Desktop versionMobile Version

Saisir l'insaisissable

 | 
Gildas Lepetit

Première partie. La gendarmerie d'Espagne : instrument de répression ou d'annexion ?

Bilan. Le gendarme d’Espagne, un soldat de la Loi au service des projets annexionnistes de Napoléon

Das Programm OpenEdition Freemium bietet den abonnierten Benutzern Zugang zu dem Volltext im HTML-, PDF- und ePub-Format. Das Buch kann auch für Privatnutzer über unsere Partnerbuchhändlern im PDF- und ePub-Format online erworben werden, wenn der Verlag diesen kommerziellen Vertrieb gewählt hat. Falls die gedruckte Version erhältlich ist, sind die Buchhandlungen auf dieser Seite rechts verlinkt.

Textauszug

Au terme du décret du 24 novembre 1809, la Gendarmerie impériale, chargée du maintien de la tranquillité publique à l’intérieur de l’Empire, voit sa zone d’intervention s’étendre par-delà les frontières. Cette « poigne rude de l’État1 », comme la surnomme Fernand Braudel, expédie quatre mille des siens dans les provinces septentrionales de l’Espagne. Pour inédit – voire illégal – qu’il puisse paraître, cet envoi répond à des logiques multiples qui permettent d’expliciter les projets espagnols de Napoléon.

Certes, la contre-guérilla et le maintien de l’ordre justifient pour partie la création des vingt escadrons. Les menées des insurgés sur les routes mettent en péril la libre circulation des biens et des personnes et donc, indirectement, toute la capacité opérationnelle des troupes françaises combattant dans la péninsule. Pour autant, ces motifs ne peuvent suffire pour comprendre les véritables motivations napoléoniennes. Le statut particulier des provinces du nord de l’Espagne, leur...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search