaps et déficits sociaux, à partir duquel a été fabriquée la géographie prioritaire de la politique de la ville, cf. Estèbe (P.), 1999, Action publique et géographie prioritaire dans la politique de la ville (1989-1998), Université Paris X-Nanterre, décembre.

38 David Lepoutre a décrit avec finesse, dans son étude ethnographie de la culture de rue des banlieues, les relations conflictuelles ethniques existants entre jeunes d’origines culturelles différentes : La « cohabitation serrée et parfois intime de populations jeunes d’origines multiples et diverses peut être complexe, délicate, jamais totalement dépourvue de tensions difficiles à vivre parfois, voire dangereuse à l’occasion ; mais elle induit aussi des relations sociales originales, souvent pleines de surprises pour les individus, sollicitant de leur part des formes sociales d’intelligence, d’humour et même de courage ». (chapitre 2 : les relations interethniques) : Lepoutre (D.), 2001, Cœur de banlieue. Codes rites et langages, Paris, Odile Jacob.

39 Ce modèle d’action publique, Gilles de Robien s’y est familiarisé lors d’un voyage initiatique effectué, en 1998 pour le compte de l’AMF, en compagnie du député-maire PS de Mulhouse, Jean-Marie Bockel, qui partage sur nombre de points ses thèses. Selon l’ancien adjoint à la sécurité du maire d’Amiens, Gilles de Robien « en est revenu avec des idées bien arrêtées, persuadé que c’était le maire qui devait conduire la politique de sécurité ». Lui-même ne cachait d’ailleurs pas, dans un entretien accordé à un journaliste du Monde, en avril 2001, sa fascination pour le modèle new-yorkais, et notamment, pour l’obligation imposée aux policiers municipaux de rendre des comptes « ils passent sur le gril chaque semaine, devant les grands chefs, note Gilles de Robien. On leur demande pourquoi, ils ont fait ci et ça ». « Deux députés français à l’école de la police new-yorkaise », Le Monde, 26 avril 2001. Voir aussi, « La tolérance zéro, nouvelle référence des discours sur la sécurité », Le Monde, 4 décembre 2001.

40 Pour une approche détaillée de la réforme de la police de New-York, cf. Silverman (E.), « New-York gagne la bataille du crime. Les stratégies de police innovantes », et le texte de présentation de Monjardet (D.), 2002, « Entre propagande et dénégation, Retour distancié sur la tolérance zéro », Les Cahiers de la sécurité intérieure, n° 48, p. 171-188.

41 Cité par de Maillard (J.), 2005, « Sans angélisme. De la lutte contre l’insécurité dans une ville de banlieue parisienne », in Ferret (J.), Mouhanna (C.) (dir.), Peurs sur les villes, Paris, PUF.

42 Les théories criminologiques sur la défense des espaces ont été développées par les chercheurs anglo-saxons, notamment Newman (O.), 1973, Defensible Space : People and Design in the Violent City. Crime Prevention through Urban Design, London, Architectural Press.

43 Garland (D.), 1996, « The limits of the sovereign state : Strategies of crime control in contemporary society », British Journal of Criminology, 36 (4), p. 445-467.

44 Sur la genèse de la prévention situationnelle dans les pays anglo-saxons, cf. De Calan (J.), 1995, « La prévention situationnelle en Angleterre : fondements, pratiques et enjeux », Les Cahiers de la sécurité intérieure, n° 21, p. 143-157.

45 On a montré ailleurs l’influence des cabinets de conseils en sécurité dans l’orientation des politiques de sécurité menées par les maires :Buffat (J. -P.), Le Goff (T.), 2002, « Quand les maires s’en remettent aux experts. Une analyse des liens entre les cabinets de conseil en sécurité et les maires », Les Cahiers de la sécurité intérieure, n° 50, p. 169-195.

46 La distinction entre la « peur du crime » et la « peur personnelle », reprise par les sociologues français spécialisés dans l’étude du sentiment d’insécurité, a été établie par Franck Furstenberg en 1971 : Furstenberg (F.), 1971, « Public Reaction to Crime in the Streets », American Scholar, n° 40, p. 601-610. Il importe de préciser qu’il n’y a pas nécessairement de corrélation entre ces deux dimensions du sentiment d’insécurité.

47 Roché (S.), 1991, Le sentiment d’insécurité en France, thèse de doctorat en science politique, université de Grenoble, Cerat.

48 Roché (S.), 1998, « Expliquer le sentiment d’insécurité. Pression, exposition, vulnérabilité et acceptabilité », Revue française de science politique, vol. 48 (2), p. 274-305.

49 Ces statistiques qui reflètent plus, il est vrai, l’activité des forces de police que la délinquance réelle, sont présentées dans « l’état 4001 » regroupant l’ensemble des crimes et délits en 107 index.

50 Comme le remarque Christian Le Bart, dans cet ouvrage, « les politiques expriment toujours par leur présence un choix, un arbitrage » entre plusieurs priorités. Etre présent dans les quartiers lorsque éclatent des violences urbaines, c’est bien signifier à leurs habitants l’importance accordée à l’événement.

51 Journal des Amiénois, « L’État doit prendre ses responsabilités. Mais chacun à un rôle à jouer », 14 novembre 2001.

52 Ouest-France, « Jean-Marc Ayrault allume le préfet », 2 février 1997.

53 Conférence de presse de Gilles de Robien à l’hôtel de ville d’Amiens sur ses 25 propositions pour restaurer la confiance, 19 novembre 2001.

54 L’Express, décembre 1998.

55 Parmi les membres de cette association, on trouve le maire de Saint-Herblain (Charles Gautier), celui des Mureaux (Alain Etoré), de Vaux-en-Velin (Maurice Charrier), de la Courneuve (Gilles Poux) ou encore de Trappes (Jacques Monquaut).

56 Libération, « Ils ont souhaité plus de pouvoirs pour combattre l’insécurité », 17 novembre 1997.

57 Entretien avec Geoffroy (G.), maire de Combs-la-Ville, janvier 2001.

58 Entretien avec D. Ricquart, ancien-adjoint du maire d’Amiens chargé des questions de sécurité, janvier 2001.

59 Ferret (J.), 2002, « Y aura-t-il des élections cette année ? Technologie des partenariats et oubli du politique », Les Cahiers de la sécurité intérieure, n° 50, p. 11.

60 Grémion (C.), Muller (P.), 1990, « De nouvelles élites locales ? », Esprit, n° 164, p. 46.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540