Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vertu et politique

 | 
Michel Biard
, 
Philippe Bourdin
, 
Hervé Leuwers
, 
et al.

En conclusion. Table ronde : Robespierre et la vertu

Robespierre versus Rousseau

Claude Mazauric

Texte intégral

1En préalable de méthode, j’énoncerai cette vérité, sans la démontrer pour m’en tenir aux limites de temps qui nous sont imparties, vérité selon laquelle on doit naturellement renoncer à l’idée que l’action politique ne serait qu’une sorte de mise à l’épreuve paresseuse d’idées préconçues, formées a priori à partir d’une matrice idéologique conçue comme une dogmatique, ou, à l’inverse, que seul un pragmatisme étroitement empirique dicterait les conduites politiques Il faut toujours voir plus loin et de plus haut.

2Favorables ou hostiles à Robespierre, les auteurs anciens voyaient en lui, tantôt un « doctrinaire » mettant à profit sa position ou son autorité pour imposer à la réalité sociale, comme par forceps, une forme inspirée d’idées préconçues a priori puisés dans l’œuvre de Jean-Jacques Rousseau dont il s’était nourri, tantôt un cynique car la référence à ces mêmes principes n’aurait été pour lui qu’un hypocrite habillage tactique sans consistance ni profondeur. Ces conceptions s’inscrivaient évidemment dans un type de problématique historique déduisant le mouvement de l’histoire politique et sociale de la Révolution des seuls déterminants idéologiques antérieurs. La plupart des auteurs récents qui comptent ont pris distance avec ces démarches d’autrefois, connotées d’empirisme réducteur ou dictées par l’apriorisme.

3S’agissant de l’objet que nous voulons aborder dans cette table ronde, savoir le rapport de l’action politique de Maximilien Robespierre avec la culture politique rousseauiste grâce à laquelle, pour une grande part (mais une part non exclusive d’autres référents, comme le fut par exemple l’œuvre de Montesquieu, si bien rappelée par Céline Spector), il me faut apporter cette immédiate précision : savoir que Robespierre, tout au cours de la Révolution, n’a cessé de demeurer fidèle aux démarches critiques de Rousseau qu’il érige, selon le mot de Céline, en véritables « maximes » de pensée et d’action. Mais simultanément, Robespierre se consacre à inventer une politique capable de sauver de la régression entropique cette réhabilitation moderne du genre humain dont la Révolution française lui apparaît comme le premier moment. Autant dire que notre objet consiste à démêler, aussi bien les origines et les effets de la « rencontre » (Roger Barny) de la pensée de Robespierre avec Rousseau, croisées avec les déterminations culturelles et sociales issues de la longue durée de l’Ancien régime dont il a fait le tour, qu’avec le surgissement de la contingence événementielle incarnée par les tensions politiques qui se sont généralisées dans le royaume à partir de l’été de 1788 : de ce point de vue, je me réfère au dernier livre de Hervé Leuwers qui vient de paraître.

4Je voudrais ici évoquer la question de la représentation politique dans la République démocratique qui devint, dès l’élection de la Convention, nationale une question centrale et se transforma plus encore au printemps de 1793, après le vote sous la houlette de Condorcet des premiers articles de la Constitution 93, en une question cruciale.

5Au printemps de 1793, il fallait construire un dispositif de pouvoir à la fois adapté aux circonstances exactes de la guerre et de la crise révolutionnaire, mais suffisamment conforme aux principes retenus depuis 1789, pour ne pas déstabiliser par l’oubli des fins, le mouvement de transformation de la « patrie » devenue de fait républicaine : telle fut la question posée aux forces qui incarnèrent finalement l’hégémonie politique des jacobins.

6L’élimination d’une partie des députés girondins à la suite du coup de force des 31 mai/2 juin 1793 rendait évidemment d’autant plus nécessaire, aux yeux de Montagnards et de ceux qui les avaient soutenus, l’achèvement rapide des débats sur la nouvelle Constitution pour l’élaboration de laquelle la Convention était réunie. Dans la mesure où la légitimité de la Convention reposait sur l’adoption du nouveau code constitutionnel, le vote de la Constitution républicaine conditionnait évidemment pour une large part le succès de la nouvelle politique de Salut public. L’essentiel de la discussion institutionnelle avait eu lieu antérieurement ; le plan de Condorcet, bien amendé, paraissait devoir être entériné quand se réalisa le tournant du 2 juin et la proscription des leaders de la Gironde. L’exigence de « démocratie directe » se faisait impérieuse, venant, entre autres, des milieux de la sans-culotterie parisienne organisée dans les sections comme nous l’avons vu aujourd’hui. Ainsi que l’a magistralement analysé Albert Soboul, un « rousseauisme » diffus et ramené souvent à une suite de mots d’ordre impératifs, rendait inévitable de remettre en discussion la question de la « représentation » du « peuple souverain ». Puisque, comme Rousseau l’avait démontré dans Du contrat social, « la souveraineté ne peut être représentée, par la même raison qu’elle ne peut être aliénée », puisque, d’autre part, « la volonté ne se représente point », la souveraineté ne pouvait consister que dans l’expression de « la volonté générale » qui ne peut finalement et pratiquement n’être qu’une. L’expérience historique du peuple anglais qui se croit « libre » au cours des procédures électorales alors qu’il se fait « esclave », c’est-à-dire « rien », une fois que sont élus les membres du Parlement, complétait la démonstration qu’on tirait de la pensée du Livre III, chapitre XV, du Contrat social et que l’histoire proche de la France en révolution, rendait, semblait-il, pertinente. Depuis 1789, Maximilien Robespierre n’a jamais douté de la vérité de cette maxime fondatrice de la conception rousseauiste du contrat social. Comment donc établir un gouvernement efficace et légitime, exécutant de la volonté générale résultant de la souveraineté du peuple (i. e. de la nation) sans établir une représentation du souverain ? Depuis les débats à la Constituante, que Robespierre avait non seulement passionnément suivis mais auxquels il avait fortement contribué, on avait beaucoup avancé dans le traitement de l’apparente aporie qui conduisait à penser qu’une démocratie intégrale est inaccessible dans un grand État, mais que pourtant, seule la démocratie est légitime au regard du contrat social. On avait appris à analyser en détail ce qu’impliquerait une institution démocratique stable (établie par la « Constitution ») n’excluant pas des formes partielles ou plus étendues de représentation ; on savait évidemment distinguer, le gouvernement de la souveraineté, la « délégation » de la « représentation », dans l’élaboration du pouvoir social, c’est-à-dire spécifier le mode d’exécution des lois à la différence du moment de leur élaboration ; on avait conclu que le domaine de l’élaboration de la « loi » devait être soigneusement délimité au regard de ce qui relevait non seulement de son application, mais même de son interprétation décrétale ou décisionnaire (loi, décret, arrêté, circulaire d’exécution etc.) ; « législateurs » et « magistrats » devraient être soumis à une reddition des comptes permanente, à un renouvellement rapide, à la menace de démission contrainte en cas de forfaiture ou d’abus ; la procédure de consultation des « assemblées primaires » laissait en suspens, un temps durant, l’adoption définitive des lois, voire des décrets, etc. Mais tout cela, très peu présent quoique traité dans le plan de Condorcet, et qui paraissait cependant devoir s’imposer avant le 31 mai, impliquait surtout qu’on acceptât purement et simplement l’idée non-rousseauiste de représentation du souverain par la voie de l’élection de « représentants ». Le 16 juin, à la reprise de la discussion sur la Constitution, Robespierre engagea le fer en paraphrasant Rousseau : « Le mot de représentant ne peut être appliqué à aucun mandataire du peuple parce que la volonté ne peut se représenter. » Il conviendrait donc, selon lui, de ne parler que de « mandataires » : mais, cela n’entraînerait-il pas un retour à l’idée de « mandat impératif », lequel comme on le savait depuis le mois de juin 1789, aurait signifié la paralysie de tout gouvernement, la soumission de toutes les assemblées à la pression des intérêts particuliers ou des « partis (factions) » et, au terme, avec une situation d’« anarchie », aurait conduit à l’effondrement du pouvoir révolutionnaire régénérateur ? Depuis longtemps déjà, un nœud de contradictions taraudait simultanément la pensée théorique et la conscience politique de Maximilien Robespierre autour de la question de la représentation du souverain. En 1792, par exemple, il avait déjà affirmé dans le Défenseur de la Constitution (no 5) qu’il ne partageait pas « sans restriction » le jugement de Rousseau dans le Contrat, selon lequel un peuple qui désigne des « représentants » cesse d’être un « peuple libre ». Dans toutes ses propositions politiques depuis quatre ans, Robespierre s’était employé à imaginer des formes propres à laisser s’exprimer la volonté générale en proposant divers dispositifs de nature à en manifester la présence active (manifestations diverses des sociétés populaires, exercice élargi du droit de pétition, assemblées primaires électorales délibératives, multiplication des sociétés fraternelles, présence d’un public massif et renouvelé dans l’enceinte de l’Assemblée réservée au public, etc.).

7Quand la discussion reprit au sein de la Convention, on mesura aisément que les amis des Girondins qui avaient échappé à la proscription, comme Roger Ducos qui se fit l’orateur de leur cause, disposaient toujours d’une vraie autorité idéologique sur la majorité des conventionnels. Parmi ces derniers, beaucoup, comme Durand Maillane ou Boissy d’Anglas, eurent en outre l’habileté de tenir compte des scrupules d’inspiration rousseauiste de Robespierre, des Montagnards et de leurs alliés du centre-gauche qui étaient soumis à la pression des sans-culottes et des démocrates radicaux. Ils acceptèrent par exemple, non seulement que les lois votées fussent soumises à l’acceptation tacite des citoyens mais imposèrent que toute décision votée par l’Assemblée des représentants soit seulement « présumée » être acceptée par le peuple souverain en attendant un éventuel avis contraire. En contrepartie, ils donnèrent approbation au « droit » à « l’insurrection » que la Convention transformait illico en « devoir » civique. Mais malgré son ascendant, sous peine d’être mis en minorité, Maximilien Robespierre dut accepter l’article 21 de la Constitution adoptée le 24 juin 1793 qui stipulait que le peuple « désigne une représentation nationale » : entorse évidente et incontestable à l’une des plus rigoureuses stipulations de l’idée de démocratie telle que Rousseau l’avait établie. Bien entendu, par la suite, Robespierre ne cessa de penser et de proclamer que les voies par lesquelles s’exprimait la volonté générale ne pouvait se réduire à n’être que celle de la représentation nationale : il n’empêche qu’il accepta, y compris pour lui-même, toutes les conséquences politiques, et même morales et théoriques, de son ralliement hésitant de juin 1793 au principe de la représentation du peuple souverain. On a peu souvent remarqué que dans son célèbre et dernier discours du 8 thermidor an II, entendu au club des jacobins alors que l’Incorruptible savait que la partie décisive était en train de se jouer, il en vint à exalter la « représentation nationale », afficher pour elle « un respect sans bornes » et se laisser aller à cet humble aveu : « Ôtez-moi ma conscience [...] je ne jouis même pas même des droits du citoyen. Que dis-je ? Il ne m’est même pas permis de remplir les devoirs d’un représentant du peuple » et plus loin, à propos de son absence six semaines durant des réunions du Comité de Salut public : « Je préfère ma qualité de représentant du peuple à celle de membre du Comité de Salut public », ajoutant « je mets ma qualité d’homme et de citoyen français avant tout ». Si la représentation est nécessaire, le représentant, lui, ne se peut concevoir que dans sa complète soumission au principe qui le rend légitime : incarner modestement, dans la crainte permanente d’usurper un pouvoir qui le dépasse, ce bien intransmissible mais pourtant revendiqué, la volonté du peuple.

8Concluons : dans cette configuration à la fois théorique et pratique où peut résider le fondement de la vertu du représentant ? Qu’est-ce qui garantit l’effectivité réelle de ladite vertu aux yeux des « commettants », tous pris ensemble en tant qu’ils sont le souverain, substrat légitime et primordial de la volonté générale ? La vertu ne peut à peu près jamais s’accréditer dans le seul discours en défense du représentant félon ou injustement accusé : ce dernier n’a pas qualité à s’en prévaloir. Elle est comme excentrée hors de la personne du représentant ; elle se saisit et se juge dans l’établissement de la mise en conformité de l’action et des principes de l’impétrant avec les régulations objectives établies dans le cadre constitutionnel défini, complété par l’énoncé des lois et des codifications qui s’imposent à lui comme à tout citoyen. La vertu est donc un devoir éthique, non l’effet d’une bénévolence morale qui résulterait de l’essentialisation qualitative du « bon citoyen » appelé à la représentation politique du souverain N’être pas vertueux, expose le représentant à la sanction légale prononcée par les magistrats du peuple tandis que manquer à l’obligation morale revient à blesser ce qui l’a fait homme, mais cela relève de sa relation à sa propre conscience, voire le cas échéant, à l’Être suprême ! On voit ainsi comment Maximilien Robespierre, y compris par son dernier acte politique des 9 et 10 thermidor, a simultanément promu la pensée politique de Rousseau en fondement principiel et pratique d’une démocratie républicaine exemplaire et permis, une fois de plus, de transformer la théorie en politique par l’ajustement critique et réciproque de la pratique et du concept.

9Voilà donc venu devant vous le grand homme dans l’histoire, comme l’entendait Hegel !

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site