Version classiqueVersion mobile

Vertu et politique

 | 
Michel Biard
, 
Philippe Bourdin
, 
Hervé Leuwers
, 
et al.

Quatrième partie. Corriger ou instrumentaliser le manque de vertu (XIXe-XXe siècle)

La vertu parlementaire en question : l’exemple du scandale de Panama

Jean Garrigues

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les premières décennies de la IIIe République sont des années d’apprentissage pour la société française. Les représentants élus du peuple se voient investis d’une légitimité nouvelle et d’un champ considérable de pouvoirs, le souverain ayant disparu. Leurs excès, leurs déviances, leurs abus de pouvoirs sont désormais soumis à l’attention vigilante d’une opposition qui a les moyens de s’exprimer et d’une presse devenue un quatrième pouvoir.

C’est ainsi que s’invente, dans les premières décennies de la IIIe République, le scandale de l’âge démocratique, dont la référence majeure est celui de Panama. Il porte sur des faits qui ont lieu entre 1886 et 1888, lorsque la Compagnie universelle du canal de Panama, dirigée par Ferdinand de Lesseps, a recours à la corruption massive de la presse mais aussi des parlementaires afin d’obtenir le vote d’une loi l’autorisant à émettre un emprunt dit « à lots », indispensable pour renflouer les caisses de la société. Cette entreprise sans précédent de...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search