Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vertu et politique

 | 
Michel Biard
, 
Philippe Bourdin
, 
Hervé Leuwers
, 
et al.

Quatrième partie. Corriger ou instrumentaliser le manque de vertu (XIXe-XXe siècle)

Une croisade contre l’individualisme et la décadence : les vertus du maréchal Pétain

Nathalie Dompnier

Texte intégral

1La période du régime de Vichy fait très certainement partie de celles où la vertu est le plus souvent convoquée par les dirigeants comme par la propagande et il peut sembler intéressant d’étudier les usages de cette rhétorique vertueuse pour éclairer le rapport entre vertu et politique que le présent ouvrage entend questionner. Cependant, la plupart des contributions de cet ouvrage concernent une période où la vertu est en premier lieu pensée comme une qualité ou une exigence concernant les législateurs, et éventuellement les citoyens, dans un cadre politique et institutionnel qui est celui de la mise en place et de la pérennisation d’un système représentatif. L’un des enjeux est alors de saisir les conceptions de la représentation à l’œuvre dans ces discours sur la vertu et son rapport à la ou au politique. Dans cette perspective, il est difficile d’apporter un éclairage sur les relations entre vertu et politique pour la période du régime de Vichy où la conception de la représentation est profondément bouleversée.

2La question qui se présente alors est celle de la définition de la « vertu ». Si le terme apparaît fréquemment dans le discours politique à différentes périodes, son contenu n’est pas stable. On pourrait alors choisir de raisonner a priori et de proposer une définition philosophique de la vertu qui nous permettrait de l’interroger de la même manière, quel que soit le contexte politique. Cette approche permettrait de comparer la vertu et les pratiques vertueuses à différentes périodes. Mais vouloir fixer un sens a priori, c’est s’interdire de comprendre les positions des acteurs et les valeurs qu’ils portent. C’est aussi s’interdire de questionner certains phénomènes ou certaines périodes au cours desquelles la définition ainsi retenue ne coïnciderait pas avec les valeurs portées par le régime politique. Si la vertu est caractéristique de la démocratie ou de la république, alors questionner la vertu n’a aucun sens pour la période du régime de Vichy.

3Pourtant, le discours sur la vertu est omniprésent durant cette période. Plutôt que de partir d’une définition a priori, on préférera alors une approche compréhensive qui s’attache à analyser ce que les acteurs eux-mêmes appellent « vertu » et à restituer ces conceptions dans un contexte, une histoire, des positionnements politiques, des rapports de force et des systèmes de valeurs différents, avec des conceptions de la vertu qui peuvent s’affronter à une même période, comme le montre par exemple Richard Flamein dans sa contribution à cet ouvrage. Il devient alors possible aussi d’envisager le discours sur la vertu comme instrument de valorisation et de légitimation, ou inversement comme moyen de disqualification et de stigmatisation de son adversaire.

  • 1 Dompnier N., Vichy à travers chants. Pour une analyse politique du sens et de l’usage des hymnes s (...)

4Quelle est la conception de la vertu portée par le régime de Vichy et sa propagande ? En quoi permet-elle de travailler à la légitimation du régime, de ses institutions, de ses dirigeants et de l’ordre social qu’il tente d’imposer ? Partant principalement de travaux sur la période de Vichy, on propose ici une relecture de connaissances déjà bien établies pour traiter de la thématique des rapports entre vertu et politique. Cette contribution repose aussi, dans une moindre mesure, sur des sources consultées à l’occasion de mes recherches antérieures sur l’usage politique des hymnes1, le matériau recueilli donnant à voir la promotion et les conceptions de la vertu dans le travail de propagande. Il s’agit plus précisément d’éclairer un apparent paradoxe. La Révolution nationale est en grande partie fondée sur la lutte contre ce qui est présenté comme un déclin ou une décadence de la France, de ses valeurs, du patriotisme et du sens de l’intérêt général. Or, le redressement proposé ne s’appuie pas sur des vertus publiques mais quasi-exclusivement sur des vertus privées.

5Après avoir examiné la manière dont l’idéologie vichyste présente vertu et politique comme des termes antithétiques – sauf, parfois, dans une conception très restrictive de la politique, entendue comme l’œuvre d’un homme, le maréchal Pétain – cette contribution montre comment les vertus sont en premier lieu envisagé comme des attributs des chefs, des qualités personnelles qui justifient leur accès à des positions de commandement. Enfin, le régime attend aussi des Français qu’ils soient vertueux en vue de contribuer au redressement de la patrie, mais ces vertus ne sont pas celles du citoyen telles que la république les magnifiait ; elles relèvent désormais exclusivement des comportements de la sphère privée.

Politique et vertu : les termes d’une contradiction

6Accoler les termes de vertu et de politique lorsque l’on aborde le régime de Vichy peut d’emblée sembler problématique. Cette période est en effet marquée par une critique virulente de la politique et, en même temps, par l’exaltation de vertus privées et morales. Dès lors, il semble douteux que l’on puisse trouver quelque vertu en politique.

7Sous Vichy, ce qui est politique est a priori immoral. C’est du moins ce que laissent apparaître les discours du Maréchal Pétain comme les brochures de propagande. La politique en effet est d’abord vue ou présentée comme une activité dégradante et avilissante, comme un domaine ou règnent les intérêts particuliers ou factieux au détriment de ceux de la collectivité et de la patrie. En cela, la période est très directement héritière des contestations radicales de la République et de la vie politique de l’entre-deux-guerres, des ligues et de l’Action française. Les institutions, l’organisation et le personnel politiques sont, d’un même mouvement, rendus responsables d’une grande partie des maux de la France et de sa défaite. Le renouveau et le redressement de la France ne peuvent provenir de la politique mais des structures sociales et économiques.

8Le personnel politique est disqualifié. Dans la perspective d’un redressement fondé sur les structures socio-économiques et qui doit passer par le travail dans les champs et les ateliers, le professionnel de la politique ne peut être qu’une sorte de parasite de la société, improductif et inutile. Pire, il ne défend que ses intérêts particuliers, ou ceux de son clan, au détriment de l’intérêt général. Le professionnel de la politique à lui seul semble incarner tous les vices portés par le précédent régime et combattus par le nouveau, en quête de l’union autour de valeurs partagées.

  • 2 La France du Maréchal Pétain, Imprimerie Wallon, Vichy, s. d.

« La France, qui a subi la défaite et qui subit l’occupation allemande, ne peut avoir qu’une politique purement française. La Patrie malheureuse veut que ses enfants pensent à elle d’abord, et à elle seule. Elle n’a que trop souffert de la préférence que certains de ses citoyens donnaient à telle idéologie ou à telle passion contre la France elle-même2. »

  • 3 Rousso H., Le régime de Vichy, Paris, PUF, 2012, p. 47.
  • 4 AN 72 AJ 249, Cérémonie du serment de fidélité des préfets à l’Hôtel de ville de Vichy. Discours d (...)

9Dans la même veine, on assiste à une remise en cause radicale des partis en général et de leur caractère factieux. Si bien que, dès 1940, l’idée de création d’un parti, même unique, est rejetée3. Sans doute en partie pour des raisons stratégiques, mais aussi parce que la création d’une structure proprement politique n’est pas compatible avec les conceptions du régime. Le parti est attaché à la figure du professionnel de la politique, qui vit de cette activité. Surtout, les partis renvoient aux clivages et à la discorde que le régime veut abolir pour faire prévaloir l’unité et l’harmonie sociale. Abordant la question de la propagande à l’occasion de la cérémonie de serment de fidélité des préfets à l’Hôtel de ville de Vichy, Pétain indique les priorités : « Unir tous les Français, par le travail ; Abolir tout ce qui peut les diviser : luttes partisanes, [lutte] de classes4. » Ici encore la logique partisane et les clivages politiques incarnent le vice tandis que la vertu se trouve du côté des groupes intermédiaires qui structurent la société en corps plutôt qu’en clans, selon un ordre hiérarchique, et néanmoins harmonieux, plutôt que dans un rapport agonistique.

  • 5 René Benjamin, Les sept étoiles de la France, Paris, Plon, 1942, p. 114.

10C’est en partie dans ce même registre que l’on peut interpréter la suppression des élections sous Vichy. La compétition électorale ne peut que cliver, diviser, opposer, alors que le mot d’ordre est de rassembler. Elle interdit tout grand projet commun, comme le dénonce René Benjamin : « Le Maréchal, en proclamant la Révolution nationale, a libéré les honnêtes gens, étouffés par le régime électoral5 ». Les élections sapent enfin toute l’organisation institutionnelle et administrative du pays. Le ministre de l’Intérieur Pucheu, en 1942, indique :

  • 6 Cité par Paxton R. O., La France de Vichy. 1940-1944, Paris, Seuil, 1974, coll. Points, p. 191.

« Les préfets n’ignorent pas que dans le passé la décadence de nos institutions politiques avait délité peu à peu le caractère élevé de leur fonction. Leur rôle s’était trop abaissé à la préparation de besognes électorales transitoires, sans continuité, sans grandeur [...]. Et ils ont renoncé avec soulagement au jeu des courtages provisoires pour se consacrer de toutes leurs forces à l’exercice d’un grand commandement6. »

  • 7 Le Temps, édition de Lyon, no du 3 décembre 1940.

11Condamnant les hommes politiques, les partis, le système électoral, de nombreux articles de presse, dans les premiers mois du régime, se font l’écho de ce discours sur la décadence politique et usent volontiers d’une rhétorique stigmatisant les vices de la IIIe République. « Le parlementarisme devient un vice politique lorsqu’il n’est plus qu’une occasion de luttes rancuneuses, d’ambitions égocentriques7 », lit-on dans l’édition lyonnaise du journal Le Temps, en décembre 1940. Et le même journal rend le précédent système politique responsable du déclin français :

  • 8 Ibid., no du 23 janvier 1941.

« Il n’est pas question d’oublier le passé et de faire silence sur les vices d’une organisation politique et sociale qui à la veille de la guerre de 1939 avait détruit les forces de la nation8. »

  • 9 72 AJ 251, « Consignes générales pour la constitution d’un groupe Jeunes du Maréchal » [1941].

12La grandeur et les vertus, telles qu’elles sont envisagées par l’idéologie vichyssoise, ne se situent à l’évidence pas dans les structures et la vie politique, du moins telles qu’elles se déployaient sous la IIIe République. La jeunesse, par laquelle doit passer le redressement du pays, est ainsi soigneusement tenue à l’écart de « l’odieuse politique partisane », car « un seul homme est qualifié aujourd’hui en France pour faire de la politique : c’est le Maréchal9 ». La politique est ainsi soit rejetée sans concession, soit réduite à la voie tracée par le Maréchal Pétain. C’est uniquement dans cette identification à un homme, et plus encore à un guide, dans l’adhésion unanime et sans faille à un projet unique, c’est-à-dire dans la négation même de la politique démocratique comme espace de débat et de confrontation de projets, que la politique peut être envisagée sous Vichy et qu’elle peut rencontrer la vertu.

13À l’écart des luttes politiques et idéologiques, les vertus s’épanouissent dans les comportements sociaux et dans la sphère privée. Le régime de Vichy part en quête de nouvelles valeurs en vue du redressement moral du pays. Dans ce contexte de rupture, mais tout en s’inspirant de divers courants d’idées préexistants, les vertus sont redéfinies. Ces vertus et valeurs prônées par la Révolution nationale sont le courage, l’obéissance, la discipline, le dévouement, le don de soi, la charité, l’application, le zèle... Elles forment le socle d’une idéologie et d’un projet d’une société qui reposent sur des conceptions organicistes et hiérarchiques. Elles font clairement écho à des valeurs portées par le catholicisme et y puisent certainement une part de leur acceptation dans une France très largement catholique.

14Mais ces valeurs sont aussi définies en faux, en creux. Il s’agit d’œuvrer à l’épanouissement de vertus qui sont précisément opposées aux valeurs mais aussi aux vices de l’entre-deux-guerres. C’est la promotion du don de soi contre l’individualisme, de la charité contre l’égoïsme, de la saine joie contre le plaisir malsain... Pétain enjoint les Français à ce renversement des valeurs – et ainsi à une Révolution morale – dans de nombreux discours, comme ici, en décembre 1940 :

  • 10 Discours du maréchal Pétain du 29 décembre 1940.

« Seul le don de soi donne son sens à la vie individuelle en la rattachant à quelque chose qui la dépasse, qui l’élargit et la magnifie. [...] La préface nécessaire à toute reconstruction, c’est d’éliminer l’individualisme destructeur, destructeur de la Famille, dont il brise ou relâche les liens ; destructeur du Travail, à l’encontre duquel il proclame le droit à la paresse ; destructeur de la Patrie, dont il ébranle la cohésion quand il n’en dissout pas l’unité10. »

  • 11 Rousso H., Le régime de Vichy, op. cit., chap. 3.

15Quelques figures phares symbolisent cette vertu : la mère de famille, l’ancien combattant, le paysan, la jeunesse... Elles sont placées au cœur du projet de la Révolution nationale et de sa devise : « Travail, famille, patrie. » En actes, elles doivent incarner le redressement moral de la France et le retour à des valeurs traditionnelles. Comme le souligne Henry Rousso, ce « nouvel ordre moral » n’ouvre certainement pas le « règne de la vertu11 » mais la vertu occupe une place centrale dans l’idéologie et la propagande du régime et dans les discours du maréchal. De ce fait, s’il semble difficile d’envisager une vertu proprement publique sous Vichy, les vertus reviennent dans l’espace public par la place qu’elles occupent dans le projet de la Révolution nationale. Ainsi, ces vertus privées vont trouver une traduction dans la sphère publique.

Des grands aux petits chefs : hiérarchie des fonctions, hiérarchie des vertus

  • 12 Marisa Linton montre ainsi comme, pendant la Révolution française, la vie et les mœurs privées son (...)

16On retrouve sous Vichy une vision finalement assez répandue du chef dont les vertus privées seraient gages de vertus publiques12. Le chef suprême se distingue par son héroïsme quasiment surhumain, tandis que ses seconds se caractérisent par leur loyauté mais aussi par leur statut social. Dans tous les cas, le commandement repose avant tout sur des vertus individuelles puisées dans les qualités et mœurs privées.

  • 13 Charles Courtioux, André Montagard, Maréchal, nous voilà !, Paris, Le ver luisant, 1941.

17Dans le nouvel édifice politique qui voit le jour avec la Révolution nationale, la vertu est d’abord celle d’un homme, d’un dirigeant dont les qualités personnelles justifient toutes les actions et qui peut être suivi aveuglément. Le chef, le maréchal Pétain, est d’abord caractérisé par sa sagesse, qui repose sur son âge et sur son expérience. Son courage et son héroïsme figurent aussi au cœur de la construction du personnage du sauveur. Les chansons composées en l’honneur du Maréchal sont intarissables à ce sujet. « On pense avec tendresse au héros de Verdun », raconte la chanson du maréchal, dont le refrain fait encore l’éloge du « sauveur de la France ». Le chef se fait ici messie et l’une des illustrations de « Maréchal, nous voilà13 » ! place d’ailleurs Pétain au firmament tandis que la foule des Français se presse pour l’acclamer. Le 2e couplet d’un « Hymne au Maréchal Pétain » lie encore les vertus de Pétain à ses actes de guerre, comme gage de sa bravoure dans la tourmente de la défaite et de l’Occupation :

  • 14 AN F 41258, Hymne au Maréchal Pétain, composé par Schubin, prisonnier de guerre, Oflag XXI B, 21 m (...)

« Comme à Verdun en plein orage
Surgissant une fois de plus,
Toutes les forces d’esclavage
Reculent devant ses vertus14. »

  • 15 AN 72 AJ 1032, affiche de propagande gouvernementale, novembre 1943.

18Une autre des vertus exceptionnelles du chef est son dévouement sans limite. Philippe Pétain l’exprime lui-même dans son discours du 31 décembre 1940 : « Je me suis donné à la France, c’est-à-dire à vous tous. » Le chef de l’État et la propagande s’attachent ainsi à présenter les vertus du chef, celles d’un être aux qualités exceptionnelles et en tout cas supérieures à celles de tout autre Français. Une affiche invite d’ailleurs à jauger cette supériorité : « Êtes-vous plus français que lui15 ? »

  • 16 La formule est empruntée à R. O. Paxton, La France de Vichy, op. cit., p. 186.
  • 17 Rousso H., Le Régime de Vichy, p. 46-47.

19L’Influence des monarchistes ou néo-monarchistes de l’entourage de Pétain est sans doute importante dans ce travail d’édification de la figure d’un chef exceptionnel. Outre la propagande, certaines dispositions viennent ancrer juridiquement ce statut extraordinaire. Ainsi, les textes de loi sont désormais précédés de « la formule quasi-royale16 » : « Nous, Philippe Pétain, Maréchal de France, chef de l’État, décrétons... » À partir de janvier 1941, les hauts fonctionnaires doivent aussi prêter serment de fidélité personnelle au chef de l’État, ce qui vient encore renforcer l’expression d’une allégeance personnelle au maréchal Pétain et la tentative d’instauration d’une domination de type charismatique ou de ce que certains ont pu analyser comme une « dictature charismatique17 ».

20La représentation, au niveau national comme local, et la souveraineté populaire sont balayées à la fois au nom des vices qu’elles ont exprimés et engendrés et au nom de ce principe de soumission absolue à un leader vertueux, exemplaire et irréprochable. La vertu du grand homme suffit à bien diriger et orienter le pays. Cela autorise la mise en congé des assemblées et l’élaboration des lois et même de la constitution par le seul exécutif. Le 10 juillet 1940, Pétain reçoit ainsi les pleins pouvoirs mais aussi la mission de rédiger une nouvelle constitution. L’enjeu en est de rétablir l’autorité et la hiérarchie, ainsi que le « sens de l’État ».

21Pétain n’est évidemment pas seul aux commandes. À ses côtés, ou plus précisément à ses ordres, car l’organisation est nécessairement hiérarchique, se trouvent de nombreux petits chefs, aux vertus sans doute incomparables à celles du maréchal et cependant indispensables à l’accomplissement de leur mission.

22De manière générale, les cadres du régime relèvent de catégories aux vertus supposées éprouvées par un statut social et des expériences qui n’ont rien de politique. Ainsi, le ministre des Anciens combattants Xavier Vallat s’attache à rassembler les organisations d’anciens combattants. C’est la naissance de la Légion des combattants, chargée du travail de mobilisation autour du maréchal et de la Révolution nationale. Pour Vallat :

  • 18 Cité par Paxton R. O., La France de Vichy, op. cit., p. 187.

« Les anciens du front doivent, jusque dans chaque village, constituer des groupes destinés à faire respecter et exécuter les sages conseils du chef victorieux de Verdun18. »

  • 19 X. Vallat, cité par Peschanski D., Vichy. 1940-1944. Contrôle et exclusion, Bruxelles, Éditions Co (...)

23On trouve là une foi inébranlable dans la vertu de ceux qui sont allés au combat en opposition aux parlementaires qui n’agissent pas et ignorent tout du courage et de la discipline. Nul doute alors que les anciens combattants seront les mieux à même d’obéir et de servir le Maréchal. Il n’est pas attendu d’eux qu’ils fassent preuve d’initiative dans leur activité ; leur mission la plus haute consiste à être « les yeux et les bras du maréchal jusque dans le coin le plus caché de France19 ».

  • 20 Paxton R. O., La France de Vichy, op. cit., p. 188.

24La composition du Conseil national, assemblée consultative mise en place à partir de janvier 1941, vient encore éclairer les qualités attendues de ceux à qui incombe désormais le redressement de la patrie. Les membres du Conseil sont choisis par le gouvernement et, pour R. Paxton : « La liste évoque un palmarès de la vieille France20. » S’y côtoient artistes, académiciens, responsables religieux, présidents de chambres de commerce, dirigeants de sociétés agricoles et, plus étonnamment peut-être, quelques anciens ministres, députés et sénateurs, mais qui ont témoigné leur allégeance au maréchal. Tandis que la représentation par les urnes a été abandonnée, la fidélité et le statut social donnent toute légitimité à ces participants, triés sur le volet parmi ceux qui apparaissent comme les soutiens les plus sûrs ou les plus zélés de la Révolution nationale.

25Plusieurs commissions du conseil national se réunissent pour élaborer une nouvelle constitution. En particulier, le projet prévoit deux chambres : l’une de 200 membres désignés par le chef de l’État, l’autre de 300, dont une moitié désignée par le chef de l’État et l’autre moitié élue par des assemblées provinciales parmi les anciens combattants, les chefs de familles nombreuses, les groupements professionnels ou autres unités organiques. Dans ce qui ne resta qu’à l’état de projet, on voit encore clairement se dessiner les sentiers de la vertu selon la Révolution nationale. Seuls ceux qui font preuve de vertus individuelles, le plus souvent dans le domaine privé, peuvent prétendre représenter la France du maréchal. Si cette constitution ne fut jamais mise en œuvre, son projet permet de saisir logiques de légitimation qui supplante celle du suffrage universel. L’autorité est avant tout assise sur l’élite des notables locaux qui incarne les vertus de l’ordre et de la tradition.

26On doit cependant aussi penser au travail de formation des cadres entrepris à Uriage, école initialement fondée sur le rejet des institutions de la IIIe République et sur un fervent maréchalisme. L’existence, même brève, d’une École de cadres pour former les élites de la Révolution nationale tranche en partie avec ce qui précède puisqu’elle indique que la vertu ne réside pas seulement dans la position sociale mais qu’elle s’acquiert aussi et se travaille. Les nouvelles générations ainsi formées, à l’exemple des vertus du chef de l’État, sont à leur tour investies de la mission de propager les valeurs du nouveau régime. Le ministre Pucheu le dit aussi lorsqu’il rend visite à la « Promotion Pétain » de l’école nationale de police à Saint-Cyr au Mont d’Or :

  • 21 Ministère de l’Intérieur, Informations générales, Vichy, 28 décembre 1941.

« Le ministre a terminé en signalant qu’il appartenait à cette promotion qui sort de l’école, de donner dès maintenant l’exemple des vertus morales et civiques que réclame la politique du chef de l’État. Devoir, courage, discipline, abnégation, tels seront les mots d’ordre de tous les fonctionnaires de police21. »

27L’accent mis par le régime sur l’éducation, l’école et les chantiers, va dans ce sens. Les vertus se cultivent et il appartient aux plus jeunes de reconstruire la France sur ces nouvelles valeurs. Le maréchal le martèle dans ses messages aux écoliers et à la jeunesse de France. Mais de quelles vertus les enfants de France, les enfants du maréchal doivent-ils être parés ?

« Du citoyen au paysan » : la privatisation des vertus

  • 22 Le titre de l’ouvrage d’Eugen Weber, qui devient La fin des terroirs dans la version française, es (...)

28L’obéissance, la discipline et le respect du chef constituent les premières vertus attendues des gouvernés. Elles sont à relier au fonctionnement des institutions politique. Les gouvernés ne sont pas sollicités pour choisir ou élire des gouvernants qui se dégagent par leurs qualités naturelles de chefs. Il n’est donc pas attendu des Français qu’ils participent à la vie publique, qu’ils s’impliquent directement ou qu’ils contribuent à la définition d’un projet collectif. La République célébrait et magnifiait un citoyen universel, capable de s’extraire de sa condition et de s’emparer de préoccupations touchant à l’intérêt général. Comme le soulignait Eugen Weber, sous la IIIe République, le paysan devait devenir citoyen22 et les institutions – et au premier chef l’école – devaient contribuer à cette édification et à l’apprentissage des vertus civiques.

29Au contraire, sous Vichy, le citoyen doit redevenir paysan. Ou, plus précisément, les Français ne sont pas citoyens, ils sont paysans, ouvriers, pères ou mères de famille... La citoyenneté ne fait plus sens. La première vertu des gouvernés est d’abord de savoir rester à leur place dans une hiérarchie sociale préétablie et de contribuer au redressement de la France, à leur niveau et par le zèle qu’ils mettent à l’accomplissement de leurs fonctions sociales et économiques. C’est dans ce cadre qu’ils serviront au mieux la France – « servir » étant l’un des maîtres mots de l’ordre social voulu par la Révolution nationale.

30Ainsi, les plus vertueux et vertueuses dans la sphère privée seront immanquablement les plus fidèles serviteurs de l’État. Les rapports sur les prix de vertu décernés chaque année par des académies locales ou nationales ne laissent aucun doute sur ce point. Ces prix viennent récompenser l’héroïsme, le dévouement, la bravoure, le courage dans les actes de la vie quotidienne, dans le cadre de la famille et du travail. Bien sûr les mères de familles nombreuses sont récompensées, comme elles l’étaient déjà avant 1940. Elles deviennent d’autant plus méritantes que leurs maris sont prisonniers de guerre. Surtout, le sens de ces récompenses prend un nouveau visage. Le discours prononcé à l’Académie de Montauban à l’occasion de la remise de ces prix de vertu donne le ton :

  • 23 Académie des sciences, belles-lettres, arts et encouragement au bien, Recueil de l’Académie de Mon (...)

« Des négateurs audacieux ont osé découronner la famille de son auréole traditionnelle, mais à ces rêveurs insensés nous opposerons l’idéal du Chef par qui Dieu nous sauva, et qui fonde sur la notion familiale mieux comprise la résurrection d’une patrie blessée23. »

31Les vertus privées prennent ici une dimension publique explicite. Il n’existe pas de rupture évidente avec la période précédente dans la promotion de la famille, mais elle est dorénavant clairement conçue comme la contribution des Français à un projet politique. La fidélité conjugale et le dévouement maternel, comme vertus privées, sont désormais au fondement de l’organisation socio-politique promue par le régime.

  • 24 Rousso H., op. cit., p. 55.

32Henry Rousso évoque ainsi une « volonté de faire entrer l’État dans des domaines qui relèvent en principe de la sphère privée24 ». Peut-être faudrait-il préciser « des domaines qui relèvent, dans la tradition républicaine, de la sphère privée ». Bien sûr, comme le rappelle l’historien, cette tentative de contrôle des corps n’est pas nouvelle et pas propre au régime de Vichy. Mais l’objectif gouvernemental est affiché en projet de société partagé et en ordre moral. Le vice est découragé (interdiction du travail des femmes dans les services publics en octobre 1940, interdiction du divorce dans les trois premières années du mariage en avril 1941, sanction de l’adultère et de l’abandon de foyer, sanction renforcée contre l’avortement qui devient « crime contre la sûreté de l’État » en février 1942). La vertu est en revanche encouragée avec le renouveau de la fête des mères, des mesures incitatives pour les mères au foyer et les familles nombreuses et la mise à l’honneur des familles nombreuses par des prix et distinctions honorifiques.

33La construction de ces vertus privées en causes publiques se fait toujours dans l’affirmation d’une rupture avec la société décadente de l’entre-deux-guerres et, souvent aussi, en opposition aux valeurs promues par la République, notamment dans un retour à une morale catholique conservatrice que le précédent régime avait combattue. Le rapport sur les prix de vertu précédemment cité l’indique :

  • 25 Académie des sciences, belles-lettres, arts et encouragement au bien, Recueil de l’Académie de Mon (...)

« Car la Charité vraie, l’exquise, la divine Charité, ce n’est pas cette solidarité laïque, gratuite et obligatoire, dont on nous a rebattu les oreilles aux temps déjà lointains et si oubliés et si peu oubliables d’un régime défunt. La Solidarité, c’est le dévouement au prochain, dans la mesure où ce prochain peut lui-même être utile et servir [...]. La Charité chrétienne est toute dans le désintéressement, dans l’absence du retour sur soi, dans l’oubli de soi, dans l’immolation joyeuse au bonheur d’autrui25. »

  • 26 Peschanski D., op. cit., p. 60-61.

34La régénération voulue par l’État français repose sur une condamnation virulente des vices des périodes précédentes, sur la dénonciation de « l’anti-France » – largement inspirée des positions développées par l’Action française dans les années 1930 – et sur l’exclusion de ceux que le régime s’attache à désigner comme les porteurs de tous ces maux et de tous ces vices. Mais, comme le souligne Denis Peschanski, les discours sont davantage marqués par la rhétorique du redressement par de nouvelles valeurs que par celle de la décadence provoquée par les ennemis de la France. Le discours officiel s’attache plus à encenser la vertu qu’à dénoncer le vice26. Ces vertus placées au cœur de la Révolution nationale sont incarnées par le chef, mais la réussite de l’entreprise de redressement de la France nécessite que tous les Français s’en inspirent et s’en imprègnent. Les valeurs morales héritées de la « tradition » et de la religion apparaissent comme les plus sûres garantes de la probité, du dévouement et du sens du devoir nécessaires au projet de Vichy. Il n’est donc pas de vertus publiques spécifiques puisque ces qualités doivent s’exprimer dans tous les actes de la vie quotidienne, à la place et au niveau de chacun pour aboutir à la renaissance de la patrie. S’il n’est pas véritablement de vertu publique, il ne s’agit pas de la vision mandevillienne d’un bien collectif qui surgirait de la somme d’intérêts ou de vices privés. La vision organiciste de la société coïncide plutôt avec l’idée selon laquelle la somme des vertus individuelles, toutes inspirées et imprégnées du modèle du chef, doit produire une société dans son entier plus vertueuse. On peut ainsi expliquer que le discours sur la vertu en politique, dans la période du régime de Vichy, soit en majeure partie un discours sur les vertus privées.

Notes

1 Dompnier N., Vichy à travers chants. Pour une analyse politique du sens et de l’usage des hymnes sous Vichy, Paris, Nathan, 1996 et « Entre La Marseillaise et Maréchal, nous voilà ! Quel hymne pour le régime de Vichy ? », in Chimènes M. (dir.), La vie musicale sous Vichy, Paris, Éditions Complexe, coll. Histoire du temps présent, 2001, p. 69-88.

2 La France du Maréchal Pétain, Imprimerie Wallon, Vichy, s. d.

3 Rousso H., Le régime de Vichy, Paris, PUF, 2012, p. 47.

4 AN 72 AJ 249, Cérémonie du serment de fidélité des préfets à l’Hôtel de ville de Vichy. Discours du maréchal Pétain aux préfets, 1942.

5 René Benjamin, Les sept étoiles de la France, Paris, Plon, 1942, p. 114.

6 Cité par Paxton R. O., La France de Vichy. 1940-1944, Paris, Seuil, 1974, coll. Points, p. 191.

7 Le Temps, édition de Lyon, no du 3 décembre 1940.

8 Ibid., no du 23 janvier 1941.

9 72 AJ 251, « Consignes générales pour la constitution d’un groupe Jeunes du Maréchal » [1941].

10 Discours du maréchal Pétain du 29 décembre 1940.

11 Rousso H., Le régime de Vichy, op. cit., chap. 3.

12 Marisa Linton montre ainsi comme, pendant la Révolution française, la vie et les mœurs privées sont saisies comme un révélateur de la vertu publique, ou au contraire d’ailleurs comme le signe d’une inauthenticité des vertus publiques revendiquées par certains (« Robespierre et l’authenticité révolutionnaire », Annales historiques de la Révolution française, no 1, 2013, p. 153-173). Il convient toutefois de souligner que, durant cette période, la vertu privée apparaît comme nécessaire mais non suffisante à l’édification de la vertu publique.

13 Charles Courtioux, André Montagard, Maréchal, nous voilà !, Paris, Le ver luisant, 1941.

14 AN F 41258, Hymne au Maréchal Pétain, composé par Schubin, prisonnier de guerre, Oflag XXI B, 21 mai 1941.

15 AN 72 AJ 1032, affiche de propagande gouvernementale, novembre 1943.

16 La formule est empruntée à R. O. Paxton, La France de Vichy, op. cit., p. 186.

17 Rousso H., Le Régime de Vichy, p. 46-47.

18 Cité par Paxton R. O., La France de Vichy, op. cit., p. 187.

19 X. Vallat, cité par Peschanski D., Vichy. 1940-1944. Contrôle et exclusion, Bruxelles, Éditions Complexe, 1997, p. 22.

20 Paxton R. O., La France de Vichy, op. cit., p. 188.

21 Ministère de l’Intérieur, Informations générales, Vichy, 28 décembre 1941.

22 Le titre de l’ouvrage d’Eugen Weber, qui devient La fin des terroirs dans la version française, est initialement, dans sa formulation anglaise : Peasants into Frenchmen, Stanford, Stanford University Press, 1976.

23 Académie des sciences, belles-lettres, arts et encouragement au bien, Recueil de l’Académie de Montauban, « Rapport sur les Prix de Vertu par M. l’Abbé Ferrié, secrétaire général », 1943.

24 Rousso H., op. cit., p. 55.

25 Académie des sciences, belles-lettres, arts et encouragement au bien, Recueil de l’Académie de Montauban, « Rapport sur les Prix de Vertu par M. l’Abbé Ferrié, secrétaire général », 1943.

26 Peschanski D., op. cit., p. 60-61.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site