Version classiqueVersion mobile

Vertu et politique

 | 
Michel Biard
, 
Philippe Bourdin
, 
Hervé Leuwers
, 
et al.

Quatrième partie. Corriger ou instrumentaliser le manque de vertu (XIXe-XXe siècle)

La vertu sur un piédestal. Le culte des Grands Hommes de la Révolution dans la statuaire publique

Alain Bonnet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le 14 juillet 1891 fut inauguré, au carrefour de l’Odéon, le Monument à Danton, œuvre du sculpteur Auguste Paris1. Le président de la Chambre des Députés, Charles Floquet, et le président du Conseil municipal de Paris, Léonce Levraud, prononcèrent à cette occasion un long discours. Le préfet de la Seine, celui de la Police, de nombreux députés, sénateurs et conseillers municipaux assistèrent à la cérémonie qui revêtit l’aspect solennel propre à ces manifestations et culmina par la lecture d’un poème rédigé par l’avocat Peltier et déclamé par un sociétaire de la Comédie française. Ces vers de mirliton, qui exaltaient le courage de Danton, son audace devant l’ennemi et sa fougue à sauver la Patrie, constituaient un commentaire pertinent, quoiqu’ampoulé, du bronze dévoilé :

« O France, la voix t’appelle/Dans cette minute immortelle/Et qui domine le canon/Écoute-la, France chérie/Car celle qui rugit et qui crie/Écoute-là, car c’est Danton2. »

Cette inauguration constitua, avec l’ouverture...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search