Version classiqueVersion mobile

Rochefort, arsenal des colonies au XVIIIe siècle

 | 
Sébastien Martin

Troisième partie. Les retombées du couple arsenal-colonies : société et économie

Chapitre VII. Rochefort et les colonies, l’« américanisation » d’un arsenal et d’une ville

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Une table de nuit en bois des isles […] une caffetiere du levant […] dix tasses, huit soucoupes de fayance et porcelaine, un sucrier, un tayere de fayance […] une bouteille pleine aux deux tiers de vin de Malaga, deux petits flacons plein de taffias, un autre de sirop danana […] six fauteils de bois des isles […] une petite perruche avec son baton1. »

La porosité des murs de l’arsenal constitue une antienne souvent répétée, mais bien délicate à démonter. Une telle idée conduit à envisager que la fonction coloniale, si propre à Rochefort, si prégnante dans le quotidien de l’arsenal, eut forcément une influence sur la ville et ses habitants, au point de faire naître une affinité particulière avec l’outre-mer. Si les envois et les départs comptèrent, les retours en firent tout autant. Aussi peut-on imaginer la ville bruissant de la nouvelle de l’arrivée des navires, les objets et produits fraîchement débarqués imprégnant la vie des Rochefortais, les personnels partant ou revenant des ...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search