Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vertu et politique

 | 
Michel Biard
, 
Philippe Bourdin
, 
Hervé Leuwers
, 
et al.

Quatrième partie. Corriger ou instrumentaliser le manque de vertu (XIXe-XXe siècle)

Vertus de la politique, vices du parlementarisme. Les critiques de la représentation élue dans la France du XIXe siècle

Jean-Claude Caron

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pourquoi le régime parlementaire ou ses prémices ont-ils suscité, dès les premières assemblées révolutionnaires, de tels discours et parfois de tels actes d’hostilité ? Pourquoi, à certains moments de l’histoire contemporaine de la France, la représentation aussi bien élue que nommée est-elle devenue une référence absolument négative, assimilée au dévoiement de la politique, telle la relation du vice à la vertu ? Alors même que, dans la foulée des révolutions politique, populaire et juridique qui sont advenues à partir de 1789, une nouvelle configuration du pouvoir se mettait en place, l’idée de représentation était en effet immédiatement attaquée, à la fois comme contraire au droit naturel et comme attentatoire au principe inaliénable de souveraineté. Qu’elle l’ait été par les tenants du système théologico-juridique remis en cause par la Révolution ne surprend guère. L’un parmi d’autres, Joseph de Maistre a condamné l’essence même de l’idée de représentation dans ses Considérations...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540