Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saisir l'insaisissable

 | 
Gildas Lepetit

Première partie. La gendarmerie d'Espagne : instrument de répression ou d'annexion ?

Chapitre I. Une organisation progressive et évolutive

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Il sera formé vingt escadrons de gendarmerie dite gendarmerie d’Espagne1. »

Par ces simples mots, le décret du 24 novembre 1809 dote le dispositif français dans le nord de l’Espagne d’une force de vingt escadrons de gendarmerie impériale. Leur formation, placée sous le contrôle du général Buquet, se déroule en trois mois : dès le début de mars 1810, les premiers détachements franchissent les Pyrénées et rejoignent les cantonnements qui leur ont été assignés.

Entre 1810 et 1811, l’organisation de la gendarmerie d’Espagne évolue au gré de la solidification de la situation militaire française. L’année 1810 marque incontestablement l’apogée – toute relative – de la position des troupes impériales dans la péninsule. La contre-offensive de Masséna en direction du Portugal, les succès de Suchet en Catalogne, l’invasion de l’Andalousie ont laissé penser – à tort – à l’Europe que les atermoiements des armées françaises en Espagne relevaient plus de la conjoncture que d’un mal profond. Entre ...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540