Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La proximité en politique

 | 
Christian Le Bart
, 
Rémi Lefebvre

Deuxième partie. La proximité comme stratégie politique

4. Réenchanter les campagnes

Paradoxes et ambiguïtés de l’usage de la proximité

Pierre Leroux

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Les campagnes électorales offrent aux élus l’occasion de valoriser les liens qui les unissent aux territoires et aux populations qu’ils prétendent représenter. La proximité se veut un contrepoids à la fatalité de l’éloignement « naturel » de l’élu : éloignement géographique (des lieux centraux de décision politique : capitale régionale, Paris, Bruxelles…), éloignement technocratique (la prise de décision se fait à partir des perceptions globales et d’approches rationalisantes – études, statistiques, etc.), éloignement social (la fréquentation des élites économiques, politiques ou culturelles serait un prisme déformant pour percevoir « la » ou « les » réalité [s]). Le retour au terrain s’imposerait donc comme un nécessaire ressourcement du personnel politique pour combattre les effets indésirables de la pratique ordinaire du métier.

  • 1 Christiane Restier-Melleray utilise pour les campagnes électorales la formule de Giddens d’« occasi (...)
  • 2 Cf. Phelippeau (E.), 2002, L’invention de l’homme politique moderne, Paris, Belin. Michel Offerlé (...)
  • 3 Gaxie (D.), 1993, La démocratie représentative, Paris, Montchrestien, p. 62.
  • 4 On songe ici, par exemple, à la campagne de Jacques Chirac pour la présidentielle de 1995, faite, (...)

2De façon plus prosaïque, le retour périodique devant les électeurs, comme incontournable servitude des fonctions électives, conduit les entrepreneurs politiques à accorder une part non négligeable de leur emploi du temps à la valorisation des formes relationnelles de proximité. Les « rituels de proximité1 » tels que les réunions publiques, les visites sur les marchés, les vins d’honneurs ou les rencontres plus ou moins informelles se donnent pour fonction ostentatoire de faire redescendre symboliquement et momentanément l’élu de son piédestal. En cela, rien de véritablement nouveau, dira-t-on : l’ancrage territorial des élus découle des modes eux-mêmes territoriaux de représentation, et est consubstantiel à la forme moderne d’exercice du métier politique2, même si la « nationalisation » de la vie politique a, de façon limitée, atténué les nécessités d’un ancrage territorial fort comme base d’une carrière politique. Cependant, en se complexifiant, l’exercice du métier politique à un niveau central a accru le « volume total des ressources nécessaires pour l’emporter dans la compétition politique3 » ; aux compétences anciennes sont ainsi venues s’ajouter la maîtrise de nouvelles dimensions du métier liées aux re-configurations de l’espace politique. Pour s’en tenir aux seules formes relationnelles mettant en cause les citoyens, les médias nationaux ont imposé de nouveaux usages, de nouvelles formes d’action, de visibilité, de relations avec un public élargi, sans que disparaissent pour autant des formes ritualisées de contact avec les populations. Au contraire, à mesure que l’action politique et sa médiatisation inscrivaient les membres du personnel politique dans un espace de débat sur des questions d’intérêt général relativement abstraites, la construction médiatique d’une « méta-représentation » (en tant que mise en scène du contact personnalisé à travers les médias « de masse ») principalement focalisée sur des formes ritualisées, reprenait force et s’imposait même comme une forme complémentaire indispensable de « rapprochement » avec le citoyen4.

3Les pratiques du personnel politique se trouvent ainsi de plus en plus tiraillées entre différentes nécessités. Les unes l’amenant dans une perspective d’ascension (ou de conservation de la position) à occuper des postes dominants associés à des fonctions de plus en plus techniques et à gérer des questions de plus en plus globales et abstraites ; les autres l’amenant au contraire à défendre l’idée que la légitimité des pratiques repose sur l’immersion dans le concret et la connaissance approfondie et personnelle qui en découle.

  • 5 L’observation a été menée (avec Philippe Teillet que je remercie pour son aide et ses conseils) da (...)
  • 6 Voir Gaxie (D.), Lehingue (P.), 1984, Enjeux municipaux. La constitution des enjeux politiques dan (...)

4L’analyse portera, à travers le cas de Roselyne Bachelot, dans une première partie, sur les questions que pose le travail relationnel « de proximité » (observé ici dans le cadre de la campagne des législatives de juin 20025), autour de trois points principaux. Dans une conception élargie – et non économiste6 – de la notion « d’offre » de « biens » politiques, on analysera d’abord le rituel comme un bien politique, puis les problèmes posés par l’offre de biens politiques de proximité ; enfin, les effets de censure résultant des tensions entre le marché des biens médiatiques nationaux et un marché local spécifique.

  • 7 Sur ce modèle, qui fonctionne de façon métaphorique, on trouve dans le monde politique de nombreux (...)

5Ces différents points permettront de souligner, dans une deuxième partie, que la proximité et ses usages ne se suffisent pas à eux-mêmes : l’opposition « proximité/distance » est sans doute un de ces couples conceptuels qui ne fonctionnent bien que parce que les deux termes s’alimentent réciproquement, n’existent et ne prennent sens et valeur que l’un par rapport à l’autre dans une perspective relationnelle et dans une tension qui leur donnent réciproquement sens. La maîtrise de l’articulation des deux notions fait partie aujourd’hui des dimensions majeures du métier politique7.

6Avant tout, il est nécessaire de faire un bref rappel biographique et de situer le moment particulier auquel l’observation a été effectuée, moment où la tension proximité/distance était, pour la candidate, particulièrement fort.

7Élue députée de la première circonscription du Maine et Loire en 1988, succédant à son père – lui-même élu gaulliste à l’assemblée depuis 1968 –, Roselyne Bachelot hérite à la fois du mandat et de la position de notable local de son père. Comme celui-ci, elle s’est imposée comme un personnage très présent sur le terrain local tout au long de ses différents mandats. Parallèlement, au fil des ans une visibilité nationale croissante l’a fait émerger du quasi-anonymat habituel des « députés de base ».

  • 8 Sur l’analyse de ces succès médiatiques cf. Darras (E.), 1999, « Télévision et démocratisation », (...)
  • 9 Sur l’atout que représentait dans cette configuration le fait d’être une femme, cf. Leroux (P.), T (...)

8Le plus souvent, jusqu’à une période récente, c’est l’occupation d’un poste de premier plan qui conduisait presque « naturellement » à une forte médiatisation. L’action politique s’incarnait ainsi, pour les médias, à travers les traits du personnage public et la production des démonstrations symboliques de son pouvoir d’agir. La médiatisation, comme mode d’accession aux fonctions politiques centrales, a certes pu jouer par le passé comme un facteur déterminant dans la carrière des « entrepreneurs politiques indépendants8 », mais Roselyne Bachelot offre l’exemple unique d’une entrepreneuse politique « classique » (détentrice de mandats locaux et nationaux) pour laquelle la visibilité médiatique a constitué le point d’appui principal pour une carrière de premier plan (comme porte parole de Jacques Chirac durant la campagne présidentielle de 2002, puis comme ministre de l’écologie et du développement durable du gouvernement Raffarin). Défendant auparavant des positions originales (et marginales au sein de son parti) sur des sujets générant des polémiques médiatiques (le PACS et la reconnaissance des homosexuels, la parité et la place des femmes dans la sphère politique…), Roselyne Bachelot a bénéficié du désintérêt relatif et du faible investissement de son parti sur ces questions pour apparaître comme une interlocutrice privilégiée dans les débats médiatiques sur les « questions de société9 ». L’intérêt des médias a été renforcé par le personnage atypique qui incarnait la défense de ces causes : « tailleurs acidulés et franc parler », « panthère rose », sont quelques-unes des formules utilisées par la presse et qui ont fait de Roselyne Bachelot une icône médiatique.

  • 10 Tout en annonçant publiquement son intention de rester ministre, Roselyne Bachelot conservait jusq (...)
  • 11 La stratégie qui consiste lors de la campagne locale pour les législatives à privilégier les enjeu (...)

9Si au cours de cette ascension politico-médatique Roselyne Bachelot n’avait eu de cesse de prouver qu’elle ne délaissait pas « sa » circonscription, la nomination à un poste ministériel entraînait la fin de son mandat de député et pouvait être interprétée – au moment de la campagne pour les législatives qui suivait l’élection présidentielle – comme le début d’une deuxième carrière, nationale cette fois. Si, objectivement, elle se trouvait donc à faire campagne pour l’élection de son suppléant, la réalité était plus ambiguë : le suppléant se présentait en occupant temporaire du poste de député et la ministre menait campagne pour elle-même10. Lors de ce moment charnière que fut la campagne menée dans sa circonscription, la ministre se trouvait donc en position de valoriser les liens de proximité qui l’unissent à son territoire, cette stratégie illustrant les tensions entre les scènes nationales et locales mais aussi la valeur relative des multiples composantes d’un capital symbolique. Alors que ses succès médiatiques étaient liés à des propositions de biens politiques « désincarnés » (la place des femmes, des homosexuels…) en décalage avec le positionnement attendu de la droite sur ces sujets, il s’agissait dans l’espace restreint de la circonscription de faire la démonstration de sa capacité à privilégier les intérêts particuliers de la clientèle spécifique des électeurs potentiels plutôt que l’intérêt général et les grands principes11. L’exemple qu’offre Roselyne Bachelot au moment de cette campagne permet donc de réfléchir à la gestion de couples d’oppositions binaires structurant les logiques d’exercice du métier politique : l’opposition entre notoriété médiatique nationale et mandat à conquérir localement, entre fonction ministérielle et circonscription électorale, entre prises de positions progressistes dans l’espace national et conservation d’un mandat dans une circonscription rurale plutôt traditionnelle.

« Faire campagne » : un ostentatoire retour au terrain

  • 12 Claude Rivière, souligne que le rite existe notamment comme « la valorisation de certains actes do (...)
  • 13 Un public ? Des publics ? Les individus assistant aux réunions électorales dans les villages sont (...)

10Le côté – à première vue – archaïque d’une campagne de terrain doit sans doute s’analyser moins du point de vue des effets directs attendus sur l’électorat que comme l’un des prolongements symboliques (et comme un paroxysme) de la relation de service élue/électeur menée tout au long du mandat. En tant que rite profane12, une telle campagne a des effets symboliques qui vont bien au-delà des publics13 (d’ailleurs souvent clairsemés) que la candidate peut rencontrer : le contact avec les électeurs se donne à voir comme un témoignage de la dette de l’élu envers ses électeurs, et la disponibilité totale de l’élue en campagne témoigne d’un « don de la personne » au territoire et à ses habitants.

Faire exister une campagne

11« Faire campagne », pour un ministre candidat c’est préserver, dans un agenda très rempli, des temps – généralement des journées entières –, consacrés à des réunions publiques, des rencontres thématiques (agriculteurs, syndicalistes d’entreprises menacées par des licenciements, etc.) ou avec les médias locaux (presse écrite, radio, télévision locale). C’est donc se conformer à la définition ritualisée d’une campagne comme « temps fort » de la démocratie, en s’efforçant de donner à voir les indices extérieurs de l’existence même de cette campagne : prises de position sur l’actualité locale, annonces de réunions dans la presse, communiqués en réponse aux interventions des adversaires, etc.

  • 14 Yves Helias utilise cette expression en parlant de la représentation des élus dans les pages local (...)

12On ne comprendrait sans doute pas la lourdeur d’un dispositif de campagne de plus de trente réunions durant entre une et trois heures, n’oubliant aucun des villages de la circonscription, et cela pour une élection donnée comme gagnée par les observateurs locaux, si on ne la rapportait à la volonté affichée par la candidate de s’inscrire dans des formes de communication « proto-spectaculaire14 » et se donnant à lire comme telles.

  • 15 Briquet (J.-L.), 1994, « Communiquer en actes. Prescriptions de rôle et exercice quotidien du métie (...)

13Tout un ensemble de signes (affichage, distribution de plaquettes, annonces de réunion, etc.) attestent en effet dans les villages ou les quartiers que la campagne a bien lieu ; l’annonce même des réunions électorales, faute de mobiliser une population importante, indique à l’électeur potentiel que la candidate se soumet dans les règles au rituel. Ainsi, le temps de campagne est entièrement mis au service d’une inscription dans l’espace de la circonscription : les déjeuners ont été systématiquement programmés dans des gargotes villageoises, les rares temps de battement dans l’emploi du temps ou les réunions annulées faute de public deviennent parfois – à travers ce qui apparaît comme une frénésie de contacts – l’occasion d’inventer des réunions électorales impromptues aux cafés des villages ; et cette proximité se décline aussi dans des usages sociaux du corps : poignées de main, embrassades, rires, rapprochements et relâchement des corps, autant de manière « d’aller au contact » de l’électeur. L’immersion dans la circonscription est un signe en soi, signifiant de la part de l’entrepreneur politique la « conformité à un ensemble de normes qui définissent son rôle et qui confortent l’image que ces publics se font de ce rôle15 ».

Proposer des biens politiques de proximité

  • 16 Nous renvoyons, sur ce point, à Gerstle (J.), 2001, « Préface », dans Les effets d’information en (...)

14La nature immatérielle des biens politiques constitutifs de l’offre électorale (projets, programmes, etc.), leur aspect partiellement décontextualisé et finalement relativement indifférent à une réalité territoriale (certains thèmes peuvent être créés de toutes pièces, d’autres peuvent être passés sous silence en fonction d’intérêts ou de circonstances diverses16), et les doutes qu’on peut émettre sur la capacité de ces biens à répondre aux questions qu’ils posent et aux problèmes qu’ils prétendent résoudre, rend inévitable, sur le terrain, le hiatus entre professionnels et profanes. Une campagne législative obéit en effet à une double contrainte : d’une part, elle est dominée par un agenda et des enjeux nationaux mais d’autre part, la compétition électorale est localisée en raison de la territorialisation du scrutin.

  • 17 « L’articulation d’enjeux externes aux enjeux politiques centraux est une condition nécessaire pou (...)

15Face aux électeurs dans une réunion publique, la candidate se trouve bien souvent dans la situation de donner « quelque chose qu’elle n’a pas à des gens qui n’en ont pas besoin ». En d’autres termes, les biens proposés, relatifs aux fonctions législatives du parlementaire (liées de plus ici à l’appartenance à l’équipe gouvernementale), s’articulent très difficilement avec le rôle d’élu local auquel est renvoyé le candidat en campagne. L’indispensable gestion des attentes dans le contexte d’une réunion publique demande une grande habileté à fonder l’illusion de l’adaptation des produits proposés aux particularités du marché spécifique de la circonscription17.

  • 18 Ainsi, par exemple, lors d’une réunion, un agriculteur attend de la candidate des renseignements « (...)

16Le candidat en réunion publique, tout en proposant des biens politiques relativement « tout terrain », doit donc ajuster ces biens à l’auditoire. Le moment de l’échange, lorsque le public peut poser des questions, fait appel à un savoir-faire particulier. Il s’agit là encore de relier l’offre généraliste à la demande spécifique. Mais, alors que la candidate a, dans son discours de présentation, une assez grande latitude pour construire des raisonnements, développer des arguments mettant en relation causes et effets, et présenter les solutions qu’elle préconise, des difficultés particulières résultent de la nécessité de s’ajuster en public et sur l’instant aux formes mêmes dans lesquelles les questions sont posées. Les thèmes des questionnements font le plus souvent référence à des thématiques prévisibles en raison de leur actualité (politico-médiatique notamment), ils peuvent aussi plus rarement se révéler en cours de campagne comme des problèmes récurrents émanant de la population. Mais les questions du public font le plus souvent référence à des attentes très concrètes, très personnelles, ou très localisées, obligeant la candidate à rapprocher les questions des thématiques de la campagne nationale. La panoplie des outils rhétoriques ne peut cependant pas toujours réduire cet écart18.

17La campagne avançant, les thématiques de campagne se localisent et se renforcent en s’auto-référençant. Le thème de l’insécurité, sans grand écho en zone rurale (mais placé nationalement au centre de la campagne) s’alimente de l’exemple d’un ou deux récents faits divers ordinaires évoqués auparavant dans d’autres réunions et reliés comme les symptômes d’un même phénomène (la candidate affirme dans une de ses démonstrations qu’aujourd’hui les « voleurs de poules » ont été remplacés par « des réseaux organisés »). Selon la même logique, les « méfaits » des 35 heures ou des politiques de gauche en matière d’emploi trouvent à s’illustrer par la valeur d’exemple de cas évoqués auparavant par quelques petits entrepreneurs.

La proximité et ses effets de censure

  • 19 Cf. Leroux (P.), Le grenu (P.), 2001, « Grandes figures et figurants. Formes et effets de la consé (...)
  • 20 Ce point fait l’objet d’une analyse particulière dans Leroux (P.), Teillet (P.), 2005, « La domest (...)

18De telles pratiques conduisent en contrepartie à l’abandon de toutes les thématiques qui construisent l’identité publique de la candidate dans les médias nationaux. Dès lors, l’atout que constitue la visibilité nationale construite à travers les grands médias se doit en campagne de prendre en compte la tension existante entre les scènes locales et nationales et leurs rendements politiques différenciés, mais aussi, et sans doute surtout, d’adapter ses modes et ses formes de communication19. Par exemple, les thèmes « féministes » sont domestiqués : la candidate ne revendique pas ses prises de positions sur ce thème et renonce à saisir les occasions concrètes de développer ses arguments face à des auditoires peu sensibles – voire hostiles – à ses positions20. De même, le soutien aux homosexuels qu’elle a mené à travers le PACS est passé sous silence lorsque la candidate se présente au public. Les positions en faveur de l’homo-parentalité sont développées d’une manière beaucoup plus ambiguë qu’elle ne l’a fait dans les médias nationaux, et uniquement lorsque des sollicitations pressantes l’amènent à intervenir sur le sujet. Ainsi, alors qu’une campagne de proximité impose une personnalisation extrême, le poids d’une offre partisane nationale « rassembleuse » (relatif à la logique de positionnement d’un parti comme l’UMP), conjugué au poids des « demandes » exprimées par les publics rencontrés, tendent paradoxalement à réduire la possibilité d’imposer une offre trop personnalisée.

  • 21 « Toute prise de position politique exprime dès lors un compromis entre les stratégies, éventuelle (...)
  • 22 Ibidem, p. 60.
  • 23 Lorsqu’on demande sans détour un avis auprès de différentes composantes du public (voir supra) sur (...)

19L’adaptation des prises de position à différents types de consommateurs21 sur des marchés restreints ou élargis est ici particulièrement ardue puisqu’il ne s’agit plus de durcir ou d’euphémiser des positions mais de jouer deux jeux presque contradictoires devant des publics en partie semblables (le public de la réunion comme fraction du public des grands médias) et percevant plus ou moins nettement les contradictions entre les deux positionnements. L’impératif conduisant à « rechercher et affirmer la cohérence proprement politique de ses prises de position22 » se révèle particulièrement complexe. La cohérence s’affirme pourtant en transcendant les sujets de désaccord et en tablant sur une foi charismatique jamais vraiment entamée23.

Un jeu proximité/distance

  • 24 À propos de l’instrumentalisation de la proximité, Roselyne Bachelot fait ce constat : « Mais aprè (...)
  • 25 À propos des maires, Dominique Cochart souligne : « L’élu se veut proche de ses électeurs, mais s’ (...)

20Une campagne ne peut cependant pas être lue comme un simple moment d’instrumentalisation – ou de mise en scène – d’une relation de proximité24. Si le candidat doit à la fois témoigner qu’il est un membre de la communauté et qu’il est à son service, sa valeur sur le terrain local tient aussi au fait qu’il doit de surcroît accréditer l’idée qu’il peut donner une traduction politique concrète aux souhaits de ses mandants. La projection dans les diverses facettes d’un « rôle » censé s’ajuster aux attentes des électeurs souligne bien la complexité du jeu proximité/distance25.

La circulation de biens symboliques, de la circonscription au Ministère

  • 26 La principale concurrente (pour le Parti socialiste) a préféré organiser des permanences dans quel (...)
  • 27 La candidate a ainsi rappelé à chaque réunion la consigne impérative du chef du gouvernement à ses (...)

21La « tradition républicaine » – selon le terme employé par la candidate – de la campagne « de terrain », ne peut être réactivée que parce que la possibilité matérielle d’organiser et de mobiliser un auditoire est fondée sur la conviction du public que le candidat a la capacité de l’emporter26. C’est la différence faite entre petits et grands candidats, entre députée potentielle et figurant (e) s de la compétition électorale, qui rend possible l’instrumentalisation de la proximité. Une campagne de proximité est paradoxalement fondée sur l’idée que l’entrepreneur politique peut mobiliser – au-delà du territoire d’élection – des moyens d’agir politiquement au profit de celui-ci. C’est l’usage dialectique du rapport « proximité »/« distance » qui rend possible la réduction symbolique des écarts et le réenchantement des liens entre le personnel politique et les électeurs27. La campagne, comme temps d’écoute, de mise à disposition et de valorisation des biens politiques ajustés au terrain d’élection, ne prend véritablement sens que parce qu’elle s’articule avec l’éloignement nécessaire à la prise en charge des questions évoquées par les populations. À quoi servirait de faire une telle campagne si la candidate ne pouvait prétendre être en mesure, parce qu’elle est ministre, de mieux encore porter les demandes de ses électeurs ? À quoi servirait pour le public d’aller rencontrer une candidate si, par ailleurs, il n’était majoritairement convaincu de l’intérêt à formuler des demandes auprès de quelqu’un qui pourra les faire valoir ?

22Au-delà d’une certaine fascination pour la notoriété et de l’éventuelle fierté qui peut résulter dans ce cas précis de l’accession d’une « enfant du pays » à un poste ministériel, c’est bien la persistance de la capacité à agir pour la communauté – et au besoin individuellement pour chacun de ses membres – qui est attendue par le public. La candidate doit anticiper sur la suspicion latente (dont témoigne en aparté la plupart des individus composant le « public muet ») qui pèse a priori sur le personnel politique en général et sur les occupants de postes de pouvoir en particulier, quant à leur capacité à traduire en actes leurs discours.

  • 28 La candidate souligne d’ailleurs qu’elle porte une attention ministérielle toute particulière aux (...)

23La proximité ne se suffit pas à elle-même et prend sens dans un jeu de circulation de biens symboliques et de médiations entre « l’en bas » et « l’en haut ». L’occupation d’un poste ministériel permet ainsi à la candidate de prétendre avoir une influence sur toutes les questions gouvernementales ; de ce fait, la palette des questions et des thèmes abordés est le reflet de l’autorité qu’on lui prête (et qu’elle se prête). Le lien qu’elle compte conserver avec « sa » circonscription à travers son suppléant (présenté comme un relais auprès de la ministre) souligne l’importance qu’elle accorde à « son » territoire28. La circonscription, « petite France en réduction » aux dires de la candidate, est aussi chargée de fournir l’indispensable expérience du « réel », en échange de quoi la Ministre met l’appareil ministériel au service de la circonscription. De même, l’écho médiatique personnel est présenté comme susceptible de se mettre au service des questions évoquées localement, qu’elles soient ou non spécifiquement locales.

L’usage des deux corps de l’élue

  • 29 Erving Goffmann souligne qu’« être réellement un certain type de personne, ce n’est pas se borner (...)

24La réunion électorale n’est pas un lieu d’échange abstrait sur la politique ; elle illustre très concrètement au contraire le rapport que la population entretient avec le personnel politique. La présence pendant cette campagne, aux dires de la candidate, d’une assistance beaucoup plus nombreuse qu’à l’ordinaire (n’excédant jamais cependant 50 personnes), s’explique à la fois par la rareté des opportunités de contacts avec le personnel politique gouvernemental et par la notoriété médiatique croissante acquise par la candidate au cours de son mandat.Roselyne Bachelot, comme tout personnage public à partir d’un certain degré de notoriété, doit donc se soumettre autant aux archétypes qui l’ont publiquement construite et définie comme une figure qu’à ceux qui construisent sa fonction. Ainsi, c’est l’ensemble de la personne qui « fait signe » à travers les tenues vestimentaires, les registres de langage ou encore des attitudes qui relèvent toutes d’une représentation publique attendue. Mais ce sont aussi les attributs de la nouvelle fonction qui, tel l’impressionnant cortège sillonnant la circonscription, donnent une solennité incomparable aux déplacements de la candidate : voitures de fonction de la ministre, des renseignements généraux, des journalistes nationaux venus suivre la campagne pour la presse écrite ou la télévision, camionnette de la gendarmerie29

  • 30 Ernst Kantorowickz montre que ces deux corps sont les produits de la pensée théologique chrétienne (...)
  • 31 Comme en témoignent les maires des villages (devenus pour la plupart familiers de la députée au fi (...)
  • 32 Par exemple la candidate se réfère de façon récurrente à des masses budgétaires probablement sans (...)

25Le jeu relationnel entre les deux « corps30 » de l’élu(e) (celui de l’occupant(e) de fonctions politiques et celui de la personnalité dans une fonction sociale et relationnelle) est particulièrement complexe puisqu’il s’agit d’incarner la fonction sous une forme sociale et politique ajustée à l’environnement. En l’occurrence, l’appartenance au personnel gouvernemental est perçue – notamment par les élus sympathisants des petites communes – comme un saut qualitatif d’importance, mais elle n’est légitimée que si, dans ce cas précis, la qualité de la relation de service est maintenue, et si la logique de carrière nationale ne supplante pas la logique d’implantation locale31. La candidate ne peut donc pas seulement endosser le rôle de la ministre, elle doit, tout en soulignant la prééminence d’une telle fonction, minorer les transformations sur sa personne. Ainsi, la candidate use de différents registres de valorisation et de séduction, mariant le nouveau rôle de responsable gouvernementale et les indices de la proximité32, témoignant de sa fierté d’appartenir au gouvernement tout en assurant qu’elle ne changera pas, abandonnant tout protocole pour faire contrepoids à la solennité des attributs de la nouvelle fonction, affirmant publiquement sa volonté de ne pas abuser des attributs matériels et symboliques de sa nouvelle fonction (le TGV plutôt que la voiture, maintien des usages relationnels familiers). Ainsi, l’usage dialectique de la relation proximité/distance relie le prestige des fonctions politiques aux figures familières d’une élue « proche » de ceux qu’elle représente.

***

26On soulignera en conclusion que la valorisation de la « proximité » donne l’illusion momentanée d’une réduction symbolique des écarts entre représentants et représentés. L’inégalité des positions n’amène cependant jamais de véritable renversement des hiérarchies. Étant à l’origine du rapprochement, le personnel politique garde le plus souvent la maîtrise des moments, des lieux et des formes que prend cette « proximité » et peut au besoin mettre à distance les questions ou certaines franges du public. L’usage de la « proximité » n’est – même en campagne électorale – qu’un des répertoires de relation aux gouvernés. Le jeu sur des identités et des registres de valorisations multiples relève à la fois de l’art de l’esquive (par le déplacement qu’elle autorise) et de celui de la capitalisation d’avantages symboliques.

  • 33 Bachelot-Narquin (R.), 2001, Les Maires : fête ou défaite ?, op. cit., p. 85.

27On remarquera enfin que l’élu (de façon générale) inscrit son usage de la proximité dans des stratégies dont la temporalité et les enjeux se distinguent de ceux perçus par les électeurs : on voit notamment que la gestion raisonnée de la carrière ne peut faire l’impasse sur les mandats locaux comme position de repli pour se prémunir contre les aléas de la « carrière » politique gouvernementale : « ceux et celles qui ne prennent pas la précaution de se constituer un solide fief provincial font l’amère expérience de l’oubli quand ils ou elles ont cessé de plaire33 ». C’est peut-être le sens qu’il faut donner à la proclamation de la candidate souvent entendue en réunion : « je ne peux pas vivre sans ma circonscription ».

Notes

1 Christiane Restier-Melleray utilise pour les campagnes électorales la formule de Giddens d’« occasion sociale ritualisée », cf. Restier-melleray (C.), 2002, Que sont devenues nos campagnes électorales, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, p. 29.

2 Cf. Phelippeau (E.), 2002, L’invention de l’homme politique moderne, Paris, Belin. Michel Offerlé résume ainsi la campagne de Joseph Caillaux, en avril 1914, dans la Sarthe, vue à travers L’Illustration : «… fleurs, poignées de main, petits mots, petits gestes, proximité éphémère mais sobre, savoir faire », cf. Offerlé (M.), 1993, Un homme, une voix ? Histoire du suffrage universel, Paris, Gallimard, p. 93. Au-delà de la territorialisation, Frédéric Sawicki souligne que « les méthodes de manipulation électorales sont aussi anciennes que les élections et qu’on a finalement peu innové en ce domaine », cf. Sawicki (F.), 1994, « L’homme politique en campagne », Politix, n° 28, p. 127.

3 Gaxie (D.), 1993, La démocratie représentative, Paris, Montchrestien, p. 62.

4 On songe ici, par exemple, à la campagne de Jacques Chirac pour la présidentielle de 1995, faite, dans la première période, de rencontres – médiatisées – avec de petits groupes de citoyens ; ou à la « tradition » récente des visites « sur le terrain » (dans le cas de catastrophes naturelles, d’accident ou pour prendre contact avec des « réalités » plus banales comme le quotidien de fonctionnaires de police, ou de gendarmerie ou d’autres groupes, professionnels ou non) destinées à « faire » les titres des journaux télévisés. Le refus du Premier ministre de laisser participer les membres du gouvernement aux projets de « télé-réalité politique » de TF1 en 2003 ne doit pas faire oublier que des formes voisines de mise en scène du « réel » occupent déjà massivement les écrans.

5 L’observation a été menée (avec Philippe Teillet que je remercie pour son aide et ses conseils) dans le cadre de la campagne électorale des législatives de juin 2002, et s’appuie sur l’observation de 25 des 30 réunions publiques (le meeting de fin de campagne réunissant plusieurs centaines de personnes à Angers est exclu de l’analyse), complétée par de nombreux échanges informels avec des élus, des membres du public, des journalistes, Madame Bachelot et son suppléant que nous remercions pour leur accueil et leur disponibilité pendant cette campagne, cf. Leroux (P.), Teillet (P.), 2005, « La domestication du féminisme en campagne », Travail Genre et Société.

6 Voir Gaxie (D.), Lehingue (P.), 1984, Enjeux municipaux. La constitution des enjeux politiques dans une élection municipale, Paris, PUF, p. 117 sq.

7 Sur ce modèle, qui fonctionne de façon métaphorique, on trouve dans le monde politique de nombreux exemples qui semblent confirmer l’ambiguïté structurelle du rapport entre la proximité et la distance. En analysant l’implantation politique de Jacques Chirac en Corrèze, Annie Collovald souligne les tensions entre la « notabilisation par le haut » qui marque la carrière et « la mise en scène de qualité personnelle » pour la candidature dans la circonscription corrézienne, cf. Collovald (A.), 1999, Jacques Chirac et le gaullisme, Paris, Belin, spécialement p. 202-212.

8 Sur l’analyse de ces succès médiatiques cf. Darras (E.), 1999, « Télévision et démocratisation », inNeveu (E.), François (B.), Espaces publics mosaïques. Acteurs, arènes et rhétoriques, des débats publics contemporains, Rennes, PUR, p. 61-62.

9 Sur l’atout que représentait dans cette configuration le fait d’être une femme, cf. Leroux (P.), Teillet (P.), 2005, « La domestication du féminisme en campagne », art. cité. Sur les composantes d’une « identité féminine en politique », cf. Dulong (D.), 2003, « Des actes d’institution d’un genre particulier. Les conditions de légitimation des femmes sur la scène électorale (1945 et 2001) », in Lagroye (J.) (dir.), La politisation, Paris, Belin, spécialement p. 425-443.

10 Tout en annonçant publiquement son intention de rester ministre, Roselyne Bachelot conservait jusqu’à son éventuelle élection la possibilité de faire le choix entre le mandat de député et le poste de ministre.

11 La stratégie qui consiste lors de la campagne locale pour les législatives à privilégier les enjeux locaux semble particulièrement payante pour les sortants qui « dépolitisent » ainsi l’élection. Voir sur ce point Paoletti (M.), 2003, Cahiers de Campagne. Une campagne contre Alain Juppé, Le bord de l’eau Éditions.

12 Claude Rivière, souligne que le rite existe notamment comme « la valorisation de certains actes dont le rite souligne l’importance », cf. Rivière (C.), 1995, Les rites profanes, Paris, PUF, p. 52.

13 Un public ? Des publics ? Les individus assistant aux réunions électorales dans les villages sont à envisager comme un ensemble relativement homogène (public des habitants de la commune, très majoritairement masculin et âgé de plus de 50 ans pendant les réunions en journée, légèrement plus féminisé et plus jeune en soirée). Mais une typologie établie à partir des interventions individuelles permet de superposer un autre découpage, renvoyant à l’inégalité des ressources mobilisables pour intervenir publiquement (en terme d’aisance, de sentiment individuel de légitimité à évoquer certains thèmes et à interpeller le personnel politique). Les grandes catégories identifiées sont : les membres des conseils municipaux porteurs de demandes locales et plus rarement socioprofessionnelles (agriculture, artisanat, chasse…), très majoritairement favorables à la candidate (très courtois dans tous les cas) : leur présence en nombre marque l’importance du soutien local ; les individus porteurs de demandes individuelles (demandes d’aides faites par des individus et plus rarement de résolution d’un litige : dans les deux configurations la candidate semble un ultime recours) : ils ne donnent que très rarement témoignage de préférence politique ; le public muet (majoritaire dans les assemblées de plus de vingt personnes) s’installant souvent à distance, attentif, curieux et adhérant dans l’ensemble aux propos de la candidate en réagissant positivement (de façon phatique) aux arguments et aux bons mots de la candidate et en marquant son désaccord lors d’interventions mettant en cause Roselyne Bachelot ; les opposants venus porter la contradiction sont très rares et sont extérieurs à la commune : un groupe de trois militantes d’ATTAC porteurs de causes non locales (cumul des mandats notamment), un homme venu exprimer son ressentiment à l’égard des partis majoritaires et de leurs représentants (dont la candidate souligne publiquement après son départ l’incohérence du propos, qu’elle attribue à l’abus d’alcool), deux militants de gauche venus incognito dans un chef lieu de canton conservateur avec la volonté d’obliger la candidate à rappeler ses positions en faveur de l’homo-parentalité, du Pacs, et du « lobby » des pharmaciens (et que la candidate « identifie » en aparté comme des homosexuels déjà venus la rencontrer dans sa permanence).

14 Yves Helias utilise cette expression en parlant de la représentation des élus dans les pages locales des journaux, cf. Helias (Y.), 1994, « Les photographies du pouvoir local dans la presse régionale : un spectacle politique archaïque », inFontaine (J.), Le Bart (C.), 1994, Le métier d’élu local, Paris, L’Harmattan. Nous en élargissons ici le sens en nous appuyant sur le fait que « la redondance symbolique » des formes de représentation de l’élu présentes dans la campagne participe du même phénomène. Les formes proto-spectaculaires peuvent d’ailleurs être instrumentalisées en tant que formes suprêmement efficaces de communication politique.

15 Briquet (J.-L.), 1994, « Communiquer en actes. Prescriptions de rôle et exercice quotidien du métier politique », Politix, n° 28, p. 19.

16 Nous renvoyons, sur ce point, à Gerstle (J.), 2001, « Préface », dans Les effets d’information en politique, L’Harmattan et, sur les intérêts en jeux pour la mise en avant ou l’évacuation d’une thématique, à Sawicki (F.), 1991, « Les questions de protection sociale dans la campagne présidentielle française de 1988. Contribution à l’étude de la formation de l’agenda électoral », Revue française de science politique.

17 « L’articulation d’enjeux externes aux enjeux politiques centraux est une condition nécessaire pour que les plus démunis politiquement accordent aux luttes internes au champ politique central une attention qui a d’ailleurs toute les chances d’être sélectivement limitée à leurs aspects sociaux externes ou à ceux que ces spectateurs occasionnels peuvent leur assigner », cf. Gaxie (D.), Lehingue (P.), 1984, Enjeux municipaux. La constitution des enjeux municipaux dans une élection locale, Paris, PUF, p. 47.

18 Ainsi, par exemple, lors d’une réunion, un agriculteur attend de la candidate des renseignements « pour savoir à quelle sauce on va être mangés » (dans le cadre de la politique agricole européenne) ; Roselyne Bachelot répond en rappelant « l’attachement » du président de la République aux agriculteurs. Aux artisans venus parler de leur hostilité à la loi sur les trente-cinq heures, il lui faut avouer qu’« on ne peut pas revenir sur les trente-cinq heures, ce serait une réforme à X millions de manifestants ».

19 Cf. Leroux (P.), Le grenu (P.), 2001, « Grandes figures et figurants. Formes et effets de la consécration dans l’espace local », dans Figures de l’anonymat. Médias et société, Paris, L’Harmattan, spécialement p. 299-301.

20 Ce point fait l’objet d’une analyse particulière dans Leroux (P.), Teillet (P.), 2005, « La domestication du féminisme en campagne », art. cité.

21 « Toute prise de position politique exprime dès lors un compromis entre les stratégies, éventuellement contradictoires, en direction des consommateurs sur les marchés internes restreints (par exemple les militants du parti) et sur les marchés extérieurs élargis (par exemple les électeurs) », cf. Gaxie (D.), Lehingue (P.) (dir.), 1984, Enjeux municipaux…, op. cit., p. 11.

22 Ibidem, p. 60.

23 Lorsqu’on demande sans détour un avis auprès de différentes composantes du public (voir supra) sur les positions les plus décalées (par rapport aux positions traditionnelles de la droite) de Roselyne Bachelot, nos interlocuteurs n’approuvent jamais les positions de la candidate mais trouvent dans les formes une démonstration de qualités plus générales (franc parler, force de conviction, sincérité, pugnacité…) qui fondent paradoxalement leur adhésion à la personne et à la personnalité (« ça c’est Roselyne » résume l’un de nos interlocuteurs lorsque nous avons souligné cette apparente contradiction).

24 À propos de l’instrumentalisation de la proximité, Roselyne Bachelot fait ce constat : « Mais après avoir interrogé de nombreux élus municipaux de ces grandes villes, de toutes fonctions et de toutes couleurs politiques, je dois reconnaître que le constat est accablant : partout, peu ou prou, la même arrogance du pouvoir en place et la même manipulation pateline du citoyen électeur, la même confusion entre la légitimité conférée par l’élection et la nécessité d’une méthodologie de la démocratie locale », cf. Bachelot-Narquin (R.), 2001, Les Maires : fête ou défaite ?, éd. Anne Carrière, p. 15 et 16.

25 À propos des maires, Dominique Cochart souligne : « L’élu se veut proche de ses électeurs, mais s’attache à ne pas faire oublier qu’il est investi de charges et de responsabilités et que celles-ci le distinguent : il se construit alors une image sur ce modèle du leader compréhensif. C’est une ambivalence de la représentation élective : il faut être à la fois “comme” son électorat pour pouvoir comprendre ses problèmes et les porter sur le terrain politique et suffisamment différent pour “justifier” de son statut de porte-parole », cf. Cochart (D.), 1991, « Le maire mis en scène : un style de communication », in CURAPP, La communication politique, Paris, PUF, p. 33.

26 La principale concurrente (pour le Parti socialiste) a préféré organiser des permanences dans quelques villages plutôt que d’investir dans la lourde logistique d’une campagne sans doute peu mobilisatrice au regard de ses faibles chances d’être élue.

27 La candidate a ainsi rappelé à chaque réunion la consigne impérative du chef du gouvernement à ses ministres d’aller passer une semaine par mois « sur le terrain ».

28 La candidate souligne d’ailleurs qu’elle porte une attention ministérielle toute particulière aux questions locales à travers la nomination comme chef de cabinet d’un fin connaisseur de celles-ci. Peu directement visible en campagne (les demandes individuelles de services faites publiquement sont renvoyées après l’élection à la permanence de la député), la relation clientélaire locale constitue au long du mandat la base solide d’une réactivation permanente de la croyance dans les qualités personnelles, en fondant une confiance dans la femme (ou l’homme) politique en partie détachée de l’adhésion aux valeurs, aux programmes, aux entreprises politiques qui lui servent pourtant de référence et d’appui : « c’est uniquement à sa personne et à ses qualités personnelles que s’adresse le dévouement des siens », cf. Weber (M.), 1959, Le savant et le politique, Paris, Plon, p. 103.

29 Erving Goffmann souligne qu’« être réellement un certain type de personne, ce n’est pas se borner à posséder les attributs requis, c’est aussi adopter les normes de la conduite et de l’apparence que le groupe social y associe ». Il insiste également sur la plasticité de ces modèles : « Exécutés avec aisance ou avec maladresse, consciemment ou non, de bonne foi ou par hypocrisie, ces modèles constituent néanmoins quelque chose qui demande à être actualisé et qu’il faut réaliser », cf. Goffmann (E.), 1973, La mise en scène de la vie quotidienne, 1. La présentation de soi, Paris, Minuit, p. 76.

30 Ernst Kantorowickz montre que ces deux corps sont les produits de la pensée théologique chrétienne ; les deux corps de l’élue sont le produit d’une double définition de son rôle par sa fonction, d’une part, par son action, d’autre part, cf. Kantorowickz (E.), 1989, Les Deux Corps du Roi, Paris, Gallimard.

31 Comme en témoignent les maires des villages (devenus pour la plupart familiers de la députée au fil des mandats) accueillant la candidate par la phrase suivante : « Comment doit-on t’appeler maintenant ? Roselyne ou Madame le – ou la – ministre ? », « On se tutoie ou on se vouvoie ? », « On se fait la bise ? »

32 Par exemple la candidate se réfère de façon récurrente à des masses budgétaires probablement sans signification pour la plus grande partie du public pour justifier des choix politiques, mais elle donne les sommes en francs en s’excusant de ne pas le faire en euros, phrase accueillie à chaque fois par des sourires complices de l’assistance.

33 Bachelot-Narquin (R.), 2001, Les Maires : fête ou défaite ?, op. cit., p. 85.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540